#apolitisme

  • Universités : « Le problème n’est pas tant l’“islamo-gauchisme”que le dévoiement militant de l’enseignement et de la recherche »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/22/universites-le-probleme-n-est-pas-tant-l-islamo-gauchisme-que-le-devoiement-

    L’enquête sur l’« islamo-gauchisme » à l’université ne doit pas être confiée au CNRS, mais à une instance indépendante du ministère, estime, dans une tribune au « Monde », un collectif de 130 universitaires, parmi lesquels Nathalie Heinich, Pierre Nora ou Pierre-André Taguieff.

    Le 16 février, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, a créé l’événement en alertant sur la présence de l’« islamo-gauchisme » à l’université et en demandant qu’une mission d’évaluation de ce risque soit confiée au CNRS.

    Nous nous réjouissons de constater que, certes avec un certain retard, notre ministre ait enfin compris l’existence d’un problème, contrairement à la Conférence des présidents d’université, qui a répondu à cette annonce par un communiqué consternant de corporatisme et de déni du réel – communiqué qui devrait lui ôter le droit de prétendre représenter la « communauté universitaire ». Cependant, nous ne pouvons appuyer la proposition telle qu’elle est présentée par la ministre, et ce pour deux raisons.

    La première raison tient au périmètre du problème à régler : en octobre 2020, après le refus de plusieurs organisations et syndicats de qualifier l’assassin de Samuel Paty d’ « islamiste », l’actualité pointait clairement l’« islamo-gauchisme » comme l’objet immédiat d’une inquiétude légitime.

    Et ceux qui, aujourd’hui, prétendent que ce terme a été créé par la droite ou l’extrême droite et que ce concept ne renvoie à « aucune réalité scientifique » font simplement preuve d’inculture ou de mauvaise foi, puisqu’ils ignorent ou prétendent ignorer qu’il a été forgé, il y a vingt ans déjà, par le politiste et historien des idées Pierre-André Taguieff, directeur de recherche au CNRS, sur la base d’analyses historiques précisément documentées, dont témoigne notamment son livre La Nouvelle Judéophobie (Mille et une nuits, 2002).

    Mais aujourd’hui, se focaliser sur ce terme constitue une erreur d’analyse : il y a bel et bien un problème dans l’enceinte universitaire, mais ce n’est pas tant celui de l’« islamo-gauchisme » que celui, plus généralement, du dévoiement militant de l’enseignement et de la recherche. Car se développent de façon inquiétante pléthore de cours, articles, séminaires, colloques qui ne sont que du militantisme déguisé en pseudo-science à coups de théories fumeuses ( « racisme d’Etat »), de néologismes tape-à-l’œil (« blanchité ») et de grandes opérations de découverte de la Lune, présentant par exemple comme de lumineuses avancées scientifiques l’idée que nos catégories mentales seraient « socialement construites » (mais qu’est-ce qui ne l’est pas dans l’expérience humaine ?) ou que, « intersectionnalité » oblige, être une femme de couleur expose à être moins avantagée socialement qu’être un homme blanc… Quelle que soit la légitimité des causes politiques ainsi défendues, l’indignation ne peut tenir lieu de pensée, ni le slogan d’argumentation raisonnée.

    Garantir la diversité et la pluralité

    C’est dire qu’il y a urgence à rendre le monde universitaire à sa mission : produire et transmettre des connaissances, dûment étayées et vérifiées, et non pas des convictions politiques, fussent-elles animées des meilleures intentions.

    Mais – et c’est là notre second désaccord avec notre ministre – ce travail de régulation de l’offre académique ne peut et ne doit se faire qu’en interne, au sein des instances universitaires dont c’est le rôle. Toute autre initiative pourrait être accusée, à juste titre, d’ingérence ou de censure, alors qu’il s’agit bien de garantir la qualité du travail académique et sa cohérence avec ses missions. Or cette instance existe : il s’agit du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (#HCERES).

    Le HCERES, qui est une institution indépendante du ministère – indépendance destinée à s’accroître, au terme de la loi –, a vocation à apprécier la qualité des travaux et des formations, de manière à informer les organismes et les universités en vue des prises de décision. Dans ce cadre précis, il pourrait, en se saisissant du problème, certifier la qualité des maquettes pédagogiques, des enseignements proposés, des programmes des séminaires et des colloques. Or, cette offre est de plus en plus tirée du côté des studies à l’américaine (gender studies, queer studies, postcolonial studies, ethnic studies, etc.) qui, en ne tenant pas compte des compétences garanties par l’organisation en disciplines (l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, la philosophie, etc.), favorisent la contamination du savoir par le militantisme.

    Nous en sommes au point où certains représentants de ces studies se révèlent incapables de faire la différence entre l’un et l’autre : telle cette enseignante se présentant sur Mediapart comme « universitaire féministe » tout en se plaignant que son enseignement soit discrédité comme militant… Un simple inventaire, au niveau national, de ce type de productions devrait suffire à en délimiter l’étendue et, le cas échéant, en entraîner la limitation, ne serait-ce que pour garantir la diversité et la pluralité de l’offre d’enseignement.

    En s’emparant en toute indépendance de cette problématique majeure pour la qualité de la science française, le HCERES pourrait légitimement étayer la gouvernance des universités. Et le ministère, en prenant toutes les garanties pour que ce travail s’effectue dans les meilleures conditions de rigueur, de pluralisme et d’efficacité, pourrait permettre à tous les acteurs du dispositif de sortir dignement d’une crise qui n’a que trop duré.

    Premiers signataires : Belinda Cannone, maîtresse de conférences en lettres modernes (université de Caen) ; Alain Ehrenberg, sociologue (CNRS-Inserm-EHESS) ; Luc Ferry, ancien ministre (2002-2004) de l’éducation, de la recherche et des universités ; Béatrice Giblin, géographe (université de Vincennes-Saint-Denis) ; Nathalie Heinich, sociologue (CNRS-EHESS) ; Jacques Julliard, historien (EHESS) ; Gilles Kepel, politiste (université PSL, Ecole normale supérieure) ; Catherine Kintzler, philosophe (université de Lille) ; Pierre Manent, philosophe (EHESS) ; Samuel Mayol, maître de conférences en sciences de gestion (université Sorbonne-Paris Nord) ; Pierre Nora, historien (EHESS, Académie française) ; Bernard Rougier, sociologue (université Sorbonne-Nouvelle) ; Xavier-Laurent Salvador, linguiste (université Sorbonne-Paris Nord) ; Jean Szlamowicz, linguiste (université de Bourgogne) ; Pierre-André Taguieff, politiste (CNRS-Sciences Po Paris) ; Claudine Tiercelin, philosophe (Collège de France).

    la liste des 130 signataires annoncés n’est pas disponible

    #université #islamo-gauchisme #militantisme #racisme_d'État #féminisme #neutralité_axiologique #apolitisme #libéraux

    • Le militantisme à l’université pose-t-il problème ? LE TEMPS DU DÉBAT par Emmanuel Laurentin
      https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/le-temps-du-debat-emission-du-lundi-22-fevrier-2021

      Hier, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Frederique Vidal faisait à nouveau les gros titre de la presse avec l’entretien qu’elle accordait au JDD pour s’expliquer sur l’enquête qu’elle confirmait vouloir lancer pour « protéger le pluralisme des idées à l’université ».

      Elle avait en effet affirmé vouloir séparer le militantisme de la recherche à l’université. Mais le militantisme n’a-t-il pas été un creuset pour toutes les sciences sociales ? L’histoire ouvrière ne s’est-elle pas écrite grâce à des syndicalistes de tous bords tentant de trouver des réponses à leur situation contemporaine ? Les études de genre ne sont-elles pas issues des combats féministes eux-mêmes ? Lutter contre la routine académique peut-il être considéré comme du militantisme ?

      INTERVENANTS
      Abdellali Hajjat, maître de conférences à l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense et chercheur associé au Centre Maurice Halbwachs.
      Nathalie Heinich, Sociologue, directrice de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique)
      Rose-Marie Lagrave

      Je découvre Rose-Marie Lagrave qui objecte elle-aussi à Heinich.

      Rose-Marie Lagrave : transfuge de classe, un parcours exemplaire ?
      https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/rose-marie-lagrave

      D’une école primaire rurale à l’EHESS, un regard rétrospectif qui intègre l’histoire collective, la ruralité, le féminisme des années 60, la famille, les institutions... La sociologue Rose-Marie Lagrave publie Se ressaisir (La Découverte, 2021).

    • On parle bien du même PE Tag qui donne tous les ans des interviews à Valeurs actuelles, et qui a dit « le nouveau FN n’est pas d’extrême droite »… ah ça le « fait beaucoup rire » qu’on dise que ça vienne d’extrême droite, alors qu’il n’a rien à voir avec ça…
      https://www.lejdd.fr/Societe/islamo-gauchisme-linventeur-de-la-formule-pierre-andre-taguieff-regrette-son-d

      (car c’est évident qu’on peut pas du tout être d’extrême droite quand on critique les antisémites, comme si yavait pas aussi des droitards non antisémites, et même juifs, tout autant xénophobes, anti arabes, etc)

    • Le HCERES, déjà conçu pour servir la logique de l’évaluation permanente chère aux néolibéraux, avec la bénédiction de quelques bénis oui-oui friands de pouvoir et de modernité, n’a effectivement pas beaucoup de transformations à subir pour finir en police de la pensée.

    • et à propos du « temps du débat » sur france-culture : c’est hallucinant le nombre de fois ou Nathalie Heinich a coupé la parole aux autres intervenants. Faire taire, toujours la même méthode chez les réacs.

  • ANTIFA – Chasseurs de skins – Marc-Aurèle Vecchione, Resistance films
    https://youtu.be/Fjw9ct1xjzg

    https://www.resistancefilms.com/fr/portfolios/antifa-chasseurs-de-skins

    Paris début 80, le mouvement Skinhead arrive en France, et s’apprête à defrayer la chronique pour la décennie à suivre, à coup de provocations, d’agressions et de crimes racistes.
    Des bandes vont se former et réagir ces agression en contre attaquant, dans une guérilla urbaine pour le contrôle des rues de Paris. Ils sont les Red Warriors, les Ducky Boys ou les Ruddy Fox et les jeunes parisiens les ont surnomés les “Chasseurs de Skins”.
    Leur motivation combattre le fascisme et les actes racistes par tous les moyens nécéssaires, quitte à retourner contre leurs adversaires la violence qu’ils ont subis.
    À travers des interviews exclusives, les membres des bandes les plus reconnus, reviennent sur leur histoire, leur engagement et livrent le témoignage de la situation de la jeunesse des rues d’ il y’ a 20 ans.
    À l’aide d’archives vidéos et photos exceptionnelles « ANTIFA » est un retour dans la rue des années 80 et la société de cette époque.

    #Paris #redskins #film

    • Furie Rock
      https://www.youtube.com/watch?v=Lpy7wAgJsIk

      Furie Rock est un court-métrage réalisé en 1988 dont le sujet est : 2 bandes rivales s’affrontent pour une fille qui partage sa vie entre les 2 groupes. Ces bandes sont les Asnays (joués par eux mêmes) et les Crazy Cats (jouées par des Ducky Boys et des #Red_Warriors). La qualité de la vidéo est pas terrible et ça tombe bien car ça s’accorde parfaitement avec le jeu des acteurs (qui n’en sont pas pour la plupart mais juste des figurants). J’avoue que je n’ai pas réussi à le regarder en entier et que j’ai zappé les 20 minutes pour voir les scènes les + cruciales. Bref, pas un chef d’oeuvre mais c’est quand même à voir car très rare.

      Et aussi :
      HAMSA, la rage au ventre - #Skins des Halles - Paris 1995
      https://seenthis.net/messages/682091

    • Je ne me doutais pas qu’une partie de ces « Chasseurs de skins » revendiquaient leur rôle de supplétifs du #PS et de SOS Race (qui n’a pas « récupéré » comme c’est dit dans le film mais bien cassé les mobilisations autonomes des jeunes issus de l’immigration) durant la deuxième moitié des années 80. Je ne savais d’ailleurs pas que cela avait été si régulier, me souvenant principalement de leur petit jeu de SO au service de l’Unef-Mnef-PS lors de la mobilisation contre la loi Devaquet.

      #apolitisme #conscommedesbites

  • Emma Becker : « Le sexe est le dernier bastion d’apolitisme dans l’existence »

    https://www.franceculture.fr/emissions/signes-des-temps/emma-becker-pour-une-femme-la-jouissance-est-politique-et-cest-un-comb

    La maison close comme poste d’observation pour explorer les rapports hommes/femmes, un choix radical ?

    Emma Becker : Je voulais faire l’expérience de cette condition très schématique : une femme réduite à sa fonction la plus archaïque, celle de donner du plaisir aux hommes. N’être rien d’autre que cela. Il y avait une forme de bravade mais pas de courage, j’étais tellement fascinée, intriguée, j’avais envie d’écrire sur ce sujet c’est cela qui m’a aidée à pousser la porte du premier bordel.

    Quitte à nourrir une admiration presque naïve pour la figure de la prostituée, mythifiée , et pour ce milieu interdit en France ?

    Emma Becker : En effet, j’étais fascinée par les prostituées, par cette évidence avec laquelle elles se tiennent là, splendides, sanglées dans leur corset, objectivement faites pour être louées par des hommes, par cette paisible toute-puissance. Toute une part de la littérature en fait des figures mythologiques . J’avais besoin de les faire descendre de ce piédestal sur lequel je les avais mises, et au travers de ma propre expérience, soit de m’élever à leur niveau soit de les ramener au mien. En tout cas j’avais envie de les comprendre.

    Si l’on cherchera en vain dans La Maison une critique des rapports de domination et du patriarcat, Emma Becker - qui affirme clairement son engagement en faveur de la légalisation de la prostitution en France - livre en revanche une confession à la fois très littéraire et très intime sur ce que cette expérience a changé dans son rapport à son propre désir, pour aboutir à une revendication de la dimension "apolitique" de la sexualité :

    Emma Becker : Pour moi, le sexe est le dernier bastion d’apolitisme que l’on a dans l’existence. Il ne devrait pas y avoir de politique. Malheureusement, il y en a, on réfléchit beaucoup en ce moment à « Qui domine qui ? » « Qui est soumis à qui ? » Mais moi la question de l’égalité dans le sexe ne me fait pas bander. Ce que je trouve très excitant en revanche c’est à quel point la personne qui avait les rênes soudain les lâche, que l’on puisse se réinventer constamment. Que les hommes puissent assumer cette part de féminité dans le sexe, que les femmes accèdent à cette part de pouvoir, de masculinité, et qu’au fond, tout le monde s’en foute. Je pense que la porte de la chambre à coucher devrait rester fermée à toutes ces considérations hystérisées de domination et de soumission.

    Ah que c’est misogyne - toutes ces considérations hystérisées -
    J’ai toujours trouvé que les personnes se revendiquant de l’ #apolitisme sont en réalité des personnes dont les idées politiques sont à l’extrème droite. Maintenant que ce dessine un #extrême_centre il me semble que le discours tenu par Emma Becker est de ce bord là.

    Dans le discours faussement apolitique de Mme Becker on trouve un champ lexical de la domestication non-humaine (femmes sanglées, tenir et lâcher les reines). On retrouve la dialectique Hégelienne maitre-esclave, qui permet toutes les pirouettes inversives. Elle dit plusieurs fois que la prostitution est un myth mais n’as pas l’air de comprendre les mots qu’elle emploie.

    Cette écrivaine a reçu le prix Roman des étudiants France Culture-Télérama 2019, il y a une grosse médiatisation autour de son discours. Juste à coté d’articles dénonçant Epstein et Matzneff.

    Ce livre est promu sur l’e-monde.fr pour les fêtes de fin d’année, probablement pour renfloué les caisses des anciens propriétaires de cette femme http://www.leparisien.fr/faits-divers/mougins-la-femme-dont-le-corps-a-ete-decouvert-partiellement-brule-a-ete-

    C’est un bel exemple de #backlash contre le discours abolitionnistes et une réponse à l’affaire Epstein et des suites de #metoo
    Le discours de Mme Becker est assez limpide. La #prostitution c’est la réduction des #femmes à l’état d’objet. La sexualité ne peut être que de l’inégalité. Je dit sexualité mais son discours est en fait très hétérocentré, elle précise bien que la fonction des femmes est de donner du plaisir aux hommes et rien d’autre que cela.

    Je relève aussi la manière dont la qualité littéraire est utilisé pour faire passer l’intérêt (a)politique du bouquin.

    Je pense qu’une des clés de son discours se trouve ici ; « le sexe est le dernier bastion d’apolitisme que l’on a dans l’existence. » c’est enrober d’une belle couche d’hypocrisie, en fait elle dit que le sexe est le premier bastion de la politique que l’on a dans l’existence
    La lutte politique de Mme Becker c’est que les femmes ne soient que des objets et rien d’autre.

    #femme_de_droite #extrême_centre #proxenetisme #culture_du_viol

    • C’est curieux, parce que justement, c’est un des faits du féminisme de montrer que le sexe est politique. Construction en opposition à tout·es celleux qui œuvrent encore pour faire croire que le sexe est un espace apolitique. Pour les tenants de cette vision archaïque où derrière la porte tout est permis et surtout opacifié par le mot plaisir, il y a sciemment des omissions. Comment expliquer sans être ridicule que nos gestes, postures, productions et pensées, qu’ielles soient dans l’espace public ou dans l’intimité puissent échapper au capitalisme et au patriarcat. Comment réfuter si ce n’est par le #déni que le #sexe_est_politique et comment alors expliquer l’influence de l’industrie de la pornographie sur les taux de féminicides ?
      https://tradfem.wordpress.com/2019/12/24/il-est-temps-de-cesser-de-frequenter-les-hommes-consommateurs-de-

      La pornographie est profondément liée aux crimes sexuels, puisqu’on la trouve sur les lieux de 80 % des crimes sexuels violents ou aux domiciles des auteurs de ces crimes. Le département de police de l’État du Michigan a constaté que la pornographie est utilisée ou imitée dans 41 p. 100 des crimes sexuels sur lesquels il a fait enquête. Une étude réalisée en 2015 a révélé une forte corrélation entre l’augmentation de l’accès à Internet en Inde et les taux de viols de filles mineures ainsi que d’autres formes de violence sexuelle.

      #antiféminisme

  • Depuis quelques jours, le collectif Désarmons-les se fait régulièrement agresser. Voici son communiqué :
    MISE AU POINT, sur les menaces que nous recevons.
    https://desarmons.net/index.php/2019/02/04/mise-au-point-sur-les-menaces-que-nous-recevons

    Depuis quelques jours, nous nous faisons régulièrement agresser.

    Notre collectif existe depuis 2012. Depuis 2014, il s’organise quotidiennement auprès de personnes mutilées par la police, y compris déjà en 1999. Certain-es de ces blessé-es graves l’ont été dans les quartiers populaires, d’autres en marge de matchs de foot, tous n’ont pas les mêmes convictions politiques. Nous n’avons pas attendu le mouvement des gilets jaunes.

    Oui, il y avait des blessé-es grave avant les gilets jaunes. Nous en comptions au moins 53 avant le mois de novembre 2018. On en parlait peu. Notre combat était peu visible. Nous n’avons jamais cherché la reconnaissance, notre priorité étant d’aider les blessé-es dans leur combat, en apportant un soutien juridique, psychologique, politique, selon des principes clairs et en accord avec une analyse radicale du système actuel.

    Depuis quelques semaines, des enjeux de pouvoir ont pris leur place dans un combat que nous menons depuis des années avec bienveillance. Des gens se présentent en icônes d’un mouvement qui avait pourtant affirmé qu’il ne voulait pas de porte-paroles, écrasant au passage les pieds des autres. Certaines croient également pertinent de dire qu’ils sont « neutres » et que leur action est « apolitique », tout en laissant agir des populistes de la droite dure et en condamnant les militants antifascistes qui combattent l’hydre fasciste avec conviction (autant préciser qu’on ne la combat pas avec des fleurs).

    Nous ne sommes pas d’accord avec cette neutralité, car pour nous les violences d’État, dont font partie les violences racistes et les violences policières, sont un problème politique. Depuis des années, nous essayons de faire admettre au plus grand nombre que ce ne sont pas des « dérapages », des « bavures », mais des violences systémiques, institutionnelles, assumées par le pouvoir.

    Aujourd’hui, nous faisons l’objet d’insultes diverses et de menaces.

    Des gens nous disent que nous mentons et que nous « ne maîtrisons pas notre sujet », sans avoir lu un seul des articles de notre site internet. Nous mettons au défi qui que ce soit de trouver un mensonge sur notre site ou une information qui soit fausse.

    Depuis quelques jours, nous faisons également l’objet d’attaques verbales et de menaces de personnes qui ne supportent pas la critique politique et ne sont pas capables d’autocritique, exigeant de nous qu’on supprime des publications sous prétexte qu’elles leur déplaisent, confondent « critique » et « appel à la haine ».

    Parmi elles, des personnes qui se disent « medics » et ont inventé un clivage entre « street medics » et « médics », comme si ces catégories existaient avant que ces mêmes personnes ne débarquent et négocient leur intervention avec les autorités, niant et piétinant du même coup des décennies de pratiques militantes, réfléchies et autonomes (qu’elles semblent mépriser). « street medic » n’est pas une identité, mais une pratique, au même titre que les « legal team » (soutien juridique), les « trauma team » (soutien psychologique), le « black bloc » (tactique collective permettant d’agir et se défendre en bénéficiant de l’anonymat), les « zones d’autonomie temporaire » ou les « cantines mobiles ». Cette pratique a une histoire et une philosophie, qui remonte au mouvement américain des droits civiques. Elle n’a jamais été neutre, ni apolitique.

    Déjà en 2012, nous avions des liens constants avec des groupes de « street medics ». Sur certaines manifestations, nous avons nous-mêmes été street medics.

    Faire « street medic », c’est être capable d’humilité, refuser la professionnalisation, dans le but de protéger les manifestant-es de la répression et d’organiser le soin en manifestation autour de principes de lutte clairs, qui n’acceptent aucune négociation avec les flics pour quémander le droit d’agir. Oui, être medic en manif, ce n’est pas offrir un substitut à la sécurité civile ou aux pompiers : il s’agit d’un combat politique, pas de l’encadrement légal d’un événement festif.

    Toutes celles et ceux qui voient dans ces pratiques une manière égocentrique d’exister, d’avoir de la reconnaissance, de se faire passer pour des héros, n’ont pas compris l’esprit de la chose.

    On n’a pas à nous faire des pressions parce que nous dénonçons les compromis avec la police. Nous avons nos valeurs et principes, nous les défendrons. Que ceux à qui ça ne plaît pas passent leur chemin au lieu de nous empêcher d’agir et de nous faire perdre notre temps.

    Laissez nous respirer !

    (je l’ai copié en entier parce que je veux être sûre qu’il soit lu, tant ses bases politiques / éthiques sont importantes !)

    #apolitisme #streetmedics #street_medic #trauma_team #legal_team #black_bloc #radicalité #oppression_systémique

    • ajout sur leur facebook : Une liste non exhaustive des avocat-es que Désarmons-les ! conseille, pour des raisons liées à leur compréhension des enjeux de la défense collective, leur fiabilité, leur accessibilité et leur engagement personnel dans la défense de personnes touchées par la répression ou les violences policières :

      Lucie SIMON (Paris / IDF) : 06 33 50 30 64
      Raphael KEMPF (Paris / IDF) : 06 28 06 37 93
      Ainoha PASCUAL (Paris / IDF) : 07 68 97 17 68
      Eduardo MARIOTTI (Paris / IDF) : 07 68 40 72 76
      Alice BECKER (Paris / IDF) : 06 23 76 19 82
      Samuel DELALANDE (Paris / IDF) : 06 01 95 93 59
      Matteo BONAGLIA (Paris / IDF) : 01 40 64 00 25
      Emilie BONVARLET (Paris / IDF) : 06 23 53 33 08
      Xavier SAUVIGNET (Paris / IDF) : 01 56 79 00 68
      Arié ALIMI (Paris / IDF) : 06 32 37 88 52
      Chloé CHALOT (Rouen) : 06 98 83 29 52
      Claire DUJARDIN (Toulouse / SUD OUEST) : 06 74 53 68 95
      Romain FOUCARD (Bordeaux / SUD OUEST) : 07 62 07 73 56
      Muriel RUEF (Lille / NORD) : 06 84 16 63 02
      Florian REGLEY (Lille / NORD) : 07 83 46 30 82
      Maxime GOUACHE (Nantes / OUEST) : 06 59 89 37 57
      Pierre HURIET (Nantes / OUEST) : 06 15 82 31 62
      Stephane VALLEE (Nantes / OUEST) : 06 09 93 94 61
      Florence ALLIGIER (Lyon / EST) : 06 07 27 41 77
      Olivier FORRAY (Lyon / EST) : 04 78 39 28 28
      Christelle MERCIER (Saint Etienne / EST) : 06 28 67 53 52
      Jean Louis BORIE (Clermont Ferrand / CENTRE) : 04 73 36 37 35

    • On remarquera que certain.e.s leaders blessé.e.s ne l’ont pas été dans un groupe de manifestant.e.s agité.e.s mais étaient seuls, dans un coin calme, presque en retrait.

      Exemple, Louis Boyard :

      à l’écart et sans gilet jaune, il prend la décision de s’éloigner « sans courir ».

      https://www.liberation.fr/checknews/2019/02/04/le-president-de-l-union-nationale-lyceenne-louis-boyard-a-t-il-ete-victim

      Questions :
      Qui donne l’ordre aux policiers de blesser volontairement les opposant.e.s qui dérangent ?
      Qui fournit les noms des opposants.e.s à « neutraliser » ?

      – Ministère de l’intérieur ?
      – Attaché au cabinet du président de la république ?
      – Direction de la police ?

  • « On ne comptait pas un seul jeune » : aux réunions du #grand_débat national, les #seniors ont le pouvoir
    https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/on-ne-comptait-pas-un-seul-jeune-aux-reunions-du-grand-debat-national-l

    Perte de pouvoir d’achat, inquiétude pour les générations qui viennent, dégradation des services publics ... Les seniors ont saisi la balle au bond pour exprimer leurs doléances, tandis que les jeunes semblent aux abonnés absents

    #jeunesse #politique #abstentionnisme #apolitisme

    • Les seniors étaient également étonnement nombreux parmi les gilets jaunes à en croire Appartenance des Français au mouvement des gilets jaunes selon l’âge 2019
      https://fr.statista.com/statistiques/948230/faire-partie-gilets-jaunes-france-age
      (avec un graphique que je ne sais pas importer)

      20% des 18 à 24 ans ; 14 % des 25 à 34 ans ; 16% des 35 à 49 ans ; 11% des 50 à 64 ans et 6% des plus de 65 ans.
      Si on prend une définition du senior rapportée à l’employabilité (celle des jeunes est marquée par la discontinuité de l’emploi, celle des vieux marquée par une durée du chômage ou la vie peut aller jusqu’à préfigurer le « quatrième âge » en termes d’isolement et de pathologies, de qualité de vie), on remarque que 17% des gilets jaunes avaient plus de 50 ans (dont beaucoup de quinquagénaires prématurément "vieillis, si j’en crois mes souvenirs, des prolos, des non-citoyens, sauf présence effective ou traces d’une adhésion idéologique à la - cette- démocratie).

      À la louche, les vieux ont plus « confiance » dans les institutions, dans le fait d’avoir éventuellement l’oreille des gouvernants (en tant que clientèle électorale : la réponse à la demande sociale étant ici, le sécuritaire, des avantages fiscaux mais pas de minimum vieillesse soutenable, et des retraites qui se hiérarchisent, lorsqu’elles existent ; et ce depuis la première présidence socialiste), ils ont en revanche souvent appris qu’ "oser lutter, oser vaincre" est un étendard de l’espérance qui est fréquemment foulé au pied, rangers hier, LBD aujourd’hui.
      Apolitisme des jeunes ? Plutôt une politisation par à-coup : mobilisations sociales d’ampleur tout à fait discontinues depuis les années 80, plus ancrées depuis 1994_95, semi continues depuis 2016. Plus sûrement des formes de politisation étranges pour ceux dont la politisation s’est faite lors de tout autres naissance à la politique, d’autres jeunesses, dans d’autres cadres et contextes (une idéologie dominante moins prégnante en raison de l’existence de la critique, de conflits, de perspectives).

      Du coup, @touti, en triant, il doit être possible de fréquenter quand même des « vieux » de plus de 50 ans sans tomber sur des robinets LCI BFM, une pharmacie dont les gilets jaunes ont raconté comment ils s’en étaient dépris - eux - à la faveur de la lutte, pendant que d’autres anciens jeunes désapprennent à nager contre le courant jusqu’à s’enivrer du flux qui les noient, si j’en crois ce que tu disais hier.

      La France en marche EP30 - Le grand debat en mousse et la loi anti casseur en béton - Studio Crapulax
      https://www.youtube.com/watch?v=KdvPKAuzmag

      #seniors #vieux #électeur_client

    • @colporteur Je mets pas tous les vieux dans le même sac heureusement. Mais franchement, de mon parcours je peux dire que c’est surtout les boomers qui ont barré le chemin et n’ont jamais voulu céder leur place à quiconque, tout est fait pour eux et par eux depuis 50 ans accompagné d’un mépris des plus jeunes. Et c’est une preuve de plus que les indéfectibles lèches cul de dany macron ont beaucoup de merde dans les yeux parce qu’ils ne supportent pas leur perte d’influence dans leur vie de tous les jours, qui est devenue aussi merdique que celle de n’importe quel gros beauf, avec la bière devant bfm quitte à nous mener au pire de la médiocrité, ce sont ces vieilles moules aigries qui s’accrochent à LREM et s’agitent tout seuls l’insécurité devant les yeux avec les méchants GJ.
      6% des plus de 65 ans c’est rien.

    • Je connais pas de gens comme ça. Ou de loin loin, mais là je parle d’un phénomène social tout à fait exceptionnel, c’est pas quelques poignées de Panthères grises (dont on aurait bien besoin). 6% des plus de 65 ans présents dans la rue, le froid et la pluie des rond-points, prenant d’assaut des centres villes interdits ! Des protagonistes réels. On parle pas de sondage, d’élections, même pas des sympathisants du mouvement, ou de manifestation selon les rituels établis, mais d’une mobilisation IRL risquée, chacun en première personne, son temps, son fric (à cramer dans la mobilisation et se « rétributions » comme on dit, ou pas ), parfois des semaines et des mois, dans un continuum ou la présence face aux LBD exhibés pour l’effet de trouille utilisés en vrai pour tirer et faire plus peur encore, des arrestations par milliers, des emprisonnements par centaines (qui ont visé pour l’essentiel des plus jeunes bien sûr), confronté à la police, aux LBD, à rien moins que la crainte de la mutilation de l’arrestation, et de la mort (oui ça fait ça ces manifs, ça a été géré par la terreur, le terrorisme d’État). Quasiment traités comme des jeunes armes dans un coin sombre de banlieue, on est loin du canapé.Vas-y ! cherche un exemple de lutte dans la rue avec autant de vieux, surtout que tu encore qu’il faut ajouter des âges un peu moins élevés.

      Ça a tenu aussi à ce que tu dis, beaucoup ont joué le jeu, et ça a pas payé du tout. Mais cette histoire des vieux qui tiennent les manettes et veulent pas lâcher, c’est prendre la partie (les dominants, les sous July, DCB etc) pour le tout. Oui, la lutte de classe est interne au salariat et pas seulement une histoire de bourgeoise on ne sait quoi face les exploités. L’abandon des futurs vieux et des vieux, je crois que ça commence à se savoir que c’est vraiment le dernier des trucs qui se résout isolément.
      Je suis sûr qu’il ya quelque part des séries de sondage ou comptage sur l’âge des manifestants plutôt vieillissants des Premiers mai d’autrefois ordinaires qui viendraient éclairer question. Mais je cherche pas là.

    • Ton lien sur ce sondage aboutit à me demander mes données donc pas d’accès. N’empêche à y regarder de + près il y a juste une lettre qui change un peu tout … est-ce 6% des plus de 65 ans ou 6% de plus de 65% (une fois c’est l’ensemble des habitants d’un territoire lautre des manifs GJ …)

    • Edit, je crois que j’ai pas compris ta question : )

      Bizarre, la page me demande désormais de prendre un abonnement premium... Quoi qu’il en soit les 1ère lignes du post initial le mentionent c’est 6% des plus de 65 ans du pays qui ont participé aux Gilets jaunes (selon cette étude...) et 11% des 50 64 ans, dans les deux cas, c’est... beaucoup. Il doit pas y avoir énorme de plus de 70 ans (des figures locales), moins encore de plus de 75 ans. (je vais finir par chercher des points de comparaison...). 11% des 50 à 64 ans, c’est important dans une tranche d’âge que je crois pas très manifestante, surtout en regard des 14 % des 25 à 34 ans (qu’on a plus vu dans les tribunaux).
      Je me souviens avoir évalué à la louche un cumul des personnes mobilisés lors du mouvement des chômeurs et précaires de 1997/98 (5 ou 6 semaines, il me semble) à 150 000, sans être en mesure de savoir qui était n’était pas chômeurs, précaires, dans le halo du chômage.
      (retraités, en emploi fixe, etc).
      J’insiste sur ceux qui ont décroché de BFM LCI et en parlaient comme d’un événement marquant dans leur vie (cela ne veut pas dire qu’il ya a matière à être forcément sympathique, mais il s’est passer quelque chose, qui est l’inverse de la glissade vers une normalité sinistre (mais de droite !) que tu décris.
      on voit aussi à cette occasion que si on ne confond pas la politisation avec la participation électorale, ou à des échéances proposés par ce type de politique là, la « dépolitisation des jeunes » n’a rien dune évidence. Ils sont nombreux à ne rien attendre de cette sphère, au moins tant que des mesures réparatrices du sort subi ne sont pas prises ou proposées qui puissent les intéresser (qu’intervienne une « offre politique » nouvelle par rapport à celles qui se sont succédées le depuis les années 80, FN, FI, la REM susceptible de les « mobiliser » électoralement, ce qu’avait pour partie réussi la REM... mais pas au point d’aller à une messe comme le grand débat (tentative de déminage sans enjeu ou même un jeune sympathisant ou curieux aurait as valu gâcher l’idée qu’il se fait de ce business, sauf à être à y aller pour observer les ficelles.

  • La république en vrac | Agnès Maillard
    https://blog.monolecte.fr/2018/11/14/la-republique-en-vrac

    S’il y a bien une chose que nous apprend l’appel au blocage du 17 novembre, c’est que les fractures sociales évoquées depuis plus de 20 ans par les politiques de tous bords sont à présent bien consommées. La question n’est pas tant de savoir ce qu’il faut faire ce samedi-là que de découvrir ce que cela fait ressortir comme fantasmes et représentations sociales de part et d’autre, des failles à présent béantes qui ont atomisé notre tissu social, qui nous empêche à présent totalement de faire société. Source : Le Monolecte

  • Le danger de l’apolitisme : Na ruz na gwenn, loukez hepken !
    http://lahorde.samizdat.net/2014/08/01/le-danger-de-lapolitisme-na-ruz-na-gwenn-loukez-hepken

    Un lecteur nous a envoyé ce texte intitulé « Na ruz na gwenn, loukez hepken ! » ((En français : ni rouge ni blanc, idiot seulement ! Détournement du slogan que certains militants bretons tenaient pour devise de leur #apolitisme : Na ruz na gwenn, breizhad hepken, ni rouge ni blanc (ni de droite ni de gauche), breton seulement.)) qui [&hellip

    #Argumentaires #Repères #Bonnets_rouges #Front_National