• Pascal Boniface porte plainte contre la « Brigade juive »
    Nadir Dendoune, Le Courrier de l’Atlas, le 18 février 2020
    https://www.lecourrierdelatlas.com/justice-pascal-boniface-porte-plainte-contre-la-brigade-juive--2

    Le 22 janvier dernier, l’Institut de relations internationales et stratégiques (l’IRIS) dont Pascal Boniface est le directeur reçoit dans ses locaux parisiens Charles Enderlin, l’ancien correspondant de France 2 en Israël, pour une conférence autour de son dernier livre « Les Juifs de France entre République et sionisme », paru le 16 janvier au éditions du Seuil. Salle comble, près de 500 personnes sont présentes.

    « Des personnes ont balancé des boules puantes à l’intérieur de la salle. L’odeur était tellement insoutenable », explique Pascal Boniface. « Certains avaient du mal à reprendre leur souffle », précise encore le politologue.

    La « Brigade juive » revendiquera cette action en publiant sur sa page Facebook un peu plus tard dans la soirée une vidéo, avec ce commentaire : « Aujourd’hui, nous sommes passés dire bonjour à Charles Enderlin pour lui faire savoir que ses idées sentent mauvais et qu’on a pas oublié l’affaire Al-Dura et Daniel Pearl ».

    #Charles_Enderlin #Pascal_Boniface #Palestine #Sionisme #Judaïsme #antisionisme #antisémitisme #LDJ #Attentat

  • Charles Enderlin : le tournant sioniste des Juifs de France
    https://www.youtube.com/watch?v=vys3_aZutCQ

    Ce livre tombe à point alors que Macron et une majorité de députés prétendent faire de l’antisionisme un nouvel antisémitisme. Retraçant l’histoire de la communauté juive française, le journaliste Charles Enderlin documente comment le « franco-judaïsme », à son apogée sous la Troisième République, est aujourd’hui devenu un « franco-sionisme », d’abord marqué par un soutien inconditionnel à la politique israélienne.

  • Campaign against Sanders on ‘antisemitism’ for his criticism of Israel begins in earnest
    Philip Weiss on December 24, 2019 – Mondoweiss
    https://mondoweiss.net/2019/12/campaign-against-sanders-on-antisemitism-for-his-criticism-of-israel-beg

    In recent days, a group calling itself Democrats Against Anti-Semitism has begun an earnest campaign to inject the discourse with the idea that Bernie Sanders, historically the leading Jewish politician ever to run for president, is an antisemite because of his positions on Israel. That group joins New York Times opinion editor Bari Weiss and others in seizing on the urgent task of vilifying Sanders. They evidently aim to “Corbyn-ize” him, by parroting smears used effectively against the UK Labour leader Jeremy Corbyn.

    Sanders is a target because he has taken the strongest stances in favor of Palestinian human rights that any major candidate for the presidency has ever adopted. He has denounced the killings of Palestinian protesters in no uncertain terms, he has repeatedly called for the end of the Gaza siege so as to end a humanitarian disaster in the strip, he has said that he would condition military aid to Israel because of its unending settlement project and disrespect for Palestinian human rights, he has called Netanyahu a racist, and, worst of all, called for an “evenhanded” U.S. policy with respect to Israel and Palestine. All this, while saying that he is proudly Jewish, lived on an Israeli kibbutz as a young man, and supports Israel’s existence/favors a two-state solution. (...)

    #Corbynisation

  • La Préfète de la Gironde crée l’Observatoire de “l’agribashing”

    Dans la foulée de l’accord récemment signé entre Edouard Philippe et
    la présidente de la FNSEA, la Préfecture de la Gironde a présenté le
    20 décembre les objectifs et l’étendue des missions du nouvel outil
    qu’elle vient de créer.

    Jacques Chirac en aurait rêvé, Emmanuel Macron l’a fait…

    Le dispositif de surveillance et de lutte contre “l’agri-bashing”,
    mot-valise inventé par les communicants et stratèges de la FNSEA ne
    vise pas seulement à prévenir l’activisme des défenseurs de la cause
    animale, à l’image des incursions des militants de L 124 dans des
    élevages.

    Ecoutes téléphoniques, renseignement, surveillance des réseaux sociaux pourront également désormais s’appliquer à toutes les organisations et individus qui s’avisent de remettre en cause, de quelques manière, les dérives de l’agriculture productiviste et leur impact sur l’environnement !

    Car “en Gironde comme en France, la stigmatisation des activités
    agricoles, d’élevage et de vente de produits issus de ce secteur
    communément appelée “agribashing”, conduit à une multiplication des actes d’incivilté, d’intimidation voire de violence envers les
    professionnels en lien avec l’agriculture, notamment sous l’action de
    groupuscules parfois radicaux et violents.

    (…)

    L’Observatoire veillera en priorité à détecter les menaces, évaluer
    leur intensité et leur évolution potentielle. Un dialogue constant
    avec les syndicates agricoles et professionnels, la veille des réseaux
    sociaux et le suivi des groupes rédicaux, lorsqu’il y en a,
    permettront de mieux anticiper les menaces.”

    Les Khmers Verts n’ont qu’à bien se tenir… Il ne faudra pas attendre
    longtemps avant que ces nouvelles orientations ne dévoilent les
    entraves au libre débat démocratique dont elles sont porteuses.

    http://www.eauxglacees.com/La-Prefete-de-la-Gironde-cree-l

  • Slavoj Zizek’s ‘trouble with Jews’ may be a poor choice of words – but are you allowed to criticize Israel in UK media anymore? — RT World News
    https://www.rt.com/news/475556-zizek-anti-semitism-controversy

    C’est tout en anglais mais rassurez-vous on devrait avoir en français une belle polémique du même tonneau très vite...

    World-renowned philosopher Slavoj Zizek has emerged as the latest high-profile target in the fight against perceived anti-Semitism in the UK, for a moment there moving aside the usual suspect, Labour leader Jeremy Corbyn.

    In a recent article for the Independent, Zizek criticized Israel for its aggressive settlement policies in the occupied West Bank, and argued that such criticism of Israeli policies does not make someone an anti-Semite.

    Within the text, the philosopher used a very inconsiderate turn of phrase – “the trouble with Jews.” Immediately, a crowd of outraged commenters rose up, and fully proving Zizek’s point, the paper removed the offending phrase and replaced it with “the trouble with the settlement project.”

    Zizek himself admits it was a poor choice of words, but when he asked the Independent to run a follow-up explanation, the paper refused – and RT is the only outlet that gave Zizek the floor.

    Such a reading “runs against the basic premise of my text which is that the proponents of full annexation of the West Bank are betraying the emancipatory core of the Jewish tradition itself,” the philosopher says in the explanation piece.

    The words were taken out of context, he says. In the original, they followed a reference to French philosopher Alain Finkielkraut, who said modern Jews had chosen “the path of rooting” – and “the Jews” Zizek refers to are those trying to “root” on occupied land.

    “The trouble with Jews today is that they are now trying to get roots in a place which was for thousands of years inhabited by other people,” he wrote in the original piece.

    Zizek believes it’s part of a wider campaign against left-wing politicians and intellectuals to equate any criticism of Israel, as a state, to anti-Semitism: “The anti-Leftist campaign goes on and on – an Israeli-based group uses Facebook to spread disinformation to more than a million followers around the world, singling out Muslim US congresswomen, Jeremy Corbyn was just rated Top Anti-Semite of 2019 by [the] Simon Wiesenthal Center (ahead of actual terrorists), and even Bernie Sanders is now added to the list of anti-Semites.”

    Refusing to give Zizek the right to respond to his critics, the Independent cited election coverage crunch and how the debate would be a “tricky space” to wade into. Far from letting Zizek run a follow-up piece, the philosopher was even barred from posting a retort to the many “brutal attacks” he says were launched against him in the paper’s comment section.

    La réponse de Zizek : The trouble is not with the Jews, but my accusers. https://www.rt.com/op-ed/475552-independent-jews-slavoj-zizek

    #antisionisme #antisémitisme

  • (15) Antisémitisme et antisionisme : une confusion délétère - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2019/12/03/antisemitisme-et-antisionisme-une-confusion-deletere_1766993

    Alors que les députés doivent se prononcer ce mardi sur une résolution visant à lutter contre l’antisémitisme du député LREM Sylvain Maillard, la sénatrice EE-LV Esther Benbassa rappelle que la critique politique du sionisme d’Etat doit pouvoir exister sans être taxée d’antisémitisme.

    Critiquer la politique du gouvernement israélien n’est pas une manifestation d’antisémitisme et n’implique nullement d’en rendre responsables les Juifs de France ou les Juifs en général. Si c’était le cas, nombre d’Israéliens seraient considérés comme antisémites. Et à lire la liste des signataires de l’appel paru dans le Monde daté du 3 décembre, il faudrait reconnaître qu’il y a beaucoup de Juifs antisémites…

    En tant qu’historienne des Juifs, je voudrais lui rappeler que les autonomistes socialistes juifs appartenant au mouvement du Bund, dès la fin XIXe siècle, n’étaient assurément pas sionistes. Que les masses juives ultraorthodoxes d’Europe orientale furent longtemps vigoureusement antisionistes (et leurs héritiers, en Israël ou ailleurs, le sont encore souvent). Or beaucoup des uns comme des autres périrent dans les camps nazis. Devra-t-on les tenir rétroactivement pour des antisémites qui s’ignoraient ?

    De même, le Crif, créé dans la clandestinité en 1944, a longtemps rassemblé les différentes composantes idéologiques de la judaïcité française. Et après la guerre, les dissensions furent également très vives sur la manière de formaliser les rapports du Crif avec le jeune Etat d’Israël.

    L’histoire de l’antisémitisme est ancienne et l’histoire du sionisme commence à l’être aussi. Ce dernier aussi évolua dans le temps. La tournure que prit le sionisme avec l’arrivée au pouvoir de la droite nationaliste du Likoud, en 1977, dont le dernier représentant est Benyamin Nétanyahou, n’a au fond que peu à voir avec le sionisme des fondateurs au XIXe siècle, ni avec celui de ses chevilles ouvrières travaillistes, tel Ben Gourion.

    Le sionisme étatique d’aujourd’hui, le sionisme des implantations juives dans les territoires occupés sont à mille lieues du sionisme de ceux qui rêvaient d’émancipation, qui voulaient un Etat pour les Juifs cibles des antisémites en Europe ou de ceux qui voulurent garantir un refuge sûr aux rescapés de la Shoah. La définition contemporaine d’Israël comme Etat juif, récemment votée par la Knesset, entérine clairement le refus de considérer ses citoyens arabes comme des citoyens égaux.

    #Israël #antisémitisme #antisionisme #sionisme #histoire_juive #Esther_Benbassa #Bund (pour l’illus)

  • #Antisémitisme, #antisionisme : l’Assemblée valide le texte LREM
    https://information.tv5monde.com/info/antisemitisme-antisionisme-l-assemblee-valide-le-texte-lrem-da

    La résolution reprend la définition de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), déjà validée par le Parlement européen et 20 pays dont 16 de l’#UE, et appuyée par Emmanuel Macron en février devant le Conseil représentatif des institutions juives de France (#Crif).

    #France
    #sans_vergogne

  • Dominique Vidal : confondre antisionisme et antisémitisme est une « erreur majeure » | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/entretiens/dominique-vidal-confondre-antisionisme-et-antisemitisme-est-une-erreu

    Dans son dernier ouvrage, le journaliste et historien français s’adresse directement à Emmanuel Macron qui, à l’occasion des commémorations de la rafle du Vél d’Hiv en juillet 2017, avait défini l’antisionisme comme « la forme réinventée de l’antisémitisme »

    #antisémitisme #antisionisme
    L’interview date de la parution du bouquin.

  • J’avais complètement zappé mais ce 3 décembre y’a cette saleté de proposition qui est proposé au vote à l’Assemblée...

    « Ne soutenez pas la proposition de résolution assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme » : Appel de 127 universitaires juifs aux députés français : http://www.france-palestine.org/Appel-de-127-universitaires-juifs-aux-deputes-francais-Ne-soutenez

    [Les députés doivent se prononcer, mardi 3 décembre, sur une proposition de résolution visant à lutter contre l’antisémitisme, déposée par le député La République en marche (LRM) Sylvain Maillard. Controversé, ce texte propose que la France adopte, à la suite du Parlement européen, la définition de l’antisémitisme établie par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), en 2016. Celle-ci inclut « les manifestations de haine à l’égard de l’Etat d’Israël justifiées par la seule perception de ce dernier comme collectivité juive », rappelle le texte de M.Maillard. Lors du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), le 21 février, Emmanuel Macron s’était dit favorable à l’adoption de cette définition non contraignante, jugeant que l’antisionisme constitue « une des formes modernes de l’antisémitisme ».]

    Nos opinions sur le sionisme peuvent être diverses, mais nous pensons tous, y compris ceux qui se considèrent comme sionistes, que cet amalgame est fondamentalement faux. Pour les nombreux juifs se considérant antisionistes, cet amalgame est profondément injurieux.

    L’antisionisme est un point de vue légitime dans l’histoire juive, et il a une longue tradition, y compris en Israël. Certains juifs s’opposent au sionisme pour des raisons religieuses, d’autres pour des raisons politiques ou culturelles. De nombreuses victimes de l’Holocauste étaient antisionistes. Le projet de résolution les déshonore et offense leur mémoire, en les considérant rétroactivement comme antisémites.

    Saurez-vous vous rappeler à qui et à quoi on doit ça ? A quel emballement médiatique ? A quelle victimisation feinte ? C’était par ici : https://seenthis.net/messages/760683

  • L’antisémitisme au programme des députés
    News Letter JDD 02/12/2019
    http://ats.ccmp.eu/ats/msg.aspx?sg1=66085dc00992fd88c76fca8f29da97fb

    Les députés se prononcent demain à partir de 17 heures sur une proposition de résolution visant à lutter contre l’antisémitisme. Mais ce texte, initié en début d’année par Sylvain Maillard (LREM), crée des remous. Le débat porte notamment sur le lien entre antisémitisme et antisionisme.

    > Pour la majorité et le gouvernement, «  l’#antisionisme est une des formes modernes de l’#antisémitisme  ». « Les actes antisionistes peuvent parfois occulter des réalités antisémites », peut-on lire dans l’exposé des motifs de la résolution.

    > Pour les opposants au texte, l’antisionisme est « une opinion politique ». Le collectif national pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens (CNPJDPI), qui a manifesté aujourd’hui devant l’Assemblée, appelle les parlementaires « à ne pas signer » la résolution Maillard. « Au moment où le gouvernement prétend combattre tous les communautarismes, l’adoption de cette résolution produirait l’effet inverse », écrit le collectif, rejoint par 127 intellectuels juifs qui ont lancé un appel à voter contre dans Le Monde

    La résolution, qui propose de reprendre la définition de l’antisémitisme donnée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (#IHRA), permettra de « préciser et raffermir les pratiques de nos forces de l’ordre, de nos magistrats, de nos enseignants », expliquait le chef de l’Etat lors du dîner du Crif en février.

    • N° 2403 - Proposition de résolution de M. Sylvain Maillard visant à lutter contre l’antisémitisme
      http://www.assemblee-nationale.fr/15/propositions/pion2403.asp

      EXPOSÉ DES MOTIFS

      Mesdames, Messieurs,

      Depuis plusieurs années, la France, l’ensemble de l’Europe, mais aussi la quasi-totalité des démocraties occidentales, sont confrontées à une résurgence de l’antisémitisme sans doute inédite depuis la seconde guerre mondiale.

      Les actes antisémites ont en effet augmenté de 74 % en 2018 en France. À nouveau, depuis plusieurs années, l’antisémitisme tue en France.

      La haine des juifs tend encore aujourd’hui à se perpétuer dans ses manifestations les plus terribles : meurtres, profanations de tombes, séquestrations de concitoyens de confession juive au seul motif que, parce que juifs, ils « auraient de l’argent ».

      Ce sont aussi les agressions du quotidien qui se multiplient. Aujourd’hui en France, porter une Kippa revient à s’exposer à des injures voire à des agressions physiques, qui développent chez nos compatriotes de confession juive un sentiment d’insécurité et de mal-être dans notre République.

      L’antisémitisme du XXIe siècle a changé. Si le vieil antisémitisme français a subsisté, de nouvelles formes se sont développées.

      L’antisémitisme est une négation de la République, une menace grave à la cohésion nationale. Il doit être combattu dans ses racines.

      Or les actes antisionistes peuvent parfois occulter des réalités antisémites. Critiquer l’existence même d’Israël en ce qu’elle constitue une collectivité composée de citoyens juifs revient à exprimer une haine à l’égard de la communauté́ juive dans son ensemble, tout comme rendre collectivement responsables les juifs de la politique menée par les autorités politiques israéliennes est une manifestation d’antisémitisme. De telles dérives font de plus en plus de l’antisionisme « une des formes contemporaines de l’antisémitisme », pour reprendre les mots du Président de la République. Pointer de telles dérives n’empêche par ailleurs aucunement la libre critique de la politique et des prises de positions des gouvernements israéliens.

      Ces nouvelles expressions de l’antisémitisme, perverses parce que masquées, insidieuses parce que malhonnêtes et hypocrites, ont donné lieu en réaction à un important travail réalisé par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste. Ses trente-un États membres, dont la France, ont adopté le 26 mai 2016 une définition opérationnelle de l’antisémitisme ainsi formulée :

      « L’antisémitisme est une certaine perception des Juifs qui peut se manifester par une haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme visent des individus juifs ou non et/ou leurs biens, des institutions communautaires et des lieux de culte. »

      Si cette définition permet de qualifier d’antisémites les attaques antisionistes motivées par une haine des juifs, elle ne reconnaît pas comme antisémites les critiques à l’égard des politiques menées par l’État d’Israël.

      « Il s’agit de préciser et de raffermir les pratiques de nos forces de l’ordre, de nos magistrats, de nos enseignants, de leur permettre de mieux lutter contre ceux qui cachent derrière le rejet d’Israël la négation même de l’existence d’Israël », comme l’a souligné le Président de la République.

      Face au retour du fléau antisémite, la représentation nationale se doit de poser un acte fort et de mettre des mots sur ce qu’est le nouvel antisémitisme, dans la droite ligne du Parlement européen en 2017 et du Conseil de l’Union européenne en 2018, qui ont reconnu la justesse et l’efficacité de la définition opérationnelle de l’Alliance. C’est le sens de cette proposition de résolution.

    • Je reprends, tellement les formulations de l’exposé des motifs sont hallucinantes de paralogisme.

      Or les actes antisionistes peuvent parfois occulter des réalités antisémites.

      peuvent parfois, donc la partie éventuellement délictueuse entraîne la condamnation du tout.

      Critiquer l’existence même d’Israël en ce qu’elle constitue une collectivité composée de citoyens juifs revient à exprimer une haine à l’égard de la communauté́ juive dans son ensemble,…

      Dans l’esprit du rédacteur, il ne semble pas y avoir d’espace entre critiquer l’existence d’Israël et critiquer la politique (sioniste) de l’État d’Israël.

      … tout comme rendre collectivement responsables les juifs de la politique menée par les autorités politiques israéliennes est une manifestation d’antisémitisme.

      QUI procède ainsi ?
      QUI assimile les Juifs de France et Israël ?

      « A tous les juifs de France, tous les juifs d’Europe, je vous dis : Israël n’est pas seulement le lieu vers lequel vous vous tournez pour prier, l’Etat d’Israël est votre foyer »
      10/01/2015
      https://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/netanyahu-aux-juifs-de-france-israel-est-votre-foyer_1639413.html

      … s’attirant même ! une réplique de Manuel Valls,

      qui a assuré avec force, […], que la place des juifs de France était en France.

    • Appel de 127 intellectuels juifs aux députés français : « Ne soutenez pas la proposition de résolution assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme »
      Tribune - Collectif - Publié 2 décembre 2019
      https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/12/02/appel-de-127-universitaires-juifs-aux-deputes-francais-ne-soutenez-pas-la-pr
      Un collectif du monde entier appelle les élus à ne pas apporter leur soutien à ce texte, qui doit être débattu dès mardi.

      (...)
      Tout en soulignant fermement notre préoccupation, nous nous opposons à la proposition de résolution sur l’antisémitisme pour deux raisons principales, et appelons les députés de l’Assemblée nationale à ne pas y apporter leur soutien.

      Premièrement, l’exposé des motifs de la proposition de résolution associe l’antisionisme à l’antisémitisme. Il assimile même l’antisionisme à l’antisémitisme en précisant que « critiquer l’existence même d’Israël en ce qu’elle constitue une collectivité composée de citoyens juifs revient à exprimer une haine à l’égard de la communauté juive dans son ensemble ». (...)

      http://www.france-palestine.org/Appel-de-127-universitaires-juifs-aux-deputes-francais-Ne-soutenez

    • Sylvain Maillard avait, avec d’autres députés, été reçu par ELNET (Lobby pro-Israël au niveau européen), et avait discuté avec ELNET et une délégation de colons, de la proposition de résolution qu’il devait présenter à l’Assemblée nationale !

      Garder en mémoire les noms de ceux qui ont déposé cette résolution qui vise à interdire la critique de l’état d’Israël :

      Sylvain MAILLARD, Gilles LE GENDRE, Stanislas GUERINI, Brigitte BOURGUIGNON, Roland LESCURE, Yaël BRAUN-PIVET, Françoise DUMAS, Bruno STUDER, Sabine THILLAYE, Damien ABAD, Caroline ABADIE, Jean-Félix ACQUAVIVA, Damien ADAM, Éric ALAUZET, Christophe AREND, Sophie AUCONIE, Laetitia AVIA, Jean-Noël BARROT, Sophie BEAUDOUIN-HUBIÈRE, Aurore BERGÉ, Hervé BERVILLE, Grégory BESSON-MOREAU, Christophe BLANCHET, Bruno BONNELL, Jean-Claude BOUCHET, Florent BOUDIÉ, Jean-Louis BOURLANGES, Bertrand BOUYX, Valérie BOYER, Marine BRENIER, Jean-Jacques BRIDEY, Bernard BROCHAND, Anne BRUGNERA, Stéphane BUCHOU, Pierre CABARÉ, Jacques CATTIN, Sébastien CAZENOVE, Émilie CHALAS, Philippe CHALUMEAU, Guillaume CHICHE, Francis CHOUAT, Paul CHRISTOPHE, Éric CIOTTI, Fabienne COLBOC, Paul-André COLOMBANI, François CORMIER-BOULIGEON, Olivier DAMAISIN, Dominique DA SILVA, Olivier DASSAULT, Dominique DAVID, Marc DELATTE, Stéphanie DO, Frédérique DUMAS, Jean-François ELIAOU, Jean-Michel FAUVERGUE, Agnès FIRMIN LE BODO, Laurence GAYTE, Annie GENEVARD, Séverine GIPSON, Joël GIRAUD, Claude GOASGUEN, Philippe GOSSELIN, Guillaume GOUFFIER-CHA, Fabien GOUTTEFARDE, Olivia GREGOIRE, Benjamin GRIVEAUX, Émilie GUEREL, Marie GUÉVENOUX, Meyer HABIB, Michel HERBILLON, Danièle HÉRIN, Antoine HERTH, Philippe HUPPÉ, Monique IBORRA, Catherine KAMOWSKI, Guillaume KASBARIAN, Brigitte KUSTER, Jean-Christophe LAGARDE, Jean-Luc LAGLEIZE, Guillaume LARRIVÉ, Philippe LATOMBE, Marie LEBEC, Constance LE GRIP, Martine LEGUILLE-BALLOY, Geneviève LEVY, Richard LIOGER, Brigitte LISO, Gilles LURTON, Lise MAGNIER, Franck MARLIN, Stéphane MAZARS, Thomas MESNIER, Thierry MICHELS, Patricia MIRALLÈS, Jean-Michel MIS, Adrien MORENAS, Mickaël NOGAL, Claire O’PETIT, Bernard PERRUT, Anne-Laurence PETEL, Valérie PETIT, Damien PICHEREAU, Laurent PIETRASZEWSKI, Éric POULLIAT, Natalia POUZYREFF, François PUPPONI, Didier QUENTIN, Bruno QUESTEL, Cathy RACON-BOUZON, Pierre-Alain RAPHAN, Rémy REBEYROTTE, Frédéric REISS, Stéphanie RIST, Laurianne ROSSI, François de RUGY, Pacôme RUPIN, Laetitia SAINT-PAUL, Thierry SOLÈRE, Joachim SON-FORGET, Éric STRAUMANN, Michèle TABAROT, Agnès THILL, Alice THOUROT, Huguette TIEGNA, Élisabeth TOUTUT-PICARD, Laurence TRASTOUR-ISNART, Frédérique TUFFNELL, Alexandra VALETTA ARDISSON, Cédric VILLANI, Guillaume VUILLETET, Jean-Marc ZULESI,

      #IHRA #antisionisme #antisémitisme #Israel #Droit-International #Paris #Benjamin-GRIVEAUX #Cédric-VILLANI #Sylvain-Maillard #Pacôme-RUPIN #Thierry-SOLÈRE #François-de-RUGY #Jean-Christophe-LAGARDE #François-PUPPONI #Claude-GOASGUEN #Valérie-BOYER #Eric-Ciotti #Gilles-LE-GENDRE #Stanislas-GUERINI #Yaël-BRAUN-PIVET #Laetitia-AVIA #Aurore-BERGÉ #Jean-Louis-BOURLANGES #Olivier-Dassault

    • Article du Jerusalem Post daté du 17/07/2019 et relayé par ELNET :

      https://www.jpost.com/International/French-MP-Paris-should-be-more-supportive-of-Israel-595953

      France should be “more courageous” in its foreign policy and “more capable” of identifying its true friends in the region, French parliamentarian Constance Le Grip, formerly an adviser to then French President Francois Sarkozy (!!! #WTF) , said on Wednesday.
      Le Grip, a member of The Republicans who acknowledged that as a member of the opposition in the French parliament it easy to be critical, said Paris should be more clear on”what we want, and which countries we support.”

      #lobbying_sioniste

  • The contract on Corbyn
    Corbyn is not an anti-Semite. His real sin is to fight against injustice in the world, including the version Israel perpetrates
    Gideon Levy Nov 28, 2019
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-the-contract-on-corbyn-1.8192769

    The Jewish establishment in Britain and the Israeli propaganda machine have taken out a contract on the leader of the British Labour Party, Jeremy Corbyn. The contract was taken out a long time ago, and it was clear that the closer Corbyn came to being elected prime minister, the harsher the conflict would get.

    On Tuesday it reached its climax in an article by the chief rabbi of Britain, Ephraim Mirvis, in an article in The Times. Mirvis has decided that the anxiety of British Jews over Corbyn is justified and he is not fit to be prime minister. He called on Jews not to vote for Labour in the election on December 12.

    Born in South Africa and a graduate of Har Etzion Yeshiva in the settlement of Alon Shvut, Mirvis is the voice of British Jewry. In Capetown, Johannesburg and Har Etzion, he should have learned what apartheid was and why one should fight it. His parents did so, but one doubts that he learned the moral lesson from the regions of disenfranchisement in which he lived in South Africa and the West Bank.

    As opposed to the horrid Corbyn, Mirvis sees nothing wrong with the continued occupation; he does not identify with the struggle for Palestinian freedom, and he doesn’t sense the similarity between the South Africa of his childhood, Har Etzion of his youth and Israel of 2019. That is the real reason that he rejects Corbyn. The Jews of Britain also want a prime minister who supports Israel – that is, supports the occupation. A prime minister who is critical of Israel is to them an exemplar of the new anti-Semitism.

    Corbyn is not an anti-Semite. He never was. His real sin is his staunch position against injustice in the world, including the version Israel perpetrates. Today this is anti-Semitism. The Hungarian Viktor Orban, the Austrian Freedom Party and the extreme right in Europe are not the danger to Jews. Corbyn is the enemy. The new and efficient strategy of Israel and the Zionist establishment brands every seeker of justice as an anti-Semite, and any criticism of Israel as hatred of Jews. Corbyn is a victim of this strategy, which threatens to paralyze and silence Europe with regard to Israel.

    British Jewry might not be faking its anxiety, but it is certainly magnifying the danger. There is anti-Semitism, though less that what is presented, certainly on the left. About half of British Jews are considering fleeing if Corbyn is elected. Let them flee. The survey that showed this could actually encourage anti-Semitism: Are the Jews of Britain conditionally British? To whom is their loyalty?

    The future of all British Jews is much more secure than the future of any Palestinian living under the occupation, and even more secure than that of any Arab living in Israel. Jews are persecuted and are victims of discrimination and racism less so than the Palestinians in the Israel they hold dear. Moreover, Islamophobia in Europe is more common than anti-Semitism, but people talk about it less.

    Mirvis presents no evidence of Corbyn’s anti-Semitism. It sufficed for him to note the fact that Corbyn described as “friends” those who “endorse the murder of Jews” – a reference to Corbyn’s comments on Hezbollah and Hamas. Corbyn is indeed a very harsh critic of the occupation, supports the boycott and compares the closure of Gaza with the siege of Stalingrad and Leningrad. These are anti-Israeli positions, but not necessarily anti-Semitic. The Jews of Britain are blurring this difference as are many Jews throughout the world, intentionally. One can (and should) be a harsh critic of Israel without being anti-Semitic.

    If the Jews of Britain and their chief rabbi were more honest and courageous, they would ask themselves: Isn’t Israel’s brutal occupation policy the strongest motive for anti-Semitism today? There is anti-Semitism, it must be fought, but it must also be recognized that Israel supplies it an abundance of excuses and motives.

    The Jews and Israel’s true friends should hope that Corbyn is elected. He is a statesman who can change international discourse about the occupation and the struggle against it. He is a ray of hope for a different world and a different Israel – and what more could we want.

    #Jeremy_Corbyn

  • Comment le lobby israélien a mis en place le programme de l’UE sur l’antisémitisme
    David Cronin, The Electronic Intifada, le 30 septembre 2019
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2019/10/04/18069

    Le travail de l’Union Européenne dans ce domaine est maintenant conduit par une définition douteuse de l’antisémitisme approuvée en 2016 par un club de 33 Etats connu sous le nom d’Alliance Internationale pour le Souvenir de l’Holocauste (IHRA).

    Cette définition est assortie d’exemples hautement contestables de commentaires condamnés pour être antisémites. On trouve parmi eux l’affirmation comme quoi la création d’Israël a été une « tentative raciste ».

    La haine des Juifs par l’extrême droite est issue de la simple haine des gens qui appartiennent à une ethnie ou une religion différentes. L’opposition de gauche au sionisme, d’autre part, est fondée sur une critique de l’idéologie de l’État d’Israël.

    S’attaquer au sionisme est un devoir moral pour de véritables socialistes, comme ça l’est de lutter contre toute discrimination envers les Juifs, fondée sur leur identité religieuse ou ethnique.

    Tout ça est très bien documenté sur Seenthis...

    #antisémitisme #antisionisme #Palestine #censure #Liberté_d'expression #BDS #IHRA #criminalisation_des_militants

  • A Gaza, « l’effondrement du système universitaire est une tragédie »
    Guillaume Gendron, Libération, le 30 juillet 2019
    https://www.liberation.fr/planete/2019/07/30/a-gaza-l-effondrement-du-systeme-universitaire-est-une-tragedie_1742912

    « L’éducation a toujours été la fierté des Palestiniens, un pilier de la lutte, ce qui reste après la perte de la terre », résume Omar Shaban, fondateur du groupe de réflexion PalThink. Souvent décrit comme le peuple le plus éduqué du monde arabe, les Palestiniens ont un des taux d’alphabétisation les plus élevés de la planète et un pourcentage de diplômés du supérieur (12 %) qui fait l’envie du Moyen-Orient. Gaza compte cinq universités et une douzaine d’instituts d’études supérieures. Mais, dans l’enclave rongée par une abyssale crise humanitaire, prise en tenaille par le blocus israélien et la pression financière de Mahmoud Abbas sur ses rivaux du Hamas, cet acquis s’érode aussi.

    Les derniers garçons stables et brillants nous quittent, notre élite n’a plus la patience d’attendre pour vivre. L’effondrement de notre système universitaire est une tragédie. Le résultat, c’est la paupérisation terminale de Gaza et la plongée finale vers le conservatisme.

    Les rédacteurs en chef s’excusent après une publication d’Israel Studies accusée d’être anti-BDS et de parti-pris pro-Israël
    Judy Maltz, Haaretz, le 1er août 2019
    https://www.aurdip.org/les-redacteurs-en-chef-s-excusent.html

    Le numéro spécial controversé d’Israel Studies, consacré à la lutte contre l’antisionisme, a entraîné la démission de onze des membres de son comité de rédaction.

    #Palestine #Gaza #Université #BDS #Boycott_universitaire #exil #antisionisme #propagande #complicité #excuses

    • Les derniers garçons stables et brillants nous quittent, notre élite n’a plus la patience d’attendre pour vivre. L’effondrement de notre système universitaire est une tragédie. Le résultat, c’est la paupérisation terminale de Gaza et la plongée finale vers le conservatisme.

      Je ne comprend pas cette histoire de dernier garçons stables et brillant. Ou sont les femmes ? Est-ce qu’elles ont le droit à faire des études ?

    • @mad_meg En plus les situations de sous nombre ont souvent entrainé l’entrée des femmes dans les batailles (faute d’armée). C’est le cas d’Israël lui même, en 1948, il devaient pas se sentir bien nombreux.
      Et là je suis allé lire la page wiki sur l’armée d’Israël, et je trouve que ça manque de latitudes d’écriture, comme si un fort contrôle s’était appliqué. Exemple : pas de paragraphes sur « femmes dans l’armée ».

  • Le directeur du musée juif de Berlin démissionne après une polémique sur l’antisémitisme
    Mis à jour le 15/06/2019
    https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/allemagne/le-directeur-du-musee-juif-de-berlin-demissionne-apres-une-polemique-su

    Le directeur du musée juif de Berlin, Peter Schäfer, a démissionné, vendredi 14 juin, sur fond de polémique. En cause : un tweet controversé de son établissement recommandant la lecture d’un article critique de la décision, en mai, du Parlement allemand de considérer comme « antisémites » les méthodes du mouvement BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions). Peter Schäfer a remis sa démission à la ministre de la Culture allemande, Monika Grütters, « pour éviter de nouveaux préjudices au musée juif de Berlin », a indiqué ce dernier.

    #BDS

    • Berlin Jewish Museum Director Resigns After Tweet Supporting BDS Freedom of Speech

      Peter Schäfer steps down days after sharing of petition calling on German government not to adopt motion defining anti-Israel boycotts as anti-Semitic
      Noa Landau - Jun 14, 2019 8:48 PM
      https://www.haaretz.com/world-news/europe/berlin-jewish-museum-director-resigns-after-tweet-supporting-bds-freedom-of

      The director of Berlin’s Jewish Museum has resigned, the museum announced Friday, days after it was criticized for endorsing a petition against a parliamentary motion defining anti-Israel boycotts as anti-Semitic and banning the boycott movement from using public buildings.

      The resignation of museum Director Peter Schäfer comes after Israeli Ambassador to Germany Jeremy Issacharoff called the museum’s sharing of the petition “shameful.”

      The petition, asserting that “boycotts are a legitimate and nonviolent tool of resistance,” was signed by 240 Jewish intellectuals.

      The signatories, among them Avraham Burg and Eva Illouz, called on the German government not to adopt the motion, to protect freedom of speech and continue funding of Israeli and Palestinian organizations “that peacefully challenge the Israeli occupation, expose severe violations of international law and strengthen civil society. These organizations defend the principles and values at the heart of liberal democracy and rule of law, in Germany and elsewhere. More than ever, they need financial support and political backing.”

      An Israeli guide at the Berlin museum told Haaretz he planned to resign in protest of “the crude interventions by the Israeli government and Germany in the museum’s work.”

      Professor Emeritus Yaacov Shavit, former head of the department of History of the Jewish People at Tel Aviv University, told Haaretz that “this whole story is nothing more than a cause to displace Prof. Sheffer, a researcher of international renown of the Second Temple period, Mishna, and Talmud.”

      “Community leaders in Berlin needed to be grateful that someone like him agreed to serve as manager of the museum. This foolish act by community leaders is outrageous and bothersome,” he added.

      Last year, it was reported that Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu demanded from Chancellor Angela Merkel that Germany stop funding the museum because it had held an exhibition about Jerusalem, “that presents a Muslim-Palestinian perspective.” Merkel was asked to halt funding to other organizations as well, on grounds that they were anti-Israel, among them the Berlin International Film Festival, pro-Palestinian Christian organizations, and the Israeli news website +972, which receives funding from the Heinrich Böll Foundation.

      Netanyahu did not deny the report and his bureau confirmed that he had raised “with various leaders the issue of funding Palestinian and Israeli groups and nonprofit organizations that depict the Israel Defense Forces as war criminals, support Palestinian terrorism and call for boycotting the State of Israel.”

      The Bundestag’s motion last month marked the first time a European parliament had officially defined the BDS movement as anti-Semitic. The motion, which is a call to the government and isn’t legally binding, won broad multiparty support from Merkel’s Christian Democratic Union, the Social Democrats and the Free Democratic Party. Some members of the Greens Party also supported the motion, though others abstained at the last minute. The motion stated that the BDS movement’s “Don’t Buy” stickers on Israeli products evoke the Nazi slogan “Don’t buy from Jews.”

  • Le pro-sionisme et l’antisémitisme sont inséparables et l’ont toujours été
    Joseph Massad - Lundi 10 juin 2019 - Middle East Eye
    https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/le-pro-sionisme-et-lantisemitisme-sont-inseparables-et-lont-toujours-

    Pour le gouvernement israélien et les nationalistes blancs pro-sionistes du monde entier, le pro-sionisme est une forme respectable d’antisémitisme

    #antisionisme #antisémitisme

  • Gaza sous les bombes
    https://nantes.indymedia.org/articles/45038

    Les Gazaouis nous appellent : « la maison tremble ». « Plus de 50 bombardements simultanés ». Les photos qu’on reçoit montrent des explosions partout. Le journal israélien Haaretz avait annoncé la veille l’arrivée de nouvelles troupes autour de Gaza et la mobilisation imminente de réservistes. Une nouvelle attaque de très grande ampleur est en cours contre Gaza.

    #Guerre #Répression #Resistances #antifascisme #antisionisme #Guerre,Répression,Resistances,antifascisme,antisionisme

  • Le parti Travailliste enquête sur un journaliste de The Electronic Intifada
    Ali Abunimah, Electronic Intifada, le 11 mars 2019
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/03/15/le-parti-travailliste-enquete-sur-un-journaliste-de-the-electro

    Le parti Travailliste a initié des procédures disciplinaires contre Asa Winstanley, reporter à The Electronic Intifada et par ailleurs membre du principal parti d’opposition du Royaume Uni.

    #Asa_Winstanley mais lié aux accusations d’antisémitisme contre #Jeremy_Corbyn :
    https://seenthis.net/messages/719714

    #Royaume-Uni #Grande-Bretagne #UK #Labour #Parti_Travailliste #antisémitisme #antisionisme #Palestine #censure #IHRA

  • Les sionistes face à l’antisionisme
    https://nantes.indymedia.org/articles/44886

    Comme dans l’ensemble de la population, il y a des antisémites parmi les antisionistes. Mais c’est loin d’être le cas de la majorité d’entre eux. À commencer par les Palestiniens qui sont quasi tous antisionistes puisqu’ils n’acceptent pas que le pays où ils vivent ou dont ils sont exilés soit devenu l’« État des Juifs », au prix de leur déplacement forcé ou de très fortes discriminations pour ceux qui y sont restés, même pour ceux d’entre eux qui ont obtenu la citoyenneté israélienne [1]. Cela n’en fait pas des ennemis des Juifs.

    #Racisme #Répression #Resistances #antifascisme #antisionisme #Racisme,Répression,Resistances,antifascisme,antisionisme

  • Lettre de Dominique Eddé à Alain Finkielkraut

    Rédigée le 23 février dernier, cette lettre à Alain Finkielkraut a été acceptée par le journal Le Monde qui demandait qu’elle lui soit « réservée », puis elle a été recalée, sans préavis, 9 jours plus tard alors qu’elle était en route pour l’impression. Elle finit part être publiée le 9 mars par l’Orient le jour

    https://www.lorientlejour.com/article/1160808/lettre-a-alain-finkielkraut.html

    "Peut-être aurez-vous l’oreille du pouvoir en leur faisant savoir qu’ils ne cloueront pas le bec des opposants au régime israélien en clouant le bec des enragés. On a trop l’habitude en France de prendre les mots et les esprits en otage, de privilégier l’affect au mépris de la raison chaque fois qu’est évoquée la question d’Israël et de la Palestine. On nous demande à présent de reconnaître, sans broncher, que l’antisémitisme et l’antisionisme sont des synonymes. Que l’on commence par nous dire ce que l’on entend par sionisme et donc par antisionisme. Si antisioniste signifie être contre l’existence d’Israël, je ne suis pas antisioniste. Si cela signifie, en revanche, être contre un État d’Israël, strictement juif, tel que le veulent Netanyahu et bien d’autres, alors oui, je le suis. Tout comme je suis contre toute purification ethnique. "

    #antisionisme #antisémitisme

  • En fait cela fait un moment (quelques jours) que je me pose cette question.

    Et si l’anti-antisionnisme n’était pas un antisémitisme ?

    Je m’explique. Par exemple, je considère que Dieudonné est un abruti fini (pour base de ce jugement qui est moins péremptoire qu’on ne croit, je prends son sketch où il fait remettre je ne sais quelle récompense à Robert Faurisson par une personne habillé en détenu de camps de concentration nazi). Est-ce que cela fait de moi une personne raciste ? Non, dans la mesure où, évidemment, (pitié !), je considère que la stupidité de Dieudonné a à avoir avec sa bêtise crasse et est sans relation aucune avec le fait qu’il est Noir. Et à vrai dire si je m’empêchais de penser ou d’écrire que Dieudonné est un peigne-cul au motif qu’il est Noir et que je ne voudrais pas paraître raciste, cela ferait de moi, au contraire, un raciste, un raciste honteux.

    Or, je constate, plus ou moins souterrainement, que les motivations étatiques à ne pas condamner la politique délétère d’Israël sont en fait l’effet d’une gêne et d’une mauvaise conscience internationales. On ne peut pas condamner la politique d’Israël (qui est pour ainsi dire génocidaire du peuple palestinien) au motif que toutes les puissances occidentales ont une dette morale inavouable vis-à-vis des Juifs à cause de la destruction des Juifs d’Europe par les Nazis (et ce n’est pas la même dette, le même remords ou la même culpabilité selon les pays, mais c’est toujours de la mauvaise conscience). En s’empêchant ce qui devrait être naturel, couler de source même, les preuves sont suffisamment nombreuses (à savoir condamner la politique d’Israël, singulièrement depuis 1995, depuis l’assassinat d’Yitzhak Rabin, dont il est tout à fait raisonnable de penser, c’est la thèse d’Amos Gitaï dans _Les Derniers Jours d’Yitzhak Rabin, que l’actuel Premier Ministre israëlien en porte la très lourde responsabilité), donc en ne se permettant pas cette pensée claire au motif d’une mauvaise conscience historique, cela revient à ne pas condamner cette politique parce qu’on ne peut pas décemment dire du mal de Juifs. C’est donc un raisonnement antisémite. Trempé dans la honte.

    Et il est particulièrement tordu.

    Attention, je ne fais pas d’Yitzhak Rabin un saint, tant s’en faut, ni des accords d’Oslo l’alpha et l’oméga de ce que devraient être les relations entre Palestiniens et Israéliens. En revanche l’assassinat d’Yitzhak Rabin semble marquer un point de non retour dans ce qui devrait être unanimement condamné dans la politique d’Israël, justement parce que c’est une relance sioniste.

    Si je me trompe, et je pense la chose possible, et que justement vous pensez que je me trompe j’aimerais que vous l’exprimiez sans violence excessive, je m’engage à la même courtoisie, dans le cas présent j’essaye de comprendre, si possible avec l’aide de toutes et tous ici, ce qui me taraude depuis quelques jours.

    • Réfléchissons à la phrase « il est normal que les Juifs aient le droit à un État à eux », sans même revenir sur le fait qu’il est loin d’être normal que chaque religion puisse permettre de revendiquer un territoire, ni sur le fait que tant qu’à revendiquer un territoire, il serait préférable qu’il ne soit pas déjà habité...

      Réfléchissons juste à ce que cette phrase veut dire d’un point de vue géopolitique : "nous, occidentaux, reconnaissons que les Juifs ont souffert depuis des siècles de l’antisémitisme européen qui a culminé avec la Shoah, et plutôt que de nous débarrasser de cet antisémitisme endémique qui nous permettrait de vivre en paix avec les Juifs, nous préférons la création de l’État d’Israël qui permettra de se débarrasser de « nos » Juifs, et de transférer le problème et la responsabilité du problème à un conflit entre Juifs et Palestiniens".

      Cette phrase est donc bien antisémite et complice d’antisémitisme, en plus d’être anti-palestinienne et complice de colonialisme...

      #antisémitisme #antisionisme #colonialisme #Palestine #Etat

    • Cela dit je pense aussi qu’il est naïf de croire que les grandes puissances occidentales défendent Israël parce qu’elles veulent protéger les Juifs. Ce serait bien la première fois qu’elles se préoccupent du bien être d’humains.

      Si elles protègent l’existence de cet État envers et contre tout, c’est bien plus à cause d’intérêts économiques, géopolitiques, stratégiques et militaires, qui convergent avec ceux des dirigeants israéliens qui l’ont bien compris.

    • @sinehebdo Quand tu écris

      Réfléchissons à la phrase “il est normal que les Juifs aient le droit à un État à eux”, sans même revenir sur le fait qu’il est loin d’être normal que chaque religion puisse permettre de revendiquer un territoire, ni sur le fait que tant qu’à revendiquer un territoire, il serait préférable qu’il ne soit pas déjà habité...

      Il me semble que tu décontextualises beaucoup. En 1945, oui, c’était même plus ou moins une question de vie ou de mort. Les survivants et survivantes polonaises n’ont jamais pu rentrer chez elles, leurs demeures et leurs biens avaient été annexés par d’autres. Et bien souvent quand celles et ceux qui avaient survécu ont tenté de faire valoir l’antériorité de leurs droits, cela ne s’est pas exactement bien passé, des centaines de personnes ont été tuées de cette manière, sans jugement. Et l’heure n’était pas une forme ou l’autre de rééducation des populations occidentales. Il y avait urgence.

      De même ce n’était pas leur religion qui unifiait les Juifs alors.

    • Pour les mêmes raisons, il y a urgence d’accueillir du mieux que nous pouvons les réfugiés de Syrie, sans pour autant que personne n’imagine que ces réfugiés plantent un drapeau dans la Creuse et déclarent ce département comme leur pays... Mais on s’éloigne de la question...

  • France : l’inculture d’un président cache mal un racisme d’État
    Daniel Vanhove - 6 mars 2019
    http://www.chroniquepalestine.com/france-linculture-dun-president-cache-mal-un-racisme-detat

    Le sujet est trop grave pour ne le traiter que distraitement. En France, la polémique redondante autour de l’antisionisme assimilé par des responsables du gouvernement au sommet duquel le président lui-même, à une « forme nouvelle d’antisémitisme », devrait pousser tout citoyen lucide et critique à mettre les points sur les « i » en rappelant le gouvernement à la raison et la retenue.

    Il y a beaucoup à dire sur de telles déclarations que j’ai dénoncées très tôt à travers différents articles ces dernières années, ainsi que d’autres intervenants viennent encore de le rappeler. Et en conscience je me dois d’y revenir, tant le renversement des plans est manifeste, l’ineptie grossière, et lourde de sens et de conséquences.

    En effet, entre les lignes de ces propos ressort ce qui me semble être un pas de plus dans la dérive affichée d’un mépris sinon d’un rejet de certains ténors de la politique et des médias dominants de tout ce qui s’apparente à la culture arabe et donc aussi, sémite.

    Les exemples de cette haine raciste envers les Arabes et les musulmans – pour ne parler que de ceux-ci dans le cas présent – sont innombrables et entretenus presque chaque semaine, à la moindre occurrence, à commencer par cette obsession devenue véritable névrose chez certains, autour du foulard islamique. A l’attention de ces idiots utiles, voici comment leur fixation sur ce voile révèle leur profond antisémitisme. (…)

    #antisémitisme #antisionisme

  • Débat sur le #sionisme et l’#antisionisme :

    Ce qu’est pour nous le sionisme
    Jewish Voice for Peace, janvier 2019
    https://intercoll.net/Jewish-Voice-for-Peace-Ce-qu-est-pour-nous-le-sionisme

    L’Anti-Sionisme est un rejet du racisme et de l’impérialisme, pas seulement une critique d’Israël
    Eyad Kishawi, Liliana Cordova-Kaczerginski, Max Ajl, Mondoweiss, le 29 janvier 2019
    https://intercoll.net/L-Anti-Sionisme-est-un-rejet-du-racisme-et-de-l-imperialisme-pas-seulemen