• Rx3 : “Bonjour ici,…”
    https://masthead.social/@Rx3/105547695868377730

    Bonjour ici,#paroledecitoyen« Notre point commun le plus basique, est que nous habitons tous cette planète . Nous respirons tous le même air. Nous chérissons tous le futur de nos enfants. Et nous sommes tous mortels. »John F. Kennedy (1961)Le jour où John F. Kennedy a été assassiné, Brian Wilson et Mike Love se sont rencontrés et, en une demi-heure, ont écrit « The Warmth of the Sun ».S.#webradio #musique #jfk #rocknroll #realrebelradio #lavoixdurock #BeachBoys https://youtu.be/kvzr2IT_AiQ

    ##paroledecitoyen ##webradio

  • How #facebook’s 50m file leak could have been avoided
    https://hackernoon.com/how-facebooks-50m-file-leak-could-have-been-avoided-de18ef21b141?source=

    Facebook Founder and CEO Mark Zuckerberg speaks on stage during the annual Facebook F8 developers conference in San Jose, California, U.S., April 18, 2017. Stephen Lam/ReutersOn Sunday, Facebook disabled Christopher Wylie’s account on Facebook, Whatsapp and Instagram after blowing the whistle for a 50m file data breach. According to Facebook, “The claim that this is a data breach is completely false. Dr. Aleksandr Kogan requested and gained access to information from users who chose to sign up to his app, and everyone involved gave their consent. People knowingly provided their information, no systems were infiltrated, and no passwords or sensitive pieces of information were stolen or hacked.”Technically, they are right; there was no hacking involved in the process. But, still there has (...)

    #cambridge-analytica #beach #blockchain #data-breach

  • Two #Maersk Supply Vessels Sink En Route to Turkish Shipbreaker – gCaptain
    https://gcaptain.com/two-maersk-supply-vessels-sink-en-route-to-turkish-shipbreaker


    The Maersk Supply vessel Maersk Shipper.
    File photo : Maersk Supply Service

    Two Maersk offshore supply vessels have sunk off the coast of France during a tow to a ship recycling yard in Turkey where they were due to be scrapped.

    The Maersk Supply Service vessels, Maersk Searcher and Maersk Shipper, were unmanned when they sank Thursday approximately 60 miles off the coast of France, Maersk Supply COO Claus Bachmann said in a statement.

    We can confirm that the Maersk Supply Service vessel, Maersk Battler, lost two towed supply vessels on December 22,” Bachmann said.

    The two towed vessels were unmanned. There are 10 people on board the towing vessel Maersk Battler. All are well and accounted for. Coast guard of France has been informed of the incident,” he added.

    à joindre au dossier sur la #démolition_navale #démantèlement_sur_la_plage #beach_scrapping

    Maersk est dans le collimateur sur le sujet : malgré différents accidents mortels à Alang, Pakistan et Chittagong, Bangladesh et les soucis environnementaux, la société vient de confirmer son programme de démantèlement sur la plage arguant du respect des normes par les chantiers auxquels elle confie ses coques.

    • European Ship Recycling List Published But Non-EU Yards Forced to Wait – gCaptain
      https://gcaptain.com/european-ship-recycling-list-published-but-non-eu-yards-forced-to-wait

      The European Commission has published and adopted the first version of the long-awaited European List of accepted ship recycling facilities for exclusive access to EU-flag ships being sent for scrap. Unfortunately, yards located outside the European Union are going to have to wait a little longer.

      The first 18 shipyards included in the List are all located in the EU. All have been vetted to comply with the strict requirements for inclusion in the list, which grants the yards exclusive access to recycling end-of-life ships flying the flags of EU Member States under the EU Ship Recycling Regulation.

      The big question remains whether or not any yards in South Asia, particularly Alang, India, where safety and environmental standards have improved in recent years but the beaching method is still used, will be included in the List.

      The EU Ship Recycling Regulation, adopted in 2013 and entering into force no later than December 31, 2018, requires, among other things, that all large sea-going vessels sailing under an EU Member State flag to use an approved ship recycling facility.

    • Le rapport du bureau danois sur le naufrage

      Denmark Issues Investigation Report Into Loss of Maersk Supply Ships Off France – gCaptain
      http://gcaptain.com/denmark-issues-investigation-report-loss-maersk-supply-ships-off-france


      Towage at noon on 21 December 2016 leaving the English Channel at the Celtic Sea.
      Source : Private photo via DMAIB

      It is concluded in the report that the loss of fenders, collision and flooding of the unmanned ships under tow had been addressed in the risk assessment carried out, and that risk mitigating initiatives were in place for each risk item. However, these initiatives were ineffective. The DMAIB concludes that the risk mitigating strategies were mainly focused on preventing risk factors in isolation and left little or no contingency for acute interaction between the risk factors,” the DMAIB report stated.


      MÆRSK SEARCHER capsizing and sinking on 22 December 2016, just past midnight.
      Source : Private photo via DMAIB

      C’est dit gentiment, mais si je comprends bien, Mærsk porte l’entière responsabilité du naufrage…

    • Conclusion plutôt radicale. Et qui fait peur…
      bip @freakonometrics

      http://www.dmaib.com/Ulykkesrapporter/Marine+accident report - Loss of tow - MAERSK BATTLER.pdf

      The risk management system used by Maersk Supply Service is one of the most common in the shipping industry and the problems connected to the risk management system which led to the insufficient risk mitigation of the towing operation are hence not out of the ordinary. The risk management system offers to handle risk as an objective value and to provide a structure for handling risk. However, there is no aid or control of what is put into the system when it comes to which risk factors are identified. The numeric risk value is based solely on how imaginative the involved persons are, and the system does not provide a structure for how to reflect on what risk mitigating strategies are applied. This means that the risk management system does not help its user to manage risk, and that the assessment of the risk reduction is highly sensitive to one or more individuals’ subjective risk perception, which will be strongly influenced by the desire to make the operation possible. Thereby, the risk management system will rarely limit activities prone to risk In fact, the risk management system instead tends to facilitate the carrying out of risk prone operations.

    • A legal notice from the French Prefecture Maritime required Maersk Supply Service to analyse and empty the contents of the vessels’ tanks. The identified task has been followed and concluded. In addition, Maersk Supply Service will inspect the wrecks and monitor any potential environmental impact twice a year until 2019.

  • Je reviens avec un papier que j’ai vu apparaître sur la page Facebook de Courrier International. L’auteure est Emily Harris, je ne l’avais absolument jamais lue, et je n’ai plus vraiment envie. Le papier est en anglais, mais le propos est simple : « le féminisme est mort » du fait de la « légèreté » des combats considérés aujourd’hui comme féministes. On y compare une Dame de Fer et la Reine avec les collectifs ayant fait bannir l’affiche #Beachready. On y dit qu’on aimerait continuer à porter du maquillage et des talons. L’auteure est donc #antiféministe à souhait, et ne comprend pas grand chose à ce qu’elle critique (le passage dans lequel elle critique Emma Wtason qui se préoccupe trop du regard des garçons, est simplement une négation du patriarcat).
    Voici le lien : http://bit.ly/1PCbMvM

    • Traduction (un peu bancale à certains moments) pour les non-anglophones :
      Le féminisme est fini, la bataille est gagnée. Il est temps d’avancer.
      Alors qu’il devrait se réjouir de ses victoires passées, le féminisme s’abaisse aujourd’hui à vainement attirer l’attention.
      Par Emily Hill

      Il serait tentant de croire, d’après les journaux ces temps-ci, que les femmes n’ont jamais été aussi oppressées qu’aujourd’hui. De l’éditorialiste Caitlin Moran à la comédienne Bridget Christie, un nouveau sermon est prêché : nous sommes les victimes, de la guerre des sexes, pas les gagnantes. Les féministes scandent que nous sommes réifiées par les sifflements des hommes dans la rue, que le flirt d’un inconnu est pareil à une agression sexuelle. Soudainement, alors même que nous les femmes semblions avoir tout obtenu, une nouvelle vague de féministes a commencé à nous décrire comme faibles d’esprit – incapables de supporter un mauvais rendez-vous, ou de négocier seule son augmentation de salaire.
      Encore pire, elles abandonnent ce qu’il y avait de mieux dans la tradition féministe (ou le féminisme traditionnel) : la solidarité entre sœurs (sisterhood) et la liberté de chaque femme de faire ce qu’elle veut comme bon lui semble. Le féminisme 4.0 consiste en des attaques inopinées, parfois envers d’autres femmes, sur des causes aussi cruciales que, hum [sic], l’épilation du maillot, le fait de porter ou pas des escarpins et la page 3 du Sun (page style « Playboy » avec des filles très proches du standard de beauté blanche – gros seins – taille fine du magazine tabloïd the Sun). Moran écrit que c’est la maternité qui fait qu’une « petite fille devient femme » (ce qui a provoqué quelques grognements irrésistibles dans l’assistance féminine au bureau) et que le féminisme triomphera quand « une actrice nominée aux Oscars ira chercher son prix dans des chaussures qui ne la tuent pas de douleur ». La révolution sera télévisée, avec « Nicole Kidman en tongs ».
      Eh bien, si c’est ça le féminisme, alors le féminisme est mort, et la trivialité des combats que ces féministes défendent est la preuve évidente de son décès. Ce qui a débuté par une croisade sincère contre un préjudice réel est devenu une vaine tentative pour attirer l’attention.
      Je suis née en 1983, et ai eu la chance de grandir dans un pays où il était (aveuglément) évident que les femmes étaient au pouvoir : une reine sur le trône et une au 10, Downing Street (Premier Ministre, référence à Thatcher). J’étais la fille d’un épicier, inscrite à l’école publique, vivant dans l’appartement au-dessus de l’épicerie, et je voyais Margaret Thatcher, cette icône féministe, comme la preuve évidente que je pouvais aller aussi loin que je le voulais dans la vie, si tant est que j’aiguisai mon esprit et me donnai corps et âme. Je savais, sans qu’on ait eu à me le dire, que l’on ne finit pas là où l’on naît, parce que Maggie (Thatcher), alors face à des barrières bien plus importantes, avait réussi à réduire en miettes tout obstacle suffisamment bête pour s’être mis sur son chemin, avec une douce ardeur et une attitude qui hurlait « Ne jamais se laisser abattre ». Les féministes occidentales, si elles avaient un peu de bon sens, arrêteraient se geindre, de se plaindre, commanderaient une couronne de laurier à Germaine Greer (écrivaine et scénariste féministe australienne), chevaucheraient leur carrosse à quatre roues et marcheraient triomphantes dans les rues de Rome, pour faire le sacrifice de leur sang à Emmeline Pankhurst (femme politique au Royaume-Uni fin XIXème début XXème qui a combattu pour obtenir le droit de vote pour les femmes). Les batailles phares étaient dures à mener, et elles ont été gagnées.
      Aujourd’hui, les filles sont meilleures que les garçons à l’école – et elles le sont depuis au moins le milieu des années 70. Elles ont plus de chance de réussir les 5 épreuves du GSCE (sorte de bac pour rentrer à la fac). Un tiers d’entre elle va à l’Université, un quart seulement des garçons y va. Une fois à l’Université, elles s’en sortent mieux et ont des chances significativement supérieures de décrocher les meilleures notes à leur diplôme. Et l’égalité ? Dans certains cours, on est allé au-delà. L’année dernière, les filles représentaient 55% des étudiants de première année de médecine et dentaire, 62% des étudiants en droit. Les métiers de la banque et de l’entreprise sont certes dominés par les hommes, mais à en juger par la rapidité de notre ascension, ça ne va pas durer. Comme Boris Johnons (maire de Londres) l’a observé, quand ma génération atteindra le sommet de sa carrière professionnelle, la structure managériale de la Grande Bretagne sera totalement transformée – et féminisée.
      Depuis que les suffragettes ont obtenu le droit de vote, les femmes ont plus progressé que les hommes pendant des millénaires. En fait, la catégorie démographique réussissant le moins à l’école est les garçons blancs dans les écoles publiques – seulement un quart d’entre eux ont obtenu des notes décentes aux GCSE. Oui, les problèmes d’égalité des genres existent – mais ils sont beaucoup moins branchés. Qui va distribuer des tracts, ou s’allonger sur les tapis rouges aux avant-premières pour la cause des garçons en difficultés scolaires ?
      La plupart des féministes auto-désignées clament que l’on va rencontrer des difficultés au travail. Ca non plus, ce n’est pas certain. Les femmes dans la vingtaine ont rattrapé les niveaux de salaire des hommes en quelques années seulement ; et les moins de 40 ans, bientôt. La rapidité de l’évolution est incroyable. En Europe, aux USA et particulièrement en Scandinavie, les femmes tracent leur route vers les comités exécutifs et les sièges de pouvoir. Le gouvernement français a même légiféré pour que 2 des cinq sièges d’un conseil d’administration reviennent à des femmes. Les féministes disent que nous aussi, avons besoin de quotas. Mais n’y-a-t-il pas meilleur triomphe à voir nos sœurs y arriver toutes seules ?
      Donc la prochaine génération a toutes les cartes en main – si seulement elle n’est pas encouragée à se voir comme une pauvre victime à la merci d’un patriarcat irrésistible. Seulement 19% des femmes s’identifient aujourd’hui comme féministes, ce qui n’est pas tellement surprenant compte tenu de l’ennui de leur combat. Dans les années 70, les féministes étaient des casses-couilles [sic], des ass-kicking (qui met des coups de pieds au cul), des penseuses qui tentaient le diable, telles Greer, Glorian Steinman ou Susan Sontag. Maintenant, la « voix d’une génération » est l’actrice star de Harry Potter, Emma Watson qui a délivré un discours très applaudi aux Nations Unies, dans lequel elle se plaint que certaines de ces amies ont arrêté le sport parce qu’elles s’inquiétaient de ce que leurs bras deviennent trop musclés.
      Mais pendant que Watson s’inquiète de la tyrannie du regard des garçons, c’est être regardé avec consternation par une féministe qui est réellement terrifiant (it’s being eyeballed by a feminist which is truly terrifying). Ces esthètes de classe moyenne aiment à jouer au petit chef avec les femmes qui l’entourent, ricanent sur leurs choix vestimentaires et leurs comportements. Elles désapprouvent Beyoncé et Rihanna, qui fanfaronnent dans leurs superbes corps dans les clips de musique avec une véhémance digne d’une Taleban (alors Internet me dit que c’est peut-être taliban, mais ce n’est pas clair). En Avril, on voyait dans le métro londonnien une publicité sur laquelle apparaissait une mannequin avec une jolie poitrine, qui scandait « Votre corps est-il prêt à sortir à la plage ? ». Dans les heures qui ont suivi, l’affiche a été gribouillée, dans les jours qui ont suivi 44 000 signatures sont venues demander que l’on enlève l’affiche. Faire en sorte que les femmes soient recouvertes en public, que leur chair nue ne vienne heurter quiconque, c’est quelque chose que l’on s’attend à voir en Arabie Saoudite, pas ici, où nous sommes censées nous habillement librement et de manière aussi provocatrice que l’on souhaite.
      Pourquoi ne pourrions-nous pas porter de maquillage, de collants ou de jarretelles, si nous en avons envie ? D’Elizabeth I à Bette Davis, les femmes ont toujours considéré le rouge à lèvres, les escarpins, et les coiffures comme des armes légitimes de combat, aussi efficaces à leur manière, que des bazookas ou des arbalètes. Mais les nouvelles féministes sont déterminées à enlever tout le fun de votre vie, et de vous montrer à quel point il est terrible d’être femme au Royaume-Uni aujourd’hui.
      Un autre défi que les filles doivent apparemment relever, et en ont peur, est le troll sur Internet. Disons que vous recevez des menaces de losers complètement à côté de la plaque, qui sont en désaccord avec tout ce que vous dites. Devriez-vous appeler la police ? Quitter Twitter ? Ou peut-être vous réjouir des insultes, à la manière de Maggie, qui disait « Je me réjouis toujours lorsque je suis victime d’une attaque particulièrement blessante. Cela signifie qu’ils n’ont plus d’armes politiques. »
      Sinon, vuos pouvez aussi rester imperméable à l’insulte, comme la reine de marbre Chrissie Hynde, qui a été, le mois dernier, trollée par des féministes après avoir confessé qu’elle a souffert d’une agression sexuelle à l’âge de 21 ans, et qu’elle en prenait la totale responsabilité. Twitter a alors spectacle bête de centaines de féministes l’attaquant alors qu’elle ne faisait que librement exprimer son opinion, jusqu’à que le journaliste du Guardian, Julie Bindel, daigne souligner que Hynde n’était pas une violeuse. Ce à quoi, Hynde a magistralement répondu « Si vous ne voulez pas de mon opinion, ne me demandez pas ».
      Mais quand il s’agit de sexe, les nouvelles féministes s’avèrent facilement impressionnables, tellement qu’un jeune et timide garçon, Samuel Fishwick, a compilé un guide de conseils de drague en temps d’égalité des sexes. En approchant les auteurs du blog Vagenda pour des conseils, il a été informé que les hommes ne doivent jamais demandé à une fille de sortir pour boire un verre dans un endroit proche de chez lui « Ça pourrait laisser penser que vous allez prendre leur peau pour en faire un abat-jour ».
      Les féministes exagèrent-elles outrageusement, passant tellement de temps à s’épancher sur leur vagin qu’elles en viennent à ne plus user leur cerveau ? Nous devrions surtout nous délecter de ne plus avoir à nous appeler « le second sexe » et apprendre à nos filles comment compter sur les âmes qu’Emily Bronte a surnommé « no coward souls » (les âmes non soumises ? non peureuses ?)