• A contre-courant du féminisme carcéral

    Le #système_judiciaire protège-t-il les #femmes ? Si, pour la plupart des féministes, la lutte contre les #violences_sexistes et sexuelles passe par l’#incarcération des agresseurs, la chercheuse et militante #Gwenola_Ricordeau plaide au contraire dans son essai "Pour elles toutes : femmes contre la prison" pour un combat féministe émancipé du #système_pénal.

    Le jour où la prison a cessé d’être une abstraction pour moi, j’ai été convaincue qu’il fallait l’abolir. Ce n’est donc pas par un cheminement théorique, mais par les tripes, que s’est imposée à moi l’idée de l’abolition de la prison : je ne savais pas bien comment on pouvait s’y prendre – ni même si d’autres y avaient songé avant moi. J’avais une vingtaine d’années et je savais que j’allais y consacrer une partie de ma vie.

    Dans les années qui ont suivi, j’ai découvert, émerveillée, les idées que désigne généralement l’expression « abolitionnisme pénal » et rencontré d’autres abolitionnistes, notamment grâce à mon engagement dans des luttes anticarcérales. Mon abolitionnisme n’a pourtant pas été totalement étranger à mon parcours féministe dont la construction doit beaucoup à mon expérience d’avoir eu des proches en prison. J’ai pris conscience très tôt de vivre là une expérience de femme. Car si les prisons sont surtout remplies d’hommes, il y a, devant leurs portes, presque seulement des femmes. Et j’ai su très rapidement que ce sont elles qui, pour l’essentiel, assurent dehors les tâches de solidarité matérielle et émotionnelle qui sont nécessaires à la survie des hommes dedans.

    Mon parcours féministe a aussi été façonné par la réflexion que m’ont obligée de mener plusieurs événements plus ou moins dramatiques de ma vie. Cette réflexion découlait d’une question : quelles formes de réparation, de reconnaissance et de protection pouvais-je attendre du système judiciaire ? J’ai été amenée à y répondre de diverses manières, à trois occasions au moins, puisque j’ai dû recourir au système judiciaire dans deux situations d’urgence et que j’ai pu choisir de refuser de le faire dans une autre. Pourtant, ces diverses expériences m’ont toutes laissée insatisfaite. En raison du caractère structurel des violences auxquelles j’ai été confrontée, qu’elles aient été interpersonnelles ou d’Etat, je savais pertinemment que rien n’avait été vraiment résolu – même si se défendre d’un homme et se défendre de l’Etat ont des implications fort différentes. J’ai donc été bien moins intéressée par l’idée d’user, sur le terrain judiciaire, de mon bon droit que de contribuer, sur le terrain politique, à la résolution collective des conditions qui avaient rendu possibles ces violences.
    Combattre la « justice patriarcale »

    Je suis convaincue depuis maintenant une quinzaine d’années de la nécessité d’abolir la prison. Je connais donc bien l’étonnement que suscite fréquemment une telle position. Je sais aussi qu’une question ne tarde jamais à être posée : « Et les violeurs ? » J’aime répondre, en particulier aux femmes, par une autre question : « Que pensez-vous de la manière dont ont été traités les cas de violences sexuelles dont vous avez eu personnellement connaissance ? »

    Je n’ai jamais obtenu une réponse simple. J’ai écouté des souvenirs et parfois des confidences. J’ai entendu de la rancœur, de la honte, des inquiétudes, de la tristesse. Chaque femme, à sa manière, esquissait le portrait d’un système judiciaire pas toujours juste et d’une justice des hommes à laquelle on n’est pas toujours sûres de pouvoir faire confiance. Parce que ces discussions confrontaient chacune à ses doutes, ses peurs, ses colères ou ses espoirs, il était difficile d’y mettre fin.

    Les femmes servent, de plus en plus souvent, de prétexte pour justifier le durcissement des politiques pénales, quand celui-ci n’est pas directement imputable aux mobilisations féministes, en particulier parce que les auteurs d’infractions à caractère sexuel sont, avec les auteurs d’attaques terroristes, la principale figure du danger que brandissent les défenseurs de ces politiques pénales. Or l’échec des politiques mises en place jusqu’ici pour résoudre le problème des violences sexuelles est flagrant : l’ampleur du nombre de femmes qui ne portent pas plainte indique la faiblesse de la proposition politique des courants féministes qui promeut des réponses pénales aux violences sexuelles. Mais le système pénal n’a-t-il jamais protégé les femmes ? Quelle sorte de femme faut-il être pour avoir encore confiance dans le système judiciaire ?

    Des femmes sont en prison, certes en plus petit nombre que les hommes. Néanmoins, les conséquences sociales (en particulier sur les enfants) de leur incarcération sont plus importantes que dans le cas des hommes. Des femmes sont aussi très nombreuses – je l’ai évoqué plus haut – devant les portes des prisons. Preuve d’amour, d’amitié, ou de sympathie, mais aussi de l’obligation de solidarité qui est faite aux femmes. Alors, combien faudrait-il de femmes en plus derrière les barreaux et dans les parloirs des prisons pour que la prison soit incontestablement une question féministe ?

    Voilà quelques pistes de réflexion qui suggèrent qu’on peut puiser dans le féminisme des critiques radicales du système pénal. N’a-t-on pas au moins autant de raisons de combattre la « justice patriarcale » que la « justice bourgeoise » ou la « justice raciste » ? Et si l’on considère ce que fait la « justice » aux personnes LGBTQ, ces critiques radicales ne peuvent-elles pas au moins s’appuyer sur la pensée queer ?

    Parce qu’il a été façonné par mon abolitionnisme et par mes expériences du système judiciaire, mon féminisme est allergique à ce qu’on associe généralement au « féminisme », c’est-à-dire des appels, au nom des femmes, à la criminalisation de plus de types d’actes et au prononcé de peines plus sévères. Ce même féminisme qui s’indigne de la condamnation en France de Catherine Sauvage 1, qui dénonce facilement le fait que d’autres Catherine Sauvage soient en prison, mais qui ne considérera jamais la prison comme un problème pour les femmes.

    Alors, peut-on laisser à ce courant du féminisme le monopole des victimes ? Les abolitionnistes comme les féministes ne peuvent se tenir à l’écart des discussions que soulèvent à la fois les besoins de justice des femmes et le sort de celles qui sont confrontées à la prison. De qui et de quoi le système pénal protège-t-il les femmes ? Qui entend la voix des femmes incarcérées ? De celles qui ont des proches en prison ? Toutes ces questions suggèrent une discussion entre féminisme et ­abolitionnisme pénal.
    Analyses féministes et abolitionnistes

    Engager cet échange n’est pas simple, car les luttes féministes et les luttes abolitionnistes sont souvent présentées, notamment en France, comme antagonistes. Les premières sont réputées plaider, dans leur ensemble, pour plus de répression, tout particulièrement à l’encontre des auteurs de violences faites aux femmes. Dans le même temps, les luttes abolitionnistes sont généralement soupçonnées de se désintéresser des victimes et singulièrement, parmi elles, des femmes. Pour rendre la discussion plus épineuse encore, le terme « abolitionnisme » sème la confusion quand on parle de féminisme, car il peut servir à désigner la position de certains de ses courants à l’égard de la prostitution – position du reste assez éloignée de celles de l’abolitionnisme pénal.

    Un peu de bonne volonté et un vocabulaire mieux défini ne suffiront pas pour venir à bout de cette discussion. En effet, l’abolitionnisme pénal se trouve, avec certains courants du féminisme (comme avec certaines luttes antiracistes ou LGBTQ), devant une vraie contradiction : les politiques de la reconnaissance menées sur le terrain du droit et des droits s’accompagnent assez naturellement d’appels à la création de nouvelles infractions (par exemple, liées aux discriminations). Or la criminalisation de certains actes, et donc de certaines personnes, va à l’encontre du projet abolitionniste.

    Pour elles toutes vise à délier ce nœud, en répondant essentiellement à trois questions. Le système pénal protège-t-il les femmes ? Qu’est-ce que le système pénal fait aux femmes qui y sont confrontées ? Faut-il inscrire les luttes féministes sur le terrain du droit ? L’exploration systématique des formes de protection que les femmes peuvent (ou non) attendre du système pénal et des manières dont elles sont affectées par son existence, et en particulier par celle de la prison (qu’elles soient incarcérées ou qu’elles aient des proches en prison), suggère, sur les plans théorique et stratégique, deux autres questions. Comment penser l’articulation des analyses féministes et abolitionnistes ? Quelles stratégies adopter pour s’émanciper du système pénal ?

    J’écris à la lumière de mon expérience personnelle et militante, mais aussi des recherches que je mène depuis une dizaine d’années, en particulier sur les solidarités familiales des personnes détenues. S’il me revient l’entière responsabilité des réflexions que j’expose dans ce livre, je sais aussi ce qu’elles doivent aux échanges auxquels j’ai participé grâce à mon engagement dans des luttes anticarcérales et dans l’abolitionnisme pénal, principalement en France et, depuis quelques années, aux Etats-Unis où je vis désormais. Elles doivent aussi beaucoup à mes nombreuses rencontres avec des féministes, des proches de personnes détenues et des militant.es à travers le monde. Je ne prétends donc pas, avec ce livre, faire trembler les théories politiques, ni, à vrai dire, écrire des choses qui n’ont pas déjà été dites, pensées ou discutées par d’autres ou collectivement – et aussi écrites, surtout en anglais.

    Comprendre comment s’est tissée notre dépendance au système pénal est un travail long et minutieux. Il faut détricoter de ce côté-là pour pouvoir, de l’autre, tisser ensemble féminisme et abolitionnisme pénal. Ce livre s’y emploie, avec pour fil conducteur celui-là même avec lequel j’ai cousu la trame de mes engagements politiques. Car je suis féministe, donc pour l’abolition du système pénal, et je suis pour l’abolition du système pénal, donc féministe. Parce que féministe tant qu’il le faudra et abolitionniste tant qu’il y aura des prisons, j’espère contribuer à faire résonner, dans les luttes féministes comme dans les luttes abolitionnistes, le slogan : « #Femmes_contre_la_prison ! »

    https://lecourrier.ch/2021/06/06/a-contre-courant-du-feminisme-carceral
    #féminisme #prisons #emprisonnement #justice #violences_sexuelles #abolitionnisme #abolitionnisme_pénal #solidarité_matérielle #solidarité_émotionnelle #réparation #reconnaissance #protection #violence #justice_patriarcale #patriarcat #viols #échec #criminalisation #répression #droit #droits #solidarités_familiales

    • Pour elles toutes. Femmes contre la prison

      « Comprendre comment s’est tissée notre dépendance au système pénal est un travail long et minutieux. Il faut détricoter de ce côté-là pour pouvoir, de l’autre, tisser ensemble féminisme et abolitionnisme pénal. Parce que féministe tant qu’il le faudra et abolitionniste tant qu’il y aura des prisons. »

      Les luttes féministes et les luttes pour l’abolition du système pénal et de la prison sont souvent présentées comme antagonistes. Le présent ouvrage vise à délier ce nœud en explorant les formes de protection que les femmes peuvent (ou non) attendre du système pénal et en mettant en lumière les manières dont celui-ci affecte leur existence, qu’elles soient incarcérées ou qu’elles aient des proches en prison.

      Le système pénal protège-t-il les femmes ? Que fait-il aux femmes qui y sont confrontées ? Faut-il inscrire les luttes féministes sur le terrain du droit ? En répondant à ces questions, Gwenola Ricordeau dénonce la faiblesse de la proposition politique des courants féministes qui promeuvent des réponses pénales aux violences contre les femmes. Critique du « féminisme carcéral », elle plaide pour des formes d’autonomisation du système pénal.

      https://luxediteur.com/catalogue/pour-elles-toutes
      #livre

  • #Sarah_Ditum : De l’importance de ne pas relooker la prostitution en « travail du sexe »
    https://tradfem.wordpress.com/2021/05/03/de-limportance-de-ne-pas-relooker-la-prostitution-en-travail-du-s

    Daisy avait 15 ans lorsqu’elle a reçu son premier avertissement lié à la prostitution. Elle parle peu de cette partie de son histoire aux gens, car elle ne veut pas que ce récit déborde dans son présent (tous les détails permettant de l’identifier ont été modifiés dans le présent article). Cela fait d’elle l’une des femmes que vous n’entendrez pas dans les débats actuels sur l’industrie du sexe.

    On dit souvent aux décideurs et aux féministes qu’ils et elles doivent « écouter les travailleuses du sexe », mais il faut garder à l’esprit que l’on ne peut écouter que celles qui acceptent de s’exprimer, et que plus une femme a subi de préjudices, moins elle est susceptible de vouloir revenir lç-dessus sur la place publique. Si des personnalités telles que Brooke « Belle de Jour » Magnanti et Melissa Gira Grant, autrice du livre Playing the Whore (Faire la pute,) peuvent s’afficher comme représentantes de la prostitution, c’est sans doute en partie parce que leurs expériences relativement bénignes sont atypiques. Rangées en face d’elles sont les femmes comme Rachel Moran et Rebecca Mott, qui se qualifient de « survivantes ». Pour celles-là, la vente de sexe n’a été rien d’autre qu’un traumatisme, et revisiter ce traumatisme fait partie de leur vie publique en tant que militantes. C’est un lourd tribut à payer pour n’importe qui, et Daisy, que j’ai rencontrée par l’intermédiaire d’une association de lutte contre la violence faite aux femmes, y résiste : « Je refuse de construire ma carrière sur le fait d’être une « ex » quoi que ce soit. Ce n’est pas une étiquette que je veux ou que j’accepte ».

    Version originale : https://www.newstatesman.com/politics/2014/12/why-we-shouldnt-rebrand-prostitution-sex-work
    Traduction : Collective #TRADFEM

  • Manifeste pour la suppression générale de la police nationale
    https://lundi.am/Manifeste-pour-la-suppression-generale

    Il n’y aurait pas assez de place, dans ces lignes, pour décrire en détail le mal que la police a commis et commet encore, en France et dans le monde. Ce mal est commis selon deux axes : la répression carcérale (forme moderne et plus savante de l’esclavage colonial) et les violences ordinaires (visant à détruire l’individu et créer le citoyen). Le danger de l’existence de la police est négligé par l’ensemble des citoyens des États (hormis ceux qui en sont directement victimes). Pire, ce danger est assumé comme un mal nécessaire car on lui rattache un bien : l’exercice du maintien de l’ordre et de la force publique. La police est une subsistance des inégalités qui survivent et n’ont pu être détruites par la Révolution de 1789. Elle permet à la notion de droit de prendre une réalité, sous la menace qu’est la violence. Le policier est le rêve des États comme forme parfaite de citoyenneté et celui des citoyens comme forme parfaite de justice. La police comme institution s’impose aux démocraties et républiques imparfaites actuelles, avec la force de l’évidence, au nom même de la défense de ces mêmes régimes bienfaiteurs. La disparition de la police, en tant que telle, ne peut être donc qu’une étape obligatoire dans la progression humaine, vers un contrôle plus efficace et strict de la force dont elle dispose pour contraindre, au profit d’une minorité. C’est-à-dire, si la France accède un jour à la démocratie.

    #Police #Violence_Policière #suppression_de_la_police #AbolitionDeLaPolice

  • Il est urgent d’ouvrir le revenu minimum aux jeunes
    https://www.inegalites.fr/Il-est-urgent-d-ouvrir-le-revenu-minimum-aux-jeunes

    Ensuite, on craint que le RSA fasse des jeunes des « assistés ». Avec 500 euros par mois, ils pourraient soi-disant se passer de chercher du travail. Or différentes études ont montré que la mise en place d’un revenu minimum n’affecte pas la recherche d’emploi des jeunes [3]. Les travaux de l’économiste Esther Duflo sur la pauvreté ont établi que cette critique de l’assistanat, envers les plus pauvres en général, n’était pas fondée empiriquement. Surtout, elle explique qu’il est possible de lier plus étroitement le bénéfice d’un revenu minimum aux dispositifs d’accompagnement vers l’emploi ou la formation, comme c’est le cas dans les pays nordiques. Il existe en France une « garantie jeunes » qui permet d’accompagner les jeunes en situation de vulnérabilité dans leur insertion professionnelle, mais elle est attribuée dans des conditions draconiennes.

    Pour lutter efficacement contre la pauvreté des jeunes, il est temps de leur accorder le droit à un minimum social [4]. Cette option est largement à la portée des finances publiques de notre pays. L’Inspection générale des affaires sociales, reprenant une étude du ministère des Solidarités a, par exemple, estimé le coût de l’ouverture du RSA aux 18-25 ans (non étudiants) à un montant situé entre 1,5 et 3 milliards d’euros [5]. À titre de comparaison, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), dont l’effet est très réduit, a coûté 21 milliards en 2018, et le « plan jeunes » présenté le 23 juillet dernier, 6,5 milliards. C’est donc une réforme dont la mise en œuvre ne dépend en fin de compte que d’une volonté politique suffisante, et dont les effets seraient considérables en termes de réduction de la pauvreté [6].

  • Abolir les prisons, la police et le système pénal
    Entretien avec Gwenola Ricordeau

    https://lavoiedujaguar.net/Abolir-les-prisons-la-police-et-le-systeme-penal-Entretien-avec-Gwen

    https://www.bastamag.net/Abolition-prison-police-abolitionnisme-feminisme-violences-sexistes-Entret

    Basta ! : Vous êtes féministe et vous voulez abolir la prison, donc là où on enferme les agresseurs. Ces positions sont-elles difficilement conciliables ?

    Ces positions sont plus que « conciliables ». Mon travail propose une analyse féministe du système pénal et de ce que celui-ci fait aux femmes. Cela permet de faire plusieurs constats. Tout d’abord, les personnes détenues sont pour l’essentiel des hommes, mais la vie des femmes de leur entourage, mère, sœur, compagne, fille, est souvent affectée par cette incarcération, notamment à travers les diverses formes de travail domestique qui sont attendues d’elles et qui incluent le soutien moral, à travers les visites, le courrier, etc. Par ailleurs, quand on regarde qui sont les femmes qui sont en prison, on note qu’elles partagent de nombreuses caractéristiques avec les hommes détenus : elles sont en grande partie d’origine populaire et issues de l’histoire de la colonisation et des migrations. Mais les femmes détenues ont aussi des particularités. Une très grande proportion d’entre-elles ont été victimes de violences sexuelles. Ces violences ont façonné leur parcours de vie, leur isolement social ou leur parcours délictuel. Et lorsqu’on examine la protection que les femmes peuvent attendre du système pénal, on ne peut que constater un échec flagrant. (...)

    #Gwenola_Ricordeau #féminisme #violences_sexuelles #prison #justice #police #abolition #réparation

    • « L’évaluation a montré que cette loi protège bien les personnes prostituées et qu’elle est efficace si elle est portée par le Gouvernement. Si les ministères de la Justice et de l’Intérieur ainsi que le secrétariat d’État en charge des droits des femmes ne sont pas actifs, ce sont les personnes prostituées qui en font les frais. Il faut donc davantage de volontarisme politique et de moyens financiers pour garantir l’effectivité de la position abolitionniste de la France… »

      Cependant si on regroupe les clients mis en cause depuis 2017, on atteint 5000 personnes en 2020. Et l’obligation de suivre un stage pour les clients poursuivis dépend des juges.

      J’ai appris que la menace horrible qui pèse sur les prostitueurs et oblige les prostitué·es à se cacher et à se mettre en danger, ce serait un stage de sensibilisation. Horreur ! C’est Queutard qu’on assassine !

      L’accord d’admission dans le parcours de sortie permet à la personne de bénéficier, sous réserve de l’approbation du Préfet, d’une autorisation provisoire de séjour (APS) de 6 mois, renouvelable 3 fois, ainsi que d’une allocation financière d’insertion sociale (AFIS) de 330€/mois pour une personne seule (+132€/enfant), si elle n’a pas d’autre revenu. Ce parcours de sortie de prostitution PSP) ne constitue pas la seule voie de sortie de la prostitution, – l’Amicale du Nid accompagne plus de 3 000 personnes par an vers une insertion socio professionnelle – mais il représente un levier puissant pour les personnes qui sont prêtes à s’y impliquer. C’est un signal fort de reconnaissance.

      J’aurais tendance à dire qu’en effet, c’est plus de la reconnaissance qu’une aide matérielle.

      L’implication des associations abolitionnistes dans la prévention auprès des jeunes et l’éducation à la vie affective et sexuelle devrait être une priorité. Nous retenons particulièrement la lutte contre la prostitution des mineur·es contre laquelle nous sommes mobilisés depuis 2011. Elle est une priorité de notre action. Et nous insistons sur la priorité donnée à l’accès aux soins pour les personnes en situation de prostitution et de sortie de la prostitution, sur l’augmentation du montant financier de l’allocation et de la durée de l’autorisation provisoire de séjour et sur la mise à disposition d’hébergements et de logements.

      Et la pauvreté généralisée, dont sont victimes plus souvent les femmes et les enfants et ados ?

  • Stop Asking What Sexual Violence Victims Will Do without Police | Bitch Media
    https://www.bitchmedia.org/article/what-will-survivors-of-sexual-violence-do-if-we-defund-the-police

    Looking at the evidence, the answer to the question, “What will sexual assault victims do without the police?” is easily answerable: Sans police, their chances of obtaining justice would be much higher than they are right now. The criminal justice system has a long and well-documented history of failing survivors and victims of sexual violence at literally every turn; often retraumatizing them in the process. A 2019 New York Times article detailed horrific police misconduct in rape cases, with officers’ behavior ranging from shaming the victims for “flirting” and “partying,” to a blatant mishandling of evidence. There’s substantial evidence that shows several precincts across the country falsely inflating their conviction rates on rape cases. Perhaps most shocking of all is a 2018 study that found hundreds of police officers have been charged with rape and sexual assault (if not thousands—the study notes that the numbers may be much larger than what has been officially reported).

    Despite the mountain of evidence pointing toward the fact that the police exacerbate harm to women and femmes, the sexual-assault argument has a way of persisting. At first glance, it can seem like a valid concern—especially to feminists and progressives who may otherwise support abolition—but upon further investigation, it’s part of a much larger (and far more dangerous) trend. For decades, white supremacy has found shelter behind the aesthetics of feminism, and the argument that sexual violence necessitates the existence of the police is just another example of anti-Black ideology commodifying feminist language to Trojan-horse its way into progressive discourse. White feminism has bastardized the women’s rights movement to justify racist and oppressive institutions for as long as there’s been a women’s rights movement, and it’s time to call it out for what it is: racism.

    Je trouve que c’est exagérer et qu’il y a beaucoup d’ignorance et de manque d’imagination derrière cet « engouement des féministes blanches pour la police »... mais peut-être que le contexte US est si différent qu’il y a là vraiment des féministes blanches et activement racistes. En France il me semble que les féministes, même blanches, n’attendent rien de la police, sauf à être composée pour le prochain Noël d’une majorité de femmes qui ne sont pas étranglées par leurs collègues. Et encore.
    #police #abolition_de_la_police #féminisme_blanc

  • FINN MACKAY, en version française sur TRADFEM :
    "(2013) La prostitution est depuis longtemps un sujet de controverse au sein du Mouvement de libération des femmes, divisant les individues et les groupes féministes. Cela s’explique en grande partie par le fait que le débat est souvent réduit à une opposition entre ce que l’on appelle la « réduction des dommages » dans une « industrie du sexe » légale – l’argument pro-légalisation – et, d’autre part, les arguments en faveur de l’abolition de la prostitution. Celles qui tendent vers ce dernier point de vue sont souvent accusées de moralisme, de conservatisme et, pire encore, de mépris pour la sécurité des femmes. Il est donc peut-être opportun de revoir la vision féministe de la prostitution en tant que cause et conséquence de l’inégalité, et le présent billet tentera d’aborder certains des défis contemporains adressés à cette position politique. (...)"

    https://tradfem.wordpress.com/2020/07/03/argumenter-contre-lindustrie-de-la-prostitution-au-dela-de-loppos
    #PROSTITUTION #réduction des dommages #abolitionnisme #industrie du sexe

  • Thread by G_Ricordeau : Qq textes en francais sur l’ #AbolitionDeLaPolice et/ou les mouvements pour l’abolition (USA ou ailleurs) : (merci de completer :) ITV de Mag…
    https://threadreaderapp.com/thread/1273631208593735685.html?refreshed=1592941280

    Qq textes en francais sur l’ #AbolitionDeLaPolice et/ou les mouvements pour l’abolition (USA ou ailleurs) : (merci de completer :)

    https://www.vice.com/fr/article/g5pvaq/un-futur-sans-police-est-il-possible

    https://rebellyon.info/A-quoi-ressemblerait-un-monde-sans-22413

    https://www.jefklak.org/tout-le-monde-peut-se-passer-de-la-police

    https://iaata.info/Coalition-pour-l-Abolition-de-la-Police-en-fRance-4312.html

    https://theconversation.com/peut-on-abolir-la-police-la-question-fait-debat-aux-etats-unis-1404

    https://acta.zone/les-violences-policieres-ne-sont-quune-partie-des-problemes-suscites-par-lexi

    https://basse-chaine.info/?Comment-empecher-les-flics-de-tuer-315

    http://blog.ecologie-politique.eu/post/Faut-il-abolir-la-police

    https://www.bastamag.net/police-violences-racisme-bavures-abolitionnistes-Black-Lives-Matter-IGPN-I

    https://www.revolutionpermanente.fr/Etats-Unis-Lutter-pour-l-abolition-de-la-police-c-est-lutter-po

    https://www.lautrequotidien.fr/new-blog/2020/6/17/oui-nous-voulons-littralement-abolir-la-police-parce-que-la-rforme-n

    https://paris-luttes.info/police-mesures-reformistes-ou-14138?lang=fr

    https://www.noprisons.ca/voices/un-futur-sans-flics

    https://lundi.am/Manifeste-pour-la-suppression-generale

  • Au journal El País : la violence a bien un sexe
    Nous, les femmes de l’Assemblée abolitionniste de Madrid, dénonçons la négation de la violence structurelle à l’égard des femmes que constitue l’article « Ni toutes les femmes ont des règles, ni toutes les personnes qui ont des règles sont des femmes », publié dans le journal El País le 20 juin. Depuis quelque temps, nous assistons à une tentative d’institutionnalisation de la novlangue machiste promu par les théories queer, qui déshumanisent les femmes en parlant de « corps menstrués » ou de « personnes enceintes ». Ces expressions objectifient les femmes dans nos fonctions de reproduction et effacent le vécu et la violence que nous subissons en raison de notre réalité biologique. « Les règles ne sont pas le patrimoine exclusif des femmes », précise l’article mentionné. Si ce ne sont pas les femmes qui ont leurs règles, alors toutes les expériences de violence découlant de ce processus biologique ne sont plus considérées comme l’expression du machisme avec lequel notre corps a été historiquement maltraité.
    En novembre 2019, El País a publié une interview de Chimamanda Ngozi Adichie dans laquelle l’écrivaine féministe raconte à la première personne l’exclusion dont souffrent des millions de filles dans différents pays lorsqu’elles commencent à avoir leurs règles et comment le tabou entourant la biologie féminine est arrivé au point d’éliminer le mot « vagin » de leur vocabulaire. Les femmes sont une classe sexuelle, et l’oppression que nous subissons dans le patriarcat est indissoluble de notre corps et de notre sexualité, tant dans ses aspects reproductifs qu’érotiques. Il n’y a pas d’essence masculine et féminine, il n’y a pas de trucs comme des cerveaux d’hommes et de femmes, c’est la socialisation différente selon le sexe qui perpétue l’inégalité. Si la catégorie sexuelle est supprimée et échangée contre le genre - définitions basées sur des stéréotypes sexistes historiquement acceptés - les femmes sont effacées et deviennent le produit de leur propre oppression. En une semaine, c’est la deuxième fois que El País publie un contenu qui promeut l’effacement des femmes. Le 17 juin dernier, elle a publié sur son réseau Twitter un post qualifiant des femmes de « personnes enceintes », post qui a été supprimé peu après. Notre législation proclame « le droit à l’égalité et à la non-discrimination sur la base du sexe » dans l’article 14 de la Constitution espagnole . La loi pour l’égalité effective entre les hommes et les femmes inclut dans sa section sur la discrimination directe fondée sur le sexe « tout traitement défavorable des femmes lié à la grossesse ou à la maternité ».
    Nous invitons toutes les personnes et tous les groupes engagés en faveur de l’égalité effective à adhérer à la présente déclaration, qui informe El País et ses rédacteurs que nous, féministes, ne permettrons pas à la presse, en tant que principaux acteurs de l’opinion publique, de diluer la violence structurelle contre les femmes dans un discours postmoderne qui ignore commodément le sexe comme racine de notre oppression." ( Asemblea abolicionista de Madrid )

    #abolitionnisme #transgenrisme #résistance féministe #ElPais #"personnes enceintes" #"hommes menstrués"

    http://abolicionmadrid.com/diario-el-pais-la-violencia-si-tiene-sexo
    ______________________________________

  • Peut-on abolir la police ? La question fait débat aux États-Unis
    https://theconversation.com/peut-on-abolir-la-police-la-question-fait-debat-aux-etats-unis-1404

    La stratégie proposée par les mouvements états-uniens pour l’abolition de la police comporte trois étapes, que résume le mot d’ordre « Disempower, disarm, disband » (affaiblir, désarmer, dissoudre).

    L’affaiblissement de la police consiste à réduire son budget, ses effectifs et son influence sociale. La diminution de ses activités passe par le renforcement des liens sociaux pour que les personnes puissent gérer collectivement l’essentiel des situations problématiques (comme les violences interpersonnelles), grâce à des pratiques comme la justice transformatrice.

    Le désarmement consiste à s’opposer à la militarisation des forces de l’ordre qui s’est accélérée ces vingt dernières années et à réduire progressivement les armes dont elles disposent – y compris celles qui sont prétendument non létales, comme les tasers. Cette étape amène naturellement à la suivante : le démantèlement pur et simple des forces de l’ordre.

    Lors des manifestations de ces dernières semaines, le slogan « Defund the police » (« Cessez de financer la police ») a prospéré et fédéré au-delà des seuls mouvements abolitionnistes. Il suggère que les budgets alloués à la police soient affectés à d’autres secteurs et à des programmes qui renforcent les liens sociaux (santé, éducation, transports, logement, etc.) et donc contribuent à réduire la criminalité.

    En effet, l’abolitionnisme reproche aux institutions pénales de renforcer et d’entretenir les oppressions de classe, de race et de genre. C’est à ce titre que les abolitionnistes ne conçoivent pas qu’on puisse lutter contre ces oppressions sans lutter contre le système pénal.

    Ce mouvement invite à repenser radicalement les modes de contrôle social. À la logique de la justice pénale, il entend substituer la justice sociale et des modes non punitifs de résolution des conflits, basés sur un idéal de participation, de réparation et d’émancipation des individus et des communautés.

    Beaucoup pensent que l’existence de la police garantit la sécurité de tout·e·s. Comme le montrent les travaux sur l’histoire de la police et du système pénal, notamment ceux de Michel Foucault, la police n’a pas été créée pour répondre au phénomène du crime, mais elle participe, avec l’« industrie de la punition », à son organisation.

    Comme le souligne Foucault, cette organisation de la délinquance par le système pénal passe notamment par la gestion différentielle des illégalismes : la désignation des crimes et de leur plus ou moins sévère répression tendent à criminaliser davantage, et plus durement, certaines catégories de personnes. L’objectif de ce système est, selon le philosophe, non pas de protéger des criminels mais de désigner l’ennemi intérieur.

    #Police #Abolition #Communs #Justice

  • What a World Without Cops Would Look Like – Mother Jones
    https://www.motherjones.com/crime-justice/2020/06/police-abolition-george-floyd

    Efforts to cut off funding for police have already taken root in Minneapolis, where the police department’s budget currently totals $193 million. (In 2017, the department received 36 percent of the city’s general fund expenditures.) Two days after Floyd’s killing, the president of the University of Minnesota declared that that the campus would no longer contract with the police department to provide security for large gatherings like football games. On Friday, a member of the Minneapolis Board of Education announced a resolution to end the school district’s contract to station 14 cops in its schools. And community groups such as the Black Visions Collective and Reclaim the Block are petitioning the city council to cut the police department’s budget by $45 million and reinvest the money in health and (non-police) safety programs.

    With other campaigns to cut police budgets underway in cities like Los Angeles and New York and calls to defund the police gathering steam on social media, I spoke with Brooklyn College sociology professor Alex Vitale, the coordinator of the Policing & Social Justice Project and author of The End of Policing, to talk about the sweeping vision of police abolition and what it means in practice.

    #abolir_la_police #police #justice #justice_réparative #USA

    • Minneapolis council member: Conversations underway to disband police
      https://www.thedenverchannel.com/news/america-in-crisis/minneapolis-council-member-conversations-underway-to-disband-polic

      "The department is ungovernable,” Fletcher said. “Chief (Medaria) Arradondo is a leader that we’ve all had very high hopes in and that I imagined could play a role in envisioning the next version of public safety. But he has clearly not been able to make the culture change happen that we were hoping for and investing in.”

      What it would take to disband the department is unclear. But what is clear is that the department is already seeing a reduced role in the protection of the city.

      On Wednesday, the Minneapolis Park Board voted to terminate its relationship with the department, and the Minneapolis Police will no longer be involved in guarding events on park property.

      Fletcher said in a Twitter post that it’s time to “declare policing as we know it a thing of the past.”

      Minneapolis City Council members look to disband the police department as schools and other city agencies cut ties with police
      https://www.msn.com/en-au/news/world/minneapolis-city-council-members-look-to-disband-the-police-department-as-schools-and-other-city-agencies-cut-ties-with-police/ar-BB152szZ
      https://img-s-msn-com.akamaized.net/tenant/amp/entityid/BB152eBW.img?h=630&w=1200&m=6&q=60&o=t&l=f&f=jpg

      Several members of the Minneapolis City Council are exploring ways to permanently disband the Minneapolis Police Department.
      Over the past week, several other city agencies have severed their ties to the department.
      “We can send a city response that makes situations better. We can resolve confusion over a $US20 grocery transaction without drawing a weapon, or pulling out handcuffs,” Councilmember Steve Fletcher said.

      Mais pas de grosse presse sur ça...

    • Six Ideas for a Cop-Free World - Rolling Stone
      https://www.rollingstone.com/politics/politics-news/police-brutality-cop-free-world-protest-199465

      Editor’s note: This story was originally published on December 16th, 2014, following the deaths of Michael Brown and Eric Garner, black men who were killed by police. In recent days, in the wake of nationwide protests demanding justice for George Floyd, we are sharing some of our previous coverage about how to end systematic racism in America.

      After months of escalating protests and grassroots organizing in response to the police killings of Michael Brown and Eric Garner, police reformers have issued many demands. The moderates in this debate typically qualify their rhetoric with “We all know we need police, but…” It’s a familiar refrain to those of us who’ve spent years in the streets and the barrios organizing around police violence, only to be confronted by officers who snarl, “But who’ll help you if you get robbed?” We can put a man on the moon, but we’re still lacking creativity down here on Earth.

      But police are not a permanent fixture in society. While law enforcers have existed in one form or another for centuries, the modern police have their roots in the relatively recent rise of modern property relations 200 years ago, and the “disorderly conduct” of the urban poor. Like every structure we’ve known all our lives, it seems that the policing paradigm is inescapable and everlasting, and the only thing keeping us from the precipice of a dystopic Wild West scenario. It’s not.

    • I’m a Minneapolis City Council Member. We Must Disband the Police—Here’s What Could Come Next | Time
      https://time.com/5848705/disband-and-replace-minneapolis-police

      I have been surprised, then, by how difficult and controversial it has been to pass the relatively small budget changes that we have made, which have not even cut their budget but merely redirected some proposed increases to fund a new Office of Violence Prevention. Other programmatic proposals to change the way we police have been met with stiff institutional resistance.

      Minneapolis Police had an opportunity to distance themselves from Derek Chauvin, to express sympathy, to be a calming presence. Instead, they deployed tear gas and rubber bullets, effectively escalating the situation from protest to pitched conflict. By the next day, it was clear that people on Lake Street were rallying for much more than the prosecution of four officers. They were demonstrating their anger at decades of harassment and racialized violence and calling for it to end.

      We have a talented, thoughtful police chief who has attempted some important steps. He has fired officers for significant abuses only to have his decisions overturned and those officers reinstated by arbitrators. Mayor Frey has met fierce resistance from the Federation to implement even minor policy changes.

      After viewing George Floyd’s murder, watching police not only fail to apologize, but escalate the situation with aggressive tactics, and finally watching the department abandon neighborhood businesses to exclusively defend their precinct building, most of my constituents have had enough.

      Every member of the Minneapolis City Council has now expressed the need for dramatic structural change. I am one of many on the Council, including the Council President and the Chair of Public Safety, who are publicly supporting the call to disband our police department and start fresh with a community-oriented, non-violent public safety and outreach capacity. What I hear from most of my constituents is that they want to make sure we provide for public safety, and they have learned their whole lives to equate “safety” with “police,” but are now concluding that need not be the case.

      We had already pushed for pilot programs to dispatch county mental health professionals to mental health calls, and fire department EMTs to opioid overdose calls, without police officers. We have similarly experimented with unarmed, community-oriented street teams on weekend nights downtown to focus on de-escalation. We could similarly turn traffic enforcement over to cameras and, potentially, our parking enforcement staff, rather than our police department.

      By Steve Fletcher
      June 5, 2020 9:57 AM EDT
      Fletcher is a City Council Member for Ward 3 in Minneapolis, Minn.

      We can invest in cultural competency and mental health training, de-escalation and conflict resolution. We can send a city response that that is appropriate to each situation and makes it better. We can resolve confusion over a $20 grocery transaction without drawing a weapon or pulling out handcuffs.

      Mostly—and this might be the hardest part to envision and make real—we need to be more deeply engaged with each other. We need to build the relationship networks, skills, and capacity in our communities to support each other in resolving conflicts and keeping each other safe before things escalate dangerously. Our isolation from each other has required us to outsource the management of social interactions. We have to get relational.

    • Opinion | The Police Killed George Floyd. Redirect Their Funding Elsewhere. - The New York Times
      https://www.nytimes.com/2020/05/30/opinion/george-floyd-police-funding.html

      The only way we’re going to stop these endless cycles of police violence is by creating alternatives to policing. Because even in a pandemic where black people have been disproportionately killed by the coronavirus, the police are still murdering us.

      On Monday, a worker at a store in Minneapolis called 911, claiming that George Floyd had used counterfeit money. The incident ended with a police officer suffocating Mr. Floyd to death, despite his and bystanders’ pleas for mercy. Protests have since erupted across the country while the police respond with military-style violence.

      As the case of George Floyd makes clear, calling 911 for even the slightest thing can be a death sentence for black people. For many marginalized communities, 911 is not a viable option because the police often make crises worse.

      More training or diversity among police officers won’t end police brutality, nor will firing and charging individual officers. Look at the Minneapolis Police Department, which is held up as a model of progressive police reform. The department offers procedural justice as well as trainings for implicit bias, mindfulness and de-escalation. It embraces community policing and officer diversity, bans “warrior style” policing, uses body cameras, implemented an early intervention system to identify problematic officers, receives training around mental health crisis intervention, and practices “reconciliation” efforts in communities of color.

      George Floyd was still murdered. The focus on training, diversity and technology like body cameras shifts focus away from the root cause of police violence and instead gives the police more power and resources. The problem is that the entire criminal justice system gives police officers the power and opportunity to systematically harass and kill with impunity.

      The solution to ending police violence and cultivating a safer country lies in reducing the power of the police and their contact with the public.

      Municipalities can begin by changing policies or statutes so police officers never respond to certain kinds of emergencies, including ones that involve substance abuse, domestic violence, homelessness or mental health. Instead, health care workers or emergency response teams would handle these incidents.

      Ideally, people would have the option to call a different number — say 727 — to access various trained response teams.

      The good news is, this is already happening. Violence interruption programs exist throughout the country and they’re often led by people from the community who have experience navigating tricky situations. Some programs, like one in Washington, D.C., do not work with the police; its staff members rely instead on personal outreach and social connections for information about violence that they work to mediate and diffuse. We should invest in these programs, which operate on shoestring budgets, so they have their own dedicated dispatch centers outside of 911.

      Dallas is pioneering a new approach where social workers are being dispatched to some 911 calls that involve mental health emergencies. The program has shown success, and many of the people receive care that they would never have gotten in jails or overcrowded hospitals.

      In California, the Bay Area Transformative Justice Collective deals with child sexual abuse without the police. The collective develops pods — groups of people including survivors, bystanders or people who have harmed in the past — that each pod-member feels they can turn to for support when needed.

      Here’s another idea: Imagine if the money used to pay the salaries of police officers who endlessly patrol public housing buildings and harass residents can be used to fund plans that residents design to keep themselves safe. The money could also pay the salaries of maintenance and custodial workers; fund community programs, employment and a universal basic income; or pay for upgrades to elevators and apartment units so residents are not stuck without gas during a pandemic, as some people in Brooklyn were.

      https://batjc.wordpress.com

      By Philip V. McHarris and Thenjiwe McHarris

      Mr. McHarris is a doctoral candidate focusing on race, housing and policing. Ms. McHarris is a strategist with the Movement for Black Lives.

    • Black Lives Matter Has Been Doing The Work To ’Defund The Police’ For Years
      https://www.msn.com/en-us/news/us/black-lives-matter-has-been-doing-the-work-to-defund-the-police-for-years/ar-BB156D9S
      https://img-s-msn-com.akamaized.net/tenant/amp/entityid/BB156BjH.img?h=630&w=1200&m=6&q=60&o=t&l=f&f=jpg&x=3157&y=7

      Los Angeles’ BLM chapter and its partners proposed an alternative “People’s Budget,” which showed how redirecting money allocated for LAPD could pay for desperately needed housing assistance, rent suspension, mental health services and support for public schools. The activists succeeded in embarrassing City Council members into delaying a vote on the budget and ultimately allowing a June 1 deadline to pass without revising the budget.

      Despite its progressive reputation, Los Angeles has lagged behind the rest of the state in criminal justice reform. L.A. County jails incarcerate more people than any other jail system in the country.Black Lives Matter activists have been at the forefront of efforts to change that.

      Although Black Lives Matter does not endorse candidates, it has led the effort to oust Lacey, who has opposed almost every criminal justice reform measure that has come up during her eight years in office. Lacey, the county’s first Black district attorney, ran for reelection in 2016 unopposed but is facing a progressive challenger in November after failing to secure more than 50% of the vote in the primary.

      Thanks to BLM organizing, L.A. residents will also have the chance to vote on Measure R, a civilian-driven ballot initiative that aims to reduce the county’s jail population by getting prisoners with mental health conditions out of jail and into treatment. Organizers collected 250,000 signatures to get Measure R on the ballot.

    • What does ’defund the police’ mean? The rallying cry sweeping the US – explained | US news | The Guardian
      https://www.theguardian.com/us-news/2020/jun/05/defunding-the-police-us-what-does-it-mean?ref=hvper.com
      https://i.guim.co.uk/img/media/8fd0ed9636b86ed15b807511f42695dda676873d/0_135_3219_1931/master/3219.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

      For years, community groups have advocated for defunding law enforcement – taking money away from police and prisons – and reinvesting those funds in services. The basic principle is that government budgets and “public safety” spending should prioritize housing, employment, community health, education and other vital programs, instead of police officers. Advocates argue that defunding is the best way forward since attempts to reform police practices over the last five years have failed, as evidenced by the brutal killing of George Floyd. Groups have a range of demands, with some seeking modest reductions and others viewing full defunding as a step toward abolishing contemporary police services.
      How much does America currently spend on police?

      In the past four decades, the cost of policing in the US has tripled and is now $115bn, according to a recent analysis. That steady increase comes as crime has been consistently declining. In most cities, spending on police is significantly greater than spending on services and other departments ($1.8bn on police in Los Angeles, for example, which is more than half the city’s general fund). The Covid-19 economic crisis has led cities and states to make drastic budget cuts to education, youth programs, arts and culture, parks, libraries, housing services and more. But police budgets have grown or gone largely untouched – until pressure from protests this week.

    • Abolishing Prisons Is within Our Grasp | Bitch Media
      https://www.bitchmedia.org/article/prison-abolition-should-be-the-american-dream

      The United States incarcerates more people than any other country, with 2.2 million adults in prisons or jails at the end of 2016. Nearly 60,000 children under the age of 18 are also incarcerated in juvenile jails or prisons, and about 10,000 more children are held in adult jails or prisons. Citizens pay the high price for this system because our tax dollars are funneled into policing and incarcerating the people in these systems—predominantly Black and Brown people. This is by design. Slavery legally ended in 1865 with the passage of the Thirteenth Amendment, but the language of this amendment still allowed slavery as punishment for a crime. The carceral system revived slave labor, allowing the United States to continue disenfranchising and enslaving incarcerated Black people. Now almost every aspect of Black and Brown people’s lives is affected by the carceral state—from extra surveillance and imprisonment to disenfranchisement upon release. The entire system is built to maintain white supremacy, which remains the status quo in the United States.

      “It might be challenging to envision a world without policing or imprisonment because we’re constantly being told that these systems are natural [they’re not] and have always existed [they haven’t],” says Mohamed Shehk, the national media and communications director of Critical Resistance. Though some Americans have difficulties imagining a world without police or prisons, communities who don’t rely on the PIC do exist. Shehk says the Palestinian village where his mother grew up doesn’t have a police force. Problems there are resolved by “bringing in the elders of the community to come up with a resolution.” In 2011, the indigenous Purépecha town of Cherán banned political parties, gangs, and police. Since then, they boast the lowest murder rate in the entire Michoacán region, which is historically one of the most violent regions in Mexico. What’s more, since Cherán abolished the corrupt police force, they haven’t had a single kidnapping.

      “Policing exists to manage the consequences of inequality in ways that benefit those people who are creating the inequality,” says Alex S. Vitale, a sociology professor at Brooklyn College and author of the 2017 book The End of Policing. “The decision to use police to manage the problems of the poor is inherently unjust in most circumstances and actually racist because this burden so falls most heavily on communities of color.” Many wealthy white communities have already abolished police forces because they don’t want the criminal justice system solving their intercommunal problems. Why is this option not available to all of us?

      Abolitionists are often asked to explain what will happen to people who commit murder or rape if police and prisons are abolished. Shehk responds with a similar question: “What are we doing now with people who commit those harms?” Some of the high-profile assault stories that surfaced during the #MeToo movement, including Chanel Miller’s rape at the hands of Brock Turner and Dr. Christine Blasey Ford’s testimony of her assault by Brett Kavanaugh, revealed that survivors of sexual harassment and assault aren’t being protected by this system. Instead, the criminal justice system protects and maintains agents of the patriarchy, including students like Turner, police officers, lawyers, Supreme Court justices, and presidents.

      Since the United States locks people up at a higher rate than any other country, you’d assume this “would be the safest place, virtually free of harm or violence,” Shehk says, but that’s obviously not the case. The president of the United States and two Supreme Court justices have been accused of sexual harassment or sexual assault on multiple occasions. Less than 1 percent of rapes result in the incarceration of the perpetrator, while at least 89 percent of survivors face emotional and physical consequences. Often the rapes reported to police aren’t even investigated, considering the 200,000 rape kits the federal government estimates are sitting—submitted, yet unopened—in police storage. That’s not justice.

      ActivismMagazinePoliticsprisonThe Fantasy Issue
      Beyond BarsPrison Abolition Should Be the American Dream
      by Reina Sultan |

      artwork by Matice Moore and Dawud Lee
      Published on June 4, 2020

      I do not have all the answers, left. I try to have conversations about every subject we must deal with in our communities, center. Someone you love needs your support, but you cannot be there, no matter how much they need you, right. (Artwork by Matice Moore and Dawud Lee for the LifeLines Project)
      This article was published in Fantasy Issue #87 | Summer 2020 Subscribe »

      In her 2003 book, Are Prisons Obsolete?, scholar and activist Angela Y. Davis wrote, “Prison abolitionists are dismissed as utopians and idealists whose ideas are at best unrealistic and impracticable, and, at worst, mystifying and foolish.” Those who oppose prison-industrial complex (PIC) abolition partially see it as a fantasy that can’t be realized. “This is a measure of how difficult it is to envision a social order that does not rely on the threat of sequestering people in dreadful places designed to separate them from their communities and families. The prison is considered so ‘natural’ that it is extremely hard to imagine life without it,” Davis writes.

      But activists and organizations have been imagining life without prisons for decades. The Prison Research/Education/Action Project’s 1976 pamphlet “Instead of Prisons: A Handbook for Abolitionists” laid out the pillars of abolition: “moratorium,” “decarceration,” and “excarceration.” “Moratorium” calls for an end to the building of prisons, jails, and detention centers; “decarceration” works to have nonviolent offenders released from prison; and “excarceration” involves diverting people away from interacting with law enforcement through decriminalization. In 1997, Davis and City University of New York professor Ruth Wilson Gilmore cofounded Critical Resistance, an international organization that aims to dismantle the pic by using these three pillars. A year later, 3,500 people convened for a three-day Critical Resistance conference to discuss the limitations of the PIC in the United States.

      Other organizations with similar goals have also been erected: Decrim NY wants to decriminalize sex work in New York City and in the state and decarcerate sex workers. The Black Youth Project 100 uses a Black, queer, and feminist lens to work toward the liberation of all Black people, including those who are currently incarcerated. No New Jails NYC calls for an end to the building and funding of new prisons and jails in New York City. All of these organizations are working toward a common goal: ending the pic.
      Justice Is Not Served

      The United States incarcerates more people than any other country, with 2.2 million adults in prisons or jails at the end of 2016. Nearly 60,000 children under the age of 18 are also incarcerated in juvenile jails or prisons, and about 10,000 more children are held in adult jails or prisons. Citizens pay the high price for this system because our tax dollars are funneled into policing and incarcerating the people in these systems—predominantly Black and Brown people. This is by design. Slavery legally ended in 1865 with the passage of the Thirteenth Amendment, but the language of this amendment still allowed slavery as punishment for a crime. The carceral system revived slave labor, allowing the United States to continue disenfranchising and enslaving incarcerated Black people. Now almost every aspect of Black and Brown people’s lives is affected by the carceral state—from extra surveillance and imprisonment to disenfranchisement upon release. The entire system is built to maintain white supremacy, which remains the status quo in the United States.

      “It might be challenging to envision a world without policing or imprisonment because we’re constantly being told that these systems are natural [they’re not] and have always existed [they haven’t],” says Mohamed Shehk, the national media and communications director of Critical Resistance. Though some Americans have difficulties imagining a world without police or prisons, communities who don’t rely on the PIC do exist. Shehk says the Palestinian village where his mother grew up doesn’t have a police force. Problems there are resolved by “bringing in the elders of the community to come up with a resolution.” In 2011, the indigenous Purépecha town of Cherán banned political parties, gangs, and police. Since then, they boast the lowest murder rate in the entire Michoacán region, which is historically one of the most violent regions in Mexico. What’s more, since Cherán abolished the corrupt police force, they haven’t had a single kidnapping.
      Doctor Climax

      From Our Sponsors

      Some communities within the United States are also accustomed to policing themselves. Shehk says it’s “important to remember that many communities don’t call the cops because of rightful mistrust.” He also points out that “you can also visit Beverly Hills or the Golden Triangle or the other elite, wealthy, white neighborhoods of this country to see what a community without police or prisons looks like.” When a student at an elite private school in Orange County, California, is found with weed in their backpack, teachers don’t call the police—and there isn’t an active police presence within the school itself. Instead, teachers call the student’s parents, believing it’s an issue that can be solved within the family. Black and Brown students, on the other hand, are funneled from school into the criminal justice system in what is commonly known as the school-to-prison pipeline. These students are increasingly accused of crimes, suspended, or reported to the police compared to their white counterparts, which often creates a lasting connection with the carceral state.

      Reducing interaction with law enforcement would allow students the space to make mistakes and learn from them, and would encourage teachers to build better relationships with parents. It also moves resources away from metal detectors, surveillance equipment, and onsite police and toward quality educators, better school supplies, and extracurricular activities. “Policing exists to manage the consequences of inequality in ways that benefit those people who are creating the inequality,” says Alex S. Vitale, a sociology professor at Brooklyn College and author of the 2017 book The End of Policing. “The decision to use police to manage the problems of the poor is inherently unjust in most circumstances and actually racist because this burden so falls most heavily on communities of color.” Many wealthy white communities have already abolished police forces because they don’t want the criminal justice system solving their intercommunal problems. Why is this option not available to all of us?
      What Does Abolition Look Like?

      Abolitionists are often asked to explain what will happen to people who commit murder or rape if police and prisons are abolished. Shehk responds with a similar question: “What are we doing now with people who commit those harms?” Some of the high-profile assault stories that surfaced during the #MeToo movement, including Chanel Miller’s rape at the hands of Brock Turner and Dr. Christine Blasey Ford’s testimony of her assault by Brett Kavanaugh, revealed that survivors of sexual harassment and assault aren’t being protected by this system. Instead, the criminal justice system protects and maintains agents of the patriarchy, including students like Turner, police officers, lawyers, Supreme Court justices, and presidents.

      Since the United States locks people up at a higher rate than any other country, you’d assume this “would be the safest place, virtually free of harm or violence,” Shehk says, but that’s obviously not the case. The president of the United States and two Supreme Court justices have been accused of sexual harassment or sexual assault on multiple occasions. Less than 1 percent of rapes result in the incarceration of the perpetrator, while at least 89 percent of survivors face emotional and physical consequences. Often the rapes reported to police aren’t even investigated, considering the 200,000 rape kits the federal government estimates are sitting—submitted, yet unopened—in police storage. That’s not justice.

      Get Bitch Media’s top 9 reads of the week delivered to your inbox every Saturday morning! Sign up for the Weekly Reader:
      Email *

      Murder clearance rates aren’t much better, with police reportedly solving only about 60 percent of murders. When the victim is Black—as the majority of homicide victims are—the clearance rate declines to the lowest of any other racial group. In communities that are particularly disenfranchised, those rates can be in the single digits. These figures don’t instill much faith in law enforcement’s efficacy.

      As Vitale puts it, “serial killers don’t just fall out of the sky.” According to him, treating criminalization as the only option for deterrence is one of the reasons nothing is done to help children or teenagers who, despite the threat of prison, still exhibit violent tendencies. That violence might be prevented through robust social services, mental healthcare, and support systems. Shehk also lists “restorative and transformative justice practices, healing circles, or community accountability models” as examples of nonpunitive ways of addressing harm. “Rather than trying to cage away the problem, one key part of these models is an attempt to address the root cause of the harm and to change the conditions in which it occurred so that it doesn’t happen again,” he says. “Many of these are informed by Indigenous practices, and all of them seek to uplift the humanity of the parties involved.”

      Mass incarceration costs $182 billion a year, when considering policing, court costs, and the operating costs of prisons and jails—and it doesn’t even effectively deter crime, achieve justice for victims, or rehabilitate perpetrators. Rather than funneling money into the PIC, the United States could fund an education system that invests in mental-health services instead of policing and surveillance. We could use those billions of dollars to finance living accommodations for houseless people and provide them with mental healthcare and drug rehabilitation as needed. This money could be used to train crisis intervention teams or violence interrupters to deal with escalated situations.

      The possibilities are endless, if we allow ourselves to dream bigger than criminalization and bondage. “Being an abolitionist is the most realistic position because it is based in statistics and logic along with empathy and respect for human dignity,” says Agbebiyi. To Daoud, “over-policing creates a system of engineered conflict and perpetuates harm. As such, she—and others at BBO—believes that abolishing prisons must be coupled with radically caring for your community in many forms, including cop-watching and bystander intervention. The dream of abolition is being realized every day by people working for a more equitable world. “If you’re doing work to advocate for a living wage, that’s abolitionist work. If you’re doing work to advocate against environmental racism, that’s abolitionist work. If you’re working to make sure folks have access to affordable healthcare, that’s abolitionist work,” Agbebiyi says. Moving abolition from a fantasy to a reality is going to happen incrementally, but we can certainly make it happen. Vitale confirms this, saying, “Abolition is embedded in tons of movements all over the country and it’s happening right now.”

      by Reina Sultan
      #abolitionnisme_carcéral #prison

    • Majority of the Minneapolis City Council pledges to dismantle the Police Department.
      https://seenthis.net/messages/859237

      Nine members — a veto-proof majority — of the Minneapolis City Council pledged on Sunday to dismantle the city’s Police Department, promising to create a new system of public safety in a city where law enforcement has long been accused of racism.

      Saying that the city’s current policing system could not be reformed, the council members stood before hundreds of people gathered late in the day on a grassy hill, and signed a pledge to begin the process of taking apart the Police Department as it now exists.

    • Mpls. Council majority backs dismantling police department - StarTribune.com
      https://www.startribune.com/mpls-council-majority-backs-dismantling-police-department/571088302


      Alondra Cano was one of nine Minneapolis Council members who spoke out in support of advocacy group Black Visions, which is calling for the end of the Minneapolis Police Department.
      JERRY HOLT – STAR TRIBUNE

      In their boldest statement since George Floyd’s killing, nine Minneapolis City Council members told a crowd Sunday that they will “begin the process of ending the Minneapolis Police Department.

      We recognize that we don’t have all the answers about what a police-free future looks like, but our community does,” they said, reading off a prepared statement. “We’re committed to engaging with every willing community member in the City of Minneapolis over the next year to identify what safety looks like for you.

      Their words — delivered one day after Mayor Jacob Frey told a crowd of protesters he does not support the full abolishment of the MPD — set off what is likely to be a long, complicated debate about the future of the state’s largest police force.

      With the world watching, and the city’s leaders up for re-election next year, the stakes are particularly high. While Minneapolis has debated the issue in the past, Floyd’s death at the hands of Minneapolis police has added a sense of urgency, and the calls for police departments to be disbanded have echoed in other cities around the country.

      Council members have noted repeatedly since Floyd’s death that Minneapolis has the chance to redefine policing. On a sunny Sunday afternoon, nine of them walked onto a stage at Powderhorn Park to support members of advocacy group Black Visions, who were calling for the end of the MPD. On stage were Council President Lisa Bender, Vice President Andrea Jenkins and Council Members Alondra Cano, Phillippe Cunningham, Jeremiah Ellison, Steve Fletcher, Cam Gordon, Andrew Johnson and Jeremy Schroeder.

      Decades of police reform efforts have proved that the Minneapolis Police Department cannot be reformed and will never be accountable for its actions,” they said. “We are here today to begin the process of ending the Minneapolis Police Department and creating a new, transformative model for cultivating safety in Minneapolis.

      #démantèlement de la #police_municipale


      Gallery: A new sculpture was erected on Chicago Avenue S. just north of E. 38th Street, the site where George Floyd was was asphyxiated in Minneapolis police custody
      JEFF WHEELER – STAR TRIBUNE.


      Visitors to the intersection where George Floyd was killed in Minneapolis were continuously leaving fresh flowers on the names of other victims of police violence on Sunday, June 7.
      JEFF WHEELER – STAR TRIBUNE_

    • The End of Policing: Alex Vitale on How Cops & Their Unions Cover Up Inequality, Exploitation | Democracy Now!
      https://www.democracynow.org/2020/6/8/alex_vitale_end_of_policing#transcript

      Professor Alex Vitale argues the answer to police violence is not “reform.” It’s defunding. The author of “The End of Policing” says the movement to defund the police is part of “a long story about the use of police and prisons to manage problems of inequality and exploitation.” He asks, “Why are we using police to paper over problems of economic exploitation?” He also discusses the role of police unions. “They become, in many cities, the locus, the institutional hub, for a whole set of right-wing ’thin blue line’ politics that believe that policing is not only effective but it’s the most desirable way to solve our problems. And embedded in this is a deep racism that says that certain populations can only be managed through constant threats of coercion.”

    • Minneapolis City Council Vows to Dismantle Police Dept. After Mass Protests & Grassroots Organizing | Democracy Now!
      https://www.democracynow.org/2020/6/8/minneapolis_police_abolition#transcript

      The City Council of Minneapolis announced Saturday it would disband and abolish the police department responsible for the killing of African American man George Floyd, following nearly two weeks of mass protest and growing calls to defund the police.

      In a statement, nine of the city’s 12 councilmembers said, quote, “Decades of police reform efforts have proved that the Minneapolis Police Department cannot be reformed, and will never be accountable for its action. … We recognize that we don’t have all the answers about what a police-free future looks like, but our community does,” they said.

      The historic announcement comes after years of organizing on the ground by groups like Reclaim the Block, Black Visions Collective and MPD150.

  • Des femmes, des survivantes de la prostitution, agressées lors des manifestations du 8 mars ! – Osez le feminisme !
    http://osezlefeminisme.fr/des-femmes-des-survivantes-de-la-prostitution-agressees-lors-des-man

    Osez le Féminisme ! dénonce fermement les violences contre des militantes féministes dont 3 survivantes de la prostitution, au sein même des manifestations le 8 mars pour la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Menaces de mort, violences physiques, arrachage de pancartes et de banderoles… les “pro-prostitution” redoublent de violences, pour confisquer la parole des survivantes qui témoignent héroïquement des violences prostitutionnelles subies.

    À Toulouse, une survivante d’inceste et de prostitution, a été attaquée par 3 personnes pour lui arracher sa pancarte abolitionniste.
    A Paris, 15 personnes organisées ont arraché et volé une banderole, et ont frappé violemment des militantes féministes abolitionnistes, dont une survivante de la prostitution et de viols pédocriminels. Elles ont déposé plainte et passé la nuit aux urgences.

    Donc voilà, à des manifs féministes il y a des meufs qui expliquent qui a le droit d’exister et qui pas, et le fait que leurs cibles soient des #personnes_les_premières_concernées, le fait qu’elles aient les meilleures raisons du monde de considérer la prostitution comme une violence de plus faite aux femmes n’empêche pas certaines de se sentir hyper légitimes en s’attaquant à des corps de femmes.
    #prostitution #abolitionnisme #violence_en_milieu_féministe

    • même si je suis loin d’être en première ligne, pas question de m’habituer. Je vais plutôt sonder autour de moi... c’est pas compliqué, je ne connais personne qui a lu dworkin, et celles et ceux qui connaissent son nom sont en mode « ah ouais le truc puritain là... ». J’en veux beaucoup à despentes (et ardisson qui l’invitait) pour la domination des arguments pseudo prosexe dans le débat général. Cette histoire est consternante et elle n’a fait presqu’aucun bruit...

    • Je trouve facile et particulièrement méprisant le fait de tenter de disqualifier des débats réels et cruciaux qui existent depuis les débuts du féminisme en balançant (avec une morgue bien masculine) des phrases comme « il va falloir s’habituer à ce nouveau féminisme où celles qui savent mieux que les autres leur tapent dessus pour leur faire passer la malcomprenance... »
      Je ne tente plus de répondre aux vannes de ce genre (on se doute duquel), mais je mets en ligne des analyses qui prennent au sérieux ces débats. À chacune d’en juger. De plus en plus de gens se dégagent des tentatives d’intimidation grossière, et je suis optimiste quant à un avenir où la prétention commode d’être « non binaire » ou même « une femme » si on veut paraître tel deviendra moins crédible du fait d’être soumise à une analyse politique collective, plutôt qu’à l’occupation de plate-formes médiatiques.

    • Je crois que t’as rien compris à cette phrase. Le première commentaire du seen lui-même, et plein d’autres messages ailleurs, montre parfaitement que @antonin1 n’aime pas ce comportement et le critique à chaque fois. Bref… C’est surtout que t’arrives pas à comprendre qu’on peut à la fois essayer d’être contre ces comportements masculinistes, individualistes, contre l’identité définie uniquement soi-même ET être contre les stigmatisations transphobes, les petites phrases perfides, comme il y en a tant (de plus en plus au fil des mois) dans les textes choisis par tradfem. Et qu’on peut argumenter, et faire des textes qui critiquent le genre sans être insultant pour d’autres, et aussi réfléchir à des solutions concrètes (les toilettes etc) pas juste théoriques qui soient à la fois réellement féministes, anti-prostitution, anti-individualiste, mais aussi transinclusives, sans mettre personne sur le carreau (voire en danger de violence ou de mort). Mais pour ça faut se casser la tête un peu, c’est moins dans la facilité que mettre les femmes contre les trans ou ce genre de conflit… binaire.

    • « mettre les femmes contre les trans »... Cette inversion est inqualifiable. Libre à vous de tenter de convaincre les transactivistes de cesser de mener la guerre aux femmes, mais un peu de perspective SVP. Vous me rendez de plus en plus difficile de croire en votre bonne foi. Je sais que antonin1 critique régulièrement les outrances antiféministes mais j’ai trouvé malheureux son renvoi dos à dos de féministes alors que c’est un antiféminisme qui fait rage.

    • Merci @rastapopoulos, je plussoie.

      @martin4, mon truc sur « faire passer la malcomprenance » est évidemment ironique, je condamne la violence que subissent, et que j’ai pas mal documentée ici, les féministes radicales. Et avec cette ironie je condamne cette certitude de mieux valoir moralement, d’être plus open, plus généreux, plus jeune (!) de beaucoup de monde dans cette sphère « antiTERF ». Mais vous n’aidez pas et Rastapopoulos le dit très bien. Le discours naturalisant et désormais « critique du genre » (que reste-t-il du féminisme sans ça ?), méprisant envers des personnes trans qui sont ou pourraient être des alliées... Votre attitude à vous Martin ici même a fait fuir une femme qui ne supporte pas votre faible capacité au dialogue (et doit avoir quelque chose contre les chevaliers blancs qu’aucun doute n’assaille, visiblement). Oui, des fois j’aurais envie de renvoyer les deux camps dos à dos. Mais je dois bien constater que les féministes trans-exclusives sont traitées comme aucune féministe ne devrait jamais être traitée pour ses engagements. Que c’est grave. Et que c’est compliqué de prendre votre défense en public, quand l’intransigeance des féministes trans-exclusives n’est rien face à la violence inouïe des transactivisites anti-TERF... Misère !

  • #Meghan_Murphy : « Pas un maquereau, un manager » : Le Toronto Star enquête sur la traite sexuelle en Ontario
    https://tradfem.wordpress.com/2020/01/24/%e2%80%89pas-un-maquereau-un-manager%e2%80%89-le-toronto-star-enq

    Matthew Deiaco est accusé de traite de personnes et purge une peine au Centre de détention de Toronto-Est à Scarborough. Il dit à Carville : « Le sexe fait partie de la vie. Je pense que si une femme veut en tirer de l’argent, elle ne devrait pas avoir à aller en prison [et il en est de même pour] quelqu’un qui l’aide. C’est sa vie, c’est son corps. »

    Ce discours vous rappelle quelque chose ?

    « Certaines personnes ne veulent pas d’une relation. Ils veulent juste obtenir ce qu’ils veulent et rentrer chez eux. Sans condition », ajoute-t-il.

    Deiaco continue en disant, « Pourquoi arrêter des clients pour le simple fait d’avoir acheté une femme ? » Attendez un instant : « Acheter une femme ? » Je croyais que les hommes ne parlaient jamais comme ça, que c’était un cliché des abolitionnistes ? Je croyais que les féministes inventaient de toutes pièces ce truc d’une « industrie du sexe qui traite les femmes comme des choses, des marchandises à acheter et à vendre » ? Je me demande quand les défenderesses de l’industrie qui passent leurs journées à hurler contre les féministes vont tourner leur attention vers des hommes comme Deiaco…

    Deiaco explique à la journaliste la facilité de faire en sorte que ces filles tombent amoureuses de lui et répondent à ses exigences. « La plupart de ces filles sont brisées », dit Deiaco. « Tu n’as qu’à répondre à leur demande. »

    Comme je l’ai fait valoir à maintes reprises, la ligne que les partisans pro-prostitution tentent de tracer entre une activité « forcée » et « volontaire », est, au mieux, floue. Ces proxénètes n’ont pas besoin de kidnapper qui que ce soit, ils cherchent des filles vulnérables et leur vendent « un rêve », comme le dit Deiaco. « Il s’agit de trouver leur faille. Pour certaines, c’est la drogue, d’autres ont juste besoin de s’entendre dire ʺJe t’aimeʺ… Savoir que quelqu’un se soucie d’elles les répare. »

    Deiaco est accusé de traite, mais techniquement, les filles qu’il prostitue sont volontaires. Il ne les tient pas en otage, littéralement. Il les encourage simplement à « choisir » et soutient leur « choix ».

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.feministcurrent.com/2015/12/15/not-a-pimp-a-manager-toronto-star-trafficking
    #exploitation_sexuelle #système_prostitutionnel #violences_masculines #pro-sexe #féminisme #abolitionnisme #traite_d'êtres_humains

    • Lien vers

      Beaten, branded, bought and sold | The Toronto Star
      https://projects.thestar.com/human-sex-trafficking-ontario-canada

      It’s easy to make up to $1,000 a day with one girl, Deiaco said. “Sometimes in a month, if you have four women, you could make $70,000.”

      Pimps, Deiaco said, prey on girls who are broken; girls who “need that daddy figure.”

      It begins with the boyfriend stage: romantic dates, the illusion of love and the promise of a future, complete with a house they would own together. Then it’s the grooming, the gifts and the hints about how much money she could make working in the sex trade.

      “You get in there, you find the crack, some just need to hear ‘I love you,’ ” Deiaco said.

      Finally it comes to the “sale,” where a pimp convinces a girl to prostitute herself and give him all her money.

    • Quelques exemples de publicités diffusées par Backpage :

      « Venez jouer avec Chantelle. Moins de tracas qu’une petite amie, moins chère qu’une épouse. Baisez cruellement ou gentiment. Je serai extra-douce avec un soupçon d’épice. »

      Compétition avec les autres femmes pour moins-disant relationnel, violence sexuelle et exotisme (racisme). Super cocktail !

      « Diamant à votre service. Je m’assure toujours que vous partiez satisfait. »

      « Je m’appelle Nataly. Je suis ronde, blonde, ouverte d’esprit et enjouée. »

      « Kylie F-K DOLL. Une extraordinaire poupée sexuelle 10/10, délicieuse et bien plus qu’intéressante. »

      « Salut, je m’appelle Cherry. Je suis prête à donner vie à vos fantasmes les plus extrêmes. »

      Pour être clair, voilà pourquoi une disposition du projet de loi C-36 rend illégale la publicité faite par des tiers. Non pas pour sévir contre les quelques femmes « volontaires » qui choisissent de vendre des relations sexuelles, mais pour mettre fin à l’exploitation et pour cibler les trafiquants et les proxénètes.

  • #PROSTITUTION ET #ABOLITIONNISME
    https://tradfem.wordpress.com/2019/08/17/prostitution-et-abolitionnisme

    La prostitution est souvent comprise comme une série de décisions personnelles ou individuelles. Cette considération est insuffisante. La prostitution est une institution sociale et, en tant que telle, remplit une fonction sociale et non individuelle. Au cours des dernières décennies, la société espagnole a compris que la violence des hommes envers les femmes est un problème structurel et non individuel. Dans le passé, l’État s’st conformé au slogan « ce qui se passe à la maison reste à la maison » et la violence conjugale a été rejetée comme un problème isolé et déconnecté entre deux adultes.
    Plus récemment, cependant, la perception de la société dans ce domaine a changé ; le fait que les femmes sont toujours les victimes et les hommes les auteurs de cette violence apparemment sans rapport a été trop frappant. Il a été entendu qu’il ne s’agit pas de phénomènes individuels, mais d’un problème pour l’ensemble de la société, qui doit être combattu en tant que tel. Pourquoi est-il pourtant si difficile de comprendre la prostitution comme un problème pour l’ensemble de la société ?
    Pourquoi la prostitution continue-t-elle d’être réduite au consentement des prostituées ? Cela semble inexplicable dans un monde où plus de 99 % des personnes qui consomment la prostitution sont des hommes.
    La prostitution n’existe pas parce qu’il y a quelques femmes qui veulent se prostituer (si ce n’est pas encore clair avec « quelques unes », nous renvoyons encore à la préface de ce texte), même si le patriarcat dans sa forme néolibérale veut nous le faire croire. Et ça marche ! La question est pourquoi ? De cette façon, nous pouvons fermer les yeux en toute conscience et continuer à croire que le vrai problème, c’est le sexe et non la prostitution. La peur d’affronter l’ampleur réelle du problème est trop grande. Nous regrettons beaucoup de devoir dire cette vérité désagréable, mais le vrai problème de la prostitution est sa normalisation. Et maintenant, honnêtement, croyez-vous vraiment que les clients demandent aux prostituées si elles se prostituent volontairement ou si elles sont forcées ? Ou si une femme dans la prostitution forcée répondrait à une telle question par « oui, je suis forcée » ?

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.facebook.com/PAPWorldWide/?__xts__%5B0%5D=68.ARAo841oeFZp-ogiNNqgG8VUPIL49PbJ5dqAicU3b5mJLbtDqjnTjI1
    #liberté #travail_du_sexe #exploitation #violences_masculines #institution_patriarcale
    English version : https://tradfem.wordpress.com/2019/08/18/prostitution-and-abolitionism

  • #Mujeres_por_la_Abolición : POUR UN FÉMINISME CRITIQUE ET ABOLITIONNISTE DU GENRE
    https://tradfem.wordpress.com/2019/07/12/pour-un-feminisme-abolitionniste-critique-et-base-sur-le-genre

    Compte tenu des événements survenus ces derniers jours après les XVIèmes Journées de l’École féministe Rosario de Acuña, et en réponse aux divers articles et manifestes non fondés qui circulent depuis, nous diffusons ce document pour les raisons suivantes :

    – les implications pratiques, politiques et juridiques de l’institutionnalisation des idées dérivées de la théorie queer ont récemment été exposées. Comme on le constate dans d’autres pays, la théorie queer, tente de nous convaincre que les hommes peuvent aussi être des femmes, rien qu’en le disant. Cela élimine la réalité des femmes et, par surcroît, nie le fait que nous sommes opprimées parce que nous sommes nées avec un sexe féminin, vendues, violées, enceintes sans le vouloir ou assassinées parce que nous sommes des femmes. Cela nous efface des lois qui nous protègent, envahit nos espaces sûrs et nous interdit même de parler de notre propre anatomie, alléguant qu’il s’agit d’un « crime de haine ». L’un de ces résultats est la mise en place de lois sur l’identité qui menacent les droits des femmes et leur sécurité juridique, une déclaration développée dans cette vidéo des compagnes de la collective « Somos la mitad » :
    https://youtu.be/LQdcluY1D98


    – On s’est demandé si les postulats de la théorie queer étaient féministes ou non. Les oratrices, se basant sur différents arguments, ont expliqué pourquoi elles ne considéraient pas la théorie queer comme une théorie féministe. Par cohérence idéologique et respect pour la généalogie féministe, le mouvement féministe a l’obligation de débattre et de conclure si les idées qui se prétendent féministes le sont réellement, et c’est ce qui a été fait lors de ces Journées. Comme le dit Ana de Miguel, l’une de nos grandes théoriciennes : « le féminisme ne peut pas être la seule théorie dans laquelle une affirmation vaut autant que son contraire. »

    Traduction : #Tradfem
    English version : http://tradfem.wordpress.com/2019/07/13/for-a-gender-critical-and-abolitionist-feminism
    Italian version : http://tradfem.wordpress.com/2019/07/13/per-un-femminismo-critico-e-abolizionista-di-genere
    Version originale : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdp9eOnVFgM0s_1AR5q7fv3XKFfJcXKzYpVvGIQFLHZuONApA/viewform
    #abolition #féminisme #théorie_queer #théorie_féministe

  • De la nécessité d’abolir le système pénal : entretien avec Gwenola Ricordeau-Partie 1 et Partie 2
    « Abolir le système pénal ? La question parait absurde tant nous sommes conditionné.es à penser qu’une société sans prisons et sans police serait synonyme de chaos et d’arbitraire. Le système pénal produit pourtant quantité de souffrances, posant la question de sa nécessaire abolition. Gwenola Ricordeau, professeure en justice criminelle, aborde dans cette seconde partie les liens entre féminisme et abolitionnisme, le développement de formes de justice transformative et l’avenir des pratiques abolitionnistes en France. »
    http://www.etatdexception.net/abolir-le-systeme-penal-entretien-avec-gwenola-ricordeau-2eme-partie
    http://www.etatdexception.net/de-la-necessite-dabolir-le-systeme-penal-entretien-avec-gwenola-rico
    #justice #justice_pénale #justice_transformative #féminisme #abolition

  • Les #Antilles_françaises enchaînées à l’#esclavage.

    Le système criminel de la traite et de l’esclavage a permis à la #France de devenir au XVIIe et XVIIIe siècles l’une des toutes premières puissances mondiales. Surtout, l’esclavage a déterminé une nouvelle #hiérarchie_socio-raciale et participé à la fondation de l’#économie_capitaliste. Une #histoire mondiale, centrale, souffrant de nombreux poncifs, qui reste donc étrangement méconnue.

    Ainsi, aujourd’hui, comment les enfants de la colonisation et de la #traite ne considéreraient-ils pas comme une injustice le traitement que la France réserve à leur histoire - notre histoire commune ? A fortiori lorsqu’ils sont parmi les premières victimes de l’#exclusion_sociale...

    Cette série enregistrée aux Antilles (#Guadeloupe et #Martinique) dévoile les travaux les plus récents et contre quelques idées reçues sur une histoire ô combien complexe.

    https://www.franceculture.fr/emissions/series/les-antilles-francaises-enchainees-a-lesclavage
    #colonisation #colonialisme #Haïti #capitalisme #racisme #races

    –------------

    Reportage radio en 4 épisodes :
    Au nom du #sucre, crimes et profits

    « Vous connaissez l’espérance de vie d’un esclave ? 35 ans... » René Bélénus, historien. Comment l’économie sucrière insulaire produit une société esclavagiste.

    https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/les-antilles-francaises-enchainees-a-lesclavage-14-au-nom-du-sucre-cri


    #plantation #plantations

    Entre deux #abolitions (1794-1848) : l’#émancipation des #esclaves

    « L’#abolition de #1794 est une #fausse_abolition » René Bélénus, historien. De 1794 à 1848, récit d’un long processus d’abolition.

    https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/les-antilles-francaises-enchainees-a-lesclavage-24-entre-deux-abolitio

    Un passé qui ne passe pas

    « Nous avons l’impression d’emmerder les Français avec notre histoire... » Jacqueline Jacqueray, présidente du #Comité_International_des_Peuples_Noirs. Malgré la politique de l’#assimilation, le #traumatisme de l’esclavage perdure.

    https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/les-antilles-francaises-enchainees-a-lesclavage-34-un-passe-qui-ne-pas

    #Chlordecone, un polluant néocolonial

    « Nous sommes dans l’assimilation pure et dure » Isbert Calvados. Quand le chlordecone contraint à l’abandon de sa culture d’origine.

    https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/les-antilles-francaises-enchainees-a-lesclavage-44-chlordecone-un-poll


    #néo-colonialisme #pesticides #industrie_agro-alimentaire #agriculture

  • Les Antilles françaises enchaînées à l’esclavage (3/4) : Un passé qui ne passe pas
    https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/les-antilles-francaises-enchainees-a-lesclavage-34-un-passe-qui-ne-pas


    "Nous avons l’impression d’emmerder les Français avec notre histoire..." Jacqueline Jacqueray, présidente du Comité International des Peuples Noirs. Malgré la politique de l’assimilation, le traumatisme de l’esclavage perdure.
    Mémorial du Morne de la Mémoire,1480 noms donnés à des esclaves libérés après 1848

    Il y a une méconnaissance totale de l’#esclavage aujourd’hui, parce que dès l’#abolition, on a mis en place un mécanisme de l’#oubli. Ce qui prend le relais entre 1848 et 1946, c’est le thème de l’#assimilation. C’est-à-dire nous sommes français depuis 300 ans. René Bélénus

    Le 23 mai 1998, 40 000 Martiniquais, Guadeloupéens, Africains, Guyanais et Réunionnais défilaient de la République à la Nation. Une date qui ouvrait, 150 ans après le décret d’abolition de Victor Schoelcher, un début de prise de conscience en France. Au même moment, Lionel Jospin prononçait son fameux « Tous nés en 1848 », qui jetait le trouble au sein d’une #communauté_antillaise meurtrie par des décennies de silence...

    Pendant la grande marche de 1998, le mot d’ordre était : penser à nos parents qui ont vécu le martyr de l’esclavage colonial. Nous avons fait cette marche silencieuse et nous étions 40 000. Emmanuel Gordien

    Il faudra attendre 2001 pour que la traite négrière soit reconnue comme un #crime_contre_l'humanité (#loi_Taubira) et 2006 pour qu’une journée commémorative (le 10 mai) voit le jour... Mais face à l’étendue du crime, les stèles et les journées du souvenir ne suffisent pas...

    Lorsque vous dites à quelqu’un qu’il est esclave, vous lui supprimez sa généalogie et son histoire. Nous ne sommes pas des descendants d’esclaves, nous sommes des descendants d’africains réduit en esclavage et qui ont été déportés et ça c’est fondamental, ça change tout. Jacqueline Jacqueray

    Les séquelles, tant du côté des descendants d’esclaves qu’au sein de la société antillaise, sont toujours bien vivaces...

    #Antilles #Antilles_françaises #racisme

  • Prostitution – Sous pression des féministes espagnoles, le Parti socialiste mise sur l’abolitionnisme
    http://tradfem.wordpress.com/2019/04/18/prostitution-sous-pression-des-feministes-espagnoles-le-parti-soc

    Sous l’impulsion de féministes mobilisées, le Parti socialiste espagnol vient d’intégrer des mesures abolitionnistes claires à son programme électoral, à l’approche d’une élection générale où il a besoin des votes des femmes contre la droite.
    6.16. Nous nous efforcerons d’abolir la prostitution et d’éradiquer la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle, de promouvoir la dignité des femmes, de garantir des alternatives et de mettre fin aux réseaux et aux mafias qui profitent de cet esclavage. À cette fin, nous devons protéger et aider les victimes, coopérer avec les pays d’origine et sensibiliser le public au fait qu’il s’agit d’un commerce illicite et d’une forme d’esclavage.

    Par conséquent,

    Nous poursuivrons le travail que nous avons déjà entamé ces derniers mois en vue de l’adoption de la loi globale contre la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle et de prostitution. La prostitution, dont nous nous sommes déclarés abolitionnistes, est l’un des visages les plus cruels de la féminisation de la pauvreté, ainsi que l’une des pires formes de violence contre les femmes.

    Cette future loi globale contre la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle comprendra des mécanismes adéquats de prévention et de poursuite de la traite, empêchera la publicité de services à contenu sexuel et renforcera les services et programmes de protection sociale et de rétablissement complet des personnes qui ont été exploitées, en accordant une attention particulière aux mineurs

    Nous allons approuver dans notre législation des mesures visant l’abolition de la prostitution :

    En instaurant une formule juridique permettant des sanctions pénales pour ceux qui contribuent ou tirent profit de la prostitution d’autrui, qui contribuera à démanteler le commerce du sexe.

    En sanctionnant la demande et l’achat de prostitution.

    En faisant la promotion dans les instances internationales d’une répression de la traite des personnes à des fins d’exploitation sexuelle.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : http://fillesfemmesmeres.over-blog.com/2018/06/le-nouveau-gouvernement-espagnole-est-majoritairement-f
    #prostitution #pronographie #espagne #parti_socialiste #gestation_pour_autrui #abolition

  • BALLAST | Françoise Vergès : « La lutte décoloniale élargit les analyses » (1/2)
    https://www.revue-ballast.fr/francoise-verges-la-lutte-decoloniale

    C’est une bonne image ! Le Sud, ce n’est pas un espace purement géographique, mais politique. C’est le produit d’une longue fabrication par le Nord et par le système capitaliste, qui en a fait un espace de vulnérabilité, à piller et à exploiter. Ce qu’on a appelé le « #Tiers_monde » et qu’on appelle maintenant le « Sud global », c’est cette constante division de l’humanité et de la planète en deux espaces, avec des frontières mouvantes qui distinguent d’un côté les gens qui ont droit à une vie décente, qui ont accès à de l’eau ou de l’air propre, et de l’autre ceux qui n’y ont pas droit. Dans le même temps, on trouve dans ce qu’on appelle le « Nord » (y compris en Europe) des espaces construits comme des Suds. Une géographie urbaine en enclaves se développe, et partout les classes moyennes et riches se protègent en construisant des « gated communities ». Leurs membres passent d’une enclave à l’autre, de leur maison climatisée au centre commercial climatisé — autant d’espaces entretenus par des femmes et des hommes racisés (mais surtout des #femmes), surexploités puis rejetés dans des quartiers excentrés où l’eau et l’air sont pollués. Le confort de quelques-uns est construit sur l’#invisibilisation et l’#exploitation de plusieurs. Et cette construction en enclaves sécurisées, surveillées, interdites aux pauvres, est visible y compris dans les villes du Sud. Il faut constamment affiner les cartographies que construisent des États autoritaires, le #néolibéralisme et l’#impérialisme, mais aussi intégrer le fait d’un monde multipolaire.

    #colonialisme #racisme #esclavage #capitalisme #consommation

  • Un podcast à soi (n°15) : Le prix du sexe
    https://www.arteradio.com/son/61660960/un_podcast_soi_ndeg15_le_prix_du_sexe

    La prostitution est-elle la pire des violences patriarcales exercée sur le corps des femmes, ou un travail pas pire qu’un autre ? Pour protéger les femmes, faut-il l’abolir ou donner plus de droits à celles qui l’exercent ? Ces deux positions antagonistes divisent profondément le mouvement féministe. J’ai voulu tenter de les saisir dans toute leurs complexités et leurs contradictions, notamment à travers les paroles des premières concernées : Rozen, 62 ans, 22 ans de prostitution, se bat pour l’abolition de celle-ci. Anais, 25 ans, n’aime pas particulièrement son travail mais le préfère à d’autres. Elle défend la dépénalisation du travail du sexe pour redonner du pouvoir aux femmes, qui pourraient alors s’organiser entre elles, sans proxénète. Toutes deux racontent comment elles ont décidé de se (...)