• Finland’s basic income trial boosts happiness but not employment | Reuters
    https://www.reuters.com/article/us-finland-basic-income/finlands-basic-income-trial-boosts-happiness-but-not-employment-idUSKCN1PX0
    https://s4.reutersmedia.net/resources/r/?m=02&d=20190208&t=2&i=1354502227&w=1200&r=LYNXNPEF170XW

    HELSINKI (Reuters) - Finland’s basic income scheme did not spur its unemployed recipients to work more to supplement their earnings as hoped but it did help their wellbeing, researchers said on Friday as the government announced initial findings.

    The two-year trial, which ended a month ago, saw 2,000 Finns, chosen randomly from among the unemployed, become the first Europeans to be paid a regular monthly income by the state that was not reduced if they found work.

    Finland — the world’s happiest country last year, according to the United Nations — is exploring alternatives to its social security model.

    The trial was being watched closely by other governments who see a basic income as a way of encouraging the unemployed to take up often low-paid or temporary work without fear of losing their benefits. That could help reduce dependence on the state and cut welfare costs, especially as greater automation sees humans replaced in the workforce.

    Finland’s minister of health and social affairs Pirkko Mattila said the impact on employment of the monthly pay cheque of 560 euros ($635) “seems to have been minor on the grounds of the first trial year”.

    But participants in the trial were happier and healthier than the control group.

    “The basic income recipients of the test group reported better wellbeing in every way (than) the comparison group,” chief researcher Olli Kangas said.

    Chief economist for the trial Ohto Kanniainen said the low impact on employment was not a surprise, given that many jobless people have few skills or struggle with difficult life situations or health concerns.
    Owner Sini Marttinen poses for a picture at her coffee shop she founded while benefitting from Finland’s basic income scheme in Helsinki, Finland January 30, 2019. REUTERS/Philip O’Connor

    “Economists have known for a long time that with unemployed people financial incentives don’t work quite the way some people would expect them to,” he added.
    PSYCHOLOGICAL BOOST

    Sini Marttinen, 36, had been unemployed for nearly a year before “winning the lottery”, as she described the trial.

    Her basic income gave her enough confidence to open a restaurant with two friends. “I think the effect was a lot psychological,” the former IT consultant told Reuters.

    “You kind of got this idea you have two years, you have the security of 560 euros per month ... It gave me the security to start my own business.”

    Her income only rose by 50 euros a month compared to the jobless benefit she had been receiving, “but in an instant you lose the bureaucracy, the reporting”, Marttinen said.

    Mira Jaskari, 36, who briefly found a job during the trial but lost it due to poor health, said losing the basic income had left her feeling more insecure about money.

    The center-right government’s original plan was to expand the basic income scheme after two years as it tries to combat unemployment which has been persistently high for years but reached a 10-year low of 6.6 percent in December.

    That followed the imposition of benefits sanctions on unemployed people who refused work.

    The basic income has been controversial, however, with leaders of the main Finnish political parties keen to streamline the benefits system but wary of offering “money for nothing”, especially ahead of parliamentary elections due in April.
    Slideshow (2 Images)
    TAX BIND

    Prime Minister Juha Sipila’s Centre Party has proposed limiting the basic income to poor people, with sanctions if they reject a job offer, while Conservative finance minister Petteri Orpo says he favors a scheme like Britain’s Universal Credit.

    The higher taxes that the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) says would be needed to pay for basic income schemes might also be off-putting for voters.

    In a review of the Finnish scheme last year, the OECD warned that implementing it nationally and cost-neutrally for the state would imply significant income redistribution, especially towards couples from single people, and increase poverty.

    The researchers have acknowledged that the Finnish pilot was less than realistic because it did not include any tax claw-back once participants found work and reached a certain income level.

    Swiss voters rejected a similar scheme in 2016. Italy is due to introduce a “citizens’ wage” in April in a major overhaul of the welfare state, which will offer income support to the unemployed and poor.

    Trial participants were generally positive, however, with Tuomas Muraja, a 45-year-old journalist and author, saying the basic income had allowed him to concentrate on writing instead of form-filling or attending jobseekers’ courses.

    He said the end of the two-year trial, during which he published two books, had made it difficult again for him to accept commissions, because “I ... can earn only 300 euros per month without losing any benefits”.

    “If people are paid money freely that makes them creative, productive and welfare brings welfare,” Muraja told Reuters about his experience of the pilot.

    “If you feel free, you feel safer and then you can do whatever you want. That is my assessment.”

    ($1 = 0.8817 euros)



  • Social media has totally warped how you think about happiness | WIRED UK
    https://www.wired.co.uk/article/what-is-happiness

    When I was in secondary school, a career counselor came into my class one afternoon and asked if any of us 14-year-olds knew what we wanted to do for a living.

    One of my classmates answered, in complete seriousness: “I want to be a gardener”. The counselor snickered softly, asked if he was joking and, upon realising how appallingly tactless she had been, quickly interrogated another student.

    And the numbers speak for themselves: according to Dolan, 64 per cent of lawyers agree that they are happy. Sounds like a decent amount? The proportion jumps to 87 per cent when you ask florists.

    That higher-status jobs lead to more happiness is only one of the social narratives that Dolan’s book surgically dismantles. Happy Ever After may sound like a cheap self-improvement guide to positive thinking; in reality, it is a pragmatic inspection by an LSE-qualified behavioural scientist.


  • La carte des pays les plus heureux du monde | National Geographic
    https://www.nationalgeographic.fr/histoire/la-carte-des-pays-les-plus-heureux-du-monde

    Je ne vois pas le Bhoutan, serait-il hors jeu ? #cartographie

    Voici le palmarès 2017 des pays les plus heureux du monde. Dans le top 5 de la carte : le Costa Rica, en Amérique centrale, le Danemark, les Pays-Bas et la Suisse, en Europe ; et, la Nouvelle-Zélande, en Océanie. Tous les ans, l’institut de sondage Gallup tente de déterminer les facteurs du bonheur dans plus de 140 pays à l’aide d’une dizaine de questions.

    Sur la carte, trois thèmes ont été retenus : la vision globale des individus sur leur vie, qu’ils notent de 0 à 10 ; leur niveau de bonheur quotidien, évalué à l’aide de cinq questions (par exemple : « riez-vous dans la journée ? ») ; et la #santé physique, jaugée grâce à une échelle allant de « souffrant » à « en excellente santé ». Chaque #culture a une idée bien différente du bien-être : pour les Latino-Américains, mettre un brin d’humour dans sa vie est un critère important tandis qu’en Asie, c’est la réussite financière qui prime ; en Europe, on mise plutôt sur la réussite globale de sa vie.

    La carte du #bonheur mondial est établie selon trois critères : la vie dans sa globalité, le bonheur quotidien et la santé physique.


  • Why Aren’t Rich People Happy With the Money They Have? - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/family/archive/2018/12/rich-people-happy-money/577231

    Norton says that research regularly points to two central questions that people ask themselves when determining whether they’re satisfied with something in their life: Am I doing better than I was before? and Am I doing better than other people? This applies to wealth, but also to attractiveness, height, and other things that people fret about.

    [...]

    The research Norton has conducted illustrating this phenomenon is dispiriting. In a paper published earlier this year, he and his collaborators asked more than 2,000 people who have a net worth of at least $1 million (including many whose wealth far exceeded that threshold) how happy they were on a scale of one to 10, and then how much more money they would need to get to 10. “All the way up the income-wealth spectrum,” Norton told me, “basically everyone says [they’d need] two or three times as much” to be perfectly happy.

    #bonheur #possession #argent #riches





  • Heureux qui comme « Moi, Je »
    https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/heureux-qui-comme-moi-je

    De plus en plus d’ouvrages surfent aujourd’hui sur cette « injonction au bonheur ». Leurs auteurs sont psychiatres, philosophes, sociologues, managers... ils ont la recette d’un bonheur sans illusions, les clés d’un Narcisse retrouvé. Une injonction permanente et une invitation à trouver la voie du #bonheur, en cas d’impasse prolongée.

    Devenu grande cause nationale aux Etats-Unis, dont la figure du « #self_made_man » est la corollaire emblématique, le phénomène s’est mondialisé, au point que les Emirats Arabes Unis aient nommé une ministre du bonheur en 2016.

    Il s’agit de voir ses expériences comme des opportunités pour renforcer notre structure psychique et faire preuve de positivité là où il n’y aurait que de la négativité, comme dans un monde de guerre.
    (Eva Illouz)

    Plus encore, l’injonction au bonheur est le pilier d’une véritable #industrie. Marchandise intangible, le bonheur est une bonne affaire, ce qu’avaient déjà compris des groupes comme Coca-Cola, fort de son Coca-Cola Happiness Institute. Les entreprises actuelles, start-up en tête, se développent de plus en plus dans ce sens, smiley et Chief Happiness Officer à l’appui.

    Nous voyons une affinité entre le #néolibéralisme et cette quête du bonheur. (…) Les individus sont seuls face à eux-mêmes et ne doivent donc demander de comptes qu’à eux-mêmes.
    (Eva Illouz)


  • Le #développement_personnel est-il vraiment l’#arnaque du siècle ? (Jean-Laurent Cassely, Slate)
    http://www.slate.fr/story/166196/societe-happycratie-bonheur-developpement-personnel-pensee-positive

    Dans la période post-crise 2008, durant laquelle les #inégalités se creusent, les chances de #mobilité_sociale s’aménuisent, le fonctionnement du #marché_du_travail se durcit, l’appel à faire preuve d’#enthousiasme, de #positivité et d’#autonomie contribue à faire porter sur les individus la #responsabilité de tout ce qui dysfonctionne.

    Des phénomènes structurels lourds comme les variations du taux de #chômage ou la #dette des États peuvent passer au second plan ou même être occultés au profit de l’encouragement à devenir l’#entrepreneur de #soi-même, à rebondir et à faire de ses #échecs des #opportunités – autant de maximes qui forment un néo-bouddhisme absurde, une « #pornographie_émotionnelle » que les adeptes des fils d’actualité du réseau Linkedin ne connaissent malheureusement que trop bien.

    […]

    Le véritable débat concerne peut-être moins l’efficacité des techniques du mieux-être que la vision du monde qu’elles véhiculent. Sur le plan individuel, toutes celles et ceux qui ne parviennent pas à être riches, heureux, en bonne santé, épanouis et débordants d’énergie sont soupçonnés de ne pas avoir fait suffisamment d’#efforts –et donc quelque part de vouloir et de mériter leur sort. Ils cumulent leur #souffrance avec un sentiment de #culpabilité.


  • Le grand bluff du travail « à la cool » | PME Magazine
    https://www.pme.ch/management/2018/08/09/grand-bluff-travail-cool

    Un problème fondamental des entreprises aujourd’hui, « c’est qu’elles cherchent à occulter l’absence de sens au travail avec un certain nombre de dérivatifs, explique Jean-Michel Bonvin. Ces palliatifs donnent l’illusion de sens, de liberté ou de bonheur au travail, mais ils s’inscrivent finalement dans la logique de rentabilité. L’enjeu est de masquer cette logique en donnant une apparence de convivialité au travail, qui ne touche cependant pas au cœur de l’activité. » Le sociologue de l’Université de Genève ajoute : « N’oublions pas que le contrat de travail reste un cadre de subordination. L’entreprise achète une force de travail. La tendance du management participatif ne change pas ce cadre. Cela reste de la subordination. L’entreprise demande à l’employé d’être autonome dans le cadre qu’elle a préalablement défini. Sa créativité doit se mettre au service des objectifs de l’employeur. »

    L’autonomie, c’est l’autre désillusion du monde de l’entreprise en 2018. Les employés sont désormais captifs d’un cadre qui les prend en charge dans une sphère de plus en plus privée. Au fil de sa carrière à la direction des ressources humaines de diverses multinationales suisses, Agnès Gabirout a vu, voire approuvé le changement. « L’entreprise n’est pas responsable du bonheur de l’employé ou du sens, mais elle doit créer un cadre pour que le bonheur au travail soit possible. C’est une responsabilité individuelle. Ce cadre a beaucoup évolué. Les employés sont pris en charge dans toute leur vie. Nous en sommes revenus au paternalisme des années 1950. Ces packages sous-entendent que vous êtes dédié corps et âme aux objectifs de l’employeur. »

    Le texte traite de nombreuses autres problématiques.



  • The case for building $1,500 parks
    https://www.fastcompany.com/90206556/the-case-for-building-1500-parks

    In their latest study, they created a randomized trial of 350 people and more than 500 vacant lots, which were broken into three groups: lots that received no intervention, lots where trash was removed, and lots that were remediated–by adding grass, trees, and a fence–by the Philadelphia Horticultural Society, whose LandCare program has greened 12,000 parcels since 2004. Participants took a Kessler-6 Psychological Distress Scale survey before and after the greenings, revealing a 40% reduction in feeling depressed and a 50% reduction in feeling worthless. The impact was even more pronounced in participants living below the poverty line.

    What’s so fascinating about their research–beyond observing a direct link between mental health and green space–is that the “greening” itself was extremely limited.

    C’est du bonheur pas cher ! Ça fait taire les esprits chagrins qui trouvent qu’ils vivent dans un monde de merde ! Monde de merde, oui, mais avec des feuilles toutes vertes !

    #jardins #urban_matters #pauvreté #bonheur


  • Sur la même table que les bouquins de #développement_personnel d’inspiration scandinave (l’art du hygge, du fikka, etc.), figure ce bouquin étrange qui ressemble à une très bonne #blague.

    Päntsdrunk is a refreshing take on the personal-development genre. In Finland there is a special word – ’kalsarikänni’ – to denote ‘drinking at home, alone, in your underwear’.

    It is no coincidence Finland consistently rates in the top five in happiness ranking. In Finland, Päntsdrunk is considered a path to recovery and self-empowerment to help you face your future challenges, much like the ’lagom’ or ’hygge’ of their other Scandi neighbours.

    The Päntsdrunk method also includes bingeing on Netflix, scrolling mindlessly on your phone, sweet and salty snacks, sofa time, and blocking all work communications. It will lead you to a healthier, more energising and relaxing life – wherever, whenever.

    Square Peg
    Published 2nd August 2018
    176 Pages
    £9.99

    Miska Rantanen

    Read more at https://www.penguin.co.uk/books/1116205/pantsdrunk/#YIrdMm08vO47hD3D.99

    #alcoolisme #slip #bonheur

    • Hygge, hyggelig au Danemark et en Norvège (la différence tient à la prononciation du y si j’ai bien compris), c’est un sens du homy (UK - homey ?), du gezellig (NL), pour employer des notions de pays proches, ça parle du plaisir de profiter d’un environnement agréable et familier. Je ne sais pas si ça implique d’être #chez_soi (j’imagine que le défi pour un café est d’être hyggelig comme à la maison) ni si du sexe est inclus. Mais ce que je sais, c’est que la cheminée n’est pas obligatoire, il y a les bougies pour compenser, on peut en mettre plein pour combattre le blues des soirées d’hiver. Je n’assure pas trop : on m’a offert un porte-bougie norvégien que je n’ai encore jamais utilisé... Mais peut être qu’un jour tu pourras venir chez moi et ce sera hyggelig, qui sait ?

      #Finlande #Scandinavie #Norvège #Danemark

    • Face à tous ces bouquins de développement personnel qui présentent des traditions scandinaves ou asiatiques, l’idée ne m’avait pas effleuré qu’il pût y avoir une marchandise typiquement française à mettre sur table dans les grandes surfaces culturelles de tous les pays. Mais si, on a nous aussi une philosophie de la vie ! C’est Philippe Delerm et sa première gorgée de bière qui repart pour un tour, avec un nouveau marketing.



  • Guide pour ne pas respecter les conseils de son psy et accepter sa névrose comme un signe d’aliénation par le système qu’il faut changer par la lutte et la révolution permanente (Tracks ARTE)
    http://tracks.arte.tv/fr/guide-ne-pas-respecter-conseils-psy-accepter-nevrose-alienation-systeme-

    À mesure que se dévoile la matrice qui conditionne la mesure de votre #bonheur, vous réalisez finalement que votre champ d’action est terriblement circonscrit. Le seul vrai #choix dont vous disposez est celui de la marque de yaourt au supermarché et pas grand-chose d’autre. Votre #condition ainsi révélée, vous pouvez enfin panser les blessures de votre esprit meurtri. Si les séquelles du #totalitarisme violent marquent les corps roués de coups, l’#oppression psychologique est plus pernicieuse car elle rentre dans votre tête sans s’annoncer, s’exfiltre discrètement puis vous laisse enfin épuisés de vous être battus, sans le savoir, contre des chaînes invisibles. C’est alors que vous vous rendez compte que si le psy vous dit que vous n’allez pas bien, vous avez peut-être raison de penser que c’est plutôt le reste du monde qui ne va pas.

    Aimez vos #désirs, désirez vos passions, assumez votre #résistance et faites la #révolution ! Faites advenir le #réel en ajustant la perception des autres sur la vôtre ! N’oubliez pas enfin que votre objectif n’est pas de réussir, de vaincre ou de terrasser. Si vous finissez sur le bas-côté, exténué, vous aurez prouvé par votre échec l’#aliénation de la #société. Ce que vous voulez finalement, c’est avoir raison d’être là.


  • Le Sumak Kawsay et le Buen Vivir, une alternative au développement ?

    L’émergence du « Sumak Kawsay » (en kichwa) qui a été traduit en espagnol par « Buen Vivir » représente un fait historique notable pour les mouvements autochtones d’#Abya-Yala [1], pour l’ensemble des organisations populaires d’Amérique latine et de façon plus large, pour les pays de la périphérie du système mondial et les groupes sociaux subalternes et exclus. Il constitue un projet de société original qui se démarque radicalement du modèle dominant au sein du système mondial. Porté par les dirigeants du mouvement autochtone[2] équatorien, il a émergé comme un modèle alternatif de développement post-néolibéral (Rámirez 2010), un modèle de post-développement (Escobar 2012), voire une « alternative au développement » (Acosta 2012 et Gudynas 2012). Il a été grandement légitimé par sa reconnaissance dans la constitution de l’Équateur de 2008 (Il est également inscrit dans la Constitution de la Bolivie de 2009 comme « Suma Qamaña (vivir bien) »). Un tel paradigme, en proposant l’idée du « vivre bien » comme paramètre sociétal et non celui du « vivre mieux », de posséder plus de biens ou d’augmenter le niveau de vie, se trouve à remettre en question les idées de #croissance et de #progrès qui fondent le modèle dominant de développement.

    http://redtac.org/possibles/2017/10/02/le-sumak-kawsay-et-le-buen-vivir-une-alternative-au-developpement

    #bien_vivre #développement #post-développement #alternatives #peuples_autochtones

    • Vivir Bien: Old Cosmovisions and New Paradigms

      The concept of Vivir Bien (or Buen Vivir) gained international attention in the late twentieth century as people searched for alternatives to the rampage of neoliberalism. Imperfect translations of the Andean concepts of suma qamaña and sumaq kawsay, #Vivir_Bien and #Buen_Vivir reflect an indigenous cosmovision that emphasizes living in harmony with nature and one another. As these ideas’ popularity has grown, however, their meaning has been compromised. Governments in Bolivia and Ecuador incorporated Vivir Bien and Buen Vivir, respectively, into their constitutions and governing agendas on paper, but not in spirit. Rather than radical alternatives to the dominant paradigm of development and progress, these concepts have become new branding for (un)sustainable development. The lessons are clear: to avoid state cooptation, truly revolutionary change must be based on emancipation and self-determination from below. And to succeed in our interdependent world, proponents of Vivir Bien must link up with advocates of complementary global movements on the path of a better future for all.

      http://www.greattransition.org/publication/vivir-bien

    • Forum international pour le bien vivre , qui aura lieu à #Grenoble en juin :

      Pour la première fois en Europe, élus, agents des collectivités, scientifiques, acteurs économiques et associatifs, citoyens engagés se réunissent pour penser la question des indicateurs de richesse(s) et agir ensemble face à la nécessité d’un changement de modèle. Retrouvez bientôt sur ce site le programme des conférences, tables rondes, projections, interventions artistiques, ateliers et débats ouverts à tous… et prenez date des 6, 7, 8 juin 2018 à Grenoble : 3 jours pour inventer demain !

      http://bienvivre2018.org

    • Du coup, je vais aussi mettre ici pas mal de matériel (si j’en trouve), sur le « #Bonheur_national_brut » (#BNB), indicateur utilisé au #Bhoutan, comme alternative au #PIB.

      L’Occident sait aujourd’hui que son modèle de développement a vécu. Menaces écologiques, inéquités criantes et doutes sur les finalités de la croissance économique mènent de plus en plus de chercheurs et d’acteurs à des questionnements radicaux. L’heure n’est plus aux critiques stériles mais à la construction pragmatique d’une alternative, d’une transition vers un monde viable, équitable et désirable.

      Sur ces questions, le Bhoutan nous devance et nous interpelle. Ce petit pays enclavé entre les deux géants du XXIᵉ siècle - l’Inde et la Chine - s’est rendu célèbre dès 1972 en opposant le concept de « Bonheur national brut » (BNB) à celui de « Produit national brut » (PNB). Toute décision du gouvernement est désormais soumise au critère du bonheur sociétal, appréhendé à l’aide d’un indice multidimensionnel. Peu connu chez nous, cet indicateur comporte des principes originaux susceptibles d’éclairer nos propres réflexions sur un « au-delà du PIB ».

      C’est aussi à l’initiative du Bhoutan que l’ONU a adopté, en juillet 2011, une résolution sur le thème « Le bonheur : vers une approche globale du développement », signée par soixante huit pays, dont la Belgique. Avec l’aide d’experts internationaux, un pré-rapport sur ce Nouveau Paradigme de Développement (NPD) a été déposé à l’ONU en septembre 2013 et devrait être approfondi en 2014.

      Commençons par cette #conférence de #Isabelle_Cassiers :
      Quand le Bhoutan nous interpelle : bonheur national brut et nouveau paradigme de développement
      https://lacademie.tv/conferences/bhoutan-bonheur

    • From GDP to #GNH

      Countries around the world are fixated on growing their economies – but is growth doing more harm than good? In this episode, Richard Heinberg discusses the history behind how GDP growth came to be used as a measure of success, why GDP can’t continue growing indefinitely, and why it’s time to transition to a better metric – one that better reflects human and ecological well-being.

      https://www.localfutures.org/local-bite/from-gdp-to-gnh
      #Gross_National_Happiness

    • Un reportage BD sur le « Bonheur national brut »

      Benjamin Flao, scénariste et dessinateur de bande dessinée (BD) a participé au voyage d’étude au Bhoutan organisé par le CCFD-Terre Solidaire Rhône-Alpes au mois de novembre 2015. De cette expérience, il a réalisé une BD de 26 pages publiée dans le magazine la Revue Dessinée en juin 2016, qui interroge la notion de « Bonheur national brut ». Il est désormais possible de la lire en ligne.


      https://ccfd-terresolidaire.org/infos/un-reportage-bd-sur-le-5598

      pour télécharger le reportage BD en pdf :
      https://ccfd-terresolidaire.org/IMG/pdf/bd_benjamin_flao_-_basse_def-13.pdf


  • Réseaux sociaux, sucre... les Occidentaux accros à la dopamine, propos recueillis par Stéphane Foucart, Le Monde science et techno, 30.01.2018

    Pour le médecin américain Robert Lustig, cette quête du plaisir, fondée sur la dopamine, est l’ennemie du bonheur, qui dépend, lui, de la sérotonine.

    Cette fugace piqûre de bien-être, cette satisfaction éphémère, ce goût de ­reviens-y… De l’utilisation des réseaux sociaux à la consommation de sucre et d’aliments transformés, le plaisir bon marché n’a jamais été aussi pervasif, suscité en permanence par une multitude de nouveaux produits et de services, marketés comme autant de conditions sine qua non au bonheur.
    Plaisir, bonheur : ces deux mots sont au centre de The Hacking of the American Mind (Penguin, 2017, non traduit), le dernier livre du pédiatre et neuroendocrinologue américain Robert Lustig, tout juste paru aux Etats-Unis. Célèbre pour ses travaux académiques sur le sucre – détaillés dans un ouvrage qui vient d’être traduit (Sucre, l’amère vérité, Thierry Souccar éditions, 400 pages, 19,90 €) –, le professeur de l’université de Californie à San Francisco (Etats-Unis) y expose une réflexion scientifique saisissante, aux implications majeures pour la société occidentale.

    Non seulement le bonheur n’est pas la conséquence naturelle de l’accumulation du plaisir, explique-t-il, mais la recherche effrénée de celui-ci pourrait au contraire inhiber le sentiment de plénitude et de contentement.
    Robert Lustig exploite la littérature scientifique récente sans faire mystère de la difficulté à, parfois, établir avec certitude certains liens de causalité entre des comportements et certaines réactions biochimiques. Mais il n’en développe pas moins un ­argumentaire révélant l’un des plus graves malentendus de notre temps, en montrant que le plaisir peut être l’ennemi du bonheur. Entretien.

    Pour de nombreuses personnes, la recherche du plaisir est un préalable au bonheur, ou l’une de ses conditions. Pourquoi penser que ­bonheur et plaisir sont à ce point différents ?

    Le bonheur et le plaisir ne sont en effet pas identiques. Ce sont des phénomènes distincts, très dissemblables, et si nous ne le percevons pas, c’est ­essentiellement parce que l’industrie vend ses produits ou ses services en faisant passer l’un pour l’autre. Je compte sept grandes différences entre les deux, que chacun peut comprendre aisément.
    Le plaisir est de courte durée, le bonheur de longue durée ; le plaisir est viscéral, le bonheur est spirituel ; le plaisir s’obtient en prenant, le bonheur a plutôt à voir avec donner ; le plaisir peut s’obtenir seul, le bonheur est généralement ­atteint au sein d’un groupe social ; le plaisir peut s’obtenir grâce à des substances, mais ce n’est pas le cas du bonheur. Le plaisir extrême peut conduire à l’addiction – c’est par exemple le cas pour l’alcool, la cocaïne, la nicotine et d’une manière générale pour les comportements susceptibles de procurer un plaisir ­ immédiat comme l’utilisation des réseaux ­sociaux ou des jeux vidéo, le shopping, le jeu, la pornographie… Pour tout cela, il existe une forme d’addiction, mais il n’y a rien qui ressemble à une addiction au bonheur.
    Enfin, la septième et dernière différence est que plaisir et bonheur dépendent de deux neurotransmetteurs distincts : dopamine pour le plaisir, sérotonine pour le bonheur. Le plaisir et le bonheur sont localisés dans deux sites distincts du cerveau, mobilisent deux modes d’action différents, deux types de récepteurs différents…

    Pourquoi la dopamine peut-elle conduire à l’addiction ?

    Pour comprendre, il faut savoir qu’un neurotransmetteur, une fois qu’il a été libéré par un neurone, franchit la synapse et se fixe sur un récepteur du neurone suivant. Là, il peut agir de deux ­façons : soit il excite le neurone qui le reçoit, soit il l’inhibe.
    La dopamine est un neurotransmetteur exclusivement « excitateur ». Bien sûr les neurones sont faits pour être excités – et c’est d’ailleurs pour cela qu’ils ont des récepteurs ! Mais ils aiment être chatouillés, pas brutalisés : lorsqu’un neurotransmetteur excitateur est fourni à des hautes doses chroniques, il devient neurotoxique.
    Lorsqu’un neurone est chroniquement sur-stimulé, il a donc tendance à mourir. La dopamine, à des hautes doses chroniques, tue les neurones post-synaptiques – c’est le nom qu’on donne aux neurones qui reçoivent l’information. Mais ceux-ci, pour éviter de mourir, peuvent aussi activer un mécanisme d’autodéfense en régulant leurs récepteurs. En gros, lorsqu’un neurone se trouve sous les assauts constants d’un neurotransmetteur, il peut « éteindre » certains de ses récepteurs pour atténuer son ­excitation et éviter la mort.
    Du coup, pour produire le même effet, il faut une quantité supérieure de neurotransmetteurs. C’est un mécanisme universel, appelé « tolérance », qui est propre à de nombreux types de cellules et pas uniquement aux neurones. Dans le cas particulier de la dopamine, en termes humains, cela ­signifie qu’il faut toujours plus de ce qui procure du plaisir pour obtenir la même satisfaction. Il en faut toujours plus pour produire le même effet. C’est ainsi que le plaisir intense et chronique conduit à l’addiction.

    Mettre sur un même plan tout ce qui procure du plaisir – le sexe, l’alcool, le shopping, le sucre ou les réseaux sociaux – est plutôt contre-intuitif…

    Toutes ces activités provoquent en effet des sensations différentes, parce qu’elles passent par des voies différentes. C’est pour cela que nous ne faisons pas le lien. Mais le cerveau, lui, ne s’y trompe pas. Il les interprète et les comprend de la même manière, comme une ­« récompense ». Or la clé du « circuit de la récompense », c’est la dopamine. C’est un mécanisme fondamental, essentiel à la survie de notre ­espèce : il est impliqué dans la motivation, le moteur de nos actions.
    Le titre de mon livre fait référence au « piratage » [hacking en anglais] de notre esprit : c’est précisément ce mécanisme de la récompense qui a été « piraté » par les industriels, pour induire toujours plus de consommation… le tout en organisant, grâce au marketing, la confusion entre plaisir et bonheur (happiness en anglais). Il suffit de lire les slogans publicitaires : « Happy Meal » pour McDonald’s, « Open Happiness » pour Coca-Cola, « Happy Hour » lorsque vous entrez dans un bar…

    Mais en quoi tout cela peut-il entraver ­l’accès au bonheur ?

    Le neurotransmetteur impliqué dans le sentiment de plénitude et de contentement, la sérotonine, a un fonctionnement beaucoup plus complexe que la dopamine. Néanmoins, il est possible de mettre en avant un certain nombre de ­mécanismes par lesquels le niveau de sérotonine dans le cerveau est susceptible de baisser.
    Par exemple, la synthèse de sérotonine ne se fait, dans les tissus cérébraux, qu’à partir d’une brique élémentaire, un acide aminé appelé tryptophane. Or deux autres acides aminés, la tyrosine et la phénylalanine, sont les briques élémentaires de la dopamine et sont en compétition avec le tryptophane pour être, eux aussi, transportés dans le cerveau.
    Pour schématiser : plus les transporteurs d’acides aminés sont occupés à amener les briques élémentaires de la dopamine dans le cerveau, moins ils sont disponibles pour y acheminer le tryptophane… Il y a donc là une sorte d’antagonisme biochimique potentiel entre ­dopamine et sérotonine.
    Il y a d’autres voies de réduction potentielle de la sérotonine. Par exemple, lorsque vous avez une interaction sociale avec quelqu’un, l’échange de regards avec cette personne active vos neurones dits « miroirs » – les neurones de l’empathie. Ce type d’interaction induit la synthèse de sérotonine. Mais si cette interaction se fait par le biais d’un réseau social comme Facebook, à travers les « likes » par exemple, elle active le circuit de la récompense, mais l’absence de contact visuel laisse les neurones miroirs de marbre… D’où, là encore, une baisse potentielle des niveaux de sérotonine et une moindre capacité au contentement.

    D’autres phénomènes conduisent-ils à une baisse de la sérotonine ?

    Oui. C’est en particulier le cas du stress chronique, associé à l’omniprésence de certaines technologies, en particulier le téléphone… Le stress se manifeste par la libération de cortisol. Cette hormone est nécessaire mais lorsque les niveaux de cortisol sont élevés en permanence, le fonctionnement du cortex préfrontal est inhibé.
    Or il s’agit de la zone du cerveau qui vous permet de faire des arbitrages et des choix raisonnés. En gros, c’est ce qui vous empêche de faire n’importe quoi… En ­situation de stress, vous êtes ainsi plus enclin à ­céder face à la tentation du plaisir et vous êtes plus vulnérable à l’addiction. Attention toutefois : l’addiction et la dépression ne sont pas identiques. Des personnes souffrant de dépression ne souffrent pas nécessairement d’addiction, mais ­disons qu’il y a une forte superposition entre ces deux phénomènes. Il est fréquent que les personnes souffrant d’addiction soient déprimées.
    En outre, des expériences sur les animaux ont montré que le niveau de cortisol baisse lorsqu’on s’élève dans la hiérarchie d’un groupe. Plus vous êtes au bas de l’échelle, plus vous êtes stressé. Des recherches indiquent que chez des singes auxquels on laisse la possibilité de s’autoadministrer de la cocaïne, les individus hiérarchiquement inférieurs deviennent plus probablement accros que les mâles « alpha ».
    On retrouve des indices de cela dans les populations humaines : ce sont généralement les plus #pauvres qui souffrent le plus des maladies chroniques associées à certaines addictions alimentaires (obésité, diabète de type 2…). Stress chronique et dopamine : voilà ce qui a le plus changé dans les sociétés modernes au cours des quarante dernières années.

    Vous avez surtout travaillé jusqu’à présent sur l’alimentation et le sucre, pourquoi vous êtes vous penché sur cette question, bien plus vaste, des liens entre plaisir et bonheur ?

    J’ai commencé à travailler il y a longtemps sur les liens entre sérotonine et dopamine. C’était au début de ma carrière et il y avait surtout des données animales. Le temps a passé, j’ai beaucoup travaillé sur le sucre et les addictions alimentaires, et j’ai vite réalisé que nous avions aujourd’hui autant, sinon plus, de données sur le lien entre le régime alimentaire et la santé mentale qu’entre le régime alimentaire et la santé physique ! Mais il fallait remettre ensemble toutes les pièces du puzzle.

    Et puis, en 2014, j’ai visité les installations d’une université et la personne qui organisait la visite était une ancienne héroïnomane. Elle avait arrêté. Je lui ai demandé ce que cela voulait dire, pour elle, d’être clean. Elle m’a fait une réponse que je n’oublierai jamais tant c’était étonnant. Elle m’a dit : « Quand je me droguais j’étais heureuse, mais ma nouvelle vie me donne du plaisir. » Elle avait tout faux. Dans son esprit, tout était inversé. Elle confondait le plaisir avec le bonheur, et le bonheur avec le plaisir. C’est à ce moment-là que j’ai compris qu’il fallait écrire ce livre.

    #médecine #marketing #dopamine #réseaux_sociaux #sérotonine #cerveau #addiction #dépression #plaisir #bonheur #stress #hiérarchie



  • https://offensivesonore.blogspot.fr/2018/01/egologie-ecologie-individualisme-et.html

    [O-S] Egologie : Écologie, individualisme et course au bonheur

    Emission du 5 janvier 2018, deuxième partie de l’entretien avec Aude Vidal cette fois pour son livre ’Egologie’. "Développement personnel, habitats groupés, jardins partagés... : face au désastre capitaliste, l’écologie se présente comme une réponse globale et positive, un changement de rapport au monde appuyé par des gestes au quotidien. Comme dans la fable du colibri, « chacun fait sa part ». Mais en considérant la société comme un agrégat d’individus, et le changement social comme une somme de gestes individuels, cette vision de l’écologie ne succombe-t-elle pas à la logique libérale dominante, signant le triomphe de l’individualisme ? "

    #écologie #ego #individualisme #aude_vidal #bio #audio #radio #offensive_sonore #écologie #bonheur #bien-être #colibri #bobos #petite_bourgeoisie #libéralisme #greenwashing #militants



  • La couleur sans nom
    https://blog.monolecte.fr/2017/10/20/la-couleur-sans-nom

    On a toujours envie que ça change, mais dans le bon sens, c’est à dire en mieux. Et donc, majoritairement, nous organisons nos vies dans le plus parfait conservatisme : on cherche un boulot pérenne, des amis pour la vie, un amour qui dure toujours, une maison bâtie pour traverser le temps et les générations.
    Et ensuite, on s’y fait bien, bien chier.

    #bonheur #guerre #humanité #migrations #précarité #société


  • La noix connectée : la Love box

    Pour cette première édition du concours de la noix connectée, le jury du journal a élu avec amour et à l’unanimité la Love Box. Dans cette « boîte en bois connectée au wifi », il y a un écran LCD, où s’affichent des mots d’amour potentiellement envoyés par un amoureux qui aurait téléchargé l’application adéquate sur son smartphone. « Ici il est écrit “you are amazing hastag love” » s’émerveille la boss Marie Poule sur France Inter (4/06/2017). C’est tellement mignon que sur la boîte il y a aussi un cœur qui tourne quand un nouveau message arrive et jusqu’à ce qu’il soit lu. Bref, par rapport à un SMS, ça n’apporte rien à part un cœur qui tourne, mais ça permet quand même de dépenser 95 euros pour subventionner cette start-up grenobloise, dont les premiers pas se sont déroulés à la Casemate et qui est parvenue à briller au fameux CES, le salon des objets connectés de Las Vegas. Marie Poule évoque sur France Inter le système d’assistanat aux start-ups à base d’argent public mis en place dans la région et dénoncé dans notre dernier numéro : « La banque publique d’investissement est très dynamique à Grenoble. Quand je parle avec des Parisiens ils me disent ’’ah mais t’arrives à avoir des entretiens avec eux, des rendez-vous avec eux nous on y arrive pas’’ ». Et un torrent d’articles (« La boîte à amour connecté », « L’amour avec un grand @ ») de célébrer l’innovation créée par Jean et Marie, qui se sont donné pour « mission de répandre sur le monde des objets connectés qui créent du #bonheur... ». Ce gadget bien moins romantique qu’une banale carte postale cherche officiellement « à donner une direction sensible et généreuse à l’usage de la technologie. » Face au déferlement des objets connectés, la seule « direction sensible et généreuse » pour Le Postillon est évidemment la déconnexion.

    Voir le texte sur
    https://www.lepostillon.org/La-noix-connectee-la-Love-box.html

    #Lovebox #objetsconnectés #iot #allezvousfaireconnecter


  • Au Brésil, des « granulés pour les pauvres » qui font scandale Sciences et Avenir - AFP - 19 Octobre 2017
    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/au-bresil-des-granules-pour-les-pauvres-qui-font-scandale_117551

    La « farinata », un complément alimentaire lancé par le maire de Sao Paulo pour combattre la faim, arrive dans les écoles de la plus grande métropole d’Amérique du sud malgré le scandale provoqué par ces granulés qui font irrésistiblement penser à des croquettes pour chiens.

    Ce produit, confectionné à partir d’aliments proches de leur date limite de consommation, a provoqué une vive controverse lorsque le maire de Sao Paulo, Joao Doria, l’a présenté.

    Le fabricant, Plataforma Sinergia, a présenté la « farinata » sous des formes moins choquantes — spaghetti, farine ou biscuits — et sans exposer les granulés moqués par les réseaux sociaux, lors d’une conférence de presse destinée mercredi à éteindre la polémique.

    Joao Doria, probable candidat à la présidentielle de 2018, a déclaré que cet aliment commencerait à être distribué ce mois-ci dans les écoles de la métropole comme « supplément alimentaire ».

    Et ceci alors même que la municipalité avait d’abord assuré que les granulés ne seraient pas distribués dans les écoles et bien que l’adjointe aux Droits de l’Homme, Eloisa Arruda, ait expliqué qu’aucune étude n’avait été menée sur les besoins nutritionnels des écoliers paulistes.

    « L’adjoint à l’Education a donné son feu vert à la ’farinata’ dans le milieu scolaire, sous forme de compléments », a assuré le maire.

    ’Aliment du bonheur’
    En présentant la semaine dernière « la farinata » dans le cadre d’une loi municipale sur l’éradication de la faim, Joao Doria avait qualifié les granulés d’"aliments du bonheur" et plaidé pour leur distribution immédiate auprès des plus démunis de la métropole.


    Le maire de Sao Paulo Joao Doria (2e g) présente la « farinata », un complément alimentaire lancé par le maire de Sao Paulo pour combattre la faim, arrive dans les écoles de la plus grande métropole d’Amérique du sud, le 18 octobre 2017 -Sao Paulo’s Mayor Office/AFP/Helloisa BALLARINI

    Proche d’une céréale, l’"aliment du bonheur", avait-il dit, « est un aliment complet ». Le maire n’a pas indiqué le nombre d’écoles ni d’enfants concernés.

    Le manque d’information sur la composition du produit et sa distribution, sans parler de son aspect rappelant les croquettes pour animaux domestiques, ont créé la polémique sur cette nourriture qui pourrait aussi être distribuée aux bataillons de pauvres vivants dans les rues de Sao Paulo.

    Environ 1,5 million de personnes de l’Etat de Sao Paulo sont dans une situation d’insécurité alimentaire, selon des statistiques datant de 2013, donc avant la récession historique de 2015-2016.

    La distribution de ce type d’aliments « nécessite une discussion approfondie, y compris avec la société » civile, a déclaré à l’AFP la porte-parole du Conseil régional de la nutrition, Vivian Zollar.

    « Et quand nous proposons des granulés à une personne aux faibles revenus nous creusons encore les inégalités sociales », a-t-elle déploré.

    Lundi, le même Conseil avait estimé dans un communiqué que cet aliment représentait « un recul par rapport aux progrès obtenus ces dernières décennies dans le domaine de la sécurité alimentaire ».

    Mme Zollar a également accusé la mairie de ne pas avoir fait d’étude préalable sur la sous-alimentation dans la ville pour rechercher des solutions alternatives.

    « Quand la municipalité a présenté le granulé (..) il était clair que jamais nous n’avons pensé qu’il se substituerait aux aliments », a rétorqué Mme Arruda, l’adjointe aux Droits de l’Homme.

    ’Technologie unique au monde’
    « Je suis choqué quand j’entends dire que cet aliment est pour les chiens », s’est insurgé le cardinal de Sao Paulo, dom Odilo Scherer, qui soutient l’initiative du maire.

    Pour le prouver, il a mangé avec Joao Doria, lors de la conférence de presse, du pain cuit avec la fameuse farine, tout en demandant que le débat soit « dépolitisé ».

    Rosana Perrotti, représentante de Plataforma Sinergia, a assuré pour sa part à l’AFP que la « farinata » respectait les normes de la législation brésilienne sur l’alimentation et avait reçu une certification officielle.

    Selon elle, « la farinata » est le produit d’une technologie unique au monde qui prolonge la durée de consommation des aliments, et permet de reculer d’au moins deux années la date limite de consommation de produits alimentaires proches de leur date de péremption.

    La société a refusé à l’AFP l’autorisation de visiter son usine afin de protéger le secret de sa technologie.

    Mme Perrotti a indiqué que la production de la « farinata » était financée par des donateurs, sans préciser aucun montant.

    Plataforma Sinergia, une entreprise à but non lucratif, a déjà distribué le produit à trois organisations humanitaires et envisage de le proposer à des migrants à la frontière avec le Venezuela.

    #farinata (Un nouveau théme) #sous-alimentation #bonheur #Brésil #Ecole #Soleil_vert ?