• Entretien avec Miguel Peralta, prisonnier anarchiste
    d’Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca

    https://lavoiedujaguar.net/Entretien-avec-Miguel-Peralta-prisonnier-anarchiste-d-Eloxochitlan-d

    Histoire des luttes de son village, assemblée communautaire, infiltration des partis politiques, répression, solidarité internationale, liens entre mouvement libertaire et mouvement indigène... Dans cet entretien, Miguel Peralta revient sur cette histoire collective.

    Dans l’État d’Oaxaca, il y a approximativement plus de cinq cents municipalités, la majorité autochtones et qui sont réparties en huit régions. C’est très caractéristique d’Oaxaca cette question, parce que la majorité des gens parlent une langue autochtone, mais aussi parce que depuis très longtemps ces municipalités sont régies par un système qui s’appelle us et coutumes, plus de la moitié sont régies par ce système dont le nom a été modifié il y a tout juste quelques années de cela, il y a cinq ans, pour le remplacer par celui de système normatif interne, qui veut dire qu’on suppose que les municipalités ont leur propre autonomie dans laquelle elles se régissent par ce système, et où elles élisent leurs autorités, tant leurs autorités municipales que toutes les charges qui sont liées à cette organisation politique. Mais c’est de cette manière aussi que l’État a une forme d’ingérence à Oaxaca, parce que, au final, les municipalités sont régies par les us et coutumes, les élections se font par une assemblée et c’est en assemblée que sont pris les accords pour élire leurs autorités, mais quand elles élisent leur représentant ou leurs différents représentants, elles envoient leurs documents au bureau du « Système normatif interne » (...)

    #Mexique #Oaxaca #peuples_originaires #anarchisme #Flores_Magón #assemblée_communautaire #autonomie #territoire #communauté #répression #solidarité

  • Colloque Fénéon
    http://anarlivres.free.fr/pages/nouveau.html#colloqueFeneon

    En relation avec l’exposition « Félix Fénéon. Les temps nouveaux, de Seurat à Matisse » à l’Orangerie (lire ci-dessus), un colloque « Félix Fénéon l’insaisissable » se tiendra, les 23 et 24 octobre, au musée du Quai-Branly (salle de cinéma) puis au musée d’Orsay (auditorium, sur réservation). Il a « pour intention de révéler de nouvelles facettes demeurées inconnues de la personnalité et du rôle de Fénéon. Il éclairera la figure de critique d’art, de rédacteur de revues, de marchand de tableaux, de collectionneur, de celui qui a exercé une influence considérable sur la vie artistique et littéraire de son temps. » La première journée concernera plus particulièrement « les collections d’“arts lointains” et de peinture moderne que Félix Fénéon a constituées et les rapports qu’il a entretenus avec ces objets ». La (...)

    #Fénéon #anarchisme #colloque #néo-impressionnisme

  • Fénéon à l’Orangerie
    http://anarlivres.free.fr/pages/nouveau.html#orangerie

    Après l’exposition « Félix Fénéon. Les arts lointains » (lire info) qui s’est tenue au musée du quai Branly, l’Orangerie rend hommage du 16 octobre au 27 janvier au critique d’art et collectionneur qui soutint avec force les peintres néo-impressionnistes. L’exposition « Les temps nouveaux, de Seurat à Matisse » réunit « un ensemble exceptionnel de peintures et dessins de Seurat, Signac, Degas, Bonnard, Modigliani, Matisse, Derain, Severini, Balla, etc., des pièces africaines et océaniennes ainsi que des documents et archives. » Le terme « temps nouveaux » renvoie aussi au titre du journal anarchiste (Wikipédia - Gallica) fondé en 1895 par Jean Grave (biographie) et aux nombreuses brochures publiées (voir notices Cgecaf). Jeudi 7 novembre, le musée de l’Orangerie invite, de 19 h 30 à 23 heures, à (...)

    #Fénéon #anarchisme #néo-impressionnisme #exposition

  • Art et géographie
    http://anarlivres.free.fr/pages/nouveau.html#art

    Au Drawing Lab, 17, rue de Richelieu, Paris 1er (M° Palais-Royal ou Musée-du-Louvre), une exposition « Elisée, une biographie » réunit, du 13 octobre au 9 janvier, des oeuvres de Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize. Elle « se concentre sur Elisée Reclus, le géographe libertaire, l’écrivain visionnaire, l’anarchiste voyageur, le pédagogue communard autour d’oeuvres colorées et vibrantes, paysages entre réel et imaginaire, et pour lequel la nature y prend une place importante. » Entrée libre.

    #anarchisme #géographie #exposition

  • BD Partage noir
    http://anarlivres.free.fr/pages/nouveau.html#div1

    Entre 1984 et 1994, les éditions Partage noir (issu du groupe Flores-Magón de la Fédération anarchiste) ont publié une série de brochures (voir biblio). En 2019, ce sont certaines dâ€â„¢entre elles que le collectif renaissant (site Internet) a remaquetté et mis en ligne. Pour être prévenu de leur sortie, on peut s’abonner à la lettre dâ€â„¢information. Partage noir ou tchernyi peredel, se disait, en Russie, du partage périodique des terres communales entre les habitants de la commune, symbolisant la justice du partage dans la communauté foncière russe et représentant une sorte de nouveau départ sur des bases égalitaires (source : Katerina Azarova, « Communautarisme urbain en Russie »). C’est aussi le nom d’une scission de Terre et liberté, organisation populiste russe (Wikipédia) qui prônait dès 1876 le (...)

    #partagenoir #anarchisme #BD

  • Libération d’Alexandre Koltchenko et d’Oleg Sentsov le 7 septembre 2019 - Fondation Besnard
    http://www.fondation-besnard.org/spip.php?article3346

    Libération d’Alexandre Koltchenko et d’Oleg Sentsov le 7 septembre 2019

    dimanche 8 septembre 2019, par frank

    Libération d’Alexandre Koltchenko et d’Oleg Sentsov le 7 septembre 2019

    Le cinéaste et écrivain Oleg Sentsov, militant du mouvement « Automaïdan » et le postier et étudiant anarchiste Alexandre Koltchenko, ont été arrêtés illégalement par la police russe (puisque tous deux étaient ukrainiens) en mai 2014. Le motif était qu’ils protestaient contre l’occupation et l’annexion de la Crimée et qu’ils appartenaient à un groupe fasciste faisant des attentats. Une accusation absurde puisque ce sont des antifascistes actifs.

    En dépit de ces faits évidents (leur nationalité ukrainienne et leur antifascisme), la justice russe les a considérés comme des Russes de Crimée et des fascistes voulant créer « une organisation terroriste » et de « planification d’attentats ». En août 2015, ils ont été condamnés à 20 (vingt) ans de travaux forcés pour Sentsov et 10 (dix) ans pour Koltchenko. Tous deux ont fait des grèves de la faim pour demander leur libération ainsi que celle d’autres prisonniers ukrainiens en Russie. Sentsov fit une grève de la faim de 165 jours entre le 14 mai 2018 et le 6 octobre 2018, bien relayée par la presse internationale.

    Il faut reconnaître que, Alexandre Koltchenko et Oleg Sentsov et 33 autres prisonniers ukrainiens, ont été échangés contre des Russes incarcérés en Ukraine, dans le cadre des tractations entre les présidents de la Russie et de l’Ukraine.

    Auparavant, tous les appels d’organisations humanitaires, militantes et politiques n’avaient servi à rien.

    Cependant, un appel a entraîné des réactions dignes d’être rappelées : le 14 juin 2018 le parlement européen a adopté une « Résolution sur Sentsov et les autres prisonniers politiques en Russie ».

    33 membres et des groupes de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL) ont refusé de voter cette résolution.

    Par exemple :
    France insoumise
    Patrick le Hyaric,
    Younous Omarjee,
    Marie-Christine Vergiat,
    Marie-Pierre Vieu

    Podemos
    Xabier Benito Ziluaga
    Tania González Peñas
    Miguel Urbán Crespo
    Lola Sánchez Caldentey
    Estefania Torres Martinez

    Bloco de esquerda
    Marisa Matias

    Alternativa Galega de Esquerda
    Paloma Lopez
    Lidia Senra
    Javier Couso

    Syriza
    Stelios Kouloglou
    Kostadinka Kuneva
    Dimitris Papadimoulis

    Partido Comunista Portugués
    Miguel Viegas
    Joao Pimenta Lopes
    João Ferreira

    L’Altra Europa con Tsipras
    Eleonora Forenza
    Curzio Maltese

    #Koltchenko #Sentsov #Russie #Ukraine #anarchisme #GUE/NGL

  • Tableaux bibliographiques
    http://anarlivres.free.fr/pages/archives_nouv/pages_nouv/Nouv_tableaux.html

    Eric B. Coulaud est non seulement l’animateur des sites L’Ephéméride anarchiste et Cartoliste mais aussi un créateur de collages. On peut en découvrir quelques-uns dans Paroles antimilitaristes, publiées par Les Editions libertaires en 2005, et dans des calendriers du Centre international de recherche sur l’anarchisme (CIRA) de Marseille. Dans ces « tableaux bibliographiques » que nous présentons ici, il s’attache à recréer une ambiance avec des photographies, livres, journaux et divers objets… autour d’un penseur de l’#anarchisme. Comme autant de boîtes à souvenirs ou de vitrines miniatures (cliquez sur le tableau pour l’agrandir). Ces œuvres nécessitent une connaissance du sujet, de longues recherches documentaires et une dextérité certaine pour assurer la composition. Pas de femmes parmi ces personnalités car une série leur sera spécifiquement réservée (avec, entre autres, Louise Michel, Emma Goldman…).

  • How anarchy and geography can help for “faire monde”

    The interest of space:
    “space is ethereal and elusive - we can‟t hold a piece of space in our hand, or interview it, or run it through a machine for analysis - but it is also necessarily material and grounded, locked deeply into the core of everyday struggles for survival, expression, wellbeing and social justice.” (Ince :1)

    The interest of anarchism:
    “The powerful tension that inhabits the anarchist critique is that it incorporates a fundamental and unrelenting questioning of the very basis of society as we know it, and yet, identifies situated practices and relationships that take place every day as potentially embodying future emancipatory worlds.” (Ince :2)

    “anarchism gives us the tools to unearth and recast these relationships and processes in a profoundly radical manner.” (Ince :2)

    Source: Black flag mapping: emerging themes in anarchist geography | Anthony Ince - Academia.edu
    https://www.academia.edu/4837521/Black_flag_mapping_emerging_themes_in_anarchist_geography

    #faire_monde

  • #Paywall « Le nouvel anarchisme est au diapason de notre époque »
    par Vanina Delmas | Politis
    http://www.politis.fr/articles/2019/08/le-nouvel-anarchisme-est-au-diapason-de-notre-epoque-40745

    Pour le politologue Francis Dupuis-Déri, les mouvements autonomes incarnent l’espoir concret d’une société plus juste autant que la rage face au réel.

    Depuis les années 1990, Francis Dupuis-Déri observe et analyse les stratégies et modes d’actions des mouvements sociaux en France et en Amérique du Nord. Lui-même membre de groupes comme la Convergence des luttes anticapitaliste (Clac) ou le Village alternatif anticapitaliste et antiguerre (Vaaag), il a pu saisir la complexité des relations entre militants et faire l’expérience de mobilisations telles que le G8 d’Évian en 2003 ou le G7 tenu à Québec l’année dernière. Universitaire à Montréal, il déconstruit habilement, dans ses travaux, les préjugés sur les anarchistes, les black blocs et les zadistes. Dans son nouvel ouvrage, il montre les liens de filiation entre tous ces mouvements hautement politiques.

    J’essaye justement de montrer que ceux que l’on appelle ainsi ne sont jamais si nouveaux que ça. En tant qu’individus, ce sont souvent des personnes de la nouvelle génération, mais concernant les pratiques, qu’ils en soient conscients ou non, ils reprennent des modes d’organisation et d’action des générations précédentes. Par exemple, les groupes d’affinités étaient déjà utilisés par les anarchistes espagnols de la fin du XIXe siècle.

    Depuis le milieu et la fin des années 1990, des sociologues et politologues s’intéressant aux mouvements sociaux et aux systèmes d’élection des militants et militantes ont constaté que l’engagement politique avait tendance à prendre de nouvelles formes. Ce qui peut expliquer l’abstention électorale : les gens se méfient davantage, se reconnaissent moins dans les partis politiques ou les organisations plus classiques, syndicales ou militantes, mais ils cherchent des espaces pour s’engager, car ils sentent l’urgence, veulent exprimer leur colère, retrouver des personnes avec qui lutter…

    Ces espaces sont souvent construits sur des principes anarchisants, fonctionnant sans chef, par affinités, souvent par consensus, refusant la représentation. Ces tactiques sont reprises, parfois réinventées, car elles témoignent encore d’une certaine efficacité aujourd’hui, dans des contextes différents ou similaires. Ce « nouvel anarchisme » est bien au diapason de notre époque politique.

    #politique #anarchisme #anarchistes #black-blocs #zadistes #zad #taz #tactique

    • Johann Most: Die Gottespest (1887)
      https://www.marxists.org/deutsch/referenz/most/1887/xx/gottespest.htm

      Unter allen Geisteskrankheiten, welche „der Mensch in seinem dunklen Drange“ sich systematisch in den Schädel impfte, ist die Gottespest die allerscheuslichste.

      MIA - Deutsch: Johann Most
      https://www.marxists.org/deutsch/referenz/most/index.htm

      1876 Kapital und Arbeit
      1887 Die Eigentumsbestie
      1887 Die Gottespest
      1892 Der Stimmkasten

      Revolutionäre Kriegswissenschaft
      http://enzensberger.germlit.rwth-aachen.de/mostkrieg.html

      Ein Handbüchlein zur Anleitung betreffend Gebrauches und Herstellung von Nitroglycerin, Dynamit, Schießbaumwolle, Knallquecksilber, Bomben, Brandsätzen, Giften usw., usw. Neudruck der Ausgabe New York 1885. Mit einer Auskunft über den Autor von H. M. Enzensberger. Berlin: Rixdorfer Verlagsanstalt 1980. 97 S.

      https://archive.org/details/MostRevolutionareKriegswissenschaft

      Mit kleinen Quantitäten Dynamit ist ja verdammt wenig Praktisches anzufangen, und obendrein kam dasselbe viel zu
      theuer.

      Johann Most – Wikipedia
      https://de.wikipedia.org/wiki/Johann_Most

      Im Juni 1892 brach in Homestead im Staat Pennsylvania ein Streik aus, der in der Folge zu blutigen Zusammenstössen zwischen Arbeitern und Pinkertons führte, die vom Manager Henry Clay Frick angeheuert wurden. Daraufhin verübte der 21-jährige Anarchist Alexander Berkman, der von Mosts Konzept der Propaganda der Tat beeinflusst war, ein Attentat auf Henry Clay Frick. Frick wurde bei diesem Angriff nur verletzt und die amerikanische Presse machte für dieses Attentat in der Folge vor allem Johann Most verantwortlich. Am 27. August publizierte Johann Most in der Freiheit den Artikel Attentats-Reflexionen über das Berkman-Attentat, was zu heftigen Kontroversen innerhalb der anarchistischen Bewegung in Amerika führte. Er versuchte in diesem Artikel klarzulegen, dass die Tat zwar von guten Absichten getragen war, aber nicht als Propaganda der Tat anzusehen ist, weil sie bei den Massen nicht volles Verständnis fand. Die Tat könne in der Bevölkerung wenig Sympathien wecken, da die anarchistische Bewegung bei der einheimischen Bevölkerung wenig verbreitet sei und die Tat so der Bewegung schadete. Der Artikel wurde von den deutschen und jüdischen Anarchisten in Amerika positiv aufgenommen, aber erntete heftige Kritik von seinen ehemaligen Vertrauten Emma Goldman und dem Attentäter Alexander Berkman und beinahe der gesamten anarchistischen Presse in Europa. Mosts wiederholte Kritik der Propaganda der Tat schuf ihm in dieser Zeit in der Bewegung viele Feinde.

      Propaganda der Tat – Wikipedia
      https://de.wikipedia.org/wiki/Propaganda_der_Tat#Begr%C3%BCndung_des_Konzepts

      Das Konzept und der Ausdruck „Propaganda der Tat“ stammen vom französischen Anarchisten und späteren Possibilisten Paul Brousse. Das Konzept fand durch einen Zeitungsartikel gleichen Namens vom August 1877 große Beachtung und Verbreitung in anarchistischen Kreisen. Als Beispiele für die Propaganda der Tat nannte Brousse die Pariser Kommune, den Matese-Aufstand in Italien und eine Arbeiterdemonstration in Bern am 18. März 1877, bei der man erstmals eine rote Fahne benutzte. Neben der bisherigen theoretischen Propagierung anarchistischer Ideen forderte er auch eine Propaganda der Tat, mit der man den Menschen in der Praxis klarmachen sollte, was man erreichen will.

      #anarchisme #blanquisme

  • Tatiana Bakunin


    https://crimethincdotcom.tumblr.com/post/186659360350/remembering-tatiana-bakunin-and-all-the-other

    To observe the 204th anniversary of her birth, we remember Tatiana Bakunin, sister of the revolutionary anarchist Mikhail Bakunin. On the basis of all the available information, Tatiana and her sisters were just as courageous and creative as Mikhail. Tatiana repeatedly played a pivotal role behind the scenes in her brother’s life and in the development of several other important thinkers. The fact that her name and ideas are not widely known today attests to the barriers she faced and the deficiencies of the “great man” model of history.

    Nearly all of what we know about Tatiana appears in the margins of stories written about men. She is one of the countless people who remain invisible through the lens of patriarchal memory, which conceals both her contributions and the things she could have accomplished if the institutions and conventions of her time had not denied her personhood. Her correspondence and writings have yet to be translated.

    #CrimethInc

  • Un documentaire anarchiste et québécois d’une demi heure (en français avec sous-titres en anglais) tente une évaluation et une critique du travail et des luttes sociales dans la société capitaliste actuelle, avec une grand place donnée aux rôles des syndicats :

    Les patrons ont toujours tort
    La CLAC, novembre 2018
    https://www.clac-montreal.net/fr/node/710

    #Documentaire #Québec #Anarchisme #Capitalisme #Syndicats

  • Un anarchiste américain abattu par la police en s’attaquant au système concentrationnaire US

    Le 13 juillet 2019, #Will_Van_Spronsen a été abattu par la police de #Tacoma (État de Washington) après avoir tenté d’incendier des véhicules utilisés pour la déportation des migrants enfermés au #Northwest_Detention_Center.

    Militant révolutionnaire, anticapitaliste, antifasciste, Will Van Spronsen, 69 ans, est mort en s’attaquant au #système_concentrationnaire américain. Avant d’être abattu par la #police de Tacoma, il est parvenu à incendier l’un des bus utilisés pour déporter les migrants enfermés au sein du Northwest Detention Center, un camp géré par une entreprise privée. L’attaque menée par Van Spronsen a eu lieu un an jour pour jour après le déclenchement d’une grève de la faim au sein du camp pour dénoncer les déportations et les conditions d’enfermement. Van Spronsen était armé d’un fusil d’assaut et de bombes incendiaires.

    Le Northwest Detention Center est un camp géré par une entreprise privée, GEO Group, pour le compte de la police aux frontières américaine, l’United States Immigration and Customs Enforcement (ICE). Avec une capacité d’internement de 1 575 prisonniers, c’est l’un des plus grands camps des États-Unis. Y ont notamment été internées des personnes qui ont été séparées de leurs enfants après leur arrestation, dans le cadre des nouvelles mesures racistes mises en œuvre par l’administration Trump.

    Dans une lettre envoyée à des camarades avant l’attaque, Will Van Spronsen écrit notamment :

    « Quand j’étais enfant, dans la Hollande et la France d’après-guerre, ma tête était remplie d’histoires sur la montée du fascisme dans les années 30. Je me suis promis que je ne serais pas de ceux qui restent sans rien faire pendant que leurs voisins sont arrachés à leurs domiciles et emprisonnés parce qu’ils sont perçus comme inférieurs. [...] Les camps de détention sont une abomination. Je ne peux pas rester sans rien faire. »

    La Resistencia, un groupe local de soutien aux détenu-es du camp et aux exilé-es, écrit dans un communiqué :

    « Son action témoigne malheureusement du niveau de désespoir que des gens à travers tout le pays ressentent vis-à-vis de la violence ignoble du gouvernement à l’encontre des immigrés, notamment via l’utilisation de camps de détention pour enfermer les migrants vivant aux États-Unis ou ceux qui tentent d’y trouver asile. Cette mort découle de l’incapacité du gouvernement fédéral à répondre à la colère et au désespoir ressenti face aux horreurs qui se déroulent à la frontière et à l’intérieur du pays. »

    Un rassemblement en hommage à Will Van Spronsen a été organisé dans la ville d’Olympia le soir de sa mort. Les camarades présent-es ont revendiqué la fin du système concentrationnaire, des contrôles aux frontières et des déportations.

    Feu aux centres de rétention et aux camps de concentration ! Rest in power, Will Van Spronsen.

    https://larotative.info/un-anarchiste-americain-abattu-par-3367.html
    #résistance #anarchisme #USA #Etats-Unis #rétention #migrations #asile #réfugiés #assassinat #meurtre #détention_administrative #police #violences_policières

    via @isskein

  • Deuxième volet. Chronique d’une initiation militante où l’activisme anarchiste de l’auteur prend les couleurs d’un certain "pessimisme combatif"

    BALLAST | Francis Dupuis-Déri : « C’est la rage du désespoir qui me pousse à écrire » 2/2
    https://www.revue-ballast.fr/francis-dupuis-deri-cest-la-rage-du-desespoir-qui-me-pousse-a-ecrire-2

    En 2009, vous écriviez dans un article que l’hypothèse d’un « grand soir », qu’il soit électoral ou insurrectionnel, n’était pas envisageable. 10 ans plus tard, vous écrivez que « l’espérance n’est plus de mise » et qu’il ne nous reste que « le pessimisme combatif ». Nos ennemis ont donc définitivement gagné ?

    Nos ennemis ont perdu depuis longtemps, mais ne le savent pas encore… C’est ce qu’annonçait déjà Herbert Marcuse quand il discutait de l’irrationalité de la rationalité du capitalisme ou de l’État. Ces systèmes semblent rationnels car ils maximisent la capacité humaine d’extorsion, de production, d’accumulation et de destruction organisée lors des guerres, par exemple. Mais cette rationalité est irrationnelle car elle mène l’humanité à sa perte, littéralement. Je ne suis ni météorologue, ni géologue, ni géographe, ni physicien, mais j’ai la certitude depuis les années 1980 que c’est foutu : l’humanité a accumulé bien trop de stock atomique civil et militaire et produit bien trop de déchets toxiques et de pollution pour que cela n’entraîne pas d’épouvantables catastrophes. Bientôt ou dans un avenir rapproché, ou dans quelques centaines d’années… Je n’ose même pas imaginer la situation dans 1 000 ou 2 000 ans, quand vont fissurer les silos dans lesquels les déchets nucléaires sont ensevelis et qu’il n’y aura peut-être même plus d’État ou de gouvernement juridiquement « responsable » de ces stocks. « L’espoir, c’est tout ce qui nous reste », me confient des jeunes des écoles secondaires qui se mobilisent pour le climat, et leur mobilisation m’apparaît évidemment comme un signe positif. J’imagine même que dans les prochaines années, plusieurs de ces jeunes vont se radicaliser autant dans leur position idéologique que dans leurs moyens d’action. Car après tout, c’est bien de l’avenir de la civilisation ou de l’humanité qu’il s’agit, et de la survie de milliers d’espèces animales. Mais je carbure surtout au pessimisme car j’ai l’impression depuis longtemps qu’il est trop tard et que les forces conservatrices et réactionnaires sont beaucoup trop puissantes. Bref, je suis encore punk : No Future !

    #anarchisme_punk

  • Démocratie directe et boussole anarchiste : le credo de Francis Dupuis-Déri et une analyse pertinente de la confusion qui règne dans le domaine du politique.

    BALLAST | Francis Dupuis-Déri : « La démocratie directe est le meilleur des régimes » 1/2
    https://www.revue-ballast.fr/francis-dupuis-deri-la-democratie-directe-est-le-meilleur-des-regimes-

    Francis Dupuis-Déri est l’une des voix de l’anarchisme francophone. Un océan nous sépare de son lieu de vie et de travail — l’homme enseigne au département de science politique ainsi qu’à l’Institut de recherches et d’études féministes de l’Université du Québec à Montréal. Son premier livre, un roman, a paru l’année de la dissolution de l’URSS : il se déroulait dans le futur et les animaux y parlaient ; nous voici bientôt 30 ans plus tard : les animaux ne parlent toujours pas mais Dupuis-Déri écrit encore. Des essais, pour l’essentiel — où l’on croise le peuple, la démocratie, la guerre contre le terrorisme, des manifestants tout de noir vêtus et des ennemies résolues du sexisme. Dans ce premier volet, nous avancerons munis d’un petit outil qui indique généralement le nord…

  • Plotino Rhodakanaty (ou Plotinos Rodokanakis)

    Pierre-Luc Abramson

    https://lavoiedujaguar.net/Plotino-Rhodakanaty-ou-Plotinos-Rodokanakis

    Né à Athènes le 14 octobre 1828, mort en 1886 (?). Professeur de philosophie et médecin à Mexico. Propagandiste fouriériste ; projette la création d’une commune sociétaire. Auteur d’un catéchisme fouriériste. Fondateur d’une École de la raison et du socialisme.

    Plotino Rhodakanaty — de son vrai nom le prince Plotin Constantin Rodokanakis, d’illustre ascendance impériale byzantine — est grec. Il n’y aucun doute à ce sujet : il ne le cache pas et ses contemporains le savent. Il naît à Athènes, le 14 octobre 1828. Après le décès de son père, mort en combattant pour l’indépendance hellénique, il est élevé par sa mère, autrichienne, et il mène en sa compagnie ce qui semble bien être une vie de proscrit dans diverses capitales européennes. Il fait des études de médecine à Vienne, il participe à la révolution quarante-huitarde à Budapest et il fréquente ensuite les disciples de Hegel à Berlin, en même temps qu’il achève ses études de médecine et étudie la philosophie. C’est dans cette ville, en 1850, qu’il fait son entrée en socialisme par la lecture de Qu’est-ce que la propriété ?, de Proudhon. Il se rend alors à Paris dans l’intention de rencontrer l’auteur. Nous ne savons pas si la rencontre eut lieu ; par contre, selon son unique et anonyme biographie publiée dans un journal de Chilpancingo, c’est à Paris qu’il est séduit et convaincu par les écrits de Fourier. (...)

    #Grèce #Mexique #anarchisme #fouriérisme #Rodokanakis #Proudhon #Fourier #phalanstère #utopie #philosophie #homéopathie #Benito_Juárez #Téos_Romvos #mormons

  • Impatiences anarchistes
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/290619/impatiences-anarchistes

    Entre Ménilmontant et la Seine-Saint-Denis, former des communautés, remettre en cause les rapports de genre, suivre un régime végétarien strict et enfin, échapper à l’État comme au salariat. En 2019 ? Non, au début du XXe siècle, au sein de groupes de femmes et d’hommes anarchistes, lassés d’attendre le Grand Soir et auxquels le livre d’Anne Steiner, « Les En-dehors », donne corps et visages.

    #ESSAIS #anarchisme,_En_attendant_Nadeau,_Belle_époque

  • Ricardo Flores Magón, le rêveur en éveil

    Freddy Gomez

    https://lavoiedujaguar.net/Ricardo-Flores-Magon-le-reveur-en-eveil

    Américo Nunes
    Ricardo Flores Magón. Une utopie libertaire dans les révolutions du Mexique

    Ce livre, nous prévient d’entrée Américo Nunes, n’est pas une « biographie historique » de Ricardo Flores Magón (1873-1922), mais un « essai politique » sur un acteur emblématique d’un moment inaugural « proprement communiste » qui, de 1900 à 1912 et traversant diverses phases, travailla, sur le front d’un peuple du Mexique fait de divers peuples, à réaliser, dans l’imaginaire et dans la pratique, la « confluence entre révolution paysanne et révolution ouvrière ». Et c’est bien de cela dont il s’agit : une impressionnante plongée historico-critique dans l’imaginaire politique et sensible d’un des personnages les plus profonds et les plus ignorés d’une époque où, en terre mexicaine, la guerre des pauvres accoucha de géants.

    Fin connaisseur de cette histoire du Mexique insurgé, l’auteur avait, dans un précédent ouvrage, brillamment défendu la thèse que ladite révolution mexicaine n’était saisissable que dans sa multiplicité, dans cette constellation d’imbrications des origines qui, sur le temps long et dans un espace historique, géographique et sensible donné, favorisa ou empêcha la convergence de poussées émancipatrices, complémentaires ou contradictoires selon les cas. (...)

    #Mexique #anarchisme #révolutions #histoire #Flores_Magón #Oaxaca #Américo_Nunes #utopie #Ernst_Bloch #Walter_Benjamin

  • CrimethInc. : Faire le Procès des Idées : le Laboratoire Répressif de l’État grec : Un Entretien avec Nikos Romanos, Anarchiste Emprisonné
    https://fr.crimethinc.com/2019/03/19/faire-le-proces-des-idees-le-laboratoire-repressif-de-letat-grec-un-e

    Les lois grecques « anti-terroristes » sont largement inspirées des directives des Nations-Unies et de l’Union Européenne en matière de lutte contre le terrorisme ; pour la plupart, elles ont été rédigées après le 11 septembre. En 2001, le gouvernement social-démocrate PASOK a mis en place la majorité de la législation grecque « anti-terroriste » ; à l’époque, elle visait principalement les organisations criminelles. En 2004, le gouvernement de droite Nouvelle Démocratie à ajouté un nouveau chef d’accusation : celui d’« organisation terroriste. » Le tristement célèbre article 187A est apparu dans ce paquet législatif.

    L’article 187A définit la nature et la portée des soi-disant « organisations criminelles » ou « terroristes » et décrit le rôle d’un « terroriste isolé » — ou « terroriste individuel » — au sein d’une organisation. Dans les deux cas, il n’est pas nécessaire de commettre un crime réel pour déterminer qu’une personne a participé à une action coordonnée contre l’État et doit donc être emprisonnée pendant de nombreuses années. L’article laisse au·à la juge toute latitude pour interpréter comme bon lui semble les preuves fournies par la police. Cela a déjà conduit à de nombreuses arrestations et à de longues peines d’emprisonnement, ciblant principalement les anarchistes et les anti-autoritaires.

    L’année dernière, lorsque Nikos Romanos et plusieurs autres anarchistes se sont retrouvés en procès, le procureur a répété à plusieurs reprises : « Ce sont des anarchistes, donc leurs actions sont terroristes. » Cette phrase résume le message que l’État grec souhaite envoyer.

    #répression #terrorisme #anarchisme #justice

  • Céline Beaudet – Le Néo-malthusianisme
    https://nantes.indymedia.org/articles/45685

    De plus, la limitation des naissances joue un rôle pour limiter les charges de familles et leurs donner une possibilité de résistance au système. La procréation volontaire « diminue l’aléatoire d’une situation souvent précaire, ainsi que les soucis pécuniaires et l’appréhension des lendemains (...) » [418]. Et pour le cas précis des colonies, « tout milieu de vie en commun, où les naissances sont limitées, (...) a de grandes chances de durer plus longtemps » [419].

    Et enfin, le problème des naissances est également un enjeu politique. Il s’agit, dans les familles ouvrières bien évidemment, de ne pas donner une main d’œuvre trop docile, parce que nombreuse et faible, au patron et de la chair à canon à l’Etat. Comme le rappelle Lorulot, la procréation n’est pas un devoir : « pourquoi faire de nombreux enfants ? Pour qu’ils soient exploités comme nous et qu’ils deviennent, à leur tour, de la chair à patron, à mitraille, à prison et à jouissance ? »

    #féminisme #femmes #anarchisme #maternité

  • Oeillères solidaires
    https://infokiosques.net/spip.php?article1657

    Ce texte a été écrit en réaction à un article sur la solidarité publié dans le journal anarchiste Kairos. Dans cet article, « on parle de limiter sa solidarité aux personnes qui adoptent un certain type de comportement face à la justice, et de ne pas idéaliser les détenu.es. Très bien, j’ai envie d’ajouter que visiblement, il ne semble pas très malin d’idéaliser les anarchistes non plus, et pour moi incomplet de se préoccuper uniquement de leur comportement face aux keufs et à l’enfermement. Ma réflexion part notamment du constat que de nombreuses personnes dites "compagnonnes" se retrouvent impliquées dans des histoires d’agressions ou de viol, d’autres dans des dynamiques autoritaires, et qu’encore plus nombreuses sont celles qui ne veulent pas prendre position sur ces thématiques. Et que lorsque ces (...)

    #O #Anarchismes,_anarchie #Prison,_justice,_répression #Tendresse_et_vandalisme_nomades_
    https://kairosjournal.noblogs.org/files/2018/01/Kairosjournal2.pdf
    https://infokiosques.net/IMG/pdf/Oeilleres_solidaires_brochure.pdf
    https://infokiosques.net/IMG/pdf/Oeilleres_solidaires_brochure-conv.pdf

  • En prison depuis quatre mois. Son crime ? Être anarchiste
    https://reporterre.net/En-prison-depuis-quatre-mois-Son-crime-Etre-anarchiste

    Toulouse (Haute-Garonne), correspondance

    En prison pour un jeu de clés. C’est ainsi que l’on pourrait résumer l’affaire de « R. », un jeune homme de 26 ans mis en examen pour « association de malfaiteurs » et détenu depuis près de quatre mois à la maison d’arrêt de Seysses (Haute-Garonne).

    Le 2 février dernier, R. garde la fille d’une amie au domicile de cette dernière. Nous sommes un samedi, jour de manifestation des Gilets jaunes et voyant des policiers contrôler des manifestants, R. descend dans la rue pour observer la scène. Il est lui aussi interpellé par les forces de l’ordre, et refuse de donner son identité.

    Face aux policiers, le jeune homme, de nationalité suisse, affirme s’appeler « Jérôme Schmidt », un nom imaginaire. Dans un premier temps, il est emmené au poste de police pour vérification d’identité, puis placé en garde à vue après avoir refusé le prélèvement de son ADN et de ses empreintes. En droit français, ce refus constitue une infraction. R. est par ailleurs en possession d’un trousseau de clés qui attire l’attention des policiers. Parmi elles, une clé Allen, du type de celles servant à la réparation d’un vélo et un passe PTT permettant l’ouverture de halls d’immeubles et de boîtes aux lettres. Dès lors, les enquêteurs se convainquent qu’il s’agit de preuves matérielles prouvant l’appartenance de R. à la mouvance de l’ultragauche. Dans leur procès-verbal, ils affirment que ces clés sont « caractéristiques du fonctionnement des activistes d’ultragauche pilotant le mouvement des Gilets jaunes et leurs manifestations, en tout cas sur la ville de Toulouse ».

  • La pensée essentielle de Murray Bookchin, fondateur de l’écologie sociale
    https://reporterre.net/La-pensee-essentielle-de-Murray-Bookchin-fondateur-de-l-ecologie-sociale

    Le projet d’écologie sociale élaboré par Murray Bookchin s’appuie sur la conviction qu’aucun des problèmes écologiques ne sera résolu sans un profond changement social. Pas plus que l’écologiste benêt, enthousiasmé par la merveilleuse harmonie de la nature mais incapable d’appréhender l’homme social qui produit, l’économiste arrogant, pour qui les ressources humaines et naturelles ne sont que des forces productives, ne trouve grâce à ses yeux.

    Son discours se veut d’emblée subversif afin de déranger l’ordre économique et politique responsable du saccage de la planète et de la désarticulation des rapports humains. Il perçoit très vite que l’évolution du capitalisme sera entravée par des contradictions internes (sur lesquelles Marx avait déjà insisté) mais aussi et surtout par des limites écologiques : « Quel que puisse être le destin du capitalisme en tant que système économique ayant des "limites internes", nous pouvons maintenant hautement affirmer qu’il a des limites externes, celle de l’écologie. »

    Au cœur de sa réflexion sur l’écologie sociale apparaît clairement et de manière récurrente la notion de domination : « L’obligation faite à l’humain de dominer la nature découle directement de la domination de l’humain sur l’humain. » Une domination sur les jeunes, sur les femmes, sur les pauvres.

    Puisque, selon Bookchin, la domination de l’homme précède la domination de la nature, une issue enthousiasmante est envisageable : la ré-harmonisation des rapports humains, à laquelle nous devons nous atteler, favorisera la ré-harmonisation des relations que les hommes entretiennent avec la nature. « Si une communauté écologique se réalise jamais, précise t-il, la vie sociale suscitera une diversification subtile du monde humain comme du monde naturel et les réunira en un tout harmonieux et équilibré. »

    #écologie_sociale

  • Fonder des territoires | Raoul Vaneigem
    https://www.revue-ballast.fr/fonder-des-territoires-par-raoul-vaneigem

    Raoul Vaneigem, philosophe belge et ancienne figure de l’Internationale situationniste, publie ce jour, 2 mai 2019, son dernier livre aux éditions Libertalia : Appel à la vie contre la tyrannie étatique et marchande. Un texte qui entend prendre en charge, en pleine mobilisation sociale des gilets jaunes, la toute aussi cruciale qu’ancienne question « Que faire ? ». Il ne saurait, selon lui, être question de s’emparer du pouvoir central (par les urnes ou par les armes) : fort des dernières expériences menées au Chiapas, au Rojava et dans les ZAD françaises, l’auteur enjoint à rompre en masse avec l’État et ses relais, à faire sécession pour « fonder des territoires » auto-administrés. Nous en publions un chapitre, affaire de ravitailler les débats sur la bataille en cours. Source : (...)