• At what cost? Funding the EU’s security, defence, and border policies, 2021–2027.
    A guide for civil society on how EU budgets work

    This report reveals that:

    The 2021–27 #Multi-annual_Financial_Framework allocates an unprecedented amount of European public money for security and defence purposes, more than doubling its budget from one spending cycle to the next.

    - The overall amount of money earmarked for security and defence spending is €43.9 billion, an increase of more than 123% when compared to the previous seven-year budgetary cycle, which allocated €19.7 billion for the same purpose.
    - The largest increase from the previous budgetary cycle can be seen in the European Defence Fund, which replaces its precursor programmes (Preparatory Action on Defence Research and European Defence Industrial Development Programme) with a massive funding increase of 1256%, to reach a total of almost €8 billion. This money will, for the first time, be used for the research and development of high-tech military weaponry.
    - The #European_Peace_Facility, which may be understood as replacing the Athena mechanism and African Peace Facility, will increase its budget by 119% to €5.7 billion. This means that 31% of the overall spending will go on military weaponry research and development and an off-budget military initiative with almost no democratic scrutiny, oversight or transparency whatsoever.
    - Other significant budget hikes include the #Internal_Security_Fund, which will increase by 90% to €1.9 billion, the Integrated Border Management Fund – Border and Visa, which will increase by 131% to €6.2 billion and the funds being made available to agencies such as Frontex and Europol, which will increase by 129% to €9.6 billion. The increase of the Asylum and Migration Fund is less notable at 43% but the instrument will still receive a substantial €9.9 billion.
    - The Citizens, Equality, Rights and Values Programme will increase its budget by 124%, to reach €1.4 billion, but this figure should be put in to context – it pales in comparison to the €43.9 billion being invested in militarised security and defence initiatives. Funding for law enforcement, border control, military research and development and operations (€43.9bn) is 31 times higher than funding for rights, values and justice (€1.4bn). Furthermore, the majority of the latter funds will still be awarded to states rather than independent organisations.

    In addition to the aforementioned funds, development aid will be redirected towards border management and will play an increased role in enhancing non-EU states’ ability to control migratory movements. The #European_Development_Fund and #EU_Trust_Fund_for_Africa have both been used to pursue migration policy objectives, and in the 2021–27 period 10% of the new €79 billion #Neighbourhood_Development_and_International_Cooperation_Instrument (#NDICI) ‘should be dedicated particularly to actions supporting management and governance of migration and forced displacement within the objectives of the Instrument’.

    The massive increase in security spending will also strengthen ‘Fortress Europe’ and further the long-standing goal of the EU and its member states to externalise border control to third countries regardless of these policies’ devastating consequences. The objective of containing unwanted people fleeing war and persecution outside Europe’s borders has been strongly prioritised in the 2021–27 security and migration funds:

    – The new home affairs fund seeks to enhance the ability of countries outside the EU to control migration and one of the main objectives of the #AMF is centred on the external dimension of asylum and migration management.
    – One aim of the IBMF is ‘to facilitate legitimate border crossings, to prevent and detect illegal immigration and cross-border crime and to effectively manage migratory flows’, and one of the ways in which this can be done is through ‘the enhancement of inter-agency cooperation’ between member states, Union bodies and third countries.
    – The IBMF will finance the deployment of immigration liaison officers to third countries to gather information and intelligence on migratory movements. Frontex, the EU’s border and coast guard agency, has its own pool of liaison officers who undertake similar work.
    – The consequences of border #externalisation policies are felt in regions as far south as the Sahel or as far east as countries neighbouring Afghanistan, where immigration and asylum authorities have, in effect, become the border guards of the EU, detaining and containing those on the move in search of safety.

    The European Defence Fund and the European Peace Facility mark a new point of departure for the EU in pivoting towards hard power and militarism.

    - The #European_Peace_Facility (#EPF) is an off-budget fund which will circumvent, and may eventually render redundant, EU rules against funding military projects. Under the EPF lethal weapons may be provided to third countries for defence purposes. The financing and provision of weapons to Ukraine is the first such example.
    - The #European_Defence_Fund (#EDF) will, for the first time, provide funding for the research and development of high-tech military equipment, which until now was largely prohibited by the EU.
    - A substantial amount of funding will also bolster the European security industrial complex and serve to subsidise the already highly lucrative homeland security industry. This complex has long promoted a vision of security based on the development and deployment of technical ‘solutions’, many of which are premised on novel and enhanced surveillance techniques.
    – The lion’s share of EU funding for homeland security research has long gone to private companies that are likely to continue being the main beneficiaries of these funds in the 2021–27 period.
    - The European Defence Fund will provide a new source of finance for many of the same corporations that have been significant recipients of security research funding. There is a requirement for the European Commission and other actors to ensure ‘synergies’ between the two programmes, and to exploit dual-use technology that may be of use to both the homeland security and military sectors. In practice, this is likely to mean the further militarisation of the civil sphere and the continuation of the long-standing trend to blur the lines between war, policing and internal security initiatives.
    – The significance of the EPF and EDF for the EU as a political project should not be underestimated. The creation of these funds marks a new point of departure for the EU, which began as a peace project. Under these funds it is actively shifting course and is now pursuing militarised objectives.
    - Determining the priorities of these funds will remain matters of state – apart from a limited role in negotiating legislation, the role of the European Parliament and civil society after laws have been passed is severely restricted, raising serious questions regarding parliamentary and public scrutiny, transparency and oversight.

    The EU’s Border and Coast Guard Agency, Frontex, will be provided with unprecedented funding of €5.6 billion from 2021-2027, a 194% increase compared to the previous budgetary cycle, and a key role in overseeing member states’ use of EU migration funds.

    – While #Frontex received €6 million in 2005, it now receives an average of €800 million a year – a 13,200% increase in budget over less than 20 years.
    - The agency will receive several hundred million euros a year to fulfil its expanded role, and in particular to develop its ‘standing corps’ of 10,000 border guards.
    - The European Commission is obliged to take into account Frontex’s views on national spending using the AMF and IBMF, and the agency is to be consulted on how member states should address recommendations resulting from evaluations on how they manage their borders.
    - Any equipment purchased by national border authorities using the IBMF must meet Frontex’s technical standards, and be made available for use by the agency.
    – Frontex is to play a key role in identifying and evaluating relevant research activities as part of the Civil Security for Society homeland security research programme

    Although the funding is being allocated for activities that carry significant risk, such as research into and development of lethal weapons, intrusive surveillance and policing, or the reinforcement of deadly border control practices, transparency, oversight, and accountability are all sorely lacking:

    - Although the EU’s new security funds will be subject to some measure of democratic scrutiny and oversight, and there will be some transparency regarding the projects and activities funded, this is largely restricted to the provision of information on spending and results, while democratic participation in setting priorities is strictly limited. With regard to the ISF, the European Commission is obliged to compile reports, to which the Parliament can then propose recommendations, which the Commission ‘shall endeavour to take into account’. There is no such requirement however, for the AMF or IBMF.
    – For the most part, it will be state officials in EU member states who determine how these funds are spent, while elected representatives and civil society organisations have only been granted a post-facto oversight role with no capacity to opine or influence spending beforehand.
    – There are a number of loopholes for the home affairs funds that could be used to inhibit transparency and, in turn, accountability. National authorities are obliged to publish information on the AMF, IBMF and ISF, ‘except where Union law or national law excludes such publication for reasons of security, public order, criminal investigations, or protection of personal data’ – in the hands of over-zealous officials, ‘security’ and ‘public order’ could be interpreted very broadly as a means of restricting public access.
    - Transparency has been kept to an absolute minimum with regard to the European Defence Fund and European Peace Facility.
    - The distribution of spending on external migration policies across different funding streams (such as development, migration, and security) means that political responsibility is distributed and diluted, further reducing the Parliament’s capacity to exert democratic scrutiny and oversight.

    What is notable by its absence from the 2021–2027 Multi-annual Financial Framework?

    - There is no funding to undertake search and rescue operations in the Mediterranean, but rather to provide assistance or actively participate in ‘push or pull back’ operations to prevent migrants and asylum seekers from reaching Europe’s shores.
    – There are only limited requirements to consult the EU’s own expert body on fundamental rights, the Fundamental Rights Agency, when drafting and approving spending programmes, while there is no obligation whatsoever to consult the European Institute for Gender Equality or national human rights bodies.
    - These funds attempt to address the consequences, and not root causes, of political and social conflict. For example, with regard to racism and xenophobia towards migrants and refugees, they appear to placate such sentiments rather than to find creative ways to effectively challenge them.

    https://eubudgets.tni.org
    #guide #budget #EU #UE #Union_européenne #défense #frontières #sécurité #coût
    #Asylum_and_Migration_Fund (#AMF) #Integrated_Border_Management_Fund (#IBMF) #Internal_Security_Fund (#ISF) #fonds #migrations #asile #réfugiés #statistiques #chiffres #transparence

    ping @isskein @karine4

    • L’ancien président de la République de l’Equateur a donné une conférence sur le « socialisme du bien-vivre », vendredi à Marseille, lors des « amphis d’été » de la France insoumise.

      « Nous étions parmi les pays les plus inéquitables de l’Amérique latine et sommes désormais parmi les trois pays les plus équitables. (…) Il y a eu une réduction de la pauvreté : 1,8 millions de personnes en sont sorties », a-t-il défendu. Refusant « l’orthodoxie », rejetant « les dogmes et les expectatives idéologiques », il a soutenu un projet de « recherche permanente de la justice et de la prédominance de l’humain sur le capital ». Regrettant que le monde soit « dominé par l’empire du capital financier », il a plaidé pour « une société avec un marché » plutôt que pour « une société de marché ». « Le marché doit exister en fonction des nécessités sociales », a-t-il argumenté, avant de pointer que son pays a rencontré des difficultés économiques dues à un tremblement de terre et aux crises pétrolières.

      Certain que « l’Amérique latine a vécu un changement d’époque » et entamé « un processus », il a tancé les ingérences extérieures, et ciblé en particulier les médias privés sud-américains, qui représentent à ses yeux le « vrai pouvoir politique » et sont en passe de devenir un « pouvoir sans contre-pouvoir ». « On nous présente la politique comme corrompue et méchante pour empêcher toute transformation, toute implication citoyenne, pour nous faire croire qu’il n’y a pas besoin de politique mais juste d’experts », a-t-il aussi mesuré.

      La situation de l’Amérique latine, au-delà de la présence de Rafael Correa, a également été débattue par les insoumis à Marseille lors de la conférence « Quand la gauche est au pouvoir : quels enseignements de l’Amérique latine ? » Enfin, une formation réservée aux élus et intitulée « Le processus constituant au Venezuela : retour d’expérience » était aussi au programme. Nombre de militants présents disaient vouloir refuser toute « position binaire » et tout « manichéisme » sur la situation de ce pays en proie à des violences, à une crise économique et démocratique, et dont le président Nicolas Maduro est régulièrement présenté comme un dictateur par les médias français. « La campagne de désinformation en France est indigne, s’est agacée la députée FI Clémentine Autain. L’opposition de droite vénézuélienne ressemble davantage à l’extrême droite qu’à de gentils libéraux. Je ne partage pas tout ce que fait Maduro mais j’appelle à ce qu’en France on sorte des caricatures. Si la France veut être à la pointe de la lutte contre les dictatures, elle peut déjà s’interroger sur nombre de ses partenaires. Depuis Chavez, les gouvernements au Venezuela luttent pour le partage des richesses et font face à l’ingérence américaine. Donald Trump lui même a dit vouloir faire tomber le gouvernement du Venezuela. Cela doit nous interroger. Nous avons besoin d’un débat serein. »

      https://www.humanite.fr/universites-dete-rafael-correa-invite-dhonneur-des-insoumis-640971

  • L’AMF propose une sanction exemplaire contre #Natixis Asset Management
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/250617/l-amf-propose-une-sanction-exemplaire-contre-natixis-asset-management

    Dans l’affaire des « #fonds_à_formule » qui passait en audience ce vendredi 23 juin devant la commission des sanctions de l’AMF, le collège du régulateur et le rapporteur ont proposé une sanction record de 35 millions d’euros, assortie d’un blâme, contre Natexis Asset Management, qui recherche l’annulation de la procédure. Est-ce le début d’un changement de logique ?

    #Economie #AMF #Natixis_Asset_Management

  • #Philippe_Vannier, l’oublié (pour l’instant) du scandale #Amesys
    https://reflets.info/philippe-vannier-loublie-pour-linstant-du-scandale-amesys

    On peut le tourner dans tous les sens possibles, lorsqu’une entreprise fait l’objet d’une instruction pour complicité de torture par un pôle dont l’intitulé est « génocide et crimes contre l’humanité, crimes et délits de guerre », […]

    #Bienvenue_chez_Amesys #Deep_Packet_Inspection #Abdallah_Senoussi #AMF #Atos #Bull #Crescendo_Industries #Dominique_Lesourd #Kadhafi #Marc_Hériard-Dubreuil

  • #EDF approuve le lancement d’Hinkley Point, la Grande-Bretagne hésite
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/290716/edf-approuve-le-lancement-d-hinkley-point-la-grande-bretagne-hesite

    Le conseil d’administration de l’électricien a donné jeudi son feu vert à la construction de deux réacteurs nucléaires #EPR en Angleterre, malgré l’opposition de tous les syndicats et la démission d’un administrateur. Mais Theresa May ne se prononcera qu’à l’automne.

    #Economie #AMF #Areva #conflits_d'intérêts #Corps_des_Mines #Hinkley_Point #Jean-Bernard_Levy #nucléaire #services_publics

  • #Hinkley_Point : la direction d’EDF prête à passer en force
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/240716/hinkley-point-la-direction-d-edf-prete-passer-en-force

    Le président d’EDF a décidé, dans la précipitation, de convoquer un conseil d’administration le 28 juillet pour faire approuver le projet très controversé de construction de deux #EPR en Grande-Bretagne. Alors que le groupe fait l’objet d’une enquête de l’Autorité des marchés financiers, un nouveau document interne, révélé par Mediapart, prouve l’aventurisme du projet.

    #Economie #AMF #Areva #conflits_d'intérêts #Corps_des_Mines #EDF #Jean-Bernard_Levy #nucléaire #services_publics

  • #Hinkley_Point : la direction d’EDF prête à passer en force
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/240716/hinkley-point-la-direction-dedf-prete-passer-en-force

    Le président d’EDF a décidé, dans la précipitation, de convoquer un conseil d’administration le 28 juillet pour faire approuver le projet très controversé de construction de deux #EPR en Grande-Bretagne. Alors que le groupe fait l’objet d’une enquête de l’Autorité des marchés financiers, notamment sur ce projet, un nouveau document interne, révélé par Mediapart, prouve l’aventurisme du projet. Les administrateurs, bien sûr, n’en ont pas eu connaissance.

    #Economie #AMF #Areva #conflits_d'intérêts #Corps_des_Mines #EDF #Jean-Bernard_Levy #nucléaire #services_publics

  • SFR : l’AMF rappelle Vivendi, Bouygues, Numericable à la transparence - RTL info
    http://www.rtl.be/info/monde/france/1079742/sfr-l-amf-rappelle-vivendi-bouygues-numericable-a-la-transparence

    Le gendarme de la Bourse a sévèrement rappelé à l’ordre vendredi Vivendi, Bouygues et Numericable, leur reprochant l’opacité de leur communication dans la bataille pour le rachat de l’opérateur téléphonique SFR et laissant planer la menace de sanctions.

    #sfr #bouygues #vivendi #numericable #amf

  • Jean-Pierre CHEVALLIER » Banques, leverage et Greenspan pour les nuls (Gos banques et AMF)
    http://chevallier.biz/2013/11/banques-leverage-et-greenspan-pour-les-nuls-gos-banques-et-amf

    ......

    Après les grandes turbulences financières, prédites par lui-même, ce bon vieux Greenspan, a relevé ses exigences en préconisant un leverage au maximum de 10, donc un ratio Core Tier 1 de 10 % au minimum.

    C’est simple, tout est simple. Trop simple pour les banksters dont les groupes de pression très influents, de connivence avec les gouvernements, ont réussi à imposer leurs propres règles : une usine à gaz qui leur permet de calculer eux-mêmes leurs propres ratios selon leurs propres méthodes, à savoir les actifs nets pondérés (Risk-Weighted Assets, RWA).

    Ainsi par exemple, les banques peuvent acquérir des bons des Trésors, en particulier d’Etats de la zone euro, sans aucune limite car ils sont considérés comme étant des actifs sûrs, sans risques.
    Ce qui s’est passé en Grèce, en Irlande et à Chypre a montré qu’il n’en était rien.

    Cette méthode d’évaluation des risques par les banques elles-mêmes n’est donc pas fiable comme le montrent par ailleurs un grand nombre de déclarations, en particulier de la BRI.

    Pour évaluer les risques des banques à leur juste valeur, les capitaux propres qui doivent être pris en considération ne doivent être que de véritables capitaux propres, c’est-à-dire ceux qui sont apportés par les actionnaires et surtout les bénéfices accumulés, à l’exclusion des intérêts minoritaires et des actions de préférence qui sont, en cas de grandes turbulences financières, généralement souscrites par l’Etat (dont les banques dépendent) qui joue alors un rôle passif dans la gestion de ces banques en attendant leur redressement.

    #économie
    #AMF
    #analyse-financière
    #banques
    #bons-du-Trésor
    #capitaux-propres
    #dettes
    #Greenspan
    #leverage
    #Société-Générale
    #TCN
    #Tier
    #Titres-de-Créances-Négociables
    #banksters

  •  » [Reprise] Scandale EADS / AMF : selon que vous serez etc.
    http://www.les-crises.fr/reprise-scandale-eads-amf-selon-que-vous-serez-etc

    EADS : le rapport qui accuse dirigeants et actionnaires

    08 avril 2008 | Par Martine Orange

    Mediapart s’est procuré le rapport d’enquête de l’Autorité des marchés financiers sur EADS, dont la synthèse est téléchargeable sur notre site. Les enquêteurs y relèvent les ventes massives d’actions réalisées par la plupart des dirigeants d’EADS et ses actionnaires de contrôle, Lagardère et DaimlerChrysler. Des cessions qu’ils auraient dû s’abstenir de faire, alors qu’ils étaient détenteurs d’au moins trois informations privilégiées : un budget-plan qui montrait une nette dégradation de la rentabilité future d’Airbus dès juin 2005, des problèmes d’industrialisation de l’A 380, une révision complète du programme de l’A 350.

    C’est le rapport que tout le monde attend. Un long rapport de quatre-vingt-quatorze pages, dont Mediapart a pu prendre connaissance. Dans un style précis, les enquêteurs de l’autorité des marchés financiers (AMF) y retracent toutes les informations qui ont circulé chez EADS au cours de cette période décisive, entre le 1er mai 2005 et le 13 juin 2006 (lire en pièce jointe, la synthèse du rapport de l’AMF).

    Ils s’efforcent de démêler les écheveaux du connu et du plausible pour retrouver les faits. Avec une préoccupation constante : « Les actionnaires de contrôle et les principaux dirigeants du groupe EADS disposaient-ils, lorsqu’ils ont cédé leurs titres, d’informations que le marché n’avait pas et qui auraient dû les conduire à s’en abstenir ? Le cas échéant, le marché aurait-il dû, ou non, avoir ces informations ? »

    Car il faut bien tenter d’élucider les ventes d’actions par les dirigeants et les actionnaires d’EADS entre novembre 2005 et avril 2006, deux mois avant que le groupe ne fasse état des ses problèmes sur l’A380 et l’A350. Des cessions massives, comme le constate le rapport. « Entre le 19 juillet 2005 et le 13 juin 2006, sur les 21 membres des comités exécutifs d’EADS et d’Airbus, 17 ont cédé un montant total de 1.708.600 actions issues de l’exercice de leurs stock-options pour une plus-value brute de près de 20 millions d’euros. Parmi eux, 11 des dirigeants du groupe ont exercé l’intégralité de leurs options exerçables au 13 juin 2006, c’est-à-dire celles issues des plans d’attribution des exercices 2000 à 2003. »

    Avant de relever une étrangeté : « Pourtant, pour les dirigeants imposables en France, les options issues des plans de 2002 et 2003 étaient fiscalement indisponibles, puisqu’elles avaient été attribuées moins de quatre ans auparavant, si bien que la plus-value résultant de leur vente fut imposée en tant que salaire. » Une incongruité en regard des trésors d’imagination auxquels peuvent avoir recours les dirigeants pour ne pas payer un centime de trop au fisc.

    Autre observation surprenante : « 95% des titres cédés l’ont été soit entre le 9 et le 29 novembre, soit entre le 8 et le 24 mars [...] Aucune transaction n’est intervenue, en revanche, lors de la fenêtre suivante, ouverte du 16 mai au 5 juin 2006, et la fenêtre d’exercice précédente, ouverte du 27 juillet au 16 août 2005, n’a été que marginalement utilisée. » Interrogés lors de leur audition, plusieurs dirigeants ont avancé que lever leurs options à ces dates n’aurait pas été intéressant, le cours de l’action étant inférieur à celui de l’option.

    Ce que contestent partiellement les enquêteurs de l’AMF, au moins pour les options attribuées en 2000 et 2002. Ils remarquent aussi que si le cours du titre rendait la vente plus attractive à partir de novembre 2005, « le caractère massif des cessions observées pourrait aussi a contrario témoigner d’une absence de confiance dans la poursuite de la progression du cours ».

    2 milliards pour chacun des deux actionnaires de contrôle

    Le comportement des deux actionnaires principaux, les groupes Lagardère et DaimlerChrysler, suscite encore plus d’interrogations chez les enquêteurs de l’AMF. En avril 2006, chacun d’entre eux a réalisé une vente à terme « de plus de 61 millions d’actions EADS pour un montant proche de 2 milliards d’euros », écrit le rapport.

    Ces opérations, envisagées dès la fin du printemps 2005, ont été retardées en raison des discussions « avec le gouvernement français et la présidence de la République mais aussi avec le gouvernement allemand ». Finalement, ce n’est que fin mars 2006 que les deux groupes ont obtenu le feu vert.....

    #économie
    #AMF
    #EADS
    #actionnaires
    #Lagardère
    #Daimler-Chrysler
    #dirigeants

  •  » [GROS DÉLIRE] Quand l’AMF sanctionne les blogueurs plutôt que les financiers !
    http://www.les-crises.fr/amf-sanctionne-les-blogueurs

    Alors de mieux en mieux dans cette crise… Aujourd’hui les délires de l’Autorité des Marchés Financiers…

    J’ai choisi de faire un papier très long, car sans cela, on ne peut comprendre ce qui est vraiment en jeu, et on reste aux 3 lignes d’une vague dépêche AFP…

    Le fond du sujet

    Il faut parler réglementation bancaire (rapidement, restez !) pour commencer.

    Une des techniques de l’évaluation des entreprises consiste à mettre en regard sa “richesse patrimoniale” (= Capitaux propres) avec ses dettes, la somme des deux donnant le total du passif et de l’actif. On peut donc calculer un ratio égal aux capitaux propres divisé par le total des actifs, car si l’actif subit une perte (parce que les clients ne paient pas par exemple) supérieure aux capitaux propres, l’entreprise est en faillite.

    C’est un indicateur qui sert de base aux calculs issus de la réglementation bancaire, dite normes de Bâle 2 ou de Bâle 3, qui ont une grosse particularité.

    Cela pourrait être assez simple, mais le financiarisme implique aussi le grand délire mathématique, et donc il est important pour les structures financières de construire des modèles mathématiques de plusieurs dizaines de millions d’euros bâties sur des hypothèses aussi solides que le vent, le tout donnant n’importe quoi (puisqu’en logique “FAUX implique N’IMPORTE QUOI”, du genre “SI 1+1=3, alors François Hollande est un grand Président”)

    Pour les plus curieux, j’ai expliqué dans ce billet le mécanisme de la “pondération des actifs” dans la réglementation, qui autorise les banques pour calculer les ratios à diminuer fictivement leurs actifs en fonction du risque qu’elle estiment elles-même, grâce à des modèles et principes là encore dignes d’une personnes avec 7 ou 8 chromosomes excédentaires.

    Ainsi, en 2010, quand une banque avait 10 Md€ de dette publique grecque dans son bilan – donc un risque ultime de perte de 10 Md€ – elle pouvait le compter dans le calcul de ses ratios pour… tataaaaa : 0 ! Et oui, car dette publique => Risque nul (ARF !!) => Actif pondéré = 10 Md€ x 0 = la tête à toto. Donc pour la réglementation de Bâle, 10 Md€ de dette grecque ou rien du tout, c’est le même risque. Donc chapeau les artistes, c’est pas comme si l’histoire économique (mais la vraie, voui voui, vous savez celle de périodes aussi reculées que -20 ou -50 av.M.F. {avant Milton Friedman}) montrait que les États font défaut d’une façon ou d’une autre tous les 50 / 60 ans… Donc considérer que, puisque ça fait 60 ans qu’il n’y a pas eu de défaut, c’est le bon moment pour considérer que le risque est nul, est comment dire… un peu couillon....

    #économie
    #crise
    #AMF

  • Crise financière en préparation : un ancien banquier sonne l’alarme | Le site d’Alain Grandjean
    http://alaingrandjean.fr/2013/10/30/crise-financiere-en-preparation-un-ancien-banquier-sonne-lalarme

    Une voix de plus se lève contre l’aveuglement des politiques publiques en matière de régulation financière ; un « citoyen » particulièrement informé.

    Jean-Michel Naulot, après 37 ans de carrière bancaire et dix ans de régulation financière (Au sein du Collège de l’AMF, qu’il quitte en décembre pour retrouver sa capacité de lanceur d’alerte), profite de la fenêtre médiatique offerte par la sortie de son excellent livre « Crise financière : Pourquoi les gouvernements ne font rien » pour un cri d’alarme, un « cri du cœur ».

    http://www.dailymotion.com/video/x15n5xg_les-matins-europe-et-etats-unis-secoues-par-les-crises-politiqu

    #Crise
    #banquier
    #AMF
    #Jean-Michel_Naulot