• « Black Bloc » : le côté obscur de la force (Dossier, Taranis News, 11 octobre 2017)
    http://taranis.news/2017/10/black-bloc-le-cote-obscur-de-la-force

    Le « #BlackBloc » n’est pas et n’a jamais été une structure ou une #organisation : c’est une #méthodologie d’#action en #manifestation qui a été « importée » en France à l’occasion du contre-sommet de l’Otan, qui s’est déroulé en avril 2009 à Strasbourg. Les #militants français étaient alors activement impliqués dans le mouvement étudiant et lycéen contre la Loi de Responsabilité des Universités (dite « LRU » ou Loi Pécresse).
    […]
    La suite de cette histoire, tout le monde la connait : la #militarisation des techniques de #maintien_de_l’ordre (tout particulièrement la généralisation de l’usage du #Flashball LBD40, simultanément à la multiplication de l’utilisation des différents types de grenades), la mise en place de l’#état_d’urgence et la multiplication des cas de #violences_policières, a conduit la méthodologie du « Black Bloc » à s’imposer par logique d’efficacité stratégique face à la #Police.
    […]
    Le « #cortège_de_tête » n’est pas qu’un Black Bloc qui s’organise pour se protéger contre la police, c’est aussi un lieu ou l’on envoie un message aux autres entités sociales partenaires : nous représentons la #jeunesse, nous sommes nombreux, nous sommes efficaces, c’est de nous et de nos actions que l’on parlera, nous pesons plus que vous dans le #rapport_de_force ; Nous agissons concrètement en nous affrontant aux murs érigés, en prenant les #risques que cela implique, en s’équipant et en s’organisant pour y parvenir. Nous ne défilerons pas sagement : nous sommes en #colère et ceci en est notre manière de l’exprimer dans l’#espace_public.
    Le « cortège de tête » a cela de différent avec le simple Black Bloc qu’il a aussi le regard tourné vers l’arrière : cherchant à convaincre les autres de rejoindre ses rangs en soulignant par les faits l’historique inefficacité, l’inadaptation au monde d’aujourd’hui des interminables #défilés consistant à manger des saucisses et à écouter de la musique, pendant qu’un préposé au mégaphone vous hurle des #slogans désuets.
    […] Le « Cortège de Tête » est donc un phénomène sociologique intimement lié à la structure des #manifestations Françaises, celles de relativement grande ampleur et qui offrent aussi, de par la taille, une forme d’échappatoire en cas de #dispersion prématurée. Alors que le « Black Bloc » est la simple définition d’une méthode consistant à s’équiper, à se structurer, à se déplacer et à agir d’une manière codifiée dans une #foule manifestante.

    Le black bloc : quand l’antisystème effraie (The Conversation, 24 août 2017)
    http://theconversation.com/le-black-bloc-quand-lantisysteme-effraie-80857

    Difficile de ne pas les remarquer. Cagoulés, vêtus de noir, ils sont des centaines, parfois plus, à défiler lors d’importants événements politiques, parfois localisés, parfois plus internationaux.

    Ils, ce sont les black blocs, ainsi désigné par leur tenues. Le black bloc est une #tactique qui consiste à manifester tout de noir vêtu, pour assurer l’#anonymat et exprimer une #critique #antisystème.

    Articles de presse (avril-mai 2018) :
    – Au cœur du Black Bloc (StreetPress)
    https://www.streetpress.com/sujet/1464688427-manifestations-au-coeur-du-black-bloc

    En première ligne des #cortèges contre la loi travail, ils sont quelques centaines vêtus de #noir. Qui sont ces militants, souvent jeunes, qui pour lutter contre le #capitalisme enfilent les #cagoules, cassent les #banques et s’attaquent à la police ?

    – Ce qui se cache derrière l’affirmation de l’ultragauche (Mediapart)
    https://www.mediapart.fr/journal/france/020518/ce-qui-se-cache-derriere-l-affirmation-de-l-ultragauche

    Depuis la #mobilisation contre le CPE de 2006, l’#ultragauche revient régulièrement dans l’actualité française. Pourtant, son identification demeure incertaine dans le débat public. Retour sur la définition d’un mouvement qui en dit aussi long sur le maintien de l’ordre que sur la stabilité politique d’un régime.

    – Black blocs : une tactique de lutte plus qu’une idéologie (Le Monde)
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/05/02/qui-sont-les-black-blocs_5293523_4355770.html

    Cette #mouvance, régulièrement présente dans les manifestations, a rassemblé au moins 1 200 personnes lors du défilé parisien du #1er-Mai et a violemment affronté les #forces_de_l’ordre.

    • Une critique de l’article « 1er Mai : le lumpenmanifestant en burqa paramilitaire » ? publié dans Regards (Laurent Levy, Facebook)
      http://www.revolutionpermanente.fr/1er-Mai-le-lumpenmanifestant-en-burqa-paramilitaire-Une-critiqu

      On peut critiquer les « black bloc » et autres « autonomes ». On peut, et sans doute, on doit. Mais comme toujours, il y a la critique bienveillante ou positive, celle qui se situe à l’intérieur d’un camp, et qui discute la méthode, sa pertinence, ses risques, et pourquoi pas ses impasses, et il y a la critique réactionnaire, de simple dénonciation, qui se refuse à regarder les choses dans leur complexité et leurs contradictions.

      Appel aux convaincu(e)s : une critique anti-autoritaire du Black Bloc (Des cop(a)in(e)s, Paris-luttes.info)
      https://paris-luttes.info/appel-aux-convaincu-e-s-une-10146

      Au risque de paraître tirer sur l’ambulance, nous avons choisi la voie du dégrisement. Pour nous la manifestation du 1er mai a été un échec et la stratégie imposée de façon autoritaire par le Black Bloc n’était ni justifiée, ni n’a profité au reste de la manifestation. Collectivement, nous en prenons acte et appelons à dépasser nos pratiques ritualisées du cortège de tête.
      […]
      Nous ne sommes pas hostiles à la technique du Black Bloc et nous l’avons maintes fois utilisée. Et même quand nous n’y sommes pas, nous sommes solidaires des cop(a)in(e)s en pleine action, blessés ou arrêtés. Mais pour nous elle doit servir quelque chose d’autre que la simple joie d’exister ou de se faire plaisir entre les convaincus. Autrement dit nous aimerions un Black Block qui bloque autre chose que la manifestation. 1200 personnes en black bloc, 15 000 dans le cortège de tête pour juste défoncer un mac do et cramer un concessionnaire c’est franchement du gâchis… notamment quand on voit le nombre d’arrestations.
      Pourquoi cette technique n’est pas utilisée pour bloquer des lieux de pouvoirs, des centres logistiques, décisionnels ? Elle serait pourtant très utile aux actions de blocage et de sabotage…

  • https://www.monde-diplomatique.fr/2017/03/ANDERSON/57243
    En Occident, contestation de gauche... et de droite

    Bouillonnement antisystème en Europe et aux États-Unis
    Pas de #flonflons pour célébrer le soixantième anniversaire du traité de Rome et du Marché commun, le 25 mars. La #bannière_européenne a perdu son éclat, tant les politiques de l’Union se sont révélées désastreuses. Partout ont fleuri des mouvements #antisystème. Dans quelques pays, ils se situent résolument à gauche. Mais nombre d’entre eux font de la #xénophobie leur #fonds_de_commerce.

    source : le monde diplomatique
    @mdiplo
    par Perry Anderson

  • 18. Politique : Les « antisystèmes » au service des dominants et du capital
    http://www.alternativelibertaire.org/?Politique-Les-antisystemes-au

    La recette ? Capitaliser sur la #détestation largement répandue dans la population « des élites » ou de « la caste », et pointer la #corruption des dirigeants. On peut partager ces avis, mais cette critique (superficielle) du système politique s’accompagne souvent de messages nauséabonds à l’égard des immigré.es ou des musulmans et musulmanes, des fonctionnaires et des intellectuel.les, des salarié.es privé.es d’emploi ou au RSA, tous et toutes considéré.es comme des parasites. Il s’agit aussi de « donner un grand coup de pied dans la fourmilière », de « briser les tabous », de combattre « le politiquement correct » et « la pensée unique » : des éléments de langage galvaudés pour véhiculer un programme #réactionnaire.

    Bien sûr, se proclamer #antisystème n’est, dans le cas des individus mentionnés, que pur jeu verbal. Quand ceux qui s’en réclament ne sont pas des politiciens traînant dans les couloirs des assemblées depuis des décennies, comme Fillon (lire aussi page 4) ou Mélenchon, on est face à des hommes d’affaires à la fortune acquise de façon douteuse, comme Trump. L’homme d’affaires et Président élu des États-Unis, qui entrera en fonction le 20 janvier, serait en effet, selon Forbes, à la tête d’une fortune de 3,7 milliards de dollars, ce qui en ferait la 324e fortune mondiale. Il a pourtant réussi à glaner des voix dans les classes populaires blanches américaines, à la faveur d’une rhétorique qui promettait de mettre à bas l’establishment, mais aussi au moyen de saillies racistes et sexistes. Et il faut reconnaître que la candidate malheureuse, Hillary Clinton, fait partie du sérail, et qu’elle apparaissait avec raison comme la candidate de Wall Street.

    • Les antisystèmes critiquent ainsi beaucoup les hommes politiques installés, y compris quand ils sont eux-mêmes des hommes politiques installés, mais ne soumettent jamais ce système à une critique de fond. Et pour cause : ils ont généralement pour objectif de s’emparer dudit pouvoir, éventuellement en accentuant davantage le côté antidémocratique de celui-ci par une personnalisation accrue. Ils défendent l’idée que les mauvaises personnes sont au pouvoir, et non que les institutions sont dans leurs fondements non démocratiques, vouées à générer de la corruption et à mettre les élus en état d’apesanteur par rapport aux classes populaires. Ils laissent penser que, s’ils étaient élus, tout marcherait pour le mieux, moyennant éventuellement un ravalement de façade du régime politique (passage à la VIe République par exemple).

      De même, sur le versant économique, les antisystèmes ne pointent jamais le véritable responsable de la crise et de la pauvreté : le capitalisme. Quelques-uns feront semblant de promouvoir la redistribution des richesses, critiqueront les aspects les plus libéraux du capitalisme, d’autres prétendront au contraire pousser ces aspects à leur paroxysme dans une approche résolument individualiste et antiétatiste, mais aucun (pas même ceux de gauche) ne met en avant les antagonismes de classes dans la société et la nécessité d’exproprier les possédants.

      Et c’est bien le problème dans cette période électorale majeure : perdre son temps dans des débats abscons en oubliant que le principal objectif est de combattre la logique capitaliste.

  • Un rassemblement de fachos au coeur des pentes de la croix-rousse - Rebellyon.info
    http://rebellyon.info/Un-rassemblement-de-fachos-au-coeur-des-17183

    Les fachos sont tellement #antisysteme que quand leurs manifs sont interdites par la préfecture les flics se pointent quand même pour les protéger.

    La veille au soir, la préfecture interdisait le rassemblement de se tenir justifiant cette décision par des risques importants de heurts entre groupes politiques ennemis, ce qui aurait nécessité une forte présence policière. […] Rapidement, les #facho présents sur la place qui ont déplié de larges drapeaux bleu-blanc-rouge, des fleurs de lys ou autres cœurs sacrés de Jésus, se rendent compte qu’il n’ont pas grand chose à craindre des #flics. Ils ne sont pas venus là pour disperser la manifestation interdite. Pas même l’arrivée au pas de course d’une trentaine de nationalistes, pour certains casqués, ne fait réagir un seul flic. Aucune fouille n’est non plus (...)

    #facho

  • Top 11 des preuves que Macron est un candidat #antisystème, dans les dents les institutions | Topito
    http://www.topito.com/top-preuves-macron-candidat-antisysteme


    Donc les markéteux politiques ont déduit de la victoire de Trump qu’il fallait se déclarer antisystème à tout prix… sauf que c’est le thème de prédilection des bruns-rouges depuis des années et que je sens que cette stratégie va plus profiter aux originaux qu’aux copies !

    Selon une étude du Cevipof publiée en avril 2016, les soutiens de Macron sont : les personnes âgées (c’est-à-dire prêtes à sortir du système de la vie), les retraités (sortis du système du travail-ennui), les professions indépendantes (sorties du système du salariat), les ménages aux revenus élevés (sortis de chez eux mais il y a une bonne philippine pour s’occuper des enfants). Le candidat antisystème par excellence, quoi.

  • être femme et voter #FN ? Faut vraiment être une quiche ! – les échos de la gauchosphère
    https://gauchedecombat.net/2016/09/17/etre-femme-et-voter-fn-faut-vraiment-etre-une-quiche

    Tous ceux qui comme moi combattent avec acharnement l’extrême droite savent très bien à quel point ce parti est campé sur des positions totalement anti-féministes et rétrogrades.

    • insulter les électrices du FN, quelle bonne idée pour les faire changer d’avis… faut vraiment être une truffe

    • si tu manques d’humour, ce n’est pas mon problème, mais le tien. je suis lorrain, banane, c’est une boutade... détends toi, bois un coup, et va pisser, ça ira mieux... Et après, si tu as du temps, produit mieux, surtout... J’attends. Fais moi signe.

    • @gedece j’ai hésité à partager à cause du titre qui est effectivement sexiste, mais le contenu mérite tout de même d’être lu.

      Je ne pense pas que les femmes qui votent FN soient particulièrement des imbéciles — en tout cas pas plus que les hommes —, mais il est certain que ce parti a dépensé beaucoup d’énergie à gommer ses aspects les plus fascistes, sexistes, racistes et rétrogrades.
      Donc, en dehors des racistes authentiques (qui se développent dans la population totale grâce au racisme d’État qui est autant le fait de la gauche que de la droite de gouvernement), il y a beaucoup de dégouttés de la politique de guerre sociale actuelle qui se font avoir par le discours #antisystème et ne sont guère au fait des assises idéologiques réelles du FN.

      Autrement dit, il y a beaucoup de victimes de la guerre des classes (qui ignorent que le FN est aussi un parti de bourgeois rentiers et qui plait fortement aux bourgeois rentiers), mais aussi victimes de la désinformation qu’il y a actuellement autour de ce parti : #banalisation par les médias (qui appartiennent tous aux fameux bourgeois rentiers !) et communication édulcorée provenant des instances dirigeantes de ce même parti !

    • Et merci de ne pas te retrouver à balancer des attaques personnelles infondées (@fil produit vraiment des tas de choses dont tu n’as pas idée !) alors qu’il ne s’agissait que d’une remarque concernant un choix discutable dans ta titraille (mais pas une remise en question de ton travail, engagement, de l’article même ou encore moins de ta personne).

      Autrement dit, ne te laisse pas contaminer par l’#agressivité ambiante qui est cultivée par nos ennemis de classe pour mieux nous exciter les uns contre les autres.

      On vaut mieux que ça !

    • « Malgré des évolutions importantes dans son discours, le Front national reste un parti appelant à la stigmatisation et au rejet de l’autre. Alors que les femmes et les personnes LGBTQI faisaient l’objet d’une exclusion pour Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen les intègre dans la communauté nationale, au nom du féminisme, contre un ennemi à la fois interne et externe. »
      Le FN et les femmes, un tournant féministe ?
      http://lahorde.samizdat.net/2016/06/24/le-fn-et-les-femmes-un-tournant-feministe

      La fin du gender gap ?
      Quelques réflexions sur le vote Front National et ses récentes évolutions
      http://lmsi.net/La-fin-du-gender-gap

      Quiche et lorrain, grosse rigolade.

    • De plus, je ne suis pas d’accord avec ton analyse sur le combat contre l’Xdroite, qui possède de nombreux relais... Les complotistes/confusionnistes en sont un qui permet habilement de faire le lien avec le FN, comme le seul exemple de Sapir l’a clairement démontré. S’il le fallait encore....

    • j’attends en outre qu’on m’explique posément et sans agressivité si c’est possible en quoi mon titre est sexiste. merci. Pour le débat utile et nécessaire à faire avancer la cause.... (je ne suis qu’un misérable être humain sexué...).

    • LMSI, pour un antifa (chacun ses combats..), ça pue du cul. Point barre Tchao.... Mais merci par contre pour le lien vers La Horde qui m’avait échappé. je l’ai ajouté à mon billet. Dont je garde le titre. Travailleurs social dans l’âme, j’ai toujours pensé que l’arme était dans le cerveau, pas dans le couteau... Or, je ne suis pas sexiste. Comprendra qui pourra. Bien le bonjour par chez vous. Je quitte ce fil.

    • @Gédécé

      Voilà un bien ébouriffant argumentaire :

      je ne parle même pas du physique ingrat de cette walkyrie guerrière (elle n’y est pour rien, la pauvre…), dont on se demande à qui elle peut plaire si ce n’est à des soumis habités par des fantasmes de domination ou à des homos refoulés (ou pas).

      Si c’est cela l’ « antisexisme », merci de ne pas me compter parmi vous.

      Au sujet du titre, comment dire ? Assumer que voter FN ferait d’une femme une « quiche » est effectivement sexiste. Parce que « quiche » n’est pas une insulte neutre en terme de genre. C’est une des nombreuses #insultes_sexistes moquant les #incompréhensibles_incohérences_des_dominées - une insulte qui s’inscrit directement dans un mépris envers les femmes constitutif des #rapports_sociaux_de_genre.

      Tenez, un exemple.
      Curieusement, une #féministe comme #Andréa_Dworkin n’a pas traité #les_femmes_de_droite de « quiches » ’(ou d’un terme équivalent). Elle a plutôt cherché les raisons qui menaient une partie des opprimées, les femmes, dans un contexte patriarcal, à épouser ainsi la cause de l’oppression. Pour cela, elle n’a pas fait le présupposé, tout de même bien confortable pour les hommes hétéros de gauche, d’une particulière bêtise chez ces femmes, mais bien plutôt fait l’hypothèse que, dans le contexte résolument hostile à leur endroit du #patriarcat, une telle stratégie pouvait résulter en partie au moins de la faiblesse ou de l’absence de perspectives d’émancipation . (pour plus de détails et de précisions, je renvoie au livre d’Andréa Dworkin), Elle a donc interprété ce phénomène comme un symptôme (parmi d’autres) révélateur des rapports de force et des perspectives (dans son cas, au sein de la société américaine de la fin du xxème siècle). Et ce constat n’était pas glorieux pour l’ « antisexisme » des forces « progressistes » - pour le dire très gentiment.

      En sus de la question lamentable du vote, je pense pour ma part que le fait que des femmes votent FN est en soit un vrai problème, une vraie épine dans le pied de la gauche « antifa » et antisexiste en France . Que ce fait nous parle de la profondeur du sexisme et de l’absence d’un semblant de réponse qui soit au niveau, ou seulement de prise en compte, de considération, de la part de l’ensemble de la gauche, y compris extra parlementaire, radicale, libertaire, de combat, et tutti quanti. Qu’il serait vraisemblablement très inconfortable pour cette gauche d’accepter de se regarder dans un miroir qui en tienne compte. Qu’il serait inconfortable pour elle de renoncer à affecter de s’étonner de ce que des opprimées agissent contre leurs intérêts, et à aller se contenter pour cela d’une seule explication simpliste, à la fois dépolitisée et dépolitisante , de cet ordre :

      l’on sait, pour les combattants les plus aguerris,
      à quel point les arguments rationnels et pragmatiques touchent peu les sympathisant(e)s et militant(e)s du FN
      .
      Leur positionnement est plus émotionnel, relève davantage de préjugés et de croyances bien ancrées dans leur vécu, que rationnel. Et elles/eux, ce qu’ils voient, pour représenter ce parti, ce sont des femmes : Marine (Marion Anne Perrine plus précisément) et Marion Maréchal Le Pen. Même si tout dans le programme du FN va à l’encontre de leurs intérêts. Difficile de leur expliciter pareille contradiction sans y prendre du temps…

      L’invocation de l’irrationalité supposée à ses adversaires, de son incapacité à percevoir ses contradictions (il est bête, l’ennemi ! Il croit que c’est nous, alors que c’est lui, l’ennemi !), voilà qui a effectivement le mérite de rendre tout questionnement sur soi-même et tout effort de compréhension superflu.

      Votre recours à interprétation mettant l’accent sur la présupposée bêtise des électrices du FN me semble d’ailleurs des plus consistant avec votre recours à l’ « argument » suivant, lu plus haut :

      LMSI, pour un #antifa (chacun ses combats..), ça pue du cul. Point barre Tchao...

      .

      #gauche_de_combat

    • @Gédécé, @FrançoisCarmignola

      Lorsqu’on évoque des problèmes quant à l’approche par la gauche des questions féministes, ou que l’on invite à complexifier l’approche du vote FN de la part de certaines femmes, en se référant justement à une approche féministe, en l’occurrence, celle d’Andréa Dworkin, l’un accuse de velléités de « contrôle », l’autre répond « extrême droite ! » et les deux ne parvenez pas à dissimuler la virulence de votre hostilité à « Les mots sont importants ».

      J’ai bien vu la poudre aux yeux, l’écran de fumée, le noyage de poisson et les efforts de diversion.
      Mais après ?
      La question demeure pendante. Des femmes votent effectivement FN en dépit du caractère, entre autres, résolument patriarcal de l’idéologie et du programme de ce parti. Concevoir ce fait en termes de bêtise ou d’irrationalité consubstantielles à cet être étrange, « l’électeur FN », ne saurait constituer la moindre espèce de réponse politique.
      Et il ne s’agit pas de livrer une guéguerre d’egos ou de petits intérêts mesquins.