• Après l’attentat de Conflans : ne pas se laisser diviser entre travailleurs ! | #editorial des bulletins d’entreprise LO
    https://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/apres-lattentat-de-conflans-ne-pas-se-laisser-diviser-entre-travaill

    L’assassinat d’un professeur de collège à #Conflans-Sainte-Honorine, décapité pour avoir montré des caricatures de #Charlie_Hebdo, nous plonge une fois de plus dans l’horreur. Une horreur et un dégoût redoublés par le fait que ces actes ignobles sont toujours utilisés par les racistes, les réactionnaires et les anti-immigrés avec, pour résultat, de diviser le monde ouvrier.

    L’acte est effroyable. Tout aussi glaçant est le processus qui a conduit et armé la main de ce jeune de 18 ans, d’origine tchétchène. Son passage à l’acte a, en effet, suivi une campagne d’agitation et de manipulation, orchestrée par la mouvance de l’#islamisme intégriste. Celle-ci a voué le professeur à la vindicte publique, en faisant passer un cours sur la liberté d’expression pour du #racisme et de l’#islamophobie.

    Ces agitateurs intégristes prétendent parler au nom des musulmans qui peuvent, à juste titre, se sentir stigmatisés et rejetés. Mais ils ne visent qu’une chose : imposer leur ordre moral à tous, à commencer par les #musulmans.

    Ils ne s’en prennent pas seulement à ce qui est enseigné à l’école. Ils veulent aussi régir la vie des musulmans et menacent qui ne suit pas le ramadan comme ils le voudraient ou qui boit de l’alcool. Ils font pression sur les musulmanes qui ne se conforment pas à leurs règles. Demain, s’ils s’enhardissent, ils s’opposeront à ceux qui écoutent de la musique ou jouent au foot. C’est ce qu’ils font dans certains pays où ils sont au pouvoir. C’est ce que l’on a vu dans les régions dominées par Daech.

    La dictature qu’ils préparent pèsera avant tout sur les classes populaires. Comme le monde occidental a ses #fascistes d’extrême droite, le monde musulman a les siens. Quand l’extrême droite identitaire utilise la peur de l’étranger, les #islamistes se servent de la religion pour dominer ce qu’ils considèrent être leur communauté.

    Les deux s’alimentent mutuellement, les deux sont des ennemis mortels des travailleurs. Et les deux sont prêts à creuser un fossé de sang et à s’imposer par la terreur. On l’a vu en Europe dans les années 1930 avec Hitler, en Algérie pendant la décennie noire des années 1990 et, récemment, en Syrie et en Irak avec Daech.

    Qu’ils viennent des rangs de l’extrême droite ou des intégristes, ceux qui prétendent limiter les libertés veulent faire de nous des moutons dociles, soumis à eux, mais aussi au patronat. Il ne s’agit pas seulement de discuter où se trouvent les limites de la #liberté_d’expression. Ce sont nos droits et nos intérêts de travailleurs qui sont menacés : la liberté de contester, de s’organiser, de revendiquer et de faire grève.

    Alors, les travailleurs doivent combattre ces deux ennemis en faisant bloc en tant que prolétaires, en s’appuyant sur leurs intérêts communs d’exploités et sur les combats qu’ils ont à mener ensemble, jour après jour.

    Comme tous les autres dirigeants politiques, Macron a appelé à l’#unité_nationale et au respect de la République. Mais derrière ces prétendues #valeurs_républicaines, il y a un ordre social contraire aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

    La société ne se délite pas seulement sous les coups de boutoir de militants réactionnaires. Ces derniers ne font qu’exploiter politiquement le désarroi et l’abandon dans lesquels la crise, le chômage de masse et la misère plongent des millions de femmes et d’hommes. Les frustrations et la haine qui en découlent renouvellent en permanence le terreau de l’#intolérance, de l’#individualisme et de la violence, surtout dans les périodes de crise.

    L’ordre social capitaliste et, plus encore, la crise créent les éléments d’un engrenage mortel. Et la politique gouvernementale, systématiquement favorable aux plus riches et à la bourgeoisie contre les travailleurs, ne fait qu’accélérer le mécanisme.

    Car, que va-t-il se passer demain ? À cause de crapules fanatisées ou embrigadées par les filières terroristes, combien y aura-t-il de contrôles au faciès, de jeunes de banlieue confrontés au racisme et à la suspicion généralisée ? À cause de terroristes sous statut de réfugiés, combien de migrants fuyant les guerres et les persécutions seront rejetés ? Seuls les travailleurs, unis par-delà les différences d’origine, de nationalité et de religion, peuvent casser cet engrenage.

    La conscience de pouvoir et de devoir, ensemble, changer la société doit guider les travailleurs, car le fanatisme religieux, le #fondamentalisme, la terreur fasciste, sortent malheureusement, comme des #bêtes_immondes, du ventre de notre société. Pour mettre fin à des actes barbares tels que le #meurtre de Conflans, c’est la société elle-même qu’il nous faudra transformer.

    #capitalisme #révolution #réaction #obscurantisme

  • Ga Bu Zo Meu : les Shadoks expliqués à ceux qui sont nés après 1990

    Quel meilleur écrin que le foutraque et délicieux #MIAM (Musée international des arts modestes) de #Sète (Hérault) pour accueillir la galaxie #Shadoks ? Dans ce lieu créé par l’artiste #Hervé_di_Rosa et le collectionneur Bernard Belluc, l’exposition « Shadoks ! Ga Bu Zo Miam » (jusqu’au 6 novembre) divise logiquement les visiteurs en deux catégories : ceux qui viennent replonger dans un univers loufoque qui leur est familier, et ceux, plus jeunes, qui découvrent un pan insolite de l’histoire de la télévision française. Rencontre de cet #ovni du petit écran.
    •La naissance des Shadoks
    Les aventures des Shadoks, créatures imaginées par
    #Jacques_Rouxel, font irruption à la télévision française en avril 1968, avec leur #graphisme simple et une voix off pleine d’emphase : celle du comédien #Claude_Piéplu. Elles ont donné lieu à deux cent huit épisodes et quatre saisons (trois de 1968 à 1973, puis une dernière en janvier 2000). Chaque épisode, de deux minutes trente, narre les péripéties fantaisistes de deux groupes antagonistes : les Shadoks et les #Gibis.
    •Qui sont les Shadoks ?
    Volatiles ronds hissés sur de longues pattes, les Shadoks sont
    #bêtes_et_méchants. Leur langue se compose de quatre mots monosyllabiques (combinables) : Ga, Bu, Zo, Meu, et leur activité principale consiste à construire des machines absurdes. Et à pomper.

    Ils habitent une planète aux formes changeantes, tant bien que mal occupée sur le dessus par les Shadoks dont les jambes vont vers le bas, et par le dessous par les Shadoks dont les jambes vont vers le haut. Certains tombent parfois dans le vide intergalactique. Leur objectif est de partir sur la Terre, ce qu’ils tentent de faire sans succès : leurs ailes sont trop petites pour voler, leurs inventions, ratées.
    Parmi la population shadok, quatre personnages se détachent : le chef shadok ; le professeur Shadoko (barbu et instruit) ; le devin Plombier (sorte de sorcier chevelu et à cornes, très respecté) ; et le marin shadok (ancien pirate, poète et porté sur la boisson).
    La reproduction des Shadoks est complexe. Alors qu’ils pondaient à l’origine des œufs classiques, ils ont dû opter pour des œufs en fer, car les coquilles se brisaient en tombant du haut de leurs longues pattes. Le problème des œufs en fer, c’est d’en perdre la clé. Lorsque c’est le cas, le parent (asexué) attend que l’œuf rouille pour que l’enfant puisse s’en extraire… mais avec un tel délai, les bébés sont déjà vieux à la naissance.
    •Qui sont les Gibis ?
    Contrairement aux Shadoks, dont ils ont pitié, les Gibis sont courts sur pattes, très gentils et intelligents. Plus précisément, ils portent des chapeaux melons qui les rendent intelligents (en cas de perte de cette coiffe, ils deviennent fous et stupides). Leur nom résonne d’ailleurs avec cet attribut si British : il découlerait de la prononciation anglaise du sigle G.B. (Great Britain).
    Les Gibis vivent sur une planète plate, qui n’est pas plus aisée à habiter que celle des Shadoks, vu qu’elle penche lorsqu’ils ne sont pas bien répartis sur sa surface – avec ici aussi quelques pertes dans l’espace pour ceux qui tombent. Entre leurs deux planètes se trouve la Terre, convoitée par les deux communautés, mais défendue par son seul habitant, un insecte hostile appelé #Gégène.

    Les Gibis sont également des inventeurs de machines, mais beaucoup plus performantes que celles de leurs voisins.
    •La polémique
    L’iconoclaste feuilleton d’animation n’a pas laissé les téléspectateurs des années 1960 indifférents, suscitant même l’une des premières grandes polémiques de la télévision nationale. En moins d’une semaine, la France se divisait entre shadokophiles, amusés par cette folie douce, et shadokophobes, choqués par une liberté de ton qui aura devancé de peu Mai 68.
    Chaque camp inonde alors la chaîne de courriers. Le phénomène est tel que la télévision d’Etat propose à #Jean_Yanne une savoureuse émission quotidienne sur le sujet : « Les Français écrivent aux Shadoks » – des extraits de cette émission, comme des dizaines de lettres, sont exposés au MIAM de Sète.
    •Les meilleurs aphorismes shadoks
    La logique shadok est aussi absurde qu’implacable. Florilège de leurs principes et proverbes :
    – Je pompe, donc je suis.

    – S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème.

    – Pour qu’il y ait le moins de mécontents possible, il faut toujours taper sur les mêmes.

    – En essayant continuellement, on finit par réussir… Donc plus ça rate, plus on a de chances que ça marche.

    – Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.

    – Dans la marine on ne fait pas grand-chose, mais on le fait de bonne heure.

    – Je dis des choses tellement intelligentes que le plus souvent je ne comprends pas ce que je dis.

    – Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

    – Si ça fait mal, c’est que ça fait du bien.

    – La vérité, c’est qu’il n’y a pas de vérité (y compris celle-ci).

    – Il faut pomper pour vivre et donc vivre pour pomper.

    – Si la solution n’est pas adaptée à la situation, adaptez la situation à la solution.

    – Il vaut mieux pomper, même s’il ne se passe rien, que de risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.

    – Pour guérir quelque chose qui ne marche pas ou qui fait trop de bruit, il faut et il suffit de taper dessus avec quelque chose qui marche mieux ou qui fait plus de bruit.

    – Quand on ne sait pas où l’on va, il faut y aller… Et le plus vite possible.

    Le Monde 18/08/16

    http://www.miam.org/telechargements/DP%20Shadoks.pdf

    Nous vivons dans un monde de shadoks. Bien sûr des voix s"élèvent parfois et nous interpellent : « Pourquoi on pompe ? »
    Pour faire de la croissance s’exclament-t-on en choeur ! Certes mais cette réponse appelle une autre question que certains ne manquent pas de soulever : « Pourquoi on fait de la croissance ? »
    « Pour qu’on puisse tous pomper ! » répondons nous plein d’aplomb.

    • Pionnier de l’électroacoustique et membre éminent du célèbre GRM (Groupe de recherches musicales, équivalent français du BBC Radiophonic Workshop), #Robert_Cohen-Solal a exploré la musique et le son aux côtés de personnalités telles que Bernard Parmegiani, Pierre Henry, Luc Ferrari et Iannis Xenakis, et est à l’origine de nombreux projets dans le domaine des musiques appliquées, des #bandes-son (documentaires, courts métrages, etc.) et des enregistrements expérimentaux. Son travail sur Les Shadoks est tout simplement extraordinaire - un collage fascinant et bizarre d’électro pop déjantée (à la Jean-Jacques Perrey), de drones, de musique concrète, de musique classique et d’expériences sonores dadaïstes se mêlant harmonieusement à une expérience d’écoute cohérente et cinématographique. La bande-son idéale pour ce qui restera l’une des plus étranges séries animées jamais créées !

      https://wrwtfww.com/album/les-shadoks-50th-anniversary-edition

  • Pourquoi autant d’adolescents de Palo Alto se suicident
    http://www.lemonde.fr/m-au-long/article/2015/06/19/pourquoi-autant-d-adolescents-de-palo-alto-se-suicident_4657638_4497305.html

    A Palo Alto, le débat s’est rapidement focalisé sur la pression scolaire. De nombreux adolescents et parents de la ville de 66 000 habitants ont dénoncé les trop longues heures de devoirs après les journées de classe, les examens qui s’enchaînent et le culte de la performance. Ces quinze dernières années, « un nuage toxique s’est formé au-dessus de l’école, rendant la vie au lycée difficile », analyse Marc Vincenti, ancien professeur d’anglais à Gunn aujourd’hui à la retraite et à l’origine, avec une lycéenne de la ville, d’un projet qui veut changer le système scolaire. Savethe2008 (« Sauvez les 2 008 », en référence au nombre d’élèves et professeurs de Gunn), s’attaque en six points aux sources du « nuage » auquel il fait référence : du trop-plein de devoirs à l’effet nocif des téléphones portables, en passant par la tricherie omniprésente (certains parents sont prêts à tout pour que leurs enfants soient les meilleurs, même à payer des professeurs particuliers, en général des étudiants, afin qu’ils écrivent leurs dissertations). Marc Vincenti présente ses propositions depuis huit mois au comité municipal chargé de l’éducation. A ce jour, il n’a eu aucun retour.

    #suicide #silicon_valley #élite #ados #bêtes_à_concours

  • Bombardement de la tombe de Hussein al-Houthi par la « coalition ».
    http://francais.rt.com/international/2237-yemen-frappes-arabie

    Les forces aériennes de la coalition ont pris pour cible des postes de commandement houthis, une usine de mines et un centre de télécommunications. A Saada, les bombardements ont touché la tombe d’Hussein al Houthi, le fondateur du mouvement chiite éponyme. D’autres provinces ont été touchées, près de la frontière saoudienne et à Aden.