• #perpignan-Rungis : le gouvernement préfère des milliers de #camions supplémentaires plutôt que le #fret ferroviaire
    http://carfree.fr/index.php/2019/11/04/perpignan-rungis-le-gouvernement-prefere-des-milliers-de-camions-supplementa

    La ligne de train Perpignan-Rungis, qui permet d’approvisionner l’Île-de-France en fruits et légumes, doit rouvrir ce 1er novembre, a promis la ministre Elisabeth Borne. Sa réouverture permettra d’éviter la pollution Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Réchauffement_climatique #Transports_publics #livraisons #paris #sncf #trains

  • Et la ZAD sauvera le monde..., par Frédéric Lordon (Le Monde diplomatique, octobre 2019)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2019/10/LORDON/60498

    Il est certain que le renversement de masse est souterrainement préparé par une série de décrochages individuels. Ça cède d’abord en silence dans les têtes, et l’épidémie de désertions se répand d’autant plus vite qu’abondent les exemples alentour. Il est certain également que, toutes choses égales par ailleurs, le désastre climatique accélérera les déplacements — nécessité commencera à faire loi. En ce sens, le ressort du désir d’en finir avec l’ordre capitaliste, c’est de ce côté que, de plus en plus, il va prendre consistance.

    #ZAD #mondialisation #libéralisme #consumérisme #environnement #alternative

  • Vous êtes un des deux #cyclistes de la #ville
    http://carfree.fr/index.php/2019/10/30/vous-etes-un-des-deux-cyclistes-de-la-ville

    Les #élections municipales de mars #2020 constituent un moment clé pour la désignation dans votre ville d’un maire réellement favorable au développement du #Vélo et des transports collectifs et à Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #aménagement #brest #grenoble #internet #lyon #montpellier #nantes #pistes_cyclables #politique #strasbourg

  • C’est la #uber #économie, stupide !
    http://carfree.fr/index.php/2019/10/28/cest-la-uber-economie-stupide

    Les libéraux sont incroyables. En plein débat sur la sécurité dans les #trains suite au droit de retrait massif des cheminots il y a moins de 15 jours, le gouvernement Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Insécurité_routière #Transports_publics #libéralisme #privatisation #sécurité_routière #sncf #société #TER #transports #transports_en_commun

  • Carfree France soutient les agents #sncf en lutte pour la sécurité des usagers
    http://carfree.fr/index.php/2019/10/21/carfree-france-soutient-les-agents-sncf-en-lutte-pour-la-securite-des-usager

    Un #accident qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques a eu lieu le 16 octobre 2019 en #Champagne-Ardenne. En effet, un train #TER a percuté un convoi exceptionnel sur un Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Transports_publics #reims #sécurité #services_publics #trains #transports_en_commun

  • La disparition de la #pollution
    http://carfree.fr/index.php/2019/10/10/la-disparition-de-la-pollution

    En général, on montre des cartes de pollution. Voici une #carte qui montre l’absence de pollution sur une partie du #périphérique parisien, grâce à sa fermeture provisoire dans le cadre Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Fin_de_l'automobile #Marche_à_pied #Pollution_automobile #Quartiers_sans_voitures #Vélo #Vie_sans_voiture #actions #microparticules #NO2 #ozone #paris

  • En #Appuii aux habitants

    Si on vous dit 1968-2018 ? Vous répondez cinquantenaire du joli mois de mai ? Oui, mais pas que : on célèbre aussi les 50 ans du Droit à la ville, livre d’Henri Lefebvre. L’occasion parfaite d’interroger Sylvain, salarié d’Appuii, #association qui lutte aux côtés des habitants de #quartiers_populaires confrontés à la #démolition ou à la #rénovation de leurs lieux de vie.

    Comment est née l’association Appuii [1] ?

    « Tout a commencé en 2005, à La Coudraie, un quartier populaire sur les hauteurs de Poissy, en Île-de-France. Il est situé sur un terrain très attractif, dans une ville et un département plutôt riches. De quoi donner des envies à certains… Le maire avait ainsi pour idée de détruire ce quartier d’habitat social. Mais les habitants ne se sont pas laissé faire, luttant contre une décision qu’ils jugeaient arbitraire et méprisante. Certains d’entre eux sont même allés toquer à la porte de l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette. Et des étudiants ont accepté de leur donner un coup de main – certains se sont investis bien au-delà du cadre de leurs études. Une mobilisation très large, qui a payé : le quartier n’a pas été rayé de la carte.

    La bataille s’est menée sur deux fronts. Un volet ‘‘classique’’ : manifestations, occupation et médiatisation. Et un volet technique, en fournissant des éléments précis, en faisant des propositions, en épluchant les dossiers… Les habitants mobilisés ont ainsi acquis des compétences, jusqu’à être plus au fait des processus urbains que les élus. Et ils l’ont fait dans un vrai esprit de vivacité démocratique : ils se réunissaient et se réunissent encore chaque semaine, ils débattent et avancent ensemble.

    Dans la foulée de cette mobilisation, des chercheurs, amicales de locataires et habitants ont commencé à travailler ensemble dans le cadre d’un programme de recherche-action centré sur la rénovation urbaine et financé par la région Île-de-France. Il s’agissait de monter des actions communes, de réfléchir aux situations de conflit – à Vitry-sur-Seine, ça a même donné un film, Apprendre à travailler ensemble. Un succès. À tel point qu’à la fin du programme, certains participants se sont dit que ça répondait à un vrai besoin et qu’il fallait continuer. Avec pour objectif de créer un outil commun qui réponde aux questions des habitants concernés. À leur envie d’être acteurs, et non passifs ou dépossédés. Une sorte de SOS urbain.

    Tout ça s’est formalisé en 2012 avec la création d’Appuii, association un peu hybride. Y participent des universitaires, des professionnels (ou futurs pros) des métiers de la ville, des militants de quartiers populaires et des habitants qui vivent (ou ont vécu) des projets urbains importants. Toutes les participations sont bénévoles – je suis le seul salarié, chargé de coordonner les différentes actions. »

    En théorie, la loi impose la concertation avec les habitants d’un quartier sur le point d’être rénové, a fortiori quand le financement provient de l’Anru [2]... Ce n’est que de la poudre aux yeux ?

    « La concertation est certes inscrite dans la loi. Et des bureaux d’études sont missionnés par les acteurs institutionnels qui portent un projet urbain, pour le présenter à la population. Mais ça ne marche que dans un sens : les habitants peuvent au mieux exprimer des avis, sans savoir s’ils seront pris en compte. C’est très insuffisant. Il faut de vrais espaces de débat, dans lesquels les habitants disposent d’outils pour faire valoir leurs droits, peser dans le processus, émettre d’autres propositions. D’où l’idée de créer une sorte de plate-forme, de réseau.

    Les discours des décideurs ont évolué sur la question de la participation, mais cette évolution n’a pas forcément été suivie d’effets. Parfois, tout est même fait pour étouffer les initiatives… L’Anru reconnaît elle-même le manque de concertation de sa première vague de rénovation urbaine, dans les années 2000. Elle a donc lancé des conseils citoyens pour la deuxième vague, qui a débuté il y a deux ans. Avec Appuii, on a mené un gros travail pour voir si ces conseils fonctionnaient. Au final, on a constaté qu’ils ne changeaient pas grand-chose : la démolition/reconstruction imposée aux habitants reste la norme. »

    De quelle façon intervenez-vous ?

    « Appuii n’est ni un labo de recherche, ni une association de professionnels, ni un collectif local de quartier. Mais un peu tout ça mélangé – il y a différentes sensibilités et des membres d’horizons divers. On intervient seulement quand on est sollicités par un groupe d’habitants déjà constitué et mobilisé. Quand c’est le cas, on essaye de rapidement nouer contact avec d’autres habitants et collectifs locaux, puis on élargit à d’autres structures – par exemple, le Dal [3], Pas Sans Nous, des associations de locataires…

    Mais on n’est pas un syndicat des quartiers populaires, il n’y a aucune volonté de représenter. Notre rôle tient d’abord aux conseils (techniques, méthodologiques, voire juridiques), puis à la mise en réseau, en tissant des liens et en apportant des retours d’expérience d’autres quartiers. Avec pour objectif qu’il y ait des échanges entre les groupes concernés par des rénovations urbaines (surtout quand elles relèvent de la politique nationale de l’Anru). Appuii est d’abord un facilitateur. On fait par exemple circuler des chartes de relogement produites par des groupes locaux, afin que d’autres s’en emparent, ainsi que des conseils juridiques, des astuces pour financer un avocat…

    L’association ambitionne aussi, à un autre niveau, d’amener les professionnels à s’interroger sur leurs pratiques. Par exemple, dans le domaine juridique : la plupart des avocats spécialisés dans l’urbain travaillent pour les aménageurs, promoteurs et collectivités. Ils se placent rarement au service d’habitants en lutte. Résultat : il y a peu de recours sur les opérations de renouvellement urbain, et trop peu d’attention est portée aux droits des résidents. D’où notre idée de constituer une sorte de réseau de compétences solidaires. Et ce n’est pas qu’une question de diplôme. Par exemple, quand il y a eu des problèmes de plomberie à La Coudraie, c’est un habitant bossant sur des chantiers qui comprenait le mieux les défauts de la réhabilitation et était capable de les expliquer. »

    Y a-t-il une lutte dont tu voudrais particulièrement parler ?

    « Celle de Fresnes à la cité des Groux, une cité de 200 logements. On a été appelé par l’association locale, Renaissance des Groux, qui lutte contre un projet de démolition totale du quartier, ni justifié, ni concerté. Les gens l’ont appris du jour au lendemain. Ils n’avaient pas l’habitude de s’exprimer et se sont demandé comment empêcher le bailleur d’effacer leur quartier et comment faire face aux pressions. Appuii est alors venue leur prêter main-forte. Depuis deux ans, on a lancé (et participé à) pas mal d’initiatives : des ateliers pour enfants, des pétitions, des recueils de témoignages d’habitants, la construction d’une maquette du quartier, une expo de photos… Le but : redonner une place centrale aux habitants. Pour qu’ils construisent des envies communes pour le futur, sans se laisser abattre par le mépris des institutions – par exemple, le bailleur ne répond ni à leurs sollicitations, ni à leurs courriers… En parallèle, Appuii a aussi lancé une procédure pour avoir accès aux documents administratifs. »

    Comment vois-tu les différentes luttes d’habitants dans l’Hexagone ?

    « Que ce soit en Île-de-France, à Nantes, à Échirolles, à Marseille ou à Clermont-Ferrand, un même constat se fait jour, celui de la nécessité d’une convergence des luttes urbaines. Il faut croiser les luttes, qu’il s’agisse de sauver des terres agricoles ou de combattre des projets imposés et destructeurs. C’est la seule façon d’exister face à la machinerie de communication des métropoles ou promoteurs. Et de faire échec aux logiques de la ville industrielle, puis post-industrielle : relégation des plus pauvres et accaparement des terres pour le seul profit. Des logiques très bien exposées par Henri Lefebvre dans Le Droit à la ville, livre fondamental dont on fête cette année les cinquante ans. Pour célébrer cet anniversaire, une série d’événements auront d’ailleurs lieu de mars à mai à Paris-Nanterre, Grenoble, Tours, Lille, etc. Il ne s’agit pas seulement de commémoration, mais de luttes actuelles pour faire vivre ce droit à la ville. »

    http://cqfd-journal.org/En-Appuii-aux-habitants
    #résistance #urban_matter #villes #géographie_urbaine #logement #droit_à_la_ville #concertation #participation #Fresnes #cité_des_Groux #France

    • Appuii

      L’association APPUII est composée d’enseignants-chercheurs, de professionnels des métiers de la ville, d’étudiants, de membres d’associations locales et d’habitants de quartiers populaires.

      APPUII intervient en soutien à des demandes de collectifs informels ou associations reconnues qui se mobilisent pour que la ville se fasse avec eux et non contre eux.

      Il s’agit de mobiliser des ressources, de renforcer des capacités, de mettre en place des intermédiations avec ces collectifs et associations afin de produire d’autres informations, des #alternatives d’aménagement ou des méthodes de débat.

      APPUII se positionne aussi à l’échelle nationale pour contribuer à alimenter une action sur la ville COOPERATIVE, SOUCIEUSE D’ECOUTE ET D’EGALITE.

      https://appuii.wordpress.com
      #alternative

  • What is ‘Energy Denial’ ?

    The fiftieth anniversary of the first Earth Day of 1970 will be in 2020. As environmentalism has gone mainstream during that half-century, it has forgotten its early focus and shifted toward green capitalism. Nowhere is this more apparent than abandonment of the slogan popular during the early Earth Days: “Reduce, Reuse, Recycle.”

    The unspoken motto of today’s Earth Day is “Recycle, Occasionally Reuse, and Never Utter the Word ‘Reduce.’” A quasi-taboo on the word “reduce” permeates twenty-first century environmentalism. Confronting the planned obsolescence of everyday products rarely, if ever, appears as an ecological goal. The concept of possessing fewer objects and smaller homes has surrendered to the worship of eco-gadgets. The idea of redesigning communities to make them compact so individual cars are not necessary has been replaced by visions of universal electric cars. The saying “Live simply so that others can simply live” now draws empty stares. Long forgotten are the modest lifestyles of Buddha, Jesus and Thoreau.

    When the word “conservation” is used, it is almost always applied to preserving plants or animals and rarely to conserving energy. The very idea of re-imagining society so that people can have good lives as they use less energy has been consumed by visions of the infinite expansion of solar/wind power and the oxymoron, “100% clean energy.”

    But… wait – aren’t solar and wind power inherently clean? No, and that is the crux of the problem. Many have become so distraught with looming climate catastrophe that they turn a blind eye to other threats to the existence of life. Shortsightedness by some who rightfully denounce “climate change denial” has led to a parallel unwillingness to recognize dangers built into other forms of energy production, a problem which can be called “clean energy danger denial.”

    Obviously, fossil fuels must be replaced by other forms of energy. But those energy sources have such negative properties that using less energy should be the beginning point, the ending point and occupy every in-between point on the path to sane energy use. What follows are “The 15 Unstated Myths of Clean, Renewable Energy.” Many are so absurd that no one would utter them, yet they are embedded within the assumption that massive production of solar and wind energy can be “clean.”

    Myth 1. ‘Clean energy’ is carbon neutral. The fallacious belief that “clean” energy does not emit greenhouse gases (GHGs) is best exemplified by nuclear power, which is often included on the list of alternative energy sources. It is, of course, true that very little GHGs are released during the operation of nukes. But it is wrong to ignore the use of fossil fuels in the construction (and ultimate decommissioning) of the power plant as well as the mining, milling, transport and eternal storage of nuclear material. To this must be added the fossil fuels used in the building of the array of machinery to make nukes possible.

    Similarly, examination of the life cycles of other “carbon neutral” energy sources reveals that they all require machinery that is heavily dependent on fossil fuels. Steel, cement and plastics are central to “renewable” energy and have heavy carbon footprints. One small example: The mass of an industrial wind turbine is 90% steel.

    Myth 2. ‘Clean energy’ is inexhaustible because the sun will always shine and the wind will always blow. This statement assumes that all that is needed for energy is sunshine and wind, which is not the case. Sunshine and wind do not equal solar power and wind power. The transformation into “renewable” energy requires minerals, including rare earth metals, that are non-renewable and difficult to access.

    Myth 3. ‘Clean energy’ does not produce toxins. Knowledge that the production of fossil fuels is associated with a high level of poisons should not lead us to ignore the level of toxins involved in the extraction and processing of lithium, cobalt, copper, silver, aluminum, cadmium, indium, gallium, selenium, tellurium, neodymium, and dysprosium. Would a comparison of toxins associated with the production of clean energy to fossil fuels be an open admission of the dirtiness of what is supposed to be “clean?”

    Another example: Processing one ton of rare earths – materials necessary for alternative energy –produces 2,000 tons of toxic waste. Similar to what happens with Myth 2, toxins may not be produced during the operation of solar and wind power but permeate other stages of their existence.

    Myth 4. ‘Clean energy’ does not deplete or contaminate drinkable water. Though water is usually thought of for agriculture and cooling in nuclear power plants, it is used in massive amounts for manufacturing and mining. The manufacture of a single auto requires 350,000 liters of water.

    In 2015, the US used 4 billion gallons of water for mining and 70% of that comes from groundwater. Water is used for separating minerals from rocks, cooling machinery and dust control. Even industry apologists admit that “Increased reliance on low ore grades means that it is becoming necessary to extract a higher volume of ore to generate the same amount of refined product, which consumes more water.” Julia Adeney Thomas, associate professor of history at the University of Notre Dame, points out that “producing one ton of rare earth ore (in terms of rare earth oxides) produces 200 cubic meters of acidic wastewater.”

    Myth 5. ‘Clean energy’ does not require very much land. In fact, “clean” energy could well have more effect on land use than fossil fuels. According to Jasper Bernes, author of The Work of Art in the Age of Deindustrialization, “To replace current US energy consumption with renewables, you’d need to devote at least 25-50% of the US landmass to solar, wind, and biofuels.”

    Something else is often omitted from contrasts between energy harvesting. Fossil fuel has a huge effect on land where it is extracted but relatively little land is used at the plants where the fuel is burned for energy. In contrast, solar/wind power requires both land where raw materials are mined plus the vast amount of land used for solar panels or wind “farms.”

    Myth 6. ‘Clean energy’ has no effect on plant and animal life. Contrary to the belief that there is no life in a desert, the Mojave is teeming with plant and animal life whose habitat will be increasingly undermined as it is covered with solar collectors. It is unfortunate that so many who express concern for the destruction of coral reefs seem blissfully unaware of the annihilation of aquatic life wrought by deep sea mining of minerals for renewable energy components.

    Wind harvesting can be a doomsday machine for forests. Ozzie Zehner, author of Green Illusions: The Dirty Secrets of Clean Energy and the Future of Environmentalism, warns: “Many of the planet’s strongest winds rip across forested ridges. In order to transport 50-ton generator modules and 160-foot blades to these sites, wind developers cut new roads. They also clear strips of land … for power lines and transformers. These provide easy access to poachers as well as loggers, legal and illegal alike.”

    As the most productive land for solar/wind extraction is used first, that requires the continuous expansion of the amount of land (or sea bed) taken as energy use increases. The estimate that 1 million species could be made extinct in upcoming decades will have to be up-counted to the extent that “clean” energy is mixed in with fossil fuels.

    Myth 7. ‘Clean energy’ production has no effect on human health. Throughout the centuries of capitalist expansion, workers have struggled to protect their health and families have opposed the poisoning of their communities. This is not likely to change with an increase in “clean” energy. What will change is the particular toxins that compromise health.

    Ozzie Zehner points out that creating silicon wafers for solar cells “releases large amounts of sodium hydroxide and potassium hydroxide. Crystalline-silicon solar cell processing involves the use or release of chemicals such as phosphine, arsenic, arsine, trichloroethane, phosphorous oxycholoride, ethyl vinyl acetate, silicon trioxide, stannic chloride, tantalum pentoxide, lead, hexavalent chromium, and numerous other chemical compounds.” The explosive gas silane is also used and more recent thin-film technologies employ toxic substances such as cadmium.

    Wind technology is associate with its own problems. Activist Caitlin Manning has reported on windmill farms in the Trans Isthmus Corridor of Mexico, a region “which is majority Indigenous and dependent on agriculture and fishing. The concrete bases of the more than 1,600 wind turbines have severely disrupted the underground water flows … Despite promises that they could continue to farm their lands, fences and security guards protecting the turbines prevent farmers from moving freely. The turbines leak oil into the soil and sometimes ignite … many people have suffered mental problems from the incessant noise.”

    Though the number of health problems documented for fossil fuels is vastly more than those for solar/wind, the latter have been used on an industrial scale for a much shorter time, making it harder for links to show up. The Precautionary Principle states that a dangerous process should be proven safe before use rather than waiting until after damage has been done. Will those who have correctly insisted that the Precautionary Principle be employed for fracking and other fossil fuel processes demand an equivalent level of investigation for “clean” energy or give it the same wink and nod that petrochemical magnates have enjoyed?

    Myth 8. People are happy to have ‘clean energy’ harvested or its components mined where they live. Swooping windmill blades can produce constant car-alarm-level noise of about 100 decibels, and, if they ice up, they can fling it off at 200 miles per hour. It is not surprising that indigenous people of Mexico are not alone in being less than thrilled about having them next door. Since solar panels and windmills can only be built where there is lots of sun or wind, their neighbors are often high-pressured into accepting them unwillingly.

    Obviously, components can be mined only where they exist, leading to a non-ending list of opponents. Naveena Sadasivam, a staff writer at Grist, gives a few examples from the very long list of communities confronting extraction for “clean” energy components: “Indigenous communities in Alaska have been fighting to prevent the mining of copper and gold at Pebble Mine in Bristol Bay, home to the world’s largest sockeye salmon fishery and a crucial source of sustenance. The proposed mine … has been billed by proponents as necessary to meet the growing demand for copper, which is used in wind turbines, batteries, and solar panels. Similar stories are playing out in Norway, where the Sámi community is fighting a copper mine, and in Papua New Guinea, where a company is proposing mining the seabed for gold and copper.”

    Myth 9. No one is ever killed due to disputes over ‘clean energy’ extraction or harvesting. When Asad Rehman, executive director of War on Want, wrote in May 2019 that environmental conflicts are responsible for “the murder of two environmental defenders each and every week,” his data was out of date within two months. By July 2019 Global Witness (GW) had tabulated that “More than three people were murdered each week in 2018 for defending their land and our environment.” Their report found that mining was the deadliest economic sector, followed by agriculture, with water resources such as dams in third place. Commenting on the GW findings, Grist staff writer Justine Calma noted that “Although hydropower has been billed as ‘renewable energy,’ many activists have taken issue with the fact that large dams and reservoirs have displaced indigenous peoples and disrupted local wildlife.”

    GW recorded one murder sparked by wind power. Murders traceable to “clean” energy will certainly increase if it out-produces energy from fossil fuels. The largest mass murder of earth defenders that GW found in 2018 was in India “over the damaging impacts of a copper mine in the southern state of Tamil Nadu.” Copper is a key element for “clean” energy.

    Myth 10. One watt of ‘clean energy’ will replace one watt from use of fossil fuels. Perhaps the only virtue that fossil fuels have is that their energy is easier to store than solar/wind power. Solar and wind power are intermittent, which means they can be collected only when the sun is shining or the wind is blowing, and storing and retrieving the energy requires complex processes that result in substantial loss of energy. Additionally, the characteristics of solar panels means that tiny fragments such as dust or leaves can block the surface and diminish efficiency.

    Therefore, their efficiency will be much less under actual operating conditions than under ideal lab conditions. A test described by Ozzie Zehner found that solar arrays rated at 1,000 watts actually produced 200-400 watts in the field. Pat Murphy, executive director of Community Solutions, notes that while a coal plant operates at 80-90% of capacity, wind turbines do so at 20-30% of capacity. Since they perform at such low efficiencies, both solar and wind energy require considerably more land than misleading forecasts predict. This, in turn, increases all of the problems with habitat loss, toxic emissions, human health and land conflicts.

    Myth 11. ‘Clean energy’ is as efficient as fossil fuels in resource use. Processes needed for storing and retrieving energy from intermittent sources renders them extremely complex. Solar/wind energy can be stored for night use by using it to pump water uphill and, when energy is needed, letting it flow downhill to turn turbines for electricity. Or, it can be stored in expensive, large and heavy batteries. Wind turbines “can pressurize air into hermetically sealed underground caverns to be tapped later for power, but the conversion is inefficient and suitable geological sites are rare.” Daniel Tanuro, author of Green Capitalism: Why It Can’t Work, estimates that “Renewable energies are enough to satisfy human needs, but the technologies needed for their conversion are more resource-intensive than fossil technologies: it takes at least ten times more metal to make a machine capable of producing a renewable kWh than to manufacture a machine able to produce a fossil kWh.”

    Myth 12. Improved efficiency can resolve the problems of ‘clean energy’. This is perhaps the most often-stated illusion of green energy. Energy efficiency (EE) is akin to putting energy on sale, and shoppers do not buy less of something on sale – they buy more. Stan Cox of the Land Institute in Kansas, describes research showing that at the same time air conditioners became 28% more efficient, they accounted for 37% more energy use. Findings such as this are due both to users keeping their houses cooler and more people buying air conditioners. Similarly, at the same time as automobiles achieved more EE, energy use for transportation went up. This is because more drivers switched from sedans to SUVs or small trucks and there were many more drivers and cars on the road.

    EE parallels increased energy consumption not just because of increased use of one specific commodity, but also because it allows people to buy other commodities which are also energy-intensive. It spurs corporations to produce more energy-guzzling objects to dump on the market. Those people who do not want this additional stuff are likely to put more money in the bank and the bank lends that money to multiple borrowers, many of which are businesses that use the loans to increase their production.

    Myth 13. Recycling ‘clean energy’ machine components can resolve its problems. This myth vastly overestimates the proportion of materials that can actually be recycled and understates the massive amount of “clean” energy being advocated. Kris De Decker, founder of Low-tech Magazine, points out that “a 5 MW wind turbine produces more than 50 tonnes of plastic composite waste from the blades alone.” If a solar/wind infrastructure could actually be constructed to replace all energy from fossil fuel, it would be the most enormous build-up in human history. Many components could be recycled, but it is not possible to recycle more than 100% of components and the build-up would require an industrial growth rate of 200%, 300% or maybe much more.

    Myth 14. Whatever problems there are with ‘clean energy’ will work themselves out. Exactly the opposite is true. Problems of “clean” energy will become worse as resources are used up, the best land for harvesting solar and wind power is taken, and the rate of industrial expansion increases. Obtaining power will become vastly more difficult as there are diminishing returns on new locations for mining and placing solar collectors and wind mills.

    Myth 15. There Is No Alternative. This repeats Margaret Thatcher’s right-wing perspective, which is reflected in the claim that “We have to do something because moving a little bit in the right direction is better than doing nothing at all.” The problem is that expanding energy production is a step in the wrong direction, not the right direction.

    The alternative to overgrowing “clean” energy is remembering what was outlined before. The concept of conserving energy is an age-old philosophy embodied in use of the word “reduce.” Those who only see the horrible potential of climate change have an unfortunate tendency to mimic the behavior of climate change deniers as they themselves deny the dangers of alternative energy sources.

    Kris De Decker traces the roots of toxic wind power not to wind power itself but to hubristic faith in unlimited energy growth: “For more than two thousand years, windmills were built from recyclable or reusable materials: wood, stone, brick, canvas, metal. If we would reduce energy demand, smaller and less efficient wind turbines would not be a problem.”

    Every form of energy production has difficulties. “Clean, renewable energy” is neither clean nor renewable. There can be good lives for all people if we abandon the goal of infinite energy growth. Our guiding principle needs to be that the only form of truly clean energy is less energy.

    https://www.localfutures.org/what-is-energy-denial
    #déni #énergie #énergie_propre #alternatives #alternative #mythes #croyances

  • Voitures nulle part, arbres fruitiers partout : quand des villes se déclarent vraiment en état d’urgence climatique
    https://www.bastamag.net/Climat-etat-d-urgence-rechauffement-fridays-for-future-conseil-citoyen-ene

    Partout en #Europe, des grandes villes comme de petites communes se sont déclarées en « état d’urgence climatique ». Paris l’a fait en juillet, Mulhouse et Montpellier en juin. Ces décisions sont-elles purement symboliques ? Ou ces municipalités s’engagent-elles réellement contre le réchauffement ? En Allemagne, c’est Constance, ville touristique et riche, qui a voté la première la résolution à la demande des jeunes de « Fridays for future », mobilisés depuis des mois. Pour eux, l’urgence climatique n’est (...) #Inventer

    / A la une, #Alternatives_concrètes, Europe, #Eviter_le_dépôt_de_bilan_planétaire, #Le_défi_du_réchauffement_climatique, #Climat, (...)

    #Politique

  • Journée sans voiture #2019
    http://carfree.fr/index.php/2019/09/16/journee-sans-voiture-2019

    Une journée sans voiture vise à expérimenter dans le #monde ce que peut être la #Vie_sans_voiture. Cette journée est pour les piétons, les cyclistes et les transports en Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Fin_de_l'automobile #Marche_à_pied #Quartiers_sans_voitures #Transports_publics #Vélo #Ville_sans_voitures #2000 #Belgique #carfree #france #journée_sans_voitures #Québec #Suisse

  • Appel national pour la gratuité des #Transports_publics locaux
    http://carfree.fr/index.php/2019/09/13/appel-national-pour-la-gratuite-des-transports-publics-locaux

    A l’occasion des deuxièmes rencontres internationales des transports publics gratuits à #châteauroux, la Coordination nationale des collectifs pour la gratuité des transports publics a lancé un appel pour interpeller et Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Pétitions #aubagne #chambery #clermont-ferrand #dunkerque #Gratuité_des_transports_en_commun #grenoble #lille #lorient #metz #nancy #rouen #transports_collectifs_urbains #transports_en_commun

  • #Covoiturage : #Mobicoop, l’#alternative #solidaire à Blablacar
    https://reporterre.net/Covoiturage-Mobicoop-l-alternative-solidaire-a-Blablacar

    À Mobicoop, la mise en relation entre conducteurs et passagers est entièrement gratuite – quand les frais de service peuvent représenter jusqu’à 25 % du coût du trajet chez Blabacar. Pour le Nancy – Sanary-sur-Mer de Marion par exemple, ces frais s’élèvent à 10 euros (sur 65 euros). Quant au prix fixé par défaut par la start-up au plus d’un milliard d’euros de valorisation, il est de 0,071 euro le kilomètre sur ce même trajet, quand Mobicoop est à 0,060 euro le kilomètre. « À la grande différence de Blablacar, Mobicoop garantit qu’elle ne prendra jamais de commission sur les trajets. L’argent des utilisateurs ne finit pas dans la poche des actionnaires ou de fonds d’investissements », annonce Patricia, qui porte fièrement le slogan de la coopérative sur son tee-shirt : « Moins de bagnoles, plus de rossignols ».

    Coopérateurs, utilisateurs, bénévoles... Tous ont la possibilité de s’impliquer dans le projet. Maxime, l’un des cinq développeurs web, encadre quelques-unes des petites mains qui veulent apporter de nouvelles fonctionnalités sur Mobicoop.fr. Ou écrire le code source de la prochaine version du site, qui devrait être opérationnelle d’ici janvier 2020. « On a toujours travaillé à partir de logiciels libres, explique Maxime, arrivé il y a un an. Mais pour tout ce qui est calcul de distance, potentialité de croisement, etc., on était encore dépendant des services de Google qui collectent énormément de données personnelles et les partagent aux autres Gafam [grandes firmes du Web, Google Apple Facebook Amazon Microsoft]. Notre but, d’ici janvier, est de sortir complètement de Google avec des outils comme OpenStreetMap, un service de cartographie libre. Enfin... On ne va pas aller jusqu’à nous déréférencer du moteur de recherche. Il faut quand même qu’on soit visible du plus grand nombre ! »

  • Un radar pour sanctionner les automobilistes qui dépassent les vélos de trop près
    http://carfree.fr/index.php/2019/08/28/un-radar-pour-sanctionner-les-automobilistes-qui-depassent-les-velos-de-trop

    Un nouveau type de radar est en phase de test dans l’agglomération de #montréal (Canada). Il vise à mesurer la distance entre un #Vélo et une voiture au moment d’un Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Insécurité_routière #Québec #radars #relations_cyclistes-automobilistes #sécurité_routière

  • Bouteilles d’#eau stockées au soleil : faut-il s’inquiéter ? | 60 Millions de Consommateurs
    https://www.60millions-mag.com/2019/08/23/bouteilles-d-eau-stockees-au-soleil-faut-il-s-inquieter-16333

    M. Vitrac émet en revanche plus de réserves quant à la présence croissante de #PET recyclé dans les bouteilles. « Il est impossible de prédire l’identité des contaminants potentiellement présents dans le PET utilisé dans le processus de #recyclage », écrivait d’ailleurs l’Autorité européenne de sécurité des #aliments en 2011.

    • Je bois de l’eau du robinet mais sa qualité est très moyenne (déconseillée aux nourrissons). Dans les zones rurales, si on n’est pas raccordé au réseau, l’eau des puits peut être contaminée (c’était le cas lorsque j’habitais à la campagne, l’eau était impropre à la consommation). Le problème est donc plus vaste.

    • Question contamination de l’eau par temps de canicule … L’eau de la #piscine dans laquelle j’ai été me tremper la semaine dernière a bien été analysée et contrôlée le 3 juillet, mais depuis presque deux mois, rien. Ah si, des algues verts gluantes qui envahissent le fond de ce ce bouillon verdâtre à la température inquiétante.
      Est-ce une nouvelle stratégie du maire de Toulouse qui s’acharne à fermer les piscines dont celle-ci a déjà disparu mystérieusement des cartes touristiques ?

  • https://desarmons.net/index.php/2019/08/27/declararation-sur-limposture-plateformiste

    Déclaration sur l’imposture “plateformiste”
    Sur le contre-sommet du G7 au Pays Basque

    La plateforme G7EZ, requinquée par sa promenade du samedi 24 août à Hendaye, dont le chiffre des participant.e.s a clairement été gonflé, y compris par la préfecture, écrivait avec une assurance tout a fait déplacée au vu des multiples critiques dont elle fait l’objet : « Ce contre-sommet est d’ores et déjà une réussite ».

    Par ailleurs, il n’y a eu absolument aucun mot de la plate-forme sur la répression en cours ce samedi à Bayonne, sur les 68 arrestations préventives ou arbitraires, ni sur les lourdes condamnations de trois allemands de 18 à 23 ans incarcérés depuis la veille à l’issue d’un procès expéditif, alors même qu’il s’agit d’un scandale absolu.

    • Sans compter que ces organisations surfent sur un imaginaire libertaire et anti-autoritaire, alors même que leurs structures internes, modes de fonctionnement et la sélection par l’argent qu’ils impliquent, témoignent de logiques autoritaires. La seule évocation d’un consensus d’action décidé à quelque-un.e.s pour servir de ligne de conduite à des milliers d’autres est une insulte à 200 ans de combats libertaires et anarchistes pour promouvoir le libre-arbitre et l’autonomie de chacun. e. Qu’on ne nous prenne pas pour des con.ne.s, on ne passe pas de trente ans de lutte armée au sein de groupes communistes autoritaires à un alternativisme babos sans conserver les vieux réflexes disciplinaires qui permettent de garder la face…et de régler ses comptes avec ses détracteur/ices. Sans compter les leaders charismatiques qui interagissent avec leur entourage comme des gourous de sectes, suscitant fascination et crainte, tout en ayant le quasi monopole de la communication officielle de leurs organisations…

      Guerre à l’État de Jtxo Estebaranz – Luttes autonomes au pays basque (1982_1992) Libertalia 2011
      Je finis de lire ce livre, en ce moment. Ce G7 à Biarritz aura, au moins, ouvert ma curiosité sur l’histoire de ces luttes. Ce bouquin donne un bon état des lieux sur ce mouvement autonome, il y a près de trente ans et donc avant l’arrivée des réseaux sociaux mais une pléiade de publications papiers débordaient de contre-informations et d’initiatives politiques aussi riches que diverses.
      http://editionslibertalia.com/catalogue/hors-collection/guerre-a-l-etat
      http://editionslibertalia.com/blog/des-basques-en-guerre

      En miroir, une reprise en mains des récits des évènements, ici c’est en Catalogne :
      http://www.article11.info/?Reprendre-en-main-le-recit-des#nh3
      https://directa.cat
      #autonomie #Euskadi #Catalogne #Euskal_Herria

    • Cerise sur le gâteau : dans le document présenté par Desarmons-les, je découvre que l’organisation « pacifiste » ANV a utilisé une de mes photos, celle de Damien T., énucléé en 2014, faisant passer son action pour de la provocation violente 🤮
      https://pbs.twimg.com/media/EC-61h0XoAIyw6K?format=jpg&name=small
      Pour rappel, Damien T. fait partie des victimes de #violences_policières pendant la manif du 22 février 2014 à #Nantes. Sur la photo en question, il pose TRANQUILLEMENT et sans AUCUNE PROVOCATION devant un groupe de « forces de l’ordre » 3 mois plus tard : https://www.flickr.com/photos/valkphotos/14019801089/in/album-72157644302321600

      Flickr

      Je les ai donc interpellé sur twitter où ils sont actifs, pas de réponse pour le moment...
      https://twitter.com/ValKphotos/status/1166356285023039489

    • A I’occasion des manifestations sur la voie publique, l’acharnement de ces organisations à penser des dispositifs pour neutraliser toute colère et toute révolte, notamment en déployant des volontaires en chasubles ou affublés de blanc pour protéger les banques, canaliser la foule, faire des chaînes ou ramper à terre devant les forces de l’ordre, sont autant de façons de matérialiser avec leurs corps leur refus de se battre pour I’avenir des nouvelles générations et de confier leur sort au bon vouloir d’éventuels tyrans éclairés qui leur épargneraient toute souffrance. Ou à la police, avec cette croyance ou certitude naïve que la violence d’État peut être évitée si l’on se montre gentil, niant du même coup des décennies d’histoire populaire faite d’oppressions de classe, racistes et sexistes : non, il ne suffit pas de « ne rien avoir à se reprocher » pour échapper à l’arbitraire.

      Ces organisations, après avoir rendu les armes face à l’impérialisme de l’Etat capitaliste, font pression sur les mouvements sociaux pour les pacifier à l’excès, devenant ni plus ni moins des auxiliaires de police. Dans d’autres contextes, on appelle ça des traîtres.

    • Comme beaucoup je suis aussi déçu à de nombreux niveaux de la façon dont le contre-sommet a été mené, la « cerise » ayant été la décision improvisée de changer le format de la « manif arc-en-ciel » prévue dimanche, puis son annulation pure et simple à la dernière minute, suivie lundi d’une marche (également improvisée à la dernière minute) vers Biarritz des porte-paroles des plateformes, pour remettre au G7 une « déclaration d’illégitimité » puis s’asseoir 7 minutes, ça faisait peine à voir.

      Je ne vais pas commenter en détail l’article de désarmons, qui mélange des interrogations justifiées avec des accusations de mauvaise foi ou dumoins à côté de la plaque. Mais je comprends et partage en partie le sentiment de colère vis à vis des plateformes. Tout ça aura besoin d’explications posées.

      Sur le fond (je vais pas dire sur la « longue durée » mais disons le quart de siècle écoulé), je dirais que c’est l’histoire d’un mauvais timing, entre d’un côté une dynamique autogestionnaire où les ZAD (notamment nddl) et les GJ ont été très moteurs en France sur les derniers mois/années, de l’autre des changements stratégiques au sein de la majeure partie de la gauche abertzale au Pays Basque (notamment autour du parti Sortu et du syndicat LAB), qui paie aujourd’hui le prix de n’avoir pas su se distancier à temps de l’ETA, et qui après avoir passé trop longtemps à refuser de condamner explicitement une organisation devenue un monstre sans tête (les liens postés par @vanderling en donnent un aperçu), trainent aujourd’hui une espèce de culpabilité qui ne dit pas son nom, et continuent à se faire salir par l’opinion publique espagnole sans oser ouvrir leur gueule à la hauteur des insultes reçues, alors même que l’exécutif de Madrid est plus inflexible aujourd’hui qu’à la fin des années 1990 (zéro reconnaissance du désarmement et de la dissolution d’ETA, zéro avancée sur le sort des prisonniers, emprisonnement de 8 jeunes d’Altsasu pour une bagarre de bistrot qualifiée en « terrorisme », etc la liste est longue) et que le franquisme est plus explicite dans le paysage qu’il ne l’a été depuis les années 1970 (avec l’apparition du parti Vox, qui eux n’ont aucune culpabilité à déverser leur vomi idéologique et à côté de qui le RN fait petit joueur en terme d’extrême droite).

      Dans ce contexte-là, ce souci de la majorité de la gauche abertzale de faire bonne figure part rapport à un passé qui leur est sans arrêt renvoyé à la gueule a probablement contribué à une inflexibilité de la plateforme G7-EZ (puis des deux plateformes par extension) quant au refus de la moindre action qui ne s’inscrive pas dans un cadre strictement légaliste. Et ça, quand on est GJ ou qu’on a bataillé à NDDL (et qu’on était à mille lieues du bourbier basque des années 1990-2000), ça reste en travers.

      C’est en tout cas l’interprétation que j’en fais depuis ce que j’ai vu et entendu ces derniers jours, ça me trottait dans la tête et je le pose ici.

    • Merci de ce commentaire, et je suis assez d’accord qu’il faut le mettre en perspective avec le paysage et les événements politiques de cette région. Ce qui permet d’expliquer, sans forcément justifier :)

      Car du coup certaines orgas se retrouvent avec un raisonnement un peu manichéen, trop de temps sans condamner et du coup maintenant totalement inverse hyper (trop) sur la légalité et la non-violence absolue y compris même dans les mots, les regards… Alors qu’il y a quand même tout un éventail, et que ce que prônent plein d’orgas (anar, autonome, GJ, etc) c’est que le mot violence ne peut pas être utilisé seul et ne veut rien dire (les personnes, les biens, etc) et que certaines sont ok pour celleux qui veulent les utiliser. C’est pas tout ou rien.

    • y compris même dans les mots, les regards

      pas à ce point. Je repense par exemple à un débat récent où Oskar Matute a quand même remis à sa place une crapule de Vox au passé judiciaire peu brillant.
      Mais sinon généralement oui, le retournement de cap affiché depuis 2011 a mis une sorte de tabou sur la question. Ce qui ne manque pas d’énerver la branche ATA (amnistie et liberté), qui fait désormais ses actions de son côté et qu’on n’a pas vue au contre-sommet.

    • Non non là c’est le gros hasard parce que t’as parlé d’Oskar Matute. :D
      Mais je parlais bien d’Alternatiba à Bayonne, dont ANV est issu, sachant que bizi est issu aussi de l’expérience des demos avant, enfin bref, la construction d’ANV, ça vient pas de l’autre bout de la France, c’est bien en lien avec cette partie du mouvement abertzale d’actions non-violentes, non ?

      (Pour la photo oui, après, il reste que le document en question même sans photos parle bien de refuser toute violence, y compris les mots, les regards, ce qui se comprend dans le cadre d’actions légalistes juste pour médiatiser, voler des bustes, des chaises, des photos… mais bon, on peut pas demander ça de tout manifestant)

    • c’est bien en lien avec cette partie du mouvement abertzale d’actions non-violentes, non ?

      Alors, ANV est une émanation d’Alternatiba, mouvement lancé en 2013 par Bizi, dont quelques membres initiaux étaient aupravant chez les Démos, mais ça reste des liens assez distendus (ANV est née en 2015, les Démos c’était les années 2000, et sans lien avec le climat, d’ailleurs bon nombre des anciens Démos ne sont pas dans les mouvements climat, et l’origine de Bizi est dans des débats consécutifs à un cycle de conférence de Hervé Kempf en Pays Basque nord autour de son bouquin « comment les riches détruisent la planète »)

      Mais par contre et surtout, c’est pas du tout lié à la tendance majoritaire de la gauche abertzale, celle dont je parlais plus haut qui ne s’est pas distanciée assez tôt d’ETA et se retrouve emmerdée avec ça aujourd’hui.

      Quant à la plateforme G7-EZ, ANV et Alternatiba (le mouvement climat) n’en faisaient pas partie, par contre plusieurs partis, syndicats et assos liés à la tendance majoritaire de la gauche abertzale y étaient, dont EH Bildu (qui comporte Alternatiba le parti, d’où ma remarque précédente).

    • Merci @koldobika pour le suivi sur l’histoire de la photo, et plus largement, de cette ébauche de plaquette de ANV, horrible, qui, m’a-t-on dit depuis plusieurs sources, n’aurait pas circulé à l’époque (2015). Le texte de la plaquette sur leurs bases de non-violence, lui, n’a pas changé et il contient pas mal de passages qui permettent à des initiatives comme les blancs-blocs d’affirmer que non, entourer des « casseurs, black-blocs » ou pseudo « flics infiltrés » (comment viser les black-blocs sans les nommer) jusqu’à l’intervention des forces de l’ordre, non, ça n’est pas faire de la délation... Bref, je suis encore pas mal énervée : ça a été super détestable de contacter le copain mutilé pour le rappeler à de mauvais souvenirs...

      Je voudrais revenir sur un de tes commentaires @koldobika quand tu sépares le Pays Basque et la ZAD : je ne peux pas être d’accord ! Ca fait plusieurs années que l’Ambazada est le lieu basque sur la zad et il y a eut énormément d’échanges de savoirs, des réfléxions communes aussi sur la préparation du G7 avec, entre autre, visible, la charpente, certes, mais beaucoup beaucoup de choses moins visibles.

      Non, ce qui est sûr c’est que certaines orgas basques à visée électorales ont fait comme tu le soulignes le choix de se policer, mais beaucoup de gens du pays basques sont tout aussi vénères que d’autres sur l’énorme gâchis qu’est ce contre sommet et encore les chiffres des investissements financiers n’ont pas été communiqués officiellement, desmilliers et des milliers d’euros ont été dépensés en locations diverses, communications « officielles », mais jusqu’à ce week-end, PAS UN CENTIME pour la legal team, par exemple...

      J’arrête là, je vais essayer de mettre dans un deuxième commentaire pas mal de liens que j’ai dans plein d’onglets ouverts, histoire de les rassembler quelque part !

    • Incidents en marge du G7, l’opinion fabriquée. Témoignage de gardé à vue | Le Club de Mediapart
      https://blogs.mediapart.fr/fabrice-loi/blog/280819/incidents-en-marge-du-g7-lopinion-fabriquee-temoignage-de-garde-vue

      (et aussi https://seenthis.net/messages/799133 & https://seenthis.net/messages/799741 )

      Me voilà au sol, comme six autres manifestants d’un cortège de deux cents personnes qui n’ont pas eu de chance. Je me retrouve à côté de citoyens tout sanglants, avec un hélicoptère qui tourne au-dessus de nous, et dix flics cuirassés par manifestant, à trente kilomètres de la zone interdite du G7. Allô l’ONU ? A côté de moi, un pacifique chercheur de l’INRA, myope, ayant perdu ses lunettes en fuyant l’assaut de la police, le crâne entaillé par un coup de matraque, s’entend dire par un flic ricanant que « tes lunettes, on n’en a rien à foutre ». Une jeune femme, les menottes trop serrées, effondrée dans l’herbe, grimace de douleur. Le voltigeur qui me plaque au sol, lui, a l’air plutôt ennuyé de faire partie d’un dispositif aussi honteux. Tout de même, on a sa dignité. Nous convenons d’un regard que chacun de nous deux fera son boulot sans taches : moi d’assistant bénévole tous risques Mediapart, et lui de salarié de l’oligarchie. Le flic et moi contemplons la mer en faisant semblant de travailler. C’est un beau jour pour être interpellé et foutu au trou, et quand même mieux qu’une matraque dans le cul en Seine-Saint-Denis. Remarquez que je suis blanc, ce qui en France, dans ce genre de situations, a son importance.

    • @val_k oui il y a eu pas mal d’échanges et de boulot commun entre des gens d’ici et la ZAD (et encore je n’ai suivi ça que de loin, je me doute qu’il y a eu plus que ce que j’en sais) je sais que parmi eux il y avait des gens d’Askapena.
      http://www.askapena.eus/content/euskal-herritik-zadera-zadetik-euskal-herrira
      http://www.askapena.eus/node/3554
      Mais chez Askapena le focus est sur les liens internationaux et il n’y a pas ce souci de distanciation d’un certain passé malaisant (et encore moins de souci électoraliste), qui est par contre présent chez le courant majoritaire de la gauche abertzale (notament autour de Sortu et LAB, pour le dire vite car dans les détails c’est moins simple mais bref).

      Pendant le contre-sommet un des soucis récurrents que j’ai entendus de la part des plateformes c’était « il faut pas que ça pète ». Ce que j’interprète derrière ça c’est la crainte d’être renvoyé à ce dont le courant en question essaie de se distancier : la lutte armée et la guerrilla urbaine. La crainte que sur le long terme ils en auraient payé le prix en terme d’image, que ça sape de longs efforts de « relégitimation » auprès de l’opinion publique.
      Il n’y avait rien de cet ordre dans les autres contre-sommets de ces dernières années, pas un tel enjeu local autour du « risque de débordements ».
      Et cette primauté au « il faut pas que ça pète » a généré les colères qu’on entend ça et là, chez ceux d’ailleurs qui se sont retrouvés « pris en otage » d’un contexte politique auquel ils sont étrangers, et chez ceux d’ici qui trouvent que tout ça va trop loin dans l’acquiescement aux règles du jeu étatique (qui elles ne vont pas en s’assouplissant, que ce soit côté Fr ou Esp https://seenthis.net/messages/799589 ).

      J’ai aussi entendu dire que la location du Ficoba a coûté 36000 euros (!).
      Pour moi, à partir du moment où les plateformes ont accepté de faire ce contre-sommet à cet endroit (loin de Biarritz, logistiquement difficile, cher...) tel qu’imposé par la préfecture, c’était cuit d’emblée. Ensuite les non-dits, les crispations autour du « il faut pas que ça pète », et les improvisations au jour le jour ont amené à l’eau de boudin qu’on a pu voir.

    • [Tribune] Contre sommet anti #G7 : dépasser l’amertume pour imaginer l’avenir
      par Laurent Thieulle,
      militant ATTAC Pays Basque Nord
      membre de la plateforme G7 Ez !
      commissions communication, action, logistique,
      responsable transport et accueil presse sur le camp.

      https://ecologuesenrages.home.blog/2019/09/03/tribune-contre-sommet-anti-g7-depasser-lamertume-pour-imagin & https://seenthis.net/messages/799932

      Le contre-sommet est un échec. Quand on a fait partie de l’organisation, il est important de le dire et de reconnaître les manquements à nos engagements. Mais le constat n’est pas suffisant, il est nécessaire de comprendre les raisons de cet échec pour aller de l’avant, anticiper les prochains mouvements sociaux et imaginer l’avenir de nos approches alternatives. Surtout, il est nécessaire de faire un point objectif au milieu de tout le fatras (généralement non signé) lu sur internet ou dans la presse, mêlant intox, rumeurs, paranoïa ou plus souvent simple méconnaissance.

      /.../

      Quand au mois de juin, on nous annonce que le FICOBA nous coûtera 3 fois plus cher que prévu (plus de 40.000 € contre 16.000€ initialement retenu), la tension entre les deux groupes d’intérêt de la plate-forme explose. Le FICOBA aura permis de siphonner tout le budget du camp, de la legal-team et des cantines. Pour se justifier, certains Nostradamus nous promettent une mobilisation atone des militants et demandent à dimensionner le camp pour seulement 500 personnes (nous serons plus de 4.000 sur le camps le vendredi). Le budget de la legal-team passe d’un coup de 20.000€ à 1.000€. Si on rajoute les discussions insensées autour du consensus d’action ainsi que des mots malheureux écrits (« isoler » et « désavouer » les mouvements violents) mais finalement supprimés suite à une réunion houleuse, les groupes anti-fascistes ont également préféré se retirer.

      /.../

      Tout s’est accumulé pour accoucher d’un grand vide. Rien. Aucune action. Une grande frustration, et une plate-forme qui reçoit même le baiser de la mort de la Préfecture : nous l’avons aidé à conserver le calme dans le Pays Basque ! C’est douloureux parce que c’est mortellement vrai.

      /.../

      Ajout perso : Un bilan encore en dessous de la réalité : il y a eut moins de 15000 personnes lors de la « grosse manifestation unitaire » et à ce jour, à ma connaissance, la Legal Team n’a toujours pas reçu la moindre aide...
      Clairement les anars et antifas se sont officiellement barré mais sans leurs compétences (cuisines, medics, antirep...) même le camp aurait ressemblé à un pétard mouillé :/

    • https://bizimugi.eu/contre-g7-cure-de-desintox

      nous devons aujourd’hui nous exprimer publiquement au vu du nombre d’attaques et d’intox qui circulent sur nous, en lien avec le G7, voire d’insultes et de menaces. Nous devons remettre quelques pendules à l’heure et rectifier mensonges, contre-vérités et amalgames multiples. Nous essaierons de le faire le plus sereinement et objectivement possible.

      1) Bizi n’a rien négocié avec les autorités

      Bizi est entré, tardivement, dans la plateforme G7EZ à la demande de celle-ci. Quand nous avons commencé à participer à ses réunions, bien des mois après sa naissance, la plateforme avait déjà décidé d’organiser un contre-sommet et une grande manifestation, ainsi qu’une action de désobéissance civile (les 7 rassemblements, appelés “arc-en-ciel”). Elle avait déjà participé à des négociations avec l’État et ses services, et accepté l’interdiction du contre-sommet initialement prévu à Bayonne. Elle avait déjà accepté d’organiser ce contre-sommet et cette manifestation à Hendaye et Irun, et le campement à Urrugne dans un terrain proposé par l’État. A cette époque, certains de celles et ceux qui nous donnent aujourd’hui des leçons de radicalité, certains anars ou antifas et autres collectifs ou personnes, étaient pourtant bien dans cette plateforme, et y sont restées même après ces négociations et décisions.
      Bizi a commencé à suivre les réunions parce que la plateforme nous l’a demandé, nous disant qu’il y avait besoin de tout le monde et qu’elle croulait sous le travail. Nous l’avons fait par solidarité, mais en précisant dès le départ les limites de notre engagement, et alors même que nous ne nous sentions pas en phase avec la composition même de la plateforme et les choix stratégiques retenus (1). Nous l’avons fait en toute responsabilité, non pas par rapport aux autorités mais par rapport au mouvement alternatif et à la population du Pays Basque, afin de contribuer à ce que le contre-sommet, qui a été décidé et négocié par d’autres que nous, se passe globalement le mieux possible.
      Quant à celles et ceux qui ne faisaient partie d’aucune des 2 plateformes (la plateforme basque G7EZ ou la plateforme hexagonale Alternatives G7) et qui nous insultent, nous menacent, nous traitent de collabos, elles et ils ont pourtant participé aux diverses activités (semaine intergalactique, manifs ou divers débats) à Hendaye, ont vécu et se sont réunis au campement d’Urrugne. Ils ont donc accepté de vivre et s’organiser dans un campement trouvé par l’État pour qu’ils ne soient surtout pas à proximité de Biarritz, dans un lieu appartenant et prêté par la multinationale Nestlé, et pour se rendre à Hendaye, ils ont pris des navettes de bus affrétés par la communauté d’agglomération du Pays Basque qui se fera sans doute rembourser par le budget d’organisation du G7. Restons donc toutes et tous humbles et modestes quant à nos niveaux respectifs de radicalité et de rupturisme réels.

      2) Alternatiba et ANV-COP21 n’ont pas plus négocié que Bizi avec les autorités

      Alternatiba et ANV-COP21 n’ont jamais été membres d’aucune des 2 plateformes et n’ont participé à aucune de leurs réunions respectives. Leurs militant-e-s, sollicité-e-s chaque fois par Bizi, ont pu aider à diverses activités que ce soit sur le campement (service de médiation par exemple) ou au contre-sommet lui-même (ateliers, formations, service de médiation).
      Mais les 2 mouvements n’ont organisé que deux actions pendant la semaine du G7, les deux en coopération avec Bizi : le décrochage d’un portrait présidentiel à la mairie basque d’Irissary et la marche des portraits du dimanche 25 août. Aucune négociation n’a eu lieu avec les autorités à ce sujet. Ces dernières sont pourtant rentrées en contact à plusieurs reprises avec Bizi pour avoir des informations au sujet de la marche des portraits et pour tenter d’en négocier des aspects. Elles voulaient connaître le parcours de la marche, le lieu de la conférence de presse, le nombre de portraits présidentiels qui seraient présents et ce que nous comptions en faire. Il nous a été demandé si nous comptions défiler en brandissant les portraits, et précisé que les services de l’État ne pouvaient pas l’accepter.
      Le sous-préfet a même demandé une réunion avec un représentant de Bizi le mardi précédant la marche (nous nous y sommes rendu à deux militant-e-s). Nous n’avons jamais donné à ces autorités aucune autre information que ce que nous avions communiqué publiquement. Nous n’avons rien dit sur le parcours, sur le lieu de la conférence de presse et sur nos intentions quant aux portraits. Le sous-préfet nous a informés sur un ton très courtois, mais que nous comprenions évidemment comme une tentative d’intimidation, que les autorités ne pouvaient pas accepter ce qui pourrait constituer “une dégradation de l’image présidentielle”. Nous ne lui avons rien indiqué de nos intentions mais n’avons pas imaginé une seconde ne pas les brandir pendant la marche, qui plus est la tête de Macron à l’envers. Nous n’avons jamais connu les intentions de l’État (laisser la marche des portraits se faire ou tenter de l’empêcher, par exemple en encerclant les quartiers concernés, ou intervenir à partir du moment où des portraits seraient brandis et arrêter les militant-e-s qui les porteraient, etc.).
      Les autorités, quant à elles, ne semblaient pas connaître nos plans ni nos intentions réelles et pour cause : depuis des mois, les réunions préparant cette marche des portraits se déroulaient dans des appartements ou locaux “safe”, avec des activistes sans téléphone et suivant des protocoles de sécurité que nous ne détaillerons pas ici.

      3) Le succès de la marche des portraits

      Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage. Qui veut prouver que les non-violent-e-s sont des collabos se ruent sur toutes les intox qui semblent le montrer, même quand elles sont de toute évidence d’origine policière, devenant soi-même un relai et un collabo de cette intox policière. Une brève du Canard enchaîné affirme le mercredi suivant le G7 qu’ “en échange d’une annulation des sept rassemblements de désobéissance civile, les responsables des deux groupes d’activistes locaux ont eu l’autorisation officieuse de défiler le dimanche dans Bayonne, lors de la marche dite “des portraits” (à l’envers). » Le journaliste anonyme auteur de cette brève n’a respecté aucune règle déontologique et n’a à aucun moment pris contact avec les organisateurs de la marche des portraits pour confronter son information, venant probablement du ministère de l’intérieur, à leur propre version des faits. Pas mal de « radicaux-cales » se sont précipités dans les réseaux sociaux pour relayer cette « information » et insulter Bizi, ANV-COP21 et Alternatiba, les traiter de complices de l’État, etc.

      Or, cette intox défiait toute logique et servait clairement l’intérêt des autorités :
      a) Cette intox défiait toute logique. En effet, aucun des trois organisateurs de la marche des portraits n’était partie prenante de l’organisation des 7 rassemblements, et vice versa. Nous ne suivions pas les réunions concernant leur organisation (2) et n’avons pas assisté aux discussions et à la réunion ayant décidé de leur annulation. Aucun organisateur de ces 7 rassemblements n’était partie prenante de l’organisation de la marche des portraits. Aucun contact n’a eu lieu entre les 2 parties au sujet de l’annulation de ces 7 rassemblements. Nous avons quant à nous appris cette annulation après la fin de la marche des portraits, au moment où se tenait la conférence de presse qui la clôturait.

      D’après ce que les 2 plateformes nous ont précisé, la réunion qui a conduit à l’annulation de ces 7 rassemblements a eu lieu à 8H30 au campement d’Urrugne. A cette heure-là, le dispositif policier concernant la marche des portraits était déjà en place et n’a pas été modifié après. Et de toutes façons, nous avions déjà gagné notre pari : depuis bien des jours, voire des semaines déjà, nous avions déjà fait rentrer et caché dans divers endroits du centre ancien les portraits présidentiels qui devaient être brandis pendant la marche. Nous avions fait rentrer et caché dans divers appartements et locaux du Petit et du Grand Bayonne, dès le samedi en début d’après-midi, 200 activistes, toutes et tous prêt-e-s à être arrêté-e-s et mis-e-s en garde-à-vue, afin d’assurer la marche des portraits même si le centre ancien, composé de ces deux quartiers, devait être complètement encerclé. Nous étions déjà gagnant-e-s à tous les coups : soit nous arrivions à faire notre marche des portraits, soit la police avait pour consigne d’arrêter nos activistes, démultipliant l’impact médiatique international et la portée de notre message. Nous n’avions donc rien à négocier !

      b) Cette intox servait l’intérêt des autorités : outre les divisions et affrontements supplémentaires qu’elle allait inévitablement créer dans le camp des anti-G7, elle leur sauvait un peu la face. Si des portraits présidentiels réquisitionnés et recherchés par police et gendarmerie de toute la France pouvaient ressurgir dans une des zones les plus sécurisées de l’Hexagone, ce ne devait pas être parce que les autorités avaient été incapables de l’empêcher mais parce qu’elles l’avaient autorisé, dealé : « Quand les événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs. »

      Celles et ceux qui s’étonnent de voir que les autorités n’aient pas eu la même attitude avec la marche des portraits qu’avec le rassemblement du samedi après-midi, pour lequel le Petit Bayonne était entièrement encerclé par un dispositif policier disproportionné, et à l’occasion duquel la police a procédé à plusieurs dizaines d’arrestations, sont soit très naïfs politiquement, soit particulièrement de mauvaise foi. Bien évidemment, cela ne représente pas le même coût médiatique et politique pour l’État d’arrêter, devant des centaines de médias nationaux ou internationaux, des activistes au visage masqué et accusés de jeter des pavés sur la police, que d’arrêter des militants climat non-violents, à visage découvert, parce qu’ils sont porteurs de tableaux emballés. Le premier cas de figure ne représente aucun coût politique pour l’État et lui permet même de justifier le véritable état de siège qu’il a imposé aux villes de Biarritz, Anglet et Bayonne. Le second cas de figure met un plus grand coup de projecteur sur le fait que les militant-e-s climat de son propre pays se font arrêter parce qu’ils dénoncent l’inaction écologique du président Macron. C’est un des points forts des stratégies non-violentes, à savoir que la répression et les arrestations, loin de constituer des échecs et des affaiblissements de l’action, en accentuent souvent le succès et l’écho positif (exemples du McDo de Millau ou des Artisans de la Paix à Louhossoa), les rendant plus difficiles à manier pour le pouvoir que dans le cas des stratégies violentes.

      4) « Bizi collabo, protège les banques »

      C’est un des graffitis réalisés sur notre local après le G7, et le message amplement relayé par les réseaux sociaux dits “radicaux” qui l’illustrent d’une photo du service de médiation de la manifestation du samedi 24 août, placé devant une agence du Crédit Maritime.
      Bizi a effectivement activement participé au service de médiation de la manifestation du 24 août à Hendaye, et l’assume pleinement. Nous avons dû fournir un tiers des 300 membres de ce service de médiation et une bonne partie de l’encadrement. Nous n’étions pas les seuls, loin de là, et diverses organisations basques notamment, de la gauche indépendantiste et anticapitaliste abertzale, y ont activement contribué. Ce service de médiation était placé en tête et en fin de manif, et devant tous les commerces et établissements qui longeaient son parcours, dont cette agence du Crédit Maritime. Alors, avons-nous protégé “les banques” ? Non, nous avons protégé et fait respecter la décision collective des 2 plateformes organisatrices de la manif, qui était de réaliser une grande manifestation populaire et pacifique.

      Quand la plateforme G7EZ est venue demander à Bizi de s’investir dans ses rangs, nous avons rappelé que nous ne participions qu’à des actions et mobilisations 100 % non-violentes. Il nous a alors été répondu que la plateforme n’organisait que des mobilisations pacifiques, libre à celles et ceux qui voulaient organiser d’autres types de mobilisations de le faire en dehors. Un tel choix était fait avant même que Bizi ne s’investisse dans la plateforme.
      Quant à nous, nous ne faisons qu’être cohérents et honnêtes envers celles et ceux qui nous suivent et nous font confiance. A partir du moment où l’on déclare que la manifestation du 24 août à Hendaye sera pacifique et populaire, alors il faut s’en donner les moyens et ne pas se contenter d’un vœu pieux. Et cela d’autant plus au cours d’une année marquée par une succession de manifs ayant connus affrontements à répétition et violente répression, et dans un contexte de G7 et d’occupation policière.
      Bref, notre conception de l’action militante est de se donner les moyens de garantir le résultat recherché, et non de se contenter de le désirer. Et de respecter la partie de la population qui nous fait confiance : si on l’invite à participer à une manifestation pacifique, nous devons faire le maximum -rien n’étant jamais sûr à 100 %- pour que ce soit le cas.
      Au-delà de ce devoir de cohérence et d’honnêteté, cela correspondait également à notre analyse politique de ce qu’il fallait faire et de ce qu’il fallait éviter, comme nous l’écrivions dans le texte interne de Bizi déjà cité : “Nous devons maintenant faire en sorte que cette manifestation se déroule le mieux possible car si elle dégénérait en affrontement, l’État gagnerait la partie dès le début du G7. Il aurait beau jeu en effet d’expliquer que la tenue du contre-sommet à Hendaye et à Irun déclenche affrontements et dégradations et qu’il avait donc bien fait d’interdire ce contre-sommet à Bayonne, et de militariser la zone autour de Biarritz. Même si des affrontements éclataient par la suite autour de Biarritz, pour la plupart des gens, tout ça aurait démarré du fait de la mobilisation anti-G7 et non pas du fait de l’occupation policière et militaire de Biarritz, Anglet et Bayonne. Nous aurions dès lors perdu la bataille de l’opinion publique pour la plus grande satisfaction de Macron et des organisateurs du G7.”

      Quant à protéger les banques, que celles et ceux qui comptaient s’y attaquer sachent qu’il n’y a pas que l’agence du Crédit Maritime d’Hendaye en Pays Basque nord. Des dizaines et des dizaines d’agences HSBC, BNP, Société Générale, Crédit Agricole, LCL etc. sont présentes dans ses villes et ses villages. Aucune ne semble pourtant avoir été la cible d’une quelconque attaque durant la semaine du contre-G7 et du G7. Par contre, depuis que Bizi existe, nous attaquons régulièrement, d’une manière non-violente et permanente, ces banques-là et leur politique (campagnes de boycott, premières réquisitions de chaises anti-évasion fiscale, multiples occupations et actions pour dénoncer leurs investissements climaticides, etc.). Et cela nous a régulièrement valu passages au commissariat, procès, descente policière et perquisition du local (à la recherche des sièges réquisitionnés à l’agence HSBC de Bayonne) qui vient d’être graffité “Bizi collabo, protège les banques”.

      5) Aveu d’impuissance

      Cette rage à vouloir faire endosser aux stratégies et mouvements non-violents la quasi-absence d’affrontements ou de perturbations violentes contre le G7 (qui rappelons-le ne se tenait pas à Hendaye ni à Irun mais à Biarritz) cache surtout un refus de regarder la vérité en face et de tirer les vrais bilans politiques de ce G7. Celles et ceux qui avaient pour objectif de bloquer le G7, voire d’en empêcher la tenue (Bizi de son côté ne s’est jamais fixé ces objectifs stratégiques-là, ne les pensant pas possibles), n’ont pas réussi à le faire de par leur faible mobilisation d’une part, et du fait des moyens énormes mis en place par l’État d’autre part. Bizi a participé au service de médiation de la manifestation d’Hendaye, que ses organisateurs voulaient pacifique, mais nous n’avons jamais tenté d’empêcher ni de gêner quelque action que ce soit, violente ou non-violente, du moment qu’elle n’affectait pas les événements et mobilisations dont nous étions co-organisateurs.
      Nous ne portons aucun jugement sur les stratégies autres que la nôtre, et ne perdons pas d’énergie ni de temps à les attaquer, du moment qu’elles se font de leur côté et qu’elles ne prétendent pas s’imposer dans celles que nous organisons ou co-organisons.
      Bien que présents en nombre dans les rues, appartements et locaux du Petit Bayonne le samedi 24 août, il ne nous serait pas venu à l’idée d’essayer d’empêcher celles et ceux qui voulaient s’affronter avec les forces de l’ordre de le faire. Pourtant, nous pensions qu’il s’agissait d’une erreur. Les manifestants étaient pris dans une véritable nasse, et la disproportion des forces en présence ne laissait présager qu’un seul scénario : les forces de l’ordre -encore moins le G7- ne souffriraient d’aucune perturbation conséquente, et par contre elles disposeraient enfin des quelques images d’escarmouches violentes justifiant l’occupation policière de la côte basque, et de quelques dizaines d’arrestations. Mais nous n’étions pas partie prenante de cette manifestation et n’avions pas à y introduire nos visions stratégiques ou nos mots d’ordre. Nous demandons juste que les partisans de la violence fassent de même avec nous, et se concentrent plutôt à gêner l’État et le système capitaliste, que les mouvements avec lesquels ils ne sont pas d’accord.
      Quand nous lisons “Le vrai ennemi de ce sommet ne résidait pas dans le carnaval de Biarritz, inatteignable, mais bel et bien dans une gauche qui tente de se recomposer à travers des mobilisations pacifistes. Détruire leur mobilisation, les déborder, a été la chose la plus productive qui a été faite cette semaine-là. Ce qu’il fallait faire ? Déborder la manifestation d’Hendaye. Montrer à ce vieux monde qu’il n’a plus aucune place dans le nouveau contexte.” (3)” ou bien encore “Les altermondialistes comme Bizi ou Attac sont nos pires ennemis” (4), cela ne nous intimide pas plus que la répression policière. Par contre, nous y voyons un aveu d’impuissance de certaines stratégies. Se révélant incapables de détruire le système, elles se fixent un objectif paraissant plus à leur portée : détruire celles et ceux qui ne pensent pas comme elles et eux.

      Pour conclure, nous utilisons régulièrement les guillemets quand nous utilisons le mot « radical ». Car nous ne confondons pas radicalité et violence. Sont pour nous radicales les stratégies et les actions qui affaiblissent l’adversaire et renforcent le camp alternatif.
      Nous essayons au quotidien, à travers les luttes auxquelles nous participons et les alternatives que nous contribuons aux côtés de beaucoup d’autres à construire, d’être radicales et radicaux. Nous avons pour notre part choisi la stratégie 100 % non-violente. Nous avons le sentiment au cours de ces 10 ans d’avoir globalement renforcé le camp alternatif, et à certains moments d’avoir aidé à remporter des victoires qui ont gêné le système que nous combattons, même si c’est à notre -très- humble niveau.

      Bizi, le 4 septembre 2019

    • Deux traducs de tribunes publiées ces derniers jours, qui donnent un aperçu assez limpide des positions exacerbées au Pays Basque suite au contre-sommet. cc @val_k @rastapopoulos @vanderling

      Réflexions après le G7 : du ghetto à la politique en majuscules
      https://www.naiz.eus/es/iritzia/articulos/reflexiones-tras-el-g7-desde-el-ghetto-a-la-politica-con-mayusculas
      Miguel Angel Llamas Montoya « Pitu »
      (journaliste chez ahotsa.info, précédemment chez apurtu.org, webtélé antirépressive, son travail d’information sur la situation des prisonniers politiques basques et de leurs familles l’ayant amené à être incarcéré sans jugement en 2011 pour 18 mois, sur ordre du juge Grande-Marlaska, devenu entre-temps ministre de l’intérieur, NdT)

      La frustration de certains éléments « super-révolutionnaires » basques qui n’ont même pas été en mesure de se mobiliser contre la présence du G7 est maintenant destinée à critiquer la gauche abertzale, pilier fondamental de l’organisation de ce contre-sommet.

      Après le contre-sommet contre le G7, une réflexion sur ce qui s’est passé à Irun-Hendaia et sur les mobilisations et les activités organisées par la plate-forme G7Ez devient nécessaire.

      Tout d’abord, il est essentiel d’analyser le contexte dans lequel le G7 est arrivé en Lapurdi : Euskal Herria est plongé dans un « processus de paix » guidé par le changement de stratégie de la gauche abertzale et par son engagement à adopter des méthodes exclusivement démocratiques. ; le G7 était protégé par des milliers et des milliers de policiers de toutes les couleurs qui ont imposé un état d’exception dans lequel tout mouvement contestataire devait être réprimé, ce qui a semé la peur avec un message clair : ne venez pas en Euskal Herria, ne sortez pas dans la rue pour protester.

      Dans ce contexte, le pari de la plate-forme G7Ez était de démontrer qu’il existe des alternatives au capitalisme sauvage et d’essayer de donner une réponse aussi massive que possible à l’occupation militaire. Pour cela, et en raison des relations et des complicités tissées pendant des mois avec des secteurs très divers, une série de conférences et d’activités de hauts niveau et qualité a également été organisée, qui ont disposé également de toutes les infrastructures nécessaires pour que des milliers de personnes puissent y participer : Ficoba , des locaux et des espaces publics à Hendaye, le camp d’Urruña ... Que tout cela se soit passé de manière normalisée malgré la grande présence policière et l’arrivée de centaines de personnes en dehors de l’organisation interne des événements, a exigé un grand effort militant. En soi, cela a mis à l’épreuve la capacité de la plate-forme et montre que l’organisation populaire peut être une alternative au capitalisme.

      Les activités réalisées au Ficoba se sont passé comme prévu, ainsi que la manifestation massive organisée entre Hendaye et Irun. En ce sens, l’évaluation de la plate-forme G7Ez a été très positive. Cependant, ils ont décidé de suspendre certains actes, en comprenant que les garanties pour la sécurité des personnes qui allaient y participer étaient insuffisantes. Quelques heures avant de prendre cette décision, de graves incidents s’étaient produits dans le camp. Certaines personnes extérieures à la plate-forme G7Ez ont fait face à la police qui se trouvait à proximité immédiate du camp samedi soir, créant une situation dangereuse pour tous ceux qui dormaient déjà sur les lieux. Deux jours auparavant, des incidents similaires avaient eu lieu et la police était sur le point de l’expulser. La médiation de la plate-forme G7Ez l’a empêché.

      Des groupes extérieurs à la plate-forme G7Ez et certains gilets jaunes ont critiqué le pari de la plate-forme de faire en sorte que leurs actes soient toujours pacifiques, et ont opté pour une action directe sans éviter la confrontation avec la police. Mais la forte présence policière et le petit nombre de personnes rassemblées ont rendu impossible la réussite de ces actions : la marche qui a quitté jeudi le camp pour tenter de couper l’autoroute à Urruña a été interceptée par la police et s’est terminée par plusieurs arrestations et charges à proximité immédiate du camp ; la manifestation de samedi dans la capitale labourdine n’a pas réussi à esquiver le contrôle de fer imposé par la police autour du Petit Bayonne, et il y avait presque autant de journalistes que de manifestants dans la marche ; d’autres mobilisations en dehors de la plateforme n’ont rassemblé que plusieurs dizaines de personnes totalement contrôlées par la police française, comme ce fut le cas dimanche à Bidart. Tout cela montre que la stratégie de ces groupes n’était rien de plus qu’un coup de spectacle, un pari sans véritable base, un château de cartes qui au moindre vent contraire s’écroulait. Une fois encore, des groupes avec des slogans plus révolutionnaires et ultra-gauches ont démontré leur manque de réalisme et leur capacité à faire de la politique avec des lettres majuscules. Bien entendu, leurs critiques de la plate-forme G7Ez les accusant de collaborateurs et de fascistes ont été entendues dans toutes les assemblées.

      D’ailleurs, totalement inacceptables les graffitis et dégâts dans le camp construit avec l’infrastructure du mouvement populaire et dans les maisons voisines, les manques de respect dans les assemblées, les agressions et menaces à l’encontre de journalistes couvrant certaines mobilisations, l’agression sexiste produite la veille du contre-sommet ... En outre, il a été découvert qu’au moins une flic s’était infiltrée dans un groupe venant de France. Il y en avait sûrement plus, et je ne serais pas surpris que ce soit une de ces personnes qui, à tout moment, incitait à la violence. L’histoire nous montre que les appareils d’État utilisent ces infiltrations pour conduire les mouvements révolutionnaires à des paris stratégiques insensés. Parce que nous savons déjà que dans certaines ambiances, le plus révolutionnaire est celui qui se montre le plus radical, bien que ce qu’il énonce manque de réalisme.

      Il y a ceux qui sur les réseaux sociaux ont fait des comparaisons entre le sommet de Biarritz de 2000 et celui-ci, avec la nostalgie des incidents survenus à l’époque. Ni l’appareil de police n’a été le même (de tels incidents n’auraient plus été possibles aujourd’hui) ni l’enjeu du contre-sommet n’était d’offrir cette image. La frustration de certains éléments « super-révolutionnaires » basques qui n’ont même pas été en mesure de se mobiliser contre la présence du G7 est maintenant destinée à critiquer la gauche abertzale, pilier fondamental de l’organisation de ce contre-sommet. Mais c’est une pure frustration, ni plus ni moins. Pratiquement, aucune organisation située dans ce que nous appelons « la dissidence de la gauche abertzale » n’a appelé à des mobilisations ou n’a été vue en Pays Basque Nord.

      Je crois que la gauche abertzale et son projet politique anticapitaliste sortent renforcés après le G7. J’aurais aussi aimé que les mobilisations soient plus fortes et massives, mais il ne faut pas perdre de vue le contexte marqué par cette militarisation de l’ensemble du territoire. Et l’important, à cette occasion, a été de montrer qu’il existe une alternative au capitalisme que dirigent ces pays, et de tisser des alliances avec les secteurs politiques qui se trouvent dans ces éléments clé, projetant envers l’ensemble de la société une image de sérieux et de crédibilité qui manque à ceux qui évoluent encore dans les mêmes ghettos politiques d’il y a 20 ans. Lorsque le système capitaliste est plus cruel que jamais et que ses interrogations se développent dans de larges couches de la société, c’est là que l’offre d’une alternative réelle devient plus nécessaire. Et là, la gauche abertzale a été le protagoniste incontesté.

      Enfin, je tiens à remercier l’organisation du contre-sommet pour le travail accompli et les facilités accordées aux journalistes qui ont couvert les événements, eskerrik asko !

      –----------------
      Suite au contre-sommet du G7
      https://www.argia.eus/albistea/g7aren-kontragailurraren-harira-sendoa-jurado-eta-ziortza-fdez-larrazabal-sup
      Sendoa Jurado et Ziortza Fernandez Larrazabal, "super-révolutionnaires"
      (membres du mouvement ATA, Amnistie et Liberté, NdT)

      Après l’article de Miguel Ángel Llamas publié dans Naiz (« Réflexions après le G7 », 2019/08/27), nous ne pouvions pas rester sans répondre. Ce désir ne vient pas du fait que nous croyons devoir répondre à quiconque ne correspond pas à notre opinion, mais parce qu’il rassemble des idées que Sortu répand depuis un certain temps et, en outre, parce que nous pensons que cela inclut une tentative d’essayer de criminaliser d’autres secteurs.

      Pour commencer, nous t’expliquerons quel est le rôle de la social-démocratie vis-à-vis du mouvement populaire et, le cas échéant, vis-à-vis des expressions révolutionnaires. Nous n’expliquerons rien que tu ne saches pas déjà, car nous supposons qu’à une autre époque, tu as également critiqué l’attitude des sociaux-démocrates, puisqu’ils ont longtemps eu pour fonction de ne rien laisser protester contre les différents sommets capitalistes, y compris à des moments où ils nous ont tous et toutes, y compris toi, mis dans le même sac de "super-révolutionnaires".

      Le rôle de la social-démocratie est de désactiver le mouvement populaire et de faire en sorte que personne ne dépasse le cadre juridique de ceux qui nous piétinent. Pour cela, elle occupe et contrôle les espaces naturels du mouvement populaire, elle le fait avec son message et convertit ces espaces, au nom du possibilisme et du pacifisme, en slogans vides.

      La social-démocratie est la carotte que nous montre le capitalisme, tandis que le bâton est celui de la police. Les deux se sont retrouvés à Biarritz lors du sommet du G7 et cherchent à désactiver le mouvement populaire. Le premier par l’assimilation et le second par la peur.

      La social-démocratie n’accepte rien de ce qui se trouve à sa gauche, et pour cela elle remplit de merde tout l’espace entre le mur et elle. Comment ? En méprisant et caricaturant les personnes et les mouvements qui veulent occuper cet espace. Avec des expressions comme « super-révolutionnaires », « ils sont loin de la réalité », « ils font le jeu de l’ennemi » et autres du même genre. Certainement, Miguel-Angel, que cela t’est également familier, car ça ressemble à des expressions que tu utilises également dans ton article. Pour maintenir l’hégémonie, la social-démocratie juge essentiel de détruire tout ce qui reste à sa gauche. Ils sont la gauche.

      Pour expliquer la façon de faire de la plateforme G7 Ez ! tu mentionnes le contexte politique d’Euskal Herria et le « processus de paix ». Dans le même paragraphe, tu expliques l’état d’exception imposé par la police. Alors quel processus de paix, bordel ! Il s’agit ici d’un processus de désactivation du mouvement populaire et de la ligne révolutionnaire, joint à l’acceptation du monopole de la violence pour les gestionnaires du système. Ce processus a eu lieu à partir de 2009 sur les conseils des faux pacifistes venus en Euskal Herria main dans la main avec l’impérialisme, et a bénéficié de l’aide essentielle du réformisme, comme l’a expliqué Otegi [secrétaire général de la coalition EH Bildu dont la composante majoritaire est Sortu, a été membre d’ETA dans les années 70 et à oeuvré à sa dissolution à partir des années 2000, NdT] dans le procès Bateragune [voir https://seenthis.net/messages/799589 ]. Contrairement au militantisme, il l’a bien expliqué au juge, marquant une ligne de démarcation entre les "bons" et les "mauvais". Cette ligne tu la traces également dans ton article, et c’est vraiment pas beau : "C’était pas moi, monsieur !"

      En quelques années, certains ont fait l’innommable pour faire éclater le mouvement populaire, ont rompu les relations avec ceux qui n’entrent pas dans la bergerie, en sont venus à voler des bureaux en utilisant les outils de la légalité bourgeoise, ont discuté avec la police (nous attendons toujours des explications à propos de la rencontre avec Ares [ancien ministre de l’intérieur de la Communauté Autonome du Pays Basque, NdT]), ils ont tabassé des jeunes, ils ont censuré ... et pourtant, Miguel-Angel, il te semble étrange que la "dissidence" n’ait pas eu la force d’organiser quoi que ce soit contre le G7. Vous avez volé le papier toilette et vous dénoncez maintenant le fait que chez nous il n’y a pas moyen de se nettoyer le cul.

      Ceux d’entre nous qui n’ont pas eu la capacité d’organiser quoi que ce soit contre le G7 ont des questions sur lesquelles réfléchir et sur quoi travailler. Nous vivons dans une autocritique constante. Nous pensons que sur cette voie il y a de quoi être optimiste et que, à l’avenir, nous pourrons développer une ligne révolutionnaire renforcée. Vous autres, Miguel-Angel, vous avez le droit de prendre le chemin que vous voulez, c’est tout ce qui manquait. Continuez à louer des salles de congrès coûtant des milliers d’euros, continuez à pacter votre activité politique avec l’ennemi, continuez à donner de la stabilité au gouvernement espagnol, continuez à transformer ceux qui ont été libérés en fonctionnaires politiques, continuez à mettre des cordons humains pour protéger les banques, continuez à essayer d’obtenir que les familles reçoivent les prisonniers en privé [référence aux ongi etorri cf https://seenthis.net/messages/799589 ], mais de grâce, arrêtez d’occuper avec vos pieds la chaise que vous avez abandonnée il y a longtemps.

      [edit du 07/09 : quelques corrections de passages mal traduits]

    • Au sommaire du dernier CQFD n°179
      http://cqfd-journal.org/Au-sommaire-du-no179-en-kiosque

      La société civile « Bayonnée » – G7 : un contre-sommet noyé dans le kaki > Depuis l’émergence du mouvement altermondialiste, jamais un contre-sommet du G7 n’avait connu une si faible mobilisation. En cause notamment, la militarisation du maintien de l’ordre, la « neutralisation stratégique » du mouvement social, des arrestations arbitraires et des interdictions administratives de territoire.

      pas encore lu because pas encore reçu peut être plus tard sur leur site mais je préfère lire CQFD sur le papier.


      https://commesuit.tumblr.com
      #Pirikk pour la couverture de ce 179 ème numéro de CQFD

    • @rastapopoulos anars français qui pour le coup sont assez en phase avec la ligne ATA. La ligne Sortu, celle qui a changé de stratégie ce dernières années, laisse l’impression d’avoir gardé certains réflexes d’une autre époque, en termes de dirigisme (en ce sens la remarque de désarmons "on ne passe pas de trente ans de lutte armée au sein de groupes communistes autoritaires à un alternativisme babos sans conserver les vieux réflexes disciplinaires qui permettent de garder la face…et de régler ses comptes avec ses détracteur/ices" met le doigt sur un malaise, même s’il ne s’adresse pas à la bonne cible).

      Pitu c’est quelqu’un que je trouve respectable mais sa tribune là c’est presque une caricature dans l’autosatisfaction aveuglée.
      Et les ATA même si je partage pas leur vision stratégique j’ai de la sympathie pour eux vu ce qu’il se prennent dans la gueule.

      Bref de quoi relire Simone https://seenthis.net/messages/326630

  • Cet été, les vélos sont restés sur le quai du train
    http://carfree.fr/index.php/2019/08/20/cet-ete-les-velos-sont-restes-sur-le-quai-du-train

    Le #Vélo dans le train a viré au cauchemar cet été pour beaucoup d’usagers. On ne compte plus les cas de familles avec enfants et vélos obligées de rester sur Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Transports_publics #sncf #témoignage #tourisme #trains #transports_en_commun #vacances

  • Quand le #tramway va remplacer une autoroute…
    http://carfree.fr/index.php/2019/08/14/quand-le-tramway-va-remplacer-une-autoroute

    Signe des temps, dans la région parisienne, un tramway va bientôt remplacer une autoroute… Depuis le 29 mai 2019, l’A186 est définitivement fermée en vue de réaliser la future avenue Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Fin_de_l'automobile #Fin_des_autoroutes #Marche_à_pied #Transports_publics #Vélo #autoroutes #destruction #montreuil #paris