• Une explosion frappe le plus grand laboratoire viral de Russie, qui abrite la peste, la variole, le virus Ebola et d’autres virus mortels (Zerohedge)
    https://www.crashdebug.fr/international/16539-une-explosion-frappe-le-plus-grand-laboratoire-viral-de-russie-qui-

    Une explosion soudaine dans un centre de recherche virologique sibérien, lundi, aurait laissé l’installation en flammes, selon plusieurs organes de presse russes. Des pompiers et d’autres membres du personnel d’urgence ont été dépêchés au "Vector Institute" situé à plusieurs kilomètres de Novossibirsk - une urgence qui a été transformée "d’une urgence ordinaire en un incident majeur", selon RT, en raison du centre de recherche en virologie et biotechnologie présent dans l’installation - mais le maire de Koltsovo a déclaré que le lieu de l’explosion ne contenait aucune substance biologiquement dangereuse et que le laboratoire Vector ne servait pas à l’heure actuelle.

    Le Centre national de recherche en virologie et biotechnologie vectorielle, également (...)

    #En_vedette #Actualités_internationales #Actualités_Internationales

  • Nantes : guet-apens policier, 48H de cellule et un procès.... Pour un homard en papier ! (Fawkes)
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/16537-nantes-guet-apens-policier-48h-de-cellule-et-un-proces-pour-un-homa

    Pathétique, mais le gouvernement sait la puissance des images sur internet, mais il ne sort pas grandit d’une telle opération qui était bon enfant. C’est ce que je disait en Une avec Enedis, on vous laisse vous exprimer mais dès que ça devient sérieux comme pour l’Europe, avec par exemple le Brexit, la dictature montre son vrai visage...

    C’est un événement à peine croyable qui a eu lieu aujourd’hui à Nantes. Une information à la fois drôle, pathétique, et effrayante. Mais bien réelle. Un énorme piège organisé par la police pour voler un homard en papier.

    Pour la grande manifestation de ce samedi 14 septembre à Nantes, les organisateurs annonçaient un défilé festif, dynamique, et populaire, dans un esprit de convergence des luttes. Tout l’inverse du discours anxiogène des autorités. Ainsi, (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises

  • J’apprends par ce tweet...


    https://twitter.com/LouisMRImbert/status/1173646846415257601

    ... qu’il y a des #actes du #colloque "#De_Frontex_à_Frontex" qui sont sortis...

    « L’agence Frontex au prisme du concept polysémique de frontière » , in Actes du colloque des 22-23 mars 2018 sur Frontex, Bruylant, à paraître en 2019.

    https://www.sciencespo.fr/ecole-de-droit/fr/profile/imbert-louis.html

    Pour rappel, à ce colloque, auquel j’ai participé dans le public... il y a eu des étudiant·es qui ont été blessés (notamment à la tête) par l’intervention musclée des #CRS sur le #campus de l’#Université_Grenoble_Alpes.

    C’était mars 2018 :
    https://seenthis.net/messages/678989

    voir aussi cet article de #Jon_Solomon #Sarah_Mekdjian :
    De #Frontex à Frontex. À propos de la “continuité” entre l’#université logistique et les processus de #militarisation
    https://seenthis.net/messages/697112

    ping @karine4 @cede @isskein

  • Technopolice
    https://technopolice.fr

    Partout sur le territoire français, la « Smart City » révèle son vrai visage : celui d’une mise sous surveillance totale de l’espace urbain à des fins policières. En juin 2019, des associations et collectifs militants ont donc lancé la campagne Technopolice, afin de documenter ces dérives et d’organiser la résistance. Lisez le texte manifeste pour mieux comprendre les enjeux

    #SmartCity #CCTV #drone #biométrie #aérien #facial #vidéo-surveillance #activisme #sécuritaire #surveillance #LaQuadratureduNet #LDH

  • Un texte de l’écrivain #Jonathan_Franzen, qui fait beaucoup jaser... à croire que la collapsologie a mis plus de temps à rejoindre les grand médias aux États-Unis :

    What If We Stopped Pretending ?
    Jonathan Franzen, The New-Yorker, le 8 septembre 2019
    https://www.newyorker.com/culture/cultural-comment/what-if-we-stopped-pretending

    On l’ajoute à la troisième compilation :
    https://seenthis.net/messages/680147

    #effondrement #collapsologie #catastrophe #fin_du_monde #it_has_begun #Anthropocène #capitalocène #USA

    Mais aussi aux évaluations et critiques des #actions_individuelles compilées ici :
    https://seenthis.net/messages/794181

    Semi #paywall alors :

    “There is infinite hope,” Kafka tells us, “only not for us.” This is a fittingly mystical epigram from a writer whose characters strive for ostensibly reachable goals and, tragically or amusingly, never manage to get any closer to them. But it seems to me, in our rapidly darkening world, that the converse of Kafka’s quip is equally true: There is no hope, except for us.

    I’m talking, of course, about climate change. The struggle to rein in global carbon emissions and keep the planet from melting down has the feel of Kafka’s fiction. The goal has been clear for thirty years, and despite earnest efforts we’ve made essentially no progress toward reaching it. Today, the scientific evidence verges on irrefutable. If you’re younger than sixty, you have a good chance of witnessing the radical destabilization of life on earth—massive crop failures, apocalyptic fires, imploding economies, epic flooding, hundreds of millions of refugees fleeing regions made uninhabitable by extreme heat or permanent drought. If you’re under thirty, you’re all but guaranteed to witness it.

    If you care about the planet, and about the people and animals who live on it, there are two ways to think about this. You can keep on hoping that catastrophe is preventable, and feel ever more frustrated or enraged by the world’s inaction. Or you can accept that disaster is coming, and begin to rethink what it means to have hope.

    Even at this late date, expressions of unrealistic hope continue to abound. Hardly a day seems to pass without my reading that it’s time to “roll up our sleeves” and “save the planet”; that the problem of climate change can be “solved” if we summon the collective will. Although this message was probably still true in 1988, when the science became fully clear, we’ve emitted as much atmospheric carbon in the past thirty years as we did in the previous two centuries of industrialization. The facts have changed, but somehow the message stays the same.

    Psychologically, this denial makes sense. Despite the outrageous fact that I’ll soon be dead forever, I live in the present, not the future. Given a choice between an alarming abstraction (death) and the reassuring evidence of my senses (breakfast!), my mind prefers to focus on the latter. The planet, too, is still marvelously intact, still basically normal—seasons changing, another election year coming, new comedies on Netflix—and its impending collapse is even harder to wrap my mind around than death. Other kinds of apocalypse, whether religious or thermonuclear or asteroidal, at least have the binary neatness of dying: one moment the world is there, the next moment it’s gone forever. Climate apocalypse, by contrast, is messy. It will take the form of increasingly severe crises compounding chaotically until civilization begins to fray. Things will get very bad, but maybe not too soon, and maybe not for everyone. Maybe not for me.

    Some of the denial, however, is more willful. The evil of the Republican Party’s position on climate science is well known, but denial is entrenched in progressive politics, too, or at least in its rhetoric. The Green New Deal, the blueprint for some of the most substantial proposals put forth on the issue, is still framed as our last chance to avert catastrophe and save the planet, by way of gargantuan renewable-energy projects. Many of the groups that support those proposals deploy the language of “stopping” climate change, or imply that there’s still time to prevent it. Unlike the political right, the left prides itself on listening to climate scientists, who do indeed allow that catastrophe is theoretically avertable. But not everyone seems to be listening carefully. The stress falls on the word theoretically.

    Our atmosphere and oceans can absorb only so much heat before climate change, intensified by various feedback loops, spins completely out of control. The consensus among scientists and policy-makers is that we’ll pass this point of no return if the global mean temperature rises by more than two degrees Celsius (maybe a little more, but also maybe a little less). The I.P.C.C.—the Intergovernmental Panel on Climate Change—tells us that, to limit the rise to less than two degrees, we not only need to reverse the trend of the past three decades. We need to approach zero net emissions, globally, in the next three decades.

    This is, to say the least, a tall order. It also assumes that you trust the I.P.C.C.’s calculations. New research, described last month in Scientific American, demonstrates that climate scientists, far from exaggerating the threat of climate change, have underestimated its pace and severity. To project the rise in the global mean temperature, scientists rely on complicated atmospheric modelling. They take a host of variables and run them through supercomputers to generate, say, ten thousand different simulations for the coming century, in order to make a “best” prediction of the rise in temperature. When a scientist predicts a rise of two degrees Celsius, she’s merely naming a number about which she’s very confident: the rise will be at least two degrees. The rise might, in fact, be far higher.

    As a non-scientist, I do my own kind of modelling. I run various future scenarios through my brain, apply the constraints of human psychology and political reality, take note of the relentless rise in global energy consumption (thus far, the carbon savings provided by renewable energy have been more than offset by consumer demand), and count the scenarios in which collective action averts catastrophe. The scenarios, which I draw from the prescriptions of policy-makers and activists, share certain necessary conditions.

    The first condition is that every one of the world’s major polluting countries institute draconian conservation measures, shut down much of its energy and transportation infrastructure, and completely retool its economy. According to a recent paper in Nature, the carbon emissions from existing global infrastructure, if operated through its normal lifetime, will exceed our entire emissions “allowance”—the further gigatons of carbon that can be released without crossing the threshold of catastrophe. (This estimate does not include the thousands of new energy and transportation projects already planned or under construction.) To stay within that allowance, a top-down intervention needs to happen not only in every country but throughout every country. Making New York City a green utopia will not avail if Texans keep pumping oil and driving pickup trucks.

    The actions taken by these countries must also be the right ones. Vast sums of government money must be spent without wasting it and without lining the wrong pockets. Here it’s useful to recall the Kafkaesque joke of the European Union’s biofuel mandate, which served to accelerate the deforestation of Indonesia for palm-oil plantations, and the American subsidy of ethanol fuel, which turned out to benefit no one but corn farmers.

    Finally, overwhelming numbers of human beings, including millions of government-hating Americans, need to accept high taxes and severe curtailment of their familiar life styles without revolting. They must accept the reality of climate change and have faith in the extreme measures taken to combat it. They can’t dismiss news they dislike as fake. They have to set aside nationalism and class and racial resentments. They have to make sacrifices for distant threatened nations and distant future generations. They have to be permanently terrified by hotter summers and more frequent natural disasters, rather than just getting used to them. Every day, instead of thinking about breakfast, they have to think about death.

    Call me a pessimist or call me a humanist, but I don’t see human nature fundamentally changing anytime soon. I can run ten thousand scenarios through my model, and in not one of them do I see the two-degree target being met.

    To judge from recent opinion polls, which show that a majority of Americans (many of them Republican) are pessimistic about the planet’s future, and from the success of a book like David Wallace-Wells’s harrowing “The Uninhabitable Earth,” which was released this year, I’m not alone in having reached this conclusion. But there continues to be a reluctance to broadcast it. Some climate activists argue that if we publicly admit that the problem can’t be solved, it will discourage people from taking any ameliorative action at all. This seems to me not only a patronizing calculation but an ineffectual one, given how little progress we have to show for it to date. The activists who make it remind me of the religious leaders who fear that, without the promise of eternal salvation, people won’t bother to behave well. In my experience, nonbelievers are no less loving of their neighbors than believers. And so I wonder what might happen if, instead of denying reality, we told ourselves the truth.

    First of all, even if we can no longer hope to be saved from two degrees of warming, there’s still a strong practical and ethical case for reducing carbon emissions. In the long run, it probably makes no difference how badly we overshoot two degrees; once the point of no return is passed, the world will become self-transforming. In the shorter term, however, half measures are better than no measures. Halfway cutting our emissions would make the immediate effects of warming somewhat less severe, and it would somewhat postpone the point of no return. The most terrifying thing about climate change is the speed at which it’s advancing, the almost monthly shattering of temperature records. If collective action resulted in just one fewer devastating hurricane, just a few extra years of relative stability, it would be a goal worth pursuing.

    In fact, it would be worth pursuing even if it had no effect at all. To fail to conserve a finite resource when conservation measures are available, to needlessly add carbon to the atmosphere when we know very well what carbon is doing to it, is simply wrong. Although the actions of one individual have zero effect on the climate, this doesn’t mean that they’re meaningless. Each of us has an ethical choice to make. During the Protestant Reformation, when “end times” was merely an idea, not the horribly concrete thing it is today, a key doctrinal question was whether you should perform good works because it will get you into Heaven, or whether you should perform them simply because they’re good—because, while Heaven is a question mark, you know that this world would be better if everyone performed them. I can respect the planet, and care about the people with whom I share it, without believing that it will save me.

    More than that, a false hope of salvation can be actively harmful. If you persist in believing that catastrophe can be averted, you commit yourself to tackling a problem so immense that it needs to be everyone’s overriding priority forever. One result, weirdly, is a kind of complacency: by voting for green candidates, riding a bicycle to work, avoiding air travel, you might feel that you’ve done everything you can for the only thing worth doing. Whereas, if you accept the reality that the planet will soon overheat to the point of threatening civilization, there’s a whole lot more you should be doing.

    Our resources aren’t infinite. Even if we invest much of them in a longest-shot gamble, reducing carbon emissions in the hope that it will save us, it’s unwise to invest all of them. Every billion dollars spent on high-speed trains, which may or may not be suitable for North America, is a billion not banked for disaster preparedness, reparations to inundated countries, or future humanitarian relief. Every renewable-energy mega-project that destroys a living ecosystem—the “green” energy development now occurring in Kenya’s national parks, the giant hydroelectric projects in Brazil, the construction of solar farms in open spaces, rather than in settled areas—erodes the resilience of a natural world already fighting for its life. Soil and water depletion, overuse of pesticides, the devastation of world fisheries—collective will is needed for these problems, too, and, unlike the problem of carbon, they’re within our power to solve. As a bonus, many low-tech conservation actions (restoring forests, preserving grasslands, eating less meat) can reduce our carbon footprint as effectively as massive industrial changes.

    All-out war on climate change made sense only as long as it was winnable. Once you accept that we’ve lost it, other kinds of action take on greater meaning. Preparing for fires and floods and refugees is a directly pertinent example. But the impending catastrophe heightens the urgency of almost any world-improving action. In times of increasing chaos, people seek protection in tribalism and armed force, rather than in the rule of law, and our best defense against this kind of dystopia is to maintain functioning democracies, functioning legal systems, functioning communities. In this respect, any movement toward a more just and civil society can now be considered a meaningful climate action. Securing fair elections is a climate action. Combatting extreme wealth inequality is a climate action. Shutting down the hate machines on social media is a climate action. Instituting humane immigration policy, advocating for racial and gender equality, promoting respect for laws and their enforcement, supporting a free and independent press, ridding the country of assault weapons—these are all meaningful climate actions. To survive rising temperatures, every system, whether of the natural world or of the human world, will need to be as strong and healthy as we can make it.

    And then there’s the matter of hope. If your hope for the future depends on a wildly optimistic scenario, what will you do ten years from now, when the scenario becomes unworkable even in theory? Give up on the planet entirely? To borrow from the advice of financial planners, I might suggest a more balanced portfolio of hopes, some of them longer-term, most of them shorter. It’s fine to struggle against the constraints of human nature, hoping to mitigate the worst of what’s to come, but it’s just as important to fight smaller, more local battles that you have some realistic hope of winning. Keep doing the right thing for the planet, yes, but also keep trying to save what you love specifically—a community, an institution, a wild place, a species that’s in trouble—and take heart in your small successes. Any good thing you do now is arguably a hedge against the hotter future, but the really meaningful thing is that it’s good today. As long as you have something to love, you have something to hope for.

    In Santa Cruz, where I live, there’s an organization called the Homeless Garden Project. On a small working farm at the west end of town, it offers employment, training, support, and a sense of community to members of the city’s homeless population. It can’t “solve” the problem of homelessness, but it’s been changing lives, one at a time, for nearly thirty years. Supporting itself in part by selling organic produce, it contributes more broadly to a revolution in how we think about people in need, the land we depend on, and the natural world around us. In the summer, as a member of its C.S.A. program, I enjoy its kale and strawberries, and in the fall, because the soil is alive and uncontaminated, small migratory birds find sustenance in its furrows.

    There may come a time, sooner than any of us likes to think, when the systems of industrial agriculture and global trade break down and homeless people outnumber people with homes. At that point, traditional local farming and strong communities will no longer just be liberal buzzwords. Kindness to neighbors and respect for the land—nurturing healthy soil, wisely managing water, caring for pollinators—will be essential in a crisis and in whatever society survives it. A project like the Homeless Garden offers me the hope that the future, while undoubtedly worse than the present, might also, in some ways, be better. Most of all, though, it gives me hope for today.

  • La guerre en Iran est-elle imminente ? Trump répond que les États-Unis sont « verrouillés et chargés » pour répondre à l’attaque sur les installations saoudiennes (Zerohedge)
    https://www.crashdebug.fr/international/16534-la-guerre-en-iran-est-elle-imminente-trump-repond-que-les-etats-uni

    Les graines semées par Bolton sont en train de germer...

    Par Tyler Durden

    Juste au moment où le prix du pétrole s’effondrait après sa flambée record, il a de nouveau grimpé en flèche, après un tweet du président Trump qui a rendu la guerre avec l’Iran pratiquement inévitable.

    Juste avant 19h, Trump a tweeté que " l’approvisionnement en pétrole de l’Arabie Saoudite a été attaqué. Il y a des raisons de croire que nous connaissons le coupable, que nous sommes verrouillés et chargés en fonction de la vérification, mais que nous attendons des nouvelles du Royaume quant à la cause de cette attaque et aux conditions dans lesquelles nous allons procéder !"

    Saudi Arabia oil supply was attacked. There is reason to believe that we know the culprit, are locked and loaded depending on (...)

    #En_vedette #Actualités_internationales #Actualités_Internationales

  • Purdue Pharma annonce se déclarer en faillite pour régler la crise des opiacés AFP - 16 Septembre 2019 - RTBF

    Le groupe pharmaceutique américain Purdue Pharma a annoncé dimanche qu’il allait se déclarer en faillite dans le cadre d’un accord à l’amiable, espérant en tirer 10 milliards de dollars pour solder des milliers de plaintes liées à la crise des opiacés.

    Le président de Purdue, Steve Miller, a précisé dans un communiqué que cet accord « fournira des milliards de dollars et des ressources essentielles aux collectivités de tout le pays qui tentent de faire face à la crise des opiacés ».

    En vertu de cet accord, toutefois assujetti à l’approbation d’un tribunal, la totalité de la valeur du groupe Purdue sera versée à un organisme établi au bénéfice des plaignants et de la population américaine.

    Purdue Pharma, fabricant d’un des principaux médicaments anti-douleur aux opiacés, l’OxyContin, fait l’objet de plus de 2.000 plaintes.

    Le groupe a déclaré s’être placé sous la protection de la loi américaine sur les faillites - « Chapitre 11 » - et a précisé que le conseil d’administration d’une nouvelle entreprise serait choisi par les plaignants avant d’être approuvé par le tribunal des faillites.

    M. Miller a également indiqué que cette restructuration éviterait de « gaspiller des centaines de millions de dollars et des années en litiges prolongés ».

    Dans le cadre de l’accord, l’entreprise pourrait fournir des millions de médicaments nécessaires au traitement de la toxicomanie, tels que le Nalmefene et le Naloxone, gratuitement ou à coût faible.

    En plus de l’abandon du contrôle de Purdue, la riche famille américaine Sackler pourrait à titre privé devoir notamment contribuer à hauteur de 3 milliards de dollars.

    Très influents au sein du gotha new-yorkais, les Sackler ont bâti leur fortune sur l’OxyContin, ce puissant antidouleur accusé d’être au coeur de la crise des opiacés à l’origine de 47.000 morts par overdose aux Etats-Unis en 2017.

    Source : https://www.rtbf.be/info/economie/detail_purdue-pharma-annonce-se-declarer-en-faillite-pour-regler-la-crise-des-o

    #Opioides #Sackler #Philanthropie #Procès #Accord_amiable #Procès #mécénat #Oxycontin #big_pharma #drogues #opiacés #addiction #drogue #pharma #santé_publique #overdose #philantropophagie

  • #IVG en #France : un accès inégal, un droit malmené

    Une Française sur trois avorte au cours de sa vie. Pourtant, 40 ans après la loi Veil dépénalisant l’avortement, les #obstacles et les inégalités dans l’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), méconnus, sont loin d’avoir disparu.

    https://www.mediapart.fr/studio/panoramique/ivg-france-acces-inegal-droit-malmene?xtor=CS3-67
    #inégalités #accès_aux_droits #avortement #femmes

  • Is NSO Group’s infamous Pegasus spyware being traded through the EU ?
    https://www.accessnow.org/is-nso-groups-infamous-pegasus-spyware-being-traded-through-the-eu

    When sophisticated surveillance systems are sold and used effectively without constraint, it puts civil society, free expression, and our democracies in the crosshairs. The brutal murder of Saudi journalist Jamal Khashoggi remains a grim reminder of the vulnerability of those speaking out for human rights. In the European Union, there are export controls designed to prevent sales of these kinds of systems to certain countries with troubling human rights records. The question is, how well (...)

    #NSO #Pegasus #spyware #exportation #activisme #sécuritaire #hacking #surveillance #journalisme #web (...)

    ##NovalpinaCapital

  • Wir alle sind #Bern

    Wir alle sind Bern ist eine Plattform, eine Bewegung, ein Netzwerk – Menschen, welche sich gemeinsam einsetzen für eine Solidarische Stadt Bern, in der Vielfalt und Migration als gesellschaftliche Realität anerkannt werden. Nicht die Herkunft, sondern der Lebensmittelpunkt und die gemeinsame Zukunft sollen im Zentrum stehen, wenn es darum geht, das Leben in der Stadt zu gestalten.

    Wir beziehen uns dabei auf «#Urban_Citizenship» oder «Stadtbürger*innenschaft»: Uns geht es um eine rechtliche, politische, soziale und kulturelle Teilhabe aller Bewohner*innen der Stadt. Die Gegenwart und Zukunft in Bern soll von allen Menschen, die hier leben, gleichberechtigt mitbestimmt und auf Augenhöhe mitgestaltet werden können – ohne Ausgrenzung und Diskriminierung.

    https://wirallesindbern.ch/about

    Manifeste (en français) :

    Pour une ville de Berne solidaire

    Nous nous engageons pour une ville de Berne solidaire, dans laquelle migration et diversité sont reconnues comme des réalités sociales et priment, non pas l’origine, mais le point d’attache et l’avenir commun.
    Pour tout.e.s celles.eux qui sont ici et celles.eux qui arrivent encore.

    Nous considérons que la décision d’une personne pour s’établir à Berne relève de son libre choix et prenons ce point de départ pour nos réflexions sur un vivre ensemble solidaire. La criminalisation du franchissement des frontières, ainsi que la distinction entre des groupes qui sont inclus et ceux qui sont exlus, sont des obstacles à ce but. Nous nous engageons pour une ville solidaire, qui fait activement abstraction du statut de séjour de ses habitant.e.s et qui s’oppose aux expulsions.

    Dépassement de la culture dominante et droit à la #participation pour tout.e.s

    En plus de la sécurité du #droit_de_séjour, une ville solidaire comprend selon nous un accès au #logement, un #travail et une #formation, ainsi que la garantie de tous les #droits_fondamentaux pour tout.e.s – indépendamment de tout statut de séjour. Nous revendiquons également la reconnaissance de la migration en tant que réalité sociale, ainsi que le démantèlement de la culture dominante existante, qui nous divise au moyen d’un racisme structurel entre « locaux » et « étrangers ». Les structures du pouvoir, qui empêchent les membres de notre société de vivre une vie autonome, se révèlent non seulement à travers le #racisme, mais également dans la #marginalisation par la #pauvreté et par la #discrimination genrée ou sexuelle. Afin de surpasser ces structures du #pouvoir, nous devons tout d’abord les rendre visible, afin de les remplacer finalement par une #participation_égalitaire pour tout.e.s.

    #Démocratisation de la #démocratie et un « Nous » solidaire

    Une participation égalitaire signifie en premier lieu qu’il n’existe pas de déséquilibre structurel du pouvoir entre les habitant.e.s de la ville. Cette égalité se réfère aux rapports interpersonnels et, ainsi, à quelque chose de commun. La nature de cette chose commune, à laquelle nous prenons tout.e.s. part, se traduit par un processus constant de négociation. Afin que cette dernière aboutisse, nous avons besoin d’une démocratisation de la démocratie afin de remplacer un modèle dépassé, dans lequel les privilégiés et les puissants décident du destin des exclu.e.s. Une démocratie égalitaire demande des espaces de rencontres, un #droit_de_vote pour tout.e.s les habitant.e.s de la ville et un réel droit de participation, au lieu de processus participatifs, qui se contentent de mettre en scène cette participation. De plus, nous devons concevoir la solidarité comme un « #Nous », qui va au-delà de notre propre famille, notre origine, notre classe, notre orientation sexuelle ou notre genre. Cette solidarité relève d’un « Nous » commun, qui défend la #liberté, l’#égalité et la #justice pour tout.e.s et qui ne s’arrête pas aux frontières de la ville, car : nous sommes tout.e.s Berne.

    https://wirallesindbern.ch/manifeste

    La question d’une #carte_citoyenne qu’ils appelle #city_card :
    https://wirallesindbern.ch/city-card

    #ville-refuge #asile #migrations #réfugiés #Suisse #solidarité #accueil #citoyenneté #citoyenneté_urbaine

    Ajouté à cette métaliste sur les #villes-refuge :
    https://seenthis.net/messages/759145#message801886

    ping @karine4 @isskein @cede

    • Et à #Zurich, projet de #Züri_city_card

      In unserer Stadt sollen alle in Sicherheit leben. Dafür braucht es eine städtische Identitätskarte für alle Zürcherinnen und Zürcher, ob mit oder ohne geregelten Aufenthaltsstatus.

      Stadtbürgerschaft für alle

      In Zürich leben geschätzte 14’000 Menschen ohne Aufenthaltsstatus, sogenannte Sans-Papiers. Sie gehören zu den Schutzlosesten unserer Gesellschaft, weil sie ihre Grundrechte nicht wahrnehmen können. Sans-Papiers können – wenn sie Opfer von Gewalt oder Ausbeutung werden – keine Anzeige erstatten, sie können sich nur unter dem Risiko einer Ausschaffung ärztlich behandeln lassen, keine Versicherung abschliessen, keinen Handyvertrag lösen, keine eigene Wohnung mieten und keine staatliche Hilfe annehmen. Sie leben im Schatten unserer Stadt.

      https://www.zuericitycard.ch

  • Black Mirror Saison 2, épisode 1/4 : Bientôt de retour (Be Right Back)
    https://www.crashdebug.fr/sciencess/16527-black-mirror-saison-2-episode-1-4-bientot-de-retour-be-right-back

    Voilà, nous sommes vendredi soir et c’est enfin le week-end, aussi nous avons décidé de tenter (je dis bien tenter ;), de vous passer un épisode de la Série « Black Mirror » le vendredi.

    Ne me remerciez pas, ce n’est pas forcément un moment agréable à passer que nous vous proposons, mais cette série d’anticipation a pour but de nous faire réfléchir à notre relation aux écrans, et d’autres choses, comme le modèle de société que nous voulons.... Et, donc, ceux dont nous ne voulons absolument pas...

    Bon Week end ; )

    Amitiés,

    f.

    En cours d’upload.... pour patienter :

    Black Mirror ([blak ˈmɪɹə]1 litt. « Miroir noir ») est une anthologie télévisée britannique, créée par Charlie Brooker. D’abord diffusée sur Channel 4 de 2011 à 2014, elle a connu un succès international et sa troisième saison est (...)

    #En_vedette #Actualités_scientifiques #Sciences

  • Une étude, publiée dans Nature Geoscience, relève d’importantes inexactitudes dans la plupart des représentations actuelles du cycle de l’eau.

    Les scientifiques ont également compilé les dernières estimations de l’eau sur Terre à partir de plus de 80 études qui montrent à quel point l’influence des #activités_humaines sur l’eau est devenue considérable : nous utilisons l’équivalent de plus de la moitié de l’#eau qui coule dans toutes les #rivières du monde, soit 24 000 km3 par an, principalement pour l’#élevage du #bétail.

    Hormis les activités humaines, d’autres importantes inexactitudes existent sur ces représentations, poursuit Gilles Pinay. Notamment, la plupart des pluies que l’on reçoit sur Terre ne vient pas directement de la mer, comme le laissent croire les représentations actuelles. Les deux-tiers sont en fait dues à de l’#évapotranspiration par les #plantes et les #sols, ce qui génère de la vapeur qui est poussée par le #vent vers d’autres bassins versants où l’eau retombe.

    https://www.univ-rennes1.fr/actualites/attention-la-representation-de-notre-impact-sur-le-cycle-de-

    https://www.revue-ein.com/actualite/des-scientifiques-plaident-pour-une-nouvelle-representation-du-cycle-de-l

  • Sextorsion : un Français arrêté après une vaste tentative de chantage par e-mail (Le Monde)
    https://www.crashdebug.fr/informatik/93-securite/16526-sextorsion-un-francais-arrete-apres-une-vaste-tentative-de-chantage

    Il aurait envoyé des milliers de courriels à des internautes français, leur faisant croire qu’il avait piraté leur ordinateur et disposait d’images intimes.

    Les courriels ont commencé à arriver à l’été 2018. Des centaines de Français trouvent dans leurs boîtes de réception d’étranges messages, qu’ils semblent s’être envoyés à eux-mêmes. Le contenu de la missive est plus inquiétant encore : un pirate affirme avoir dérobé leur mot de passe, piraté leur ordinateur et obtenu des images intimes prises de leur webcam au moment où ils consultaient des sites pornographiques. Le pirate offrait une porte de sortie pour éviter qu’il ne les publie : lui faire parvenir 500 euros en bitcoins.

    Tout ceci n’était que de l’esbroufe. Aucun piratage, aucune image volée : il s’agissait simplement d’un e-mail envoyé massivement à (...)

    #En_vedette #Sécurité #Actualités_Informatiques

  • L’Amérique est-elle devenue l’une des nations les plus diaboliques de toute la planète ?
    https://www.crashdebug.fr/international/16525-l-amerique-est-elle-devenue-l-une-des-nations-les-plus-diaboliques-

    Comment l’histoire se souviendra-t-elle de nous ? En tant qu’Américains, nous aimons penser que nous sommes une lumière pour le monde et que d’autres pays devraient nous utiliser comme modèle pour bien faire les choses. Mais la vérité, c’est que nous sommes devenus un mal indescriptible, et après avoir lu tout cet article, je doute qu’il y ait quelqu’un qui ne sera pas d’accord avec moi. Et s’il est vrai qu’il y a un certain nombre d’autres nations qui sont aussi extrêmement mauvaises, aucune n’est tombée plus fort ou plus vite que nous. Il fut un temps où l’Amérique était vraiment "l’espoir du monde", mais aujourd’hui, à peu près toutes les formes de méchanceté que vous pouvez imaginer explosent tout autour de nous, et très peu (...)

    #En_vedette #Actualités_internationales #Actualités_Internationales

  • Nucléaire : « au minimum » cinq réacteurs concernés par les problèmes de fabrication (Sciences & Avenir)
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/16523-nucleaire-au-minimum-cinq-reacteurs-concernes-par-les-problemes-de-

    Pour avoir l’habilitation à souder dans le nucléaire pourtant ce n’est pas donné à tout le monde.... C’est quand même bien que Framatome s’en soit aperçue.

    Les défauts potentiels de composants nucléaires concernent cinq réacteurs "au minimum" sur le parc français, indique le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans le Figaro de jeudi, rappelant qu’il peut décider leur fermeture si nécessaire.

    EDF avait annoncé cette semaine que les procédures prévues n’avaient pas été respectées par sa filiale Framatome lors d’opérations réalisées "sur certaines soudures de générateurs de vapeur", de gros composants des centrales, lors de leur fabrication.

    "Une vingtaine de générateurs de vapeur sont potentiellement concernés, cela veut dire une petite partie (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises

  • Tentative opioids settlement falls short of nationwide deal
    https://www.apnews.com/fcb693fee634449cb8a0dc146251b18d

    HARTFORD, Conn. (AP) — A tentative settlement announced Wednesday over the role Purdue Pharma played in the nation’s opioid addiction crisis falls short of the far-reaching national settlement the OxyContin maker had been seeking for months, with litigation sure to continue against the company and the family that owns it.

    The agreement with about half the states and attorneys representing roughly 2,000 local governments would have Purdue file for a structured bankruptcy and pay as much as $12 billion over time, with about $3 billion coming from the Sackler family. That number involves future profits and the value of drugs currently in development.

    In addition, the family would have to give up its ownership of the company and contribute another $1.5 billion by selling another of its pharmaceutical companies, Mundipharma.

    Several attorneys general said the agreement was a better way to ensure compensation from Purdue and the Sacklers than taking their chances if Purdue files for bankruptcy on its own.

    Arizona Attorney General Mark Brnovich said the deal “was the quickest and surest way to get immediate relief for Arizona and for the communities that have been harmed by the opioid crisis and the actions of the Sackler family.”

    In a statement after Wednesday’s announcement, the company said that it “continues to work with all plaintiffs on reaching a comprehensive resolution to its opioid litigation that will deliver billions of dollars and vital opioid overdose rescue medicines to communities across the country impacted by the opioid crisis.”

    Even with Wednesday’s development, many states have not signed on. Several state attorneys general vowed to continue their legal battles against the Sacklers and the company in bankruptcy court. Roughly 20 states have sued members of the Sackler family in state courts.

    Connecticut, Iowa, Massachusetts, Nevada, New Jersey, New York, Pennsylvania, North Carolina and Wisconsin were among the states saying they were not part of the agreement.

    “Our position remains firm and unchanged and nothing for us has changed today,” Connecticut Attorney General William Tong said in a statement.

    “The amount of money that’s being offered in this settlement doesn’t even scratch the surface for what’s needed,” Hampton said. “We want to see Purdue have their day in court. We know more money will come if this case goes to trial.”

    Les ordures sans vergogne :

    On Wednesday, the Sackler family said in a statement that it “supports working toward a global resolution that directs resources to the patients, families and communities across the country who are suffering and need assistance.”

    “This is the most effective way to address the urgency of the current public health crisis, and to fund real solutions, not endless litigation,” it said.

    In March, Purdue and members of the Sackler family reached a $270 million settlement with Oklahoma to avoid a trial on the toll of opioids there.

    A court filing made public in Massachusetts this year asserts that members of the Sackler family were paid more than $4 billion by Purdue from 2007 to 2018. Much of the family’s fortune is believed to be held outside the U.S., which could complicate lawsuits against the family over opioids.

    The Sacklers have given money to cultural institutions around the world, including the Smithsonian Institution, New York City’s Metropolitan Museum of Art and London’s Tate Modern.

    #Opioides #Sackler #Procès #Accord_amiable

  • Ce que disent les études sur les cigarettes électroniques (Sciences & Avenir)
    https://www.crashdebug.fr/sciencess/16520-ce-que-disent-les-etudes-sur-les-cigarettes-electroniques-sciences-

    Suite à cette série de décès de vapoteurs aux États unis, j’ai pensé qu’il était bon d’expliquer les raisons de leurs morts, plus loin que cela concernant l’interdiction de E-liquides aromatisés aux USA, c’est juste les soubresauts d’une industrie qui voie des millions de personnes échapper à la mort en se tournant vers le vapotage.

    Le 22 janvier 2018 à San Francisco. GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives - Justin SULLIVAN

    Les Etats-Unis ont annoncé mercredi qu’ils allaient interdire la vente de cigarettes électroniques aromatisées afin de réduire leur attractivité pour les jeunes. Voici où en sont les connaissances sur les dangers du vapotage. Que contiennent les cigarettes électroniques ?

    Le vapotage consiste à inhaler des vapeurs créées par le chauffage à haute température d’un liquide à (...)

    #En_vedette #Actualités_scientifiques #Sciences

  • Huit décrocheurs de portraits de Macron et un journaliste devant la justice
    https://www.mediapart.fr/journal/france/120919/huit-decrocheurs-de-portraits-de-macron-et-un-journaliste-devant-la-justic

    Les 21 et 28 février, trois portraits présidentiels ont été « réquisitionnés » dans trois mairies parisiennes. Jugés mercredi en correctionnelle, les militants et le journaliste Vincent Verzat, qui avait couvert une action, ont vu le procureur requérir des amendes à hauteur de 1 000 euros.

    #France #Action_non_violente,_ANV-COP21,_Emmanuel_Macron,_Climat,_portraits,_décrochages

  • Richard Ferrand mis en examen pour prise illégale d’intérêts (Le Parisien)
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/16514-richard-ferrand-mis-en-examen-pour-prise-illegale-d-interets-le-par

    Bonjour à toutes et à tous, enfin la justice fait son travail, pour le reste n’oubliez pas, c’est aujourd’hui les annonces de la BCE, et la FED le 18 je croie.

    Amitiés,

    f.

    Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand a été mis en examen. AFP

    Pour les juges d’instruction, l’actuel président de l’Assemblée nationale a favorisé sa compagne en 2011, en concluant un bail entre sa société immobilière et les Mutuelles de Bretagne qu’il dirigeait.

    Par Vincent Gautronneau et Jérémie Pham-Lê, avec Pauline Théveniaud

    La question, délicate, technique, occupe les magistrats et les enquêteurs depuis bientôt deux ans et demi : Richard Ferrand a-t-il tenté d’enrichir son épouse lorsqu’il était à la tête des Mutuelles de Bretagne ? Les trois juges d’instruction lillois en charge de (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises

  • Grève des transports parisiens le 13 septembre : à quoi s’attendre ? (Le Monde)
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/16515-greve-des-transports-parisiens-le-13-septembre-a-quoi-s-attendre-le

    Aucun métro des lignes 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13 ne circulera vendredi. Certaines perturbations commenceront dès jeudi 18 heures.

    La circulation s’annonce extrêmement compliquée dans les transports parisiens ce vendredi 13 septembre.

    TkKurikawa via Getty Images

    A la suite d’un préavis de grève contre la réforme des retraites lancé par sept syndicats de la RATP, dont les trois principaux UNSA, CGT et CFE-CGC, le trafic dans les transports en commun parisiens sera très perturbé vendredi 13 septembre.

    Il s’agit de la plus forte mobilisation à la RATP depuis la grève du 18 octobre 2007 contre la réforme des régimes spéciaux de retraite, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

    10 métros hors service

    Aucun métro ne circulera sur les lignes 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13.

    Les (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises

  • Les routes de l’impossible : Lesotho, le royaume des neiges (FranceTv)
    https://www.crashdebug.fr/sciencess/16513-les-routes-de-l-impossible-lesotho-le-royaume-des-neiges-francetv

    L’actualité étant ce qu’elle est, c’est souvent assez désespérant. Aussi nous avons décidé de vous aider à vous évader. On passera donc quelques épisodes des « Routes de l’impossible » cet été, pour accompagner nos soirées le mercredi soir.

    Je pense que cela fera du bien à tout le monde ; )

    Amitiés,

    Bonne fin de soirée,

    f.

    49 min - 2018 - tous publics

    Le Lesotho, enclavé en Afrique du Sud, est l’un des pays les plus pauvres au monde. Il est aussi d’une beauté à couper le souffle, et possède une ressource rare et précieuse : l’eau. Pendant les longs mois d’hiver austral, le Lesotho se couvre de neige et au milieu des monts pelés, il y a même une piste de ski très prisée des Sud-Africains. Dans le no man’s land qui sépare l’Afrique du Sud du Lesotho, les véhicules (...)

    #En_vedette #Actualités_scientifiques #Sciences

  • Trump met John Bolton à la porte après avoir été « fortement en désaccord avec ses suggestions » (ActivistPost)
    https://www.crashdebug.fr/international/16512-trump-met-john-bolton-a-la-porte-apres-avoir-ete-fortement-en-desac

    Une bonne nouvelle pour la paix mondiale...

    Par Tyler Durden

    Bien qu’il y ait eu des spéculations fébriles sur ce qu’un meeting impromptu à 13 h 30 avec le secrétaire d’État américain Pompeo, le secrétaire au Trésor Mnuchin et le conseiller à la sécurité nationale Bolton allait livrer, elles ont rapidement disparu lorsque Trump a annoncé, quelques minutes plus tard, qu’il avait viré Bolton comme conseiller national en sécurité, sur Twitter, disant avoir informé John Bolton "hier soir que ses services ne seraient plus requis à la Maison blanche" après "être en profond désaccord sur plusieurs de ses suggestions".

    I informed John Bolton last night that his services are no longer needed at the White House. I disagreed strongly with many of his suggestions, as did others in (...)

    #En_vedette #Actualités_internationales #Actualités_Internationales

  • #Nantes : actions de solidarité avec #Exarcheia
    https://fr.squat.net/2019/09/11/nantes-actions-solidarite-exarcheia

    – Revendication en soutien à Exarcheia Quelque part entre le 28 et le 29 août 2019, j’ai brisé la vitrine du consulat honoraire de Grèce, situé Rue Léon Jost, et inscrit au marqueur « STOP LOI ET ORDRE A EXARCHEIA ». Ceci est un acte non violent. Ses détracteurs le désigneront comme violent, comme le […]

    #actions_directes #Athènes #rassemblement

  • Surveillance & Society
    https://medium.com/surveillance-and-society/about

    Surveillance & Society is the premier journal of surveillance studies, and publishes rigorously peer-reviewed academic work of the highest quality in a free-to-access electronic journal.

    #vidéo-surveillance #activisme #migration #sécuritaire #surveillance #famille #femmes #frontières #jeunesse #Islam #journalisme #travailleurs #voisinage #voyageurs #web

    ##voyageurs

  • Urgences : après le plan Buzyn, l’assemblée générale des grévistes vote la poursuite du mouvement (Le Monde)
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/16510-urgences-apres-le-plan-buzyn-l-assemblee-generale-des-grevistes-vot

    Je l’ai entendu par une personne interviewée à la télé ces mesures c’est du vent, il ne donne pas 750 millions aux urgences en plus, les mesures seront financées par des économies sur d’autres postes à l’hôpital.

    Comme on l’a vu avec les taux négatifs, la politique du gouvernement est stupide, la ils ont emprunté 10 milliards en 2 minutes à taux négatifs, pourquoi ne font il pas un emprunt pour restructurer l’hôpital et allouer de vraies ressources, car les bed manager c’est bien, mais il faut des moyens humains. Je suis passé aux urgences il y a quelques mois, et ils sont déjà hyper tendus et moi je me suis pointé à 9h, j’ai été hôspitalisé à 18h et pendant 9h ça n’as pas arrété... (j’étais en attente de perfusion, donc j’ai tout vu, tout le monde est à fond, c’est (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises