• Pride (2014) : retours croisés sur une #convergence_des_luttes
    http://www.lecinemaestpolitique.fr/pride-2014-regards-croises

    Pride, film indépendant sorti en 2014 est une comédie qui se veut grand public et fut effectivement un succès remarqué et récompensé. Nous vous proposons ici deux textes avec deux points de vue complémentaires pour revenir en analyse sur ce film. Divergences dans la convergence par Noëlle Dupuy Pride raconte l’histoire « vraie » de la rencontre […]

    #Brèves #Cinéma #grève #lgbt #lutte_des_classes #queer

  • La Saga de l’été arrive : Eclairage sur les lumière lilloises !
    http://labrique.net/index.php/breves/1085-la-saga-de-l-ete-arrive-eclairage-sur-les-lumiere-lilloises

    Profiter de votre pause estival pour éclaircir les zones d’ombres sur les lumières lilloises ! Les 4 dernières parutions de La Brique ont eu le plaisir d’acceuillir une saga encore plus éblouhissante que la saga Star Wars ou encore Harry Potter, la saga des lumière. Chaque vendredi, à 13h12, vous retrouverez un épisode de votre série estivale préférée : Vendredi 9 août : Plein phares sur nos nuits blanches (numéro 56) Vendredi 16 août : LED & néons : Lille branchée en flux continu (numéro 57) Vendredi 23 août : Lumières, puissances et artifices du centre-ville (numéro 58) Vendredi 30 août : Lille, ses lumières ... Et ses couleurs flippées (numéro (...)

    #En_vedette #Brèves

  • En plein cœur de Kinshasa : une rivière de plastique Esmeralda Labye - 19 Mai 2019 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_en-plein-c-ur-de-kinshasa-une-riviere-de-plastique?id=10224885

    Une rivière de plastique au cœur de la capitale de la République démocratique du Congo. Ce sont les correspondants de Media Congo Press qui ont alerté l’opinion publique et les journalistes étrangers. Les affluents du fleuve Congo sont chargés de déchets. Des détritus qui se retrouvent ensuite sur les berges du fleuve puis dans l’océan Atlantique.


    En plein cœur de Kinshasa : une rivière de plastique - © Tous droits réservés

    On se croirait dans une décharge publique. Les bouteilles flottent sur l’eau. Elles recouvrent toute la surface de la rivière. Des gosses marchent sur ce tapis de plastique dans l’indifférence presque générale.


    En plein cœur de Kinshasa : une rivière de plastique - © Tous droits réservés

    « Ça a commencé en 2003-2004, l’entassement des déchets plastiques et les gens qui jettent les déchets plastiques » explique Eric Katankupole, un habitant de la commune de Kalamu. « Surtout lorsqu’il pleut, tout le monde profite de jeter les ordures sous la pluie, dans la rivière de Kalamu. »


    En plein cœur de Kinshasa : une rivière de plastique - © Tous droits réservés

    Une triste réalité qui implique d’autres rivières, d’autres cours d’eau.
    . . . . . . . .

    #RDC #Congo #plastique #pollution #déchets #environnement #recyclage #it_has_begun #écologie #catastrophe #Afrique #brèves_d'afrique_et_d'ailleurs #civilisation #capitalisme #exportation #civilisation

  • Bon plan : Office 2016 Plus Pro pour 36€.99 + Cadeau ... ; )))))))
    https://www.crashdebug.fr/informatik/92-breves/15709-bon-plan-office-2016-plus-pro-pour-36-99-cadeau

    Le bon plan de la journée, j’ai un tableau de compte en tableau dynamique depuis 2003, et Excel 2007 commençait à peiner, je n’ai jamais trouvé de version piraté d’office 2016/2019 qui tenait la route sans des cracks des activateurs, etc. qui me prenait grave le chou, j’avais donc arrêté l’affaire,

    Et je suis tombé il y a quelques jours sur cette promo un Office 2016 Pro Plus, avec en prime un Serial Windows 10 pro pour 36€99 (l’Office 2016 Pro Plus tout seul est à 34.99€ donc ça serait bête de faire l’impasse sur une license Windows 10 pro pour 2€...)

    Pour acheter les licences, c’est ICI (tapez juste office dans la barre de recherche pour toutes les versions)

    (Bien sûr il faut créer un compte sur le site marchand)

    Ensuite connecter vous sur cette page de Microsoft et (...)

    #En_vedette #Brèves... #Actualités_Informatiques

  • IBM vient de dévoiler son premier ordinateur quantique commercial
    https://www.crashdebug.fr/informatik/92-breves/15464-ibm-vient-de-devoiler-son-premier-ordinateur-quantique-commercial

    Et les D-Wave ? pas super impressionant le truc.

    L’ordinateur quantique IBM Q System One. | IBM

    Durant de nombreuses années, les ordinateurs quantiques n’ont été présents que dans les laboratoires de recherche. Mais ce mardi, l’entreprise multinationale américaine IBM (International Business Machines Corporation) a dévoilé le système IBM Q System One, présenté comme le tout premier ordinateur quantique conçu pour être utilisé par les entreprises. Il s’agit là du premier pas vers une révolution quantique.

    L’informatique quantique est considérée aujourd’hui comme étant l’une des technologies les plus prometteuses au stade initial. En effet, les ordinateurs quantiques peuvent traiter plus de données de manière exponentielle, et pourraient complètement transformer des industries entières.

    Les ordinateurs (...)

    #En_vedette #Brèves... #Actualités_Informatiques

  • #Comparutions_immédiates  : « Qu’aurait-il été soupçonné de faire avec un #tuba  ? » - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2018/12/10/comparutions-immediates-qu-aurait-il-ete-soupconne-de-faire-avec-un-tuba_
    #breves_de_justice

    Il admet avoir « fait le kéké » sur les #Champs-Elysées, jeté « un petit caillou » sur les CRS. Son avocate s’insurge  : « On parle de violence sur les forces de l’ordre, mais il n’y a pas de victimes alors que lui a pris une “Flash-Ball” dans le ventre. La violence appelle la violence, mais son caillou n’a touché aucun policier. »

    « L’exploitation des caméras et les conditions de son interpellation ne sont guère utiles à la matérialisation de l’infraction », pointe benoîtement le président du tribunal. Ce Gardois a été arrêté muni d’un casque de plongée. Le parquet y voit la marque d’un « groupement en vue de… » Son avocate s’insurge  : « Qu’aurait-il été soupçonné de faire avec un tuba  ? »

    « L’exploitation des caméras et les conditions de son interpellation ne sont guère utiles à la matérialisation de l’infraction », pointe benoîtement le président du tribunal. Ce Gardois a été arrêté muni d’un casque de plongée. Le parquet y voit la marque d’un « groupement en vue de… » Son avocate s’insurge  : « Qu’aurait-il été soupçonné de faire avec un tuba  ? »

    Il s’en explique  : « Elles étaient par terre, je les ai prises. Je ne suis pas un voleur, mais un opportuniste. » Retour à l’ordinaire des gilets jaunes avec Thierry, arrêté muni d’un pavé. « Je ne l’ai pas lancé, il était dans mon sac à dos. » Comme bien d’autres avant lui, il fait le coup du souvenir parisien d’un provincial de passage. Tremblant à la barre, on le croirait en manque, mais son avocate évoque plutôt une faille psychologique. Le parquet s’énerve  : « Quand on se met au sein d’individus virulents avec ce genre de matériel, on sait ce qu’on fait. Il faut ensuite avoir le courage d’assumer à la barre  ! » En défense, son avocate ne peut plaider qu’une certaine tradition  : « J’ai vu des stocks de pavés dans des chambres de jeunes garçons  ! »

    Il se dit formel  : « Le pavé sort du camion des CRS, ils ont voulu me le mettre sur le dos. » Sur son cas, lL’accusation doit admettre  : « On n’a pas des procédures au carré, c’est vrai. On n’a pas pu faire venir témoigner les CRS. Il n’est pas accusé d’avoir jeté un pavé mais d’être au milieu d’individus jetant des pavés. » Valentin a un casier un peu plus long que celui des autres prévenus, des délits en tous genres  : « Il est fourni, admet-il, mais j’avais 18 ans et cela remonte à dix ans. » Son avocate accuse  : « Le parquet vous demande de le juger sur son casier, et non pas sur un fait spécifique. »

    • https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/12/11/comparutions-immediates-visiblement-vous-n-alliez-pas-jouer-au-tennis-avec-c

      Quatre mois de #prison_ferme alors qu’il n’a pas mis un pied au rassemblement des « #gilets_jaunes » : debout dans son box, le grand gaillard en pull rouge a l’air de trouver l’addition un peu salée, lundi 10 décembre, en salle 2.03 du tribunal de grande instance de Paris. L’avant-veille, Julien était à peine sorti de la station de métro Le Peletier, dans le 9e arrondissement, quand il a été contrôlé par les policiers qui ont trouvé sur lui un masque à gaz, une raquette de tennis, et un sachet de 50 écrous en acier.

      « Un boulon ou une raquette de #tennis, c’est pas considéré comme une arme. Ou alors dans ce cas, toute personne qui a une ceinture peut être considéré comme détenteur d’une arme, tente le prévenu âgé de 27 ans, venu de Caunes-Minervois, dans l’Aude.

      – Monsieur, visiblement, vous n’alliez pas jouer au tennis, donc on se demande à quoi la raquette pouvait servir, rétorque le juge. Et avec ces boulons, on peut supposer qu’elle pouvait servir de lance-projectiles.

      – Aucune loi n’interdit d’avoir des boulons sur soi, si ? C’était pour me faire un poing américain en cas de danger, c’était purement défensif. Je comprends le doute, mais y avait rien de méchant, croyez-moi. » Le juge ne l’a pas cru.

      Davy, lui, n’a même pas eu le temps de sortir du parking où il avait garé sa voiture, du côté de Bastille. Arrivé à 5 heures du matin de Saint-Brieuc, il attendait 8 heures pour rejoindre la manifestation. Les policiers qui sont allés lui rendre une visite souterraine ont trouvé dans son véhicule un casque, un plastron, des protège-tibias, un #tonfa et une grenade fumigène. « Un équipement digne de Robocop », suggère le procureur, qui prête à Davy, 31 ans, désosseur au chômage, « une évidente volonté d’en découdre ». L’intéressé se défend : « Avec ce que j’avais vu à la télé, j’avais pris tout ce qui pouvait me protéger le corps. » Six mois avec sursis pour Davy, sans même avoir vu le jour à Paris, où il n’était jamais venu.

      Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les « gilets jaunes » en comparution immédiate : « Les bouteilles d’essence, c’était pour faire le malin devant les copains »
      En les autorisant à contrôler tout ce qui bougeait samedi dès 6 heures du matin, en vertu de l’article 78-2-2 du code de procédure pénale, le procureur de Paris avait laissé les coudées franches aux forces de l’ordre. Lesquelles ont pu, dès potron-minet, arrêter et placer en garde à vue quiconque leur semblait suspect, au nom de celui qui est la vedette des comparutions immédiates postmanifestations des « gilets jaunes » : l’article 222-14-2 du code pénal, qui punit « le fait de participer sciemment à un groupement en vue de la préparation de violences ou de dégradations ». Les audiences de lundi ont été l’occasion de s’interroger sur ce que les uns considèrent comme une mesure préventive efficace, là où d’autres voient une infraction fourre-tout menant à une remise en cause du droit de manifester.

      « J’ai eu peur et j’ai mal réagi »
      Lundi, étalées sur cinq salles – contre deux en temps normal –, 54 comparutions immédiates post- « acte IV » ont occupé les 23e et 24e chambres du TGI, qui n’ont pas vu passer que des agitateurs potentiels, puisque la police avait aussi mis le grappin sur des agitateurs tout court. Mais ce ne sont pas les gros poissons, brûleurs de voitures ou briseurs de vitrines, que l’on a vu défiler.

      Ce fut Damien, 36 ans, autoentrepreneur à Bagnols-sur-Cèze (Gard), poursuivi pour violences sur les forces de l’ordre : « Je ne suis pas un casseur, je suis venu pour défendre nos droits. J’ai jeté quelques cailloux, mais je savais bien que je ne toucherais personne, les CRS étaient trop loin. » Un mois avec sursis. Ce fut Nicolas, 27 ans, électricien d’Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne), coupable d’avoir jeté une cannette de bière vers les CRS, place de la République. « Je buvais tranquillement, j’ai pris une Flash-Ball dans la hanche, j’ai eu peur et j’ai mal réagi. » 500 euros d’amende, mais peut-être pas la leçon d’éducation civique escomptée : « Je suis vraiment désolé, vous ne me verrez plus jamais manifester pour quoi que ce soit », s’excuse le jeune homme. Le président, embêté : « Je le répète, le fait de manifester n’est pas interdit, c’est de commettre des violences qui est puni par la loi. »

      Ce fut encore Vincent, 31 ans, de Belfort, trois mois avec sursis pour rébellion, et 150 euros pour le préjudice moral d’un policier insulté. « Pourquoi avez-vous dit : “Vous servez à rien, les putes de Macron !” ? – C’est pas moi qui l’ai dit. » Ce fut Karim, 41 ans, du Val-d’Oise, poursuivi pour recel de cravates, et que six mentions sur le casier judiciaire n’ont pas aidé : trois mois ferme. Dépit de son avocate : « Le parquet, encore une fois, ne nous présente pas les personnes qui ont cassé les magasins, mais ceux qui ont trouvé des cravates. » On trouve tout et n’importe quoi dans ces comparutions immédiates qui racontent à leur manière la journée du 8 décembre et ses violences, et disent la difficulté pour la police et la justice d’apporter une réponse satisfaisante à un mouvement comme celui des « gilets jaunes ».

      Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pour l’opposition et les syndicats, les mesures dévoilées par Macron sont insuffisantes
      Samedi 8 décembre, les forces de l’ordre ont ratissé si large – 907 gardés à vue – que certaines personnes se sont retrouvées en garde à vue alors qu’elles n’avaient rien à y faire. « Dommage collatéral » spectaculaire, Jonathan, ouvrier viticole de 34 ans venu de la Marne, tignasse, moustache et bouc à la d’Artagnan. Il faut un petit moment avant de comprendre que le tee-shirt blanc et rouge qu’il porte depuis trois jours est en fait un tee-shirt blanc taché de sang, conséquence d’un coup de matraque sur la tête.

      Il avait sur lui « huit pétards », indique le procès-verbal : « Ce sont des claque-doigts, que j’utilise avec mon fils, il en restait au fond de mon sac. » « Trois briquets » : « Je suis fumeur. » « Du sérum physiologique » : « J’en ai apporté pour les manifestants, en bon citoyen. » Il a été vu en train de jeter un pavé sur un véhicule administratif. « Ecoutez, je suis sapeur-pompier volontaire, jamais je ne jetterai de pavés sur des collègues des forces de l’ordre, surtout que je suis venu à Paris vêtu de mon uniforme et de mon casque. »

      Le procureur se racle la gorge. « Il y a effectivement une difficulté. L’agent interpellateur figurant sur le PV nous dit qu’il n’a jamais procédé à une interpellation dans ce secteur-là. Y a quelque chose qui colle pas », doit-il reconnaître, demandant la relaxe. L’avocat grince : « Je suis un peu offusqué de la façon dont la justice se passe, en tout cas en ce qui concerne mon client. » Lequel prend la parole en dernier : « J’aimerais m’excuser auprès de la voie publique si je l’ai tachée de mon sang. »

      « On s’en sort pas monsieur »
      Au même moment dans une autre salle, un autre procureur l’admet aussi : « On a des procédures qui pêchent parfois un peu, mais c’est bien compréhensible [vu les circonstances]. » Un autre « dommage collatéral » : Bryan. Cheveux bruns bouclés, yeux cernés, lèvres gonflées, mains noircies de ceux qui vivent dans la rue. Lorsque le jeune homme de 21 ans s’est fait interpeller dans le 8e arrondissement, il avait deux téléphones portables tout neufs sur lui. « J’ai vu Orange se faire casser, le magasin se faire piller. Et comme je suis en galère d’argent… » Il avait prévu de les revendre pour se « racheter une toile de tente avec un duvet », puisqu’on a volé les siens. « Je vis avec 15 euros par jour. J’essaie de rester propre. » Bryan évoque l’enfance à la Ddass, le domicile familial quitté « vers 12-13 ans », il ne se rappelle plus trop. Il ne sait pas lire ni écrire, tente de survivre à Paris « avec une bande de copains », est handicapé « à 85 % » et devrait toucher une allocation, mais « il faut 25 euros pour me faire des papiers, et je ne les ai pas. » Le tribunal l’écoute religieusement. On ne sait plus si on est au-delà des « gilets jaunes » ou si on est en plein dedans.

      Lire aussi « Gilets jaunes » : « Les comparutions immédiates sont une justice archaïque »
      Bryan est un cas extrême, mais pas un ovni dans ces comparutions immédiates qui voient défiler la France du RSA et des fins de mois difficiles. Théo, ébéniste au chômage de 22 ans, gagne « entre 1 000 et 1 037 euros » mensuels selon ce que lui verse Pôle emploi. Dylan, 24 ans, cariste en intérim « entre 150 et 1 050 euros par moi selon si je travaille ». Valentin, 22 ans, carrossier peintre en Haute-Marne, 1 050. A l’audience, l’argent est omniprésent, mais c’est celui qui manque. Loïc et Théo, deux frères de 23 et 21 ans, préféreraient du sursis à des travaux d’intérêt général, qui prennent du temps qu’on ne consacre pas à gagner sa vie. Damien, deux enfants de 6 et 9 ans, touche 1 200 euros par mois : aucun prévenu de la salle 6.05 ne déclarera de revenus supérieurs. Quatre étages plus bas, en 2.03, Jonathan, notre ouvrier viticole-pompier bénévole fait figure de privilégié avec ses 2 200 euros. « Avec votre femme qui gagne 900 euros, vous êtes à plus de 3 000 euros à vous deux », sourit le président, qui croit souligner une belle situation. « Mais on s’en sort pas quand même monsieur. D’où ma présence à Paris samedi. »

      Au cœur du tribunal de grande instance de Paris flambant neuf, les comparutions immédiates des « gilets jaunes » mettent cruellement en lumière le nerf de la contestation : des Côtes-d’Armor à l’Ardèche, de la Haute-Marne à l’Hérault, de la Somme à l’Isère, aux quatre coins du pays, l’inégale répartition des richesses et la pauvreté d’une partie de la population française.

      820 adultes et 87 mineurs arrêtés samedi
      Selon une source judiciaire, 820 adultes et 87 mineurs ont été placés en garde à vue en marge des événements survenus à Paris lors du rassemblement des « gilets jaunes », samedi 8 décembre. Parmi les majeurs, 264 personnes ont été déférées au parquet de Paris dimanche et lundi, dont 54 ont été poursuivies en comparution immédiate lundi :

      17 ont été condamnées à une peine de prison ferme (en totalité ou partiellement assortie d’un sursis) ;
      5 à une peine de travail d’intérêt général ou une peine de prison assortie d’un sursis avec obligation d’accomplir un travail d’intérêt général ;
      9 à une peine de prison assortie du sursis ou d’un sursis avec mise à l’épreuve ;
      8 condamnations à des jours-amendes ou à une amende ;
      9 dossiers ont été renvoyés à une audience ultérieure ;
      6 personnes ont été relaxées.
      Parmi les personnes n’ayant pas été poursuivies en comparution immédiate, 7 ont comparu dans le cadre d’une procédure dite de « comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité ». Cent soixante se sont vu notifier un rappel à la loi, 40 se sont vu notifier une convocation devant le tribunal correctionnel (avec placement sous contrôle judiciaire), deux ont été mises en examen pour « destruction grave du bien d’autrui par un moyen dangereux et participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations », une pour « association de malfaiteurs en vue de commettre des délits, transport d’arme de catégorie D et détention d’engins incendiaires ou explosifs ».

  • Désactivation de Windows 10 Pro, la folie des bugs Windows continue
    https://www.crashdebug.fr/informatik/92-breves/15253-desactivation-de-windows-10-pro-la-folie-des-bugs-windows-continue

    Je n’ai jamais eu aussi peur de faire des mises à jour que depuis que j’ai Windows 10..... (Informations complémentaires) Heureusement on a des solutions pour vous....

    Après les événements récents qui ont causé successivement des disparitions de fichiers, des BSOD et des problèmes de décompression, il semble que la série noire continue pour Microsoft. Cette fois, ce sont des désactivations massives de licences Windows 10 Pro qui touchent d’après un fil Reddit de nombreux utilisateurs autour du globe. Windows semble soudain considérer la clef comme une clef de licence Windows Home.

    Résolution en cours

    Microsoft n’a pas tardé à réagir en lançant des investigations qui ont montré que ce problème touchait aussi Windows 10 Entreprise et situant le bug dans les serveurs d’activation de la (...)

    #En_vedette #Brèves... #Actualités_Informatiques

  • La nouvelle release 0.55 du navigateur Brave est 22% plus rapide
    https://www.crashdebug.fr/informatik/92-breves/15202-la-nouvelle-release-0-55-du-navigateur-brave-est-22-plus-rapide

    Personne n’aime les sites internet qui mettent des plombes à s’afficher aussi Brave qui intègre les fonctionnalités de Ghostery et Ad-Block, ainsi qu’une protection élevée de la vie privée est maintenant 22% plus rapide..., l’essayer c’est l’adopter.

    Brave, le navigateur soucieux de protéger votre vie privée, propose sa toute nouvelle version en téléchargement. Plusieurs améliorations ont été apportées au navigateur open source basé sur Chromium, qui promet un gain de rapidité de l’ordre de 22 % !

    Brave continue son chemin vers le 1.0 Pour ceux qui ne suivent pas le navigateur, rappelons que Brave est construit à partir Chromium, qui n’est rien d’autre que la base même de Google Chrome. Seulement, avant cette nouvelle mouture 0.55, Brave ne s’appuyait sur (...)

    #En_vedette #Brèves... #Actualités_Informatiques

  • Comment Google « oriente » sciemment les résultats de son moteur de recherche, la preuve en images….
    https://www.crashdebug.fr/informatik/92-breves/15145-comment-google-oriente-sciemment-les-resultats-de-son-moteur-de-rec

    Je viens de voire tomber les résultats de notre ami Google, et je ne suis pas étonné, mais par contre j’ai quelques infos a vous remonter, vous devez savoir que Google à quasiment le monopole de la recherche sur internet, aussi a combien évaluez vous le prix de pouvoir « orienter » ce que les gens pensent ? Je veux dire de pouvoir « orienter » l’information à laquelle ils on droit…. Oui vous l’avez compris cela n’a pas de prix, aussi on pensait que des sociétés comme Google avait une certaine « éthique » en matière de recherche, et bien absolument pas, il fonctionne au portefeuille, si vous payez assez cher vous serez en 1ere position du moteur de recherche, à contrario si vous ne diffusez pas la « doxa » officielle, il y a fort à parier que vous allez vous attirer les foudres du moteur de recherche, qui (...)

    #En_vedette #Brèves... #Actualités_Informatiques

  • #Brèves - Luuuuuttes
    http://labrique.net/index.php/breves/1018-breves-luuuuuttes

    http://labrique.net/images/numeros/numéro55/educs.jpg

    Les éducs’ dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours pour des milliers de gamin.es et de jeunes adultes en détresse. Rassemblements, manifs’, conférence de presse, la détermination est présente mais les deux plus petites assos’ risquent de disparaître et avec elle 15 salarié.es dont 8 éducateurs.trices. En cause, des financements en baisse de 13% depuis 2015, et une nouvelle baisse annoncée de 15% d’ici 2020. Décision finale du Conseil départemental le 18 (...)

    #En_vedette

  • Attention, la mise à jour de Windows 10 sème le chaos...
    https://www.crashdebug.fr/informatik/92-breves/14912-attention-la-mise-a-jour-de-windows-10-seme-le-chaos

    J’avais vue la nouvelle sur un site anglais The Register, aussi j’ai décliné l’offre de mise à jour de mon Windows 10, je trouve cela particulièrement grave car cette mise à jour est incompatible avec certains SSD, et pas n’importe lesquelles puisque l’ont parle de SSD Intel, les plus cher du marché, Et pourtant ils ont lancé les demandes de mise à jour sur les OS.... Aussi soyez prévenu, mieux vaux attendre mis Juin pour faire la bacule.

    La grosse update "April 2018" provoque la paralysie totale de certains ordinateurs... Les réparateurs sont dans le rush.

    Parfum de crise pour certains utilisateurs de PC sous Windows 10. Comme à son habitude, Microsoft a déployé, à partir de la fin avril, par vagues successives, sa grosse mise à jour semestrielle. Intitulée (...)

    #En_vedette #Brèves... #Actualités_Informatiques

  • Windows 10 Professionnel 64 bits pour 8€ !
    https://www.crashdebug.fr/informatik/92-breves/14788-windows-10-professionel-64-bits-pour-8

    Je suis passé depuis quelques mois à Windows 10 (en fait je n’ai pas eu vraiment le choix), et cela m’a couté près de 260€.... Aussi lorsque j’ai vue cet article de Clubic (tout ce qui à de plus sérieux) qui proposait des licenses pour 8€, j’ai foncé tête baissée, j’en ai acheté deux pour mes fistons, en prévision d’une nouvelle machine, le process de paiement c’est bien déroulé et j’ai eu mes clefs, je vous avoue qu’a l’instant T je ne les aient pas encore vérifiées, mais je suis assez confiant.

    Rendez vous donc sur ce SITE pour acheter votre license (faites attention il y a un extra de 5€ pour le support qui est coché par défaut)

    Vous recevrez ensuite un mail de confirmation avec une capture d’écran de la license, allez ensuite sur le site de Microsoft pour (...)

    #En_vedette #Brèves... #Actualités_Informatiques