• « Le Point » franchit le mur du néocon
    http://www.marianne.net/Le-Point-franchit-le-mur-du-neocon_a234427.html

    Peu connu pour sa hantise du conservatisme, la une du Point du 28 novembre dénonçant « les néocons » à la française est pourtant une véritable couverture du newsmagazine.

    Au début on pense à un faux, à une facétie du groupe Jalons pour charrier l’hebdomadaire le Point, à une autoparodie de ses couvertures sur l’immigration ou de son récent panégyrique de l’Identité malheureuse, d’Alain Finkielkraut, le penseur bâillonné le plus assourdissant de France. Mais non, il faut bien s’y résoudre, la une du Point du 28 novembre dénonçant « les néocons » à la française, où se voient mêlés dans un même torrent d’amalgames excommunicateurs Patrick Buisson et Arnaud Montebourg, Eric Zemmour et Emmanuel Todd, Marine Le Pen et Régis Debray, est une véritable couverture du newsmagazine, jusqu’ici peu connu pour sa hantise du conservatisme.

    A en croire le dossier, une tornade souverainiste, antieuropéenne, antimondialiste et, horresco referens, protectionniste, ravagerait désormais les esprits, mélangeant vicieusement ligne d’extrême gauche (anticapitalisme, haine des riches) et supposées obsessions d’extrême droite (nationalisme, éloge des frontières), préparant en tout cas les esprits au pire, en l’occurrence à l’accession au pouvoir du Front national. Eclaboussé au passage, le philosophe Jean-Claude Michéa, auteur d’Impasse Adam Smith, dont la critique de la gauche libérale menée depuis quinze ans est ravalée à la seule admiration qu’il est censé inspirer à un Zemmour. Calomnié, Emmanuel Todd, qui ne chercherait « plus à cacher sa proximité de pensée en matière économique avec Mme Le Pen ». Insultés, Chevènement et Montebourg, dépeints comme deux socialistes en eaux troubles, pour l’un depuis toujours, pour l’autre depuis le port d’une certaine marinière.

    Réseaux sociaux et victimes ont réagi rapidement, en dénonçant une liste mêlant carpes anti-immigrés et lapins anticapitalistes, dévoyant par ailleurs totalement le sens du mot « néocon », traditionnellement utilisé pour désigner les faucons américains et leurs émules, mêlant le vœu de déréguler l’économie à un interventionnisme militaire à tout-va. Mais, au fond, là n’est pas la question. Sous le faux négligé de la liste, sous les incohérences de surface du dossier, salissant Todd et épargnant comiquement Finkielkraut, c’est au contraire la cohérence profonde de l’offensive qui frappe. Un bel exemple de guerre culturelle gramscienne. Ne se trouvent en effet ici épargnés que les tenants du libre-échange, ceux qui se tiennent prudemment loin de toute critique sociale. Se trouvent en revanche fascisés tous ceux qui d’une façon ou d’une autre cherchent à réhabiliter l’idée nationale contre l’ordre néolibéral et la Banque centrale européenne. Tous ceux qui ne veulent pas abandonner la nation au droit du sang, mais rappeler qu’elle est le levier même de la souveraineté populaire.

    Double effet ravageur de ce genre d’expédition punitive dans un contexte français déjà inquiétant : tandis que la xénophobie, véritable marqueur de l’extrême droite, se voit ici largement dédouanée, la percée enfin opérée depuis quelques années par quelques-uns des plus lucides intellectuels français se voit, elle, diabolisée.

    #Le-Point
    #néocon
    #Alain-Finkielkraut
    #Patrick-Buisson
    #Arnaud-Montebourg
    #Eric-Zemmour
    #Emmanuel-Todd
    #Marine-Le-Pen
    #Régis-Debray
    #Jean-Claude-Michéa

    • En effet le discours est internationaliste mais outre le fait que l’internationalisme suppose l’acceptation de la validité du nationalisme plutôt que son dépassement. En pratique, on observe surtout que l’extrême-gauche (Mélenchon, Chevènement, le PCF, LO, LCR, etc.) refuse tout progrès de la construction européenne qui est pourtant la seule démarche concrète sérieuse s’efforçant de dépasser l’État-national.

    • Ce que tu appelles extrême-gauche (et que moi j’appelle gauche) se caractérise effectivement par l’internationalisme... mais pas à la sauce des multinationales et encore moins à celle que nous inflige l’Europe.
      Franchement, l’idée de fédération européenne me plaît depuis que je suis gosse. J’ai participé à des programmes d’échange au lycée et l’Europe des peuples me semble être un bon préalable à une aspiration égalitaire mondiale.

      Sauf que l’Europe actuelle, c’est tout l’inverse : des grosses frontières meurtrières et bien étanches pour les pauvres et des coupe-circuits, des paradis fiscaux, des passe-droit pour les riches et les marchandises. Au lieu d’un espace commun, on a hérité d’une zone de guerre où nous sommes tous en concurrence contre tous, au lieu de coopérer dans le sens du mieux-vivre.

      Cette Europe-là me fait gerber, on dirait le Grand Reich d’Hitler, en fait et j’emmerde les distributeurs de points Godwin. Chaque matin, je me lève et je me rappelle que je suis née dans le camp des ordures et ça me désole.

    • @vlentz : le néolibéralisme caracole depuis 30 ans grâce au raccourci : régulation économique = protectionnisme = nationalisme.
      Pitié sortons de cet amalgame..
      Le souverainisme économique ça n’a rien de nationaliste, c’est juste le droit des tous les peuples à disposer d’eux mêmes. Or économiquement et politiquement, et jusqu’à preuve du contraire, la socialisation et les communautés ont une ossature culturelle, linguistique et donc géographique...


  • Vers une nationalisation partielle de PSA Peugeot Citroën ? - France Info
    http://www.franceinfo.fr/economie/tout-info-tout-eco/vers-une-nationalisation-partielle-de-psa-peugeot-citroen-1247465-2013-12

    Oui, mais l’Etat veille au grain et l’a rappelé hier par l’intermédiaire d’Arnaud Montebourg : OK pour l’opération, à condition que PSA reste français. L’Etat pourrait donc participer à l’augmentation de capital à parité avec le chinois : 20% chacun, auxquels s’ajouteraient d’autres investisseurs tricolores.
    Il y a un an, l’Etat s’était déjà porté caution de l’avenir de la branche financière de Peugeot (PSA Finances) à hauteur de 7 milliards d’euros jusqu’en 2015. L’Etat qui détient déjà 15% de Renault va-t-il devenir aussi actionnaire de référence de PSA à la place de la famille Peugeot ? Fantasme ou réalité ? Les prochains moins - peut-être même les prochaines semaines - nous diront si nous sommes en train d’assister à une semi-nationalisation du groupe familial vieux de 200 ans.

    #PSA Peugeot Citroën
    #General-Motors
    #Dongfeng
    #Arnaud-Montebourg

    #nationalisation ( partielle ? )
    #dividendes -> PSA
    #pertes -> Etat


  • Montebourg juge l’Allemagne responsable de la crise des abattoirs bretons | Forum Démocratique
    http://forumdemocratique.fr/2013/10/23/montebourg-juge-lallemagne-responsable-de-la-crise-des-abattoirs-b

    Montebourg juge l’Allemagne responsable de la crise des abattoirs bretons
    23 octobre 2013By admin

    La politique salariale d’outre-Rhin responsable de la crise que traversent les abattoirs bretons ? C’est ce qu’affirme au Parisien mardi 22 octobre Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif.
    « Si nos abattoirs ferment les uns après les autres, c’est aussi parce que l’Allemagne embauche des salariés payés à 400 euros par mois, déclare Arnaud Montebourg. La question des salaires allemands est un vrai problème. Cela fait partie des revendications françaises soumises à Mme Merkel [la chancelière allemande]. La modération salariale, c’est bien, mais le dumping déloyal sur les salaires, ce n’est pas acceptable. »

    Lire : Nouvelles saignées dans l’agroalimentaire breton

    Arnaud Montebourg impute, par ailleurs, aux politiques économiques européennes la montée du Front national et souhaite que les partenaires de la France « comprennent que les choix de récession qu’ils font ne peuvent pas durer ».

    #économie
    #agroalimentaire
    #Allemagne
    #France
    #politique-salariale
    #abattoirs-bretons
    #Arnaud-Montebourg