#auto-organisation

  • Contre le système, le régime et le pouvoir en Algérie

    Nedjib Sidi Moussa

    https://lavoiedujaguar.net/Contre-le-systeme-le-regime-et-le-pouvoir-en-Algerie

    Intervention pour la rencontre « Transition indépendante pour une Algérie libre et démocratique » organisée le 26 avril à Paris par l’association Agir pour le changement et la démocratie en Algérie (ACDA).

    Depuis le 22 février, pour la dixième semaine consécutive, le peuple est massivement sorti dans les rues d’Algérie pour exiger le départ du système, du régime, du pouvoir... Et la détermination de la population est aussi importante que le flou entourant ces trois notions, tout comme les moyens à employer pour parvenir à ce but.

    Si la fin ne justifie pas toujours les moyens, il existe néanmoins « une interdépendance dialectique » entre les deux. C’est pourquoi il nous revient de préciser, dans la libre confrontation des idées, tant les méthodes à utiliser que l’objectif à atteindre. (...)

    #Algérie #système #Bouteflika #Gaïd_Salah #chute #armée #Kabylie #manifestants #transition #auto-organisation

  • L’Algérie est au bord de l’éclosion

    Mohammed Harbi et Nedjib Sidi Moussa

    https://lavoiedujaguar.net/L-Algerie-est-au-bord-de-l-eclosion

    Le surgissement populaire du 22 février constitue une rupture majeure dans notre histoire comme dans celle du Maghreb. Il s’agit de la consolider et d’élargir le champ des possibles. Aujourd’hui, les Algériens ont remporté une première victoire.

    Notre tâche prioritaire est de tirer la leçon du soulèvement d’octobre 1988 et d’éviter à nouveau le « détournement du fleuve », à savoir la confiscation de la souveraineté populaire qui est à l’origine de l’autoritarisme sous sa forme actuelle.

    Nous sommes devant une nouvelle crise du régime mais le peuple algérien a déjà tranché. Le FLN a vécu, le cinquième mandat aussi. L’annonce du président, ce 11 mars 2019, ne fait qu’entériner cet état de fait.

    Ici et là, des alternatives politiciennes sont proposées par les démocrates au nom du changement. Mais les intérêts des classes populaires sont rarement pris en considération. Or, ce sont elles qui vivent le plus intensément l’humiliation, les abus du pouvoir et la hogra. (...)

    #Algérie #soulèvement #FLN #autoritarisme #corruption #auto-organisation #autonomie #émancipation

  • « Make Amazon pay » : entretien avec Anton Kramer sur les luttes et la logistique à Leipzig.
    http://www.platenqmil.com/blog/2017/12/19/make-amazon-pay---entretien-avec-anton-kramer-sur-les-luttes-et-la-logis

    Emblème du rêve capitaliste d’un monde sans crispations ni frictions, Amazon est l’une des plus grandes firmes existantes. Cet entretien avec Anton Kramer, militant d’une alliance de solidarité avec les travailleurs.se.s en lutte au sein de l’entreprise, revient sur le parcours de mobilisation construit depuis plusieurs années à Leipzig, dans le nord-est de l’Allemagne. Il éclaire notamment le rôle politique de la logistique dans les transformations de la production, de l’échange et de la consommation de marchandises, et indique selon quelles modalités penser aujourd’hui une opposition aux processus transnationaux parties prenantes de la domination. L’exposition des formes d’action et types d’organisation mis en place souligne l’importance pour des militant.e.s de s’implanter sur un tel lieu de travail et d’y établir des liens durables avec les travailleurs.se.s et les syndicalistes

    #Amazon #travail_précaire #ubérisation #auto-organisation

  • En Espagne, les femmes de chambres s’organisent pour en finir avec le « sale boulot »
    https://information.tv5monde.com/terriennes/en-espagne-les-femmes-de-chambres-s-organisent-pour-en-finir-a

    Les touristes internationaux ne les remarqueront sans doute pas. Elles sont les petites mains de l’industrie du tourisme de masse. Invisibles, ou presque. Les femmes de chambre, maillon incontournable de la prestation offerte au client d’hôtel, effectuent des tâches difficiles et peu valorisées. 

    En Espagne, la détérioration des conditions de ce travail éreintant a poussé Las Kellys, acronyme de « Las que limpian » (celles qui nettoient), à se regrouper et créer un collectif de revendication. Fondée en novembre 2016 à Barcelone, l’association Las Kellys dispose de huit relais à l’échelle espagnole. Outre Madrid, elles sont présentes dans plusieurs points névralgiques du tourisme ibère : Benidorm, Cádiz, Fuerteventura, La Rioja, Mallorca ou encore Lanzarote...

    Si c’est à Barcelone, première ville touristique de la péninsule (19 millions de visiteurs en 2017) qu’a émergé ce mouvement, comme d’autres avant, les Kellys déploient une stratégie multi-polaire. La bataille légale se mène de manière parallèle, aux portes des parlements régionaux et des Cortes espagnoles (chambre des députés et sénat), à Madrid. C’est dans la capitale espagnole que se joue par exemple la reconnaissance des maladies spécifiques à ce travail laborieux.

    #femmes #féminismes #femmes_en_lutte #travail_des_femmes #précaires #auto-organisation #Espagne

  • Marcha Estudiantil «Contra la violencia machista»
    https://www.youtube.com/watch?v=YJoMm1uCT74

    Este miércoles 16 de mayo, la Confederación de Estudiantes de Chile (CONFECH) convocó a una marcha contra la violencia de género hacia la mujer, tras una serie de denuncias de abusos y acosos sexuales en centros estudiantiles por parte de estudiantes y académicos. 150 mil personas se movilizaron sólo en Santiago.

    #femmes #féminismes #femmes_en_lutte #Chili #sexisme #violences_contre_les_femmes #éducation_non_sexiste #autonomie #auto-organisation

  • Au Chili, en ce mois de mai 2018, une vague féministe des étudiantes contre les violences machistes
    https://information.tv5monde.com/terriennes/au-chili-en-ce-mois-de-mai-2018-une-vague-feministe-des-etudia

    Une marche historique rassemblant plus de 150000 personnes à Santiago, la capital et plus de 200000 à travers tout le pays ; en ce froid mercredi de mai 2018 (l’automne au Chili), les Chiliennes se sont retrouvées pour dénoncer les abus sexuels et exiger une éducation non sexiste, un cri massif à l’unisson ; avec des slogans comme « les filles ne devraient jamais avoir peur d’être intelligentes », « éducation non sexiste pour qu’ils arrêtent de nous tuer » ou « non au harcèlement sexuel et à l’impunité ».

    
Plus de 40 assemblées féministes-étudiantes ont appelé à cette première marche, dont les protagonistes étaient seulement des femmes ; les hommes pouvaient venir, mais en marge, pour s’occuper des circuits et sécuriser les parcours. Et manifester leur soutien ou leur admiration sur les réseaux sociaux. Comme celui ci : « Mes respects à toutes les camarades qui se mobilisent au Chili contre la violence masculine et pour une éducation non sexiste. Tous les progrès qui peuvent être réalisés aujourd’hui seront le fondement d’un avenir plus juste. Jusqu’à la victoire, je serai toujours votre compagnon »

    #femmes #féminismes #femmes_en_lutte #Chili #sexisme #violences_contre_les_femmes #éducation_non_sexiste #autonomie #auto-organisation

  • Au Kenya, une « mini-république de femmes » contre les violences et les mutilations
    http://abonnes.lemonde.fr/afrique/article/2018/03/12/au-kenya-une-mini-republique-de-femmes-contre-les-violences-et-les-m

    « Nous sommes très heureuses de vivre ici parce que nous sommes libres. Personne n’est là pour nous imposer des restrictions, nous avons le pouvoir », sourit Nepi Lelegweny. Regard tranquille, dents du bonheur, elle est la doyenne du village, du haut de ses 42 ans. Autour d’elle se sont rassemblées à l’ombre d’un grand acacia quelques-unes des vingt-six femmes qui forment cette communauté atypique.

    Il y a vingt-cinq ans, quelques pionnières ont fondé ce village à quelques kilomètres de la bourgade d’Archers Post, à plus de 300 kilomètres au nord de Nairobi, pour fuir le sort que leur réservait leur propre communauté.

    Comme leurs cousins masai, les Samburu pratiquent l’excision comme préalable au mariage, traditionnellement arrangé dès le plus jeune âge. Dans cette région pauvre et isolée, les jeunes filles quittent très tôt l’école – l’anglais et le swahili, enseignés dès le primaire au Kenya, ne sont presque pas parlés dans le village. Les femmes sont réduites à leur rôle de mère et très peu considérées. Au sein des foyers, racontent-elles, les violences sont banales.

    #femmes #auto-organisation #communautés #Afrique #violences_sexistes

  • Travail, pâtes, riz, ça suffit !
    http://www.platenqmil.com/blog/2018/05/16/travail-pates-riz-ca-suffit

    L’Assemblée des précaires de l’éducation est née en septembre 2016 suite à la mobilisation contre la Loi travail mais elle ne prend sa forme actuelle qu’à l’automne 2017, lorsque ses membres décident d’appeler à une journée de grève du personnel non-titulaire de l’Éducation Nationale le 5 avril dernier.

    A partir du mois d’avril la rencontre avec la mobilisation étudiante et lycéenne contre le projet de loi Blanquer/Vidal, ainsi que la lutte des cheminots contre la réforme de la SNCF, nous a amené à nous questionner sur notre place en tant que précaires de l’Éducation Nationale sur le marché du travail. Constatant que la précarisation du travail est devenue la norme, à laquelle peu de secteurs peuvent échapper, nous avons décidé de rallier la mobilisation en cours.

    Nous faisons partie de cette assemblée mais c’est à partir de nos expériences de travail personnelles que nous écrivons cet article. Nous travaillons au quotidien dans l’Éducation Nationale, nous en vivons les contradictions, entre la nécessité de travailler pour gagner sa croûte et le rôle de contrôle social que nous incarnons.

    Nous participons aussi au mouvement social en cours. Ce sont donc nos expériences au sein de ce dernier qui nourrissent, en plus de notre quotidien de travailleuses précaires de l’éducation, ce texte.

    #précarité #mouvement #auto-organisation #enquête_militante

  • #Quilombos. Communautés d’esclaves insoumis au #Brésil

    Au Brésil, dès le XVIe siècle, des esclaves noirs se libèrent et fondent des #communautés_marronnes, appelées quilombos. Ces #républiques_libres et auto-organisées repoussent les nombreuses attaques des colons et deviennent, pour plusieurs siècles, le symbole de la #résistance aux régimes esclavagistes.
    Loin d’être isolés, les quilombos conservent des liens forts avec les esclaves restés prisonniers, mais aussi avec les paysans, les taverniers ou les colporteurs. Malgré leurs différences de taille – celui de #Palmares a compté des milliers de membres –, de mode d’organisation, d’origine ethnique – on y trouve aussi des Indiens, des métis, des Européens en rupture de ban… –, de pratiques culturelles et de système économique, ils constituent tous des territoires autonomes au mode de #vie_communautaire.
    Ce livre, écrit par l’un des meilleurs spécialistes brésiliens, retrace l’histoire des quilombos. En décrivant les conditions de leur naissance et de leur multiplication dans de nombreuses régions du Brésil, la vie de leurs habitants et leurs combats, il nous permet de comprendre leur résistance au temps et la persistance de leurs descendants à lutter pour leurs droits, encore aujourd’hui.


    https://www.lechappee.org/collections/dans-le-feu-de-l-action/quilombos
    #esclavage #colonialisme #esclaves_insoumis #livre #histoire #auto-gestion #auto-organisation #esclavagisme #autonomie

  • « Surtout ne pas trahir les sien.ne.s et prendre l’argent de l’ennemi » : rencontre avec deux jeunes de 18 ans, habitants et militants du 93.
    http://www.platenqmil.com/blog/2017/10/23/surtout-ne-pas-trahir-les-siennes-et-prendre-largent-de-lennemi---rencon

    A la veille de la manifestation qui se tiendra samedi 28 octobre à Bobigny, nous publions cet entretien inédit en français, réalisé par des camarades d’Infoaut avec Yanis et Isaa [1]. Agés de 18 ans, Yanis et Isaa sont les deux jeunes qui ont lancé l’appel à manifestater le samedi 11 février 2017 à Bobigny pour demander Justice pour Théo. Grâce au bouche à oreille, aux réseaux sociaux, et à la présence de quelques rappeurs du quartier contactés via Facebook, la manifestation a réuni plusieurs milliers de personnes - en grande partie des habitant.e.s des quartiers, mais aussi des militant.e.s des alentours. L’atmosphère très tendue et la présence provocatrice de la police ont déclenché des affrontements de plusieurs heures.
     
    Cette conversation a été l’occasion de revenir sur différents thèmes : le lourd héritage du passé colonial, les discriminations scolaires, le travail militant dans les quartiers populaires et, bien évidemment, la lutte contre la police. Avec l’accord de Yanis et Isaa, nous avons choisi de féminiser cet entretien en réponse à l’offensive réactionnaire menée en ce moment-même contre la promotion de l’écriture épicène.

    #Luttes #Quartiers #Théo #violences_policières #auto-organisation #manifestation #toctoc ?

  • En campagne sans trêve | À propos du mouvement « La France insoumise » | Jean-Luc Mélenchon
    http://melenchon.fr/2017/05/28/en-campagne-sans-treve

    J’utilise souvent ce blog pour poster au fil des évènements des observations sur la vie du mouvement que nous avons constitué avec « La France insoumise ». Je ne dis pas que ce soit un sujet qui passionne les observateurs. Ce n’est pas très important. Mais je me désole de voir que le contenu théorique de ce type de question ne retienne pas l’intérêt de ceux qui se sentent concernés par les discussions sur la forme que doit prendre une organisation politique de nos jours, en général, et dans notre famille, héritière du « mouvement ouvrier », en particulier. En ai-je lu, pourtant, des dissertations sur la « crise de la forme parti » !!!!! À présent, devant un fait concret et une tentative concrète de passer a l’acte du dépassement, ne surnagent que quelques papiers ici ou là, quasi tous animés par l’esprit de règlement de compte qui anime toute la « petite gauche » qui accable notre action de sarcasme pontifiants. Mais pourtant « elle tourne » !

    Car la Convention nationale du mouvement « la France insoumise » qui a ratifié notre liste de candidatures aux élections législatives a pris place dans un moment particulièrement porteur de la vie de notre mouvement. Beaucoup ne s’en sont pas rendues compte, mais ce fut un événement que de voir passer à 500 000 le nombre des personnes déclarant leur appui au mouvement. Cela s’est produit entre les deux tours de l’élection présidentielle, alors même que je n’étais plus candidat, dans un élan que je crois politiquement significatif.

    J’ai déjà montré ici, sur ce blog, à de nombreuses reprises, pourquoi et comment le mouvement n’est pas et ne sera jamais un parti politique. Il est un lieu de rassemblement où chaque personne décide individuellement et au coup par coup du niveau de son engagement et de sa participation effective aux diverses tâches et campagnes qui sont proposées. Dans les faits, tout repose évidemment sur la plate-forme internet qui permet ce que l’on appelle « l’horizontalité ». Pour ma part, je n’aime guère ce terme. D’abord parce qu’il sous-entend souvent une opposition à la verticalité qui est parfois tout simplement incontournable dans l’organisation d’une action. Ensuite, parce que les connexions rendues possibles par une telle plate-forme vont dans tous les sens ; elles sont par définition polymorphes. C’est-à-dire qu’elles ne sont ni exclusivement du haut vers le bas ni du bas vers le haut mais dans tous les sens de sorte que la notion même de haut et de bas, comme dans l’univers matériel… dépend de la position de l’observateur.

    Pour mieux souligner la singularité de l’objet, je veux plutôt appeler ici à réfléchir sur ce que ce type de mouvement a en commun avec le fonctionnement des partis politiques. Un certain nombre de fonctions qui semblaient propres à un parti s’accomplissent aussi en son sein : coordination des actions, appel à mobilisation, fournitures de matériel et de documents, universités populaires et ainsi de suite. Mais toutes ces fonctions donnaient lieu à une répartition parfois très soupesée des responsabilités. Elles fournissaient la raison d’être même de l’organisation du parti et de l’existence de postes de permanents politiques. Tout cela, désormais, est accompli par la plate-forme sans produire aucune sorte de ces bureaucraties intermédiaires hier encore indispensables à la marche ordinaire de la vie quotidienne.

    De la même manière, les processus de « démocratie interne » sont également à l’œuvre. Mais dans le mouvement, on s’efforce de ne jamais en faire un sujet de conflictualité interne. Il n’y a donc pas de « majorité », de « minorités », pas de plateformes concurrentes, pas d’orientation générale opposée les unes aux autres. Autrement dit : le mouvement se soucie d’abord d’être inclusif et collectif davantage que formellement « démocratique », sachant à quelles violences et dérives conduisent les soi-disant pratiques « démocratiques » organisées par les règlements intérieur des partis traditionnels. Le mouvement n’a qu’une référence idéologique commune a tous ses membres : le programme. C’est une autre manière de dire qu’ils se définit par son action, par ce qu’il compte faire dans la société s’il en a le pouvoir. De la sorte, le contenu de ce programme détermine le mode d’existence de cette organisation et son unique objet : l’action. Ou plus justement dit : les actions, au pluriel. Car il s’agit de mener des campagnes pour des objectifs lié au programme.

    Pour l’instant, comme cela est bien normal pour un mouvement fondamentalement inscrit dans la logique de la démocratie politique, les campagnes sont des campagnes électorales. Mais demain, elles redeviendront des campagnes sur des thèmes précis comme la sortie du nucléaire, la lutte pour la paix, contre la pauvreté et ainsi de suite. Ou bien des mobilisations en appui à des actions organisées par d’autres et dont les objectifs sont aussi les nôtres ; je pense aux actions sur le climat ou celle du type du samedi 20 mai contre Montsanto. Demain encore, le programme restera toujours l’objet central du mouvement. En effet, les 40 livrets thématiques qu’il a engendrés sur tant de sujets sont remis en chantier par ceux qui les animent avec la participation de toutes les personnes que cela intéressera. Et de même avec les « ateliers législatifs » qui permettent aux citoyens de préparer la mise en forme de projet de loi des diverses propositions du programme.

    Il me semble qu’un but essentiel du nouveau mode de fonctionnement est d’évacuer aussi définitivement que possible les enjeux de pouvoir. Ils pourrissent en effet la vie des partis en transformant toute question en un objet de conflits et de délimitation des influences. Bien sûr, toutes les pratiques que je viens d’évoquer sont encore très largement inexplorées et restent pour beaucoup tracées en pointillés. Je crois que c’est en marchant que nous ferons le chemin, selon l’expression bien connue. C’est à ce prix que nous pourrons le plus étroitement ressembler à la société que nous voulons représenter et mettre en mouvement elle-même. Car on ne doit pas oublier que le moyen doit préfigurer la fin : la révolution citoyenne. En ce sens, l’objet de l’action ce n’est pas le « développement du mouvement » mais l’augmentation de la capacité d’auto-organisation de la société ! C’est à cette question de l’auto-organisation que nous devons maintenant réfléchir avec soin. Il s’agit de se donner les moyens de les dépister quand ils existent pour les soutenir et les répandre. Il s’agit donc aussi de les déclencher quand c’est possible. Mais c’est une autre histoire que celle-ci.

    #auto-organisation

    • La plateforme, c’est un petit peu comme SeenThis : il faut que ce soit hébergé, il faut que ce soit maintenu... il faut que ça évolue.. et y-a forcément un « qui paie ». Et nous les utilisateurs, on en fait ce qu’on veut, enfin, c’est c’qu’on croit :-D
      Sauf que l’hébergeur, le mainteneur, peuvent en faire ce qu’ils veulent, le jour où ils le veulent. Et là, la FI, elle est hébergée chez des gens... des startupers si je ne m’abuse, ça n’est pas forcément rassurant. C’est un premier sujet, celui de la forme ?

      Quant à la façon donc la FI court-circuite... Pour suivre Mélenchon (avec un E) depuis 2005, et avoir eu des échos de la façon donc le PG a été repris en main par les apparatchiks habituels, avec les mêmes phénomènes d’ostracisation du « sang neuf » non-coutumier des appareils, j’avoue que la transformation, je la trouve intéressante. Même si oui, t’étais sortant·e et tu te disais que c’était naturel d’être à nouveau candidat·e, juste ça te fait râler d’être remplacé par un•e gugus tiré·e au hasard. C’est un second sujet, celui du pouvoir ?

      Je suis consterné comme toi par la façon dont tous, là, ils veulent se présenter. C’est chouette. Ils sont tous là sur la photo, avec leur sigle, et leur bilan (boite à rires, y-a pas beaucoup de ces sigles à pouvoir présenter un bilan national glorieux en ce qui concerne l’écologie ou le social...). Un dernier sujet, celui de... comment le désigner... celui de « combien de clônes pour les mêmes idées » ?

      Merci d’avoir ouvert la discussion sur ce sujet.

    • C’est à ce prix que nous pourrons le plus étroitement ressembler à la société que nous voulons représenter et mettre en mouvement elle-même. Car on ne doit pas oublier que le moyen doit préfigurer la fin : la révolution citoyenne. En ce sens, l’objet de l’action ce n’est pas le « développement du mouvement » mais l’augmentation de la capacité d’auto-organisation de la société ! C’est à cette question de l’auto-organisation que nous devons maintenant réfléchir avec soin. Il s’agit de se donner les moyens de les dépister quand ils existent pour les soutenir et les répandre. Il s’agit donc aussi de les déclencher quand c’est possible. Mais c’est une autre histoire que celle-ci.

      Merci à @biggrizzly d’avoir mis en ligne cet extrait fort intéressant.
      Après avoir participé au rassemblement des Glières en Hte Savoie des résistants d’hier et d’aujourd’hui, j’ai eu envie de rencontrer des partisans de la FI lors d’une réunion avec le candidat de ma circoncription. Et je fus agréablement surprise de la diversité des participant-e-s tous regroupé-e-s autour du programme « l’avenir en commun » et de notre représentant. Le paysan du coin nous avait tous réunis, de la documentaliste du lycée, au jeune informaticien qui s’était chargé de la communication, à l’éducateur d’une prison en Suisse pour l’affichage, jusqu’aux travailleur-euses dans l’industrie de la vallée dont une jeune musulmane qui m’a gentiment proposé de m’accompagner lors d’une distribution de tracts dans les immeubles de ma localité.
      J’ai ressenti une énorme convivialité et cette capacité à s’auto-organiser autour de notre courageux candidat (militant anti gaz de schiste et pour un éco-socialisme) car dans la vallée de l’Arve pro-Fillon nous n’avons presque aucune chance d’être au second tour. Et je n’ai qu’une hâte c’est de retrouver ces vrais gens chaleureux qui partagent mes valeurs lors de notre prochain débat public pour la transition écologique.
      Ceci est ma première expérience politique « militante » et je suis un peu consternée par vos réactions précédentes négatives, désabusées, un peu trop du domaine de « l’intellect », sur le mouvement de La France insoumise.

    • @marielle : rien ni personne n’est à l’abri de la critique, et c’est tant mieux. Comme je le dis rapidement ci-dessus, les expériences passées démontrent que la politique, dans notre environnement institutionnel, c’est un truc qui a du mal à ne pas retrouver les défauts de la professionnalisation de son personnel, et ce côté « féodalisant » particulièrement rebutant. Il y a un phénomène de rareté des postes qui induit des comportements de nuisibles dont même les plus progressistes ne parviennent à se défaire (PG, EELV, ... pour ne pas citer le PCF...). Et je suis certain que le moment où les « cadres » de la FI seront brocardés pour avoir ostracisé tel ou telle nouveau venu·e n’est pas bien loin.

      Ceci dit, profitons de ce moment. Que ce soit ton expérience ou celle du Yéti sur son blog, ces élections législatives « à la mode FI » sont ce qui se fait de plus réjouissant depuis bien longtemps.

  • Radical Brownies
    https://www.youtube.com/watch?v=-7LCHtjqXoY&feature=youtu.be

    Berets, badges, Black Lives Matter and social justice: the youth group for activist girls of colour

    The Radical Monarchs is an alternative to the Scout movement for girls of colour in Oakland, California. Its members earn badges not for sewing or selling cookies, but for completing challenges on social justice including Black Lives Matter, ‘radical beauty’, being ‘an LGBTQ ally’ and the environment.

    Dressed in berets and uniforms, the Radical Monarchs show us the neighbourhood where the Black Panther movement was born and meet veterans of the struggle against racism. The group was started by parents concerned that their daughters were being denied access to a fuller understanding of the issues affecting mostly black and Latino communities. The group, open to girls aged between eight and 12, aims to provide the same fun as other girl groups, while also building their pride in being young girls of colour and teaching respect for everyone else.

    The Monarchs’ critics accuse them of brainwashing their children and unnecessarily segregating them. But their warm welcome in Oakland and the demand from across the US and around the world for similar groups suggests that they’ve tapped into something that’s needed.

    #communauté #autonomie #auto-organisation #Etats-unis #Radical_Monarchs #Black_is_beautiful # Black_Panther

  • Auto-organisation des juifs et bolchévisme : l’antisémitisme dans la #révolution_russe

    Le bolchévisme est classiquement envisagé comme un mouvement politique largement composé de juifs, qui a dû affronter l’antisémitisme avec ferveur dans l’Empire tsariste. Dans cette contribution majeure, Brendan McGeever fait état des ambiguïtés de cet engagement contre l’antisémitisme. Alors que #Lénine et #Trotsky refusèrent toute autonomie d’organisation aux juifs à l’aube du XXe siècle (à travers leur rejet du #Bund), la guerre civile qui suivit la révolution d’#Octobre devait mettre en exergue l’importance d’une #auto-organisation des #juifs. Opprimés par la terrible guerre des Blancs, les juifs étaient aussi la cible de pogroms rouges, reflet de la persistance de l’antisémitisme dans la paysannerie russe enrôlée par les #bolchéviks. McGeever propose le récit inédit de l’interaction entre le jeune pouvoir soviétique et les groupes juifs socialistes autonomes, qui durent livrer une bataille âpre mais victorieuse pour que le #bolchévisme reconnaisse et s’empare avec fermeté de la lutte contre l’#antisémitisme. Il s’agit-là d’un récit majeur pour saisir en quoi le centre #révolutionnaire peut et doit être débordé par ses #marges.

    http://revueperiode.net/auto-organisation-des-juifs-et-bolchevisme-lantisemitisme-dans-la-revo

  • La rue est à qui y travaille

    Raúl Zibechi

    http://lavoiedujaguar.net/La-rue-est-a-qui-y-travaille

    Au Mexique, des travailleuses sexuelles s’organisent et luttent de manière autonome, prennent la parole et affrontent les problèmes concrets qui sont les leurs.

    La semaine dernière j’ai été invité à participer à une rencontre de travailleuses du sexe dans le local de la Brigade de rue de soutien à la femme « Elisa Martínez », installée dans le marché de La Merced, au centre de Mexico. Je ne connaissais que trois de ses membres et fondatrices (Elvira Madrid, Jaime Montejo et Rosa Madrid) pour les avoir croisées dans des rencontres de mouvements populaires et des réunions organisées par les zapatistes. Plus de cinquante travailleuses du sexe ont participé à la réunion (...)

    #Mexique #femmes #travailleuses-sexuelles #auto-organisation

  • Réponse de mal-logés à la Mairie de Saint-Denis suite aux attaques formulées envers les « squatteur-euses »

    Aujourd’hui, alors que l’opération policière prenait fin, l’adjoint au maire de Saint-Denis a déclaré que l’appartement où étaient hébergés les terroristes rue du Corbillon à Saint-Denis était un squat, fausse info reprise en boucle par tous les médias. En effet, le procureur de la République a mentionné des « logements conspiratifs » loués à Saint-Denis et ailleurs.
    Derrière ce discours - associant "squat" à "terroriste" - se cache une malhonnête tentative de semer la confusion et de criminaliser les squats de Saint-Denis et leurs occupants.

    Non, un appart loué, prêté, ou utilisé par plusieurs personnes n’est pas un « squat » !

    Un squat est un bâtiment laissé vide par des propriétaires et réquisitionné par des mal-logés, victimes des politiques de rénovation urbaine, des expulsions et de la misère sociale. Le mot "squat" a donc un sens politique.

    Mardi 17 novembre, à 8h du matin, le RAID a débarqué dans deux maisons du quartier Moulins à Lille (Nord), ce n’était pas une opération anti-terroriste, il s’agissait d’en expulser ses occupants.
    Non, les squatteur-euses ne sont pas des terroristes. Ce sont des mal-logés.
    « Ce n’est pas ordinaire d’utiliser ces forces-là pour ce type de missions, confirme une source policière. Mais comme elles sont actuellement très mobilisées, on en profite pour se servir du matériel qu’elles détiennent. » Doit-on craindre que l’utilisation de « ces forces » deviennent « ordinaire » ?
    Nous jugeons cette opération complètement disproportionnée.

    La prolongation de l’État d’Urgence amènera-t-il ce genre de situation à se répéter ?

    Verra-t-on la même chose à Saint-Denis ? Derrière le cynisme, la brutalité des actes, nous dénonçons la mairie de Saint-Denis qui soutient les propriétaires, qui expulsera l’Attiéké - menaçant les 40 personnes habitantes de se retrouver à la rue - et qui laisse faire les expulsions sur la ville et a même diligenté les expulsions, comme l’immeuble de Guantanamo il ya deux ans avec qui nous nous sommes mobilisées.

    Nous dénonçons cette mairie qui met en place la rénovation, qui fait l’épuration sociale, qui instrumentalise les événements de la journée pour attaquer les occupants des squats de la ville.

    Nous dénonçons cette propagande d’État qui vise à criminaliser les squatteurs et touTEs celles et ceux qui luttent pour leur droit à vivre dignement.

    CGA – Région Parisienne, Saint-Denis, 18 novembre 2015.
    http://www.cga-rp.org

  • La révolution démocratique et féministe du Rojava, source d’espoir parmi l’horreur
    article original : http://www.telesurtv.net/english/opinion/Rojavas-Democratic-Revolution-a-Source-of-Hope-among-Horror-20151119-0040

    Entre les bombes occidentales et les fondamentalistes sauvages prêts à mener leur guerre au cœur de l’Europe, la #Syrie peut sembler un trou noir de misère sans fin. Mais la région nord, en grande partie kurde, de #Rojava, est également le théâtre d’une révolution profondément démocratique et humaniste, qui place en son centre les droits des minorités ethniques et la libération des femmes.

    Ironiquement, étant donné l’horreur qui l’entoure, Rojava est, avec les projets révolutionnaires d’Amérique latine, le lieu des expériences les plus profondes menées sur la base de la #démocratie_participative. Comme au Venezuela, l’idéal de « la commune » est au cœur de la démocratie naissante du Rojava.

    La révolution Rojavane s’est faite connaître au monde en grande partie par la résistance héroïque des combattant·e·s des Unités de Protection Populaire (#YPG) et Unités de Protection des Femmes (#YPJ) en ayant mis fin à un siège de l’Etat islamique sur la ville Rojavane de #Kobane en Janvier. Mais beaucoup ont remarqué l’idéologie profondément révolutionnaire qui anime les combattants de la liberté du Rojava - et qu’ils cherchent à mettre en pratique au milieu de grandes menaces.

    Rojava est une "zone libérée" dans le nord de la Syrie, qui fait partie du territoire historique du #Kurdistan. Le parti politique majeur est le Parti de l’Union Démocratique (#PYD), qui est idéologiquement aligné avec l’aile gauche du Parti des travailleurs du Kurdistan (#PKK), basé en Turquie.

    En 2011, le PYD a soutenu le soulèvement qui a éclaté contre Assad. Cependant, il était préoccupé par l’excessive #militarisation du conflit par l’opposition. Au départ cette militarisation fut une réponse à la répression par Assad de protestations non armées, mais elle fut par la suite alimentée par les services de renseignement de l’Occident et ses alliés régionaux.

    Ajouté à cela, le chauvinisme ethnique et religieux croissant d’une opposition majoritairement Sunnite et Arabe se définissant de plus en plus comme Sunnite et Arabe a amené le mouvement kurde à rester à l’écart de l’opposition armée au régime.

    En Juillet 2012, la présence militaire du gouvernement Assad au Rojava a été affaiblie par l’aggravation de la guerre civile dans d’autres régions. Il y avait un danger croissant que le Rojava devienne un champ de bataille entre des forces opposées hostiles aux Kurdes et d’autres #minorités ethniques.

    En réponse, un soulèvement majoritairement non violent a été lancé, déclarant Rojava zone libérée. Cette insurrection populaire a permis aux idées de « confédéralisme démocratique » du PKK et des PYD, fondés sur la démocratie participative et l’autonomie locale, de commencer à être apliquées.

    Le PYD joue un rôle idéologique dans la transformation démocratique du Rojava, mais pas de nature institutionnelle. Il a aidé à établir le Mouvement pour une société démocratique (TEV-DEM), qui organise et mobilise la population mais qui est organisationnellement indépendant du PYD.

    Le pouvoir institutionnel est basé sur un système appelé "autonomie démocratique". Le blog Ecology or Catastrophe rapportait en Janvier que le représentant du TEV-DEM Çinar Salih a déclaré à une délégation universitaire en visite "Notre système repose sur les communes, composées de quartiers de 300 personnes. Les communes ont co-présidents, et il ya des co-présidents à tous les niveaux, de la commune à l’administration du canton."

    "Dans chaque commune, il y a cinq ou six comités différents. Les communes agissent de deux façons. D’abord, elles résolvent les problèmes rapidement et tôt - par exemple, un problème technique ou un problème social. Certains travaux peuvent être effectuées en cinq minutes, mais si vous l’envoyez à l’Etat, il est empêtré dans une bureaucratie. Donc, nous pouvons résoudre rapidement les problèmes. La deuxième façon est politique ", a déclaré Salih.

    "Si nous parlons de vraie démocratie, les décisions ne peuvent pas être fabriquées en haut [par les élites] et descendre vers le peuple, elles doivent être prises en bas et ensuite monter dans les différents niveaux. Les co-présidents sont un homme et une femme ... La représentation des femmes est garantie à tous les conseils populaires. On n’autorise pas un des deux genres à avoir plus de 60% de représentation. En outre, il existe en parallèle des structures non-mixtes pour femmes", a-t-il expliqué.

    "Les conseils de #femmes existent en parallèle à tous les niveaux, la commune, le district, la ville et le canton. Les conseils de femmes ne décident pas pour les questions générales - c’est le rôle des conseils populaires. Ils discutent de questions qui portent spécifiquement sur les femmes ... Ils ont un droit de veto sur les questions concernant les femmes".

    L’accent mis sur la libération des femmes se reflète dans la forte visibilité des femmes combattantes dans les groupes armés révolutionnaires du Rojava.

    Salih a fait valoir que la révolution du Rojava est une « révolution des femmes", expliquant qu’elles sont impliquées dans tous les domaines de la vie. « Nous croyons qu’une #révolution qui n’ouvre pas la voie à la libération des femmes n’est pas une vraie révolution. Il y a eu des révolutions en Libye et en Egypte et en Tunisie ... mais le même statut des femmes a persisté ".

    Du fait de la guerre, de la dévastation et de l’isolement auxquels le Rojava est soumis, son économie est largement orientée vers la survie. Toutefois, son orientation socialiste s’attache en priorité à fournir pour tous un logement, un approvisionnement alimentaire, un accès aux soins, la garde des enfants et l’éducation - aucun de ces éléments n’ayant été fourni par le gouvernement syrien en temps de paix.

    La révolution dans le Rojava est explicitement une révolution multi-ethnique. Dans son préambule, la constitution de cantons autonomes du Rojava décrit les cantons de Rojava comme "une confédération de Kurdes, d’Arabes, de Syriaques, d’Araméens, de Turkmènes, d’Arméniens et de Tchétchènes".

    Il poursuit : « Dans la construction d’une société libérée de l’autoritarisme, du militarisme, du centralisme et de l’intervention de l’autorité religieuse dans les affaires publiques, la Charte reconnaît l’intégrité territoriale de la Syrie et aspire à maintenir la #paix nationale et internationale."

    L’accent est mis au Rojava sur la construction de structures multi-ethniques plutôt que simplement kurdes. Tout, depuis les plaques de rue aux médias en passant par l’éducation est fourni dans la langue de la communauté concernée.

    Comme pour le genre, la participation des différentes ethnies aux conseils communaux et autres est facilitée par des quotas. Il y a aussi des organismes parallèles pour les minorités ethniques.

    Du fait de telles politiques, la révolution a rapidement gagné le soutien de minorités non-kurdes. Cela se reflète dans la participation non-kurde dans les structures et organisations, ainsi que des alliances faites avec des groupes politiques et armés non-kurdes.

    La révolution du Rojava est confrontée à des menaces constantes de nombreux côtés - et doit naviguer parmi des forces complexes et en compétition qui cherchent à imposer leurs intérêts dans la région. Mais pour tout ce qu’elle a réalisé contre vents et marées, la révolution du Rojava mérite notre solidarité - le monde a besoin du Rojava.

    #féminisme #municipalisme #auto-organisation #émancipation #langues_sans_frontières

  • Dans l’ambiance actuelle, l’intelligence collective, l’#auto-organisation et la #solidarité spontanée sont les seuls points d’accroche pour faire tomber les velléités vengeresses guerrières.
    La fenêtre pour faire entendre raison au gouvernement est toute petite, on va avoir besoin d’un grand mouvement pacifiste basé sur ces valeurs.
    (relevé sur twitter, https://twitter.com/feeskellepeut/status/665853548555583488 et suivants)
    #attentats

    on a évité le pire. la souricière du stade contenait 80000 personnes, si ces gens avaient bougé ensemble
    on aurait eu un bilan trois fois plus lourd ne serait ce que par le mouvement de foule, sans mm parler du piège dehors.
    si ça ne s’est pas produit c’est pas parce qu’on a une super armée c’est parce que plein de gens dans ce stade ont pigé et pris sur eux.
    l’orga du stade a géré, les footeux (qui sont kamême pas assez cons pour pas piger qu’une extraction de président ça pue^^) ont continué, le public a pas fait le con (c’est pas les stadiers qui les auraient retenus vu le nombre), bref une sorte de « nous » a été au level.
    le même « nous » collectivement diffus a été au niveau aussi pour mettre des gens à l’abri, éviter un mvt de foule dans les rues. le même « nous » est encore actif aujourd’hui pour les recherches des victimes. c’est ça qui est rassurant et qu’on peut dire à nos enfants.
    moi ce que je dis à mes enfants c’est « personne n’a merdé. ce qui ne pouvait pas être évité a eu lieu mais personne n’a aggravé , c’est important ». au delà de la sécurité en uniforme il y a celle du groupe social qui s’est mise en place toute seule, spontanément. il y en a qui auraient voulu nous faire croire qu’en pareil cas on serait tous des chiens les uns pour les autres.
    un nombre considérable de personnes a démontré juste le contraire. les initiatives populaires ont été nombreuses.
    les jeunes ont organisé leurs réseaux sociaux, les taxis ont éteint les compteurs, les stadiers ont géré comme des oufs, les commerçants ont ouvert leurs portes et abrité au mieux, des blessés en ont évacué d’autres, et tout ça s’est fait sans aucun ordre ni aucune hiérarchie.
    c’est environ le seul point d’accroche pour faire tomber les velléités vengeresses guerrières blabla qui aggraveront juste les choses.

    #psychologie_sociale #entraide #décence #common_decency (en voilà une illustration)

  • Seule notre auto-organisation nous protège de la violence.
    Escalade dans le discours de l’exécutif qui se met à parler de guerre. Refusons-la.
    (relevé sur twitter)
    https://twitter.com/feeskellepeut/status/665608168664363008 et suivants

    nous ne sommes pas protégés. toutes ces lois sécuritaires sont un leurre. cette nuit nous étions seuls. si seuls qu’il a fallu notre #auto-organisation pour mettre des gens à l’abri et qu’il la faut encore aujourd’hui pour compter nos morts. bien des peuples avaient fait ce constat avant nous. nous étions privilégiés.
    ces gens, victimes de leurs dominants, ont tiré sur d’autres, victimes des leurs propres, sans comprendre. comment peuvent ils ne pas comprendre...ils sont comme nous, ils ont tellement besoin d’un coupable...
    et nous revoilà au terme de toute guerre. un prolo soumis à des décisions qui le dépassent contre un autre. nous mourrons, ils s’engueulent.

    https://twitter.com/feeskellepeut/status/665611344226324480 et suivants

    il vont nous faire la troisième. voilà ce qui me hante depuis cette nuit. 4h passées à tenter de clarifier, d’aider un peu.
    ce que j’ai vu c’est un président appeler à la #guerre et un autre le soutenir, l’otan va frapper et j’ai peur.
    j’ai vu mes connaissances, lointaines certes, compter leurs morts. et cet horrible enregistrement, et j’ai vu ces présidents dire « guerre ». comme ma grand mère avait vu, en son temps, d’autres le dire. puis le faire.
    ma voix ne vaux rien mais tant pis : NE LE FAITES PAS. ne suivez pas l’appel à la guerre. pitié, ne le faites pas. je connais des victimes comme vous. je vois des gens que j’aime pleurer. ne déclenchez pas une guerre.
    je ssais j’ai vu, comme vous, nous sommes seuls, nos flics ne servent à rien, 8 hommes ont terrassé paris
    mais je vous en supplie ne faites pas ça.
    c’est la troisième je vous en conjure nous savons tous ce que ça implique nous n’avons pas les moyens de survivre à ça.
    ma grand mère m’a raconté je vous en prie je ne veux pas vivre ça à mon tour.
    je vous le demande. comme n’importe quelle mère. NE FAITES PAS CA NE VALIDEZ PAS CA OPPOSEZ VOUS RESISTEZ NE LA FAITES PAS CETTE GUERRE.
    je vous ne prie refusez ce mot. refusez ça. c’es pas que je sois spécialement conne bisounours mais pitié.
    notre pays est ridicule. nous n’avons pas su nous défendre contre HUIT HOMMES. nous ne sommes pas des guerriers. pitié.
    c’est la population, c’est les rézosocios, qui ont protégé, averti, géré cette nuit. je vous en prie nous ne sommes pas de taille.
    nous ne somme pas des warriors. nous ne sommes pas de cette espèce. notre peuple n’a plus de service militaire personne ne sait se battre ici
    la moindre arme à feu nous fait peur nos flics ne savent pas quand intervenir nous ne sommes pas des guerriers !
    nous n’avons pas les moyens de faire les malins. nous ne savons pas nous défendre. rangez vos égos vous allez tuer nos enfants !
    s’il vous plaît. nous ne sommes pas de taille. nous jouons avec des avions et des bateaux, nous n’avons aucune défense.
    tout ce que nous allons gagner là c’est de permettre à nos flics, absolument pas formés, de jouer avec des guns.
    ce pays n’est PAS CAPABLE putain admettez le réel.
    nous ne sommes pas des cons de ricains habitués aux armes et tous passés par l’armée, bordel. pitié réagissez.
    nous avons UNE SEULE FORCE. celle que nous avons développée cette nuit.
    nos flics servaient à rien nos ambulances tardaient NOUS AVONS GERE. nous avons mis à l’abri des milliers de parisiens nous avons géré GRAVE
    nous avons empêché un mouvement de panique général qui aurait pu coûter nombre de vies, nous avons été FORTS
    nous avons recoupé les infos, trié, filtré, décidé d’un périmètre, mobilisé des gens pour en abriter d’autres, nous avons fait ça SEULS
    ceux d’entre nous qui étaient reclus au bataclan ont fait SEULS l’analyse, et ont SEULS donné les consignes d’intervention
    les autres dehors ont SEULS recoupé les témoignages et identifié les zones à risque, mis en place les relais de mise à l’abri
    nous ne savons pas NOUS BATTRE mais nous savons NOUS PROTEGER.
    j’ai vu un mec qui a SEUL recueilli un blessé au prix d’une balle et SEUL mis en place les 1ers soins. NOUS SAVONS FAIRE CA.
    nous n’avons PAS LE TEMPS pour piger nous avons environ 15 jours devant nous nous devons REFUSER LA GUERRE
    nous sommes 6 millions sur twitter probablement 4 millions de parisiens nous avons géré cette nuit nous savons nos possibles.
    partir en guerre n’en est pas un mais nous savons dorénavant nos possibles en terme de #RESISTANCE. on est ptète des couilles molles devant une arme MAIS ON SAIT DE DEMERDER pour se protéger les uns les autres quand y’en a une.
    analysez. on était seuls. y’avait personne. on n’avait aucune info aucun secours. les 15 premières minutes étaient cruciales. WE DID IT.
    on n’a pas besoin d’une guerre. on sait prendre SOIN les uns des autres.
    écoute moi putain. j’étais là pendant les attentats de 1995 j’étais là pour les grèves où des gens se sont marché dessus à se tuer.
    on n’avait pas twitter. on n’avait pas FB. on a été cons à l’époque. CETTE NUIT TU NOUS S PILES JEUNESSE.
    tu as géré bordel, tu as fait des mises à labri tu as géré l’info tu as empêché qu’u mouvement de foule tueur se mette en place. OUI TOI.
    ça aurait été TELLEMENT PIRE sans toi. pourtant tu sais jsuis prems à chier sur le jeune ce con. bin PAS LA.
    ton mouvement porte ouverte a sauvé des vies, jeune,n’en doute jamais. tu as été le principal artisan de cette nuit.
    réalise ce que t’as fait. tu as été un putain de héros, con de jeune hyperconnecté sur lequel nous chions tous.
    continue, bordel. utilise ton pouvoir. refuse la guerre.
    écoute moi con de jeune. tu te rends même pas compte de ce que t’as fait cette nuit moi jpeux t’en rendre compte.
    je sais j’étais parisienne pendant ces années là celles des derniers #attentats avant toi.
    tu sais la gueule qu’’on tire dans un RER quand on t’annonce une bombe et des morts ? moi je sais j’y étais. on fait pas le malin. maintenant entends moi andouille tu sait mm pas ton pouvoir. cette nuit tu sais pas combien de vies t’as sauvées. juste en TWITTANT, oui mon couillon. nous à lépoque on n’avait pas ça et les usagers d IRC étaient tellement pas légions
    on était comme des connards dans nos RER à attendre de savoir combien de morts quand est ce qu’on repartirait, tu peux pas imaginer
    on était de pures merdes. soumises au réseau radio des fucking beebop tattos et autres, réservés A UNE ELITE RICHE
    on se foutait sur la gueule pour sortir des métros , on n’était pas en mode « porte ouverte », nous. RENDS TOI COMPTE.
    et toi cette nuit couillon t’as sauvé des vies et t’as même pas idée combien. PRENDS CONSCIENCE. NOW. you don’t need war, you just proved you can handdle everything on your own. please REALIZE WHAT YOU DID TONIGHT PEOPLE. and dont go to war.
    je sais que tu pleures tes morts jeunesse. crois moi si y’a un truc que je sais c’est ça. mais tu as tellement évité pire.
    je te le redemande, revis cette nuit. revis ces infos ces localisations ces mises à l’abri. revis ce que TU AS GERE.

    #militarisation #violence #réseaux_sociaux #psychologie_sociale

    • ton hashtag ""porte ouverte"" était en tt deux heures avant que les autorités commencent à penser à mettre les gens en sécurité. pourquoi comment ce sera des années d’études pour piger. mais tu l’as fait. je t’ai vu j’’étais là, sur le cul, mais là. juste vraiment prend conscience de ce que t’as fait. t’es FORT gamin, t’es très fort. tu sais c’est ta génération qu’a été touchée last night. nous on est des vieux cons ya longtemps qu’on va plus en concert. tu viens de nous montrer, merdeux, ce que ça veut dire solidarité.
      thanks for that, ptit con de jeune. merci. tout paris devrait te dire merci, t as évité une super merde, on n’a pas eu le moindre pb annexe.
      normalement en cas pareil on aurait vu des gens se marcher dessus pour un taxi ou se battre pour un métro. on avait vu ça pour juste des grèves de transports tu sais. mais toi tu as réagi. et tu as ouvert tes portes et aiguillé les gens. 80% du taf normalement réservé aux forces de lordre tu las pris direct, petiot, et moi j’avais jamais vu ça de ma vie. go on litte tomato. go on. tu as beaucoup de choses que nous on n’a pas. ça fait chier les vieux bin osef. you rule, baby. :)

      à mon époque on allait en concert sans mm se demander si on prenait un risque. on n’était pas une seconde politisés, pour le coup. toi ta génération va plus jamais s’amuser tranquille. pour avoir eu ton âge bébé je sais ce qu’on t’a fait. pardon pour ça. ne laisse pas des vieux comme moi t’imposer une guerre.

      https://twitter.com/feeskellepeut/status/665701933143855104 et suivants

  • Histoire d’un silence
    1e volet le 11/11/2015
    2e volet le 12/11/2015 dans sur les Docks

    @aude_v @colporteur vraiment bien cette émission, je la partage.

    Retour sur l’histoire des membres de la revue Socialisme ou Barbarie (#soub) des années 50 au #clash survenu dans les années 70.

    Enquête familiale, « Tacere » est centrée autour de la figure de Benno Sternberg, dit Benno Sarel, ou Hugo Bell, et racontée par sa petite-fille qui ne l’a jamais connu, Alice.
    (...)
    « Je n’en sais guère plus en commençant mon enquête. Les enfants de Benno eux-mêmes ne peuvent m’éclairer d’avantage. Pour savoir qui était mon grand-père, je rencontre les anciens membres de SouB, la plupart âgés de plus de 90 ans, ainsi que Patrick Marcolini, jeune philosophe et historien des idées, passionné par le groupe. » Alice Sternberg

    http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-benno-histoire-d-un-silence-2015-11-11

    2eme volet du 12/11/2015 :
    http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-monique-histoire-d-un-silence-22-2015-11-12

    Emission Création on air d’Irène Omélianenko :

    http://www.franceculture.fr/personne-ir%C3%A8ne-om%C3%A9lianenko.html
    http://www.franceculture.fr/emission-creation-on-air

    #castoriadis #autogestion #auto-organisation #critique_du_capitalisme #expérience_de_la_sortie_du_communisme_des_années_50 #mort_sociale

  • Luttes sociales en #chine : vers un renouveau du mouvement ouvrier
    http://terrainsdeluttes.ouvaton.org/?p=4640

    L’augmentation du nombre de grèves au cours de ces dernières années en Chine est un phénomène majeur qui est trop peu connu dans les pays capitalistes avancés. Après un article sur la refonte d’un mouvement syndical autonome, Terrains de luttes publie ici la première partie d’un article du chercheur britannique …

    #Nos_enquêtes #S'organiser #auto-organisation #Capitalisme #Grève #Luttes-sociales #mouvement_social #Patronat #Syndicalisme

  • #Cuisine_sociale en Grèce : les #chômeurs s’auto-organisent pour faire face à la crise

    Chaque jour, « L’Autre être humain » installe sa cuisine portative et son immense chaudron dans un quartier différent d’Athènes. Les volontaires de l’association, eux-mêmes chômeurs de longue durée, n’ont pas créé une « #soupe_populaire », mais un mouvement d’#entraide_sociale. Ils nourrissent 3000 personnes par jour, et multiplient les rencontres, les discussions. Reportage.

    http://balkans.courriers.info/article26621.html
    #Grèce #auto-organisation #solidarité
    #cccp

  • Loi antiterroriste : penser autrement la régulation des contenus en ligne
    http://www.huffingtonpost.fr/benoit-thieulin/loi-antiterrorisme-penser-autrement-les-sanctions-sur-le-web_b_600162

    La liberté d’expression a trouvé en ligne une seconde jeunesse qui constitue un acquis démocratique sans précédent dans l’Histoire. La Révolution numérique prouve une fois de plus qu’elle peut être un levier formidable d’empowerement, de pouvoir d’agir des citoyens. Au lieu de la juguler brutalement - et du coup, souvent, très théoriquement - il est préférable d’inventer de nouveaux mécanismes de régulation communautaire, en amont du système judiciaire, qui reposent sur l’intelligence collective des utilisateurs, qui respectent l’esprit et la culture du web, et favorisent in fine, la pédagogie à la sanction judiciaire ou administrative.

    #Auto-organisation #Benoît_Thieulin #Internet #Liberté_d'expression #Pédagogie #Régulation #Web

  • « La Lutte des Classes au #Portugal », nouvelle émission de #Radio_Vosstanie, en téléchargement (quoique provisoire et sur, argh, mediafire) - pas encore écoutée, mais qui promet d’être très bien
    http://vosstanie.blogspot.fr/2014/09/la-lutte-des-classes-au-portugal.html

    Sur la #révolution dite des « oeillets » ou la transition démocratique portugaise.

    1e partie (227 minutes)

    Présentation
    Objet et but de l’émission - A propos de Le Portugal ...? et Après ! - ArqOperaria ?
    De la mémoire à l’enterrement. Nos propres limites....

    Situation historique et
    données économiques de l’époque.

    La conception putschiste
    de la révolution sociale.
    Le rôle de l’armée ou la conception bourgeoise de la révolution.

    Avec #Charles_Reeve
    (Autour de l’ouvrage édité aux Editions Spartacus en 1976)
    Voir aussi notre émission du 25 janvier 2014

    http://www.mediafire.com/listen/116h2r698fwjdfd/Partie_1_-_Pr%C3%A9sentation_de_L%27%C3%A9mission_et__La_Conception_putsc

    2e partie (136 min.)

    Sur les expériences d’#auto-organisation.
    Commissions de « moradores », commissions de travailleurs, commissions inter-entreprises, occupations des terres, sur le non grand-parti.

    Témoignage sur les commissions
    de « moradores » et parcours de :
    #José_Hipólito_dos_Santos.
    Ancien membre de la LUAR (Liga de Unidade e Acção Revolucionária) - Des Cadernos de Circunstancia.
    Acteur de la révolte da Sé en 1959 et du « Golpe de Beja » le 1er Janvier 1962.

    http://www.mediafire.com/listen/v8vyg5b5kg5udo5/Partie_2_-_Sur_les_exp%C3%A9riences_d%27auto-organisation_-_Les_Moradores

    Et en 3e partie, téléchargeable par morceaux :

    + Itinéraire En 5 parties.

    1- Premiers engagements - Seara nova et Antonio Sergio - La révolte da Sé - Golpe de Béjà, la prison.

    2 - L’Exil - de L’Algérie au Maroc.

    3 - Les Cadernos de Circunstância et Mai 1968.

    4 - La LUAR.
    5 - Retour au Portugal en 1974 . Des « moradores » au PRP.

    Et une suite annoncée prochainement.

    #lutte_des_classes #histoire #audio #radio