• Lo hadi aingürüa

    Lo hadi, aingürüa,
    amaren altzoan,
    hire herri ejerra botz
    ezpain xokoan.
    Axolbean gütük bena
    ni trixtüra gogoan,
    haro gaitza dük kanpoan,
    ta aita itxasoan!!
    Beha zak, haize beltza mehatxükaz ari,
    zer gaü aldi lüzea, zoinen etsigarri,
    harritürik ikara niz lotü kürütxeari,
    otoitzez jinkoari egin dezan argi!!
    Lo hadi lo, maitea,
    ez egin nigarrik,
    zeren nihaur aski nük haben dolügarri,
    egin zelüko aingürüer herri batez batzarri,
    pentsa dezen aitari, jin dakigün sarri!!

    –—

    Dors ange, dans le giron de maman,
    avec ton beau sourire au coin des lèvres,
    nous sommes à labri du vent
    mais moi je suis triste,
    dehors c´est la tempete
    et papa est en le mer.
    Regarde le vent d´ouest
    qui se fait menaçant,
    quelle longue nuit,
    c´est désesperant.
    Tremblante de peur
    j´ai pris un crucifix
    suppliant Dieu de m´eclairer.
    Dors, chér, dors, ne pleure pas,
    car je me suffis ici pour me lamenter.
    Fais un sourire aux anges du ciel
    qu´ils pensent à papa,
    pour qu´il nous revienne vite !!

    https://www.youtube.com/watch?v=ueQIAGswHus


    #berceuse #basque #chant_populaire #chanson #musique #musique_populaire #chants_populaires #polyphonie
    #attente #femmes #marins #mer

    ping @simplicissimus

  • Le chanteur #basque #Fermin_Muguruza, ancien punk, fan de reggae, ami de Manu Chao, est aussi engagé en solidarité avec la #Palestine. Il tente de convaincre la compagnie ferroviaire basque #CAF de ne pas construire le #tramway israélien qui franchit la ligne verte et ainsi collabore à l’occupation illégale de #Jérusalem Est.

    Il reprend et adapte la chanson de Bob Marley et Peter Tosh intitulée Stop That Train :

    Fermin Muguruza - Stop That Train ! Jaitsi Zaitez !
    https://www.youtube.com/watch?v=tuXCcuI7-sw

    #Musique #Musique_et_politique #BDS #Boycott #Désinvestissement

  • #Mikel_Belasko. Toponimia
    http://mikelbelasko.blogspot.com
    #toponymie

    Dernier billet sur le blog :
    #Txantrea : el nombre del barrio

    Hace ahora ochenta años, según narra José J. Arazuri, los vecinos del entonces barrio del Mochuelo, cada vez más molestos por su topónimo, llegaron “hasta el extremo de que en 1937 solicitaron del Ayuntamiento cambiase el nombre de Mochuelo por el de Milagrosa”. Y así, a escasos diez meses del Alzamiento Nacional e inmersos en la Guerra Civil, en el Pleno de 5 de mayo de 1937 la Corporación Municipal acordó cambiar el título del antiguo guerrillero, casualmente liberal, por el de la Virgen Milagrosa titular del convento e iglesia de los P.P. Paúles inuagurada hacía solo siete años. Hoy, ochenta después, en diciembre de 2017, son los vecinos y vecinas de la Txantrea los que venimos de solicitar y de conseguir del Ayuntamiento que la única denominación de este barrio sea Txantrea.

    Pero pocas son, realmente, las coincidencias entre estos dos eventos conmemorativos vividos en nuestra ciudad con ochenta años de diferencia. En la Pamplona de 1937 se estaba en guerra, se vivía bajo la paz de un terror que se manifestaba, por ejemplo, en que seis corporativos de la ciudad acababan de ser fusilados y un séptimo, el socialista Gregorio Angulo Martinena lo sería tres semanas después de que se decretara la denominación Milagrosa en sustitución de un “molesto” nombre tan tradicional como liberal. Aquello, desde luego, sí que era imponer.

    Hoy, año 2017, en un ambiente bien distinto de libertad y democracia, los vecinos de la Txantrea no piden que se imponga un nuevo nombre como en 1937, sino que suben a la ciudad para solicitar que también el Ayuntamiento use la forma Txantrea en todas sus comunicaciones, sean estas en castellano o en euskera. Lejos de imponer, los vecinos y vecinas solo desean que el ayuntamiento deje de ser el único organismo oficial que no usa hoy de forma exclusiva la forma Txantrea, y deje así de generar confusión sobre el uso del topónimo centenario.

    Hemos recordado desde el barrio extramural que el Gobierno de Navarra de UPN, presidido por Juan Cruz Alli con Miguel Sanz como Consejero de Presidencia, ya decretó en 1992 la forma oficial única del topónimo como Txantrea. Y que desde entonces los diversos colectivos del barrio han adoptado esta grafía de forma prácticamente unánime: la Sociedad Deportiva Txantrea con sus más de 5.000 socios y socias, y con ella sus diversas secciones deportivas como taekwondo, patinaje, fútbol…. que hacen que el topónimo Txantrea se vea por toda Europa e inunde las redes sociales, como también lo hace ver mensualmente la revista del barrio, Txantrean Auzolan, que llega a cerca de mil hogares, además de ser también la grafía que ha hecho “sonar” Barricada allí donde ha tocado.

    Evidentes han sido también los argumentos lingüísticos aportados, ya que han venido a demostrar que el uso de esta grafía está etimológicamente justificado por ser un topónimo creado por pamploneses que hablaban euskera, de donde se explica que el topónimo Txantrea no reaparezca fuera del ámbito de uso de la lengua vasca (fuera de este ámbito abundan los topónimos como El Chantre o Chantría, pero nunca acabados en –ea). El origen de la voz, que no del topónimo, está en el francés chantre, palabra adoptada en diversos idiomas como el castellano chantre, euskera txantrea o xantrea, catalán xantre…) El origen del topónimo radica en que el chantre de la catedral de Pamplona sufragaba sus gastos con los bienes producidos por tierras que poseía aquí en la Txantrea y Txantreagaña, y en otros lugares de Navarra como Txantrealorra en Aldaba, Txantresoroak en Ubani o Txantrelarre en Uharte Arakil. Por ello se crearon topónimos en euskera con esta palabra vasca por toda Navarra.

    Por estas razones creemos que se trata de un gran acierto que el Ayuntamiento deje de ser la única institución navarra en no usar Txantrea y aplaudimos que su alcalde firme el decreto que así lo establece para la posteridad. Lo celebraremos este viernes en el inicio de las fiestas de invierno del barrio.

    sur flickr :
    https://www.flickr.com/photos/mikelbelasko/sets/72157623047578445
    sur youtube :
    https://www.youtube.com/user/MikelBelasko

    #basque #toponymie_basque

  • Sale jour pour l’info libre. Alors que Alexis Kraland est convoqué à #Paris dans le cadre de son #reportage du 1er Mai, le journaliste #basque Boro de « La Haine Info » passe en procès à #Madrid pour les mêmes raisons : documenter et dénoncer les #violencespolicieres
    SOUTIEN A EUX ✊
    Relire son interview donnée à Revolution Permanente :
    https://www.revolutionpermanente.fr/Etat-Espagnol-Un-journaliste-d-un-media-alternatif-risque-huit-
    #journalisme @photographie #video #reporter #medias_libres #censure #proces #harcellement_judiciaire #Benalla

  • L’enfant du sac à dos (2017) :
    https://www.youtube.com/watch?v=XGpogMm1AIw

    Un joli petit film de fiction de 20 minutes basé sur des faits réels, illustrant la politique de dispersion des Prisonnier.e.s Politiques #Basques, et le vécu d’enfants qui subissent les conséquences des stratégies répressives mises en place il y a plus de 25 ans par les gouvernements français et espagnols.

    #Pays_Basque #Film #Prison #France #Espagne

  • The #Basque culture is that of the First Farmers - The Unz Review
    http://www.unz.com/gnxp/the-basque-culture-is-that-of-the-first-farmers

    There’s a new paper in PNAS, Ancient genomes link early farmers from Atapuerca in Spain to modern-day Basques. It is a nice complement to the earlier paper on an earlier Iberian Neolithic sample. These individuals all date to a later period, most ~5,000 years ago, and one ~3,500 years. Despite the media hype, the results of this paper were pretty much expected, and it’s the final nail in the coffin of the idea that the Basque language and culture are relics of Paleolithic Europe. Rather, it confirms the result that the Basque descend in large part from agriculturalists who brought the Neolithic revolution to Europe.

    @koldobika je n’ai pas tout lu :) #culture #agriculture #néolithique #paléolithique

    • the final nail in the coffin of the idea

      L’étude se base sur 8 individus. Tirer une telle conclusion sur un tel échantillon c’est un petit peu abusé.
      Cette étude fait grand bruit en ce moment en Espagne, et est très instrumentalisée dans la presse notamment dans les milieux nationalistes espagnols.
      Dans un contexte pareil difficile de faire de la vulgarisation scientifique. C’est triste.

  • "La langue basque est morte"
    http://www.berria.eus/paperekoa/1896/010/001/2015-03-25/la_lengua_vasca_ha_muerto.htm
    Maisha MC - rappeur
    (je partage pas son enthousiasme technophilo-moderniste, mais la lecture vaut quand même le détour)
    (traduction en bas)

    La lengua vasca ha muerto. XX. mendearen hasieran hori esan zezakeen Barakaldoko egunkari baten tituluak, orduantxe, Barakaldon jaiotako azkenengo euskaldun zaharrak hil zirelako. Ordea, mende bat igaro da eta gaurko egoera oso desberdina da. Gaur, 18.000 bat barakaldar euskaldun gara, Azpeitiko biztanleria osoa baino gehiago.

    Fenixen mitoa bete da. Irakurtzen ari zaren euskarazko hitz hauek Barakaldon idatzi ditut, barakaldarra izanik, pertsona askok egindako izugarrizko lanaren ondorioz. Hemen, inork ez zuen euskaraz egiten, zerotik hasi ziren lanean superheroi anonimo horiek. Euskaldun berri bakoitza, garaipen bat zen. Orain, Korrikan bezala, lekukoa pasatu digute. Milaka urtean bizirik iraun duen hizkuntza mantentzea eta zabaltzea egokitu zaigu.

    Gaur, ezkerraldeko ikastola eta eskola publikoetan ikasgela berean daude Ocho apellidos españoles dituen umea, 80ko hamarkadako punki baten lehenengo biloba eta Abdul Mohameden alaba. Abdul, Aljeriatik etorri zen. Hona heltzeko, kilometro ugari egin behar izan zituen kamioi baten azpian ezkutaturik. Berak esan zidan hautsa eta diesela arnasten zuenean, euskara bizirik mantentzea ez zegoela bere lehentasunen top 10-ean. Baina orain, fruta-denda bat zabaldu du eta bere alaba euskalduna da. Abdulek ere, euskara jakin gabe, lekukoa pasatu du.

    Eta nola mantenduko da bizirik euskara ? Ba, bere ingurugirora moldatzen bada. Darwinek esan zuen. Eta ingugiroa etengabe aldatzen ari da : euskara oso makala da mundu globalizatu honetan. Berritzaileak izan behar gara, etengabe mutatu behar dugu euskararen alde borrokatzen dugunok. 2015. urtean euskarak zera behar du : musika elektronikoa, rapa, bideoklipak, diseinua, kaleko artea, marketina, konfetia, Interneta... Eta nik, ez dut nahi #basqueisdead. Euskarak beste mila urte bizirik irautea, zure ahoan, zure belarrietan, zure eskuetan dago. Euskara mantendu, eta hedatu dezakezu. Zuri pasatzen dizut lekukoa, hemen eta orain.

    Jaun-andreok, ezkerraldean ere euskara bizirik dago, eta ilusio guztiarekin hedatzen ari gara. Euskara birjaio da : mezua zabaldu !

    –---------------------------------------------------------

    La lengua vasca ha muerto. C’est ce qu’aurait pu annoncer au début du XXème siècle la première page d’un journal de Barakaldo, car c’est alors que mourut le dernier locuteur natif de l’euskara de Barakaldo. Cependant, passé un siècle la situation actuelle est très différente. Aujourd’hui, environ 18.000 barakaldar sommes basques, soit plus que la population entière d’Azpeitia [une des communes au plus fort pourcentage de locuteurs de l’euskara NdT].

    Le mythe du Phénix s’est réalisé. Ces mots en euskara que vous êtes en train de lire je les ai écrits à Barakaldo, en étant moi-même barakaldar, suite à l’immense travail qu’ont effectué un grand nombre de personnes. Ici, personne ne parlait l’euskara, ces superhéros anonymes sont partis de zéro. Chaque nouveau locuteur était une victoire. Maintenant, comme à la Korrika http://fr.wikipedia.org/wiki/Korrika, ils nous ont passé le témoin. C’est à nous que revient de maintenir et de diffuser cette langue qui a vécu pendant des millénaires.

    Aujourd’hui, dans les ikastola http://fr.wikipedia.org/wiki/Ikastola et les écoles publiques de la rive gauche du Nervion, on trouve dans la même classe l’enfant qui a huit patronymes espagnols [référence au navet cinématographique « Ocho apellidos vascos »], le premer petit-fils d’un punk des années 80 et la fille d’Abdul Mohamed. Abdul vient d’Algérie. Pour arriver ici, il a du faire un paquet de kilomètres caché sous un camion. Il m’a dit lui-même que quand il respirait de la poussière et du diesel, maintenir l’euskara vivant n’était pas dans le top 10 de ses priorités. Mais maintenant, il tient un magasin de primeurs et sa fille est Basque. Abdul aussi, sans avoir appris l’euskara, a quand-même passé le témoin.

    Et comment l’euskara se maintiendra-t-il en vie ? Et bien, en s’adaptant à son environnement. Darwin l’avait dit. Et l’environnement change sans arrêt : l’euskara est très faiblard dans ce monde globalisé. Nous devons être inventifs, nous qui luttons pour l’euskara devons muter sans arrêt. En 2015 l’euskara a besoin de : musique électronique, de rap, de clips vidéo, de design, d’art de rue, de marketing, de confettis, d’internet... Et moi, je ne veux pas #basqueisdead. Que l’euskara continue à vivre encore mille ans, c’est entre vos mains, vos oreilles, votre bouche. Nous pouvons maintenir et étendre l’euskara. Je te passe le témoin, ici et maintenant.

    Mesdames et Messieurs, sur la rive gauche l’euskara est vivant, et nous le répandons avec tout l’enthousiasme. L’euskara revit : passe le message !

    Comme vous l’aurez compris à la lecture, l’identité basque est constructiviste, elle ne se définit ni selon la « souche » parentale, ni selon le « sol » de la naissance, mais uniquement selon sa langue. Euskaldun (« Basque ») signifie simplement « locuteur de l’euskara ».
    Malgré le passage modernisto-technophile, l’article fait du bien à lire face à des niaiseries essentialistes qui sentent le moisi du style de http://www.la-croix.com/Actualite/France/Les-Basques-naissent-missionnaires-2015-03-27-1296098

    #langues_sans_frontières #sociolingustique #empowerment #immigration #constructivisme #essentialisme

  • #Espagne, #torture
    Strasbourg condame l’Etat espagnol pour ne pas avoir enquêté sur les cas de torture de Etxebarria et Ataun
    Le #Tribunal européen des #droits_de_l'homme a condamné l’Etat espagnol pour ne pas avoir enquêté les dénonciations de tortures de Beatriz Etxebarria et Oihan Ataun, qui seront respectivement indemnisés de 29 000 € et 24 000 €. Avec ces deux cas, l’Etat espagnol est condamné pour la 6ème fois pour le même motif, dont 5 envers des citoyens basques.


    http://www.naiz.eus/eu/actualidad/noticia/20141007/estrasburgo-condena-al-estado-espanol-por-no-investigar-las-denuncias-de-tortu

  • Comment le dialecte des rois est devenu le français, au détriment des langues du peuple.
    http://www.lexpress.fr/culture/comment-le-dialecte-des-rois-est-devenu-le-francais_1562979.html

    Les révolutionnaires se sont persuadés que la pensée nouvelle ne pouvait s’exprimer qu’en français. Dans le même mouvement, ils ont associé l’Ancien Régime aux #langues_régionales, « des idiomes grossiers qui ne peuvent servir que le fanatisme et les contre-révolutionnaires », selon l’expression du conventionnel Bertrand Barère. Ils ne se sont pas contentés, comme la monarchie, d’instaurer le français comme langue de l’administration. Ils ont considéré qu’il fallait l’imposer au peuple.

    L’abbé Grégoire publie ainsi, le 16 prairial an II, son célèbre rapport sur "la nécessité et les moyens d’anéantir les patois" - « anéantir » ! -, où il note avec effarement que le français n’est parlé que dans une quinzaine de départements (sur 83). Le terme « patois » est conforme aux préjugés des élites de l’époque, fussent-elles les plus éclairées.

    Dans son Encyclopédie, d’Alembert choisit ainsi cette définition : « Patois : langage corrompu tel qu’il se parle dans presque toutes les provinces. On ne parle la langue que dans la capitale. » Des a priori qui perdurent aujourd’hui. Qui étudie Frédéric Mistral, prix Nobel de littérature en 1904 pour une oeuvre écrite en provençal ? Qui connaît le poète #languedocien Pierre Goudelin (Pèire Godolin, de son vrai nom), considéré au XVIIe siècle comme l’égal d’Homère et de Ronsard ?

    Ceci excuse-t-il cela ? La Révolution mène cette politique culturellement criminelle au nom de sentiments nobles. On prétend « élever » le #peuple en lui donnant accès à la « meilleure » langue. On entend réduire la fracture entre les masses et la classe supérieure, qui accède aux places et au savoir grâce à sa maîtrise du français.

    Quelques esprits marginaux proposent pourtant d’atteindre l’égalité par une autre voie : le français comme langue commune, et non comme langue unique. Ce #plurilinguisme sera rejeté au nom de l’unité, confondue avec l’uniformisation. D’où ce paradoxe, souligné par le lexicographe Alain Rey : "La Révolution prétendait donner la parole au peuple. Linguistiquement, elle l’a donnée à la #bourgeoisie."

    La Révolution sera cependant trop brève pour permettre de traduire les idées de l’abbé Grégoire dans la réalité. Qu’à cela ne tienne : les régimes suivants s’en chargeront. L’Empire d’abord (dans les lycées, créés par Napoléon, le français est seule langue d’éducation). La Restauration, ensuite ("il faut absolument détruire le langage #breton", écrit en 1831 le ministre de l’Instruction publique à ses préfets). La République, enfin.

    C’est la IIIe du nom qui, dans ce domaine, se révélera la plus efficace. Là encore, Jules Ferry et ses contemporains agissent avec des sentiments élevés. Tout comme la #colonisation prétend « civiliser les races inférieures », l’école publique est censée élever tous les Français au rang de citoyens. Et, en bonne logique républicaine, cet objectif ne saurait être atteint que par le français, seul porteur de valeurs universelles, tandis que les parlers régionaux sont supposés enfermer leurs locuteurs dans un dangereux communautarisme.

    Un raisonnement spécieux, relevé notamment par l’historienne Mona Ozouf (Composition française, Gallimard). "L’école, au nom de l’#universel, humiliait la particularité. Mais l’école ne professait-elle pas en réalité sans le dire une particularité aussi, la française, qu’elle dissimulait sous le manteau de l’universel ?"

    Il n’empêche : cette interprétation domine toujours aujourd’hui. Ainsi, en 1992, seul le français entre dans la Constitution. Ce nouvel alinéa de l’article 2, introduit notamment pour protéger notre langue contre l’anglais au moment de la mise en place du grand marché européen, va se retourner contre... les langues régionales. En 1999, le Conseil constitutionnel l’invoque en effet pour interdire la ratification de la charte européenne les concernant. Celles-ci finiront bien par faire leur apparition dans la loi fondamentale, en 2008, mais simplement au titre de « patrimoine de la France ». Un article qui ne leur apportera rien de concret.

    Depuis une cinquantaine d’années, pourtant, les gouvernements ont changé de discours et même de pratique à leur égard. Ici ou là, on peut les apprendre à l’école. Très symboliquement, la délégation générale à la langue française s’occupe aussi « des langues de France ». Mais aucun ministre n’a osé prendre les seules mesures qui modifieraient radicalement leur situation : leur utilisation massive dans l’enseignement, les entreprises et les administrations. Pendant des siècles, l’Etat français a planifié leur disparition. Aujourd’hui, il les laisse simplement mourir...

    Pour se justifier, les tenants du #jacobinisme culturel évoquent le spectre de la Belgique, « minée » par sa querelle entre Flamands et Wallons, et de l’Espagne, « menacée » par les identités #basque et #catalan·e. L’argument est sérieux. Mais, curieusement, les mêmes oublient volontiers la Suisse qui, comme des dizaines de pays, vit paisiblement avec plusieurs langues officielles. Quand ils ne se contredisent pas en exigeant, pour les francophones du Québec, des mesures que Paris refuse sur son sol pour ses propres langues minoritaires.

    #langues_sans_frontières

    • Il en des langages comme de la culture, de l’éducation, de l’agriculture et du système de pensée, on ratiboise, on lamine, on lessive, on blanchit ! Ma grand-mère née au fin fond de la Bretagne est allée un an à l’école, elle n’avait pas le droit d’y parler sa langue maternelle. Puis tiens, je vais déraper un peu : quand j’étais gamine, je suis née et j’ai vécu toute ma jeunesse en région parisienne, un certain nombre d’institutions prodiguaient l’enseignement de l’arabe. Oui, l’immigration venue des pays du Maghreb a largement contribué à l’essor du pays mais aujourd’hui, non seulement on y apprend plus l’arabe mais en plus l’islamophobie domine.

  • Origine de la #langue #basque (#euskara)

    ¿Cuál es el origen del euskara? Responder a esta pregunta no resulta sencillo, ya que, dentro del rico mundo de las lenguas, es una auténtica rara avis. Para algunos expertos, proviene de la zona del Sáhara, lo que la emparentaría con el íbero, el etrusco, el bereber e incluso el antiguo egipcio o el dogón. En cambio, para otros se expandió desde Euskal Herria por toda Europa hasta que posteriormente quedó circunscrita a su espacio originario por la irrupción de las lenguas indoeuropeas tras dejar su huella por el continente.

    http://www.naiz.info/eu/actualidad/noticia/20131126/el-euskara

  • Condamnée à 3828 ans de prison, une militante de l’ETA bientôt libérée

    L’Espagne a dû libérer, mardi, Ines Del Rio Prada, une militante de l’ETA, l’organisation séparatiste basque, condamnée à 3828 ans de prison. Cette décision fait suite à une décision de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH).
    Par FRANCE 24 (texte)

    La justice espagnole a décidé, mardi 22 octobre, de libérer la militante de l’ETA, le groupe séparatiste basque, Ines Del Rio Prada. Elle avait été condamnée à 3 828 ans de prison, mais une décision de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), devrait contraindre l’Espagne à libérer plusieurs dizaines de prisonniers.

    Le tribunal de l’Audience nationale à Madrid a ordonné la mise en liberté de la militante, âgée de 55 ans, et condamnée pour 24 assassinats lors de plusieurs attentats commis par le groupe armé séparatiste basque. Détenue dans une prison de La Corogne, en Galice, dans le nord-ouest de l’Espagne, elle doit être libérée dans la journée de mardi.

    Née dans la localité de Tafalla, en Navarre, Inez Del Rio, connue sous les surnoms de « Nieves » ou « La Pequeña » ("La Petite"), avait rejoint au milieu des années 1980 le commando Madrid de l’ETA, l’un des plus meurtriers de l’organisation.

    Elle avait été condamnée entre 1988 et 2000 à 3 828 années de prison, notamment pour avoir participé à l’un des attentats les plus sanglants de l’histoire du groupe armé, dans lequel douze gardes civils avaient été tués le 14 juillet 1986, sur la place de la République Dominicaine à Madrid.

    Arrêtée en 1987

    Outre l’attentat à la voiture piégée de juillet 1986 à Madrid, la militante a participé à l’assassinat par balles de trois militaires en juin 1986, avant de s’enfuir en France, échappant ainsi à la police lors du démantèlement du commando Madrid en janvier 1987.

    De retour en Espagne, elle a été arrêtée en juillet 1987, alors qu’elle conduisait un véhicule chargé de 35 kilos d’explosifs, dans le but de lancer une série d’attentats dans le sud de l’Espagne.

    Elle aurait dû être libérée en 2017, soit après avoir purgé 30 ans de prison, la peine maximale prévue en Espagne au moment de sa condamnation.

    La justice espagnole, suivant le jugement prononcé à Strasbourg, a donc estimé que la militante devait « être remise en liberté dans les plus brefs délais, étant privée de liberté de manière irrégulière depuis le 3 juillet 2008 », date à laquelle elle aurait dû être libérée selon l’ancien calcul de remises de peine.

    Selon la « doctrine Parot », les remises de peine doivent s’appliquer sur chacune des peines prononcées, et non plus sur la durée maximale de prison effective de 30 ans, ce qui allonge de fait le temps passé derrière les barreaux en cas de condamnations multiples.

    Désaveu pour le gouvernement espagnol

    La décision de la cour de Strasbourg constitue un désaveu pour le gouvernement espagnol, très ferme dans sa politique pénitentiaire envers les détenus de l’ETA : la péninsule ibérique devrait en effet être contrainte de remettre en liberté des dizaines d’autres détenus, parmi lesquels 54 militants de l’organisation.

    Le jugement a, en revanche, été salué par la gauche indépendantiste du Pays basque, qui, tout comme le gouvernement régional, nationaliste conservateur, a appelé Madrid à infléchir sa politique envers les détenus du groupe armé, au nombre d’environ 600 dispersés dans des prisons espagnoles et françaises.

    Cette question des prisonniers est justement au centre des revendications de l’ETA.

    Rendu responsable de la mort de 829 personnes en 40 ans d’attentats pour l’indépendance du Pays basque et de la Navarre, le groupe armé a annoncé en octobre 2011 qu’il renonçait définitivement à la violence, mais refuse toujours de se dissoudre, réclamant une négociation, notamment sur le sort de ses détenus, fermement rejetée par Madrid.

  • naiz: - Los sanfermines arrancan con retraso por la presencia de la ikurriña en la plaza
    http://www.naiz.info/actualidad/noticia/20130706/la-ikurrina-se-abre-paso-entre-el-muro-de-policias

    La #police bastonne pour interdire les porteurs de drapeau basque. (6 juillet 2013)

    Una muralla policial ha intentado evitar también este año la presencia de ikurriñas en el txupinazo de San Fermín. Hacia las 11.00 de la mañana ha partido una kalejira con una ikurriña de grandes dimensiones de la calle Txapitela, sin embargo, se han encontrado con un muro policial que les ha impedido el acceso.

    http://www.youtube.com/watch?v=Uc5MZNHhF68

    #basque #drapeau #ikurriña #Pamplona

  • Pourquoi vouloir passer le #bac en #basque ?
    C’est une question de #logique. Nous faisons toute notre scolarité en basque. Nous estimons donc que l’examen le plus important de celle-ci, qui sanctionne tout le cycle secondaire, doit se dérouler dans la #langue dans laquelle nous avons étudié. On nous autorise à avoir une scolarité en basque et à la fin, ce droit est remis en cause. D’autre part, cela fait fuir certains de la filière en immersion. Pour beaucoup, il y a la peur qu’apprendre en basque soit un obstacle pour passer le bac. C’est une des raisons majeures pour lesquelles de nombreux jeunes quittent la filière en immersion au moment d’entrer dans le cycle secondaire ou au lycée. Cela constitue globalement un frein important au développement des études en basque. Pouvoir passer le bac en basque constituerait donc un pas dans la reconnaissance et la normalisation de la langue basque. Une langue dont nous savons que sa situation n’est pas bonne.

    #euskara, #lycée
    http://www.lejpb.com/paperezkoa/20130615/408188/fr/-Passer-le-bac-basque-est-une-question-logique-

  • #Mediapart (#Karl_Laske) : Simulacre d’enquête sur la mort d’un militant de l’#ETA

    Le parquet a pris des réquisitions de non-lieu dans l’affaire de la disparition de #Jon_Anza. Le militant #basque avait été retrouvé dans la rue à Toulouse, inconscient, le 28 avril 2009, dix jours après son arrivée dans cette ville. Alors qu’il est décédé à l’hôpital Purpan de Toulouse, le 11 mai 2009, son corps est resté un an à la morgue sans être identifié.

    http://www.mediapart.fr/journal/france/020413/simulacre-d-enquete-sur-la-mort-d-un-militant-de-l-eta

  • #France_Culture : « Le #basque, une langue dans la course, ttipi, ttapa, ko-ri-ka », un documentaire (55 minutes) d’Alain Devalpo et de Vincent Abouchar

    Depuis les années 1980, le basque a trouvé un nouveau souffle. Côté espagnol, la disparition progressive des bascophones est endiguée par une politique volontariste du gouvernement autonome basque. Côté français, l’intérêt des jeunes générations pour cette culture est source d’espoir.
    Tous les deux ans, les pays basques espagnol et français, sont traversés par des coureurs qui, chaque kilomètre, se relaient pour promouvoir une langue qui veut rester « courante » alors qu’elle a failli disparaître au XXème siècle, victime du #franquisme et, selon eux, du mépris des autorités françaises.
    Le personnage principal de ce documentaire est une #course. Infatigable, sans une minute répit, durant dix jours et dix nuits, elle parcourt le Pays basque. La #Korrika (course, en basque) porte le flambeau de cette culture cimentée par une #langue qui reste une énigme linguistique et un parler unique en #Europe.

    http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-10-11-le-basque-une-langue-dans-la-course-%E2%8

  • Un prisonnier basque dénonce des conditions “indignes” à la maison d’arrêt de Seysses - Le Journal du Pays Basque
    http://www.lejpb.com/paperezkoa/20130312/392192/fr/Un-prisonnier-basque-denonce-des-conditions-%E2%80%9Cindignes%E2%80%9D-a-mais

    Un prisonnier basque dénonce des conditions “indignes” à la maison d’arrêt de Seysses

    Il aura fallu près d’une semaine pour que les revendications du détenu Xabier Aranburu trouvent écho à l’extérieur de la maison d’arrêt de Seysses (Haute-Garonne). Le prisonnier basque a en effet mené pendant cinq jours une grève de la faim et de la soif pour dénoncer des “conditions de détention indignes” au quartier disciplinaire de la prison. Son codétenu, Julen Mujika, a aussi cessé de s’alimenter en guise de solidarité. Tous deux ont mis fin à leur action après que les conditions de détention se sont subitement améliorées, dimanche, jour où des proches de Xabier Aranburu ont manifesté devant la prison.

    Selon les informations diffusées samedi par l’association des familles de prisonniers basques Etxerat et confirmées hier par l’avocate du détenu, Xabier Aranburu aurait été violenté et placé “nu et sans effets personnels” depuis lundi 4 mars au quartier disciplinaire de la maison d’arrêt de Seysses. Une lourde accusation que n’a pas souhaité commenter la direction interrégionale des services pénitentiaires de Toulouse, indiquant qu’elle “ne communique pas sur les situations personnelles”.

    “Xabier Aranburu a été frappé par des surveillants parce qu’il refusait de se déshabiller au moment de se rendre au mitard”, explique son avocate, Miren Illarreta, qui s’est entretenue hier avec son client. “Et puis”, reprend-elle, “il a passé cinq jours sans rien, avec seulement un pyjama en papier et une couverture”.

    Une source syndicale, citée par l’AFP, a démenti toute brutalité et a assuré que le détenu “porte le pyjama en papier, très léger, prévu en cas de dispositif d’urgence pour qu’il n’attente pas à ses jours”. Le délégué FO de Seysses, Philippe Campagne, a, lui, répondu à ces accusations en indiquant que “les détenus basques sont volontiers procéduriers et se placent parfois dans la provocation”.

    Condamné lundi 4 mars à sept jours de quartier disciplinaire pour avoir menacé un surveillant le 27 février – accusation qu’il réfute –, Xabier Aranburu est sanctionné jusqu’au 1er avril après que la commission de discipline lui a infligé 23 jours supplémentaires de mitard pour avoir essayé de frapper un fonctionnaire. Là encore, Xabier Aranburu conteste cette accusation.

    #prison #basques #conditions_détention

  • Prison de Villefranche-sur-Saône : comment les détenus basques ont mené la fronde
    http://www.rue89lyon.fr/2013/03/12/prison-villefranche-saone-detenus-basques-fronde

    Prison de Villefranche-sur-Saône : comment les détenus basques ont mené la fronde

    Dans quelques jours, les trois prisonniers basques de la maison d’arrêt de Villefranche-sur-Saône seront tous transférés dans d’autres prisons en France. Au grand soulagement de la direction et des surveillants qui ont subi un mouvement sans précédent impulsé par ces mêmes prisonniers, membres présumés de l’ETA.

    L’une des plus « dures » prisons de France serait-elle en train de changer ? En tout état de cause, les prisonniers basques ont réussi là où le Contrôleur des lieux de privations de liberté avait échoué.
    En 2008, la maison d’arrêt de Villefranche-sur-Saône avait été l’une des premières prisons à être visitées par les équipes du Contrôleur. Dans son rapport, Jean-Marie Delarue avait préconisé une série de changements pour améliorer les conditions de détention des prisonniers.
    Rien ne semble avoir fondamentalement bougé.
    Courriers, manifestations, pétition… Pendant plusieurs mois de l’année 2012, les trois prisonniers basques ont mené une mobilisation unique par son ampleur et par l’énergie mise par ces militants politiques, rompus à l’exercice de la mobilisation revendicative et de l’organisation clandestine, au sein de l’ETA.

    #prison #basques #conditions_détention

  • Prison de Villefranche-sur-Saône : comment les détenus #basques ont mené la fronde

    Dans quelques jours, les trois #prisonniers basques de la maison d’arrêt de Villefranche-sur-Saône seront tous transférés dans d’autres prisons en France. Au grand soulagement de la direction et des surveillants qui ont subi un mouvement sans précédent impulsé par ces mêmes prisonniers, membres présumés de l’#ETA

    http://www.rue89lyon.fr/2013/03/12/prison-villefranche-saone-detenus-basques-fronde

  • Début de polémique après l’arrestation de la militante basque Aurore Martin
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/11/01/incomprehension-apres-l-arrestation-de-la-militante-basque-aurore-martin_178

    Début de polémique après l’arrestation de la militante basque Aurore Martin

    La militante basque française Aurore Martin, membre de Batasuna, a été interpellée jeudi 1er novembre à Mauléon (Pyrénées-Atlantiques) en exécution d’un mandat d’arrêt européen émis par l’Espagne, plus d’un an après une première tentative avortée à Bayonne, ont annoncé la gendarmerie et le parquet.

    La militante membre de ce mouvement radical basque, qui a épuisé tous les recours légaux contre le mandat de Madrid, a été interpellée sans difficulté vers 16 heures par des gendarmes, à l’occasion d’un contrôle routier fortuit. Elle a été « remise aux autorités espagnoles vers 20 h 30 », selon la gendarmerie.

    #prison #basque #batasuna