• Les besoins artificiels. Comment sortir du consumérisme | Les oreilles loin du front
    http://www.loldf.org/spip.php?article724

    Acheter ! Acheter ! Acheter ! Cette semaine, on vous propose un entretien réalisé avec Jeanne de Culture Poub qui anime Zoom Écologie sur FPP avec Carole, membre du collectif Boycott citoyen et avec le sociologue Razmig Keucheyan, auteur du livre « Les besoins artificiels. Comment sortir du consumérisme » aux éditons zones. En cadeau sonore bonus une archive sur une action zombie dans un supermarché de la banlieue parisienne. Durée : 1h16. Source : Fréquence Paris Plurielle

    http://www.loldf.org/archives/19.10.02.besoins.artificiels.mp3

  • La Cour fédérale canadienne avait décidé que les vins des colonies ne pouvaient pas être étiquetés « Produit d’Israël »...
    https://seenthis.net/messages/796190

    Comme prévu...

    Étiquetage de vins de Cisjordanie : Ottawa fait appel de la décision de la Cour fédérale
    Radio Canada, le 6 septembre 2019
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1290217/produits-israel-vins-palestine-colonies-etiquette

    Des Juifs déçus par la décision du gouvernement de faire appel dans l’affaire des vins des colonies
    Voix Juives Indépendantes, le 8 septembre 2019
    https://ijvcanada.org/fr/2019/des-juifs-decus-par-la-decision-du-gouvernement-de-faire-appel-dans-laffa

    #Canada #Palestine #Vin #Occupation #Colonisation #Étiquetage #Tricheries #Droit #BDS #Boycott #Appel #Complicité

  • Over 200,000 people deleted Uber after #deleteUber - Business Insider
    https://www.businessinsider.de/over-200000-people-deleted-uber-after-deleteuber-2017-2?r=US&IR=T

    Même les géants du web sont vulnérables aux conséquences des mouvements sociaux surtout quand elles sont bien orchestrés.

    3.02.2017 - More than 200,000 people deleted their Uber accounts after a weekend of outrage aimed at the ride-hailing company, according to The New York Times.

    Furious Uber riders had deleted the app after the company continued operating its service at John F. Kennedy International Airport on Saturday, creating the perception that it was undermining a taxi strike in protest of President Trump’s immigration ban.

    Dans son nouveau livre Super Pumped The Battle for Uber Mike Isaac raconte comment la campagne #deleteuber lancée par un seul militant a couté des millions à la plateforme #Uber.

    Super Pumped The Battle for Uber, Mike Isaac, W. W. Norton Company, 2019, ISBN 978-0-393-65224-6

    Chapter 21
    #DELETEUBER

    As Travis fought his way onto the Trump business advisory council, a Chicago tech worker named Dan O’Sullivan still believed Donald Trump was full of shit.
    The president spent his entire first week arguing with the press over the size of his inauguration crowd. (“The biggest ever inauguration audience!” Trump’s press office announced, an obviously false statement.) Trump was a buffoon, O’Sullivan thought, an idiot foisted upon the office by an electorate poisoned by Fox News. By the time he left office, O’Sullivan prayed, Trump would be thwarted by his advisors and accomplish little of what he promised on the stump in 2016.

    The Long Island–born son of a nurse and an Irish telephone lineman, Dan O’Sullivan grew up worlds away from Trump’s gold-plated tower in Manhattan. He was proud of his blue-collar background. His great-great-uncle, Mike Quill, co-founded the Transport Workers Union in New York City back in 1934. Quill’s ties to the Communist Party earned him the nickname “Red Mike.” On the night of his sister’s birth, O’Sullivan’s father was out on strike with fellow linemen in the Communication Workers Union.

    After kicking around schools in Long Island and Maine, Dan O’Sullivan landed in Chicago, a place he liked though knew little about. At six-foot-three and pushing 220 pounds, O’Sullivan looked like a different kind of lineman—more Chicago Bear than Bell Atlantic like his father. He picked up a Chicago accent quickly, cutting short his “U’s” and “A’s.” His nasally vowels gave many the mistaken impression he was a native Chicagoan.

    O’Sullivan dreamed of being a writer, and started freelancing political pieces for Gawker, Jacobin, and other left-leaning outlets. To pay the bills, he landed in a call center at a tech company, a lower-level peon answering angry customer support questions. The work was depressing, but he spent his off-hours pursuing his passion, hustling for opportunities to write.

    More vivid than his dreary call center job was O’Sullivan’s digital life on Twitter. He mostly used it to follow political accounts and news and to connect with other writers. He started chatting with other leftists and joking around with people who began as anonymous avatars in his Twitter feed, then slowly grew to become his online friends. Even as Dan despaired at Trump’s popularity and success, at least he could make fun of Trump’s buffoonery with his friends on Twitter.

    O’Sullivan cherished his digital anonymity. He was opinionated and crass on Twitter, and knew his obscenities towards Trump might not please his employer. And if he had to find a new job, some of the esoteric, vulgar in-jokes he shared with Twitter friends wouldn’t thrill a recruiter.

    Still, Twitter was worth it. He chose a handle for himself, a pun his online friends could remember him by: @Bro_Pair.

    The order came as night fell on Friday, January 27, a week after Trump took the oath of office. Effective immediately, Trump was closing the nation’s borders. Singling out predominantly Muslim countries, he barred refugees from places like Syria, which was in the midst of a violent civil war that was driving thousands to seek asylum from potential slaughter.

    “We don’t want them here,” Trump said, referring to so-called “radical Islamic terrorists”—his name for Muslims—during the signing ceremony. “We want to ensure that we are not admitting into our country the very threats our soldiers are fighting overseas. We only want to admit those into our country who will support our country, and love deeply our people.”

    Trump had presaged such a proposal at the end of 2015 on the campaign trail, in which he called for a complete restriction of all Muslims from entering the United States as a response to bloody terrorist attacks in San Bernardino, California and Paris, France. Christians and other religious practitioners, he said, should be granted immigration priority over Muslims seeking asylum. The Muslim ban played extremely well at rallies. Trump’s base loved it. At the time, of course, politicians from both parties condemned the idea as inhumane and unconstitutional. But the outrage at the time passed almost as quickly as it arrived.

    Now it was 2017, Donald Trump was the president of the United States, and he was following through with a campaign promise. Among ardent Trump opponents like Dan O’Sullivan, the Muslim Ban brought forth all of the rage that had simmered since November 9. The announcement confirmed that Trump would be every bit as monstrous as they had imagined.

    That energy wasn’t squandered. Millions of people across the country rushed to airports and other places where immigrants seeking asylum might be turned away by the TSA, ICE, or other federal agencies. Thousands of lawyers arrived clad in neon yellow hats and T-shirts to offer pro bono legal advice to immigrants stuck in limbo. Throngs of protesters flooded baggage claim areas and TSA security lines with chants of outrage against Trump, carrying hastily written cardboard signs and posters with pro-immigrant messages.

    As the protests continued through Friday night and into Saturday morning, the Muslim community of taxi drivers in New York banded together to strike at the airport, in part to show solidarity, and also to give America a glimpse of the country without Muslim workers. “NO PICKUPS @ JFK Airport 6 PM to 7 PM today,” the New York Taxi Workers Alliance posted to its Twitter account shortly after 2:00 p.m. Saturday afternoon. “Drivers stand in solidarity with thousands protesting inhumane & unconstitutional #MuslimBan.”

    As taxi workers organized, employees in Uber’s New York office watched and began to worry. People were traveling to airports in droves, often using Uber to get there. JFK was slammed, its terminals were drawing one of the largest crowds in the country that weekend. If passengers kept Ubering to JFK in large numbers, Uber’s “surge pricing” would kick in. That meant people would be charged multiples of the base fare—two, three, four times as much or even greater—just to go and protest. Managers in New York and San Francisco could predict the negative headlines if surge pricing kicked in: big bad Uber fleecing honest citizens during a humanitarian protest.

    Uber didn’t need that headache now. A manager in San Francisco gave New York the all-clear to turn off surge pricing for Uber trips to JFK. Later that evening, @Uber_NYC sent a tweet: “Surge pricing has been turned off at #JFK Airport. This may result in longer wait times,” the tweet read. “Please be patient.”

    The tweet would end up costing Uber millions.

    O’Sullivan couldn’t believe what he was seeing.
    Election night had broken him. He wrote a final piece for the leftist magazine Jacobin on the Trump victory—a half-delirious meditation on Trumpism and the forces it took to bring America to propel such a man to victory—and subsequently swore off political writing for good. He wandered the empty streets of Chicago in a stupor after the race was called, sensing a deep depression coming on, one that would carry into 2017 and add another ten pounds to his frame.

    The swearing-in ceremony in January was painful to watch. He winced as the group of tycoons and robber barons surrounded Trump at the Capitol, celebrating the triumph of evil over good. The travel ban carried out less than a week later seemed sadistic to him. The cruel execution of the announcement perfectly symbolized Stephen Miller and Steve Bannon—two of Trump’s most xenophobic, nationalistic advisors—and their desire to inflict pain on immigrants.

    But O’Sullivan felt a glimmer of hope as the news reported crowds of people gathering at the airport to protest Trump’s unjust ban. Thousands of other people like him, fed up with fear and anger, were fighting the administration through protest, one of the most American acts there is. And as @Bro_Pair, he scanned his Twitter account and monitored chatter from reporters, newspapers, and his digital friends who, too, were speaking out against the president. As Saturday wore on, @Bro_Pair noticed a tweet from the New York Taxi Workers Alliance scroll through his Twitter feed, noting their strike on the JFK airport. He appreciated the solidarity.

    A few minutes later, he noticed another tweet—this one from Uber, claiming it was shutting off surge pricing at JFK.

    Up until that point, O’Sullivan had never really liked Uber. He had passively followed its various controversies; everyone in tech did. To the leftist O’Sullivan, Travis Kalanick was an avatar of Silicon Valley’s capitalist id, concerned only with user and revenue growth, not the lives of everyday workers like himself. He used Uber occasionally—it was, after all, a great product and very convenient—but always felt guilty afterwards.

    But at that moment, seeing Uber’s tweet pass through his feed, he saw it as an act of subversion—a betrayal of solidarity. O’Sullivan and others interpreted Uber’s tweet as company trying to profit off the backs of striking cab workers, a cash grab during a vulnerable public moment. Even beyond the immediate circumstances, the tweet reminded him of his larger ideological grievances towards Uber, and the core of how its business operates. The contract-based labor model that eschewed directly employing drivers. The campaigns against drivers who wanted to unionize. To him, this faceless, monolithic tech company would never defend its Muslim cab drivers. O’Sullivan couldn’t pinpoint whether it was his deep, familial ties to organized labor, the frustration he felt towards his shitty call center tech job, or the deep-seated need to fight back against Trump. He just snapped: he had had it with Uber.

    Sitting alone in his cold apartment in the dead of a Chicago winter, he started typing a response to Uber’s tweet, still fuming with anger. “congrats to @Uber_NYC on breaking a strike to profit off of refugees being consigned to Hell,” @Bro_Pair tweeted, “eat shit and die.” He quickly followed up with an idea for a hashtag, something people could add to their angry tweets about the company: “#deleteUber.”

    “Don’t like @Uber’s exploitative anti-labor policies & Trump collaboration, now profiting off xenophobia? #deleteUber,” he tweeted. O’Sullivan dug into Uber’s support pages on its website to figure out how to actually delete his Uber account, a feat that was surprisingly difficult and required filling out a form and sending it to engineers at the company. O’Sullivan started tweeting out screenshots and links to the online account deletion form, making it simpler for others to find it and delete their own accounts.

    The hashtag began to resonate. Others tweeted angrily at Uber, joining @Bro_Pair. People started adding #deleteUber to the end of their tweets. As seething Americans sought an outlet for their helpless rage, the idea that Uber was not just subverting the protest but actively trying to profit from it was maddening. Hundreds of people started replying and retweeting @Bro_Pair’s tweet, catching the attention of other angry onlookers. Hundreds turned to thousands, which turned to tens of thousands of people chanting, digitally: #deleteUber.

    To O’Sullivan’s amazement, people started tweeting their screenshots of their account deletions back to him. “You’re fascist colluding scabs,” one user’s screenshot said. “Taking advantage of the taxi strike in NYC is a disgusting example of predatory capitalism and collusion with an overtly fascist administration,” another user wrote, tweeting back at @Bro_Pair. Another person added: “Catch a rideshare to hell.”

    O’Sullivan was dumbstruck. Celebrities were tweeting him screenshots of themselves deleting Uber. The press started calling him for interviews. He had tapped into a rage shared by more people than he had realized. Most immediately, those who retweeted him expressed anger towards the Trump administration and its discriminatory actions. But deleting Uber went beyond that; it became something people could do, an action they could broadcast as part of their protest, a repudiation of tech culture, of fake news, of Silicon Valley—the industry that many believed duped Americans into electing Trump in the first place. To #deleteUber wasn’t just to remove a ride-hailing app from one’s phone. It was also to give a giant middle finger to greed, to “bro culture,” to Big Tech—to everything the app stood for.

    As O’Sullivan logged out of the @Bro_Pair account on Twitter and turned off his computer later that night, he felt a twinge of happiness for the first time in months. #deleteUber was trending across Twitter around the entire world. The press was covering the fallout, and Uber was scrambling to try and contain the damage.

    “Okay I have to go to bed,” @Bro_Pair tweeted. “But this has been the only good thing I’ve seen come from hashtags ever. thank you all, keep it going.”

    He signed his tweet with a hashtag: “#deleteUber.”

    All hell broke loose at 1455 Market Street.
    As the #deleteUber hashtag gained traction, engineers had account deletion requests flood in by the thousands from across the world. Up until that point, the company had received few deletion requests. Everyone loved the product, and those who didn’t merely erased the app from their phone without deleting their account. There was no automated mechanism in place to handle such requests. By the time @Bro_Pair’s protest spurred a mass revolt, Kalanick was forced to assign an engineer the task of implementing a system to process the flood of account deletions.

    Uber’s public relations team scrambled to try and convince reporters that Uber wasn’t breaking a strike but actually trying to help protesters get to the JFK protests by eliminating surge pricing. Kalanick had attempted a mealy-mouthed apology that weekend, noting that he planned to raise Uber’s issues with the travel ban the following week with President Trump in person. He was days away from the first meeting of Trump’s policy council of executives. But the statement had the opposite effect, instead reminding people that Kalanick was actively working with the administration. Outsiders saw Kalanick’s position as a tacit endorsement of Trump. Eventually, his own employees began to see it that way, too.

    “I understand that many people internally and externally may not agree with that decision, and that’s OK,” Kalanick said to employees in an email. “It’s the magic of living in America that people are free to disagree.”

    His thinking on keeping his seat on the council didn’t last long. In the span of a week, more than 500,000 people deleted their Uber accounts entirely, not counting the incalculable others who simply deleted the app from their phones. Uber’s all-important ridership growth curves—for years always hockey-sticking up and to the right—started turning downward. Kalanick began to sweat.

    Lyft, at that point running out of money and on the verge of surrender, benefitted enormously from the backlash. People began to ditch Uber and switch over to Lyft. (Protest felt good, but people still needed to be able to call a car sometimes.) Lyft’s executives then pulled a well-executed PR stunt, publicly donating $1 million to the American Civil Liberties Union over four years, making themselves look like white knights while Uber was groveling before Trump.

    The resultant surge in ridership brought Lyft back from the brink of failure. At last showing positive signs of growth, Lyft soon attracted investment from Kohlberg Kravis Roberts, the private equity firm, buoying the ride-hailing company with more than a half-billion dollars in additional capital.

    Lyft’s fundraising sunk Kalanick’s spirits. He had spent the entire summer trying, and failing, to defeat his largest competitor in China. And now, just as the new year began, his chance to kill his strongest American opponent had slipped away as well. He was so close to rubbing John Zimmer’s nose in defeat. No longer.

    Less than a week later, at the Tuesday all-hands meeting, multiple employees confronted Kalanick for keeping his position on Trump’s advisory council. Two different engineers asked him what it would take for him to step down from the position, a question he repeatedly dodged. But by Thursday, with ridership losses mounting and employees fast losing faith in their leader, Kalanick acceded.

    With less than twenty-four hours before he was scheduled to be at his first advisory council meeting at the White House, a call was arranged between Kalanick and President Trump so he could tell him he was withdrawing from his position.

    The call was brief and awkward; Kalanick apologized and gave a pitiful explanation. Trump grumbled through it. The two men had never met before, but Kalanick ended the call knowing that he had annoyed the president of the United States.

    Later that day, he wrote a conciliatory email to staff, noting he had left the council, though for many both inside and outside of Uber, the concession felt too little, too late. It didn’t stop the downturn of Uber’s growth numbers, either, as ill will toward the company continued to damage the brand and overall ridership. But for the moment, Kalanick had neutralized the immediate threat and knocked Uber’s name out of negative headlines.

    For the moment.

    #capitalisme #USA #boycott #taxi

    • Behind the #Johannesburg riots: How did they happen?

      The latest outbreak of mob violence and xenophobia was allegedly orchestrated by members of the All Truck Drivers Forum (ATDF), which held mass meetings that went into last weekend in different parts of Gauteng.

      The Mail & Guardian has reliably learned that intelligence agencies — which sent a briefing note last week Friday to the Justice, Crime Prevention and Security cluster (JCPS), chaired by Defence Minister Nosiviwe Mapisa-Nqakula — have been investigating the forum’s involvement.

      The cluster consists of the ministries of police, home affairs, state security, justice and constitutional development, as well as the National Prosecuting Authority.

      High-ranking security officials have also discussed the political motivations behind the flare-up in violence, with theories that the violence was part of a campaign to embarrass and ultimately destabilise the presidency of Cyril Ramaphosa.

      Despite the intelligence and warnings, these parts of the cluster failed to prevent the violent attacks and the burning and looting of shops in Jeppestown on Sunday night and into Monday morning.

      On Monday, the violence spread to parts of central Johannesburg and Alexandra, as well as Boksburg and Thokoza on the East Rand. Shops, cars and other buildings were set on fire. More than 400 arrests have been made since.

      In parts of KwaZulu-Natal, freight trucks were attacked and set alight.
      Drivers found to be foreign nationals were also assaulted.

      ATDF, which purports to represent only South African truck drivers, has dismissed the intelligence, saying that its organisation is anti-violence. Its spokesperson, Sipho Zungu, said on Thursday: “When this latest violence started on Monday we were in court, so there is no way this was us. ATDF has never even had a strike, let alone [engaged in] violence [and] looting. The nation is being misled here.

      “What needs to be clarified is that ATDF is fighting for all truck drivers in the country, no matter if they work or not.” He went on to add: “The reality is that South African truck drivers no longer have jobs, and we have been engaging truck owners and government that they must get rid of foreign truck drivers.”

      This kind of sentiment, and existing tensions, were worsened by political rhetoric around access to healthcare and unemployment before the elections. It reached boiling point last month, when police operations in Johannesburg to find fake goods were thwarted by shopkeepers, who pelted law-enforcement authorities with rocks, forcing a retreat.

      Public reaction to this took on a xenophobic tinge, with some South Africans blaming foreign nationals for a host of problems — from the proliferation of drugs and fake goods, to crime and filth in inner-city Johannesburg.

      Information shared with the JCPS cluster last Friday indicated that meetings to discuss strategy and co-ordinate attacks on foreign nationals were to scheduled to take place this past weekend. The meetings were to be held at venues in different parts of Gauteng, including the Mzimhlophe grounds in Soweto, Alexandra at Pan taxi rank, Randburg taxi rank, Ezibayeni in Hillbrow and Part Two, Diepsloot.

      Foreign nationals also held their own meetings over the weekend, and discussed how to protect themselves against potential attacks.

      The M&G understands that the government was concerned that foreign nationals could retaliate violently, which might escalate matters. A source in the JCPS cluster said: “If action was taken and those meetings disrupted, what happened on Sunday evening would not have happened.”

      Now, Police Minister Bheki Cele has been forced to react after the fact. He has focused on the hostels this week and has had several meetings with iinduna to try to quell the unrest.

      Cele’s office announced he would also be hosting imbizo, to be attended by residents, as well as local, provincial and national politicians, at the Jeppe hostel on Sunday.

      Cele’s spokesperson, Lirandzu Themba, said: “Izinduna who met with Minister Cele have assured the Gauteng Saps [South African Police Service] management that hostel dwellers have been urged to refrain from acts of violence leading up to the imbizo, planned for Sunday.”

      Themba also said Cele had briefed Ramaphosa on the latest situation in Johannesburg on Monday, after a visit to Jeppe hostel. “There was a Cabinet meeting where this issue was discussed and brought to the attention of all ministers, including those in the JCPS cluster.”

      “The JCPS cluster and various operational structures have been meeting and engaging continuously during the past weeks — and in some instances on a daily basis,” she said.

      News of the imbizo has not been well received by all in the hostel. Nduna Manyathela Mvelase, who met with Cele during his visit, said: “It’s almost as if they are saying ‘It’s the hostels and the Zulu people that are responsible for this.’”

      “It was unfortunate that a fire started not too far from here on Sunday and people died. At the same time, some criminals took advantage of that fire, and now it looks as if this started here,” he said. “This started in Pretoria and there are no hostels there … All our children are unemployed and on drugs.”

      The government and the presidency’s slowness to get a handle on the situation has prompted severe criticism from observers, as well as heads of state across the continent.

      Two former government officials expressed surprise that the JCPS had not met by Wednesday or made any public statements.

      One said: “By now you should have been seeing all the different ministers visible on the ground … The fact that Nigeria’s president [Muhammadu Buhari] was even tweeting disinformation [that Nigerians were killed in the violence] means there could have been no information from our government to affected embassies.

      “When government is this silent it becomes easy for the situation to escalate,” he added.

      Department of international relations and co-operation (Dirco) spokesperson Clayson Monyela said on Wednesday that the department would try and secure meetings with consulates and high commissions of affected nationalities by today.

      “Dirco has not received any official complaint or inquiry from an embassy. However, we are maintaining regular contact with the diplomatic corps to update them on government’s measures and interventions to deal with the spate of violence,” he said.

      Johan Burger, a senior research er at the Institute for Security Studies, said he was extremely disappointed that Ramaphosa had remained silent about the attacks until Wednesday.

      “I say, very reluctantly, that South Africa is at fault in terms of how it handled this issue from the top. I’m extremely disappointed that it took so long to say something,” Burger said. “He should have spoken to his security cluster ministers and asked what was happening and given instruction and direction.”

      A senior government official suggested Ramaphosa was being let down by his Cabinet, particularly in the JCPS cluster, which met for the first time on Wednesday. “Not once in the former president’s tenure would so much time pass before security cluster ministers meet and strategise. Not once.”

      The Nigerian government took a harsh tone this week, saying it would not tolerate any more attacks on its citizens, and deployed envoys to meet Ramaphosa, whose public statement condemning the attacks was issued only on Tuesday, to discuss the situation.

      On Wednesday the Nigerian presidency announced that Nigerian airline Air Peace airlines would send an aircraft today to evacuate any of its citizens who wished to leave South Africa. Yesterday, South Africa shut down its embassy in Lagos and several South African businesses in that country were attacked and looted.

      https://mg.co.za/article/2019-09-06-00-behind-the-johannesburg-riots-how-did-they-happen

    • South African Riots Over ‘Xenophobia’ Prompt Backlash Across Africa

      Pop stars have announced a #boycott. Air Tanzania has suspended flights to Johannesburg. #Madagascar and Zambia are refusing to send their soccer teams. Nigeria has recalled its ambassador and pulled out of a major economic forum.

      South Africa is facing a backlash after rioters in and around Johannesburg targeted immigrants from other African countries this week, torching their shops and leading to at least 10 deaths. Now, angry citizens and governments across the continent are lashing out at South Africa and its businesses, denouncing what they call “xenophobia.”

      Africans across the continent once rallied behind South Africans in their struggle to defeat the apartheid government, which was finally replaced in elections held 25 years ago. Now, some Africans find themselves in the unfamiliar position of protesting the actions of the same communities in South Africa that they once stood with in solidarity.

      “The only time we’ve seen this type of cooperation of African countries in terms of backlash,” said Tunde Leye, a partner at the Nigerian political research firm SBM Intelligence, “was in terms of support of the anti-apartheid movement.”
      Sign up for The Interpreter

      Subscribe for original insights, commentary and discussions on the major news stories of the week, from columnists Max Fisher and Amanda Taub.

      The current level of political solidarity on the continent, he said, was “almost unprecedented.”

      The riots, and the retaliatory measures, could not come at a more inopportune time for regional cooperation. This week, African leaders are meeting in Cape Town, South Africa, to discuss the African Continental Free Trade Area, an agreement made this year that sets the stage for the creation of the largest free-trade area in the world. It would join Africa’s more than one billion consumers into a single market.

      The conflict, while not likely to imperil the free trade agreement, could at least slow its implementation, which is expected to take years, African analysts said.

      Nigeria’s government, angry that its citizens have been victimized in the South African riots, has pulled out of the Cape Town meeting.

      Nigeria is the continent’s largest economy, and South Africa is the second-largest. Both countries were already reluctant participants in the accord, which is supposed to help knock down the many barriers to trade among African countries.

      Anti-immigrant sentiment is a longstanding issue in South Africa, where the legacies of colonialism and apartheid run deep, and a political shift has not delivered meaningful change to many poor South Africans. Immigrants from countries like Nigeria, Mozambique, Somalia and Zimbabwe are often regarded by South Africans as competitors for jobs and social services.

      In South Africa, attacks on foreigners have become common, and they surged beginning Sunday when rioters stormed neighborhoods in and around Johannesburg, lighting fires and breaking into shops.

      At least 10 people have died in the riots, President Cyril Ramaphosa said in a video address on Thursday, in which he also condemned the violence.

      “There can be no excuse for the attacks on the homes and businesses of foreign nationals,” he said. “Equally, there is no justification for the looting and destruction of businesses owned by South Africans.”

      In Gauteng, the province that includes Johannesburg, authorities have arrested at least 423 people, said Colonel Lungelo Dlamini, a police spokesman. On Thursday, he said that many shops owned by foreigners remained closed and that more shopping centers in the eastern part of the province “are being targeted.”

      Police seized guns, he said, not just from South Africans, but also from at least two foreign nationals.
      Editors’ Picks
      Life Is Imitating Stephen King’s Art, and That Scares Him
      The Gospel According to Marianne Williamson
      Bella Thorne, the Ex-Disney Star, Chillaxes With Yarn

      The rolling backlash has united broad swaths of the continent. Two popular Nigerian musicians, Burna Boy and Tiwa Savage, said they were boycotting South Africa. Burna Boy was set to headline the Afropunk festival in Johannesburg in December, alongside artists like Solange Knowles. Tiwa Savage had an appearance in South Africa scheduled for mid-September.

      On Tuesday and Wednesday, protesters rushed and sometimes looted South African-owned businesses in Nigeria and Zambia, including Shoprite supermarkets. The company closed stores. The South African telecommunications giant MTN did the same.

      On Thursday, the protests spread to the Democratic Republic of Congo, where demonstrators outside of the South African Embassy in Kinshasa held signs that read “Don’t kill our brothers” and “No xenophobia.” In Lubumbashi, they broke windows at the South African Consulate.

      Nigeria recalled its ambassador to South Africa. South Africa has shuttered its diplomatic missions in Nigeria, citing threats.

      The clashes cast a cloud over the World Economic Forum in Africa, which began in Cape Town on Wednesday. Leaders were set to discuss the free trade pact, an agreement signed by 54 countries that supporters have said could reshape economic relationships on the continent.

      The accord has the potential to bolster intra-African trade by 52 percent by 2022, according to the United Nations. Right now, intra-African trade accounts for just 16 percent of the continent’s trade volume. It can be cheaper to ship something from Nigeria to Europe, and then to Senegal, rather than directly from Nigeria to Senegal. This is a major barrier to regional development, economists say.

      Still, a host of challenges await before the pact is put in place.

      African analysts differed on whether Nigeria’s decision to skip the Cape Town meeting would have any effect in the long term.

      Gilbert Khadiagala, a Kenyan professor of international relations at the University of Witwatersrand in Johannesburg, said Nigeria’s move was little more than “grandstanding,” and that would not impede the trade agreement.

      But Mr. Leye, of SBM Intelligence in Nigeria, said that in his view, Nigeria’s boycott of the Forum “will have an impact in terms of the pace of implementation.”

      https://www.nytimes.com/2019/09/05/world/africa/south-africa-xenophobia-riots.html
      #Zambie

  • Boycottez AnyVision : société israélienne de surveillance par une reconnaissance visuelle « testée sur le terrain »
    Palestinian BDS National Committee (BNC), le 30 août 2019
    https://www.aurdip.org/boycottez-anyvision-societe.html

    AnyVision tire profit des violations, par Israël, des droits humains des Palestiniens et elle exporte sa technologie de surveillance répressive dans le monde entier.

    (...)

    Telefónica, société transnationale espagnole de télécommunications, et G4S, utilisent également la technologie d’AnyVision. La ville de #Nice, en #France, surveille les citoyens avec AnyVision et l’été dernier, l’entrée du stade de Londres était surveillée par AnyVision.

    Réaction à :
    https://seenthis.net/messages/687604
    https://seenthis.net/messages/745558
    https://seenthis.net/messages/761518
    https://seenthis.net/messages/792939
    https://seenthis.net/messages/793050
    https://seenthis.net/messages/793759
    https://seenthis.net/messages/796013
    https://seenthis.net/messages/798296
    https://seenthis.net/messages/798560

    #Anyvision #Anyvision_Interactive_Technologies #Microsoft #Qualcomm #Identité #Biométrie #Face-recognition #facial #vidéo-surveillance #sécuritaire #surveillance #Palestine #israel #Mossad #Armée #Cisjordanie #Occupation #BDS #Boycott

  • Facebook anéantit l’audience d’une partie de la gauche radicale
    https://www.mediapart.fr/journal/france/290819/facebook-aneantit-l-audience-d-une-partie-de-la-gauche-radicale

    Confrontée à une soudaine chute du nombre de vues de leurs publications, plusieurs pages Facebook de collectifs de la gauche radicale cherchent à comprendre ce qui leur est arrivé. Censure politique, économique, algorithmes ? Leurs questions, et celles de Mediapart, restent sans réponse.

    #INTERNET #Facebook,_gauche_radicale,_Censure,_algorithmes

    • La même chose est arrivé à la page de Nantes Révoltée qui a communiqué sur twitter ce soir :

      Comme d’autres pages militantes, nous vous annonçons ce soir que Nantes Révoltée vient d’être totalement déréférencée de facebook. 99% de chute d’audience d’un coup.
      On vous invite donc à suivre notre site internet, en attendant qu’on trouve une solution.
      https://twitter.com/Nantes_Revoltee/status/1167175023699877891
      Quelques stats. Depuis ce soir, on passe donc de, entre 30 et 300 000 personnes touchées par article à ... 52 personnes touchées pour notre dernière publication. Audience quasiment divisée par 1000.
      https://twitter.com/Nantes_Revoltee/status/1167181464338911232

      bon, ce qui est ballot c’est de ne pas avoir mis l’adresse du blog https://www.nantes-revoltee.com dans le message et que la bio du compte renvoie vers la page facebook. Mais au moins, depuis plusieurs moins, Nantes Revoltée utilisait enfin son blog de manière de plus en plus active hors facebook pour renvoyer vers ses articles...

      Lorsque je faisais partie de l’équipe de gestion de la page de soutien à la zad NDDL, nous avions déjà remarqué des soucis, mais c’était surtout dû au fait que nous ne correspondions pas aux attentes commerciales de facebook, avec beaucoup de publications automatisées depuis les blogs de la lutte et des liens qui incitaient donc à sortir de facebook. Il y a eut quelques cas pendant lesquels on a soupçonné une censure, mais extrêmement rares et improuvables. Je me permets de "libérer" l’article complet de médiapart :

      Facebook anéantit l’audience d’une partie de la gauche radicale
      Par Géraldine Delacroix

      Confrontée à une soudaine chute du nombre de vues de leurs publications, plusieurs pages Facebook de collectifs de la gauche radicale cherchent à comprendre ce qui leur est arrivé. Censure politique, économique, algorithmes ? Leurs questions, et celles de Mediapart, restent sans réponse. Ils s’appellent Lille insurgée, Bretagne noire, Collectif Auto Média énervé, Cerveaux non disponibles, Groupe Lyon Antifa…

      Plusieurs collectifs qui administrent des pages Facebook font état depuis quelques jours de la chute libre du nombre de vues sur leurs publications, alors qu’elles touchaient jusque-là des milliers de lecteurs, souvent des dizaines de milliers, parfois des centaines.
      Pour ces groupes qui partagent des informations sur les mouvements sociaux et se présentent comme très à gauche, le soupçon est fort d’une censure politique, pour les uns avant le G7, pour les autres après qu’ils ont partagé, en début de semaine, un article d’Indymedia Nantes. Le site affirme qu’une militante bien connue des mouvements de « gilets jaunes », notamment à Toulouse, et des organisations présentes au contre-sommet de Biarritz serait en réalité une policière infiltrée.

      Cerveaux non disponibles
      Paul* est fondateur et administrateur des Cerveaux non disponibles, « collectif qui a pour ambition de relayer des contenus (articles, vidéo, photos) alternatifs mais aussi d’en produire ». Après une époque où la page Facebook du collectif se contentait de partager ses lectures, les choses ont changé avec le mouvement des gilets jaunes : « On a rapidement pris position, écrit des textes, on est globalement marqués à gauche, gauche radicale, on a appelé à rejoindre les gilets jaunes… On est sortis du cadre, on a écrit nous-mêmes. Aujourd’hui, on est entre un média et un relais d’infos. »
      La chute du nombre de vues des publications de la page Cerveaux non disponibles.
      Quand un utilisateur ou une utilisatrice se connecte sur son compte Facebook, il ou elle voit apparaître dans son « fil d’actualités » une sélection algorithmique des
      publications de ses ami·e·s, des groupes auxquels il ou elle appartient, des pages qu’il ou elle suit. Depuis le mercredi 22 août, explique Paul, « [la]page [des Cerveaux non disponibles] a perdu la quasi-totalité de son audience : 200 personnes touchées par post, alors qu’on est habituellement sur une moyenne de 20 000 par post (avec des pics à 300 000) ». « Ce n’est jamais arrivé », ajoute-t-il.
      Dans un billet de blog publié dès le 23 août sur Mediapart, Zazaz, lectrice habituelle de la page, témoigne de la disparition des Cerveaux non disponibles : « Ça faisait plusieurs jours que je ressentais un vide, quelque chose me manquait, mais je n’arrivais pas à déterminer vraiment de quoi il s’agissait. Ce matin, j’ai compris, la disponibilité de mon cerveau à une autre information était censurée. » L’administrateur envisage une explication possible : « Il y a 10 jours, quelqu’un a fait une réclamation sur une vidéo pour atteinte au droit d’auteur. »
      « Forcément, on se demande ce qui se passe. Est_ce que d’autres ont ce même problème ou est-ce que c’est seulement des pages militantes ? Le silence de Facebook alimente les questions, c’est hyper opaque et très difficile, s’interroge Paul. On peut aussi se dire que ç’a été discuté en interne puisqu’on sait qu’ils discutent avec le gouvernement. Il suffit d’un employé de Facebook qui a eu des consignes orales… »

      L’administrateur de la page a bien tenté de contacter Facebook et posé cette question : « Depuis quelques jours, et surtout hier, nous avons constaté une très forte baisse de la visibilité de nos posts (près de 95 % de moins qu’en moyenne !). Pourriez-vous nous expliquer les raisons de ce changement brutal ? Et nous dire comment y remédier ? Notre média étant particulièrement axé sur le traitement de l’actualité médiatique, il est très problématique pour nous de ne pas pouvoir toucher notre public au moment d’un événement aussi important que le sommet du G7.
      Merci d’avance pour votre compréhension et votre retour. »
      Réponse : « Votre avis sera utilisé pour améliorer Facebook. Merci d’avoir pris le temps de nous envoyer votre signalement. »« Une réponse automatisée », « qui n’est même pas adaptée… », souligne Paul. « L’idée d’être moins dépendant de Facebook » avait déjà conduit le groupe à créer son propre site : « Pour nos textes importants et nos vidéos : on n’a pas envie de tout perdre si la page est supprimée. »
      Jeudi 29 août, alors que Mediapart avait contacté Facebook la veille pour obtenir des explications, la page commençait à reprendre des couleurs, et des abonnés témoignaient de ce que ses publications étaient réapparues dans leur fil. Faut-il y voir un lien de cause à effet ? « Cela semble revenir depuis ce matin. Pas autant qu’avant le 22 août, mais largement mieux que depuis une semaine. Sans raison ni explication », nous dit un membre du collectif.

      Collectif Auto Média énervé
      Basé à Toulouse et « fondé en 2016 pendant la loi travail », le Collectif Auto Média énervé s’appelait il y a encore deux semaines le Collectif Auto Média étudiant. C’est mardi 27 août que ses difficultés ont commencé, « une forme de censure », regrette Léon*, un des animateurs du groupe. « On a publié l’article sur l’indic à Toulouse et au contre-sommet, suite à ça on a été de suite déréférencés de Facebook…, nous explique-t-il. D’un coup, on n’apparaît plus sur le fil d’actu des personnes, même moi je ne vois plus les posts qu’on fait… »
      Confronté à la disparition de ses lecteurs pour la première fois, le collectif a tenté de contacter Facebook, puis « supprimé le post qui pouvait poser problème » : « Si jamais ça pouvait résoudre le problème… On s’est dit que c’est peut-être des algorithmes… »
      Jeudi 29, Léon a trouvé un message de Facebook daté du 27 et titré : « Your page has a breach » (« Votre page est en infraction »), dans lequel le réseau social explique qu’un contenu a été supprimé car il allait à l’encontre des « standards de la communauté », mais sans préciser de quel contenu il s’agit. Le collectif n’avait pas eu de problème pendant le G7 : « On a vachement produit sur le G7 en photos ; on a écrit des petits articles, qui ont fait plusieurs centaines à plusieurs milliers de vues. Le dernier truc, c’est quatre personnes ! Les stats ont été constantes jusqu’au G7, puis en hausse parce qu’on a couvert le G7, puis c’est redescendu après et aujourd’hui on n’a plus rien… »
      « On reste radicaux », admet Léon, mais le groupe se veut sérieux et prudent : « On partage de l’info, on recoupe, on vérifie, on floute les visages, que ce soit ceux des flics ou des manifestants ; on fait attention, on travaille avec des avocats. »

      Lille insurgée
      Léon ne voit plus les publications de Lille insurgée. Car le groupe lillois rencontre les mêmes difficultés : « Avant, on faisait plusieurs dizaines de milliers de personnes (28 000 vues, 68 000 vues) et là, on passe à 400 vues depuis les 22-23 août », témoigne un membre du collectif, Camille*. La rencontre Macron-Poutine, « c’est la dernière publication qui fait pas mal de vues ».
      La chute du nombre de vues des messages de la page Lille insurgée. Fataliste, le collectif a « juste interrogé le compte Twitter de Facebook. On sait pas trop quoi faire, on sait pas trop comment faire pour les contacter, je vois pas l’intérêt ».
      En l’absence de justification, d’éléments de compréhension, les hypothèses fleurissent : « Une possibilité, c’est que Facebook ait envie de nous inciter à faire de la pub. Donc ils nous coupent notre audience pour qu’on prenne de la pub. » Mais « si c’est une censure délibérée, il y a un lien avec le G7, forcément ».
      Sur Twitter, le Groupe Antifa Lyon relaie les Lillois et fait le même constat :
      Bretagne noire, habitué à ce genre de traitement, a invité dès le 25 août à se rendre sur sa deuxième page :
      « [INFO] Vous l’avez peut-être remarqués, cette page-ci est une nouvelle fois censurée, nous vous invitons donc à rejoindre notre 2nde page
      Merci à vous tous pour vos messages de soutien. »
      Contacté par Mediapart mercredi après-midi, Facebook nous a fait savoir le lendemain en début de soirée ne pas être en mesure de donner une réponse précise dans ce délai, et réserver les explications circonstanciées aux administrateurs des pages concernées.

      Boite noire
      Cet article a été mis à jour après sa parution avec la réponse de Facebook.
      Nos interlocuteurs ont été joints par mail et téléphone mercredi 28 et jeudi 29 août.
      * Certains prénoms ont été modifiés.

    • Ce n’est pas tout à fait pareil : #Google a exclu de la liste des sites web qu’elle consultait pour faire sa revue de presse les sites qu’elle considérait comme non-fiable, dont des sites d’extrême gauche. C’est scandaleux, mais c’est « officiel ». #Facebook a modifié son algorithme secret qui fait que des pages disparaissent sans aucune justification...

    • Je ne suis pas étonnée et je n’ai toujours pas compris comment on peut se revendiquer de gauche et utiliser facebook. C’est confondre la maison des associations avec la place beauvau. Et je désespère de voir encore des groupes organiser des actions sur Gmail ou ne pas retirer leur batterie de téléphone lors des réunions.

      #boycott_facebook

    • Article, même on peut dire communiqué, de Nantes Révoltée sur le sujet : https://www.nantes-revoltee.com/facebook-censure-t-il-les-medias-independants

      Nantes Révoltée n’est pas seule : il semble que cette invisibilisation touche d’autres pages facebook de médias indépendants : Lille Insurgée, ou Cerveaux non Disponibles, entre autres. C’est une censure qui ne dit pas son nom, une manœuvre ambivalente et sournoise. La page n’est pas supprimée, il ne s’agit donc pas d’une véritable censure. Elle est « déréférencée » : elle n’apparaît plus sur les comptes de ses abonnés. C’est comme couper l’électricité d’un concert mais dire au chanteur qu’il peut continuer sans micro : il ne sera plus entendu que par le premier rang. Le concert ne sera pas pour autant interdit. La sournoiserie est la marque du régime en place.

    • analyse de Benjamin Bayart sur la question :

      Un certain nombre de pages militantes, ancrées très à gauche, ont perdu quasiment tout leur lectorat (chute de 99,9% dans au moins un cas) autour de la période du G7. (L’article de Mediapart est intéressant à lire). Analysons un peu...
      La baisse d’audience (les messages postés sur les pages en question ne sont plus affichés, ou quasiment plus) est un fait.
      On peut décider d’y voir des choses, des explications, des interprétations.
      Le plus évident est de se dire « Ah les salauds, c’est la censure ». Soit à supposer que le Gouvernement a demandé à Facebook de couper. Soit à supposer que Facebook a décidé tout seul de couper. Cette une analyse possible, mais elle est tout sauf certaine, et hasardeuse à prouver.
      En effet, l’autre piste est que ce soit (plus ou moins) automatique : l’audience des pages très à gauches monte en flèche autour du G7, or au-delà d’une certaine audience Facebook coupe/ralenti et demande des sous pour diffuser (faut bien vivre...)
      Mais ce qui m’intéresse là-dedans, c’est le rôle de l’intermédiaire technique. Vis-à-vis des pages en question, et vis-à-vis des lecteurs. Donc, on découpe ça en deux temps.
      Du point de vue des gens qui font la page Facebook en question, on peut les considérer comme un média, un journal militant. Facebook est alors leur diffuseur. Je ne suis pas certain du tout que le contrat de service, même implicite, soit clair.
      Genre un contrat qui dit « jusqu’à XXX objets affichés chez vos lecteurs, c’est gratuit, au-delà il faut payer X euros pour Y affichages ». Ce serait un contrat de diffusion, clair, piloté, affiché. Où du coup Facebook aurait tout intérêt à être clair.
      Or les animateurs de ces pages se posent la question de « pourquoi ça coupe ? ». Ça montre bien que le contrat n’est pas clair, ou n’est pas clairement compris. On est dans une relation malsaine de dépendance, mal affichée, donc impossible à traiter sereinement.
      Prenons maintenant le point de vue des lecteurs. Ce sont des particuliers, des quidams, qui ont cliqué sur « je souhaite recevoir ce que diffuse cette page pour me tenir informé ». Le contrat qui les lie à Facebook est encore plus flou que celui entre Facebook et la page.
      Ce contrat implicite dit « En échange de ta vie privée, et du droit de te manipuler en permanence pour le plaisir de mes clients publicitaires, je te donne accès aux contenus que les autres publient et que tu as envie de voir ».
      Or ce contrat tacite est rompu : les lecteurs ont souhaité recevoir ces flux d’information, et ne les reçoivent plus, sans la moindre petite explication. Juste, curieusement, le silence. Mais du silence pas trop visible, rien qui dise « On a coupé tel fil ».
      Si on suppose que c’est une censure « politique » (qu’elle soit gouvernementale, ou d’entreprise), on a atteint un sommet, cette censure est le fait d’une décision silencieuse, non affichée, donc impossible à contester. L’exact contraire de la notion d’état de droit.
      C’est ce qui me fait douter que ce soit une censure politique. Qu’une trace, n’importe laquelle, sorte dans la presse, et ça va être la java des tribunaux pour les fonctionnaires impliqués.
      Une censure de l’entreprise ? Moui. Techniquement possible
      Si c’est une coupure technique, genre un quota de diffusion et Facebook veut des sous, c’est épouvantablement malsain, parce que ce n’est pas assumé, pas affiché, pas négocié. C’est le contraire d’un contrat, en fait.
      Un contrat, c’est un truc théoriquement négocié, entre deux parties qui peuvent en choisir les termes, et accepter ces termes librement. Bon, de nos jours un contrat c’est un truc que t’impose un fournisseur avec qui tu ne peux pas discuter.
      Essayez de discuter les termes de votre contrat d’abonnement à EDF, par exemple.
      Mais... ce contrat est connu, affiché, assumé. Revendiqué, même.
      Quand une entreprise normale fait une offre gratuite jusqu’à XX, puis payante au delà, elle est ravie de vous envoyer une facture en PDF tous les mois disant « c’est gratos, t’as vu, ch’uis gentil ». Et donc, par là, affiche les limites et le fait honnêtement.
      Comme je suis plutôt gentil, je suppose que ce n’est pas une censure gouvernementale (ce serait trop grave), ni d’entreprise (quel serait leur intérêt ?), mais bien la relation pourrie d’une entreprise sans morale avec le monde qui l’entoure.
      C’est pas que ce soit nouveau.
      Mais c’est intéressant quand ça se voit bien.
      Ils vous méprisent. Vous lecteurs, qui êtes leur marchandise. Vous auteurs, qui attirez les lecteurs. Ils vous méprisent. Et vous maltraitent. Et cependant vous restez... piégés.
      Triste monde.
      On a proposé au Gouvernement une porte de sortie de ce monopole piégeux et malsain : l’interopérabilité.
      La réponse du ministre : il craint que ce ne soit trop agressif pour le modèle économique des grands groupes américains concernés.
      Voilà.

      https://twitter.com/bayartb/status/1167478087031906306
      cc @stephane @hlc

    • https://www.businessinsider.fr/facebook-est-aussi-nefaste-pour-vous-que-fumer-selon-experts-tech

      « Ça crée une dépendance, ce n’est pas bon pour vous, il y a des gens qui essaient de vous faire utiliser ce réseau, même si vous ne comprenez pas ce qui se passe », avait-il déclaré (Marc Benioff ).

      Depuis, Facebook a continué à être utilisé comme un outil d’ingérence démocratique et a été au centre de scandales mondiaux liés aux données, notamment la fuite de Cambridge Analytica. Et les personnes à qui Benioff donne du mérite pour l’avoir aidé à se faire entendre sont plus convaincus que jamais que Facebook est aussi néfaste pour la démocratie que fumer l’est pour la santé, et que des mesures s’imposent.

      #The_Great_Hack

  • Ne pas mélanger art et politique ? Les artistes sont souvent progressistes ? Pas en israel... un argument pour le boycott culturel !

    Le plus grand club de musique live d’Israël légitimise l’extrême droite. Les artistes ne disent rien
    Uri Agnon, Haaretz, 6 août 2019
    https://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/08/13/le-plus-grand-club-de-musique-live-disrael-legitimise-lextreme-

    La semaine prochaine marque le début du festival Zappa B’Gaï (Zappa dans la vallée de Hinnom) –un effort conjoint du club Zappa de Jérusalem et de la Cité de David. Nous pouvons peut-être espérer que Zappa ne comprenne pas avec qui il va au lit. Peut-être que les artistes qui participent au « festival » – Danny Robas, Arkadi Duchin, Noam Horev, Revital Vitelzon Jacobs, Moshe Lahav, Shlomi Koriat – sont aussi peu familiers de la complexité politique dans laquelle ils se trouvent impliqués.

    En bref : la Cité de David est un parc national au cœur du quartier palestinien de Silwan à Jérusalem Est. Ce parc est géré par l’association Elad, une organisation sans but lucratif, messianique de droite, qui fait des efforts énormes pour judaïser cette zone, avec l’aide d’un système discriminatoire de lois et des paquets d’argent de sources anonymes.

    L’art est toujours politique mais tous les artistes et toutes les institutions culturelles ne choisissent pas de s’exprimer publiquement contre l’occupation, de la même façon que tout un chacun ne s’y oppose pas activement ou ouvertement. Il y a d’innombrables sujets d’œuvres artistiques. Dans une démocratie, les artistes et les institutions peuvent même exprimer des opinions opposées, c’est à dire ultranationalistes et antidémocratiques, mais il est hypocrite et décevant de dissimuler des opinions extrémistes sous le couvert du courant dominant apolitique.

    #Palestine #Musique #Musique_et_politique #BDS #Boycott_culturel #Jérusalem_Est #Cité_de_David #Elad

  • Haidar Eid, militant et chanteur de Gaza, souligne l’importance de l’art et en particulier de la chanson dans la lutte pour l’autodétermination des Palestinien.ne.s :

    Documenter le désir des Palestiniens d’être libres
    Haidar Eid, Mondoweiss, le 7 août 2019
    https://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/08/10/documenter-le-desir-des-palestiniens-detre-libres

    Il annonce à cette occasion la sortie d’un nouveau CD, Tyrants’ Fear of Songs avec des chansons de résistance qu’il interprète en arabe, historiques et récentes, d’Egypte au Yémen, en passant par la Palestine et la campagne BDS...
    https://haidareid.bandcamp.com/releases

    #Palestine #Musique #Musique_et_politique #Haidar_Eid #BDS #Boycott_culturel #Gaza

  • Ceci concerne directement les universitaires, mais indirectement toutes celles et tous ceux qui veulent se rendre en israel ou en Palestine : les restrictions à la frontière sont de plus en plus sévères, de plus en plus arbitraires et de plus en plus illégales...

    Israël isole les universités palestiniennes
    Maureen Clare Murphy, The Electronic Intifada, 11 juillet 2019
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/07/14/israel-isole-les-universites-palestiniennes

    Israël contraint des professeurs internationaux à quitter les universités palestiniennes de Cisjordanie
    Adalah, le 11 juillet 2019
    https://www.aurdip.org/israel-contraint-des-professeurs.html

    Alors qu’Israël durcit ses règles d’entrée, les enseignants étrangers des universités palestiniennes sont contraints à partir
    Amira Hass, Haaretz, le 13 juillet 2019
    https://www.aurdip.org/alors-qu-israel-durcit-ses-regles.html

    Israel Systematically Blocks International Scholars From Reaching Palestine
    David Palumbo-Liu, Truthout, le 11 août 2019
    https://truthout.org/articles/israel-systematically-blocks-international-scholars-from-reaching-palestin

    #Palestine #Université #BDS #Boycott_universitaire #Expulsion #Frontière

    Sur ce sujet, une liste d’expulsions aux frontières israéliennes ici :
    https://seenthis.net/messages/364741

  • J’ai dit non à une audition pour une série sur Netflix parce que je défends les droits des Palestiniens
    David Clennon, Truthout, le 7 août 2019
    https://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/08/09/17290

    « Sycamore/Hit and Run » est peut-être ou peut-être pas aussi offensant que « Fauda », mais il y a ici une question tout aussi importante : les sociétés de production israéliennes comme celles d’Issacharoff et Raz tirent un bénéfice énorme de leurs alliances avec leurs partenaires américains et Netflix. En plus d’un revenu substantiel pour ces sociétés et l’économie israélienne, le gouvernement d’Israël profitera du prestige de partenariats créatifs avec Hollywood. Ces relations d’affaires dans le spectacle importent, politiquement.

    La réponse des Palestiniens sur Twitter :
    https://twitter.com/PACBI/status/1159506070471094273

    #David_Clennon #Netflix #Palestine #USA #Boycott #Boycott_culturel

  • D’un côté l’UE dénonce mollement les destructions de maisons palestiniennes à Jérusalem-Est, et d’un autre côté...

    L’UE finance désormais le ministère de la Guerre d’Israël
    David Cronin – The Electronic Intifada – 2 août 2019
    https://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/08/05/lue-finance-desormais-le-ministere-de-la-guerre-disrael

    Le ministère de la Défense d’Israël vient justement de commencer à récupérer des fonds de l’Union européenne, pour la première fois.

    Il fait partie des bénéficiaires d’un nouveau programme de recherche de 9 millions de dollars sur l’utilisation de drones en cas de catastrophe. Connu sous le nom de Respondrone, ce programme est financé dans le cadre du programme scientifique de l’UE, Horizon 2020.

    #Europe #israel #armée #drones #complicité #financement #Horizon_2020 #Recherche #Université #BDS #boycott_universitaire

  • A Gaza, « l’effondrement du système universitaire est une tragédie »
    Guillaume Gendron, Libération, le 30 juillet 2019
    https://www.liberation.fr/planete/2019/07/30/a-gaza-l-effondrement-du-systeme-universitaire-est-une-tragedie_1742912

    « L’éducation a toujours été la fierté des Palestiniens, un pilier de la lutte, ce qui reste après la perte de la terre », résume Omar Shaban, fondateur du groupe de réflexion PalThink. Souvent décrit comme le peuple le plus éduqué du monde arabe, les Palestiniens ont un des taux d’alphabétisation les plus élevés de la planète et un pourcentage de diplômés du supérieur (12 %) qui fait l’envie du Moyen-Orient. Gaza compte cinq universités et une douzaine d’instituts d’études supérieures. Mais, dans l’enclave rongée par une abyssale crise humanitaire, prise en tenaille par le blocus israélien et la pression financière de Mahmoud Abbas sur ses rivaux du Hamas, cet acquis s’érode aussi.

    Les derniers garçons stables et brillants nous quittent, notre élite n’a plus la patience d’attendre pour vivre. L’effondrement de notre système universitaire est une tragédie. Le résultat, c’est la paupérisation terminale de Gaza et la plongée finale vers le conservatisme.

    Les rédacteurs en chef s’excusent après une publication d’Israel Studies accusée d’être anti-BDS et de parti-pris pro-Israël
    Judy Maltz, Haaretz, le 1er août 2019
    https://www.aurdip.org/les-redacteurs-en-chef-s-excusent.html

    Le numéro spécial controversé d’Israel Studies, consacré à la lutte contre l’antisionisme, a entraîné la démission de onze des membres de son comité de rédaction.

    #Palestine #Gaza #Université #BDS #Boycott_universitaire #exil #antisionisme #propagande #complicité #excuses

    • Les derniers garçons stables et brillants nous quittent, notre élite n’a plus la patience d’attendre pour vivre. L’effondrement de notre système universitaire est une tragédie. Le résultat, c’est la paupérisation terminale de Gaza et la plongée finale vers le conservatisme.

      Je ne comprend pas cette histoire de dernier garçons stables et brillant. Ou sont les femmes ? Est-ce qu’elles ont le droit à faire des études ?

    • @mad_meg En plus les situations de sous nombre ont souvent entrainé l’entrée des femmes dans les batailles (faute d’armée). C’est le cas d’Israël lui même, en 1948, il devaient pas se sentir bien nombreux.
      Et là je suis allé lire la page wiki sur l’armée d’Israël, et je trouve que ça manque de latitudes d’écriture, comme si un fort contrôle s’était appliqué. Exemple : pas de paragraphes sur « femmes dans l’armée ».

  • La Cour fédérale tranche sur les vins issus des colonies israéliennes
    Lina Dib, La Presse, le 29 juillet 2019
    https://www.lapresse.ca/gourmand/alcools/201907/29/01-5235492-la-cour-federale-tranche-sur-les-vins-issus-des-colonies-israeli

    Enorme victoire pour le militantisme palestinien : un tribunal canadien décide que les vins des colonies ne peuvent pas être étiquetés « Produit d’Israël »
    Yumna Patel, Mondoweiss, le 2 août 2019
    https://www.aurdip.org/enorme-victoire-pour-le.html

    « De fait, sans mentionner explicitement BDS, la cour fédérale a décidé que les boycotts sont parfaitement légitimes et qu’un étiquetage faux, trompeur et prêtant à confusion porte atteinte à ce droit, c’est formidable ! », a dit Kattenburg à Mondoweiss.

    #Canada #Palestine #Vin #Occupation #Colonisation #Étiquetage #Tricheries #Droit #BDS #Boycott

  • La semaine dernière, 8 artistes se retiraient de la prestigieuse biennale d’art du Whitney Museum de New-York pour protester contre la présence au CA de Warren Kanders, lié à une entreprise de fabrication de gaz lacrymogène utilisés contre les migrants mexicains aux USA et contre les manifestants pacifiques à Gaza :

    Eight Artists Withdraw Their Work From 2019 Whitney Biennial
    Zachary Small, Hyperallergic, le 20 juillet 2019
    https://hyperallergic.com/510167/artists-withdraw-work-from-2019-whitney-biennial

    Aujourd’hui, Warren Kanders annonce qu’il démissionne du CA du musée !

    Warren Kanders Resigns From Whitney Museum Board After Months of Controversy and Protest
    Zachary Small, Hyperallergic, le 25 juillet 2019
    https://hyperallergic.com/511052/warren-kanders-resigns

    #Palestine #Gaza #Mexique #USA #Whitney_Museum #Biennale #Musée #Art #BDS #Boycott_culturel #victoire #Warren_Kanders #gaz_lacrymogène

  • Israël : une interdiction d’entrée dans un parc municipal ravive les avis d’apartheid
    Par Jonathan Cook – AFOULA, Israël- Date de publication : Mardi 9 juillet 2019 | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/israel-une-interdiction-dentree-dans-un-parc-municipal-ravive-les-avi

    L’exclusion d’une avocate et de son bébé d’un parc public en Galilée la semaine dernière a déclenché une bataille juridique pour savoir si, en Israël, les autorités locales peuvent ségréguer les citoyens sur la base de leur origine ethnique.

    Des groupes de défense des droits de l’homme avertissent que cette interdiction marque une tendance croissante des autorités locales représentant la majorité juive à la séparation explicite de l’espace public, d’une manière qui rappelle celle de l’apartheid en Afrique du Sud.

    Un tribunal israélien devra décider s’il est acceptable qu’Afoula, une ville du nord du pays, refuse aux non-résidents l’entrée du principal parc local, qui comprend une aire de jeux, un petit zoo, des terrains de basket-ball et une piste de course à pied.

    Selon Adalah, un groupe de défense des droits de l’homme représentant juridiquement la minorité palestinienne d’Israël (soit un cinquième de la population du pays), cette restriction équivaut à interdire aux citoyens palestiniens des communautés environnantes d’utiliser une ressource publique. (...)

    • « Je ne publierai plus jamais dans une revue scientifique »

      #Olivier_Ertzscheid, enseignant-chercheur et blogueur renommé, explique pourquoi le système des revues scientifiques – depuis l’évaluation par les pairs jusqu’aux abonnements exorbitants – va à l’encontre du travail scientifique et de sa diffusion au plus grand nombre.

      Enseignant-chercheur, je ne publie plus que vraiment très occasionnellement dans des revues scientifiques. Et ce pour plusieurs raisons.
      Monde de dingue

      D’abord le modèle économique de l’oligopole (voire du quasi monopole dans le cas des SHS), qui gère aujourd’hui la diffusion des connaissances au travers de revues, est celui d’une prédation atteignant des niveaux de cynisme (et de rente) de plus en plus hallucinants.

      A tel point que de plus en plus d’universités préfèrent carrément renoncer à l’ensemble de leurs abonnements chez Springer ou Elsevier. La dernière en date est celle de Montréal.

      Hallucinante tant les tarifs d’Elsevier (ou de Springer) et les modalités d’accès proposées relèvent du grand banditisme et de l’extorsion de fonds.
      Ubuesque car nous sommes dans une situation où des universités doivent renoncer, j’ai bien dit renoncer, à accéder à des revues scientifiques. Monde de dingue.

      Un peu comme si des agriculteurs devaient renoncer à certaines graines et semences du fait des pratiques de certaines firmes agro-alimentaires. Monde de dingue au carré.

      D’autant qu’on sait que dans ce choix extrêmement délicat effectué par l’université de Montréal, l’existence de Sci-Hub, (site « illégal » dont je vous reparlerai un peu plus tard dans ce billet), pourrait avoir largement pesé dans la balance.
      Making of
      Olivier Ertzscheid, enseignant chercheur en Sciences de l’information et de la communication a initialement publié cet engagement sur son excellent blog affordance.info. Il nous l’a adressé et nous le publions avec plaisir. Rue89

      Parce que c’est ahurissant mais c’est ainsi, pour faire de la recherche scientifique aujourd’hui en France (et ailleurs dans le monde), il faut nécessairement passer par des bibliothèques clandestines (Shadows Libraries).

      Ensuite les « éditeurs » desdites revues ont arrêté depuis bien longtemps de produire le travail éditorial qui justifiait le coût et l’intérêt desdites revues : ils se contentent le plus souvent d’apposer leur « marque », toutes les vérifications scientifiques (sur le fond) sont effectuées gratuitement par d’autres chercheurs, et les auteurs eux-mêmes se coltinent l’application de feuilles de style la plupart du temps imbitables.
      Un système totalement biaisé

      Alors bien sûr vous allez me dire que l’intérêt des publications scientifiques dans des revues c’est que des « pairs », d’autres universitaires, vérifient que l’on ne raconte pas de bêtises. Et moi je vais vous répondre en un mot comme en 100 : B-U-L-L-S-H-I-T. Total Bullshit. Hashtag Total Bullshit même.

      Bien sûr que l’évaluation par les pairs c’est important. Sauf que même à l’époque où je publiais encore régulièrement dans des revues soumises à l’évaluation par les pairs, (et en l’occurrence « soumises » n’est pas un vain mot), ladite évaluation de mes pairs se résumait neuf fois sur dix à m’indiquer :

      Que je n’avais pas, ou insuffisamment, cité les travaux de tel ou tel mandarin (ou de l’évaluateur lui-même...).
      Que c’était très intéressant mais que le terme « jargon 1 » prenait insuffisamment en compte les travaux se rapportant au terme « Jargon 2 ». Jamais, je dis bien jamais aucun débat scientifique, aucune idée neuve, aucune confrontation d’idée, juste une relecture tiédasse.
      Que ce serait mieux si je changeais cette virgule par un point-virgule.

      Mais nonobstant, c’est vrai que la vraie évaluation par les pairs c’est important. Sauf que JAMAIS AUCUN CHERCHEUR NE S’AMUSERA A PUBLIER DES CONNERIES juste pour voir si ses pairs s’en rendront compte ou pas.

      Parce que, d’abord, en général, les chercheurs sont plutôt des gens instruits, relativement compétents, et relativement soucieux de contribuer à l’avancée des connaissances.

      Et aussi parce que SI TU PUBLIES UN ARTICLE AVEC DES CONNERIES SCIENTIFIQUES OU DES METHODOLOGIES FOIREUSES ben tu te fais immédiatement aligner et ta carrière est finie. Sauf bien sûr si c’est pour faire une blague ; -)
      Des revues lues par personne

      Alors soyons clair, nul n’est heureusement infaillible et, à moi aussi, il m’est arrivé de publier des articles sur mon blog de chercheur contenant sinon des conneries, en tout cas quelques inexactitudes ou imprécisions.

      Lesquelles m’ont été immédiatement signalées de manière tout à fait constructive par les lecteurs dudit blog, qui sont loin d’être tous des scientifiques-chercheurs-universitaires.

      Bref le syndrome Wikipédia. Oui il y a des erreurs dans Wikipédia, mais non il n’y en a pas plus que dans les encyclopédies classiques, et oui, à la différence des encyclopédies classiques, elles sont presque immédiatement signalées et corrigées.

      Parce que ces putains de revues scientifiques ne sont lues par personne !

      Ai-je besoin de développer ? Des milliards (oui oui) d’euros de budget par an versés à quelques grands groupes que je n’ose même plus qualifier « d’éditoriaux » et un lectorat proportionnellement équivalent à celui du bulletin paroissial de Mouilleron Le Captif (au demeurant charmante bourgade de Vendée avec un patronyme trop choupinou).
      Ça n’est pas notre métier

      Celle qui surclasse toutes les autres. La vraie raison c’est que notre putain de métier n’est pas d’écrire des articles scientifiques et de remplir des dossiers de demande de subvention qui nous seront refusés plus de trois fois sur quatre (chiffres officiels de l’AERES).

      Notre putain de métier c’est d’enseigner, de produire des connaissances scientifiques permettant de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons ET DE PARTAGER CES PUTAINS DE CONNAISSANCES AVEC LES GENS. Pas JUSTE avec nos gentils étudiants ou JUSTE avec nos charmants collègues, AVEC LES GENS.

      Notre putain de métier ce n’est pas d’attendre deux putains d’années que d’improbables pairs qui auraient par ailleurs bien mieux à faire – de la recherche ou des cours – aient bien constaté que nous n’écrivions pas n’importe quoi pour nous donner, au bout de deux ans, la permission de voir nos écrits diffusés avec un niveau de confidentialité qui rendrait jaloux les banques suisses et avec un coût d’accès qui ... rendrait aussi jaloux les banques suisses.
      Parce qu’il y’a ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent

      Et que ceux qui creusent, on les connaît. A commencer par les présidents d’université auxquels j’avais déjà par le passé témoigné de toute mon admiration pour le côté visionnaire de leur immobilisme.

      Sans oublier bien sûr tous mes charmants collègues qui, à force de « c’est trop compliqué », « j’ai pas le temps », et autres « c’est pas la priorité » ou « les éditeurs de revues ne veulent pas », ne déposent même pas la version auteur de leurs articles dans des archives ouvertes, et qui mettent donc une hallucinante énergie mortifère à creuser leur propre tombe (ça c’est leur problème) mais hélas, aussi et surtout, la tombe de la diffusion des connaissances et de l’accès aux savoirs.
      Parce que tant qu’il y aura des couilles éditoriales en or, y’aura des lames d’Open Access en acier

      Je vous avais déjà parlé d’Alexandra Elbakyan. S’il y avait un Panthéon des militants de l’accès aux connaissances scientifiques (et du courage scientifique du même coup), elle siègerait aux côtés d’Aaron Swartz.

      Cette femme a créé le site Sci-Hub qui est tout simplement à l’heure actuelle la plus grosse bibliothèque scientifique clandestine du Web, plus de 50 millions d’articles scientifiques, et dont la controverse qu’il suscite ne va pas assez loin.

      Bien sûr Elsevier lui colle un procès, bien sûr diverses manipulations plus ou moins légales tentent de faire disparaître ce site, qui heureusement, résiste et résiste encore. Pour s’y connecter actuellement, si l’adresse sci-hub.cc ne répond pas, tentez sci-hub.ac ou carrément l’IP 31.184.194.81 : -)
      Open Access Guerilla Manifesto

      Parce que ces requins du grand banditisme éditorial sont partout et qu’ils ont bien compris d’où venait le danger. A tel point que l’on apprenait il y a quelques jours qu’Elsevier ,(encore...), avait réussi à racheter une archive ouverte en sciences sociales (et pas l’une des moindres... SSRN). Carrément.

      Alors figurez-vous que y’a pas que Martin Luther King qui fait des rêves. Moi aussi j’ai fait un rêve.

      J’ai rêvé que les acteurs publics de la recherche publique (l’Etat, les universités, les présidents d’université, les enseignants-chercheurs, les bibliothèques universitaires) lisaient, adhéraient et appliquaient à la lettre le manifeste pour une guerilla de l’Open Access d’Aaron Swartz.

      J’ai rêvé que plus un centime d’argent public ne soit versé à ces escrocs mais que la totalité dudit argent public soit consacré à développer, construire et soutenir des initiatives comme Sci-Hub ou toute autre forme d’archive ouverte ou de libre accès, que ces initiatives soient légales ou illégales.

      J’ai rêvé que des gens qui disposent majoritairement d’un bac+8 soient capables de comprendre et d’entendre que le fruit de leur travail (de recherche), que leur rôle dans la société (faire avancer les connaissances et mettre ces connaissances à disposition du public), que tout cela était non seulement menacé, mais en train d’être entièrement détruit depuis déjà des dizaines d’années par un système devenu totalement dingue et atteignant un niveau de cynisme ahurissant et piloté par quelques grands groupes qui osent encore se dire « éditoriaux » quand la réalité de leurs pratiques les constitue en autant de mafias.

      J’ai rêvé que des gens qui disposent d’un bac+8, d’un salaire confortable, et d’un temps de cerveau disponible non-entièrement dédié à Coca-Cola, soient capables d’entendre et de comprendre que pour des populations entières sur cette planète, que pour des millions de personnes souffrantes, malades, exploitées ou tout simplement... curieuses, la privatisation des connaissances était littéralement, je dis bien littéralement, mortifère.

      Et comme depuis plus de 15 ans que je fais ce rêve, je me suis réveillé avec une putain de gueule de bois, à peine atténuée par la récente médaille d’or de l’innovation attribuée à Marin Dacos.
      Bon et là vous vous dites : « ok il est énervé », « ok c’est réjouissant », mais « ok il exagère »

      Parce que vous me connaissez hein. Pondéré. Pas sanguin pour deux sous. Raisonnable au-delà des attendus du devoir de réserve. La faconde de la grande muette à moi tout seul. Donc devinette.

      Qui a écrit :
      « Les éditeurs et les scientifiques insistent sur l’importance cruciale de l’évaluation par les pairs. Nous la dépeignons au public comme si c’était un processus quasi-sacré qui aide à faire de la science notre accès le plus objectif à la vérité. Mais nous savons que le système d’évaluation par les pairs est biaisé, injuste, non fiable, incomplet, facilement truqué, souvent insultant, souvent ignare, parfois bête, et souvent erroné. »

      Un punk à chien ? Non, le rédacteur en chef de la revue « The Lancet ».

      Qui a écrit :
      « Nous avons peu de données quant à l’efficacité réelle du processus, mais nous avons la preuve de ses défauts. En plus d’être peu efficace pour la détection de défauts graves et presque inutile pour la détection des fraudes, il est lent, coûteux, distrait le chercheur de son laboratoire, est très subjectif, tient de la loterie, et peut facilement abuser. Vous soumettez une étude pour un journal. Elle entre dans un système qui est en fait une boîte noire, puis une réponse plus ou moins justifiée sort à l’autre extrémité. La boîte noire est comme la roulette, et les profits et pertes peuvent être grands. Pour un universitaire, une publication dans un journal important comme Nature ou Cell équivaut à toucher le jackpot. »

      Un marxiste léniniste ? Non, Richard Smith du Journal of Royal Society of Medicine.

      Qui a écrit : qu’il n’enverrait plus jamais d’articles à des revues comme « Nature, Science ou Cell dans la mesure où ces revues à comité de relecture faussent le processus scientifique, et constituent une tyrannie qui doit être brisée. »

      Un agitateur anarcho-autonome ? Le prix nobel de médecine 2016.
      Résultat en libre accès

      Du coup, je me sens un peu moins seul, et pas uniquement du fait de ma schizophrénie. Donc non, je ne publierai plus jamais dans des « revues scientifiques », (et s’il m’arrive de le faire une ou deux fois à titre exceptionnel pour des gens que j’estime intellectuellement ou amicalement, la version intégrale – pas juste la version « auteur » – sera toujours disponible sur ce blog et dans une ou plusieurs archives ouvertes). Et s’il faut pour cela être dans « l’illégalité », j’y serai plutôt deux fois qu’une, et ce ne sera pas la première fois...

      Je ne publierai plus jamais dans des revues scientifiques qui ne me permettent pas de mettre simultanément en libre accès le résultat de ma recherche. Et j’espère sincèrement que nous serons de plus en plus nombreux à le faire.
      Dix ans de perdus ?

      Il y a à peine plus de dix ans, le 15 mars 2005 très précisément, un autre universitaire avait pris un tel engagement. Celui de « ne plus jamais publier dans des revues scientifiques qui ne me permette pas au minimum les libertés d’une licence Creative Commons Attribution NonCommercial. »

      Ce type, c’était Lawrence Lessig. Sur son blog. Lawrence Lessig. Le même qui, lors de l’enterrement d’Aaron Swartz après son suicide, prononçait avec une immense peine ces quelques mots, le 12 Janvier 2013 :
      « Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’articles scientifiques est soit un idiot, soit un menteur. »

      Dix ans plus tard je vais m’autoriser à aller un peu plus loin : quiconque affirme aujourd’hui qu’en acceptant de publier dans des revues scientifiques sans systématiquement déposer son texte dans une archive ouverte et/ou avec une licence d’attribution non-commerciale, ignore, ou feint d’ignorer, sa part de responsabilité dans la situation catastrophique de privatisation de la connaissance que mettent en œuvre quelques grands groupes éditoriaux à l’échelle de la planète. Celui-là est à la fois un idiot, un menteur et surtout un irresponsable.

      Alors je ne publierai plus jamais d’articles dans des revues scientifiques. Et je continuerai de m’opposer, de manière légale ou illégale, à toute forme de privatisation de la connaissance. Et vous ?

      https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-sciences/20160519.RUE2928/je-ne-publierai-plus-jamais-dans-une-revue-scientifique.html

  • Lettre ouverte dans le Guardian de plus de 100 artistes et personnalités, pour protester contre le choix du Open Source Festival de Düsseldorf, en Allemagne (encore une fois !), de retirer de l’affiche le rappeur Talib Kweli pour ses opinions pro palestiniennes :

    Le retrait de Talib Kweli de la programmation du festival fait partie de la tendance à la censure anti-palestinienne
    Lettre ouverte de plus de 100 artistes et personnalités, dont Peter Gabriel, Naomi Klein, Judith Butler, Eve Ensler, Reem Kelani, Tariq Ali, Avi Mograbi, Eyal Sivan, Eyal Weizman, Danielle Alma Ravitzki, Aki Kaurismäki, Mike Leigh, Ken Loach, Brian Eno, Roger Waters, Robert Wyatt, Tom Morello, Thurston Moore, Boots Riley, Mark Ruffalo, Patrisse Cullors, Marc Lamont Hill, Ali Shaheed Muhammad du groupe A Tribe Called Quest, Ben UFO, The Black Madonna, The Guardian, le 2 juillet 2019
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/07/03/le-retrait-de-talib-kweli-de-la-programmation-du-festival-fait-

    #Palestine #Allemagne #UK #Censure #Rap #Talib_Kweli #BDS #Boycott_culturel

  • Les universitaires israéliens qui ont contribué à la conception de l’émigration palestinienne
    Edo Konrad, +972 Magazine, le 18 juin 2019
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/06/21/les-universitaires-israeliens-qui-ont-contribue-a-la-conception

    Des documents récemment découverts révèlent comment, dans les jours qui ont suivi l’occupation, Israël a instauré un « Comité des professeurs » afin d’élaborer des politiques qui pacifient les Palestiniens et leur fassent quitter la Cisjordanie et Gaza de manière permanente.

    Jusqu’à la guerre de 1967, la question centrale dans le conflit israélo-palestinien était celle des réfugiés palestiniens, qui ont été chassés ou qui ont fui de ce qui est devenu Israël et qu’Israël a empêchés de revenir dans leurs maisons après la guerre de 1948. Avec la fin de la guerre de 67, Israël s’est retrouvé à régner sur beaucoup de ces mêmes réfugiés qui avaient fui en Cisjordanie et à Gaza près de 20 ans plus tôt.

    #Palestine #Université #Boycott_universitaire #BDS #complicité #colonisation #occupation #expulsions #déportations #réfugiés #Nakba #Naksa

  • Le partenariat sanglant entre l’UE et Israël
    Ali Abunimah, Electronic Intifada, le 5 juin 2019
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/06/14/le-partenariat-sanglant-entre-lue-et-israel

    Dans une lettre adressée mardi à la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères Federica Mogherini et au Commissaire européen à la recherche Carlos Moedas, les chercheurs ont dénoncé la manière dont des fonds sont accordés aux fabricants d’armes israéliens tels qu’Elbit Systems et Israel Aerospace Industries, « ceux qui ont produit les drones meurtriers qui ont été utilisés dans les assauts militaires à Gaza contre des civils, avec le concours de nombreuses institutions académiques qui ont des liens étroits avec l’industrie militaire israélienne ».

    #Palestine #Europe #Union_Européenne #complicité #Boycott #Embargo_militaire #Université #Boycott_universitaire #BDS

  • L’archéologie, donc la science et des universitaires, sont utilisés de manière frauduleuse pour servir des intérêts politiques et, au final, voler toujours plus de terres aux Palestinien.ne.s. Et il ne faudrait pas mêler l’université au boycott ?

    Israël utilise l’archéologie pour effacer l’histoire non juive
    Talya Ezrahi et Yonathan Mizrachi, Forward, le 29 mai 2019
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/06/03/israel-utilise-larcheologie-pour-effacer-lhistoire-non-juive

    en Israël, l’archéologie a toujours été liée au projet de construction de la nation. L’historien Amos Elon a un jour expliqué que les archéologues israéliens ne font pas des fouilles que pour découvrir et connaître, mais pour réassurer leurs racines.

    #Palestine #archéologie #boycott_universitaire #BDS #colonisation #histoire #roman_national #mythe_fondateur #falsification #historicisation #Cité_de_David #Silwan

  • Bon résumé de la situation légale :

    L’appel au boycott des produits israéliens est-il légal en France ?
    Ghislain Poissonnier, Revue Silence, juin 2019
    https://www.revuesilence.net/numeros/479-Bebes-ecolos/l-appel-au-boycott-des-produits-israeliens-est-il-legal-en-france-4415

    Depuis cet arrêt de la Cour de cassation, un doute s’est emparé de certain·es des act·rices des associations mobilisées en faveur du respect du droit international en Palestine. Leurs revendications et leurs actions BDS ne seraient-elles pas interdites par la loi pénale française ?
    La jurisprudence de la Cour de cassation n’interdit pas l’appel au boycott de l’État israélien, de ses institutions publiques (notamment ses universités), de ses évènements (festivals culturels, performances artistiques, conférences scientifiques, rencontres sportives etc.) et des organismes qui soutiennent la politique du gouvernement israélien (syndicats, ordres professionnels, associations). L’appel au boycott des différentes formes de coopération institutionnelle avec Israël reste possible.
    De même, s’agissant des produits israéliens, il est possible d’appeler au boycott de produits spécifiques : par exemple, ceux fabriqués dans les colonies israéliennes de Cisjordanie ou ceux fabriqués par des sociétés israéliennes ayant des liens particuliers avec les industries d’armement ou des liens avec les colonies.

    #Palestine #France #Boycott #BDS

  • Hatari, le groupe représentant l’Islande lors du dernier concours de l’Eurovision avait prévenu qu’il utiliserait cette plateforme pour exprimer ses opinions pro-Palestiniens. Le BNC lui avait demandé de se désister, mais il a préféré choisir sa façon de faire.

    En premier lieu, ils ont agité des drapeaux palestiniens lors de la proclamation des résultats. Ils ont également profité de leur séjour en Palestine occupée pour visiter Hebron et s’offusquer de la situation d’apartheid observée sur place. Ils ont enfin rencontré un collègue musicien palestinien de Jérusalem Est, Bashar Murad. Avec lui, ils ont produit un nouveau titre :

    Klefi/Samed, un hymne à la libération de la Palestine !
    https://www.youtube.com/watch?v=Xy84LnL_ghA

    Voir aussi :
    https://seenthis.net/messages/781904

    #Palestine #Musique #Musique_et_politique #Hatari #Bashar_Murad #Islande #Eurovision #BDS #Boycott_culturel