• Purpose-Driven Brands See a 3x Return on Investment
    https://hackernoon.com/purpose-driven-brands-see-a-3x-return-on-investment-43bb6f3e2bae?source=

    Purpose-driven brands are proliferating alongside the expansion of ecommerce and becoming increasingly popular with consumers. A recent study by Accenture highlighted that 63% of consumers prefer to purchase products from a brand that stand for a mission or purpose that resonates with them. Purpose-driven brands are defined as those that consistently place the “why” in their communication and advertising efforts.While the distinction between purpose-driven, sustainable, organic, and other similar terms is not always clear, an easy way to tell if a brand is purpose-driven is that it places an either altruistic or otherwise not commercial goal prominently on its website. Being purpose-driven can manifest itself in the form of a particular mission or in the consistent (not one-time (...)

    #purpose-branding-roi #purpose-driven-brand #marketing #purpose-driven-brand-roi #branding


  • Clarifying your blockchain product’s brand messaging
    https://hackernoon.com/clarifying-your-blockchain-brand-messaging-98231489fe7?source=rss----3a8

    Actually, forget about crypto and blockchain for a moment, and think about fast food. Think about the biggest fast-food brand in the world. You’ve heard of it, right? You’re aware of what they offer. In a crowded marketplace, you know what they do. Do you need to be reminded of their existence? Of course not, you may insist — and yet, if you live in any Western city (or pretty much anywhere else), you probably saw or heard an advert for them today.Maybe not a social media post, an influencer recommendation or a stealthy bit of virality, because they’re way past all of that in terms of public awareness — just an ad, plain and simple. I could have been a logo on a bus shelter or a poster or a flyer, or some #branding on a bit of print or TV media, an echo of a jingle — a single letter is enough. (...)

    #marcom #pr #cryptocurrency #blockchain-technology


  • 4 Tips for Augmenting Your Generic Product and Building Better Customer Experience
    https://hackernoon.com/4-tips-for-augmenting-your-generic-product-and-building-better-customer-

    Physique, Personality, Culture, Self-AwarenessI’m sure your product has all the parts and functionalities that your customers need. But what you want to sell is more than the generic product, you want to sell the “whole product”. The whole product is a generic product augmented by secondary, auxiliary services such as a nice package, polite salesperson, pleasant in-store experience, ease of use, fun on-boarding process and everything else that is required for the user to feel good about putting their money into your pocket. Offering the whole product provides the complete brand experience, tied to the emotions of the prospective buyer. Since buying is an emotional decision, you should invest some time in creating the whole product. These are the layers of a whole product which I like to (...)

    #marketing #product-management #branding #business #brand-strategy


  • How Virtual Reality Can Help You Take Customers From Competitors
    https://hackernoon.com/how-virtual-reality-can-help-you-take-customers-from-competitors-9c68268

    Virtual Reality is like dreaming with your eyes openThough the technology recently gained global accolades, it had been around since long. Initially adopted by the US army, followed by a few more brands, however, Virtual Reality was never accepted on a mass level for user engagement.With technology having so much potential and scope, the primary expertise lies in understanding the way it can be utilized to meet objectives. Be it user engagement or attaining new audience, virtual reality can indeed be a key ingredient to boost your customer experience. An early adopter of the technology will have a greater competitive advantage in grabbing the attention of potential customers.The Virtual Reality Market is Set to be HugeAccording to a report shared by statista, the Virtual Reality market (...)

    #augmented-reality #customer-experience #branding #virtual-reality


  • The Future of #retail: Lessons Learned from Shoptalk 2019
    https://hackernoon.com/the-future-of-retail-lessons-learned-from-shoptalk-2019-c1554a0ab22c?sou

    I spent the past four days at Shoptalk, a retail and e-commerce conference that welcomed nearly 8,500 attendees from around the world. As a venture investor who thinks a lot about the future of retail and how startups can make an impact, I was excited to hear from an amazing roster of industry experts, from CEOs of public companies to data scientists at global retailers.Shoptalk 2019 photo from Daisuke Iizuka on Twitter.As a newcomer to Shoptalk, I thought it would be fun to share some of the things I learned, with a focus on the topics and questions that are top-of-mind for retailers of all sizes today. Here are five of the key initiatives that many retailers seem to be thinking about:Meeting the consumer where they are — outside of a mall!In the age of Amazon, many consumers are no longer (...)

    #branding #venture-capital #entrepreneurship #hackernoon-top-story


  • #branding and the #brain: the #neuroscience behind consumer decision making
    https://hackernoon.com/branding-and-the-brain-the-neuroscience-behind-consumer-decision-making-

    Why performance #marketing isn’t enoughI recently spoke to a really smart group of performance marketers about the importance of brand marketing. This was a very analytical group, so I decided to attempt to reduce the fluffy reputation of brand marketing by talking about neuroscience and how the brain works when it comes to decision making.I started by showing the group a slide with the following logo pairings on them. As we went through each pairing one by one, I asked them to choose one, and I’d like you to do this too. Quickly. Don’t think about why, just choose one for each.(No more comments on this for now — we’ll come back to this later)Rational choice theory tells us that consumers are rational agents who make choices after considering all the available information, costs, benefits and (...)

    #brand-strategy


  • Effectively #marketing #blockchain Technology with Erica Blair
    https://hackernoon.com/effectively-marketing-blockchain-technology-with-erica-blair-11f056c9379

    Episode 24 of the Hacker Noon Podcast: An interview with Erica Blair, founder of Blockchain #branding.Listen to the interview on iTunes, or Google Podcast, or watch on YouTube.In this episode Trent Lapinski and Erica Blair discuss branding, messaging, and what takes to effectively market a blockchain technology company.“I see cryptocurrencies more generally as a broad political philosophy about what it is you find important in the World.”“Crytpocurrency is an entire governance model of saying this how decisions get made, this is how how value gets distributed.”“We are changing the World and we’d like you to join us, oh and by the way, we’re doing it with these tools and this technology that was never available before, which is why what we’re doing is so revolutionary.” — Erica  (...)

    #cryptocurrency #hackernoon-podcast


  • Ne passez pas à coté du potentiel de votre territoire #numérique ! Offrez à votre #stratégie digitale une perspective innovante en bénéficiant d’un accompagnement personnalisé ! https://www.afnic.fr/fr/l-afnic-en-bref/actualites/actualites-generales/11259/show/l-afnic-lance-la-1ere-edition-de-ses-coaching-days.html

    Don’t miss out on the potential of your #digital territory ! Boost your online #strategy with an innovative perspective ! Benefit from a personalized support ! https://www.afnic.fr/en/about-afnic/news/general-news/11260/show/afnic-launches-the-first-edition-of-its-coaching-days.html #Afnic #Brands #Branding #Marketing


  • D2C 2.0: The Rise of Infrastructure
    https://hackernoon.com/d2c-2-0-the-rise-of-infrastructure-d2172fdf59d4?source=rss----3a8144eabf

    Billions of dollars in venture capital have poured into direct-to-consumer (D2C) brands over the past ten years, funding hundreds of upstart brands challenging the incumbents in nearly every product category. These brands, once ignored by investors, are now raising multi-million dollar rounds pre-launch and recruiting top talent.There’s no question that there’s hype around the D2C space, but we’ve seen far less interest in the infrastructure that allows these brands to scale. D2C brands uniquely own every step of their production and distribution process — from product design to packaging to marketing to fulfillment. New brands can struggle to put all these pieces together, while established brands face challenges like figuring out how to serve an international audience and maintaining (...)

    #venture-capital #startup #branding #hackernoon-top-story #entrepreneurship


  • Brand Presence and Visibility : Importance, Challenges, and Solutions ?
    https://hackernoon.com/brand-presence-and-visibility-importance-challenges-and-solutions-cec1f1

    Picture yourself walking down the aisle of a grocery store looking for the coffee section. You see it, it’s halfway down the aisle to your right. “Ok I see it now, there’s my favorite product…and there’s my brand, oh what’s that? Hmm…looks interesting”. Such a scenario, in a nutshell, is why you need to monitor your brand presence on #retail shelves or how well your brand stands out among the sea of similar products.The store shelf is the shoppers’ first point of interaction with your product. As a result, your brand presence or how your product looks at the retail shelf becomes almost imperative. When shoppers approach the shelf, their eyes are constantly scanning the shelf to see what else there is — this is the moment when another brand can catch the attention of the shopper and become part of (...)

    #market-research #artificial-intelligence #brand-presence #branding



  • Découvrez le portrait-robot de la présence en ligne des TPE/PME françaises grâces aux premiers résultats de notre grande étude Réussir avec le Web https://www.afnic.fr/fr/l-afnic-en-bref/actualites/actualites-generales/11270/show/reussir-avec-le-web-dresse-le-portrait-robot-de-la-presence-en-ligne-des-tpe-p #Afnic #Marketing #Branding #Entrepreneurs

    Find out everything you ever wanted to know about the online presence of French VSEs / SMEs thanks to #Afnic's study Réussir avec le Web https://www.afnic.fr/en/about-afnic/news/general-news/11271/show/afnic-via-reussir-avec-le-web-portrays-the-online-presence-of-french-vses-smes #Marketing #Branding #DotFR #Entrepreneurs #DigitalTransformation


  • The 10 Best Podcasts of 2018 for #branding, #startup, #marketing, and Self-Improvement.
    https://hackernoon.com/the-10-best-podcasts-of-2018-for-branding-startup-marketing-and-self-imp

    Podcasts are awesome! :)Podcasts are just the best!As I’m sure you already know, there’s some good podcasts and ones that just leave you like…“What did I just listen to?”Thankfully the information in this post will be focusing on the good ones!Yes, you’re welcome. :)Podcasts are so great for a number of reasonsYou can learn from other people while still doing another activity like driving, exercising, working, etc.I usually turn on a #podcast when I’m running, exercising, or driving.Learning is so important.Learners are leaders.Leaders are learners.If you’re not constantly learning you’re losing out on achieving your goals.I’ve identified my favorite podcasts for learning and equipping myself with the information I need to succeed in branding, #business, marketing, and entrepreneurship.Are you ready to grab (...)


  • It Doesn’t Take 10 Years To Build A Brand Anymore. Here’s How To Scale Yours Fast
    https://hackernoon.com/it-doesnt-take-10-years-to-build-a-brand-anymore-here-s-how-to-scale-you

    Early in my career, the founder of Under Armour, Kevin Plank, told me that it takes a minimum of 10 years to build a widely-recognizable brand.He reasoned that people need to be exposed to a product or service multiple times and in a variety of settings to create strong, and hopefully positive, associations. That advice resonated, considering our first company, VEEV, was a spirits brand in the liquor industry — renowned for competing with companies that have been in the space for 100+ years. It took a while to make ourselves known to customers in the liquor space, so I assumed Kevin’s rule was hard and fast.But today, the 10-year rule simply no longer holds true.Startups are emerging and failing at unprecedented rates, and the amount of time it takes to become a household name has (...)

    #brand-strategy #entrepreneurship #startup #marketing #branding


  • L’Afnic lance la 1ère édition de ses “Coaching Days”. Remportez un accompagnement personnalisé pour lancer ou développer votre extension internet https://www.afnic.fr/fr/l-afnic-en-bref/actualites/actualites-generales/11259/show/l-afnic-lance-la-1ere-edition-de-ses-coaching-days.html

    Afnic launches the first edition of its “Coaching Days”. Win a customized support from Afnic Conseil to start or develop your TLD https://www.afnic.fr/fr/l-afnic-en-bref/actualites/actualites-generales/11259/show/l-afnic-lance-la-1ere-edition-de-ses-coaching-days.html

    #Afnic #NewgTLDs #Brands #Branding #Trademark #ICANN #BrandTLDs #GeoTLDs



  • Using Machine Learning in the Creative Process
    https://hackernoon.com/using-machine-learning-in-the-creative-process-6d71c2d21fe8?source=rss--

    If you’ve ever participated in a brainstorming session, you may have been in a room with a wall that looks like the image above. Usually, the session starts with a prompt or a problem statement of some sort. The team will write down as many ideas/thoughts around it as possible in a predetermined time frame and eventually throw them up on the wall. Taking a step back, patterns start to emerge and the sticky notes can start to be clustered into themed camps, creating order out of the chaos of random ideas.I was a part of an ideation session like this recently where the goal was to create a brand platform for a company. This creative exercise inspired me to think programmatically about what we were doing. My thought was that there were computational methods that would be able to organize (...)

    #technology #web-development #branding #data-science #development


  • François Ruffin sur Twitter : « Vous connaissez le #branding, Madame la ministre ? C’est le championnat de France de football qui devient la #Ligue1Conforama, le stade de l’OM #OrangeVélodrome. Je suggère la même chose pour le palais présidentie l : on pourrait le renommer “Elysée Sanofi”. #DirectAN #Sanofi https://t.co/ZHhgYrsByA » / Twitter
    https://mobile.twitter.com/Francois_Ruffin/status/1054991261080477696



  • Brand #growth in a Saturated, Competitive Market: Yes, It’s Possible
    https://hackernoon.com/brand-growth-in-a-saturated-competitive-market-yes-its-possible-8d2bbf9c

    Brands saturate our world. They are all looking to innovate faster, compete harder, and disrupt bigger. Why? #competition is tough — from both emerging and established #brands. This forces companies to always be on their toes.But competition isn’t always a bad thing.Competition is what gives brands the motivation to do better and be better. If your market is crowded, it doesn’t mean your employees must work 18-hour days or that you have to outspend on advertising. Instead, what you really need to do is work smarter.Here are some ways you can grow your brand even when you’re not the only player on the field.Growing Awareness in a New Category: Make Competitors Your AlliesIt might sound destructive, but partnering with competitors can actually benefit your brand — if you do it right. This is an (...)

    #branding #brand-awareness


  • Lessons in Scalable Product #design
    https://hackernoon.com/lessons-in-scalable-product-design-831ecb639a90?source=rss----3a8144eabf

    Consistency in design is paramount to delivering a good user experience. Two key reasons for implementing the principle of consistency are to reduce learning and eliminate confusion for the end user. We can all agree it matters for the end user, but it also matters when you work with a team of web designers or engineers all working on the same product.At POWr, a company that focuses on building apps, the problem of scalable and consistent design became apparent early on when our app library quickly grew to over 50 different apps. The problem started internally, with designs turning out differently depending on the engineer who worked on them. Without standardized design or documentation, engineers and designers looked at the product subjectively. This led to fragmented design and a (...)

    #mobile #branding


  • Pourquoi il faudrait raser les écoles de commerce par #Martin_Parker - 27 avril 2018 - © The Guardia https://www.theguardian.com/news/2018/apr/27/bulldoze-the-business-school?CMP=share_btn_tw
    Un article du Guardian. Merci à Frédéric Durand pour la traduction !
    https://www.pauljorion.com/blog/2018/05/07/pourquoi-il-faudrait-raser-les-ecoles-de-commerce-par-martin-parker

    Il existe 13.000 écoles de commerce dans le monde, c’est 13.000 de trop. Je sais de quoi je parle puisque j’ai enseigné dans ces écoles pendant 20 ans.

    Si vous vous rendez sur le campus d’une #université ordinaire il y a des chances que le bâtiment le plus récent et le plus tape à l’œil soit l’#école-de-commerce. C’est elle qui occupe le meilleur bâtiment parce qu’elle dégage les plus gros profits (par euphémisme « contribution » ou « surplus ») ce qui n’est pas surprenant de la part d’une forme de savoir qui enseigne à réaliser des bénéfices.

    Les écoles de commerces exercent une grande influence mais elles sont aussi considérées par beaucoup comme étant des lieux où la #supercherie intellectuelle règne, encourageant la culture du court-termisme et la #cupidité. (On trouve un tas de blague sur la réelle signification de Maîtrise en administration des entreprises-MBA en anglais- : « #Médiocre et #arrogant », Maitrise et accidents », « Mauvais avis et #duperies », « Maîtrise en #art_foireux » et ainsi de suite. Les critiques des écoles de commerces, sous toutes ses formes, ne manquent pas : les employeurs déplorent le manque d’expérience des diplômés, les conservateurs raillent les #arrivistes, les européens se plaignent de l’américanisation, les radicaux protestent contre la concentration du pouvoir entre les mains des tenants du capitalisme de meute. Beaucoup depuis 2008 ont avancé l’idée selon laquelle les écoles de commerces sont responsables dans l’avènement de la crise.

    Pour avoir enseigné pendant 20 ans dans les écoles de commerce j’en suis venu à la conclusion que la meilleure solution pour faire face à ces problèmes consiste à fermer définitivement ces écoles, une position peu répandue parmi mes collègues. Toutefois depuis ces dix dernières années il est remarquable de constater que la masse de critiques formulées à l’encontre des écoles de commerces proviennent de ces écoles mêmes. De nombreux professeurs des écoles de commerce, notamment en Amérique du Nord, affirment que leurs établissements se sont terriblement détournée du droit chemin. Selon eux les écoles de commerce sont corrompues par les #doyens guidés par l’argent, les #professeurs qui se plient aux attentes des clients, des chercheurs qui débitent des #poncifs dans des revues que personne ne lit et des étudiants qui espèrent obtenir un diplôme à la hauteur de leur investissement (ou plutôt celui de leurs parents). A la fin des fins la plupart des diplômés de toute manière ne deviendront pas des cadres de haut niveau mais occuperons des postes #précaires de petits soldats travaillant dans des boxes à l’intérieur d’une tour aseptisée.

    Ces critiques ne proviennent pas de professeurs de sociologie, de responsables politiques ou même d’activistes anticapitalistes indignés mais de livres écrits par des gens bien informés, des employés d’école de commerce qui eux même ressentent un malaise voire du dégout par rapport à ce qu’ils font. Bien sur ces vues divergentes appartiennent à une minorité. La plupart des écoles de commerce restent complètement indifférentes aux manifestations de doutes, les acteurs étant trop occupés à huiler les rouages pour s’inquiéter de la direction que prend la locomotive. Malgré tout la critique interne résonne de manière importante.

    Le problème c’est que cette contestation des initiés est tellement institutionnalisée dans l’épais velours des couloirs qu’elle passe désormais inaperçue comme simple contrepoint au « #business as usual ». Certains par le truchement de livres ou de journaux font carrière en déplorant vigoureusement les problèmes liés aux écoles de commerce. Deux personnes appartenant au milieu ont décrit l’école de commerce comme « une machine cancérigène produisant des #déchets inutiles et toxiques ». Même des titres tels que : Contre le management, #Management-de-merde et Le guide des salauds #cupides pour les affaires, ne semblent pas exposer leurs auteurs à quelque problème que ce soit. J’en sais quelque chose puisque je suis l’auteur des deux premiers. Franchement qu’on m’ait laissé écrire cela en toute impunité en dit long sur la totale innocuité de ce genre de critiques. En vérité c’est gratifiant car le fait de publier est plus important que ce qui est publié.

    Dans la réponse aux problèmes posées par les écoles de commerce on évite d’avoir recours à des restructurations radicales pour leur préférer un retour à de prétendues pratiques commerciales plus traditionnelles ou alors à une forme de réarmement moral enjolivé de termes comme « #responsabilité » ou « #éthique ». Toutes ces idées n’abordent pas le vrai problème à savoir que les écoles de commerce n’enseignent qu’une forme d’organisation : l’encadrement gestionnaire du marché.

    C’est pourquoi je pense que l’on devrait en appeler aux bulldozers et exiger une toute autre manière de penser le management, les affaires et les marchés. Si nous voulons que les gens du pouvoir deviennent plus responsables alors nous devons arrêter d’apprendre aux étudiants que les dirigeant héroïques dédiés aux œuvres de la transformation sont la réponse à tous les problèmes ou que le but de connaître la #fiscalité est d’échapper à l’impôts ou que la visée de la #stratégie_commerciale est de créer des nouveaux désirs Dans tous les cas l’école de commerce agit par la #propagande en vendant une #idéologie sous les habits de la #science.

    Les universités existent depuis un millénaire mais la grande majorité des écoles de commerce n’est apparue qu’au siècle précédent de commerce. En dépit de la vive et persistante affirmation qu’elles ont été inventé par les Etats-Unis il semble que la première fut L’Ecole Supérieure de Commerce créée en 1819 afin de tenter de façonner une grande école commerciale financée par des fonds privés. Un siècle plus tard des centaines d’écoles de commerces ont émergé dans toute l’Europe et les Etats-Unis pour se répandre rapidement partout ailleurs à partir de 1950.

    En 2011 « Association to Advance Collegiate Schools of Business » estimait à 13000 le nombre d’écoles de commerce dans le monde. L’#Inde à elle seule compterait 3000 écoles de commerces privées. Arrêtons-nous un moment pour se pencher sur ce chiffre. Imaginez le nombre considérable de personnes employées par ces établissements, l’armée de jeunes qui en sortent avec un diplôme en commerce, des sommes gigantesques qui circulent au nom de l’enseignement du monde des affaires. (En 2013, les vingt meilleures écoles de commerce coûtaient an moins 100 000$ (80 000€). En ce moment la #London_Business_School fait campagne en proposant une inscription à 84 5000£ (96 000€) pour son #MBA Pas étonnant dans ces conditions que la tendance continue à gagner du terrain.

    La plupart des écoles de commerces adopte des formes identiques. L’#architecture est moderne sans originalité composée de verre, de panneaux et de briques. A l’extérieur on trouve un affichage dispendieux présentant un #logo anodin, il y a des chances qu’il soit bleu et qu’il comporte un carré. Les portes sont automatiques, à l’intérieur on trouve une réceptionniste bien mise dans un code habit de bureau. Quelques créations d’art abstrait sont accrochées aux murs et il y a un bandeau comportant un ou deux slogans au contenu prometteur “We mean business”, “Teaching and Research for Impact.” On trouvera quelque part au-dessus du hall d’entrée un grand écran diffusant un téléscripteur #Bloomberg, la promotion de conférenciers de passage et des discussions sur la manière de bien formuler son #CV. Des dépliants publicitaires en papier glacé sont à disposition sur des présentoirs, on y voit sur la couverture toutes sorte de visages innocents d’étudiants. Shiny marketing leaflets sit in dispensing racks, with images of a diverse tableau of open-faced students on the cover. Sur les prospectus on trouve la liste des diplômes : MBA, MSc Management, MSc Accounting, MSc Management and Accounting, MSc Marketing, MSc International Business, MSc Operations Management.

    On y trouvera une somptueuse salle de conférence à la moquette épaisse, qui tirera peut-être son nom d’une société ou de donateurs privés. De fait on retrouve empreinte du logo imprimé presque partout comme quelqu’un qui marquerait de son nom ses affaires de peur qu’elles soient volées. Contrairement aux bâtiments défraichis des autres parties de l’université l’école de commerce s’efforce de donner une image d’efficacité et de confiance. L’école de commerce sait ce qu’elle fait et son visage bien poli est fermement tournée vers le futur plein de promesse. Il lui importe de savoir ce que les gens pensent d’elle.

    Même si la réalité n’est pas toujours aussi reluisante, un toit qui fuit des toilettes bloquées, c’est ce que les doyens aiment à penser à quoi ressemble leur école ou telle qu’ils voudraient qu’elle soit. Une rutilante machine qui transforme l’argent des étudiants en bénéfices.

    Mais qu’enseignent réellement les écoles de commerce ? C’est une question plus compliquée qu’il n’y parait. On a beaucoup écrit sur la façon dont « un programme dissimulée » serait dispensé aux étudiants de manière implicite. A partir des années 70 les chercheurs ont étudié la manière dont les catégories comme la classe sociale, le genre, les origines ethniques, la sexualité et d’autres encore étaient enseignées implicitement dans les salles de classes. Cela peut se traduire par la différenciation des étudiants comme mettre les #filles à l’économie domestique et les garçons à la métallurgie d’où découle par la suite une #norme qui’ s’impose aux différents groupes de la population. Ce programme dissimulé peut être aussi dispensé par d’autres manières, par la façon d’enseigner et d’évaluer ou par le contenu même du programme. Il nous dit également ce qui importe, quelles sont les #personnalités importantes, quels sont les lieux les plus influents et quels sont les sujets qui peuvent être écartés.

    Il y a eu de nombreux travaux sur ces sujets dans beaucoup de pays. La documentation est désormais très répandue sur l’histoire des noirs, la place de la femme dans le monde scientifique ou de la chanson populaire et la poésie. Cela ne signifie pas que le programme dissimulé ne pose plus de problème mais qu’au moins dans les systèmes d’éducation les plus progressistes il est communément admis qu’il existe un récit, un groupe d’acteurs, une manière de raconter l’histoire.

    Mais dans les écoles de commerce le programme implicite et explicite ne font qu’un. Le contenu et la forme des enseignements sont telles qu’ils riment avec la #pensée qui tient pour acquis que les vertus de l’encadrement du marché capitaliste représentent la seule vision du monde possible.

    Si l’on enseigne à nos étudiants que le caractère prédateur du #capitalisme est incontournable il ne faut pas s’étonner que l’on finisse par justifier les #salaires démesurés de ceux qui prennent des risques importants avec l’argent des autres. Si l’on enseigne que seul le résultat compte alors des notions comme la viabilité, la #diversité, la responsabilité et autres ne deviennent plus que de simples ornements. Le message souvent dispensé par la recherche en management et l’enseignement sous-tend que le capitalisme soit incontournable et que les techniques financières et légales qui dirigent le capitalisme fassent parties d’une science. Cette conjonction d’idéologie et de technocratie explique le fait que l’école de commerce soit devenue une institution si efficace et dangereuse.

    On peut analyser son fonctionnement en s’intéressant de près à son programme et la façon dont il est enseigné. Prenons la finance par exemple, ce champ qui s’intéresse à la manière dont les gens qui ont du capital investissent leur argent. Elle repose sur le principe que les détenteurs d’argent ou de capitaux peuvent être utilisés comme garantie et suppose donc des différences importantes de revenus ou de richesses. Plus les #inégalités sont importantes dans un pays donné plus les #opportunités s’ouvrent pour la finance comme pour le marché de luxe des yachts. Les universitaires enseignant la finance considèrent que le retour sur le capital (sans se soucier de son acquisition) est une activité légitime et même louable au point d’aduler les investisseurs pour leurs compétences techniques et succès. La forme de ce savoir consiste à maximiser la #rente d’un capital, le plus souvent en développant les mathématiques ou des mécanismes légaux qui permettent de le multiplier. Les stratégies performantes en finances sont celles qui fournissent un retour maximal sur investissement en un temps le plus court, et qui du même coup aggrave d’autant plus les inégalités qui les rendaient au préalable possibles.

    Ou penchons-nous sur le management des #ressources_humains. Ce champ met en mouvement les théories de l’égoïsme rationnel- c’est-à-dire en gros l’idée selon laquelle les hommes agissent en fonction de calculs rationnels qui maximiseront leurs propres intérêts- pour l’appliquer à l’organisation des êtres humains. Le nom de ce champ est en lui-même révélateur en ce sens qu’il laisse entendre que les êtres humains sont semblables à des ressources technologiques ou financières dans la mesure où ils sont utilisés en tant que paramètre par le mangement dans le but de produire une organisation efficace. Malgré l’utilisation du mot humain, les ressources humaines font très peu de cas de ce que signifie être humain. Son intérêt se fixe sur les catégories comme les femmes, les minorités ethniques, les employés qui n’atteignent pas les objectifs, et leur rapport avec le fonctionnement de l’organisation. Cela rentre souvent dans les attributions des écoles de commerces que de s’intéresser aux formes d’organisations, incarnées habituellement par les syndicats, qui s’opposent aux stratégies du management. Et s’il était nécessaire de le rappeler le management des ressources humaines n’est pas du côté des syndicats, ce serait être partisan. Sa fonction, sous sa manifestation la plus ambitieuse, cherche à être stratégique dans le but d’aider les responsables du management à l’élaboration de l’ouverture d’une usine ici ou de la fermeture d’un bureau là.

    On pourrait appliquer la même analyse sur les autres modules d’enseignement que l’on trouve dans la plupart des écoles de commerce, la comptabilité, la mercatique, le commerce international, l’#innovation, la #logistique. Mais je finirai par l’éthique dans les affaires et la responsabilité social de l’entreprise, ce sont pratiquement les seuls domaines dans lesquels s’est développé une critique constante des conséquences de l’enseignement du management et de ses pratiques. Ces domaines se targuent d’être la mouche du coche des écoles de commerce et insistent sur la nécessité à réformer les formes dominantes de l’enseignement et de la recherche. Les griefs qui motivent les écrits et les enseignements de ces spécialités sont prévisibles mais n’en demeurent pas moins importantes, il s’agit du développement durable, les inégalités, la fabrique d’étudiants à qui l’on enseigne que la cupidité est bénéfique.

    Le problème c’est que l’éthique des affaires et la responsabilité sont des sujets de façades pour la promotion des écoles de commerce semblable à une feuille de figuier qui recouvrerait la conscience du doyen de l’école de commerce, comme si évoquer l’éthique et la responsabilité équivalait à agir. Ils ne s’attaquent pratiquement jamais à la simple idée que si les relations économiques et sociales actuelles produisent les problèmes qui sont traités par les cours d’éthique et de responsabilités sociale des entreprises alors ce sont ces mêmes relations sociales et économiques qui doivent être changées.

    Vous pourriez penser que chacune de ces spécialités d’enseignement et de recherche sont en elles même inoffensives et qu’ensemble ils ne font que traiter des différents aspects du monde des affaires, de l’argent, de la population, de la technologie, du transport, de la vente et ainsi de suite. Mais il est indispensable d’exposer les présupposés partagés par chacun des sujets étudiés en école de commerce.

    Tous ces champs partagent d’abord l’idée profondément ancrée que les formes managériales du marché qui organisent l’ordre sociale sont requises. L’accélération de commerce mondialisé, l’utilisation des mécanismes de marché et des techniques managériales, le développement des technologies comme dans la comptabilité, la finances et son fonctionnement ne sont jamais remis en cause. Il s’agit du récit progressif du monde moderne fondé sur la promesse technologique, le choix, l’opulence et la richesse.

    Au sein de l’école de commerce, le capitalisme est considéré comme marquant la fin de l’histoire, un modèle économique qui a pris le pas sur tous les autres, et qui est maintenant enseigné en tant que science, plutôt que comme une idéologie.

    La seconde est l’hypothèse selon laquelle le comportement humain, des employés, des clients, des gestionnaires et ainsi de suite, est mieux compris si nous considérons que nous sommes tous des égoïstes rationnels. Cela fournit un ensemble d’hypothèses de base qui permettent de développer des modèles qui conçoivent la façon dont les êtres humains pourraient être dirigés dans l’intérêt de l’organisation de l’entreprise. Motiver les employés, corriger les défaillances du marché, concevoir des systèmes de gestion allégée ou persuader les consommateurs de dépenser de l’argent sont tous des cas qui font partie de la même problématique. L’intérêt majeur réside ici pour celui qui cherche le contrôle, et ceux qui sont objets de cet intérêt, deviennent alors des personnes qui peuvent être manipulées.

    La dernière similitude que je voudrais souligner concerne la nature des connaissances produites et diffusées par l’école de commerce elle-même. Parce qu’il emprunte la robe et le mortier de l’université, et qu’il cache ses connaissances dans l’attirail de la science – revues, professeurs, jargon – il est relativement facile d’imaginer que le savoir prôné par l’école de commerce et la façon dont elle le vend apparaît en quelque sorte moins vulgaire et stupide qu’il ne l’est réellement

    Pour résumer simplement ce qui précède, et qui permettrait à la plupart des gens de comprendre ce qui se passe à l’école de commerce, c’est de les appréhender comme des lieux qui enseignent les méthodes pour prendre de l’argent aux gens ordinaires et de le s’approprier. Dans un certain sens, c’est une description du capitalisme, mais il y a aussi le sentiment que les écoles de commerce enseignent que « l’avidité est bonne ». Comme Joel M Podolny, ancien doyen de la Yale School of Management, a pu déclarer un jour : « La façon dont les écoles de commerce sont aujourd’hui en concurrence amène les étudiants à se demander : » Que puis-je faire pour gagner le plus d’argent ? et la forme de l’enseignement prodigué par les professeurs conduit les étudiants à ne considérer qu’après coup les conséquences morales de leurs actions.

    Cette image est, dans une certaine mesure, étayée par la #recherche, bien qu’une partie soit d’une qualité douteuse. Il existe diverses enquêtes auprès des étudiants des écoles de commerce qui suggèrent qu’ils ont une approche instrumentale de l’éducation, c’est-à-dire qu’ils veulent ce que le marketing et le #branding leur disent qu’ils veulent. En ce qui concerne les cours, ils attendent de l’enseignement des concepts et des outils simples et pratiques qu’ils jugent utiles pour leur future carrière. La philosophie c’est pour les imbéciles.

    Comme j’ai enseigné dans des écoles de commerce pendant des décennies, ce genre de constatation ne me surprend pas, bien que d’autres proposent des constats plus virulents. Une enquête américaine a comparé des étudiants en MBA à des personnes emprisonnées dans des prisons de basse sécurité et a constaté que ces dernières étaient plus éthiques. Un autre a laissé entendre que la probabilité de commettre une forme quelconque de délit d’entreprise augmentait si la personne concernée avait fait des études supérieures en administration des affaires ou si elle avait servi dans l’armée. (Les deux carrières impliquent probablement la dissolution de la responsabilité au sein d’une organisation). D’autres sondages montrent que les étudiants arrivent en croyant au bien-être des employés et à la satisfaction de la clientèle et qu’ils partent en pensant que la valeur actionnariale est la question la plus importante, et également que les étudiants des écoles de commerce sont plus susceptibles de tricher que les étudiants des autres disciplines.

    Je doute que les causes et les effets (ou même les résultats) soient aussi nets que le suggèrent des enquêtes comme celle-ci, mais il serait tout aussi stupide de suggérer que l’école de commerce n’a pas d’effet sur ses diplômés. Avoir un MBA peut ne pas rendre un étudiant cupide, impatient ou contraire à l’éthique, mais les programmes explicites et cachés de l’école de commerce enseignent des leçons. Non pas que ces leçons sont reconnues quand quelque chose ne va pas bien, parce qu’alors l’école de commerce nie habituellement toute responsabilité. C’est une position délicate, car, comme le dit un éditorial d’Economist de 2009, » Vous ne pouvez pas prétendre que votre mission est d’éduquer les leaders qui changent le monde » et de vous laver les mains des actes de vos anciens élèves lorsque leur changement a un impact nuisible. »

    Après la crise de 2007, il y avait comme un jeu à se renvoyer la balle, Il n’est donc pas surprenant que la plupart des doyens des écoles de commerce essayaient aussi de blâmer les consommateurs d’avoir trop emprunté, les banquiers d’avoir un comportement si risqué, les #brebis_galeuses d’être si mauvaises et le système d’être, eh bien, le système. Qui, après tout, voudrait prétendre qu’ils n’ont fait qu’enseigner la cupidité ?

    Dans les universités les sortes de portes qui ouvrent sur le savoir sont basées sur des exclusions. Un sujet est constitué par l’enseignement de ceci et non pas de cela, de l’espace (géographie) et non du temps (histoire), des collectifs (sociologie) et non des individus (psychologie), etc. Bien sûr, il y a des fuites et c’est souvent là que se produisent les pensées les plus intéressantes, mais cette partition du monde est constitutive de toute discipline universitaire. On ne peut pas tout étudier, tout le temps, c’est pourquoi il y a des noms de départements au-dessus des portes des immeubles et des couloirs.

    Cependant, l’école de commerce est un cas encore plus extrême. Elle est bâtie sur le principe qui isole la vie commerciale du reste de la vie, mais subit ensuite une spécialisation supplémentaire. L’école de commerce assume le capitalisme, les entreprises et les managers comme forme d’organisation par défaut, et tout le reste comme histoire, anomalie, exception, alternative. Du point de vue du programmes d’études et de recherche, tout le reste est périphérique.

    La plupart des écoles de commerce sont intégrées dans des universités, et celles-ci sont généralement appréhendées comme des institutions ayant des responsabilités envers les sociétés qu’elles servent. Pourquoi, dans ce cas, supposons-nous que les filières d’études commerciales ne devraient enseigner qu’une seule forme d’organisation – le capitalisme – comme si c’était la seule façon d’organiser la vie humaine ?

    Ce n’est pas un monde agréable celui qui est produit par la gestion de marché et que l’école de commerce professe. C’est une sorte d’#utopie pour les riches et les puissants, un groupe que les étudiants sont encouragés à s’imaginer rejoindre, mais ce privilège est acheté à un coût très élevé, entraînant des catastrophes environnementales, des #guerres de ressources et des migrations forcées, des inégalités à l’intérieur et entre les pays, l’encouragement de l’#hyperconsommation ainsi que des pratiques #antidémocratiques persistantes au travail.

    Promouvoir l’école de commerce fonctionne en passant outre de ces problèmes, ou en les mentionnant comme des défis et ne pas les prendre en considération ensuite dans les pratiques d’enseignement et de recherche. Si nous voulons être capables de répondre aux défis auxquels est confrontée la vie humaine sur cette planète, nous devons faire des recherches et enseigner autant de formes d’organisation différentes que nous sommes capables d’imaginer collectivement. Pour nous, supposer que le capitalisme mondial peut continuer tel qu’il est c’est prendre la responsabilité d’emprunter la voie qui mène à la destruction. Donc, si nous voulons nous écarter du business as usual, nous devons également ré-imaginer radicalement l’école de commerce telle qu’elle est. Et cela signifie plus que des murmures pieux sur la responsabilité sociale des entreprises. Cela signifie en finir avec ce que nous avons érigé, et reconstruire.


  • Branded in #Memory
    https://www.signs.com/branded-in-memory


    #design #branding

    The logos of global corporations like Apple, Starbucks, and Foot Locker are designed to create instant brand associations in the minds of billions who see them every day. But how accurately can we remember the features and colors of these famous symbols?

    To find out, we asked over 150 Americans to draw 10 famous logos from memory as accurately as they could. Based on more than 1,500 drawings created over a period of 80 hours, the results reveal that, far from being stamped perfectly in our collective memory, these ubiquitous emblems largely exist as fuzzy visions in our mind’s eye. One in 5 people thinks the Foot Locker referee wears a hat (he doesn’t), and nearly half of people believe the Starbucks mermaid does not wear a crown (she does). That only scratches the surface of what our study found out.

    Choose from the logos below to jump to individual results, or read a summary of all findings here.



  • Focus : Brand value | The Economist

    http://www.economist.com/blogs/graphicdetail/2013/05/focus-5

    Brand value
    May 21st 2013, 17:39 by Economist.com

    BRANDS are basically a promise. They tell consumers what quality to expect from a product and show off its personality. Firms invest a lot on the image of their brands to foster sales and loyalty. But measuring their value is hard. Millward Brown, a market-research company, is one of several that takes a stab at it. It has just published its annual ranking of the world’s “most powerful” brands based on consumers’ perceptions and the performance of the companies that own them.

    #branding #marketing #corporations #multinationales