• 21st-century lobbying : how big data lets big businesses get the upper hand
    https://theconversation.com/21st-century-lobbying-how-big-data-lets-big-businesses-get-the-uppe

    In July Facebook was fined US$5.1bn by the US Federal Trade Commission (FTC) for not being honest about how it was handling user data. The personal data of 87 million of its users had been harvested by Cambridge Analytica, a firm which stands accused of building political profiles of individual people in order to influence elections. It is believed that the information was used to influence voters in the US presidential election and the EU referendum of 2016. The fine is the biggest ever (...)

    #CambridgeAnalytica #Alphabet #Apple #Google #Facebook #Paypal #algorithme #manipulation #domination #BigData #bénéfices #FTC (...)

    ##lobbying

  • Gouvernementalité algorithmique : arme ultime pour ne pas changer le monde ?
    https://philoma.org/wp-content/uploads/docs/2016_2017_Algorithmes/Ledoux_-_Vlajcic_-_Rouvroy_-_Gouvernemantalite_algorithmique_-_Peoplesphere

    Concept créé par Michel Foucault, la gouvernementalité désigne la rationalité propre au gouvernement d’une population. Il s’agit donc d’un certain type de pouvoir qui s’exerce sur une population à travers une structuration des champs d’action possibles plutôt qu’à travers des formes de contraintes juridico-discursives (comme la loi) ou à travers l’inculcation disciplinaire de normes de travail et de la vie sociale. Le but est de « gouverner les conduites » pour quelque (...)

    #algorithme #domination #BigData #bénéfices #GAFAM #profiling

  • Avec Steve Salom, directeur général d’Uber France
    https://www.franceinter.fr/emissions/on-n-arrete-pas-l-eco/on-n-arrete-pas-l-eco-19-octobre-2019

    Quel modèle économique pour Uber, le géant mondial de la mobilité qui aspire à conserver son titre de leader sur ce marché ? Et surtout, quelle protection sociale pour ses chauffeurs qui ont le statut d’indépendants ? Ce samedi, Steve Salom, le directeur général d’Uber pour la France, est l’invité d’Alexandra Bensaid. Statut social de ses chauffeurs indépendants, situation financière de l’entreprise, ambitions de devenir un super-service de transports... De quel statut bénéficie-t-on lorsqu’on décide de (...)

    #Uber #algorithme #travail #terms #bénéfices

  • Facebook paid just £28m tax after record £1.6bn revenues in UK
    https://www.theguardian.com/technology/2019/oct/11/facebook-paid-just-28m-on-record-16bn-earnings-in-the-uk

    Profits on social media app surged by more than 50% to £97m in latest tax year Facebook’s UK operations paid £28m in corporation tax last year despite achieving a record £1.6bn in British sales. The social media company’s latest UK accounts show that gross income from advertisers rose almost 30% last year to £1.65bn, and pretax profits surged by more than 50% from £63m to £97m. Steve Hatch, the Facebook vice-president for Northern Europe, said : “Businesses across the country use our platforms to (...)

    #Facebook #taxation #Netflix #bénéfices

    https://i.guim.co.uk/img/media/25d1d746261d23862bf732e3420b77b481afb4ac/0_200_3500_2100/master/3500.jpg

  • #Impôt sur les #entreprises : en finir avec les #demi-mesures by Joseph E. Stiglitz - Project Syndicate
    https://www.project-syndicate.org/commentary/oecd-proposal-multinational-tax-avoidance-by-joseph-e-stiglitz-2019-10/french

    ... l’un des aspects les plus toxiques de la mondialisation n’a pas reçu l’attention qu’il méritait : l’#évasion_fiscale des entreprises. Les #multinationales ne peuvent que trop facilement relocaliser leur siège et leur production dans les pays qui pratiquent les prélèvements les plus bas. Et elles n’ont pas même besoin, dans certains cas, de déménager leurs activités commerciales, car elles peuvent simplement jouer sur leurs « écritures » comptables.

    Ainsi #Starbucks peut-elle poursuivre son développement au #Royaume-Uni tout en y payant pour ainsi dire aucun impôt, au prétexte que ses bénéfices y sont des plus réduits. Mais si c’était vrai, s’y développer n’aurait aucun sens. Pourquoi renforcer votre présence si vous ne pouvez en attendre aucun profit ? Ces bénéfices existent, bien sûr, mais ils sont aspirés hors du Royaume-Uni, sous forme de redevances, de droits de franchise ou d’autres charges, vers des pays où les impôts sont moins élevés.

    Pour les firmes les plus avisées, ce genre d’évasion fiscale est devenu un art. #Apple, par exemple, y excelle. Les coûts confondus de ces pratiques sont énormes. Selon le Fonds monétaire international, la puissance publique perd au moins 500 milliards de dollars annuels en raison des transferts d’impôts des entreprises. Gabriel Zucman, de l’université de Californie à Berkeley, et ses collègues estiment quant à eux qu’environ 40 % des profits réalisés par les multinationales américaines à l’étranger sont transférés vers des paradis fiscaux. En 2018, 60 des 500 premières entreprises du pays – parmi lesquelles #Amazon, #Netflix et #General_Motors – n’y ont pas payé d’impôts, malgré des #bénéfices cumulés annoncés (au niveau mondial) à hauteur de 80 milliards de dollars. Ces dérives ont un effet dévastateur sur les #recettes fiscales nationales et sapent l’idée même d’équité.

  • Briser les géants du numérique, la solution « ultime » selon Margrethe Vestager
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/091019/briser-les-geants-du-numerique-la-solution-ultime-selon-margrethe-vestager

    Chargée à la fois de la concurrence et de la définition d’une politique numérique européenne, la commissaire danoise sortante a été auditionnée mardi par le Parlement européen. Elle veut « accélerer ». Mardi 8 octobre, c’était au tour des trois vice-président·e·s exécutif·ve·s désigné·e·s, Valdis Dombrovskis (letton, chargé de l’économie au service des personnes), Margrethe Vestager (danoise, pour « une Europe adaptée à l’ère numérique ») et Frans Timmermans (néerlandais, chargé du Green Deal européen), d’être (...)

    #Google #Amazon #Facebook #éthique #taxation #domination #BigData #bénéfices

    • Le seul truc que je ne pige pas, c’est que le titre de l’article ne cadre absolument pas avec le propos de l’interviewée, qui n’est qu’une néolibérale dont le discours suinte la loi du marché à tout va.

  • Pourquoi le travail est-il devenu absurde ?
    http://www.internetactu.net/2019/09/24/pourquoi-le-travail-est-il-devenu-absurde

    L’anthropologue américain David Graeber (@davidgraeber) dans son livre Bullshit Jobs (Les Liens qui libèrent, 2018) nous rappelait combien la société moderne reposait sur notre propre aliénation. Il énumérait ces emplois à la con qui conduisent nombre d’entre nous à dédier notre vie à des tâches inutiles et sans intérêts. Une colonisation du vide, dont le seul but ne semble que d’asseoir chaque jour un peu plus le pouvoir financier… « La répartition du travail telle que nous la connaissons aujourd’hui n’a (...)

    #WholeFoods #Amazon #Facebook #LinkedIn #Netflix #Paypal #Uber #algorithme #travail #travailleurs #bénéfices (...)

    ##surveillance
    /assets/images/logo_ia.png

  • Linguistic capitalism. Has Google become an all powerful usurer of language ?
    https://we-make-money-not-art.com/linguistic-capitalism

    Google Ads (formerly AdWords) is an advertising platform that allows businesses to bid on the keywords they are interested in. The higher your bid, the more prominent your clickable ad on the search engine results. In poetry and other forms of literature, words acquire value based on the type of emotions, mental landscapes and history they evoke. For Google algorithm however, the value of a word fluctuates according to the power of the industry that uses and advertises it. The term “cloud”, (...)

    #Google #AdWords #algorithme #bénéfices #art

    ##AdWords_

  • A peine 25’000 francs étaient injectés chaque année dans le pont de Gênes Caroline Briner - Philippe Blanc
    https://www.rts.ch/info/monde/10668022-a-peine-25-000-francs-etaient-injectes-chaque-annee-dans-le-pont-de-gen

    L’effondrement du pont de Gênes n’était pas fortuit, selon le rapport préliminaire commandé par la justice italienne et publié le 31 juillet.
    La société gestionnaire Autostrade per l’Italia n’a dépensé que 500’000 euros en 20 ans pour ce pont, alors qu’elle a réalisé 10 milliards de bénéfice en 10 ans sur l’ensemble de son réseau routier, selon un autre rapport.
    L’ingénieur suisse membre de l’équipe chargée de l’enquête préliminaire a jeté l’éponge, déplorant trop de pression.

    Un documentaire produit par la SSR dresse un point de situation, en présentant une partie des critiques formulées. « Pont de Gênes : une catastrophe évitable ? » a été diffusé mercredi à 22h30 sur RTS1 dans le cadre du lancement de la case enquête Doc à la Une.

    Les principales révélations

    Il y a un peu plus d’un an, le 14 août 2018 à 11h36, alors que le temps était orageux, une partie du pont de Gênes s’effondrait, emportant avec lui la vie de 43 personnes. Plusieurs enquêtes ont été lancées depuis. Parmi elles, le rapport préliminaire des experts nommés par le juge d’instruction et déposé le 31 juillet est sans appel : la corrosion était diffuse sur tous les haubans (19% des câbles complètement corrodés et 22% corrodés à 75%), ainsi que sur le tablier (en moyenne 70% des torons présentaient une section réduite d’au moins 50%). Et ceci alors qu’aucune intervention de maintenance n’était susceptible de la ralentir.

    Un rapport sur la raison de l’effondrement est attendu pour décembre. Toutes les causes fortuites ont cependant déjà été abandonnées (intempéries, chute de matériaux lourds, attaques). La pression monte d’autant plus sur la société gestionnaire Autostrade per l’Italia (Aspi) que le Ministère des infrastructures et des transports a identifié une comparaison relevante : entre 1982 et 1998 (16 ans), plus de 24 millions d’euros ont été dépensés pour des interventions structurelles, alors que, depuis la privatisation en 1999 (20 ans), moins de 500’000 euros ont été investis, soit 23’000 euros par an. Et ceci alors que l’entreprise a accumulé de juteux bénéfices et qu’il était notoire que le pont présentait des problèmes. L’entreprise est soupçonnée de sous-estimation volontaire de la gravité des défauts.

    La vidéo-clé de l’effondrement
    Immédiatement après la catastrophe, le gouvernement ouvre une enquête et la Garde des Finances saisit l’équivalent de 60 térabytes de vidéos et de matériel informatique des techniciens et des dirigeants. « Les documents de SPEA (société de surveillance mandatée par Autostrade) et ceux d’Autostrade attestent de l’état critique du Morandi », confie Ivan Bixio, colonel de la Garde des Finances.

    Le 1er juillet, la vidéo-clé est rendue publique. Issue d’une caméra de surveillance de l’entreprise Ferrometal, elle montre clairement qu’un hauban et le sommet du pylône de la pile 9 se sont pliés.

    Une architecture pas si parfaite

    Lors de son inauguration en 1967, le pont de Gênes était considéré comme une prouesse de l’ingénierie italienne. D’une longueur de 1182 mètres pour une hauteur comprise entre 45 et 55 mètres, l’ouvrage a été conçu par l’ingénieur Riccardo Morandi, qui croyait alors, comme beaucoup d’autres à cette époque, que le béton armé était indestructible. Il avait ainsi inventé un système destiné à renforcer la solidité du pont : recouvrir les câbles d’acier des haubans par du béton armé précontraint. Cette idée se voulait d’autant plus géniale que les segments portés par les trois piles à haubans (n° 9, 10 et 11) mesuraient chacun 200 mètres.

    Mais aujourd’hui, le béton armé n’est plus considéré comme indestructible. De plus, la couverture en béton armé s’avère même un problème puisque la présence de fissures facilite la corrosion des câbles cachés à l’intérieur, ainsi que la desquamation (augmentation du volume de l’acier), qui elle-même détruit le béton. Pour couronner le tout, la corrosion est cachée par le béton.

    Par ailleurs, Riccardo Morandi avait estimé qu’un seul hauban par côté suffisait pour soutenir chaque tablier. « Le défaut, vu avec les yeux d’aujourd’hui, c’est qu’il n’y a pas de redondance », explique le professeur suisse Bernhard Elsener. Avec ce système, il suffit qu’un hauban flanche pour que tout un segment s’écroule. Et c’est ce qui s’est passé le 14 août 2018. Et comme un jeu du mauvais sort, Riccardo Morandi avait garanti que son pont durerait 50 ans. Il a tenu 51 ans.

    Riccardo Morandi a réalisé deux autres ouvrages sur ce modèle : l’un au Venezuela, l’autre en Libye. Le premier s’est partiellement effondré en 1964 à la suite d’une collision d’un pétrolier. L’enquête avait démontré que l’hypothèse d’un choc ou celle d’un séisme n’avaient pas été prises en compte dans la conception du projet. En 1977, l’ingénieur faisait finalement part de ses inquiétudes pour le pont de Gênes. Relevant une dégradation rapide des haubans, il préconisait de protéger le pont et de le surveiller attentivement.

    Une seule pile à haubans sur trois rénovées
    En 1993, la première (et dernière) intervention structurelle est menée sur le pont. Les travaux se concentrent sur la pile 11. « Dans la partie supérieure du hauban côté montagne, on a trouvé les câbles principaux sectionnés à cause de la corrosion. Il y avait 30% de câbles en moins. (...) Je me le rappelle dans mon ventre. Cela faisait peur », confie l’ingénieur Gabriele Camomilla. Les quatre haubans qui partaient de part et d’autres de la pile 11 sont alors remplacés par 4X12 haubans en polyéthylène.

    Alors engagé par l’Etat, Gabriele Camomilla avait signé à cette époque un rapport qui déplorait une détériorisation généralisée de tous les haubans. Mais aujourd’hui, après avoir été directeur de la recherche et de la maintenance d’Autostrade per l’Italia, l’ingénieur assure que les piles 9 et 10 « n’avaient aucun type de dégât grave ». Et donc qu’aucune autre intervention n’était nécessaire.

    Le passage à la privatisation
    En 1999, les autoroutes sont privatisées. Le pont passe en mains d’Autostrade per Italia. Cette filiale du groupe Atlantia, lui-même en mains de la famille Benetton, gère actuellement 3000 km d’autoroutes. Les gestionnaires doivent garantir la maintenance, le contrôle et la sécurité. Et pour éviter tout monopole, la loi prévoit que les concessions soient mises aux enchères tous les cinq ans. Mais l’Etat ne l’a jamais fait. Depuis 1999, l’entreprise a réalisé un total de bénéfices nets de plus de 10 milliards d’euros. Ce montant correspond au taux rarissime de 25% des recettes. En 2017 seulement, le bénéfice a atteint 1,04 milliard pour des revenus à 4,05 milliards. Et ceci alors qu’Autostrade a investi moins de 500’000 euros en 20 ans pour le pont.


    « A l’heure actuelle, nous avons un régulateur totalement pris en étau : coincé entre des contrats de nature privée difficilement modifiables et des capacités techniques d’intervention très réduites », estime Marco Ponti, professeur en économie des transports.

    Une proposition de nouveau pont refusée
    En 2006, l’architecte hispano-suisse Santiago Calatrava, qui a travaillé à l’EPFZ, propose de réaliser un viaduc en acier au-dessus du pont Morandi, avant de détruire l’ancien pont. Le nouveau pont devait être « beaucoup plus léger » et les voies « séparées de manière à ce que la lumière atteigne le sol », expliquait alors l’architecte.
    Le projet avait séduit le président de la région Ligurie de l’époque et le ministre des Infrastructures. Toutefois, en mai 2009, Autostrade annonce qu’il n’était plus question de démolir le pont Morandi. Des travaux de surface continueront d’être menés, que certains détracteurs appelleront « travaux de cosmétique ».

    Les rapports de mises en garde
    En 2015, Autostrade per l’Italia annonce planifier une intervention structurelle de 20 millions d’euros. Plusieurs rapports vont se succéder, toujours avec des mises en garde. En 2016, l’ingénieur Antonio Brencich de l’Université de Gênes déplore, entre autres, « une évaluation incorrecte des effets de retrait du béton ayant produit un plan de route non horizontal ». Des travaux avaient alors déjà été opérés pour éliminer les creux et les bosses, mais uniquement en surface.
    Un pont qui est dans tous les livres d’histoire, soumis à des conditions de circulation très particulières, avec des points critiques déjà mis en évidence... S’il y a en Italie un pont qu’il fallait surveiller depuis 10 ans, c’était bien le viaduc sur le Polcevera !

    En 2017, alors que le polytechnique de Turin relève une déformation anormale des haubans de la pile 9, Autostrade soumet son projet à vérification au professeur Carmelo Gentile du polytechnique de Milan, qui est le dernier expert à avoir observé le pont avant la catastrophe. Après avoir analysé les vibrations par l’intermédiaire de capteurs, il soulève « des comportements anormaux » sur la pile 9 et propose un monitoring permanent. « S’il avait été installé, le pont n’aurait peut-être pas pu être sauvé, mais on aurait pu déclencher une alarme quelques heures plus tôt, de façon à éviter tout ce qui est arrivé », déplore l’expert.

    L’intervention extraordinaire prévue pour 2018
    De leur côté, les 60’000 habitants du quartier Certosa, situé sous le pont, connaissaient bien l’état de l’ouvrage. Certains d’entre eux menaient même leurs propres enquêtes, en interrogeant régulièrement le concessionnaire Autostrade, ou en étudiant la criminalité maffieuse. « Le ciment appauvri signifie que plutôt que de mettre 100kg de fer, ils en auraient mis 10. Qui sait ? », a confié le président du comité des citoyens de Certosa à Mise au Point l’an dernier.
    Un mois avant la catastrophe, Autostrade annonce au porte-parole du quartier Ennio Guerci que des travaux visant à renforcer les câbles vont être lancés à l’automne. Ces travaux dits extraordinaires ont toutefois la particularité d’être présentés comme « une intervention locale », relate le documentaire. Ce qui signifie que la sécurité n’a pas à être vérifiée. Et qu’aucun test statique n’est à l’ordre du jour. « No comment », a réagi le procureur général de Gênes Francesco Cozzi interrogé pour le film.
    L’expert suisse qui jette l’éponge
    Après la catastrophe, la justice italienne ouvre une enquête. Les chefs retenus sont l’homicide involontaire, l’homicide par négligence et le manquement aux règles de sécurité. Le nombre de personnes visées augmente au fil des mois pour atteindre 73 actuellement. Les débris sont déposés dans un hangar surveillé en permanence.

    Trois experts sont nommés pour mener l’enquête préliminaire, dont le Suisse Bernhard Elsener. En novembre, 17 débris déterminants sont envoyés en Suisse, à l’Empa (Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche). Près de 3400 fils sont soumis à des essais de compression, à des test de traction et à des analyses chimiques.

    En avril, le professeur Bernhard Elsener démissionne du collège d’experts de la magistrature. En plus d’une charge trop grande pour lui, il fait état de pression et de délais très serrés. Certaines de ses déclarations ont été vivement critiquées, notamment par les avocats. « Cela a dégénéré en une justification constante et l’ensemble du processus a été extrêmement retardé », a-t-il confié au média en ligne Watson. Un autre expert prend sa place. Bernhard Elsener estimait en mai que cette nouvelle équipe saurait « protester contre les tentatives d’influence » car elle n’avait « plus besoin d’argent ». La sévérité du rapport (cité plus haut) semble confirmer ses prédictions.

    La défense d’Autostrade per Italia
    Assez rapidement, Autostrade a affirmé que la situation était trop complexe et qu’il appartenait à la justice d’établir ce qu’il s’était passé. Actuellement, il se pourrait que l’entreprise prépare sa défense en dénonçant des vices de construction. Le gestionnaire, qui n’a pas voulu s’exprimer dans le documentaire, a parallèlement entamé des négociations confidentielles avec les familles des victimes sur un accord avec clause de renonciation à une procédure civile. Seules deux familles sur 63 ont rejeté cette indemnisation.
    Les contre-attaques ont été nombreuses ces derniers mois. L’ex-expert de l’entreprise Gabriele Camomilla a ainsi affirmé que la catastrophe avait été provoquée par « des cygnes noirs », à savoir la combinaison de plusieurs facteurs qui provoquent un évènement imprévisible. Il mentionnait la foudre, qui aurait pu accéder à la partie métallique. Ou alors une bobine de métal qui serait tombée d’un camion (qui roulait à 40km/h) et dont la chute avait été observée par un Tchèque. Interrogé, le témoin-clé a cependant tout démenti.

    Les autorités aussi pointées du doigt
    Les autorités sont critiquées pour leur faible contrôle des autoroutes et pour leur trop faible développement du réseau autoroutier. Ainsi en 50 ans, le nombre de passages de camion a grossi de vingt fois en raison de l’activité portuaire. Mais aucune autre route n’a été développée pour dévier une partie de la circulation sur un autre axe.

    Concernant la surveillance des routes, le chef du bureau du Ministère en charge de la surveillance technique et opérationnelle du réseau autoroutier a vidé son sac pendant l’interrogatoire. « Il y en a eu pour tout le monde », indique le documentaire, en relevant que les autorités ne disposeraient pas de techniciens aptes à évaluer les inspections des gestionnaires des routes.

    Quoiqu’il reconnaisse que la catastrophe aurait pu être évitée, le procureur général de Gênes Francesco Cozzi n’admet aucune responsabilité politique dans les rapports qu’a entretenus l’Etat avec les concessionnaires : « L’État n’a pas d’obligation de contrôle. Il a un pouvoir de contrôle. L’obligation impose des échéances précises d’intervention alors que le pouvoir de contrôle (....) risque d’être bien plus faible ».

    Pour le professeur Marco Ponti, il ne fait pas de doute que les autoroutes constituent « un festin » partagé entre l’Etat et les privés, au détriment des utilisateurs.

    Un changement de vie pour les Génois
    Le pont s’est écroulé le 14 août 2018. Le chantier a débuté en décembre et le démantèlement à proprement parler en février 2019. Les grosses piles 10 et 11 ont été détruites à l’explosif au mois de juin. En tout, 50’000 tonnes de béton armé étaient à déblayer. Ces travaux dépassent les 20 millions de francs.

    Le nouveau pont est en cours de reconstruction depuis décembre 2018. Totalement en acier, il comprendra un monument à la mémoire des 43 victimes. Dessiné par le Génois Renzo Piano (Centre Pompidou, Centre Paul Klee, Fondation Beyeler), l’ouvrage doit être inauguré en avril 2020. Son coût est de 202 millions d’euros. Reste la question de la concession... Cela pourrait coûter des milliards de la retirer à Autostrade, à moins qu’il soit prouvé que la compagnie a la principale responsabilité de la catastrophe.

    Une réforme des règles encadrant les concessions autoroutières a été promise par le gouvernement en septembre 2018. Les sociétés contractuelles auraient l’obligation de réinvestir une part accrue de leurs bénéfices dans le réseau autoroutier. Par ailleurs, six autres viaducs ont été placés sous haute surveillance.

    Sous le pont, un millier de personnes ont vu leur maison démolie. Les quelque 60’000 autres habitants du quartier Certosa ont vécu de manière isolée durant un an, la route d’accès pour le centre-ville ayant été bloquée par les gravats.

    Plusieurs fonds ont été créés, tant pour les familles des victimes que pour les habitants qui ont dû quitter leur maison. Autostrade a promis au moins 500 millions d’euros.

     #italie #autoroutes #pont_morandi #benetton #autostrade #privatisation #corruption #fric #bénéfices #Ponte_Morandi #Gênes #transports #ingénierie #béton #béton_armé #Experts #Venezuela #Libye #corrosion #contrats #concessions #cosmétique #festin

  • Avantages fiscaux : Apple devant la justice européenne
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/09/17/avantages-fiscaux-apple-devant-la-justice-europeenne_5511309_3234.html

    A partir de mardi, et pendant deux jours, Apple entend se battre contre la décision de Bruxelles, prise en 2016, lui demandant de rembourser à l’Irlande 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux. Apple descend dans l’arène de la justice européenne, mardi 17 septembre, bien décidé à lutter pendant deux jours d’audience contre la retentissante décision de Bruxelles lui demandant de rembourser 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux à l’Irlande. Cette demande, annoncée le 30 août 2016 par la commissaire (...)

    #Apple #taxation #procès #bénéfices #CJUE

  • Uber supprime de nouveau plusieurs centaines de postes
    https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/uber-supprime-de-nouveau-plusieurs-centaines-de-postes-1130676

    Le géant américain de la mobilité se sépare de 435 ingénieurs et responsables produits. Fin juillet, il avait déjà supprimé 400 postes dans ses activités marketing. Uber, confronté à une croissance qui tourne au ralenti, cherche à réduire ses coûts, retrouver un avantage concurrentiel et séduire les investisseurs. Uber continue de faire la chasse aux coûts. Après avoir annoncé, fin juillet qu’il allait supprimer un tiers de ses effectifs de son département marketing (400 posts sur 1.200), le géant américain (...)

    #Uber #UberEATS #travail #bénéfices

  • #cancer_du_sein : La pénurie de Femara due à une « stratégie délibérée » . . . . . . . .
    Les ruptures de stock de Femara, un médicament contre le cancer du sein, ne sont « pas un hasard » mais sont dues à une « stratégie délibérée de l’industrie pharmaceutique », estime jeudi le PTB dans un communiqué.

    « Ni Novartis, le producteur du Femara, ni le grossiste Febelco, qui en opère la distribution, ne donnent d’explication claire quant à la pénurie actuelle de ce médicament, tout simplement parce que ce n’est pas justifiable », estime la spécialiste santé du parti, Sofie Merckx.

    En juillet, Marleen Pollet, une patiente atteinte de cancer du sein, avait déjà tiré la sonnette d’alarme à propos de l’indisponibilité du Femara. La ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD) avait alors affirmé que le problème serait résolu pour le 26 juillet. Or aujourd’hui, il n’y a toujours aucune solution et le Femara n’est toujours pas disponible, affirme le PTB.

    Le parti d’extrême gauche exige désormais que le gouvernement prenne d’urgence les mesures nécessaires pour remédier aux ruptures de stocks actuelles. « Nous appelons la ministre à examiner attentivement chaque cas de pénurie et à prendre immédiatement les mesures qui s’imposent », insiste Mme Merckx.

    « La manière dont les firmes pharmaceutiques et les grossistes-distributeurs créent et exploitent des pénuries afin d’augmenter leurs profits est devenue un modèle commercial en soi. C’est à la ministre de s’attaquer à cette situation, si nécessaire par la voie juridique », poursuit-elle.
    . . . . . . . . .

    #femmes #santé #discrimination #femme #santé #médicaments #big_pharma #pharma #médecine #industrie_pharmaceutique #médicament #cancer #pénurie organisée #argent #fric #flouze #artiche #marge #bénéfices . . . .

  • Intelligence artificielle : la « victoire » de la Chine est-elle inéluctable ?
    https://usbeketrica.com/article/intelligence-artificielle-la-victoire-de-la-chine-est-elle-ineluctable

    Dans I.A., la plus grande mutation de l’histoire (Les Arènes, 2019), Kai-Fu Lee, chercheur en informatique passé par Apple, Microsoft et Google avant de devenir l’un des principaux investisseurs tech en Chine et aux États-Unis, explique pourquoi et comment la Chine va bientôt dominer tous les marchés technologiques. Son propos, spectaculaire et riche en chiffres et informations pertinentes, souffre en revanche d’une absence de lecture politique de la situation. « Celui qui deviendra maître en (...)

    #Apple #Google #algorithme #solutionnisme #domination #bénéfices #profiling #BigData

    • À partir de là, Lee se livre à un exercice de prospective pour expliquer clairement pourquoi il pense que l’IA va détruire non pas des millions mais des milliards d’emplois, en raison notamment de la généralisation de la mobilité autonome et des services robotisés. Selon lui, les prévisions de l’OCDE en la matière sont trop optimistes et ne tiennent pas compte des avancées technologiques récentes qui rendent déjà obsolètes nombre d’usines. Il livre alors une série de graphiques sur différents métiers, des moins menacés (organisateur de mariages) aux plus menacés (comptable). Selon lui, cette évolution est irréversible et il convient pour les humains de trouver de nouvelles manières de s’occuper.

      Plus qu’à une généralisation du revenu universel, Kai-Fu Lee croit en une révolution des métiers du care, à savoir les différentes formes de travail auprès des enfants, des personnes âgées et des personnes handicapées, populations dont le nombre devrait continuer d’augmenter au cours des prochaines décennies. Selon l’investisseur, les besoins d’accompagnement de ces personnes ne pourront jamais être correctement accomplis par des machines.

  • Does Amazon have answers for the future of the NHS ?
    https://www.theguardian.com/technology/2019/aug/24/alexa-nhs-future-amazon-artificial-intelligence-healthcare

    Enthusiasts predicted the plan would relieve the pressure on hard-pressed GPs. Critics saw it as a sign of creeping privatisation and a data-protection disaster in waiting. Reactions to news last month that Amazon’s voice-controlled digital assistant Alexa was to begin using NHS website information to answer health queries were many and varied. US-based healthcare tech analysts say the deal is just the latest of a series of recent moves that together reveal an audacious, long-term strategy (...)

    #Amazon #Alexa #bénéfices #profiling #santé

    ##santé
    https://i.guim.co.uk/img/media/6864c07860ab970f608fd9c87da2bd298b4cf8cf/0_0_2560_1536/master/2560.jpg

  • Coursiers et chauffeurs VTC : les chiffres bidons des plates-formes
    https://www.alternatives-economiques.fr/coursiers-chauffeurs-vtc-chiffres-bidons-plates-formes/00090102

    Qu’il s’agisse des applications de livraison de repas ou de VTC, toutes revendiquent des milliers, voire des dizaines de milliers de coursiers ou de chauffeurs. En réalité, les flottes sont bien moins fournies. Mais ce tour de passe-passe leur donne du poids face à ceux qui travaillent pour elles et aux pouvoirs publics. Mais où sont-ils donc tous ? A en croire les plates-formes numériques de livraison de repas et de courses en VTC, livreurs et chauffeurs seraient des dizaines de milliers à (...)

    #Deliveroo #Heetch #Bolt #Uber #travail #bénéfices #Kapten #Stuart #UberEATS #LeCab

  • Deliveroo se retire du marché allemand
    https://www.lalibre.be/economie/entreprises-startup/deliveroo-se-retire-du-marche-allemand-5d515d56f20d5a58a8ea35e0

    La plateforme de livraison de plats à domicile Deliveroo, en prise avec ses livreurs en France, va quitter l’Allemagne cette semaine pour se concentrer sur d’autres marchés à plus forte croissance, a appris l’AFP lundi. Opérant en Allemagne depuis avril 2015, la société britannique va arrêter ses livraisons à compter du 16 août dans tout le pays, pendant qu’elle est en passe de doubler sa croissance sur d’autres marchés à travers le monde. "Nous souhaitons remercier tous les livreurs et les restaurants (...)

    #Deliveroo #travail #bénéfices #concurrence

  • Uber enregistre 5 milliards de dollars de pertes au second trimestre et n’a jamais perdu autant d’argent
    https://www.numerama.com/vroom/539618-uber-enregistre-5-milliards-de-dollars-de-pertes-au-second-trimestr

    L’équilibre financier des entreprises de mise en relation est toujours fragile. Uber ne fait pas exception. Désormais incontournable dans la plupart des métropoles, Uber repose néanmoins sur un équilibre financier précaire. La publication des derniers résultats du groupe en témoigne. Au second trimestre, l’entreprise américaine a enregistré une perte record de 5,2 milliards de dollars. Un chiffre qui donne le vertige, gonflé par les compensations attribuées aux employés à la suite de l’entrée à Wall (...)

    #Uber #bénéfices

    //c2.lestechnophiles.com/www.numerama.com/content/uploads/2018/11/uber-app-flickr.jpg

    • uber, c’est simple ! Un modèle économique qui ne crée aucune valeur.

      Dans un cadre théorique « marxiste », il est assez difficile d’inscrire les « bobos » et leurs pratiques, tout comme ceux qu’ils mettent à contribution via les diverses plateformes d’internet (pour préparer ou faire les courses de la maisonnée, pour se faire livrer des pizzas ou un repas à domicile, pour se faire véhiculer sans avoir recours à un taxi, pour « s’échanger » (peace and love) appartements en villégiature, ou tout autre bien et service. Les exemples ne manquent pas.

      Dans le schéma relatif à la valeur économique de mon dernier ouvrage, comment s’inscrivent ces activités de serviteurs (pour faire plus joli on dit de « service » à la personne) et de maîtres (au sens de la petite noblesse de l’ancien régime). Mais oui, les bobos font bien partie d’une petite noblesse, laquelle utilise avec ses revenus et entretient une cohorte de serviteurs divers qui en dépendent pour leurs revenus. Le schéma s’est un peu modifié avec « internet » et les plate-formes" de soit-disant « mise en relation » des uns et des autres. Mais capitalisme du XXIème siècle oblige, il faut en passer par le web pour que cette petite « noblesse » exploite une masse de gueux qui n’ont d’autres revenus que de vendre leurs muscles (il faut pédaler, marcher, voiturer ...) pour leur plus grand plaisir.

      Qu’il est en effet « jouissif » de se faire livrer un repas par des #gueux, pendant que vous écoutez ou dansez sur le dernier air connu ! Avec en prime la « bonne » conscience de « donner un travail, un revenu » à ce gueux qui vous livre. Avec cela, ce gueux va pouvoir poursuivre ses études (n’est-ce pas Macron ?), et c’est bien l’essentiel ... de ce point de vue. Car il me semblait que l’accès aux études devait être, sinon gratuit, du moins accessible à tous. En tout état de cause, deux points méritent d’être soulignés.

      D’un point de vue de « classe » si j’ose dire, ces gueux se considèrent comme des « auto-entrepreneurs ». Mais ils font face à des plate-formes captialistes internationalisées qui les exploitent. Ils commencent certes à avoir une « conscience de classe ». Mais tant qu’ils privilégieront leur statut d’auto-entrepreneurs, tant pis. Ils n’ont qu’à se « débrouiller », par exemple, en fondant une multinationale des « vendeurs de muscles » ... afin de négocier avec les multinationales du web. C’est pas demain la veille.

      D’une point de vue de la valeur. Tous ces « serviteurs » ne créent aucune valeur ... Par exemple, le repas est le même avant et après avoir été livré (et il en va de même pour la plupart des « services » internet, même ceux qui vous font « gagner » sur vos dépenses). L’homme aux « écus » (le #bobo") n’a fait que donner une partie de ses « écus » au gueux qui a livré son repas (en fait, au gueux et à la plate-forme capitaliste qui exploite le gueux). Donc, aucune création de valeur. Même si le #PIB enregistre cette activité comme « productive ». Là est une autre limite de l’impérialisme mondial actuel. Faire redistribuer par la « petite bourgeoisie » (i.e. cette petite noblesse) une partie de leurs revenus afin de modérer les revendications des gueux. Sans toucher à la plus-value et aux profits des groupes capitalistes mondialisés.

      C’est la seule attitude de classe à adopter face à ces mouvements « uber » et compagnie.

      B. Boussemart
      http://richessem.eklablog.com/article-301-la-petite-noblesse-du-xxie-siecle-et-leurs-cohortes-

  • Vivendi invite le chinois Tencent au capital d’Universal Music
    https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/universal-music-vivendi-ouvre-la-porte-a-tencent-1122512

    Le propriétaire de WeChat prévoit de prendre 10 % du capital du numéro un mondial de la musique contrôlé par Vivendi et valorisé 30 milliards d’euros. Il dispose d’une option d’achat d’un an pour doubler sa participation. Vivendi bondit en Bourse. Vivendi est entré en « négociations préliminaires » avec le chinois Tencent en vue de lui céder une participation de 10 % dans sa filiale Universal Music Group (UMG). D’ici à un an, le groupe chinois propriétaire de WeChat pourrait même doubler sa mise pour (...)

    #Gameloft #WeChat #SFR_Vivendi #Tencent #Universal #jeu #bénéfices #concurrence

  • Pourquoi Google n’a payé que 17 millions d’euros d’impôts en France en 2018
    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/08/02/pourquoi-google-paie-si-peu-d-impots-en-france_5496034_4355770.html

    La multinationale ne paie presque pas d’impôts en France. Cette somme représente un montant microscopique à l’échelle de ses revenus mondiaux. Chaque année, la surprise est la même : le mastodonte Google, champion incontesté de la recherche en ligne et de la publicité sur Internet, ne paie presque pas d’impôts en France. Google France s’est acquittée en 2018 d’à peine 17 millions d’euros d’impôt sur les sociétés, selon ses derniers comptes déposés au greffe du tribunal de commerce, repérés par Le Parisien. (...)

    #Google #taxation #bénéfices

  • Amazon répercute sur les vendeurs Market Place la taxe sur les services numériques
    https://www.nextinpact.com/news/108112-amazon-repercute-sur-vendeurs-market-place-taxe-sur-services-nume

    Coup de froid chez les vendeurs de la place de marché Amazon. La plateforme a décidé d’augmenter ses frais de gestion pour tenir compte de l’instauration de la taxe sur les services numériques, tout juste publiée au Journal officiel. Elle s’en explique dans nos colonnes. C’était à craindre. Amazon a décidé de déporter le montant de la toute nouvelle taxe sur les services numériques sur les épaules des boutiques « Market Place ». « Suite à la taxe sur les services numériques de 3% annoncée en France le (...)

    #Amazon #domination #bénéfices

  • La taxe sur les géants du net est désormais une réalité
    https://www.numerama.com/politique/536242-la-taxe-sur-les-geants-du-net-est-desormais-une-realite.html

    En gestation depuis plusieurs mois, la loi visant à taxer les géants du net a fini par voir le jour. Elle doit rapporter 500 millions d’euros chaque année. Ça y est. Au Journal officiel du 25 juillet, le gouvernement a fait publier sa fameuse loi destinée à faire contribuer davantage les géants du net aux finances publiques. Ce dispositif doit ramener dans les caisses de l’État en moyenne 500 millions d’euros chaque année de 2020 à 2022, le temps que soit trouvé un accord international sur les règles (...)

    #Alibaba #Amadeus #Apple #Criteo #Google #Match #Microsoft #Verizon #Airbnb #Alibaba.com #Amazon #eBay #Expedia #Facebook #Groupon #Match.com #Rakuten #booking.com #Twitter #Uber #Zalando #domination (...)

    ##bénéfices
    //c1.lestechnophiles.com/www.numerama.com/content/uploads/2017/05/gafam.jpg

  • Facebook écope d’une amende historique de 5 milliards de dollars et repense son fonctionnement
    https://www.numerama.com/politique/535888-facebook-ecope-dune-amende-historique-de-5-milliards-de-dollars-et-

    Aux États-Unis, les autorités annoncent une amende de 5 milliards de dollars contre Facebook. Le réseau social a décidé de ne pas la contester. En parallèle, une surveillance accrue des activités du site va être mise en place. Facebook a finalement eu raison de mettre beaucoup d’argent de côté, en prévision de l’amende record que concoctait la Commission fédérale du commerce (FTC) à la suite de l’affaire Cambridge Analytica. Ce mercredi 24 juillet, le réseau social annonce avoir conclu un accord (...)

    #CambridgeAnalytica #Facebook #manipulation #élections #BigData #publicité #bénéfices #profiling #électeurs (...)

    ##publicité ##FTC
    //c2.lestechnophiles.com/www.numerama.com/content/uploads/2018/04/mark-zuckerberg.jpg

  • Tinder pousse ses clients à inscrire leur CB dans l’app pour échapper à la « taxe » de Google Play
    https://www.numerama.com/tech/535146-tinder-pousse-ses-clients-a-inscrire-leur-cb-dans-lapp-pour-echappe

    Comme Spotify ou Netflix, Tinder en a assez des commissions imposées par Apple et Google. L’application de rencontres pousse donc les internautes à renseigner directement leurs coordonnées bancaires pour ne plus se soumettre à ces prélèvements. La liste des applications de premier plan qui se rebellent contre les commissions imposées par Apple et Google s’allonge. Après Spotify dès 2015, puis Fortnite et Netflix l’année dernière, c’est maintenant au tour de Tinder de chercher à s’en extraire. IAC, la (...)

    #GooglePlay #Apple #Google #Netflix #Spotify #Tinder #AppleStore #carte #bénéfices #concurrence (...)

    ##terms
    //c1.lestechnophiles.com/www.numerama.com/content/uploads/2019/03/tinder-logo.jpg

  • Tinder Bypasses Google Play Joining Revolt Against App Store Fee
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-07-19/tinder-bypasses-google-play-joining-revolt-against-app-store-fee

    Tinder joined a growing backlash against app store taxes by bypassing Google Play in a move that could shake up the billion-dollar industry dominated by Google and Apple Inc. The online dating site launched a new default payment process that skips Google Play and forces users to enter their credit card details straight into Tinder’s app, according to new research by Macquarie analyst Ben Schachter. Once a user has entered their payment information, the app not only remembers it, but also (...)

    #Apple #Google #Netflix #Spotify #Tinder #bénéfices #GooglePlay #AppleStore #terms (...)

    ##concurrence

  • Money’s no object for Facebook, so hit it where it hurts
    https://www.theguardian.com/commentisfree/2019/jul/14/facebook-google-fines-regulation

    When a £4bn fine can be shrugged off with a share price rise, normal rules no longer apply If you want a measure of the problem society will have in controlling the tech giants, then ponder this : as it has become clear that the US Federal Trade Commission is about to impose a fine of $5bn (£4bn) on Facebook for violating a decree governing privacy breaches, the company’s share price went up ! This is a landmark moment. It’s the biggest ever fine imposed by the FTC, the body set up to police (...)

    #FTC #publicité #profiling #bénéfices #électeurs #manipulation #BigData #CambridgeAnalytica #élections (...)

    ##publicité ##Facebook
    https://i.guim.co.uk/img/media/3887e1010f1dbfac95adce3dcd8d09cad4d06493/0_72_3500_2099/master/3500.jpg