• Le conflit syrien n’est pas le seul terrain d’utilisation d’armes chimiques. Depuis le début du vingtième siècle, elles sont utilisées par les pays pour étouffer, neutraliser, tuer, dissuader. Avec l’industrialisation de la guerre, les méthodes évoluent, pour toujours plus de mortalité. Autour du documentaire "Le souffle de la guerre chimique" de Fabienne Lips-Dumas, ARTE Info plonge dans l’histoire des armes chimiques, de leur conception à leur destruction. Un dossier de Laure Siegel.
    https://info.arte.tv/fr/armes-chimiques
    Le souffle de la guerre chimique | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/053755-000-A/le-souffle-de-la-guerre-chimique

    L’usage de gaz toxiques contre des civils en Syrie réveille la peur d’une #guerre_chimique. Enquête sur un ennemi invisible toujours menaçant, malgré les efforts de la communauté internationale en faveur du désarmement.


    https://fr.wikipedia.org/wiki/Arme_chimique
    https://seenthis.net/messages/417141
    #OIAC #arsenal #stocks-gaz-toxiques #industrie_chimique


  • #Balancetonpauvre Le Courrier - Vendredi 15 décembre 2017
    Philippe Bach

    https://www.lecourrier.ch/155122/balancetonpauvre

    Mieux vaut être terroriste que pauvre en #Suisse. Vos droits seront mieux défendus. Le Conseil des Etats a voté jeudi un durcissement du droit fédéral qui permet d’espionner les personnes qui seraient au bénéfice des prestations d’une assurance sociale. Le dossier va maintenant être étudié au niveau du Conseil national.

    Le but est de permettre un #flicage-généralisé de ces assurés qui seront traités comme des criminels. La Chambre haute a ouvert la porte jeudi à des pratiques permettant aux assurances d’engager des détectives privés. Ces derniers auraient le droit d’utiliser des traceurs GPS ou des micros directionnels. Gare à qui se montrerait trop bavard sur son balcon. Et si l’on habite au rez-de-chaussée, il ne sera pas à l’abri d’une camera HD. Big Brother is watching you !

    Cette modification législative a été lancée précisément parce que la Cour européenne des droits de l’homme avait mis le holà à ces pratiques de fouines. Ceci en raison d’un manque de bases légales. Qu’à cela ne tienne, les sénateurs sont en train de combler le vide juridique plutôt que de s’interroger sur la pertinence de ces mesures.

    La gauche a bien tenté de mettre un semblant d’ordre juridique dans cet #arsenal-liberticide. Par exemple en prévoyant qu’elles soient conditionnées au feu vert d’un juge. En vain. Seul a été accepté un regard du pouvoir judiciaire lors de la pose d’un #mouchard-électronique sur le véhicule

    Ce sont des centaines de milliers de personnes qui sont concernées. Tous les bénéficiaires de l’AI, de l’ #assurance-chômage ou des prestations complémentaires. Et leurs proches. Une incroyable intrusion dans la #sphère-privée de ces personnes qui ne semble pas gêner grand monde sur les bancs bourgeois. Si cette loi passe, une personne soupçonnée de terrorisme ou un criminel auraient droit à davantage de garanties qu’un pauvre, relève le Parti socialiste...

    On a connu meilleure application du principe de proportionnalité. Et on relèvera que la #criminalisation-de-la-pauvreté induite par ce type de soupçon généralisé a un pendant : l’impunité accordée à la #fraude-fiscale. Mais cette dernière est jugée vertueuse par les mêmes qui veulent débusquer les pauvres jusqu’au fond des chiottes, pour paraphraser le président russe Vladimir Poutine. Les #Paradise-papers ? Des pratiques dignes de #Vichy, ont tonné ces vaillants défenseurs des droits fondamentaux. Pourtant, en France, des études ont montré que la #fraude-sociale représente quelque 300 millions d’euros de pertes par année, alors que les montants de la #fraude-fiscale avoisinent les 50 milliards. On a les priorités qu’on mérite.


  • #Fact-checking Donald Trump’s misleading tweet about U.S. nuclear arsenal

    Trump wrote at 4:56 a.m: “My first order as president was to renovate and modernize our nuclear arsenal. It is now far stronger and more powerful than ever before.”


    http://www.politifact.com/truth-o-meter/statements/2017/aug/09/donald-trump/under-donald-trump-us-nuclear-arsenal-far-stronger
    #armes_nucléaires #USA #Etats-Unis #nucléaire #arsenal_nucléaire


  • Comment les footballeurs #mineurs sont tombés aux mains de mercenaires
    https://www.mediapart.fr/journal/international/111216/comment-les-footballeurs-mineurs-sont-tombes-aux-mains-de-mercenaires

    Les jeunes joueurs constituent une mine d’or potentielle pour les #agents, qui se jettent sur eux, dans le monde entier, en espérant miser sur le bon cheval. Des règles existent – un intermédiaire n’est pas censé pouvoir gagner d’argent en travaillant pour un adolescent. Mais elles ne sont pas respectées. La FIFA navigue entre impuissance et ignorance. Lors de la Danone cup, compétition pour les moins de 12 ans © DR

    #International #Arsenal #FC_Porto #football #football_leaks #intermédiaires


  • Craintes sur les #armes_nucléaires américaines stockées en #Turquie

    Des dizaines d’armes nucléaires américaines stockées sur la base aérienne d’#Incirlik en Turquie, non loin de la frontière syrienne, risquent de tomber dans les mains de « terroristes ou d’autres forces hostiles », met en garde un rapport publié lundi.

    http://www.courrierinternational.com/depeche/craintes-sur-les-armes-nucleaires-americaines-stockees-en-tur

    Même dans les mains du gouvernement, pas moins que ça soit mieux...


  • #Police : le permis de peur d’#arme - Libération
    http://www.liberation.fr/france/2016/01/31/police-le-permis-de-peur-d-arme_1430191

    Et de cinq ! Mercredi, en Conseil des ministres, Jean-Jacques Urvoas, tout juste nommé garde des Sceaux, présentera un nouveau texte renforçant l’#arsenal_législatif en matière d’[#antiterrorisme]. Le cinquième, donc, en cinq ans. Outre des dispositions « donnant de nouveaux moyens d’investigation au parquet » (lire Libération du 8 janvier), la loi prévoit, dans son actuel article 20, de modifier les #règles « d’#ouverture_du_feu » des policiers. Autrement dit, d’assouplir les conditions dans lesquelles ils pourront dégainer leur arme.
    [...]
    La place Beauvau le répète à l’envi : « L’article 20 a pour vocation de ne plus laisser le policier dans un cogito infini lorsqu’il dispose de trois secondes pour chausser son arme. » Pour cela, le projet de loi prévoit d’étendre l’irresponsabilité pénale dans les cas où l’usage de l’arme est « rendu absolument nécessaire pour mettre hors d’état de nuire l’auteur d’un ou plusieurs homicides volontaires ou tentatives […] dont il existe des raisons sérieuses et actuelles de penser qu’il est susceptible de réitérer ces crimes dans un temps très voisin de ces actes ». S’agit-il pour autant d’un permis de tuer ? Clairement, non. En revanche, les notions « raisons sérieuses de penser » et « temps très voisin » peuvent largement déborder le cadre de l’action antiterroriste. Et laisser place à des interprétations extensives, voire divergentes, sur l’usage des armes dans des scénarios délictueux plus classiques. Au risque d’engendrer une action policière zélée.

    Jusqu’ici, la police ne bénéficiait d’aucun régime spécifique en matière de #légitime_défense. Comme chaque citoyen, elle était soumise à l’article 122-5 du code pénal. Il stipule : « N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui. » Avec l’article 20, le gouvernement applique quasiment aux policiers les règles régissant l’ouverture du feu jusqu’alors réservées aux #gendarmes. Ces derniers, soumis à l’article 2338-3 du code de la défense, peuvent déjà tirer lorsqu’ils se trouvent menacés par des personnes armées ou que des fugitifs n’obtempèrent pas à leurs sommations.
    [...]
    « L’article 20 fait peser une grande responsabilité sur nos collègues », estime un syndicaliste qui, cas rarissime, préfère garder l’anonymat. De là à dire que les « bleus » ont la main qui tremble ? « De nombreux fonctionnaires ne tirent même pas une cartouche par an, confirme une source haut placée dans la police. Or, ce projet de loi induit des qualités de tirs et de sang-froid impeccables » . Ce que ne nie pas Pascal Lalle, directeur central de la sécurité publique : « On va faire en sorte que les policiers soient formés. C’est indispensable. » Actuellement, et c’est un secret de polichinelle, de nombreux policiers n’effectuent pas leurs trois séances de tirs d’entraînement annuelles. S’exposant de ce fait à des sanctions disciplinaires.

    L’application de la mesure suppose aussi la diffusion d’informations suffisamment précises et rapides permettant une intervention circonstanciée du policier : « Or, qu’est-ce qui me dit que l’agent se trouvant face aux frères Kouachi durant leur cavale aura suffisamment d’éléments pour agir avec discernement ? s’inquiète la source policière haut placée. Là encore, il y a pas mal de boulot de commandement à effectuer pour que l’article 20 ne se retourne pas contre nous à la suite d’un ou deux dérapages. »
    [...]
    Depuis l’état d’urgence, les associations, comme les autorités, notent une nouvelle hausse des tensions entre la police et les jeunes dans les quartiers sensibles. [...] Cette tension se cristallise au moment des #contrôles_d’identité, cette spécificité bien française, qui scande la vie des quartiers.

    Les associations se sont un temps accrochées à l’espoir de la délivrance d’un récépissé lors des contrôles d’identité. Mais l’idée du bout de papier a été enterrée par Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur. A la place, l’article 19 de la loi sur la réforme de la procédure pénale précise l’usage des « caméras piétons », qui sont portées à l’épaule par les fonctionnaires. Elles sont censées être une garantie contre les violences policières. Nassim Lachelache n’est pas convaincu : « Si les policiers peuvent l’éteindre quand ils veulent, ça ne sert à rien. Les caméras doivent être allumées en permanence, note-t-il. Ensuite, il faut qu’une personne qui a été contrôlée puisse avoir accès aux images, en saisissant le #défenseur_des_droits par exemple. »

    En 2015, ce dernier a enregistré plus de 900 réclamations liées à la « déontologie de la sécurité » - qui inventorie les plaintes visant les forces de l’ordre pour « violences », « fouilles à nu », « propos déplacés ou insultants », « manque d’impartialité ». Selon son rapport annuel, qui doit être présenté ce jeudi, il s’agit d’un bond de 29 % comparé à 2014. L’article 20 déboule donc au moment où les tensions sont extrêmement aiguës.


  • Pourquoi la NSA aspire des millions de photos de visages sur le web
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/06/02/pourquoi-la-nsa-aspire-des-millions-de-photos-de-visages-sur-le-web_4429961_

    Le New York Times publie des extraits d’une présentation PowerPoint, utilisée par la NSA en 2011 pour un usage interne et présentée comme top secrète, qui l’assure : « l’image fait tout ».

    Selon le New York Times, ces documents indiquent qu’en 2011, la NSA était capable d’intercepter en une journée « des millions d’images » dont environ « 55 000 dont la qualité suffit pour une reconnaissance faciale ». Ces images seraient récupérées dans les emails, courriels, textos, mais aussi sur les réseaux sociaux, grâce à des outils de vidéo-conférences, ou encore, dans les bases de données de photos utilisées par les administrations des pays étrangers.

    RECONNAISSANCE FACIALE

    Un porte-parole de l’agence, interrogé sur la question par le New York Times, n’a pas voulu commenter et confirmer ces informations. L’article du New York Times rappelle par ailleurs que les autorités américaines (département d’Etat, FBI, etc.) ont déjà recours à des banques d’images très fournies, incluant les photos de passeport, de permis de conduire, mais aussi, dans le cas des autorités locales, des photos trouvées sur Facebook.

    Mais les documents analysés par le New York Times décrivent aussi comment la NSA a ensuite recours à des logiciels permettant d’analyser et exploiter toutes ces photos, grâce à des outils de #reconnaissance_faciale de plus en plus évolués. Leur développement se serait accéléré sous l’administration Obama : collecter un maximum de photos, et pouvoir analyser précisément toutes les informations qui s’y trouvent, permettrait, ainsi, de repérer au plus vite des cibles potentielles.

    « Il ne s’agit pas d’en avoir après les communications traditionnelles. Il s’agit de déployer tout un #arsenal pour exploiter numériquement les indices qu’une cible laisse derrière elle dans ses activités courantes sur Internet, afin de recueillir des #informations_biographiques et biométriques », explique un document de la NSA datant de 2010, cité par le quotidien.

    #surveillance #biométrie



  • Le passant de la bande
    http://www.vacarme.org/article2371.html

    Géographe, benjamin@geosolutions.com n’a pas résisté à la proposition de Speedial, leader mondial de l’internet : faire la cartographie du web. C’est-à-dire, plus précisément, la cartographie des infrastructures très matérielles d’un réseau censément virtuel. Philippe Vasset est journaliste. Collaborateur de Vacarme, auteur de plusieurs nouvelles, il a accepté que nous publiions un extrait de ce premier roman, encore inédit, où la fiction et l’aventure partent, repartent, à l’assaut des techniques. À moins (...)

    #arsenal / #Écritures, #Géographie