• Lectures pour confinement
    http://anarlivres.free.fr/pages/nouveau.html#editeurs

    Des éditeurs ont mis en lecture ou en téléchargement libres de nombreux titres répertoriés par l’Ecole d’art et de design de Valenciennes. On peut signaler, entre autres, Chez soi. Une odyssée de l’espace domestique (La Découverte) de Mona Chollet ; Mon histoire. Une vie de lutte contre la ségrégation sociale (Libertalia) de Rosa Parks ou encore Un féminisme décolonial (La Fabrique) de Françoise Vergès. Des revues sont également disponibles (...)

    #anarchisme #livres #coronavirus #confinement #edition

  • « La voix sans maître », l’émission anarchiste de #Radio Campus Lille.

    2’25 Lecture d’"Après" https://paris-luttes.info/apres-13677?lang=fr
    7’54 Musique : Poison girls - State Control
    10’50 Inteview d’#Isabelle_Attard
    24’55 Altin Gun - Tatlı Dile Güler Yüze
    41’50 René Binamé - Quelques mots sur le cirque éléctoral

    http://www-radio-campus.univ-lille1.fr/ArchivesN/2020-03-27/Voix_sans_maitre_27-03-2020_20h00.mp3

    #état_d'urgence #confinement #stratégie_du_choc #coronacapitalisme #fascistovirus #anarchisme #audio

  • L’anarcho-indigénisme
    Entrevues avec Gerald Taiaiake Alfred et Gord Hill

    Benjamin Pillet, Francis Dupuis-Déri,
    Gerald Taiaiake Alfred, Gord Hill

    https://lavoiedujaguar.net/L-anarcho-indigenisme-Entrevues-avec-Gerald-Taiaiake-Alfred-et-Gord-

    Au moins depuis la publication du livre L’Entraide de Pierre Kropotkine, au début du XXe siècle, les anarchistes s’intéressent aux sociétés autochtones qui offrent des exemples de sociétés plus égalitaires et moins autoritaires. En 2005, le Mohawk Gerald Taiaiake Alfred, originaire de Kahnawá:ke, a proposé le terme « anarcho-indigénisme » pour désigner cette dynamique de convergence entre les idées et les pratiques des autochtones traditionalistes et des anarchistes altermondialistes. Nous avons lancé, voilà quelques mois, un projet de livre sur ce thème, dont chaque chapitre sera une entrevue avec un ou une autochtone qui livrera ses réflexions au sujet de la politique, du pouvoir, de l’égalité et de la liberté, en se référant à ses expériences et à celles de sa communauté. Nous vous présentons ici des extraits de deux des entrevues déjà réalisées.

    Francis Dupuis-Déri et Benjamin Pillet
    Possibles, Montréal, hiver 2016

    Le livre L’Anarcho-Indigénisme, entretiens réunis et présentés par Francis Dupuis-Déri et Benjamin Pillet, a été publié en 2019 par les éditions Lux dans la collection « Instinct de liberté ».

    #autochtones #Canada #Québec #Mohawks #résistance #anarchisme #Kropotkine #Clastres #Graeber

    • https://www.luxediteur.com/catalogue/lanarcho-indigenisme

      Dès la fin du XIXe siècle, des anarchistes comme les géographes Pierre Kropotkine ou Élisée Reclus se sont intéressés aux peuples autochtones, qu’on a aussi qualifiés de sociétés sans État ». Au début des années 2000, un peu partout sur le continent américain, des Autochtones ont modelé la notion d’« anarcho-indigénisme » pour attirer l’attention des anarchistes sur l’histoire et, surtout, sur l’actualité de leurs luttes.

      Ce livre se veut une invitation à l’écoute, au dialogue et à l’engagement solidaire et complice. Dans leurs entretiens, Roxanne Dunbar-Ortiz, Véronique Hébert, Gord Hill, Freda Huson, J. Kēhaulani Kauanui, Clifton Ariwakehte Nicholas et Toghestiy révèlent ce que pensée et traditions autochtones et anarchisme ont en commun, sans nier les séquelles que le colonialisme a laissées jusque dans ce mouvement pourtant anti-autoritaire. Une vision du monde qui allie anticolonialisme, féminisme, écologie, anticapitalisme et anti-étatisme.

  • Surviving the Virus: An Anarchist #Guide

    Capitalism in Crisis—Rising Totalitarianism—Strategies of Resistance

    The pandemic is not going to pass in the next few weeks. Even if strict confinement measures succeed in cutting the number of infections down to what it was a month ago, the virus could resume spreading exponentially again as soon as the measures are suspended. The current situation is likely to continue for months—sudden curfews, inconsistent quarantines, increasingly desperate conditions—though it will almost certainly shift form at some point when the tensions within it boil over. To prepare for that moment, let’s protect ourselves and each other from the threat posed by the virus, think through the questions about risk and safety that the pandemic poses, and confront the disastrous consequences of a social order that was never designed to preserve our well-being in the first place.

    Surviving the Virus

    Longstanding anarchist forms of organization and security have a lot to offer when it comes to surviving the pandemic and the panic it is causing.
    Form an Affinity Group

    The prospect of quarantine tells us a lot about how we were already living. Those who live in close-knit families or joyous collective houses are in a much better situation than those in broken marriages and those who have big empty houses all to themselves. This is a good reminder of what really matters in life. Despite the models of safety that are represented by the bourgeois dream of nuclear family home ownership and the US foreign policy that reflects it, togetherness and care are much more important than the kind of security that depends on fencing out the whole world.

    “Social distancing” must not mean total isolation. We won’t be safer if our society is reduced to a bunch of atomized individuals. That would neither protect us from the virus nor from the stress of this situation nor from the power grabs that capitalists and state authorities are preparing to carry out. As much as the elderly are at risk from the virus, for example, older people are already dangerously isolated in this society; cutting them off from all contact with others will not preserve their physical or mental health. All of us need to be embedded in tight-knit groups in a way that maximizes both our safety and our collective capacity to enjoy life and take action.

    Choose a group of people you trust—ideally people you share day to day life with, all of whom share similar risk factors and levels of risk tolerance. For the purposes of surviving the virus, this is your affinity group, the basic building block of decentralized anarchist organization. You don’t necessarily need to live in the same building with them; the important thing is that you can cut down your risk factors to those you all share and feel comfortable with. If your group is too small, you’ll be isolated—and that will especially be a problem if you get sick. If your group is too big, you’ll face needless risk of infection.

    Talk with each other until you arrive at a set of shared expectations as to how you will engage with the risk of contagion. This could be anything from total physical isolation to remembering to use hand sanitizer after touching surfaces in public. Within your group, as long as no one has the virus, you can still hug, kiss, make food together, touch the same surfaces—as long as you agree about the level of risk you are collectively ready to tolerate and communicate about it when a new risk factor arises.

    This is what anarchists call security culture—the practice of establishing a set of shared expectations to minimize risk. When we’re dealing with police repression and the surveillance of the state, we protect ourselves by sharing information on a need-to-know basis. When we’re dealing with a virus, we protect ourselves by controlling the vectors along which contagions can spread.

    It’s never possible to avoid risk altogether. The point is to determine how much risk you are comfortable with and conduct yourself in such a way that if something goes wrong, you won’t have any regrets, knowing you have taken all the precautions you deemed necessary. Sharing your life with an affinity group, you get the best parts of both caution and conviviality.

    For resources on how to continue organizing via secure digital platforms with other comrades despite “social distancing,” read this: https://www.systemli.org/en/2020/03/15/solidarity-as-infrastructure.html.

    Form a Network

    Of course, your affinity group alone won’t suffice to meet all your needs. What if you need resources that none of you can safely access? What if you all get sick? You need to be connected to other affinity groups in a network of mutual aid, so that if any group in the network gets overwhelmed, the others can come to their aid. Participating in a network like this, you can circulate resources and support without all needing to expose yourselves to the same level of risk. The idea is that when people from different groups within the network interact, they employ much stricter safety measures, so as to minimize additional risk.

    The phrase “mutual aid” has been thrown around a lot lately, even by politicians. In its proper sense, mutual aid does not describe a program that provides unidirectional assistance for others the way a charity organization does. Rather, it is the decentralized practice of reciprocal care via which participants in a network make sure that everyone gets what they need, so that everyone has reason to be invested in everyone else’s well-being. This is not a matter of tit-for-tat exchange, but rather an interchange of care and resources that creates the sort of redundancy and resilience that can sustain a community through difficult times. Mutual aid networks thrive best when it is possible to build up reciprocal trust with others over a long period of time. You don’t have to know or even like everyone else in the network, but everyone has to give enough to the network that together, your efforts create a sense of abundance.

    The framework of reciprocity might seem to lend itself to social stratification, in which people from similar social classes with similar access to resources gravitate to each other in order to get the best return on the investment of their own resources. But groups from different backgrounds can have access to a wide range of different kinds of resources. In these times, financial wealth may prove much less valuable than experience with plumbing, the ability to speak a particular dialect, or social ties in a community you never thought you’d find yourself depending on. Everyone has good cause to extend their networks of mutual aid as far and wide as possible.

    The fundamental idea here is that it is our bonds with others that keep us safe, not our protection from them or our power over them. Preppers who have focused on building up a private stockpile of food, gear, and weapons are putting the pieces in place for an each-against-all apocalypse. If you put all your energy into individual solutions, leaving everyone around you to fight for survival on their own, your only hope is to outgun the competition. And even if you do—when there’s no one else to turn those guns on, you’ll be the last one left, and that gun will be the last tool at your disposal.
    How We Relate to Risk

    The appearance of a new potentially lethal contagion compels all of us to think about how we relate to risk. What’s worth risking our lives for?

    On reflection, most of us will conclude that—all other things being equal—risking our lives just to keep playing our role in capitalism is not worth it. On the other hand, it might be worth it to risk our lives to protect each other, to care for each other, to defend our freedom and the possibility of living in an egalitarian society.

    Just as being completely isolated is not safer for the elderly, trying to avoid risk entirely won’t keep us safe. If we keep strictly to ourselves while our loved ones get sick, our neighbors die, and the police state takes away every last vestige of our autonomy, we will not be safer. There are many different kinds of risk. The time is probably coming when we will have to rethink what risks we are prepared to take in order to live with dignity.

    This brings us to the question of how to survive all the needless tragedies that governments and the global economy are heaping upon us in the context of the pandemic—not to mention all the needless tragedies they were already creating. Fortunately, the same structures that can enable us to survive the virus together can also equip us to stand up to them.

    Surviving the Crisis

    Let’s be clear: totalitarianism is no longer a threat situated in the future. The measures being implemented around the world are totalitarian in every sense of the word. We are seeing unilateral government decrees imposing total travel bans, 24-hour-a-day curfews, veritable martial law, and other dictatorial measures.

    This is not to say that we should not be implementing measures to protect each other from the spread of the virus. It is simply to acknowledge that the measures that various governments are implementing are based in authoritarian means and an authoritarian logic. Think about how much more resources are being poured into the military, the police, the banks, and the stock market than into public health care and resources to help people survive this crisis. It’s still easier to get arrested for loitering than to get a test for the virus.

    Just as the virus shows us the truth about how we were already living—about our relationships and our homes—it also shows us that we were already living in an authoritarian society. The arrival of the pandemic just makes it formal. France is putting 100,000 police on the streets, 20,000 more than were deployed at the high point of the gilets jaunes protests. Refugees in need of asylum are being turned away along the borders between the US and Mexico and between Greece and Turkey. In Italy and Spain, gangs of police attack joggers in empty streets.
    https://vimeo.com/398582259

    In Germany, the police in Hamburg have taken advantage of the situation to evict a self-organized refugee tent that had been standing for several years. Despite the quarantine, the police in Berlin are still threatening to evict an anarchist collective bar. Elsewhere, police dressed in full pandemic stormtrooper regalia raided a refugee center.

    Worst of all, all this is occurring with the tacit consent of the general population. The authorities can do virtually anything in the name of protecting our health—right up to killing us.

    As the situation intensifies, we will likely see the police and the military employing increasingly lethal force. In many parts of the world, they are the only ones who are able to gather freely in large numbers. When police comprise the only social body that is able to gather en masse, there is no word other than “police state” to describe the form of society we live in.

    There have been signs that things were heading in this direction for decades. Capitalism used to depend on keeping a massive number of workers available to perform industrial labor—consequently, it was not possible to treat life as cheaply as it is treated today. As capitalist globalization and automation have diminished dependence on workers, the global workforce has shifted steadily into the service sector, doing work that is not essential to the functioning of the economy and therefore less secure and well-paid, while governments have become increasingly dependent on militarized police violence to control unrest and anger.

    If the pandemic goes on long enough, we will probably see more automation—self-driving cars pose less threat of infection to the bourgeoisie than Uber drivers—and the displaced workers will be divided up between the repression industries (police, military, private security, private military contractors) and precarious workers who are forced to take on great risk to make a few pennies. We’re accelerating into a future in which a digitally connected privileged class performs virtual labor in isolation while a massive police state protects them from an expendable underclass that takes most of the risks.

    Already, billionaire Jeff Bezos has added 100,000 jobs to Amazon, anticipating that his company will drive local stores everywhere out of business. Likewise, Bezos won’t give his Whole Foods employees paid leave despite the constant risk they face in the service sector—though he is giving them a $2 raise through April. In short, he still considers their lives worthless, but he admits that their deaths should be better paid.

    In this context, there is bound to be revolt. It is likely that we will see some social reforms aimed at placating the population—at least temporary ones to mitigate the impact of the pandemic—but that they will arrive alongside the ever-increasing violence of a state that no one can imagine doing without, insofar as it is misunderstood as the protector of our health.

    In fact, the state itself is the most dangerous thing to us, as it enforces the drastically uneven distribution of resources that compels us to face such imbalanced distributions of risk. If we want to survive, we can’t just demand more equitable policies—we also have to delegitimize and undermine the power of the state.
    Strategies of Resistance

    Towards that end, we’ll conclude with a few strategies for resistance that are already getting off the ground.
    Rent Strikes

    In San Francisco, the housing collective Station 40 has led the way by unilaterally declaring a rent strike in response to the crisis:

    “The urgency of the moment demands decisive and collective action. We are doing this to protect and care for ourselves and our community. Now more than ever, we refuse debt and we refuse to be exploited. We will not shoulder this burden for the capitalists. Five years ago, we defeated our landlord’s attempt to evict us. We won because of the the solidarity of our neighbors and our friends around the world. We are once again calling on that network. Our collective feels prepared for the shelter-in-place that begins at midnight throughout the bay area. The most meaningful act of solidarity for us in this moment is for everyone to go on strike together. We will have your back, as we know you will have ours. Rest, pray, take care of each other.”

    For millions of people who will not be able to pay their bills, this makes a virtue of necessity. Countless millions who live from one paycheck to the next have lost their jobs and income already and have no way to pay April’s rent. The best way to support them is for all of us to go on strike, rendering it impossible for the authorities to target everyone who does not pay. Banks and landlords should not be able to continue profiting on renters and mortgages when there is no way to earn money. That’s just common sense.

    This idea has already been circulating in many different forms. In Melbourne, Australia, the local branch of the Industrial Workers of the World is promoting a COVID-19 Rent Strike Pledge. Rose Caucus is calling for people to suspend rent, mortgage, and utility payments during the outbreak. In Washington state, Seattle Rent Strike is calling for the same. Chicago tenants are threatening a rent strike alongside people in Austin, St. Louis, and Texas. In Canada, there is organizing in Toronto, Kingston, and Montreal. Others have circulated documents calling for a rent and mortgage strike.

    For a rent strike to succeed on a countrywide level, at least one of these initiatives will have to gain enough momentum that large numbers of people will be certain they will not be left high and dry if they commit to participating. Yet rather than waiting for a single mass organization to coordinate a massive strike from above, it is best for these efforts to begin at the grassroots level. Centralized organizations often compromise early in the process of a struggle, undercutting the autonomous efforts that give such movements power. The best thing we could do to come out of this experience stronger would be to build networks that can defend themselves regardless of decisions from on high.

    Labor and Transit Strikes

    Hundreds of workers at the Atlantic shipyards in Saint-Nazaire went on strike yesterday. In Finland, bus drivers refused to take payments from riders in order to increase their safety from contagion and protest against the risks they are being exposed to, showing in the process that public transit could be free.

    If ever there was a good time for the embattled and precarious working class to show strength through strikes and work stoppages, this is it. For once, much of the general population will be sympathetic, as the interruption of business as usual can also diminish the risk of the virus spreading. Rather than seeking to improve the individual circumstances of particular employees through wage increases, we believe the most important thing is to build networks that can interrupt business as usual, disrupt the system as whole, and point towards the revolutionary introduction of alternative ways of living and relating. At this point, it is easier to imagine the abolition of capitalism than to imagine that even under these circumstances, it could be reformed to serve all of our needs in a just and equitable manner.
    Prison Revolts

    Revolts in Brazilian and Italian prisons have already resulted in several escapes, including mass escapes. The courage of these prisoners should remind us of all the targeted populations that are kept out of public view, who will suffer the most during catastrophes like this.

    It can also inspire us: rather than obeying orders and remaining in hiding as the entire world is converted into a matrix of prison cells, we can act collectively to break out.

    https://fr.crimethinc.com/2020/03/18/surviving-the-virus-an-anarchist-guide-capitalism-in-crisis-rising-to
    #anarchisme #coronavirus #résistance #totalitarisme #capitalisme #solidarité #réseau
    via @mobileborders

  • Nature morte anarchiste
    http://anarlivres.free.fr/pages/nouveau.html#tableau1

    Ce n’est pas fréquent de trouver un tableau intitulé « Plat du jour, 1894 » et décrit comme une « nature morte anarchiste » par un site de vente aux enchères. Cette huile sur toile de 61 x 50 cm est l’œuvre d’un certain Julien Dilly (1848 - après 1923), de son vrai nom Emile Eugène Dilly. Né le 29 août 1848 à Lille, il est surtout connu comme peintre décorateur (...)

    #anarchisme #peinture #JulienDilly #attentats

  • Trois écrivains pacifistes et libertaires
    http://anarlivres.free.fr/pages/nouveau.html#biblio

    Vittorio Frigerio, professeur à l’université Dalhousie (Halifax, Nouvelle-Ecosse, Canada) et auteur entre autres de La Littérature de l’anarchisme. Anarchistes de lettres et lettrés face à l’anarchie (Ellug, 2014), a mis récemment en ligne plusieurs pages sur « Les hétérodoxes de l’entre-deux-guerres : trois écrivains pacifistes et libertaires français ». Il s’agit de Han Ryner, Gérard de Lacaze-Duthiers et Manuel Devaldès qui « ont partagé un même terreau intellectuel et social. (...)

    #anarchisme #littérature #HanRyner #LacazeDuthiers #Devaldès

  • Souvenirs, souvenirs
    http://anarlivres.free.fr/pages/nouveau.html#venise

    En 1984, une rencontre internationale anarchiste, rassemblant plusieurs milliers de personnes venues de plus de trente pays, s’est tenue à Venise du 25 au 30 septembre. Un site rend hommage à cet événement et dresse une sorte de bilan, avec les différentes interventions (dans leurs langues d’origine), des photographies, des récits, des articles de presse, des entretiens avec des participant·e·s trente-six ans plus tard (...)

    #anarchisme #venise #rencontre-internationale

  • Un pornographe libertaire
    http://anarlivres.free.fr/pages/nouveau.html#pornographe

    Lorsqu’on se promène dans les pages Internet de libraires ou de bouquinistes, on peut faire d’étranges découvertes. Comme ce petit ouvrage, à la couverture et au titre (Le Pucelage de Nini) racoleurs, signé par un certain Longin et édité par Les Œuvres libertaires et libertines de Longin. Libertaires et libertines ? (...)

    #anarchisme #roman #érotisme #libertaire

  • Etcétera (Barcelone, 1976-2019)
    Un itinéraire collectif

    Colectivo Etcétera

    https://lavoiedujaguar.net/Etcetera-Barcelone-1976-2019-Un-itineraire-collectif

    Depuis les lointaines années soixante du siècle dernier, notre collectif a voulu être, et a été, un lieu de rencontre par où de nombreux compagnons de route sont passés. Certains nous ont laissés, d’autres ont suivi différents parcours bien que leurs empreintes soient restées présentes dans notre devenir et d’autres encore continuent dans cet espace à s’interroger et à dénoncer les structures de pouvoir capitaliste. À un moment donné, dans la seconde partie de 1983, on a envisagé d’élaborer ce bulletin pour disposer d’un instrument de communication avec des compagnons proches de nous ou d’autres horizons avec lesquels nous partagions et avec lesquels nous partageons les mêmes préoccupations concernant les relations de domination capitaliste, et ainsi commencer une « correspondance de la guerre sociale ».

    Notre parcours a été long, notre réflexion a eu la volonté d’être rigoureuse et partagée sans avoir été exhaustive car, en effet, nous sommes conscients que certains thèmes importants sont restés à quai. Nos réflexions et interrogations, sans dépendre de l’actualité passagère, source de pertinence des médias qui marquent l’agenda, ne pouvaient toutefois se soustraire aux « guerres » qui nous environnaient, certaines belliqueuses, et d’autres, sociales.

    Aujourd’hui nous mettons une parenthèse, rien de définitif, car nous désirons suivre notre réflexion, nos critiques et notre communication avec tous ceux qui partagent nos questionnements et nos inquiétudes de lutte pour une relation sociale distincte de celle du Capital. (...)

    #collectif #Barcelone #franquisme #bilan #parcours #réflexion #critique #politique #luttes_ouvrières #prison #Rubel #Marx #La_Boétie #Mumford #Anders #Korsch #anticapitalisme #État #communisme #anarchisme #technique #médias #Occident #patriarcat

  • Etcétera (Barcelone, 1976-2019)
    Un itinéraire collectif

    Colectivo Etcétera

    https://lavoiedujaguar.net/Etcetera-Barcelone-1976-2019-Un-itineraire-collectif

    Depuis les lointaines années soixante du siècle dernier, notre collectif a voulu être, et a été, un lieu de rencontre par où de nombreux compagnons de route sont passés. Certains nous ont laissés, d’autres ont suivi différents parcours bien que leurs empreintes soient restées présentes dans notre devenir et d’autres encore continuent dans cet espace à s’interroger et à dénoncer les structures de pouvoir capitaliste. À un moment donné, dans la seconde partie de 1983, on a envisagé d’élaborer ce bulletin pour disposer d’un instrument de communication avec des compagnons proches de nous ou d’autres horizons avec lesquels nous partagions et avec lesquels nous partageons les mêmes préoccupations concernant les relations de domination capitaliste, et ainsi commencer une « correspondance de la guerre sociale ».

    Notre parcours a été long, notre réflexion a eu la volonté d’être rigoureuse et partagée sans avoir été exhaustive car, en effet, nous sommes conscients que certains thèmes importants sont restés à quai. Nos réflexions et interrogations, sans dépendre de l’actualité passagère, source de pertinence des médias qui marquent l’agenda, ne pouvaient toutefois se soustraire aux « guerres » qui nous environnaient, certaines belliqueuses, et d’autres, sociales.

    Aujourd’hui nous mettons une parenthèse, rien de définitif, car nous désirons suivre notre réflexion, nos critiques et notre communication avec tous ceux qui partagent nos questionnements et nos inquiétudes de lutte pour une relation sociale distincte de celle du Capital. (...)

    #collectif #Barcelone #franquisme #bilan #parcours #réflexion #critique #politique #luttes_ouvrières #prison #Rubel #Marx #La_Boétie #Mumford #Anders #Korsch #anticapitalisme #communisme #anarchisme #technique #médias #Occident #patriarcat

  • Anarchistes et Communistes dans le mouvement des conseils à Turin
    https://infokiosques.net/spip.php?article382

    « Les ouvriers pensèrent que c’était le moment de s’emparer définitivement des moyens de production. Ils s’armèrent pour la défense, transformant de nombreuses usines en véritables forteresses, et ils commencèrent à organiser la production pour eux-mêmes. Les patrons avaient été chassés ou déclarés en état d’arrestation. ... C’était le droit de propriété aboli en fait, la loi violée dans tout ce qu’elle #A de défense de l’exploitation capitaliste. C’était un nouveau régime, une nouvelle forme de vie sociale qui étaient inaugurés. » Errico Malatesta

    Sommaire : - I/ Le cerveau du prolétariat : Turin II/ Période de révolution III/ Les origines des Conseils d’usine IV/ La théorie des Conseils V/ Le mouvement des Conseils VI/ La polémique sur les Conseils VII/ La contribution des anarchistes VIII/ L’action des (...)

    #Anarchismes,_anarchie #Théories_de_l'auto-organisation #Communismes #Le_Symbiote_Périgueux_
    https://infokiosques.net/IMG/pdf/Conseils_Turin__1920-48p-A4-fil.pdf
    https://infokiosques.net/IMG/pdf/Broch_Conseils_Turin__1920-48p-A5-cahier.pdf

  • Les numéros du « Père Peinard » sur Archives autonomies
    http://anarlivres.free.fr/pages/nouveau.html#peinard

    Le site Fragments d’histoire de la gauche radicale - Archives autonomies vient de finaliser la mise en ligne des PDF du « Père Peinard » (texte de présentation), soit quelque quatre cents numéros parus de 1889 à 1902. Certains articles ont été retranscrits pour faciliter la lecture. C’est donc à un travail de bénédictins que se sont livrés les animateurs du site. Emile Pouget (biographie et portrait paru en 1908 dans les Hommes du jour) est à l’origine de ce périodique. Il en explique les raisons dans « Comme quoi le Père Peinard se fout journaliste » (n° 1, série 1, 24 février 1889) (...)

    #PèrePeinard #anarchisme #presse #ArchivesAutonomies

  • Journées libertaires de Pau (64)
    http://anarlivres.free.fr/pages/nouveau.html#JourLibPau

    Depuis 2007, la section étudiante de la CNT-AIT organise chaque années des journées qui proposent d’aborder un thème particulier sous l’angle libertaire au travers de conférences, concerts, expositions, films, et en faisant appel à des personnalités extérieures. La 13e édition, qui se tiendra du 24 au 28 février, aura pour axe « Les violences de l’Etat ». Conférences prévues (lieux et horaires à venir) (...)

    #anarchisme #libertaire #conférence

  • A propos d’#Emma_Goldman dont je suis en train de lire l’autobiographie (une œuvre juste énorme sur une vie de militantisme) :

    https://www.wikiwand.com/fr/Emma_Goldman

    Suite à l’article de @bastamag sur la répartition des richesses, :

    https://www.bastamag.net/milliardaires-medias-democratie-europe-fortunes-davos

    j’avais eu l’idée de publier ici un extrait du chapitre "Une leçon d’économie politique".

    Contexte :
    Peu après son arrivée aux États-Unis, Emma Goldman qui n’a que 16 ans, est embauchée dans une usine de Rochester, chez Garson & Meyer. Elle y coud de lourds manteaux pendant dix heures et demi par jour pour 2,50 dollars par semaine. Les conditions matérielles sont meilleures qu’en Russie où Emma avait déjà travaillé à la confection de gants et on la persuade qu’elle travaille maintenant dans une usine modèle. Mais le travail est plus dur, les journées sont épuisantes et il règne dans ces ateliers une discipline de fer.
    Dix-huit ans ont passé depuis cette première expérience de la vie en usine aux États-Unis. Pendant toutes ses jeunes années dans son pays d’adoption, Emma Goldman a connu toutes les vicissitudes d’une vie militante entièrement dévouée aux luttes de la classe ouvrière en portant les idéaux de la cause anarchiste. De retour à New York en 1903, Emma Goldman est sollicitée pour organiser des meetings de soutien à John Turner, anarcho-syndicaliste britannique, fondateur et secrétaire général du « Shop Assistants’ Union (syndicat du personnel de vente des magasins). John Turner eut le triste privilège d’être la première personne frappée d’interdiction par une loi fédérale anti-anarchiste adoptée par le Congrès le 3 mars 1903.

    La Free Speech League m’avait demandé de visiter un certain nombre de ville pour défendre le combat en faveur de John Turner. J’avais reçu par ailleurs deux autres invitations, l’une des ouvriers de la confection à Rochester et l’autre des mineurs en Pennsylvanie. Les tailleurs de Rochester étaient en conflit avec les usines de confection, dont celle de Garson & Meyer. L’invitation à venir parler aux esclaves salariés de l’homme qui avait autrefois exploité mon travail pour 2,5 dollars la semaine me paraissaient étrangement significative. Je me réjouis aussi de profiter de profiter de l’occasion pour revoir ma famille.

    Emma Goldman séjourne donc chez sa demi-sœur Helena. Alors qu’une réunion familiale vient de prendre fin après le départ des invités, Emma et Helena poursuivent la conversation jusqu’à l’aube.

    À peine endormie, je fus réveillée par un coursier m’apportant un pli. Dans un demi-sommeil, je jetai d’abord un coup d’œil à la fin de la lettre et, à ma grande surprise, je vis qu’elle était signée « Garson ». Je la lus plusieurs fois pour m’assurer que je ne rêvais pas. Il exprimait sa fierté qu’une fille de sa race et originaire de sa ville soit parvenue à atteindre une renommée nationale ; il se félicitait de ma présence à Rochester et aurait été honoré de m’accueillir sans tarder à son bureau.
    Je tendis la lettre à Helena. « Lis-la, lui dis-je, et tu verras combien ta petite sœur est devenue importante. » Après l’avoir parcourue, elle me demanda : « Alors que vas-tu faire ? » J’écrivis au verso de la lettre : « M. Garson, quand j’ai eu besoin de vous, je suis venue vous voir. » De nature anxieuse, ma sœur s’inquiétait de la suite. Que voulait-il et qu’allais-je dire ou faire ? Je l’assurai que ce n’était pas difficile de deviner ce que voulait M. Garson, mais que j’avais néanmoins l’intention de l’obliger à me le dire en personne et devant elle. Je le recevrais dans son agence et me conduirais avec lui « comme il convient à une dame ».
    L’après-midi même, M. Garson arriva dans sa calèche. Je n’avais pas vu mon ancien employeur depuis dix-huit ans et, pendant tout ce temps, je n’avais guère pensé à lui. Quand il entra, pourtant, chaque image de chaque horrible mois passé dans son usine défila devant mes yeux aussi nettement que si c’était arrivé la veille. Je revis l’atelier et son bureau luxueux, le bouquet d’American Beauties sur la table, la fumée blanche de son cigare s’élevant en de superbes volutes et, moi, debout et tremblante qui attendait que M. Garson daignât remarquer ma présence. Toute la scène me revint à l’esprit et je l’entendis encore m’apostropher rudement : « Qu’est-ce que je peux faire pour vous ? »En contemplant ce vieil homme qui se tenait devant moi, son chapeau de soie à la main, je me rappelai jusqu’au moindre détail. L’émotion me gagna en pensant à l’injustice et à l’humiliation que subissaient ses ouvriers, au surmenage et à l’épuisement de leur existence. J’eus le plus grand mal à réfréner mon envie de lui montrer la porte. Je n’aurais pu proposer à M. Garson de s’asseoir même si ma vie en eût dépendu. Ce fut Helena qui lui offrit une chaise – faisant ainsi bien plus que ce qu’il avait fait pour moi dix-huit ans plus tôt.
    Il s’assit et me regarda, s’attendant apparemment à ce que je parle en premier. « Et bien, que puis-je pour vous ? » finis-je par lui demander. Ces mots durent lui rappeler quelque chose et parurent le dérouter. « Voyons donc, rien du tout, chère Mlle Goldman, répondit-il au bout d’un moment. Je voulais simplement m’entretenir agréablement avec vous. — Très bien » répliquai-je et j’attendis. Il raconta qu’il avait travaillé dur toute sa vie, « exactement comme votre père, Mlle Goldman ».Il avait économisé sou après sou, accumulant aisi un peu d’argent. Il poursuivit : « Vous ignorez peut-être combien c’est difficile d’économiser. Mais demandez à votre père. Il travaille dur, c’est un homme honnête et il est connu comme tel dans toute la ville. À Rochester, il n’y a pas d’homme plus respecté et jouissant d’autant d’estime que votre père. »
    Je l’interrompis :
    « Un instant, M. Garson, vous oubliez quelque chose. Vous avez omis de mentionner que vous avez économisé avec l’aide d’autrui. Vous avez pu mettre chaque sous de côté parce que des hommes et des femmes travaillaient pour vous.
    -- Oui, bien sûr, dit-il d’un air contrit. Nous avons des « bras » dans notre usine mais tous gagnent bien leur vie.
    -- Et ces « bras », ont-ils pu tous ouvrir des usines avec leurs économies mises de côté sou après sou ? »
    Il convint qu’ils ne le pouvaient pas pour la raison qu’ils étaient ignorants et dépensiers. « Ce que vous voulez dire, c’est qu’ils étaient comme mon père, des ouvriers honnêtes, n’est-ce pas ? Vous qui avez parlé de mon père de manière si élogieuse, vous n’allez certainement pas l’accuser d’être dépensier. Or, bien qu’ayant travaillé toute sa vie comme un galérien, il n’a rien mis de côté et ne peut pas ouvrir d’usine. Pourquoi croyez-vous que mon père et d’autres restent pauvres alors que vous, vous avez réussi ? C’est parce qu’ils n’ont pas eu la prévoyance de rajouter à leurs ciseaux les ciseaux de dix autres, d’une centaine ou même de plusieurs centaines d’autres, comme vous l’avez fait. Ce n’est pas en économisant sous après sou que les gens s’enrichissent ; c’est le travail de vos « bras » et leur impitoyable exploitation qui ont créé vos richesses. Il y a dix-huit ans, lorsque je me tenais devant vous comme une mendiante pour réclamer une augmentation de salaire d’un dollar et demi, mon ignorance était excusable, pas maintenant qu’on crie sur les toits la vérité des rapport entre travail et capital. »
    Il resta assis à me regarder. « Qui aurait pu imaginer que cette jeune fille de mon atelier deviendrait une aussi grande oratrice ? » finit-il par dire. « Certainement pas vous ! Répliquai-je. Et elle n’en aurait pas eu la possibilité si vous aviez eu gain de cause. Mais revenons à votre invitation à me recevoir dans votre bureau. Que voulez-vous ?
    Il commença par expliquer que les travailleurs avaient des droits. Il avait reconnu le syndicat et ses revendications (tant qu’elles étaient raisonnables) et avait introduit dans son usine de nombreuses améliorations dans l’intérêt de ses ouvriers. Mais les temps étaient difficiles, et il avit essuyé de lourdes pertes.Si seulement les ronchonneurs parmi ses salariés voulaient entendre raison, patienter un peu et accepter des compromis, tout pourrait se régler à l’amiable. « Ne pourriez-vous pas dans votre discours soumettre ces arguments aux hommes, suggéra-t-il, et les amener à mieux comprendre mon point de vue ? Votre père et moi sommes de grands amis, Mlle Goldman ; je ferais n’importe quoi pour lui s’il avait des ennuis – lui prêter de l’argent ou l’aider de quelque manière que ce soit. Pour ce qui est de sa brillante fille, je vous ai déjà écrit combien je suis fier que vous soyez de ma race. J’aimerais le prouver en vous offrant un petit cadeau. Mlle Goldman, vous êtes une femme maintenant, vous devez aimer les belles choses. Dites-moi ce que vous préféreriez.
    Ses mots ne me mirent pas en colère. Probablement parce que sa lettre m’avait fait anticiper une telle offre. Ma pauvre sœur m’observait de ses yeux tristes et inquiets. Je me levai sans mot dire de ma chaise. Garson fit de même, et nous restâmes là, face à face, son visage ratatiné arborant un sourire sénile.
    « Vous vous êtes adressé à la mauvaise personne, M. Garson. Vous ne pouvez pas acheter Emma Goldman.
    -- Qui parle d’acheter ? s’exclama-t-il. Vous faites erreur ; laissez-moi vous expliquer... »
    Je l’interrompis : « Inutile. Je présenterai toute explication qui s’impose à vos ouvriers qui m’ont invitée à intervenir ce soir. Je n’ai rien de plus à vous dire. Veuillez partir. »
    Chapeau de soie à la main, il se faufila hors de la pièce suivi par Helena qui l’accompagna jusqu’à la porte.
    Après mûre réflexion, je pris la décision de ne pas évoquer son offre au meeting. Je craignais que cela n’embrouille la question centrale, à savoir le conflit salarial, et réduise éventuellement les chances d’un accord favorable aux salariés. De plus, je voulais éviter que les journaux de Rochester s’emparent de l’histoire qui aurait fait déborder d’eau leurs moulins colporteurs de ragots. Le soir, en revanche, je racontai aux ouvriers le coup d’essai de Garson en matière d’économie politique, reprenant l’explication qu’il avait fournie sur la façon d’acquérir sa fortune. Mon auditoire s’en amusa copieusement, ce qui constitua l’unique résultat de la visite de Garson.

    Emma Goldman
    Vivre ma vie (une anarchiste au temps des révolutions)
    Éditions L’Échappée
    Traduit de l’anglais par Laure Batier et Jacqueline Reuss

    • @sombre, c’est pas de moi mais c’est assez utile pour taguer.

      Dans un autre style (plus court, un peu romancé) et sur une autre meuf qui ose aller contre les désirs de Lénine :

      Sylvia Pankhurst - Librairie Libertalia
      https://librairielibertalia.com/web/sylvia-pankhurst.html

      Artiste, journaliste, féministe, communiste de gauche, anticolonialiste et antifasciste, Sylvia Pankhurst (1882-1960) a œuvré toute sa vie en faveur de l’émancipation.
      Figure du mouvement des suffragettes avec sa mère Emmeline et sa sœur Christabel, elle affronte de nombreux séjours en prison. En 1914, elle délaisse les salons progressistes pour les rues misérables d’East London. Elle dirige alors le plus important journal antiguerre d’Angleterre, transforme des pubs en crèches, crée des restaurants à prix coûtant et des cliniques pédiatriques.
      Camarade d’Emma Goldman, Rosa Luxemburg, Clara Zetkin, Alexandra Kollontaï et Angelica Balabanova, militante de la IIIe Internationale, elle contribue à la fondation du Parti communiste britannique avant d’en être exclue parce qu’elle refuse de suivre la ligne.
      Elle se consacre ensuite à la lutte contre la montée du fascisme et soutient le peuple éthiopien face à Mussolini.
      En reliant l’émancipation des femmes à celle des classes laborieuses et des peuples colonisés, Sylvia Pankhurst annonce la pensée intersectionnelle d’aujourd’hui.

      Autrice et traductrice, Marie-Hélène Dumas a notamment écrit Lumières d’exil(Joëlle Losfeld) et Journal d’une traduction (éditions iXe).

      Première biographie en français.

  • “The world is not divided into countries. The world is not divided between East and West. You are American, I am Iranian, we don’t know each other, but we talk together and we understand each other perfectly. The difference between you and your government is much bigger than the difference between you and me. And the difference between me and my government is much bigger than the difference between me and you. And our governments are very much the same.”

    –Marjane Satrapi


    https://crimethinc.tumblr.com/post/190080499545/the-world-is-not-divided-into-countries-the
    #Marjane_satrapi

  • #Élisée_Reclus (1830-1905), géographe du monde – Mondes Sociaux
    https://sms.hypotheses.org/22158

    Au fil des dernières années, les chercheurs francophones et internationaux ont redécouvert des figures de géographes et de militants libertaires comme Élisée Reclus et ses amis et collaborateurs Pierre Kropotkine et Léon Metchnikoff. Les travaux de ces géographes continuent de faire l’objet de recherches et de nourrir des débats d’actualité. Ce regain d’intérêt prend tout son sens à la lumière du portrait de Reclus que l’on dresse ici.

    À vrai dire, la figure d’Élisée Reclus est atypique et tranche singulièrement avec celles de la plupart des intellectuels, universitaires ou non, de son époque. Sa vie et son parcours tant politique que scientifique rappellent davantage le roman d’aventure que la biographie « classique » d’un intellectuel. Et ses travaux, scientifiquement reconnus de son vivant, n’ont pas seulement dégagé de nouvelles pistes pour la géographie. Ils ont laissé des traces durables dans la discipline, mais aussi au-delà du champ académique et intellectuel.

    #géographie #anarchisme

  • DOSSIER : Où va le féminisme ? (suite de la Troisième partie) - OCL - Organisation Communiste Libertaire
    http://www.oclibertaire.lautre.net/spip.php?article2336

    Naguère, les féministes radicales étaient craintes pour leur verbe virulent et leurs opérations commandos contre leurs ennemi-e-s. Par un étrange retournement de situation, elles se voient à leur tour interdire de tenir des conférences, et traiter de réacs ou de transphobes par des queers ou autres militant-e-s de l’« identité » (comme d’habitude, c’est sur internet que se déversent en priorité les tombereaux d’insultes). Dans les milieux militants, le caractère insaisissable du « queer » fait sa force : capable de tout contenir, il fonctionne comme marqueur de marginalité intellectuelle et signe de reconnaissance entre des « subversifs authentiques » qui se posent facilement en donneurs de leçons.
Et les pratiques de ces nouvelles avant-gardes autoproclamées ne visent pas que les féministes radicales – comme le montre la situation dans les cercles anarchistes au Royaume-Uni encore (voir l’encadré).
    En France, où les « politiques de l’identité » sont à l’œuvre depuis moins longtemps, on remarque qu’une partie de l’extrême gauche et des libertaires les a déjà adoptées – les militant-e-s étant perméables à ce discours très codifié de par leur accès assez fréquent à l’Université. Pareil choix, dans des milieux déjà restreints, a malheureusement souvent pour double conséquence d’y faire passer l’exploitation économique au second plan et d’accentuer leur éloignement des classes populaires.

    L’anarchisme vise à faire s’élever toutes les voix, pas seulement celles des minorités, rappelle Woke Anarchists. L’idée selon laquelle l’oppression ne toucherait que ces minorités, et non les masses, est le produit des idéologies bourgeoises, qui ne défendent évidemment pas un changement révolutionnaire. Enfin, du fait des « politiques de l’identité », les positions « radicales » actuelles donnent à la grande majorité de la population anglaise l’image d’un nombrilisme sans pertinence qui incite des personnes « cis blanches » déjà marginalisées à graviter de plus en plus autour de l’extrême droite. Dans une période où les mouvements fascistes se multiplient, poursuivre les querelles que déclenchent les Identity politics dans les cercles militants n’a donc rien d’un jeu. C’est pourquoi les espaces anarchistes ne devraient pas laisser des personnes y semer la zizanie sur leur base, et, plutôt que de se quereller, les anarchistes devraient développer la solidarité permettant de mener le combat contre les véritables centres du pouvoir.

    [Brochure] Contre l’anarcho-libéralisme et la malédiction des Identity politics – Les Fleurs Arctiques
    https://lesfleursarctiques.noblogs.org/?p=1157

    Ce texte a été publié sous forme de brochure sur un site qui lui est consacré (wokeanarchists.wordpress.com) le 25 novembre 2018 par des compagnons du Royaume-Uni se présentant comme «  anarchistes auto-déterminés résistant à la cooptation de notre mouvement par le libéralisme, l’université et le capitalisme  ». Nous ne traduisons pas ce texte par communion politique fondamentale (par exemple l’égalitarisme politique et la fondation de sociétés futures ne sont pas des préoccupations pour nous), mais afin d’apporter de l’eau au moulin des débats actuels sur les questions identitaires au sein des milieux radicaux d’extrême gauche. En effet, il nous semble que cette question, qui est ici abordée sous l’angle de la manière dont les Identity politics vident l’anarchisme de son sens, concerne bien plus largement tous ceux qui s’intéressent aux perspectives révolutionnaires. Ce texte nous a aussi intéressé parce qu’il évoque courageusement, à partir d’expériences concrètes, les conséquences délétères pour l’élaboration théorique et pratique de la diffusion de ces «  idéologies de l’identité  », et la manière dont cette question fait l’objet d’une sorte de tabou discursif pendant que s’installent des pratiques d’exclusions brutales, d’accusations sans appel et de judiciarisation sans place pour la défense. Le processus décrit dans ce texte envahit depuis quelques années la plupart des aires subversives et on voit s’y développer, en même temps qu’une obsession affichée pour le «  safe  » vu comme un ensemble de principes abstraits, une indifférence à la réalité parfois terrible des relations telles qu’elles existent et circulent dans les milieux «  déconstruits  ». [Extrait de l’Avant-propos des traducteurs]

    #identité #identity_politics #queer #transidentité #transgenre #féminisme #anarchisme
    cc @rastapopoulos et @tranbert

    • DOSSIER Où va le féminisme ? (Première partie) - OCL - Organisation Communiste Libertaire
      http://oclibertaire.lautre.net/spip.php?article2307

      La catégorie « femmes » devint dépendante de toutes les différences d’ordre matériel et culturel existant entre les femmes (« race », classe, ethnie, orientation sexuelle, contexte socioculturel…).
      Des militantes de la « deuxième vague » critiquèrent cette démarche comme étant source de divisions néfastes pour le mouvement féministe ; mais celles de la « troisième vague », souvent plus jeunes, pensaient que c’était la seule manière valable d’appréhender la réalité des femmes – et elles l’ont emporté. Aujourd’hui, aucune polémique n’est menée contre les intellectuelles féministes de ce courant, que ce soit pour ne pas se disputer publiquement entre féministes, par désintérêt pour leurs productions ou par crainte d’être traité-e d’antiféministe ; de ce fait, les analyses féministes ne paraissent provenir que de ce courant.
      Les « troisième vague » ont de multiples centres d’intérêt : l’accès des femmes à l’éducation, l’accentuation de la pauvreté au féminin, les violences domestiques, les effets du racisme, les troubles alimentaires, l’accès inéquitable à Internet selon les sexes, l’environnement, l’altermondialisme, le sida, la santé sexuelle des femmes, les problèmes soulevés par l’avènement des techniques de reproduction médicalement assistée… mais ces questions sont en général abordées sur le plan personnel. Même quand elles se préoccupent d’injustices sociales, ces féministes investissent peu dans les formes collectives d’action (plutôt que de descendre dans la rue contre les publicités sexistes, par exemple, elles utilisent l’espace médiatique ou Internet). Et, qu’elles militent autour des enjeux de la sexualité ou de l’esthétique corporelle, il s’agit de valoriser sa différence (en se livrant par exemple dans des autobiographies) et d’acquérir un statut à soi sans en référer à une quelconque catégorie. On est ainsi arrivé à une dissémination du concept d’identité politique, voire du concept d’identité en général puisque celle-ci est toujours avancée à un niveau individuel.

      Mouais, c’est pas non plus que des trucs bien, comme cette histoire ultra-rapide du féminisme.

  • Écologie sociale et entraire | Racine de moins un
    http://www.zinzine.domainepublic.net/?ref=4543

    Conférence de Renaud Garcia, professeur de philosophie dans un lycée à Marseille, sur le thème « Ecologie sociale et Entraide, changement de vision globale contre les tenants de l’Effondrement ». Renaud Garcia participe à la revue anarchiste « Réfraction », dont le n°44, à paraître en 2020, sera consacré aux théories de l’effondrement des sociétés industrielles. Renaud Garcia fait donc un retour critique sur Pierre Kropotkine et Murray Bookchin et la manière dont ils intégraient les préoccupations écologiques à leurs perspectives d’émancipation sociale. Durée : 50 min. Source : Radio Zinzine

    http://www.zinzine.domainepublic.net/emissions/RMU/2019/RMU20191208-57-EcologieSocialeEntraide.mp3