• Livres & MAM - Reza Zia-Ebrahimi : Antisémitisme et islamophobie. Une histoire croisée
    https://www.youtube.com/watch?v=bJET0O42TH8

    En France, le seul emploi du mot « islamophobie » provoque des froncements de sourcils, suscite des cris d’indignation, du fait de la campagne soutenue menée par certains intellectuels, politiques et médias pour nier la réalité qu’il propose de décrire. Malgré cette hostilité, les travaux sociologiques et historiques portant sur l’islamophobie moderne ont connu de grandes avancées ces dix dernières années. Beaucoup d’entre eux soulignent que les musulmans sont racialisés, au prétexte non pas de différences morphologiques ou « biologiques », mais de caractères culturels et religieux. Les juifs d’Europe ayant été le premier groupe religieux à être perçu et représenté comme une race distincte, une étude croisée avec l’antisémitisme s’impose comme l’une des approches les plus pertinentes. Ce livre propose une synthèse historique aussi rigoureuse que vivante à l’usage du grand public. Si son objectif principal est d’élucider la relation exacte entre la racialisation du juif et celle du musulman en Occident du Moyen Âge à nos jours, il voudrait également fournir un cadre théorique pour une approche globale des différentes formes de racisme.

    #antisémitisme #islamophobie #histoire

  • Témoignage d’une professeure d’histoire-géo qui s’interroge sur l’historicisation de l’#universalisme « républicain à la française » et sa transmission aux élèves. A travers plusieurs siècle de domination, l’hypocrisie de la classe bourgeoise est passée au crible des faits historiques. C’est sans appel : au vu de ses atermoiements, la « République » ne pourra jamais aimer « les étrangers ».

    L’empire universel (des Blancs)
    https://lundi.am/L-empire-universel-des-Blancs

    Madame, ça veut dire quoi lieu universel ?

    L’universel, c’est d’abord le puissant catholicos, centre rêvé de tous les empires. C’est un centre de référence décrété par des clercs, des califes, des papes. Reconnu par toutes celles et ceux qui ne veulent pas en être tenus à la marge, le centre du monde est fixe et unilatéral. Puis, la recherche de l’absolu et du centre de l’univers est tombée en désuétude. Afin de pouvoir étendre et étaler les puissances plus loin encore, il fallait prétendre le contraire, décentrer les regards. Ce nouvel universel hégémonique offre à tous les individus la possibilité de faire partie d’un tout universel, mais à condition qu’ils se dépouillent de toutes leurs particularités. L’universel, c’est l’hégémonie du Blanc, qui depuis l’époque moderne domine le monde. Le temps, le poids, les distances, tout est mesuré à partir d’un étalon européen et chrétien que les Blancs conçoivent comme une neutralité objective. L’idéologie de l’empire colonial accouche de paradigmes de pensée que l’on reconnaîtra aujourd’hui à la source de l’ensemble des discours légitimés. A l’obscurantisme des prêtres et à l’hystérie des femmes répond le rationalisme éclairé de la patrie républicaine, aux croyances puériles des minorités religieuses répond la critique de l’exégète athée, aux femmes voilées répond le féminisme raisonné et moral des femmes blanches, au particularisme des individus opprimés répond l’universel humaniste bien portant.

    #racialisme #antisémitisme #esclavage #code_de_l'indigénat #colonialisme #soft_power

    • Ok, alors, puisque la note de bas de page n° 16 de l’article de Lundi Matin a pu hérisser le poil de @colporteur (et j’en suis désolé), voici une analyse circonstanciée produite en 2015 par Philippe Corcuff à propos des Indigènes de la République :

      http://www.grand-angle-libertaire.net/indigenes-de-la-republique-pluralite-des-dominations-et-conv

      Le plan de l’article en question :

      Introduction : les Indigènes de la République et l’intersectionnalité par un « Blanc » trouble

      Dans ce texte, j’envisage le double problème de la pluralité des modes de domination, sous l’angle de ce qu’on appelle aujourd’hui, dans des secteurs des sciences sociales comme dans certains milieux militants, « l’intersectionnalité », et des convergences possibles entre mouvements sociaux émancipateurs. Je le fais sous un double plan analytique (l’analyse de ce qui est ou a été), puisant dans les outillages des sciences sociales, et normatif-prospectif (l’exploration de ce qui devrait et pourrait être), relevant de mes engagements militants comme du registre de la philosophie politique. Ce texte est donc un hybride entre logiques universitaire et militante.

      a) Intersectionnalité
      b) Le postcolonial et les Indigènes de la République
      c) Une biographie militante cahoteuse

      1 – Indigènes de la République : quelques rappels et mises en perspective

      Le Mouvement des indigènes de la République est une association déclarée officiellement en préfecture en décembre 2005, suite à l’Appel « Nous sommes les indigènes de la République ! » de janvier 2005 [17]. Le MIR est devenu le Parti des Indigènes de la République en février 2010.

      a) Un PIR marginal
      b) Apports des Indigènes de la République à la critique sociale émancipatrice

      2 – Intersectionnalité et modèle implicite de « la contradiction principale »

      Porteurs du combat contre un type d’oppression souvent marginalisé par les autres forces émancipatrices, les Indigènes de la République insistent légitimement sur leur autonomie. Mais ils le font en basculant parfois implicitement de leur autonomie nécessaire à leur prédominance contestable vis-à-vis des combats contre les autres oppressions. C’est d’autant plus saugrenu eu égard à leur marginalité organisationnelle et politique. Ne vaut-il pas mieux sur ce plan l’auto-ironie libertaire qui ne cherche pas à masquer que nos organisations anarchistes peuvent se contenter de cabines téléphoniques pour se réunir ?

      a) Tentation de l’arrogance
      b) La tentation de « la contradiction principale » et du mouvement social « central » d’inspiration marxiste

      3 – De quelques impensés et écueils des décoloniaux… empreints de préjugés coloniaux

      À partir de la tentation globale de « la contradiction principale », on peut repérer une série d’impensés et d’écueils qui viennent la renforcer. Ces travers ont d’ailleurs souvent des liens historiques avec des dispositifs coloniaux. Comme quoi la décolonisation des esprits est un chemin difficile : ce qui ne concerne certes d’abord « les Blancs », mais aussi les Indigènes de la République…

      a) L’unification comme mode de construction de la politique hérité de la forme de l’État-nation moderne… colonial
      b) Un impensé quant à la critique libertaire de la représentation politique comme mode de domination
      c) Un impensé quant à la singularité individuelle comme lieu d’expériences sociales plurielles et d’appartenances collectives
      d) Des tentations culturalistes
      e) L’angle unilatéral de l’explication coloniale
      f) Dans le rapport aux associations des quartiers populaires : une arrogance para-coloniale ?

      4 – Pistes pour des convergences possibles entre mouvements sociaux émancipateurs en contexte d’extrême droitisation

      Commencent à se dessiner, en creux de cette étude critique et compréhensive de certains textes des Indigènes de la République et en pointillés, quelques axes possibles d’une reproblématisation de la question politique des convergences entre mouvements sociaux émancipateurs, en rapport avec le problème de l’intersectionnalité. Cela ne constitue toutefois qu’une esquisse partielle et provisoire.

      a) Pluralisme et immanence à boussole
      b) Un contexte d’extrême droitisation

      Post-scriptum : Houria Bouteldja et le prétendu « philosémitisme d’État »

      Si elles ont des interactions avec les questions traitées précédemment, les controverses suscitées par un récent texte de Houria Bouteldja avançant la notion de « philosémitisme d’État »[124] posent aussi des problèmes spécifiques que j’ai trouvé préférable de mettre à part du corps de mes réflexions quant à l’intersectionnalité et aux convergences émancipatrices.

  • qu’est-ce qu’on se marre

    Jésuites EOF @Jesuites
    https://twitter.com/Jesuites/status/1586037835542298624

    La Province jésuite d’Europe occidentale francophone a pris connaissance des propos tenus par le P. #Gaël_Giraud sj dans une interview diffusée le 23 octobre par le site Thinkerview concernant les liens entre M. Emmanuel Macron et M. David de Rothschild …/…

    Elle tient à faire savoir qu’elle condamne ces propos outranciers. Par ailleurs, les mots utilisés renvoient à des références antisémites qu’elle condamne fermement. L’urgence climatique et la dénonciation des excès du libéralisme économique ne sauraient justifier de tels propos.

    Dans un contexte d’#antisémitisme élevé en France, les jésuites seront toujours vigilants à combattre les discours qui l’alimentent insidieusement.

    Gaël Giraud @GaelGiraud_CNRS
    https://twitter.com/GaelGiraud_CNRS/status/1585972466899308545

    Suite à des réactions légitimes au sujet d’un propos maladroit, dimanche dernier, sur Thinkerview, voici ma réponse.
    @LICRA

    le "propos maladroit" :"David de Rothschild “a un grand projet eschatologique qui est la privatisation absolue du monde”. Macron serait le “porte-flingue de Rothschild, un garçon qui exécute un programme qui lui est dicté par d’autres, notamment de Rothschild”

    les deux heures cinquante de ce talk show aux 786  494 vues
    https://www.youtube.com/watch?v=n7oj2m8B0iM

  • Dieudonné visé par une plainte de son ex-compagne pour « escroquerie » et « harcèlement »

    Pour l’humoriste antisémite, désormais, la menace vient de l’intérieur : de sa compagne de longue date et associée en affaires, Noémie Montagne, 46 ans, qui l’a quitté en 2017. Elle a témoigné contre lui pour des faits touchant à leur vie privée, mais aussi à son lucratif business. Selon nos informations, elle a déposé plainte contre lui, mardi, pour « harcèlement » et « escroquerie ». Des faits qui, s’ils étaient avérés, pourraient valoir à Dieudonné jusqu’à sept ans de prison et 750 000 euros d’amende, pour ce dernier délit.

    Rencontrée par Libération en août, Noémie Montagne s’exprime pour la première fois dans la presse. Elle dénonce « l’emprise » qu’aurait exercé sur elle un Dieudonné présenté comme « manipulateur », ce que rapportent aussi plusieurs des intimes de l’agitateur. Le dossier va au-delà des sujets domestiques : il lève le voile sur le complexe système mis en place par Dieudonné pour protéger ses affaires du fisc et des enquêteurs. Encore propriétaire de 50 % des parts de la société Productions de la plume, qui gère depuis 2009 les représentations de l’humoriste multicondamné, Noémie Montagne en est aussi l’ancienne gérante. A ce titre, elle représente une potentielle menace pour la bonne poursuite des petites affaires de Dieudonné, dont elle connaît bien des secrets. Pourtant, la quadragénaire assure vouloir se « séparer de tout ». Mais le fossé entre ses attentes et celles de son ex-conjoint – qui s’est contenté de balayer auprès de Libération ces « fausses accusations » – apparaît béant.

    « Il rend les coups au centuple »

    « C’est toujours le même schéma : il prend une personne vulnérable et il s’en sert. » Dans le bureau de son avocate bordelaise, Noémie Montagne renvoie l’image d’une femme décidée, mais qui appréhende les conséquences de ses mots. « Dieudonné a énormément d’ego, il est dans la vengeance. Et quand on l’attaque, il rend les coups au centuple… » Pendant des heures, elle déroule le fil de sa vie avec l’un des humoristes les plus connus de France. La relation débute en 2006 sur un quai de gare, presque clandestinement, car Dieudonné est encore en couple avec la mère de ses quatre premiers enfants. Il en aura autant avec Noémie Montagne.

    « Il n’a pas d’amis et nous n’avions pas de vie de couple », assure-t-elle, décrivant un quotidien exclusivement tourné vers le business, où l’alcool coule à flots. « Tous les soirs, les repas étaient arrosés de champagne, cela participait à créer une ambiance artificiellement festive et conviviale pour nous tromper », indique-t-elle dans son dépôt de plainte, que Libération a pu consulter. Des visages reviennent régulièrement : Jean-Marie Le Pen et son épouse Jany, l’idéologue antisémite Alain Soral ou Frédéric Chatillon, ancien leader du GUD et ami de Marine Le Pen. Ce dernier est même « un ami de la famille, on partait en vacances ensemble », précise l’un des enfants du couple, qui a accepté de nous parler.

    https://www.liberation.fr/societe/dieudonne-vise-par-une-plainte-de-son-ex-compagne-pour-escroquerie-et-har

  • Reuters gives prestigious prize to Hitler fan Shatha Hammad | BLiTZ
    https://www.weeklyblitz.net/opinion/reuters-gives-prestigious-prize-to-hitler-fan-shatha-hammad

    Recipient of prestigious journalism award and cash prize by the Kurt Schork Memorial Fund (KSMF), which is supported by the charitable arm of global wire service Reuters, Shatha Hammad has applauded Adolf Hitler and his Nazi butchers and lavished praise on Palestinian terrorists who have murdered innocent Jews, and denied that Israel has any right to exist.

    Announcing Ramallah-based Hammad as the winner of its 2022 Local Reporter Award on October 13, the KSMF lavished praise on her work reporting from the West Bank. “Taking great personal risks, which once resulted in her being hit in the face with a teargas canister, Hammad’s stories expose the impact of the conflict on Palestinian civilians”, the press release gushed.

    Sans vraiment de surprise, on apprend aujourd’hui que Reuters a retiré ce prix pour cause « d’#antisémitisme »...

    https://al-akhbar.com/Literature_Arts/347672/%D8%B3%D8%AD%D8%A8-%D8%A7%D9%84%D8%AC%D8%A7%D8%A6%D8%B2%D8%A9-%D9%85%D9%8

  • #coronavirus #COVID19 #complotisme #antisémitisme
    > #antiracisme #antifascisme

    ★ Coronavirus et complotisme : Les habits rapiécés de l’antisémite...

    " Sur les réseaux de « réinformation » ou pendant certaines mobilisations contre le pass sanitaire, ces trente derniers mois ont été marqués par de nombreuses expressions explicites d’antisémitisme. Car loin d’avoir disparu après 1945, l’antisémitisme français est malheureusement toujours présent (...) "

    https://unioncommunistelibertaire.org/?Coronavirus-et-complotisme-Les-habits-rapieces-de-l-anti

  • News - documenta
    https://www.documenta.de/en/news#news/3050-statement-finding-committee

    Un mural par un collectif indonésien fait débat à l’exposition Documenta en Allemagne. Accusation d’ #antisémitisme contre la #liberté_d'expression

    The Finding Committee for the Artistic Direction of documenta fifteen expresses its support for the recent statement of ruangrupa, lumbung members, and contributing artists. The pressures that media and politicians have placed on the entire documenta team have become unbearable. We want to defend their extraordinary hard work and commitment with this statement.

    We reject both the poison of antisemitism and its current instrumentalization, which is being done to deflect criticism of the 21st century Israeli state and its occupation of Palestinian territory. At the same time, we embrace documenta fifteen’s pluralism and the possibility to hear such a rich diversity of artistic voices from across the world for the first time. We defend the right of artists and their work to rethink, expose, and criticize political formulas and fixed patterns of thought. We believe this right is something to be cherished by those in public life who make exhibitions like documenta possible.

    We continue to stand behind our selection of ruangrupa as the Artistic Direction for documenta fifteen, as we have throughout the entire process of its development and realization. We celebrate the hundreds of thousands of visitors who have seen, visited, and been enriched by the exhibition. We believe their voice should also be heard. We applaud the artists who have been resilient in the face of attacks on their integrity and have remained true to the principles of lumbung. We ask the supervisory board to ensure that documenta fifteen can remain open in its entirety until the planned end of the exhibition. We believe any failure to do so, and a capitulation to political interference, will be judged very harshly by history.

    Signed, the Finding Committee:

    Un article sur le sujet de la Deutsche Welle (DW) qui s’y connaît sur le sujet puisqu’elle a viré plusieurs journalistes « antisémites » car (relativement) pro-palestiniens...

    https://www.dw.com/en/antisemitism-debate-rages-at-documenta-art-fair/a-62202383
    https://www.dw.com/en/antisemitism-debate-rages-at-documenta-art-fair/a-62202383

  • La rafle du 26 août 1942, à la responsabilité exclusive française, largement oubliée Times of Israel Staff
    https://fr.timesofisrael.com/la-rafle-du-26-aout-1942-a-la-responsabilite-exclusive-francaise-l

    Le 26 août 1942, année charnière dans la mise en œuvre du génocide des Juifs par les nazis et leurs alliés, six semaines après la rafle du Vél d’Hiv, une autre vague d’arrestations était organisée, cette fois en zone non-occupée, dite « libre ».

    Ainsi, sous la responsabilité exclusive du régime de Vichy et de la France, 6 584 Juifs étrangers (Allemands, Autrichiens, Polonais, Tchèques, Estoniens, Lettons, Dantzigois, Sarrois, Russes) entrés en France depuis le 1er janvier 1936 – dont des femmes et des enfants – étaient arrêtés dans une quarantaine de départements. Ils ont ensuite été transférés dans les semaines qui ont suivi vers le camp de Drancy, d’où ils ont été déportés vers Auschwitz et, pour un certain nombre, immédiatement assassinés.


    Illustration : La salle des noms du musée de la Shoah Yad Vashem à Jérusalem. (Crédit : Mendy Hechtman / Flash90)

    Cette rafle suivait les exigences nazis en matière d’arrestation des Juifs présentées pour la première fois le 25 juin 1942.

    Suite aux discussions de début juillet entre autorités nazies et françaises, le gouvernement de Vichy s’était engagé à arrêter prochainement 10 000 Juifs apatrides en zone libre.

    Largement oublié et passé sous silence, cet épisode est pourtant primordial du fait de la responsabilité exclusive de la France quant à son exécution – au contraire de la rafle du Vel d’Hiv. Cet évènement a aussi eu un rôle prépondérant dans la prise de conscience d’une partie de la population française sur la réalité des déportations.

    Néanmoins, malgré l’oubli général, il y a 10 ans, en 2012, plusieurs publications ont évoqué cette rafle, lors de son 70e anniversaire.

    https://www.youtube.com/watch?v=we_FJds9cRg

    Dans une lettre ouverte au président de la République qui faisait suite à la reconnaissance de la responsabilité de la France dans la rafle du Vél’d’Hiv, le pasteur Charles l’Éplattenier, à l’époque membre de la Cimade et témoin direct de la rafle d’août 1942, « s’étonne que semble tombée dans l’oubli la rafle similaire [à celle du Vel d’Hiv] qui eut lieu dans la zone dite ‘non-occupée’, le 26 août de la même année. […] Comme à Paris, l’opération fut réalisée par la police française. Heureusement, sauvant l’honneur, des policiers eurent le courage de prévenir ceux qu’ils devaient arrêter […]. J’ai constaté avec regret que, dans la plupart des rappels chronologiques des événements marquants de la période, on omet la mention de cette rafle pourtant aussi honteuse que celle du Vél d’Hiv. […] Je me permets d’adresser cette lettre ouverte à la presse. Les rédactions auront le temps de consulter des historiens sérieux de la période pour confirmer mes dires. Elles auront alors la responsabilité d’évoquer d’une manière ou d’une autre la date du 26 août 1942, faisant œuvre salutaire de mémoire. »

    Plusieurs commémorations locales avaient également été organisées, notamment à la gare de Nexon, où se trouve un petit monument commémoratif, et à Grenoble, où une plaque commémorative a été inaugurée en 2016.

    Cette année, plusieurs médias ont publié des articles au sujet de la rafle (Libération, France 24, France 3…). Un arbre de la mémoire a également été inauguré en Savoie, et quelques autres commémorations ont eu lieu.

    #pétain qu’essaye de réhabiliter #emmanuel _macron dit #macron #France #Histoire #Vichy #racisme #antisémitisme #travail #petain #extrême_droite #rafle #oubli #mémoire #police #génocide

  • CCIE sur Twitter : ""Je suis là depuis dix minutes et je n’ai entendu que des fake news juridiques sur votre plateau". Intervention de Serge Slama, professeur de droit public (Université Grenoble-Alpes), à propos de l’expulsion de Hassan #Iquioussen." / Twitter
    https://twitter.com/CCIEurope/status/1566509353892454401

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1566509122467631104/pu/vid/426x236/XwDWgSozdOHpZn3p.mp4?tag=12

  • En #Allemagne, la lutte contre l’antisémitisme tourne à la #chasse_aux_sorcières - Ben Ratskoff
    https://orientxxi.info/magazine/en-allemagne-la-lutte-contre-l-antisemitisme-tourne-a-la-chasse-aux-sorc

    Certains journalistes et intellectuels sont la cible de vives campagnes en Allemagne contre leur #antisémitisme supposé. Mais outre l’#islamophobie débridée que ces dénonciations médiatiques révèlent, ce sont en réalité des voix critiques d’Israël, y compris juives et israéliennes, qui se retrouvent ainsi clouées au pilori.

    #censure

  • « Pour les catholiques conservateurs, l’adhésion au “grand remplacement” est un prolongement de leur hantise du déclin », Yann Raison du Cleuziou, 19 janvier 2022

    Le parallèle était saisissant. Le dimanche 5 décembre 2021, en Grèce, le pape François tirait pendant la messe les leçons de sa rencontre avec les migrants parqués à Lesbos : « Je prie Dieu de nous réveiller de l’oubli de ceux qui souffrent, de nous secouer de l’individualisme qui exclut, de réveiller les cœurs sourds aux besoins des autres. » Il ajoutait encore : « Luttons à la racine contre cette pensée dominante, cette pensée qui se concentre sur son propre moi, sur les égoïsmes personnels et nationaux, qui deviennent la mesure et le critère de toute chose. »
     
    En France, quelques heures plus tard, Eric Zemmour rassemblait ses partisans lors d’un meeting à Villepinte [Seine-Saint-Denis]. A la tribune, pour le soutenir, les différentes branches du catholicisme conservateur, jusqu’alors divisées entre le Rassemblement national et les Républicains, convergeaient : Laurence Trochu apportait le soutien du Mouvement conservateur (ex-Sens commun), Jean-Frédéric Poisson celui du Parti chrétien-démocrate (créé par Christine Boutin pour prolonger l’action du Forum des républicains sociaux) [et rebaptisé VIA, la voie du peuple, en 2020], enfin la Lyonnaise Agnès Marion engageait le Cercle Fraternité, jusqu’alors défenseur d’une politique familiale conservatrice au sein du Front national.

    Sans doute ne faut-il pas perdre de vue que le catholicisme est un univers clivé et que les conservateurs n’en représentent qu’une sensibilité minoritaire. Mais, dans un contexte de déclin de la pratique religieuse, leur influence au sein de l’Eglise est croissante en raison de leurs familles nombreuses, au sein desquelles, tendanciellement, la foi se transmet avec plus de succès que dans l’aile gauche. Le succès d’Eric Zemmour auprès des militants catholiques nécessite donc d’être interrogé, car il peut avoir des effets durables sur le catholicisme français.

    19 janvier 2022 https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/01/19/pour-les-catholiques-conservateurs-l-adhesion-au-grand-remplacement-est-un-p

    https://justpaste.it/38w7i

    #catholicisme #extrême_droite #grand_remplacement

    • Je pense qu’il aurait fallu ici évoquer la tradition antisémite du « Grand remplacement », qui rejoint le mythe du « complot juif » depuis le XIXe siècle (une « élite-on-se-comprend » qui organise en secret la destruction de l’Europe chrétienne au profit de « qui ? hein, qui ? ») . Parce que c’est central dans le « Grand remplacement », et forcément ça doit résonner chez les cathos les plus paranoïaques.

      J’ai déjà évoqué ça à propos du complotisme catho qui croit qu’il y a un complot pour détruire leur Église en montant en épingle ces « histoires » de pédophilie. Il n’y a pas à être trop devin pour se dire que pour eux, ce sont « les mêmes-hum-hum » qui organisent le complot de destruction du catholocisme à base de pédophilie et de destruction de la France chrétienne à base de grand remplacement.

      Surtout si tout cela rejoint ce qui constitue déjà le fondement du vieux « complot juif », de Drumont aux Protocoles des sages de Sion.

      En fait, je commence à trouver vraiment chiant qu’on occulte aussi systématiquement le fondement antisémite de la théorie du complot du « Grand remplacement » et son rapport au mythe classique du « complot juif ». Parce que ça autorise ensuite trop de gens (par exemple proches des cathos de droite) à discuter le « Grand remplacement » comme une simple théorie démographique.

    • à ce sujet, "Le « grand remplacement », généalogie d’un complotisme caméléon" propose une vue historique qui éclaire sur un commencement en amont de ces thèses (les juifs peuple déicide), depuis la chrétienté médiévale (avec une relance depuis 1492, et, bien après, la nécessité d’un renouveau idéologique pour les fafs suite à la deuxième GM,) où l’on voit d’ailleurs que les musulmans, arrivés après sont, selon cette version là, et paradoxalement au regard de ce qui s’affiche le mieux aujourd’hui, moins fautifs https://seenthis.net/messages/769515#message971134

      comme le Bloch animateur durant les années 30 d’une orga juive pro Action française https://seenthis.net/messages/960570, Zemmour finira converti au catholicismse (c’est du moins ce que promet son #antisémitisme à lui)

      #occident_chrétien

  • Saint Louis et la dernière Croisade
    https://www.lemediatv.fr/emissions/2022/saint-louis-et-la-derniere-croisade-2urh0VUGQy6x0kP9lPJ4Wg

    Le 25 août 1270, Louis IX mourait devant Carthage, près de l’actuelle Tunis, au cours de sa seconde croisade, la huitième et dernière du Moyen Âge. Les historiens A. Charansonnet et X. Hélary racontent le mystère de cette expédition étonnante

    #Culture #Histoire

  • The Challenge of Defending Memory in Germany
    https://jewishcurrents.org/the-challenge-of-defending-memory-in-germany

    A Berlin conference organized to combat right-wing appropriation of Holocaust memory faces enduring backlash over #Palestine.

    Yet as backlash to the conference has slowly mounted in the weeks since its close—coming not only from the precincts of German opinion where hostility was anticipated, but from conference attendees themselves— it appears the opponents of the new right may be too divided to coordinate a response . After Palestinian scholar Tareq Baconi argued in a speech that European Holocaust guilt must not be used as a pretext to deny Palestinians freedom and equality, Polish historian Jan Grabowski and journalist Konstanty Gebert denounced Baconi from the conference stage and then in the German press, accusing him of antisemitism. This division reflects the reality that many of those who oppose right-wing European governments’ revision of Holocaust history often do not challenge the notion that Israel’s continued existence as a Jewish state is requisite recompense for the Holocaust—even if that means indefinitely denying Palestinians their fundamental rights. Now, a conference intended to address the instrumentalization of antisemitism risks becoming an object lesson in how such a process unfolds.

    ON THE SECOND NIGHT of “Hijacking Memory,” Hannah Tzuberi, a Berlin-based scholar of Jewish and Islamic studies, argued in a talk that Europe’s incomplete process of coming to terms with its past—what the Germans call vergangenheitsbewältigung—had resulted in Europeans projecting their own guilt for the Holocaust onto Palestinians. In the 21st century European imagination, Tzuberi said, Germans and other Europeans had, through their support for Israel, absolved themselves of culpability for the Holocaust: It was now the Palestinians, resisting Zionist colonization in Palestine, who had become the Nazis. “The birth of a morally improved German polity, made of citizens who have learned their lesson and now wish to protect what their ancestors failed to protect, goes [along] with an inscription of Palestinians as perpetrators and of Jews as their victims,” Tzuberi said.

    #culpabilité #Allemagne #antisémitisme #sionisme #colonialisme #crimes #impunité

  • Comment Israël préserve son impunité internationale en déchirant les preuves
    Gideon Levy | Lundi 4 juillet 2022 | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/opinionfr/israel-impunite-internationale-crimes-occupation

    Le 10 novembre 1975, l’ambassadeur d’Israël aux Nations unies Chaim Herzog, père du président actuel Isaac Herzog, est monté sur l’estrade de l’Assemblée générale des Nations unies et a déchiré avec fracas le texte de la résolution 3379, adoptée le même jour.

    La résolution 3379 décrivait le sionisme comme « une forme de racisme et de discrimination raciale ». Israël était sous le choc. Un grand boulevard de Haïfa nommé en l’honneur de l’ONU a rapidement été rebaptisé « boulevard du Sionisme » par le conseil municipal de la ville. Quelle farce du destin : la rue nommée en signe de reconnaissance envers l’ONU pour avoir déclaré en 1947 son soutien à la création de l’État d’Israël a été renommée trois décennies plus tard en raison d’une décision différente de cette même organisation.

    Chaim Herzog est immédiatement devenu un super-héros en Israël. Ce fut le sommet de sa carrière. Les Israéliens ont estimé que son geste théâtral était une réponse appropriée à ce que le pays percevait comme un acte antisémite d’envergure mondiale. Presque tous les Israéliens, y compris moi-même plus jeune, étaient de cet avis à l’époque. Comparer sionisme et racisme ? Cela ne pouvait être que de l’antisémitisme.

    Les années ont passé. L’ONU a révoqué cette décision en décembre 1991, mais quelques décennies plus tard, tout semble à nouveau différent. Le sionisme, qui consiste aujourd’hui pour l’essentiel à préserver la suprématie juive dans un pays habité par deux peuples, ne semble plus trop éloigné de la façon dont il était présenté dans la décision initiale de l’ONU.

    De la même manière, le geste de Chaim Herzog sur l’estrade de l’ONU – déchirer les pages d’une décision que la majorité des nations du monde avaient jugée légale – semble beaucoup moins approprié aujourd’hui qu’à l’époque. (...)

    #Sionisme #antisionisme #antisémitisme

  • De Baruch Weil à Marcel Proust
    https://laviedesidees.fr/De-Baruch-Weil-a-Marcel-Proust.html

    Proust était-il « déjudaïsé », voire « antisémite » comme on l’a dit ? À l’occasion d’une exposition au Musée d’art et d’histoire du #judaïsme et de la parution de son ouvrage Proust du côté juif, Antoine Compagnon fait le point sur ce qu’on sait de la famille maternelle de l’écrivain et de sa réception par les milieux sionistes dans les années 1920.

    #Histoire #antisémitisme #Entretiens_vidéo #littérature #homosexualité #XIXe_siècle #roman

  • L’ambivalence des survivants ukrainiens de la Shoah quant à la guerre en Ukraine Cnaan Liphshiz - Time of Israel
    https://fr.timesofisrael.com/lambivalence-des-survivants-ukrainiens-de-la-shoah-quant-a-la-guer

    JTA – En tant que survivant de la Shoah en Ukraine, Yaakov Zelikovich a le cœur brisé par la souffrance humaine ressentie dans son pays natal au pleine invasion dévastatrice par la Russie.

    « En tant que Juif et en tant qu’humain, je me sens mal pour les enfants, les femmes, c’est l’angoisse », a déclaré Zelikovich, un grand-père de quatre enfants âgé de 83 ans.

    Et pourtant, même s’il est né et a grandi en Ukraine et qu’il parle bien l’ukrainien, il vit en Israël depuis 1974 et ne se sent guère solidaire de sa terre natale.

    « Au niveau national, je pense que c’est leur problème, pas le mien. Croyez-moi, ce n’est pas mon problème », a déclaré Zelikovich, citant comme raison de son indifférence la collaboration généralisée des Ukrainiens avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.


    Une statue du collaborateur nazi ukrainien Stepan Bandera se dresse à Ternopil, en Ukraine. (Crédit : Mykola Vasylechko/Wikimedia Commons via JTA)

    L’antagonisme de Zelikovich est typique de l’ambivalence ressentie par certains survivants de la Shoah entre autres, alors que l’Ukraine et la Russie font constamment référence à la Shoah pour rallier le soutien de leur camp respectif dans le conflit actuel.

    Zelikovich, qui vit à Karmiel, s’est entretenu avec la Jewish Telegraphic Agency jeudi, lors de Yom Hashoah – le jour de commémoration juive des victimes de la Shoah, où une grande partie de cette ambivalence est remontée à la surface.

    Bien que certains Ukrainiens aient aidé à sauver des Juifs pendant la Shoah, « il est bien connu que d’autres Ukrainiens ont aidé les Allemands », a déclaré Zelikovich. « Dans certains cas, lorsque les Allemands arrivaient, leur travail avait déjà été fait. Les Ukrainiens ont tué des Juifs et ont pillé leurs maisons. »

    Des nazis allemands et des Ukrainiens exécutent une famille juive à Miropol, en Ukraine, le 13 octobre 1941. (Crédit : USHMM)

    Le bilan mitigé de l’Ukraine pendant la Shoah, la prévalence de la collaboration nazie dans ce pays et la glorification des collaborateurs aujourd’hui, font que les survivants de la Shoah et leurs descendants ont une attitude compliquée et souvent conflictuelle envers ce pays.

    Pour Ida Rashkovich, une survivante de 86 ans originaire de la ville ukrainienne de Vynnitsa qui vit aujourd’hui à Holon, en Israël, il ne s’agit pas d’une discussion légère sur l’histoire et la géopolitique. Plusieurs de ses proches ont été assassinés à cause des collaborateurs ukrainiens locaux, a-t-elle déclaré à la JTA.

    « Il est certain que certains de mes proches ont été tués par des Ukrainiens. Mais n’oublions pas que d’autres Ukrainiens ont sauvé des Juifs. C’est un tableau très mitigé », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle s’oppose fermement aux « actions monstrueuses » du président russe Vladimir Poutine.

    Zelikovich se souvient d’avoir été emmené, enfant, vers une fosse commune dans les bois, encadré par des policiers ukrainiens qui, sous les auspices des occupants roumains d’obédience nazie, avaient rassemblé les Juifs de Tomashpil, sa ville natale.

    À un moment donné, sa grand-mère, qui marchait à ses côtés, l’a pris dans ses bras et l’a porté vers le lieu d’exécution prévu. Mais les Roumains ont décidé d’épargner les adultes avec des enfants, c’est pourquoi lui et sa grand-mère, Ida Dolbur, ont été autorisés à rentrer chez eux.

    Ayant échappé de justesse à l’exécution au milieu de plus de 200 victimes mortes ce jour-là, la famille de Zelikovsky s’est cachée et a survécu. Dolbur est décédée en 1953.

    « Il est particulièrement douloureux que les chefs des collaborationnistes soient aujourd’hui célébrés comme des héros en Ukraine », a-t-il déclaré.

    La lutte de l’Ukraine contre les agresseurs russes et le leadership du président ukrainien, Vlodymyr Zelensky, lui-même juif, ont inspiré l’Occident et sapé la propagande de Poutine visant à « dénazifier » l’Ukraine. Avant la guerre, des dizaines de milliers de Juifs vivaient en Ukraine, profitant d’un réseau de synagogues et d’écoles et se joignant à leurs voisins non juifs pour dénoncer et résister aux forces russes.

    « En 30 ans, nous avons construit une communauté étonnante », a déclaré Avraham Wolff, rabbin Habad à Odessa, au Washington Post en mars. « Et c’est une honte que l’on en soit arrivé là. »

    Pourtant, au cours de la dernière décennie, la société ukrainienne a été le théâtre de tentatives de glorification de collaborateurs de la Seconde Guerre mondiale tels que Stepan Bandera https://fr.timesofisrael.com/topic/stepan-bandera et Roman Shukhevych – des nationalistes ukrainiens qui, au moins pendant un certain temps, ont collaboré avec les nazis contre la redoutable Union soviétique. Leurs troupes sont soupçonnées d’avoir assassiné des milliers de Juifs pendant la Shoah.

    Les hommages rendus par l’État aux collaborateurs nazis sont un phénomène nouveau en Ukraine, où environ 15 % de la population est d’origine russe. Le phénomène s’est développé à mesure que le nationalisme ukrainien se consolidait politiquement, et a explosé après l’invasion de l’Ukraine par la Russie en 2014 et l’annexion de la Crimée par la Russie.

    En 2017, la ville de Lviv a organisé un festival en l’honneur de Shukhevych. L’année suivante, la ville a parrainé un défilé au cours duquel les participants ont défilé dans l’uniforme d’une unité de conscrits ukrainiens dirigée par les nazis : la 14e division de grenadiers Waffen de la SS, ou la 1re Galicienne.

    Parallèlement, des personnages historiques comme Bohdan Khmelnytsky, le chef cosaque du XVIIe siècle dont l’armée a tué d’innombrables Juifs, sont également célébrés. Une statue dorée de Khmelnitsky est exposée sur une avenue centrale de Kiev qui porte son nom.

    La Garde nationale ukrainienne comprend une unité de volontaires appelée le bataillon Azov, qui, selon ses commandants, compte une part importante de néonazis, et dont le logo est un symbole de haine néonazi.

    Zelensky n’a pas arrangé les choses lorsqu’il a comparé l’invasion russe à la Shoah, à une époque où les combats étaient brutaux mais pas génocidaires selon les définitions acceptées du terme.

    Dans un discours devant des législateurs israéliens le mois dernier, Zelensky a défendu cette comparaison. « J’ai le droit de faire ce parallèle et cette comparaison », a-t-il déclaré, suscitant les protestations https://fr.timesofisrael.com/la-comparaison-ukraine-shoah-de-zelensky-suscite-des-reactions-mit de certains législateurs israéliens.


    L’assaut final des nazis sur Kiev, la capitale de l’Ukraine, le 8 octobre 1941. (Crédit : Photo AP)

    Les références à la Shoah, des deux côtés, font de la lutte contre sa déformation « une bataille difficile », a déclaré Mark Weitzman, directeur des opérations de l’Organisation mondiale de la restitution juive et l’un des initiateurs de la définition de la déformation de la Shoah par l’Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah – un forum regroupant des dizaines de pays.

    Certains survivants israéliens de la Shoah en Ukraine ont ressenti une solidarité patriotique avec l’Ukraine pendant la guerre.

    « J’ai grandi là-bas, j’y suis allé à l’école, j’y suis allé à l’université. Il m’est impossible de rester indifférent », a déclaré Avraham Sharnopolsky, un survivant de la Shoah âgé de 91 ans, originaire de la ville d’Ilyintsy dans l’ouest de l’Ukraine, puis de Donetsk dans l’est. « Je ressens beaucoup de solidarité avec l’Ukraine en tant que pays et avec les Ukrainiens en tant que peuple, même si les Ukrainiens ont tué d’innombrables Juifs. »

    Les pogroms et la collaboration, a-t-il dit, « n’effacent pas des siècles de coexistence. C’est très complexe et tragique par moments, mais cela ne signifie pas que je ne suis pas ukrainien », a déclaré Sharnopolsky, qui a immigré en Israël en 1995 et qui vit actuellement à Jérusalem.

    Sharnopolsky a également déclaré que les comparaisons avec la Shoah sont « inévitables » à la lumière de l’ampleur de la dévastation par la Russie de certaines villes ukrainiennes.

    Pourtant, en Israël et ailleurs, le va-et-vient des comparaisons avec la Shoah, ainsi que les souvenirs amers de la persécution antisémite par les Ukrainiens et les Russes au cours du XXe siècle, ont laissé certains survivants de la Shoah en Ukraine indifférents.

    « Le peuple ukrainien qui souffre n’a rien fait de mal et je suis désolé pour lui », a déclaré à la JTA Boris Shatanov, un survivant israélien de la Shoah originaire de Donetsk. « Mais le peuple ukrainien en tant qu’entité n’a aucunement ma sympathie ».

    Shatanov, âgé de 91 ans et qui a immigré en Israël en 1990, a déclaré que sa cousine avait été violée et assassinée par une « bande d’Ukrainiens ivres avant même que les Allemands n’arrivent dans son village » en 1941.

    « Quant aux Russes, je n’en suis pas trop fervent non plus », a ajouté Shatanov, qui a déclaré qu’il n’avait pas été accepté à l’université sous le régime communiste parce qu’il était juif, et qu’il avait dû se rendre à Kazan, une ville située à 800 km à l’est de Moscou, pour étudier l’ingénierie.

    « Je suis juif, je suis israélien, je suis un survivant de la Shoah et j’en ai fini avec leurs guerres depuis longtemps », a déclaré Shatanov.
    #Ukraine #néonazis #antisémitisme #shoah

  • Comment les Illuminati sont devenus synonymes de complotisme
    https://theconversation.com/comment-les-illuminati-sont-devenus-synonymes-de-complotisme-184684

    Quand j’étais adolescent, il y a bientôt quarante ans, aucun des jeunes de ma génération n’avait entendu parler des Illuminati. Aujourd’hui, dès la fin de l’école primaire et au collège, la plupart des élèves connaissent et tracent de prétendus symboles Illuminati qu’ils identifient sur le billet d’un dollar.

    Les symboles réputés Illuminati un triangle ou une pyramide sont omniprésents, notamment sur Internet et les réseaux sociaux où ils sont très souvent convoqués pour affirmer que les sociétés secrètes contrôlent le monde et ses dirigeants.

    Mais ils sont également présents aussi bien dans la littérature (le premier roman « gothique » américain en 1800 s’intitule Julia and the Illuminated baron) jusqu’au roman Anges et Démons de Dan Brown, au cinéma de Benjamin Gates jusqu’à un improbable film d’animation : Donald Trump vs the Illuminati. L’univers des jeux vidéo n’est pas en reste de Tomb Raider à Assassin’s Creed Unity, tout comme le hip-hop ou le rap.

    #théories_du_complot #illuminati #antisémitisme

  • Anticapitalisme romantique et antisémitisme de gauche, par Gabriel Carvalho - Critique de la valeur-dissociation. Repenser une théorie critique du capitalisme
    http://www.palim-psao.fr/2022/05/anticapitalisme-romantique-et-antisemitisme-de-gauche-par-gabriel-carvalh

    Au récit paranoïaque et délirant de l’antisémitisme hérité de la tradition médiévale s’ajoutait le malaise face aux temps nouveaux et aux nouvelles relations de travail engendrées par le capitalisme, cet étrange métabolisme social, abstrait et impitoyable, qui entraînait tout sur son passage, et il n’en serait donc pas autrement des modes de vie traditionnels de la vieille Europe féodale. Tout ce malaise devait être expié dans un sujet historique. Dans la mentalité conspirationniste de l’antisémitisme européen, il suffisait que les Juifs aient obtenu des droits politiques, soient devenus des citoyens comme tous les autres Européens, pour que les choses prennent une mauvaise tournure pour eux. Ils ne pouvaient donc qu’être à l’origine du processus de destruction de leur ancien monde mystico-religieux, plein de certitudes cristallisées, qui avait été remplacé par ce nouveau mode de vie chaotique, impie et fantasmagorique.

    Il convient de noter que toutes les caractéristiques attribuées aux Juifs dans la modernité sont des caractéristiques du capitalisme lui-même : son être abstrait, sans racines, qui imprègne toutes les relations sociales, avec des intentions cachées et une logique irrationnelle de profit infini. La thèse du Juif sans nation, conspirateur, qui tire les ficelles dans les coulisses, n’est qu’une projection sur un vieux bouc émissaire pour l’Europe, de tout ce qui est contradictoire et étrange dans le capitalisme.

    Et cette mentalité se transmue dans la pensée de certains secteurs de la gauche révolutionnaire qui, en l’absence d’une analyse matérialiste cohérente, d’une lecture rigoureuse des faits historiques, adhèrent dans une mesure plus ou moins grande à la vision antisémite du monde. Mais ce processus ne se fait plus à travers les motifs mystico-religieux du passé médiéval. Ce qui anime l’antisémitisme de gauche n’est pas une thèse sur le déicide, de libelles de sang et de puits empoisonnés. Mais la vieille fausse corrélation entre les Juifs et l’argent. Et l’argent est un aspect central de l’antisémitisme de gauche, parce qu’il est la sphère la plus étrange, la plus abstraite et la plus irrationnelle du circuit du capital (production-circulation-accumulation).

    #antisémitisme #gauche #argent #finance #capitalisme #juifs