• Tous chasseurs cueilleurs !
    https://www.franceinter.fr/emissions/comme-un-bruit-qui-court/comme-un-bruit-qui-court-08-juin-2019

    Quand la civilisation menace l’#environnement... retour à la chasse et la cueillette. Entretien avec James C. Scott autour de son livre "#HomoDomesticus, une histoire profonde des premiers Etats".

    On a tous en tête des souvenirs d’école sur les débuts de l’Histoire avec un grand H. Quelque part entre le Tigre et l’Euphrate il y a 10 000 ans, des chasseurs-cueilleurs se sont peu à peu sédentarisés en domestiquant les plantes et les animaux, inventant dans la foulée l’#agriculture, l’écriture et les premiers Etats. C’était l’aube de la #civilisation et le début de la marche forcée vers le #progrès.

    Cette histoire, #JamesScott, anthropologue anarchiste et professeur de sciences politiques, l’a enseignée pendant des années à ses élèves de l’Université de Yale. Mais les découvertes archéologiques dans l’actuel Irak des dernières années l’ont amené à réviser complètement ce « storytelling » du commencement des sociétés humaines, et par là même remettre en question notre rapport au monde dans son dernier livre : Homo Domesticus, une histoire profonde des premiers Etats (Ed. La Découverte).

    Alors même que climat et biodiversité sont aujourd’hui plus que jamais menacés par les activités humaines, James C. Scott propose de réévaluer l’intérêt des sociétés d’avant l’Etat et l’agriculture. Car ces chasseurs-cueilleurs semi-nomades ont longtemps résisté face aux civilisations agraires, basées sur les céréales et qui, en domestiquant le monde, se sont domestiqués eux-mêmes, en appauvrissant leur connaissance du monde.

    Un reportage de Giv Anquetil.
    Les liens

    James C. Scott : « Le monde des chasseurs-cueilleurs était un monde enchanté » (Le grand entretien) par Jean-Christophe Cavallin, Diakritik

    Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce, Réflexions sur l’effondrement, Corinne Morel Darleux, Editions Libertalia

    "Amador Rojas invite Karime Amaya" Chapiteau du Cirque Romanès - Paris 16, Paris. Prochaine séance le vendredi 14 juin à 20h.

    Homo Domesticus, une histoire profonde des premiers Etats, James C. Scott (Editions La Découverte)

    Eloge des chasseurs-cueilleurs, revue Books (mai 2019).

    HOMO DOMESTICUS - JAMES C. SCOTT Une Histoire profonde des premiers États [Fiche de lecture], Lundi matin

    Bibliographie de l’association Deep Green Resistance
    Programmation musicale

    "Mesopotamia"- B52’s

    "Cholera" - El Rego et ses commandos

    #podcast @cdb_77

    • Homo Domesticus. Une histoire profonde des premiers États

      Aucun ouvrage n’avait jusqu’à présent réussi à restituer toute la profondeur et l’extension universelle des dynamiques indissociablement écologiques et anthropologiques qui se sont déployées au cours des dix millénaires ayant précédé notre ère, de l’émergence de l’agriculture à la formation des premiers centres urbains, puis des premiers États.
      C’est ce tour de force que réalise avec un brio extraordinaire #Homo_domesticus. Servi par une érudition étourdissante, une plume agile et un sens aigu de la formule, ce livre démonte implacablement le grand récit de la naissance de l’#État antique comme étape cruciale de la « #civilisation » humaine.
      Ce faisant, il nous offre une véritable #écologie_politique des formes primitives d’#aménagement_du_territoire, de l’« #autodomestication » paradoxale de l’animal humain, des dynamiques démographiques et épidémiologiques de la #sédentarisation et des logiques de la #servitude et de la #guerre dans le monde antique.
      Cette fresque omnivore et iconoclaste révolutionne nos connaissances sur l’évolution de l’humanité et sur ce que Rousseau appelait « l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes ».


      https://www.editionsladecouverte.fr/homo_domesticus-9782707199232

      #James_Scott #livre #démographie #épidémiologie #évolution #humanité #histoire #inégalité #inégalités #Etat #écologie #anthropologie #ressources_pédagogiques #auto-domestication

    • Fiche de lecture: Homo Domesticus - James C. Scott

      Un fidèle lecteur de lundimatin nous a transmis cette fiche de lecture du dernier ouvrage de James C. Scott, (on peut la retrouver sur le blog de la bibliothèque fahrenheit) qui peut s’avérer utile au moment l’institution étatique semble si forte et fragile à la fois.
      « L’État est à l’origine un racket de protection mis en œuvre par une bande de voleurs qui l’a emporté sur les autres »
      À la recherche de l’origine des États antiques, James C. Scott, professeur de science politique et d’anthropologie, bouleverse les grands #récits_civilisationnels. Contrairement à bien des idées reçues, la #domestication des plantes et des animaux n’a pas entraîné la fin du #nomadisme ni engendré l’#agriculture_sédentaire. Et jusqu’il y a environ quatre siècles un tiers du globe était occupé par des #chasseurs-cueilleurs tandis que la majorité de la population mondiale vivait « hors d’atteinte des entités étatiques et de leur appareil fiscal ».
      Dans la continuité de #Pierre_Clastres et de #David_Graeber, James C. Scott contribue à mettre à mal les récits civilisationnels dominants. Avec cette étude, il démontre que l’apparition de l’État est une anomalie et une contrainte, présentant plus d’inconvénients que d’avantages, raison pour laquelle ses sujets le fuyait. Comprendre la véritable origine de l’État c’est découvrir qu’une toute autre voie était possible et sans doute encore aujourd’hui.

      La première domestication, celle du #feu, est responsable de la première #concentration_de_population. La construction de niche de #biodiversité par le biais d’une #horticulture assistée par le feu a permis de relocaliser la faune et la flore désirable à l’intérieur d’un cercle restreint autour des #campements. La #cuisson des aliments a externalisé une partie du processus de #digestion. Entre 8000 et 6000 avant notre ère, Homo sapiens a commencé à planter toute la gamme des #céréales et des #légumineuses, à domestiquer des #chèvres, des #moutons, des #porcs, des #bovins, c’est-à-dire bien avant l’émergence de sociétés étatiques de type agraire. Les premiers grands établissements sédentaires sont apparus en #zones_humides et non en milieu aride comme l’affirment les récits traditionnels, dans des plaines alluviales à la lisière de plusieurs écosystèmes (#Mésopotamie, #vallée_du_Nil, #fleuve_Indus, #baie_de_Hangzhou, #lac_Titicata, site de #Teotihuacan) reposant sur des modes de subsistance hautement diversifiés (sauvages, semi-apprivoisés et entièrement domestiqués) défiant toute forme de comptabilité centralisée. Des sous-groupes pouvaient se consacrer plus spécifiquement à une stratégie au sein d’un économie unifiée et des variations climatiques entraînaient mobilité et adaptation « technologique ». La #sécurité_alimentaire était donc incompatible avec une #spécialisation étroite sur une seule forme de #culture ou d’#élevage, requérant qui plus est un travail intensif. L’#agriculture_de_décrue fut la première à apparaître, n’impliquant que peu d’efforts humains.
      Les #plantes complètement domestiquées sont des « anomalies hyperspécialisées » puisque le cultivateur doit contre-sélectionner les traits sélectionnés à l’état sauvage (petite taille des graines, nombreux appendices, etc). De même les #animaux_domestiqués échappent à de nombreuses pressions sélectives (prédation, rivalité alimentaire ou sexuelle) tout en étant soumis à de nouvelles contraintes, par exemple leur moins grande réactivité aux stimuli externes va entraîner une évolution comportementale et provoquer la #sélection des plus dociles. On peut dire que l’espèce humaine elle-même a été domestiquée, enchaînée à un ensemble de routines. Les chasseurs-cueilleurs maîtrisaient une immense variété de techniques, basées sur une connaissance encyclopédique conservée dans la mémoire collective et transmise par #tradition_orale. « Une fois qu’#Homo_sapiens a franchi le Rubicon de l’agriculture, notre espèce s’est retrouvée prisonnière d’une austère discipline monacale rythmée essentiellement par le tic-tac contraignant de l’horloge génétique d’une poignée d’espèces cultivées. » James C. Scott considère la #révolution_néolithique récente comme « un cas de #déqualification massive », suscitant un #appauvrissement du #régime_alimentaire, une contraction de l’espace vital.
      Les humains se sont abstenus le plus longtemps possible de faire de l’agriculture et de l’élevage les pratiques de subsistance dominantes en raison des efforts qu’elles exigeaient. Ils ont peut-être été contraints d’essayer d’extraire plus de #ressources de leur environnement, au prix d’efforts plus intenses, à cause d’une pénurie de #gros_gibier.
      La population mondiale en 10 000 avant notre ère était sans doute de quatre millions de personnes. En 5 000, elle avait augmenté de cinq millions. Au cours des cinq mille ans qui suivront, elle sera multipliée par vingt pour atteindre cent millions. La stagnation démographique du #néolithique, contrastant avec le progrès apparent des #techniques_de_subsistance, permet de supposer que cette période fut la plus meurtrière de l’histoire de l’humanité sur le plan épidémiologique. La sédentarisation créa des conditions de #concentration_démographique agissant comme de véritables « parcs d’engraissement » d’#agents_pathogènes affectant aussi bien les animaux, les plantes que les humains. Nombre de #maladies_infectieuses constituent un « #effet_civilisationnel » et un premier franchissement massif de la barrière des espèces par un groupe pathogènes.
      Le #régime_alimentaire_céréalier, déficient en #acides_gras essentiels, inhibe l’assimilation du #fer et affecte en premier lieu les #femmes. Malgré une #santé fragile, une #mortalité infantile et maternelle élevée par rapport aux chasseurs-cueilleurs, les agriculteurs sédentaires connaissaient des #taux_de_reproduction sans précédent, du fait de la combinaison d’une activité physique intense avec un régime riche en #glucides, provoquant une #puberté plus précoce, une #ovulation plus régulière et une #ménopause plus tardive.

      Les populations sédentaires cultivant des #céréales domestiquées, pratiquant le commerce par voie fluviale ou maritime, organisées en « #complexe_proto-urbain », étaient en place au néolithique, deux millénaires avant l’apparition des premiers États. Cette « plateforme » pouvait alors être « capturée », « parasitée » pour constituer une solide base de #pouvoir et de #privilèges politiques. Un #impôt sur les céréales, sans doute pas inférieur au cinquième de la récolte, fournissait une rente aux élites. « L’État archaïque était comme les aléas climatiques : une menace supplémentaire plus qu’un bienfaiteur. » Seules les céréales peuvent servir de base à l’impôt, de part leur visibilité, leur divisibilité, leur « évaluabilité », leur « stockabilité », leur transportabilité et leur « rationabilité ». Au détour d’un note James C. Scott réfute l’hypothèse selon laquelle des élites bienveillantes ont créé l’État essentiellement pour défendre les #stocks_de_céréales et affirme au contraire que « l’État est à l’origine un racket de protection mis en œuvre par une bande de voleurs qui l’a emporté sur les autres ». La majeure partie du monde et de sa population a longtemps existé en dehors du périmètre des premiers États céréaliers qui n’occupaient que des niches écologiques étroites favorisant l’#agriculture_intensive, les #plaines_alluviales. Les populations non-céréalières n’étaient pas isolées et autarciques mais s’adonnaient à l’#échange et au #commerce entre elles.
      Nombre de #villes de #Basse_Mésopotamie du milieu du troisième millénaire avant notre ère, étaient entourées de murailles, indicateurs infaillibles de la présence d’une agriculture sédentaire et de stocks d’aliments. De même que les grandes #murailles en Chine, ces #murs d’enceinte étaient érigés autant dans un but défensif que dans le but de confiner les paysans contribuables et de les empêcher de se soustraire.
      L’apparition des premiers systèmes scripturaux coïncide avec l’émergence des premiers États. Comme l’expliquait #Proudhon, « être gouverné, c’est être, à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, licencié, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé ». L’#administration_étatique s’occupait de l’#inventaire des ressources disponibles, de #statistiques et de l’#uniformisation des #monnaies et des #unités_de_poids, de distance et de volume. En Mésopotamie l’#écriture a été utilisée à des fins de #comptabilité pendant cinq siècle avant de commencer à refléter les gloires civilisationnelles. Ces efforts de façonnage radical de la société ont entraîné la perte des États les plus ambitieux : la Troisième Dynastie d’#Ur (vers 2100 avant J.-C.) ne dura qu’à peine un siècle et la fameuse dynastie #Qin (221-206 avant J.-C.) seulement quinze ans. Les populations de la périphérie auraient rejeté l’usage de l’écriture, associée à l’État et à l’#impôt.

      La #paysannerie ne produisait pas automatiquement un excédent susceptible d’être approprié par les élites non productrices et devait être contrainte par le biais de #travail_forcé (#corvées, réquisitions de céréales, #servitude pour dettes, #servage, #asservissement_collectif ou paiement d’un tribu, #esclavage). L’État devait respecter un équilibre entre maximisation de l’excédent et risque de provoquer un exode massif. Les premiers codes juridiques témoignent des efforts en vue de décourager et punir l’#immigration même si l’État archaïque n’avait pas les moyens d’empêcher un certain degré de déperdition démographique. Comme pour la sédentarité et la domestication des céréales, il n’a cependant fait que développer et consolider l’esclavage, pratiqué antérieurement par les peuples sans État. Égypte, Mésopotamie, Grèce, Sparte, Rome impériale, Chine, « sans esclavage, pas d’État. » L’asservissement des #prisonniers_de_guerre constituait un prélèvement sauvage de main d’œuvre immédiatement productive et compétente. Disposer d’un #prolétariat corvéable épargnait aux sujets les travaux les plus dégradants et prévenait les tensions insurrectionnelles tout en satisfaisant les ambitions militaires et monumentales.

      La disparition périodique de la plupart de ces entités politiques était « surdéterminée » en raison de leur dépendance à une seule récolte annuelle d’une ou deux céréales de base, de la concentration démographique qui rendait la population et le bétail vulnérables aux maladies infectieuses. La vaste expansion de la sphère commerciale eut pour effet d’étendre le domaine des maladies transmissibles. L’appétit dévorant de #bois des États archaïques pour le #chauffage, la cuisson et la #construction, est responsable de la #déforestation et de la #salinisation_des_sols. Des #conflits incessants et la rivalité autour du contrôle de la #main-d’œuvre locale ont également contribué à la fragilité des premiers États. Ce que l’histoire interprète comme un « effondrement » pouvait aussi être provoqué par une fuite des sujets de la région centrale et vécu comme une #émancipation. James C. Scott conteste le #préjugé selon lequel « la concentration de la population au cœur des centres étatiques constituerait une grande conquête de la civilisation, tandis que la décentralisation à travers des unités politiques de taille inférieure traduirait une rupture ou un échec de l’ordre politique ». De même, les « âges sombres » qui suivaient, peuvent être interprétés comme des moments de résistance, de retours à des #économies_mixtes, plus à même de composer avec son environnement, préservé des effets négatifs de la concentration et des fardeaux imposés par l’État.

      Jusqu’en 1600 de notre ère, en dehors de quelques centres étatiques, la population mondiale occupait en majorité des territoires non gouvernés, constituant soit des « #barbares », c’est-à-dire des « populations pastorales hostiles qui constituaient une menace militaire » pour l’État, soit des « #sauvages », impropres à servir de matière première à la #civilisation. La menace des barbares limitait la croissance des États et ceux-ci constituaient des cibles de pillages et de prélèvement de tribut. James C. Scott considère la période qui s’étend entre l’émergence initiale de l’État jusqu’à sa conquête de l’hégémonie sur les peuples sans État, comme une sorte d’ « âge d’or des barbares ». Les notions de #tribu ou de peuple sont des « #fictions_administratives » inventées en tant qu’instrument de #domination, pour désigner des #réfugiés politiques ou économiques ayant fuit vers la périphérie. « Avec le recul, on peut percevoir les relations entre les barbares et l’État comme une compétition pour le droit de s’approprier l’excédent du module sédentaire « céréales/main-d’œuvre ». » Si les chasseurs-cueilleurs itinérants grappillaient quelques miettes de la richesse étatique, de grandes confédérations politiques, notamment les peuples équestres, véritables « proto-États » ou « Empires fantômes » comme l’État itinérant de #Gengis_Kahn ou l’#Empire_Comanche, constituaient des concurrents redoutables. Les milices barbares, en reconstituant les réserves de main d’œuvre de l’État et en mettant leur savoir faire militaire au service de sa protection et de son expansion, ont creusé leur propre tombe.

      Dans la continuité de Pierre Clastres et de David Graeber, James C. Scott contribue à mettre à mal les récits civilisationnels dominants. Avec cette étude, il démontre que l’apparition de l’État est une #anomalie et une #contrainte, présentant plus d’inconvénients que d’avantages, raison pour laquelle ses sujets le fuyait. Comprendre la véritable origine de l’État c’est découvrir qu’une toute autre voie était possible et sans doute encore aujourd’hui.

      https://lundi.am/HOMO-DOMESTICUS-Une-Histoire-profonde-des-premiers-Etats
      #historicisation

  • Israeli Settlers Burn 400 Olive Trees South of Hebron
    Dec 14, 2020 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-settlers-burn-400-olive-trees-south-of-hebron

    Illegal Israeli settlers, Sunday, burned hundreds of Palestinian-owned olive trees near Yatta town, south of Hebron in the southern occupied West Bank.

    Rateb Jabour, Coordinator of the Popular Resistance, told Palestinian WAFA News Agency that a group of Israeli colonialist settlers from the nearby illegal Mitzpe Yair colony, were witnessed throwing unidentified devices into the olive grove, which belongs to the local al-Dababseh family.

    It was estimated that 400 olive trees were burnt before the Palestinian Civil Defense was able to extinguish the fire, preventing damage to homes.

    These types of attacks are a frequent occurrence for the Palestinian communities throughout the Israeli colonized West Bank.

    #colonialisme_de_peuplement #barbares

  • France attacks religion secularism radicalism blasphemy
    –-> article retiré:


    https://www.politico.eu/article/france-attacks-religion-secularism-radicalism-blasphemy-islam

    –—

    Copié ici:

    Another string of jihadist attacks has shaken France. The most recent, at a church in Nice, left three people dead, only two weeks after a teacher was beheaded on the outskirts of Paris after he displayed cartoons of the prophet Mohammed in his classroom.

    Why is France targeted, over and over again, by violent extremists? Germany, England, Italy and even Denmark — where cartoons of controversial Mohammed were first published — have not seen comparable violence.

    The reason is simple: France’s extreme form of secularism and its embrace of blasphemy, which has fueled radicalism among a marginalized minority.

    Specifically, the latest round of violence follows the decision earlier this month by the satirical newspaper Charlie Hebdo to mark the beginning of a trial over a murderous attack on its newsroom in 2015 by republishing the blasphemous cartoons of Mohammed that prompted the original assault.

    This duo — radical secularism and religious radicalism — have been engaged in a deadly dance ever since.

    Traditionally, French secularism requires the state to be neutral and calls for respect for religions in the public space, in order to avoid the rise of religious intolerance.

    In modern times, however, it has become something far more extreme. The moderate secularism that prevailed as recently as the 1970s has been replaced with something more like a civil religion.

    It’s a belief system that has its own priests (government ministers), its pontiff (the president of the republic), its acolytes (intellectuals) and its heretics (anyone who calls for a less antagonistic attitude toward Islam is rejected and branded an “Islamo-leftist”).

    One of the defining features of this new secularism is the promotion of religious blasphemy — and, in particular, its extreme expression in the form of caricatures like those of Mohammed.

    This embrace was on full display following the murder of the teacher who showed cartoons of Mohammed in his classes, when many French intellectuals came out in praise of blasphemy and defended the government’s unequivocal defense of the right to free expression.

    They should have considered their words more carefully.

    In Western Europe the right to blaspheme is legally recognized. But it is one thing to protect the freedom to blaspheme and another to enthusiastically exhort blasphemy, as is the case in France.

    Blasphemy is a non-argumentative and sarcastic form of free speech. It should be used, at best, with moderation in a country where between 6 percent and 8 percent of the population is Muslim, most of whose parents or grandparents emigrated from French colonies in North Africa.

    Defenders of blasphemy invoke freedom of expression, but what blasphemy does, in fact, is trap France in a vicious cycle of reactivity to jihadist terror that makes it less free and less autonomous.

    The immoderate use of caricatures in name of the right to blaspheme ultimately undermines public debate: It stigmatizes and humiliates even the most moderate or secular Muslims, many of whom do not understand French secularists’ obsessive focus on Islam, the veil, daily prayers or Islamic teachings.

    The result is a harmful cycle: provocation, counter-provocation, and a society’s descent into hell. As French secularism has become radicalized, the number of jihadist attacks in the country has multiplied.

    French secularists claim to be fighting for freedom of expression. As they do so, innocent people are dying, Muslims around the world are rejecting French values and boycotting the country’s products, and French Muslims are facing restrictions on their freedom of expression in the name of thwarting Islamist propaganda.

    France is paying a heavy price for its fundamentalist secularism, both inside and outside its own borders.

    https://www.1news.info/european-news/france-s-dangerous-religion-of-secularism-798875

    #Farhad_Khosrokhavar #terrorisme #religion #sécularisme #blasphème #extrémisme #France #violence #minorité_marginalisée #radicalisme #radicalisation #Charlie_Hebdo #radicalisme_religieux #sécularisme_radical #religion_civile #islamo-gauchisme #caricatures #liberté_d'expression #débat_public #provocation #contre-provocation #sécularisme_fondamentaliste

    ping @karine4 @cede @isskein

    • « On a oublié le rôle de l’#humiliation dans l’Histoire », par #Olivier_Abel

      Pour le philosophe, « en sacralisant les #caricatures, nous sommes devenus incapables de percevoir ce que les Grecs anciens désignaient par le #tragique ».

      Quel rapport entre les crimes abjects des djihadistes, le danger que représentent à certains égards les « réseaux sociaux » pour la démocratie et la civilité, la question de la liberté d’expression et du blasphème, le durcissement quasi-guerrier de la laïcité, les gilets jaunes, les majorités dangereuses qui ont porté Trump ou Erdogan au pouvoir, et qui poussent à nos portes ? Nous ne comprenons pas ce qui nous arrive, ces colères qui montent en miroir sans plus rien chercher à comprendre, nous ne savons et sentons plus ce que nous faisons. Je voudrais proposer ici une hypothèse.

      Nous avons globalement fait fausse route. Le drame des caricatures n’est que la partie visible d’un énorme problème. Nous nous sommes enfoncés dans le #déni de l’humiliation, de son importance, de sa gravité, de son existence même. Nous sommes sensibles aux #violences, comme aux #inégalités, mais insensibles à l’humiliation qui les empoisonne. Comme l’observait le philosophe israélien Avishaï Margalit, nous n’imaginons même pas ce que serait une société dont les institutions (police, préfectures, administrations, prisons, hôpitaux, écoles, etc.) seraient non-humiliantes. Dans l’état actuel de rétrécissement des ressources planétaires, on aura beaucoup de mal à faire une société plus juste, mais pourquoi déjà ne pas essayer une société moins humiliante ?

      Ni quantifiable, ni mesurable

      Il faut dire que l’humiliation est une notion – et une réalité - compliquée. L’#offense est subjective, et dépend au moins autant de ceux qui la reçoivent que de ceux qui l’émettent. Ce qui humiliera l’un laissera l’autre indifférent, et cela dépend même du moment où ça tombe. L’humiliation n’est pas quantifiable, mesurable, comme le sont les coups et blessures. D’où la tentation de dire que là où il n’y a pas de #dommage ni #préjudice il n’y a pas de #tort. Ce n’est pas une affaire de #droit mais seulement de #sentiment ou de #morale personnelle, donc circulez, il n’y a rien à dire.

      Et pourtant… Si les violences s’attaquent au #corps de l’autre, dans ses capacités et sa #vulnérabilité, l’humiliation fait encore pire : elle s’attaque au visage de l’autre, dans son #estime et son #respect_de_soi : elle le fait blanchir ou rougir, et souvent les deux en même temps.

      Car l’humiliation se présente de deux façons, en apparence contradictoires. Par un côté, elle porte atteinte à l’estime de soi, en faisant #honte à l’individu de son expression, de ce qu’il voudrait montrer et faire valoir, elle le rabroue et l’exclut du cercle de ceux qui sont autorisés à parler. Mais, par un autre côté, elle porte atteinte également au #respect et à la #pudeur, en dévoilant ce qui voulait se cacher, en forçant l’individu à montrer ce qui constitue sa réserve, en le surexposant au #regard_public, en lui interdisant de se retirer.

      L’humiliation s’attaque au sujet parlant. Les humains ne se nourrissent pas de pain et de cirques seulement, mais de #paroles_vives en vis-à-vis : ils n’existent qu’à se reconnaître mutuellement comme des sujets parlants, crédités comme tels, et reconnus dans leur crédibilité. L’humiliation fait taire le sujet parlant, elle lui fait honte de son expression, elle ruine sa confiance en soi.

      Quand le faible est trop faible

      Elle peut également atteindre des formes de vie, des minorités langagières, sexuelles, raciales, religieuses, sociales, etc. Il peut même arriver qu’une majorité endormie dans sa complaisance soit humiliée par une minorité active. Elle devient ce que j’appelais plus haut une majorité « dangereuse », pour elle-même et pour les autres.

      Une #parole_humiliée devient sujette à ces deux maladies du langage que sont la #dévalorisation ou la #survalorisation de soi. Ou, pour le dire autrement : la #dérision ou le #fanatisme. Commençons par la genèse du fanatisme. Simone Weil avait proposé d’expliquer les affaires humaines par cette loi : « on est toujours #barbares avec les faibles ». Il faudrait donc que nul ne soit laissé trop faible et sans aucun #contre-pouvoir, et que le plus fort soit suffisamment « déprotégé » pour rester sensible au faible, bon gagnant si je puis dire, et conscient qu’il ne sera pas toujours le plus fort.

      Mais quand le faible est trop faible pour infliger quelque tort que ce soit au plus fort, le pacte politique posé par Hobbes est rompu. Les faibles n’ont plus rien à perdre, ne sont plus tenus par le souci de la sécurité des biens et des corps, il ne leur reste que l’au-delà et ils basculent dans le #sacrifice_de_soi, dans une parole portée à la folie. Ici la #religion vient juste au dernier moment pour habiller, nommer, justifier cette mutation terrible.

      « C’est à l’humiliation que répond la #barbarie »

      La violence appelle la violence, dans un échange réciproque qui devrait rester à peu près proportionné, même si bien souvent la #violence s’exerce elle-même de manière humiliante, et nous ne savons pas ce que serait une violence vraiment non-humiliante. Avec l’humiliation cependant, le cercle des échanges devient vicieux, les retours sont longuement différés, comme sans rapport, et ils ont quelque chose de démesuré. Ils sont parallèles, mais en négatif, aux circuits de la #reconnaissance dont on sait qu’ils prennent du temps.

      C’est pourquoi les effets de l’humiliation sont si dévastateurs. Ils courent dans le temps, car les humiliés seront humiliants au centuple. Comme le remarquait #Ariane_Bazan, ils peuvent aller jusqu’à détruire méthodiquement toute scène de reconnaissance possible, toute réparation possible : la mère tuera tous ses enfants, comme le fait Médée rejetée par Jason. Lisant Euripide, elle concluait : « c’est à l’humiliation que répond la barbarie ». Les grandes tragédies sont des scènes de la reconnaissance non seulement manquée, mais écrabouillée.

      Pourquoi nos sociétés occidentales sont-elles collectivement aussi insensibles à l’humiliation ? Est-ce la différence avec ce qu’on a appelé les sociétés de honte, le Japon, le monde arabe ? Sans doute est-ce d’abord aujourd’hui parce que nous sommes une société managée par des unités de mesure quantifiable, la monnaie, l’audimat, et par une juridicisation qui ne reconnaît que les torts mesurables, compensables, sinon monnayables.

      Cette évolution a été accélérée par une #morale_libérale, qui est une #morale_minimale, où tout est permis si l’autre est consentant : or on n’a pas besoin du #consentement de l’autre pour afficher sa #liberté, tant que son expression n’est ni violente ni discriminante à l’égard des personnes, et ne porte aucun dommage objectif — les croyances n’existent pas, on peut en faire ce qu’on veut. Le facteur aggravant de l’humiliation, dans une société de réseaux, c’est la diffusion immédiate et sans écrans ralentisseurs des atteintes à la réputation : la #calomnie, la #moquerie, le #harcèlement.

      L’angle mort de notre civilisation

      Mais plus profondément encore, plus anciennement, notre insensibilité à l’humiliation est due à l’entrecroisement, dans nos sociétés, d’une morale stoïcienne de la #modestie, et d’une morale chrétienne de l’#humilité. Celle-ci, en rupture avec les religions de l’imperium, de la victoire, propose en modèle un divin abaissé et humilié dans l’ignominie du supplice de la croix, réservé aux esclaves. Le #stoïcisme est une sagesse dont la stratégie consiste à décomposer l’opinion d’autrui en des énoncés creux dont aucun ne saurait nous atteindre : l’esclave stoïcien n’est pas plus humiliable que l’empereur stoïcien.

      La dialectique hégélienne du maître et de l’esclave est d’ailleurs héritière de ces deux traditions mêlées, quand il fait de l’expérience de l’esclavage une étape nécessaire sur le chemin de la liberté. Cette vertu d’humilité a paradoxalement creusé dans le monde de la chevalerie médiévale, puis dans la société française de cour, et finalement dans le dévouement de l’idéal scientifique, un sillon profond, qui est comme l’angle mort de notre civilisation.

      Et cet angle mort nous a empêchés de voir le rôle de l’humiliation dans l’histoire : c’est l’humiliation du Traité de Versailles qui prépare la venue d’Hitler au pouvoir, celle de la Russie ou de la Turquie qui y maintient Poutine et Erdogan, c’est la manipulation du sentiment d’humiliation qui a propulsé la figure de Trump. Et cette histoire n’est pas finie. Les manipulations machiavéliques des sentiments de peur et les politiques du #ressentiment n’ont jamais atteint, dans tous nos pays simultanément, un tel niveau de dangerosité. Les djihadistes ici jouent sur du velours, car à l’humiliation ancienne de la #colonisation militaire, économique, et culturelle, s’est ajoutée celle des #banlieues et du #chômage, et maintenant les caricatures du prophète, répétées à l’envi.

      #Fanatisme et #dérision

      Car la genèse de la dérision est non moins importante, et concomitante à celle du fanatisme. On a beaucoup entendu parler du #droit_de_blasphémer : curieuse expression, de la part de tous ceux (et j’en suis) qui ne croient pas au #blasphème ! Réclamer le droit de blasphémer, s’acharner à blasphémer, n’est-ce pas encore y croire, y attacher de l’importance ? N’est-ce pas comme les bandes iconoclastes de la Réforme ou de la Révolution qui saccagent les églises, dans une sorte de superstition anti-superstitieuse ?

      Tout le tragique de l’affaire tient justement au fait que ce qui est important pour les uns est négligeable pour les autres. Il faudrait que les uns apprennent à ne pas accorder tant d’importance à de telles #satires, et que les autres apprennent à mesurer l’importance de ce qu’ils font et disent. Ce qui m’inquiète aujourd’hui c’est le sentiment qu’il n’y a plus rien d’important, sauf le droit de dire que rien n’est important.

      Une société où tout est « cool » et « fun » est une société insensible à l’humiliation, immunisée à l’égard de tout scandale, puisqu’il n’y reste rien à transgresser, rien à profaner. Or la fonction du #scandale est vitale pour briser la complaisance d’une société à elle-même. Pire, lorsque l’ironiste adopte un point de vue en surplomb, pointant l’idiotie des autres, il interrompt toute possibilité de #conversation. On peut rire, mais encore faut-il que cela puisse relancer la conversation !

      Sacralisation des caricatures ?

      Le différend tient peut-être aussi au fait que nous ne disposons pas exactement des mêmes genres littéraires. #Salman_Rushdie et #Milan_Kundera observaient que le monde musulman a du mal à comprendre ce que c’est qu’un « roman », comme une forme littéraire typique d’une certaine époque européenne, et qui met en suspens le jugement moral. Nous aussi, nous avons un problème : on dirait parfois que le genre littéraire éminent qui fonde notre culture est la caricature, la dérision, le #comique.

      Ce qui est proprement caricatural, c’est que les caricatures, le #droit_de_rire, soient devenues notre seul sacré. Serions-nous devenus incapables de percevoir ce que les Grecs anciens désignaient par le tragique ? N’avons-nous pas perdu aussi le sens de l’#épopée véritable (celle qui honore les ennemis), et le sens de quoi que ce soit qui nous dépasse nos gentilles libertés bien protégées ?

      Aujourd’hui, aux manipulations de la peur et de la xénophobie par les néonationalistes français, qui sacralisent la #laïcité comme si elle n’était plus le cadre neutre d’une #liberté_d’expression capable de cohabiter paisiblement avec celle des autres, mais la substance même de l’#identité française (une identité aussi moniste et exclusive que jadis l’était le catholicisme pour l’Action française), répond la manipulation cynique du sentiment d’humiliation des musulmans français par les prédicateurs-guerriers du djihadisme, qui n’ont de cesse d’instrumentaliser le ressentiment, dans le monde et en France.

      Liberté d’abjurer et laïcité réelle

      Aux organisations musulmanes françaises, nous dirons : demandez aux pays dominés par l’islam politique d’accorder à leurs minorités les mêmes libertés réelles qui sont celles des musulmans de France, et accordez solennellement à toutes les musulmanes et à tous les musulmans le droit d’abjurer, de se convertir, ou simplement de se marier en dehors de leur communauté.

      Aux néonationalistes, nous dirons : si la laïcité n’est plus que cette identité sacrée, c’est-à-dire le contraire de ce qu’elle a été dans l’histoire réelle (oui, enseignons d’abord l’histoire réelle dans son long cours, ses compromis complexes, et pas les histoires simplistes que nous nous racontons !), le #pacte_laïque sera rompu, et nous ferons sécession, il faudra tout recommencer, ensemble et avec les nouveaux venus.

      Car ce pacte est ce qui, au nom de notre histoire commune, et inachevée, autorise, au sens fort, la #reconnaissance_mutuelle. Il cherche à instituer un théâtre commun d’apparition qui fasse pleinement crédit à la parole des uns et des autres. C’est bien ce qui nous manque le plus aujourd’hui.

      https://www.nouvelobs.com/idees/20201122.OBS36427/on-a-oublie-le-role-de-l-humiliation-dans-l-histoire-par-olivier-abel.htm

  • Palestinian volunteers help olive harvesters in ways the Palestinian Authority can’t
    Amira Hass | Oct. 23, 2020 | 10:49 AM | Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-palestinian-volunteers-help-olive-harvesters-in-ways-the-palestini

    In dozens of villages, the harvest has become life-threatening, and Israel prevents Palestinian security forces from protecting farmers. Volunteers have fill the vacuum – but settler violence isn’t limited to three weeks a year

    Volunteers with the Palestinian group Faz3a, whose members accompany olive harvesters to protect them from attacks by settlers, fill a vacuum. It’s a vacuum that the Palestinian Authority’s security forces never could fill in the West Bank’s areas B and C, where the Oslo Accords bar them from operating.

    Tens of thousands of Palestinian youths train in martial arts and the use of weapons for recruitment to the Palestinian security forces, including the police. Under the agreements with Israel, they must help the Shin Bet security service and the army monitor Palestinians, arrest and interrogate them.

    They’re expected to avert any harm to Israeli citizens. But they’re barred from protecting Palestinian civilians against attacks by thugs who are Israeli citizens.

    All the PA can do is “condemn” the violence. Its security agencies may pass the complaints of the assaulted Palestinians to the Israeli police (before coordination was halted in May), and write down the details of the assaults.

    At the beginning of the month, Palestinian media outlets reported on the establishment of the group Faz3a for the 2020 olive harvest. They quoted one of its founders, Mohammed al-Khatib of Bil’in, as saying that faza’a – Arabic for a response or a call for help during a war – is a Palestinian tradition of coming to the rescue of the masses in times of trouble.

    Faza’a operations in 1948 are etched in the Palestinian collective memory, when residents of Palestinian villages gathered their guns from their hideouts and went out to help the organized Palestinian fighters in the fighting against the armed members of the Jewish community.

    Olive harvesting isn’t just any seasonal farming or source of income. It’s a cultural, multigenerational and festive family event that everyone eagerly awaits. Entire families take part, young and old alike, and the process is a skill taught by the grandparents.

    But in dozens of villages in the West Bank, the olive harvest, and agriculture in general, have become dangerous activities, even life-threatening, due to the proximity of the ever-spreading outposts and the settlements that spawn these outposts. Settler violence and the Israeli authorities’ refusal to stop it have had a chilling effect: Not everyone dares to take the risk, not everyone wants to bring the women and children along, for fear of putting them in harm’s way.

    Year-round violence

    Unlike the faza’a of 1948, the volunteers today have no weapons, only determination, courage and political awareness. They know that an abandonment of the farmers and villages contributes to social disintegration.

    Khatib was among the founders of the coordinating committee of popular resistance against Israel’s separation barrier in the early 2000s and was arrested for this, stood trial and went to prison. If we wish to draw any conclusions from his past, the volunteers take into account the possibility that the army will arrest them. When it comes to Palestinians, even self-defense can be considered a crime in Israel and reason for arrest.

    Faz3a says about 200 volunteers have joined so far, and they are expecting to work for around three weeks until the harvest is over. But the violence isn’t seasonal. It’s a problem year-round, and the Palestinian farmers stand alone in the battle, as if it were a personal problem, not one of Israel’s direct and indirect methods of shrinking the Palestinian space.

    The violence during the olive harvest is only one of many Israeli measures that have had a chilling effect or killed the joy of farming. In some regions the army routinely denies Palestinians access to their land “to prevent any friction” with violent settlers, except for three times a year, a few days each time: to plant, plow and harvest grain crops, and for the trees, to harvest, trim and plow.

    These farmers have had to give up on the custom of growing vegetables among the trees for private consumption or small-scale marketing. Ten or even 20 days of access a year aren’t enough, though some owners of land beyond the separation barrier have turned, against their will, into 10-day-per-year farmers.

    An example of this can be seen in villages like Biddu and Beit Ijza, whose orchards are surrounded and cordoned off by the large Israeli-only expanse that the settlements of Givat Ze’ev and Givon have created.

    “At one time the orchards were a place for the entire family to relax on Fridays,” a resident of Biddu said while waiting for soldiers to open a gate for the villagers to get to their land. “We would come to work here a few times a week. Now accessing the area is like visiting a prisoner in jail.”

    Fewer permits allotted

    Thousands of Palestinian families own tens of thousands of dunams of fertile agricultural land that has been imprisoned beyond the Israeli separation barrier. The barrier has 74 gates that allow farmers to pass through to reach their land. Forty-six of them are defined as “seasonal” and are opened only a few days a year. Twenty-eight are supposed to open every day or at least three times a week.

    The soldiers arrive, open and shut the gates a short time later, three times a day. Since the barrier was built, Israel has gradually stiffened its terms for obtaining a permit to access farmland. The number of permits has decreased, and thus, so has the number of family members reaching the orchards. Young people in particular show less and less interest in enduring the hassle.

    Each permit is issued only after a run-around from one Israeli Civil Administration office to another. The shortage of working hands is noticeable in the number of thornbushes among the trees, as well as in the decayed leaves and unpicked fruit. Sometimes farmers must go through a gate quite a distance away and then get to their plots on foot, because not everyone receives a permit to enter with a tractor or a donkey and wagon.

    Beyond the fixed opening time of the gates, the farmers have no control over what happens on their land. Harvested crops and equipment are stolen. Garbage gets dumped there. There are fires, whether due to negligence or a stun grenade or tear gas canister shot by a soldier; the Palestinian farmers depend on the Israeli firefighters’ goodwill to put out these blazes.

    Here the Faz3a volunteers can’t be helpful. Though it’s public and private Palestinian land, part of the West Bank, they are barred from reaching it. Only Israelis and foreign tourists may freely access this Palestinian land.

    The attitude of Palestinians to this situation falls somewhere between feeling a bit sorry for the Palestinian Authority to being angry and mocking it. “What can it do?” the farmers wonder when access to their land is blocked by settler violence or Civil Administration rules.

    Some people conclude from this state of helplessness that “they don’t even care there in the PA.” This is how Israel widens the gap and sense of alienation and distrust between the Palestinian citizen and a disabled Palestinian self-rule.

    #colons #olives

    • Settlers hurled rocks at the Palestinian farmer’s head. His age didn’t deter them
      Gideon Levy, Alex Levac | Oct. 22, 2020 | Haaretz.com
      https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.highlight.MAGAZINE-settlers-hurled-rocks-at-the-palestinian-farmer

      Settlers stoned and injured a 73-year-old Palestinian in his grove, others vandalized another farmer’s 200 trees. A journey during the season of harvest – which is also clearly the season of settler violence

      At home on the outskirts of the West Bank village of Na’alin, an elderly farmer, Khalil Amira, is nursing a head wound he suffered when settlers stoned him while he harvested olives in his grove – in front of his daughter and grandchildren. About an hour’s drive south, in the village of Jab’a, two other aged farmers are lamenting the damage wrought to their olive trees by other thugs. And these are only three recent examples of the dozens of Palestinian harvesters who are being assaulted on their lands on an almost daily basis.

      It’s autumn, with its clouds and its howling wind, as the old Israeli song goes, and it’s also the season of the olive harvest – and with it settlers who go on a rampage every year at this time, across the West Bank. It’s not autumn if there’s no olive harvest, and there’s no olive harvest without settler rampages. And the start of this season bodes ill.

      Several weeks into the harvest, which began this year on October 5, the Yesh Din – Volunteers for Human Rights NGO has already documented 25 violent incidents, and no one apparently intends to put a stop to them. The police accept complaints and take down testimonies, but that seems to be the extent of their activity.

      According to Yesh Din, between 2005 and 2019, only 9 percent of the complaints filed by Palestinians over Israelis’ violence against them ended with the alleged perpetrators being brought to trial. Fully 82 percent of the cases were closed, including nearly all of the complaints about the destruction of olive trees.

      Amira is surrounded by family in his fine house in Na’alin, west of Ramallah. His head is bandaged, concealing 15 stitches; his family envelops him with concern and warmth. Since being wounded last week by a stone thrown at him by settlers, he’s returned to the hospital twice, because of possible intracranial bleeding. A working man of 73, Amira was employed for 20 years as a welder in the predominantly ultra-Orthodox city of Bnei Brak, in Israel; he also worked for years at Elco, an industrial conglomerate. His father left him, his two sisters and his six brothers 100 dunams (25 acres) of olive trees, which he has been cultivating since his retirement, after becoming ill with a heart ailment. He speaks Hebrew fluently, and he and his family are gracious hosts.

      Amira’s access to his land was cut off in 2008 by the construction of the West Bank separation barrier – a fate that befell many Palestinian farmers. Part of his property was also expropriated for the establishment of a settlement called Hashmona’im, which is on the other side of the barrier, yet another annexation-type stunt. Recently, settlers ruined the two wells that were his on land adjacent to Hashmona’im. They would descend into one of the wells with a ladder and wash themselves in it, contaminating the water. The settlers also made a breach in the fence that encircles Hashmona’im and dumped garbage and construction debris on another part of his land – the evidence is still there. Amira filed a complaint with the Binyamin District police, and the dumping stopped for a time, but it resumed last February. It was clear that the perpetrators of the recent assault on him also set out from Hashmona’im, even if they were not necessarily residents of the settlement.

      For 11 years, the farmer was unable to visit the land he owns, adjacent to the fence surrounding Hashmona’im – others were able to work it for him – until last fall, when he was able to harvest his olives with no interference. He wanted to do the same this year. The Israel Defense Forces allow him four days to pick olives – with advance coordination. Amira was supposed to start picking Monday last week, but because of a doctor’s appointment, he didn’t arrive until the following day.

      They set out early in the morning: Amira, his son Raad, 47, his daughter Halda, 35, and three young grandchildren. The IDF does not permit them to arrive at their lands by vehicle, so they had to walk about a kilometer from the gate in the separation fence. By about midday they had collected enough olives to fill a large sack. Raad hoisted a bag with half of the olives onto his shoulder and carried it to the gate, and then returned for the other half. Seeing that Raad was tired, his father told him he didn’t have to come back again.

      At 2:30 P.M., Amira hid the tools he had used in the grove, before his departure. When he returned from the hiding place, he saw that his daughter and grandchildren had already left. On his way to the gate he saw his grandson’s knapsack on the ground. He picked it up and continued to walk, when suddenly he heard shouts.

      In a nearby grove, he saw four masked young people throwing rocks at his nephew, Abd al-Haq, and his son, Yusuf, who were working there separately. Spotting Amira, the masked men began hurling rocks at him as well. The fact that he was elderly apparently made no impression on them. According to Amira, they had large rocks that they had brought with them. Otherwise, they were not armed and did not wield clubs. He tried to evade the onslaught but could not escape. At one point, he was struck on the left side of his head, and he collapsed to the ground. He doesn’t know how long he lay there, nor does he remember any more about the person who threw the rock that hit looked like.

      “They didn’t look like people to me, but devils,” he tells us now.

      Soldiers appeared out of nowhere and administered first aid. His wife and the three grandchildren, also arrived, and were distraught. Blood streamed from his head, and an army paramedic stanched the wound. The soldiers summoned an Israeli ambulance to meet them at Hashmona’im. Amira managed to walk with the aid of the soldiers, but the Druze guard at the settlement’s gate refused to allow any of them to enter.

      “Your dogs attacked me and you guard them and don’t let me in?” Amira said to him angrily, in Arabic.

      An IDF jeep arrived and took him to the Nili checkpoint, where he was transferred to a Palestinian ambulance and taken to the Ramallah Governmental Hospital. There Amira was stitched up and held for three days to check for possible intracranial bleeding. After he was released at the end of the week, however, he started to suffer from headaches and vomiting. He returned to the hospital this past Sunday, was checked and released again. He was still experiencing headaches and continuing to throw up this week when we visited.

      Amira tells us that he feels even more determined than he did before the incident. Of course he will return to his land, there’s no question, he asserts. It’s his property, no one is going to stop him. He has already filed a complaint with the police, and handed over an Israeli ID card that his nephew found at the site of the attack. It belongs to a Y.C., born in 2003, resident of Ganei Modi’in, a neighborhood in the ultra-Orthodox settlement of Modi’in Ilit.

      •••

      Mohammed Abu Subheiya, 63, a father of eight, is waiting next to his house in Jaba, north of Hebron. For 24 years he worked in Ashdod for Ashtrom, an Israeli construction company. Lately he’s been working in construction in Israel with other employers.

      In 1990, Abu Subheiya’s father planted 22 dunams of olive trees, which Abu Subheiya tends in his spare time.

      We walk with him down a precipitous, rock-strewn trail to his plot of land, which lies in the valley that runs between Jaba and the settlement of Bat Ayin, which gained notoriety in 2002 when a terrorist underground was uncovered there. Some of the settlers there are newly religious, including some from the Bratslav Hasidic sect. Bat Ayin is where the assailants of the Jaba groves come from.

      Abu Subheiya hadn’t visited his grove since early March, because of the coronavirus crisis, which forced him to remain in Israel and not go back and forth to the West Bank. At the beginning of October, the International Red Cross informed him that days had been set for him to harvest the trees in his grove, which lies in a danger zone because of the Bat Ayin settlers. Arriving there on October 4, he was stunned to see that only about half of the 48 trees he has here were still intact. The assailants had gone from tree to tree and sawed off the branches or uprooted the trunks completely. It will take five years for the damaged trees to recover and bear fruit again, he tells us.

      We walk from one tree to the next, examining their battered branches, and reflect on the malice of people who are capable of wreaking such destruction upon the fruit of the earth and upon those who work the land. An aroma of sage wafts from bushes along the edges of the grove. Across the way, the mobile homes of Bat Ayin are perched on the slope of a hill. Abu Subheiya says that when the settlers approach his land he flees in fear. After the incident early this month, he too filed a complaint with the police, at the station in the ultra-Orthodox settlement of Betar Ilit; some officers even came to see his grove, but since then he has heard nothing from them. Nor will he. Five years ago, settlers spread a chemical substance on the ground that poisoned 13 of his oldest trees, whose jagged trunks still stand as a silent monument in the grove.

      “They work very slowly,” he says of his attackers. “That’s their politics. To destroy slowly, every time somewhere else, so we will remain without olives.”

      We descend the hill on the other side of the village, opposite Betar Ilit. The road leading to the olive groves was demolished by the Israeli Civil Administration six years ago, because this is Area C (under full Israeli control). Access now is possible only in a 4x4 vehicle.

      “Why does a road bother anyone,” asks Abu Subheiya. “You want to take our land – take it. But why does a road bother anyone? We paved an asphalt road. They came and smashed it to bits.”

      We are now making our way on foot to the grove belonging to Khaled Mashalla, 69, on the lower slope of the steep valley. The remains of the ruined road are still evident under the dirt. Only the section near the village was demolished, the rest was left paved as it was.

      Last week, assailants came here, too, and uprooted dozens of trees; trunks and broken branches are strewn along the way. Mashalla estimates that he lost 220 trees. He’s an amiable, colorful man who works in the improvised parking lot at the Gevaot checkpoint for Palestinian laborers who cross into Israel, Together with his business partner, he takes 7 shekels ($2) protection money per car per day to guard it against theft. Plump and gleeful, he wears a tattered felt hat that he removes in a theatrical gesture to reveal his bald head. He and his brothers own 400 dunams of olive trees in the area.

      The vandalism occurred on the night between Tuesday and Wednesday of last week. The Bedouin who live on the edge of the village called Mashalla to say that they saw headlights in his grove that night. The next afternoon, when he got there after working at the checkpoint, he couldn’t believe his eyes. Dozens of branches had been sawed off. When we visit, we see that the younger trees were spared. They had been wrapped in plastic tubing, to protect them from the gazelles.

      #vandalisme #barbares

  • #ViolencesPolicieres :
    🔴Cedric Chouviat est arrêté pour téléphone visible, hors il est livreur
    🔴Il exerce son #DroitdInformer : la police le prend comme une agression
    🔴clé d’étranglement + placage ventral à 3 sur lui AVEC son casque : COMMENT PEUT-IL RESPIRER ?
    ... il en est mort.
    https://twitter.com/ValKphotos/status/1214514108713906178
    Plusieurs passages sont extrêmement émouvants dans les témoignages recueillis par @p_pascariello pour @Mediapart, hélas réservés aux abonnés.
    Il faut vraiment trouver une solution pour que tout le monde ait accès aux enquêtes...
    https://www.mediapart.fr/journal/france/070120/deces-de-cedric-chouviat-des-videos-temoignent-de-la-violence-de-l-interpe
    Les automobilistes, le camionneur, ont été impressionnés par le courage de #Cedric et ont dépassé leurs habitudes d’indifférence pour filmer et temoigner.
    Ça donne envie de pleurer de rage quand on lit le même processus de mise à mort et de MENSONGES que pour Adama Traoré...
    On peut retrouver tous les éléments principaux dans la conférence de presse de @AA_Avocats & la @LDH_Fr filmée par @davduf
    https://twitter.com/davduf/status/1214480694937817089
    Je ne peux m’empêcher de me demander où on en serait si de tel LEGITIMES moyens etaient utilisés à chaque mort par la police ?
    Dans 2 jours on aura le rendu du dernier appel des parents de #RemiFraisse. Ils pensaient pouvoir faire confiance à la Justice, mais non. Et ce malgré les enquêtes très fouillées de @Reporterre
    https://reporterre.net/Sivens
    Lire aussi le CR du compte-rendu de non-lieu de @ianb_desarmons
    https://desarmons.net/index.php/2019/10/12/appel-du-non-lieu-dans-la-mort-de-remi-fraisse-compte-rendu
    La liste des morts est beaucoup trop longue, les circonstances beaucoup trop systémiques pour vouloir encore faire croire à une absence de responsabilité de @Place_Beauvau
    La base de données de @Bastamag donne la nausée de toutes les condamnations à mort :
    https://bastamag.net/webdocs/police
    Ni la police ni la justice ne nous défendent. La seule réponse à la hauteur dont nous disposons est l’Arme de Connaissance Massive.
    Merci à toutes les Familles qui l’ont compris et ne se resignent pas. Soutien à celles qui l’apprennent à leurs dépend.
    Justice et Vérité !

    • Attention images très dures !

      Une synthèse de l’article de Mediapart pour les non-abonnés :
      https://www.revolutionpermanente.fr/Mort-de-Cedric-Chouviat-Mediapart-revele-des-videos-qui-temoign

      Voici les 4 courtes vidéos #CédricChouviat qui ont été diffusées ce matin. On voit le coursier téléphone à la main, puis au sol, sur le ventre, montrant des signes d’épuisement.

      https://twitter.com/davduf/status/1214515420062990341

      Il s’est débattu en vain.
      Victime de l’acharnement de 3 #barbares à le plaquer au sol, #CédricChouviat, 42 ans, laisse une veuve et 5 orphelins.
      #Macron et son « État de droit » aux « réponses toujours proportionnées »
      #ViolencesPolicières#JusticePourCédric

    • Synergie-Officiers :
      Cet homme n’est pas mort d’un contrôle d’identité. Votre accusation est abjecte à l’image de votre idéologie criminogène @Poulin2012 . Sinon pas un mot sur l attentat terroriste de Villejuif ? Peur de froisser les islamistes ? Révulsé à l’idée de féliciter les policiers ?

      « Un mot suite aux vidéos montrant l’acharnement sur Cédric ?

      C’est mon idéologie qui est “criminogène” ? »

      Alexis Poulin

      « La milice royale se matraquait elle-même en laissant en son sein des portes parole au cynisme sans âme, vulgaires et pour tout dire étrangers à la notion même de République. »

    • Au contraire, même si je peux comprendre qu’on ait pas envie de lire leur prose, je trouve intéressant de voir que la caste des policiers est relativement unanime pour défendre cet assassinat (à vrai dire je ne comprends pas la notion de boycott en l’occurrence, a priori tu ne leur achètes rien et tu ne leur dois rien).

    • Hummmmm... @alexcorp, as-tu entendu parler du principe de #propagande ? Ce qui est propagé existe. Ce qui ne l’est pas.... Et ces syndicats-policiers d’extreme droite n’existent que par ça. Le compte de @PoliceSynergie a moins d’abonné-e-s que moi sur twitter, c’est dire ! Une autre comme ça a réussi a percer par ses outrances et ses mensonges, la déléguée nationale de Unité SGP Police. Au fur et à mesure on peut les voir provoquer nominativement des « influenceurs » pour qu’on parle d’eux, pour qu’on réagisse, et je crois que ça mérite réflexion, et pour ma part, la conclusion à laquelle j’arrive c’est de les faire exister le moins possible.
      C’est une chose d’analyser, comparer, mettre en porte-à-faux, etc... Mais en l’occurrence, là, les copiés-collés de réactions-tweets-surenchères ne sont pas très compréhensibles en l’état.

    • Information supplémentaire, @marielle (vraiment ne le prends pas comme des attaques, hein, c’est bien plus de l’ordre de l’analyse [nos modes] d’information !) : la UNE claquante de @mediapart a fort heureusement disparu. Dire « Le troisième mort de Castaner » était au mieux une maladresse, au pire, quand c’est sur un tel #media, une énorme bourde qui a fait violence à nombre d’entre nous...

      Oui, terrible l’oubli de @PourIbrahimabah
      Et d’autres : « En 2019, selon notre recensement, 26 personnes ont été tuées lors d’une intervention des forces de l’ordre, dont deux du fait d’agents en dehors de leur service.
      https://www.bastamag.net/intervention-policiere-letale-morts-police-recensement-legitime-defense-ho »

      https://twitter.com/ValKphotos/status/1214681036161978368

      Lien direct vers la triste comptabilité des mort-e-s de la police par @bastamag : https://bastamag.net/webdocs/police

      Ce décompte est le seul, à ce jour, réalisé en France de manière indépendante et se voulant le plus exhaustif possible. Il a été réalisé à partir d’’archives de presse, de recoupement auprès de certaines familles de victimes, de leur comité de soutien, comme les collectif Vies volées et Désarmons-les, d’avocats, de plusieurs lecteurs, de chercheurs [1], ainsi que du travail précurseur de l’historien Maurice Rajfus et de son bulletin Que fait la police ?.

    • La question du nombre d’abonnés Twitter m’importe peu (et au doigt mouillé, j’aurais tendance à dire que les flics ne sont pas des aficionados de Twitter). Ce serait un machin qui représente 10 personnes, j’entendrais qu’on n’ait pas à prendre la peine de lire leur caca mais ce que je vois c’est que presque la moitié des officiers de police votent pour ce syndicat. Cela me semble intéressant de savoir ça, notamment pour appuyer le fait qu’il ne s’agit pas d’un problème de « bavures » isolées mais d’un état d’esprit général de la police française.

  • « On a frôlé la catastrophe sanitaire » : les services pédiatriques d’Ile-de-France au bord de la rupture, François Béguin
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/12/les-services-pediatriques-sous-pression-en-ile-de-france_6022560_3224.html

    Par manque de lits de réanimation, 22 enfants ont dû être transférés hors de la région francilienne cet automne.

    Personnels infirmiers manquants, lits de réanimation ou d’hospitalisation fermés… Cette année, l’épidémie hivernale de bronchiolite met à rude épreuve les services pédiatriques des hôpitaux un peu partout en France. Si des difficultés sont signalées à Bordeaux ou à Marseille, c’est en Ile-de-France qu’elles sont le plus visibles. Entre le 17 octobre et le 2 décembre, vingt-deux enfants – pour la plupart des nourrissons âgés de moins d’un an – ont dû être transférés hors de la région, à Rouen, Amiens, Caen ou Reims, faute de lits de réanimation pédiatrique disponibles.

    Ce nombre est exceptionnel : l’hiver dernier, il n’y avait eu que trois transferts. Les années précédentes, entre zéro et quatre. « On a frôlé la catastrophe sanitaire, si l’épidémie avait été plus intense, il y aurait certainement eu des morts », estime un chef de service sous le couvert de l’anonymat.
    A l’origine de cette situation, une pénurie d’infirmiers qui empêche la direction de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) de pourvoir une quarantaine de postes et la contraint à ne pas rouvrir au début de l’hiver une partie des lits dits « de soins critiques » destinés aux enfants et traditionnellement fermés l’été. Le 4 décembre, au plus fort de la crise, « il manquait 22 lits de ce type par rapport à ce qui devrait être ouvert en hiver », explique Noëlla Lodé, la représentante des cinq services mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR) pédiatriques en Ile-de-France.

    Quinze lits ont été rouverts depuis, annonce jeudi 12 décembre, François Crémieux, le directeur général adjoint de l’AP-HP, qui assure que le groupe hospitalier « a mobilisé tous les moyens possibles en termes de ressources humaines » pour parvenir à pourvoir les postes infirmiers manquants, des postes « hyperspécialisés, nécessitant des temps de formation de deux à trois mois ».

    « Des difficultés à trouver une place »
    Au-delà de la gêne pour les familles des nourrissons concernés, cette crise a mis sous pression tous les services pédiatriques de la région. « Certains soirs, quand on prenait la garde, on savait qu’il n’y avait plus de lit de réa pour toute l’Ile-de-France, raconte Simon Escoda, le chef des services d’urgences pédiatriques de l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis. Sachant cette grande pénurie, on a gardé sur site des enfants qui avaient des marqueurs de sévérité significatifs qu’on aurait largement transférés dans d’autres situations. C’est un glissement de tâche contraint et forcé. Quant aux dix-huit transferts pour insuffisance respiratoire que nous avons dû faire, nous avons quasiment à chaque fois eu des difficultés à trouver une place. »
    Conséquence : « beaucoup d’énergie » consacrée à la recherche d’une place et à la surveillance du nourrisson, au détriment des autres tâches, entraînant « un retard des soins courants ». En novembre, la durée moyenne d’attente des consultations le soir aux urgences pédiatriques de Delafontaine était ainsi d’environ cinq heures, soit plus que l’hiver précédent. « Cette mise en tension permanente entraîne le système au bord de la rupture », déplore Laurent Dupic, réanimateur pédiatrique à l’hôpital Necker, qui évoque le « stress permanent » des soignants à qui il est demandé de « faire entrer et sortir très rapidement » les bébés hospitalisés, pour libérer des lits.

    Au-delà des services de « soins critiques » de l’AP-HP, plusieurs chefs de service de pédiatrie racontent souffrir d’un fort turn-over de leurs équipes soignantes, ainsi que des arrêts maladie non remplacés. « Les infirmières s’auto-remplacent, s’épuisent et finissent par craquer », raconte Simon Escoda, à Saint-Denis. « Les services sont exsangues, les gens ne veulent plus travailler dans ces conditions-là et s’en vont », résume Vincent Gajdos, chef de service à l’hôpital Antoine-Béclère, à Clamart (Hauts-de-Seine).

    « Il va il y avoir une catastrophe »
    Dans un témoignage saisissant relayé par le Collectif interhôpitaux, le chef de service de pédiatrie d’un établissement francilien décrit la difficulté de gérer l’épidémie avec une équipe composée d’un tiers de jeunes infirmières, dont certaines tout juste sorties d’école. « Je vous laisse deviner [leur] réaction face à un bébé de 3 ou 4 kg qui suffoque brutalement à cause de sa bronchiolite et qu’il faut intuber rapidement et brancher à un respirateur en attendant l’arrivée du SAMU pédiatrique qui est bloqué avec le transfert d’un autre patient ailleurs », écrit-il, estimant ne plus travailler « dans des conditions de sécurité, ni pour les patients, ni pour les soignants, ni pour nous autres, médecins ».
    Plusieurs chefs de service interrogés disent leur crainte d’un accident. « Si on reste comme ça, il va il y avoir une catastrophe, un enfant qui va mourir dans le camion d’un SMUR, dans un centre hospitalier ou pire, en salle d’attente. C’est la hantise de tout le monde », raconte l’un d’eux.
    Alertée sur cette situation de crise, la ministre de la santé, Agnès Buzyn, a diligenté le 4 décembre une mission « flash » de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) afin qu’elle fasse rapidement des « préconisations de court et de moyen terme pour résorber les tensions et optimiser la couverture des besoins » en lien avec le pic épidémique hivernal en Ile-de-France.

    Une décision mal reçue par une partie des chefs de service de l’hôpital Necker qui ont envoyé une lettre à la ministre – dont des extraits ont été publiés par Libération – pour faire valoir leur « profonde incompréhension » face au déclenchement d’une telle procédure alors que, selon eux, l’actuelle épidémie ne fait que révéler « les insuffisances d’une structuration hospitalière à bout de souffle ».
    La crise pourrait désormais prendre une tournure plus politique. Lors d’une réunion surprise, vendredi 6 décembre, avec les seuls chefs de service de l’hôpital Necker – l’établissement où elle exerçait auparavant – Mme Buzyn aurait directement mis en cause, selon les témoignages de plusieurs participants, la mauvaise anticipation de l’épidémie par la direction de l’AP-HP. Une mise en cause qui donnera un relief particulier aux conclusions des inspecteurs de l’IGAS, attendues d’ici au 19 janvier.

    #hôpital #soin #enfance #barbares

    • La maternité du CHU de Nantes saturée, Yan Gauchard
      https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/12/la-maternite-du-chu-de-nantes-saturee_6022624_3224.html

      Saturé, le service de maternité a transféré cette année plus de 100 femmes sur le point d’accoucher vers d’autres établissements, parfois en urgence.

      Le diagnostic ne souffre aucune contestation : la maternité du CHU de Nantes (Loire-Atlantique) est saturée. Configuré pour assurer 3 800 accouchements, le service pourrait, pour la première fois de son existence, frôler les 4 500 naissances à l’issue de l’exercice 2019, selon Sylvie Moisan, du syndicat FO.
      A la fin du mois de septembre, on dénombrait plus de cent parturientes transférées, parfois en urgence, vers d’autres établissements, publics comme privés. « Il y a des risques avérés pour les mamans, leurs bébés, et le personnel », dénonce Mme Moisan.

      Conditions de sécurité
      Interpellée le 26 septembre par les syndicats, Laurence Halna, directrice des soins au sein du pôle « femme, enfant, adolescent » du CHU, a livré ce constat accablant : « Notre objectif, c’est d’accoucher les femmes dans des conditions maximales de sécurité. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. »
      Dans un do­cument interne que Le Monde a consulté, Luc-Olivier Machon, directeur des ressources humaines, confirme la situation de « surchauffe » et partage le constat que le service n’est « plus dimensionné par rapport à l’activité enregistrée ».
      « A la question : est-ce que l’on peut continuer comme cela indéfiniment, la réponse est clairement : non », précise M. Machon.

      « On a des professionnelles épuisées, qui dépassent largement les quatorze heures par jour. »
      Dans ce même document, Marie, sage-femme, fait part de la « détresse » du personnel, et parle « d’équipes en souffrance ».« On a des professionnelles épuisées, qui dépassent largement les quatorze heures par jour », relève Roland ­Jaguenet, de la CGT (majoritaire).

      « Dans le vestiaire, dit Marie, on se prépare à aller en garde comme pour aller au front. » La dégradation des conditions de travail, observe la sage-femme, a commencé il y a deux ans. « Depuis 2017, chaque mois est un nouveau record. Là, on arrive au maximum de notre capacité. On a eu un été difficile, on s’est retrouvé face à une vague qu’on n’a pas pu contenir. »
      Une cellule de crise a été activée pour tenter de réguler les flux de patientes. Et la direction a expérimenté l’ouverture d’une unité éphémère de dix lits en secteur pédiatrique durant l’été. « C’était du bricolage, fustige M. Jaguenet. L’accueil des proches a été limité de façon drastique, et les agents ont couru dans tous les sens. »

      « Parfois, on se fait peur »
      Arrivée aux urgences du CHU « après avoir perdu les eaux », Marie Robinet, 23 ans, a été orientée, « après deux heures d’attente dans les couloirs », vers une clinique :
      « Je pensais que j’allais être invitée à monter dans une ambulance, prise en charge par du personnel habilité. Mais non : les agents ont désigné ma mère et mon petit ami, et ont dit : “Vous avez un véhicule, vous pouvez vous y rendre par vous-mêmes.” Vous n’allez pas accoucher dans la demi-heure qui suit… »
      La jeune femme décrit « une situation hyperstressante », et juge les conditions de son transfert « irresponsables », interrogeant : « Que serait-il arrivé si cela s’était mal passé ? »
      « Parfois, on se fait peur, énonce Marie, sage-femme. On apprend que la femme a accouché juste à son arrivée… C’est dur aussi en termes relationnels : il faut négocier avec les gens, les familles, les maternités. »
      La direction a créé, à la rentrée, douze postes pérennes, ainsi qu’un poste d’assistante sociale pour traiter la problématique des patientes en grande précarité. L’établissement, analyse M. Machon, est victime de son succès du fait de la qualité des soins dispensés, et de son haut niveau de prise en charge.
      Futur CHU
      Pour sortir de la crise, la direction prévoit de mettre en place, à compter du premier semestre 2020, un dispositif de formalisation des inscriptions, permettant, au besoin, d’aiguiller les patientes vers une maternité publique coopérant au sein du groupement hospitalier de territoire (Ancenis, Châteaubriant, Saint-Nazaire), ou des cliniques.
      « À partir du moment où l’on voit poindre de réels soucis de sécurité ou que l’on recourt à des transferts tardifs dans des conditions plutôt désastreuses pour la parturiente, il apparaît préférable d’anticiper l’afflux des patientes », justifie un cadre.
      La CGT doute du calibrage du futur CHU qui doit surgir de terre à l’horizon 2026, sur l’île de Nantes, au terme de 953 millions d’euros de travaux. Et ce, même si deux salles de naissance supplémentaires sont prévues dans la maternité. Les agents redoutent que les sorties précoces (moins de soixante-douze heures d’hospitalisation) se multiplient. « Sincèrement, je ne vois pas comment on peut en faire davantage », avertit une sage-femme.

      #maternité

  • He was arrested at 13. Now Saudi Arabia wants to execute him
    https://www.cnn.com/interactive/2019/06/middleeast/saudi-teen-death-penalty-intl

    Arrêté à 13 ans, Murtaja Qureisis pourrait être décapité à 18. #arabie_saoudite, notre cliente et alliée au Moyen-Orient...

    As a boy, Qureiris participated in demonstrations like this bike ride, expressions of dissent in Saudi Arabia’s Eastern Province during the 2011 Arab Spring.

    Three years after he was filmed taking part in the bike protest, Saudi authorities arrested Qureiris, then just 13 years old. He was traveling with his family to Bahrain when he was detained by Saudi border authorities on the King Fahd causeway that connects the two countries.

    At the time, he was considered by lawyers and activists to be the youngest known political prisoner in Saudi Arabia.

    Now, at the age of 18, Qureiris is facing the death penalty after being held for almost four years in pre-trial detention, CNN has learned.

  • G8 2001, nell’ennesima sentenza i poliziotti definiti «barbari»

    La sezione di Appello della Corte dei Conti conferma la condanna per 16 funzionari (anche il numero due della #Dia) che dovranno risarcire il ministero per il tentato omicidio di un giornalista inglese


    https://genova.repubblica.it/cronaca/2019/02/09/news/g8_2001_nell_ennesima_sentenza_i_poliziotti_definiti_barbari_-2187
    #condamnation #G8 #Gênes #violences_policières #Italie #barbares #barbarie

    Beaucoup plus de matériel sur le G8 à Gênes sur seenthis:
    https://seenthis.net/recherche?lang=en&recherche=%23g8+%23g%C3%AAnes

  • Tasmania is burning. The climate disaster future has arrived while those in power laugh at us | #Richard_Flanagan | Opinion | The Guardian
    https://www.theguardian.com/environment/2019/feb/05/tasmania-is-burning-the-climate-disaster-future-has-arrived-while-those

    #Australie : la #Tasmanie brûle. L’#avenir du désastre climatique est arrivé et les membres du #pouvoir se moquent de nous - Le conseil du PECO
    https://ecopeco.org/2019/02/05/australie-la-tasmanie-brule-lavenir-du-desastre-climatique-est-arrive-et-le

    (Traduction approximative et parfois farfelue)

    Il y a deux ans, le trésorier de l’époque, Scott Morrison [actuel premier ministre], a ramassé un gros morceau de #charbon. Peut-être a-t-il pensé que c’était une bonne blague pour l’Australie aux dépens de quelques individus étranges, comme les Verts et la communauté scientifique mondiale. Ou peut-être que Morrison ne pensait vraiment pas. La plus grande erreur des journalistes est peut-être de penser que les personnes au centre sont plus nombreuses qu’elles ne le paraissent. Le problème avec des gens comme Morrison, la véritable #terreur, est qu’ils peuvent être beaucoup moins.

    « C’est du charbon », commença Morrison. « N’ayez pas peur, n’ayez pas peur, ne vous faites pas de mal, vous ne vous ferez pas de mal. »

    Presque bégayant dans son excitation, manquant de pronoms, il bavardait sans ponctuation. Si le style était grammaticalement joycéen, l’effet, à l’instar de son précédent chef-d’œuvre, « Où diable êtes-vous ? », Était mémorable.

    Il agita le morceau de charbon comme s’il s’agissait de l’Armée sacrée elle-même. Il le balança très haut et le rabaissa si bas que ce fut un instant comme si un Barnaby Joyeux écœuré pouvait le lécher. Comme ils ont ri ! Les rangs du parti libéral se sont rassemblés autour et derrière, comment ils ont tous ri et ont ri ce jour-là.

    Ces visages déformés avec une drôle de gaieté sont les masques #grotesques d’un grand #crime historique, se moquant non seulement de leurs adversaires politiques, mais se moquant de l’avenir avec ce pur mépris du pouvoir, nous rappelant au-delà du prochain cycle de nouvelles, de s’inquiéter au-delà du prochain cercle protégé. #outrage, de voir passé le prochain #mensonge. C’est l’image de notre #époque : le pouvoir se moque de nous.

    La plus grande fierté de Scott Morrison est qu’il les a arrêtés lorsque les #barbares étaient à la porte. Mais maintenant, la vérité est claire : les barbares n’ont jamais été à la porte. Ils ont toujours été ici , dans le palais, au pouvoir et ils nous ont aveuglés avec leur mensonge que les ennemis qui détruiraient notre monde étaient les misérables et les impuissants qui cherchaient #asile ici. Et tout au long de notre véritable ennemi, c’est eux : ceux qui ont brandi des morceaux de charbon devant leur trône, qui ont ri et qui se sont moqués ne vous feront pas de mal.

    #climat

  • Débat : « L’emmurement du monde disloque de l’intérieur les #sociétés »
    http://theconversation.com/debat-lemmurement-du-monde-disloque-de-linterieur-les-societes-1103

    ... la #murophilie actuelle revêt trois #dangers inédits. Elle introduit une disjonction potentiellement explosive entre, d’une part, une intégration forcenée de la planète dans les domaines de la #finance, du commerce, de la technologie, du sport, des loisirs, de la culture matérielle ou spirituelle, et, d’autre part, le #cloisonnement de plus en plus coercitif, voire militarisé, du marché international de la force de #travail et de la circulation des personnes.

    S’imaginer que la majorité de l’humanité va rester sur le seuil du magasin de la #globalisation, qu’on lui interdit de franchir, sans défoncer sa porte et faire voler en éclat sa vitrine relève de l’irénisme.

    En deuxième lieu, l’#endiguement des #barbares corrompt de l’intérieur la #cité qu’il prétend protéger. Il implique des régimes juridiques dérogatoires au détriment des étrangers, assimilés à des #ennemis. Ces législations progressivement s’étendent aux #citoyens eux-mêmes, instaurent des états d’exception qui deviennent des États d’exception, et banalisent une abjection d’État, laquelle s’institutionnalise en États d’#abjection.

    Au nom de la lutte contre le #terrorisme et l’#immigration clandestine, les #libertés publiques sont de plus en plus menacées dans les pays occidentaux ; le #droit d’asile et le droit de la mer sont bafoués ; la #politique de refoulement de l’#Union_européenne provoque chaque année plus de morts en #Méditerranée et dans le #Sahara que trois décennies de guerre civile en Irlande du Nord ; les #États-Unis séparent les enfants de leurs parents en attendant la construction de la barrière anti-latinos sur leur frontière avec le #Mexique ; #Israël a perdu toute mesure dans le containment des Palestiniens ou l’expulsion des Africains. Or, cet État d’abjection reçoit l’onction du suffrage universel et peut se réclamer d’une #légitimité démocratique. Avec et derrière les #murs prospère la « #servitude_volontaire ».

    Enfin, l’emmurement du monde disloque de l’intérieur les sociétés. Il privatise l’espace public et la ville elle-même. Il externalise les frontières des États les plus puissants au sein d’autres États dépendants, à l’instar de l’Union européenne au Sahel, et éventre leur #souveraineté.

    Il recourt à la #biométrie qui le rend invisible, et son immatérialité segmente à l’infini la cité. Dans la Chine orwellienne d’aujourd’hui, par rapport à laquelle le totalitarisme maoïste prend des airs de passoire, chaque escalier mécanique, chaque carrefour, chaque place, surveillé électroniquement, est un mur qui reconnaît en vous le bon ou le mauvais citoyen, et peut vous empêcher de monter dans l’avion ou le train. Il est à craindre que les marchands de #peur et de biométrie n’appliquent vite la recette aux #démocraties libérales. Murs de tous les pays, unissez-vous !

  • Israa Al-Ghomgham, a Saudi woman facing the death penalty for peaceful protest · Global Voices
    https://globalvoices.org/2018/10/31/israa-al-ghomgham-a-saudi-woman-facing-the-death-penalty-for-peaceful-

    uman rights advocate Israa Al-Ghomgham is facing the death penalty in Saudi Arabia, for her non-violent human rights related activities.

    Al-Ghomgham was arrested in 2015 along with her husband, activist Mousa Al-Hashim, over their roles in anti-government protests in Al-Qatif back in 2011, when pro-democracy protests spread across the Middle East and North Africa.

    #arabie_saoudite #barbares #droits_humains

  • The Tragedy of Saudi Arabia’s War - The New York Times

    https://www.nytimes.com/interactive/2018/10/26/world/middleeast/saudi-arabia-war-yemen.html

    Chest heaving and eyes fluttering, the 3-year-old boy lay silently on a hospital bed in the highland town of Hajjah, a bag of bones fighting for breath.

    His father, Ali al-Hajaji, stood anxiously over him. Mr. Hajaji had already lost one son three weeks earlier to the epidemic of hunger sweeping across Yemen. Now he feared that a second was slipping away.

    It wasn’t for a lack of food in the area: The stores outside the hospital gate were filled with goods and the markets were bustling. But Mr. Hajaji couldn’t afford any of it because prices were rising too fast.

    “I can barely buy a piece of stale bread,” he said. “That’s why my children are dying before my eyes.”

    #arabie_saoudite #yémen #barbares

  • Des paysans sales et affamés à l’obscurantisme : cinq #clichés sur le #Moyen_Âge
    https://www.franceculture.fr/histoire/des-paysans-sales-et-affames-a-lobscurantisme-cinq-cliches-sur-le-moye

    Entre l’Antiquité civilisée et le raffinement de la Renaissance, il n’y aurait eu qu’une période sombre et méconnue : le Moyen Âge. Les clichés ont la vie dure : à en croire certaines idées reçues cette période méconnue serait synonyme de saleté, d’obscurantisme et de régression. Il n’en est rien.

    #hygiène #bains #eau #Renaissance #mariage #femme #égalité #science #ingénierie #urbanisme #barbares

  • Nuns arrested over Smyllum child abuse claims - BBC News

    https://www.bbc.com/news/uk-scotland-glasgow-west-45282865

    Les nones aussi.

    Twelve people, some of them nuns, have been arrested over claims of abuse at a former children’s home in Lanarkshire.

    Police said 11 women and one man - all aged between 62 and 85 - had been charged in connection with the abuse of children at Smyllum Park.

    The home, which closed in 1981, was run by a Catholic order known as Daughters of Charity of St Vincent de Paul.

    Police said a further four people were due to be reported to the Crown Office in connection with their investigation.

    Scottish abuse inquiry to be extended

    Smyllum Park took in more than 11,600 children over the course of its existence from 1864 to 1981.

    It has been hit by claims of sexual and physical abuse and is being investigated as part of the Scottish Child Abuse Inquiry (SCAI).

    #église #pédophilie #droit #état_de_droit #viol #cruauté #barbares #impunité

  • « ... I remember the last papal visit to Ireland. It was 1979, and I was aged 13. I went to a Christian Brothers school. I sang at mass every Sunday [...] Eighteen months later, I was raped for the first time by a Roman Catholic priest. The abuse continued for two and half years, until I was 17 ... »

    We the survivors of abuse spoke the truth. Why won’t the pope? | Colm O’Gorman | Opinion | The Guardian

    https://www.theguardian.com/commentisfree/2018/aug/24/survivors-abuse-pope-sins-vatican-cover-up

    I remember the last papal visit to Ireland. It was 1979, and I was aged 13. I went to a Christian Brothers school. I sang at mass every Sunday, occasionally did readings, and the youth group I attended every week took place in a convent.

    I remember being envious because my older brother and sister got to see the pope, but I didn’t. I was in the minority in that regard: a staggering 75% of the population saw John Paul II during his three-day visit. One-third of the population attended the papal mass in Dublin’s Phoenix Park. That event remains the largest single mobilisation of people in Irish history.

    I remember the most iconic moment of the visit, during a youth mass in Galway. The pope’s voice booming out across a crowd of 300,000 young people as he proclaimed: “Young people of Ireland, I love you!” I remember the ecstatic cheering of that huge crowd in response. And I remember my own heart feeling like it might burst as I watched it all unfold on television. I believed him. He loved us. No one had ever said that before. It was huge.

    #église #pédophilie #droit #état_de_droit #viol #cruauté #barbares #impunité

  • Michael O’Brien’s Anger | The American Conservative

    https://www.theamericanconservative.com/dreher/michael-obrien-anger-catholic-ireland-sex-abuse

    Le média n’est pas trop ma tasse de thé mais... le sujet est plus qu’important, totalement crucial aujoud’hui où les voix s’élèvent de plus en plus fréquement, et je suis surpris d’avoir raté ce témoignage irlandais le jour où Monsieur le Pape visite l’Irlande.

    https://www.youtube.com/watch?v=2iQGczIx6Sg

    “Mr Chairman, I am surprised at the Minister now. First of all Minister you made a bags of it in the beginning by changing the judges. You made a complete bags of it at that time because I went to the Laffoy Commission and ye had seven barristers there questioning me, telling me that I was telling lies when I told them that I got raped of a Saturday, got an merciful beating after it and he then came along the following morning and put Holy Communion in my mouth. You don’t know what happened there . You haven’t the foggiest. You’re talking through your hat there, and you are talking to a Fianna Fáil man, and a former councillor and a former mayor that worked tooth and nail for the party that you are talking about now. You didn’t do it right. You got it wrong. Admit it and apologise for doing that because you don’t know what I feel inside me. You don’t know the hurt I have.

    You said it was non-adversarial. My God, seven barristers throwing questions at us non-stop. I attempted to commit suicide, [turning to his wife] there’s the woman who saved me from committing suicide on my way down from Dublin after spending five days at the commission . They brought a man over from Rome – 90 odd years of age – to tell me I was telling lies and that I wasn’t beaten for an hour non-stop by two of them from head to toe without a shred of cloth on my body. My God, Minister.

    [Turning to Fine Gael TD Leo Varadkar] Can I speak to you and ask your leader to stop making a political football out of this. You hurt us when you do that. You tear the shreds from inside our body. For God’s sake, try and give us some peace, try and give us some peace, and not continue hurting us.

    [Turning to his wife]

    That woman will tell you how many times I jump out of bed at night with the sweat pumping out of me because I see these fellows at the end of the bed with their fingers pulling me into the room to rape me, to bugger me and to beat the shite out of me. That’s the way it is, and sometime, you know what, I listen to the leader of Fianna Fáil. I even listened to the apology. It was mealy-mouthed but at least it was an apology. The Rosminians said in the report that they were easy on us. The first day I went there, the first day I went to the Rosminians in my home which is Ferryhouse in Clonmel, the only home I know, he said you’re in it for the money. We didn’t want money. We wanted someone to stand up and say ‘yes these fellows were buggered, these people were robbed’.

    Little girls, my sister, a month old when she was put into an institution, eight of us from the one family were dragged by the ISPCC cruelty man, put into two cars and brought to the court in Clonmel. We were left standing there without food or anything and the fellow in the long black frock and white collar came along and he put us into a scut-truck and landed us below with 200 other boys. Two nights later I was raped.

    How can anyone, you’re talking about the Constitution, these people would gladly say yes to a Constitution to freeze the funds of the religious orders. This State, this country of ours will say yes to that Constitution if you have to change it.

    Don’t say you can’t change it. You are the Government of this State. You run this State. So, for God’s sake, stop mealy-mouthing because I am sick of it. You are turning me away from voting Fianna Fáil, which I have done from the day I could vote.

    You know me Minister and you have met me on several occasions, so you know what I am like. Remember Wexford?”

    UPDATE: Reader Old West points out that this is exactly the kind of anger we ought to be seeing and hearing from bishops. That’s right! And that’s the thing that I have never, ever understood about this entire damn scandal: why we have yet to see a single bishop respond with that kind of righteous anger. I’m sick and tired of hearing them say how “sad” this is, though sad it is. If they had the slightest empathy with those children, they would react much as Michael O’Brien did. Just think of Pope Francis spoke with even a fraction of O’Brien’s conviction and passion, what it would do. It might just put the fear of God into those cretinous time-servers.

    #église #pédophilie #droit #état_de_droit #viol #cruauté #barbares #impunité

  • Arabie saoudite : cinq militants des droits de l’homme risquent la peine de mort

    https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/08/23/riyad-requiert-la-peine-de-mort-pour-cinq-militants-des-droits-de-l-homme_53

    Le Monde, décidément ne fait aucun progrès : parmi les cinq personnes mentionnées il y a au moins une femme (Israa Al-Ghomgham) et peut-être plus, mais le Monde s’en fout. Ce serait pas trè compliqué de s’adapter (Cinq militant·es pour la défense des droits humains), mais bon, n’en demandons pas trop à des journalistes méprisants et limités.

    La peine de mort a été requise à l’encontre de cinq militants des droits de l’homme en Arabie saoudite, ont annoncé, mercredi 22 août, Human Rights Watch (HRW), Amnesty International et plusieurs groupes de défense des droits de l’homme.

    Parmi ces personnes figure Israa Al-Ghomgham, militante chiite de premier plan qui a rassemblé des informations sur les manifestations de masse qui ont eu lieu dans la province orientale du pays à partir de 2011.

    –---

    Saudi Prosecution Seeks Death Penalty for Female Activist | Human Rights Watch

    https://www.hrw.org/news/2018/08/21/saudi-prosecution-seeks-death-penalty-female-activist

    https://www.hrw.org/sites/default/files/styles/open_graph/public/multimedia_images_2018/201806mena_saudi_women.jpg?itok=X6bSQHEV

    International standards, including the Arab Charter on Human Rights, ratified by Saudi Arabia, require countries that retain the death penalty to use it only for the “most serious crimes,” and in exceptional circumstances. Human Rights Watch opposes capital punishment in all countries and under all circumstances. Capital punishment is unique in its cruelty and finality, and it is inevitably and universally plagued with arbitrariness, prejudice, and error.

    A recent crackdown on women’s rights activists in Saudi Arabia has led to the arrest of at least 13 women under the pretext of maintaining national security. While some have since been released, others remain detained without charge. They are: Loujain al-Hathloul, Aziza al-Yousef, Eman al-Nafjan, Nouf Abdelaziz, Mayaa al-Zahrani, Hatoon al-Fassi, Samar Badawi, Nassema al-Sadah, and Amal al-Harbi. Authorities have accused several of them of serious crimes and local media outlets carried out an unprecedented campaign against them, labeling them “traitors.

    –----

    Saudi Arabia arrests two more prominent women’s right activists

    https://www.telegraph.co.uk/news/2018/08/01/saudi-arabia-arrests-two-prominent-womens-right-activists

    Saudi Arabian authorities have arrested two high-profile women’s rights activists, Human Rights Watch said Wednesday, amid what the organisation called an “unprecedented” crackdown on dissent.

    Award-winning gender rights activist Samar Badawi was arrested along with fellow campaigner Nassima al-Sadah this week, “the latest victims of an unprecedented government crackdown on the women’s rights movement,” HRW said in a statement.

    #droits_humains #droit_des_femmes #arabie_saoudite #barbares et aussi #journalisme_misérable

  • l’homme (de gauche) qui croyait à la barbarie
    http://lmsi.net/L-homme-de-gauche-qui-croyait-a-la
    https://www.youtube.com/watch?v=jVgAFIwUdDk

    Des élections, Emma Goldman disait que si elles changeaient quelque chose, le pouvoir les aurait rendues illégales. Nous l’allons montrer tout à l’heure dans la restitution d’une scène – c’est le moins que l’on puisse dire – inamicale. Dix-huitième arrondissement de Paris, le petit père autoproclamé des « gens » est venu saluer ses ouailles et grapiller quelques suffrages pour les législatives. C’est que les pauvres, les Noirs et les Arabes – segments à la fois méprisés et convoités sur le marché électoral – ont quand même un peu voté pour lui. Pour l’occasion, le petit père autoproclamé des « gens » vient soutenir de son grand charisme la candidate locale, qui n’ose pas ou ne veut pas interrompre le chef lorsque celui-ci crache son mépris sur des gosses. Et avant mauvaise troupe !

    #paternalisme #sauvages #la_chapelle

    • Je veux pas me payé Mélenchon. Je l’apprécie et je vote pour lui depuis des années, depuis qu’il a quitté le PS. Mais ca m’empêche pas de pointé parfois son paternalisme et de pas le prendre comme un demi-dieu incapable de dire une biterie. Le fait que tu évoque une attitude d’enseignant face à des élèves montre une posture d’autorité, ce que moi j’appel paternalisme. Ca me semble pas bien grave de pointé ce travers et histoire qu’il fasse attention aux mots qu’il choisi. ca me semble pas le discrédité et j’ai assez d’estime pour lui pour le savoir capable de s’améliorer.

    • Les personnes qui ont écrit le texte que je relaye y ont vu du paternalisme néo-colonial. Je leur donne plutot raison à cause de la maladresse du mot « sauvage » avec le contexte d’un groupe d’enfants racisés face à un homme blanc qui incarne le pouvoir. Je le relève sans en faire plus. J’ai mis des tags sobres « #paternalisme #sauvages #la_chapelle » sans commentaire. Pour moi c’est de l’archivage autour des questions de vocabulaire et des sujets touchant le quartier de la chapelle et Mme Obono.
      Tu peu donner ton avis, il n’y a pas de problème. A mon avis ce que tu dit n’entre pas en contradiction avec ce que dit l’article, les deux point ne s’opposent pas.
      Mon choix va plus vers l’interpretation de l’article car on est pas dans une classe mais dans une mise en scène médiatique et du coup ca fonctionne avec beaucoup de #symboles.
      edit - vu ce que se prend Mme Obono et les personnes racisées je comprend qu’illes soient chatouilleuseux quand le mot « sauvage » surgit. Même si c’est dit avec bonhommie. Le paternalisme peut etre bienveillant.

    • Najate Zouggari ( auteur de l’article ) me semble bien connaître le candidat de la France Insoumise :

      Vous passez pour des barbares. On aimerait savoir auprès de qui, selon toi, nous passerions pour des #barbares ? Auprès du vieux le Pen qui se pâme d’admiration devant tes talents oratoires ? Auprès de ton ami Buisson qui te trouvait plus chrétien que Fillon ? Auprès des médias dont tu as tant besoin pour nourrir ton insoumission ?

      « Calmez vous. Vous passez pour des barbares après. Ils vous filment, et après on passe pour des sauvages. »

      faudrait déjà savoir où se situe la barbarie dans ce loooong épisode électoral que la France vient de traverser. Où elle commence et où elle finira ? Moi aussi j’ai voté une fois pour la FI mais pas pour son leader. Je n’ai pas d’acrimonie particulière envers Mélenchon mais ses propos, même bonhomme, dans cette situation m’étonne de la part d’un vieux routier de la politique qui se targue d’être un orateur hors-pair. ça me rappel Chevènement et ses #sauvageons.

      Le barbare, c’est d’abord l’homme qui croit à la barbarie.

  • Lo schiavismo nascosto agli occhi dei consumatori

    Si potrebbero citare molte ricerche e decine di storie. L’ultima ha riguardato il Nord Italia e precisamente le colline del moscato albese. A fine settembre le forze dell’ordine hanno trovato, in un cascinale di #Mango, in #Piemonte, circa 70 lavoratori stagionali stipati in locali che a fatica avrebbero potuto accoglierne una decina. Altri 20 lavoratori sarebbero stati trovati in un’altra cascina tra i Comuni di #Barbaresco e #Neive, anch’essi in pessime condizioni igienico-sanitarie. Sarebbero quasi tutti macedoni e rumeni arrivati in #Langa per l’annuale vendemmia. Solo pochi giorni prima, un lavoratore rumeno di 66 anni è deceduto mentre lavorava con altri connazionali reclutati da una cooperativa rumena, in una vigna di #Erbusco, nel bresciano. Nella prima settimana di agosto, 49 persone sono state denunciate dalla Guardia di Finanza di Montegiordano, nel cosentino, al termine di un’indagine finalizzata al contrasto del #caporalato. Le indagini hanno identificato un migrante, di nazionalità pakistana, considerato l’intermediario, nella piana di Sibari, per imprenditori agricoli che domandavano manodopera illegale e a basso costo. Il «caporale», nella gestione dell’attività illecita, aveva rapporti con due italiani in regime di protezione e affiliati ad una ‘ndrina locale, con 19 migranti irregolarmente soggiornanti e con un latitante.

    http://www.rivistailmulino.it/news/newsitem/index/Item/News:NEWS_ITEM:3500
    #Italie #esclavage #néo-esclavage #exploitation #travail #agriculture #vin #viticulture #migrations #Roumanie #Pakistan #Inde

    • Investigators found around 30 migrants, each paid 15-20 euros a day off the books for 10-hour shifts picking potatoes and strawberries

      ROME, May 5 (Reuters) - Six people were arrested on Friday, suspected of taking part in a scheme to recruit migrants from reception centres and put them to work illegally in the fields of southern Italy, police said.

      http://news.trust.org/item/20170505160043-8mbcq

    • Ridotti in schiavitù per lavorare a 1,70 euro all’ora nelle campagne trentine. Alcuni messi nel bagagliaio per essere portati nell’azienda agricola

      L’operazione della Guardia di Finanza è iniziata nel 2017 dopo aver individuato 25 migranti con vestiti a brandelli e scarpe rotte che si stavano recando a lavorare in una campagna di Tenno. Tre persone sono indagate e le indagini hanno portato alla luce una rete di sfruttamento che ha coinvolto oltre 200 migranti


      https://www.ildolomiti.it/cronaca/2019/ridotti-in-schiavitu-per-lavorare-a-170-euro-allora-nelle-campagne-trenti
      #trentino

    • Lavoro nero nei campi del Mantovano per 56 braccianti: 5 arresti

      I carabinieri controllano un’azienda agricola a #Ostiglia: paga oraria di 5 euro, nessuna protezione e niente visita medica. Finiscono in manette quattro caporali e il proprietario del fondo

      Prosegue il lavoro della task force dei carabinieri mantovani per debellare il fenomeno del lavoro nero e del caporalato. A finire sotto la lente dei controlli dell’Arma stavolta è stata un’azienda agricola che opera nella zona di Ostiglia al confine con il Veneto.

      Di buon mattino i militari con gli specialisti del Nucleo ispettorato del lavoro, gli ispettori dell’Inps e dell’Inail, hanno eseguito un controllo a tappeto nei campi al confine con il Veneto dove attualmente è fiorente la coltivazione del radicchio rosso e dove ha sede un’azienda agricola con sede legale a Legnago che a sua volta si avvale della manodopera fornita da una cooperativa che gestisce braccianti agricoli (tutti stranieri extracomunitari) con sede legale nel modenese.

      Sono stati controllati 56 braccianti e le loro posizioni retributive e assicurative. Tutti i braccianti sono risultati in regola con il permesso di soggiorno, ma è emerso che la paga oraria era all’incirca di 5 euro. Inoltre nessuno degli operai indossava dispositivi di protezione e non erano mai stati sottoposti alla preventiva e prevista visita medica.

      Sono stati quindi arrestati 4 caporali (tre pakistani e un marocchino) che avevano il compito, per conto della cooperativa, di gestire i braccianti, nonché il committente dei lavori e proprietario del fondo agricolo, un italiano 72enne. Per i primi quattro si sono aperte le porte del carcere, mentre per il committente sono stati disposti gli arresti domiciliari. Oltre alla sospensione dell’attività dell’azienda agricola, sono stati sottoposti a sequestro i tre furgoni utilizzati per il trasporto dei braccianti e sono state elevate contravvenzioni amministrative per un ammontare di 48.800 euro.

      Il prefetto Carolina Bellantoni ha espresso il suo vivo apprezzamento per la brillante operazione di servizio e per i positivi obiettivi conseguiti finalizzati a contrastare le situazioni lavorative irregolari.

      https://gazzettadimantova.gelocal.it/mantova/cronaca/2019/06/15/news/lavoro-nero-nei-campi-del-mantovano-per-56-braccianti-3-ar

      #Italie_du_Nord #Mantoue

  • 1,700 years ago, the mismanagement of a migrant crisis cost Rome its empire

    On Aug. 3, 378, a battle was fought in Adrianople, in what was then Thrace and is now the province of Edirne, in Turkey. It was a battle that Saint Ambrose referred to as “the end of all humanity, the end of the world.”

    http://qz.com/677380/1700-years-ago-the-mismanagement-of-a-migrant-crisis-cost-rome-its-empire/?platform=hootsuite
    #histoire #migrations #Empire_romain (fin de-) #Turquie #Grèce #Thrace
    cc @albertocampiphoto @reka

    • La lecture réactionnaire de la fin de l’Empire romain sous les coups des invasions barbares a le vent en poupe. D’ailleurs, il y a 2 mois, les magazines avaient quasiment tous leur une barrées d’un gros titres : BARBARES avec une simultanéité touchante.

      On peut rappeler utilement que la partie orientale de l’Empire a survécu plus de 1000 ans à cette défaite d’#Andrinople, l’Occident un tout petit peu moins de 100 ans.

      Sur les #Barbares, je renvoie au livre de Barbero déjà pointé ici http://seenthis.net/messages/133660#message134070 mais à l’occasion d’un autre thème…

      Dans les causes, on peut d’ailleurs rajouter
      • la discorde sociale (les Bagaudes) provoquées par l’enrichissement sans frein de l’oligarchie
      • le conflit religieux (on pourrait dire la version antique de la « laïcité » :-D) puisque les Barbares n’ont pas été christianisés dans la « bonne » version (arianisme) d’où l’abondante littérature eschatologique de l’époque…

  • ’Barbarism by an educated and cultured people’ — #Dawayima #massacre was worse than #Deir_Yassin
    http://mondoweiss.net/2016/02/barbarism-by-an-educated-and-cultured-people-dawayima-massacre-was-worse

    “There was no battle and no resistance (and no Egyptians). The first conquerors killed from eighty to a hundred Arabs [including] women and children. The children were killed by smashing of their skulls with sticks. Is it possible to shout about Deir Yassin and be silent about something much worse?” For the first time ever, a letter quoting one of the Israeli soldiers who were part of the Al-Dawayima massacre in October 1948 is published in full.

    On Friday, February 5th 2016, Haaretz published an article in Hebrew by Israeli historian Yair Auron, which covers one of the biggest massacres of 1948. The massacre is of Al Dawayima, west of Al-Khalil (which is often referred to as Hebron). In a 2004 interview with Haaretz, Israeli historian Benny Morris refers to this as a massacre of “hundreds”.

    After the massacre, a letter was sent to the editor of the leftist affiliated newspaper Al-Hamishmar, but never published. As Auron notes, there are still many archives of the time which are classified. Auron also states that there was an investigation that was never concluded and “died out” as a massive amnesty was provided to military personnel in February 1949.

    This is a very exhaustive article, but I found it useful enough to translate this letter in full on its own. The letter, which first “disappeared,’ was provided to Auron by historian Benny Morris. Although these matters have been referred to in passing in historical summaries, the letter has never been published before in full.

  • L’Arabie saoudite prévient les Nations Unies et les travailleurs humanitaires qu’il faut quitter les zones du Yémen sous le contrôle des Houthis qu’ils bombardent. Un rapport d’inspecteurs de l’ONU a par ailleurs documenté 119 sorties de la coalition saoudienne qui sont des violations des lois internationales, dont certaines pourraient constituer des crimes de guerre :
    http://www.reuters.com/article/us-yemen-war-saudi-un-idUSKCN0VK2CE

    Saudi Arabia, which is leading air strikes against rebels in neighboring Yemen, has warned the United Nations and international aid groups to protect staff by removing them from areas held by Yemen’s Houthi rebels, according to a letter that was seen by Reuters on Thursday.
    The short note sent by the Saudi Embassy in London on Friday said the intention was to “protect the international organizations and their employees,” presumably from coalition air strikes. [...]
    U.N. aid chief Stephen O’Brien acknowledged receipt of the note in a Sunday letter seen by Reuters and said the humanitarian community would continue to deliver aid across Yemen impartially on the basis of need.
    He reminded Saudi Arabia of obligations under international humanitarian law to facilitate access for aid. [...]
    U.N. sanctions monitors said in a report last month that the Saudi-led coalition has targeted civilians with air strikes and some of the attacks could be a crimes against humanity.
    The panel of experts documented 119 coalition sorties “relating to violations of international humanitarian law” and said that “many attacks involved multiple air strikes on multiple civilian objects.”

  • Cartographie de l’ordre mondial politique et moral

    Bon, c’est pas contemporain, la carte date de 1828 et c’est William Woodbridge qui s’y est collé. Mais deux siècles c’est quelques secondes à l’échelle géologique et on peut dire que c’était la semaine dernière. Et je me dis que peut-être on peut comprendre un peu de ce qui se joue aujourd’hui dans ce monde bouleversé en regardant bien cette carte...

    C’est l’époque ou les trois quart des États-Unis étaient classés en catégorie « sauvages ». Dans un certain sens, ça n’a pas beaucoup changé depuis. A part les sauvages, il y a aussi les barbares et une distinction ésotérique entre les peuples « demi-civilisés » et les « civilisés ».

    Enjoy, c’est en HD en dessous.

    la source : David Rumsey map collection
    http://www.davidrumsey.com/luna/servlet/detail/RUMSEY~8~1~219033~5504425:Moral-And-Political-Chart-Of-The-Wo?sort=Pub_Date%2CPub_List_No_InitialSort&qvq=w4s:/who%2FWoodbridge%25252C%2BWilliam%2BC.%2Fwhere%2FWorld;sort:Pub_Date%2C

    #cartographie #civilisations #sauvages #barbares #demi-civilisés #peuples #classification #hiérarchisation #morale

  • Palestinian poet Ashraf Fayadh’s death sentence quashed by Saudi court | World news | The Guardian

    http://www.theguardian.com/world/2016/feb/02/palestinian-poet-ashraf-fayadhs-death-sentence-overturned-by-saudi-cour

    Donc plus la peine de mort : mais huit ans de prison et 800 coups de fouets. Qui peut survivre à 800 coups de fouets ? Et dans quel état psychique sera Ashraf Fayadh si par miracle il sort de cet enfer ?

    A Saudi court has overturned the death sentence of a Palestinian poet accused of renouncing Islam, imposing an eight-year prison term and 800 lashes instead. He must also repent through an announcement in official media.

    #arabie_saoudite (ce n’est même plus la peine de mettre d’autres mots clés, celui-ci contient tout, #barbares, #tortures, #sadiques, #gros_tas_de_merde, #fin_de_l_humanité)

  • Après Kunduz, Homs, Haydan, Taiz : Sadeh
    Yemen : Another MSF supported hospital bombed | Médecins Sans Frontières (MSF) International
    http://www.msf.org/article/yemen-another-msf-supported-hospital-bombed

    Sana’a – An MSF supported hospital has been hit by a projectile in Northern Yemen causing at least four dead and 10 injured and the collapse of several buildings of the medical facility. Three of the injured are MSF staff, two in critical condition.

    (...) “All warring parties, including the Saudi led coalition (SLC), are regularly informed of the GPS coordinates of the medical sites where MSF works and we are in constant dialogue with them to ensure that they understand the severity of the humanitarian consequences of the conflict and the need to respect the provision of medical services”, says Raquel Ayora Director of Operations. “There is no way that anyone with the capacity to carry out an airstrike or launch a rocket would not have known that the Shiara Hospital was a functioning health facility providing critical services and supported by MSF”.

    #arabie_saoudite #yémen #MSF