• Après la polémique des « #collages », la Région stoppe certaines #bourses

    En 2021, après la polémique à Sciences Po, Laurent #Wauquiez avait suspendu l’ensemble de ses coopérations avec l’établissement. Et cette année, les élèves ont été exclus des bourses de mobilité internationale.

    Souvenez-vous : en 2021 éclatait la polémique à #Sciences_Po_Grenoble (#IEP), qui se soldait par la suspension, par sa hiérarchie, de Klaus Kinzler, l’un des deux enseignants accusés d’islamophobie par un groupe d’étudiants. Peu après, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez (LR), annonçait le #gel de l’ensemble des #financements_régionaux versés à l’établissement qu’il accusait de soutenir des « #pratiques_communautaristes ». « Je ne lâcherai pas sur Sciences Po Grenoble. Qu’une institution de notre territoire, qui forme des cadres, ait été capable de laisser jeter en pâture un professeur, avec les conséquences que cela aurait pu avoir, je ne peux pas l’accepter », avait lancé l’élu.

    « C’est totalement discriminatoire et injuste » disent les élus insoumis

    L’affaire rebondit aujourd’hui, puisque le groupe des Insoumis de la Région nous a fait part d’une décision prise jeudi lors de la commission « Enseignement supérieur » : l’#exclusion des étudiants de Sciences Po Grenoble du dispositif de bourse à la #mobilité_internationale, habituellement proposé par la Région. « Ce choix est inacceptable, les premières victimes seront les étudiants qui, pour bon nombre d’entre eux, ne pourront effectuer leur année à l’étranger, pourtant obligatoire dans leur cursus […] La Région rompt le principe d’égalité entre tous les étudiants pour l’accès aux bourses », déclarent les Insoumis régionaux.

    Et la conseillère LFI, Émilie Marche, de rajouter : « C’est totalement discriminatoire et injuste. En commission, je me suis élevée contre cette décision, et je leur ai rappelé que cela pénalisait les étudiants qui ne sont pas tous des gauchistes, comme ils disent. Mais cela n’a rien changé. »


    https://twitter.com/emiliemPG/status/1598685798362071040

    On a contacté l’exécutif régional, qui nous a confirmé les faits : « Depuis décembre 2021, la Région a suspendu l’ensemble de ses financements et de ses coopérations avec Sciences Po Grenoble suite à la longue dérive idéologique et communautariste de sa direction. La suspension d’un enseignant accusé d’avoir fait état de la dégradation des conditions d’enseignement dans cet établissement fut un nouveau cap franchi que la Région ne peut accepter. Si l’an dernier, ces subventions avaient été maintenues, c’est qu’elles avaient déjà été votées. Cette année, la suspension de l’ensemble des aides entre totalement en vigueur ».

    https://www.ledauphine.com/education/2022/12/02/isere-sciences-po-grenoble-apres-la-polemique-des-collages-la-region-sto

    Pour rappel, un extrait d’un article du Monde (20.12.2021) :

    Dans un message publié sur Twitter, le président de la #région_Auvergne-Rhône-Alpes, #Laurent_Wauquiez, a cependant fait savoir qu’il suspendrait les financements régionaux – environ 100 000 euros par an hors investissements sur projets – à l’IEP de Grenoble, du fait de la « longue dérive idéologique et communautariste » , qui vient de « franchir un nouveau cap » avec la suspension de l’enseignant. Selon lui, « une minorité a confisqué le débat » au sein de l’établissement, « sans que la direction prenne la mesure de cette dérive préoccupante » .

    https://seenthis.net/messages/940669

    #aura #région_aura

    –---

    ajouté à la métaliste atour de ce qu’on a surnommé l’#affaire_de_Grenoble :
    https://seenthis.net/messages/943294

  • Des septuagénaires jugés pour avoir menacé de mort une enseignante « islamo-gauchiste »

    Lors de la polémique qui visait Sciences Po Grenoble en mars 2021, certains journalistes à l’instar de Pascal Praud et Caroline Fourest, avaient accusé à tort une enseignante. Après avoir subi une vague de #cyber-harcèlement, celle-ci avait porté #plainte contre dix personnes.

    « Je vais tenter de parler bien fort », prévient le président de la 24e chambre du tribunal judiciaire de Paris. L’audience a en effet quelque chose de peu banal. Les prévenus présents ce vendredi et poursuivis pour « #harcèlement au moyen d’un service de communication » et « #menaces_de_mort » sont majoritairement très âgés. Il fallait donc s’imaginer des personnes de plus de 70 ans saisir leur clavier, se connecter à leur compte Facebook et lâcher des #insultes et des menaces d’une extrême violence. Leur cible ? Une enseignante-chercheuse accusée de n’être rien d’autre qu’« une islamo-gauchiste ». 

    « Pour bien situer le contexte », le président résume la situation en lisant un article de presse. Il rappelle le début de cette affaire médiatisée en mars 2021 lorsque deux enseignants, #Klaus_Kinzler et #Vincent_T, sont la cible d’affiches placardées sur la façade de l’#IEP de Grenoble : « Des fascistes dans nos amphis Vincent T. […] et Klaus Kinzler démission. L’islamophobie tue. » Le syndicat étudiant Unef relaie l’action sur les réseaux sociaux, avant de tout supprimer. 

    Comme le racontait Mediapart (https://www.mediapart.fr/journal/france/110321/accusations-d-islamophobie-la-direction-de-sciences-po-grenoble-laisse-le-), ce #collage, condamné unanimement, venait après d’intenses tensions entre ces deux professeurs et une autre enseignante, Claire M., autour d’une journée de débats nommée « Racisme, antisémitisme et islamophobie » et organisée dans le cadre d’une « semaine pour l’égalité et la lutte contre les discriminations ». Rapidement, Klaus Kinzler fait le tour des plateaux télé pour livrer une version comportant de nombreuses omissions. Il affirme, à tort, avoir été viré de ce groupe préparatoire pour s’être opposé à l’utilisation du terme « islamophobie ». En plus de l’enseignante, il accuse Anne-Laure Amilhat Szary, patronne du laboratoire Pacte, rattaché à l’IEP, d’avoir livré son nom en pâture et d’avoir contribué à ce que des gens placardent des affiches sur les murs de l’institut. 

    Une victime ciblée par #Pascal_Praud et #Caroline_Fourest 

    L’accusation est rapidement reprise par Marianne, BFMTV et par l’essayiste Caroline Fourest. « D’après ce témoignage, c’est une enseignante et le laboratoire de recherche Pacte (CNRS) qui ont excité les étudiants contre ces deux professeurs et lâché la meute contre le droit de questionner un mot qui a tué. Affligeant. Elle a bon dos la “liberté académique” », tweete cette dernière le 6 mars 2021. Tout est faux comme l’a révélé Mediapart, mais qu’importe, l’accusation se propage en même temps que naît l’emballement médiatique. 

    Sur CNews, Pascal Praud va beaucoup plus loin et tient à être le premier à donner le nom et le prénom de la patronne du labo. « Puis intervient ce laboratoire Pacte avec cette dame, je vais citer son nom, Anne-Laure Amilhat Szary. Cette dame-là, c’est la directrice du laboratoire, cette dame c’est une militante […] qui avance avec le sentiment d’impunité, et c’est très révélateur parce qu’on voit le #terrorisme_intellectuel qui existe dans l’#université à travers leurs exemples », déclare-t-il le 9 mars 2021. 

    Il n’en fallait pas plus pour que la directrice en question reçoive des centaines de messages d’insultes et de menaces de mort. Entre le 12 et le 17 mars 2021, on veut « la buter », « l’éliminer » ou lui « trancher la gorge ». 

    Première invitée à la barre, Anne-Laure Amilhat Szary veut d’abord laver son honneur en rappelant les vérités bafouées par certains journalistes. Non, elle n’a jamais publié un communiqué officiel pour livrer le nom des deux enseignants mentionnés sur les affiches de l’IEP. Il s’agissait d’un simple courrier pour défendre une membre du laboratoire prise pour cible par ces deux professeurs. « Je suis intervenue pour assurer le respect de la laïcité et défendre une collègue », explique-t-elle tout en précisant avoir immédiatement « affirmé sa solidarité » avec ces deux enseignants lorsqu’elle a pris connaissance des affiches. Klaus Kinzler s’attaquait violemment à Claire M. et n’hésitait pas à fustiger les musulmans et hiérarchiser les religions en disant préférer le christianisme. 

    Très émue, elle détaille ensuite les conséquences de cette haine virtuelle. « Je craignais pour ma sécurité et d’être suivie dans la rue, raconte-t-elle. Je me suis mise à passer mes nuits sur les réseaux sociaux pour voir ce qui tombait. » Dans le même temps, plusieurs posts Facebook la ciblent directement et reprennent l’idée amorcée par Caroline Fourest. « L’islamo-gaucho Anne Laure Amilhat Szary est une instigatrice de la “fatwa” lancée contre deux professeurs à Sciences Po Grenoble ! Comme elle a trouvé normal de diffuser les photos des professeurs… rien ne va déranger à ce que l’on diffuse la sienne », peut-on lire dans un post accompagné de la photo de la directrice et publié le 12 mars par un certain Jean-Luc.

    Dans les commentaires, on peut lire un flot de #haine et d’#insultes. Et les messages des dix personnes poursuivies ce vendredi. 

    - Jacques L., 79 ans : « Quand ils la violent elle aura compris à moi que ça lui plaise !! […] Déjà pour la violer, il faut vraiment le vouloir beurk !! »
    - Alain B., 73 ans : « Qu’elle crève le cul bourré de chiffon rouge et la gueul ouvert. »
    - Annick L., 73 ans : « Horrible nana !! Le caillou rasé ! Pauvre tâche. Un jour viendra où tu devras te repentir ! »
    - Jean-Marie C., 60 ans : « Saloupe à butté »
    - Dominique B., 74 ans : « Il faut lui trancher la gorge »
    - Wilfrid B, 65 ans : « A l’échafaud (…) Regardez la gueule de la bavure. A expédier au pays du Maghreb »
    - Christian D., 58 ans : « Pauvre conne ton tour viendra »
    - Ronan M., 56 ans : « Grosse connasse on va te butter »
    - Dominique V., 56 ans : « Il faut tondre cette collabo de merde. »

    Seul Maxence D., 32 ans, se démarque en lâchant sur Twitter : « Potence + corde pas trop épaisse pour lui lacérer le coup à cette p*** ». 

    Des prévenus âgés et amnésiques 

    Très sûrs d’eux sur les réseaux sociaux, les quatre prévenus présents à l’audience sont désormais beaucoup moins fiers. Presque tous se disent amnésiques et affirment ne pas se souvenir de toute la polémique liée à Sciences Po Grenoble. Certains minimisent aussi la teneur de leur propos. « J’ai vu le post Facebook, j’ai lu deux trois commentaires et j’ai mis le mien, mais c’est juste une insulte, pas une menace de mort », lâche Alain B, qui contraint le tribunal à se répéter du fait de ses graves problèmes d’audition. « Qu’elle crève », ne serait pas une menace de mort selon cet ancien plombier aujourd’hui retraité. Tout juste « une connerie ». 

    Les mains dans les poches, il considère que « ce qui est fait est fait » et tarde à s’excuser, sans vraiment penser à la principale intéressée. « Je regrette bien sûr, si j’avais su que ça allait me ramener des ennuis comme ça… » Et d’insister face à une assemblée quelque peu médusée : « Je n’ai pas dit “je vais la crever”, j’ai dit “qu’elle crève”. Comme si elle tombait et que je la laissais par terre sans la ramasser. »

    Dominique B, secrétaire de direction à la retraite, qui voulait « trancher la gorge » d’Anne-Laure Amilhat Szary, aurait tout oublié. « C’est parti de mon ordinateur, mais je ne me rappelle pas avoir marqué ces propos », justifie-t-elle tout en expliquant ne pas vraiment maîtriser Facebook. Wilfrid B, 65 ans et ancien ouvrier, tente d’expliquer en quoi « À l’échafaud » n’est pas une menace de mort « puisque cela n’existe plus ». 

    « Je débutais avec Facebook et je ne savais pas comment ça fonctionnait », avance-t-il avant de reconnaître : « J’ai lu qu’on instaurait une fatwa contre ces profs. Je répondais à ça, mais je ne la visais pas particulièrement. » Même dénégation de Christian D., 58 ans, qui tente d’expliquer en quoi écrire « ton tour viendra » n’est pas une menace de mort. Pourquoi la phrase était-elle accompagnée par trois emojis « crotte » et trois emojis « flammes » ? « J’utilise l’emoji flamme pour tout, pour les anniversaires par exemple », tente-t-il avant de laisser sa place à Annick L. 

    Cette femme de 72 ans se déplace difficilement et dit avoir été « traumatisée » par sa garde à vue. « Depuis je suis sous antidépresseurs », confie-t-elle. « Y a rien à faire, je n’ai aucun souvenir de cette histoire. J’ai vu mon nom qui apparaissait sur Facebook mais je ne comprends pas. Je ne conteste pas l’avoir écrit mais je ne m’en souviens pas », poursuit-elle. Elle aurait donc oublié qu’elle voulait voir cette « traître », l’ex-directrice du laboratoire Pacte, clouée « au pilori » « le caillou rasé ». 

    Des sympathisants de Zemmour et Le Pen 

    Les quatre prévenus semblent aussi sincères que vulnérables et aucun d’entre eux ne veut laisser d’indice sur ses accointances politiques. Tant mieux puisque le président du tribunal ne souhaite pas en savoir plus et tient à rappeler qu’il « se fiche » de savoir ce « qu’ils pensent sur le fond ». Il faut attendre la plaidoirie de Raphaël Kempf, l’avocat d’Anne-Laure Amilhat Szary, pour avoir un profil politique un peu plus précis. 

    Lors de leur garde à vue en effet, la plupart ont confessé leur colère contre les « islamo-gauchistes », qu’ils définissent tantôt comme des « musulmans de gauche », tantôt comme des « gens de gauche pro-islam ». À la lecture de son audition, on découvre que Christian D « adore » Éric Zemmour et qu’il est, comme d’autres prévenus, membre du groupe « L’avenir France avec Éric Zemmour ». « Les gens de gauche sont des pro-islam et immigration qui organisent des réunions interdites aux gens de type caucasien et amènent des idées nauséabondes au sein des établissements publics français », déclare quant à lui Jean-Marie C, 60 ans et sous curatelle. 

    « Grâce à cette procédure, il devient évident que je voterai à tout jamais Marine Le Pen et que j’inciterai ma famille à faire de même », lâche de son côté Dominique V. aux enquêteurs. Annick L., enfin, a plus de mal à disserter sur ses opinions politiques. Lorsqu’on lui demande si elle connaît le groupe « Marion Maréchal-Le Pen, on t’aime » qu’elle suit sur Facebook, la réponse est évasive : « J’ai peut-être déjà mis un pouce, mais sans plus. »

    L’exploitation de son téléphone portable révèle pourtant de très nombreux commentaires virulents et des termes parfaitement explicites du type « nous les Français de souche ». « Ma belle-fille est chinoise, mon mari est d’origine polonaise. On n’est pas raciste », jure-t-elle. Elle affirme avoir répondu sans réfléchir et ne pas connaître Anne-Laure Amilhat Szary. Interrogée pour savoir ce qu’elle a contre les islamo-gauchistes , elle déroule les arguments déployés par certaines chaînes d’info en continu : « Y a cette histoire de Samuel Paty qui avait été égorgé, vous ne trouvez pas ça horrible ? Les gens qui sont poignardés pour rien, c’est affreux, c’est inhumain. Y a pas que ça. Tous les faits divers qu’on entend franchement c’est horrible, toutes ces jeunes femmes qui se font tuer. On ne vit plus dans un monde serein. »

    Une vie « bouleversée » pour Anne-Laure Amilhat Szary 

    Les avocats de la défense insistent sur l’âge des prévenus qui ne sauraient pas vraiment utiliser les réseaux sociaux et ne sauraient pas vraiment qu’un commentaire publié sur le réseau est lisible par tous dès lors que l’option privée n’est pas cochée. L’un des conseils, l’avocat de Jean-Marc C., tient tout de même à évoquer la responsabilité de certains journalistes dans cette affaire. « Les chaînes d’info en continu peuvent avoir une vraie influence tout comme certains journalistes, estime-t-il. Mon client a pu se dire que Caroline Fourest , qui elle, est journaliste , a recoupé ses sources avant de tweeter. Pour beaucoup de personnes et pour mon client, son tweet était une information. »

    Les prévenus, sorte de #fachosphère du troisième âge, ont en effet en commun de considérer les réseaux sociaux comme des sources à part entière et de ne rien vérifier. Ils confondent « article de presse » et « post-Facebook », et baignent dans des groupes qui s’affranchissent de toute réalité et qui partagent la même obsession que leurs journalistes préférés : la lutte contre des supposés islamo-gauchistes. 

    Lors de sa plaidoirie, Me Kempf livre sa déception de ne pas avoir eu « les explications » qu’il espérait. « Je regrette l’absence totale de prise en compte de ce que Anne-Laure Amilhat Szary a pu dire », enchaîne-t-il. Il rappelle donc les conséquences de ces mots sur la vie de sa cliente. Les quatre jours d’ITT, l’arrêt maladie, les troubles du sommeil et la dépression qui ont suivi. Il insiste aussi sur le « bouleversement professionnel » que cette victime collatérale de l’affaire de Sciences Po a dû subir.

    Peu de temps après ces attaques, l’ex-patronne du laboratoire rattaché au CNRS et renommé dans le milieu scientifique a préféré renoncer à son mandat. Si elle enseigne de nouveau depuis peu, elle dit ne plus pouvoir prendre un poste de direction. Il revient sur le rôle de Caroline Fourest qui a contribué à relayer « la légende » selon laquelle Anne-Laure Amilhat Szary aurait contribué à ce que deux professeurs de l’IEP soient pris pour cible. Il n’oublie pas non plus « la communauté d’intérêt politique » qui lie tous ces prévenus et demande qu’ils soient condamnés solidairement à une peine de 20 000 euros d’amende.

    La procureure, elle aussi déçue par la plupart des justifications, s’étonne que tous ces gens qui prétendent dénoncer ce qui est arrivé à Samuel Paty déploient la même mécanique « qui a tué Samuel Paty ». Pour les dix prévenus, elle a requis des peines avoisinant les mille euros d’amende à payer dans les 90 jours sous peine d’incarcération. La décision sera rendue le 13 janvier 2023.

    https://www.mediapart.fr/journal/france/021222/des-septuagenaires-juges-pour-avoir-menace-de-mort-une-enseignante-islamo-

    #affaire_de_Grenoble #justice #réseaux_sociaux

    –—

    ajouté à la métaliste atour de ce qu’on a surnommé l’#affaire_de_Grenoble :
    https://seenthis.net/messages/943294

    ping @_kg_ @karine4 @isskein

    • Cyberharcèlement d’une enseignante de l’IEP de Grenoble : « Ils critiquent le meurtre de Samuel Paty, mais appellent eux-mêmes au meurtre »

      Dix prévenus ont comparu vendredi à Paris pour des accusations de #harcèlement_en_ligne et des menaces de mort à l’encontre d’une enseignante, dans le cadre d’une polémique médiatique à Sciences-Po Grenoble en mars 2021.

      Des cyberharceleurs aux cheveux blancs. Dix personnes comparaissaient vendredi au #tribunal_correctionnel de Paris, accusées de harcèlement en ligne et de menace de mort à l’encontre d’Anne-Laure Amilhat Szary, professeure des universités, dans le cadre de la polémique sur l’Institut d’études politiques de Grenoble en mars 2021. Les cinq prévenus présents n’ont pourtant pas le profil attendu dans une affaire de ce type. Ils sont nés entre 1948 et 1964. L’une d’entre eux à du mal à se lever pour venir jusqu’à la barre.

      Alain B., Corrézien de 74 ans, a écrit sur son compte Facebook, à propos d’Amilhat Szary, « qu’elle crève le cul bourré de chiffons rouges et la gueule ouverte ». Une « connerie », reconnaît-il devant le tribunal. Mais pas une menace de mort pour autant, selon lui. « Oui, c’est violent », mais « « qu’elle crève », c’est différent de « Je vais la crever » », tente-t-il d’argumenter. Le président de la séance lui demande s’il regrette son acte. « Bien sûr, si j’avais su que cela allait m’amener des ennuis comme ça… » L’avocat de la plaignante, maître Raphaël Kempf, dira dans sa plaidoirie qu’il s’attendait à « des excuses » de la part des prévenus, mais qu’« à une ou deux exceptions près, cela n’a pas été pas le cas ».

      « Ce n’est pas dans mes habitudes »

      Le procès était celui des fausses informations et du mécanisme de meutes engendré par les réseaux sociaux. Anne-Laure Amilhat Szary, 52 ans, est l’ancienne directrice du laboratoire de sciences sociales de Grenoble. Son nom a été propulsé dans le débat public il y a un an et demi, après l’affichage sur les murs du campus de l’IEP de Grenoble par des étudiants du nom de deux professeurs taxés de fascisme et d’islamophobie. Une démarche irresponsable quelques mois seulement après l’assassinat de Samuel Paty, enseignant de géographie accusé à tort d’islamophobie sur les réseaux sociaux.

      L’un des deux enseignants grenoblois mis en cause, Klaus Kinzler, avait alors décidé de répondre médiatiquement et jeté en pâture, avec la complicité de Pascal Praud sur CNews, le nom d’Anne-Laure Amilhat Szary. Il lui reprochait de l’avoir recadré après un échange de mail dans lequel il remettait en cause la présence du mot « islamophobie » sur le même plan que « racisme » et « antisémitisme », dans l’intitulé d’un séminaire sur les discriminations. Klaus Kinzler a par la suite été suspendu en décembre 2021 pour avoir tenu « des propos diffamatoires dans plusieurs médias contre l’établissement d’enseignement supérieur dans lequel il est en poste ».

      De cette polémique à tiroirs, nos prévenus ne savent quasiment rien. Certains ont lu un simple message sur Facebook – que certains appellent « un article » –, selon lequel Anne-Laure Amilhat Szary aurait notamment lancé une fatwa contre deux professeurs et aurait diffusé leur photo. Rien de tout cela n’est vrai, mais le post déclenche une avalanche de commentaires haineux.

      Wilfried B., 65 ans, reconnaît avoir écrit « A l’échafaud » et « Regardez-moi la gueule de la bavure » sous la publication. « Ce n’est pas dans mes habitudes, assure-t-il. Mais après ce qui s’était passé avec l’assassinat de Samuel Paty… C’est pour ça que j’ai répondu ce genre de commentaire. » Il s’excuse maintenant auprès de sa victime. Reste une incohérence relevée par la procureure : « Ils critiquent le meurtre de Samuel Paty, mais ils appellent eux-mêmes au meurtre et à la violence », pointe-t-elle dans son réquisitoire. Elle réclame des amendes allant de 630 à 1 350 euros selon les prévenus.

      « Ce sont des gens qui ne connaissent rien à Facebook »

      L’audience faisait aussi office de révélateur sur l’effet d’entraînement dans le cyberharcèlement. Plusieurs prévenus disent avoir publié leur message pour aller dans le même sens d’autres commentaires lus auparavant, sans vraiment se renseigner sur le fond de l’affaire. « Ce sont des gens qui ne connaissent rien à Facebook », glisse un proche d’une prévenue dans la salle. De fait, le procès a parfois tourné à la leçon sur les réseaux sociaux. « Quand vous publiez sur Facebook, tout le monde ne fait pas attention que s’il y a une petite planète, le post est visible par tous », tente le président de la séance.

      Mais l’absence de maîtrise des outils numériques n’excuse pas la violence des propos. Quand Jacques L., 79 ans, absent mais excusé par lettre, écrit « Quand ils la violeront, elle comprendra », il n’a probablement pas conscience de raviver un souvenir traumatisant de la vie de sa victime. Il n’en reste pas moins qu’il a rouvert « un gouffre », « une blessure béante », déplore Anne-Laure Amilhat Szary.

      Si Dominique B., 74 ans, pull en laine vert et écharpe rose, affirme ne pas se souvenir d’avoir écrit « Il faut lui trancher la gorge » à la barre, les conséquences dans la vie de la plaignante n’en sont pas moins tragiques. Redevenue simple enseignante-chercheuse, Anne-Laure Amilhat Szary ne se sent plus capable de reprendre des responsabilités dans sa carrière après avoir quitté la direction du laboratoire de sciences sociale de l’IEP Grenoble, en octobre 2021. Elle « s’autocensure » si elle doit prendre la parole publiquement et même sa vie personnelle s’est « effondrée », d’après la procureure.

      « Le système judiciaire est capable de réagir »

      Malgré ce déversement de violence, Anne-Laure Amilhat Szary ne regrette « ni ses engagements ni ce procès ». Elle le fait « pour les autres enseignants et chercheurs victimes de harcèlement ». « Comme la philosophe Sophie Djigo, à qui on reproche de vouloir emmener ses étudiants voir des migrants », pointe-t-elle, en référence à cette enseignante valenciennoise dont la sortie scolaire à Calais a été annulée sous la pression de l’extrême droite. La parole scientifique dans le débat public est loin d’être simple. Et le combat est bien politique, selon elle.

      Si le président de la chambre n’a pas voulu s’aventurer sur ce terrain vendredi, les publications Facebook incriminées ont pourtant bien souvent été vues par les prévenus sur des groupes de soutien à Eric Zemmour ou Marion Maréchal-Le Pen. La critique sans mesure des universitaires a été lancée par Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal (alors respectivement ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur) quand ils sont partis en croisade contre un supposé #islamo-gauchisme à l’université. Elle a été largement reprise par Zemmour à la présidentielle 2022.

      Cette audience laisse donc un goût doux-amer. Dix prévenus sur les milliers de messages reçus, cela semble bien faible. « On a sélectionné les messages les plus outrageants », reconnaît maître Kempf. Mais le mieux est l’ennemi du bien. « Quand on porte plainte, je ne suis pas certain qu’elle aboutisse », nous glisse-t-il.

      « Cette audience montre que le système judiciaire est capable de réagir », positive aussi Anne-Laure Amilhat Szary, qui a remercié la cour de sa rapidité. Cette audience participe à faire reculer le sentiment d’impunité en ligne. Dominic V., un prévenu de 56 ans absent à l’audience, a revendiqué ses propos lors de sa garde à vue, croyant que « seuls des rappels à la loi sont prononcés » dans ce genre de cas. La procureure a enjoint la cour à « lui donner tort ». Réponse le 13 janvier.

      https://www.liberation.fr/societe/police-justice/cyberharcelement-dune-enseignante-de-liep-de-grenoble-ils-critiquent-le-m

    • C’est à cause de la #télévision :
      https://contre-attaque.net/2022/12/03/le-profil-des-trolls-dextreme-droite-enfin-devoile

      Au procès, ces personnes âgées disent qu’elles ne se souviennent plus. Pourtant, lors de leurs arrestations, plusieurs avaient déclaré leur haine contre les « islamo-gauchistes » et leur proximité avec Zemmour ou Le Pen. Annick, 73 ans, avait parlé des « gens poignardés pour rien » et des « faits divers » qu’elle voyait : « franchement c’est horrible, toutes ces jeunes femmes qui se font tuer ». Bref, les prévenus sont des seniors rivés devant leurs télés, intoxiqués par les horreurs et la désinformation quotidienne de chaînes en continu. D’ailleurs l’avocat d’un prévenu dénonce à l’audience la responsabilité des journalistes : « Mon client a pu se dire que Caroline Fourest, qui elle, est journaliste, a recoupé ses sources avant de tweeter. » Pourtant, ni Pascal Praud ni Fourest ni les patrons de ces médias semeurs de haine ne sont sur le banc des accusés. Impunité totale.

      Voilà donc le profil mystérieux de ces milliers de trolls fascistes. Des personnes vulnérables, séniles, parfois sous curatelle, qui se font pourrir le cerveau par les chaînes d’extrême droite. Ce pays bascule à cause d’une poignée de milliardaires qui ont fait main basse sur l’information. Nous sommes beaucoup à connaître un oncle, un grand-père, un ami d’ami âgé ou des parents retraités à avoir vrillé progressivement ces dernières années, à force de regarder ces chaînes. Parlons-leur, proposons-leur de sortir, aidons-les à se désintoxiquer. Et organisons-nous pour mettre hors d’état de nuire Bolloré et ses amis.

      Le #PAF en état d’insalubrité publique ?
      Petite histoire de la « régulation audiovisuelle » :
      https://www.csa.fr/Informer/Toutes-les-actualites/Actualites/Histoire-de-la-regulation-audiovisuelle

      Le saviez-vous ? Le « pendant » internet du PAF s’appelle le #PIF. Étonnant, non ?

  • Les #Affaires de Bolloré dont on ne parle pas chez Hanouna
    https://www.blast-info.fr/emissions/2022/les-affaires-de-bollore-dont-on-ne-parle-pas-chez-hanouna-orIMt7UxSAmbCh-

    Vincent Bolloré n’est pas seulement le meilleur ami de Cyril Hanouna. L’homme d’affaire et plusieurs cadres de son groupe sont soupçonnés d’avoir financé la réélection du président du Togo, Faure Gnassingbé, par l’intermédiaire d’une de leur filiale sur…

    #Afrique #Bolloré
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-les-affaires-de-bollore-dont-on-ne-parle-pas-chez

  • Racisme de la police en France. Un thread de "Barbure" sur twitter.

    Ça fait 1 an et demi que je documente le racisme de la police en France. J’ai un doc Word de 16 pages avec juste des liens d’articles, de rapports...
    Je ne sais pas quoi faire de ces ressources, donc le voici sous forme de thread.

    https://twitter.com/_Barbure_/status/1588288232101662721

    Un document avec compilation de tous les liens :
    https://docs.google.com/document/d/1ps3V-dkCLrPrP3WvUj9MBnWp0DXKWqUgbffQIE0ngwk/edit

    #mots #vocabulaire #racisme

    –------

    Les personnes au profil de « jeune homme perçu comme noir ou arabe » ont une probabilité 20 fois plus élevée que les autres d’être contrôlés par la police.
    https://t.co/QKhRUciw3G

    L’impact du #contrôle_au_faciès (Rapport de Justice Initiative)
    https://t.co/Fm0QyWI3Mr

    Police et #minorités_visibles : les #contrôles_d’identité à Paris
    https://www.justiceinitiative.org/publications/profiling-minorities-study-stop-and-search-practices-paris/fr

    « Ils nous parlent comme à des chiens », Contrôles de police abusifs en France (Rapport de Human Rights Watch, dénonçant des “contrôles abusifs et racistes” sur des enfants noirs et arabes )
    https://www.hrw.org/fr/report/2020/06/18/ils-nous-parlent-comme-des-chiens/controles-de-police-abusifs-en-france

    “Insultes racistes, recours excessif à la force, coups, homicides illégaux..."
    Ce rapport révèle un système qui favorise l’impunité des policiers accusés de ces actes.
    https://www.amnesty.org/fr/documents/eur21/003/2009/fr

    Racisme dans la police : Mediapart révèle un rapport interne qui appelle à « nommer les faits par leur nom »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/011122/racisme-dans-la-police-mediapart-revele-un-rapport-interne-qui-appelle-nom

    L’Etat condamné pour faute lourde après les contrôles d’identité au faciès de trois lycéens
    https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2021/06/08/l-etat-condamne-pour-faute-lourde-apres-les-controles-d-identite-au-facies-d

    Les personnes tuées par la police sont « essentiellement des jeunes et des personnes issues de minorités visibles », observe l’Acat dans son rapport.
    https://t.co/dmjqcGhTlh

    "On a peur qu’ils soient blessés ou tués" : comment des familles noires et arabes apprennent à leurs enfants à vivre avec les forces de l’ordre
    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/violences-policieres/on-a-peur-qu-ils-soient-blesses-ou-tues-comment-des-familles-noires-et-

    "Nègres", "pédés", "con de maghrébin" : des collégiens racontent leur interpellation
    https://www.radiofrance.fr/franceinter/negres-pedes-con-de-maghrebin-des-collegiens-racontent-leur-interpellati

    Contrôles d’identité : des #discriminations vécues dès l’adolescence, selon une étude
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/22/le-rapport-avec-la-police-se-construit-des-le-plus-jeune-age-selon-une-etude

    "Quand on vous traite de bougnoule le premier jour de votre affectation, c’est qu’il y a un problème" : un agent victime de racisme au sein de la police témoigne
    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/quand-on-vous-traite-de-bougnoule-le-premier-jour-de-votre-affectation-

    Racisme dans la police : « Ceux qui ont le courage de parler en prennent plein la gueule »
    https://connexion.liberation.fr/autorefresh?referer=https%3a%2f%2fwww.liberation.fr%2ffrance%2f

    “Bougnoule, bicot, youpin, négro, c’est rigolo pour eux" : une policière dénonce le racisme de ses collègues
    https://www.bfmtv.com/police-justice/bougnoule-bicot-youpin-negro-c-est-rigolo-pour-eux-une-policiere-denonce-le-r

    Magouilles, nazisme et violence : un « policier repenti » se livre
    https://www.mediapart.fr/journal/france/211218/magouilles-nazisme-et-violence-un-policier-repenti-se-livre
    https://www.youtube.com/watch?v=qy35OmwkoeA

    Des policiers utilisent le terme « négroïde » dans leurs enquêtes
    https://www.mediapart.fr/journal/france/160620/des-policiers-utilisent-le-terme-negroide-dans-leurs-enquetes?onglet=full

    "Il y a beaucoup plus de coups à prendre à dénoncer qu’à ne rien dire" : un policier dénonce l’omerta autour du racisme au sein de sa profession
    https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/droit-et-justice/il-y-a-beaucoup-plus-de-coups-a-prendre-a-denoncer-qu-a-ne-rien-dire-un

    "Tout le monde le sait, le voit et le subit" : des policiers racontent le racisme dans leurs rangs
    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/violences-policieres/tout-le-monde-le-sait-le-voit-et-le-subit-des-policiers-racontent-le-ra

    "J’étais l’arabe de service" : Mehdi, ex-policier, raconte le racisme subi dans un commissariat
    https://www.radiofrance.fr/franceinter/j-etais-l-arabe-de-service-mehdi-ex-policier-raconte-le-racisme-subi-dan

    Des milliers de policiers s’échangent des messages racistes sur un groupe Facebook
    https://www.streetpress.com/sujet/1591288577-milliers-policiers-echangent-messages-racistes-groupe-facebo

    « #FDO_22_unis », un deuxième groupe Facebook où des milliers de policiers échangent des messages racistes
    https://www.streetpress.com/sujet/1591618480-fdo-22-unis-deuxieme-groupe-facebook-milliers-policiers-echa

    « Bougnoules », « nègres », « fils de pute de juifs » : quand des policiers racistes se lâchent
    https://www.mediapart.fr/journal/france/040620/bougnoules-negres-fils-de-pute-de-juifs-quand-des-policiers-racistes-se-la

    Gardiens de la paix
    https://www.arteradio.com/son/61664080/gardiens_de_la_paix

    Au procès des policiers de Rouen : « On baigne dans un racisme ambiant »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/040921/au-proces-des-policiers-de-rouen-baigne-dans-un-racisme-ambiant?onglet=ful

    #Violence, racisme, #sexisme : Le témoignage glaçant d’une policière
    https://www.youtube.com/watch?v=BsRDCW1YHLc&feature=youtu.be

    "#Légitime_défense" ou "#racisme_policier" : depuis 40 ans, l’#impunité sur le banc des accusés ?
    https://www.radiofrance.fr/franceculture/legitime-defense-ou-racisme-policier-depuis-40-ans-l-impunite-sur-le-ban

    Bamboula, ça reste encore à peu près convenable", lâche un syndicaliste policier sur France 5
    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/arrestation-violente-a-aulnay-sous-bois/video-bamboula-ca-reste-encore-a-peu-pres-convenable-dit-un-syndicalist

    Violences en série, menaces de viol, racisme : enquête sur la police d’Argenteuil
    https://www.streetpress.com/sujet/1593693154-violences-policieres-menaces-viol-racisme-enquete-police-arg

    « L’alcool est toléré en gendarmerie, pas les Arabes » - Un gendarme raconte 10 ans de racisme
    https://www.streetpress.com/sujet/1664887412-alcool-gendarmerie-arabes-gendarme-temoignage-racisme-discri

    Racisme et apologie des violences policières sur TN Rabiot, le groupe Facebook qui regroupe des milliers de fonctionnaires
    https://www.streetpress.com/sujet/1606917498-racisme-apologie-violences-policieres-groupe-facebook-michel

    Un CRS qui a arboré un blason nazi vient d’être... promu brigadier-chef
    https://www.marianne.net/societe/un-crs-qui-arbore-un-blason-nazi-vient-d-etre-promu-brigadier-chef#Echobox

    « Hitler n’a pas fini le travail » et autres insultes racistes par des policiers du TGI
    https://www.streetpress.com/sujet/1622562263-insultes-racistes-antisemites-policiers-tgi-racisme-police-h

    "Les Blancs, on ne les contrôle pas. On va chercher les Noirs, les Arabes, les Pakistanais"
    https://www.youtube.com/watch?v=_bmwJreChoo&feature=youtu.be

    « Je ne veux pas être dans le groupe du bougnoule » : des policiers de Nancy faisaient régner un « climat de haine »
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/09/07/je-ne-veux-pas-etre-dans-le-groupe-du-bougnoule-a-nancy-des-policiers-faisai

    « Un policier a dit “Regarde comment on casse un bras” et... »
    https://www.streetpress.com/sujet/1638884427-violences-policier-bras-casse-saint-quentin-aisne-justice-ig

    "J’ai été torturé dans le commissariat de Sint-Quentin par des policiers"
    https://www.youtube.com/watch?v=w8BSH_DfxUI&feature=youtu.be

    #Violences_policières : un homme de 19 ans dénonce des actes de « torture » subis au commissariat de Juvisy-sur-Orge
    https://www.liberation.fr/societe/police-justice/violences-policieres-un-homme-de-19-ans-denonce-des-actes-de-torture-subi

    « Ni bougnoule ni gonzesse » : au procès de la « meute » de la #BAC de nuit de Nancy
    https://www.mediapart.fr/journal/france/120322/ni-bougnoule-ni-gonzesse-au-proces-de-la-meute-de-la-bac-de-nuit-de-nancy#

    Insultes islamophobes et nostalgie du Troisième Reich, bienvenue à la Bac de nuit de Nancy
    https://www.streetpress.com/sujet/1647255530-insultes-islamophobes-nostalgie-nazis-reich-bac-nuit-nancy-p

    Violences policières, racisme, vol, mensonges : l’affligeante impunité de l’unité CSI 93
    https://www.liberation.fr/societe/police-justice/violences-policieres-racisme-vol-mensonges-laffligeante-impunite-de-lunit

    Violences, étranglement, sachet d’herbe sorti de la poche du brigadier... Une caméra de surveillance a tout enregistré, @Libe révèle l’intégralité de ces images accablantes pour la CSI 93.
    https://www.liberation.fr/societe/police-justice/violences-policieres-racisme-vol-mensonges-laffligeante-impunite-de-lunit

    Écœuré par les actualités récentes et les commandes politiques, le policier français Alexandre Langlois a demandé à être relevé de ses fonctions. Notre correspondante @BedardME l’a rencontré.
    https://twitter.com/RadioCanadaInfo/status/1335670419618230275

    (Sur la question de l’impunité, je vous conseille cet article "#IGPN : plongée dans la fabrique de l’impunité" :
    https://www.mediapart.fr/journal/france/120620/igpn-plongee-dans-la-fabrique-de-l-impunite

    Il y a aussi ce podcast, où d’ancien policiers parlent de la #culture_raciste au sein de la police (qu’ils ont quitté)
    https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-pieds-sur-terre/police-tu-l-aimes-ou-tu-la-quittes-9658915

    Un autre témoignage, sur le racisme dans la #gendarmerie :
    https://www.youtube.com/watch?v=Io7s1mdNzYk

    Quand la BAC de Nancy était noyautée par un violent groupuscule raciste
    https://www.leparisien.fr/faits-divers/quand-la-bac-de-nancy-etait-noyautee-par-un-violent-groupuscule-raciste-0

    Sept policiers de la BAC de Nancy condamnés pour « harcèlement » et injures racistes
    https://www.mediapart.fr/journal/france/140522/sept-policiers-de-la-bac-de-nancy-condamnes-pour-harcelement-et-injures-ra

    VIDÉO. « Espèce de con », « connard » : des policiers tabassent et insultent des jeunes à Lille
    https://www.revolutionpermanente.fr/Violences-policieres-A-Lille-des-policiers-frappent-et-insulten

    Un autre témoignage d’un ancien policier
    « Chaque fois qu’il croisait des jeunes de cités d’origine maghrébine, il disait "regarde-moi ces bonnes geules de racailles, moi je te réglerais ça à coup de lance-flamme" »
    https://www.youtube.com/watch?v=TDAGLrzurq4

    Les exilés à la rue racontent des violences policières trop banales
    https://www.streetpress.com/sujet/1666084694-exiles-rue-violences-policieres-harcelement-sexuel-police-po

    Coups de Taser dans les testicules : l’IGPN enquête sur l’interpellation d’un Malien sans papiers
    https://www.mediapart.fr/journal/france/101121/hold-violente-interpellation-45-jours-d-itt-et-des-coups-de-tasers-dans-le

    « Mon frère a été tué par la police d’une balle dans la tête »
    https://www.streetpress.com/sujet/1610725671-frere-tue-police-balle-tete-gaye-camara-violences-justice

    Viry-Châtillon : comment la police a fabriqué des faux coupables
    https://www.youtube.com/watch?v=qpkxkupSQVs&feature=youtu.be

    « J’ai été violé par deux policiers dans un commissariat. »
    https://twitter.com/_Barbure_/status/1588288240338972673
    #viol

    « Il y a une femme qui m’a tenu les pieds, pendant qu’un policier me tapait avec la pointe de ses pieds » : Gabriel a été interpellé à Bondy. Gabriel a 14 ans. 14 ans. Gabriel a accepté de nous raconter son histoire. Entretien avec @davidperrotin
    https://twitter.com/Loopsidernews/status/1269154225038209024

    #Gabriel , 14 ans victime de violences policières. La version des policiers est un chef d’oeuvre :


    https://twitter.com/younousomarjee/status/1269209379531825152

    L’affaire #Théo (thread) :
    https://twitter.com/nicolaschapuis/status/1331170006533623808

    #Affaire_Théo : un simple blâme pour les deux policiers renvoyés devant les assises ?
    https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/affaire-theo-un-simple-blame-pour-les-deux-policiers-renvoyes-devant-les-

    Quatre mineurs du Val-de-Marne dénoncent une garde à vue abusive et des propos à caractère raciste et homophobe
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/12/quatre-mineurs-du-val-de-marne-denoncent-une-garde-a-vue-abusive-et-des-prop

    Noisy-le-Grand : la vidéo qui accable la police
    https://www.lemediatv.fr/articles/2021/exclusif-noisy-le-grand-la-video-qui-accable-la-police-76yHk0XATSy_V5JY6vi

    Vous vous rappelez la tentative de meurtre raciste dans le Jura ?
    Le flic a pas entendu les insultes racistes du gars, par contre il a entendu les insultes de la victime... Qui est poursuivie pour avoir dégradé la bagnole qui lui a foncé dessus, WTF ?
    https://twitter.com/UnMondeRiant/status/1402001135356030988

    Tir policier mortel à Sevran : l’homme abattu était « une figure emblématique » du quartier des Beaudottes
    https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/tir-policier-mortel-a-sevran-lhomme-abattu-etait-une-figure-emblematique-

    Menacé de prison après avoir été criblé de balles par la Bac : l’incroyable acharnement contre Nordine A.
    https://www.revolutionpermanente.fr/Menace-de-prison-apres-avoir-ete-crible-de-balles-par-la-Bac-l-

    Survivant à des tirs policiers et emprisonné : Nordine et Merryl racontent leur calvaire judiciaire
    https://www.youtube.com/watch?v=d4H68tpqZ6w&t=18s

    VIDÉO. « Un bicot comme ça, ça ne nage pas » : indignation après des propos racistes tenus par des policiers
    https://www.leparisien.fr/video/video-un-bicot-comme-ca-ca-ne-nage-pas-indignation-apres-des-propos-racis

    « Un bicot, ça ne nage pas » : cinq jours d’exclusion pour deux policiers
    https://www.liberation.fr/societe/police-justice/un-bicot-ca-ne-nage-pas-cinq-jours-dexclusion-pour-deux-policiers-2021101

    Aux racines du #racisme_systémique de la police
    https://www.liberation.fr/debats/2020/06/15/aux-racines-du-racisme-systemique-de-la-police_1791267

    Aux racines de l’histoire raciste de la police
    https://www.binge.audio/podcast/programme-b/aux-racines-de-lhistoire-raciste-de-la-police

    En 2013, des policiers arrêtent un jeune homme noir innocent, le rouent de coups, l’étranglent. Un de leur collègue précise “c’est pas lui”, ils continuent. Son grand frère arrive, ils le frappent, lui tirent dessus au niveau du visage… avant d’éborgner leur mère à la grenade.
    Ils ont été acquittés
    https://www.lemonde.fr/police-justice/video/2021/06/02/enquete-video-en-seine-saint-denis-comment-une-operation-de-police-a-vire-au

    J’ai pas encore parlé du documentaire de Désarmons-les :
    https://www.youtube.com/watch?v=zrHcc_rPacE

    Quartier tranquille, coin peinard. Y’a R.
    Flic : balance du gaz répulsif sur les canapés puis casse une chicha au sol. Un habitant l’interpelle et râle. Normal.
    Réponse du flic : "Descends de chez toi ... avec ta sale gueule de singe, là"
    Vu leur impunité, pourquoi se gêner ?
    https://twitter.com/ValKphotos/status/1454691724115292165

    Violences policières : les images accablantes du tir de LBD qui a mutilé #Adnane_Nassih
    https://www.liberation.fr/societe/police-justice/les-images-accablantes-du-tir-de-lbd-qui-a-mutile-adnane-nassih-20210504_

    Cet article sur le phénomène des "#amendes_gratuites" me semble intéressent, et peu connu :
    Jusqu’à 10 000 euros d’amendes cumulées durant les couvre-feux : des jeunes de quartiers dénoncent un harcèlement
    https://www.mediapart.fr/journal/france/210721/jusqu-10-000-euros-de-contraventions-des-jeunes-de-quartiers-denoncent-un-

    Amendes abusives : pendant le confinement, « un acharnement » dans les quartiers populaires
    https://www.liberation.fr/societe/amendes-abusives-pendant-le-confinement-un-acharnement-dans-les-quartiers

    "Je suis endetté à hauteur de 2700 euros" : des jeunes de quartiers populaires parisiens victimes d’#amendes_abusives
    https://www.bfmtv.com/paris/je-suis-endette-a-hauteur-de-2700-euros-des-jeunes-de-quartiers-populaires-pa

    La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants
    https://www.bondyblog.fr/societe/police-justice/la-brigade-des-mamans-contre-les-amendes-abusives-de-leurs-enfants

    Contrôle de police mortel à Marseille : « Mon fils est mort, je demande que vérité soit faite »
    https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/controle-de-police-mortel-a-marseille-mon-fils-est-mort-je-demande-que-ve

    Si, il y a une histoire raciste de la police
    https://www.binge.audio/podcast/programme-b/si-il-y-a-une-histoire-raciste-de-la-police

    Rapport de 2019 du Réseau européen contre le racisme (ENAR) sur les crimes à motivation raciale et le racisme institutionnel : ces infractions sont en augmentation en Europe, mais ne sont souvent pas signalées. « Pour les victimes de ces crimes, les mauvais traitements, les abus et les violences de la part de la police sont un facteur déterminant dans la décision de ne pas les signaler aux forces de l’ordre », rapportait alors l’étude.
    https://www.enar-eu.org/IMG/pdf/shadowreport2018_final.pdf

    Samedi 17 Aout, nous avons déposé notre toute nouvelle cuve d’eau sur un des lieux de vie du Calaisis, ou chaque jours sont déposés environ 2 000L d’eau.
    Dimanche 18 aout 17h30, elle est lacérée au couteau par les forces de police et CRS.
    https://twitter.com/CalaisFoodCol/status/1430946921011720202

    Tirs policiers à Stains : « je me suis vu mourir »
    https://www.bondyblog.fr/societe/police-justice/tirs-policiers-a-stains-je-me-suis-vu-mourir

    –---

    Le reste sur ce google doc :
    https://docs.google.com/document/d/1ps3V-dkCLrPrP3WvUj9MBnWp0DXKWqUgbffQIE0ngwk/edit

  • Banques d’affaires : Exemple les affaires du crédit suisse !
    Comment Credit Suisse a (encore) perdu le contrôle - Mathilde Farine, Xavier Filliez - letemps.ch

    . . . . . .
    1977 Affaire Chiasso : la banque encaisse une perte de 1,4 milliard de francs, après la découverte d’un montage permettant de cacher des fonds non déclarés venant d’Italie et de les réinvestir dans des sociétés, dont une grande partie ont perdu de la valeur.

    1998 Credit Suisse, l’Association suisse des banquiers, UBS, SBS participent à l’accord global sur les fonds en déshérence par lequel elles mettront 1,25 milliard de dollars à disposition d’organisations juives pour indemniser les personnes concernées.

    2007 Deux traders de Credit Suisse sont condamnés pour avoir surévalué le prix de produits financiers liés au marché du crédit. La banque doit encaisser une dépréciation d’actifs de 2,65 milliards.

    2008 Lors des résultats du premier trimestre, Credit Suisse évalue le coût de la crise des subprimes à 10 milliards depuis l’été 2007. (L’ardoise reste faible comparé à celle d’UBS qui aurait atteint 40 milliards.)

    2009 Credit Suisse doit payer une amende de 536 millions de dollars pour violation des sanctions américaines contre l’Iran et le Soudan entre 1995 et 2006.

    2011 Urs Rohner devient président du conseil d’administration.

    Septembre 2011 Credit Suisse paie 150 millions d’euros à l’Allemagne pour régler les affaires d’évasion fiscale.

    Mai 2014 Credit Suisse plaide coupable d’aide à l’évasion fiscale et paie 2,6 milliards de dollars aux autorités américaines.

    Octobre 2014 Bruxelles inflige des amendes à plusieurs banques, dont Credit Suisse et UBS, dans les affaires de manipulation du taux Libor.

    2016 L’affaire dite des « tuna bonds » au Mozambique éclate. Des employés de la banque sont accusés d’avoir fait des prêts secrets à hauteur de 2 milliards de dollars, où eux-mêmes et des fonctionnaires mozambicains se seraient servis en pots-de-vin. Plusieurs procédures sont encore en cours et la banque est aussi sous enquête.

    2017 Credit Suisse doit payer une amende de 5,28 milliards de dollars dans une affaire de prêts hypothécaires aux Etats-Unis.

    Mai 2017 Credit Suisse écope d’une amende d’un demi-million à Singapour dans l’affaire 1MDB en raison de lacunes dans ses contrôles anti-blanchiment.

    Février 2018 Credit Suisse (et d’autres banques) doivent fermer des fonds de placements sophistiqués liés à la volatilité et dont la valeur a perdu 96% en une journée. La perte estimée des clients est de 1,8 milliard de dollars.

    2018 Credit Suisse paie 47 millions aux autorités américaines dans l’enquête dite des « petits princes » sur les pratiques d’embauche en Asie. Des banques, dont Credit Suisse, engageaient des proches ou membres de grandes familles fortunées dans l’espoir de recruter plus facilement des clients, pratique considérée comme étant de la corruption par les autorités américaines.

    2018 La justice genevoise condamne à de la prison un gérant de fortune de la banque pour avoir causé un dommage de 143 millions de francs au préjudice, notamment, de l’ancien premier ministre géorgien Bidzina Ivanishvili, mais aussi pour s’être enrichi de 30 millions. Plusieurs procédures sont en cours et une enquête confiée à un cabinet externe montre qu’il y a eu des déficiences dans le contrôle du risque à Credit Suisse.

    Septembre 2018 La Finma, le gendarme suisse des banques, constate des manquements dans le respect des obligations de diligence dans le domaine de la lutte contre le blanchiment d’argent en lien avec les affaires Petrobras, PDVSA et FIFA.

    2019 Credit Suisse conseille le fonds d’investissement Softbank pour une obligation convertible d’une valeur de 900 millions de dollars qu’il revend ensuite à des investisseurs. Wirecard a fait faillite.

    Automne 2019 On découvre que Credit Suisse a fait suivre plusieurs de ses employés et ex-employés.

    Février 2020 Départ forcé de Tidjane Thiam après l’affaire des filatures.

    Juin 2020 Credit Suisse se trouve mêlée au scandale de la chaîne de cafés chinoises Luckin Coffee. La banque l’a aidée pour son entrée en bourse à New York en 2019, or on découvre que des chiffres, notamment de ventes, avaient été gonflés par l’entreprise.

    Novembre 2020 Implosion du hedge fund York Capital Management, Credit Suisse s’attend à une perte allant jusqu’à 450 millions de dollars.

    Décembre 2020 Le Ministère public de la Confédération accuse Credit Suisse dans une affaire de blanchiment et de trafic de stupéfiants d’une organisation bulgare.

    Février 2021  La banque révèle qu’elle a payé 600 millions de dollars pour régler une autre affaire liée à des prêts hypothécaires aux Etats-Unis datant d’avant la crise financière de 2008.

    Mars 2021 Credit Suisse doit suspendre des fonds comptant 10 milliards de dollars sous gestion en lien avec la société Greensill en faillite. La banque a remboursé 7 milliards aux clients des fonds. Sur les 3 milliards restants, 1 à 2 pourraient ne pas être retrouvés. Plusieurs enquêtes sont en cours.

    Mars 2021 L’implosion du hedge funds américain Archegos conduira à une perte d’environ 5 milliards de dollars pour Credit Suisse.

    Octobre 2021 Credit Suisse doit payer 475 millions de dollars aux autorités américaines et britanniques dans l’affaire du Mozambique. En même temps, la Finma rend ses rapports d’enquête sur cette affaire et celle des filatures.

    Cette accumulation d’affaires jette un sérieux doute sur la gestion des risques de l’entreprise, ce qui est confirmé par des rapports d’enquête externes que Le Temps a pu lire, par les employés qui ont accepté de raconter leur expérience, de même que par les conclusions de la justice ou des régulateurs dans d’autres cas. Ne serait-ce qu’en termes de frais juridiques et d’amendes, Credit Suisse a payé un total de plus de 15 milliards de francs depuis 2008 aux Etats-Unis, selon plusieurs estimations. 

    A nos questions, la banque a fini par répondre par une prise de position générale : « Credit Suisse a des bases très solides et est fier de son riche héritage et de ses racines entrepreneuriales.
    . . . . . .
    Source de ce extrait : https://www.letemps.ch/grand-format/credit-suisse-perdu-controle

    #banque #finance #spéculation #gestion_de_fortune #subprimes #ubs #bonus #faillite #lehman_brothers #McKinsey #cds #hedge_funds #banksters #affaires

    • France, ce 24 Octobre : Credit Suisse paie 238 millions d’euros pour éviter des poursuites pénales en France
      Elle suit ainsi le chemin de HSBC private Bank, une filiale suisse du géant bancaire britannique HSBC, qui avait accepté de payer 300 millions d’euros,
      . . . . .
      Le 17 octobre, déjà, crédit suisse avait annoncé être parvenu à un accord définitif avec le procureur général du New Jersey pour solder une affaire ancienne concernant la vente de titres adossés à des créances hypothécaires, dont la valeur s’était brutalement effondrée lors de l’éclatement de la bulle immobilière aux Etats-Unis.
      . . . . .
      La banque va donc s’acquitter d’une amende de 495 millions de dollars pour régler tous les dédommagements en justice. Un montant déjà couvert par des provisions, précise la banque dans son communiqué.
      . . . . .

      Tous les détails : https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/banque/credit-suisse-paie-238-millions-d-euros-pour-eviter-des-poursuites-penales

  • Perquisition à Mediapart : la justice condamne l’État dans l’affaire Benalla
    https://www.youtube.com/watch?v=ZJVBbwjQ7hE

    Événement : la justice condamne l’État pour sa tentative de perquisition de nos locaux en 2019 dans le cadre de l’affaire Benalla. Le jugement, sévère pour le parquet de Paris, consacre la liberté d’informer et la protection des sources.

    Encore une grande démonstration de la compétence de l’Absurdistan autoritaire.

    • ces trois juges ont donc condamné l’État à payer à Mediapart la somme d’un euro « en réparation intégrale de son préjudice » auquel s’ajoutent 10 000 euros en application de l’article 700 du Code de procédure civile, avec ordre d’exécution provisoire du jugement.

    • J’imagine la petite bande de flics, précédée du commissaire, toute joyeuse sur le chemin de Médiapart, en train de chantonner : « On va se faire Médiapart-euh, on va se faire Médiapart-euh », imaginant déjà les félicitations du préfet, voire la petite promotion décidée en hauts lieux, imaginant encore le Président confiant à sa douce : « ah, qu’il est bon de constater une fois de plus que l’on peut compter sur la fidélité de la police républicaine ! »

      Et arrivant dans les couloirs de Médiapart, le choc, la stupeur, l’effroi, l’horreur, la rumeur qui circule par l’effet d’un bouche à oreille paniqué : « Ah merde, y’a Fabrice Arfi, merde merde, on est refaits ». Les regards inquiets : « Qu’est-ce qu’on fait, y’a Fabrice Arfi, il dit qu’on n’a pas le droit ! ». Et de confirmer : « Oui, c’est Fabrice Arfi, c’est pas de bol tout de même ».

      Et de repartir tout tristes, la queue entre les jambes, juste parce qu’ils ont joué de malchance : Fabrice Arfi était là et il connaît mieux la procédure que le commissaire.

      #22_y‘a_fabrice_arfi

  • Enfants dans l’espace public : enquête sur une disparition - URBIS le mag
    https://www.urbislemag.fr/enfants-dans-l-espace-public-enquete-sur-une-disparition-billet-642-urbis

    Où sont passés les enfants ? Dans les rues de nos villes, combien en croise-t-on, cartables sur le dos, et rentrant de l’école ? Combien sont-ils à avoir l’autorisation parentale de jouer dans la rue ? De faire quelques courses dans un magasin proche de leur domicile ? Bien peu. Et même, de moins en moins. Clément Rivière, maître de conférences en sociologie à l’université de Lille, s’est penché sur la façon dont les parents du début du 21ème siècle encadrent les pratiques de leurs enfants dans l’espace public. Récemment publié aux Presses universitaires de Lyon, son travail met en lumière les mécanismes à l’œuvre dans la fabrication des « enfants d’intérieur ». De quoi donner à réfléchir aux urbanistes et plus largement, à tous ceux qui travaillent à la conception et à l’aménagement d’espaces publics pour tous.

    #transport #territoire #ville #enfants

  • Islamophobie à l’#IEP de #Grenoble : deux interpellations dans le Var pour des propos haineux en ligne

    Deux personnes ont été interpellées dans le Var ce mardi pour des propos haineux qu’elles sont accusées d’avoir tenus en ligne il y a tout juste un an à l’encontre d’une enseignante du laboratoire de sciences sociales, opposée à un autre enseignant de l’IEP de Grenoble.

    C’est un rebondissement varois dans l’affaire de l’IEP de Grenoble, avec l’interpellation de deux personnes ce mardi à Toulon et la Crau. En toile de fond de cette affaire, un conflit autour de la signification du terme islamophobie opposant un professeur notamment de l’IEP de Grenoble en début d’année dernière et cette enseignante du laboratoire de sciences sociales.

    L’enseignant avait reçu des menaces de mort après avoir tenu des propos sur l’islamophobie et avait été placé sous protection policière. Mais à son tour, après s’être officiellement excusé, il avait publié sur son site personnel, un échange de courriels avec une autre enseignante de l’Université rendant public son nom.

    Un nom jeté en pâture

    Cette enseignante, maitresse de conférence et membre du laboratoire de sciences sociales travaille depuis des années sur la question de l’Islam et des musulmans, selon France Bleu Isère. Quand son nom est dévoilé sur le site de l’enseignant avec qui elle a échangé des mails, elle devient elle aussi la cible de menaces et de propos haineux de la part, cette fois, de sympathisants de l’extrême droite.

    Derrière leur écran d’ordinateur, un toulonnais de 60 ans, sans profession et une retraitée septuagénaire de la Crau. Le premier l’insulte et évoque sa mort, la seconde est dans le même registre parlant de « lui trancher la gorge ». En garde à vue, les deux reconnaissent les faits, sans être en mesure de préciser ce qui les a poussés à écrire de tels propos. Une vague de propos haineux qui avait conduit cette enseignante à être placée sous protection policière, elle aussi, comme celui à qui elle s’était opposée. Les deux mis en cause ont fait l’objet, à l’issue de leur garde à vue d’une convocation en justice pour le 2 décembre devant le Tribunal correctionnel de Paris.

    Dans un communiqué, la direction de #Sciences_Po_Grenoble indique « se féliciter de l’avancée de l’enquête et que de potentiels auteurs de propos haineux particulièrement graves à l’encontre des personnels puissent être identifiés. Nous faisons confiance aux services de police et à la justice pour établir les responsabilités et prendre les sanctions pénales appropriées ».

    https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/islamophobie-a-l-iep-de-grenoble-deux-interpellations-dans-le-var-pour-de

    –—

    ajouté à la #métaliste atour de ce qu’on a surnommé l’#affaire_de_Grenoble
    https://seenthis.net/messages/943294

  • Emmanuel Macron : cinq années de « République exemplaire » | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/060422/emmanuel-macron-cinq-annees-de-republique-exemplaire

    « Le principal danger pour la démocratie est la persistance de manquements à la probité parmi des responsables politiques », expliquait le président en avril 2017. Cinq ans plus tard, Mediapart a dénombré pas moins d’une trentaine d’#affaires touchant son entourage proche.

    #justice #macron

  • « Une conversation entre un sourd et un muet » : échange tendu entre les chefs de la diplomatie russe et britannique
    https://www.lefigaro.fr/international/une-conversation-entre-un-sourd-et-un-muet-echange-tendu-entre-les-chefs-de

    Lavrov lui a alors demandé si elle « reconnaissait la souveraineté de la Russie sur Rostov et Voronej », contestant que les troupes russes se situent à la frontière ukrainienne. « La Grande Bretagne ne reconnaîtra jamais la souveraineté sur ces territoires », a alors répondu Liz Truss, à la surprise de l’ambassadeur britannique en Russie qui a dû signifier à sa compatriote que ces territoires se trouvaient déjà en Russie.

    #affaires_étrangères

  • L’Angleterre honore Licoricia of Winchester, femme d’affaires juive du 13e siècle Par Cnaan Liphshiz
    https://fr.timesofisrael.com/langleterre-honore-licoricia-of-winchester-femme-daffaires-juive-d

    Winchester, une ville située à proximité de Londres qui a longtemps été la capitale de l’Angleterre, prévoit de rendre hommage à une femme juive qui avait excellé dans ses affaires tout en élevant quatre enfants jusqu’à son meurtre en 1277.

    La statue de bronze et grandeur nature de Licoricia of Winchester a été créée par le célèbre artiste britannique Ian Rank-Broadley, a fait savoir jeudi l’édition londonienne du Jewish Chronicle.


    Un modèle initial de Licoricia of Winchester qui sera dévoilé dans la ville au Royaume-Uni au mois de février 2022. (Crédit : The Licoricia of Winchester Appeal/Facebook via JTA)

    Usurière, Licoricia avait prêté de l’argent à des rois, dont le roi Henry III et la reine Eleanor. A une époque d’antisémitisme virulent – sa mort avait précédé l’expulsion, en 1290, des Juifs d’Angleterre de seulement 13 années – elle avait été emprisonnée de manière répétée avant d’être assassinée dans des conditions mystérieuses à Winchester.

    Elle s’était mariée à deux reprises.

    Les liens entretenus par Licoricia avec Winchester remontent à 1234. Sa statue devrait être installée, le 10 février, dans une rue dorénavant connue sous le nom de Jewry Street, où elle avait vécu et où elle était morte. L’œuvre la représente en train de tenir la main de son plus jeune fils, Asser, qui tient de son côté une petite toupie.

    « Le message, de manière plus large, est que nous tirons tous des bénéfices de la participation, d’égal à égal, des femmes dans notre société de manière. Cela rappelle aussi le fait que comme elle était juive, elle était persécutée à cette époque », a expliqué Rank-Broadley au Jewish Chronicle.

    Sur le monument figure une inscription : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », tirée du Lévitique et écrite en anglais et en hébreu.

    Aucun portrait de Licoricia n’aurait traversé les âges et Rank-Broadley s’est donc inspiré, pour son visage, de sa fille et de son petit-fils qui sont eux-mêmes juifs, a-t-il confié au Chronicle.

    Asser était le fils de Licoricia, né de son deuxième mariage à un riche Juif, lui-même divorcé, qui s’appelait David of Oxford. Une décennie après sa mort, il avait été emprisonné au château de Winchester alors que le roi d’Angleterre tentait de taxer les Juifs.

    Elle avait eu trois enfants avec son premier mari, Abraham of Kent, avant le décès de ce dernier, en 1244.

    Après la mort de son premier époux, Licoricia avait été emprisonnée à la Tour de Londres jusqu’à ce qu’une part des biens de son époux ait été versée à la couronne. Cet argent devait financer la reconstruction de l’abbaye de Westminster, selon les chercheurs qui se sont penchés sur l’histoire de la famille.

    Les corps sans vie et blessés au couteau de Licoricia et de sa domestique avaient été retrouvés en 1277. Ces meurtres n’avaient jamais été résolus.

    #Femme #finance #usure #argent #angleterre #spéculation #capitalisme #banque #banques #affaires #amour

  • Décembre 2021, le retour de #Klaus_Kinzler dans les médias...

    Klaus Kinzler, enseignant : « #Sciences_Po_Grenoble est devenu un camp de rééducation »

    « On entend désormais dans les amphis des profs remettre en cause tout le système dans ses bases universalistes, démocratiques, laïques. C’est fait sans aucun complexe »

    Professeur d’allemand et de civilisation allemande à l’Institut d’études politiques de Grenoble, Klaus Kinzler est au centre d’une polémique qui empoisonne l’établissement depuis un an. Accusé d’être islamophobe dans une campagne lancée par des étudiants sur les réseaux sociaux, il a vu son nom et celui d’un de ses collègues placardés sur les murs de l’établissement avec la mention : « Des fascistes dans nos amphis. L’islamophobie tue ». Klaus Kinzler n’est pas retourné à l’IEP depuis les faits. En mars, il publiera le récit de cette affaire aux Editions du Rocher.
    Vous avez été, selon vous, la cible d’une « cabale » instrumentalisée par un syndicat étudiant (l’Union syndicale) de l’IEP de Grenoble, avec le silence complice de la direction et du corps enseignant. Pourquoi les choses se sont-elles envenimées à ce point  ?

    Tout a commencé par des échanges de mails avec une collègue historienne en décembre 2020. Je contestais le titre d’une journée de débats dans lequel « racisme, antisémitisme et islamophobie » étaient mis sur le même plan. Cela me paraissait un scandale alors qu’existe un vrai débat sur la pertinence du terme islamophobie. La discussion s’est vite envenimée, ma collègue affirmant la « scientificité » du mot. Les ennuis ont débuté. Dès janvier, la campagne s’était déjà déchaînée sur Facebook. On nous accusait d’être « islamophobes » et on exigeait notre démission, tout en lançant des appels à témoignages anonymes contre nous. En mars dernier, mon nom, ainsi que celui d’un collègue politologue, spécialiste de l’islam en France, ont été placardés sur la façade de l’établissement. J’ai été mis sous protection policière pendant un mois.

    (#paywall)
    https://www.lopinion.fr/politique/klaus-kinzler-enseignant-sciences-po-grenoble-est-devenu-un-camp-de-reeduca

    Toute l’affaire, dans ce fil de discussion :
    https://seenthis.net/messages/905509

    #grenoble #Sciences_po #affaire_de_Grenoble

    • L’enseignant qui accusait Sciences Po Grenoble d’être un institut de « #rééducation_politique » suspendu pour #diffamation

      Un professeur de Sciences Po Grenoble, accusé d’ « islamophobie » au début de l’année, a été suspendu de ses fonctions par la direction, qui lui reproche d’avoir tenu, depuis, des « #propos_diffamatoires » , a-t-on appris lundi 20 décembre.

      L’arrêté de la directrice de l’institut d’études politiques (IEP), Sabine Saurugger, révélé par Le Figaro (https://www.lefigaro.fr/actualite-france/klaus-kinzler-l-enseignant-qui-avait-denonce-une-chasse-ideologique-suspend), vise des interviews accordées au début de décembre par l’enseignant, Klaus Kinzler, au site de l’hebdomadaire Marianne , au quotidien L’Opinion et à la chaîne CNews. Le professeur d’allemand a, selon la directrice, « gravement méconnu plusieurs obligations » , notamment en matière de « #discrétion_professionnelle » . « Il y a lieu à saisir le #conseil_de_discipline » , ajoute-t-elle dans l’arrêté qui le suspend pour quatre mois.

      Une « #chasse_aux_sorcières », selon l’enseignant

      Dans ses interviews, l’enseignant a décrit l’#IEP comme un institut de « rééducation politique » , accusant un « #noyau-dur » de collègues, adeptes, selon lui, des théories « #woke » , d’endoctriner les étudiants, et la direction de l’IEP de laisser faire.

      Pour ses avocats, qui dénoncent une « chasse aux sorcières » , M. Kinzler « a été contraint de prendre la parole afin de se défendre », après avoir été mis en cause « sur la place publique » . « Ça empoisonne ma vie, mais il faut peut-être aller jusqu’au bout pour savoir qui a le droit de dire quoi et dans quelle situation » , a déclaré l’enseignant, évoquant un possible recours devant le tribunal administratif.

      Contactée, la direction de l’IEP de Grenoble n’a pas souhaité réagir à « une mesure interne » . Le 13 décembre, dans un entretien donné à Marianne , Mme Saurugger avait pris la défense de l’établissement. « M. Kinzler reproche un certain nombre de faits qui ne sont pas exacts. Il dit notamment que la direction ne l’a jamais protégé. Sciences Po Grenoble est un établissement où la #liberté_d'expression et la #liberté_d'enseignement se trouvent au cœur du projet académique » , avait-elle déclaré.

      Seize étudiants sur dix-sept relaxés

      A l’origine de l’affaire, à la fin de 2020, M. Kinzler et une collègue historienne avaient échangé des courriels véhéments à propos d’une journée de débats intitulée « racisme, antisémitisme et islamophobie » , termes dont il contestait le caractère scientifique, tout en critiquant l’islam.

      Le 4 mars, M. Kinzler et un autre enseignant avaient été la cible d’affichettes placardées par des étudiants, relayées sur les réseaux sociaux par des syndicats. « Des fascistes dans nos amphis. L’islamophobie tue » , pouvait-on lire sur ces affiches. La directrice de l’IEP avait condamné « très clairement » ces affiches, tout en estimant que la façon dont M. Kinzler parlait de l’islam était « extrêmement problématique » .

      Le 26 novembre, seize des dix-sept étudiants de l’IEP poursuivis devant une instance disciplinaire ont été relaxés, tandis que la ministre de l’enseignement supérieur avait préconisé des sanctions à leur encontre. Un seul a fait l’objet d’une exclusion temporaire avec sursis.

      Dans un message publié sur Twitter, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, #Laurent_Wauquiez, a cependant fait savoir qu’il suspendrait les financements régionaux – environ 100 000 euros par an hors investissements sur projets – à l’IEP de Grenoble, du fait de la « longue dérive idéologique et communautariste » , qui vient de « franchir un nouveau cap » avec la suspension de l’enseignant. Selon lui, « une minorité a confisqué le débat » au sein de l’établissement, « sans que la direction prenne la mesure de cette dérive préoccupante » .

      https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/12/20/l-enseignant-qui-accusait-sciences-po-grenoble-d-etre-un-institut-de-reeduca

      #suspension #Wauquiez

    • Sciences Po Grenoble est depuis trop longtemps dans une dérive idéologique et communautariste inacceptable. Ce n’est pas ma conception de la République : la Région @auvergnerhalpes suspend donc tout financement et toute coopération avec l’établissement.


      https://twitter.com/laurentwauquiez/status/1472950277028392965
      #financement #dérive_idéologique #communautarisme #dérive_communautariste #Région_Auvergne_Rhône-Alpes

      –—

      Laurent Wauquiez a parfaitement compris comment couper court à l’infiltration de nos grandes écoles par l’islamo-gauchisme : en commençant par fermer le robinet du financement public.


      https://twitter.com/ZemmourEric/status/1472969682567241736

      –—

      #Valérie_Pécresse :


      https://twitter.com/vpecresse/status/1473032185418551303
      #Pécresse

    • #Richard_Malka sur FB, 21.12.2021 :

      Je suis en vacances. Après quelques mois éreintants à défendre, autant que je le pouvais, le droit d’emmerder Dieu, j’ai décidé d’offrir à mes neurones une cure de désintoxication. Oubliée la liberté d’expression, plus rien à faire du blasphème, du Wokisme ; laissez-moi tranquille avec l’islamo-gauchisme…je veux lire ma pile de livres en retard, regarder la mer, marcher, la tête vide, sur des sentiers douaniers, me plaindre de mes courbatures en m’en délectant, avoir pour seule préoccupation la raréfaction des nouvelles séries de qualité sur Netflix.
      Mais patatras, j’ai commis l’erreur de lire la presse ce matin. J’essaie d’oublier ce que j’ai lu, d’enfouir mon cerveau sous ma couette comme si cela pouvait l’anesthésier, de laisser à d’autres le soin de réagir mais je sens bien que c’est foutu ; ça bouillonne dans mon ventre.
      Il y a donc, sur notre territoire, un petit Pakistan situé dans cette bonne ville de Grenoble. Un laboratoire de la pensée stalinienne dirigé par une certaine Sabrine Saurugger qui, en moins d’un an et demi, depuis sa nomination à la tête de Science Poe Grenoble, aura réussi l’exploit d’anéantir la réputation de cette école et de porter préjudice à des centaines d’étudiants qui auront bien du mal à réaliser leurs rêves quand ils inscriront sur leur cv le nom de cette école de la honte. Mais cela, Madame Saurugger n’en a probablement cure…quelques sacrifiés innocents n’ont jamais fait peur aux idéologues qui pensent le bien.
      Je résume : Le 4 mars dernier, un professeur d’allemand, Klaus Kinzler, est victime d’une campagne de lynchage sur les réseaux d’un syndicat étudiant, son nom étant par ailleurs placardé sur les murs de Science Po Grenoble, affublé des qualificatifs de fasciste et d’islamophobe. Son seul crime consiste à avoir contesté le concept d’islamophobie, ce qui fait débat, quoi que l’on en pense, depuis des décennies et ce dont on devrait pouvoir discuter, même à l’université. Rien qui ne justifie d’être qualifié de fasciste et voué aux gémonies, voire pire. Le professeur s’en émeut, de même que du manque de soutien évident de sa direction, dont on sent bien qu’elle a plutôt tendance à se ranger du coté de la terreur intellectuelle, parce que c’est pour la bonne cause. L’affaire aurait pu en rester là mais non, il faut réduire au silence pour que plus aucun professeur, jamais, partout en France, n’ose contester le dogme naissant. C’est alors que Madame Saurugger a une idée géniale qui a fait ses preuves pour éliminer toute velléité de contestation : innocenter les coupables et condamner leur victime au seul motif qu’elle a osé parler à des journalistes, ce qui ne se fait pas. Manquerait plus que la liberté d’expression soit un droit constitutionnel qui permette de se défendre et de dénoncer l’instauration d’une petite dictature de la pensée. L’université va s’atteler méticuleusement à cette tâche sacrée. D’abord, relaxer 16 des 17 étudiants poursuivis disciplinairement en dépit des conclusions d’un rapport de l’Inspection Générale de l’Education Nationale. Puis, et c’est le chef d’œuvre de la direction de Science Po Grenoble, prendre un arrêté le 14 décembre dernier, en espérant surement que les journalistes ne tarderont pas à être en vacances autour d’une dinde, pour suspendre le Professeur insulté qui avait eu l’audace de s’en plaindre. Le suspendre avant même que ne soit engagée à son encontre une procédure disciplinaire pour avoir osé parler.
      Passons sur le soutien apporté par le groupe écologiste de la région Rhône-Alpes qui, au prétexte de s’insurger de la décision de Laurent Wauquiez de supprimer la subvention de la Région à l’IEP, apporte son soutien à la direction de l’école. Ceci dit, on aimerait bien savoir, en passant, si dans le package du vote écolo, auquel chacun pourrait adhérer, figure obligatoirement la cancel culture dont je ne vois pas bien ce qu’elle a d’écolo.
      Cette affaire est cruciale pour l’avenir. Le message véhiculé par Madame Saurugger est simple : c’est celui de la violence symbolique adressée aux enseignants qui se résume par : taisez-vous, courbez l’échine devant la terreur intellectuelle ; osez la dénoncer et vous serez exclus. Relevez la tête et vous serez suspendus.
      Peut-être n’est-ce pas Monsieur Kinzler qui devrait être sanctionné mais Madame Saurugger, à défaut de prendre conscience elle-même, dans un sursaut, du mal qu’elle fait à son école et à ses étudiants. Au demeurant et en ce qui les concerne, ils gagneraient beaucoup à se révolter contre cette décision, pour ne pas se laisser sacrifier par une direction qui a sombré dans la faillite morale.

      https://www.facebook.com/richardmalka.avocat/posts/334513131820151

    • Samuel Hayat, 21.12.2021

      Je remets ça là à propos de Sciences Po Grenoble. Ce n’est pas un hasard si c’est cette institution qui est accusée. Car Sciences Po Grenoble n’est pas DU TOUT gauchiste. Et sa directrice encore moins. On est vraiment dans le pôle le plus positiviste et « centriste » du champ.
      Une fois de plus, les réactionnaires, en voie de fascisation rapide, ne se déchaînent pas contre les gauchistes - car nous, on ne prétend pas à l’impartialité, et on sait qui vous êtes, donc si LW nous juge, OSEF, ça ne nous fait rien. « Pratiquement, je l’emmerde », écrivait Fanon
      Ils se déchaînent sur les gens et les institutions qui jouent le plus le jeu de la scientificité, de la neutralité axiologique, qui jamais de leur vie n’iront porter la moindre parole militante dans l’espace public. Et ils espèrent ainsi les tétaniser, et nous tétaniser tou.te.s.
      Evidemment, ça ne marchera pas, dans l’immédiat. C’est trop gros. Sciences Po Grenoble va continuer à produire de la science et des diplômes. Mais ça installe une ambiance, ça fait grossir la meute, ça rend la proie plus floue, plus fantasmée. Bref, ça prépare le fascisme.

      https://twitter.com/SamuelHayat/status/1473310750194257920

      #scientificité #neutralité_axiologique #fascisme

    • Sciences Po Grenoble : « L’intrusion politique de Wauquiez est inédite »

      #Frédéric_Sawicki, professeur de science politique et président du comité d’éthique de l’AFSP, souligne la gravité de la décision de Laurent Wauquiez de couper le soutien financier de la #région_Auvergne-Rhône-Alpes à Sciences-Po Grenoble. Il dénonce un climat délétère contre l’#université et la #recherche.

      Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a affirmé que cette dernière mettait fin à sa coopération et à son soutien financier à l’#Institut_d’études_politique de Grenoble. L’ancien ministre et ex-dirigeant des Républicains (LR) met en avant, comme raison de cette soudaine décision annoncée sur Twitter, la mise à pied d’un enseignant, conséquence d’une polémique ayant éclaté au printemps dernier (lire le récit de David Perrotin).

      Quelques heures plus tard, la candidate LR à la présidentielle, Valérie Pécresse, partageait le même article du Figaro et s’indignait que « la liberté d’expression ne soit plus assurée à l’IEP de Grenoble », prenant pour argent comptant l’affirmation de l’enseignant en question, Klaus Kinzler, selon laquelle l’établissement serait devenu « un camp de rééducation ». Laurent Wauquiez se voyait félicité dans la foulée par le candidat d’extrême droite Éric Zemmour, estimant que le président de région avait « parfaitement compris comment couper court à l’infiltration de nos grandes écoles par l’islamo-gauchisme : en commençant par fermer le robinet du financement public ».

      Pour comprendre la gravité de cette annonce et son contexte, Mediapart a interrogé Frédéric Sawicki. Professeur de science politique à l’université Paris I, il préside également le comité d’éthique de l’Association française de science politique (AFSP). Il dénonce une décision qui laisse la porte ouverte à toutes sortes d’#abus, et souligne la #responsabilité de la ministre de l’enseignement supérieur, #Frédérique_Vidal, dans le climat délétère ayant encouragé une telle offensive.

      Est-ce que la coupure de fonds publics, pour des motifs politiques, est une première en France ?

      Frédéric Sawicki : Les relations entre les établissements d’enseignement et de recherche et les #collectivités_territoriales, notamment les régions, sont contractualisées. On peut imaginer qu’à l’issue d’une évaluation scientifique, et au regard d’objectifs connus et précis, certains financements soient remis en cause. Mais cela n’a rien à voir avec le fait de plaire ou déplaire au président d’une région. Où irait-on, dans ce cas ? Selon sa sensibilité, un ou une présidente déciderait de sanctionner financièrement des propos qui l’indisposeraient ?

      On a clairement affaire à une #intrusion_politique dans la procédure interne d’un établissement de recherche, et ceci, en effet, est complètement inhabituel. Laurent Wauquiez utilise sa position institutionnelle pour punir un établissement de façon collective. Cela s’appelle une #sanction_politique.

      Il s’agit d’une atteinte aux #libertés_académiques. Comment celles-ci se sont-elles construites, et quelles sont leurs limites ?

      Les libertés académiques concernent la liberté totale d’enseigner et de faire des recherches dans le cadre de l’université. Mais elles renvoient également à une réalité qui remonte au Moyen Âge, les « #franchises_universitaires » : le principe en est que les universités se gèrent elles-mêmes, en dehors de l’intrusion des pouvoirs politiques. Cela signifie qu’elles ont un pouvoir de discipline pour arbitrer et sanctionner les comportements déviants qui auraient été commis en leur sein. Ceci vaut pour les comportements liés à l’activité professionnelle, mais évidemment pas pour les crimes et délits d’ordre pénal ou civil.

      Les universités ont ainsi leurs instances de jugement, avec des possibilités d’appel et de se défendre. La jouissance de libertés académiques s’accompagne donc de procédures d’arbitrage bien définies, avec des tribunaux internes. Non seulement les universitaires sont soumis au droit général, mais ils peuvent faire l’objet de #sanctions devant leurs universités. Cela s’est par exemple produit dans le cas de Bruno Gollnisch (ex-cadre du Front national), qui fut suspendu de Lyon III pour des propos qui portaient préjudice à son établissement.

      En réalité, il y a des affaires tout le temps, dans lesquelles le pouvoir politique ne s’immisce pas – et n’a pas à le faire. De l’extérieur, en lisant certains médias ou responsables politiques, on peut avoir l’impression que l’enseignant mis à pied par la direction de l’IEP de Grenoble est victime d’un règlement de comptes politique. Mais il s’agit avant tout d’une décision émise contre une personne ayant sciemment jeté de l’huile sur le feu en diffamant son établissement.

      Ce genre de sanction politique et financière est inhabituel. Est-ce qu’il faut le rapprocher d’un contexte plus général, à l’international, d’attaque contre la liberté d’enseigner et de chercher ?

      Les pressions et les sanctions sont indéniablement plus féroces dans des démocraties subissant des involutions autoritaires, notamment au Brésil, en Turquie, en Pologne ou en Hongrie. Dans ce dernier pays, l’université privée financée par George Soros a ainsi été contrainte au départ. De manière générale, les présidents d’université font l’objet d’une tutelle directe par le pouvoir politique. On n’en est pas là en France, mais il faut prendre au sérieux la prétention de plus en plus intrusive du pouvoir politique.

      Comment ne pas penser, ici, aux attaques de la ministre Frédérique Vidal contre « l’islamo-gauchisme » qui sévirait dans les établissements d’enseignement et de recherche (lire notre article : https://www.mediapart.fr/journal/france/170221/islamo-gauchisme-vidal-provoque-la-consternation-chez-les-chercheurs) ? D’un côté, on encourage l’#autonomie, mais de l’autre, sur la liberté de ce qui s’enseigne, on exerce une forme de #pression pour qu’aucune tête ne dépasse. Les attaques se répètent contre des cibles mouvantes et toujours mal définies, puisque la même ministre a récidivé récemment devant les sénateurs, en brandissant les dangers supposés du « #wokisme ».

      Dans ce contexte, Laurent Wauquiez vient de faire un pas en direction de Viktor Orbán [le premier ministre hongrois – ndlr]. Pour la première fois en France, des attaques verbales et symboliques se transforment en #rétorsion_financière, en dehors de toute évaluation qui aurait mis en évidence des faits coupables de l’établissement. Pour le président de région, tout semble bon pour faire de l’#agitation. Sauf qu’il s’agit d’#argent_public et de la vie des étudiants et de l’établissement, avec des collègues qui essaient de faire leur travail dans un contexte difficile, lié à la pandémie et à des dotations en berne.

      À l’heure où l’on se parle, Frédérique Vidal n’a pas réagi à la décision de Laurent Wauquiez. Pour vous, elle ne remplit pas son rôle ?

      Des responsables politiques, et elle en fait partie, sont en train de discréditer la seule institution où on essaie de penser le monde comme il va, avec le moins de pression possible de l’extérieur. J’espère que cette affaire va faire prendre conscience que l’université ne devrait pas être un punching-ball, un objet d’#instrumentalisation à des fins électoralistes.

      Frédérique Vidal, au lieu de protéger l’autonomie des universités au sens traditionnel du terme, s’y est déjà attaquée de manière frontale. L’« islamo-gauchisme », le « wokisme »… sont autant de #chimères_conservatrices auxquelles elle a donné crédit. Quoi qu’il en soit, l’université doit être un lieu où l’on peut débattre de courants d’idées nouveaux, sans devoir le justifier devant des autorités politiques. Bientôt, faudra-t-il des autorisations sur les livres et les idées sur lesquelles on peut échanger ? Cela nous mènerait à un régime politique d’une autre nature.

      Après plusieurs décennies en poste dans l’enseignement et la recherche, que pouvez-vous dire de Sciences-Po Grenoble, aujourd’hui visé par Laurent Wauquiez comme un foyer de « dérive idéologique et communautariste » ?

      L’établissement est connu pour ses travaux sur les politiques publiques territoriales, ses enquêtes quantitatives sur les valeurs des Français et des Européens, ses travaux socio-historiques, ou encore ses publications sur les politiques de sécurité. La production des enseignants-chercheurs n’a rien à voir avec celle de gens obsédés par des idéologies « déconstructionnistes ».

      Quand on connaît leur production et ce milieu, les attaques dont ils font l’objet apparaissent encore plus hallucinantes. On ne peut qu’être étonné et indigné de la montée en épingle d’une affaire malheureuse mais ponctuelle et locale, sur laquelle se sont appuyés certains polémistes et responsables politiques pour transformer cet établissement en Satan idéologique.

      Cela fait penser au roman La Plaisanterie de Milan Kundera : dans un contexte d’extrême politisation et d’obligation de #conformisme, n’importe qui semble pouvoir être accusé de n’importe quoi, sans le moindre fondement. Cela est pratique pour régler des comptes, puisqu’on trouvera toujours des gens pour soutenir des #croisades_morales. Il y a un moment où il faudra dire « stop ». Ce devrait être le rôle de Frédérique Vidal.

      https://www.mediapart.fr/journal/france/211221/sciences-po-grenoble-l-intrusion-politique-de-wauquiez-est-inedite

    • Tweet de Simon Persico, enseignant-chercheur à Sciences Po Grenoble, 21.12.2021 :

      Les messages de soutien à @SciencesPo38, à sa directrice @SSaurugger et aux milliers d’étudiants et enseignants, anciens comme actuels, font chaud au cœur. Autant de bouées qui nous aident à nager dans le torrent de boue qui continue de se déverser sur notre bel IEP.
      Cette fois, c’est Laurent Wauquiez qui décide de couper les bourses de mobilité et l’accompagnement des étudiants les plus éloignés. A partir d’un diagnostic aussi mensonger qu’infamant, celui d’une prétendue dérive « communautariste et idéologique ».
      Une manière pour lui, ce n’est pas nouveau, de hurler avec les loups. Comme de trop nombreux responsables politiques, il surfe sur la vague entretenue par un collègue en perdition, avec l’aide d’une presse complaisante et dépourvue de toute rigueur factuelle.
      Ce thread a donc pour principal objectif de rappeler des faits. Un petit pense-bête sur ce qu’est Sciences Po Grenoble, pour bien comprendre ce qu’il n’est pas.
      Si vous voulez une version courte et synthétique, vous pouvez lire ce communiqué de notre direction. Il dit très bien tout ce qu’il y a à dire : http://www.sciencespo-grenoble.fr/communique-mise-au-point-de-la-direction-de-sciences-po-grenoble
      Si vous voulez une idée plus précise des enseignements et de leur contenu, allez faire un tour sur le site (http://sciencespo-grenoble.fr/formations). Vous y trouverez tous les intitulés de cours et la focale de nos nombreux parcours de Master. Du communautarisme idéologique en barre.
      Si vous voulez une idée de nos recherches, vous pouvez aller sur les sites de nos labos @PACTE_grenoble @CesiceUpmf et @cerdap2. Vous pouvez aussi lire le blog de l’IEP, et notamment cette série sur notre rapport à l’objectivité et à la neutralité : http://blog.sciencespo-grenoble.fr/index.php/category/objectivite-en-sciences-sociales
      Vous y lirez la richesse des objets, la robustesse des résultats et la diversité des perspectives qui nous guident. Je dis « nous » parce que nous formons une communauté très diverse, mais soudée sur l’essentiel : le respect de la rigueur scientifique et du pluralisme.
      Si vous voulez vous faire une idée des types d’évènements qui se tiennent chez nous en dehors des cours, voici les trois principaux du mois de décembre :
      –une journée d’hommage au grand constitutionnaliste et serviteur de l’Etat, Jean-Louis Quermonne.
      –une conférence sur les violences sexistes et sexuelles en présence des plus hautes autorités judiciaires et policières grenobloises
      –une conférence sur la « gestion de crise » par le Ministre chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation, Marc Fesneau
      Si vous voulez vous remémorez les faits qui ont mené à cette affaire, vous pouvez lire le rapport de l’Inspection générale (vous noterez que le rapport s’arrête au moment des affichages, avant que notre collègue KK ne déclenche sa guerre médiatique) : https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/fr/la-situation-l-iep-de-grenoble-en-mars-2021-47481
      Ce rapport, comme les excellents articles de @davidperrotin (https://www.mediapart.fr/journal/france/110321/accusations-d-islamophobie-la-direction-de-sciences-po-grenoble-laisse-le-) et de @FrancoisCarrel (https://www.liberation.fr/societe/sciences-po-grenoble-une-semaine-de-tempete-mediatique-sur-fond-dislamo-g) montrent bien la gravité du comportement de KK au démarrage de cette affaire.
      Ils rappellent aussi le soutien dont il a bénéficié de la part de notre direction, d’une part, mais aussi de tous nos collègues, profondément choqués par les affichages.
      Nous avions assez rapidement écrit une tribune à de très nombreuses mains pour rappeler ce soutien, inviter notre collègue à ne pas envenimer les choses, et dénoncer les pressions politiques dont cette affaire était la manifestation : https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/03/17/professeurs-accuses-d-islamophobie-cette-affaire-est-une-illustration-des-pr
      Progressivement cette affaire commençait à passer, bon an mal an, même si elle avait laissé des traces. Jusqu’au dernier tour de piste de KK dans les médias, en décembre. Un tour de piste qui va mener Laurent Wauquiez à prendre cette décision honteuse.
      Si KK se décide à nous agoniser d’injure par voie d’interview, c’est que KK n’a pas supporté la relaxe de 17 étudiants renvoyés devant un Conseil de discipline délocalisé à l’Université de Clermont-Ferrand. Décision totalement indépendante de Sciences Po Grenoble.
      Lors de ce dernier tour de piste, KK dépasse toutes les limites. Il accuse notre institut d’être devenu un « camp de rééducation politique » et ses enseignants, surtout ceux qui sont arrivés récemment, d’endoctriner les étudiants avec les thèses woke et anticapitalistes.
      Ces propos nuisent gravement à la réputation de l’IEP sur des bases mensongères. Je suis reconnaissant à notre direction d’avoir engagé une procédure disciplinaire contre lui. Je remercie du fond du cœur @SSaurugger pour son courage et son sang-froid !
      Nous réussirons à en sortir renforcés. Car nous montrerons que le pluralisme et le souci du débat argumenté, rigoureux et respectueux sont plus forts que l’instrumentalisation et la mise au pas politique. On le doit à notre institution. On le doit au débat public.
      Et une dernière question à @laurentwauquiez : on en fait quoi du panneau bleu à l’entrée du bahut ? C’est vrai qu’il prend de la place, mais on commençait à s’y faire. Aucun problème pour le garder. Vous nous dites.

      https://twitter.com/SimPersico/status/1473298938602135555

    • Sciences-Po Grenoble : les mêmes intox pour un nouvel emballement

      Après l’annonce de la suspension d’un professeur accusé d’islamophobie à l’IEP de Grenoble, de nombreux politiques dénoncent une attaque contre la liberté d’expression. Mediapart revient sur les nombreuses #contrevérités relayées depuis.

      Il aura fallu attendre neuf mois pour qu’une nouvelle polémique éclate à propos de Sciences-Po Grenoble. L’Institut d’étude politique (IEP) fait de nouveau parler de lui depuis que Le Figaro a révélé que Klaus Kinzler, le professeur d’allemand qui dénonce une supposée « chasse idéologique » au sein de l’école, a été suspendu le 14 décembre pour quatre mois. Sabine Saurugger, directrice de l’institution, a pris cette mesure par #arrêté, avant de « saisir le conseil de discipline dans les meilleurs délais ». Cette suspension n’est toutefois pas une #sanction et l’enseignant conserve son traitement et ses indemnités le temps de la procédure.

      Selon le quotidien, la directrice lui reproche d’avoir tenu « des propos diffamatoires dans plusieurs médias contre l’établissement d’enseignement supérieur dans lequel il est en poste, ainsi que contre la personne de sa directrice », d’avoir en outre « gravement porté atteinte à l’#intégrité_professionnelle de ses collègues de travail », après une interview donnée sur CNews. Enfin, l’enseignant est aussi accusé d’avoir « gravement méconnu plusieurs obligations liées à son statut de fonctionnaire », comme « son obligation de #discrétion_professionnelle » et « son #obligation_de_réserve ».

      Il n’en fallait pas plus pour que l’emballement reprenne et que la direction de l’IEP soit accusée de « chasse aux sorcières ». De Marine Le Pen à Éric Zemmour, en passant par Valérie Pécresse ou Éric Ciotti, toutes et tous ont dénoncé cette décision qui serait une « grave atteinte à la liberté d’expression ». Plus étonnant encore, le président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a décidé de couper les aides accordées à l’institution, sans même attendre des éclaircissements de Sciences-Po, lui qui n’hésitait pas à voter deux subventions à l’ONG libanaise Nawraj, partenaire d’une association d’extrême droite et dirigée par l’ancien chef de milices chrétiennes responsables de nombreux massacres pendant la guerre civile.

      Sauf que les articles relayant la décision de la direction de l’IEP et les messages de soutien reposent en majorité sur des contrevérités et des #intox largement entretenues par la droite et l’extrême droite, et par le professeur Klaus Kinzler lui-même.

      Rappel des faits. L’affaire débute en mars 2020 lorsque Klaus Kinzler est, avec un autre enseignant, la cible d’affiches placardées sur la façade de l’IEP : « Des fascistes dans nos amphis Vincent T. […] et Klaus Kinzler démission. L’islamophobie tue. » Le syndicat étudiant Unef relaie l’action sur les réseaux sociaux, avant de tout supprimer.

      Comme le racontait Mediapart, ce collage, condamné unanimement, venait après d’intenses tensions autour d’une journée de débats nommée « Racisme, antisémitisme et islamophobie » et organisée dans le cadre d’une « semaine pour l’égalité et la lutte contre les discriminations ».

      Le professeur d’allemand s’en était pris à Claire M., sa collègue et enseignante d’histoire, et exigeait que l’intitulé soit reformulé. Celui-ci ayant été décidé après un vote des étudiants, elle avait refusé et argumenté en précisant « qu’utiliser un concept ne dispense pas d’en questionner la pertinence, de se demander s’il est opérant ».

      Mediapart racontait alors comment l’affaire avait été récupérée avec omission de nombreux détails. Klaus Kinzler reconnaissait lui-même avoir pu être violent à l’endroit de sa collègue et avoir révélé son nom publiquement, la mettant ainsi en danger.

      Alors pourquoi reparle-t-on de l’IEP de Grenoble ? Comme le révèle Le Figaro, la direction, qui n’a pas souhaité répondre à Mediapart, reproche deux récentes interviews accordées par Klaus Kinzler. Dans celle publiée par Marianne, le journal revient sur la relaxe de 17 étudiants passés en conseil de discipline et entretient la confusion en laissant penser que ces élèves pourraient être les auteurs des affiches placardées sur l’IEP. « C’est un blanc-seing pour ceux qui voudraient placer une cible dans le dos des professeurs », affirme Klaus Kinzler, qui dénonce la relaxe de ces 17 étudiants en lien avec l’Union syndicale Sciences-Po Grenoble (US), un syndicat qui avait fustigé « l’islamophobie des deux enseignants ». Le syndicat avait aussi appelé la direction de l’établissement à « statuer » sur le « cas » du professeur.

      Aucun étudiant n’a révélé les noms de professeurs

      Les étudiants sont en effet passés devant une commission disciplinaire. Elle faisait justement suite à une saisine de la directrice qui avait appliqué les recommandations d’un rapport de l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche diligenté en mars par la ministre Frédérique Vidal et rendu en mai.

      D’après la décision rendue par la section disciplinaire, consultée par Mediapart, les étudiants ont en effet été relaxés car « le seul appel à témoignage publié par l’US sur les réseaux sociaux (Facebook) ne peut être regardé comme constitutif d’une participation à la diffusion […] d’accusations de racisme et d’islamophobie à l’encontre des deux enseignants », Vincent T. et Klaus Kinzler.

      En effet, si les étudiants ont bien dénoncé le comportement des deux professeurs, ils n’ont jamais publié leurs noms publiquement. Par ailleurs, si la presse évoque le fait qu’un étudiant a été condamné par la section disciplinaire, cela n’a rien à voir avec cette affaire. D’après nos informations, une étudiante a fait l’objet d’une exclusion temporaire avec sursis pour dénonciation calomnieuse dans une affaire de violences sexuelles.

      Aucun nom d’enseignant n’a été révélé par le laboratoire Pacte

      Dans son interview à Marianne qui lui est aujourd’hui reprochée, Klaus Kinzler met également en cause le laboratoire de recherche affilié au CNRS et à l’IEP, #Pacte, qui l’aurait accusé publiquement de harcèlement à l’encontre de sa collègue. « Sans cette accusation publique de Pacte, les étudiants ne m’auraient jamais attaqué sur Facebook », précise-t-il.

      En réalité, le laboratoire, qui a effectivement affirmé « son plein soutien » à l’enseignante « attaquée personnellement », n’avait jamais nommé Klaus Kinzler et n’a pas non plus rendu public son communiqué. Il avait seulement été envoyé par mail aux personnes concernées et à la direction. Interrogé ce mardi, l’enseignant reconnaît que « le communiqué n’est pas public ». « Mais il était très maladroit et a quitté les murs de l’IEP », ajoute-t-il.

      Ce qu’aucun média ne précise en outre, c’est que Klaus Kinzler est le premier à avoir livré le nom de sa collègue Claire M. Après le communiqué de Pacte, il avait publié sur son site internet les échanges qu’il avait eus avec l’enseignante sans son accord. Comme lui, elle avait d’ailleurs reçu des menaces et bénéficié par la suite d’une protection policière.

      Lors d’une interview donnée sur Cnews et également dénoncée par la direction de l’IEP, Klaus Kinzler s’en était d’ailleurs pris, avec Pascal Praud, à la directrice de Pacte, Anne-Laure Amilhat. Elle avait ensuite reçu une vague de cyberharcèlement, avant de déposer différentes plaintes pour « diffamation et diffamation à caractère sexiste » contre le professeur et l’animateur, et pour « menace de mort » et « cyberharcèlement ».

      La direction de l’IEP a bien soutenu Klaus Kinzler

      Dans différents médias, Klaus Kinzler affirme aussi que la direction de l’IEP ne l’a « jamais protégé en un an » et qu’il n’a pas été soutenu.

      Là encore, les nombreux mails et documents consultés par Mediapart prouvent le contraire. Pour contester l’intitulé de la journée de débats, le professeur d’allemand a vivement attaqué Claire M., dans des mails-fleuves, en la traitant d’« extrémiste » ou en remettant en cause ses qualités scientifiques. Klaus Kinzler avait d’ailleurs reconnu lui-même sa violence, qu’il disait « regretter ». L’enseignante avait alors sollicité l’intervention de la direction, qui avait refusé de rappeler à l’ordre Klaus Kinzler, mettant en avant la liberté d’expression.

      Face à l’inaction de la direction, Claire M. avait même saisi le Défenseur des droits. Dans sa décision consultée par Mediapart, l’institution estimait que Klaus Kinzler et son collègue Vincent T. avaient « bafoué le droit au respect de Claire M. et que cette dernière n’a pas bénéficié du soutien de la direction ». Cette dernière avait seulement demandé à l’enseignant de s’excuser, alors que l’enseignante avait été placée en arrêt maladie.

      Interpellée par l’Union syndicale en janvier 2021, la direction de l’IEP avait encore rappelé l’importance de la liberté d’expression des enseignants et était par la suite accusée par l’Union syndicale de se cacher « derrière la liberté pédagogique pour défendre l’islamophobie ». Sollicité sur ce point, le professeur d’allemand le reconnaît là encore. « Vous avez raison, la direction m’avait d’abord soutenu en tentant un apaisement de la situation. Mais après, elle m’a abandonné en faisant le strict minimum. Elle aurait dû punir les étudiants immédiatement, sans attendre que les médias en parlent. »

      Les recommandations du rapport suivies à la lettre par la directrice

      En mars dernier, Klaus Kinzler envoie un mail à des étudiants qui avaient dénoncé le fait qu’il boive de l’alcool lors d’une réunion. Agacé, le professeur d’allemand avait signé : « Un enseignant “en lutte”, nazi de par ses gènes, islamophobe multirécidiviste ». Encore interpellée par l’Union syndicale, la direction de l’IEP n’avait pas réagi. Quatre jours après, les fameuses affiches le visant étaient placardées et la direction signalait les faits au procureur, avant de déposer plainte contre X.

      « C’est absurde de s’en prendre à la directrice de l’IEP, alors qu’elle a soutenu les deux enseignants depuis le début », s’agace un maître de conférences de l’IEP. Il rappelle en effet que #Sabine_Sarugger a suivi à la lettre les recommandations du rapport qui préconisait une action disciplinaire contre les étudiants de l’US. « Elle a saisi la commission de discipline. On ne peut pas aujourd’hui lui reprocher les relaxes alors que la commission a été dépaysée et est parfaitement indépendante », ajoute-t-il.

      Un rapport d’ailleurs salué par Klaus Kinzler. ​​« Je ne peux pas dire que je sois d’accord avec tout ce qui y est préconisé mais je dois reconnaître que les inspecteurs ont fait un travail d’enquête extraordinaire, interrogeant tous les protagonistes de l’affaire, soit des dizaines de personnes. Ils ont formulé de nombreuses recommandations extrêmement claires », juge-t-il dans Marianne.

      Dans ses conclusions, l’inspection estimait « que tous les acteurs de cette affaire ont commis des erreurs d’appréciation, des maladresses, des manquements et fautes, plus ou moins graves, plus ou moins nombreux ». Elle précisait aussi que Klaus Kinzler avait « porté atteinte à l’image et à la réputation du corps enseignant et, au-delà, de l’établissement, décrédibilisé une instance de l’Institut », et recommandait un rappel à l’ordre.

      Le professeur attaquait l’islam et « les musulmans »

      Dans ses différentes sorties, Klaus Kinzler vilipende une attaque contre la liberté d’expression et rappelle justement que la critique de l’islam doit être possible. « Je dois rappeler que, dans ces mails, je n’ai jamais critiqué les musulmans. J’ai même insisté assez lourdement sur ce point. Je n’ai parlé que du terrorisme et d’une vision archaïque de la femme qui ne me plaît pas dans l’islam », précise-t-il, toujours dans l’hebdomadaire.

      Si le professeur s’en prend vivement à l’islam et précise qu’il « préfère largement le Christ », les nombreux mails consultés par Mediapart montrent qu’il visait aussi les musulmans. C’est ce qui avait d’ailleurs choqué certains étudiants de cette religion. « Les musulmans ont-ils été des esclaves et vendus comme tels pendant des siècles, comme l’ont été les Noirs (qui aujourd’hui encore sont nombreux à souffrir d’un racisme réel) ? Non, historiquement, les musulmans ont été longtemps de grands esclavagistes eux-mêmes ! Et il y a parmi eux, encore aujourd’hui, au moins autant de racisme contre les Noirs que parmi les Blancs », écrivait-il. Il poursuivait sa mise en cause des musulmans en expliquant qu’ils n’ont pas jamais été « persécutés », « tués » ou « exterminés » comme l’ont été les juifs et qu’au contraire, on compterait parmi eux « un très grand nombre d’antisémites virulents ».

      « Sur les musulmans, ce sont un peu des évidences que je dis, 95 % des Français doivent être d’accord avec moi », justifie aujourd’hui Klaus Kinsler. « Vous revenez sur tous ces mails, mais je doute que cela intéresse les gens. Je ne me rappelle pas de tout. Aucun autre média ne retient des choses à me reprocher dans ces mails », finit-il par balayer.

      « Dans L’Opinion, Klaus parle de l’IEP comme d’un camp de rééducation. Ses interviews sont d’une violence inouïe et reposent sur de nombreux #mensonges complaisamment relayés par les médias qui l’interrogent », regrette l’un de ses collègues. Un autre confirme : « Non, l’IEP n’est pas un repère de “wokistes”. Quiconque vient ici s’apercevra qu’il n’y a aucune dérive communautariste. » Après la relaxe des étudiants, plusieurs professeurs de l’IEP avaient d’ailleurs vivement réagi par mail pour dénoncer cette décision. « Il y a des débats au sein de l’IEP mais ni pression idéologique ni chasse aux sorcières. »

      Dans un communiqué publié ce mardi, la direction de l’IEP réagit à la décision de Laurent Wauquiez et dénonce une décision politique. Elle rappelle également que « le soutien financier de la région […] ne consiste pas en des subventions mais essentiellement en l’attribution de bourses aux étudiants ».

      Klaus Kinzler, lui, se dit « fatigué par tout ça » et promet de « cesser les apparitions médiatiques dès demain ». Tout en regrettant que le débat « soit national plutôt que devant un tribunal », il insiste pour mettre en cause la directrice de l’IEP, qui a « voulu le faire taire » en l’empêchant de parler à la presse. Confronté aux nombreuses imprécisions ou contrevérités qu’il relaie lors de ses nombreuses interviews, il prévient : « On ne va pas refaire l’histoire du mois de mars. Un juge administratif tranchera. »

      https://www.mediapart.fr/journal/france/211221/sciences-po-grenoble-les-memes-intox-pour-un-nouvel-emballement

    • "Islamophobie" à l’IEP de Grenoble : « la chasse idéologique aux enseignants est ouverte »

      Au cœur d’une polémique pour s’être opposé au concept « d’islamophobie », un professeur de l’Institut d’études politiques de Grenoble, Klaus Kinzler, a vu son nom placardé sur les murs de l’établissement pendant qu’une association étudiante exigeait que la direction « statue sur son cas ». Ces mêmes étudiants ont récemment été relaxés par une commission disciplinaire. Un « blanc-seing » aux campagnes d’intimidation, estime, auprès de « Marianne », le professeur en question.

      Si Klaus Kinzler enseigne à l’Institut d’études politiques (IEP) de Grenoble, il n’y a pas donné cours depuis mars, après que son année universitaire a été perturbée par une vive polémique. Sur les murs de l’IEP, des affiches mentionnant son nom et le qualifiant d’« islamophobe » ont fleuri en début d’année. En cause : une querelle entre professeurs lors d’un échange de mails qui a fait grand bruit dans la communauté enseignante et étudiante de l’établissement. Klaus Kinzler s’y opposait à l’utilisation du terme « islamophobie » dans l’organisation d’une semaine de lutte contre les discriminations.

      (#paywall)
      https://www.marianne.net/societe/laicite-et-religions/islamophobie-a-liep-de-grenoble-la-chasse-ideologique-aux-enseignants-est-

    • La liberté académique est-elle en danger ?

      La liberté du chercheur serait aujourd’hui sérieusement menacée en France et aux Etats-Unis et, avec elle, la pratique même du métier. C’est la thèse d’#Olivier_Beaud, Professeur de droit public à l’université de Panthéon-Assas, auteur de l’ouvrage « Le savoir en danger » (PUF, 2021), et notre invité.

      https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/la-liberte-academique-est-elle-en-danger

    • Sciences-Po Grenoble : Laurent Wauquiez ou les ravages de la « #cancel_culture »

      Après qu’un professeur de l’IEP de Grenoble a été suspendu, Wauquiez a décidé de couper le financement que la région versait à l’établissement. La droite LR « cancel », l’extrême droite applaudit.

      La « cancel culture », c’est la droite qui la dénonce le plus mais c’est encore elle qui la pratique le mieux. Après qu’un professeur de Sciences-Po Grenoble, Klaus Kinzler, a été suspendu pour quatre mois de ses fonctions par la direction qui lui reproche d’avoir tenu des « propos diffamatoires », le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a annoncé vouloir suspendre les financements accordés à l’école par la collectivité.

      « Sciences-Po Grenoble est depuis trop longtemps dans une #dérive_idéologique et communautariste inacceptable, a tweeté Laurent Wauquiez. Ce n’est pas ma conception de la République : la région Auvergne-Rhône-Alpes suspend donc tout financement et toute coopération avec l’établissement. » Soit un soutien financier - environ 100’000 euros par an hors investissements sur projets - qui consiste à attribuer des bourses aux étudiants, à soutenir des formations continue pour faciliter l’accès à l’enseignement supérieur et à l’emploi, ainsi que l’action sociale.

      L’affaire remonte à décembre 2020, quand Klaus Kinzler, professeur de civilisation allemande, s’oppose de manière virulente, dans un groupe de travail, à l’utilisation du mot « islamophobie » lors d’un futur colloque. Il obtient gain de cause. Deux mois plus tard, son nom et celui d’un de ses collègues sont placardés sur des affiches par des étudiants les accusant d’être islamophobes et « fascistes ».

      Un institut de « rééducation politique »

      Dans le contexte inflammable lié aux polémiques sur l’« islamo-gauchisme », l’événement prend une ampleur nationale. Frédérique Vidal émet le souhait de voir les colleurs d’affiches sanctionnés. Le 26 novembre, seize des dix-sept étudiants de l’IEP poursuivis devant la commission de discipline de l’université de Clermont-Auvergne sont finalement relaxés. Une décision prise à l’unanimité, relate le Monde. Un seul étudiant sera sanctionné, une exclusion temporaire avec sursis.

      C’est à la suite de cette décision que l’affaire est relancée. Dans une interview à l’Opinion, l’enseignant Klaus Kinzler décrit Sciences-Po Grenoble comme un institut de « rééducation politique » en accusant un « noyau dur » de collègues, adeptes selon lui du « wokisme » ». Ce qui pousse la directrice de l’établissement, Sabine Saurugger, a prendre un arrêté dans lequel elle reproche à Klaus Kinzler d’avoir « gravement méconnu plusieurs obligations », notamment en matière de « discrétion professionnelle ». Et de le suspendre de ses fonctions pour une durée de quatre mois tout en conservant son traitement et ses indemnités, comme le révèle le Figaro. D’où la décision de Wauquiez de priver l’école de subventions...

      La direction de l’IEP dit regretter dans un communiqué une décision qui semble motivée par « un motif politique, davantage que par la réalité au sein de l’institution, alors même que l’IEP Grenoble-UGA aurait gagné du soutien de tous ses acteurs soucieux de l’intérêt de ses étudiants et de la communauté universitaire ». D’autant plus dans un contexte de cruel manque de moyen, de précarisation des étudiants et d’un rebond pandémique du Covid-19.

      Deux subventions à l’ONG libanaise #Nawraj

      En revanche, l’annonce de Laurent Wauquiez, qui fut lui-même ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de juin 2011 à mai 2012, a été chaleureusement accueillie par l’extrême droite. Le candidat néo-pétainiste à la présidentielle Eric Zemmour a salué sa façon de « couper court à l’infiltration de nos grandes écoles par l’islamo-gauchisme ». Suivi d’un « bravo ! » de Marine Le Pen. La droite LR cancel. L’extrême droite applaudit.

      A noter qu’en septembre 2020, Mediapart révélait que la région Auvergne-Rhône-Alpes, présidée par Laurent Wauquiez, venait de voter deux subventions (36’000 euros et 70’000 euros) à l’ONG libanaise Nawraj. L’association étant dirigée par #Fouad_Abou_Nader, un ancien chef des #Phalanges, ces milices chrétiennes responsables de nombreux massacres pendant la guerre civile.

      Un discours convenu et abondamment relayé par une certaine presse (le Point, le Figaro, Valeurs actuelles...) attribue sans détour la « cancel culture » au répertoire militant d’étudiants de gauche et d’universitaires menant des travaux sur les discriminations systémiques. Laurent Wauquiez et l’extrême droite font l’implacable démonstration que cette pratique n’est pas l’apanage du progressisme, elle peut tout aussi bien être réactionnaire, conservatrice et antisociale.

      https://www.liberation.fr/idees-et-debats/sciences-po-grenoble-laurent-wauquiez-ou-les-ravages-de-la-cancel-culture

    • Suspension de Klaus Kinzler à Sciences Po Grenoble : la lettre de 40 personnalités à Frédérique Vidal

      Dans une #lettre_ouverte, 40 personnalités, pour la plupart issues du monde universitaire, interpellent la ministre de l’Enseignement supérieur pour lui demander d’agir face à ce qu’ils perçoivent comme une censure imposée par un courant militant.

      Klaus Kinzler, enseignant à Sciences Po Grenoble, accusé d’islamophobie, s’est longtemps défendu en alertant les médias sur la dérive de son établissement et la chasse aux sorcières dont il se sentait victime. La direction vient de le suspendre au motif qu’il aurait bafoué son obligation de réserve et de discrétion.

      –-

      Lettre ouverte à Madame Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur

      Madame la ministre,

      La situation à l’IEP de Grenoble et les poursuites engagées contre notre collègue Klaus Kinzler démontrent, s’il en était besoin, que la liberté d’expression des universitaires, de même que leur liberté académique dans le cadre de leur enseignement et de leur recherche, libertés dont vous êtes la première garante, sont en péril dans notre pays.

      Depuis quelques années un courant militant -et se revendiquant comme tel- cherche à imposer, dans de nombreux établissements d’enseignement supérieur, en particulier dans le domaine des sciences sociales, un discours exclusif. Or c’est une chose d’accueillir de nouveaux champs d’études et de nouveaux paradigmes ; c’en est une tout autre de leur laisser acquérir une domination voire une hégémonie institutionnelle, alors même que leur pertinence scientifique fait l’objet, comme vous le savez, d’un intense débat intellectuel.

       » LIRE AUSSI - Sciences Po Grenoble, au cœur d’une passe d’armes politique

      Vous vous étiez vous-même émue de l’extension dans l’Université de ce que vous avez nommé « l’islamo-gauchisme » - qui est l’une des manifestations de ces dérives - et aviez annoncé un rapport sur ce sujet en février de cette année. Force est de constater que, près d’un an plus tard, ce rapport, sans cesse promis et sans cesse reporté, n’a toujours pas vu le jour.

      De même, nous attirons votre attention sur le rapport de l’Inspection générale que vous avez missionnée à l’IEP de Grenoble, relevant qu’« au terme de ses travaux, il ne fait pas de doute […] que ce sont les accusations d’islamophobie qui sont la cause de la grave détérioration du climat de l’IEP » (p. 2) et « qu’un climat de peur s’était installé depuis plusieurs mois parmi les étudiants de l’IEP du fait de cette utilisation par l’U[nion] S[yndicale] d’accusations (graves, puisqu’il s’agit de délits, voire de crimes tels que le viol) diffusées sur les réseaux sociaux contre tous ceux qui ne lui semblent pas partager ses positions » (p. 3). Or, il s’avère que la personne désormais poursuivie est celle-là même qui a alerté sur ces agissements et qui, nous vous le rappelons avec gravité, est menacée de mort pour cette prétendue « islamophobie » : notre collègue Klaus Kinzler. Et ces poursuites ont lieu au rebours des traditions de l’université française comme de la jurisprudence de la CEDH.

      Dans ce contexte, où la liberté d’expression est menacée par des sanctions disciplinaires, voire pénales ; où le pluralisme de l’enseignement et de la recherche est contrecarré par des manœuvres d’intimidation, et donc par l’autocensure croissante de nos collègues, en particulier des plus jeunes, puisque leur carrière en dépend ; où, enfin, un nombre croissant d’étudiants font part de leur inquiétude devant ce qu’ils ressentent comme une entreprise de formatage et de propagande, notre question est simple : que comptez-vous faire précisément, Madame La ministre ?

      Avec nos salutations les plus respectueuses,

      À VOIR AUSSI - Science Po Grenoble : Faut-il dissoudre l’UNEF ?

      Liste des premiers signataires

      Michel Albouy, professeur émérite en sciences de gestion, Université Grenoble Alpes

      Claudine Attias-Donfut, sociologue

      Sami Biasoni, essayiste, docteur en philosophie

      Christophe Boutin, professeur de droit public, Université de Caen-Normandie

      Jean-François Braunstein, professeur de philosophie, Université Paris 1 Sorbonne

      Pascal Bruckner, essayiste et philosophe

      Joseph Ciccolini, professeur des Universités - Praticien Hospitalier

      Albert Doja, professeur d’anthropologie, Université de Lille

      Laurent Fedi, université de Strasbourg

      Monique Gosselin-Noat, professeur émérite de littérature

      Yana Grinshpun, linguiste, Paris 3

      Philippe Gumplowicz, professeur de musicologie Université Evry-Paris-Saclay

      Nathalie Heinich, sociologue

      Emmanuelle Hénin, professeur de littérature, Sorbonne Université

      Hubert Heckmann, maître de Conférence en Littérature médiévale, Université de Rouen

      Mustapha Krazem, linguiste, université de Lorraine

      Arnaud Lacheret, associate Professor

      Anne-Marie Le Pourhiet, professeur de droit public à l’Université Rennes 1

      Andrée Lerousseau, maître de Conférence à l’université Lille 3 en Philosophie

      Samuel Mayol, maître de Conférence, Paris 13

      Michel Messu, professeur honoraire de philosophie

      Frank Muller, professeur émérite d’histoire moderne

      Observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires

      Bernard Paqueteau, professeur en Sciences Politiques

      Rémi Pellet, professeur à la faculté de Droit Université de Paris et à Sciences Po Paris

      Gérard Rabinovitch, philosophe

      Pascal Perrineau, professeur émérite des universités à Sciences Po

      François Rastier, linguiste, Directeur de Recherche émérite au CNRS

      Philippe Raynaud, philosophe, Paris II

      François Roudaut, professeur (Université Montpellier III)

      Xavier-Laurent Salvador, linguiste, Sorbonne Paris Université

      Perrine Simon Nahum, historienne et philosophe

      Jean Paul Sermain, professeur émérite de Littérature

      Jean Szlamowicz, linguiste

      Pierre-Henri Tavoillot, philosophe, Sorbonne-Université

      Pierre-André Taguieff, directeur de recherche au CNRS

      Thibault Tellier, professeur des universités, Sciences Po Rennes

      Dominique Triaire, professeur émérite de littérature française, Université de Montpellier

      Pierre Vermeren, professeur d’Histoire, université Paris I

      Christophe de Voogd, historien

      Nicolas Weill-Parot, directeur d’études à l’EPHE

      https://www.lefigaro.fr/vox/societe/suspension-de-klaus-kinzler-a-sciences-po-grenoble-la-lettre-de-40-personna

    • Sciences Po Grenoble : après l’éviction de Klaus Kinzler, Frédérique Vidal appelle à « la sérénité »

      La ministre de l’Enseignement supérieur, qui s’était émue de l’emprise de « l’islamo-gauchisme » à l’IEP de Grenoble, a été interpellée par des intellectuels.

      Alors que les réactions se succèdent, après la suspension par la directrice de l’IEP de Grenoble du professeur d’allemand Klaus Kinzler - dont le nom, en mars, avait été placardé sur les murs de l’école assortis d’accusation de « fascisme et d’islamophobie », la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, appelle « chacun à se remettre au travail dans la sérénité » . « Elle a demandé à l’inspection générale de renforcer son suivi et au recteur délégué de rester en contact avec la directrice pour accompagner l’établissement », expliquent ses services. Frédérique Vidal précise que cette suspension « n’entrait pas dans les préconisations » du rapport des inspecteurs généraux missionnés à l’IEP lors de la crise, mais que les relations entre un professeur et sa direction « sont du ressort des relations entre un employeur et un membre de son personnel » .

      Une réponse bien pâle, au vu des débats enflammés autour de l’affaire. Dans une tribune publiée mardi sur lefigaro.fr, 40 personnalités essentiellement issues du monde universitaire - dont le philosophe Pierre-André Taguieff, la sociologue Nathalie Heinich, le linguiste Xavier-Laurent Salvador, ou l’essayiste Pascal Bruckner- ont interpellé la ministre, dénonçant une censure imposée par un courant militant. « Vous vous étiez vous-même émue de l’extension dans l’Université de ce que vous avez nommé “l’islamo-gauchisme” et aviez annoncé un rapport sur ce sujet en février » , écrivent-ils, constatant que ce rapport n’est toujours pas venu. Ils rappellent aussi le rapport des inspecteurs généraux, rendu en mai, concluant que « les accusations d’islamophobie » étaient « la cause de la grave détérioration du climat » à l’institut et « qu’un climat de peur s’était installé ».

      Mercredi, c’est Richard Malka, l’avocat de Charlie Hebdo et de Mila, qui a pris la plume dans L’Express , déplorant « une injonction à courber l’échine » de la part d’une direction de l’IEP pour laquelle « il faut réduire au silence pour que plus aucun professeur, jamais, partout en France, n’ose contester le dogme naissant », écrit-il, décrivant « sur notre territoire, un petit Pakistan situé dans cette bonne ville de Grenoble » , « un laboratoire de la pensée stalinienne ». Sur Twitter, Manuels Valls, premier ministre lors du quinquennat Hollande, a soutenu quant à lui la décision de Laurent Wauquiez, président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes, de suspendre ses subventions à l’IEP.

      La ministre Frédérique Vidal s’en tient aux recommandations du rapport de l’inspection. « L’établissement a retrouvé le calme , explique-t-elle. Des rappels à l’ordre ont été faits aux enseignants qui avaient commis des maladresses. Une procédure à l’encontre des étudiants a été enclenchée devant la section disciplinaire de Clermont-Ferrand ». Celle-ci s’est soldée, en novembre, par la relaxe des étudiants poursuivis pour leur participation à la diffusion des accusations d’islamophobie. Après quoi Klaus Kinzler avait à nouveau pris la parole dans les médias, décrivant Sciences Po Grenoble comme un institut de « rééducation politique » et pointant une direction « otage » des « ultras ». Propos qui lui ont valu quatre mois de suspension et la convocation prochaine devant un conseil de discipline.

      https://www.lefigaro.fr/actualite-france/sciences-po-grenoble-apres-l-eviction-de-klaus-kinzler-frederique-vidal-app

    • Sciences Po Grenoble : « C’est Laurent Wauquiez qui porte atteinte à la liberté académique »

      Professeur à l’IEP Grenoble, le politologue #Yves_Schemeil dénonce un emballement médiatique autour de Klauz Kinzler, ce professeur d’allemand venant d’être suspendu.

      Et voilà l’IEP de Grenoble à nouveau au centre des polémiques. Le professeur d’allemand Klaus Kinzler a été suspendu par la directrice de l’institut d’études politiques, Sabine Saurugger, pour des « propos diffamatoires » contre l’établissement. L’enseignant avait été accusé d’ « islamophobie » par certains étudiants. Depuis, il dénonce dans les médias un climat de « terreur » et une « chasse idéologique » au sein de l’IEP. Laurent Wauquiez, président (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a annoncé suspendre tout financement (100.000 euros par an) à l’IEP, en raison d’une « dérive idéologique inacceptable ». Dans une tribune publiée par l’Express, Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo et Mila, est allé jusqu’à qualifier Sciences Po Grenoble de « petit Pakistan » et « laboratoire de pensée stalinienne ».

      Le politologue Yves Schemeil, professeur émérite à l’IEP Grenoble et ancien directeur de l’institut, dénonce pour sa part un #emballement_médiatique entretenu par un professeur absent des lieux depuis une longue période. Selon lui, les accusations de « wokisme » ou « d’islamo-gauchisme » ne correspondraient nullement à la réalité. « En réalité, il n’y a à l’IEP ni recherches ni enseignements portant sur le post-colonialisme ou sur le genre » déclare-t-il, alors que les étudiants seraient, très majoritairement, bien plus préoccupés par leur avenir professionnel que par les batailles idéologiques. Entretien.

      L’Express : Klaus Kinzler a été suspendu en raison de propos jugés « diffamatoires » contre l’IEP de Grenoble. Qu’en pensez-vous ?

      Yves Schemeil : Klaus Kinzler est un #PRAG, autrement dit un professeur agrégé du secondaire détaché à l’IEP. N’étant pas universitaire, il a pour seule obligation d’assurer des cours de langue. Malheureusement, il a été souvent absent de l’IEP ces dernières années, ce qui ne l’empêche pas de critiquer publiquement l’institution. Quand on est responsable d’établissement public on doit faire respecter le droit. C’est justement ce que la directrice a fait. L’arrêté de suspension qu’elle a signé ne prive pas ce collègue de traitement ; il ne peut simplement plus s’exprimer dans les médias en tant que membre de l’institution sinon il s’exposerait à des sanctions disciplinaires.

      Dans Le Figaro, 40 personnalités se sont inquiétées des menaces sur la liberté académique...

      Comme l’a rappelé Olivier Beaud, professeur de droit et auteur d’un livre dénonçant les menaces sur la liberté académique, celle-ci repose sur la liberté d’expression, certes, mais aussi sur la liberté d’enseigner et aussi sur la liberté de recherche, alors que Klaus Kinzler n’en fait pas. Par ailleurs, l’IEP est un lieu où l’on est libre de dire ce que l’on veut car on n’y a jamais censuré personne. Celui qui s’est comporté en censeur c’est Klaus Kinzler lui-même en refusant que le concept d’"islamophobie" soit mis sur le même plan que l’antisémitisme et le racisme dans l’intitulé d’un débat public. Les membres du groupe de travail chargé de le préparer étaient pourtant prêts à en discuter avec lui, mais il a apparemment refusé de faire des concessions. La liberté académique n’est donc pas du tout en cause dans cette affaire.

      Klaus Kinzler dénonce une dérive idéologique et un « endoctrinement » à l’IEP Grenoble...

      J’ai dirigé l’IEP de Grenoble de 1981 à 1987. Je peux vous assurer que son idéologisation était forte à l’époque. Dans un contexte anticapitaliste, des syndicalistes pouvaient séquestrer des responsables ou interdire l’accès à des locaux. Aujourd’hui, je travaille dans des équipes de recherche de l’institut aux côtés des personnes implicitement visées par Klaus Kinzler. Je peux vous certifier que je n’ai rien constaté qui corresponde à ce qu’il décrit. Chaque année, 5000 jeunes, souvent avec une mention très bien au bac, candidatent pour intégrer l’IEP de Grenoble. Ils veulent obtenir une bonne formation et un diplôme doté d’une valeur sur le marché du travail leur permettant ensuite d’accéder à des secteurs d’activité très variés. C’est ça leur priorité.

      En tant que professeur il m’arrive parfois de regretter que les débats sur les questions d’actualité ne soient pas plus fréquents. C’est dû au fait que les jeunes arrivant à l’IEP sont souvent de bons élèves persuadés qu’ils devraient connaître suffisamment un sujet avant d’oser en parler dans une salle de cours, encore moins émettre des critiques « révolutionnaires ». Un collègue qui se dit lui-même très à gauche a déclaré le 21 décembre sur Twitter que nous serions « le pôle le plus positiviste de France », s’étonnant ainsi de l’accusation selon lui imméritée d’être une maison anticapitaliste. Il est vrai qu’à Sciences Po Grenoble il n’y a que très peu de militants qui cherchent à mobiliser leurs collègues étudiants.

      Le rapport de l’Inspection générale avait estimé que tous les acteurs avaient commis des erreurs d’appréciation et des maladresses dans cette affaire, mais il mettait aussi en avant un « climat de peur » de la part d’étudiants...

      Il y a eu des maladresses de tous les côtés, c’est vrai. Une série d’erreurs a produit des effets beaucoup plus importants que leur cause ne l’aurait objectivement justifié. En ce qui concerne les étudiants actuels, une minorité a probablement un agenda politique, sur les questions de genre ou de violences contre les femmes. Mais dans l’ensemble, les étudiants sont très peu activistes. Et puis est arrivée cette histoire : certains ont dû estimer que c’était un bon vecteur de mobilisation. Il faut distinguer cet activisme critiquable des affiches dénonçant Klaus Kinzler et un de ses collègues, sur lesquelles on pouvait lire « des fascistes dans nos amphis. L’islamophobie tue ». On ne sait toujours pas qui en sont les auteurs, l’enquête policière ne semble pas avoir abouti, ce pourrait être n’importe qui. Au centre du campus, l’IEP a toujours attiré des groupes venant d’autres facultés, les responsables de cet affichage pourraient très bien venir d’ailleurs.

      Et que pensez-vous de la décision de Laurent Wauquiez de suspendre les financements de la région ?

      C’est une suspension, comme vous le dites. Pour l’instant, il s’agit plutôt d’un coup de menton qu’autre chose. Laurent Wauquiez ne peut pas couper du jour au lendemain les bourses régionales que perçoivent les étudiants. Il y a aussi des programmes de recherche en cours, qui ne sont pas soldés, leur financement n’étant complété qu’une fois qu’ils seront terminés. Concrètement, cette menace ne pourrait alors s’appliquer que l’an prochain, ou même ultérieurement. Pour l’instant, c’est seulement une déclaration destinée à montrer qu’on est ferme vis-à-vis d’une dérive supposée frapper l’université.

      Car la sortie de Laurent Wauquiez vise l’université dans son ensemble, où travaillent des personnes - étudiants et professeurs - dont il estime qu’elles ne lui sont pas favorables et qu’elles sont trop à gauche. Il a donc des motifs électoraux de saisir cette opportunité. Pour l’instant, cela ne m’inquiète pas, ce qui me préoccupe c’est qu’une autorité politique cherche à peser sur le contenu des enseignements et des recherches à l’université. Paradoxalement, ce sont donc Laurent Wauquiez et Klaus Kinzler qui portent atteinte à la liberté académique et non pas les membres de l’IEP de Grenoble.

      En défendant votre institution, n’êtes-vous pas dans le « pas de vague » ?

      Je n’ai aucun enjeu personnel ni conflit d’intérêts dans cette affaire, mais j’en connais bien les protagonistes et je travaille régulièrement dans les mêmes locaux qu’eux. Je constate simplement que le dossier de l’accusation est vide. Je suis de plus sidéré par l’ampleur que la polémique a pris. Je ne comprends pas que des éditorialistes considèrent, sans vérifier leurs sources, qu’il y aurait une proportion significative d’étudiants ou de professeurs adeptes de la culture dite « woke ». En réalité, il n’y a à l’IEP de Grenoble ni recherches ni enseignements portant sur le post-colonialisme ou sur le genre, ce qui pourrait être un jour un problème.

      L’islam, lui, est un sujet parmi d’autres, ni plus ni moins. Dans mes cours sur le Moyen-Orient j’ai dit des choses pour lesquelles j’aurais pu être critiqué si l’on était vraiment dans une situation où il ne faudrait pas discuter de ce qui touche à la conviction religieuse. En réalité, nous avons toujours eu sur ces sujets délicats des conversations très civiles, y compris avec des personnes de confession musulmane, françaises ou étrangères.

      Franchement, la situation décrite dans les médias ressemble tellement peu à ce que je connais ! Toute cette affaire est déconnectée de la réalité. Sur les plateaux de télévision c’est la course au buzz, on prend pour argent comptant tout ce que dit un homme qui sait parler aux médias et qui cherche peut-être à compenser ainsi ce qu’il perçoit comme une absence de reconnaissance à l’université. Mais l’histoire qu’il leur raconte est à dormir debout, c’est celle que les gens ont envie d’entendre, un récit selon lequel l’université serait noyautée d’islamistes ou de « décoloniaux ».

      Mais sur le fond, Klaus Kinzler n’a fait que protester contre l’usage d’un terme, « islamophobie », qui tend à assimiler la critique - légitime - d’une religion à l’hostilité contre un groupe de personnes, les musulmans. Cette notion est défendue par des groupes militants comme le CCIF...

      Je comprends les réticences vis-à-vis de ce terme. Dans le monde anglophone, la notion est utilisée pour décrire les discriminations contre les musulmans. En France, certains estiment qu’on ne peut pas associer ce terme à d’autres formes de racismes, d’autant que le CCIF ou d’autres activistes proches de l’islam radical cherchent à le placer au même niveau que l’antisémitisme. Le terme d’islamophobie n’est sans doute pas judicieux en français, mais en débattre était justement l’enjeu d’une discussion qui n’a finalement pu se dérouler jusqu’au bout, suite au retrait de Klaus Kinzler lui-même alors que le groupe avait choisi de mettre un point d’interrogation après le mot « islamophobie ». Le programme de recherche de la collègue à laquelle Klaus Kinzler s’est opposé porte sur l’antisémitisme musulman au Maghreb. Vous voyez qu’on est loin de l’islamophilie ! D’ailleurs, à cette époque les discussions au sein de l’IEP portaient sur toutes les discriminations et pas seulement envers des personnes de confession musulmane. Encore une fois, comme d’autres collègues, je n’ai jamais eu aucune difficulté de critiquer à l’IEP des décisions prises par des autorités arabes ou musulmanes. Et j’ai eu des étudiants de tous les pays.

      Pour résumer, l’utilisation d’un terme compris différemment dans le débat public français et dans les discussions académiques surtout anglo-saxonnes a engendré un faux problème. On ne doit pas en déduire qu’on ne peut plus discuter librement de l’islam à l’IEP. Klaus Kinzler se présente en lanceur d’alerte, mais l’institut qu’il dépeint ne ressemble pas à ce qu’il est vraiment. Il semble avoir perdu tout contact avec la réalité de Science Po.

      https://www.lexpress.fr/actualite/idees-et-debats/sciences-po-grenoble-c-est-laurent-wauquiez-qui-porte-atteinte-a-la-liberte

    • Sciences-po Grenoble : 5 minutes pour comprendre l’affaire Klaus Kinzler

      L’établissement a décidé de suspendre son professeur, accusé d’avoir proféré des « propos diffamatoires » dans les médias. A quatre mois de la présidentielle, la classe politique s’en mêle.

      Voilà des mois que Sciences-po Grenoble s’invite régulièrement dans les médias. Il faut remonter à il y a plus d’un an maintenant pour comprendre comment la direction a fini par suspendre l’un de ses professeurs, accusé d’avoir tenu des propos diffamatoires à son endroit.

      Klaus Kinzler, professeur d’allemand au sein de l’établissement, avait été nommément cité en mars dernier sur des affiches placardées sur les murs de l’IEP, accusé « d’islamophobie » et de fascisme.

      Comment a démarré cette affaire ?

      Tout a commencé en novembre 2020. En pleine deuxième vague Covid, se prépare à distance une « semaine pour l’égalité et la lutte contre les discriminations ». Plusieurs groupes de travail mêlant enseignants et étudiants sont constitués dans ce cadre. C’est dans l’un de ses groupes que vont se révéler des dissensions entre monsieur Kinzler et l’une de ses collègues au sujet de l’intitulé des débats dont leur groupe est en charge : « Racisme, antisémitisme et islamophobie ».

      Dans des échanges de courriels, Klaus Kinzler estime inadéquat le fait de classer au même rang la notion d’islamophobie avec le racisme et l’antisémitisme. Il confie notamment ne pas aimer « beaucoup » l’islam, qui lui fait franchement peur « comme elle fait peur à beaucoup de Français ». Sa collègue s’oppose à ses arguments.

      Leurs échanges, dont les étudiants du groupe sont également destinataires, finissent par dégénérer. La directrice de l’IEP, Sabine Saurugger demande à monsieur Kinzler de présenter ses excuses à sa collègue, ce qu’il fera par deux fois par mail. Le terme islamophobie est retiré de l’intitulé des débats.

      Mais la pression va rapidement remonter d’un cran. Le 7 décembre, entre deux courriels d’excuses de Klaus Kinzler, le directoire du laboratoire PACTE, auquel est rattachée l’enseignante, publie un communiqué (supprimé depuis). Sa directrice, Anne-Laure Amilhat Szary, tient à affirmer « son refus de tout comportement agressif et de tout argument d’autorité dans le débat scientifique ». Elle ajoute que « l’instrumentalisation politique de l’islam et la progression des opinions racistes dans notre société légitiment la mobilisation du terme islamophobie dans le débat scientifique et public. »

      Quelques semaines plus tard, des élus du syndicat étudiant de l’Union syndicale publient à leur tour un texte dans lequel ils dévoilent des extraits des courriels attribués au professeur. Le syndicat appelle la direction de l’établissement à « statuer sur son cas ». Il dépose plainte le 27 février pour discrimination syndicale. Elle sera classée sans suite.

      Pourquoi a-t-elle dégénéré ?

      Le 4 mars 2021, des collages sont placardés dans les locaux de l’IEP de Grenoble. Klaus Kinzler et l’un de ses collègues sont cités nommément. La tension monte d’un cran. « Sciences Porcs », « des fascistes dans nos amphis », « l’islamophobie tue », peut-on lire. Des étudiants publient des photos de ces écrits sur les réseaux sociaux. Le syndicat étudiant Unef relaie également l’opération sur les réseaux sociaux avant de se rétracter. Les noms des deux enseignants sont jetés en pâture. Ils sont placés sous protection policière. Une enquête est lancée.

      L’affaire prend alors une dimension médiatique. Klaus Kinzler est invité sur plusieurs plateaux de télévision pour livrer sa version des faits. Le 9 mars, il se montre notamment sur CNews dans l’émission de Pascal Praud. Le présentateur critique ouvertement Anne-Laure Amilhat Szary. Il dit voir en elle « le terrorisme intellectuel qui existe dans l’université ». Klaus Kinzler renchérit en la décrivant comme « un grand chercheur directeur de laboratoire de recherche [qui] se met en dehors de la science ». Qui « ne comprend pas la science ».

      À son tour, la directrice du laboratoire se retrouve harcelée sur les réseaux sociaux. Elle demande une protection fonctionnelle qui lui est rapidement accordée par sa tutelle, le président de l’université Grenoble-Alpes. Elle porte plainte en diffamation et diffamation à caractère sexiste contre son collègue et Pascal Praud. Mais aussi pour « menace de mort » et « cyberharcèlement ».

      Comment la direction a-t-elle réagi ?

      Après la diffusion des affiches, la directrice de l’IEP de Grenoble Sabine Saurugger avait estimé que ces dernières ont mis en danger « non seulement la vie des deux collègues, mais également l’ensemble des communautés étudiantes, enseignantes, personnel administratif ». Et de poursuivre, évoquant Klaus Kinzler : « Je pense qu’il y a un ton qui est extrêmement problématique dans ses propos, avec des idées qui sont développées parfois un peu rapidement, et donc un rappel à l’ordre et une incitation au dialogue ont été entrepris », par la direction.

      Sabine Saurugger estimait également que la demande faite par Klaus Kinzler aux étudiants de son groupe membres de l’Union syndicale de quitter ses cours était « clairement discriminatoire ».

      Frédérique Vidal, la ministre en charge de l’Enseignement supérieur, ne goûte alors que peu à ces déclarations. Plus tôt, elle avait demandé un rapport à l’inspection générale pour faire la lumière sur le déroulé des faits. Sur BFMTV, elle disait regretter l’attitude du syndicat étudiant, qui aurait dû selon elle se cantonner à son rôle, celui « d’être dans la médiation, pas de jeter les gens en pâture sur les réseaux sociaux ».

      Quelles sont les conclusions de l’inspection générale ?

      Dans ses conclusions, rendues le 8 mai dernier, l’inspection générale avançait « que tous les acteurs de cette affaire ont commis des erreurs d’appréciation, des maladresses, des manquements et fautes, plus ou moins graves, plus ou moins nombreux ». Une certaine inexpérience de la direction est relevée. Elle estime que Klaus Kinzler « a porté atteinte à l’image et à la réputation du corps enseignant et, au-delà, de l’établissement, décrédibilisé une instance de l’Institut ». L’inspection recommande de lui adresser un dernier rappel à l’ordre.

      Pour l’inspection, Anne-Laure Amilhat Szary aurait dû se voir notifiée « des fautes qu’elle a commises dans cette lamentable affaire ». Elle se trouve accusée d’avoir dramatisé la polémique dans son communiqué du 7 décembre. Mais aussi d’avoir contraint le corps enseignant à prendre position dans cette affaire et à choisir leur camp. « On se retrouve avec des agressés et des agresseurs renvoyés aux mêmes types de sanctions, c’est très problématique », commente-t-elle alors auprès de nos confrères du Monde. « La ministre a publiquement manifesté son indignation et son soutien quand le nom de mes collègues a été affiché, mais n’a pas réagi quand j’ai été à mon tour dangereusement menacée », poursuivait-elle.

      Une affaire devenue politique

      À moins de quatre mois de l’élection présidentielle, l’affaire Klaus Kinzler a pris une dimension politique. La direction de l’établissement vient de suspendre le professeur, accusé d’avoir tenu des propos diffamatoires contre l’établissement lors de ses passages à la télévision. Lancé dans une véritable croisade contre les pratiques qui seraient en cours au sein de l’IEP de Grenoble depuis plusieurs moi, Klaus Kinzler avait notamment décrit l’école comme un institut de « rééducation politique », accusant un « noyau dur » de ses collègues d’endoctriner des étudiants à la culture du « wokisme », face à une direction impuissante. Dans son arrêté de suspension, la directrice Sabine Saurugger estime que l’enseignant a « gravement méconnu à plusieurs obligations », notamment en matière de « discrétion professionnelle ».

      Cette sanction a fait bondir plusieurs personnalités politiques. Dans une tribune publiée chez nos confrères de l’Opinion, le député François Jolivet demande la mise sous tutelle de l’établissement, ainsi que l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur la situation des universités françaises.

      Chez Les Républicains, Valérie Pécresse se dit inquiète « de ce que la liberté d’expression ne soit plus assurée à l’IEP de Grenoble » et demande à Frédérique Vidal de diligenter une nouvelle mission d’inspection sur la situation. Elle a été suivie par Éric Ciotti, l’eurodéputé François-Xavier Bellamy et le président de la région Rhône-Alpes Laurent Wauquiez. Dans un communiqué de presse, il a annoncé sa décision de suspendre l’ensemble des financements de la région à l’établissement. Une décision saluée par Marine Le Pen sur les réseaux sociaux.

      Cette suspension des financements a été soutenue, à demi-mots, par le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, qui voit dans la suspension de Klaus Kinzler une « erreur formelle » de la part de la direction de l’établissement. « Je pense qu’il faut bien entendu réagir », a-t-il affirmé mercredi sur LCI, au sujet de la décision de Laurent Wauquiez, estimant qu’il faut toutefois éviter « les mesures spectaculaires ».

      Dans un communiqué de presse, la direction de l’établissement voit de son côté dans la suspension des financements de la région une décision politique. Elle précise que « le soutien financier de la région (…) ne consiste pas en des subventions mais essentiellement en l’attribution de bourses aux étudiants ». Elle appelle Laurent Wauquiez à revenir sur sa décision dans l’intérêt des étudiants. « L’IEP de Grenoble-UGA fait désormais l’objet d’accusations ineptes de dérive idéologique et communautariste, de wokisme ou encore de cancel culture, qui n’ont aucun fondement », poursuit le communiqué.

      https://www.leparisien.fr/societe/sciences-po-grenoble-5-minutes-pour-comprendre-laffaire-klaus-kinzler-21-

    • Le management contre les libertés académiques

      texte (toxique) d’#Alain_Garrigou

      Un professeur a été suspendu par la directrice de Sciences Po Grenoble pour avoir dénoncé dans la presse la politisation de son établissement. Le motif est surprenant — intimer l’ordre de se taire à un universitaire — et la sanction exceptionnelle. Au départ, une controverse sur l’usage du terme « islamophobie » que deux enseignants ne voulaient pas assimiler au racisme comme le faisaient certains de leurs collègues. Une querelle sur un mot que d’aucuns pourraient juger « byzantine ». Cela se gâte quand des affichettes, collées sur les murs de l’établissement, traitent les premiers d’islamophobes. Les esprits s’échauffent à la suite d’échanges interminables de mails, où chacun s’offusque en se considérant pris à parti devant des destinataires divers et variés, le tout dans un contexte de travail distanciel. Un syndicat étudiant a relaté ces messages sur les réseaux sociaux. Les deux enseignants reçoivent alors des menaces physiques. Traduits devant le conseil de discipline, des étudiants impliqués sont relaxés malgré un rapport d’inspection sévère. Puis, un enseignant concerné, Klaus Kintzler, donne deux entretiens à des médias alors que la directrice lui a demandé de ne pas s’exprimer. Il y accuse l’établissement de ne plus offrir les conditions de liberté académique sous l’influence de ce qu’il qualifie de « wokisme ». La sanction tombe au nom d’une autorité qu’on peut dire patronale. Ce qui rompt avec des usages universitaires de collégialité et de règlement arbitré des conflits. Il faut donc comprendre ce qui a changé, notamment depuis la loi Libertés et Responsabilité des Universités (LRU) de 2008, portée par la ministre de l’époque Valérie Pécresse, qui a institué leur autonomie de gestion.

      Les directions universitaires sont issues d’élections auxquelles participent des représentants des enseignants, des personnels administratifs, des représentants syndicaux et des personnalités extérieures. Le temps du mandarinat qui concentrait tout le pouvoir entre les mains des professeurs est bien révolu. On ne s’en plaindra pas mais il faut savoir que les nouvelles règles de gouvernance amorcées par la loi d’orientation de l’enseignement supérieur de 1968 et renforcées par la LRU de 2008 ont introduit la politique dans l’université à deux titres au moins : les élections sont un processus politique de coalitions nouées dans des manœuvres plus ou moins opaques et les considérations partisanes peuvent y avoir une place plus ou moins forte. Tout cela n’est guère transparent. Le plus souvent, le compromis régnait entre des gens soucieux de ne pas mettre en danger une institution fragile et de préserver les conditions de vie commune. Les libertés académiques étaient une sorte de mantra que chacun savait ne pas devoir attaquer par intérêt réciproque. L’épisode de Grenoble est à cet égard une première.

      Il ne faut pas comprendre ce genre de conflit à l’aune des psychologies et des personnalités mais par le contexte délétère qui occupe de plus en plus l’université française (1) À plusieurs reprises, des colloques ou séminaires ont été annulés ou des invitations révoquées au motif que tel ou tel intervenant ne plaisait pas. . Les spécialistes de sciences sociales préfèrent appliquer l’objectivation à d’autres qu’eux mais s’ils prétendent au titre de scientifique, il faut bien qu’ils s’y soumettent. Autrement dit l’affaire n’est qu’un révélateur de tensions accumulées dans l’université : d’un côté une raréfaction des places ; de l’autre, une prolétarisation des conditions sociales. Il est de plus en plus difficile de faire carrière et on y est de moins en moins bien traité et payé. La solution professionnelle de la promotion passait en principe par l’excellence et l’investissement dans le métier. Si cela ne paie pas, ou mal, ou lentement, l’humeur se tourne vers la protestation politique déclarée ou masquée. Le schéma correspond à celui classique de l’inflation des titres scolaires et aux mécanismes de frustration relative. Sur une trajectoire classique d’affirmation, les nouvelles générations cherchent à se différencier. Les différents thèmes de l’intersectionnalité conjuguent cette tentative de renouvellement. En se combinant avec une politisation plus ou moins revendiquée qui, pour les plus engagés, soutient qu’il n’est pas de science qui soit politiquement neutre. Pour les plus anciens universitaires, cela a un parfum de Mai 68. Notre propos n’est pas ici d’évaluer ces ambitions et leurs résultats sauf sur le plan politique. Cette radicalisation s’accompagne d’une contre-radicalisation dont l’affaire Kintzler est un exemple.

      Ce n’est pas un hasard si elle survient dans un Institut d’études politiques (IEP), un type d’établissement particulièrement concerné par la dérive managériale des universités. Dans le sillage de Sciences Po Paris, les IEP de province se sont transformés en business schools. Plus ou moins selon les cas. Avec cette situation extraordinaire d’un droit de regard du pouvoir sur leur direction. On ne s’étonne même pas que la présidence de la République puisse inspirer le choix du directeur de Sciences Po Paris. La surveillance est moindre sur la province mais il reste l’exemple d’une gouvernance de plus en plus proche du privé avec une direction qui se comporte comme des patrons d’entreprise. Les termes mêmes de la directrice sont suffisamment éloquents lorsqu’elle évoque son « devoir d’intervenir lorsque la réputation de l’institution est prise pour cible (...) et lorsqu’on attaque personnellement le personnel de l’établissement » pour en conclure que « dans ce cadre, je joue mon rôle d’employeur face à un membre du personnel ». Ce n’était pas la tradition universitaire où le doyen, en tant que président ou directeur, discutait avec les professeurs sans véritablement exercer d’autorité hiérarchique. Une sorte de primus inter pares assurait une direction collégiale. Non point qu’il n’y ait pas de disputes, voire pire, mais nul n’osait exhiber des sanctions. Sauf à déclencher un éclat de rires ou une franche désapprobation collective (2).

      Ce sont des universitaires qui occupent ces fonctions de direction. Et, comme il se doit, ceux qui ont le moins de goût et de talent pour l’enseignement et la recherche — mes excuses aux exceptions — et bien sûr le plus d’appétit pour les fonctions politiques et bureaucratiques. Leur idéal n’est pas de publier mais de présider. On ne doit pas s’étonner de l’embarras de la ministre de l’université sur sanction grenobloise : une « erreur formelle » selon le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer, la ministre Frédérique Vidal demandant que « chacun se remette au travail dans la sérénité » (3). Comment en serait-il autrement quand les ministres ont eux-mêmes mené une carrière d’apparatchiks d’université puis de ministère ? Ils se trouvent en quelque sorte en porte-à-faux, hostiles intellectuellement à certaines formes de radicalisation mais solidaires socialement de l’autorité bureaucratique. L’autre versant de cette autorité patronale ou managériale est la conversion salariale du statut d’universitaire. Les signes se sont accumulés depuis quelques années. Les professeurs subissent une relégation au statut de salarié qui les voue à une position défensive face à leur directeur ou président. Ces micros indicateurs témoignent des changements infimes qui, cumulés, font des universitaires des salariés comme les autres, tenus aux obligations de loyauté envers l’employeur et à l’obéissance. « Ne pas avoir de patron », un leitmotiv des anciens qui se consolaient ainsi dans les moments inévitables de doute. Que les prétendants d’aujourd’hui le sachent, il est peut-être trop tard.

      Depuis quand s’exprimer dans la presse est-il interdit aux universitaires ? Le coupable aurait mis en cause son établissement. S’agissant de liberté d’expression, la chose est assez importante pour la défendre dans la presse. Ayant subi pendant six ans des poursuites pour diffamation engagées par un conseiller d’un président de la République, Patrick Buisson, puis d’une entreprise de conseil financier (Fiducial), je n’imaginais pas que ce type d’action aurait pu venir de l’université. C’est une chose d’être attaqué en justice par des dirigeants politiques ou économiques qui défendent leurs intérêts contre la liberté d’expression, cela en est une autre de la part d’un corps professionnel qui perd alors sa raison d’être. La voie managériale peut amener à une autre solution. Avec ce nouvel épisode d’une crise où elle a montré qu’elle ne gérait pas « son » entreprise, la directrice de Sciences Po Grenoble aurait déjà dû démissionner. On a bien compris que son obstination était celle d’un chef d’équipe qui s’empare de principes de bon management pour s’en prendre aux autres plutôt qu’à soi-même. Au moins cela aura-t-il eu le mérite de rallier à la liberté académique des défenseurs qu’on ne soupçonnait pas comme Laurent Wauquiez, président du Conseil régional qui a supprimé une subvention à Sciences Po Grenoble. En réalité, faire de celui-ci et de ceux qui l’ont promptement applaudi, comme Marine Le Pen et Eric Zemmour, des défenseurs de la liberté académique est un tour de force comique.

      En sanctionnant, la directrice de Sciences Po Grenoble savait-elle ce qu’elle faisait ? Peut-on ignorer que chaque affaire de ce genre n’engage pas seulement des personnes mais le droit général de s’exprimer ? En ajoutant à la suspension l’annonce d’une plainte en diffamation, et indépendamment du fond de l’affaire, la directrice de Sciences Po Grenoble a engagé une poursuite bâillon contre l’un de ses enseignants (ce qui l’a aussitôt rendu célèbre dans les médias de droite et d’extrême droite). Forcément aux frais de l’institution. Il est probable que la direction agit comme n’importe quel politicien qui, accusé de malversation, répond immédiatement qu’il va porter plainte pour diffamation publique et… ne le fait pas quand son avocat lui explique qu’il n’a aucune chance. Sauf à se lancer dans une procédure qu’il sait perdue d’avance, mais qui aura valeur d’avertissement. Tout accusateur éventuel futur risque de payer cher ses divulgations. De fait il suffit d’être riche pour que l’intimidation fonctionne. Ou qu’une entreprise paie. Ce serait donc Sciences Po Grenoble qui paierait les frais de justice dans une plainte en diffamation avec constitution de partie civile ou non. Dans le premier cas, la plainte donne lieu automatiquement à une mise en examen, dans le second, à une simple incrimination. Dans les deux cas, cela occasionne des frais de justice (quelques milliers d’euros pour son avocat) et la menace d’une condamnation à payer les frais du plaignant et à lui verser des dommages et intérêts. La personne incriminée ou mise en examen a alors la base légale de la protection fonctionnelle. En l’occurrence, Klaus Kinzler devra faire une demande à la direction de son établissement pour obtenir la protection fonctionnelle (loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 11). S’il s’agissait de repousser les limites du ridicule, c’est déjà réussi.

      https://blog.mondediplo.net/le-management-contre-les-libertes-academiques

    • cgt : Soutien aux personnels de Sciences Po Grenoble

      Nous dénonçons fermement la décision du Président de Région Laurent Wauquiez de suspendre tous les financements à Sciences Po Grenoble, et la surenchère politique qui s’en est suivie, notamment avec l’intervention du ministre de l’Éducation Nationale Jean-Michel Blanquer. Ces décisions unilatérales et cette surenchère, encourageant les préjugés de l’idéologie d’extrême droite sur une prétendue diffusion de « cancel culture » ou de « wokisme » ou encore d’« islamo-gauchisme » à l’Université, posent un grave problème remettant en cause l’autonomie des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et la liberté académique, garante d’un service public d’ESR de qualité.

      Pour toutes ces raisons, ces décisions et cette instrumentalisation politico-médiatique doivent faire l’objet d’une réaction publique forte du Président de l’UGA pour permettre aux collègues de Sciences Po de travailler dans des conditions acceptables, ce qui n’est pas le cas actuellement. Les collègues vivent une pression et une violence forte, c’est inacceptable. Cette prise de position de la Présidence a été demandée à plusieurs reprises, notamment lors du Conseil Académique du 14 octobre 2021.

      La CGT Université de Grenoble réaffirme toute sa solidarité envers les collègues de Sciences Po Grenoble qui travaillent aujourd’hui sous une pression particulièrement forte : outre cette pression médiatico-politique et les entraves aux libertés académiques qui les empêchent de travailler dans des conditions sereines, l’ensemble des personnels de Sciences Po, enseignant.es, enseignant.es-chercheurs.ses et personnels administratifs et techniques, subissent des conditions de travail particulièrement dures depuis des mois déjà, ayant conduit à de nombreuses alertes dont une alerte pour Danger Grave et Imminent, restées à ce jour sans réelle réponse.

      –-

      Motion du conseil académique de l’UGA du 14 octobre 2021
      Adoptée à l’unanimité

      Le conseil académique de l’UGA apporte son soutien aux collègues du laboratoire Pacte soumis cette année à des menaces particulièrement violentes dans l’exercice de leur activité de recherche.

      Dans un contexte où certaines disciplines, notamment en sciences humaines et sociales, font face à des attaques médiatiques, politiques, ministérielles, qui mettent en danger la liberté académique, le conseil académique confirme la légitimité entière de ces disciplines et des collègues qui y inscrivent leurs travaux.

      Il appelle la présidence de l’UGA à s’associer publiquement à ce soutien et à la défense de la liberté académique contre tous ceux qui tentent de la remettre en cause.

      Le conseil académique réaffirme son attachement à l’article L141-6 du code de l’éducation : « Le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique. »

      https://academia.hypotheses.org/33761

    • « Anciens étudiants de Sciences Po Grenoble, nous souhaitons défendre la liberté académique »

      Un collectif regroupant 770 anciens étudiants de Sciences Po Grenoble déplore, dans une tribune au « Monde », la médiatisation dont fait l’objet leur école et regrette l’intervention de dirigeants politiques, tel Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui a décidé d’arrêter de financer cette institution.

      Tribune. Depuis plusieurs mois, l’Institut d’études politiques (IEP) de Grenoble est le centre de nombreuses polémiques, avec en point d’orgue, le 14 décembre 2021, la suspension pour quatre mois d’un professeur pour cause de manquements aux obligations liées au statut de fonctionnaire. Nous, anciens étudiants et anciennes étudiantes de l’IEP de Grenoble, provenant de tous horizons, observons avec désarroi les différentes prises de position venant de personnalités élues, de ministres, d’universitaires et d’une partie de nos camarades à l’encontre de notre école.

      Nous condamnons toutes les violences dont ont été victimes les enseignants et enseignantes, les chercheurs et chercheuses, et les étudiants et étudiantes. Des enquêtes sont en cours, et nous laissons aux personnes compétentes le soin de prendre les décisions qui seront nécessaires.

      Inquiétude

      Si nous tenons à prendre la parole aujourd’hui, c’est avant tout pour prendre du recul sur la situation et faire part de notre inquiétude concernant l’ingérence potentiellement dangereuse des pouvoirs publics dans les affaires académiques, et l’instrumentalisation politique de cette affaire dont nous sommes témoins et qui nous est profondément intolérable.

      L’IEP de Grenoble, à l’instar d’autres universités françaises, est accusé de dérive idéologique, et ce aux dépens de la pluralité de la recherche en sciences sociales. Ce type d’accusation témoigne non seulement d’une méconnaissance de la variété et de l’étendue des champs de recherche, mais aussi de la qualité de la recherche au sein des laboratoires Pacte de recherche en sciences sociales, Cerdap2 (Centre d’études et de recherche sur la diplomatie, l’administration publique et le politique), Cesice (Centre d’études sur la sécurité internationale et les coopérations européennes), et à l’IEP, dont les sujets mis en accusation ne forment d’ailleurs qu’une part marginale.

      Nous condamnons fermement la normalisation de termes conceptuellement infondés, empruntés à l’extrême droite, dans la presse, et le discours politique, qui mettent en cause la rigueur scientifique des enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses de notre école ; et nous apportons notre soutien à celles et à ceux qui travaillent sur les concepts de racisme, d’antisémitisme et d’islamophobie, et sur les sujets d’égalité et de lutte contre les discriminations en général.

      Nous nous insurgeons contre la décision annoncée du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, de mettre fin aux financements régionaux à destination de l’IEP de Grenoble. Pour rappel, le soutien financier de la région comprend l’attribution de bourses aux étudiants et étudiantes en difficulté, le soutien à l’action sociale et les projets de formation continue, notamment pour faciliter l’accès à l’enseignement supérieur et à l’emploi : ce sont donc les élèves qui sont le plus dans le besoin qui en pâtiront le plus.

      Récupération politique

      Nous souhaitons aussi alerter sur la gravité d’une telle décision politique, d’ailleurs soutenue par les candidats et les candidates d’extrême droite à l’élection présidentielle, et défendre la liberté académique. Nous sommes en désaccord avec celles et ceux qui souhaitent garantir la liberté académique « à la carte », utile pour diffamer l’IEP dans les médias, gênante lorsqu’elle aborde le sujet des discriminations. Nous tenons profondément à la diversité des idées et nous jugeons primordial que des débats pluriels puissent continuer à exister au sein de l’IEP dans le cadre prévu par la loi.

      Parce que nous tenons à notre école, celle qui a encouragé le développement et la consolidation de notre esprit critique et de notre conscience citoyenne, nous souhaitons alerter sur la dangerosité de telles pratiques, qui mettent en péril le pluralisme de la pensée. Nous craignons le fait qu’un pouvoir politique puisse prendre la décision unilatérale de couper les financements d’une université.

      A l’avenir, les différents acteurs publics (Etat ou collectivités territoriales) pourront-ils décider de façon discrétionnaire de supprimer des financements à chaque université qui ne promouvrait pas leur ligne politique ? Nous trouvons en outre inquiétant que certains appellent à ce que l’Etat intervienne, au-delà du cadre prévu par la loi, dans ce qui est enseigné et étudié à l’université.

      Enfin, nous déplorons ce battage médiatique autour de notre école, qui nuit aux étudiants et étudiantes, que la pandémie affecte déjà profondément. Cette récupération politique les rend inaudibles. A l’instar du rappel à la réalité des équipes pédagogiques de l’IEP du 4 janvier, ce sont bel et bien les étudiants et étudiantes qui sont le plus à même de décrire leur réalité quotidienne, et c’est leur parole qui doit primer pour témoigner de ce qu’est réellement notre IEP.

      Les rédacteurs de cette tribune sont : Annaïg Antoine (promotion 2012), cadre dans une association financière internationale ; Marianne Cuoq (promotion 2012), urbaniste, et Léa Gores (promotion 2015), cadre de la fonction publique territoriale.

      https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/01/14/anciens-etudiants-de-sciences-po-grenoble-nous-souhaitons-defendre-la-libert

    • Sciences Po Grenoble se cherche un nouvel avenir

      L’institut d’études politiques fait face à d’incessantes polémiques depuis un an, érigé par la droite en symbole des « #dérives_communautaristes » dans l’enseignement supérieur.

      Parmi quinze candidats, cinq (dont trois anciens élèves) ont été conviés pour un entretien d’embauche, le 10 janvier, à l’institut d’études politiques (IEP) de Grenoble. L’enjeu est de taille : recruter la directrice ou le directeur de la communication, capable de contribuer à sortir de la crise un établissement passablement affaibli depuis un an.

      La dernière secousse est intervenue le 20 décembre 2021, quand Laurent Wauquiez, président (Les Républicains) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a annoncé dans un tweet qu’il suspendait les financements, soit 100 000 euros par an consacrés aux bourses et à la mobilité étudiante, en raison de la « longue dérive idéologique et communautariste » de l’école. Une « dérive » qui viendrait, selon lui, du franchissement « d’un nouveau cap » avec la suspension, pour une durée de quatre mois, d’un professeur d’allemand en poste depuis vingt-six ans à l’IEP : Klaus Kinzler.

      Agé de 62 ans, l’homme est devenu une personnalité très appréciée des médias pour sa verve à dénoncer l’idéologie et l’intolérance qui caractériseraient de jeunes collègues et surtout des étudiants activistes. En février 2021, il n’a pas hésité à qualifier – avec une forme d’« humour », plaide-t-il – ces étudiants d’« ayatollahs en germe » dans un mail signé « “Un enseignant en lutte”, nazi de par ses gènes, islamophobe multirécidiviste ».

      Le 8 décembre 2021, dans L’Opinion, il affirme que « Sciences Po Grenoble n’est plus un institut d’études politiques, mais d’éducation, voire de rééducation politique ». Une expression travestie en « camp de rééducation » lorsqu’elle est reprise en gras dans le titre de l’article. La référence implicite au régime des Khmers rouges au Cambodge est violente, et se répand comme une traînée de poudre à l’IEP comme dans la classe politique, notamment à droite, en plein combat contre la nébuleuse « woke » qui infiltrerait les universités françaises.

      Quelques jours plus tard, le 15 décembre, Sabine Saurugger, directrice de l’IEP, suspend le professeur, dans l’attente de la saisine d’un conseil de discipline : « Parler de “camp de rééducation” porte atteinte à l’intégrité de l’établissement et à la formation offerte par les enseignants », justifie-t-elle.

      Les propos de Klaus Kinzler sont « nuisibles à l’institution et basés sur beaucoup de mensonges, appuie Simon Persico, professeur de science politique. Les enseignants-chercheurs ressentent une lassitude et de profondes blessures. On attendait une réaction, elle est venue. » Klaus Kinzler « s’est exclu tout seul, ajoute Gilles Bastin, professeur de sociologie. Il se radicalise, et ses propos sont grotesques. Il nous utilise dans un combat politique qui n’a plus rien à voir avec nous. »

      « Petit bijou académique »

      Auprès du Monde, Klaus Kinzler dénonce le titre choisi par L’Opinion « puisqu’il ne s’agit pas des mots qui figurent dans l’entretien ». Néanmoins, il n’a fait parvenir aucun droit de réponse, préférant réserver ses prochaines interventions médiatiques à une échéance proche, le 2 mars, date de la publication de son ouvrage L’islamogauchisme ne m’a pas tué (éd. du Rocher).

      Cette sortie marquera une date anniversaire, un an après la découverte sur les murs de l’institut, le 4 mars 2021, des noms des professeurs Klaus Kinzler et Vincent Tournier, accolés à cette phrase : « Des fascistes dans nos amphis. L’islamophobie tue. » Une photo des collages avait été brièvement diffusée en ligne par la section UNEF de Grenoble, avant d’être retirée, le syndicat national condamnant vigoureusement « tout lynchage public ». L’enquête de police est toujours en cours pour identifier les poseurs d’affiches. « Dans ma famille, au repas de Noël, on n’a parlé que de cela. Je n’en peux plus, lâche Théo (le prénom a été modifié), étudiant en master. Sur les réseaux sociaux, je me fais traiter de tous les noms, car je suis de Sciences Po Grenoble. »

      « On tape sur un petit bijou académique et d’enseignement, c’est tout à fait injuste ! regrette Sonja Zmerli, professeure de science politique, qui souligne l’enthousiasme de collègues étrangers à collaborer aux travaux scientifiques qui y sont menés. Ce sont des collègues soucieux de leur réputation académique qui ne viendraient pas s’ils avaient un quelconque doute. »

      Comment en est-on arrivé là ? Fondé en 1948, l’IEP grenoblois, l’un des plus anciens, a bénéficié d’une évaluation plus que favorable du Haut Conseil à l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) qui saluait, en mai 2020, « la grande qualité de l’accompagnement des étudiants » et ce, après avoir surmonté d’importantes difficultés financières.

      « On est tous un peu sur les nerfs »

      Tout remonte au 30 novembre 2020, lorsque éclate par mail – en plein confinement – un conflit sémantique entre Klaus Kinzler et Mme M. (qui n’a pas souhaité répondre aux sollicitations du Monde), enseignante-chercheuse en histoire, membre junior de l’Institut universitaire de France (IUF). En cause : l’usage du mot « islamophobie » auprès des mots « racisme » et « antisémitisme », ces trois thèmes devant servir à définir le contenu d’une table ronde organisée en janvier 2021, à l’occasion d’une « semaine pour l’égalité ».

      L’historienne soutient que l’islamophobie est « un concept heuristique utilisé dans les sciences sociales » pour « désigner des préjugés et des discriminations liées à l’appartenance, réelle ou fantasmée, à la religion musulmane ». Le professeur d’allemand, lui, y voit une possible « arme de propagande d’extrémistes plus intelligents que nous », allusion notamment au Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), qui vient de s’autodissoudre quelques jours après l’assassinat de Samuel Paty, après avoir été accusé par le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, de diffuser une « propagande islamiste ».

      Un an plus tard, le sujet est loin d’être tranché à l’IEP, même si chacun s’accorde à dire que si cette dispute avait eu lieu dans une réunion classique, à l’oral, jamais elle n’aurait débouché sur une telle crise. « Mes collègues se sont chacun sentis agressés, car ils ne parlaient pas forcément de la même chose », décrypte Dorian Guinard, maître de conférences en droit.

      Du point de vue juridique, juxtaposer la critique d’un dogme – l’islamophobie – à deux délits pénaux – le racisme et l’antisémitisme – pose « un problème d’équilibre des notions », poursuit-il. « Mais une majorité de sociologues, notamment anglo-saxons, définissent l’islamophobie comme la haine des musulmans. En France, il existe un délit pénal pour cela, c’est la haine religieuse. Voilà ce que dit le droit, et je pense sincèrement que cela a manqué dans cette affaire. »

      Invités par la direction à ne pas s’exprimer publiquement pour protéger l’institution, nombre d’enseignants souhaitent désormais prendre la parole, « tant les médias ont brodé autour des faits », lâche l’un deux. Le 19 novembre 2021, la communauté a été prise de court par la relaxe, par la commission disciplinaire de l’université Clermont-Auverge, où l’affaire avait été dépaysée, des dix-sept étudiants poursuivis pour leur participation à la diffusion des accusations d’islamophobie visant Klaus Kinzler et Vincent Tournier. Par un « appel à témoignages » publié sur Facebook début 2021, l’Union syndicale (US) Sciences Po Grenoble invitait les étudiants à dénoncer anonymement les propos islamophobes qui auraient pu être tenus dans le cours sur l’islam et les musulmans de France dispensé par Vincent Tournier.

      Depuis, l’US a été dissoute, remplacée par l’Organisation universitaire pour la représentation syndicale étudiante (Ourse), majoritaire dans les instances. « Le travail de remontée d’information est normal pour un syndicat, même s’il y avait peut-être d’autres moyens qui auraient engendré moins de tensions que l’appel à témoignages sur Facebook », concède l’un des nouveaux élus, Nicolas Duplan-Monceau.

      « On est tous un peu sur les nerfs, confie l’historien Aurélien Lignereux. Il n’y a pas eu de sanction alors qu’il y a eu provocation. Cela favorise les préjugés défavorables sur l’établissement au risque de dissuader des candidats de se présenter au concours. »

      Le poison #sciencesporcs

      Mi-octobre 2021, l’UNI, syndicat de droite, a relancé la polémique en dénonçant « un nouvel acte de soumission à l’idéologie woke et à l’islamisme » lorsque l’association #Cafet’en_Kit a cru que son nouveau fournisseur lui livrait exclusivement des produits halal – en réalité 30 %. La direction avait alors rappelé à cette association que la distribution d’aliments « allant à l’encontre des principes de laïcité et de neutralité » était interdite.

      A cette confusion ambiante s’ajoute un autre sujet qui empoisonne l’IEP depuis bientôt un an : la vague #sciencesporcs, qui vise à dénoncer massivement sur les réseaux sociaux tout acte de violence sexiste, sexuel ou de harcèlement subi par des étudiants au cours de leur scolarité. La déferlante de témoignages a bouleversé les relations humaines, comme le relève dans son rapport publié en mai 2021 l’Inspection générale de l’éducation du sport et de la recherche, qui évoque un règne de la « terreur » pour amener à dénoncer de possibles coupables. Simon Persico a sondé ses étudiants, qui lui ont décrit « une ambiance un peu délétère liée aux nouvelles formes de radicalité. Pour une toute petite poche, la mobilisation est très vive, voire violente sur les réseaux sociaux », rapporte-t-il. Dans quelques jours, avec les première année, Dorian Guinard débutera son cours « par quelque chose qu’[il] ne fai[t] pas d’habitude : rappeler ce que sont les délits pénaux, notamment le harcèlement et le cyberharcèlement, car clairement il y a eu des dérapages », estime-t-il.

      Pour reprendre la main sur tous les fronts, Sabine Saurugger s’apprête à déployer une « stratégie » offensive, en organisant des controverses scientifiques précisément sur les sujets qui crispent le débat national. « Nous allons nous efforcer d’être plus visibles médiatiquement en invitant des intervenants qualifiés pour discuter de manière académique sur la liberté d’expression, la liberté académique, la religion, la laïcité…, annonce la directrice, qui a pris ses fonctions le 1er février 2020, un mois avant le confinement. L’important est de montrer que l’image qui est dépeinte dans les médias ne correspond pas à la réalité. »

      « Un peu désemparé » par cette folle année, le président du conseil d’administration, Jean-Luc Nevache, veut à tout prix éviter un duel « Sciences Po contre Klaus Kinzler » à l’occasion de la sortie de son livre. « Cela ne nous intéresse pas, cadre le président de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA), ancien élève de l’IEP. Seuls nous importent les étudiants et leur avenir, les enseignants et les chercheurs qui soutiennent des débats universitaires sérieux et publient dans des revues à comité de lecture pour contribuer au débat international sur les sciences sociales. » Ce que semblerait ignorer l’un des membres du conseil d’administration qui n’y a jamais participé : Laurent Wauquiez.

      https://www.lemonde.fr/campus/article/2022/01/17/sciences-po-grenoble-se-cherche-un-nouvel-avenir_6109738_4401467.html

  • #Toulouse : nous continuerons à squatter vos maisons vides !
    https://fr.squat.net/2021/12/11/toulouse-nous-continuerons-a-squatter-vos-maisons-vides

    La rentrée des squats 2021 n’a pas été de tout repos cette année à Toulouse. Les propriétaires, leur nervis, les flics et les journalistes à leurs bottes n’ont pas manqué d’imagination et ont utilisés tous les sales moyens à leur disposition pour défendre leur PROPRIETE PRIVEE. La propriété privée qui permet de laisser ou d’envoyer […]

    #83_avenue_de_Fronton #affaire_Roland #Bourrasol #expulsion #fachos #Izards #loi_ASAP #médias #ouverture #Saouzelong

  • „Deutliche Einschränkung der Versorgung droht“ Berliner Charité warnt vor Überlastung der Intensivstationen
    https://m.tagesspiegel.de/berlin/deutliche-einschraenkung-der-versorgung-droht-berliner-charite-warnt-vor-ueberlastung-der-intensivstationen/27756552.html

    Le message est clair : donnez-nous plein de fric, dit le chef de l’hôpital berlinois "Charite" . Avec le nombre croissant de contaminés son système reqiert une injection pécunière afin de garantir sa santé financière. Il exprime explicitement le chantage envers la ville et ses citoyens : Si vous ne vous exécutez pas, on laissera mourir autant d’habitants qu’il nous semble approprié pour arriver à nos fins.

    Die Corona-Zahlen steigen. Doch weil Pflegepersonal fehlt, gibt es weniger Intensivbetten als vor einem Jahr. Der Charité-Chef fordert wieder Freihaltequoten.

    Angesichts stark steigender Corona-Zahlen warnt die Charité vor einer Überlastung der Intensivstationen. Die Zahl der Patienten sei in den vergangenen Tagen merklich gestiegen, sagte Martin Kreis, im Vorstand für die Krankenversorgung in Deutschlands größter Universitätsklinik zuständig, der Deutschen Presse-Agentur.

    Insbesondere unter Ungeimpften sei von einem deutlichen Anstieg an Neuinfektionen auszugehen. „Aktuell sind etwa 90 Prozent der Covid-19-Patientinnen und Patienten in der Charité nicht geimpft“, sagte Kreis. Wenn es nicht gelinge, die Impfquote deutlich zu steigern, werde das infolge der Behandlungen in Krankenhäusern zu massiven Einschränkungen in den Kliniken führen.

    In internen E-Mails der Berliner Universitätsklinik heißt es, man müsse sich für den Winter auf eine „hohe Belastung“ einstellen. Namhafte Mediziner erwarten, dass die Charité wie vergangenen Winter planbare Behandlungen verschieben werde, dass der Krankenhausvorstand also den Regelbetrieb einschränkt, um die erwarteten Covid-19-Neufälle versorgen zu können.

    „Wenn sich diese Entwicklung entlang der Prognosen fortsetzt und keine Gegenmaßnahmen ergriffen werden, droht in den nächsten Wochen auch eine deutliche Einschränkung der Versorgung der Nicht-Covid-19-Patientinnen und Patienten“, sagte Kreis. Verschärft werde die Situation dadurch, dass bundesweit deutlich weniger Intensivbetten zur Verfügung stünden als noch vor einem Jahr. Hintergrund sei ein deutschlandweiter Rückgang beim Pflegepersonal.
    Charité-Chef: Ohne Freihaltequoten Versorgung nicht zu gewährleisten

    Die vorhandenen Intensivbetten seien derzeit vor allem mit Menschen belegt, die nicht am Coronavirus erkrankt seien. Dadurch stünden kaum freie Betten für die Covid-19-Versorgung zur Verfügung. Der Vorstandschef der Charité, Heyo Kroemer, forderte: „Wir benötigen dringend wieder die Einführung von Freihaltequoten bei den Intensivbetten.“ Dies ermögliche es den Krankenhäusern, ausgewählte Behandlungen zu reduzieren und Verlegungen zwischen den Häusern planbar zu organisieren.

    #covid-19 #Allemagne #médecine #affaires #capitalisme

  • Abus sexuels dans l’Église : le Nord - Pas-de-Calais particulièrement concerné
    https://actu.fr/societe/abus-sexuels-dans-l-eglise-le-nord-pas-de-calais-particulierement-concerne_4545

    Le nombre de 216 000 victimes de crimes sexuels par des prêtres de 1950 à 2020 en France a été mis en avant par la CIASE, commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église, qui vient de rendre son rapport (appelé rapport Sauvé). Quels sont les chiffres par région, par diocèse ? Le rapport présente plusieurs cartes. Le Nord et le Pas-de-Calais, terres catholiques, sont particulièrement concernées.

    Les régions les plus touchées sont les plus pratiquantes
    « La carte des violences répertoriées recoupe assez bien la carte des diocèses de France selon leur degré de pratique religieuse » dit le rapport Sauvé en page 138 (consultable en ligne ici sur 485 pages https://www.ciase.fr/medias/Ciase-Rapport-5-octobre-2021-Les-violences-sexuelles-dans-l-Eglise-catholique- ). C’est-à-dire que ce sont les diocèses avec le plus fort nombre de prêtres et de catholiques qui ont connu le plus d’abus sexuels en nombre.

    Le Nord et le Pas-de-Calais font partie des diocèses dits « de chrétienté », ce qui signifie les plus marqués par la présence chrétienne.

    Ainsi, « sur l’ensemble de la période, les 12 diocèses ‘de chrétienté’ regroupent le plus grand nombre d’affaires par diocèse (16,3 affaires par diocèse, contre 11,9 par diocèse de tradition chrétienne, et 14 affaires par diocèse ‘détaché’) ».

    Un nombre de prêtres abuseurs plus élevé qu’ailleurs…
    Trois périodes sont retenues : de 1950 à 1970 ; de 1970 à 1990 ; de 1990 à 2020.

    Côté chiffres, les départements du Nord et du Pas-de-Calais, référencés comme terres chrétiennes, sont particulièrement touchés :
    • 1950-1970 : plus de 20 cas de prêtres abuseurs recensés dans le Pas-de-Calais, une dizaine pour le Nord ;
    • 1970-1990 : plus de 20 cas dans le Nord ; entre 5 et 10 dans le Pas-de-Calais ;
    • 1990-2020 : plus de 20 cas dans le Pas-de-Calais ; une quinzaine dans le Nord.

    Quelques dizaines de cas, cela semble peu, mais en fait, ce sont les chiffres les plus élevés en France. Ce qui fait des départements du Nord et du Pas-de-Calais des départements particulièrement concernés par la pédo-criminalité au sein de l’Église.

    Le Nord et le Pas-de-Calais sont très concernés par les abus sexuels dans l’Eglise, avec les chiffres les plus élevés par rapport au reste de la France. (©Rapport CIASE)

    … mais moins de victimes par prêtre
    Avec une précision : à l’inverse, ce sont les diocèses moins chrétiens qui ont un nombre d’abus par prêtre plus élevé. « S’il y a plus d’affaires en valeur absolue dans les diocèses de chrétienté, il y a plus d’affaires par prêtre, en valeur relative, dans les diocèses ‘indifférents’. »

    Cela veut dire qu’il y a plus de victimes par prêtre dans les départements moins chrétiens.

    Précisément, « les ratios mesurant la prévalence du phénomène, qu’il s’agisse du rapport entre le nombre d’affaires et le nombre d’habitants (ratio de mis en cause), ou du rapport entre le nombre d’affaires et le nombre de prêtres (ratio de condamnés) sont respectivement 1,3 (pour les mis en cause) à 4 fois (pour les condamnés) plus forts que dans les terres de chrétienté ». 

    Le rapport émet des hypothèse quant aux causes de ce moindre nombre de cas par prêtre dans les diocèses les plus christianisés. « Du côté des diocèses de chrétienté, on peut se demander si la moindre proportion d’affaires et de condamnations ne procède pas d’un moins grand nombre de situations de violences sexuelles, procédant d’un plus grand contrôle social des clercs (par la population et l’institution), d’une plus grande capacité ecclésiastique à influencer le cours de la justice, voire d’une plus grande tolérance des jurys de cours d’assises envers les clercs. Le nombre supérieur d’acquittements, lors des affaires pénales, dans les diocèses de chrétienté, pourrait aller dans ce sens. »

    Le profil des prêtres condamnés
    Sur l’âge des prêtres abuseurs : « Les condamnés, dans les diocèses de chrétienté, sont nettement plus jeunes, et ils sont jugés, pour presque la moitié d’entre eux, dans les 10 années suivant leur ordination. Ailleurs, les condamnés sont majoritairement des hommes mûrs, allant entrer ou déjà entrés dans la cinquantaine, avec un étalement jusqu’à la fin de la soixantaine pour les diocèses ‘indifférents’. » 

    #Nord #Pas_de_Calais #Régions #viol #pédocriminalité #déni #pédophilie #violophilie #élites #France #culture_du_viol #déni #catholicisme #eglise #religion #prêtres #victimes #diocèses #ratios #victimes #justice #jurys #cours_d’assises #contrôle_social #CIASE

    • Rapport Sauvé sur les crimes de pédophilie dans l’église catholique :
      L’église catholique et le Gouvernement macron/darmanin pris à leurs propres pièges !
      https://www.fnlp.fr/2021/10/11/léglise-catholique-et-le-gouvernement-macron

      Le rapport Sauvé est un véritable séisme qui risque d’emporter l’église catholique toute entière dans l’abime, d’où l’effroi, les erreurs, les provocations des éminences qui s’accrochent à l’autel pour ne pas disparaitre. Chacun essaie de tirer son épingle du jeu et la crise se développe.Pourtant, tout avait été fait pour limiter le scandale. A l’instar de ce qu’elle avait déjà fait pour l’Affaire touvier, l’église catholique mettait en place une commission pour noyer le poisson : la Commission Sauvé, en espérant que cela arriverait au même résultat que pour le milicien Touvier :


      L’église catholique n’était en rien responsable, seuls quelques individus en marge étaient en cause.Mais patatras, c’est le poisson qui noyait le pêcheur et le « pécheur » était bien fautif en la matière.La Commission Sauvé (et il faut lui rendre hommage pour cela, contrairement aux premières craintes de la Libre Pensée) a fait remarquablement son travail. Le scandale était si énorme, les victimes si nombreuses, l’horreur si grande, que plus rien ne pouvait empêcher la lumière de se faire jour.

      Dès le mois d’août 2021, le Congrès national de Voiron de la Libre Pensée analysait ainsi les choses :
      « Ce n’est pas un hasard, nous l’avons souvent souligné, que cela soit aux Etats-Unis que les affaires de pédophilie dans le clergé catholique ont été mises au grand jour. C’est l’impérialisme et ses subsidiaires qui ont fait éclater les affaires pour domestiquer le vatican. L’épiscopat catholique des USA est exsangue, il a été saigné à blanc par les indemnités qu’il a dû verser aux victimes des crimes du clergé.

      Et c’est au tour de la France, de l’Allemagne, de l’Espagne. Tout cela va déferler et rien ne pourra l’empêcher. Le vatican risque d’être emporté par la tourmente financière. Pour pouvoir tenir face à cette déferlante, le pape n’a pas d’autre choix que de faire le ménage sur tous les plans, pour tenter de résister.D’où les procès au sein de la curie, d’où les tentatives d’en finir avec la pédophilie et les scandales,notamment financiers.

      Et c’est là, que la Libre Pensée a un rôle à jouer. La Commission Sauvé sur les crimes de pédophilie dans le clergé français semble tétanisée pour remettre son rapport. La ligne de conduite est claire : il va falloir payer beaucoup pour faire taire les victimes. Qui va payer ? L’église aimerait bien, comme à l’accoutumée,que cela soit les autres.

      Mais déjà les résistances se dévoilent. Au sein même des fidèles, commence à se constituer un mouvement de refus : pourquoi les brebis devraient cracher au bassinet pour les fautes du berger ? Le clergé faute,les fidèles paient. Cela a du mal à passer.

      Bien entendu, l’église va tendre la sébile auprès des pouvoirs publics pour qu’ils paient à sa place. Déjà, émmanuel macron a décidé de faire passer la déduction fiscale pour le denier du Culte de 66% à 75%.Mais cela ne suffira pas. Il faut s’attendre, pour arracher à l’église et aux autres religions dans la foulée un certain soutien à sa politique, que macron mette en œuvre une série de mesures pour financer les cultes,afin, entre autre, d’acheter leur silence sur les entorses au libre exercice du culte, mises en œuvre par la loi dite « Séparatisme ». Passe–moi la rhubarbe, je te passerai le séné. C’est pourquoi, émmanuel macron est contraint d’aller à lourdes faire le pitre comme un premier communiant, une première depuis Pétain, pour tenter de donner du baume au cœur des Evêques. Tout cela confine au ridicule et à la dérision.

      Nous avons décidé de proposer au Congrès national qu’il décide (ce qui a été décidé) que les Fédérations départementales s’engagent dans une grande enquête, sur tous les fronts, pour mettre à jour les biens de l’église, à combien ils se montent, quelle est la richesse exacte du clergé. L’objectif est par cette enquête d’intérêt public d’empêcher que l’Etat finance les réparations aux victimes à la place des Evêques. L’église a les moyens, qu’elle paie le prix de ses turpitudes ! Nous avons déjà envoyé aux Fédérations un certain nombre d’éléments et d‘outils de travail pour cela

      Si la Libre Pensée veut faire cela, ce n’est pas par simple anticléricalisme de bon aloi, c’est que cette question va devenir une affaire de défense de la République, de la laïcité des institutions, des libertés démocratiques qui veulent que la justice s’applique aux justiciables, ce n’est pas aux innocents de payer. On connaît le vieil adage catholique : l’église ne connait pas le péché, elle ne connait que les pécheurs.Mais là, cela risque d’être une autre affaire. »

      Faisons ensemble l’inventaire des biens de l’église :
      L’église peut payer, l’église doit payer !

      A peine connu le Rapport Sauvé que chaque prélat, chaque mitré y allait de son repentir. Au même moment, Médiapart dévoilait que l’archevêque de Strasbourg, qui faisait aussi son numéro de repentir, avait préservé et préserve toujours la réputation d’un agresseur, accusé d’abus sexuel. Que ta main droite ignore ce que fait ta main gauche.

      Le Président de la Conférence des Evêque de France déclarait même que les lois de dieu étaient aussi au-dessus de la République et qu’en conséquence, il ne fallait pas violer le secret de la Confession auriculaire. Comme la Libre Pensée l’établit dans la note d’analyse ci-jointe à ce communiqué, le « secret de la confession » est une auguste fadaise qui ne s’impose à personne au nom d’une quelconque autorité, quelle qu’elle soit. Le « secret de la confession » est une convenance personnelle passée entre personnes qui l’acceptent. C’est une convention purement privée. Elle n’a aucune force de loi.

      Ce secret est de même nature que celui que sont « obligés » de respecter, en « vertu de la loi morale », les Francs-Maçons. Cela ne peut servir en aucun cas à camoufler et à taire des crimes, surtout contre des enfants. D’ailleurs, l’église catholique ne s’est pas toujours pliée au respect du secret de la confession. Le nombre de victimes de l’Inquisition est là pour en témoigner.
      Le gouvernement macron/darmanin a mis en œuvre la loi « Séparatisme » contre les présupposés musulmans. Le ministre de l’Intérieur a même dit à cette occasion : « Les catholiques n’ont rien à craindre ». On ne lui conseille pas de se recycler comme voyante, ses prédictions n’ont pas fait flores, loin s’en faut.

      Nous rappelons que la loi « Séparatisme » et le projet de décret rendu public prévoit que si un membre d’une association religieuse tient des propos séditieux (et le Président de la CEF en a tenu incontestablement), le gouvernement est tenu d’engager un processus de dissolution de l’association concernée.

      Monsieur Darmanin va-t-il dissoudre l’église catholique ?

      Si le Ministre de l’Intérieur devait traiter autrement l’église catholique que les associations musulmanes qu’il a fait dissoudre, que faudrait-il en conclure ? Que nous sommes à nouveau dans Les animaux malades de la peste : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir. » ?

      Par la loi « Séparatisme », le gouvernement et sa majorité parlementaire aux ordres a mis en route une véritable machine de guerre civile contre la population, pour mieux la diviser pour la réprimer. On en voit toutes les prémices aujourd’hui.

      L’heure des comptes est en train de sonner ! Abrogation de la loi totalitaire et xénophobe dit « Séparatisme » !

      La Bastille, le 11 octobre 2021

      #secret #confession #fadaise #scandale #indemnités #loi #secret de la #confession #séparatisme #associations_religieuses #affaire #touvier #Strasbourg

  • Croix-Rouge : la petite affaire qui embarrasse Lydia Guirous
    https://www.lepoint.fr/politique/croix-rouge-le-juteux-business-familial-de-lydia-guirous-05-09-2018-2248847_
    Le mari de la porte-parole de LR, Jacques Touzard, a été mis à pied par la Croix-Rouge, soupçonné d’avoir favorisé la société de son épouse.
    La Croix-Rouge ne plaisante pas avec les affaires de favoritisme. L’organisation a fait savoir mercredi qu’elle mettait à pied Jacques Touzard, son délégué national sanitaire. Ce dernier est soupçonné d’avoir en effet favorisé l’entreprise de son épouse Lydia Guirous, porte-parole des Républicains. Selon les informations du Canard enchaîné, Jacques Touzard a fait en sorte que des hôpitaux gérés par la Croix-Rouge signent plusieurs contrats avec la société de recouvrement CTR, qui a la charge de recouvrer les créances auprès des patients. Or, précise l’hebdomadaire, cette entreprise est liée à la société de conseil de Lydia Guirous, à qui elle reverse une commission de 10 % pour les affaires que cette dernière lui a apportées.


    Interrogée par l’Agence France-Presse, Sandrine Witeska, l’une des porte-parole de la Croix-Rouge, confirme que « deux contrats » ont été passés avec la société CTR « sur recommandation » de Jacques Touzard. Si elle admet que l’organisation a l’habitude de travailler avec plusieurs sociétés de recouvrement, elle remarque toutefois que l’organisation n’avait jamais travaillé avec CTR avant l’arrivée de Jacques Touzard. Face à ces éléments, Jacques Touzard « a été convoqué en entretien au cours duquel il a reconnu avoir recommandé cette entreprise à différentes reprises en reconnaissant qu’il y aurait une commission », a déclaré la porte-parole.

    Une réputation à maintenir
    Dans la foulée, l’ONG a décidé de mettre à pied son délégué national sanitaire et de faire examiner son cas par une commission disciplinaire. « Le comportement de M. Touzard ne porte pas de préjudice financier à la Croix-Rouge française, la tarification de cette société étant conforme aux autres sociétés de recouvrement. Pour autant, il y a préjudice d’image qui nuit à la réputation de l’organisation », explique-t-elle, précisant que « cette procédure disciplinaire peut aboutir à un licenciement ». Détaché de la fonction publique auprès de l’ONG depuis plus de deux ans, Jacques Touzard perçoit un salaire versé par la Croix-Rouge, d’où « cette exigence d’honnêteté et de transparence », se justifie l’organisation.

    À ce stade, l’ONG écarte l’hypothèse d’un dépôt de plainte, car « il n’y a pas de préjudice financier ». Contactée par l’Agence France-Presse, Lydia Guirous se dit « meurtrie que [son] mari soit ciblé pour tenter de [la] déstabiliser ». « J’ai plusieurs clients parmi lesquels la CRF [Croix-Rouge française, NDLR] et j’ai différents contacts à la CRF. Mon mari a su après coup que j’avais un contrat d’apporteur d’affaires », explique Lydia Guirous, qui affirme que son époux « n’a jamais perçu de commission ».

    #LR #croix_rouge #affaires #favoritisme #société_de_conseil #recouvrement

  • Meng Wanzhou kehrt nach China zurück
    http://german.news.cn/2021-09/26/c_1310209922.htm


    Voilà un peuple qui adore la patronne. On ne le voit pas sur la photo, mai si Xinhua le dit le peuple chinois doit vraiment l’aimer.

    BEIJING, 25. September 2021 (Xinhua) —
    Meng Wanzhou winkt einer jubelnden Menge zu, als sie am 25. September 2021 am Shenzhen Bao’an International Airport in Shenzhen in der südchinesischen Provinz Guangdong aus einem Charterflugzeug aussteigt. (Xinhua/Jin Liwang)

    #Chine #politique #affaires

    • Les Etats-Unis abandonnent les poursuites contre la fille du fondateur de Huawei, la Chine libère deux Canadiens
      https://www.lemonde.fr/international/article/2021/09/25/les-etats-unis-abandonnent-les-poursuites-contre-la-fille-du-fondateur-de-hu


      L’ancienne directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, Meng Wanzhou, à Vancouver (Canada), le 24 septembre 2021.
      DON MACKINNON / AFP

      Les Etats-Unis réclamaient au Canada son extradition depuis son arrestation en décembre 2018, alors qu’elle transitait à l’aéroport de Vancouver pour se rendre au Mexique. Ce vendredi, tout s’est enchaîné assez vite : Meng Wanzhou a renoncé à ce que soit lu son acte d’accusation ; elle a plaidé non coupable des quatre chefs d’inculpations qui lui étaient opposés (fraude bancaire et aux transferts électroniques et complot en vue de réaliser ces crimes). Puis le procureur, traduit par une interprète, a présenté les termes de l’accord scellé avec Meng Wanzhou, qui prévoit de suspendre les poursuites contre elle jusqu’au 1er décembre 2022 et de les abandonner définitivement si Meng Wuanzhou respecte les termes d’un accord de bonne conduite.

      Principale exigence, ne pas contester le récit des faits qui raconte sur quatre pages comment Huawei, dont Meng Wanzhou était directrice financière, contrôlait de fait une filiale télécom en Iran baptisée Skycom et s’est arrangé pour lui faire obtenir du matériel interdit, en dépit des embargos américains. Comme toujours, c’est l’usage du dollar (dans les transactions réalisées par HSBC, maintenu dans l’ignorance des faits), qui permet à la justice américaine d’agir de manière supranationale chez des parties tierces.

      Triomphe du parquet américain
      Dans son communiqué, le parquet américain triomphe en expliquant que Meng Wanzhou a avoué ses torts, reconnaissant notamment avoir sciemment menti à la banque HSBC sur la réalité du contrôle de Skycom par Huawei lors d’une présentation PowerPoint à Hongkong en 2013. « Ses aveux confirment que Meng, en tant que directrice financière de Huawei, a fait de multiples fausses déclarations » pour « préserver la relation bancaire du groupe » avec HSBC, que la banque n’aurait pas maintenue si elle avait connu la réalité des liens avec l’Iran, accuse la vice-procureure fédérale de Brooklyn Nicole Boeckmann.

      Meng Wanzhou n’a toutefois pénalement plaidé coupable de rien et a pu, à l’issue de la levée de demande d’extradition, rejoindre sa famille en Chine après près de trois ans de résidence surveillée. L’accord ne concerne pas Huawei, qui reste poursuivi, et la déposition de Meng Wanzhou, qu’elle ne peut pas contester, servira sans aucun doute dans la procédure américaine contre le géant chinois.

  • Shipwright Studios cuts ties with Tripwire Interactive over president’s anti-abortion views | GamesIndustry.biz
    https://www.gamesindustry.biz/articles/2021-09-06-shipwright-studios-cuts-ties-with-tripwire-interactive-ove

    US developer Shipwright Studios has begun cancelling all contracts with Maneater creator Tripwire Interactive after the latter’s president sparked controversy over his views on abortion.

    Il n’est pas bon de clamer ses opinions politiques pour faire du business, en particulier quand celles-ci sont réactionnaires et provoquantes.

    Suite au départ des clients du studio après les déclarations de son P-DG, celui-ci laisse sa place à l’un des co-fondateurs, comme l’annonce à l’instant le studio dans un communiqué de presse :

    https://www.tripwireinteractive.com/#/news/tripwire-appoints-new-interim-ceo-alan-wilson

    The comments given by John Gibson are of his own opinion, and do not reflect those of Tripwire Interactive as a company. His comments disregarded the values of our whole team, our partners and much of our broader community. Our leadership team at Tripwire are deeply sorry and are unified in our commitment to take swift action and to foster a more positive environment.

    Effective immediately, John Gibson has stepped down as CEO of Tripwire Interactive. Co-founding member and current Vice President, Alan Wilson, will take over as interim CEO. Alan has been with the company since its formation in 2005 and is an active lead in both the studio’s business and developmental affairs. Alan will work with the rest of the Tripwire leadership team to take steps with employees and partners to address their concerns including executing a company-wide town hall meeting and promoting open dialogue with Tripwire leadership and all employees. His understanding of both the company’s culture and the creative vision of our games will carry the team through this transition, with full support from the other Tripwire leaders.

    Ce retour de baton a été rapide et expéditif.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #politique #avortement #législation #loi #militantisme #shipwrit_studios #jeu_vidéo_maneater #tripwire_interactive #controverse #polémique #avortement #pro-vie #pro-life #john_gibson #échec #business #affaires

  • ELNET France
    @ElnetFr - 5:51 PM · 19 juil. 2021
    https://twitter.com/ElnetFr/status/1417150047540682759

    Une délégation de 40 parlementaires français est en Israël. Pour la 1ère fois depuis 18 mois, ils échangent avec d’éminentes personnalités sur des enjeux clés. Une occasion exceptionnelle de rencontrer des membres du nouveau gouvernement et de renforcer les liens entre nos 2 pays

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    ELNET
    @elnetwork_eu - 7:56 PM · 19 juil. 2021
    https://twitter.com/elnetwork_eu/status/1417181486701170702

    Delegation of French MPs visited Israel’s south, which only 2 months ago suffered from 4,000+ rockets fired by Gaza terror groups. MPs inspected one of @Tsahal_IDF
    Iron Dome batteries protecting southern communities from the rockets, and talked to mayor of Sderot @AlonDavidi

    Tsahal
    @Tsahal_IDF - https://twitter.com/Tsahal_IDF/status/1417182007386427406

    Une trentaine de députés français ont visité le Dôme de Fer dans le sud d’Israël et ont échangé sur les enjeux sécuritaires auxquels font face nos soldats. Merci à eux et @elnetwork_eu pour cette visite fructueuse.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Sandra Boëlle
    @SBoelle - 9:13 PM · 19 juil. 2021
    https://twitter.com/SBoelle/status/1417200845842751488

    Mission parlementaire en Israël @AssembleeNat
    @ElnetFr : rencontre avec l’Ambassadeur de France en en Israël @EricDanon
    #situationpolitique #affairesetrangeres [Drapeau de la FranceDrapeau d’Israël–

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Arié Bensemhoun
    @ariebens - 10:56 AM · 20 juil. 2021
    https://twitter.com/ariebens/status/1417408034540769280

    Énième visite du mémorial de la Shoah, @yadvashem à #Jérusalem, avec la délégation des #ParlementairesFrançaisDrapeau de la France en mission en #IsraëlDrapeau d’Israël. C’est toujours la même émotion et la même révolte. Le combat contre la haine des Juifs et d’Israël est le combat de tous les démocrates.

    #IsraelFrance #Elnet

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    ELNET
    @elnetwork_eu - 1:23 PM · 20 juil. 2021·
    https://twitter.com/elnetwork_eu/status/1417445045196763137

    The ELNET delegation of about 40 French parliament members met with the Prime Minister of Israel @naftalibennett
    to discuss the importance of France-Israel relations, shared values, challenges and opportunties.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    ELNET
    @elnetwork_eu - 2:36 PM · 20 juil. 2021·
    https://twitter.com/elnetwork_eu/status/1417463306160328709

    President @Isaac_Herzog met today with the @ElnetFr
    delegation of French lawmakers.
    On the shared challenge of antisemitism, the President stressed “#Durban is a conference of hate. I call on #France to join other countries and announce it will boycott the Durban conference.”

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    L’édito hebdomadaire du 19 juillet 2021
    Retour en Israël après un an et demi d’attente
    http://elnetwork.fr/edito-19-juillet-2021

    Comprendre les enjeux de la région tout en renforçant les liens qui unissent nos deux pays, c’est l’objectif de la délégation d’une quarantaine de parlementaires de tous horizons politiques, en déplacement pour trois jours en Israël. Pour la majorité d’entre eux, il s’agit de leur premier déplacement dans le pays.

    Trois jours intenses en rencontres et en discussions sur des sujets variés, quelques semaines seulement après l’entrée en fonction du nouveau gouvernement.

    Dès leur arrivée, les membres de cette « mission d’information et d’amitié » ont pu échanger avec le Dr. Emmanuel Navon, Professeur de Relations internationales à l’Université de Tel Aviv ainsi qu’avec S.E.M. Eric Danon, ambassadeur de France en Israël depuis deux ans. (...)
    (...)
    Enfin pour leur dernier jour sur place, les députés et sénateurs auront l’opportunité de discuter avec un journaliste arabe israélien. (...)

    • Elnet. Découvrez Israël, ses colonies, ses technologies de surveillance...
      Orient XXI > Jean Stern > 26 janvier 2021
      https://orientxxi.info/magazine/elnet-decouvrez-israel-ses-colonies-ses-technologies-de-surveillance,445

      Enquête · Réseau européen installé à Paris, Bruxelles, Londres, Berlin, Madrid et Varsovie, Elnet (European Leadership Network) œuvre à renforcer les liens entre la France et Israël en ciblant les leaders, patrons et élus. Structure discrète et bien dotée, son activité consiste à vendre le produit Israël, ses start-up comme ses colonies, sur la scène française, en créant et en entretenant un maillage de décideurs pro-israéliens. (...)
      (...)

  • Take Me to Your Leader : The Rot of the American Ruling Class
    https://jacobinmag.com/2021/04/take-me-to-your-leader-the-rot-of-the-american-ruling-class

    Voici une analyse des rapports de classe aux États Unis depuis le New Deal jusqu’aujourd’hui. On y apprend les noms ets prises de positions des organismes et personnages qui représentent les groupes de capitalistes les plus importants. On comprend également comment la droite à réussie à placer Donald Trum dans la Maison Blanche.

    27.4.2021 by Doug Henwood - For more than three centuries, something has been going horribly wrong at the top of our society, and we’re all suffering for it.

    Back in the George W. Bush years, I began thinking the US ruling class had entered a serious phase of rot. After a round of tax cuts skewed toward the very rich, Bush and his cronies launched a horribly destructive and expensive war on Iraq that greatly damaged the reputation and finances of the United States on its own imperial terms.

    The president and his cronies seemed reckless, vain, and out of control. Bush adviser Karl Rove dismissed the critiques of “the reality-based community,” with its conclusions drawn from “the judicious study of discernible reality.” Instead, Rove asserted, “We’re an empire now, and when we act, we create our own reality.” One waited in vain for the grown-ups to appear on the scene and right the imperial ship, but, if they existed at all, they were too busy celebrating their tax cuts and pumping up the housing bubble to bother.

    After that bubble burst, creating the financial crisis and the Great Recession, the smooth and cerebral Barack Obama seemed like a stabilizing force. That’s not what many of his more fervent supporters expected of his presidency; they were hoping for a more peaceful and egalitarian world, but they got neither. Facing the greatest economic crisis since the 1930s, one like that depression driven in large part by Wall Street, Obama was not about to do anything on the scale of the New Deal. There was the early and underpowered stimulus package, but beyond that, there would be no major reregulation of finance and no programs of public investment, income security, or redistribution. Unlike the Franklin Roosevelt administration, or even John F. Kennedy’s, for that matter, there was little political ferment around the White House, even though the Democratic policy elites came out of the same Ivy League circles as their ancestors.

    The disappointments of the Obama years prepared the way for Donald Trump. Throughout the 2016 presidential campaign, many people (including sometimes me) thought the establishment would somehow keep Trump from winning. Hillary Clinton, the product of Wellesley College and Yale Law School, would stop the vulgarian who cheated his way into Wharton from entering the Oval Office. But her brand of status-quo politics failed to inspire.

    Trump was not the bourgeoisie’s favorite candidate. He had support from provincial plutocrats but not from the executive suite at Goldman Sachs. When he took office and immediately began ransacking, one wondered if the deep state would rein him in. Maybe the CIA would even arrange a malfunction in Air Force One’s fuel line. But it was not to be. Tax cuts and deregulation made capital forget all their reservations about Trump, and the stock market made 128 fresh daily highs — on average, one every six days — between inauguration and the onset of the coronavirus crisis. It took his encouragement of an attack on the US Capitol for the big bourgeoisie to complain openly — 99 percent of the way through his time in office.

    Fish rots from the head, they say, and it’s tempting to think the same about US society. We’ve always had a brutal ruling class — more brutal at certain times (the years of slavery and Jim Crow) than others (the New Deal). But despite the brutality, there was usually a great economic and cultural dynamism. That now seems long past, and I’m not just talking about the era of Trump and the coronavirus. Something has gone badly wrong at the top of this society, and all of us are suffering for it.

    One doesn’t want to idealize the ruling classes of the past. For all of history, their wealth and status have depended on exploiting those below them — and they’ve never shied away from extreme measures if they feel that those things are threatened. But the present configuration of the American ruling class is having a hard time performing the tasks it’s supposed to in order to keep the capitalist machine running. It’s not investing, and it’s allowing the basic institutions of society — notably the state but also instruments of cultural reproduction like universities — to decay.

    Capitalists have long been driven by shortsightedness and greed. But it feels like we’ve entered what Christian Parenti calls the necrotic phase of American capitalism.

    Lest anyone misunderstand, this isn’t an argument for a better elite or a “true” meritocracy; it’s ultimately an argument for a different society, one not dependent on the rule of plutocrats and their hired hands.

    A core concept of Marxism is class struggle, but the tradition exhibits a strange dearth of investigation of the ruling class. When I first started getting interested in elite studies, I asked the Marxist political scientist Bertell Ollman whose writing he liked on the issue. He thought a moment and said, “Marxists don’t write about the ruling class.” When I asked why not, he said, “They think it’s obvious.”

    You could say the ruling class is the capitalist class, of course, but what does that mean? CEOs of Fortune 500 companies? Their shareholders, to whom they allegedly answer? What about the owner of a chain of franchised auto parts stores in the Midwest? The owner may be able to get his congressperson on the phone — a senator might be harder — to get a tax break slipped unobtrusively into a larger bill, but what influence does he have over larger state policy? Are car dealers part of the ruling class? If so, what about new versus used? And what about someone like Henry Kissinger, a man who started as a clever functionary and ended up shaping US foreign policy in much of the 1970s, and who still has an influence over how diplomats and politicians think? How about less grand politicians and high government officials? Are they employees of the ruling class or its partners — or shapers, even? It’s not at all obvious.

    Before proceeding, I should say I’m not taking seriously the idea that there is no ruling class — that there are voters in a democracy who may be divided into interest groups but none are dominant. Yes, the constrained democracy we live under is a lot better than a dictatorship would be; elections do act as a limit on elite power. But that’s a long way from the popular self-government socialists dream of. Nor am I taking seriously conceptions of a ruling class that center on PC-obsessed, organic-food-eating urban elites. That set has some influence, especially among the liberal wing of the consciousness industry, but it doesn’t shape the political economy.

    I’d say the ruling class consists of a politically engaged capitalist class, operating through lobbying groups, financial support for politicians, think tanks, and publicity, that meshes with a senior political class that directs the machinery of the state. (You could say something similar about regional, state, and local capitalists and the relevant machinery.) But we shouldn’t underestimate the importance of the political branch of the ruling class in shaping the thinking of the capitalists, who are too busy making money to think much on their own or even organize in their collective interest.

    One way to approach the question of a ruling class is through Italian elite theory, namely the work of Vilfredo Pareto, Gaetano Mosca, and Robert Michels. In his four-volume warhorse The Mind and Society, Pareto laid out a clear vision of society:

    Ignoring exceptions, which are few in number and of short duration, one finds everywhere a governing class of relatively few individuals that keeps itself in power partly by force and partly by the consent of the subject class, which is much more populous.

    To preserve its power, that governing class must be “adept in the shrewd use of chicanery, fraud, corruption.”

    Individual governing elites do not last: “History is a graveyard of aristocracies,” Pareto declared. Contributing to their passing is a loss in vigor, an effect of the decadence of the well-established and the failure to invigorate the stock by recruiting from below. For Pareto, a healthy governing class is able to absorb the leaders of the “governed” and thereby neutralize them. “Left without leadership, without talent, disorganized, the subject class is almost always powerless to set up any lasting régime.” (Karl Marx said something similar: “The more a ruling class is able to assimilate the foremost minds of a ruled class, the more stable and dangerous becomes its rule.”) But if the governing class is overcome by “humanitarian sentiments” and is unable to absorb the natural leaders of the oppressed, it could be overthrown, especially if “the subject class contains a number of individuals disposed to use force.”

    Mosca wrote at some length about strata below the ruling elite. The one just below it, which plays the officer corps to the enlisted personnel of the masses, is crucial to the health of the system and functions as the backbone of political stability. Should it erode, morally or intellectually, then society will unravel. It can tolerate foolishness at the top if the stratum just one level below is in good order — one thinks of Trump and the grown-up problem.

    Mosca saw clearly the profound relation of the family to political and economic power, something modern conservatives understand (and people who wonder about the coexistence of “family values” and neoliberal politics don’t). Upper-class parents do their best to prepare their children for rule, and there’s always a heavy dose of inheritance in social power. In an exuberant moment, Mosca wrote:

    In order to abolish privileges of birth entirely, it would be necessary to go one step farther, to abolish the family, recognize a vagrant Venus and drop humanity to the level of the lowest animalism. In the Republic Plato proposed abolishing the family as an almost necessary consequence of the abolition of private property.

    Further down, Mosca lamented the state of the European middle classes in the 1930s. He warned, “If the economic decline of [the middle] class should continue for a whole generation, an intellectual decline in all our countries would inevitably follow.” They are “great repositories of independent opinion and disinterested public spirit,” without which:

    we would have either a plutocratic dictatorship, or else a bureaucratico-
    military dictatorship, or else a demagogic dictatorship by a few experts in mob leadership, who would know the arts of wheedling the masses and of satisfying their envies and their predatory instincts in every possible way, to the certain damage of the general interest.

    He didn’t define the “general interest,” a concept often confused with what’s good for the upper orders, but the erosion of the US middle ranks over the last few decades has had a trajectory not unlike what Mosca worried about.

    Of the Italian trio, Michels is the most interesting, not least because so much of his attention is paid to the Left formations to which he once belonged. His most famous contribution is known as the “iron law of oligarchy,” a belief that organizations will always evolve into hierarchies, even parties ostensibly trying to overthrow the hierarchies of bourgeois society. Marx was right about class struggle as the motor of history, Michels conceded, but every new class coming to power will itself evolve a new hierarchy. Even syndicalists, argued Michels, who criticize the oligarchic tendencies in socialist parties and favor instead direct strike action by organized workers, need leaders. “Syndicalism is even more than socialism a fighting party. It loves the great battlefield. Can we be surprised that the syndicalists need leaders yet more than do the socialists?”

    Within socialist parties and organization, Michels pointed to the prominence of traitors to the bourgeoisie. Most of the prominent nineteenth-century socialist writers, Marx and Engels most famously, were bourgeois intellectuals; Pierre-Joseph Proudhon was a rare exception. So, too, the revolutionary leaders of the twentieth century: Vladimir Lenin came out of a middle-class family and was educated as a lawyer; Leon Trotsky was born to a rich farming family and educated in cosmopolitan Odessa; Che Guevara was another child of the middle class who was surrounded by books and political conversation as he grew up. No doubt the descendants of the old syndicalists would argue that these relatively elite origins contributed to the ossification of the Russian and Cuban revolutions — but one could cite Michels’s retort about the necessity of leaders to the syndicalists in response to that critique. Growing up bourgeois confers some advantages — time to study, as well as exposure to the nature of power — often denied to people further down the social hierarchy. Instead of lambasting their “privilege,” it might be better to welcome these class traitors.

    This doesn’t mean one should be complacent about them, or about the concept of leadership in general. Many on the Left have resisted applying Michels’s iron law to our parties and occasionally our governments, but it would be better to acknowledge the power of the tendency and figure out the best way to keep those leaders accountable through what Michels called “a serene and frank examination of the oligarchical dangers of democracy.” It’s better to be open about the reality of hierarchies than to pretend they don’t exist; even professedly leaderless organizations are subject to domination by the charismatic.

    The Italians focus primarily on politics and the state as the sites of rule, without much interest in their relations with capitalists. For an American, that seems like a serious deficit. But in some senses, the focus on politics is clarifying. That’s where class conflicts are often crystallized, sharpened to a point — more so than in the workplace, which can appear to be the site of interaction among individuals rather than classes. As the Marxist political theorist Nicos Poulantzas put it, through relations with the state, the complex and diffuse relation between classes “assumes the relatively simple form of relations between the dominant and the dominated, governors and governed.”

    We once had a coherent ruling class, the White Anglo-Saxon Protestants (WASPs), who more or less owned and ran the United States from its founding through the 1970s. Based largely in the Northeast, with offshoots in the Upper Midwest, WASPs went to the same elite schools and colleges, belonged to the same clubs, married out of the same pool, and vacationed in the same favorite rural retreats. There were Southern WASPs, descendants of the slave-owning gentry, but they never had the social weight of their northern relatives — though they did rule their region and enjoy an outsize role in Congress for decades.

    At the rank-and-file level, men worked in genteel law firms and brokerages or as executives in old-line manufacturing firms, and women did volunteer work for museums and charities and maintained the social relations that kept the group functioning together as a class. At the high end, WASPs played a role in government far out of proportion to their numbers, most notably in foreign policy. The Council on Foreign Relations (CFR), target of innumerable conspiracy theories generated from left and right for its prominent role in shaping imperial policy, traces its origins to the end of World War I, when a delegation of British and American diplomats and scholars decided to preserve the transatlantic comity of the war years and form a council whose purpose was, in the words of Peter Gosse’s official history, “to convene dinner meetings, to make contact with distinguished foreign visitors under conditions congenial to future commerce.” The CFR didn’t begin to influence policy until the 1930s, when its fellows and members helped plot the takeover of the British Empire, a concern of the Franklin Roosevelt administration.

    That special identification with England has been foundational to WASP identity from the first. But it took waves of fresh immigration from Southern and Eastern Europe, people with strange customs and sometimes dangerous politics, for the formation to come to energized self-consciousness as a class, beginning in the 1880s. That decade brought the obsession with finding one’s old-stock roots, the first country clubs, the founding of the Social Register, and, quite importantly, the opening of the Groton School by Endicott Peabody, which shaped generations of the wellborn as well as the children of arrivistes who wanted to learn the ways of the wellborn. Peabody’s vision was one of “Muscular Christianity,” popular among elites of the time, who were worried about a loss of manliness in an increasingly urban society — austere, disciplined, athletic. FDR said that the influence of Peabody and his wife meant more to him than “any other people next to my father and mother.”

    Coming out of World War II, elite WASPs like Averell Harriman (son of a robber baron) and Dean Acheson (son of the Episcopal bishop of Connecticut, who learned how to row crew from Harriman at Groton), supplemented by recruits like George Kennan (son of a Milwaukee lawyer) and John McCloy (a poor kid from Philly who learned the ways of the elite at an early age and got certified with a Harvard Law degree), shaped what would become the US empire. Their skill can’t be denied; that empire has had a long and successful run, though it now looks to be coming unglued. (The competitive pressures of having the USSR as rival, and having socialism as a plausible alternative to capitalism in the twentieth century, did bring out some of the talent in the upper crust.)

    McCloy, despite being a recruit, earned the title of “chairman of the American establishment” for having run postwar Germany and becoming a name partner of the law firm that represented the Rockefellers, Chase, and Big Oil (from which he took a break to run the young World Bank, which he kept safe for Wall Street). At one point, he was simultaneously chair of Chase, the Ford Foundation, and the Council on Foreign Relations and partner at the elite law firm Milbank, Tweed, where he basically ran US Middle Eastern policy.

    Cast into political exile in the Eisenhower years, the WASPs returned with the status-anxious John F. Kennedy, desperate for the approval of a stratum suspicious of Irish Catholics. Kennedy, who was denounced by WASP columnist Lucius Beebe as “a rich mick from the Boston lace curtain district,” went to Choate and Harvard to learn the manner of the upper orders. As president, he brought back the older patrician crew and added the notorious McGeorge Bundy, another Groton product, who would be one of the most enthusiastic promoters of the Vietnam War, a disaster that pretty much ended that caste’s dominance of foreign policy.

    Fresh from helping wreck Southeast Asia, Bundy went on to run the Ford Foundation, where, among other things, he applied counterinsurgency techniques developed in Vietnam to the urban crisis of the 1970s. Bundy’s strategy, as Karen Ferguson recounts in Top Down: The Ford Foundation, Black Power, and the Reinvention of Racial Liberalism, was to split off the “natural” leadership of the black community and incorporate it into the ruling class, then encourage the separate development of black schools and cultural institutions on an apartheid model, because the broad population just wasn’t advanced enough to join white society. The Italian elite theorists would have been proud of him.

    As the twentieth century rolled on, WASP predominance eroded in spheres other than foreign policy. The 1970s saw a mini genre of “decline of the WASP” books and articles crop up, as Jews, Eastern and Southern European ethnics, and even blacks and Latinos began to permeate cultural, political, and business elites. At the same time, the old-line manufacturing companies, headquartered not only in New York but also in outposts of the WASP archipelago like Pittsburgh and Cleveland, fell to Japanese competition and squeezed profits. Inflation and multiple generations of inheritance ate away at old WASP fortunes. And the deregulation of Wall Street that began in the mid-1970s turned the genteel world of white-shoe investment banking (and associated law firms) into a ruthlessly competitive one. Gone were the days when a well-bred young man could pop out of Yale and into a quiet job as a bond salesman.

    To use the language of finance theory, the transaction replaced the relationship. All those old WASP ties of blood and club were replaced by principles of pure profit maximization. Firms that had dealt with the same investment bank for decades shopped around to find out who could give them the best deal. The stable world of the immediate postwar decades, in which the same companies dominated the Fortune 500 and trading on the New York Stock Exchange, was transformed by a massive wave of takeovers and business failures.

    This new competitive structure destroyed the WASP dominance at the same time that it created fresh fortunes: oil and natural resources in the South and the West, and takeover artists like Henry Kravis and Carl Icahn. At the center of the turbulence was the investment banking firm of Drexel Burnham Lambert, which, though it bore a pedigreed name — the firm’s founder, Anthony Drexel, was a partner of J. P. Morgan and a member of Philadelphia’s aristocracy — had turned into a machine for borrowing lots of money and powering a fresh generation of arrivistes. But with the aristocracy in decline, the new arrivals had little to be assimilated into, unlike in Peabody’s days. Instead, the 1980s brought us stylized remnants of the old order like The Official Preppy Handbook, a guide to dressing and acting like the aristocracy, and Anglophilic clothing designed by Ralph Lauren (born in the Bronx as Ralph Lifshitz).

    Though always a major part of American life, money was about to take a starring role. It’s hard to believe now, but when Forbes compiled its first list of the 400 richest Americans in 1982, there were just over a dozen billionaires among them, and the minimum price of entry was $100 million, or $270 million in 2020 dollars. Oil and real estate tycoons were prominent among them. Now, tech and finance dominate the list, and the fortunes are far larger — the minimum price of entry in 2020 was $2.1 billion. The five richest 2020 members were worth $520 billion; in 1982, the top five were worth $11 billion, or $26 billion in current dollars. A 2015 study of the Forbes list over the years found a decreasing prominence of inherited wealth and a rise in self-made fortunes — though the new arrivals were more likely to depart the list than the pedigreed.

    The economic and financial forces that helped destroy the WASPs and create a new capitalist class deserve close attention. Much of it revolved around the stock market, as the 1970s became the 1980s. The entire model of how to run large corporations was transformed.

    Stock markets are peculiar institutions. They’re touted in the media as economic thermometers, to a public that has little idea what they do. Few people have deep ownership interest in the markets; only about half of American households have retirement accounts, with an average holding of $65,000. The richest 1 percent own 55 percent of stocks; the next 9 percent own 39 percent, leaving all of 6 percent for the bottom 90 percent. The market’s behavior can seem bizarre to outsiders and connoisseurs alike, swinging from extremes of joy to despair. Its reaction to news can be perplexing, but it’s a realm where people are all trying “to beat the gun,” an American phrase that John Maynard Keynes adopted in The General Theory of Employment, Interest and Money to describe the logic of speculative markets.

    As frivolous as the market can seem, there’s a serious business going on under all the froth. Much of the productive apparatus of the United States is owned by public corporations — that is, ones whose stock is widely held and traded on exchanges. Those shares represent ownership interests in those corporations. As detached as the stock market may appear from reality, it’s actually an institution central to class formation — the way an owning elite stakes its ownership claims on an economy’s means of production as a whole. That’s in contrast to the nineteenth century, when industrial firms were owned by individual capitalists or small partnerships. As those firms grew, they became too big to be run and funded by a small circle; their organizational form gave way to the professionally managed corporation owned by outside shareholders. That became the dominant form of economic activity in the early twentieth century.

    But the owners — the shareholders — don’t know the first thing about how to run corporations, so they have to hire specialists to do the work for them. This presents what’s known in the trade as an agency problem: the owners are dependent on hired hands to run their companies for them, but how do they know the executives are running the firms in the shareholders’ interests and not their own? Yes, shareholders elect the board of directors, and boards hire and fire top management, but in practice, it’s not easy for disperse shareholders to supervise a board, and crafty CEOs can turn boards into rubber stamps. If the market were working in accordance with official theology, it would be disciplining actors into the proper profit-maximizing behavior, but clearly that’s not enough.

    A classic work on the topic is Adolf Berle and Gardiner Means’s The Modern Corporation and Private Property, published at the depths of the Depression in 1932, when capitalism was in deep disrepute. Berle and Means, both advisers to FDR, saw the large, publicly owned corporation — ever since nicknamed the Berle-Means corporation, marked by what they call the “dissolution of the atom of property” — as a profound innovation. It was about to become, if it wasn’t already, “the dominant institution of the modern world.”

    There were many perils in this new arrangement. As Berle and Means noted, “out of professional pride,” managers could choose to “maintain labor standards above those required by competitive conditions and business foresight or . . . improve quality above the point which, over a period, is likely to yield optimum returns to the stockholders.” This would benefit other stakeholders, as we call them today, namely workers and customers, but it would be in “opposition to the interests of ownership.”

    But that was not without political promise. As good New Dealers, they thought this new capitalism could be managed responsibly after the reckless high jinks of the 1920s. Gone were the rabid profit maximizers of the robber baron era; why push to maximize profits when they’ll only be passed along to shareholders? With the profit maximizing incentive gone, under a regime of proper state regulation and enlightened management, the system was evolving into a “collective capitalism,” as Berle called it in the preface to the revised 1967 edition. Or, as the authors put it in the original text, the modern corporation is “approach[ing] toward communist modalities.” It would be more accurate to say that this view aimed to make socialism obsolete and irrelevant now that the days of Jay Gould and J. P. Morgan had given way to the man in the gray flannel suit.

    As the legal historian Mark Roe argues, the Berle-Means corporation emerged out of a nineteenth-century populist distrust of concentrated financial power. Better dispersed ownership, the thinking went, than bank ownership. These trends were reinforced by the New Deal, which broke up banks, took them largely out of the stock ownership game, and made it harder for financial operators to interfere in corporate management.

    There was a clear political intent here. As Roe notes, the New Deal leashing of finance moved issues of ownership and class division off the political agenda, issues that were hot in the 1930s. FDR was explicit about the need to break up “private socialism” — concentrated corporate and financial power — in order to prevent “government socialism.” For New Dealers — many of them renegade WASPs rebelling against their kind’s Republicanism — the point of regulation wasn’t to stifle capital, it was to legitimate it by making financial power seem transparent and disinterested.

    For the first few postwar decades, the New Deal model was standard liberal doctrine. In The New Industrial State, John Kenneth Galbraith argued that rapacious profit maximization had been replaced by a secure mediocrity, and greedy capitalists by a “technostructure.” Top managers, who were well paid but on nothing like today’s scale, saw little point in risk-taking; they wanted sales growth and prestige, not the paychecks that would later populate the Forbes 400. Today’s paychecks are driven by stock prices; in the 1950s, top executives were paid mostly straight salaries. Shareholders had become vestigial; if they didn’t like the performance of firms they held stock in, they’d just sell the shares. No one ever troubled management.

    That comfortable world began falling apart in the 1970s, as profits stumbled, financial markets performed miserably, and inflation rose inexorably. As we’ll see later, the corporate class organized to address this politically, but there was also a fierce fight within the capitalist class as shareholders began demanding more.

    Enabling that demand for more was the major shift in the ownership of stocks. In the early 1950s, households (mostly rich ones, of course) owned over 90 percent of stock; now it’s under 40 percent. Large institutional holders like pension funds and mutual funds owned about 2 percent of all stock in the 1950s; now it’s around 30 percent. While the household owners of the mid-twentieth century had common interests in rising share prices and stable, generous dividends, they had no means of organizing to influence the corporations they owned. Today’s institutional owners have plenty of means. The diffuse, passive shareholders of the past have given way to the professional money managers of recent decades.

    Deteriorating economic and financial performance, combined with the change in ownership, provided rich material for the shareholder revolution. Beginning in the 1970s, financial theorists, notably Harvard’s Michael Jensen, began to query the Berle-Means corporation. In a 1976 paper, Jensen and coauthor William Meckling noted the oddity of the public corporate form: “How does it happen that millions of individuals are willing to turn over a significant fraction of their wealth to organizations run by managers who have so little interest in their welfare?” Having raised the question, they let the arrangement off the hook, essentially saying that it’s worked well so far. Jensen turned more aggressive in the 1980s, denouncing corporate managers as inefficient wastrels sorely in need of outside discipline. He particularly liked debt as a form of discipline; if a company had big debts to pay, it would concentrate managerial minds on maximizing profitability by cutting costs and closing or selling weaker divisions.

    Theorists revived interest in a 1965 paper by law professor Henry Manne, who argued that efficiency — by which he meant profitability — would best be served by having corporations constantly up for auction to the highest bidder. What came to be known as the “liquid market for corporate control” would discipline managers, forcing them to concentrate on profits and stock prices at the expense of all those old New Deal considerations.

    As theorists like Jensen did their work, financiers developed the practice: a debt-driven restructuring of corporate America. A wave of takeovers undertaken by investment boutiques like Kohlberg Kravis Roberts (KKR) and individual takeover artists like Icahn was launched at “underperforming” firms. While details vary, the model involved borrowing lots of money, taking over target firms against management’s wishes, and forcing a sale to the operator or some third party. Corporate indebtedness rose massively and fed the broad attack on labor that was underway in the 1980s; the quickest way to cut costs and raise your stock price was to do mass layoffs. The larger point of all these exercises was to center the stock price in managerial consciousness. That would solve the agency problem: make managers think like shareholders, relentlessly cutting costs and raising profits.

    The takeover wave of the 1980s completely disrupted the corporate landscape, bringing down a lot of old names and, with them, an old corporate culture. The renegades were initially seen as disreputable and greedy, conducting an assault on old values — the “barbarians at the gate,” as Bryan Burrough and John Helyar called their book on the battle for RJR Nabisco. Texas oilman turned financial operator T. Boone Pickens framed his 1983 takeover attempt on Gulf as an attack on a pampered corporate elite. Pickens never took over Gulf; it ended up being bought by SOCAL (Standard Oil of California), but he made over $700 million by selling the stock he’d accumulated in the attempt. Another casualty of the deal was to diminish the old WASPy Pittsburgh corporate elite, of which Gulf was a pillar. And, as Fortune noted in an admiring 2019 obituary for Pickens, raids like his changed the way managers did business; the constant fear of a hostile takeover was “revolutionary, forever changing the way companies interacted with their shareholders.”

    As often happens, the debt mania came to a bad end when too much money was borrowed to buy bad assets at excessive prices. The model collapsed in a wave of bankruptcies and a long recession in the early 1990s. But later in that decade, shareholders came up with a new ploy to press their interests: pension-fund activism, perversely led by public funds like the California Public Employees’ Retirement System (CalPERS). (Curiously, KKR, one of the pioneers of the 1980s takeover movement, which had initially been seen as reckless and maybe scandalous, was legitimated on Wall Street when it won an investment from the Oregon state pension fund; the second K, Henry Kravis, still publicly thanks the fund for helping launch them. Everywhere you look, you can see that states shape markets.) CalPERS would draw up lists of underperforming companies and lobby management to tighten the ship — meaning cut costs and boost the stock price. When I interviewed the chief counsel of CalPERS in the mid-1990s, I asked him about the propriety of using funds held in workers’ names to pursue an anti-worker agenda; he said they just cared about maximizing returns.

    The result of all this was to turn the stock market into an ever-updating grade on corporate performance. To induce managers to think like shareholders, their compensation was increasingly linked to the stock price. The intra-capitalist family fight looked to have been resolved in favor of shareholders. Predictable mediocrity, the lodestar of the 1950s and 1960s, had given way to the cult of the profit-seeking CEO with a 25 percent return on equity.

    The shareholder revolution of the 1980s was supposed to make the passive investor a thing of the past. No longer would management run companies as private fiefdoms with little outside supervision: they’d be disciplined by activist investors and real-time report cards provided by stock prices.

    That was the case for quite a while, but the intraclass peace treaty after the shareholder revolution has brought back several aspects of that old world. Two are especially important: the growth of index funds and the explosion in stock buybacks, through which corporations have shoveled trillions of dollars into their shareholders’ pockets.

    Financial theory from the 1960s onward argued convincingly that it’s nearly impossible to beat the market. Sure, there are star investors like George Soros and Warren Buffett, but most people aren’t them. Instead of trying to beat the market, many investors decided to settle for matching it. Big money managers like Vanguard began offering mutual funds that replicated prominent stock market indexes, notably the S&P 500, by investing in the component stocks in proportion to their weights in the index. Because the management of an index fund is almost automatic, fees are very low compared to actively managed funds, which require the attention of highly paid specialists (who rarely deserve their compensation given how many of them lag the averages they’re supposed to beat).

    Over the last decade, law professors Lucian Bebchuk and Scott Hirst report, 95 percent of all inflows into investment funds have gone to passively managed funds, like mutual funds. The lion’s share has gone into funds managed by the Big Three (BlackRock, Vanguard, and State Street), and that proportion has been rising. In 1998, those three firms held about 5 percent of the total capitalization of the S&P 500, an index made up of the stocks of the largest blue chip corporations. That share is now 21 percent, and it’s almost certain to keep growing. Managers of index funds rarely challenge management — and why would CEOs listen to them if they couldn’t, by definition, sell their stock? And while managers of passive funds swear that they care deeply about their corporate governance responsibilities — high-mindedly called “stewardship” in the literature — they have little economic incentive to do much. Any improvement caused by an indexer’s stewardship would accrue to other indexers as well, which would violate all norms of capitalist rationality. And with fees as low as they are, there’s not much money around to pay the stewards. Those entrusted with that task have about half a day for every company they cover. Index fund managers sometimes say they engage in behind-the-scenes lobbying of corporate managers, but the Big Three had no engagement at all with more than 90 percent of the firms in their portfolios.

    Of course, the kinds of supervision that authors like Bebchuk and Hirst long for, like dismantling defenses against hostile takeovers, aren’t good for the working class. But this does represent a significant departure from the early hopes of the shareholder revolutionaries. There are still activist hedge funds that take positions in companies they see as underperforming to provoke management changes or takeovers, but they’ve become a lot rarer than they were in the 1980s, when CEOs routinely felt like they were under siege.

    If you can’t buy and sell stocks based on corporate performance, there’s less discipline coming from the stock price. A financial world in which index funds dominate is one where the stock market plays almost no role in how corporations are run. That prompts the question: Who needs outside stockholders?

    In 2016, Inigo Fraser Jenkins, an analyst with the investment house Bernstein, declared indexing “worse than Marxism.” Central planning is bad enough, he argued, but a system in which capital allocation was purely formulaic looks backward rather than shaping the future, which will damage innovation. Soon after writing that, Fraser Jenkins was diagnosed with lymphoma, and when he returned from his brush with death, he wrote a near-four-thousand-word essay musing on whether what he does for a living is worth it. Both those positions are worth taking seriously. With stockholders tending in the direction of autopilot, are they irrelevant?

    This new unity of purpose between managers and shareholders has produced some perverse results, notably an eagerness to shower the shareholders with corporate cash. In both academic and popular theory, the stock market is supposed to be a way to fund corporate investment; shareholders are providing capital to firms in need of it. In fact, the stock market does very little of that. According to statistics collected by finance professor Jay Ritter, US corporations raised just over $755 billion in initial public offerings (IPOs) — first sales of stock to the public by previously private corporations — between 1998 and 2020. That pales in comparison to the $8.5 trillion firms spent buying back their own stock over the same period, which is still only half their profits. Such stock buybacks — which were mostly illegal before 1982 — are intended to boost prices and make shareholders happy. But since CEOs and other top executives are now paid mainly in stock, buybacks make them happy, too. (Research by the Washington Post and the Securities and Exchange Commission has found that corporate executives often sell into a buyback program, profiting off the lift all the corporate purchases give to prices.) The Berle-Means corporation has been transformed into a machine for stuffing vast sums into the wallets of shareholders and CEOs.

    A study by Germán Gutiérrez and Thomas Philippon shows that buybacks have depressed investment, and that firms with high share ownership by index funds and other broad mutual funds that hold stocks rather than trading them aggressively (which, it should be said, makes excellent financial sense) do more buybacks and stint more on investment. Another reason to ask why we need outside shareholders.

    The capitalist class is showing faint signs of rethinking the shareholder-first orthodoxy. In August 2019, the Business Roundtable, big capital’s trade association, issued a statement signed by 181 CEOs declaring the business had social goals other than profit-making — responsibilities to “all stakeholders — customers, employees, suppliers, communities and shareholders.” Commenting on the statement, JPMorgan Chase chair Jamie Dimon vowed “to push for an economy that serves all Americans,” a wish that is hard to square with his role in life. A subset of Wall Street money managers has been pushing for corporations to take environmental, social, and governance (ESG) factors into account when investing. That sounds nice, but a primer on ESG filters published by CNBC reports that such exemplars as Microsoft, Lyft, and Honeywell (which, among other things, makes parts for military aircraft) pass the worthiness test.

    Just after Joe Biden’s inauguration, BlackRock boss Larry Fink announced that because “climate risk is investment risk,” he would be voting shares under that firm’s management against boards and CEOs that failed to show “significant progress on the management and reporting of climate-related risk, including their transition plans to a net zero economy.” In that statement, Fink also expressed concern for those capitalism has forgotten to treat well, though he was sparing in detail on how he’d change things. After that high-minded display, however, Fink is finding some of Biden’s early climate moves a bit extreme. There’s the bottom line to consider.

    While much of this is risible, considering the sources and their material interests, the rhetorical shift is noteworthy. The corporate class is feeling unloved in ways it hasn’t since the 1970s.

    At the same time the stock market was acquiring a larger role in our economic life, so was a countermovement toward privatization. The number of public corporations has fallen dramatically — though their share of the economy has, if anything, grown — through mergers as well as the growth of private equity (PE), a form of business that hearkens back to the nineteenth century, before the emergence of the Berle-Means corporation.

    Curiously, modern PE traces its roots to some of the prime agents of the shareholder revolution, buyout boutiques like KKR. Of course, the 1980s buyout firms weren’t the first to prowl the financial landscape, armed mostly with other people’s money and looking to do deals — you could see J. P. Morgan himself as such an operator — but they were obscure players in the early postwar decades. The 1982 buyout of Gibson Greetings, led by former Treasury secretary (and avid right-wing propagandist) William E. Simon, made him and his partners millions of dollars when the company went public sixteen months later. It’s often credited as the deal that got the 1980s buyout movement going, but it was KKR, founded in 1976 by three alumni of the late investment bank Bear Stearns (which blew up in the 2008 financial crisis), that really made the headlines. Among KKR’s triumphs of the 1980s were the buyouts of Safeway — which led to mass layoffs, union-busting, and worker suicides — and RJR Nabisco, the deal that inspired the 1989 best-seller Barbarians at the Gate.

    With the end of the “roaring ’80s,” the markets and the economy entered a period of doldrums that they didn’t emerge from until the middle of the next decade. Buyout activity slowed markedly, as corporate America tried to digest all the debt contracted during the period of extreme exuberance. There was a surge with the dot-com mania of the late 1990s, a retreat when it collapsed, another surge in the mid-2000s, a bigger retreat when the whole world nearly fell apart in 2008 (a year when a private equity titan, Bain’s Mitt Romney, ran for president), and yet another surge over the last decade.

    The core structure of private equity is fairly simple. A small management team raises a pool of money from rich individuals and institutions, then cruises for deals. The outside investors don’t have much say in how things are run; they have to trust that the management team knows what it’s doing. The typical target is an established firm that has seen better days. The PE shop buys the firm and works it over, cutting costs — most notoriously through layoffs but also by selling or closing the weaker operations. The purchase usually involves a major amount of borrowed money — money contributed by the outside investors is just a foundation, on top of which sits copious amounts of debt — which means a good deal of the target’s cash flow has to be devoted to paying off interest and principal. On top of that, the new PE owners often issue debt in the target’s name and pay themselves rich dividends with the proceeds. Returns for the PE firm’s principals can be very generous; outside investors, however, don’t necessarily do so well after the principals take their cut. The goal is usually to sell the firm to someone else several years down the line, either to another PE firm or to the public with a stock offering.

    Private equity has become a major employer — not directly, since their staffs are relatively small, but through the companies they own. The Carlyle Group, KKR, and Blackstone together employ close to 2 million people. It’s odd to think about PE this way. As Financial Times columnist Gillian Tett put it a few years ago, because of “their ruthless focus on efficiency and profit,” these companies are “better known for cutting jobs” than creating them.

    Private equity’s apologists say the model contributes to growth and employment, but lately, PE has been in the news for carnage in retail — chains like Toys “R” Us were killed in part by the enormous debt imposed by their PE owners — and for jacking up the price of health care, where the buyout artists have recently been working their magic. PE went from being little involved in health care twenty years ago to having a massive presence today. Hospitals, medical and dental practices, and ambulance operators were taken over and often “rolled up,” as they say in the business, into large, heavily indebted regional or national behemoths. With the unexpected costs of the COVID-19 crisis, the PE model “amplified . . . salary cuts, layoffs, and bankruptcies across the health care industry,” in the words of an article in, of all places, the Journal of the American College of Radiology. Faced with unexpected costs and little financial cushion, “the short-term focus of the PE model led to hard cost cutting rather than more in-depth planning for the future.” Salaries and staff were slashed amid a profound health emergency.

    But what’s most striking about PE is how it’s reconfigured the capitalist class — away, to some degree, from the dispersed ownership of the public company and back to a narrower ownership group. Curiously, many of the PE firms have themselves gone public, including KKR and Blackstone. Blackstone’s IPO in 2007 was exquisitely timed, arriving as the first symptoms of the great financial crisis were revealing themselves; you’d suspect that the firm’s two leading figures, Stephen Schwarzman and Hamilton “Tony” James (a member of Henry and William’s family), surmised that things were about to go south and it’d be a good time to cash in on the exuberance of the investing public. Blackstone’s principals kept all the voting shares and the right to set their own pay. Other PE firms have engaged in similar maneuvers to maintain tight management control. Even going public hasn’t changed the industry’s predilection for calling the shots with little external supervision.

    A less malignant subset of PE is venture capital (VC), which provides money to start-ups, many of them in tech. It’s not picking over “incumbent” old companies for unexploited values; it’s trying to create new value, some of it fanciful.

    In a world made flush with free Federal Reserve money — trillions of it after the 2008 financial crisis, and a few more trillions amid the COVID-19 crisis — VCs have had cash to burn. The characteristic creature of the time has been the “unicorn,” if it achieved a billion-dollar valuation, and a “decacorn” if it managed ten times that. The exuberant funding of unprofitable firms was reminiscent of the late-1990s dot-com era, but unlike that time, the public didn’t participate through the stock market — it was funded by VCs using money from institutional investors and billionaires.

    In the historiography of Wall Street, VCs and other “insiders” were the smart money who began selling off their investments to the masses through IPOs when it looked like time to get out. That was the spirit of the late 1990s, captured by star analyst Henry Blodget’s characterization of a now-forgotten stock called 24/7 Media as a “piece of shit” even while his employer, Merrill Lynch, was urging clients to “accumulate.” Blodget, who was fined $4 million and banned for life from the securities business, went on to be a financial journalist.

    This time, though, the VCs held back, waiting years to go public. Word was that they and their beneficiaries didn’t want all the scrutiny that came with an IPO — pesky shareholders wanting their say and their share. And when some of the big names finally made their debut, many initially fell on their faces. That didn’t stop the IPOs, however; from 2018 onward, we’ve seen some of the most vigorous activity in initial offerings, though nothing like the late 1990s. The public company is far from dead, but it’s not as alluring as it once was.

    Recent decades have seen another throwback to nineteenth-century models: an increasing prominence for the owners of very profitable private firms. A study of US tax records, “Capitalists in the Twenty-
    First Century,” by economist Matthew Smith and colleagues, finds that a large portion of the upper ranks — just over half of the proverbial 1 percent — is populated by the owners of closely held firms, rather than the public company CEOs who get so much of the press. Under American tax law, these are structured as pass-through entities, meaning their profits are untaxed at the firm level and distributed directly to their owners, either a single individual or a small partnership.

    The form has grown sharply over the decades. Its share of total business income rose from 10 percent in the mid-1980s to 35 percent in recent years. Contributing to that growth are both a rise in value added per worker and an increasing share of that value taken by the owners.

    Who are these owners? Most of them (85 percent) are “self-made,” at least in the sense that their parents were not in the 1 percent — though the remaining 15 percent whose parents were is fifteen times their share of the population. They’re unlikely to operate in capital-intensive industries, like manufacturing, which are more appropriate to conventional corporate forms. As the authors say:

    Typical firms owned by the top 1–0.1% are single-establishment firms in professional services (e.g., consultants, lawyers, specialty tradespeople) or health services (e.g., physicians, dentists). A typical firm owned by the top 0.1% is a regional business with $20M in sales and 100 employees, such as an auto dealer, beverage distributor, or a large law firm.

    These enterprises yield a nice living for their owners, especially at the highest end. Firms owned by the top 0.1 percent (those with annual incomes of $1.6 million or more) have an average of seventy-four employees who yield a profit of $14,000 each for the boss — more than $10 million in total. Few of these owners have more than one business, which makes for some precarity, and few businesses survive their owners. Even at the high end, this is not “Big Capital,” though it’s fat personal income. But they make up much of the top 0.1 percent — 84 percent of it in all. That’s thirteen times the number who make their big incomes as officers of public corporations; in the aggregate, privateers make eight times as much as their corporate comrades.

    An interesting take on regional elites — those who live outside metropolitan centers and own businesses that might be small by globalists’ standards but are big in local terms — comes from the historian Patrick Wyman. Wyman wrote about what he called the “local gentry” in his hometown of Yakima, a city of 94,000 in Washington’s fruit and wine country, a long 140 miles from cosmopolitan Seattle. They own the region’s orchards and vineyards, and the businesses that serve those industries. Many are quite rich — not private equity rich, but enough to fund, in Wyman’s words, “hilltop mansions, a few high-end restaurants, and a staggering array of expensive vacation homes in Hawaii, Palm Springs, and the San Juan Islands.” You can say the same of hundreds of small cities around the country — Jeep dealers, McDonald’s franchisees, construction companies.

    This formation looks a lot like a major base for the Republican Party: fervent enemies of taxes and regulations who may be too dispersed to cohere independently as a class but who can be nurtured by conservative politicians, donor networks, and think tanks. As of late October 2020, Yakima’s contributions to Donald Trump exceeded those to Biden by two or three times — a sharp contrast with Seattle, where, in some zip codes, Biden was ahead by as much as a 72:1 margin (and with five times as many dollars as Yakima). Upper-class Yakima is part of a formation that has been around for a long time; they were the financial base of right-wing politics back when Richard Hofstadter was writing about the paranoid style, but they’ve gotten a lot richer.

    It’s not just geographical, it’s also a sectoral angle to the class base for right-wing politics. The MyPillow guy, Mike Lindell, was the most charmingly visible of Trump’s marginal business supporters, but there are also characters like Marty Davis, whom the Washington Post described as a “quartz-countertop mogul” based in suburban Minneapolis, at whose lakefront house Trump held an indoor fundraiser just before his COVID diagnosis. Minneapolis is far from a backwater, but Davis operates in an industry that would never qualify for inclusion in the commanding heights of capitalism. Still, the Davis family, which diversified into countertops after a successful run in the dairy business, was rich enough to have made a brief appearance on Forbes’s 2015 list of America’s richest families, with $1.7 billion in net worth.

    All these developments do have some things in common: the share-price-motivated and buyback-driven public corporation, the extractive private-equity model, and the more exploitative closely held firm that dies with its founder all aim to take out as much money as possible, without much consideration for the future.

    The two-party system has undergone a remarkable transformation over the past several decades. Once the party of New Dealers and Southern segregationists, the Democrats have evolved into a coalition of the softer side of the metropolitan establishment and a progressive wing the party leadership hates. And the GOP, once the party of the northeastern WASP elite, has evolved into a coalition of plutocrats and an enraged provincial petite bourgeoisie (often mistaken for the “white working class”).

    Both transformations can be read as driven partly by circumstances and partly by conscious effort applied to parties themselves. For example, the decline of manufacturing weakened the Democrats’ labor base as well as the economic base of the old WASPs in the Republican Party. Democrat support for civil rights drove Dixiecrats out, and Richard Nixon’s Southern strategy welcomed them into a Republican Party that had once been fairly progressive on civil rights.

    But there were also vigorous internal restructuring programs that transformed the ideological coloration of the parties. In the 1980s, the Democratic Leadership Council (DLC), led by the likes of Bill Clinton, aimed to reinvent the Democratic Party for the neoliberal era by purging it of progressive forces left over from the 1960s and 1970s. The goal was to make it friendly to Wall Street and the Pentagon while dropping the civil rights and tree-hugger talk, and it was largely successful, as the party found popular support among professionals in the nicer suburbs.

    Without downplaying the importance of the transformation of the Democrats — always a party of capital that had to pretend not to be one for electoral purposes — it must be said that the change in the GOP and the growth of the Right are a far more interesting story, because that’s where the organized energy among the bourgeoisie has been for decades.

    In The Paranoid Style in American Politics, Richard Hofstadter quoted a woman who greeted Dwight Eisenhower’s victory over Ohio senator Robert Taft at the 1952 Republican convention by saying, “This means eight more years of socialism.” That seemed daft at the time, but now, many Republicans view Joe Biden and Kamala Harris as communists of some sort.

    Back in the 1950s, the Right was basically a movement of intellectuals funded by provincial petit bourgeois industrialists — the owners of machine tool makers in Milwaukee and the like. They saw Walter Reuther’s United Auto Workers (UAW) as socialism on the march, and Eisenhower as too accommodating of it. (Contempt for Eisenhower drove a lot of right-wing organizing in the 1950s.) The big bourgeoisie had made an unhappy peace with the New Deal. The corporate and Wall Street establishment, based in the Northeast, featuring marquee names like Rockefeller, du Pont, Pew, Mellon, and Whitney, and supplemented by small-town worthies from the Midwest, found political expression in Eisenhower’s party, a formation that survived into the early 1960s. They were temperamentally conservative in the sense of being cautious, but not ideologically driven.

    For most of the twentieth century, there was a great deal of ideological diversity within the two major parties. Though more conservative than the Democrats on economic issues, the Republican Party had a liberal wing, just as the Dems had a conservative one. Though it’s hard to believe today, when the Republican Party routinely race-baits to win the votes of white bigots, the GOP of the 1950s and 1960s often had a stronger civil rights record than the Democrats, because they didn’t have a large Southern component. Into the 1960s, the Republicans were frequently stronger than Democrats on civil liberties, too. There had long been far-right tendencies in the Republican Party — most notoriously Wisconsin senator Joseph McCarthy, who ended up disgraced after a wild run in the 1950s but whose obsessions, like hatred of upper-class Harvard-educated liberals, prefigured his modern descendants. But the party was dominated by northeastern WASPs. As Taft, a leader of the party’s conservative Midwestern wing, put it in 1952 after losing the presidential nomination to Eisenhower, “Every Republican candidate for President since 1936 has been nominated by the Chase National Bank.” Chase was a Rockefeller family enterprise, and it was certainly not socialist. But Eisenhower was not a reactionary. As he wrote to his brother:

    Should any political party attempt to abolish social security, unemployment insurance, and eliminate labor laws and farm programs, you would not hear of that party again in our political history. There is a tiny splinter group, of course, that believes that you can do these things . . . [but] their number is negligible and they are stupid.

    The business branch of that “splinter group” had a material problem with the Eisenhower-era settlement: General Motors may have preferred life without the UAW, but it could afford to pay union rates, especially in exchange for labor peace. Smaller fries couldn’t. They were caught in the petite bourgeoisie’s classic position, squeezed by big labor and big capital. Their freedom was under siege, and they reacted by funding a right-wing insurgency. The John Birch Society was founded in 1958 by the retired CEO of a Massachusetts-based candy company, Robert Welch, who’d made a fortune off lollipops and Junior Mints. Welch was rich, but he was no Rockefeller or Mellon.

    Three years earlier, William F. Buckley, a few years out of Yale, founded National Review, with the mission of “stand[ing] athwart history, yelling Stop,” as he wrote in the magazine’s first issue in November 1955. As incredible as this may sound now, Buckley had trouble raising money for the magazine and needed help from his father, a small-time oil baron. As Buckley later put it, the capitalists didn’t seem all that interested in the project of saving capitalism.

    Eisenhower’s tepidity and compromises energized the Right, whose insurgency was almost Bolshevist in its ideological and organizational discipline. The Bolshevik tendencies were no accident. There were not only intellectuals like James Burnham, a Trotskyist turned cofounder of National Review, but important organizers like Clif White and the ex-Communist Marvin Liebman, who consciously emulated Red tactics in organizing their insurgency, from organizational and ideological discipline to how to dominate a meeting. That rigor and energy dismayed and disoriented the moderates, who preferred politeness and compromise above all things.

    The Birchite and Buckleyite tendencies would eventually split, sort of — but before they did, they united in their affection for Arizona senator Barry Goldwater as their political avatar. Continuing the provincial petit bourgeois theme, Goldwater was the grandson of the founder of a five-outlet department store chain based in Phoenix — a flyspeck next to the likes of Macy’s. Goldwater — or, more accurately, Goldwater’s supporters — launched a bid for the 1960 Republican nomination that failed badly and had victor Richard Nixon betray the Right in several ways, but most visibly with his choice of the Massachusetts aristocrat Henry Cabot Lodge Jr as his vice presidential candidate.

    Goldwater tried again in 1964, and though he would eventually be crushed in the general election by Lyndon Johnson, the convention that nominated the Arizonan was an important rite of passage for the conservatives. As journalist Murray Kempton put it, “This convention is historic because it is the emancipation of the serfs . . . The serfs have seized the estate of their masters.” New York governor Nelson Rockefeller, a leader of the moderate Republican faction whose name embodied the old elite’s domination of the party, was shockingly heckled, a sign of the WASPs’ impending decline. The party’s transition on race was made crudely clear by insults directed against black attendees — one of whom saw his jacket deliberately burned with a cigarette. Jackie Robinson, who was a delegate, said that the performance made him feel like “a Jew in Hitler’s Germany.”

    Movement conservatives were undeterred by Goldwater’s massive loss and continued with their plot to take over the Republican Party. A year later, Buckley ran for mayor of New York on the Conservative Party ticket, with the conscious aim of drawing enough votes away from the liberal Republican John Lindsay to elect the Democratic candidate, Abraham Beame, and thereby weaken the GOP’s left flank. (The contrast with left liberals, who condemn any third-party challenge that might lead their party to a loss, is a vivid symptom of their lack of conviction.) Buckley initially thought he’d harvest votes from the city’s WASP elite, but they were put off by his social conservatism. Instead, he tapped into the growing backlash of white ethnics — the people at the end of the subway lines, as future Nixon adviser Kevin Phillips, lead architect of his anti–civil rights Southern strategy, put it. Buckley ended up with 13 percent of the vote — not huge, but a nontrivial amount for a third-party candidate, and a sign of things to come.

    Though much of that backlash was driven by race, there was also a class angle that most center-left analysts overlook. Lindsay was a social liberal and very attentive to the concerns of black New Yorkers, but on economic policy, he worked largely on behalf of the city’s powerful real estate industry, reflecting his patrician base. At the time, city policy was several years into accelerating the eviction of manufacturing and working-class housing from Manhattan and replacing it with offices and upscale residences. This was good for financiers, developers, and lawyers, but not for working-class whites — who expressed their resentment by lashing out at blacks and liberals rather than the less visible moneybags.

    Nixon, elected in 1968, would work similar resentments on a national scale, developing a mass base for conservative politics. But he mostly governed to the left of his rhetoric. His time in office brought us food stamps, the Environmental Protection Agency, and a proposal for a guaranteed annual income. Those compromises with liberalism energized the Right the same way Eisenhower’s had two decades earlier. (In the brief period when I was a young conservative, I cast my first presidential vote against Nixon because he was too liberal.) But Nixon provided longer-term assistance to the cause of the Republican right with his Southern strategy — appealing to the resentments of white Southerners (and their fellow thinkers in the urban North) over the social gains of black Americans.

    During Nixon’s final years as president, the Right began mobilizing in the extraparliamentary realm as well. Sidney Blumenthal’s 1986 book The Rise of the Counter-Establishment traces the ascent of the insurgent right’s policy infrastructure. The book is a reminder that while capitalists have a gut sense of their class interests, they can’t really think in detail about policy. For that, they fund think tanks.

    Blumenthal highlights a shift within the capitalist class that led to a change in the political complexion of its hired intellectuals. For decades, the corporate establishment funded the likes of the Council on Foreign Relations (which has, among others, a David Rockefeller room); the Brookings Institution, a hotbed of Democratic centrism; and the American Enterprise Institute (AEI), which is conservative but, as Rockefeller once said, not “far out.” According to Irving Shapiro, CEO of DuPont in the 1970s and one of the era’s business statesmen, AEI shaped capitalist thought in that decade.

    A new cadre of rising Sun Belt entrepreneurs rejected this establishmentarian order, lusting for something more muscular. As Blumenthal points out, many of the nouveaux riches ran their own firms, unlike the old elite, who were the heads of public corporations. To the new class, that traditional order was stagnant. In 1973, beer mogul Joseph Coors founded the conservative think tank the Heritage Foundation, which took some time to get going but eventually became a powerhouse as the Reagan revolution set in.

    This new subclass brought a fresh worldview. As Blumenthal puts it, “The Sunbelt entrepreneurs possess neither authority endowed by inheritance nor authority stemming from bureaucratic function. For almost all Sunbelt entrepreneurs, social status is derived entirely from crisp new money.” Heritage, the intellectual avatar of this consciousness, spun forth multiple-volume briefings for the Reagan administration, much of which found its way into policy.

    But the big capitalists weren’t screaming for Ronald Reagan. In Blumenthal’s telling, they had to be pulled in his direction, and the think tanks played an important role in that process. Walter Wriston, the influential chair of Citibank from 1967 to 1984, said that his East Coast business set underestimated Reagan’s skills. His crowd initially preferred a more orthodox candidate, like former Texas governor John Connally or George H. W. Bush, for the presidency in 1980. But they came around. David Rockefeller provided the ultimate blessing: “My enthusiasm has grown. I didn’t adequately recognize the strength of his leadership.” Rockefeller’s conversion came about despite the early conservative movement’s ire toward his family and institutions like the CFR that it endowed.

    Blumenthal’s arrivistes held a mix of envy and contempt for the old establishment, resenting its prestige while lamenting its decadence. It’s curious how that view still pervades the American right, even though that old establishment is considerably reduced. Equally curious is how its institutions, the Ivy League universities, have become the boutique workshops for producing today’s meritocracy. While it’s tempting to point only at the Democratic side of that formation — the Clintons, Barack Obama — some of our leading right-populists have a similar institutional pedigree, a formation distinguished by its denunciation of elites. Josh Hawley went to Stanford and Yale Law; Mike Pompeo, Tom Cotton, Ted Cruz, and Ron DeSantis all went to Harvard Law. The former New Right, once the joint project of a rising subclass and movement conservatism, has aged into a game played by cynics.

    Blumenthal’s account centers on movement conservatism, which the corporate establishment didn’t participate in. But it began mobilizing on its own, developing new institutions and reviving older ones to fight the inflation-prone, worker-friendly(ish) Keynesian order and impose what we would later call the neoliberal agenda.

    As Benjamin Waterhouse emphasizes in Lobbying America, many of the businesspeople who pushed that neoliberal agenda in the 1970s were neither movement conservatives nor self-made entrepreneurs but career managers. They were often socially liberal. But they objected to the host of new demands coming from women and racial minorities, as well as to the explosive growth in regulation. This strained the accommodation with the New Deal and the Keynesian state beginning in the late 1960s, a discontent that intensified in the 1970s when inflation and fiscal recklessness seemed not like transient problems but the foundations of a new disorder. Deepening the hurt feelings of capitalists was perceived hostility to business in public opinion, popular culture, and, increasingly, among their employees.

    The major old-line business lobbies, the National Association of Manufacturers and the US Chamber of Commerce, had lost credibility and power in Washington because of their relentless anti-labor and anti–New Deal stances in the postwar decades, ceding ground to more accommodationist organizations.

    It took some time for capital to mount its counterrevolution. Modern business political action committees (PACs) got their start in the early 1960s, but their ranks were thin and their legal status murky until the Federal Election Commission legalized them in 1975. The number of corporate PACs subsequently exploded.

    You can’t tell the story of the new political consciousness of the 1970s business class without mentioning the Powell Memorandum, named after Lewis F. Powell, then a corporate lawyer and later a Supreme Court justice. Writing to the Chamber of Commerce in 1971, Powell worried about “the Communists, New Leftists and other revolutionaries who would destroy the entire system,” but he worried even more about the spread of antibusiness attitudes in previously respectable realms like academia, the media, and churches, and among intellectuals, artists, and even politicians. He lamented the passivity of business in the face of these existential threats and urged a massive ideological mobilization by capital to make a fundamental case for its legitimacy.

    While the influence of the Powell memo is sometimes exaggerated, it did embody the business wisdom of the time and help inspire a quadrupling of the Chamber’s membership during the 1970s. Shedding its musty reputation but not its conservative politics, it reinvented itself as a slick, modern organization — but one railing against occupational safety inspectors and environmental regulations. It argued that business had no social responsibility, a position once associated with marginal figures like Milton Friedman, who was himself on the verge of becoming not at all marginal. The renascent Chamber became an important part of the Right’s institutional structure.

    But capital was organizing on other fronts as well. The Business Roundtable, made up of the CEOs of 150 large corporations, was founded at a private club in Manhattan in 1973 to fight the antibusiness drift of American politics. But the founding wasn’t on the executives’ initiative — they needed political actors to organize them, as they often do. When visiting Washington in 1971, John Harper, CEO of Alcoa, was urged by Treasury secretary John Connally and Federal Reserve chair Arthur Burns to form a “nonpartisan” lobbying group for big business as a whole — something that had never existed before. There were specific trade associations but nothing to represent the whole crew. Harper and several colleagues founded the Roundtable in 1973, an early sign that capital was becoming a class “for itself,” one capable of consciously organizing to pursue its own power and interests. It was, unlike the Heritage Foundation crowd, bipartisan, pragmatic, and (by its own imagining) nonideological.

    The Roundtable came into being just as the Right was founding its flagship think tanks: Heritage was born in the same year, 1973, and the Cato Institute four years later. For that relatively brief moment — the late 1970s into the early 1980s — productive parallel agitation by the mainstream business lobby and the newly mobilized right would result in moments of political triumph like the appointment of Paul Volcker to the chairmanship of the Federal Reserve and the election of Ronald Reagan as president. Together, Volcker and Reagan would end the “inflationary spiral” of the 1960s and 1970s and break the economic and political power of organized labor.

    That triumph, however, would lead to a dissolution of capital’s broad political unity. As Lee Drutman shows in The Business of America Is Lobbying, his history of the industry, after creating an infrastructure for politicking, the focus of business narrowed dramatically, to sectoral and even firm-specific issues. Its fragmentation was so complete that it was unable or unwilling to mobilize when a posse of hopped-up reactionary GOP backbenchers shut down the government and threatened default on Treasury bonds. In an interview, Drutman explained this silence as a symptom of capital’s narrowing field of vision:

    It’s a business-wide issue, and they’re all looking out for their own narrow interests . . . Business rarely lobbies as a whole . . .Success has fractured them. When there was a lot at stake, it was easy to unify. They felt like they were up against Big Government and Big Labor. But once you don’t have a common enemy, the efforts become more diffuse . . . There’s not a sense of business organized as a responsible class.

    Most of the organizational energy ever since has been on the Right. The most prominent figure in that agitation for decades has been Charles Koch, a rare case of a serious capitalist organizing independently on his class’s behalf. Along with his late brother David, Charles has led a small but very rich network of plutocrats who have pushed American politics to the right at every level of government over the last few years. The family’s money comes from control of a private company, Koch Enterprises, with $115 billion in annual revenues. Were it a public corporation, it would rank around seventeenth in the Fortune 500.

    The Koch network organizes regular conferences for the like-minded, where they raise money and plot strategy, and their tentacles have spread into every state in the country. The circle — now with hundreds of major donors, distributing hundreds of millions of dollars every year — is thick with hedge fund managers and fossil fuel magnates, supplemented by a rank and file drawn from the pass-throughs in the top 0.1 percent. At the summit, financiers like Steven Cohen, Paul Singer, and Stephen Schwarzman — who mostly run their own investment funds rather than working for established banks — were drawn to the enterprise in the early Obama years, fearing he was a reincarnation of FDR about to crack down on their business models. (As it turned out, he never did much more than call them “fat cats” once, a remark many on Wall Street never forgave him for.) They were joined by carbon moguls who were afraid Obama was serious when he said, upon clinching the Democratic presidential nomination in 2008, “this was the moment when the rise of the oceans began to slow and our planet began to heal.” A big portion of the Koch network consists of financiers who own their own firms and not public corporations. They don’t like anyone telling them what to do — neither government nor outside shareholders.

    Unlike many on the Left, Charles Koch has never seen a contradiction between electoral work and other organizing. His network showers cash on right-wing candidates up and down the ballot, but it also supports professors, think tanks, publications, and advocacy organizations — all as part of a coherent, long-term, and ideologically rigorous strategy. There’s nothing remotely like them in US politics.

    That’s not to say there isn’t some big money on the liberal left — just not as much, and not as ideologically coherent. The closest liberals come is the Democracy Alliance (DA), which was founded in 2005 and gets money from George Soros and other, less famous monied liberals. But it distributed only about $500 million in the first decade of its existence — less than the Koch network spends on one election cycle. And unlike the Koch network, whose spending is tightly controlled by the leadership, DA members decide where to spend their money.

    For Koch, following the model laid down by Friedrich Hayek and his comrades, political ideas have a production chain. The Mont Pelerin Society, the organization of neoliberal economists convened in a village by that name in Switzerland in 1947 on Hayek’s invitation, had a clear conception of how to spread its influence. Peak intellectuals, like Hayek, Ludwig von Mises, Milton Friedman, and other luminaries of the movement, would develop ideas, which would spread down to think tanks, then to politicians and journalists, and finally to the public. (Friedman spanned several levels of the hierarchy at once, writing books and papers that were influential in the economics profession at the same time he lobbied politicians and wrote a column for Newsweek.) As Burton Yale Pines of the Heritage Foundation put it back in the 1980s, “Our targets are the policy-makers and the opinion-making elite. Not the public. The public gets it from them.”

    One of the principal actors in the Koch family’s intellectual production and distribution network has been Richard Fink. Fink, then an NYU grad student in economics, dropped in on Charles one day in the late 1970s and asked for money to found a libertarian institute. Koch wrote him a check, which he used to set up the Center for the Study of Market Processes at Rutgers. He soon relocated it to George Mason University (GMU), where it became the Mercatus Center. In 1985, the Koch-funded Institute for Humane Studies moved from California to join Mercatus at GMU. This sequence of events transformed a formerly obscure state university in the DC suburbs into the Vatican of libertarian intellectual life. They’ve reproduced the model at universities around the country, financing institutes and endowing chairs with considerable influence over the direction of research. Unlike many leftists, Koch and co. take academia seriously.

    In a 1996 article, Fink outlined his master strategy: an intellectual economy of producer goods and consumer goods, as in the real economy, reminiscent of the Mont Pelerin structure. The intellectuals, often university-based, are the makers of the producer goods (ideas), which are then transformed into intermediate goods by think tanks, and ultimately into products for mass application by activists. Or, as Koch himself put it, “libertarians need an integrated strategy, vertically and horizontally integrated, to bring about social change, from idea creation to policy development to education to grassroots organizations to lobbying to litigation to political action.” He’s done a lot to make it happen.

    Think tanks are the middlemen in the production and dissemination of ideas. One of the most important has been the Cato Institute, founded in 1977 with Koch money. The name came from Murray Rothbard, the libertarian economist, who emphasized there was nothing “conservative” about the institute’s mission: he dismissed conservatism as “a dying remnant of the ancien régime . . . ineluctably moribund, Fundamentalist, rural, small-town, white Anglo-Saxon America.” For Rothbard — like Koch and Cato — libertarianism is a revolutionary doctrine. Koch money also funded the Reason Foundation, best known for its eponymous magazine. Reason was founded by a Boston University student in 1968 and published out of his dorm room in its early days. A decade later, Charles Koch agreed to finance it if it remained “uncompromisingly radical.”

    All these Koch-fueled entities — GMU, Cato, Reason — busily schooled Republican politicians and operatives throughout the 1980s and 1990s on the wisdom of privatization and austerity.

    There are other right-wing mega-donors, though none with the broad scope and vision of Koch. Hedge-fund billionaire Robert Mercer, who was originally part of the Koch network and then went off on his own, was a major funder of the Trump campaign and the Breitbart News operation. Another striking pair of characters is Richard and Elizabeth Uihlein. Richard inherited a bunch of Schlitz beer money and then built a second fortune in the Uline packaging business. They support media, like the Federalist, and candidates that some on the Right find a little hot to handle, like Roy Moore, the Alabama judge with a taste for teenage girls. They’re also major supporters of the Club for Growth and Scott Walker, former governor of their home state, Wisconsin.

    Right-wing funders, led by the Koch network, have created scores of policy outlets around the country. The State Policy Network (SPN) has sixty-six affiliates and over eighty associates populating every state but North Dakota. Founded in 1992 by the industrialist Thomas A. Roe, who had set up the first of these think tanks in South Carolina six years earlier on a suggestion from Ronald Reagan (politicians in the lead again!), the SPN flock develops policies, disseminates propaganda, and trains personnel to promote “economic liberty, rule of law, property rights, and limited government,” which, in practice, means gutting regulations, cutting taxes and services, privatizing public schools and pension systems, and destroying unions.

    Closely associated with the SPN is the American Legislative Exchange Council (ALEC), which shares funders and priorities but operates at the political ground level, writing bills and lobbying legislators. Since state and local governments often function in obscurity, with part-time legislators and thin staffs, having prewritten bills and trained politicians is a vital lubricant for the right-wing agenda. Aside from the usual right-wing funding sources, ALEC also draws from a wide variety of business interests, often by offering their assistance on a specific policy issue and then bringing the firms more permanently into the fold.

    It’s an impressive network, running from the Oval Office all the way down to places like Schoharie County, New York, where a Mercer-funded think tank has been agitating. It’s been crucial to Republican control of statehouses across the country, influencing the shape of Congress because of their jurisdiction over districting and electoral law.

    Despite this power, the Right has never achieved political hegemony, nor have its business patrons achieved economic hegemony. The Koch network is rich, but its wealth pales next to the Fortune 500’s cash flow. One way to make this point is to poke about their think tanks, where money is made into policy. There’s a decided lack of big names.

    The board of the Cato Institute, despite its ties to the Koch world, is heavy with second-tier and third-tier capitalists — the chair of something called TAMKO Building Products, a Missouri-
    based firm; a managing director with Susquehanna International Group, a money management firm based in Bala Cynwyd, Pennsylvania; and the former owner of the Tennessee-based Young Radiator Company. Koch aside, it’s light on seriously elite connections.

    As is the Heritage Foundation. Its president, Kay C. James, was previously a dean at Regent University, the school founded by televangelist Pat Robertson. Another link to the educational right is board member Larry Arnn, president of Hillsdale College, a deeply conservative institution that takes no federal cash so Washington can’t tell it what to do. Other trustees include a corporate headhunter with two degrees from Baptist colleges; a real estate developer and chair of a food service company, both of which almost no one has heard of; the chair of a small maker of wearable biosensors; the head of a small private equity firm; another PE guy who advertises himself as “a life member of MENSA and the NRA”; and “one of America’s leading authorities on the development of human potential and personal effectiveness.” Its major funders contain few recognizable names outside standard right-wing circles (Bradley, Coors, Scaife, Walton). Its lower order of funders includes some big names — ExxonMobil, GE, Google, Visa — but they’re greatly outnumbered by much smaller ones.

    Contrast this with the centrist Brookings Institution, whose board includes ambassadors from Goldman Sachs, Deutsche Bank, TD Bank, Duke Energy, and Young & Rubicam. Its top funders include the Gates Foundation, the Hewlett Foundation, the Carnegie Corporation, the Rockefeller Foundation, Comcast, Google, JPMorgan Chase, Chevron, Exxon-Mobil, Shell, Time Warner, Toyota, AIG, and the governments of Japan, Qatar, and the United Arab Emirates — and even the libertarian would-be secessionist Peter Thiel, who, like any big investor, knows the importance of diversification. Or take the Clintonite Dems’ favorite think tank, the Center for American Progress, which has a “Business Alliance” — price of admission: $100,000 — that includes Comcast, Walmart, GM, GE, and Boeing.

    But their relatively inferior class status still hasn’t stopped the Right from winning lots of fights. As Blumenthal pointed out, the businessmen around Reagan were not heavyweights; they brought us Duracell batteries, the Diners Club credit card, and Lassie — two second-tier brands and a defunct fictional dog. Despite that light footprint, their intense organization and commitment have allowed the Right to punch way above its weight. These intrepid capitalists served as an avant-garde for their larger, more cautious comrades. It’s a messy business, cutting taxes and regulations.

    Another dimension of the Right’s influence is what it does to the respectable left. As Thatcher adviser Sir Alan Walters told me at a conference twenty years ago, the Iron Lady’s most lasting achievement was her transformation of the Labour Party, which had ceased to stand for much. Something analogous happened with the post-Reagan Democratic Party, which has played an enormous supporting role in the organizational and ideological collapse of New Deal/Great Society liberalism. The party turned its attention away from the urban working class (which was savaged by deindustrialization) and toward professionals in the suburbs. But you would never characterize this formation as brimming over with political or intellectual passion of any sort.

    Trump is thankfully a fading memory, but his relation to the right-wing counter-establishment is worth a closer look. Most weren’t all that interested in him; he certainly served part of their agenda, but the economic nationalism bothered these apostles of the free movement of goods, capital, and labor. An exception was Robert Mercer, the hedge fund billionaire famous for Cambridge Analytica (which turned out not to be some AI Svengali but rather a bit of a fraud), who threw Trump some money and brought Steve Bannon and David Bossie — the head of Citizens United, who mounted the famous legal case that opened politics to vast and secretive funding — into his orbit. Bannon and Bossie gave Trump, never much on political philosophy, some right-wing ideology (notably “America First nationalism”) and connections. The Koch set at first kept their distance from the new administration. But they did have an in through Marc Short, Mike Pence’s chief of staff, who headed a Koch front group called Freedom Partners from 2011 to 2015. Trump — or, given his ignorance of policy, more likely Pence — soon turned to the Koch network for advice on staffing his new administration.

    A well-organized force is ideally suited to fill a vacuum. The Koch touch was most visible in energy and environmental policy, but they had personnel placements elsewhere as well. Former CIA director and secretary of state Mike Pompeo was once known as “the congressman from Koch” when he represented the Wichita area in Congress from 2011 to 2016. Earlier, he had a business career in that city that was partly funded by Koch Industries.

    The network’s influence extended to informal advisers as well. Trump took advice on energy from pals like fracking magnate Harold Hamm, whom Jane Mayer described as a “charter member of the Kochs’ donor circle.”

    The Kochs won some victories in the Trump era: a generous loosening of energy and environmental regulation, friendly court appointments, and fat tax cuts. But they never did repeal Obamacare, and the tariffs and immigration restrictions were major losses. Trump’s rhetoric about immigration and Muslims were among the reasons Charles Koch refused to endorse him. Much of corporate America wasn’t happy with that part of Trump’s agenda either, but they were too happy with their tax cuts to do much about it until the Capitol riot.

    But a new class fraction did find expression in, or at least had affinities with, the Trump administration. As I argued above, the business coalition that came together in the 1970s to lobby for deregulation and tax cuts largely dissolved as a united force when it got what it wanted. Rather than a broad agenda, the business lobby narrowed to focus on sectoral and individual corporate interests. The Chamber of Commerce, though purporting to speak for business in general, came to rent itself out to specific clients, often unsavory ones. Big capital is socially liberal — or it pretends to be. It has no interest in the Christian right’s moral agenda, nor is it nativist. Almost every Wall Street and Fortune 500 company has a diversity department, handling everything from anti-racist training sessions to the corporate float for the annual LGBT pride parade. Their worldview is little different from Hillary Clinton’s — but they’re not passionately engaged in politics. They write checks, but profits are high, and the tax rate they paid on those profits over the last few years was the lowest it’s been since the early 1930s.

    They’re layabouts compared to the class fraction I’m describing, a gang made up of the owners of private companies as opposed to public ones, disproportionately in dirty industries. The financier wing comes largely out of “alternative investments,” hedge funds and private equity, not big Wall Street banks or Silicon Valley VC firms. Most alternative investment operations are run as partnerships with a small staff, often under the direction of a single figure. Collectively, they look like freebooters more than corporate personalities, and asset-strippers more than builders, be it natural assets in the case of the carbon moguls or corporate assets in the case of the PE titans. Trump himself ran a real estate firm with a small staff and no outside shareholders. Like a private equity guy, Trump loaded up his casinos with debt and pocketed much of the proceeds.

    The prominence of private ownership is striking, and it’s politically reactionary. Lately, institutional investors have been lobbying for some action on climate — not profit-threatening action, of course, but something. Central bankers are starting to make similar noises; they’re increasingly worried that a financial system reliant on carbon assets (which could easily collapse in value when they’re recognized for the climate-killers they are) might run into serious trouble. Since they have no outside shareholders, the Kochs and Hamms of the world are spared having to listen to this chatter.

    This alliance between the private corporate form and political reaction is a reminder of Marx’s observations on the topic. He described the emergence of the corporation, with its separation of ownership and management, as “the abolition of the capitalist mode of production within the capitalist mode of production itself, and hence a self-abolishing contradiction.” Workers could hire managers as easily as shareholders, or maybe perform the task themselves. The stockholder-owned public corporation was a stepping-stone to a truly public entity. Short of that ambition, public firms are more transparent and subject to outside pressure than those controlled by a small, secretive circle of owners.

    But, as we’ve seen, such owners have proven highly capable of organizing as a political force. Corporate America isn’t averse to working with Koch organizations. Exxon and Microsoft worked with the Koch-heavy Citizens for a Sound Economy to push very specific agendas. But these are usually temporary, targeted crusades; none have the durability and ubiquity that the Koch agenda itself has. And that agenda has a substantial toehold on state power.

    Returning to the theories of Nicos Poulantzas, while there are often divisions within the capitalist class, its predominant bloc organizes a “general interest.” The contradictions remain, but the hegemonic fraction creates sufficient consensus to rule by universalizing its worldview as part of its dominance (or, as Marx put it in a classic formulation, “the ideas of the ruling class are in every epoch the ruling ideas”). That kind of consensus seems to be missing in US politics in recent decades, a point that became very clear during the Trump era. The corporate and financial establishment, initially suspicious of rule by such a volatile incompetent, never tried to rein him in. He was never interested in a universalizing rhetoric, as Poulantzas’s hegemonic fraction is supposed to be. Instead, he stoked division almost every time he tweeted.

    Within the GOP, the petit bourgeois mass base — the car dealers and accountants — is in conflict with its big business wing, and neither can gain political or ideological hegemony over the whole society. (That intraclass conflict became sharp and visible during Trump’s second impeachment hearing.) The Democrats, for that matter, look divided between the old centrist DLC faction — tied to parts of Wall Street and big capital, represented by Biden — and a younger, more leftish, and more energetic activist wing. It’s much easier to imagine (to take some names from the fuzzy past) Everett Dirksen and Lyndon Johnson coexisting in the same universe than to picture Marjorie Taylor Greene and Ro Khanna as colleagues in governance. Until the 1990s, the federal government never shut down for any length of time because of the inability to pass a proper budget; since 1995, the US government has shut down to a significant degree five times, for a cumulative total of eighty days, and political leaders openly suggested that a default on Treasury securities might be a salutary measure. There’s something fractured in a state that engages in periodic shutdowns.

    Bourgeois pundits often lament “divided government” and the inability to compromise, which they attribute to partisanship or bad temperaments. A more fundamental reason may be that no fraction of capital, neither the older centrist kind nor the upstart right-leaning kind, is able to achieve hegemony. The Right has considerable strength at elite levels, but in the popular realm, it’s only the Electoral College, voter suppression, and aggressive gerrymandering that keeps it electorally competitive. Its position is greatly aided, however, by the deep weakness of more centrist forces, who lack serious intellectual or political energy. As the Right discredits itself with ludicrous attacks on the Capitol and farcical QAnon conspiracies, the center-left is feeble. The geriatric nature of the mainstream Democrat leadership is a sign of exhaustion. We’re a long way from when DLC-style politics, as terrible as they were, had at least the superficial appeal of novelty. Now we’ve got the No Malarkey Express parked in the Oval Office.

    Elite division looks to be in stark contrast with the coherence and breadth of the WASPs, a relatively narrow, homogenous owning class bound by inherited wealth that married out of the same mating pool; went to the same schools; belonged to the same clubs; owned a lot of capital; ran the major industrial companies, law firms, and banks; ran major educational institutions like prep schools and universities; ran major cultural institutions like universities and museums, as well as the philanthropies that shaped social thought and cultural life; and defined the limits of liberal politics. WASPs also populated government, like C. Douglas Dillon in the Treasury or Dean Acheson at the State Department or Nelson Rockefeller as the governor of New York. We shouldn’t be nostalgic for them; they were often deeply racist and driven by notions of the “white man’s burden.” But they had a unity and authority that our current rabble of grifters and parvenus lacks.

    That stratum’s leading analyst, the sociologist E. Digby Baltzell (himself a product of Philadelphia’s Main Line) thought a society like ours needed an authoritative elite of the sort his brethren once were. As he put it:

    [U]nfortunately success is not synonymous with leadership, and affluence without authority breeds alienation . . . the inevitable alienation of the elite in a materialistic world where privilege is divorced from duty, authority is destroyed, and comfort becomes the only prize . . .

    The essential problem of social order, in turn, depends not on the elimination but the legitimation of social power. For power which is not legitimized tends to be either coercive or manipulative. Freedom, on the other hand, depends not in doing what one wants but on wanting to do what one ought because of one’s faith in long-established authority.

    For those of us who believe in democracy, this is an unacceptably hierarchical view of society. But in a society like ours, one deliberately structured to magnify elite authority and limit the power of the horde — if you don’t believe me, check out Federalist No. 10, in which James Madison makes it quite explicit his constitution was designed to do just that — the quality of governance depends profoundly on the nature of that elite. Our contemporary pack of plutocrats and scammers looks incapable of legitimation or coherent rule — and it appears to be nowhere near up to the challenge of climate change. Maybe Biden’s top economic adviser, Brian Deese, who came to the White House after handling ESG issues for BlackRock, will organize his class buddies into a significant force on addressing climate, but Larry Fink’s objections to Biden’s early executive orders suggest he’ll have quite a task on his hands. And that’s before the Koch network and the Freedom Caucus have gone to work.

    Alas, it must be conceded that, until the bonds of that constitution are broken and something approaching a real democracy is instituted, Baltzell has a point about how the loss of ruling-class authority — a legitimation crisis — might lead to social tensions and disorder. With the center so weak, it does present an opportunity for the organized right to make gains — but it presents an opening for the Left, too.

    Making revolution against the ruling class, however, is a hell of lot harder than making a revolution within it.

    #USA #capitalisme #lutte_des_classes #oligarchie #politique #affaires #commerce #élections #histoire

  • #CNews, première chaîne d’#intox de France… avec le soutien de l’Élysée

    La semaine dernière, CNews a pour la première fois dépassé #BFMTV en audience. Récompense suprême pour la chaîne qui propage des #fake_news sur des #controverses montées de toutes pièces : documentaire censuré à Orléans, #écriture_inclusive imposée à l’école, #Blanche-Neige victime de la “#cancel_culture”… Plus courageux encore, #Pascal_Praud désigne à la vindicte de la #fachosphère des responsables de services publics. Une action civique qui vaut à l’animateur d’être chouchouté par l’Élysée.

    « Merci à vous tous, chers téléspectateurs, salue #Sonia_Mabrouk mardi dernier. Vous avez placé hier CNews leader des chaînes d’information de France. » Devant BFMTV, et sans que cette dernière perde de part d’audience. La chaîne de #Bolloré a donc su attirer un nouveau public. « C’est une confiance qui nous honore, merci encore. » Une confiance de laquelle Sonia Mabrouk sait se rendre digne. « La guerre contre l’écriture inclusive menée par #Jean-Michel_Blanquer qui veut l’interdire à l’école, annonce-t-elle au sommaire de Midi news. L’écriture inclusive, une attaque contre notre langue et derrière, une idéologie. » Rappelons que Sonia Mabrouk, elle, est dépourvue d’idéologie. « Et puis nous parlerons de tags anti-police et donc anti-France d’une violence inouïe. » Ils ont causé des dizaines de blessés parmi les forces de l’ordre.

    « J’ai remercié les téléspectateurs qui ont placé hier CNews comme la chaîne leader des chaînes d’information, rappelle Sonia Mabrouk après le journal. Je remercie également les invités. De tous bords, c’est très important, chaque jour il y a la diversité des sujets et surtout des tendances. » De la droite extrême à l’extrême droite en passant par la gauche d’extrême droite, comme nous allons le vérifier. « Le ministre de l’Éducation a dit : Ça suffit ! Stop l’écriture inclusive à l’école !, relaie la présentatrice. — Il faut savoir l’enfer qu’on vit dans beaucoup de collectivités, gémit #Rudolph_Granier conseiller LR de Paris. À Grenoble, ils ont décidé de la rendre obligatoire dans les délibérations, c’est déjà le cas à la mairie de Paris. » Il faudrait mettre en place une cellule de soutien psychologique pour Rudolph Granier et ses collègues. « Moi, je pense aux personnes qui sont dyslexiques, qui sont aveugles. » Les aveugles ? Ils n’ont pas grand-chose à voir dans cette histoire.

    https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/styles/simplecrop1000/public/assets/images/capture_decran_2021-05-07_a_11.28.07.png?itok=tR4Ym5_J

    « Ça concerne les universités, Sciences Po, l’EHESS, Normale Sup, énumère Élisabeth Lévy. La triade des sciences humaines s’adonne à ça. Et si des profs ne mettent pas leurs demandes de financement en écriture inclusive, ils ont toutes les chances de se faire retoquer. » Information inventée de source sûre. « On est encore l’otage de groupuscules. » Terroristes. Le seul invité de tous bords de gauche prend la parole. « Autant je suis pour qu’on dise “madame la ministre”, revendique #Philippe_Doucet, du PS, mais je suis contre cette histoire d’écriture inclusive. » Ouf, les « socialistes » ne cèdent pas à la pression des preneurs d’otages. « Mais pourquoi le ministre de l’Éducation fait cela ? » s’auto-interroge Sonia Mabrouk pour mieux s’auto-répondre : « L’écriture inclusive et la théorie du #genre ont pris le dessus par exemple au #CNRS, c’est ce que vise le ministre. » Philippe Doucet fait assaut de bonne volonté : « Je suis contre la #culture_woke et pour la République. » Rappelons que l’écriture inclusive menace la République, ses partisans étant notoirement friands de dictature militaire.