#automatisme

  • Bots at the Gate A Human Rights Analysis of Automated Decision. Making in Canada’s Immigration and Refugee System

    A new report from the Citizen Lab and the International Human Rights Program at the University of Toronto’s Faculty of Law investigates the use of artificial intelligence and automated decision-making in Canada’s immigration and refugee systems. The report finds that use of automated decision-making technologies to augment or replace human judgment threatens to violate domestic and international human rights law, with alarming implications for the fundamental human rights of those subjected to these technologies.

    The ramifications of using automated decision-making in the sphere of immigration and refugee law and policy are far-reaching. Marginalized and under-resourced communities such as residents without citizenship status often have access to less robust human rights protections and less legal expertise with which to defend those rights. The report notes that adopting these autonomous decision-making systems without first ensuring responsible best practices and building in human rights principles at the outset may only exacerbate pre-existing disparities and can lead to rights violations including unjust deportation.

    Since at least 2014, Canada has been introducing automated decision-making experiments in its immigration mechanisms, most notably to automate certain activities currently conducted by immigration officials and to support the evaluation of some immigrant and visitor applications. Recent announcements signal an expansion of the uses of these technologies in a variety of immigration decisions that are normally made by a human immigration official. These can include decisions on a spectrum of complexity, including whether an application is complete, whether a marriage is “genuine”, or whether someone should be designated as a “risk.”

    The report provides a critical interdisciplinary analysis of public statements, records, policies, and drafts by relevant departments within the Government of Canada, including Immigration, Refugees and Citizenship Canada, and the Treasury Board of Canada Secretariat. The report additionally provides a comparative analysis to similar initiatives occurring in similar jurisdictions such as Australia and the United Kingdom. In February, the IHRP and the Citizen Lab submitted 27 separate Access to Information Requests and continue to await responses from Canada’s government.

    The report concludes with a series of specific recommendations for the federal government, the complete and detailed list of which are available at the end of this publication. In summary, they include recommendations that the federal government:

    1. Publish a complete and detailed report, to be maintained on an ongoing basis, of all automated decision systems currently in use within Canada’s immigration and refugee system, including detailed and specific information about each system.

    2. Freeze all efforts to procure, develop, or adopt any new automated decision system technology until existing systems fully comply with a government-wide Standard or Directive governing the responsible use of these technologies.

    3. Adopt a binding, government-wide Standard or Directive for the use of automated decision systems, which should apply to all new automated decision systems as well as those currently in use by the federal government.

    4. Establish an independent, arms-length body with the power to engage in all aspects of oversight and review of all use of automated decision systems by the federal government.

    5. Create a rational, transparent, and public methodology for determining the types of administrative processes and systems which are appropriate for the experimental use of automated decision system technologies, and which are not.

    6. Commit to making complete source code for all federal government automated decision systems—regardless of whether they are developed internally or by the private sector—public and open source by default, subject only to limited exceptions for reasons of privacy and national security.

    7. Launch a federal Task Force that brings key government stakeholders alongside academia and civil society to better understand the current and prospective impacts of automated decision system technologies on human rights and the public interest more broadly.


    https://citizenlab.ca/2018/09/bots-at-the-gate-human-rights-analysis-automated-decision-making-in-canad
    #frontières #surveillance #migrations #catégorisation #tri #Droits_Humains #rapport #Canada #réfugiés #protection_des_données #smart_borders #frontières_intelligentes #algorithme #automatisme
    signalé par @etraces sur seenthis



  • Associated Press met au travail des robots journalistes
    http://www.numerama.com/magazine/29862-associated-press-met-au-travail-des-robots-journalistes.html

    « Plutôt que de fournir 300 articles mensuellement, nous pourrons en fournir jusqu’à 4 400 automatiquement pour toutes les entreprises à travers les Etats-Unis chaque trimestre », se félicite Lou Ferrara, rédacteur en chef chez AP. L’agence ne prévoit pas de licencier les journalistes remplacés par les robots, mais de les affecter à des tâches plus gratifiantes, de mise en perspective des données ou de recherche de sujets inédits. Tous les articles produits par les algorithmes d’Automated Insights seront signalés par AP comme étant « produits automatiquement avec du contenu de Zacks ».

    #actuweb


  • L’Outil, l’esprit et la machine : Une excursion dans la philosophie de la « technologie », Tim Ingold, Revue Techniques et culture
    http://tc.revues.org/5004

    Les machines font-elles l’histoire ? La réponse à cette question établit une articulation entre les outils et les machines, d’une part, et la technique et la « technologie » d’autre part, cela afin de montrer comment la transition des systèmes « qualifiés » à des systèmes « mécaniquement déterminants » décompose ce « faire » en étapes indépendantes (la conception et l’exécution) et déplace l’intervention humaine du centre à la périphérie de la production. Compte tenu du fait que la capacité humaine de travail relève non seulement des possibilités physiques mais aussi des connaissances et des qualifications (elles-mêmes portées par le sujet humain), l’évolution historique des forces productives peut être comprise comme un processus par quoi le savoir s’extériorise et se matérialise sous les espèces de l’objet, processus qui aboutit à la « technologie » et à la machine.

    #techniques #technologie #idées #travail #machines


  • le surréalisme n’aime pas perdre la raison ; il aime ce que la raison nous fait perdre

    Ferdinand Alquié

    André Breton par Marguerite Bonnet
    http://www.jose-corti.fr/auteursfrancais/breton2.html

    Cet #homme de la #quête n’a jamais eu le goût des #voyages lointains. A l’errance de Breton, suffisent la #ville et les #rues ; homme du voyage #intérieur, il demeure avant tout un sédentaire et un #terrien : « la grande #aventure #mentale » est tout ce qu’il importe de courir.

    [Ses] premiers #textes, tout appliqués qu’ils soient au bien-dire, nous emmènent au-delà des influences, vers les constantes d’une nature qui cherche, d’emblée, dans la culture, ce qui s’accorde à ses directions instinctives.

    http://www.youtube.com/watch?v=1rwHcEo4JY4

    A l’écoute des #œuvres de son #temps pour reconnaître vers quoi tend sa propre sensibilité, il la découvre plus accordée, dans ses oscillations, à l’inéprouvé, à l’#inattendu, au #mouvant, qu’à la #permanence du connu, si parfaite qu’en soit la réalisation. Ce qui bouge, même s’il est difficile de saisir le sens du #mouvement, supplante pour lui ce qui demeure.

    Il s’oppose en #art à toute anecdote – « Ecrire n’est pas forcément raconter » – comme à la représentation de la vie réelle, même interprétée, la jugeant « à peine moins servile que l’imitation fidèle » ; il veut atteindre à une #réalité autre qui, #tangentielle à celle du #monde #objectif, appartient en propre à l’œuvre et impose de ne la juger que selon ses propres lois.
    (...) Fort de l’exemple de la peinture de #Braque et de #Picasso, c’est pour une existence pleinement autonome de l’œuvre qu’il combat, refusant de la rapporter avant tout à un réel préexistant. Mais il ne tombe pas non plus dans le #formalisme : « aucune #liberté formelle ne pourra jamais remplacer ce que est l’#âme même de la poésie ».
    (...) Ce qui vient, ce qui, furtivement, est déjà arrivé, c’est la certitude que l’#écriture #automatique délivre, irréfutable : il faut que le poème meure pour que la poésie vive.

    L’expérience de l’#automatisme, dès le premier moment, tend à supprimer ou du moins à affaiblir l’opposition entre ce qui est en nous et ce qui est hors de nous, l’arbitraire n’étant arbitraire que pour notre ignorance et ouvrant en réalité en direction du monde comme des êtres, une autre voie de #connaisssance et de #communication.

    Le caractère « sans précédent » des #Champs_magnétiques, selon l’expression d’#Aragon, leur est donné non seulement par la méthode d’édriture dont lils relèvent, mais aussi par la visée à laquelle pour Breton ils répondent. Dans la grande quête parfois hagarde où, depuis 1916, il se trouve engagé pour confondre l’aventure poétique t la vie, ils marquent un tournant, mais un tournant périlleux : "Les Champs magnétiques dit #André_Breton dans ses notes, « c’est le désir d’écrire un livre dangereux ».

    La poésie de toutes parts, déborde les poèmes ; elle déborde le #langage même ; elle se fait existence. En choisissant de s’abandonner à la parole en dérive, Breton trouve provisoirement un solution au #conflit angoissant de l’écriture et du silence ÷ il n’écrit plus, il est écrit. C’est pourquoi l’écriture automatique figure alors une délivrance.

    La notion de surréalisme (…) rassemble sous l’appellation d’automatisme psychique, à côté de l’écriture, tous les modes d’expresion découverts – et à découvrir – capables d’amener au jour sans médiation réflexive les pulsions de l’inconscient dont la réalité enfouie s’oppose aux « #réalités_sommaires » de la #conscience. Le second temps de la définition, annoncé comme l’acception #philosophie du terme, vise à fonder en raison le surréalisme en l’établissant « sur la croyance à la réalité supérieure de certaines formes d’associations négligées jusqu’à lui, à la toute-puissance du #rêve, au jeu désintéressé de la #pensée ». C’est dire que l’homme n’est pas ce qu’il croit être et que la méthode de connaissance définie par l’#automatisme lui révèlera sa vraie nature, « les étendues illimitées où se manifestent ses désirs ».

    Rien dans le Manifeste ne postule une #transcendance ; il n’y a pas d’ambiguïté dans la revendication qui ferme la définition ; non content d’assigner pour tâche au surréalisme l’expression du « fonctionnement réel de la pensée », Breton lui attribue le pouvoir de changer l’existence, ici et maintenant.
    Réduire le Manifeste à une #déclaration de guerre à la raison est simplifier excessivement les #choses ; c’est à l’#avènement d’une nouvelle raison qu’il œuvre, celle qu’invoquait #Rimbaud, raison plus large, capable d’intégrer l’ensemble de la réalité humaine. #Alquié,[dans sa Philosophie du surréalisme] est tout à fait fondé à écrire : « le surréalisme n’aime pas perdre la raison ; il aime ce que la raison nous fait perdre ».

    #Littérature #Poésie #Peinture #Surréalisme #Psychisme #Psychanalyse #Dada #Tristan_Tzara #Livres #Vidéo