• Qu’aucun dieu ne se souvienne de ton nom

    Yásnaya Elena Aguilar Gil

    https://lavoiedujaguar.net/Qu-aucun-dieu-ne-se-souvienne-de-ton-nom

    Je voudrais commencer par faire une concession : en amont de la mise en œuvre du Train maya, l’un des projets les plus amplement annoncés par le nouveau gouvernement d’Andrés Manuel López Obrador, à la base de sa réalisation, il y a les meilleures intentions. Après des siècles d’abandon au cours desquels le peuple maya a été dépossédé et poussé dans un processus d’appauvrissement indifférent, le nouveau gouvernement prétend enfin mettre en œuvre un projet intégral qui a pour objectif principal de créer « le bien-être social de la population qui habite la zone maya » et « intégrer les territoires d’une grande richesse naturelle et culturelle au développement touristique, environnemental et social de la région », selon les termes de la page officielle du projet.

    Pourquoi devrait-on s’y opposer ? L’inclusion et le développement des peuples mayas de la péninsule sont nécessaires si le nouveau gouvernement veut que les secteurs les plus défavorisés de l’histoire de ce pays aient accès à la justice sociale. Il ne serait pas juste de les laisser en dehors du projet de la Quatrième Transformation. Je fais cette concession pour partir d’un terrain commun qui me permette d’exposer des points qui me paraissent problématiques dans la discussion qui a eu lieu sur le Train maya. (...)

    #Mexique #Mayas #mégaprojet #développement #État #López_Obrador #appauvrissement #progrès

  • Les gouvernements doivent prendre des mesures pour aider la classe moyenne en difficulté - OCDE
    https://www.oecd.org/fr/presse/les-gouvernements-doivent-prendre-des-mesures-pour-aider-la-classe-moyenne-en-

    Le coût du mode de vie de la #classe_moyenne a augmenté plus vite que l’inflation. Le #logement, par exemple, représente le poste de dépense unique le plus important chez les ménages à revenu intermédiaire, correspondant à environ un tiers du revenu disponible, par rapport à un quart dans les années 90. Ces vingt dernières années, les prix du logement ont progressé trois fois plus vite que le revenu médian des ménages.

    #appauvrissement

  • Scientists discover why grocery store tomatoes don’t taste like anything – BGR
    https://bgr.com/2019/05/14/tomato-flavor-nature-study-genetics

    In comparing the cultivated tomatoes to their wild counterparts the researchers noted literally thousands of genes which were missing from the produce we typically find in our supermarkets. In the never-ending quest to develop plants that produce bigger tomatoes at a faster rate, growers seem to have inadvertently favored plants that also produce inferior-tasting fruit.

    [...]

    Making cultivated tomatoes taste great again will take some time, but some careful breeding could bring back some of the important flavor-producing genes that the plants lost since they were first domesticated.

    #tomates #goût #gènes #appauvrissement #agriculture

  • La Hongrie, pays membre de l’union européenne - Viktor Orbán Judith Morva - 1er Mai 2019 - Investigaction
    https://www.investigaction.net/fr/la-hongrie-pays-membre-de-lunion-europeenne

    Viktor Orbán, courageux pourfendeur des dikats européens ou maillon utile d’un système qui cache bien son jeu ? Pour répondre, il faut se pencher sur le passé du président hongrois, sa formation à l’idéologie libérale par l’Open Society Fondation de George Soros, le contexte des pays de l’Est après la chute du mur de Berlin, les soutiens financiers essentiels de l’Allemagne ou même les déclarations troublantes du principal intéressé : « Ne faites pas attention à ce que je dis, la seule chose dont vous devez tenir compte est ce que je fais. »

    Après la chute du mur de Berlin, le basculement d’un régime socialiste en un système capitaliste dans les années 1988-1991, dans la zone de l’Europe de l’Est, a grandement surpris la majorité des populations, à l’Est comme à l’Ouest. Gorbatchev ayant accédé au pouvoir en 1985, les prémisses d’un changement se sont manifestées dès cette époque. En Hongrie, l’Open Society Fondation, le bras agissant de George Soros, a été autorisée à opérer en 1984. Ce qui signifia en pratique que les Occidentaux ont commencé à former une nouvelle élite – à l’époque d’idéologie libérale – pour mettre sur la touche et plus tard, marginaliser, voire même exclure, les dirigeants marxistes. Bien sûr, à coté des institutions de Soros – donc des Américains – d’autres intervenants occidentaux ont également été actifs. Nous pouvons à cet égard mentionner les fondations des partis politiques allemands qui, bien que plus discrètes que les américaines, ont été non moins présentes et efficaces.

    L’objectif a très clairement été de sélectionner et de former des nouveaux dirigeants politiques, économiques et administratifs. Le critère a été leur bon vouloir à coopérer avec les pays occidentaux. Ce projet a été mené à grande échelle, plusieurs dizaines, voire centaines de milliers de personnes ont participé à des programmes de formation plus ou moins longs, d’une journée à plusieurs années. Viktor Orbán et son coéquipier de toujours, László Kövér – actuellement président de l’Assemblée Nationale – ont été sélectionnés, formés et mis sur orbite par la Fondation Soros. En tant que boursier, Orbán a ainsi passé l’année scolaire 1989-90 en Angleterre, à Oxford. Il s’affiche alors comme un « libéral » – tout comme son parti, le FIDESZ – et il est même un des vice-présidents de l’Internationale Libérale. 

    Viktor Orbán ne s’est tourné vers la droite et vers le nationalisme qu’en 1992. A cette époque, il lui apparait clairement que les organisations et les partis politiques qui se revendiquent d’une filiation directe avec les années précédant la 2ème guerre mondiale sont devenus trop archaïques. Il y avait donc, aux yeux d’Orbán une place à prendre, sur la droite de l’échiquier politique, pour une formation nouvelle incarnant les valeurs de la classe moyenne traditionnelle, rassemblant élitisme, nationalisme et appartenance à la communauté religieux locale.

    Ce virage idéologique va cependant ouvrir un espace assez étroite pour Orbán. Il doit apparaitre comme le courageux défenseur de la Nation, un souverainiste traditionel, alors que la Hongrie est un pays économiquement dépendant. De ce fait, tout dirigeant politique qui veut se maintenir au pourvoir doit collaborer étroitement avec les Occidentaux. La suite lui donnera raison. En effet, les dirigeants des multinationales installées en Hongrie sont, selon tous les sondages, absolument satisfaits du gouvernement d’Orbán. Bien qu’Orbán, personnellement, avec la majorité de son équipe, ait été sélectionné par des Américains, il semble qu’actuellement ce soit le soutien de l’Allemagne qui prime. Il est en bons termes surtout avec les politiciens de la Bavière qui l’aident à se maintenir au pouvoir.

    La dépendance économique du pays se pose en termes très clairs : la Hongrie, comme toute la région des anciens pays socialistes de l’Europe de l’Est, est un pays de la semi-périphérie de l’Union européenne, c’est à dire un réservoir de main d’ouvre bon marché pour l’Europe occidentale. L’appauvrissement est tellement marqué que ces pays ont perdu au moins 10% de leur population. Les jeunes émigrent massivement et des usines d’assemblage des multinationales occidentales s’installent dans la région pour profiter du bas niveau des salaires, qui est à peine le tiers de ce qui est pratiqué dans l’Ouest de l’Europe. C’est une situation structurelle stable qui n’offre aucune perspective d’évolution de rattrapage des salaires et donc de niveau de vie avec celui des voisins de l’Europe de l’Ouest.

    Cette réalité crée une situation politique forcément instable. En effet, il est difficile de faire accepter par la population que, même à long terme, il faudra s’accommoder d’un niveau de vie fortement inférieur à celui des pays situés à seulement quelques kilomètres.

    Pour maintenir cette situation, l’Union européenne accorde à la Hongrie un financement annuel substantiel, de l’ordre de 4 % du budget de l’Etat. Ainsi, tandis qu’Orbán apparait à l’intérieur du pays, voire dans toute l’Europe, comme un politicien qui tient tête, qui est téméraire et défend les intérêts de son pays contre la colonisation occidentale, contre la bureaucratie de Bruxelles et, depuis 2015, contre des migrants, dans la réalité il doit veiller à maintenir ce flux de financement une année sur l’autre. Il est très volontiers provocateur – comme l’a revélé Wikileaks – et a ouvertement annoncé aux diplomates en poste à Budapest en 2006 : « Ne faites pas attention à ce que je dis, la seule chose dont vous devez tenir compte est ce que je fais”. Il y a donc un clivage très net entre les actions du gouvernement et la propagande politique destinée à maintenir sa popularité.

    Un « ordre de pouvoir semi-féodal »
    En dehors du financement régulier que lui accorde Bruxelles, Orbán et l’Union européenne travaillent main dans la main sur le projet d’assouplissement du code du travail. L’appauvrissement d’une partie importante de la population exige que l’Etat s’occupe de son sort, car 10 à 12% des gens vivent dans une grande misère et dans l’ensemble 40% de la population vit autour du niveau du seuil de pauvreté.

    Orbán a mis en place un système de travail dit « d’utilité publique » , qui connait un succès indéniable et renforce la stabilité du gouvernement. L’État emploie dans ce cadre des centaines de milliers de personnes en chômage de longue durée, et remplace de fait l’indemnisation du chômage qui est limitée à trois mois. Les salaires de ces travaux ne sont pas uniformes et sont nettement inférieurs au salaire minimum. La tâche à réaliser peut être utile ou complètement inutile, et il arrive que le travailleur soit placé dans une entreprise privée où il ne recevra pas le salaire de ses collègues. Le système repose sur un traitement individuel et une dépendance personnelle importante. Ce qu’une sociologue de renom, Erzsébet Szalai, appelle un « ordre de pouvoir semi-féodal ». L’essence de ce système consiste à diluer le champ d’application du code du travail, à rendre les salaires, les horaires et autres conditions de travail, occasionnels et arbitraires. De plus, le gouvernement peut augmenter ou diminuer très rapidement le nombre de ces emplois d’utilité publique, ce qui constitue un outil d’influence politique immédiate. A la veille d’élections, l’Etat recrute plus largement. Dans les régions les plus pauvres, il s’agit souvent de la source de revenus la plus importante pour la population. Avec ce système de travail d’utilité publique, Orbán a réussi à obtenir le soutien des plus grands perdants du capitalisme : ceux qui sont vulnérables et mènent une vie dans la pauvreté. Paradoxe de cet état de fait : ces derniers votent massivement pour Orbán.

    Depuis le mois de décembre 2018, des manifestations sont massives dans la capitale, à Budapest et, fait nouveau, également dans les villes de la province. Tout ca ne semble pas trop inquiéter Orbán et son équipe. Car le soutien de l’Union Européenne est infaillible. Qualifiée hier de « baraque la plus gaie du camp socialiste », la Hongrie est devenue un des ateliers industriels de l’Europe capitaliste. Tandis que les gens battent le pavé dans le froid et sous la neige, l’UE a viré un forte somme, de près de 3 milliards d’euros au gouvernement d’Orbán.

    Cette réponse à la colère des Hongrois a choqué bien des manifestants. Il est probable que les drapeaux européens, qui flottaient régulièrement dans les manifestations à Budapest, seront moins nombreux á l’avenir !

    #Hongrie #ue #union_européenne #Viktor_Orbán #Open_Society #Fondation de #george_soros #élites #appauvrissement #pauvreté #Code_Du_Travail

  • #Pouvoir_d'achat - Hausse des #prix : le grand #matraquage - Enquête - UFC-Que Choisir
    https://www.quechoisir.org/enquete-pouvoir-d-achat-hausse-des-prix-le-grand-matraquage-n62879

    + 5 % en 4 ans. La hausse des prix depuis 2014 a été douloureuse pour les ménages. Ils ont grimpé plus vite que le #salaire minimum, et souvent sur des #dépenses_contraintes : alimentation, carburant… Les Français se sont donc appauvris, et sont souvent incrédules face aux chiffres du gouvernement, selon lesquels le pouvoir d’achat serait en constante augmentation. Que Choisir démêle le vrai du faux.

    #appauvrissement

    #paywall

  • « Partout, un monde fumant » (Sylvain Tesson, France Inter)
    https://www.franceinter.fr/culture/partout-un-monde-fumant-sylvain-tesson-effraye-par-l-usure-du-monde

    Jamais autant qu’en ces journées où j’ai vu défiler sous mes yeux l’#enlaidissement du monde et l’#appauvrissement de l’homme, jamais n’ai-je autant entendu parler de l’avenir radieux des lendemains, des promesses qu’ils recelaient, des saluts qu’ils réservaient. 
    […]
    Et ce rapport m’effraie, entre le monstrueux accroissement des affronts faits à la Terre et l’#abandon des esprits à des #promesses messianiques. 
    Comme s’il y avait un lien proportionnel entre la fantastique #dégradation du présent, du réel, et le mouvement conjoint d’oubli du passé et de supplication adressée à l’avenir. 
    Or, cette confiance dans les trois avènements que je viens de citer : le dieu #religieux, les promesses #politiques, les prouesses #techniques. Ces trois #messianismes, je les tiens pour des écrans de fumée qui nous épargnent de mieux nous conduire ici et maintenant, de ménager ce dont nous disposons, de conserver ce qui tient encore bon. 

  • Le retour de la 3e classe ?

    Hôpital, soins dentaires, pompes funèbres, universités, TGV : partout le #service_public réinstaure sans le dire une « troisième classe », réservée aux plus pauvres. Qu’est-ce que cette segmentation nous dit des évolutions de l’État-providence ?

    https://laviedesidees.fr/Le-retour-de-la-3eme-classe.html
    #classes_sociales #troisième_classe #3ème_classe #France #pauvreté #appauvrissement #Etat-providence

  • Lignes quotidiennes, par Akram Belkaïd
    http://akram-belkaid.blogspot.com

    Les réseaux sociaux ont apporté autre chose. Ils universalisent la polémique et les débats à deux sous. Toutes les algarades possibles bénéficient d’une immense caisse de résonnance. De la plus grave à la plus étrange, la plus inattendue. En quelques clics, on peut se battre contre tout le monde et se faire des ennemis dont on ne soupçonnait même pas l’existence quelques secondes avant qu’ils ne se manifestent sur votre écran. Il suffit d’émettre un jugement abrupt sur une question donnée et c’est la foire aux avis, aux emportements indignés, aux mises en causes frontales. C’est encore plus affirmé si, tel un parasite, on se greffe au compte d’une célébrité et que l’on y cherche la castagne. Il ne s’agit plus de réseaux sociaux mais d’arènes de désocialisation. Twitter et ses homologues facilitent (encouragent) des empoignades générales qui, par le passé, restaient circonscrites à des milieux plus ou moins hermétiques : un café du commerce, un lieu professionnel, un laboratoire de recherche universitaire, une amicale de retraités, etc. Maintenant, tout déborde, tout fuse.

    Il y a plus de dix ans, avec la montée en puissance d’internet, la chancelière allemande Angela Merkel avait benoîtement posé la question de la possibilité, pour les États, d’appuyer sur un bouton « off » et « d’arrêter » internet si nécessaire. Outre des ricanements et des commentaires bien sentis, l’affaire avait provoqué quelques indignations à propos de la défense de la liberté d’expression et de la lutte contre la censure. Aujourd’hui, on peut se demander s’il ne serait pas sain de décréter plusieurs journées mondiales du « sans réseaux ». Des pauses bienvenues pour certains afin que tout le monde se calme un peu, prenne le temps de faire autre chose que d’insulter son prochain ou encore de le « stalker » (verbe très à la mode en ce moment qui signifie harceler) ou enfin de l’épier en permanence, lui et ses contacts…

    #réseaux_sociaux #addiction #appauvrissement_intellectuel #twitter

  • CECI N’EST PAS UN TROU La Sécurité sociale expliquée à ma petite fille
    https://www.youtube.com/watch?v=9u-J8X7iFnQ

    La grand-mère : Yolande Moreau
    Le grand-père : Bouli Lanners
    Louise : Charline Vanhoenacker
    Le journaliste et le ministre : Yannick Bovy

    Réalisation : Lucie Thocaven
    Scénario, dialogues, coordination : Yannick Bovy et Aïcha Magha
    Animation : Lucie Thocaven et Lora D’Addazio
    Prise de son : Maxime Thomas – GSARA
    Mixage : Fanny Harcq – GSARA
    Archives : RTBF et extraits de « Misère au Borinage », d’Henri Storck et Joris Ivens (1933). Avec l’aimable autorisation de la Fondation Henri Storck.

    Musique : « Ici Bxl » - Jaune Toujours
    Merci à Yolande Moreau, Bouli Lanners et Charline Vanhoenacker pour leur participation solidaire.

    Merci à Pierre Fontaine, Linda Favarin, Noémie Lannoy, Vanessa Amboldi, David Lannoy, Philippe Reynaert, Vincent Tavier, Jojo Burnotte, Olivier Bonfond, Julien Dohet, Estelle Ceulemans, Jean-François Tamellini, Anne Panneels.

    Une production CEPAG - 2017
    Directrice : Anne-Marie Andrusyszyn

    www.cepag.be

  • Asia Is Trawling for a Deadly Fishing War | Foreign Policy
    http://foreignpolicy.com/2017/06/16/asia-is-trawling-for-a-deadly-fishing-war

    Growing tensions between Sri Lankan and Indian fishermen are just one signal of a looming conflict over the region’s depleted waters.
    […]
    In the past, the calm and shallow Palk Strait waters had more than enough fish to sustain communities on both sides. Its maritime landscape, with numerous lagoons and small islets, make for excellent breeding waters; over 600 marine species can be found near its coasts. But excessive trawling on the Indian side, starting in the 1960s, severely depleted its waters and pushed boats to navigate deeper into Sri Lankan waters.

    Trawlers began crossing in the 1980s, at the same time that Sri Lanka descended into a destructive civil war between the government and the militant Tamil Tigers, who fought for independence in the country’s north. But the fisheries conflict only heated up in 2009, after the Sri Lankan civil war was brought to a painful end — with the defeat of the Tamil Tigers, but also the killing of tens of thousands of civilians. Fishers, who during the war had faced army restrictions, long periods of displacement, losses of family members, and the destruction of their homes and boats, were finally able to return to the sea.

    But the waters were not like before,” says A.S. Soosai, professor of geography at the University of Jaffna. “Fishers were trying to recover, but catches and earnings were nowhere near what they used to be. The main reason for that is the trawlers.

    #Sri_Lanka #détroit_de_Palk
    #appauvrissement_des_océans

  • Prima i nostri, funziona ?

    Il 25 settembre 2016 i cittadini ticinesi hanno detto sì all’iniziativa Prima i nostri per favorire i residenti sul mercato del lavoro e frenare il dumping salariale. Il principio è nella Costituzione, ma scrivere una legge che lo metta in pratica si sta rivelando molto arduo. Per due ragioni principalmente: da un lato perché si tratta, in parte, di legiferare in un ambito di competenza federale, dall’altro perché la libera circolazione delle persone è sempre e comunque in vigore. Ma intanto come sta l’economia ticinese? Le cifre ufficiali parlano di una disoccupazione in linea con quella nazionale, mentre il prodotto interno lordo del Ticino è cresciuto di più rispetto a quello svizzero. E allora c’è chi si chiede, ma dove sta il problema? Le risposte nelle storie di chi in Ticino lavora o vorrebbe lavorare.

    http://www.rsi.ch/la1/programmi/informazione/falo/tutti-i-servizi/Prima-in-nostri-funziona-8687572.html

    #frontaliers #Suisse #précarisation #travail #appauvrissement #xénophobie #initiative #prima_i_nostri #racisme #Tessin #Italie #frontières #chômage #pauvreté #exploitation

  • christian-jacquiau.fr » Les coulisses de la GD Publications » Supermercats no gracies… en français
    http://www.christian-jacquiau.fr/supermercats-no-gracies-11522

    six vidéos pour comprendre les enjeux de la grande distribution…

    https://www.youtube.com/watch?v=f6LnjSZU78I

    https://www.youtube.com/watch?v=t_KIeC_wEE0


    6 centrales d’achat seulement pour toute la France : situation de quasi monopole #mondialisation, pression sociale.

    https://www.youtube.com/watch?v=sOY8a2Pf8XU


    L’impératif de libéralisation : pression en Europe et au niveau de l’OMC pour supprimer les règles qui pourraient protéger les producteurs contre les grands distributeurs. Les distributeurs pratiquent le chantage à l’emploi pour faire pression sur les politiques : créent en fait 1 sous-emploi mal-payé contre 5 #emplois réels disparus. Et même cet emploi est en voie de disparition.
    #commerce_inéquitable : supprimer l’humain ! Aujourd’hui les distributeurs ont même externalisé auprès des fournisseurs les mises en place dans les magasins.

    https://www.youtube.com/watch?v=Q7inhdhKWEo


    On ne peut pas vouloir lutter contre la #précarité, la misère, la pollution, l’exploitation et pousser son caddie le samedi ! Derrière chaque produit, il se cache quelque chose : faire ses courses, c’est comme un bulletin de vote ! Consommateur vs citoyen.
    La France a une forte conscience politique, mais s’attaque toujours aux effets et jamais aux causes. On veut préserver le modèle social mais on ne lutte pas contre les grandes surfaces qui détruisent le monde agricole, l’artisanat, la proximité, le commerce, etc.
    La grande distribution est un modèle de société sur lequel la France est très en avance sur le reste du monde : #appauvrissement général et diffusion de cet appauvrissement via la globalisation.

    https://www.youtube.com/watch?v=Ekl2m4gFRwk


    L’impact de ce #modèle sur les pays du sud où il n’y a pas de #protection sociale préalable. Cela dit, ce modèle enterre aussi la protection sociale dans les pays du nord. Le #bio n’est pas forcément #équitable et l’équitable n’est pas forcément bio.
    La grande distribution s’approprie aussi le bio et l’équitable pour créer des marchés de niche et assécher les leviers de transformation de la société. Logique de #récupération.

    https://www.youtube.com/watch?v=N17UlIFW_ys


    Penser au modèle de société en amont du caddie et explorer les #alternatives. #circuits_court. Demander des comptes quand on achète un produit.
    La grande distribution a des conséquences sur l’ensemble de la population. C’est la fin d’un système, d’une #modernité des années 60 : #relocalisation. Prise de conscience du pouvoir du consommateur.

    Huit ans plus tard, on tempère son optimisme… (le changement, ce n’est pas encore pour maintenant).

  • Making a killing from ’austerity’: the EU’s great privatisation fire sale - The Ecologist
    http://www.theecologist.org/News/news_analysis/2987270/making_a_killing_from_austerity_the_eus_great_privatisation_fire_sale.

    ... if the arguments for privatisation no longer stand up to scrutiny, what is driving the process? Along with an ideological fixation with neoliberal policies in the Commission, it is notable how many powerful legal, accountancy and financial firms are reaping profits from the process.

    The report, The Privatisation Industry in Europe shows that the privatisation of state-owned assets depends on the participation of a small coterie of corporations, that provide the financial and legal advice. 

    In terms of financial advice, Lazard and Rothschild are the big players; legal advice features mainly UK-based law firms, such as Freshfields Bruckhaus Deringer and Allen and Overy, and in all of the deals the so-called ’Big Four’ accountancy firms (Deloitte, KPMG, PricewaterhouseCoopers and Ernst & Young) are involved. Their advice does not come cheap: Lazard made profits of £1.5 million as an advisor in the privatisation of Royal Mail.

    [...]

    ’The drive for austerity was about using the crisis, not solving it. It still is.’

    It comes as no surprise that these institutions are all involved in powerful European lobbying groups, such as the European Financial Services Roundtable, Business Europe and the Society of European Affairs Professionals. Many of the firms have their own lobbyists in Brussels: Freshmans Bruckhaus Deringer openly states that it is present there to “help to shape EU legislation and administrative decisions.”

    Collectively, these lobbyists have turned privatisation into a capitalist virility test; used to judge whether an indebted country is truly committed to economic reform and competitiveness. The fact their advice reaps considerable private profit for themselves in the process is rarely mentioned.

    The fact that the financial sector emerged not only unscathed, but strengthened in the wake of the financial crisis is a conundrum that the left and progressives still grapple with. It showed that popular awareness and anger was not enough to overcome the combined force of a powerful financial industry and a neoliberal ideology deeply entrenched in political and cultural life.

    So it is perhaps no surprise that privatisation has accelerated in Europe rather than slowed down since the economic crisis. As Nobel prize-winning economist, Paul Krugman put it: “The drive for austerity was about using the crisis, not solving it. It still is.”

    However, just as in the financial crisis, this powerful nexus of forces cannot hide the social costs of policies that put private profits before human needs. Along with anger at the surging inequality expressed in the rise of anti-establishment party candidates on both sides of the Atlantic, there is also growing disaffection with growing cases of privatisation that have led to declining public services and rising prices.

    In the area of water, for example, 235 cities worldwide in the last 15 years have brought water services back under public control in frustration at rising prices and declining service delivery. This trend is one that European Commission bureaucrats would do well to learn from before ploughing ahead with the next wave of austerity-drive privatisation in its most indebted countries.

    Their failure to listen, will only contribute to a growing disaffection with the European Union project, from both the left and the right, that won’t be reversed until economic policies are designed for the benefit of the majority rather than a privileged minority.

    #lobbying #austérité #privatisation #accaparement #appauvrissement #majorité #enrichissement #minorité #arnaque #UE #Europe

  • Indice des #prix à la #consommation et #appauvrissement réel - Le blog de Bernard Gensane
    http://bernard-gensane.over-blog.com/2016/02/indice-des-prix-a-la-consommation-et-appauvrissement-reel

    Tous les prix n’augmentent pas de la même manière, au même rythme, ce qui signifie que l’augmentation est moyenne ou pondérée. Ainsi, depuis 15 ans, le prix des combustibles a crû de 150% tandis que celui des ordinateurs baissait de 90%. Le problème est que si l’on se chauffe ou si l’on roule tous les jours, on ne change pas d’ordinateur tous les ans.

    On ne sait pas trop pourquoi (enfin, si, on devine), mais l’IPC la consommation du tabac de ses calculs, ce qui fait baisser l’indice de 0,1% par an. Par ailleurs, l’IPC sous-estime la valeur des logements d’environ 0,2% par an.

    Le mode de vie contribue également à l’appauvrissement général. Il n’est que de calculer à combien revient pour une famille de trois enfants l’utilisation de téléphones portables, outils quasi obligés aujourd’hui mais qui étaient absents des foyers il y a une vingtaine d’années. L’internet est désormais le passage obligé pour de nombreuses démarches, comme par exemple la déclaration d’impôts.

  • You’re Likely to Be a Lot Poorer Than You Were a Few Years Ago—And It’s All By Design | Alternet
    http://www.alternet.org/labor/youre-likely-be-lot-poorer-you-were-few-years-ago-and-its-all-design

    The typical American is even poorer than his or her equivalent in Greece. The median Australian is four times wealthier. The Canadians are twice as wealthy. The U.S. continues to lead the world in billionaires (571 in 2014, with China a distant second at 190). But after decades of financial deregulation and attacks on employee rights, Americans rank 26th in median wealth (defined as assets owned, minus debts owed for the person on the middle rung of the wealth ladder).

    All by Design

    During the Cold War, our working class was the envy of the world. We argued that our free-enterprise system, not communism, created the best conditions for a rising standard of living for all. Indeed, there was much to boast about. Real wages were increasing year after year. American workers were free to go on strike and did. Most importantly, the children of working people could climb the economic ladder—upward mobility was real.

    Today, by almost every measure, none of this is true. Not only do we rank 26th in median wealth, we also are the most anti-employee country in the developed world. Actually, the two go together, because rising inequality results from our pro-Wall Street and anti-worker policies.

    #Etats-Unis #appauvrissement #enrichissement

  • Palm oil, poverty and ‘imperialism’: A reality check from Liberia
    http://farmlandgrab.org/post/view/23929-palm-oil-poverty-and-imperialism-a-reality-check-from-liberia

    Porritt’s notion is that poor countries like mine (Liberia) are being held hostage to what he calls ‘eco-imperialists’ - rich country environmentalists who put pressure on developing countries not to cut down their rainforests, thus keeping us poor. His Forum for the Future charity instead suggests that promoting palm oil, a primary driver of deforestation, is a possible solution to poverty.

    As Director of Liberia’s Sustainable Development Institute I have seen up-close the true impact of palm oil, and I can tell you it is more often the problem, not the solution. When Liberia opened up to investment after a devastating civil war, the government struck land deals with companies without the consent of the people who lived on the land, and many communities received a pittance in return for it. In rural parts of Liberia, communities complain that their food is now scarcer than it was before the palm oil companies moved in, and that fertilisers have polluted their fishing ponds and drinking water.

    So palm oil seems to be compounding, not alleviating poverty.

    #Liberia #huile_de_palme #pauvreté #appauvrissement #agobusiness #pollution #eau #impérialisme