• The Roots of the Right-Wing Coup in Bolivia
    https://www.dissentmagazine.org/online_articles/roots-coup-bolivia-morales-anez-camacho

    Bolivian movements have been some of the strongest and most powerful in the globe. They have a history of militancy and have already begun to resurface on the streets and in the plazas of Cochabamba and La Paz. These movements are strong enough to envision a Bolivia beyond Morales and beyond the fascist right. As Rivera Cuscicanqui said in the days after the violence, “The struggle for autonomy, liberation and sovereignty of indigenous peoples did not begin and end with Evo Morales. Indigenous peoples, social movements, [and] leftist union organizers will rise again.”

    #Bolivie

  • The Intercept sur Twitter : ""As far as I can tell, American democracy deceives its people into voting, but neither the government nor the people actually govern. It’s the transnational corporations who govern." Bolivia’s @evoespueblo speaks to @ggreenwald ⁠— full interview coming soon." / Twitter
    https://mobile.twitter.com/theintercept/status/1206308962234224646?ref_url=https%3a%2f%2fwww.nakedcapitalism.com%2f

    https://video.twimg.com/amplify_video/1206308159696060416/vid/640x360/c00_WZ3zzwUkS5kF.mp4?tag=13

    #Bolivie #Morales

  • Un spectre hante l’Hémisphère occidental : le spectre de la démocratie

    Un espectro se cierne sobre el Hemisferio Occidental: el espectro de la democracia
    https://www.elnacional.com/mundo/un-espectro-se-cierne-sobre-el-hemisferio-occidental-el-espectro-de-la-d

    Por Michael Kozak, secretario de Estado adjunto interino para Asuntos del Hemisferio Occidental, de Estados Unidos

    En ciudades a lo largo de las Américas, las calles han sido recientemente inundadas por protestas, algunas de ellas violentas. Una vez más, algunos críticos intentan mostrar a los Estados Unidos como un actor a su conveniencia, y apelan para esto a un marco ideológico obsoleto, de los tiempos de la Guerra Fría. Los Estados Unidos tal vez no siempre coincida con las políticas o la retórica de sus vecinos pero los Estados Unidos sí los respeta; respetamos su derecho a la autodeterminación democrática. Sin embargo, compartimos una responsabilidad inherente a vivir en este hemisferio de libertad.

    La autodeterminación democrática exige el compromiso de respetar los derechos humanos, la separación de poderes y el Estado de derecho. Cuando actores autoritarios subvierten el Estado de derecho democrático para aferrarse al poder o al lucro ilegítimo, como comunidad tenemos la obligación de unirnos a nuestros vecinos y apoyar a quienes responden a través de las instituciones constitucionales democráticas.

    Esto se aplica a Venezuela, donde Nicolás Maduro manipuló una elección inhabilitando a sus opositores, censurando a medios de comunicación y recurriendo directamente al fraude electoral en mayo de 2018. Si bien casi todos los países de nuestro hemisferio ahora reconocen la legitimidad del presidente interino Juan Guaidó, Venezuela sigue padeciendo la gestión nefasta y autoritaria de Maduro y su violenta represión del pueblo venezolano. Como ciudadanos de las Américas, todos compartimos una obligación hacia Venezuela y su pueblo de ayudarles a terminar con la tiranía de Maduro y restablecer la democracia en su país.

    Esto se aplica al caso de Bolivia, donde el ahora expresidente Evo Morales intentó subvertir el proceso democrático. Hizo caso omiso de los límites de períodos de gobierno establecidos en la constitución, debilitó la separación de poderes copando las instituciones judiciales y electorales con sus acólitos, y luego recurrió directamente al fraude en un intento de permanecer en el poder. El pueblo boliviano y las instituciones se unieron en defensa de su constitución y en contra de esta captura de poder, y Morales abandonó su cargo y se fue de Bolivia. El pueblo de Bolivia, incluidos numerosos miembros del movimiento político que en su momento Morales llevó al poder, están avanzando en el delicado proceso orientado a restituir el poder al pueblo. Al igual que con Venezuela, estamos del lado de nuestros vecinos bolivianos en su construcción de un futuro democrático.

    Sin embargo, aunque defendemos el derecho de reunión, no podemos apoyar ciegamente la tiranía de las protestas callejeras violentas en lugares donde existen vías democráticas legítimas para la expresión política. En estos lugares, las protestas pacíficas ofrecen al pueblo otra vía para la expresión y para el diálogo con sus líderes políticos. Lamentablemente, también hemos visto agitadores que, a veces con el apoyo de regímenes extranjeros, tomaron de manera violenta estas protestas en una apuesta por frustrar o revertir logros democráticos.
    […]

    #Venezuela, #Bolivie et, sans le nommer, #Chili

    • A specter is haunting the Western Hemisphere – the specter of democracy
      version originale à suivre dans la même page.

      By Michael Kozak, Acting Assistant Secretary for Western Hemisphere Affairs, U.S. Department of State

      Sometimes-violent protests have recently filled the streets of cities across the Americas. Some critics once again seek to cast the United States as a convenient foil, using an outdated Cold War-era ideological framework. The United States may not always agree on policy or rhetoric, but the United States respects our neighbors; we respect their right to democratic self-determination. But we share a responsibility that comes with living in this hemisphere of freedom.

      Democratic self-determination demands a commitment to the respect for human rights, the separation of powers, and the rule of law. When our neighbors are tested, and when authoritarians subvert the democratic rule of law to retain power or unlawful profit, we as a community have an obligation to come together and support those who push back through democratic, constitutional institutions.

      This applies in Venezuela, where Nicolás Maduro rigged an election by disqualifying his opponents, censoring the media, and engaging in outright vote fraud in May 2018. While almost all countries from our hemisphere now recognize the legitimacy of interim President Juan Guaidó, Venezuela continues to suffer under Maduro’s authoritarian misrule and his violent repression of the Venezuelan people. As fellow Americans, we all share an obligation to Venezuela and her people to help them end the tyranny of Maduro and restore democracy to their country.

      This applies in Bolivia, where now-former President Evo Morales tried to subvert the democratic process. He disregarded constitutional term limits, eroded separation of powers by filling the judiciary and electoral institutions with his cronies, and then engaged in outright fraud in an attempt to remain in power. The Bolivian people and institutions rallied in support of their constitution and against this power grab and Morales abandoned his office and Bolivia. The people of Bolivia, including many members of the political movement Morales once led to power, are making progress in the delicate process of returning power to the people. Like in Venezuela, we stand on the side of our Bolivian neighbors as they build their democratic future.

      However, while we defend the right of assembly, we cannot support blindly the tyranny of violent street protests in places where legitimate democratic paths of political expression are available. In such places, peaceful protests afford the people another avenue for expression and dialogue with their political leaders. Unfortunately, we also have seen spoilers, oftentimes supported by foreign regimes, violently hijack these protests in a bid to thwart or undo democratic outcomes.

    • Les Amériques, mais pas que…

      WP[en] détaille de façon presque fétichiste les États ayant un bout dans l’H. occ.
      https://en.wikipedia.org/wiki/Western_Hemisphere

      Mais à tout seigneur, tout honneur,…

      As an example of totum pro parte, the term Western Hemisphere is widely used by the United States government to mean the Americas.

      … suit immédiatement une palanquée de notes pointant vers des administrations états-uniennes qui structurent leur relations extérieures autour de cette dichotomie du monde.

      Cette version moderne de la #doctrine_de_Monroe, suivie du #corollaire_Roosevelt est largement partagée chez nos amis (?) états-uniens. Là-bas, on dit bipartisan

      Il y a bientôt un an :
      Joe Biden : The Western Hemisphere Needs U.S. Leadership | Americas Quarterly
      https://www.americasquarterly.org/content/joe-biden-western-hemisphere-needs-us-leadership

    • Et de l’autre côté (du mauvais côté ?) du monde :

      Eastern Hemisphere - Wikipedia
      https://en.wikipedia.org/wiki/Eastern_Hemisphere

      The Eastern Hemisphere may also be called the "Oriental Hemisphere". In addition, it may be used in a cultural or geopolitical sense as a synonym for the “Old World”.

      Un spectre hante l’Hémisphère oriental, le spectre d…

      (bon, on avait bien une version du spectre pour l’Europe, mais il n’est pas exclu, étant donné le caractère simplificateur et manichéen de nos amis (?), Hémisphère oriental = Vieux Monde = Europe.)

    • non mais wikipedia et la cartographie c’est encore pire que wikipedia et les maths… incompréhensible et bien souvent faux :)

      Western Hemisphere | Definition | Britannica
      https://www.britannica.com/place/Western-Hemisphere

      Western Hemisphere, part of Earth comprising North and South America and the surrounding waters. Longitudes 20° W and 160° E are often considered its boundaries. Some geographers, however, define the Western Hemisphere as being the half of Earth that lies west of the Greenwich meridian (prime meridian, 0° longitude) continuing to the 180th meridian. According to this scheme, the Western Hemisphere includes not only North and South America but also portions of Africa, Europe, Antarctica, and Asia.

  • Bolivie: un canevas serbe?

    https://lecourrier.ch/2019/11/26/bolivie-un-canevas-serbe

    Pour le conseiller en « révolution », il s’agit d’identifier le bon « momentum », le moment qui fera basculer l’opinion publique et favorisera ensuite la chute du « régime autoritaire » visé. En Bolivie, les incendies géants de cet été semblent avoir joué ce rôle.

    Le 25 août, le chef de Canvas retweetait une publication de son ancienne étudiante sur les incendies géants dans la Chiquitania (entre le Chaco et l’Amazonie), s’indignant que « la mauvaise gouvernance mène aux catastrophes environnementales ». Le 27, Jhanisse Vaca Daza lançait #SOSBolivia sur le compte Twitter de son ONG, Rios de Pie, qui est vite devenu un hashtag très utilisé par les opposants à Evo Morales.

    #Bolivie #CoupDEtat #putsch #SantaCruz #RévolutionsOranges #ExtrêmeDroite

    • Srda Popovic est un habitué de ce « Davos de la dissidence », comme il le décrit, orchestré par la Human Rights Foundation (HRF), où exerce Jhanisse Vaca Daza depuis quatre ans. Cette ONG de défense des droits humains, dont le siège social se situe dans l’Empire State Building, a été fondée en 2005 par Thor Halvorssen Jr., militant libéral issu de la grande bourgeoisie vénézuélienne. Son cousin Leopoldo López est un opposant notoire au gouvernement de Nicolás Maduro, sur une ligne anticommuniste.

      sinon momentum signifie impulsion (quantité de mouvement en mécanique).

  • Guzmán: «Nos quieren explotadas en sus tierras y de sirvientas en sus casas, por eso este golpe necesita ser racista» | Diario Contexto
    https://www.diariocontexto.com.ar/2019/11/18/guzman-nos-quieren-explotadas-en-sus-tierras-como-sus-sirvientas-

    Frente a la terrible situación que existe en Bolivia desde el golpe de Estado contra el presidente Evo Morales, Contexto dialogó con Adriana Guzmán, integrante del movimiento Feminista Antipatriarcal de Bolivia.

    Guzmán analizó las características del golpe, explicó qué sectores están realmente detrás de la autoproclamada «presidenta», Jeanine Áñez, y aseguró que la resistencia de los pueblos originarios «no se acaba con el Evo, esta lucha es por la defensa de nuestra dignidad frente a un golpe de Estado racista y fascista».

    #Bolivie #féminisme #patriarcat #fascisme #répression #racisme

  • #Colombie, Chili, Bolivie : les informations de la nuit
    https://www.courrierinternational.com/article/pendant-que-vous-dormiez-destitution-colombie-chili-bolivie-l

    #Chili : nouveaux incidents violents lors de manifestations. “De graves incidents dans diverses régions” ont marqué “une nouvelle journée de manifestations” jeudi au Chili, résume La Tercera. Alors que la crise sociale dure depuis plus d’un mois, le quotidien fait notamment état de l’incendie et du saccage d’un centre commercial à Quilicura, au nord de Santiago, après un rassemblement pour protester contre des tortures que des policiers auraient infligées à de jeunes manifestants. Et fait part de l’arrêt d’un service de train à Valparaiso, où des “manifestations massives” se sont “soldées par des troubles”. Le mouvement de protestation sociale qui a débuté le 18 octobre est le plus important que le Chili ait connu en trois décennies. Vingt-deux personnes ont été tuées pendant ces manifestations.

    #Bolivie : la police disperse une grande marche antigouvernementale. La police bolivienne a dispersé jeudi au gaz lacrymogène une vaste marche antigouvernementale à La Paz, tandis que le Congrès discutait des moyens de sortir de la grave crise politique que connaît la Bolivie. Des milliers de personnes portant les cercueils de cinq victimes tuées mardi dans des heurts étaient descendues d’El Alto, ville jumelle de La Paz considérée comme un bastion de l’ancien président Evo Morales. “Les incidents ont commencé lorsque les manifestants ont placé l’un des cercueils sur un char militaire, qu’une personne est montée dessus et a agité un wiphala (l’emblème multicolore des peuples indigènes), provoquant une réaction des troupes”, raconte El Deber. L’“énorme vague de gaz lacrymogène” qui a suivi a “causé des évanouissements et des chutes au milieu du tumulte”, selon le journal.

  • The #OAS lied to the public about the Bolivian election and coup - MarketWatch
    https://www.marketwatch.com/story/the-oas-lied-to-the-public-about-the-bolivian-election-and-coup-2019-11

    What is the difference between an outright lie — stating something as a fact while knowing that it is false — and a deliberate material representation that accomplishes the same end? Here is an example that really pushes the boundary between the two, to the point where the distinction practically vanishes.

    #manipulation #mensonges #Bolivie

  • A propos des tremblements déters en Amérindies du Sud, au travers des traductions de textes & prises de paroles de féministes indigènes :

    Les veines ouvertes de l’Amérique du SUD
    https://nantes.indymedia.org/articles/47363

    Nous, Femmes autochtones du monde, nous devons nous unir et nous battre avec spiritualité et sagesse, car c’est seulement ainsi que nous gagnerons.
    /.../
    La #plurinationalité des territoires n’a pas besoin d’autorisation pour exister. Abattons les #frontières, la solidarité va s’étendre sans barrières. Ni le pouvoir des Églises ni celui des militaires n’arrêteront la lutte pour une vie juste, digne et diverse dans chaque territoire.

    +

    À propos des évènements en cours en #Bolivie / Cette conjoncture nous offre une grande leçon contre le triomphalisme. Participation de Silvia Rivera Cusicanqui au Parlement des femmes de La Paz, à La Paz, en Bolivie, le 12 novembre 2019
    https://portapluma.blogspot.com/2019/11/a-propos-des-evenements-en-cours-en.html

    Je ne crois en aucune des deux hypothèses qui ont été présentées. Le triomphalisme qui dit qu’avec la chute de Evo nous avons retrouvé la démocratie me paraît excessif, une analyse qui vise à côté.
    /.../
    La seconde fausse hypothèse, qui me semble à moi hautement dangereuse, c’est celle du #coup_d’État, qui ne cherche qu’à légitimer, tout entier, avec le paquet et tout, enveloppé de cellophane, tout le gouvernement de #Evo_Morales dans ses moments d’abâtardissement les plus forts.

    Et ce passage ô combien important pour la compréhension :

    Il a fait croire que nous étions face à un gouvernement révolutionnaire dans le style cubain, mais nous engueulait pour les nostalgies gauchistes d’un groupe de machos qui ne sont pas seulement les #machos de Camacho, mais aussi les machos gauchistes, misogynes, qui nous traitent comme chair à canon et comme chair à hameçon afin de créer leurs réseaux de perversion des secteurs populaires.

    + lire aussi

    "Le coup d’État en Bolivie est raciste, patriarcal, ecclésiastique et économique" / “El golpe de Estado en Bolivia es racista, patriarcal, eclesiástico y empresarial”
    source : https://www.pagina12.com.ar/230580-el-golpe-de-estado-en-bolivia-es-racista-patriarcal-eclesias

    traduction de l’intro :

    #Adriana_Guzmán représente le #féminisme #communautaire antipatriarcal de Bolivie et les féministes d’Abya Yala. Elle s’est reconnue dans cette lutte avec d’autres compagnes de la guerre du gaz en 2003, raison pour laquelle elle dit souvent qu’elle a appris dans la rue ce qu’était le #patriarcat et pourquoi le #féminisme était un outil fondamental pour la création d’autres modes de vie. À l’heure actuelle, elle résiste aux progrès des #milices qui ont célébré, sur la place publique l’incinération du #Whipala, le drapeau des peuples #indigènes, geste de violence symbolique tel qu’il est difficile de le nommer sans se déchirer le cœur. Dans ce dialogue, elle définit le coup d’État, appelle à y faire face et à soutenir les actions de la Résistance.

  • Bolivian Lawmakers Sent Letter to Donald Trump Asking Him to Intervene in Their Country’s Election
    https://www.newsweek.com/bolivian-lawmakers-donald-trump-election-1398654

    Avril 2019

    The group of 12 politicians asked Trump to use Washington’s influence within the Organization of American States [#OAS] to somehow prevent Morales from running for another term.

    Les mêmes « OAS » qui auraient constaté des irrégularités dans l’élection de #Morales.

    Lee J. Carter sur Twitter : "The message on the flag translates roughly to “Pachamama, do not forgive them, they know what they’re doing”" / Twitter
    https://twitter.com/carterforva/status/1194881545909223424

    #Bolivie #coup_d’état #etats-unis

  • Building a Bolivia for the Next Generation
    https://jacobinmag.com/2019/10/bolivia-election-adriana-salvatierra-mas-evo-morales

    A leader within the Columna Sur militant youth movement, Adriana has become a leading voice in the fight for gender equality and the eradication of murderous violence against women (so-called femicides). She has also strongly promoted socialist planning as a model of economic growth, and ahead of Sunday’s presidential election she has fiercely criticized neoliberal challengers to Morales, such as the former president Carlos Mesa and the emerging right-wing candidate from Santa Cruz, Óscar Ortiz.

    Denis Rogatyuk sat down with Adriana to discuss the socialist government’s record, her own role in the change process — including a spell as acting president — and the challenges that will follow Sunday’s election.

    Interview avant le #coup_d'État en #Bolivie.

  • Amérique du Sud : sous-continent sous tension (2/4) : Evo Morales : la fin d’un rêve pour les indigènes boliviens
    https://www.franceculture.fr/emissions/cultures-monde/amerique-du-sud-sous-continent-sous-tension-24-evo-morales-la-fin-dun-

    Depuis qu’Evo Morales a modifié la Constitution en faveur des indigènes en 2009, ces derniers, n’étant plus réunis par un objectif commun, ont vu rejaillir les dissensions qui existaient entre eux, en particulier entre les indiens des plaines et les indiens des Andes. Les premiers accusent en effet les seconds, face aux difficultés de la vie dans les montagnes, de descendre coloniser l’Amazonie. (...) D’où viennent ces divisions qui traversent la société bolivienne, et même la « communauté indigène » ? Comment expliquer l’échec d’Evo Morales à créer une unité indigène autour de lui ? Dans quelle mesure cet échec est-il à l’origine de la crise politique actuelle ? Et comment en sortir ?

    #bolivie #evomorales #démocratie #luttes #inclusion-sociale #économie

  • No Evidence That Bolivian Election Results Were Affected by Irregularities or Fraud, Statistical Analysis Shows | Press Releases | CEPR
    http://cepr.net/press-center/press-releases/no-evidence-that-bolivian-election-results-were-affected-by-irregularities-or-

    Statistical analysis of election returns and tally sheets from Bolivia’s October 20 elections shows no evidence that irregularities or fraud affected the official result that gave President Evo Morales a first-round victory, researchers and analysts at the Center for Economic and Policy Research (CEPR) say. Contrary to a postelection narrative that was supported, without evidence, by the OAS Electoral Observation Mission, statistical analysis shows that it was predictable that Morales would obtain a first-round win, based on the results of the first 83.85 percent of votes in a rapid count that showed Morales leading runner-up Carlos Mesa by less than 10 points.

    The new paper, “What Happened in Bolivia’s 2019 Vote Count? The Role of the OAS Electoral Observation Mission,” presents a step-by-step breakdown of what happened with Bolivia’s vote counts (both the unofficial quick count, and the slower official count), seeking to dispel confusion over the process. The report includes the results of 500 simulations that show that Morales’s first-round victory was not just possible, but probable, based on the results of the initial 83.85 percent of votes in the quick count.

    “There is simply no statistical or evidentiary basis to dispute the vote count results showing that Evo Morales won in the first round,” CEPR Senior Policy Analyst, and coauthor of the paper, Guillaume Long said. “In the end, the official count, which is legally binding and completely transparent, with the tally sheets available online, closely matched the rapid count results.”

    #bolivie #élections pour mémoire

  • #Evo_Morales se réfugie au #Mexique tandis que la #Bolivie plonge dans le #chaos

    Le dirigeant bolivien a affirmé, lundi 11 novembre, dans la soirée, qu’il était en route pour le Mexique où le gouvernement lui a accordé l’#asile politique. Alors qu’un climat de #violence s’est installé à travers tout le pays, le Parlement bolivien doit siéger mardi pour nommer un remplaçant par intérim.

    https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/crise-politique-evo-morales-se-refugie-au-mexique-tandis-que-

    • Cómo derrocaron a Evo?

      El gobierno de Evo Morales fue una revolución política antielitista. La situación actual no estaba en el horizonte de nadie y habla de un movimiento contrarrevolucionario. El líder visible es #Luis_Fernando_Camacho, un empresario de 40 años que no participó en el proceso electoral y llegó al Palacio Quemado con una biblia y una escolta policial. Mientras festejaba en La Paz el derrocamiento del presidente, en la calle quemaban Whipalas y gritaban “echamos al comunismo”.

      http://revistaanfibia.com/ensayo/como-derrocaron-a-evo

  • #Chomsky: EEUU apoya golpe de Estado o asesinato de Evo Morales
    https://www.aporrea.org/internacionales/n348769.html

    El politólogo Noam Chomsky denuncia que EE.UU. está detrás del golpe de Estado de la oposición en Bolivia para derrocar al presidente #Evo_Morales.

    “El golpe es promovido por la oligarquía boliviana (…) y cuenta con el total apoyo del Gobierno de Estados Unidos, que desde hace mucho tiempo está ansioso por expulsar a Evo Morales y a su movimiento del poder”, advirtió el reconocido politólogo estadounidense.

    En un comunicado emitido el sábado, Chosmky alertó que el centro de operaciones de la embajada de Estados Unidos en La Paz (capital boliviana) ha dejado entrever dos planes en el país suramericano: “el ’plan A’, un golpe de Estado, y el ’plan B’, el asesinato de Morales”, indicó.

    #Bolivie /#etats-unis

  • Bolivie : Le Mexique accorde l’asile politique à Evo Morales
    Publié le 11/11/19 à 22h35
    https://www.20minutes.fr/monde/2649179-20191111-bolivie-mexique-accorde-asile-politique-evo-morales

    Evo Morales va quitter la Bolivie. Le Mexique a décidé lundi d’accorder l’asile politique à l’ex-président bolivien, a annoncé le ministre mexicain des Affaires étrangères Marcelo Ebrard. La ministre mexicaine de l’Intérieur « Olga Sanchez Cordero a décidé d’accorder l’asile politique à M. Evo Morales. Sa vie et son intégrité physique sont menacées », a déclaré Marcelo Ebrard au cours d’une conférence de presse à Mexico.

    Il a précisé que le gouvernement avait été sollicité par Morales, qui a été contraint à la démission. « Il nous a demandé verbalement et de façon formelle de lui accorder l’asile politique dans notre pays », a-t-il dit. « Mexico s’est toujours distingué tout au long de son histoire pour avoir protégé ceux qui cherchaient un refuge », a conclu le ministre des Affaires étrangères mexicain. (...)

    #Mexique #Bolivie

  • La gauche bolivienne a-t-elle enfanté ses fossoyeurs ?, par Maëlle Mariette (Le Monde diplomatique, septembre 2019)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2019/09/MARIETTE/60349

    S’ils sont réélus, M. Morales et son équipe devront néanmoins faire preuve d’adresse tactique et de souplesse stratégique pour arrimer l’avenir de leur « révolution démocratique et culturelle » à un groupe social dont tout indique, pour l’heure, qu’il se construit en marge de ce processus.

    Puisque c’est dans l’actualité. Où l’on apprend que Morales a réussi à chasser la pauvreté et l’analphabétisme, grâce aux ressources de Lithium du pays profitant à l’état. Il a ainsi pu créer une classe moyenne qui ne voit du même coup plus d’un bon oeil sa politique de gauche.
    Sa démission, ainsi que les évènements se passant actuellement en Bolivie, est à voir avec ce prisme là. Et aussi le prisme de toutes les déstabilisations faites par les états-unis en Amérique du Sud.

    • Pachamama, les mineurs de Bolivie
      Juan Manuel Castro Prieto / agence VU


      https://www.agencevu.com/stories/index.php?id=1885&p=105

      En Bolivie, nichée dans la cordillère des Andes, les villes d’Oruro, Popoó, Uyuni et Potosi abritent de nombreuses exploitations minières datant de l’époque coloniale, qui continuent de faire vivre les habitants d’une région menacée par la pauvreté.
      Parti à la rencontre de la population pour comprendre leur mode de vie, Juan Manuel Castro-Prieto assiste à leurs rites et découvre leur vision du monde, toujours ancrée dans des pratiques et croyances ancestrales.

      #Bolivie

    • Il n’existe pas de neutralité idéologique. Toute redistribution économique sans combat idéologique contre le capitalisme est vouée à l’échec.
      Le comble, c’est que cette redistribution temporaire joue à fond dans l’augmentation de richesse sur le long terme de ces élites.
      Mais la seule richesse ne leur suffit pas. Il leur faut aussi malgré tout avoir le sentiment qu’ils sont privilégiés.

    • Pour l’e-Monde, les victimes sont toujours dans le camp des « méchants », mais heureusement, la police et l’armée veillent sur la bonne marche des « affaires » :

      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/11/apres-la-demission-d-evo-morales-et-de-nouvelles-violences-la-bolivie-dans-l
      (source twitter AFP donc du « grand journalisme »)

      Depuis la mi-journée, les forces de l’ordre se redéployaient progressivement, faisant usage de gaz lacrymogène à El Alto, une localité proche de la capitale et bastion d’Evo Morales, pour disperser des groupes de manifestants encagoulés et armés de bâtons. De petites casernes de la police ont été pillées et brûlées lundi dans plusieurs villes, tandis qu’une colonne de plusieurs centaines de partisans de M. Morales marchait vers La Paz depuis la ville voisine d’El Alto. Arborant des whipalas, le drapeau symbole des peuples indigènes, et scandant « Maintenant oui, une guerre civile ! », ils étaient des centaines en route vers la capitale, contraignant les magasins à fermer leurs portes.

      Bon, allez, une autre lecture de la situation peut-être ?

      https://www.revolutionpermanente.fr/C-est-un-coup-d-Etat-qui-a-lieu-en-ce-moment-en-Bolivie

      Qui se trouve derrière le mouvement actuel, qui a commencé le 20 octobre ?

      Le mouvement est piloté, depuis le début, par la droite dure, dont les bastions se trouvent dans l’Est du pays, dans la région de Santa Cruz, mais qui dispose de relais dans plusieurs villes du pays, dont Potosí. Cette droite dure, que l’on appelle en Bolivie le « mouvement civique », est soutenue par l’opposition à Morales, très forte au sein des classes moyennes et au sein, bien entendu, de la bourgeoisie, mais elle a su tisser des liens, également, avec certains secteurs du mouvement social, expliquant non seulement l’importance des manifestations qui ont eu lieu dans un certain nombre de villes depuis une vingtaine de jours, mais également les blocages routiers mis en place par l’opposition pour faire pression.
      Ces derniers jours, la situation a changé avec plusieurs unités de police qui se sont mutinées contre le gouvernement et le ministère de l’Intérieur. La décision de l’OEA a fini de faire basculer les militaires dans le camp des putschistes. Dans cette situation, donc, une heure après la conférence de presse organisée par l’état-major, Morales a bel et bien « démissionné », suivi de son vice-président et des présidents des deux chambres ainsi que plusieurs gouverneurs et maires du Mouvement Au Socialisme (MAS).Le leader de la droite crucègne, Luis Fernando Camacho, a tenu promesse : il a fait irruption, ce dimanche, au siège du gouvernement, brandissant un drapeau bolivien et sa Bible. Avocat et chef d’entreprise, très lié aux milieux d’affaires et agro-industriels de l’Est du pays, c’est un évangéliste convaincu qui se prévaut d’avoir l’appui des Etats-Unis. Dès la publication du rapport de l’OEA, le secrétaire d’Etat de Donald Trump, Mike Pompeo, a déclaré que les Etats-Unis soutenaient l’option de l’organisation de nouvelles élections, ce qui équivaut à un blanc-seing donné aux putschistes.

  • Grève générale en Bolivie : Evo Morales crie au "coup d’État"
    Publié le : 23/10/2019
    https://www.france24.com/fr/20191023-bolivie-presidentielle-evo-morales-coup-etat

    Le président bolivien Evo Morales a dénoncé « un coup d’État en cours » et a déclaré l’état d’urgence, après la grève qui a éclaté mardi soir, alors que le pays attend encore les résultats officiels de l’élection présidentielle. (...)

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““"

    Après trois semaines de contestation, le président bolivien Evo Morales annonce sa démission
    Publié 10 nov 2019 à 13h16, mis à jour à 22h43
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/10/evo-morales-annonce-la-convocation-d-une-nouvelle-election-presidentielle-en

    Plus tôt dans la journée, le dirigeant indigène de 60 ans avait annoncé la convocation de nouvelles élections pour « pacifier le pays », sans parvenir à apaiser les tensions.

    « Je renonce à mon poste de président. » Le président bolivien Evo Morales aura fini par céder, dimanche 10 novembre, en annoncant à la télévision sa démission dans le sillage de plusieurs ministres et députés après trois semaines de contestation.

    Un peu plus tôt dans la journée, le dirigeant indigène de 60 ans, au pouvoir depuis 2006, avait annoncé la tenue d’un nouveau scrutin présidentiel – une option qu’il rejetait jusque-là – afin de « pacifier la Bolivie ». Cela n’aura cependant pas suffit à ramener le calme, et les affrontements entre protestataires et forces de l’ordre se sont poursuivis. (...)

    #Bolivie #coupd'état

    • Le président bolivien Evo Morales annonce sa démission
      Par RFI Publié le 10-11-2019 Modifié le 11-11-2019
      http://www.rfi.fr/ameriques/20191110-bolivie-evo-morales-annonce-demission

      Disant vouloir calmer la colère de la rue, M. Morales avait appelé dimanche matin à de nouvelles élections, une option qu’il rejetait jusque-là. Venait d’être divulgué un rapport préliminaire de l’Organisation des États américains (OEA), soulignant de très nombreuses irrégularités dans le processus électoral. Les experts de l’organisation affirmaient ne pas pouvoir valider les résultats de cette élection et recommandaient d’en organiser de nouvelles.

      Mais loin de s’apaiser, la crise politique s’est brutalement accélérée, avec des démissions en série de ministres et de députés. Visé par des manifestants qui ont incendié sa maison à Potosi (sud-ouest), le président de l’Assemblée nationale Victor Borda a été le premier à renoncer à ses fonctions. Il a été rapidement suivi par le ministre des Mines César Navarro, qui a dit vouloir « préserver (sa) famille » après l’incendie de sa maison et l’agression de son neveu.

      « Le cours des événements va à l’encontre de mes principes personnels, ainsi que de mes valeurs spirituelles et démocratiques », a aussi écrit le ministre des Hydrocarbures Luis Alberto Sanchez dans sa lettre de démission publiée sur Twitter.

  • #Bolivie : le président Morales dénonce un coup d’Etat « en cours »
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/09/bolivie-morales-convoque-une-reunion-d-urgence-apres-des-mutineries-dans-la-

    Le président bolivien, Evo Morales, a dénoncé, vendredi 8 novembre, un coup d’Etat « en cours » après les mutineries d’au moins trois compagnies de police, une rébellion contre laquelle le pouvoir exclut pour l’heure d’envoyer l’armée. « Sœurs et frères, notre démocratie est en danger à cause du coup d’Etat en cours que des groupes violents ont lancé contre l’ordre constitutionnel. Nous dénonçons devant la communauté internationale cette attaque contre l’Etat de droit », a indiqué sur Twitter le président indigène de gauche, à l’issue d’une réunion d’urgence avec plusieurs ministres et le commandant en chef des forces armées, le général Williams Kaliman.

    « J’appelle notre peuple à prendre soin pacifiquement de la démocratie et de la CPE [Constitution politique de l’Etat] pour préserver la paix et la vie en tant que biens suprêmes au-dessus de tout intérêt politique », a ajouté M. Morales dans un autre Tweet. Le ministre de la défense, Javier Zavaleta, a quant à lui assuré qu’il n’était pas question d’une intervention militaire contre les mutins pour l’heure : « Aucune opération militaire ne sera menée pour le moment, c’est totalement exclu », a-t-il déclaré.

  • #Luttes de #territoire : enjeux spatiaux et représentations sociales
    –-> Nouveau numéro de la #revue #EspacePolitique

    Laurent Beauguitte et Marta Severo
    Luttes de territoire : enjeux spatiaux et représentations sociales [Texte intégral]
    Struggles for territory : spatial issues and social representations

    Maude Cournoyer-Gendron, Catherine Trudelle et Laurent DEVISME
    Un nouveau #stade pour #Nantes ? Une production de sens mise à l’épreuve dans une fabrique conflictuelle de la #ville [Texte intégral]
    A New Stadium for Nantes ? A production of meaning put to test through a conflicted urbanism.

    Charlotte Ruggeri
    Un #train au pays des #pick-ups : controverses et conflits autour du projet de #grande_vitesse ferroviaire en #Californie [Texte intégral]
    A Train in the Country of Pick-ups : Controversies and Conflicts over the High-Speed Rail Project in California
    #chemin_de_fer #USA #Etats-Unis

    Marie Méténier
    Lutte environnementale dans le #parc_national de #Dartmoor : (re)définition d’un territoire de nature protégée par la dynamique conflictuelle [Texte intégral]
    Environmental Struggle in Dartmoor National Park : redefining a territory of protected nature through the conflict’s dynamic

    Zénaïde Dervieux
    Pratiques spatiales au nord-ouest du #Zimbabwe : revendications, occupations et résistances [Texte intégral]
    Spatial Practices in Northwestern Zimbabwe : Claims, Occupations and Resistance

    Hadrien Holstein
    #Ségrégation, lutte territoriale et affrontements identitaires dans un espace post-conflictuel, le cas des militants républicains dans les quartiers nationalistes de #Belfast et #Derry [Texte intégral]
    Segregation, Territorial Struggle and Identity Confrontations in a Post-Conflict Space, the Case of Republican Activists in Nationalist Districts of Belfast and Derry
    #Irlande_du_Nord

    Mathieu Uhel
    La « guerre de l’#eau » à #Cochabamba. De la réappropriation de l’espace politique à la reproduction d’un lieu symbolique de la #contestation [Texte intégral]
    #guerre_de_l'eau #Bolivie

    Pablo Corroyer
    « Faunes sauvages » en politique. Tisser et mettre en scène un territoire contestataire : de la #ZAD de #Notre-Dame-des-Landes à #Bure [Texte intégral]
    « Wildlife » in politics. To Weave and To Stage a Territory Protest : from the Notre-Dame-des-Landes’ ZAD To Bure.
    #NDDL

    Laurent Beauguitte
    Le #Bois_Lejuc occupé : éléments sur le fonctionnement d’une petite #zad en #Meuse (2016-2018) [Texte intégral]
    The occupied ’bois Lejuc’ : elements on the operation of a small ’area to defend’ in Meuse (2016-2018)

    https://journals.openedition.org/espacepolitique/6017
    #géographie_politique

    @reka a déjà signalé cet article :
    https://seenthis.net/messages/808509

  • Après la réélection d’Evo Morales, la #Bolivie reste divisée
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/29/apres-la-reelection-d-evo-morales-la-bolivie-reste-divisee_6017265_3210.html

    Toute la journée de lundi, des détonations ont fait trembler les vitres des immeubles de La Paz : des milliers de mineurs acquis au président ont défilé en faisant éclater de petits explosifs. Leur cortège, dans lequel on apercevait de nombreux drapeaux andins, le whipala, ainsi que des Boliviennes en jupes traditionnelles amérindiennes, coiffées du « bombin », était sifflé par les « cols blancs » qui sortaient de leurs bureaux et invectivaient depuis le trottoir les manifestants.

  • En #Bolivie, la colère des indigènes contre la #politique_environnementale d’#Evo_Morales

    Depuis un mois, elle #marche. A l’entrée de Santa Cruz, point d’arrivée de la #marche_indigène contre le président Evo Morales, candidat dimanche à un quatrième mandat, des larmes de colère coulent sur le visage de cette puissante cacique.

    « Je suis inquiète car ce n’est pas possible qu’on laisse sans terre les futures générations. Ce n’est pas juste ! (Evo Morales) dit être un président indigène, mais c’est un dictateur ! », lâche Beatriz Tapanache, 64 ans, grande cacique de la région de la Chiquitania, où elle a à sa charge quelque 80.000 indiens.

    Robe à fleurs brodées et sandales, elle est partie le 16 septembre avec d’autre leaders autochtones de San Ignacio de Velasco (est). En tout, la Xe marche indigène a parcouru plus de 400 kilomètres. Au bord d’une route à deux voies menant à la capitale économique du pays, elle reprend des forces à l’ombre avant d’entamer le dernier tronçon au côté de quelque 300 personnes.

    Les gigantesques #incendies qui ont ravagé en août et septembre une zone presque de la taille de la Suisse ont provoqué l’indignation des peuples indigènes qui accusent Evo Morales d’avoir sacrifié la #Pachamama, la Terre mère en langue quechua, pour étendre les #terres cultivables.

    Les incendies, qui ont détruit 4,1 millions d’hectares de forêts et de zones herbeuses dans toute la Bolivie, ont également dévasté la #forêt primaire s’étendant sur une centaine d’hectares dans la réserve de #Tucavaca, également dans le département de #Santa_Cruz.

    Les défenseurs de l’environnement reprochent au gouvernement d’avoir approuvé récemment une loi autorisant une augmentation de 5 à 20 hectares de la #déforestation par #brûlis pour des #activités_agricoles. Le pouvoir, lui, avait rejeté la #responsabilité des incendies sur la #sécheresse qui frappe le pays, les #vents violents et des #déboisements illégaux.

    « C’est devenu totalement incontrôlable pour le gouvernement quand des personnes qui ne connaissaient pas la forêt de la Chiquitania ont brûlé des terres. La nation chuiquitana est la plus affectée car elle vit de la forêt. Elle vit de la cueillette des fruits, de la chasse, de la pêche et de ce qu’elle sème », explique Adolfo Chavez, dirigeant indigène de la région amazonienne.

    – « Ni aymara, ni quechua » -

    Adolfo, qui marche en tête de cortège, avait participé aux précédentes marches indigènes. La dernière #mobilisation, la neuvième, avait eu lieu en 2012 contre le projet étatique de route à travers le #Tipnis, un parc naturel d’un million d’hectares, territoire ancestral de 50.000 indiens.

    Cette fois, beaucoup n’ont pas pu faire le déplacement, tant la situation sur place est difficile.

    « Qui va entretenir nos frères durant les six prochains mois ? On ne peut plus rien faire (là-bas). Les maisons ont brûlé, il n’y a plus de palmes, plus de plantes ou de bois pour construire les habitations », se désole-t-il.

    Mais au-delà du nombre, une centaine au départ, puis une poignée au c ?ur de la marche, avant que le groupe de marcheurs ne grossisse à nouveau à l’approche de Santa Cruz, c’est le symbole que cela représente pour celui que l’on désigne comme le « président indigène ».

    Durant cette marche, des indigènes de l’altiplano, les hautes terres, d’où est originaire Evo Morales, sont venus soutenir leurs frères des plaines, les basses terres.

    Juan Jaita Aro, 53 ans, est de ceux-là. Chapeau de paille et poncho traditionnel rouge à rayures, il porte, comme beaucoup d’autres manifestants, une pousse d’arbre dans la main. C’est le #Lapacho ou arbre sacré des incas aux fleurs rosées, appelé #Tajibo en Bolivie et très présent dans la Chiquitania.

    Outre la forêt, « les animaux ont été calcinés et l’#environnement contaminé. C’est pour ça que nous sommes venus soutenir nos frères indigènes des basses terres », explique Juan, originaire du département de Potosi (sud-ouest).

    « Nous n’avons jamais été derrière Evo Morales car nous aussi, dans les hautes terres, on a porté atteinte à nos droits, nous avons été soumis (...) Nous ne le considérons pas comme un indigène, mais comme un #colon_de_coca (de la région) du #Chaparé, car il ne parle pas aymara, ni quechua », lance-t-il.

    https://www.courrierinternational.com/depeche/en-bolivie-la-colere-des-indigenes-contre-la-politique-enviro
    #Morales #peuples_autochtones #résistance #coca

    ping @odilon

    • Les « gentils indigènes » comme on les aime bien en Europe (ou dans les quartiers huppés de La Paz ou Santa Cruz)... pas anticapitalistes, font garde-champêtre (à condition d’obtenir des crédits carbone), si possible ont des plumes sur la tête.

  • La terre brûlée - Alèssi Dell’Umbria

    « Ici l’#ethnocide coïncide parfaitement avec l’#écocide »

    On aura beau chiffrer l’étendue des dégâts en quantité de CO2 rejeté, d’hectares de #forêts sinistrés et d’espèces animales menacées, le désastre est en réalité devenu incalculable. Les #incendies volontaires ne sont certes pas une nouveauté en #Amérique_du_Sud, spécialement au #Brésil et en #Bolivie, mais cette fois tout indique qu’un saut qualitatif a été franchi. Et tant Jair #Bolsonaro que #Evo_Morales portent la #responsabilité d’avoir délibérément joué avec le #feu, pour le plus grand #profit de l’agrobusiness. Les #photos_satellites indiquent clairement que dans les deux pays, les incendies progressent à partir des zones déjà défrichées et cultivées, et le long de grandes routes récemment percées, et selon une progression presque méthodique. Les incendies montrent que cette civilisation est déterminée à nous entrainer dans sa perte.

    https://lundi.am/La-terre-brulee-Alessi-Dell-Umbria
    #Amazonie #agro-business #industrie_agro-alimentaire #déforestation

    ping @louca @odilon

  • En #Bolivie, la #sécurité_civile française sur le front du #feu : Lignes de défense
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/09/20/en-bolivie-la-securite-civile-francaise-sur-le-fr

    Des personnels de la sécurité civile sont actuellement engagées en Bolivie, dans la province de Santa-Cruz, en proie à d’intenses incendies. Ces incendies ont dévasté depuis le mois d’août plus de 4 millions d’hectares de #forêt et de plaines herbeuses.

  • Bolivia’s new Mother Earth Law to sideline indigenous rights – Carwil without Borders
    https://woborders.blog/2012/08/24/new-mother-earth-law-sidelines-indigenous

    Bolivia, the country that became synonymous with indigenous and environmental rights on the global diplomatic stage, is about to approve a Mother Earth Law that lacks the blessing of the country’s leading indigenous organizations and undermines indigenous communities’ rights to prior consultation. Thursday (August 23), the National Council of Ayllus and Markas of Qollasuyu (CONAMAQ) publicly walked out of the Chamber of Deputies’ drafting session on the “Framework Law on Mother Earth and Integral Development for Living Well” (Ley Marco de la Madre Tierra y Desarrollo Integral para Vivir Bien). CONAMAQ Spokesman David Crispin explained the walk out: “We in CONAMAQ dave decided to withdraw from the drafting because we do not want to be complicit, alongside the Plurinational Assembly, in building a Law of Integral Development that will damage the Pachamama/Mother Earth. nosotros del CONAMAQ hemos decidido retirarnos del tratamiento porque no queremos ser cómplices, juntamente con la Asamblea Plurinacional, en construir una Ley de Desarrollo Integral que va dañar a la Pachamama” The government had already broken off contact with the Confederation of Indigenous Peoples of Bolivia (CIDOB) and the government-backed alternate leadership of the organization does not appear to be involved in the drafting process.

    #écologie #bolivie #droits_de_la_nature #peuple_autochtone #contradiction #extractivisme #2012