• #Canada Les plus grands utilisateurs des banques alimentaires sont les enfants et les célibataires La Presse canadienne à Mississauga - 5 Février 2019 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/sante/547143/les-constats-des-banques-alimentaires-canadiennes-ciblent-enfants-et-celib

    Les enfants totalisent 35,2 % des personnes ayant recours aux banques alimentaires au Canada alors qu’ils ne représentent que 20 % de la population selon le recensement de 2016 publié par Statistique Canada.

    Ce constat troublant figure en manchette du bilan 2018 que dresse l’organisme Banques alimentaires Canada.


    Photo : Marie-France Coallier Archives Le Devoir. Les enfants totalisent 35,2 % des personnes ayant recours aux banques alimentaires alors qu’ils ne représentent que 20 % de la population.

    Ce pourcentage est presque identique au Québec, mais il est particulièrement élevé en Saskatchewan (43,5 %), dans les trois territoires (43,3 %), au Manitoba (42,6 %) et en Alberta (38,5 %).

    En mars 2018, les banques alimentaires canadiennes ont enregistré 1,1 million de visites. Près de 357 000 d’entre elles ont été faites par des résidents du Québec.

    Une autre anomalie révélée par le rapport révèle qu’un peu plus de 19 % des utilisateurs des banques alimentaires proviennent de familles monoparentales qui ne représentent pourtant que 10 % des ménages canadiens.

    D’autre part, au Canada, 45 % des personnes qui utilisent les banques alimentaires proviennent de ménages d’une seule personne.

    Banques alimentaires Canada impute la gravité de la situation dans les trois territoires au phénomène de l’insécurité alimentaire qui, dans le seul Nunavut, touchait 46,8 pour cent des ménages en 2014, d’après Statistique Canada. D’ailleurs, l’une des quatre recommandations dressées par les auteurs du rapport suggère aux élus de s’attaquer au fléau de l’insécurité alimentaire dans les régions du nord canadien.

    Les auteurs réclament aussi plus de leadership du gouvernement du Canada dans le dossier du revenu de base pour tous les Canadiens. Ils proposent aussi une aide à la création de services abordables d’apprentissage et de garde des jeunes enfants au pays.

    Enfin, ils espèrent un soutien accru aux adultes célibataires à faible revenu.

    #pauvreté #enfants #faim #Banque_alimentaire #Célibataire #Célibataires #banques_alimentaires

  • Landes : un avocat va porter plainte contre un supermarché pour avoir aspergé de désinfectant des invendus AFP 5 Février 2019 - Le figaro
    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/gaspillage-alimentaire-action-judiciaire-contre-un-supermarche-des-landes-2

    Un avocat militant de la lutte contre le gaspillage alimentaire a fait constater aujourd’hui par huissier que de la nourriture consommable était jetée par un supermarché Leclerc de Mimizan-Plage, dans les Landes, et non donnée aux associations comme le veut la loi.

    Il s’agit de l’équivalent de « 50 kilogrammes de nourriture consommable », a tenu à signaler Maître Arash Derambarsh, avocat au barreau de Paris. Parmi les produits concernés, des légumes, des yaourts, de la viande, des croissants et des chocolatines étaient jetés et aspergés de désinfectant. Selon lui, les dates de péremption étaient du 4 février.

    L’avocat parisien qui a affirmé vouloir porter plainte au pénal mardi à Paris, a annoncé des actions similaires dans les prochaines semaines dans les autres régions françaises. Le supermarché encourt une amende de 3750 euros.
    Une loi contre le gaspillage alimentaire, votée le 3 février 2016 et dont Maître Arash Derambarsh est un initiateur, interdit aux grandes surfaces de plus de 400 m2 de jeter de la nourriture et de rendre leurs invendus impropres à la
    consommation.

    Dans un communiqué de son siège social à Ivry-sur-Seine, près de Paris, la direction du supermarché landais a affirmé être « bien entendu engagée dans la lutte contre le gaspillage, au même titre que tous les magasins du Mouvement E.Leclerc ». Elle explique avoir organisé les collectes, à la demande des associations, à partir de l’hypermarché de Mimizan-Bourg, plus grand et plus accessible que le supermarché de Mimizan-Plages et donné de janvier à fin novembre 2018 des produits alimentaires ou non « pour un montant de 147.824 euros » . Un « dysfonctionnement » dans le système de navettes acheminant les invendus entre les deux magasins « a eu lieu la semaine dernière et la direction des deux magasins s’engage fermement à ce que cela ne se reproduise jamais », conclut le communiqué.

     #alimentation #gaspillage #société_de_consommation #consommation #société #glanage #gaspillage_alimentaire #invendus #Leclerc #distribution #grande_distribution #super_marché #hyper_marché #alimentation #faim #Banques_alimentaires 

  • Banques alimentaires : « La situation reste critique » Belga - 28 Janvier 2019 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/regions/detail_banques-alimentaires-la-situation-reste-critique?id=10130530

    Depuis le mois d’octobre, la Fédération des Banques alimentaires tire la sonnette d’alarme face au retard accumulé dans la livraison de certains produits de base (lait, huile d’olive, farine, riz...) acquis par le biais du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD). « Une partie importante de l’approvisionnement alimentaire a été perdue » depuis octobre, souligne lundi Jef Mottar, administrateur délégué. « La situation reste critique. »

    Un problème concernant les appels d’offres a entraîné un retard dans les livraisons. « La continuité du programme a été cassée », regrette Piet Vanthemsche, nouveau président de la fédération. Si des mesures correctives ont été prises entre-temps par le Service public d’intégration sociale (SPP-IS) et les Banques alimentaires, la situation reste « critique », poursuit Jef Mottar. Elle devrait toutefois être « plus ou moins normalisée » à partir de mi-février ou début mars, avec une reprise des livraisons.

    Le FEAD est responsable de la moitié de l’approvisionnement aux Banques alimentaires. Une inquiétude plane aussi sur le montant qui sera consacré dans le futur à ce système, les négociations du budget de l’UE pour la période 2021-2027 étant toujours en cours, ainsi que sur son avenir. . . . . . . .
    . . . . . .
    La fédération représente neuf banques alimentaires qui s’approvisionnent auprès de l’industrie agro-alimentaire, de la distribution, des criées et de l’Union européenne.
    . . . . . .

    #Banques_alimentaires #nourriture #UE #union_européenne #FEAD #incurie #incompétence

  • Comment les supermarchés se font rembourser leurs dons d’invendus… par l’Etat  Emmanuel Lévy - 23 Novembre 2018 - Marianne
    https://www.marianne.net/economie/comment-les-supermarches-se-font-rembourser-leurs-dons-d-invendus-par-l-et

    Pas moins de 40% des 930 millions d’euros de déduction fiscale au titre du mécénat finissent dans les poches des grandes enseignes, les Leclerc, Carrefour, Casino et Auchan. Telle est la contrepartie de leurs dons.

    « Nous distribuons l’équivalent de 350 millions d’euros de nourriture avec seulement 20 millions d’euros de frais de fonctionnement. C’est le système le plus performant. » L’argument de Jacques Bailet, patron national des Banques alimentaires, est sans appel. C’est d’ailleurs fort de ce constat qu’il a écrit aux députés mi-octobre. Touché, coulé. L’amendement de Joël Giraud, le rapporteur général du budget (LREM), qui plafonnait à 10 millions d’euros le crédit d’impôt des entreprises au titre du mécénat, pour freiner l’explosion de cette niche, a été abandonné.

    Car c’est l’une des révélations du rapport de la Cour des comptes sur le mécénat : le gros de l’enveloppe est capté par la grande distribution. Pas moins de 40 % des 930 millions d’euros de déduction fiscale finissent dans les poches des grandes enseignes, les Leclerc, Carrefour, Casino et Auchan. Telle est la contrepartie de leurs dons. Si la générosité est souvent mise en avant dans leur communication, ces centaines de millions d’euros sont, eux, passés sous silence. Bref, ils donnent, mais c’est in fine l’Etat qui paie. Et les chiffres donnent le tournis : des dizaines de milliers de tonnes de nourriture, l’équivalent de 150 millions de repas. Rien de nouveau pourtant dans cette économie du don. Cela fait des dizaines d’années que la ramasse des organismes humanitaires, Restos du cœur, Secours catholique et Banques alimentaires, fait le tour des hypers.

    Quelle aubaine !
    Mais, depuis la loi antigaspillage de 2015, le système s’est profondément modifié, organisé. En interdisant la destruction de la nourriture pour les surfaces de vente de plus de 400 m2, en obligeant celles-ci à contracter avec une association, le législateur a placé l’Etat comme acheteur en dernier ressort. Une aubaine pour la grande distribution qui a fortement augmenté ses volumes de dons : + 25 % entre 2015 et 2016. « J’ai fait une économie de 300 000 € », témoigne Thomas Pocher, patron du Leclerc de Templeuve (Nord) . . . . . .

    Le reste de l’article payant

    #ruissellement #hyper_marché #cadeau #ruissellement #mécénat #Leclerc, #Carrefour #Casino #Auchan #dons #Banques_alimentaires #restaurants_du_coeur #niche_fiscale #Secours_catholique #Banques_alimentaires #gaspillage #nourriture #grands_distribution #super_marché #hyper_marché

  • Une carte de la faim à Montréal | Stéphanie Bérubé | Actualités
    http://www.lapresse.ca/actualites/201805/01/01-5168717-une-carte-de-la-faim-a-montreal.php

    À Montréal, la clientèle des banques alimentaires augmente plus vite que les ressources. Pour arriver à répondre efficacement aux besoins des Montréalais, un groupe se lance dans une cartographie des ressources et besoins de la ville.

    « Il faut une cartographie, parce qu’elle n’existe pas, explique Alain Gignac, directeur général de la Société des célébrations du 375e anniversaire. Présentement, on ne connaît pas le déploiement de l’écosystème de la pauvreté et des besoins de la faim à Montréal. On sait qu’il y en a, mais on veut les localiser pour poser les bons gestes. »

    #canada #montréal #faim #alimentation #banques_alimentaires

  • This Isn’t Just Another Urban Farm—It’s a Food Bank for the Poor | Alternet
    https://www.alternet.org/food/isnt-just-another-urban-farm-its-food-bank

    In Pima County, which includes Tucson, one person in seven is food insecure—slightly above the national average. Food banks, including this one, the Community Food Bank of Southern Arizona, have been starting gardens and farms where they teach people to grow their own food. These are local, small-scale initiatives that teach “food literacy”—nutrition, cooking, budgeting, grocery shopping and gardening—to communities that suffer from food insecurity or simply a lack of fresh produce.

    This is a common concern, and food banks across the U.S. are increasingly taking on added responsibilities of not just providing food to low-income communities, but also addressing health issues associated with food insecurity, such as malnutrition and diet-related illness like high blood pressure, type-2 diabetes, and obesity.

    But the heart of Las Milpitas is everything set aside for free use by the community, says Elena Ortiz, Las Milpitas’ Farm Engagement Manager and Advocacy Coordinator. There are around 60 individually-assigned plots, a shared community plot, a greenhouse, a composting toilet, and an adobe oven. At times the farm borrows other equipment, such as a solar dehydrator or a solar oven, which are used in cooking demonstrations and native plant workshops.

    Gardeners plan their own plots and take home what they grow, Ortiz says. And they come back for other events such potlucks and yoga classes. Local elementary schools also use Las Milpitas as an outdoor classroom to teach a food literacy curriculum about nutrition, plants, gardening, and cooking.

    Et une situation urbaine que j’ai déjà vue aux alentours de Pékin :

    And since there are no parks in the neighborhood, Ortiz says, people also come to Las Milpitas simply to enjoy the green space.

    artnerships between food banks and local agriculture are on the rise. Food banks are farming produce, recovering (or “gleaning”) agricultural surplus straight from the fields, building urban demonstration gardens and seed libraries, and teaching classes in underserved neighborhoods for those who want to grow food in their backyards or in balcony bucket gardens.

    Transformer les Banques alimentaires en un commun prenant en compte tous les aspects de l’alimentation

    Erik Talkin, CEO of the Foodbank of Santa Barbara County and author of the blog From Hunger to Health, is supportive of food banks like the Community Food Bank of Southern Arizona who have successfully pioneered complex approaches.

    “They wanted to focus on these programs that would build long-term food literacy as opposed to just short-term giving people food. They realize that they can build a bigger and bigger food bank, but it’s not actually solving the problem they’re trying to deal with.”

    #Alimentation #Banques_alimentaires #Communs #Incroyables_comestibles #Agriculture_urbaine

  • Ce #Canada qui a #faim : l’envers de l’eldorado | Laura-Julie Perreault | National
    http://www.lapresse.ca/actualites/national/201308/24/01-4682817-ce-canada-qui-a-faim-lenvers-de-leldorado.php

    Au printemps, le rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation a levé le voile sur un phénomène méconnu. La faim taraude plus de 8% des familles au sein d’un des pays les plus riches du monde : le nôtre. Notre journaliste Laura-Julie Perreault a arpenté le Canada, des plaines de l’Alberta jusqu’au pergélisol du Grand Nord, pour mettre un visage sur les données du rapporteur et pour rencontrer ceux qui proposent des solutions. Premier arrêt : les 800 #banques_alimentaires du pays, qui connaissent une affluence record.

    En chiffres

    8,2% des ménages canadiens qui souffrent d’insécurité alimentaire, soit 4,3 millions de personnes.

    Deux millions de personnes ont recours à une banque alimentaire chaque année.

    Une personne sur quatre qui a recours à la banque alimentaire d’Edmonton reçoit un salaire.

    #inégalités

  • Aide alimentaire : « Où est passée la solidarité européenne ? » - Le Point
    http://www.lepoint.fr/societe/aide-alimentaire-ou-est-passee-la-solidarite-europeenne-21-09-2011-1375788_2

    Le Point.fr : Les associations caritatives évoquent un « tsunami alimentaire ». Que risque-t-on réellement ?

    Jean Delmelle : Gare aux exagérations et aux théories catastrophes ! Ce qui est grave, ce n’est pas tant la diminution du budget de l’aide alimentaire que l’inégalité des conséquences sur les pays membres. La France, l’Allemagne, la Belgique ou le Royaume-Uni, par exemple, auront bien moins de mal à combler ce déficit que la Pologne ou la Hongrie, qui dépendent à 90 % du programme pour nourrir les plus démunis. La solidarité européenne ne devrait pas faire défaut face à des problèmes de cette ampleur. Où est-elle donc passée ?

    Voir aussi : http://www.eurofoodbank.eu/portail/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=2&Itemid=27&l

    #europe #solidarite #pauvreté #banques_alimentaires (mais que ce système est mal nommé...)