• AYOTZINAPA
    Una cartografía de la violencia

    http://www.forensic-architecture.org/case/ayotzinapa
    https://cdn01.theintercept.com/wp-uploads/sites

    On the night of 26-27 September 2014, students from the Rural Normal School of Ayotzinapa were attacked in the town of Iguala, Guerrero, by local police in collusion with criminal organisations. Numerous other branches of the Mexican security apparatus either participated in or witnessed the events, including state and federal police and the military. Six people were murdered – including three students – forty wounded, and 43 students were forcibly disappeared.

    The whereabouts of the students remains unknown, and their status as ‘disappeared’ persists to this day. Instead of attempting to solve this historic crime, the Mexican state has failed the victims, and the rest of Mexican society, by constructing a fraudulent and inconsistent narrative of the events of that night.

    Forensic Architecture was commissioned by and worked in collaboration with the Equipo Argentino de Antropologia Forense (EAAF) and Centro de Derechos Humanos Miguel Agustín Pro Juárez (Centro Prodh) to conceive of an interactive cartographic platform to map out and examine the different narratives of this event. The project aims to reconstruct, for the first time, the entirety of the known events that took place that night in and around Iguala and to provide a forensic tool for researchers to further the investigation.

    The data on which the platform is based draws from publicly available investigations, videos, media stories, photographs and phone logs. We transposed the accounts presented across these sources into thousands of data points, each of which has been located in space and time and plotted within the platform in order to map the incidents and the complex relationships between them. This demonstrates, in a clear graphic and cartographic form, the level of collusion and coordination between state agencies and organised crime throughout the night.

    In 2014, 43 students were massacred. Can digital forensics help solve the crime?
    http://www.wired.co.uk/article/forensic-architecture-iguala-massacre-2014
    https://wi-images.condecdn.net/image/dnwaZZQ0YNv/crop/810

    The project relied on information compiled by the two reports of the International Group of Independent Experts (GIEI) and oral accounts recorded a month after the attack by investigative journalist John Gibler. “What is important is that we have not necessarily found new information. We have visualised the reports, which were actually incredibly inaccessible to anyone who doesn’t have six months to read through it, break it down and understand it,” Laxness says.

    “What you start to see immediately is that attacks happen at different parts of town at the same time and the act of forced disappearing actually happens at two different parts of town with a half an hour window, so almost identical, and the thing is being able to see that movement and see the data points on a map. The platform makes clear that all government forces are communicating by central communication system, everybody is either there perpetuating violence or an observer of violence.”


    THREE YEARS AFTER 43 STUDENTS DISAPPEARED IN MEXICO, A NEW VISUALIZATION REVEALS THE CRACKS IN THE GOVERNMENT’S STORY

    https://theintercept.com/2017/09/07/three-years-after-43-students-disappeared-in-mexico-a-new-visualizatio

    THE MEXICAN GOVERNMENT’S story goes like this: On the night of September 26, 2014, roughly 100 students from Ayotzinapa, a rural teaching college, clashed with municipal police in the city of Iguala, in the southern state of Guerrero. Rocks were thrown, shots were fired, and 43 students were snatched up by the authorities and handed over to a local drug gang. The students were then driven to a garbage dump where they were murdered, burned to ash, and tossed into a river, never to be seen again. This, Mexico’s attorney general once said, was “the historical truth.”

    Horrific as it sounds, this “truth” is a hollow and misleading narrative, which has been debunked and exploded by independent inquiries. With the third anniversary of the tragedy approaching, a new project by an international team of investigators has taken the most damning of those inquiries and visualized them, offering a means of seeing the night of September 26 for what it truly was: a coordinated, lethal assault on the students involving Mexican security forces at every level, and grave violations of international law.

    The interactive platform, constructed by the research agency Forensic Architecture at Goldsmiths, University of London, and shared with The Intercept in advance of its public release, pulls from a voluminous body of investigations into the crime. In addition to utilizing the most credible evidence available to illustrate how the night unfolded, the platform highlights inconsistencies in the government’s account of the events and tracks individual actors throughout the ordeal.


  • La nuit d’Iguala

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/La-nuit-d-Iguala

    Au sujet de la disparition forcée des 43 élèves de l’école normale rurale Rául Isidro Burgos d’Ayotzinapa, le gouvernement mexicain revient à sa thèse initiale : les 43 élèves ont été assassinés par les hommes de main du cartel Los Guerreros Unidos puis incinérés dans la décharge publique de Cocula, leurs cendres ayant ensuite été jetées dans la rivière qui passe à proximité, le río San Juan. Cette version des faits, présentée comme définitive le 27 janvier 2015 lors d’une conférence de presse par le procureur de la République d’alors, Murillo Karam, ne tient pas la route. Et la « Vérité historique » est bel et bien un « Mensonge historique », avec toujours une majuscule.

    Dès le début, elle avait été critiquée par un professeur de l’Université nationale, puis par l’Équipe argentine d’anthropologie légiste, agissant, depuis le 5 octobre 2014, en tant que groupe d’experts indépendants reconnu par les familles, enfin par le docteur José Toredo, professeur de l’université de Queensland en Australie, expert en feu, désigné par le Groupe interdisciplinaire d’experts indépendants (...)

    #Mexique #Ayotzinapa #43_disparus #crime_d'État


  • Mais non, mais non, mais non, les G36 ne tirent pas de travers

    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/03/03/non-les-fusils-d-assaut-livres-a-la-bac-ne-tirent-pas-de-travers_4876262_435

    Roh, il y a toujours ces raleurs anti autoritaires du Point pour gâcher la fête alors que la BAC déballe ces nouveau joujoux....
    http://www.lepoint.fr/monde/les-futurs-fusils-des-brigades-anti-criminalite-tirent-de-travers-01-03-2016

    La preuve, qu’ils ne tirent pas de traviolle, au mexique, à Ayotzinapa très précisément, ces fusils ont très bien fait leur boulot :

    http://www.bbc.com/mundo/noticias/2016/02/160205_mexico_como_armas_alemania_terminaron_masacre_iguala_ayotzinapa_lv

    http://www.taz.de/!5023308

    #G36 #43 #Ayotzinapa


  • #Mexique : aux sombres héros...
    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/25092395235/in/album-72157649266895817

    Flickr

    La visite du #pape au Mexique coïncide avec la semaine de Résistances à #Nantes.

    A l’occasion de cette semaine, une soirée est consacrée aux luttes du Mexique et il sera présenté un film sur l’un des multiples #GPII du pays : #Istmeño, le Vent de la Révolte, autour de l’implantation de parcs éoliens entrainant le déplacement forcé de populations indigènes, toujours paupérisées depuis notre invasion.

    J’en profiterai pour faire, autour du film et du débat, une projection de photos que j’ai ramenées des six mois passés là-bas, alors que j’étais partie pour six semaines avec la délégation de représentation de la ZAD au Festival Mondial des Résistances et Rébellions contre le Capitalisme, co-organisé par #EZLN et le #CNI

    Pendant ces six mois, j’ai appris à mieux comprendre les termes #corrupción, #desalojo #clandestino, #desaparecido, #feminicidio... mais aussi #RABIA, #GRIETA y #LUCHA !

    Parler du Mexique sans parler de l’imprégnation catholique est impossible. Ou, plus précisément, sans évoquer son #syncrétisme. Mais ce qui me trouble c’est que le pape, en même temps qu’il confirme la nécessaire reconnaissance des natifs de ce pays par sa présence appuyée au #Chiapas, refuse de parler du massacre de #Ayotzinapa et des “disparitions forcées” (expression-euphémisme pour parler des massacres afin que les enquêtes ne soient pas clôturées par la mort) des milliers d’opposant-e-s, de journalistes... Sans doute est-ce lié à un accord passé avec le gouvernement, mais hélas il va dans le sens de la récupération des luttes (les gouvernements locaux ont enfin compris comment contrer le #zapatisme en achetant la population à coup d’aides sociales) et de la dissimulation de la corruption pratiquée à tous les niveau sur quasi tous les sièges du pouvoir.

    Bref, en attendant demain, je vous conseille l’excellent article de TV5 monde : http://information.tv5monde.com/info/violence-corruption-que-peut-faire-le-pape-francois-pour-le-me

    Pas mal d’infos aussi sur les sites ressource
    – GRIETA : http://www.grieta.org.mx
    – Espoir Chiapas : http://espoirchiapas.blogspot.fr
    – Le Serpent à Plumes : http://www.le-serpent-a-plumes.antifa-net.fr
    – La Voie du Jaguar : http://lavoiedujaguar.net

    #MEXIQUE, dans la semaine de Résistances à 19H00 demain, jeudi 28 février 2016, aux ATELIERS DE BITCHE (3 rue de Bitche) à Nantes
    https://nantes.indymedia.org/events/33316


  • 20150126_175729 - #Mexico #Chiapas #San_Christobal_de_las_Casas marcha por #Ayotzinapa
    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/25092395235

    Flickr

    ValK. a posté une photo :

    Rendez-vous le 18/02/16 à 19H00 @ les Ateliers de Bitche à #Nantes dans le cadre de la Semaine de Résistances (www.semainederesistances.com/) et parler des luttes au ‪#MEXIQUE‬ www.facebook.com/notes/valk-photos/mexique-aux-sombres-h%...

    @/" projection « Istmeño, Le Vent de la Révolte » documentaire sur une lutte anti-spoliation des communautés indigènes de l’Isthme de Tehuantepec contre des multinationales qui veulent transformer la région en parc éolien

    @/" projection photos que j’ai faite lors du voyage de la délégation ZAD au Mexique www.flickr.com/photos/valkphotos/collections/721576518107...

    @/" débat et discussion passionnante avec des invités autour de... @/"... boissons et restauration sur place, mais s’il vous reste des saveurs du Mexique à partager, n’hésitez pas (...)


  • Entretien avec Maribel Gonzaléz Pedro
    « Il y a une attaque systématique contre l’école normale
    d’Ayotzinapa »

    http://lavoiedujaguar.net/Entretien-avec-Maribel-Gonzalez

    Maribel Gonzaléz Pedro est avocate et activiste du Centre des droits humains de la montagne de Tlachinollan, dans l’État du Guerrero, au sud-ouest du pays. Son organisation soutient les proches des 43 étudiants disparus en septembre 2014 à Ayotzinapa dans leur combat juridique pour que soit élucidé ce cas qui a ébranlé non seulement le Mexique mais également la communauté internationale.

    Carmen Herrera, collaboratrice de Noticias Aliadas, s’est entretenue avec Maribel González Pedro sur l’origine des écoles normales rurales, comme sont nommés au Mexique ces instituts pédagogiques, la politique d’éducation engagée auprès des populations les plus marginalisées du Guerrero et la répression systématique qui s’exerce contre la communauté éducative et étudiante de l’école normale rurale Raúl Isidro Burgos d’Ayotzinapa. (...)

    #Mexique #écoles-normales #répression #disparus #Ayotzinapa


  • Le mur et la brèche
    Premières notes sur la méthode zapatiste

    http://lavoiedujaguar.net/Le-mur-et-la-breche-Premieres

    Paroles du SupGaleano lors de l’inauguration du séminaire « La pensée critique face à l’hydre capitaliste » le 3 mai 2015.

    Mon nom est Galeano, sous-commandant insurgé Galeano. Ma naissance, le 25 mai 2014, s’est faite collectivement, malgré moi et malgré d’autres. Comme l’ensemble de mes compañeras et compañeros zapatistes, je me cache le visage pour me montrer, et je le montre pour me cacher. À moins d’un an d’existence, le commandement m’a déjà assigné le travail de postier, de vigie et de sentinelle à l’un des postes d’observation de cette terre rebelle.

    Comme je ne suis pas habitué à parler en public, moins encore devant tant de personnes (ah — pardon, ce doit être un hoquet de panique sur scène), je disais, de personnes distinguées, je vous remercie de votre compréhension à l’égard de mes hésitations et balbutiements répétés dans cet art complexe et ardu de la parole. (...)

    #EZLN #Mexique #Ayotzinapa #zapatistes


  • #AYOTZINAPA : MORT A LA MORT.
    #ActionGlobaleAyotzinapa‬ / ‪#AccionGlobalporAyotzinapa
    #Marseille, les 25 et #26Sept‬ :
    EXPO PHOTO, COLLAGE, DISCUSSIONS, APÉRO-PROJECTION
    –> évènement : https://www.facebook.com/events/1496559733971334

    43 visages, figés dans le temps.
    43 étudiants de l’école normale rurale Raúl Isidro Burgos d’Ayotzinapa, située dans le Guerrero au Mexique.
    Depuis la nuit du 26 septembre 2014, ils sont tous portés disparus.
    43 évaporés.

    Cette nuit-là, à Iguala, une centaine d’étudiants de cette école réquisitionnent des bus (pratique courante au Mexique) dans l’idée de se rendre quelques jours plus tard à Mexico pour la commémoration du massacre des étudiants du 2 octobre 1968. C’est alors que l’enfer s’abat sur eux : mitraillés puis arrêtés par la police, poursuivis par des hommes cagoulés, des étudiants et des passants sont abattus.
    Au matin, le bilan est terrible : six morts –dont Julio César Mondragón retrouvé les yeux et la peau du visage arrachés– des dizaines de blessés par balles et...
    43 disparus.

    La disparition forcée des 43 normalistes d’Ayotzinapa et la probable implication des polices, de l’armée, de la classe politique et du gouvernement mexicain en collusion avec les narco-trafiquants a provoqué un fort mouvement de contestation au Mexique et dans le monde. En réponse, le gouvernement a essayé d’acheter le silence des familles et a lancé une stratégie de criminalisation du mouvement social mais les déclarations officielles ont été démenties par des groupes d’enquête indépendants internationaux.
    Tout le monde le sait désormais : c’est un crime d’État.

    ACTION GLOBALE POUR AYOTZINAPA :

    Dans un pays ravagé par l’argent du narco-trafic, la corruption et l’incurie des gouvernants, les manifestations populaires se succèdent, réclamant la vérité sur ce crime et la fin de l’impunité pour les assassins. « ¡Ya Basta ! » clame le peuple, essoré par la monstrueuse guerre de la drogue lancée par le président Calderon en décembre 2006 et toujours en cours en 2015 : les estimations font état de 100 000 morts et 25 000 disparus.

    Une année s’est écoulée depuis la disparition des 43 étudiants à Iguala, au Mexique. Un an après, les mensonges et l’implication des corps répressifs du gouvernement mexicain sont révélés au grand jour ; le gouvernement français continue pour sa part à collaborer activement à la formation et à l’équipement en armes et en matériel de la police et des militaires mexicains.

    Un an après, leurs parents, leurs familles et leurs amis continuent à chercher leurs chers disparus. Nous voulons nous unir à eux, leur montrer qu’ils ne sont pas seuls et que nous portons avec eux leur profonde douleur. Un an après, ce n’est pas l’oubli et l’indifférence qui hantent le nombre 43 et tant d’autres milliers de disparitions mais une solidarité qui va au-delà des frontières et qui nous maintient uni-e-s pour faire valoir la vie humaine.

    43 photos.
    43 moments de ceux qui n’oublient pas.
    43 portraits.
    43 visages qui ne disparaitront pas.

    Une exposition proposée par collectifs Contre-Faits & Bon pied bon oeil
    avec la participation de Marseille Ayotzinapa & Mut Vitz 13
    et l’accueil de Manifesten & du Polygone Étoilé
    Marseile - 25/26 sept 2015


    –> ------------ <-
    MORT A LA MORT !

    COLLAGE, EXPOS, DISCUSSIONS, APÉRO-PROJECTION
    dans le cadre des actions globales pour Ayotzinapa

    25 septembre :
    Manifesten :
    > 18H Présentation du livre "Mourir au Mexique" par le Collectif des Métiers De l’Édition
    + Expo photos des collectifs Bon pied bon oeil et Contre-Faits

    26 septembre :
    Manifesten :
    > 12H Apéro Collage et Expos
    Polygone Étoilé :
    > 18H Apéro dînatoire solidaire et présentation du livre "Mourir au Mexique" par le Collectif des Métiers De l’Édition
    > 19h30 Projection du documentaire « Ayotzinapa : Chronique d’un crime d’État »

    Manifesten - 59 rue thiers - 13001 Marseille
    Polygone Étoilé - 1 Rue François Massabo - 13002 Marseille

    ACTION GLOBALE POUR AYOTZINAPA : des liens pour aller plus loin :
    > https://fr.wikipedia.org/wiki/Enlèvements_d'Iguala
    > http://espoirchiapas.blogspot.fr/search/label/Ayotzinapa
    >