• Bibliothèque d’urgence ou urgence économique : Internet Archive, “inutile procès”
    https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/bibliotheque-d-urgence-ou-urgence-economique-internet-archive-inutile-proces/101912?origin=newsletter

    À l’occasion d’une conférence de presse via Zoom, d’une trentaine de minutes, le fondateur de Internet Archive a appelé les grands groupes américains à renoncer à leur plainte. « Un procès inutile », expliquait-il ce 22 juillet, considérant que l’interprofession devrait plutôt œuvrer de concert pour « aider les enseignants, les parents et particulièrement les élèves ».

    Dérapage incontrôlé

    À sa suite, plusieurs autres intervenants plaidaient en faveur du Prêt Numérique Contrôlé — solution hybride par laquelle l’IA a scanné et mis à disposition 1,4 million de titres encore sous droit. Rappelant la vocation de toute bibliothèque — acheter, conserver et prêter — Kahle assimile donc cette approche à celui de tout autre établissement.

    Ce modèle repose sur le concept 1 livre = 1 utilisateur, celui-là même qui est en vigueur pour les ouvrages papier. « Le prêt numérique contrôlé est une pratique largement répandue et qui date, pour les bibliothèques. » Et de glisser que depuis neuf années qu’existe Internet Archive, cette solution a avant tout fait des heureux.

    Sauf que les éditeurs ne l’ont pas vu de cet œil, décidant de porter plainte, et contraignant la plateforme à fermer sa bibliothèque d’urgence. Les plaignants jurent leurs grands dieux qu’Internet Archive est « impliquée dans une vaste violation délibérée du droit d’auteur ». Rien que cela.

    « La plainte s’en prend au concept même d’une bibliothèque qui posséderait et prêterait des livres numériques, remettant en cause l’idée même de ce qu’est une bibliothèque dans un monde numérique », rétorquait pourtant la plateforme. Mais en vain : en période de crise sanitaire, les intérêts financiers priment. Quant à la perspective de dommages-intérêts juteux, elle ne laisse pas l’ombre d’un doute.

    Mais pour les éditeurs à l’origine de l’action, la messe est dite, et Internet Archive représente une bête à dépecer, maintenant qu’il faut renflouer les caisses. « Avec ce procès, les éditeurs affirment que dans le monde numérique, les bibliothèques ne peuvent plus acheter de livres. Nous ne pouvons que les proposer sous licences et selon leurs conditions. Nous ne pouvons les conserver qu’en vertu des modalités qu’ils nous accordent, avec une autorisation explicite, et durant la période de temps pour laquelle nous avons l’autorisation », reprend le fondateur d’IA.

    De quoi se remémorer que depuis l’apparition du livre numérique, un conflit ouvert entre bibliothécaires et éditeurs se poursuit. Les premiers demandant qu’on ne leur impose pas des conditions trop drastiques — surtout financièrement. Quand les seconds tentent, parfois en facturant 3 à 5 fois le prix public d’un ebook, de se nourrir sur le truand. Le tout en prétextant sans honte ni vergogne que le prêt numérique cannibalise les ventes, et qu’il faut bien se récupérer quelque part.

    “En aucun cas une menace”

    Internet Archive devra présenter ses arguments devant le juge le 28 juillet. Évidemment, aucune indication sur la stratégie qui sera adoptée n’a été communiquée. Dans ce combat, un allié de poids s’est récemment manifesté : Electronic Frontier Foundation, organisation de défense des droits des internautes.

    Elle avait annoncé fin juin qu’elle soutiendrait le site dans le procès qui s’annonce. « L’EFF est fière d’être aux côtés d’Internet Archive et de protéger cet important service public. Le prêt numérique contrôlé aide des professeurs, élèves et plus généralement le public à accéder aux livres, à un moment où cela est difficile et plus nécessaire que jamais. Il ne constitue en aucun cas une menace », indiquait Corynne McSherry, directrice juridique.

    #Bibliothèques #Confinement #Internet_archive #Prêt_numérique

  • États-Unis : Google apportera les livres des bibliothèques par drone
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/etats-unis-google-apportera-les-livres-des-bibliotheques-par-drone/101213

    Franchement, drone ou bus... ce devrait pourtant être simple d’éviter la mainmise du ciel par les drones pour des activités inutiles. Le seul intérêt de Google est que le ciel ne connait pas encore d’embouteillages. Donc leur IA s’y retrouve encore.
    Autre question : l’individualisation d’un service collectif... on poursuit la route de la Silicon Valley pour laquelle n’existent que les individus, les relations un-un et les « services ». La pensée du collectif leur échappe, car elle est plus difficilement monnayable.
    C’est assez dramatique que des bibliothèques participent à cette entourloupe et servent de cheval de Troie.

    Wing, filiale du groupe Alphabet, derrière lequel on trouve la multinationale Google, assurera la livraison d’ouvrages des bibliothèques aux enfants de l’État de Virginie, dans le sud-est des États-Unis. Un service inédit dans le pays, que Wing met en place à la demande d’une bibliothécaire convaincue par ce mode de livraison : les jeunes usagers pourront ainsi commander des ouvrages tout en respectant la distanciation sociale.

    En ces temps de distanciation sociale et de mesures de sécurité liées à la crise sanitaire engendrée par le Covid-19, la solution de livraison de Wing, société sœur de Google dans le groupe Alphabet, est apparue comme une évidence pour Kelly Passek. Bibliothécaire au sein d’un établissement scolaire, elle se demandait comment assurer l’accès aux livres aux élèves en pleine pandémie.

    « Je pense que les enfants seront ravis d’être parmi les premiers dans le monde à recevoir des ouvrages de la bibliothèque par drone », s’est réjoui Kelly Passek auprès du Washington Post. Elle a littéralement milité depuis l’année dernière auprès de la société Wing pour que cette dernière accepte de prendre en charge des lots de livres : elle-même utilisatrice du service de livraison par drone pour des repas ou des biens.

    La société du groupe Alphabet a reçu l’autorisation d’effectuer des livraisons par drone dans l’État de Virginie l’année dernière, et ses machines volantes peuvent transporter des paquets pesant jusqu’à 1,5 kilo environ.

    Le nombre de commandes ne devrait pas être si élevé, puisque Passek assurera elle-même, seule, l’empaquetage des ouvrages et leur acheminement sur le lieu du décollage des drones. Les retours des ouvrages ne se feront qu’à la rentrée.

    Pour la fin de l’année scolaire, ce sont des bus qui assuraient la livraison des repas et des ouvrages nécessaires aux enfants, au cours de tournées.

    #Drones #Google #Bibliothèques

  • Misère des universités et universités de la misère.

    https://blogs.mediapart.fr/olivier-le-cour-grandmaison/blog/200520/misere-des-universites-et-universites-de-la-misere-suite

    Si Macron s’obstine à ne pas faire droit aux revendications des enseignant-e-s, chercheur-e-s et étudiant-e-s qui n’ont eu de cesse de multiplier appels, tribunes et actions diverses, l’action collective deviendra une nécessité impérieuse et nombre des personnes concernées, comme les personnels des hôpitaux hier et aujourd’hui, s’estimeront en situation de légitime défense.

    #université

    • 23 janvier 2004. Le journal Le Monde titrait : « La grande #misère des #universités_françaises » dans un contexte de mobilisations des étudiant-e-s, du personnel administratif et enseignant. S’y ajoutaient celles de nombreux conseils d’administration qui menaçaient de ne pas voter leur budget pour protester contre l’insuffisance des moyens alloués par l’Etat. Déjà, on apprenait que les universités étaient condamnées à « faire des économies de bout de chandelle » en réduisant les dépenses de chauffage (sic), les déplacements professionnels des enseignants-chercheurs et, faute de recrutement suffisant, en multipliant les #heures_complémentaires au risque de grever plus encore leurs finances. Perverse dynamique de la politique d’#austérité imposée aux établissements d’enseignement supérieur. En lieu et place du « gagnant-gagnant », seriné par les défenseurs de la modernisation prétendue, triomphaient « le perdant-perdant » et la #paupérisation de tous consciencieusement organisés par la majorité.

      Dans l’entourage de l’oublié #Luc_Ferry, alors ministre de la Jeunesse, de l’Education nationale et de la Recherche, seuls les spécialistes se souviennent qu’il a exercé pareilles responsabilités, on reconnaissait que la « France a favorisé le premier degré et les lycées. Les collèges et l’enseignement supérieur ont été sous-financés. »

      Très juste. En effet, dans ce beau pays dont les dirigeants successifs, de droite comme de gauche, ont pour habitude d’enfiler les perles rhétoriques sur l’importance des universités et de la #recherche en vantant l’ancienneté, l’excellence et le prestige de « nos établissements » dont témoigne la glorieuse Sorbonne, la dépense par étudiant était alors inférieure de 11% à la moyenne des pays de l’OCDE. Misère et #inégalités remarquables aussi puisque l’Etat accordait 6840 euros par étudiant inscrit à l’université et 11450 euros aux élèves des #classes_préparatoires. « Elitisme républicain » ? Ce dernier adjectif, employé par celles et ceux qui justifient ces orientations en prétendant être fidèles aux principes de la République, est ici parfaitement superfétatoire. Après beaucoup d’autres possibles, ces chiffres mettent au jour une politique, qui a défaut d’être publiquement assumée, est cependant fort claire : donner plus à ceux qui sont déjà les mieux dotés sur le plan social, culturel et académique.

      15 octobre 2015. Mitan du quinquennat de François Hollande, cet extraordinaire dirigeant qui a réussi deux exploits qui resteront dans les annales de la Cinquième République et dans celles de la formation socialiste qui l’a soutenu : être obligé de renoncer à se représenter à l’élection présidentielle et transformer un parti de gouvernement en un groupuscule marginal qui tente aujourd’hui de survivre. Admirable. Au ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, la docile #Najat_Vallaud-Belkacem qui a servi tous les gouvernements de cette période glorieuse en apportant ainsi sa contribution réitérée au désastre que l’on sait. Elle est alors flanquée d’un transparent et dispensable secrétaire d’Etat chargé du monde universitaire, #Thierry_Mandon. Par charité, on n’évoquera pas ici ses exploits ultérieurs en tant que directeur de publication de L’Ebdo ; cette formidable aventure intellectuelle et éditoriale qui devait révolutionner la presse. La longue et triomphale marche promise s’est transformée en une pitoyable déambulation qui, débutée en janvier 2018, s’est achevée trois mois plus tard. Quel talent !

      Le 15 mars 2015, donc, Le Monde publie un article : « Les universités dans la rue pour crier misère. » Ce titre et les éléments d’information apportés prouvent ceci : la politique mise en œuvre s’inscrit dans la continuité de celle appliquée par la droite antérieurement. En attestent les faits suivants : 44% des établissements universitaires sont vétustes, 13% sont très dégradés, selon un rapport établi par la #Cour_des_comptes, et les #dépenses_publiques et privées pour l’#enseignement_supérieur – 1,5% du PIB – sont toujours inférieures à la moyenne des pays de l’OCDE et plus encore à celle des pays d’Europe du Nord – 2 % -. Quant aux inégalités précitées, elles demeurent. En 2015, le coût d’un élève en classe préparatoire aux grandes écoles (#CPGE) s’élève à 14850 euros soit 40% de plus que son “homologue” des premiers cycles universitaires (10850 euros). Les mieux dotés sont les élèves des #écoles_d’ingénieur (16 000 euros). Entre 2008 et 2018, la hausse des #budgets des universités a été inférieure à 10%, le #recrutement des enseignants-chercheurs a baissé de 40% alors que dans le même temps le nombre d’étudiant-e-s a augmenté de 20% à 26%.

      « Liberté, Egalité, Fraternité » ? « Destin, Inégalité et Lutte des places », telle est en réalité la devise de celles et ceux qui, depuis des années, s’obstinent à traiter l’enseignement supérieur en chien crevé au nom de ce qu’ils nomment « #sérieux_budgétaire » et « adaptation indispensable à la #compétition_internationale ». Crise des universités ? Assurément à condition d’ajouter qu’elle est structurelle et qu’elle est la conséquence directe des #politiques_publiques mises en œuvre par les majorités de droite comme de gauche qui se sont succédé au pouvoir. Nombreux sont les concepteurs et les agents d’exécution de ces orientations qui se gaussent des analyses de Pierre Bourdieu – voir Les Héritiers (avec J.-C. Passeron, 1964) et La Reproduction (avec J. C. Passeron, 1970) – alors qu’ils les valident pour l’essentiel en favorisant les pires mécanismes de #sélection et de #ségrégation_sociales qui frappent les plus démunis. Quant aux mieux dotés, ils jouissent de conditions privilégiées – cf. les classes préparatoires, entre autres -, et/ou parviennent à déjouer les pièges nombreux de la #sélection_universitaire en accédant aux formations et aux diplômes valorisés et valorisant de leur choix. Ceux-là mêmes qui leur permettront de maximiser leur chance de trouver un emploi bien rémunéré. Organisation, permanence et triomphe du #darwinisme_social cher au président-directeur général du CNRS, #Antoine_Petit (26 novembre 2019).

      Mai 2020. Un spectre fort dangereux hante toujours les universités : celui de la ministre #Frédérique_Vidal qui est à son domaine de “compétences” ce que Franck Riester est à la culture : une catastrophe. Non en raison de ses initiatives, il est difficile d’en trouver de significatives, mais de sa soumission absolue à celui qui s’est cru Jupiter. Il y a peu, ânonnant les éléments de langage sans doute fournis par son service de communication, cette ministre saluait « la mobilisation exceptionnelle de toute la communauté de l’enseignement supérieur (…) qui a permis que de nombreux étudiants puissent bénéficier, en plus des mesures prises, de nombreuses initiatives de solidarité sur tout le territoire. » Au-delà de ces formules creuses, parfaitement interchangeables et qui n’engagent à rien, se cachent des réalités sociales qui en disent long sur la situation d’un nombre très important d’étudiant-e-s. 10% d’entre eux ont perdu leur emploi à la suite du confinement et 20% sont désormais en situation de grande précarité[2].

      Quand on sait que plus de la moitié des inscrits à l’université a une activité rémunérée pendant l’année et qu’un quart d’entre eux travaille pendant l’été, il n’est pas besoin d’être grand clerc pour estimer que les conséquences financières du #confinement et de la #crise_économique qui vient vont être catastrophiques pour les personnes concernées. Plus encore pour les étrangers. En effet, pour bénéficier d’aides, ils doivent fournir au Crous 15 pièces justificatives dont les avis fiscaux de leurs parents restés au pays. Avis qui soit n’existent pas, soit sont très difficiles à obtenir. Conséquence pratiques de ces exigences exorbitantes, pour échapper à la faim, ces étudiant-e-s ont recours aux colis du Secours populaire et des Restos du cœur (Le Monde, 15 avril 2020). Solidarité comme le prétend Frédérique Vidal ? Impéritie scandaleuse et réitérée de la puissance publique qui s’en remet aux initiatives des associations pour pallier le manque chronique de moyens alloués à la #vie_étudiante.

      Au lieu de se livrer à des visites Potemkine, soigneusement mises en scène pour alimenter la propagande gouvernementale, la ministre devrait, par exemple, se rendre dans les cités universitaires de Villeneuve-d’Ascq où, pour 169 euros par mois, des étudiant-e-s logent dans des chambres de 9 m2, cafards et punaises de lit compris. Quant aux douches et sanitaires communs, ils sont eux aussi dans un état lamentable ; pas ou peu d’eau chaude (Le Monde, 21 avril 2020). Rappelons-lui également qu’en 2013, selon un rapport de la Cour des comptes, seulement 7% des étudiant-e-s habitaient des #résidences gérées par les #Crous. Ils étaient 35% en 1960 ! Formidable régression qui oblige ces nouvelles générations à demeurer chez leurs parents ou à louer leur #logement sur le marché à des prix pour eux exorbitants. Plus précisément, et comme cela est bien documenté [3], elle pourrait aussi découvrir le confort de certaines #bibliothèques_universitaires obligées de réduire leurs horaires en hiver faute de chauffage suffisant, les toilettes nauséabondes et de facto infréquentables de nombreux établissements, des #salles_de_cours et des amphis pour partie inondés en cas de fortes pluies, des installations électriques parfois à ce point défectueuses qu’elles ne respectent aucune norme de sécurité, et des locaux souvent aussi surchargés que dégradés. Anecdotes ? Vérités établies. A preuve le rapport précité de la Cour des comptes sur la piètre situation et qualité du #parc_immobilier de l’enseignement supérieur.

      Il y a peu la même ministre annonçait fièrement que les universités allaient offrir des « cours magistraux (…) à distance » lors de la rentrée 2020-2021 afin de tenir compte des impératifs sanitaires. Poursuivant, elle livrait aux journalistes la substantifique moelle de son extraordinaire découverte qui, à n’en pas douter, va révolutionner les sciences de l’éducation : « on n’apprend pas uniquement dans les livres ou sur un ordinateur. Il faut des interactions avec les enseignants. » Bouleversant, en effet. Dans l’immédiat, nul ne sait quels sont les moyens matériels, financiers et humains qui permettront aux universités d’accueillir les nouveaux étudiants. Si gouverner, c’est prévoir, Frédérique Vidal fait preuve d’une incapacité stupéfiante qui n’est pas sans rappeler celle de son maître quelques jours avant le confinement décidé en catastrophe. A l’heure où cet article est rédigé, « aucune #consigne claire du ministère » n’existe, note Aurore Chaigneau, doyenne de la faculté de droit de Nanterre où plus de 1000 étudiants sont attendus.

      Proposer aux nouveaux bacheliers, qui ont été contraints d’interrompre leur scolarité pendant plusieurs semaines à cause de la pandémie, de suivre des cours à l’université en visio-conférence, c’est sacrifier les plus fragiles sur l’autel de l’#impréparation et de l’austérité. C’est aussi créer les conditions qui ajouteront l’#échec à l’échec dans des premiers cycles déjà surchargés en droit, sciences sociales et humaines, et poursuivre inlassablement l’entreprise de #paupérisation - #destruction des universités alors que près de 60 000 postes d’enseignants-chercheurs titulaires manquent à l’appel et que le nombre de #vacataires – 20 % - croît d’année en année. A l’adresse des idéologues qui affirment que ceux qui exercent leur activité professionnelle à l’université jouissent de #privilèges indus, précisons qu’au 1er janvier 2020, la #rémunération des travaux dirigés était de 9,86 euros, inférieur donc au #Smic horaire brut – 10,15 euros – alors que les personnes qui les assurent sont pour la plupart des thésard-e-s, des docteur-e-s ou des professionnel-le-s très qualifiés. De plus, cette #précarisation affecte également le #personnel_administratif indispensable au bon fonctionnement des établissements. Enfin, d’après des prévisions gouvernementales, le nombre d’inscrit-e-s devraient augmenter de 20 000 en 2020 et continuer de progresser dans les prochaines années.

      Depuis des mois, le chef de l’Etat et la ministre Frédérique Vidal sont régulièrement informés et alertés de la situation toujours plus catastrophique de l’enseignement supérieur et de la recherche - en 10 ans le CNRS a perdu 50% de ses effectifs -. Enseignant-e-s, chercheur-e-s et étudiant-e-s ont en effet multiplié appels, tribunes et actions diverses. Dernièrement encore[4]. En vain car Jupiter n’est sensible qu’aux rapports de force et plus encore à la peur du rejet que sa personne et sa politique suscitent. Qu’il sache que s’il s’obstine dans cette voie en ne faisant pas droit rapidement aux revendications des uns et des autres, l’action collective deviendra une nécessité impérieuse et nombre des personnes concernées, comme les personnels des hôpitaux hier et aujourd’hui, s’estimeront en situation de #légitime_défense. Non pour préserver des avantages mais pour sauver les universités et les institutions de recherche du désastre, et pour offrir au plus grand nombre des conditions optimales d’études et de formation.

      #facs #histoire #destruction #France #financement #sous-financement #ESR #grandes_écoles #élitisme #précarité_étudiante #résistance

    • La première partie, janvier 2020...

      Misère des universités et universités de la misère

      La #Loi_de_programmation_pluriannuelle_de_la_recherche défendue par le gouvernement ne concerne pas seulement les membres de l’enseignement supérieur. Parents, ce sont vos espoirs, vos efforts individuels et financiers, et l’avenir de vos enfants qui sont en jeu et qui risquent d’être plus encore mis à mal si ce projet liberticide et inégalitaire est adopté. De même pour les lycéen·ne·s et les étudiant·e·s.

      Novembre 1997. L’Association de réflexion sur les enseignements supérieurs et la recherche (ARESER) publie un ouvrage auquel de nombreux universitaires et chercheur-e-s-ont participé[1]. Parmi eux, Pierre Bourdieu qui, avec l’historien Christophe Charle et le sociologue Bernard Lacroix, a coordonné cette publication. Les diagnostics établis sont graves et, déjà, révélateurs de la situation alarmante des universités Sous-investissement chronique de la puissance publique, manque d’encadrement des étudiant-e-s en particulier en sciences humaines et en droit ce qui a notamment pour conséquence un taux d’échec élevé en premier cycle dont sont victimes les personnes socialement et culturellement les plus fragiles, démoralisation des enseignants toujours plus absorbés par des tâches administratives multiples[2] et incapables d’accomplir dans de bonnes conditions les missions d’enseignement et de recherche qui sont les leurs, opacité des mécanismes de recrutement des enseignants-chercheurs et « poids croissant du localisme » auxquels s’ajoute une « concurrence » exacerbée « pour des postes raréfiés » en raison de restrictions budgétaires et d’une politique malthusienne qui ne s’est jamais démentie.

      Et les auteurs de rappeler ce paradoxe singulier. Alors que l’éducation et la scolarité des enfants sont des préoccupations majeures des familles dans un contexte de chômage de masse et de longue durée, de même la poursuite des études supérieures après l’obtention du baccalauréat, les responsables politiques ne s’inquiètent de l’état des universités, de la situation des étudiant-e-s, de celle des personnel-le-s administratifs et des enseignant-e-s qu’à l’occasion de mobilisations significatives et/ou de difficultés financières d’une particulière gravité en alternant mesurettes élaborées dans la précipitation pour rétablir le calme et poursuite des politiques de « rigueur. »

      Vingt-trois ans plus tard, la situation n’a cessé d’empirer et ce quels que soient les majorités à l’Assemblée nationale, les gouvernements en place et les présidents. Le quinquennat de François Hollande l’a confirmé. Qui se souvient des diaphanes secrétaires d’Etat à l’enseignement supérieur, Geneviève Fioraso d’abord, Thierry Mandon ensuite, et de leurs actions significatives en faveur des universités ? Après avoir servi avec docilité le fossoyeur en chef de la majorité présidentielle et du Parti socialiste, ils ont, comme beaucoup d’autres, disparu corps et bien avec la débâcle politique que l’on sait. A droite comme au sein de la défunte gauche gouvernementale, nonobstant de menues oppositions rhétoriques sans grandes conséquences pratiques, le budget de l’enseignement supérieur est depuis longtemps une variable d’ajustement toujours conçue comme une dépense, jamais comme un investissement à long terme exigeant une constance certaine dans l’allocation des ressources financières et humaines afin de bâtir des universités capables d’assurer de façon optimale leurs missions d’enseignement et de recherche.

      Aujourd’hui, les communicants affairés ont trouvé d’autres termes que celui de rigueur pour qualifier les orientations mises en œuvre. « Modernisation », « rationalisation » et désormais « Loi de programmation pluriannuelle de la recherche » (LPPR) présentée par le Premier ministre, Édouard Philippe pour, dixit les éléments de langage utilisés, « redonner à la recherche de la visibilité, de la liberté et des moyens. » A charge pour Frédérique Vidal, la transparente ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, de mettre en place « une vaste consultation de la communauté scientifique française » qui, selon elle, a déjà « imprimé en partie sa marque » sur ce projet. Après le soi-disant « Grand débat national » et la préparation de la loi sur les retraites, on sait ce qu’il en est des consultations présidentielles et gouvernementales : de grossières et bruyantes machineries prétendument démocratiques au service de l’imposition autoritaire des orientations décidées en haut lieu. Faire diversion, alimenter les medias et les bavards radiophoniques et télévisuels qui se pressent sur les plateaux, diviser autant qu’il est possible les forces en présence, tels sont les ressorts principaux de ces coûteuses mises en scène.

      Merci au président-directeur général du CNRS, Antoine Petit, d’avoir révélé ce que cache le ronflement sonore des formules précitées, et ce que trament Matignon et de Bercy, en se prononçant haut et fort en faveur d’une « loi ambitieuse, inégalitaire » et « darwinienne » (26 novembre 2019). Lumineux mais très inquiétant. De tels propos permettent de comprendre ceci : pour les néo-libéraux engagés dans la destruction des services publics en général et dans celle de l’enseignement supérieur en particulier, la liberté signifie lutte de tous contre tous pour obtenir des fonds publics et privés afin de financer la recherche, et renforcement des liens universités/entreprises pour les établissements qui le pourront et qui bénéficieront ainsi de sommes très substantielles. En témoigne l’implantation souhaitée du groupe pétrolier Total sur le campus de l’Ecole polytechnique où il finance déjà, à hauteur de 3,8 millions d’euros, une chaire d’enseignement intitulée : « Défis technologiques pour une énergie responsable. » Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour savoir que ceux qui tiennent les cordons de la bourse déterminent également le contenu des recherches et les usages qui en seront fait. Les ministres et les béni-oui-oui de la majorité présidentielle chantent les louanges de la « modernisation » et de la liberté retrouvée, il faut comprendre vassalisation et privatisation rampantes des activités de recherches, et paupérisation pour le plus grand nombre.

      Indignations subjectives ? Vérités objectives. A preuve. Combien de temps encore allons-nous tolérer la dégradation continue des universités de ce pays qui se trouve en huitième position pour les sommes consacrées à l’enseignement supérieur ? Rappelons que « la dépense intérieure d’éducation rapportée à la richesse a baissé de 7,7% à 6,7% entre 1996 et 2016. Cela veut dire que chaque année », la France « consacre une part moindre de sa richesse à la formation de la jeunesse. » (Sources Observatoire des inégalités et OCDE) Combien de temps encore allons-nous tolérer que 20 % les étudiant-e-s- et des jeunes de 18 à 24 ans vivent sous le seuil de pauvreté soit 3,6% de plus qu’en 2002 ? Combien de temps encore allons-nous tolérer que de 30 000 étudiant-e-s fréquentent les Restos du cœur faute de moyens financiers suffisants ? Combien de temps encore allons-nous tolérer que 13,5% des étudiant-e-s renoncent à des soins médicaux pour ne pas grever davantage leur budget ? Combien de temps encore allons-nous tolérer les ravages de la sélection sociale dans les établissements d’enseignements supérieurs auxquels accèdent seulement 11% des enfants d’ouvriers alors qu’ils représentent 30% des jeunes âgés de 18 à 23 ans ? Combien de temps encore allons-nous tolérer que 46% des étudiant-e-s travaillent pendant l’année universitaire au risque de compromettre sérieusement leurs études [3] ? Combien de temps encore allons-nous tolérer des amphithéâtres surchargés et des taux d’encadrement des étudiant-e-s qui découragent les plus faibles et sont les causes des nombreux échecs en premier cycle ?

      Combien de temps encore allons-nous tolérer l’obscénité ajoutée à l’horreur lorsque la ministre Frédérique Vidal, à la suite de l’immolation d’un étudiant de 22 ans devant le Centre régional des œuvres universitaires (Crous) de Lyon le 8 novembre 2019, propose comme solution, pour celles et ceux qui sont confrontés à de graves difficultés financières, la mise en place d’un numéro d’appel, payant qui plus est ? L’auteur du présent article a donc téléphoné pour savoir ce qu’il en était et il a découvert ceci : les étudiant-e-s concernés sont renvoyés aux services sociaux déjà existants et simplement informés de leurs droits. Telle est donc la réponse de ce gouvernement au 130 000 étudiants en situation de grande précarité. Combien de temps encore allons-nous tolérer l’augmentation constante des précaires parmi le personnel administratif et enseignant, et la baisse continue du nombre de postes de titulaires pour les seconds (3650 postes ont ainsi été perdus entre 2012 et 2018) ? Combien de temps encore allons-nous tolérer que des doctorants, au terme de leur contrat, utilisent leur allocation chômage pour achever leur thèse dans des conditions toujours plus difficiles ?

      Chacun-e- est libre de compléter cette liste qui n’est pas exhaustive, tant s’en faut. Derrière ces chiffres, il y a des dizaines de milliers de jeunes femmes et de jeunes hommes dont les espérances sont ruinées par cette politique qui transforme en destin social l’existence de ceux qui sont les moins préparés à affronter la massification et à la paupérisation de l’enseignement supérieur. Sordide et insupportable violence sociale et symbolique infligée aux plus démunis.

      La Loi de programmation pluriannuelle de la recherche défendue par le gouvernement ne concerne pas seulement les membres de l’enseignement supérieur. Parents, ce sont vos espoirs, vos efforts individuels et financiers, et l’avenir de vos enfants qui sont en jeu et qui risquent d’être plus encore mis à mal si ce projet liberticide et inégalitaire est adopté. De même pour les lycéen-ne-s et les étudiant-e-s. Ce sont de vos aspirations personnelles, universitaires et professionnelles dont il est question. La coordination des universités et des laboratoires en lutte a décidé de faire du 5 mars 2020 une journée de mobilisation nationale. Il est urgent de faire reculer ce gouvernement et le chef de l’Etat.

      O. Le Cour Grandmaison, université Paris-Saclay-Evry-Val-d’Essonne.

      [1]. ARESER, Quelques diagnostics et remèdes urgents pour une université en péril, Paris, Liber-Raisons d’Agir, 1997. Furent également associés F. Balibar (Paris-VII), C. Baudelot (ENS Ulm) et D. Roche ( Paris-I), notamment.

      [2]. En 1964, déjà, Paul Ricœur écrivait : « Il faut mettre fin à l’écrasement stupide des universitaires sous les tâches administratives, sinon ancillaires, à la monumentale bêtise du gaspillage d’énergie que le manque de moyens entraîne. » « Faire l’université. » In Lectures 1. Autour du politique, Paris, Seuil, 1991, p. 375. Le chef de l’Etat, qui a réussi à faire croire qu’il est un disciple de ce philosophe, serait bien inspiré de le lire au plus vite.

      [3]. « S’ils ne travaillaient pas les étudiants salariés auraient une probabilité plus élevée de 43 points de réussir leur année. » Enquête Insee du 19 novembre 2009. « L’impact du travail salarié des étudiants sur la réussite et la poursuite des études universitaires. » M. Beffy, D. Fougère et A. Maurel. https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwi554241rf

      https://blogs.mediapart.fr/olivier-le-cour-grandmaison/blog/040220/misere-des-universites-et-universites-de-la-misere
      #LPPR

      –—

      Sur la LPPR, voir cette métaliste :
      https://seenthis.net/messages/820330#message820388

  • Depuis dix ans, un artiste #photographie les plus belles #bibliothèques du monde

    L’Allemand #Reinhard_Görner a réalisé une soixantaine de clichés de bibliothèques. Ce #photographe spécialiste de l’#architecture a sillonné l’Europe et les Etats-Unis.

    https://www.dailymotion.com/video/x67dtak

    Source : https://www.lemonde.fr/arts/video/2017/11/02/depuis-dix-ans-un-artiste-photographie-les-plus-belles-bibliotheques-du-mond

  • The CIA tried to recruit at an American Library Association convention — and the librarians fought back – Alternet.org
    https://www.alternet.org/2019/06/the-cia-tried-to-recruit-at-an-american-library-association-convention-and

    A group of librarians demanded the American Library Association abide by its values on Friday as they staged a protest of the CIA’s presence and recruitment at the professional organization’s annual conference.

    At the convention, which is taking place June 20-25 in Washington, D.C., the CIA is among the hundreds of exhibitors.

    Being an exhibitor at one of its gatherings, the American Library Association (ALA) says, “provides the best and most comprehensive opportunity to reach decision makers in the library field.”

    The protesters say the CIA’s track record provides ample evidence it should not be provided that opportunity.

    “The CIA is recruiting at #alaac19,” said organizer and Library Freedom Project founder Alison Macrina on Twitter. “Everything they stand for is a violation of the values of librarianship, so we protested.”

    The protesters laid out their motivation in a statement they handed out at the action. According to the Library Journal, the statement said, in part:

    The CIA has participated for decades in the violent overthrow of governments while propping up dictators all over the world. The CIA believes in absolute secrecy for itself, but total surveillance for all others. The CIA makes use of ultra-secretive ‘black sites’ to conduct torture and extrajudicial detention. We need not list their entire history to show that library workers should not be associated with them, that the CIA’s actions are incompatible with the values of librarianship.

    “In an era where democracy is in jeopardy, where the government and its agencies are under the control of a dangerous white supremacist regime,” the statement added, “library workers must take a stand against undemocratic forces — particularly those as powerful as the CIA.”

    That language builds on and mirrors a call from an open letter released last year.

    Authored by Macrina and Dustin Fife and entitled “No Legitimization Through Association: the CIA should not be exhibiting at ALA,” the letter was published right after the ALA’s 2018 annual conference, when the CIA was also an exhibitor.

    “We refuse to lend credence to the CIA through association and we ask our fellow library workers to join us,” it said. “We should not allow them space to recruit library workers to become intelligence analysts, which was the focus of their booth.”

    “Library workers are powerful,” the statement added. “We have a strong reputation in our local communities and across the world as being steadfast stewards of democracy, intellectual freedom, equity, and social justice. We attempt to honor these values through our collections, programs, and services and we recognize that our libraries need continuous examination in a systemically unjust society. Those values should extend to all that we do. A more democratic world is possible, and we believe that library workers can be at the forefront of this charge.”

    At this year’s event, during a Saturday membership meeting, a resolution calling for a ban on CIA recruitment at all ALA conferences and meetings failed over objections that the CIA’s free speech would be violated.

    Macrina says that’s “a facile argument.”

    The conference, Macrina told Common Dreams, “is a ticketed, private space. We abide by a code of conduct there. It is absolutely reasonable for us to decide who gets to be in such a space. If the KKK wanted to exhibit, I believe we’d reject them. This is not a First Amendment issue.”

    #Bibliothèques #CIA #ALA #American_Library_Association #First_amendment

  • Migrants : comment les #territoires ont pris le relais de l’Etat

    L’accueil de migrants, la #prise_en_charge de demandeurs d’asile et l’#intégration des réfugiés sont des #compétences_régaliennes de l’Etat. Cependant, par manque de moyens ou par choix politique, celui-ci s’avère défaillant. Les élus locaux prennent le relais. Les édiles ne peuvent rester inactifs face à l’arrivée de migrants sur leur territoire et à la formation de #campements sauvages dans l’#espace_public. Ils développent et financent des actions pour l’accueil de migrants dont une majorité relève du #droit_d’asile. Les élus sont aussi sollicités pour s’investir dans l’intégration des réfugiés. Ils bénéficient ainsi d’une contractualisation et de moyens de l’Etat. La #Stratégie_nationale_pour_l’accueil_et_l’intégration_des_personnes_réfugiées repose, entre autres, sur eux.

    https://www.lagazettedescommunes.com/dossiers/migrants-comment-les-territoires-ont-pris-le-relais-de-letat
    #villes #migrations #asile #réfugiés #accueil #Etat #compétence #responsabilité #défaillance #POPSU

  • Sur l’histoire des bibliothèques populaires, un focus sur la « Bibliothèque populaire de Toulouse », créée en 1870, et qui rejoint la rue du Périgord en 1935 :

    https://histoiretoulouse.wordpress.com/2019/03/31/la-bibliotheque-populaire-municipale-de-toulouse-au-debu

    Les bibliothèques populaires en France sont toutefois très hétérogènes, et les motivations de leurs créations sont parfois antagoniques. Sous cette appellation, on trouve des établissements dirigés par des religieux, souhaitant amener le peuple vers des lectures « saines ». La bourgeoisie philanthrope souhaite pour sa part moraliser une catégorie de la population, dont les ouvriers, en promouvant un autre loisir que celui des cabarets et des bars. Mais ce mouvement entre également dans une véritable logique d’éducation populaire, à l’image de Jean Macé, co-fondateur de la Ligue de l’Enseignement, qui s’engage dans le développement de bibliothèques dans le Haut-Rhin et de la BAI qui est la « première véritable bibliothèque populaire (c’est-à-dire fondée par et pour le peuple au sens large) ». La lecture est un levier d’émancipation, et les BP doivent permettre un accès démocratique aux livres. Les usagers sont inviter à emprunter les ouvrages, usage habituel aujourd’hui dans les bibliothèques publiques, mais qui, à l’époque, était une véritable révolution.

    https://histoiretoulouse.wordpress.com/2019/04/20/la-bibliotheque-populaire-municipale-de-toulouse-au-debu

    Ainsi, la BPM au début du XXe siècle est traversée par une véritable contradiction : d’une part, la municipalité prend acte de l’importante présence d’un tel équipement culturel dans la ville, en témoigne la volonté politique d’ouvrir davantage la « Populaire » aux Toulousains et Toulousaines. Mais, d’autre part, Élie Montagné et son équipe se trouvent démunis devant un manque de moyens financiers pour l’entretien de l’établissement. Le directeur n’a de cesse de demander des moyens supplémentaires à sa tutelle pour accueillir au mieux les usagers qui fréquentent la bibliothèque.

    #histoire #Toulouse #culture #livres #livre #bibliothèque #bibliothèques #lecture #éducation_populaire

  • Qui veut la peau de #Sci-hub ?
    https://theconversation.com/qui-veut-la-peau-de-sci-hub-114794
    #paywall

    Ceci dit, Sci-hub est en pratique alimenté en articles par des #chercheurs militants faisant profiter de leurs #abonnements à des bibliothèques qui ont accès aux abonnements payants. Ironiquement, si toutes les #bibliothèques arrêtaient de s’abonner, on ne pourrait plus alimenter Sci-hub !

    De ce point de vue, se reposer sur Sci-hub c’est aussi ne pas remettre en cause le système actuel. C’est un peu comme #pirater des copies de MS Office plutôt que d’utiliser un traitement de texte #libre : on entretient la suprématie du #système_propriétaire et on freine le développement d’#alternatives.

    • Oui c’est un argument à la noix, surtout en conclusion et présenté de manière aussi affirmative.

    • tout à fait d’accord. D’ailleurs je l’utilise largement. Il faut en effet favoriser les alternatives qd on peut, mais aussi des changements systémique pour facilliter l’engagement individuel (qui n’est pas envisageable pour les jeunes chercheurs ou des pays en dev. qui doivent d’abord faire leurs preuves).

  • « Spectacle dans un fauteuil »

    « Le Bateau Ivre » présente « Spectacle dans un fauteuil » une lecture publique des œuvres d’Alfred de Musset par Philippe Pillavoine.
    Le grand public connaît Philippe Pillavoine par exemple pour son rôle d’Edgar dans les publicités GiFi. En accueillant « Spectacle dans un fauteuil », faites leur découvrir la passion de Philippe Pillavoine pour les lettres et poésies françaises du XIXème siècle et le courant Romantique... https://www.silencecommunity.com/shop/fr/spectacles-pour-organisateurs-fr/54-laurenzaccio-spectacle-dans-un-fauteuil-fr.html

    #lecture #lecture_publique #bibliothèques #médiathèques #point_lecture #Musset #Alfred_de_Musset #de_Musset #oeuvres #poésie #prose #théâtre #écrivain #poète #lecteur #Philippe_Pillavoine #Pillavoine #Le_Bateau_Ivre #Romantisme

  • #Turquie : le gouvernement a retiré 140.000 #livres des #bibliothèques

    En Turquie, la #liberté_d'expression semble plus malmenée que jamais, plusieurs mois après le coup d’État manqué de la mi-2016 qui a relancé le gouvernement d’Erdogan dans une purge politique visant l’opposition. Depuis le mois de juin 2016, 140.000 livres auraient été retirés des collections de 1142 bibliothèques, puis détruits, au motif qu’ils feraient la promotion des idées de Fethullah Gülen, principal opposant de Recep Tayyip Erdogan.

    Depuis le mois de juin 2016 et un coup d’État militaire manqué contre Erdogan, le président turc multiplie les arrestations et intimidations à l’encontre de ses opposants. Les dernières victimes en date sont les bibliothèques du pays : en réponse à une question parlementaire, le ministre de la Culture turc Numan Kurtulmuş a révélé que 140.000 livres avaient été retirés des établissements de prêt depuis le mois de juin 2016.

    « Les publications sur le mouvement Gülen [aussi appelé FETÖ par le gouvernement turc] et Fethullah Gülen, ainsi que celles de maisons d’édition fermées par décret du gouvernement, présentes dans les 1142 bibliothèques placées sous notre juridiction, ont été retirées d’urgence », a indiqué Kurtulmuş en réponse à une question d’Ömer Fethi Gürer, député du Parti républicain du peuple, dans l’opposition.

    Pour être exact, 139.141 titres feraient actuellement l’objet d’une enquête, a précisé le ministre de la Culture turc. Parmi ces derniers, assure Deutsche Welle, des ouvrages de Baruch Spinoza, Albert Camus ou Louis Althusser, tous accusés d’avoir fait parti d’organisations terroristes...

    La Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA) s’est déclarée très préoccupée par ces retraits d’ouvrages des bibliothèques du pays.

    Les soupçons de soutien à Gülen, exilé aux États-Unis, s’apparentent à un véritable crime, en Turquie : le gouvernement aurait même fait retirer un manuel de mathématiques dans lequel un problème évoquait « un point F » et « un point G », pensant avoir affaire à une référence déguisée à l’intellectuel turc, autrefois soutien d’Erdogan, mais opposé à sa politique depuis 2010.

    Le gouvernement turc attribue aux fidèles de l’opposant politique Fethullah Gülen le coup d’État raté de juin 2016, et menace les activités de différents groupes, notamment des éditeurs, en les accusant d’apporter un soutien financier à l’Organisation Terroriste Guleniste (FETO), rattachée par le gouvernement à Fethullah Gülen.

    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/turquie-le-gouvernement-a-retire-140-000-livres-des-bibliotheques/86271
    #censure #destruction

  • Retour sur la journée d’étude : Lutte contre les fake news – quels défis pour l’information scientifique, les bibliothèques et les journalistes ? | ADBU – Association des directeurs et des personnels de direction des bibliothèques universitaires
    http://adbu.fr/fake-news-bibliotheques-journalistes

    Le 5 juin 2018, l’ADBU organisait en partenariat avec TheConversationFrance, La Croix, le CARISM et France Info une journée d’étude sur le thème de la lutte contre les fake news. Cet événement a attiré près de 170 participants au profil varié : professionnels des bibliothèques, professeurs-documentalistes, sociologues, chercheurs, enseignants universitaires et du secondaire, journalistes.

    Le jour même a été annoncée la publication de l’ouvrage gratuit et en ligne coordonné par Arnaud Mercier pour The Conversation France https://theconversation.com/fake-news-et-post-verite-20-textes-pour-comprendre-et-combattre-la-

    Devant l’avalanche d’information de toutes provenance, face à la diversité et à la multiplicité des ressources et canaux de documentation, les rapports à l’information sont aujourd’hui bouleversés, les repères sont brouillés. Les informations parcellaires, erronées ou volontairement fausses foisonnent. Le défi posé par la prolifération de la désinformation et du brouillage parfois volontaire de l’information touche le monde académique de plein fouet, avec l’arrivée de nouvelles générations d’étudiants qui peinent à se repérer dans la masse d’information indiscriminée et parfois invérifiable qui les entoure.

    Cette journée d’étude visait donc à aborder le sujet de la valeur de l’information en croisant les regards de pédagogues et de bibliothécaires.

    #Fake_news #Bibliothèques

  • Du caractère inflammable des livres et de la soi-disant lutte contre la barbarie
    https://page42.org/du-caractere-inflammable-des-livres-et-de-la-soi-disant-lutte-contre-la-barb

    Dans la nuit de mercredi à jeudi, une bibliothèque a brûlé. C’était à Nantes. Deux jours plus tôt, un policier abattait à bout portant Aboubakar, un garçon de 22 ans, qui essayait de fuir un contrôle d’identité. Pourtant, à en lire les médias et les réseaux sociaux, ce n’est pas dans ce meurtre que réside la barbarie, mais bel et bien dans la crémation d’un bâtiment municipal qui hébergeait quelques bouquins. Brûler des livres est un sacrilège. Tuer un homme, on peut toujours invoquer la légitime défense ou même la maladresse.

    Et les voix de s’élever pour venir au secours de cette Culture qu’on assassine – rassurez-vous, la bibliothèque sera réouverte dans quelques jours, des bouquins on en trouve toujours. Ça ne fera pas revenir Aboubakar, mais on se félicitera de la résilience de la République. On louera le courage des habitants de vivre en résistants dans des quartiers pourris par la violence ordinaire et le fondamentalisme. Politique du Karcher oblige, on annoncera des moyens policiers supplémentaires. On jurera qu’on viendra à bout de la délinquance. L’IGPN annonce que le recours aux armes à feu chez les policiers a bondi de 54 % entre 2016 et 2017 : on est entre de bonnes mains. Et TF1 fera un reportage sur la réouverture de la bibliothèque, victoire des forces du bien contre celles du mal.

    En France, on s’émeut davantage du sort de quelques livres que des violences policières, qui pourtant gangrènent la République jusqu’à la moelle. 14 morts cette année, et des centaines de blessés – on pense aux manifestants, aux ZADistes, aux grévistes qui en subissent les assauts en première ligne, mais aussi aux habitants de ces « quartiers difficiles » qui eux le vivent aux quotidiens : contrôles à répétition, intimidation, racisme, on ne leur épargne rien. Là-bas, la police ne rassure plus personne depuis longtemps. Et quand un homme en meurt, c’est la colère enfouie dans les ventres qui déclenche l’incendie, bien avant les premiers départs de feu.

    La barbarie que nos livres sont censés combattre est là, devant nos yeux. Nous, auteurs et autrices, avons beau jeu de clamer sur tous les toits que l’empathie est notre première arme, que nous luttons à travers nos mots contre les inégalités et la violence, quand nous ne sommes pas capables de nous intéresser de près à ce qui constitue aujourd’hui la véritable barbarie – celle qu’on inflige aux plus pauvres, aux moins favorisés, aux moins blancs aussi. Pleurer sur ces bibliothèques qu’on brûle n’arrangera rien, au contraire : on ne fera que passer le message à ces gens déjà en colère qu’une poignée de livres vaudra toujours davantage que leur vie. Annoncer aujourd’hui des moyens policiers supplémentaires et la réouverture de la bibliothèque au plus vite – là où des ascenseurs sont en panne depuis des décennies, où les installations municipales sont vétustes et les habitations insalubres, c’est non seulement mettre de l’huile sur le feu, mais se foutre de la gueule du monde.

    Alors si les livres sont vraiment capables de changer le monde, c’est peut-être par là qu’il faut commencer : en tant qu’auteurs et autrices, nous devons nous engager aux côtés de celles et ceux qui ont vraiment besoin de notre empathie : pauvres, migrants, victimes de violences, fonctionnaires et travailleurs précaires, franchement ça ne manque pas.

    Et si rien ne change et que nous continuons à nous regarder le nombril – c’est vrai qu’il est très beau –, alors peut-être l’ignoriez-vous, mais non contents de bien brûler, vos livres feront aussi d’excellents projectiles.

    Neil Jomunsi

    #banlieues #quartier #violences_policière #émeutes #zbeul #littérature #livres #bibliothèques

  • Dans les #quartiers_populaires, les #bibliothèques transformées en #médiathèques incarnent une volonté de #démocratie_culturelle. Or les ouvriers et les jeunes de ces quartiers se sentent souvent peu concernés par cette offre qui se veut « de qualité ».

    http://sms.hypotheses.org/8718

    #quartier, #populaire, #bibliothèque, #médiathèque, #démocratie, #culture, #culturel, #ville, #lecture, #librairie

  • A Marseille, les #Bibliothèques sont le symbole d’une gestion à la dérive
    https://www.mediapart.fr/journal/france/130418/marseille-les-bibliotheques-sont-le-symbole-d-une-gestion-la-derive

    Régulièrement en grève depuis décembre 2017, les bibliothèques marseillaises souffrent d’un sous-effectif et d’une direction absente qui laissent le champ libre au syndicat majoritaire #FO. À l’Alcazar, vaisseau amiral, la situation a provoqué le départ de nombreux cadres, ainsi que des cas de #souffrance_au_travail.

    #France #Jean-Claude_Gaudin #services_publics

  • BBC - Culture - Biblioburro: The amazing donkey libraries of Colombia
    http://www.bbc.com/culture/story/20180410-biblioburro-the-amazing-donkey-libraries-of-colombia

    Biblioburro: The amazing donkey libraries of Colombia

    Travelling with his two loyal donkeys, Alfa and Beto, Luis Soriano has been spreading the joy of reading to children in rural Colombian communities for over 20 years.

    #ânes #bibliothèques #livres #culture #savoir

  • Black Tar, Black Markets : Denver’s Opioid Crisis and the Search for a Progressive Fix | Alternet
    https://www.alternet.org/drugs/black-tar-black-markets-denver-opioid-crisis-search-progressive-fix

    https://www.alternet.org/sites/default/files/640px-denvercp.jpeg

    Un passage sur les bibliothèques dans un article sur les « salles de shoot ». Paniquant, isn’t it ?

    The Denver Public Library, searching for a humane solution, took action. To prevent any additional tragedies, the library trained many of its staff to use naloxone (brand name Narcan), the antidote to an opioid overdose. Over 300 staff now carry naloxone across the library’s different branches.

    “Let me be clear,” Rachel Fewell, the Central Library Administrator of the Denver Public Library, told me. “Drug use of any kind in our library is illegal and a violation of our policies. But when we see it, we try to treat the people using our library as individuals and with respect. We try to connect them with the resources and services they need.”

    Fewell explained that the library has social workers and peer navigators on its staff who try to help guests deal with problems such as addiction or homelessness. Guests can access these services for free during daily drop-in hours. She told me that the library has successfully reversed 15 overdoses since they equipped staff with naloxone last year, and there have been no more deaths.

    #Opioides #Bibliothèques #Société_du_soin #Care

  • Les bibliothèques sous le règne du capitalisme – Framablog
    https://framablog.org/2018/02/06/les-bibliotheques-sous-le-regne-du-capitalisme

    La bibliothèque publique est l’un des rares endroits où les gens peuvent entrer gratuitement, accéder gratuitement aux documents et y séjourner sans devoir acheter quoi que ce soit. La valeur des bibliothèques publiques ne réside pas seulement dans les documents qu’elles prêtent ou dans le modèle non commercial qu’elles incarnent, mais aussi dans le bien commun qu’elles représentent : un endroit public qui offre aux citoyens des espaces intellectuels libérés, propices aux dialogues et à l’organisation de la communauté.

    Lorsqu’on étudie le développement et le déclin des bibliothèques publiques, on constate que les changements sont souvent imputables à l’objectif premier du capitalisme : le profit. Si quelque chose évolue défavorablement – autrement dit, si une chose menace la possibilité de profit – celle-ci devient un bouc émissaire opportun pour réduire les moyens dans les budgets des administrations locales, nationales ou fédérales. Les bibliothèques publiques, l’éducation publique et l’espace public représentent trois victimes actuelles de l’influence du capitalisme car elles sont devenues des « dépenses inutiles » qui entravent l’accroissement des profits.

    Ce conflit entre les patrons et les travailleurs transparaît aussi dans l’histoire des bibliothèques publiques. Les bibliothèques font partie d’un système de contrôle social : elles fournissent des ressources et une éducation aux immigrants. Quand les patrons encouragent la création de bibliothèques, c’est qu’ils les voient comme terrain d’essai pour immigrés au service de leur industrie. Par exemple, à Butte Montana, en 1893, la nouvelle bibliothèque Carnegie a été présentée par les propriétaires de mines comme « un antidote au penchant des mineurs pour la boisson, les prostituées et le jeu » et comme un moyen de favoriser la création d’une communauté d’immigrés afin de limiter la rotation du personnel.

    À la même époque, l’association ultraconservatrice John Birch Society dépêchait ses membres dans toutes les bibliothèques publiques du pays pour vérifier si le Livre bleu de l’association était bien disponible dans leurs rayonnages. Ce Livre bleu mettait en garde contre l’ennemi qui s’apprêtait à transformer les États-Unis en état policier communiste et laissait entendre que le Président Eisenhower était un agent communiste. En 1953, au plus fort de la chasse aux sorcières, un membre de la Commission des recueils de textes de l’Indiana a dénoncé l’œuvre Robin des bois comme une œuvre de propagande communiste, et demandé son retrait des écoles et des bibliothèques au prétexte que le héros prenait aux riches pour donner aux pauvres. Fort heureusement, quelques étudiants courageux de l’Université d’Indiana ont résisté et organisé le mouvement de la plume verte (Green Feather Movement) en référence à la plume sur le chapeau de Robin des bois.

    Le ralentissement de l’immigration des travailleurs dans les années 1970 et le stress de l’austérité due à la montée du néo-libéralisme ont provoqué le déclin des services sociaux, dont le système des bibliothèques publiques. Certaines d’entre elles dérivent vers un modèle d’entreprise lucrative qui considère les utilisateurs comme des clients et suivent un modèle entrepreneurial. Elles utilisent les relations publiques, la marchandisation de l’information, l’efficacité, l’image de marque et le mécénat pour augmenter leurs capacités de financements. L’argent qui provenait de taxes locales, nationales et fédérales, indispensable au maintien des services publics, a été transféré dans les poches des sociétés privées, dans l’entretien du complexe militaro-industriel, ou entassé dans des paradis fiscaux.

    #Bibliothèques #Etats-Unis

  • Faire payer l’accès à la médiathèque, une “discrimination territoriale”
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/faire-payer-l-acces-a-la-mediatheque-une-discrimination-territoriale/86915

    Pince-moi, je rêve...

    Dès la mise en place de la cotisation, les usagers, y compris ceux qui habitent La Trinité, manifestent leur étonnement, voire leur mécontentement. La ville est la seule de France à avoir mis en place une telle cotisation. « Nous sommes dans des restrictions budgétaires, de la part des dotations de l’État, depuis maintenant quelques années. Aujourd’hui, pour assurer un service de qualité, cela permet une petite contribution », a commenté le maire Les Républicains de la ville, Jean-Paul Dalmasso, auprès de France 3 Provence-Alpes Côte d’Azur.

    L’Association des Bibliothécaires de France voit d’un très mauvais œil cette cotisation, et le fait savoir dans un communiqué, soulignant avoir saisi le ministère de la Culture et la Direction des Affaires Culturelles. « Aucune bibliothèque française de lecture publique ne pratique cette limitation, car l’accès aux livres, à la connaissance, à la culture et aux loisirs ne souffre d’aucune restriction. Seul l’emprunt à domicile peut faire l’objet d’une inscription forfaitaire annuelle même si l’ABF défend la gratuité », explique l’association.

    Citant le Manifeste de l’UNESCO et la Charte des Bibliothèques, l’ABF rappelle que l’accès à la bibliothèque et à ses collections doit se faire sans distinction ni discrimination. « L’ABF appelle le ministère de la Culture et la DRAC à intervenir auprès des élus de La Trinité et en l’absence de conciliation, d’examiner tous les recours juridiques permettant d’annuler cette délibération qui relève selon nous de la discrimination territoriale au sens de la Loi n° 2008-496 du 27 mai 2008 », termine l’association.

    #Bibliothèques

    • Faut regarder le petit reportage sur la page qui est en lien https://youtu.be/bw7riMsSlo4

      où on voit une assistante maternelle qui habite la commune qui ne peut pas rentrer parce qu’elle est avec deux enfants très très jeunes qui ne sont pas de la municipalité. Ils doivent avoir moins de 4 ans et apparemment devraient payer chacun 30€. Du grand délire !!! L’argument financier ne tient pas. Combien de personnes vont accepter de payer les 30€ pour la simple utilisation du lieu ? C’est énorme. C’est pas comme si une bibliothèque c’était un truc hyper attractif en soi parmi les jeunes générations. Il faut prendre l’habitude du lieu, de Les jeunes iront se poser ailleurs et je vois bien où parce que traîner dans les galeries commerciales par contre ça restera gratuit. Que ça soit un maire LR ne m’étonne absolument pas et que ce soit en PACA encore moins.

  • Taxer les lectures offertes, et les enfants déserteront les bibliothèques
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/taxer-les-lectures-offertes-et-les-enfants-deserteront-les-bibliotheques/86621?origin=newsletter

    « Les négociations sont toujours en cours, la réunion de décembre dernier au ministère avec la SCELF, le SNE, la Charte, l’ABF et la SGDL n’ayant pas été concluante », nous assure une proche du dossier. Or, les tarifications 2018 semblent avoir choisi une voie unilatérale pour régler les échanges : la SCELF est bien décidée à faire payer toute lecture de texte, suivant des conditions « arbitrairement décidées ».

    Qui veut vraiment taxer les bibliothèques ?

    Or cette position déjà décriée met en danger certes les auteurs et les bibliothécaires, mais également « tous les bénévoles et aux associations qui font vivre la lecture dans les zones péri-urbaines et rurales… ce serait détricoter 30 années de politique du livre », déplore une observatrice.

    L’une des pistes, vis-à-vis du public, serait de réaliser à l’occasion une communication collective à l’occasion de la Nuit de la lecture, parrainée par Daniel Pennac. Du côté des auteurs, il s’agirait peut-être de mettre à jour, collectivement, les contrats passés avec les éditeurs et refuser de signer les droits de représentation. De la sorte, « on couperait l’herbe sous les pieds de la SCELF ».

    #Lercture #Edition #SCELF

  • Lecture publique : la SCELF pratique le “coût du lapin” en bibliothèque
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/lecture-publique-la-scelf-pratique-le-cout-du-lapin-en-bibliotheque/86329

    Problème, ce 5 janvier, la SCELF a accompagné ses vœux 2018 d’un petit lien : « Rendez-vous directement sur le portail en ligne, la nouvelle tarification 2018 de droits d’auteur en matière de lectures à voix haute que nous vous invitons à consulter », explique-t-on. 
     
    Et en effet, toute forme de lecture, même dans son plus simple appareil, doit faire l’objet d’un paiement de redevance « quels que soient le cadre (possiblement sur scène) et la nature du dispositif (accessoires, lumière, etc.) mis en œuvre ». En outre, il faudra effectuer des demandes en bonne et due forme, pour obtenir les autorisations ad hoc. 
     
    La réaction est immédiate, et des auteurs s’en étranglent : « Non seulement le principe de faire payer des lectures gratuites reste, mais l’auteur devra payer pour lire son propre texte au bout d’un an, et les associations reconnues d’intérêt général se voient généreusement accorder une réduction de 5 %. Dans ma langue on dit foutage de gueule ! »
     
    Pour exemple, les lectures de rues, qui peuvent constituer l’une des grandes attractions dans le cadre du Printemps des poètes, sont taxées forfaitairement à 30 €.

    #Bibliothèques #Lecture #Copyright_madness #SCELF

    • Pour connaitre la suite, un livre : La liquidation - Laurent Cordonnier

      Du temps a passé depuis le début de la grande crise écologique et le reflux de la mondialisation. Le monde que nous avons connu depuis la révolution industrielle a beau toucher à sa fin, l’économie de marché n’en continue pas moins de faire des « progrès », sous la férule des banques et des institutions financières qui ont accaparé tous les pouvoirs, et qui cherchent dans les décombres de ce vieux monde (dont elles précipitent tragiquement la fin) de quoi survivre et même triompher encore. C’est le thème principal de ce roman d’anticipation politique et économique : pendant la liquidation, l’économie de marché et la finance aux abois continuent de travailler à leur propre accomplissement. La « liquidation » en question est donc tout à la fois celle de la société, en proie à un effondrement démographique irréversible ; celle de l’économie, repliée sur elle-même suite au reflux de la mondialisation, et tragiquement en manque de nouveaux eldorados ; celle de la ville, dont le périmètre ordonné et viable se rétrécit ; celle des actifs immobiliers, dont la valeur suit le déclin de la population ; et celle des banques… qui mettent tout en œuvre pour essayer d’en refouler la perspective inéluctable. Mais la « liquidation », c’est aussi celle de Philippe Smithski, le personnage principal de cette fiction, dont les affaires personnelles sont le triste décalque de la marche du monde qu’il habite. Pris au piège d’une procédure de redressement économique, au bord de la faillite personnelle, à la fois maintenu en vie et mis la tête sous l’eau par sa propre banque, Smithski – un héros à reculons, qui fait ce qu’il peut pour se hisser à la hauteur de la situation – semble dériver inexorablement vers la déchéance promise aux « Wibankacs » (littéralement : Without bank accounts… ceux qui n’ont même plus de compte en banque).

      . . . . . . . . . . .
      Dans cet univers totalement désenchanté, où tout semble se rétrécir, où la nature a totalement disparue (survivant uniquement comme une attraction pour parcs à thèmes), où le non-sens menace chaque action, où le passé subsiste uniquement sous forme de reliques, où les enfants sont devenus indésirables, où la froide logique comptable de la valorisation des actifs en temps réel et à la fair value dicte sa loi aux organisations et aux êtres vivants, où seules les banques semblent maîtriser la situation – l’Etat et le gouvernement, complètement dépassés, en sont réduits à commenter intelligemment le cours catastrophique des choses – … dans ce monde où seule la rigueur implacable du calcul économique semble constituer un point fixe, quelque chose finira par échapper.
      . . . . . . . .

  • 100 000 livres sur l’histoire de l’art disponibles en téléchargement gratuit
    https://www.presse-citron.net/100-000-livres-sur-lhistoire-de-lart-disponibles-en-telechargement-gr

    La plateforme Getty Research Portal offre son cadeau de Noël à tous les amateurs d’histoire de l’art et d’ouvrages anciens.

    Les passionnés d’art vont être gâtés pour Noël. Pour fêter la quatrième bougie de sa plateforme, Getty Research Portal met à disposition, et ce de manière totalement gratuite, 100 000 livres dédiés à l’histoire de l’art.
    Une immense collection de livres rares disponibles sur Getty Research Portal

    Parmi les nombreux ouvrages proposés, on retrouve des écrits rares qui ne sont présents que dans quelques institutions réparties dans le monde. On retrouve ainsi des collections issues, entre autres, de l’Art Institute of Chicago, du Guggenheim Museum Library à New York ou encore du Warburg Institute Library à Londres.

    Hormis la collection d’œuvres issue de ces musées américains, le Getty Research Institute cherche également à élargir sa bibliothèque virtuelle avec d’autres écrits venus directement d’Inde, du Japon ou d’Iran.

    Comme l’explique Annie Rana, la responsable de ce projet, Getty Reseach Portal « aspire à offrir une collection plus vaste que n’importe quelle autre bibliothèque. Avec ces documents téléchargeables, les chercheurs et universitaires peuvent désormais être en possession de copies de livres rares et d’autres titres sans avoir à voyager dans des endroits reculés ».

    #Bibliothèques #Domaine_public

  • Peut-être n’est-il pas nécessaire d’archiver tous les tweets du monde
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/peut-etre-n-est-il-pas-necessaire-d-archiver-tous-les-tweets-du-monde/86491?origin=newsletter

    On s’étonnera longtemps que les gouvernements aient tant à cœur de préserver les archives de ce que produit Twitter. Certes, la dimension historique n’est pas si incompréhensible, dans une perspective patrimoniale. Pourtant, les États-Unis ont décidé de mettre un peu d’ordre dans toute cette conservation, effectuée par la Library of Congress.

    Archiver, c’est toujours sélectionner, échantillonner. La question est toujours du modèle d’échantillonnage que l’on choisit. J’ai toujours peur des sélections « thématiques » (qui ne portent que sur les thèmes soit trop généralistes et partagés, soit sur les centres d’intérêts de l’archiveur, ce qui laisse de côté une large part des usages). Un échantillonnage aléatoire est certainement une autre manière qui sera peut être plus utile aux historiens du futur.

    #Archivage #Bibliothèques #Twitter