• Bienvenue dans le monde merveilleux du prospectus publicitaire - Basta !
    https://www.bastamag.net/Bienvenue-dans-le-monde

    Pour appâter le client à domicile, les mastodontes de la grande distribution – Carrefour en tête avec 30 % des prospectus diffusés en France – sous-traitent la distribution des prospectus à Adrexo, qui emploie une armée de 23 000 colporteurs payés au Smic. En cumulant les effectifs des deux grandes entreprises du secteur, Adrexo et Mediapost (filiale privée du groupe La Poste), le nombre de distributeurs de prospectus s’élève à 36 500. Une « grande famille » où chacun « profite d’une adaptabilité et d’une flexibilité sans égal » en « organisant soi-même son temps de travail », peut-on lire sur le blog des ressources humaines d’Adrexo, intitulé « La vie en violet ».

    Chez Adrexo, « le capital humain est plus important que tout ». Mais sur le parking des entrepôts, on rencontre des retraités qui « complètent leur trop petite retraite », des femmes à huit mois de grossesse qui chargent des kilos de prospectus pour pouvoir « toucher leur congé maternité », des étudiants qui bossent pour « payer leur loyer »… Un « capital humain » majoritairement composé de pauvres, de précaires, d’étrangers, d’allocataires des minimas sociaux, de jeunes en réinsertion, de retraités, de galériens en tout genre et autres naufragés du marché du travail.

    Chez Adrexo, le salaire moyen est de 400 euros pour une bonne soixantaine d’heures de travail mensuelles. L’entreprise envoie des contrôleurs qui vérifient que les paquets de pub n’ont pas été jetés dans des bennes ou dans la rivière la plus proche. « C’est notre fonctionnement : si une boîte aux lettres figurant sur la feuille de route n’a pas de pub, c’est le risque de se faire licencier immédiatement. C’est un moyen de pression quotidien, particulièrement sur les gens qui osent se plaindre du fonctionnement salarial », confie l’adjoint du chef de centre. Ambiance.

    Dérogation au droit du travail

    « Ça », c’est ce que les managers appellent la « préquantification du temps de travail ». En clair : c’est l’employeur qui quantifie en amont le temps de travail nécessaire à l’exécution d’une mission, sans possibilité pour le salarié de déclarer des heures supplémentaires si le temps de travail prévu ne correspond pas à la réalité. Adrexo et Mediapost disposent pour cela d’une dérogation au code du travail, validée par deux décrets ministériels. Elle a été intégrée dans la première convention collective du secteur, signée en 2004 après plus de huit ans de négociation entre le Syndicat patronal de la distribution directe (SDD) et les cinq syndicats représentatifs, à l’époque, des salariés (CGT, CFTC, CGC, FO, CFDT). Des syndicats qui n’apposeraient peut-être plus leurs signatures aujourd’hui.

    Mais des fois, t’y croit pas à une telle infatuation de patrons sans vergogne

    Un métier où les gens sont payés pour faire du sport : c’est la vision qu’a défendue le patron d’Adrexo, Frédéric Pons, dans une interview donnée à l’hebdomadaire Marianne : « Le conditionnement puis la livraison de prospectus sont un exercice un peu physique pour cette main-d’œuvre vieillissante, mais, honnêtement, j’estime qu’Adrexo rend service à ces gens : grâce à ce boulot, ils se maintiennent en forme et économisent un abonnement au Gymnase Club. Rémunérés pour faire du sport : il n’y a pas de quoi crier au servage », avait alors déclaré Frédéric Pons [4].

    #Droit_travail #Travail #Prospectus #Bullshit_jobs #Cynisme


  • David Graeber : « De plus en plus de personnes estiment que leur boulot ne devrait pas exister » - Libération
    http://www.liberation.fr/debats/2018/09/15/david-graeber-de-plus-en-plus-de-personnes-estiment-que-leur-boulot-ne-de

    L’anthropologue et économiste américain constate la prolifération de « bullshit jobs », des emplois très bien payés mais parfaitement inutiles. Pour changer le système, il invite à revoir le sens que nous donnons collectivement au travail.

    Être payé à ne rien faire, est-ce bien sérieux dans un monde capitaliste en quête infinie de profits  ? Oui, répond contre toute attente l’économiste et anthropologue américain David Græber. Anarchiste, prof à la London School of Economics, il fut une grande figure d’Occupy Wall Street après la crise économique de 2008, autour du slogan « Nous sommes les 99 % ».

    Dix ans plus tard, il poursuit le combat intellectuel contre le capitalisme. On le savait inégalitaire, aliénant, anti-écologie. Græber ajoute qu’il est aussi inefficace. La preuve, ce sont les « bullshit jobs », des emplois parfaitement inutiles et très coûteux qui prolifèrent dans tous les secteurs de notre économie. « Un job à la con est une forme d’emploi rémunéré qui est tellement inutile, superflue ou néfaste que même le salarié ne parvient pas à justifier son existence, bien qu’il se sente obligé, pour honorer les termes de son contrat de faire croire qu’il n’en est rien », explique David Græber dans l’essai Bullshit Jobs, dont la traduction française vient de sortir (Les liens qui libèrent, 25 euros).

    Plus que la rigueur de l’argumentation, fondée sur des témoignages de personnes déjà sensibles à ses thèses, c’est la puissance de l’intuition qui frappe, jusqu’à cette conclusion : le capitalisme n’a plus grand-chose qui permette de le justifier, il est temps d’inventer un autre modèle et une autre conception du travail.

    Vous avez été un leader d’Occupy Wall Street, qui fut pour vous une révolte de la « caring class », c’est-à-dire des travailleurs du « care » (1), après la crise financière de 2008. Quel lien faites-vous entre les bullshit jobs  et cette lutte ? A-t-elle porté ses fruits ?

    Il y a en ce moment une #grève des infirmières en Nouvelle-Zélande, l’an dernier c’était au Royaume-Uni ; les profs aussi ont fait grève aux Etats-Unis et dans les facs anglaises ; les auxiliaires de vie pour personnes âgées en France… Ces métiers très divers ont en commun d’être de plus en plus pollués par tout un tas de tâches administratives imposées par leurs hiérarchies et qui les détournent de leur fonction première de soigner, d’éduquer… Ma conviction est que ces mouvements vont bien au-delà de revendications sur les salaires.

    Est-ce tellement nouveau ?

    La #financiarisation du monde, devenue le principal moteur du capitalisme, s’étend désormais à tout. Avec ses objectifs chiffrés, ses tableaux de bord, cette vision comptable a déteint partout. La société numérique a encore accéléré le mouvement avec son obsession de la notation permanente et instantanée. Là où les naïfs croyaient qu’elle simplifierait les choses, réduirait les circuits de décision et les hiérarchies, c’est l’inverse qui se passe. Je le constate dans mon métier d’enseignant  : il faut en permanence remplir des formulaires pour débloquer la moindre décision, cocher des cases. C’est pour gérer toute cette masse d’informations que le personnel administratif a énormément augmenté. Le modèle du privé, avec son obsession du management, s’est imposé jusque dans le secteur public  : un président d’université veut ses conseillers, ses assistants, comme un patron du CAC 40. On embauche donc des gens inutiles payés pour organiser et contrôler des tâches qui ne servent à rien et emmerdent tout le monde.

    Pourquoi faites-vous un parallèle entre la prolétarisation de ces travailleurs du care et la sphère financière. En quoi sont-ils connectés ?

    Tout ou presque désormais est traduit en chiffres et aboutit à cette « bullshitisation » de pans entiers d’activités et de métiers dont les gens se sentent dépossédés. Là où l’on devrait se recentrer sur l’humain, on « procédurise », on comptabilise, on formate en permanence afin de nous faire rentrer dans des cases.

    Peut-on en dire autant des métiers industriels  ?

    Plus vous êtes dans la production, la matière, plus le recours aux technologies d’automatisation comme la robotique boostent la productivité et moins vous avez besoin de main-d’œuvre, surtout pour les tâches les moins qualifiées. A l’inverse, dans la santé, l’éducation, cette productivité décroît en dépit de cette profusion de bureautique et de logiciels. La technologie était censée réduire la bureaucratie et l’on voit au contraire qu’elle se nourrit de ce passage au numérique pour toujours s’étendre. Si tout doit être documenté, monitoré, tracé, vous avez besoin de toujours plus de petites mains pour traduire des expériences qualitatives en tableaux quantitatifs. L’intelligence artificielle est la nouvelle avant-garde de cette bureaucratie digitale. Comme la productivité ne progresse plus, les salaires stagnent ou baissent, les métiers sont de moins en moins valorisés. C’est un cercle vicieux, d’où ces grèves qui disent l’effondrement de l’estime de soi, comme une cicatrice balafrant notre âme collective.

    Puisque des métiers utiles ­connaissent une « bullshitisation », ne faudrait-il pas parler de « tâches à la con » plutôt que de « jobs à la con »  ?

    Évidemment, on peut encore aimer son boulot en cherchant à éviter des tâches inutiles qui le polluent. Mais j’ai choisi ce terme générique de « jobs à la con » parce que de plus en plus de gens disent que leur vie professionnelle est intégralement dédiée à ces tâches inutiles et que, si l’on supprimait leur emploi, cela ne changerait rien. Ce n’est donc pas seulement la manière d’exercer son travail qui est inutile, c’est souvent le boulot lui-même qui l’est, quand il n’est pas en plus nuisible, comme me l’ont dit nombre d’avocats d’affaires et de cadres intermédiaires qui passent leur vie à gratter du papier et bureaucratiser leurs équipes comme on l’exige d’eux. Le fait que de plus en plus de gens reconnaissent que leur boulot ne devrait tout simplement pas exister, ça, c’est nouveau  ! Quand j’ai écrit mon premier article sur ce sujet en 2013, un institut de sondage britannique a testé mon hypothèse. A la question « Votre travail apporte-t-il quoi que ce soit d’important au monde  ? », plus du tiers des personnes interrogées (37 %) ont dit être convaincues que ce n’était pas le cas, le double de ce à quoi je m’attendais. Le fait de poser la question a ouvert la boîte de Pandore.

    Politiquement, quel lien faites-vous entre les 40 % de personnes ayant un bullshit job, et le slogan d’Occupy, « Nous sommes les 99% »  ?

    La « bullshitisation » tient beaucoup à la mentalité de la classe dirigeante – les 1 % – qui a besoin de cette base de « larbins » pour se sentir importante, comme dans la féodalité médiévale. Leur motivation n’est pas économique. Cette classe a compris que pour préserver sa fortune et son pouvoir, une population heureuse, productive et jouissant de son temps libre constitue un danger mortel. Ces 1 % qui contrôlent le système sont ceux qui financent les campagnes politiques aux Etats-Unis  : 98 % des dons viennent de ces 1 %, la corruption du système politique est le moteur de leur accumulation de capital. C’est un résultat inévitable de l’économie du ruissellement. Comme il y a une pression du politique pour créer plus d’emplois, leur réponse est  : on va s’en occuper en multipliant les bullshit jobs. Plutôt que de redistribuer les richesses en stimulant la demande comme le défend la gauche depuis Keynes, on fait vivoter tous ces larbins en les maintenant dans la dépendance à ces jobs à la con.

    Tous vos livres sont basés sur des raisonnements contre-intuitifs, que ce soit pour expliquer le gonflement des dettes, la bureaucratisation du capitalisme ou ce « brejnevisme » des jobs de merde comme vous l’appelez dans un clin d’œil au socialisme soviétique finissant. N’est-ce pas là tout ce qu’abhorre le capitalisme, qui a toujours mis en avant son efficacité  ?

    Les défenseurs du #capitalisme disent que, certes, il crée des inégalités, de la misère et de l’aliénation mais qu’au moins, il est efficace. Les bullshit jobs montent que ce n’est pas le cas  ! Le problème pour ces 1 %, c’est qu’il faut bien occuper toutes ces masses et les bullshit jobs maintiennent la cohésion « brejnevienne », permettent de le faire perdurer sans remettre en cause leur pouvoir et leur accaparement des richesses. La financiarisation leur permet toujours de trouver de quoi s’enrichir comme lorsqu’il s’agit d’endetter des pauvres pour qu’ils se payent un logement dont on sait dès le départ qu’ils ne pourront jamais le rembourser. Cela n’a pas empêché les grandes banques d’affaires d’être renflouées après la crise financière alors que ces citoyens ordinaires ont été expropriés. Le capitalisme n’est pas ce que la plupart des gens croient, c’est un outil de domination qui vise avant tout à préserver le pouvoir de ces 1 %.

    Paradoxalement, vous semblez plus critique envers les démocrates, que vous accusez de collusion avec l’establishment financier, qu’envers les républicains…

    Je suis anarchiste, contre la classe politique en général. Mais je me dois d’essayer de comprendre ce qui se passe. Quand Trump a été élu, j’ai été tenté d’écrire une lettre ouverte aux leaders libéraux pour leur dire  : « Nous avons tenté de vous avertir avec Occupy  ! Nous savions que tout le monde pensait que vous étiez corrompus. Vous avez voulu croire que ce que vous faisiez était légal, que c’était bon, mais personne d’autre que vous ne pense cela  ! » Nous avons essayé d’orienter la rébellion dans un sens positif et ils ont envoyé la police. Je vois Occupy comme la première vague de négociation sur le démantèlement de l’empire américain. Et clairement, Trump est la deuxième, il le fait ! #Occupy était un moment initial lancé par le mouvement socialiste libertarien toujours présent. Mais regardez les sondages outre-Atlantique  : une majorité des 18-30 ans se considère anticapitalistes. Quand cela est-il arrivé auparavant  ? Jamais  ! Les gens ont dit qu’Occupy avait échoué… ­Allons…

    Ces bullshit jobs vont-ils disparaître grâce aux algorithmes et nous permettre de ne travailler que trois à quatre heures par jour comme vous dites que le progrès permettrait de le faire depuis longtemps ?

    Non, car les algorithmes créent des bullshit jobs ! Au XXe siècle, les gens se sont inquiétés d’un chômage de masse lié au progrès technique, y compris Keynes, qui parlait de chômage technologique. Je pense que c’est vrai, mais qu’on y a répondu par la création de jobs imaginaires pour garder les gens occupés. Dans la mesure où la technologie peut progresser et supprimer des emplois utiles, de deux choses, l’une : soit on crée des jobs à la con pour les occuper, soit on redistribue le travail nécessaire, celui du care, que nous ne voulons pas voir effectué par les machines, pour que les gens travaillent moins et profitent plus de la vie. C’est l’autre limite à la thèse de l’efficacité capitaliste : pendant des centaines d’années, les gens ont travaillé dur parce qu’ils imaginaient un monde où leurs descendants n’auraient pas besoin de faire comme eux. Et maintenant que nous arrivons au point où c’est possible, on entend : oh non, les robots vont nous prendre notre travail ! Ça n’a pas de sens.

    Pourquoi le care est-il si important pour changer le système  ?

    Dans le livre, je raconte la grève des employés du métro londonien, quand on se demandait si ce n’était pas un bullshit job qui pourrait être remplacé par des machines. Ils ont répondu avec un texte qui disait en substance  : « Remplacez-nous par des machines, mais nous espérons que votre enfant ne se perdra pas, qu’aucun passager saoul ne vous importunera, que vous n’aurez pas besoin d’information, etc. » Qui veut d’un robot pour prendre soin de son enfant égaré  ? Personne  !

    Comment faire  ?

    L’analyse du travail à l’ère industrielle s’est trop concentrée sur l’usine, alors que beaucoup de travailleurs exerçaient un travail en lien avec le care. Je pense qu’il faut d’abord prendre le care comme paradigme, lire l’ensemble du travail à travers cette question. Car même lorsque vous fabriquez une voiture, c’est parce que vous voulez aider les gens, leur permettre de se déplacer. Plutôt que de se concentrer sur la production de biens et leur ­consommation, qui suggèrent que le vrai travail est productif, il faut partir du principe que l’essentiel de ce à quoi nous nous consacrons est l’entretien des choses  : on fabrique une seule fois une tasse, mais nous la lavons des milliers de fois.

    Qu’en est-il des enjeux écologiques  ?

    Ils sont plus faciles à intégrer dans cette logique du care. On prend soin les uns des autres, mais aussi de la nature, des animaux. Je n’aime pas la notion de décroissance, qui est négative, mais en un sens, cela y correspond, car il faut sortir de cette conception d’une valeur qui devrait toujours croître. C’est drôle, car l’idée de la croissance est inspirée de la nature, mais en réalité ce qui grandit finit par mourir. C’est une métaphore bizarre pour défendre l’idée d’une croissance infinie.

    La mobilisation pour le climat est-elle pour vous le commencement d’une lutte anticapitaliste  ?

    Ce qui me dérange, c’est qu’au moment où le capitalisme semble vraiment vulnérable pour la première fois depuis une éternité, des intellectuels de gauche essaient de le sauver. Quelqu’un comme Thomas Piketty dit aujourd’hui en substance  : « Je ne veux pas abolir le capitalisme, je veux l’améliorer. » Pourtant, s’il avait été là dans les années 60, à l’époque où le système n’était aucunement menacé et où il n’y avait rien à faire, il se serait forcément dit anticapitaliste.

    Contre les bullshit jobs, vous expliquez votre intérêt pour le revenu universel. L’Etat-providence a-t-il donc un nouveau rôle à jouer  ?

    Je suis anarchiste et contre l’Etat, mais sans rejeter l’ensemble de ses services comme la sécurité sociale. Mais on pourrait imaginer que ces fonctions utiles soient assurées par d’autres entités. Je suis en revanche contre la bureaucratie en tant que forme de violence coercitive. Le revenu universel est un moyen pour créer un revenu inconditionnel, qui réduira l’Etat et notamment ces services détestables qui décident si vous élevez vos enfants correctement, si vous cherchez assez activement du travail… Tout ce qui crée de la souffrance et n’apporte pas grand-chose à ceux qui se comportent comme on leur ­demande.

    D’où provient notre conception du travail comme un élément central de l’existence, une souffrance nécessaire  ?

    Dans l’Antiquité, il y a l’idée que le travail est mauvais, que c’est pour les femmes et les esclaves. Mais les « anciens » n’aimaient pas l’oisiveté non plus, au sens où l’homme doit être occupé. Je suis un élève de Marshall Sahlins, qui a produit une critique de l’économie en mettant en évidence ses racines théologiques. Si vous regardez le mythe de Prométhée, la Bible et le récit de la chute du paradis, il apparaît que le travail est l’imitation de Dieu, à la fois en tant que créateur, et en tant que l’on subit la punition pour lui avoir désobéi. Il y a donc la double idée que le travail est productif, créatif et en même temps misérable. Je pense que cette conception du travail s’est imposée à l’époque médiévale, lorsque le travail rémunéré était un passage obligé vers l’âge adulte. Tout le monde, y compris les nobles, devait jusqu’à son mariage travailler pour quelqu’un d’autre. Les gens attendaient pour prendre leur place dans la société. Cette idée de travailler sous l’autorité d’un autre pour devenir un adulte se jouait à l’échelle de la vie, de serviteur à maître. Aujourd’hui, cela se joue entre le lieu de travail et le lieu privé. Vous faites la même transition chaque jour, vous vous placez sous l’autorité de quelqu’un toute votre vie, pour pouvoir être libre chaque soir et chaque week-end.
    (1) L’éthique du care consiste à donner de l’importance à la relation à l’autre, au soin apporté à autrui.

    Cinq nuances de « bullshit jobs »

    David Græber a forgé le concept de bullshit jobs dans un article écrit en 2013 pour la revue britannique Strike  ! Le texte a suscité des milliers de réactions, que Græber analyse dans son livre  : il a sélectionné 124 discussions trouvées sur des sites qui avaient diffusé son article et 250 témoignages reçus par mail. Il en a tiré cinq catégories de jobs à la con.

    Le larbin a pour rôle de donner à quelqu’un l’impression d’être important, comme un poste de secrétaire dans une entreprise qui ne reçoit que deux coups de fil par jour mais qui ne serait pas sérieuse si elle n’avait pas de secrétaire. Si vous êtes porte-flingue, vous poussez les gens à acheter des choses dont ils n’ont pas besoin  : vous êtes donc publicitaire ou télévendeur. Tout aussi inutile, le rafistoleur règle des problèmes (toujours les mêmes), qui ne se poseraient pas si l’on se contentait de changer un peu l’organisation de l’entreprise. A ne pas confondre avec le cocheur de cases, qui mesure, évalue, enquête pour aboutir à des analyses que personne n’utilisera jamais, comme lorsque vous remplissez des formulaires pour dire à votre boss que vous avez rempli vos objectifs. Enfin, les petits chefs donnent des ordres et font des plannings, mais n’en foutent pas une.
    Christophe Alix , Thibaut Sardier

    #graeber #care #travail #économie #Etat #bullshit_jobs



  • #bullshit_job : Les cinq grandes familles de «jobs à la con» Quentin Périnel - 1 Aout 2018 - Le Figaro
    http://www.lefigaro.fr/decideurs/vie-bureau/2018/09/01/33008-20180901ARTFIG00020-les-cinq-grandes-familles-de-jobs-a-la-con.php

    Dans un livre qui paraît en cette rentrée, l’anthropologue américain #David_Graeber étaie la notion de « bullshit job » qui l’a fait connaître en 2013. Un regard critique et cynique sur la vie de bureau contemporaine.

    Lorsqu’un article fait autant de bruit dans le monde entier, c’est forcément que son auteur a visé juste. Lorsque l’anthropologue américain et militant anarchiste David Graeber - qui a animé en mars dernier une grande et passionnante conférence au Collège de France https://www.college-de-france.fr/site/evenements-culturels/Grande-conference-David-Graeber-version-originale.htm - publie, en 2013, un article intitulé « Le phénomène des jobs à la con » dans le magazine Strike !, il ne s’attendait pas à provoquer un tel émoi : des dizaines de reprises médiatiques, des traductions dans toutes les langues du monde... « Bullshit Job » : un emploi rémunéré qui est si totalement inutile, superflu ou néfaste que même le salarié ne parvient pas à justifier son existence. Telle est sa définition du concept.

    Cinq années plus tard, le chercheur américain a étayé encore davantage sa réflexion, et publie un livre - traduit aux éditions Les liens qui libèrent - qui porte le nom du phénomène. « À tous ceux qui préfèrent être utiles à quelque chose », écrit-il en première page en guise de dédicace. Dans son essai d’environ 400 pages, l’auteur dresse notamment une typologie desdits « #jobs_à_la_con », qu’il classe en cinq grandes familles représentatives, selon lui, du monde du #travail contemporain.

    • Les larbins. Les jobs de #larbins, explique-t-il, sont ceux qui ont pour seul but - ou comme but essentiel - de permettre à quelqu’un d’autre de paraître ou de se sentir important. En bref : d’aider quelqu’un à briller et à le tirer vers le haut tout en restant dans l’ombre. « Oui, il existe encore des boulots de domestiques à l’ancienne, de type féodal, soutient David Graeber. À travers l’Histoire, les riches et les puissants ont eu tendance à s’entourer de serviteurs, de clients, de #flagorneurs et autres #laquais. » Exemple ? Jack explique qu’il était démarcheur téléphonique chargé de vendre des actions à des clients, de la part d’un courtier. « L’idée était que, aux yeux du client potentiel, le courtier aurait l’air plus compétent et plus professionnel si l’on sous-entendait qu’il était trop occupé à faire du fric pour pouvoir passer les coups de fil lui-même, précise-t-il. Mon poste n’avait donc strictement aucune utilité, si ce n’est de faire croire à mon supérieur immédiat qu’il était un gros bonnet et d’en convaincre les autres. »

    • Les porte-flingue. Naturellement, le terme n’est pas à prendre au premier degré. Il s’agit d’une appellation métaphorique pour désigner ceux dont le travail a été créé par d’autres et comporte une composante agressive. « Un pays n’a besoin d’une armée que parce que les autres pays en ont une », explique Graeber. Un exemple qui vaut aussi, selon lui, pour les #lobbyistes, les #experts en relations publiques, les #télévendeurs ou les #avocats_d_affaires. « L’université d’Oxford a-t-elle réellement besoin d’employer une douzaine d’experts en #relations_publiques, au bas mot, pour convaincre le monde de son excellence ?, questionne-t-il. Il me semble au contraire qu’il faudrait au moins autant d’attachés de presse et des années d’efforts pour détruire sa réputation d’excellence, et je me demande même s’ils y parviendraient. »

    • Les rafistoleurs. Ou bricoleurs professionnels. Qui sont les #rafistoleurs ? Ceux dont le job n’a d’autre raison d’être que les pépins ou anomalies qui enrayent une organisation : ils sont là pour régler des problèmes qui ne devraient pas exister. Le terme est notamment employé dans l’industrie du logiciel, mais il peut être d’application plus générale. « Les premiers exemples de rafistoleurs auxquels on pense, ce sont des subalternes dont le boulot est de réparer les dégâts causés par des #supérieurs_hiérarchiques négligents ou incompétents », lit-on dans le livre Bullshit Jobs. « Une fois, j’ai travaillé dans une PME comme « testeuse », témoigne une employée. J’étais chargée de relire et corriger les rapports écrits par leur chercheur/statisticien star. »

    • Les cocheurs de case. Pour qu’une organisation puisse exister et que tout le monde sache qu’elle existe, il faut des #cocheurs_de_case. Il s’agit d’employés dont la seule principale raison d’agir est de permettre à une organisation de prétendre faire quelque chose qu’en réalité elle ne fait pas. Voilà une bonne définition de la réunionnite : des réunions sans cesse, pour le principe, et sans intérêt apparent ni aucune décision de prise. Graeber explique que dans la majorité des cas, les cocheurs de case sont tout à fait conscients que leur job n’aide en rien la réalisation du but affiché. Pire encore : il lui nuit, puisqu’il détourne du temps et des ressources. « L’essentiel de mon travail consistait à interviewer les résidents afin de noter leurs préférences personnelles dans un formulaire « loisirs », explique ainsi Betsy, qui était chargée de coordonner les activités de détente dans une maison de repos. (...) Les résidents savaient très bien que c’était du pipeau et que personne ne se souciait de leurs préférences. » Le temps que Betsy passait à remplir ces formulaires était précisément du temps qu’elle ne passait pas à les divertir !

    * • Les petits chefs. *C’est peut-être le profil le plus connu... et le plus haï aussi. Les petits-chefs se divisent en deux sous-catégories. Ceux du premier type n’ont qu’une fonction : assigner ou déléguer des tâches à d’autres. Ils peuvent être considérés comme le reflet inversé des larbins : ils sont tout aussi superflus, mais au lieu d’être les subordonnés, ce sont les supérieurs. Si cette première catégorie est inutile, la seconde est nuisible : il s’agit des petits chefs dont l’essentiel du travail consiste à créer des #tâches_inutiles qu’ils confient à leurs subalternes, ou même de créer de toutes pièces des « jobs à la con. » « Il est très difficile de recueillir des témoignages de petits chefs », observe Graeber. Logique : il est difficile d’admettre être chef et d’avoir un job inutile. « J’ai dix personnes qui travaillent pour moi, mais pour autant que je puisse en juger, toutes sont capables de faire le boulot sans qu’on les surveille, constate Ben, manager intermédiaire dans une entreprise. Mon seul rôle, c’est de leur distribuer les tâches - notez que ceux qui conçoivent ces tâches pourraient parfaitement les leur confier directement. » Ben va même encore plus loin dans sa lucidité quant à son travail : « J’ajoute que bien souvent, les tâches en question sont produites par des managers qui ont eux-mêmes des jobs à la con ; du coup, j’ai un job à la con à double-titre. »

    #entreprise #management #hiérarchie


  • Bullshit jobs and the yoke of managerial feudalism - Open Future
    https://www.economist.com/open-future/2018/06/29/bullshit-jobs-and-the-yoke-of-managerial-feudalism

    For everybody else, unless you get very lucky, your choices are largely limited to two options. You can get a basically bullshit job, which will pay the rent but leave you wracked with the guilty feeling that you are being forced, against your will, to be a fraud and a parasite. Or, you can get a helpful, useful job taking care of people, making or moving or maintaining things that people want or need - but then, likely you will be paid so little you won’t be able to take care of your own family.

    #bullshit_jobs


  • Etats-Unis : la police utilise un Taser contre une femme de 87 ans, qui tenait un couteau pour cueillir des pissenlits
    Mis à jour le 17/08/2018
    https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/etats-unis-la-police-utilise-un-taser-contre-une-femme-de-87-ans-qui-te

    « Si trois policiers n’arrivent pas à gérer une femme de 87 ans, ils devraient peut-être penser à rendre leur insigne. » Le petit-neveu d’une octogénaire de l’Etat américain de Géorgie s’est insurgé après que la police a utilisé un pistolet à impulsion électrique pour maîtriser sa grand-tante, vendredi 10 août, rapporte la chaîne NBC (en anglais). La police de la ville de Chatsworth, elle, assure avoir « suivi les protocoles en vigueur ».
    (...)
    Selon des membres de sa famille cités par NBC, Martha Al-Bishara a passé deux heures en cellule avant d’être relâchée. « Elle a du mal à dormir et elle est stressée », déplore son arrière-petite-fille.

    #violences_policières #USA



  • The Bullshit Web
    https://pxlnv.com/blog/bullshit-web

    My home computer in 1998 had a 56K modem connected to our telephone line; we were allowed a maximum of thirty minutes of computer usage a day, because my parents — quite reasonably — did not want to have their telephone shut off for an evening at a time. I remember webpages loading slowly: ten to twenty seconds for a basic news article.

    At the time, a few of my friends were getting cable internet. It was remarkable seeing the same pages load in just a few seconds, and I remember thinking about the kinds of the possibilities that would open up as the web kept getting faster.

    And faster it got, of course. When I moved into my own apartment several years ago, I got to pick my plan and chose a massive fifty megabit per second broadband connection, which I have since upgraded.

    So, with an internet connection faster than I could have thought possible in the late 1990s, what’s the score now? A story at the Hill took over nine seconds to load; at Politico, seventeen seconds; at CNN, over thirty seconds. This is the bullshit web.

    #Internet #Web #bullshit #économie_de_l'attention #bande_passante

    • Je blackliste quelques fermes à scripts ou à pub sur le routeur. Cela accélère sensiblement, ou alors ça casse... Mais je le sais immédiatement...


  • Russian agents allegedly used Bitcoin to fund the DNC hack - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/the-download/611648/russian-agents-allegedly-used-bitcoin-to-fund-the-dnc-hack

    Among the many new details in today’s indictment (PDF) of 12 Russian intelligence officers for cyberattacks meant to interfere with the US presidential election in 2016, one in particular should stand out to techies: the defendants allegedly used Bitcoin to fund the operation.

    A web of dark money: According to the US Department of Justice’s indictment, the defendants “conspired to launder” more than $95,000 “through a web of transactions structured to capitalize on the perceived anonymity of cryptocurrencies such as Bitcoin.” They allegedly mined coins and acquired them “through a variety of means to obscure the origin of the funds,” which were used to finance cyberattacks against Democratic party officials, members of Hillary Clinton’s campaign, and others.

    Cat and mouse: Though the indictment says they used hundreds of different e-mail accounts with fake names to handle Bitcoin payments and cover their tracks, investigators linked messages from “several dedicated email accounts” to corresponding transactions on the Bitcoin blockchain. According to the indictment, the defendants also sometimes facilitated Bitcoin payments on the same computers they used to “conduct their hacking activity.”

    The takeaway: If you weren’t convinced that cryptocurrencies are a magnet for would-be money launderers, this should help. Beyond that, though: Bitcoin is not anonymous! Using clues from outside the internet, which the Mueller team clearly had, it’s quite possible to follow the money on the blockchain and root out individuals behind the transactions (see “Criminals thought Bitcoin was a perfect hiding place, but they thought wrong”).

    #Bitcoin #Argent_sale #Cybersécurité


  • LesInrocks - Un texte -inédit de Jakuta Alikavazovic : “Brève histoire du BS”
    https://www.lesinrocks.com/2018/05/23/livres/un-texte-inedit-de-jakuta-alikavazovic-breve-histoire-du-bs-111085788

    Le BS, c’est, dit à l’américaine, le “bullshit”, qui fait florès dans la sphère publique ces temps-ci. L’auteure de Corps volatils ou du récent L’Avancée de la nuit retrace la généalogie du terme, en remontant jusqu’au grand… T. S. Eliot.

    #Bullshit #Post_truth #Fake_news


  • “What do you think Marshall McLuhan would have said about ebooks?How do they change the message of books?” | Edge.org
    https://www.edge.org/conversation/eva_wisten-what-do-you-think-marshall-mcluhan-would-have-said-about-ebookshow-

    Nicholas G. Carr (Author, Utopia is Creepy) :
    McLuhan pointed out the initial content of a new medium is the old medium it replaces, and we seem to be in that phase with ebooks—the content of today’s ebooks is print books. What that also means is that we don’t yet know what an ebook really is, because it has yet to take its true shape. But there is an important hint: we can see in the web itself what a computerized, networked, screen medium looks like, and that’s likely to be a closer model for the ultimate form of an ebook than an old printed book is. So if a printed book served as, to borrow Robert Frost’s phrase, “a momentary stay against confusion,” an ebook will likely serve as a further indulgence in confusion. (And I mean “confusion” in all its meanings: a mingling together, a jumble, bafflement.)

    #Edition #E_books

    • La devise du site « Edge » :

      To arrive at the edge of the world’s knowledge, seek out the most complex and sophisticated minds, put them in a room together, and have them ask each other the questions they are asking themselves.

      Plus prétentieux que ça, tu meurs !

      #marketing #bullshit


  • ICOs: bullshitting on steroids
    https://hackernoon.com/icos-bullshitting-on-steroids-7b8ce32bce96?source=rss----3a8144eabfe3---

    Chamath Palihapitiya from Social Capital is, for me at least, the most influential innovator in the VC world. He’s also a very candid person. During his interview at Stanford, he delivered an impressive review of the startup world: “…Everybody is bullshitting. That’s what it means… If anybody looks at you and tells you they know what the fuck they’re doing, they’re lying”.Even more impressively, he builds his argument on the data analysis declaring that only 2% of the Valley investors in the biggest companies since the 1970s’ overlapped. That means that no investor has found a magic formula on how to allocate capital properly and how to pick the winner. It’s just a guessing game for the high net worth individuals. I’ve seen another analysis that says that 92% of startups fail within 3 years…Last (...)

    #bullshitting-on-steroids #bitcoin #blockchain #ico-review #ico


  • How to successfully launch your #startup?
    https://hackernoon.com/how-to-successfully-launch-your-startup-df88ef9c80ad?source=rss----3a814

    It’s great that now you have the product ready to be given in the hands of the consumer and launch your startup.The idea seems good but it ain’t easy ensuring that the company would be successful in long run. You have to very cautious at first and take one step at a time.Create free online booking system for your startupAs a new business in the corner, you will be competing with well-established brands having loyal customers built over a period of time and an endless budget to spend on marketing and advertisement.Branding is the very first step you need keep on the track that differentiates most of the successful startups and ones that fail within a year.Let’s deep dive more into this and help you build your brand:Do a market researchBefore you start, you need to do proper research of the (...)

    #online-presence #market-research #roadmaps #customer


  • Bullshit Job? Don’t Zone Out, Go Rogue
    https://hackernoon.com/bullshit-job-dont-zone-out-go-rogue-81e8b6c74862?source=rss----3a8144eab

    Anthropologist and activist David Graeber is getting a lot of mileage out of his study of ‘bullshit #jobs’. First, the viral essay in 2013 that said in no uncertain terms what everyone was already thinking, subject of guerrilla poster campaigns and follow-up think pieces ever since. And now a full-blown book, released this month, it too getting its fair share of press.I was excited to read Bullshit Jobs: A Theory, but also dreading it. Little gets my blood pressure up more than reading about society’s gross misallocation of resources, so deeply embedded in our culture from the education system onwards. Sure enough, it’s a blistering, infuriating read. At times it’s an almost fatal blackpill; Graeber makes it seem like there’s no way out of the predicament of pointless job proliferation, and (...)

    #economics #work #david-graeber #bullshit-jobs


  • These University of Washington professors are teaching a course on #bullshit
    https://www.recode.net/2017/2/19/14660236/big-data-bullshit-college-course-university-washington

    Two University of Washington professors are teaching a course to help students “think critically about the data and models that constitute #evidence in the social and natural #sciences,” according to the introduction to the course.

    The 160-seat seminar, titled “Calling Bullshit in the Age of Big Data,” begins in late March and continues for roughly 10 weeks. Members of the general public can follow the course syllabus, including readings and recordings of lectures, at the course’s website.

    http://callingbullshit.org/syllabus.html#Big

    #foutaises


  • À la faveur d’une réunion à laquelle je dois me rendre dans une aile de mon bureau dans laquelle je ne m’étais encore jamais allé, je découvre un atelier de créa, entendre un atelier de création, et, profitant que la porte est entrouverte, je jette un œil. Où je constate une pièce très étrange, ce sont les mêmes sous-plafonds et faux-planchers et la même moquette que dans les autres open spaces, en revanche le mobilier diffère entièrement et ressemble à s’y méprendre à celui des chambres factices dans les salles de démonstration de ces entreprises de mobilier à monter soi-même. Il y a notamment tout un coin garni de poufs, des tables hautes et des tables basses, des couleurs vives et répartis sur toutes sortes de tables, des pots remplis à craquer de feutres de couleurs, et, carrément, des pinceaux, des ciseaux, des rouleaux de feuille de couleur différentes, un massicot, des martyres pour couper au cutter, autant de choses qui pour le coup rappellerait plutôt le décor d’une école maternelle ou élémentaire, mais avec du mobilier qui serait à la taille des adultes. Et tandis que je passe cette tête curieuse, je suis hélé par une jeune femme qui ressemblerait plutôt à une illustratrice telle qu’elle serait représentée dans un magazine de droite, donc très propre sur elle, mais tout de même habillée de façon savamment négligée, surtout par rapport à mes collègues féminines d’open space, et qui me demande si je viens pour l’atelier de création, ce à quoi je tente de la détromper en lui disant que pas du tout et que je suis plutôt un ingénieur informatique qui se rend à une réunion dans laquelle il risque de repartir avec des sujets, elle me répond qu’au contraire, je ne dois pas avoir des a priori et que nous avons tous une part créative en nous. Ce qui me fait sourire. Évidemment.

    N’empêche je m’interroge à propos de l’avalanche de présupposés de cette situation. L’incongru d’une salle de création dans une entreprise spécialisée dans l’informatique bancaire. Son aménagement en un atelier très propre sur soi et aux couleurs vives et aux formes infantilisantes. Et naturellement sur le fait que cette jeune femme pense devoir combattre chez moi un a priori que ce qui se passe dans un tel atelier n’est pas sérieux, que la création n’est pas chose sérieuse. Et cette jeune femme qui enchaîne un peu les poncifs sur le thème de nous sommes tous des artistes, et si elle-même en est une, ce qu’elle semble laisser entendre, qu’est-ce qu’elle fait exactement dans les locaux de la Très Grande entreprise qui m’emploie ?

    Et si moi-même, je suis, comme il m’arrive de le dire, un artiste, qu’est-ce que je fais dans les locaux de la Très Grande Entreprise et ses ateliers de créa ?

    La jeune femme enchaîne, je dois laisser mes a priori de côté. Et je dois résister, par tous les moyens de lui révéler qui je suis vraiment, je veux dire dans d’autres cadres que celui de la Très Grande Entreprise, et que, par ailleurs, je suis un ancien étudiant des Arts Déco, parce que justement si on savait une telle chose à mon propos (et cela filtre malgré tout), on se demanderait bien comment il se fait que d’une part je sois dans le sein même de la Très Grande Entreprise et qu’elles seraient les mesures les plus appropriés qui soient pour me raccompagner vers la porte et m’expulser tel un corps étranger. Ce que je suis.

    Oui, tout cela je me le demande bien.

    De même je me demande bien ce qu’il se passe dans la tête des personnes qui sont à l’origine de ce concept de salle de créa, récréative j’imagine, au sein de la Très Grande Entreprise ? Et je m’effraie finalement que de telles inversions du sens deviennent la norme et la règle au point qu’il devient très difficile de rétablir un peu de sens à tout cela et qu’en exagérant à peine, il se passe de drôles de choses pendant la fin du monde, #pendant_qu’il_est_trop_tard.

    Revenant à mon bureau, à mon poste, devant mon ordinateur dit personnel, je décide de prendre cela en note, à la fois la surprise visuelle de cet atelier de création, son incongruité et les allers-retours un peu fous et affolés de présupposés qu’il génère. Pendant qu’il est trop tard. J’y reviendrai (comme écrirait @tintin)


  • Les astronomes sont furieux : une boule à facettes suspendue dans l’espace ! - 26/01/2018 - ladepeche.fr
    https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/26/2729783-astronomes-sont-furieux-boule-facettes-suspendue-espace.html

    La communauté internationale des astronomes est furieuse ! Ce mercredi 24 janvier, la société aérospatiale privée Rocket Lab a profité du premier tir de son lanceur chargé de trois satellites pour placer en orbite « Humanity star », une fausse étoile qui deviendra l’un des objets les plus lumineux du ciel. L’éclat de cet objet d’environ un mètre de diamètre seulement devrait être obtenu grâce à ses 65 panneaux réfléchissants, à une rotation permanente de la boule sur elle-même et enfin à sa position dans le ciel, à une altitude de 500 km.


  • Colgate Smart Electronic Toothbrush E1 with Artificial Intelligence uses ResearchKit, is Apple store exclusive
    http://appleinsider.com/articles/18/01/09/colgate-smart-electronic-toothbrush-e1-with-artificial-intelligence-us

    Designed with the help of dentists, the Colgate Smart Electronic Toothbrush E1 features real-time sensors and artificial intelligence algorithms to detect brushing effectiveness in 16 zones of the mouth.

    The Colgate Connect app is integrated with Apple ResearchKit, and connects to an iPhone or iPad with Bluetooth. It features a 3D brushing coach to create a custom oral care routine for the user while encouraging better brushing habits.

    “Connected health devices like the new Colgate Smart Electronic Toothbrush provide a valuable opportunity to enable people to monitor their health and wellness,” said Colgate-Palmolive Chief Technology Officer Dr. Patricia Verduin. “Using Apple ResearchKit to expand the boundaries of oral care is a testament to Colgate’s drive to create innovative solutions that help people take better care of themselves.”

    The Colgate Smart Electronic Toothbrush will be available for Recommended Retail Price $99.95 USD beginning January 9 in the US exclusively at Apple.com and in select Apple Stores.

    The toothbrush itself was designed by Kolibree, the same company that debuted the Magic Toothbrush on Monday that uses augmented reality to gamify children’s oral hygiene.

    #Intelligence_artificielle #Bullshit #Brosse_à_dent


  • RGDP : entreprises cherchent DPO désespérément
    https://www.silicon.fr/rgpd-entreprises-recherchent-dpo-191547.html

    Profil du DPO idéal

    « Idéalement, le spécialiste RGPD, le CIL (correspondant informatique et libertés) actuel, futur DPO, est un juriste spécialisé dans les technologies de l’information et de communication (TIC), souligne le cabinet de recrutement. « Inversement, il peut être un spécialiste du traitement technique des données avec une connaissance approfondie des lois et règlements en vigueur. » Mais ces profils sont « pour le moment encore peu nombreux », ajoute-t-il.

    Faute de disposer de telles compétences en interne, 19% des dirigeants et responsables SI interrogés jugent nécessaire le recrutement d’un DPO au sein de leur entreprise. Il sont plus nombreux encore (35%) à considérer l’embauche d’un gestionnaire de projet disposant « d’une vision claire des processus et d’aptitudes à la communication ». Ce profil doit être « capable de traduire les exigences techniques dans la langue de la société » qui l’emploie.
    Compétences techniques et soft skills

    En plus de définir le profil du DPO idéal, le cabinet Robert Half s’est intéressé aux savoir-faire et savoir-être (ou soft-skills) les plus recherchés par les entreprises.

    Pour une application « à long terme » du nouveau règlement européen, les capacités d’analyse (pour 52% des répondants), le respect de la mise en conformité (45%) et les compétences en gestion de projet sont les savoir-faire les plus demandés par les organisations. La cybersécurité et le sens des affaires suivent (20% respectivement).

    En ce qui concerne les soft skills (compétences relationnelles), la réflexion stratégique (37%) devance les capacités de communication (36%) et l’esprit d’initiative (35%). La créativité (26%) et le sens du détail (21%) arrivent ensuite.

    #RGPD #Qualification #DPO #Savoir-être #Soft_skills


  • Le ridicule.... « Manifeste pour un nouveau média citoyen » publié derrière un mur d’argent sur le média citoyen et combattant : Le Monde.

    La liste hétéroclite des signataires est affligeante et discrédites ceux qui ne l’étaient pas encore.

    Voir Philippe Poutou participer à un appel citoyenniste aux cotés d’Arnaud Montebourg, Noël Mamère, Eva Joly, Pierre Joxe, Aurélie Filippetti, Karl Zéro, Jack Dion etc. ça fait bien rire.

    Aux dernières nouvelles Philippe Poutou revendiquait, lors de sa participation à l’élection présidentielle, représenter (sic) des mouvements anarchistes présents au sein du NPA.

    Cécile Amar, Christian Audouin, Laurent Baffie, Josiane Balasko, Blick Bassy, Marie-George Buffet, Bernard Cassen, Judith Chemla, Sophia Chikirou, Antoine Comte, Jean-Pierre Darroussin, Antoine Deltour, Jack Dion, Aurélie Filippetti, Bruno Gaccio, Raquel Garrido, Frédéric Gros, Robert Guédiguian, Thomas Guénolé, Janette Habel, Cédric Herrou, Eva Joly, Pierre Joxe, Jul, Juliette, Aude Lancelin, Dany Lang, L.EJ., Philippe Lioret, Noël Mamère, Jean Massiet, Guillaume Meurice, Gérard Miller, Giovanni Mirabassi, Tania de Montaigne, Arnaud Montebourg, Gérard Mordillat, François Morel, Patrick Pelloux, Edouard Perrin, Philippe Poutou, Adrien Quatennens, François Ruffin, Bruno Solo, Jean Teulé, Usul, Jacques Weber, Martin Winckler, Karl Zéro

    Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyens peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre.

    Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances industrielles ou financières. Economie sociale et solidaire, écologie, humanitaire, progrès scientifique ou avancées technologiques – des millions de gens mettent désormais leurs moyens et leur volonté au service de projets alternatifs. Par leur succès et leur envergure, ces projets prouvent une chose simple : il est possible de faire autrement et dès maintenant.

    Aussi, à l’image de ces citoyens qui se sont, par exemple, organisés pour produire et commercialiser des aliments biologiques dans le respect de l’environnement, de la santé publique et de la dignité des producteurs, nous, signataires de ce manifeste, considérons qu’il est possible d’intervenir dans le domaine de l’information et de la culture.
    Des objectifs clairs

    C’est pourquoi, nous appelons à soutenir la création d’un nouveau média fondamentalement alternatif par sa gouvernance, son modèle économique et son fonctionnement. Généraliste, diffusé gratuitement sur Internet, audiovisuel et écrit, ses objectifs devront être clairs :

    – Ce média, coopératif, sera indépendant : sa gouvernance impliquera ses sociétaires, ses salarié(e)s et ses « bénéficiaires ».

    – Ce média sera collaboratif : s’appuyant sur un réseau de correspondants, d’associations, d’ONG, d’autres médias citoyens déjà actifs, il fera appel aux collaborations citoyennes.

    – Ce média sera pluraliste : s’affranchissant de la dictature de l’urgence, il laissera sa place à la confrontation des idées et aux débats de fond.

    – Ce média sera culturel et francophone : sans se limiter au seul hexagone, il contribuera...

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/09/25/manifeste-pour-un-media-citoyen_5190821_3232.html

    Pendant ce temps je continue à lire @cqfd @le_postillon , @rebellyon @paris Le Monde Libertaire, Alternative Libertaire, etc. et les suggestions de @rezo et de @seenthis :-)


  • Pourquoi des bac+5 quittent leur “métier à la con” pour conduire un food truck - Sortir - Télérama.fr
    http://www.telerama.fr/sortir/pourquoi-des-bac5-quittent-leur-metier-a-la-con-pour-conduire-un-food-truck
    Bien sûr, personne pour s’inquiéter de l’impact de cette nouvelle concurrence déloyale (meilleur capital culturel et surtout financier) sur les travailleurs déjà en place qui vont probablement se retrouver encore plus disqualifiés qu’avant.

    Dans le livre, j’évoque le cas d’un néo-épicier parti d’une grande banque, qui m’a expliqué que son nouveau métier consistait à entreposer des produits, à les emballer pour ses clients et à voir ces derniers repartir avec le sourire avant de les consommer. Il pouvait visualiser sa contribution à l’économie, la dessiner, et cette simple possibilité avait pour lui un aspect très rassurant, car cela n’a rien d’évident quand on évolue par exemple dans le marketing digital bancaire. On parle d’une génération qui n’a connu que la société postindustrielle, c’est à dire concrètement des jobs dans le cadre desquels les bons élèves ne manipulent que des informations et ne travaillent que derrière un ordinateur. Ces métiers sont ennuyeux, désincarnés et paraissent vains.

    #bullshit_jobs


  • Petit article puant d’un collectif de journalistes du « M... » qui se nomment présomptueusement les « décodeurs ». On ne retiendra que certaines infographies (car celle qui montre la répartition de l’usage des eaux prélevées est un gros #enfumage) qui seront utiles pour « décoder » cet état de sécheresse récurrent qui affecte l’ouest de l’Europe depuis plusieurs décennies. Le reste c’est de la #bullshit.

    27 départements en état de crise : comprendre la sécheresse qui touche la France
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/07/25/27-departements-en-etat-de-crise-comprendre-la-secheresse-qui-touche-la-fran

    Et si les arrêtés préfectoraux interdisent aux particuliers d’arroser leur jardin, de remplir leur piscine ou de laver leur voiture, le plus efficace serait en réalité de leur demander de se laver moins et de réduire le débit de leur chasse d’eau. En effet, même s’il existe des disparités, le Français moyen consacre près de 60 % de l’eau qu’il consomme pour des usages sanitaires, contre seulement 7 % pour boire et préparer ses repas.

    #sécheresse #climat #eau (ressource en)

    Petite illustration sur le propos de l’article : sur le terrain que je loue, je dispose d’un puits. Lorsque j’ai soulevé la dalle en avril dernier, j’ai pu constater que le niveau de l’eau y était aussi bas qu’en septembre 2016. Pas besoin d’être « décodeur » pour analyser une situation qui empire d’année en année.


  • Was läuft ǀ Greinende Götter — der Freitag
    https://www.freitag.de/autoren/sarah-khan/greinende-goetter

    Pastor Streges Lichtbildvortrag konfrontierte uns kleine Geschöpfe mit den Kinderbibel-Illustrationen des niederländischen Malers Kees de Kort. Seine bunten, großflächigen Bibelszenen zeigten Menschen, die sich allesamt ähnelten und deren jeweilige Gefühlslagen schnell zu erfassen waren. Die für Kees de Kort so typischen Figuren trugen bunten Kaftan, Sandalen und oft Bart. Jesus war sofort identifizierbar, von seinem Gesicht ging eine leicht verblödete Freude aus, und die Augen waren immer ein wenig größer als bei anderen. Das Beeindruckendste aber war, dass Pastor Strege mit der Projektor-Fernbedienung den dramatischen Ablauf der Geschichte anhalten konnte, damit wir jede einzelne Handlungsstufe in Ruhe besprachen. Mit einer großen Portion Fassungslosigkeit und einem Nachrichtenreporterton in der Stimme wiederholte er die Geschehnisse, als müsse er sich selbst etwas laut erklären, um es zu begreifen.

    „Dirk, wie hieß der Engel?“ – „Erzengel?“ – „Ja, der Erzengel! Aber woher kam der, der Erzengel, Meike?“ – „Aus dem Himmel?“ – „Ja, Meike. Aus dem Himmel kam der. Aber Amir, wer schickte den Erzengel?“ – „Gott?“ – „Richtig, Gott! Und was machte der Mann in der Ecke, ist der lustig oder traurig, oder ist der vielleicht krank? Zorana?“ – „Traurig ist der! Weil er blind ist!“ – „Richtig, Zorana. Der ist ja blind, und deshalb so traurig.“

    #religion #wtf #bullshit #medias


  • Trump revealed highly classified information to Russian foreign minister and ambassador - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/world/national-security/trump-revealed-highly-classified-information-to-russian-foreign-minister-and-ambassador/2017/05/15/530c172a-3960-11e7-9e48-c4f199710b69_story.html?tid=a_breakingnews

    President Trump revealed highly classified information to the Russian foreign minister and ambassador in a White House meeting last week, according to current and former U.S. officials, who said Trump’s disclosures jeopardized a critical source of intelligence on the Islamic State.

    The information the president relayed had been provided by a U.S. partner through an intelligence-sharing arrangement considered so sensitive that details have been withheld from allies and tightly restricted even within the U.S. government, officials said.

    The partner had not given the United States permission to share the material with Russia, and officials said Trump’s decision to do so endangers cooperation from an ally that has access to the inner workings of the Islamic State. After Trump’s meeting, senior White House officials took steps to contain the damage, placing calls to the CIA and the National Security Agency.

    This is code-word information,” said a U.S. official familiar with the matter, using terminology that refers to one of the highest classification levels used by American spy agencies. Trump “revealed more information to the Russian ambassador than we have shared with our own allies.

    • Foreign Policy - Situation Report
      http://link.foreignpolicy.com/view/52543e66c16bcfa46f6ced165qajs.2583/74c45049

      Top administration is denying the reports. Or at least is denying something. National Security Advisor Lt. Gen. H.R. McMaster delivered a quick statement Monday saying, “I was in the room — it didn’t happen.” He added, “at no time — at no time — were intelligence sources or methods discussed, and the president did not disclose any military operations that were not already publicly known.” Secretary of State Rex Tillerson issued a similar statement. Problem is, none of the stories claimed that sources and methods were exposed.

      And then on Tuesday morning, Trump dive-bombed McMaster’s statement that “it didn’t happen,” when he took to Twitter to confirm that in fact he did share classified information with the Russians via Twitter. Trump said he has the “absolute right” to share with top Russian officials information about an Islamic State threat. McMaster is slated to brief the press in the White House Briefing Room this afternoon.

      As the New York Times said, “according to the officials, Mr. Trump discussed the contents of the intelligence, not the sources and methods used to collect it. The concern is that knowledge of the information about the Islamic State plot could allow the Russians to figure out the sources and methods.” One current administration official told the paper that Trump “shared granular details of the intelligence with the Russians. Among the details the president shared was the city in Syria where the ally picked up information about the plot, though Mr. Trump is not believed to have disclosed that the intelligence came from a Middle Eastern ally or precisely how it was gathered.

    • Après la crise, le chaos
      http://theconversation.com/apres-la-crise-le-chaos-77839

      L’atmosphère était devenue irrespirable quand Donald Trump a sifflé la fin de la récré par deux tweets, comme il en a le secret : à la surprise générale, il a tout revendiqué et absolument tout assumé :

      « Oui, comme Président j’ai partagé des informations avec la Russie, ce que j’ai absolument le droit de faire, pour des questions touchant au terrorisme et à la sécurité aérienne. C’était nécessaire pour des raisons humanitaires et pour permettre une plus grande coopération avec les Russes dans la lutte contre Daech. »

    • U.S. officials: Israel provided secret intelligence that Trump leaked to Russia - U.S. News - Haaretz.com
      http://www.haaretz.com/us-news/1.789647

      The New York Times report said Israeli officials refused to confirm that Israel was the source of the information. But BuzzFeed News quoted two Israeli intelligence officials as saying that Israel had shared information with the United States on an Islamic State plan to sneak explosive-laden laptops onto planes. The New York Times’ report that the U.S. president had shared Israeli intelligence with Russia was Israel’s “worst fears confirmed,” one of the officers was quoted as saying.

    • The Angry Arab News Service/وكالة أنباء العربي الغاضب: So the ally is #Israel (about the ISIS plot)
      http://angryarab.blogspot.com/2017/05/so-ally-is-israel-about-isis-plot.html

      Is there any dirty scheme in which Israel is not involved? So the sources of intelligence about ISIS is now Israel?  The country which enjoys excellent relations with both ISIS and Al-Qa`idah in Syria?  Let me guess: it also is the source of information on all matters Syrian for the US government.