• La France médaille de bronze aux JO des dividendes versés | Humanite
    http://www.humanite.fr/social-eco/la-france-medaille-de-bronze-aux-jo-des-dividendes-559849
    http://www.humanite.fr/sites/default/files/imagecache/largeur_max_175/vignettes/dividendesinfographie.jpg

    « Tu vois, le monde se divise en deux catégories : il y a ceux qui ont le pistolet chargé et ceux qui creusent.  » La réplique culte du film le Bon, la Brute et le Truand définit parfaitement l’année qui vient de s’écouler. D’un côté les records de chômage et de l’autre ceux des dividendes. Selon l’Indice Henderson Global Dividend, les sociétés mondiales cotées ont gavé leurs actionnaires de 1 003 milliards de dollars, 731 milliards d’euros, l’an dernier. C’est la toute première fois que les dividendes versés franchissent la barre des 1 000. Au cours des cinq dernières années, la croissance annuelle moyenne des dividendes a été de 9,4 %. Tant et si bien qu’entre 2009 et 2013 les revenus du capital ont gonflé de 43 %, avec une hausse de 310 milliards de dollars.

    Avec une explosion de 49 % en cinq ans, les États-Unis représentent à eux seuls un tiers du gâteau mondial, avec 301,9 milliards de dollars, loin devant le Royaume-Uni dont les dividendes se sont accrus de 39 % depuis 2009.

    Avec 50,5 milliards de dollars, soit environ 36,8 milliards d’euros, la France est le troisième pays du monde dans la course au podium pour les versements de dividendes. Un niveau qui reste néanmoins inférieur aux 51 milliards de dollars versés aux actionnaires des sociétés hexagonales en 2009 et aux 58 milliards de dollars distribués en 2011. Dans l’ensemble de l’Europe, hors Royaume-Uni, en pleine crise de la zone euro, les dividendes versés ont atteint 199,8 milliards d’euros, contre 185,4 milliards en 2009, soit une hausse de 7,8 % en cinq ans. Les pays émergents représentent la troisième grande zone géographique pour les dividendes, avec une progression spectaculaire de 109 % depuis 2009.

    En augmentation de 76 % – pour un montant de plus de 160 milliards d’euros –, c’est évidemment le secteur financier qui fournit près d’un quart du gâteau mondial (24 %). Juste devant le secteur pétrolier, qui constitue l’un des piliers de la distribution de dividendes sur le plan mondial. Sur 7 dollars de dividendes versés en 2013, le secteur pétrolier en a versé 1. À l’instar de Total qui s’affiche comme la société française la plus généreuse en termes de dividendes. Dans le classement mondial, le groupe pétrolier arrive en quatorzième position.

    #économie
    #profits
    #cac-40
    #dividendes
    #entreprises

  • Les sociétés du CAC 40 restent au chaud dans les paradis fiscaux - regards.fr
    http://www.regards.fr/web/les-societes-du-cac-40-toujours-au,7493

    Une récente étude de Projet, éminente revue d’études sociales des Jésuites, et un nouveau manifeste sur l’Europe par un collectif d’économistes et de politologues français dont Thomas Piketty, Pierre Rosanvallon ou Xavier Timbeau relancent utilement les propositions d’action contre les paradis fiscaux.
    Toujours pas de transparence

    Les conclusions de l’étude de la revue Projet sur la présence des entreprises du CAC 40 dans les paradis fiscaux, réalisée en coopération avec le collectif d’ONG « Plateforme paradis fiscaux et judiciaires », sont sans appel. Les multinationales françaises pratiquent toujours très mal la transparence sur leur présence dans les paradis fiscaux. Vingt-trois d’entre elles ne publient pas la liste complète des entités qu’elles consolident dans leurs comptes, y compris des groupes dans lesquels l’État possède une participation. Les données disponibles permettent cependant d’établir que la présence dans les paradis fiscaux n’a pas diminué depuis la première étude publiée par la revue Alternatives Economiques, en 2009. Au moins 1.548 filiales, soit un quart des filiales de ces groupes y sont installés.....

    Si les sociétés françaises du CAC40 déclarent un peu moins de filiales dans les paradis fiscaux que leurs homologues européennes, en particulier les allemandes et les britanniques, il n’y a pas de recul par rapport à 2009, date à laquelle les principaux États dont la France ont prétendument « déclaré la guerre » contre l’évasion et la fraude fiscale des multinationales. Pour la France, cela ne bouge pratiquement pas, avec en tête les mêmes champions de la banque (BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale) et du luxe (LVMH, Kering – exPPR).

    Les entreprises du CAC40 privilégient la proximité plutôt que l’exotisme du grand large : les Pays-Bas, la Belgique, la Suisse et le Luxembourg. Faut-il y déceler un moindre recours à des filiales vides de toute substance, interroge Projet ? « Si tel est le cas, répond la revue, les françaises devraient être les premières à publier, délibérément, leur nombre de salariés, leur chiffre d’affaires et leur bénéfice dans chaque pays d’implantation ! » Les données sont en fait éloquentes sur les intentions : le CAC40 détient au Luxembourg, à Singapour et en Suisse davantage de filiales (413) qu’en Inde, au Brésil et au Mexique (402) alors que ces pays comptent, à eux trois, cent fois moins d’habitants et pèsent six fois moins au plan économique....

    #finance
    #économie
    #CAC-40
    #paradis-fiscaux