• #Covid : scientifiques, enseignants et parents d’élèves demandent un effort sur l’#aération dans les écoles
    https://www.lejdd.fr/Societe/covid-scientifiques-et-parents-deleves-demandent-un-effort-sur-la-purification

    « ‘Un effort massif de purification de l’air dans les écoles, les hôpitaux, les maisons de retraites, les lieux publics’, dont les premiers résultats devraient “tomber avant la fin de cette année” a annoncé Emmanuel Macron lors d’un meeting à Marseille, avant le deuxième tour de l’élection présidentielle. Nous, parents, scientifiques, acteurs de la lutte contre le Covid-19 exhortons le Président de la République à démarrer au plus vite cet effort, pour assurer à nos enfants une rentrée scolaire en sécurité et être prêts collectivement pour l’avenir.

    En France, les enfants sont très peu vaccinés, y compris ceux à haut risque de formes graves dont la couverture vaccinale ne dépasse pas 10%, et seulement environ 15% des adolescents ont effectué leur rappel. Près de deux tiers de l’ensemble des décès et des hospitalisations pédiatriques depuis mars 2020, a eu lieu au cours de la vague Omicron, caractérisée par des contaminations massives dont nous ignorons encore les effets à long terme. En outre, plus de 10 % des plus de 80 ans ne sont toujours pas vaccinés, et seuls 57 % des dialysés ont eu le rappel.

  • #Elnordpasdecdo : Les Lauréats du Paraping vert 2022 sont... Lundi 9 mai 2022 - Chez Renard
    https://elnorpadcado.org/Les-Laureats-du-Paraping-vert-2022-sont

    La Parade des Financeurs (de Lille3000) s’est élancée de la Friche Saint-Sauveur le 7 mai 2022 pour remettre, avec toute la gravité que réclame l’exercice, cinq Parpaings verts aux élus, promoteurs et architectes de la ville dense et verte. Découvrez les lauréats ci-dessous, les discours prononcés par les Officiels, et revivez en photos la Parade des Financeurs.

    Catégorie « Hydrocarbures et ruralité »
    Christophe Coulon – Conseil régional Hauts-de-France



    Eiffage et le Conseil régional entendent doubler l’aérogare de Lille-Lesquin et le nombre de vols annuels. Les éternels grincheux, riverains agacés par le bruit, amishs obsédés par le climat, seront rassurés.
    
Le Laonnois Christophe Coulon, conseiller régional, bras droit de Xavier Bertrand en charge de la ruralité, et président du Syndicat mixte de l’aéroport, les a entendus : son aéroport sera durable, propulsé à plein régime dans une démarche « Airport Carbon Accreditation » des plus ambitieuses. Son futur aéroport sera non seulement certifié « Haute Qualité Environnementale » mais encore « Bâtiment Durable », grâce à des panneaux solaires. Nous sommes certains que ses ambitions le porteront vers la récupération d’eau de pluie pour alimenter les sanisettes de l’aéroport. Ainsi demain, vous ne décollerez pas seulement pour les eaux turquoises des Seychelles ou les Calanques surpeuplées de Marseille, vous accèderez en « mobilités douces » à un tarmac éco-responsable duquel vous envoler vers un avenir harmonieux. Détruire des champs et détraquer le climat ne se feront pas sans une écologie responsable ! Coulon, ce Parpaing vert est tout à toi !

    Catégorie « Verte et verticale »
    Martine Aubry – MEL & Ville de Lille

    Certes, Lille n’est pas dans le TOP 10 des villes cyclables, n’est que 91éme des villes où il fait bon vivre, et végète dans les profondeurs du classement des villes vertes - Lille est néanmoins classée deuxième des villes où il fait bon investir dans l’immobilier, avec un « fort potentiel locatif » reconnu des professionnels.
Alors oui, ces résultats sont mauvais, mais le potentiel de progression est formidable, et les ambitions immenses. Ici, il y a un eldorado à conquérir, que Martine Aubry embrasse déjà, chevauchant sa monture verte, courant l’utopie, au galop sur son cheval sauvage !

    Les esprits étriqués qui font les mauvais palmarès ne voient pas qu’entre les buildings poussent déjà des forêts et des oasis urbaines. Le Palais Rameau n’est-il pas un démonstrateur d’agriculture hors-sol ? L’ancienne usine Fives-Cail ne va-t-elle pas accueillir une serre d’agriculture verticale ? Aubry les pouces verts n’est elle pas l’ardente défenseuse d’une végétalisation des façades, des toitures, des « rues-jardins » ? 20 000 arbres doivent être plantés dans des micro-forêts que l’on aperçoit déjà sur les terre-pleins du périphérique et les ronds-points.

    Cette force de conviction sans pareil logée chez une énarque, maire de Lille depuis 2001 et vice-présidente de la Métropole en charge de l’« Attractivité » et du « Rayonnement », prouve que l’esprit peut tout, quand il voit loin et qu’il se donne les moyens. Face aux mauvais faiseurs de classements, nous décernons un Parpaing vert bien mérité à Martine Aubry, pour ses ambitions inégalées d’arbres en pot.

    Catégorie « Bien-être »
    Ludovic Montaudon de Nacarat, et Philippe Chiambaretta, pour leur oeuvre commune : ShAKe

    Derrière nous se trouve le bâtiment bien nommé « ShAKe », contraction de Share et de Work, Partager et Travailler. Car comme le dit son illustre promoteur Ludovic Montaudon de Nacarat : « ShAKe est porteur d’une philosophie : le bien-être au travail », car le bien-être, c’est aussi un « gage d’efficacité ».
Comme le résume l’architecte Philippe Chiambaretta, et comme vous le constatez au premier coup d’œil, ici « se combinent ville et nature, travail et détente. » Situé rue de la Chaude rivière, sur l’ancienne rivière qui prenait sa source à Fives, ShAKe « participe à la création d’un îlot de fraîcheur dans le quartier, ses arbres régulent la pollution atmosphérique et favorisent la biodiversité. » ShAKe ne fait pas que respecter le Vivant, ShAKe donne la vie. Ses 30 000m² de bureaux, qui accueilleront notamment la Caisse d’Epargne, partenaire de Lille3000, sont bien plus que des bureaux : ShAKe, c’est « de l’agriculture urbaine », avec jardins suspendus, un « écosystème » du XXIe siècle qui a dépassé les basses « logiques de propriété » pour embrasser « celles d’usage et de partage. » ShAKe, c’est l’incubateur de vos rêves, c’est une utopie réalisée. Ce « bâtiment-promenade » en forme de spirale dessert d’ailleurs un « belvédère » depuis lequel admirer cette grande utopie du XX° siècle : l’Autoroute A1. Bref, ShAKe, c’est vraiment un super bâtiment ; ses promoteur et architecte méritent ce Parpaing vert, qu’on leur envoie directement dans la gueule.

    Catégorie « Vert intense »
    Isabelle Menu – Architecte d’Euralille 3000

    Nous devons ces 75 ha de bureaux nommés Euralille 3000 à Isabelle Menu, du cabinet d’architecture et d’urbanisme Saison-Menu, 73 Bld Montebello, 59 000 Lille. Certes, il a fallu étouffer la Ferme des Dondaines. Mais Isabelle ne l’a-t-elle pas délicatement réalisé « entre densité urbaine, vie de quartier paisible et héritage végétal » ? « La plaine près du casino », pelouse mirifique juchée sur l’autoroute, n’apporte-t-elle pas « une belle touche de nature » ? C’est une évidence qui sans nul doute frappe, chaque matin et chaque soir, l’automobiliste plongé dans les bouchons : la ville peut être dense et intense, mais aussi verte et reverte.

    Isabelle a un « nouveau paradigme » pour le monde : « faire gagner du terrain au paysage et à la biodiversité sur le minéral ; redonner place à la rencontre et à l’expérience sensorielle. » Avec de telles priorités, on ne comprendra jamais qu’Isabelle Menu & Associés aient été écartés du Village Olympique de Paris 2024. Son quartier, dit-elle, eut été « à impact positif, pour une ville inclusive, sans relégations, accueillante pour tous ses habitants et pour la biodiversité. » Des ambitions sans doute trop en avance sur leur temps... Isabelle, si le présent est parfois ingrat, l’avenir reconnaîtra ton talent.

    Femme et architecte, amoureuse du peuple dont elle est sortie (Isabelle est fille de mineurs), Isabelle a néanmoins été récompensée d’une légion d’honneur en 2016. Il ne fait aucun doute que tout un peuple reconnaît chez cette ancienne étudiante de l’école d’architecture de Villeneuve d’Ascq la grande aménageuse de sa ville dense et intense. Isabelle, c’est donc au nom du Peuple, mais aussi au nom des oiseaux, et au nom du futur que tu fais accoucher, que nous te gratifions de ce Parpaing vert !

    Catégorie « Parpaing d’algues »
    François Dutilleul, bétonneur pour Lille 3000

    « Le développement durable va dans le sens de l’Histoire, nous ne pouvons plus répondre aux besoins des générations présentes sans penser à préserver ceux des générations à venir. Construire des bâtiments est une activité à impacts négatifs, mais contrairement à d’autres secteurs, il est possible non seulement de les réduire, mais d’en créer de positifs. » Ainsi parla François Dutilleul, président du groupe de Bâtiments et Travaux Publics Rabot-Dutilleul, partenaire fidèle de Lille 3000.

    Engagé pour une éco-conception exemplaire, la démarche de François « se combine à un écosystème intelligent, riche de partenariats innovants avec des associations, des ONG, des startups… sources de synergies nouvelles et de collaborations concrètes. » François est une lumière dans la ville, le phare sans lequel nous voguerions sans but ni synergies ni collaborations ni intelligence ni innovation ni rien dans les flots tempétueux d’une planète meurtrie par la folie des hommes. Regard toujours porté vers l’avenir, tu es aussi, François, le digne héritier de tes aïeux, René et Jean-François, dont l’audace sut porter le groupe familial vers les cimes de la réussite. Par toi, nous rendons également hommage à Jean-François ton père, homme de culture, toujours occupé par ses fonctions d’administrateur de Lille 3000, qui sans nul doute est fier de toi, comme nous le sommes aujourd’hui au moment de te remettre ce Parpaing vert. François, merci.

    Revivez ici les moments les plus émouvants de la Parade des Financiers (cliquez sur une photo et faites défiler le diaporama, c’est plus joli.)
    Le lien https://elnorpadcado.org/Les-Laureats-du-Paraping-vert-2022-sont en bas de la page pour les 30 photographies

    #ville #ville_intelligente #spéculation #gaspillage #surveillance #France #villes #urbanisme #logement #durable #partenariats #immobilier #aéroport #écologie #végétalisation #martine_aubry #ps #béton #parpaing #ville_inclusive #euralille #lille3000

  • En HBM, vive la ventilation naturelle
    https://topophile.net/savoir/en-hbm-vive-la-ventilation-naturelle

    Depuis de nombreux mois, des collectifs d’habitant·e·s de logements sociaux parisiens s’alertent mutuellement des déboires qu’occasionnent chez eux des rénovations thermiques engagées en application de politiques publiques de subvention « pour le climat ». Une quinzaine d’amicales des HBM se bat ainsi contre l’installation de systèmes de ventilation mécaniques, qu’ils considèrent inutiles voire néfastes, et... Voir l’article

  • Un avion A380 alimenté à l’huile de friture et sans kérosène a survolé l’Occitanie ce mardi - midilibre.fr
    https://www.midilibre.fr/2022/03/30/un-avion-a380-alimente-a-lhuile-de-friture-et-sans-kerosene-a-survole-locc

    Dans un communiqué relayé par TF1, Airbus a indiqué que « 27 tonnes de SAF non mélangé ont été fournies par TotalEnergies pour ce vol. Le SAF produit en Normandie, près du Havre, en France, était fabriqué à partir d’esters et d’acides gras hydrotraités (HEFA), exempts d’aromatiques et de soufre, et principalement constitués d’huile de cuisson usagée, ainsi que d’autres déchets gras ».

    Va falloir en manger des frites, pour faire voler les avions.

    • 27 t d’huiles de friture usagées pour un vol Toulouse-Nice ! Un A380 consomme (paraît-il) 2,9 litres/100 km/passager de kérosène. Donc déjà, il nous manque une donnée pour pouvoir comparer. Mais on va essayer :
      A raison d’environ 800 kg pour 1 000 litres d’huile, le machin a brûlé 33 750 litres de SAF (27/0,8*1000). Si on estime le vol Toulouse-Nice à 250 km, il a consommé 13 500 l /100 km (33750/2,5) . Si on prend 75 kg le poids moyen d’un passager (avec ses bagages), on a 180 passagers sur ce vol (13500/75).

      Je reprends le calcul avec les données « kérosène » (2,9 l/100 km/passager) :
      2,9*2,5*180=1305
      1 305 litres de kérozène soit presque 26 fois moins !

      En terme de bilan carbone (même si on économise le CO2 émis pour l’extraction de la matière première puisqu’il y a recyclage), la combustion du SAF dans les réacteurs de l’avion est-elle moins polluante en émission de CO2 que celle du kérosène ? Bon, ok, on n’a plus d’émission de composés aromatiques ni de soufre. Et en outre, on peut se passer du pétrole de Poutine. Mais franchement ...
      Ceci dit, je me suis peut-être planté dans mon raisonnement.

    • 33000 litres, c’est la contenance max des réservoirs d’un A380. Il semble que simplement on a fait le plein, bien que ce soit inutile pour Toulouse-Nice, vu que la distance franchissable est de 15000 kms.

    • Donc en fait, ce genre d’article pour le « commun des mortels » induit le fameux biais que, en France, si on n’a pas de pétrole, on a des idées. Comme un arrière goût des années 70 après le 2e choc pétrolier.
      Faites chauffer les friteuses ! Sans compter que pour faire chauffer l’huile recyclée en carburant, elle vont en consommer du gaz / de l’électricité, les friteuses. Sans compter l’énergie nécessaire pour transformer cette huile en SAF. Moralité, le SAF est loin d’être « safe » ...

      Oui mais c’est du « recyclage » (Ah ouaaais) ...

      Apparté : ça le fait aussi avec du saindoux ? (Parce que les frites au saindoux, y a pas photo).

      #bullshit

      https://previews.dropbox.com/p/thumb/ABffbD9i66VycS_mPVPodv9T33YFf1Soq_Bvfl6tRMcyZtvBBB0lD2zuEG-Us8Jj4PLHczhyA9BhYvUBsaMyqZu7TfGTsEPCf5DEMEH-LxlwE3S_u1FN1LRQsjWUYcjHBArvtIacAGc7MCo0pS3HSVrKxthUgQ6JiKSbJCq_SoppPmfPp_YkkiGLwEtR7OevW3ZsKO2QZbdndzGCTY5OSiQU3f592S89NMblj_kJ9SXmW7DXImO_seg1AGh8pNtW6FVB_SCIGJgeX6fE0gzDerCbl6DII28d13lhJAEG-9RsNTePtWEd35NgeUW-FU2SdKLqgheeHZvsyYxCrdiF81A0-VF_cme0xS1jF8XzMAazpg/p.gif

    • Huiles alimentaires usagees.pdf
      http://www.decoset.fr/userfiles/files/Huiles%20alimentaires%20usagees.pdf

      Les Français achètent près de 300 millions de litres d’huile végétale par an qu’ils utilisent pour la friture, la cuisson, l’assaisonnement, ...

      300 000 000 litres d’huile
      274 500 tonnes environ

      11 574 remplissages d’un A320 (réservoir de 24 000 litres)
      968 remplissages d’un A380 (réservoir de 310 000 litres !)

    • Je reviens à l’article précédent du Midi Libre. J’ai une autre source qui dit que :

      Pour réaliser le premier vol, TotalEnergies a produit 27 tonnes de son SAP près du Havre en Normandie. Cette quantité, non mélangée à du kérosène, a permis à l’avion de voler une durée de trois heures.

      https://www.presse-citron.net/un-a380-carburant-huile-de-cuisson-decolle

      Impressionnante, la capacité en carburant de l’A380 ! Mais ce très long courrier est un échec commercial, paraît-il.

      L’A380-800 a un rayon d’action de 15 400 kilomètres, ce qui lui permet de voler de New York jusqu’à Hong Kong sans escale, à la vitesse de 910 km/h (Mach 0,85) jusqu’à 1 012 km/h (Mach 0,94)9. Cette autonomie fut réalisée selon une forte intention de John Leahy, responsable de vente10. Son principal client est Emirates, la compagnie de Dubaï qui maintient la production de l’A380 à flot avec une commande de 123 modèles. À la suite du remplacement de plusieurs A340-500, l’A380 de Qantas effectue depuis septembre 2014 le vol commercial le plus long du monde entre Sydney et Dallas-Fort-Worth, soit 13 804 km11.

      Le gros porteur souffre d’un paradoxe : malgré ses qualités, et même s’il est particulièrement apprécié par ses passagers12,13, l’A380 ne répond pas au besoin des compagnies : aucun nouveau client n’achète un exemplaire à partir de 2015, tandis qu’aucune compagnie n’augmente ses commandes en dehors d’Emirates, qui finit par annuler l’achat de 39 appareils en 2019. Face à ce succès commercial limité, Airbus annonce le 14 février 2019 la fin de la production de l’A380 pour 2021. Air-France-KLM annonce, le 20 mai 2020, l’arrêt définitif de son exploitation, deux ans et demi avant la date prévue14.

      L’A380 aura été produit à 254 exemplaires volants de série MSN xxx : 5 appareils d’essai (dont 2 revendus ensuite) et 249 appareils pour les compagnies aériennes (251 en exploitation commerciale). À ceux-ci il faut ajouter 2 appareils pour les essais statiques MSN 5001 et 5002.

      Le dernier appareil produit, qui porte le numéro de série MSN 272 et qui a pour immatriculation finale A6-EVS, a été livré à la compagnie aérienne Emirates le 16 décembre 202115.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Airbus_A380

      #aéronautique #transport_aérien

  • Two years of #COVID: The battle to accept airborne transmission | Coronavirus pandemic | Al Jazeera
    https://www.aljazeera.com/features/2022/3/11/two-years-of-covid-the-battle-to-accept-airborne-transmission

    For Catherine Noakes, a scientist who studies how pathogens move in the built environment, the first few months of the coronavirus pandemic were punctuated with a foreboding sense of frustration.

    […]

    Noakes recalls how she and her colleagues were even accused of running ventilation companies. “It’s complete rubbish, none of us runs a ventilation company,” she says, bemused.

    But the repudiation from sections of the medical community wasn’t entirely surprising.

    “Disease transmission has traditionally been the preserve of the medical profession and it felt like there was a dismissal of people from other fields, particularly engineers,” says Noakes.

    There has been this resistance from people in medical fields, agrees Prather, who says, “They’ve sort of dismissed our opinions.”

    One of the reasons for that has been the call from certain scientists in the medical field for randomised controlled trials (RCTs), considered a gold standard to measure an intervention’s effect, to back airborne transmission measures.

    That makes sense when you’re measuring the effect (if any) of a vaccine or drug — because there are so many factors at play — but to apply it to airborne transmission measures doesn’t make sense because it is possible to directly measure their impact, Prather said.

    “It makes sense that if something filters out 99 percent of aerosols, it will reduce the risk of transmission,” adds Gurdasani.

    […]

    There are also socioeconomic implications of health authorities endorsing airborne transmission, particularly in countries that may not have good mechanical ventilation systems or enough respirators, says Marr: “That is basically what the WHO told us when we were in a meeting with them in early April [2020]. I think they were very hesitant to call the disease airborne because it would basically tell these lower-resource settings … there’s no hope for you.”

    “That’s where the WHO have struggled … because they have to give advice that applies to the whole world,” says Noakes.

    Lidia Morawska, director of the International Laboratory for Air Quality and Health at Queensland University of Technology in Australia and a co-author of the open letter, added that even in richer countries, recognition of airborne transmission would require major investment from governments to, for instance, retrofit schools to improve ventilation.

    “Admitting that the virus is airborne, and something has to be done with ventilation, government has to provide guidelines and means for doing this,” Morawska says.

    #aérosols #OMS

  • Investigation of a cluster of severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 infections in a hospital administration building | Infection Control & Hospital Epidemiology | Cambridge Core
    https://www.cambridge.org/core/journals/infection-control-and-hospital-epidemiology/article/investigation-of-a-cluster-of-severe-acute-respiratory-syndrome-coronavirus-2-infections-in-a-hospital-administration-building/6DDF1B79BC1015D566938228D7561C00

    Dans les cas d’exposition prolongée une transmission par #aérosols est possible malgré une #ventilation adéquate,

    Objective:
    To investigate a cluster of coronavirus disease 2019 (#COVID-19) infections in employees working on 1 floor of a hospital administration building.

    Methods :
    Contact tracing was performed to identify potential exposures and all employees were tested for #SARS-CoV-2. Whole genome sequencing was performed to determine the relatedness of SARS-CoV-2 samples from infected personnel and from control cases in the healthcare system with COVID-19 during the same period. Carbon dioxide levels were measured during a workday to assess adequacy of ventilation; readings above 800 parts per million (ppm) were considered an indication of suboptimal ventilation. To assess the potential for airborne transmission, DNA-barcoded aerosols were released, and real-time polymerase-chain reaction was used to quantify particles recovered from air samples in multiple locations.

    Results :
    Between December 22, 2020 and January 8, 2021, 17 co-workers tested positive for SARS-CoV-2, including 13 symptomatic and 4 asymptomatic individuals. Of the 5 cluster SARS-CoV-2 samples sequenced, 3 were genetically related but the employees denied higher-risk contacts with one another. None of the sequences from the cluster were genetically related to the 17 control SARS-CoV-2 sequences. Carbon dioxide levels increased during a workday but never exceeded 800 ppm. DNA-barcoded aerosol particles were dispersed from the sites of release to locations throughout the floor; 20% of air samples had >1 log10 particles.

    Conclusions :
    In a hospital administration building outbreak, sequencing of SARS-CoV-2 confirmed transmission among co-workers. Transmission occurred despite the absence of higher-risk exposures and in a setting with adequate ventilation based on monitoring of carbon dioxide levels.

    Le PDF : https://www.cambridge.org/core/services/aop-cambridge-core/content/view/6DDF1B79BC1015D566938228D7561C00/S0899823X22000459a.pdf/investigation-of-a-cluster-of-severe-acute-respiratory-syndrome-coronavir

    These reports and the cluster reported here raise concern that airborne transmission might occur when individuals share the same enclosed space for prolonged periods despite ventilation that meets current standards

  • Mopping can create air pollution that rivals city streets | Science | AAAS
    https://www.science.org/content/article/mopping-can-create-air-pollution-rivals-city-streets

    Cleanliness may be next to godliness, but a new study suggests it could have an unexpected downside: A few minutes of mopping indoors with a fresh-scented cleaning product can generate as many airborne particles as vehicles on a busy city street. The finding suggests custodians and professional cleaners may be at risk of health effects from frequent exposure to these suspended tiny particles, known as #aerosols.

    #chimie #pollution #santé

  • Avancer masqué – FFP2 : reste-t-il quelqu’un dans l’appareil d’État capable de faire une bibliographie intègre ? RogueESR
    https://rogueesr.fr/20220209

    Comment fonctionne l’articulation entre les sphères scientifiques et les sphères décisionnaires ? Qui produit des « expertises » et selon quelle méthode ? La question des masques FFP2 nous permet d’éclairer les dysfonctionnements chroniques des instances supposées éclairer la décision publique. 

    La grève des enseignants du 13 janvier a surpris par son ampleur exceptionnelle. Que revendiquait-elle ? Une rationalité minimale dans la gestion sanitaire de l’École et donc une politique de réduction du risque fondée sur la disputatio conduite par la communauté des scientifiques ayant contribué à ce domaine. La transmission de SARS-CoV-2 se faisant par voie aérienne, il était logique de demander des masques FFP2, conçus pour la filtration des aérosols. Le 10 janvier, M. Véran déclara aux sénateurs : « On est assez loin d’après le HCSP d’étendre le FFP2 à d’autres catégories professionnelles. […] Y compris d’ailleurs dans le milieu des soignants. [Le port du FFP2 sera réservé à ceux] qui sont aujourd’hui considérés comme à risque parce qu’exposés à des gouttelettes. » Ce faisant, M. Véran témoignait de son ignorance du fait que la transmission par voie d’aérosol ne vient pas de gouttelettes mais de particules virales environnées de protéines, et suspendues dans l’air comme des particules de fumée. Du reste, le masque chirurgical est, lui, conçu pour protéger des « gouttelettes » de toux et parfaitement efficace dans ce cas.

    Aussi attendions-nous avec impatience la parution du rapport du Haut Conseil de Santé Publique (#HCSP). Nous avons découvert à sa lecture du rapport qu’il ne prenait pas en compte la littérature scientifique fournie et solide montrant l’efficacité nettement supérieure des FFP2 pour filtrer des particules virales de 200 à 500 microns. L’avis a été mis en ligne début février, plus d’un mois après sa rédaction. Il repose sur un travail bibliographique non exhaustif et choisi pour valider des conclusions rigoureusement inverses à celles de la littérature scientifique.

    Il nous semble donc important d’établir une bibliographie conforme à la pratique scientifique, c’est-à-dire exhaustive, reposant sur des sources primaires, et traitant rationnellement de la résolution d’éventuelles controverses. Vous trouverez ci-dessous une réponse point à point aux éléments du rapport factuellement faux ainsi qu’une bibliographie commentée.

    Il nous importe ici de comprendre comment un comité de 22 personnes, aucune n’ayant de légitimité scientifique sur la transmission aéroportée de SARS-CoV-2, peut produire un travail pareillement dépourvu de rigueur et d’intégrité. Au vu des éléments scientifiquement infondés qui sont rapportés, nous faisons l’hypothèse qu’aucun membre du comité n’a réalisé une méta-analyse de la littérature scientifique primaire : le rapport semble directement s’inspirer de sources secondaires de mauvaise qualité.

    #expertise #FFP2 #aérosols #covid-19

    • Comment le rapport du HCSP parvient-il à contourner les multiples articles démontrant, par des mesures précises, la filtration des aérosols par les masques FFP2 ?
      (i) Il accorde simplement une valeur faible aux tests rapportés dans la littérature d’ingénierie.
      (ii) Il escamote l’article montrant en situation réelle, dans un hôpital, l’absence de contamination des soignants portant un FFP2, contrairement à ceux portant un masque chirurgical.
      (iii) Il valorise des études cliniques conçues par des médecins qui, ignorant ce que signifie une transmission aéroportée, n’ont fait porter le masque FFP2 qu’à proximité immédiate des patients.
      (iv) Il ignore l’étude clinique démontrant l’efficacité des masques FFP2 lorsqu’ils sont portés en permanence, et sa disparition avec un port intermittent.
      (v) Il se réfère à des « méta-analyses » amalgamant les études mal conçues avec l’étude démontrant qu’elles sont mal conçues, en utilisant des pondérations destinées à justifier l’idée pré-conçue.

  • Coronavirus : Le gouvernement change de stratégie pour vivre avec le Covid-19, mais sommes-nous prêts ?
    https://www.20minutes.fr/sante/3230487-20220206-coronavirus-gouvernement-change-strategie-vivre-covid-19-

    En attendant, si l’on veut cohabiter sans risque avec le virus, « l’une des clés est de s’atteler à l’amélioration de la qualité de l’air intérieur, domaine sur lequel les Européens n’ont pas encore ébauché la moindre réflexion construite », déplore l’épidémiologiste. Pourtant, avec près de 17.000 classes fermées pour cause de Covid et alors que le calendrier de levée des restrictions se poursuit, « il faut que l’on assainisse en urgence l’air intérieur, où l’on passe 90 % de notre temps et où se produisent 99 % des contaminations », insiste l’épidémiologiste.

    #aérosols

    • Bon déjà rien que dans le titre : « mais sommes-nous prêts ? » Parce que, oui, la plupart de nos congénères sont prêts à revenir au « monde d’avant » quitte à tomber gravement malades ou infecter des amis, des proches qui tomberont gravement malades.
      Il eût été plus avantageux de formuler la question « est-ce bien opportun ? ». Parce que au final, ce n’est pas nous qui devons « être prêts ». Ce qui conditionne la réalité d’une épidémie, ce sont la transmissibilité, la virulence, la létalité d’un virus et son mode de propagation ; et donc, tous les indicateurs définis par l’épidémiologie : le taux de reproduction (en temps réel), le taux d’incidence, le taux de mortalité.

    • Je me suis attaché à ne relever que les propos tenus par des « sommités » en la matière (Véran, Flahaut, Davido) et voilà ce que ça donne :

      [la fin du masque en intérieur] ce sera au printemps » a promis mercredi le ministre de la Santé Olivier Véran.

      « Il faut voir ce que l’on appelle aujourd’hui "restrictions". Ce ne sont plus des mesures de confinement ni des couvre-feux, qui n’ont plus eu cours en France depuis de longs mois, elles sont davantage supportables du plus grand nombre », estime Antoine Flahault, épidémiologiste et directeur de l’Institut de santé globale à Genève

      « malgré la flambée des contaminations par le variant Omicron en fin d’année, la France n’a pas reconfiné comme l’Allemagne et les Pays Bas ont pu le faire », renchérit le Dr Benjamin Davido, infectiologue et médecin référent de crise Covid-19 à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine).

      La levée de l’obligation du port du masque en extérieur est bienvenue, d’autant que son efficacité n’a jamais été démontrée », soulignent de concert l’épidémiologiste et l’infectiologue.

      « les Français ont adapté leur mode de vie, ils télétravaillent plus et fréquentent moins les lieux publics clos. Et je ne suis pas persuadé qu’il va y avoir une ruée vers les boîtes de nuit dès leur réouverture », poursuit le Dr Davido.

      « Cette forme de vaccination obligatoire déguisée a vocation à stimuler la vaccination de la population et la protéger des formes graves, mais aussi à protéger malgré eux les non vaccinés en les empêchant de fréquenter les bars, restaurants et transports publics où circule massivement Omicron chez les personnes vaccinées », rappelle Antoine Flahault.

      « il faut rester prudent face au risque de faux plat, à l’image du Royaume-Uni, qui a connu une reprise épidémique et hospitalière forte sous l’effet du sous-variant BA.2 d’Omicron. Or, s’il commence à se dessiner, nous n’avons toujours pas atteint le pic des hospitalisations », prévient le Dr Davido.

      « Et les hospitalisations pédiatriques n’ont jamais été aussi élevées depuis le début de la pandémie », complète Antoine Flahault.

      « supprimer trop rapidement les jauges et le pass vaccinal semble encore prématuré, alors que ce sont des mesures destinées à protéger la population contre les formes graves et éviter l’engorgement des hôpitaux », juge l’épidémiologiste.

      « face à un variant si contagieux, compliqué à freiner mais moins virulent, et il est légitime d’aller de l’avant, tempère le Dr Davido. En outre, on se rapproche de l’élection présidentielle, ce qui joue forcément : maintenant que le pic est dépassé, pour l’image, le gouvernement doit montrer que le pays va de l’avant ».

      « Les vacances d’hiver commencent, et on l’a vu ces deux dernières années, elles s’accompagnent de rebonds épidémiques : il y a deux ans, on avait le cluster de Contamines-Montjoie en Haute-Savoie, et l’année dernière, avec la troisième vague, on a passé le premier semestre sous couvre-feu. Il ne faut pas crier victoire trop tôt et sous-estimer l’impact des mouvements de population durant ces vacances, insiste l’infectiologue. Il y a quelques semaines, on ignorait encore la déferlante Omicron qui se profilait. Il ne faudrait pas que le gouvernement soit présomptueux avec des annonces trop optimistes. Rien ne permet d’affirmer qu’il n’y aura pas de retour de bâton à l’automne avec de nouveaux variants et une reprise épidémique ».

      « Il n’y a pas de secret : on a un vaccin qui a prouvé son efficacité contre les formes graves, donc il faut poursuivre l’effort pour atteindre l’immunité collective, prescrit le Dr Davido.

      « Il n’y a pas de secret : on a un vaccin qui a prouvé son efficacité contre les formes graves, donc il faut poursuivre l’effort pour atteindre l’immunité collective, prescrit le Dr Davido. Et quand ce sera chose faite, on acceptera une certaine prise de risque face au virus en levant les toutes dernières mesures. Là, on ne raisonnera plus en termes de restrictions, d’autant que tout ne relève pas de la seule responsabilité de l’Etat, mais en termes de réflexes : au même titre que lorsqu’il pleut, on prend un parapluie, quand on sera dans la saisonnalité du virus, on aura ces automatismes de respecter les gestes barrières, de faire son rappel vaccinal et de porter le masque en intérieur. Comme c’est le cas pour la grippe saisonnière, qui fait chaque année des milliers de morts, sans que l’on se confine ».

      « c’est accepter d’être tributaire de la situation épidémique, et des mesures qu’elle peut nécessiter, ajoute-t-il. Mais des mesures ciblées : plutôt que de tester tout le monde, peut-être faudrait-il à l’avenir recentrer le dépistage sur les seules personnes à risque : cela permettrait de nouveau corrélés d’avoir des indicateurs fiables pour prévenir la saturation des hôpitaux, comme c’était le cas il y a quelques mois ». Il faut retrouver « des indicateurs sanitaires acceptés de tous qui nous préciseraient quand nous pouvons lever les mesures », abonde Antoine Flahault.

      « il faut que l’on assainisse en urgence l’air intérieur, où l’on passe 90 % de notre temps et où se produisent 99 % des contaminations », insiste l’épidémiologiste. « il faut continuer à investir sur les vaccins, les médicaments antiviraux et les anticorps monoclonaux, poursuivre l’innovation thérapeutique pour rendre le Covid-19 moins sévère et moins mortel ».

    • Donc en fait, mis à part Véran et sa promesse de retrouver notre « liberté » (de reprendre nos habitudes consuméristes compulsives) laquelle promesse est une grosse flatterie anxiolitique parce que « tout le monde en a marre », nous avons ici un débat contradictoire entre un épidémiologiste et un infectiologue qui mettent en balance le rapport bénéfice-risque sur le fait de lever toutes les restrictions.

    • Ce qui reste de l’article est une bouillie de psychologisme hard-discount qui sème le trouble et la confusion, le tout fallacieusement argumenté par des propos hors contexte (sauf celui de Véran) :
      – Alors tu portes toujours un masque à l’intérieur ? (sur un ton goguenard)
      – Oh et puis, zut ! T’as raison. On ne risque plus rien (ou pas grand chose) : Omicron est « mild », on est vaccinés, c’est pas pire qu’une grippe, etc.

    • C’est rigolo parce que, en aucune façon, n’est évoqué le risque du covid long et celui de voir apparaître un nouveau variant beaucoup plus létal. De surcroît, même si est pointée la qualité de l’air et la nécessité de l’améliorer, ce ne sont pas les détecteurs de CO2 ni l’ouverture des fenêtres « une heure toutes les dix minutes » qui empêcheront la diffusion du virus par aérosols, mais bien les masques.
      Je vous invite à rédiger, en intégrant, les avis de Flahaut et Davido (on oublie Véran) un nouvel article prenant en compte tous les risques que nous courons avec cette levée des restrictions. Vous avez « 20 minutes » ...

    • Et dans l’école du Minilecte, il manque la moitié des profs cette semaine pour cause de santé (is the new «  … d’une longue maladie  »). Les autres viennent renifler en mode yolo dans les salles de cours.
      Heureusement, y a vacances à la fin de la semaine (oui, son école est dans une autre académie  !).
      Elle a de super notes en S1, on espère que du coup, il vont regarder ailleurs pour les absences en début de S2.
      D’un autre côté, les assidus sont en train de se préparer un gentil brouillard cérébral façon Alzheimer (Ah bon, on avait oublié de vous parler de ces petits inconvénients, les gars, trop con  !), donc, je pense que ça va passer.

  • À l’usage des vivants

    "Fuyant le Nigéria, Semira Adamu est arrivée en Belgique en 1998. Détenue dans un centre fermé proche de l’#aéroport de Bruxelles, elle meurt étouffée avec un coussin lors d’une sixième tentative de rapatriement forcé. Vingt ans après, Pauline Fonsny remet en scène cet « assassinat d’État » qui avait secoué le plat pays et conduit à la démission du ministre de l’Intérieur de l’époque. Le récit de À l’usage des vivants, mené à deux voix, est structuré par le témoignage de Semira – incarnée à l’écran par la peintre nigériane Obi Okigbo – et en voix off, l’adaptation d’un texte que la poétesse belge Maïa Chauvier a écrit après le décès de la jeune femme. Pour contourner l’interdiction de filmer dans les centres, la cinéaste a fait appel à des maquettes qui permettent de visualiser la topographie précise des lieux où sont encore parqués les demandeurs d’asile. Au terme de cette puissante évocation documentaire, le constat est amer. Les « barbelés de la honte » se sont multipliés, des policiers peuvent ouvrir le feu sur une camionnette transportant des exilé-e-s et tuer une fillette de deux ans, sans être inquiétés."

    https://vimeo.com/groups/108294/videos/412703657
    http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/55804_1
    #rétention #détention_administrative #Belgique #migrations #asile #réfugiés #déboutés #décès #mourir_en_rétention #mort
    #Pauline_Fonsny #film #film_documentaire

    ping @isskein @karine4

    • Ces mesures sont le premier pas indispensable vers la constitution d’un arsenal sanitaire large et pérenne, grâce auquel la France sera à même de faire face à d’éventuelles autres pandémies, sans payer le prix humain de SARS-CoV-2. La responsabilité du politique est de sortir des clivages simplistes et de l’attente de la disparition miraculeuse de la crise.

      Notre société a besoin d’en finir avec la litanie des demi-mesures et des annonces paternalistes, égrenées sans aucune visibilité ni logique au fil des vagues épidémiques. Renouer avec la joie de vivre et redonner du sens à notre existence commune implique d’apporter une réponse rationnelle et solidaire aux crises qui nous frappent.

      Après bientôt deux ans de pandémie et à l’approche d’échéances électorales importantes, il est difficile de croire qu’un programme politique qui ne s’élèverait pas à la hauteur de ces constats en incluant des propositions sanitaires et scientifiques solides puisse avoir quoi que ce soit à dire sur l’avenir de notre société.

      Parmi les plus de 1 200 signataires : Samuel Alizon Chercheuse en biologie de l’évolution, CNRS, Thomas Becking Postdoctorant CNRS en biologie, écologie, évolution à l’université de Poitiers, Sylvie Citerne Technicienne de laboratoire de recherche, Inrae, Jacques Haiech Professeur honoraire de biotechnologie, université de Strasbourg, Pascal Maillard Universitaire en littérature française, université de Strasbourg, Perola Milman Chercheuse en physique, CNRS, Pierre-Yves Modicom Universitaire en linguistique, université Bordeaux-Montaigne, Laure Saint-Raymond Professeure de mathématiques, Institut des Hautes études scientifiques, Johanna Siméant-Germanos Professeure, science politique, Ecole normale supérieure de Paris, Anne-Soisig Steunou Chercheuse en microbiologie, I2BC, CNRS…

      La liste complète : https://rogueesr.fr/en_finir_et_prevenir soutenue également par le Mouvement international d’universitaires et de chercheurs qui porte les mêmes revendications.

    • il est logique qu’avec tous ces acteurs qui se sont confortés et cramés à dire nawak (des plateaux télé à l’académie de médecine, en passant par le gouvernement), d’autres apparaissent. Enfin ! 50 000 agents de santé (et pas doctolib), ça aurait changé la donne dans tous les domaines, vaccination comprise. On le sait. Et le Vietnam et le Kerala l’ont à nouveau démontré dès le printemps 2020. (marrant de voir que le recours à l’emploi précaire a mieux marché là bas qu’ici, pour ce qui est des besoins de la population).

      combien de temps faut-il pour sortir du bois ? faire un appel ? dire quelque chose collectivement (puisse le Mélanchon être contraint de suivre (malgré le vaccin), comme les signataires y invitent ; Pécresse à déjà joué à « je distribue des masques », tout ce qui peut accroitre la concurrence entre politiques sur ces questions sera bienvenu.

      #vaccination_universelle #tester-tracer_isoler #FFP2 #agents_de_santé ou #arpenteurs_de_santé #aération #filtres_Hepa #UV-C #réduction_des_risques

  • NOUS AÉRONS sur Twitter
    https://twitter.com/nousaerons/status/1480475005020516354

    Les lycées du XIXème siècle sont certainement beaucoup mieux sécurisés que certains bâtiments scolaires du milieu du XXème. En effet, à l’époque, à la suite des grandes épidémies de tuberculose, on construisait pour que « l’air et la lumière » rentrent dans les locaux scolaires.

  • Jonathan sur twitter à propos des 180000 vols à vide de la #Lufthansa

    Tout le monde RT ce tweet avec un petit commentaire sarcastique du style : « Et surtout n’oubliez pas de fermer le robinet pendant que vous vous brossez les dents ! ».

    Sauf que ce ne sont pas les règles européennes qui sont aberrantes, c’est le détournement qu’en fait Lufthansa.

    Les ubuesques décollages à vide pour ne pas perdre les créneaux aériens
    https://video.twimg.com/amplify_video/1478991506602090496/vid/640x360/ssSa1csdQlWOVsdE.mp4?tag=14

    Le nombre de pistes étant limité dans les #aéroports, un certain nombre de créneaux de décollage / d’atterrissage (slots) sont mis à disposition de chaque compagnie. En Europe ces slots ne sont pas vendus, ils sont attribués en fonction de critères différents dans chaque pays.

    La réglementation européenne impose en revanche qu’un slot attribué à une compagnie soit utilisé à au moins 80 % de sa capacité. En dessous de ce seuil, le slot revient à son gestionnaire (la #Cohor en France), qui le réattribuera à une compagnie concurrente en manque de slots.

    C’est à mon avis (je ne suis pas un professionnel du secteur) la façon la plus juste et efficiente de gérer ces slots. Cela évite que certaines compagnies les monopolisent en vue d’un usage futur, cherchent à évincer un concurrent d’un aéroport, ou qu’elles se livrent à des « trafics » de slots (c’est quand même le cas dans les faits pour ce point, mais ça reste négligeable).

    Une chose à savoir : le fait de programmer un vol sur un slot puis de l’annuler compte comme une utilisation du slot.

    L’idée derrière sûrement est que la compagnie n’est pas responsable des aléas (météorologiques notamment). J’ai cru comprendre que l’annulation d’un vol à la dernière minute n’entraînait pas la facturation du slot par son gestionnaire, mais je n’en ai pas trouvé de confirmation.

    Pour vous donner une idée de la criticité des slots pour les compagnies aériennes : il arrive régulièrement qu’une petite compagnie soit rachetée par une plus grosse pour… ses slots.
    Pas de slots, pas de décollage, pas billets à vendre.

    Pendant la crise du #COVID, le #trafic_aérien ayant été fortement réduit, l’#Europe a abaissé le seuil de 80 % à 50 %, notamment pour éviter que les compagnies effectuent des vols à vide, des vols sans passagers dont le but est uniquement d’utiliser un slot afin de ne pas le perdre.

    Contrairement à ce qu’on lit ici et là, le seuil est TOUJOURS à 50 %.

    Mais alors quel est le problème qui force la Lufthansa à effectuer des vols à vide ? Ou plutôt à annoncer à grand renfort de tambours et trompettes (oui je parle comme un vieux) qu’elle va faire voler des avions à vide ?

    Il fait comprendre une chose : #Lufthansa_Group, la maison mère de Lufthansa, est un monstre. Troisième plus grosse compagnie aérienne du monde, 36 milliards de dollars de CA en 2019 (vs 27 pour le groupe Air France-KLM), 140 000 employés, autour de 600 appareils (j’ai compté à l’arrache). Pour une boîte de cette taille les slots sont CRUCIAUX et la moindre secousse économique / sanitaire peut faire très mal.

    Niveau européen, le trafic aérien ayant plus ou moins retrouvé un niveau normal, des discussions sont en cours pour savoir si le seuil doit être relevé, et à quel niveau.
    Et Lufthansa cherche simplement à faire pression sur ces discussions, via l’opinion publique, via les médias.

    À l’ère de l’écologie et des réseaux, quoi de mieux que d’annoncer 18 000 vols à vide dans le ciel européen à des citoyens consternés devant la bêtise de cette règle de la méchante Europe ?

    Encore une règle inventée par une bande de bureaucrates complètement déconnectés des réalités de la vie.

    Sauf que Lufthansa se fout un peu de notre gueule : en plus de l’abaissement du seuil d’utilisation des slots, il existe une règle de non-utilisation justifiée des créneaux qui s’applique sur demande de la compagnie pour tout ce qui est durcissement des règles sanitaires (confinements, quarantaines…), même pour les cas de baisse de fréquentation d’une ligne en raison du contexte sanitaire.

    Ce que veut Lufthansa c’est bien évidemment conserver un maximum de slots sans pour autant effectuer un maximum de vols, mais aussi éventuellement créer un petit électrochoc dans l’opinion publique afin que le seuil ne soit jamais remonté, ou pas aussi haut.

    Et ça à la limite, ça ne me choque pas. C’est leur business, ils font du #lobbying, très bien pour eux.

    Ce qui est très énervant en revanche, c’est les médias qui ont quasiment TOUS relayés la #communication_anxiogène et simpliste de Lufthansa sans aucune once de recul, sans jamais se demander si peut-être par hasard ce ne serait pas de l’esbroufe pour faire pression sur la #commission_européenne et l’#IATA (aéroports). C’est ce genre de chose qui crée de l’#europhobie, tout le monde le sait depuis 25 ans, mais rien à faire, ça ne change pas.

    Je ne vous parle même pas du ministre des transports belge, manifestement incompétent, qui joue le jeu de Lufthansa en demandant un changement des règles européennes (qu’il ne maîtrise visiblement pas).

    https://twitter.com/TehHarry/status/1479399461147262982

  • Réponse du collège de ma grande auquel je veux prêter un capteur de CO2 : refus d’accepter mon prêt d’un capteur dans une classe tant que toutes les classes ne peuvent pas être équipées. Nan mais merde.

    Il m’informe qu’il n’a pas eu de retour des collectivités territoriales concernant le financement de capteurs pour toutes les classes et que cela représente un budget conséquent. La cantine a bien été équipée. Les salles de classe sont aérées a chaque intercours.

    Dans l’attente d’un financement, il ne lui paraît pas envisageable de n’équiper que certaines classes, il précise que si cela doit se faire dans les mois qui viennent, toutes les classes seront concernées.

    Je ne sais plus quoi dire/faire.

    • Dans les faq du ministère, il y a une partie « Les capteurs CO2 sont-ils recommandés ? », qui répond par la positive et précise :

      Utilisé durant une ou deux journées dans une classe, un capteur CO2 mobile permet à l’enseignant d’identifier à quelles fréquence et durée il est nécessaire d’aérer la classe, et d’adapter les pratiques d’aération [...].

      Donc c’est pas censé forcément être un capteur par classe (évidemment ils ne veulent pas en fournir autant) mais un capteur qui tourne pour se rendre compte de quoi faire.
      Et à la fin ça dit :

      La fabrication de capteurs en milieu scolaire [ah ah] ainsi que l’implication des représentants des élèves [les parents sympas] sont encouragées.

      Mais tu peux peut-être aussi directement le filer à un.e prof de ta fille que ça intéresse, qui n’a pas forcément à en référer à son principal.

    • je plussoie, il est possible de réaliser des mesures dans diverses circonstances de durée, de nombre de bipèdes, d’activité, d’ouverture de fenêtre ou autre dans plusieurs lieux pour déterminer des procédures spécifiques, plutôt que de se servir à chaque endroit d’un détecteur comme signal d’alarme aération ou évacuation (les modèles à lampe vert orange rouge).
      C’est d’ailleurs ainsi qu’il faut procéder pour évaluer avant installation les besoins en lampes UV-C, filtres Hepa.

      C’est sioux. Mais une fois que l’on a vérifié des pratiques usages efficaces (pas « ouvrir 10 mn toutes les heures » comme dit à la télé), on y arrive. Exemple, une grande salle dont la jauge a été limitée à 200 là ou quatre fois plus tient et dont on sait après l’avoir mesuré que si on ouvre toutes les portes anti-panique de tous cotés, l’air sera renouvelé.. c’est la misère, ça gaspille l’air chauffé précédemment, et en ce moment il fait froid. mais si on tient à ce qu’on fait (pas de la garderie pour l’économie), on trouve des solutions, même contraignantes et bancales de réduction des risques.

      mieux vaut un bippeur qui rappelle des temps d’aération prédéterminés, y compris avec les filtres à air, qui font du bruit (enfin en vrai les gros trucs chers sont programmables en intensité de filttration, plages de temps, et souvent connectés, parfois avec un instrument de mesure pour alerter)

      à l’école, ce serait aussi efficace d’utiliser les locaux qui sont grands (cantines, gymnase) pour y donner des cours par rotation, histoire que les élèves puissent venir au moins une fois ou deux dans la semaine si visio et que le dédoublement de classes limite les possibilités.

      qu’est-ce qui empêche qu’une partie des profs et autres personnels, parents utilisent pas les cours de récré pour échanger des infos et décider des choses. une minorité qui sache être utile et convaincante peut suffire à assurer un accord tacite au delà d’elle. et ensuite jouer des bouts de bras de fer avec les diverses autorités pour faire autoriser, avoir du fric.

      argument « scolaire » la réduction des risques, c’est un apprentissage fondamental vu la période, mêler élèves et parents à la chose ça sur fait de l’effet (co-construction), et ça a des effets ailleurs, hors l’école (ce qui serait pas du luxe !)

      edit : la mairie sera sensible à une demande de capteurs effectués par des parents (avec exemples locaux à la clé)

      #Covid-19 #réduction_des risques #aération #école Détecteurs_de_co2 (bribes de) #santé_communautaire

    • Ah oui, merci, bonne idée ; je viens donc de répondre à la prof principale, pour proposer que le capteur tourne entre les classes, ce qui résout le problème de l’égalité. (Encore que cette histoire d’égalité me semble totalement incohérente ici : une des classes de 4e du collège de ma grande est fermée pour cause de Covid, et là la question de l’égalité entre les classes ne se pose plus du tout.)

    • De mon côté, je l’utilise pour évaluer la qualité de l’aération « naturelle », et l’effet des méthodes correctives. Une fois le bilan réalisé, on peut mettre au point une stratégie pour chaque salle. D’autant qu’un unique capteur dans une salle, ça ne fait que mesurer la concentration dans un point précis de la pièce. En fonction de l’emplacement, la concentration va évoluer différemment et les mesures correctives seront plus ou moins efficaces. Bref, on peut juste voir ça comme le « canari dans la mine ». Mais on peut aussi l’utiliser comme outil de mise au point.

  • Practical Indicators for Risk of Airborne Transmission in Shared Indoor Environments and Their Application to COVID-19 Outbreaks
    https://pubs.acs.org/doi/pdf/10.1021/acs.est.1c06531

    ABSTRACT: Some infectious diseases, including COVID-19, can undergo airborne transmission. This may happen at close proximity, but as time indoors increases, infections can occur in shared room air despite distancing. We propose two indicators of infection risk for this situation, that is, relative risk parameter (Hr) and risk parameter (H). They combine the key factors that control airborne disease transmission indoors: virus-containing aerosol generation rate, breathing flow rate, masking and its quality, ventilation and aerosol-removal rates, number of occupants, and duration of exposure. COVID-19 outbreaks show a clear trend that is consistent with airborne infection and enable recommendations to minimize transmission risk. Transmission in typical prepandemic indoor spaces is highly sensitive to mitigation efforts. Previous outbreaks of measles, influenza, and tuberculosis were also assessed. Measles outbreaks occur at much lower risk parameter values than COVID-19, while tuberculosis outbreaks are observed at higher risk parameter values. Because both diseases are accepted as airborne, the fact that #COVID-19 is less contagious than measles does not rule out airborne transmission. It is important that future outbreak reports include information on masking, ventilation and aerosol-removal rates, number of occupants, and duration of exposure, to investigate airborne transmission.

    #aérosols #masques #ventilation #mesures_de_mitigation

  • #Covid-19 : à l’#université, la crainte d’une contamination massive pendant les examens

    A quelques heures du début des épreuves, lundi 3 janvier, les déclarations inquiètes se sont succédé, par centaines, sur les réseaux sociaux, ponctuées d’une conclusion des plus anxiogènes : même positifs au SARS-CoV-2, une majorité d’#étudiants se rendront à leurs partiels plutôt que d’apparaître comme défaillants.

    Les établissements, soumis au respect d’une circulaire publiée dans la foulée des déclarations de la ministre, avisent en fonction de leurs ressources propres et de la configuration de leurs locaux. A l’université Claude-Bernard Lyon-I, 15 000 masques #FFP2 sont mis à disposition des étudiants, distribués au début de chaque épreuve. « Nous en recommanderons par la suite », précise le service de communication.

    Un exemple isolé, alors que la plupart ne peuvent engager de telles dépenses. A Sciences Po Toulouse, Jérémy Nollet a surveillé une épreuve dans un amphithéâtre rempli à demi-jauge, lundi matin. « J’ai ouvert les portes sur les couloirs où il n’y a pas vraiment de circulation d’air, témoigne le maître de conférences. Y avait-il un purificateur d’air ou un test sur le niveau de CO2 ? Je n’en sais rien. »
     
    Pétitions pour un report des épreuves

    Un peu partout, les pétitions fleurissent pour demander le report des partiels ou leur bascule à distance. Comme à Aix-Marseille Université, où les cours seront dispensés à distance tout le mois de janvier afin de libérer des salles et de permettre la tenue des épreuves sur table, ce qui suscite l’incompréhension des 2 800 étudiants signataires. « Des contaminations vont avoir lieu durant ces examens. N’oublions pas que nous côtoyons nous aussi des personnes à risque et que nous pourrions mettre leur vie en danger », écrivent-ils.

    Saisi en appel par un étudiant du centre de préparation au concours de la haute fonction publique de Paris-I Panthéon-Sorbonne, le Conseil d’Etat a jugé, dimanche 2 janvier, que les étudiants peuvent passer leurs examens en présentiel, car ils appartiennent à une classe d’âge dont le taux de vaccination est supérieur à 90 % et qu’ils pourront composer dans des conditions permettant le respect des règles de distanciation [wtf, ndc] . « Ce chiffre est critiquable puisqu’il ne prend pas en compte la troisième dose, observe Amine Elbahi, le requérant, qui s’interroge : Quid de l’accès aux autotests, conformément à la circulaire gouvernementale ? Quid de l’#aération des amphithéâtres dépourvus de fenêtres ? »
     
    Session de substitution

    Avec l’assouplissement des contraintes annoncé dimanche 2 janvier par le ministre de la santé, Olivier Véran, les cas contacts dont le schéma vaccinal est complet se voient libres de leurs mouvements, a fortiori à la fac, où aucun test négatif n’est exigé avant de pénétrer dans un amphithéâtre – contrairement aux règles qui prévalent pour le reste de la population cas contact (un test négatif puis un autotest à J + 2 et J + 4). [...]

    –--------------

    Il faut « modifier l’organisation des examens de janvier dans les universités » Collectif

    (...) des examens, c’est-à-dire de la réunion de centaines d’étudiants dans des amphithéâtres souvent mal aérés, qui parfois n’ont pas de fenêtres et ne peuvent compter, dans la situation actuelle, que sur une ventilation mécanique contrôlée (VMC), qui n’a pas été conçue pour assurer l’aération. A l’heure où le taux d’incidence dans la tranche des 20-29 ans s’approche de 2000, la situation dans laquelle vont se retrouver les #enseignants et les étudiants pose question.

    https://justpaste.it/6rjj9

    #école

    bon, covidisairborne, ça commence à se savoir, à suivre

    • Pour dégrossir un peu le terrain :

      Fil de discussion : Comment rendre l’air des salles de classe plus sûr ?
      Tout ce que vous devez savoir sur les filtres HEPA, les moniteurs de CO2 et la ventilation. Contenu : idées de base ; comment faire avec des liens vers des ressources ; avertissements ; liens vers des études / preuves (que j’ajouterai car cela prend plus de temps) 1/.
      Les maladies respiratoires transmises par l’air (TB, Covid, etc.) sont toutes transmises de la même manière : l’agent pathogène se trouve dans de minuscules particules que nous expirons / dégageons en parlant. Elles sont suffisamment petites pour rester dans l’air comme de la fumée ; vous en recevez davantage si vous êtes plus près, mais finalement toute la pièce est enfumée 2/.
      Les gens les respirent et sont infectés. D’autres particules sont émises en parlant, en criant ou en chantant. Comme le virus se trouve dans ces mêmes particules, la variante du covid ne compte pas. nature.com/articles/s4159... 3/ Image
      Donc, si nous pouvons empêcher les gens de respirer les particules respiratoires d’une personne infectée, nous pouvons empêcher la propagation des maladies par voie aérienne. Il existe 4 moyens d’y parvenir : les masques, l’air frais (ventilation), le filtrage (HEPA) et la stérilisation de l’air (UV) 4/.
      Les masques sont bons. Bleu ("chirurgical") > tissu > rien. Ils empêchent principalement le porteur d’infecter involontairement d’autres personnes, donc il est bon que tout le monde en porte. (Empêche les particules d’entrer dans l’air par la bouche ou le nez). Les FFP2 / FFP3 bien ajustés sont encore mieux, ils protègent également l’utilisateur et peuvent être portés à nouveau.
      Déroulement disponible sur Thread Reader

      https://twitter.com/trishgreenhalgh/status/1477606074001801218?s=20

      5/
      Cependant, les masques, bien qu’importants, ne sont pas suffisants pour de longues périodes de temps dans une même pièce (comme dans les écoles) et ne peuvent pas être portés pour manger et boire. De plus, il n’y a pas de masques dans les écoles primaires (élémentaires) du Royaume-Uni et ils ne constituent pas une (bonne) solution à long terme. Donc... 6/
      Deuxième option, expulser l’ancien air rempli de particules expirées avec de l’air frais ("ventilation") - mécaniquement par les conduits du bâtiment, ou naturellement en ouvrant une fenêtre. 7/
      La ventilation des fenêtres dépend du temps et peut être difficile à évaluer. Pour savoir si l’on a besoin de plus d’air frais, nous utilisons le CO2 pour estimer la quantité de particules respiratoires accumulées dans l’air (difficile à mesurer) - nous expirons les deux, et ils sont tous deux éliminés par la ventilation.
      8/
      L’air frais extérieur contient 400 ppm de CO2 (réchauffement de la planète !). Au-dessus de 800 ppm, >1% de l’air de la pièce a été expiré, il faut donc faire entrer de l’air frais en ouvrant les fenêtres. Un coup d’air rapide pour se rafraîchir s’il fait trop froid pour laisser les fenêtres ouvertes. D’autres bons conseils :
      Déroulement disponible sur Thread Reader
      covidstraighttalk.org/indoorwindtunn... 9/
      Soufflerie intérieure - COVID Straight Talk
      https://covidstraighttalk.org/indoorwindtunnel
      Si vous avez une ventilation mécanique dans le bâtiment (beaucoup d’universités et d’écoles récentes en ont une), vérifiez que la personne qui gère votre bâtiment l’a réglée pour maximiser l’air frais (pas « recyclé »). Vous pouvez également vérifier que tout est en ordre avec un moniteur de CO2. 10/
      Si vous ne pouvez pas obtenir suffisamment d’air frais (vous ne pouvez pas ouvrir suffisamment les fenêtres / il fait trop froid) et que le CO2 est généralement supérieur à 1200 ppm à la fin du cours, vous pouvez également filtrer les aérosols infectieux présents dans l’air. Faites-le avec un HEPA ("high efficiency particulate air [filter]"). 11/
      De nombreux « purificateurs d’air » domestiques sont HEPA. Il s’agit de boîtiers portables de la taille d’une poubelle, qui aspirent l’air par les côtés et soufflent l’air filtré par le haut. Il en faut 2 ou 3 par classe, répartis un peu partout (voir plus loin). [NB : ils n’éliminent pas le CO2, donc les moniteurs de CO2 ne montrent pas l’avantage du HEPA.] 12/ Image
      HEPA est une technologie bien établie, qui élimine toutes les particules de 0,1 à 10 microns, ce qui inclut les particules expirées porteuses de maladies transmises par l’air (ainsi que le pollen, la fumée, la pollution particulaire, etc.) "Le filtre HEPA H13 élimine 99,95 % des particules de 14 à 10 microns.
      Comprendre les filtres Hepa
      https://www.cibsejournal.com/technical/understanding-hepa-filters
      Ce site utile trouve des purificateurs d’air HEPA commerciaux et calcule le nombre nécessaire pour votre salle de classe (avec des explications supplémentaires) cleanairstars.com/hepafilters/ 14/
      Unité typique £50-£200 variant dans la quantité d’air filtré que vous obtenez. (Mon appareil ci-dessus a été réduit à 35 £)
      Filtres HEPA, Clean Air Stars
      Le choix d’un filtre HEPA (air) peut être déroutant, mais ce n’est pas nécessaire.
      https://cleanairstars.com/hepafilters
      Remarque : les modèles officiellement recommandés par le gouvernement britannique sont Dyson et Camfil, mais ils coûtent ££ pour l’air pur qu’ils fournissent. Les seules choses qui comptent sont le taux d’air pur (CADR), le coût et le fait qu’ils ne soient pas trop bruyants (la ressource ci-dessus inclut cela). Il est donc préférable d’avoir plusieurs unités moins chères dans la pièce. 15/
      Dernière option : la lumière ultraviolette tue les virus dans les particules en suspension dans l’air : à la lumière du soleil, ou dans des unités installées à l’intérieur (largement utilisées pour la rougeole et la tuberculose) cibsejournal.com/technical/lead... Nécessite une installation spécialisée et des plafonds élevés (pour la sécurité) mais convient aux grandes pièces (cantines, gymnases) 16/
      Lumière d’avant-garde : assurer une utilisation efficace de la technologie UV dans les bâtiments
      https://www.cibsejournal.com/technical/leading-light-ensuring-effective-use-of-uv-technology-in-buildings
      Avec des taux de covidités élevés, il faut de l’air pur et des masques. En cas de face à face sans masque, la ventilation / HEPA / UV n’arrêtera pas l’infection : si vous êtes en face d’un fumeur, une fenêtre ouverte ne sera pas d’une grande aide s’il vous souffle de la fumée au visage. Les masques (en particulier les FFP2) assurent cette protection 17/.
      17/
      L’air frais, propre ou stérilisé est extrêmement efficace pour réduire la transmission et fonctionne sur toutes les variantes, ainsi que sur d’autres maladies infectieuses transmises par l’air. C’est un bon investissement à long terme, et c’est aussi très faisable. Finançons-le et faisons-le. /FIN
      Mise en garde : l’air pur est une couche supplémentaire. Face à face sans masque = risque encore élevé (surtout en intérieur). La distanciation est également utile (comme dans l’analogie avec le fumeur). Et sans la distance ou les masques, l’air pur peut encore faire la différence, par exemple en infectant seulement 1 ou 2 camarades de classe, et non 10. Mais ce n’est pas une solution miracle.
      Conseils sur le positionnement de vos unités HEPA

      https://twitter.com/adsquires/status/1478354191584268288?s=20

      Preuves d’efficacité dans les écoles et autres environnements (à compléter)
      Déroulement disponible sur Thread Reader
      Dépliant disponible sur Thread Reader
      Déployer disponible sur Thread Reader

      https://twitter.com/dgurdasani1/status/1477630293314084876?s=20

      https://twitter.com/peter_systems/status/1478813926892650499?s=20

      Limitations politiques / pratiques (c’est pourquoi je n’ai pas inclus) mais je suis d’accord avec cela :

      https://twitter.com/mjb302/status/1478812431828799490?s=20

      Comment calculer la quantité d’air pur (par personne) que vous obtenez déjà par la ventilation en utilisant votre capteur de CO2 (et donc la quantité d’air que vous devez compenser en utilisant un HEPA).

      https://twitter.com/adsquires/status/1470677561629974537?t=tsRAaJOyL0irf7zqteqzFg&s=19

      Vous pouvez avoir des fenêtres ouvertes ET un HEPA. En fait, vous devriez faire les deux, si vos fenêtres ne fournissent pas assez d’air frais. C’est ce que dit @mjb302, qui participe à l’étude @AAirDStudy sur les HEPA à l’hôpital Addenbrookes de Cambridge.

      https://twitter.com/mjb302/status/1478840081658130439?t=BDi0tA52yc1hnbEnlxgn0A&s=19

      Vous pouvez trouver des unités HEPA sur Amazon (ou d’autres magasins). Recherchez « purificateur d’air HEPA » et cherchez « True HEPA » ou « H13 HEPA ». Ne prenez pas ceux avec ozone / ioniseur. Ne tenez pas compte de la surface de la pièce indiquée, recherchez le taux de diffusion d’air pur (CADR) et le niveau de bruit (dBA). Utilisez ensuite
      Filtres HEPA, étoiles de l’air pur
      Choisir un filtre HEPA (air) peut être déroutant, mais ce n’est pas forcément le cas.
      https://cleanairstars.com/hepafilters
      Vous envisagez de passer au FFP2 ? Faites-le ! Il s’agit de ces masques (légèrement plus épais, généralement blancs, photo ci-dessous). 1 £ chacun (en paquet de 10), chacun dure des semaines. Mon expérience en matière de port pour les conférences : aussi confortable que le coton, et apparemment plus facile à entendre aussi :

      https://twitter.com/BethBromley10/status/1478851131656835078?s=20

      Que sont les masques FFP2, obligatoires dans certains pays européens ?
      Ces masques de haute qualité réduisent considérablement la transmission du covid-19.
      https://www.economist.com/the-economist-explains/2021/12/16/what-are-ffp2-masks-mandatory-in-some-european-countries
      La ventilation des fenêtres peut être améliorée en plaçant des ventilateurs dans les fenêtres qui soufflent de l’air frais et de l’air vicié. Une équipe allemande est allée plus loin en développant un système de conduits à bas prix que vous pouvez fabriquer pour moins de 200 £ à partir de composants courants provenant de magasins de bricolage.

      https://twitter.com/Paul_Briley/status/1478859676309676032?t=aJ3nYVsBewil3HQWGhm-6Q&s=19

      Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

  • Orthodoxy, illusio, and playing the scientific game: a Bourdieusian analysis of infection control science in the #COVID-19 pandemic https://www.ncbi.nlm.nih.gov/labs/pmc/articles/PMC8474098/#__ffn_sectitle

    Scientific and policy bodies’ failure to acknowledge and act on the evidence base for airborne transmission of SARS-CoV-2 in a timely way is both a mystery and a scandal. In this study, we applied theories from #Bourdieu to address the question, “How was a partial and partisan scientific account of #SARS-CoV-2 #transmission constructed and maintained, leading to widespread imposition of infection control policies which de-emphasised airborne transmission?”.

    #déni #aéroportage #aérosols