• Covid-19 : l’Australie veut établir une « bulle de voyage » avec Singapour
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/03/14/covid-19-l-australie-veut-etablir-une-bulle-de-voyage-avec-singapour_6073066

    Covid-19 : l’Australie veut établir une « bulle de voyage » avec Singapour
    Le tourisme international, qui représentait 30 milliards d’euros par an pour l’économie australienne, a été réduit à néant par la crise sanitaire.
    L’Australie « travaille avec Singapour » à l’établissement d’une « bulle de voyage » entre les deux pays pour le mois de juillet, afin de relancer le secteur du tourisme, anéanti par l’épidémie de Covid-19. Le vice-premier ministre australien, Michael McCormack, a annoncé ce plan dimanche 14 mars à la télévision publique ABC : « Au fur et à mesure que le vaccin sera déployé, non seulement en Australie mais dans d’autres pays, nous rouvrirons davantage de bulles », a-t-il assuré.L’Australie avait fermé ses frontières dès le début de la pandémie afin d’empêcher toute flambée épidémique sur son territoire. Les personnes ne détenant pas la citoyenneté australienne ne pouvaient entrer dans le pays, sauf exception.
    L’accord devrait permettre aux Australiens et aux Singapouriens qui ont été vaccinés contre le Covid-19 de voyager entre les deux pays sans avoir à observer de quarantaine, selon The Sydney Morning Herald. Canberra espère que des visiteurs de pays tiers, voyageant pour les études ou les affaires, et des citoyens rentrant au pays puissent passer leurs deux semaines de quarantaine à Singapour avant de s’envoler vers l’Australie.
    De son côté, Singapour, qui a déjà ouvert sa frontière à quelques pays qui ont maîtrisé l’épidémie, y compris l’Australie, a confirmé être en « pourparlers avec l’Australie » à ce sujet ; la cité-Etat a tenu à préciser qu’elle n’était « pas en discussion [pour devenir] un centre de quarantaine ou un centre de vaccination ».L’Australie a déjà mis en place une « bulle de voyage » à sens unique avec la Nouvelle-Zélande, permettant aux Néo-Zélandais de se rendre en Australie sans quarantaine, même si ce programme a été suspendu à plusieurs reprises lors des résurgences épidémiques. Avant la pandémie, le tourisme international représentait environ 45 milliards de dollars australiens (30 milliards d’euros) par an pour l’économie australienne.

    #Covid-19#migrant#migration#australie#nouvellezelande#singapour#bullevoyage#sante#quarantaine#vaccination#tourisme#economie#frontiere#passeportvaccinal

  • Another lockdown was inevitable. We have to get this one right | Coronavirus | The Guardian
    http://www.theguardian.com/commentisfree/2021/jan/05/vaccines-pandemic-covid-variant-lockdown
    https://i.guim.co.uk/img/media/ccc68d13ed82ff7c64195eed215e9366e9c64871/0_137_4104_2462/master/4104.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    A third lockdown for England was inevitable. Pressure on the NHS is growing as it deals with new infections from a variant of the coronavirus that scientists estimate is 50-70% more transmissible. New infections continue to climb past 50,000 each day, and daily deaths are in the hundreds. A few weeks ago, many felt optimistic that vaccines could return England to normal by the spring. Instead, it seems we are entering a dangerous new chapter of this pandemic. It’s easy to feel frustrated by the government’s response to this pandemic, and wonder why it hasn’t acted sooner. Ministers wasted an opportunity to suppress the virus in the summer when cases were low, and instead chose to open up quickly and recklessly after the first national lockdown. The government subsidised people to eat out in restaurants and bars, and encouraged holidays abroad via “travel corridors” without any kind of testing or quarantine restrictions for when travellers returned. It was always likely that, if uncontrolled, the virus that causes Covid-19 would mutate. High prevalence created more opportunities for a variant to emerge that now appears to be spreading at a worrying pace.

    #Covid-19#migrant#migration#grandebretagne#sante#confinement#corridor#circulation#bullevoyage#test#quarantaine#virusmutant

  • Coronavirus: Singapore tightens travel rules for Hong Kong visitors amid surge in cases | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/asia/southeast-asia/article/3113668/coronavirus-singapore-tightens-travel-rules-hong-kong

    Singapore’s border controls for people coming in from Hong Kong will be revised given the “deteriorating” Covid-19 outbreak in the Chinese city, the Ministry of Health (MOH) said on Friday.Travellers who have been to Hong Kong in the last 14 days and are entering Singapore from next Monday will need to serve a two-week stay-home notice at dedicated facilities.
    From December 19, travellers from Hong Kong planning to enter Singapore must take a Covid-19 polymerase chain reaction (PCR) test within 72 hours before departure and present a valid negative test.
    The PCR test does not apply to Singapore citizens and permanent residents. The Civil Aviation Authority of Singapore (CAAS) announced earlier this month that the launch of the Singapore-Hong Kong air travel bubble has been delayed to next year, with the exact start date to be reviewed in late December, given the Covid-19 situation in Hong Kong.

    #Covid-19#migrant#migration#hongkong#chine#singapour#sante#test#voyageur#bullevoyage

  • Hong Kong reveals plans to step up border controls to shield city from Covid-19 rebound, as warning signs of new wave emerge among drivers | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/hong-kong/health-environment/article/3109334/hong-kong-step-covid-19-border-controls-city-put

    Hong Kong risks a winter surge of Covid-19 if it lets its guard down, Sophia Chan says. New Covid-19 measures:
    •Four regular testing centres to operate long-term, offering free service for those at high risk of infections, and paid screening for those requiring certification to travel, especially for Singapore-Hong Kong bubble
    •A virus notification app will be set up for users to record their travel history and notify them of exposure risks
    •A multi-pronged strategy will be adopted to close border loopholes for people exempted from quarantine, including a mandatory negative test for those from high-risk countries, and point-to-point pickups instead of public transport
    Hong Kong revealed plans to step up border controls against Covid-19 as possible new infections among taxi drivers emerged on Wednesday, sparking concerns that the next wave could be starting.Health minister Professor Sophia Chan Siu-chee moved to close quarantine loopholes to prevent another onslaught of cases during the winter flu season, saying the city had to remain vigilant.“If we let down our guard, a fourth wave can start anytime and can become more severe with the flu season in the autumn and winter,” the secretary for food and health said. “Externally [we must] guard our border well, and internally stop the spread.”

    #Covid-19#migrant#migration#hongkong#singapour#sante#mesuresanitaire#frontiere#grippe#bullevoyage#tracking#politiquesante

  • HK-Singapore ’travel bubble’ starts on November 22 - Asia Times
    https://asiatimes.com/2020/11/hk-singapore-travel-bubble-starts-on-november-22

    Hong Kong and Singapore will launch a “travel bubble” on November 22, their governments said Wednesday, in a rare piece of good news for the pandemic-battered airline and tourism industries.A quota of 200 residents from each city will be able to travel on one daily flight to the other, Hong Kong commerce minister Edward Yau told a press conference.Only those who have been in Hong Kong or Singapore for two weeks and tested negative for the coronavirus will be allowed to board, he added.The corridor offers a glimpse into how places with less severe outbreaks might be able to safely restart some travel.Passengers arriving in Hong Kong will have to test negative again at the airport to avoid quarantine, while those arriving in Singapore will have to download a contact-tracing app.
    Those hoping to get on a plane in Hong Kong will have to stump up about HK$1,500 (US$190) for a test at a government-approved laboratory or hospital.In Singapore, a test will set you back about Sg$200 ($150).

    #Covid-19#migrant#migration#hongkong#singapour#sante#bullevoyage#frontiere#test#tracking#tourisme#economie

  • HK offers low-cost tests for ‘travel bubble’ plan - Asia Times
    https://asiatimes.com/2020/11/hk-offers-low-cost-tests-for-travel-bubble-plan

    HK offers low-cost tests for ‘travel bubble’ plan. Hong Kong is planning four test centers and to partner with private laboratories to offer low-cost coronavirus tests to those going to visit Singapore in the proposed “travel bubble” scheme.The centers will start operating in mid-November and provide tests at HK$240 (US$30.95) per person, the government said.
    The centers will collect combined nasal and throat swabs and test for Covid-19 to serve general community uses such as cross-boundary travel but not for medical diagnosis and treatment.They aim to serve all asymptomatic individuals, including Hong Kong residents and non-residents, who are over six years old and suitable for testing.

    #Covid-19#migrant#migration#hongkong#bullevoyage#testlowcost#resident#nonresident#economiesante

  • Covid-19 : comment les pays d’Asie ont réussi à laisser la pandémie à leurs portes
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/11/06/comment-les-pays-d-asie-ont-reussi-a-laisser-la-pandemie-de-covid-19-a-leurs

    Après avoir mis en place, à partir de mars ou avril, des protocoles sécurisés et des restrictions à l’entrée sur leur territoire, principalement au moyen de quatorzaines systématiques, les principaux pays d’Asie du Nord-Est et du Sud-Est, de la Chine (4 739 morts) au Vietnam (35 morts) et à la Thaïlande (59 morts), en passant par Taïwan (7 morts), la Corée du Sud (475) et le Japon (1 799) ont remarquablement maîtrisé l’épidémie au printemps et n’ont pas connu de vague secondaire, ou l’ont jugulée assez rapidement. Ces pays ont choisi de ne pas baisser la garde cet été, et ce jusqu’à aujourd’hui, malgré quelques aménagements, tout comme la Nouvelle-Zélande (25 morts) et l’Australie (907) même si ces derniers ont dû reconfiner.
    Ces politiques se sont avérées un pari gagnant : si les flux de touristes et d’hommes d’affaires se sont taris dans tous ces pays, elles ont permis de continuer de faire fonctionner à un régime soutenu les économies – les commerces, les restaurants, les établissements sportifs ou culturels – mais aussi l’emploi dans les usines. Trois d’entre eux, la Chine, Taïwan et le Vietnam, ont même vu leurs exportations bondir de 6 % à 11 % au troisième trimestre par rapport à celui de l’année précédente, quand le Covid-19 était inexistant, signe qu’ils ont gagné en parts de marché tandis que l’Inde concurrente était frappée de plein fouet par le virus. Tous trois devraient éviter une récession.
    Désormais, plusieurs de ces pays prévoient des « bulles de voyage » les uns avec les autres avec des protocoles allégés – comme entre Hongkong et Singapour d’ici fin novembre en principe, sans quatorzaine. La Chine et la Thaïlande travaillent à un accord en ce sens pour janvier. Les Australiens ont allégé leurs restrictions pour les Néo-Zélandais – mais pas l’inverse. La première ministre néo-zélandaise, tout juste réélue, Jacinda Ardern, a prévenu ses concitoyens qu’elle ne tenait à prendre aucun risque pour les vacances de l’été austral « et que le pays va continuer avec les restrictions en place aux frontières ». Certes longtemps retardés, ces dispositifs devraient soulager certains secteurs économiques.
    Confronté à une pénurie de main-d’œuvre dans l’agriculture et les services sociaux, Taïwan vient de mettre en place des aides pour subventionner le séjour de quatorzaine pour des travailleurs étrangers – en général du Vietnam, des Philippines et d’Indonésie – tout en sécurisant dans des centres spécialisés leur quatorzaine. Le contraste est saisissant avec la France et plus généralement l’Europe. Alors qu’une quatorzaine obligatoire aux entrées dans les aéroports hexagonaux a un temps été évoquée à l’approche du déconfinement en France, il n’en fut finalement rien : les Français et les étrangers munis de visa longue durée ou de carte de séjour, dont l’entrée sur le territoire a toujours été autorisée, n’ont cessé de revenir par charters, ou vols commerciaux, directement ou via des capitales européennes, pour certains de territoires où l’épidémie explosait comme les Etats-Unis, le Brésil ou l’Inde. Nombre d’entre eux étaient atterrés à leur arrivée en France du manque de mesures strictes de suivi sanitaire – en dehors d’une attestation sur l’honneur d’absence de symptômes rarement relevée.

    #Covid-19#migrant#migration#asie#europe#sante#frontiere#test#quarantaine#bullevoyage#economie#politiquesanitaire

    • Dans ces pays d’Asie parfois insulaires, tous dotés de frontières physiques à la différence de l’Europe de la libre circulation, la fermeture des frontières consécutive a l’épidémie de Covid-19 a parfois viré à l’excès de zèle. Le Japon a ainsi attendu l’été pour permettre à ses résidents étrangers ayant quitté le pays d’y revenir, un acte hautement discriminatoire pour une démocratie. L’Australie a interdit à ses propres nationaux de sortir du pays. Très peu d’entre eux restent ouverts aux touristes : la Thaïlande, par exemple, a accepté, de manière expérimentale, l’arrivée de touristes chinois sous quarantaine. Et Hongkong, uniquement pour les Chinois n’ayant pas été récemment à l’étranger – et avec quatorzaine.

      Choix de gouvernance

      Ayant tous mis en place au printemps des quatorzaines strictes aux frontières nationales – et dans le cas de la Chine et de l’Australie, entre des régions – ces pays ont pu dès lors mesurer la brèche potentielle que constituaient les mouvements de personnes une fois l’épidémie maîtrisée – et alors qu’elle commençait à ravager le reste du monde. A Taïwan, sur 568 cas de contamination identifiés depuis le début de la pandémie, 476 sont « importés » c’est-à-dire qu’ils se sont déclarés en quarantaine, et malgré des tests Covid-19 négatifs à l’arrivée des personnes. Ainsi le 3 novembre, parmi quatre nouveaux cas identifiés après leur retour récent, on compte un Taïwanais revenu de France, un autre du Royaume-uni et un autre d’Allemagne – tous âgés de moins de 30 ans.

      En Thaïlande, les autorités ont découvert de nouveaux cas à la suite d’une résurgence du Covid-19 dans la Birmanie voisine, attribués aux passages illégaux de frontière. Hongkong (106 morts) fait régulièrement face à des cas importés : trois des six contaminations récentes venaient ainsi du Royaume-Uni. Face au rebond épidémique européen, Hongkong a renforcé les exigences de test pour les passagers en provenance de ces régions.

      Le recours à ces quarantaines ne tient pas à quelque trait « confucéen » pour les régions sous influence culturelle chinoise, ou à une quelconque « discipline collective » qui serait propre aux sociétés asiatiques : il découle de choix de gouvernance, encadrés par des mesures adaptées. A Taïwan, les personnes en quarantaine et n’ayant pas de symptômes peuvent s’isoler à domicile – avec un contrôle quotidien au téléphone, une localisation GPS et de très lourdes amendes pour les contrevenants.

      « On rejoint son lieu de quarantaine avec son véhicule individuel ou en prenant un taxi spécial, désinfecté, il est interdit de prendre les transports en commun », note le Français Pierre-Yves Baubry, du bureau d’information du gouvernement de Taïwan. « Les quatorzaines ont clairement joué un rôle tampon qui a évité toute reprise épidémique », poursuit-il. Plusieurs cas de violation de ces règles ont défrayé la chronique et été dûment punis. A Hongkong, les personnes de retour de l’étranger peuvent aussi s’isoler chez elles – avec un bracelet électronique. La Nouvelle-Zélande a mis en place un système de « managed isolation » (isolement adapté) qui permet des allègements des conditions selon la situation du voyageur.

      Obligations bien moins coûteuses

      Rétrospectivement, ces obligations de confinement individualisé apparaissent aujourd’hui bien moins coûteuses ou attentatoires aux libertés que des confinements généralisés et à répétition. Un juste milieu, en Europe, aurait consisté en des quarantaines plus courtes, assorties d’un suivi par des tests intermédiaires.

      Selon Fang Chi-Tai, professeur de santé publique à l’Université nationale de Taïwan, ces quatorzaines aux frontières n’ont de sens « que lorsque l’épidémie est maîtrisée, c’est-à-dire quand le taux de reproduction du Covid-19, soit le nombre de nouvelles contaminations par personne positive, est inférieur à un. Pour en arriver là, il faut tester en masse et établir des mesures strictes de distanciation sociale ». Ce qui fut le cas en France, au sortir du premier confinement.

      Parmi les pays asiatiques, la Corée du Sud fait partie de ceux qui ont dû subir une deuxième vague – en plein mois d’août, à la suite des déplacements estivaux et des rassemblements, notamment d’évangéliques – mais alors qu’aucune entrée sur le territoire n’était autorisée sans quarantaine, puisque celle-ci avait été imposée le 1er avril.

      Le pays recourt depuis aux recettes qui lui avaient permis de juguler la première vague : la mobilisation massive d’équipes de traceurs – dont un très grand nombre avait été recruté et formé durant la première vague –, l’accès à des données électroniques capables de compléter les informations transmises par les personnes positives interrogées (caméras de surveillance, suivi des achats de carte de crédit et applications spécialisées) et des tests massifs. Tout cas contact est bien sûr astreint à une quatorzaine. Il a fallu un mois à la courbe pour redescendre d’environ 441 cas de contamination quotidiens fin août, à une petite centaine en moyenne aujourd’hui.

      #agents_de_santé #traceurs

  • Hong Kong pushes health code to open up travel - Asia Times
    https://asiatimes.com/2020/10/hong-kong-pushes-health-code-to-open-up-travel

    The Hong Kong government is pushing hard for the launch of a health code system that will let people travel in the Greater Bay Area without being quarantined. Chief Executive Carrie Lam told local newspapers she had explained to the central government that it was hard for Hong Kong to have zero local cases though the city had been successful in identifying imported cases. Whenever Hong Kong managed to control its epidemic, it could reopen its border with mainland China under certain conditions, which include the launch of a health code system, the use of negative test certificates and a cap on the number of travellers, Lam said.
    If Hong Kong could reopen its border with Guangdong, it would not be far to resume travel between the territory and Macau, she said, adding that she was closely monitoring the number of local infections every day.According to the mainland’s standard, a low-risk region refers to a province or city that has not recorded any local case for 14 consecutive days. A single case can make a place become a medium-risk region. The Center for Health Protection said Monday that a total of 15 cases were recorded, including 14 imported cases and one local infection, within the 24 hours on Sunday. The local case could be linked to previous cases. It was the third day Hong Kong has recorded no local infection with no known source. Between Friday and Saturday, 21 cases were identified, comprising 19 imported cases and two local cases with known sources.
    Three in four Hong Kong people hoped that they could be allowed to visit Macau and mainland China freely with a health code system as early as possible, according to a survey conducted by Youth Vision, a pro-Beijing activist group, which interviewed 1,780 people between October 8 and 12 over the Internet.Ben Chan, an advisor of Youth Vision and a lawmaker of the Democratic Alliance for the Betterment of Hong Kong, said people who had to travel between Hong Kong and mainland due to medical or family reasons had been seriously affected by the border closure this year. Chan urged the Hong Kong government to speed up its discussions with the central government about the launch of a health code system for the Greater Bay Area region. Chan also said it would be more urgent to reopen Hong Kong’s border with Macau, rather than forming a “travel bubble” with Singapore, as many Hong Kong people’s relatives were living in the nearby special administrative region.According to the Hong Kong Tourism Board, the number of visitors to Hong Kong amounted to 9,132 in September, down 99.7% from the same period last year. Last week, the Hong Kong government announced that Singapore and the territory had agreed to set up an “air travel bubble” that would allow people to travel between the two places with negative test certificates. Meanwhile, Sophia Chan, the Secretary for Food and Health, said in a radio program on Sunday that the government was seeking legal advice about requiring those who have mild illness symptoms to have mandatory virus tests.

    #Covid-19#migrant#migration#singapour#chine#macau#frontiere#sante#circulation#bullevoyage#codesante#casimporte