• #Californie : courant coupé pour 800.000 clients face au risque d’incendie
    https://information.tv5monde.com/info/californie-courant-coupe-pour-800000-clients-face-au-risque-d-

    Un fournisseur d’électricité américain, jugé responsable de l’incendie le plus meurtrier de Californie l’an dernier, a annoncé mercredi qu’il allait couper préventivement l’électricité à 800.000 clients autour de San Francisco pour limiter les risques de feu.

    #récidiviste #etats-unis

  • They Grow the Nation’s Food, but They Can’t Drink the Water

    Water is a currency in California, and the low-income farmworkers who pick the Central Valley’s crops know it better than anyone. They labor in the region’s endless orchards, made possible by sophisticated irrigation systems, but at home their faucets spew toxic water tainted by arsenic and fertilizer chemicals.

    “Clean water flows toward power and money,” said Susana De Anda, a longtime water-rights organizer in the region. She is the daughter of lechugueros who worked in lettuce fields and helped make California one of the agricultural capitals of the world. “Homes, schools and clinics are supposed to be the safest places to go. But not in our world.”

    As she spoke, Ms. De Anda drove through several towns where tainted water is a fact of life, here in the state’s agricultural center. In the foreground, along State Route 201, were miles of lush orange groves and dairy farms. Spotted out the passenger window of her silver Toyota was Stone Corral Elementary in the town of Seville, where century-old pipes contaminate the tap water with soil and bacteria. The school depends on grant money to pay for bottled water for students.

    Today, more than 300 public water systems in California serve unsafe drinking water, according to public compliance data compiled by the California State Water Resources Control Board. It is a slow-motion public health crisis that leaves more than one million Californians exposed to unsafe water each year, according to public health officials.
    Sign Up for the Morning Briefing

    Get what you need to know to start your day, delivered to your inbox.

    Though water contamination is a problem up and down the state, the failing systems are most heavily concentrated in small towns and unincorporated communities in the Central and Salinas Valleys, the key centers of California agriculture. About half of all failing water systems are in the agricultural San Joaquin Valley, in the southern section of the broader Central Valley, said Ellen Hanak, the director of the Water Policy Center at the Public Policy Institute of California.

    Gov. Gavin Newsom has proposed a tax of about $140 million on urban water districts and the agriculture industry to pay for redevelopment in districts serving unsafe water. That money would come in addition to $168 million he has allocated toward water infrastructure improvements from a bond proposition passed last year.

    Some have bristled at the proposed tax, given already high tax rates in the state and a budget surplus of more than $21 billion. The Association of California Water Agencies — whose members provide an estimated 90 percent of water distributed in the state — has spoken out against the governor’s proposed solution, arguing it would affect the cost of living in already-expensive California.

    “There’s agreement with everyone involved in policy that there is a problem and it needs to be solved,” said Cindy Tuck, the group’s deputy executive director for government relations. But, “we think it doesn’t make sense to tax a resource that is essential.”

    State Senator Melissa Hurtado, a Democrat representing the Fresno area, whose district is severely affected by tainted water, said she would like to see more money allocated for infrastructure spending, but believes a tax on water is a nonstarter. Last week, the Democratic-controlled State Senate budget subcommittee voted against the governor’s proposed water tax, in favor of recommending funding from the state’s general fund. The Legislature is expected to work out the details as part of broader budget negotiations, which will come for a vote in June.
    Editors’ Picks
    ‘S.N.L.’ Premiere Meets Impeachment Head-On, but Not Shane Gillis
    The Gift of the Missing Men
    ‘S.N.L.’ Is Sorry: A Brief History of the Show’s (Sort Of) Apologies

    But the debate in Sacramento feels far away in East Orosi, a farmworker community of about 500 nestled along the foot of the Sierra Nevada that is surrounded by fields of oranges. There, residents complain of conditions that resemble the developing world, not the richest state in the nation. Fears of nitrate exposure in the tap water — which numerous studies have linked to an increased risk of infant death, and at high levels, an elevated risk of cancer in adults — compound other difficult realities like faraway grocery stores and doctors, grueling work conditions, and a lack of political clout.

    Veronica Corrales, the president of the East Orosi water board, wonders why more people are not outraged that, in 2019, people living in a state as wealthy as California lack such a fundamental necessity.

    “Everyone is saying ‘America First,’ but what about us?” she said.

    Many factors have led to the groundwater contamination reflected in the state’s data, but public health experts say the region’s agriculture industry has played an outsize role. Chemical fertilizers and dairy manure seep into the ground and cause nitrate contamination, like the kind plaguing East Orosi. Such contamination, which is common throughout the valley, takes years to materialize and even longer to clear up.

    Arsenic is naturally occurring in some areas but can become worse with exhaustive groundwater pumping, which has been a longstanding problem in the valley and accelerated during the drought between 2012 and 2016.

    It is exceedingly difficult to say with certainty whether any illness is directly tied to specific environmental factors, including contaminated water. But an article published last month in Environmental Health, an academic journal, estimated that 15,500 cases of cancer in California could occur within 70 years because of unsafe drinking water.

    For years, Martha Sanchez and her husband, Jose — who live in East Orosi and make their living filling crates with oranges or picking cherries — have received notices from the local water system that their taps are unsafe to drink from because of contamination. The family spends at least $60 a month for tap water they can’t use, Ms. Sanchez estimates, which is factored into the rent. To cook and wash dishes, Ms. Sanchez ladles bottled water into pots and pans from heavy blue jugs kept in the kitchen. She and her children shower using the water from the pipes, but she says it makes their skin itch.

    “Some people around here drink it,” Ms. Sanchez said. “Here at home, I don’t use it at all for cooking, not even for beans.”

    Ms. Sanchez’s family is given five free five-gallon jugs of water every two weeks, funded by a grant from the State Water Resources Control Board that was secured by Self-Help Enterprises, a community organization. But, Ms. Sanchez says, it is never enough to hold the family over, and they buy an additional four gallons.

    Her husband, who is a supervisor in the fields, pays for clean water out of pocket for the employees he manages, because the farm does not provide it. Sometimes he brings in about $80 for a full day of work.

    These problems are not new. The failing infrastructure at the heart of the potable water crisis in these communities is tinged with the legacy of rural redlining, said Camille Pannu, the director of the Aoki Water Justice Clinic at the University of California, Davis, who likened the situation in the valley to the one in Flint, Mich. “Flint is everywhere here,” she said.

    “The fact that more than a million Californians in 2019 have been left behind is really appalling,” said Jared Blumenfeld, the secretary of the California Environmental Protection Agency. “I’ll never forget talking to people in Imperial and Coachella Valley who are like, ‘You know what, it’s amazing when we go back to Mexico, the water is better.’”

    Mr. Blumenfeld said the “vast majority” of water systems with unsafe water are in small communities where there are too few customers to cover the cost of water treatment and maintenance. Laying even short distances of pipe can cost millions of dollars, which is sometimes feasible when costs are spread out among many people but not so for individual families, or when towns are especially remote.

    “I’ve never seen as many small drinking water systems in any other state. California is unique in that way,” Mr. Blumenfeld said.

    Many families who live in those areas use water from private wells because their homes are not connected to public water systems. The number of people exposed to dangerous water statewide could be even higher than the data shows: The state does not regulate private wells and does not monitor systems with fewer than 15 connections.

    One solution for expanding potable water access could be for larger systems to absorb smaller systems, which would allow them to spread infrastructure costs across more customers. In the San Joaquin Valley, nearly 80 percent of disadvantaged communities without potable water are less than one mile away from other communities with safe drinking water, according to a 2018 report by the U.C. Davis Center for Regional Change.

    But larger water systems are often wary of absorbing the smaller systems. In part, they do not want to absorb the costs that come with overhauling dilapidated infrastructure, said Ms. Hanak, the Water Policy Center director.

    Often, community members also worry that adding lower-income customers from neighboring communities will leave them to foot the bill. And the poorer customers worry they will have to pay rates they cannot afford.

    The East Orosi water district has teetered from one consolidation effort to another over the last decade, with little success. The state recently signaled that it would order nearby Orosi, which has clean water, to consolidate its system with East Orosi to expand clean-water access. Compelled by the state, the two communities have sought to negotiate a consolidation, but disagreements have left them at a stalemate.

    “Because Orosi has clean water, they don’t want to take on rate payers from East Orosi who they think are so poor they’ll skip out on their bills,” Ms. Pannu said. “Unfortunately, you have poor people versus poorer people.”

    E. Joaquin Esquivel, the chairman of the State Water Resources Control Board, said the gaps in potable water access were unacceptable, and promised that the state would continue using its consolidation authority to ease disparities. But he added that sustained funding for infrastructure and maintenance projects would be crucial for long-term solutions.

    Ms. Corrales, a nurse, stepped in as the president of the East Orosi water board several months ago. There was no one else who wanted the job, she said, and she was voted in at a community meeting almost without realizing it.

    Sometimes she is not sure whom she should be fighting: the state, the farm owners, the skeptics in Orosi. She just wants clean water.

    https://www.nytimes.com/2019/05/21/us/california-central-valley-tainted-water.html

    #eau #eau_potable #pollution #agriculture #industrie_agro-alimentaire #dépendance #technologie #Californie #USA #Etats-Unis #arsénic #fertilisants #contamination

    #atelier_collapsologie

    ping @sinehebdo

  • #BNP_Paribas financera jusqu’en 2024 un groupe américain spécialisé dans la détention des migrants

    En Europe, BNP Paribas s’enorgueillit d’aider les réfugiés. Aux États-Unis, la première banque française finance pourtant depuis 2003 le groupe GEO, numéro un des prisons privées spécialisé dans la détention des migrants, au cœur de nombreux scandales. Elle a annoncé son désengagement financier… en 2024.

    BNP Paribas, première banque française et une des plus grandes du monde, se targue d’être « la banque qui aide les réfugiés » en Europe. « Depuis 2015, BNP Paribas soutient une vingtaine d’entrepreneurs sociaux et associations engagés dans l’accueil des réfugiés, expliquait l’an dernier Le Journal du dimanche. Au total, près de 12 millions d’euros seront déboursés d’ici à 2021. »

    Sur son site, la célèbre banque au logo vert s’engage même à doubler les dons versés par ses clients à son propre fonds d’aide aux réfugiés, créé en 2012. « Le drame des réfugiés est une catastrophe humanitaire majeure, qui mobilise de nombreuses associations et bénévoles, explique le PDG de la banque, Jean-Laurent Bonafé. […] BNP Paribas est à leurs côtés. »

    Aux États-Unis, la banque est plutôt du côté de ceux qui les enferment. Selon In The Public Interest, un centre de recherche sur les privatisations situé en Californie, elle participe en effet depuis seize ans, et de manière active, au financement du groupe GEO, le géant américain des prisons privées.

    GEO, dont le siège social est en Floride, incarne l’incroyable essor du secteur du complexe pénitentiaire depuis trente ans aux États-Unis, qui comptent 2,3 millions de prisonniers – 655 pour 100 000 habitants, un record mondial.

    Un cinquième du chiffre d’affaires annuel de GEO (2,3 milliards de dollars, 2 milliards d’euros) provient de la détention des migrants au #Texas, en #Louisiane ou en #Californie, pour le compte de l’agence gouvernementale #ICE (#Immigration_and_Customs_Enforcement).

    Depuis 2003, cette activité de crédit, dont la banque ne s’est jamais trop vantée, lui a fait gagner beaucoup d’argent. « Sans doute des dizaines de millions de dollars », évalue pour Mediapart Kevin Connor, chercheur au Public Accountability Initiative de Buffalo (New York), qui a épluché les contrats souscrits par les banques avec les mastodontes de la détention privée aux États-Unis. Une estimation prudente, car les clauses des contrats de financement entre GEO et BNP Paribas restent secrètes.

    L’administration Trump, qui a criminalisé l’immigration, cherche à terroriser les migrants et à tarir les demandes d’asile. Elle enferme en continu environ 50 000 migrants, pour beaucoup originaires d’Amérique latine, un record historique.

    En 2018, 400 000 migrants au total ont été détenus par les gardes-frontières et l’agence ICE. Environ 70 % des migrants détenus par ICE le sont par des groupes privés comme GEO, #CoreCivic ou #Caliburn. Depuis deux décennies, l’industrie des prisons privées, en perte de vitesse à la fin des années 1990, a profité à plein de la criminalisation des migrants.

    « La détention des migrants aux États-Unis a été quasiment sous-traitée au privé, nous explique Lauren-Brooke Eisen, chercheuse au Brennan Center for Justice de l’université de New York, auteure de Inside Private Prisons (Columbia University Press, non traduit). En aggravant la crise à la frontière, les politiques de l’administration Trump ont soutenu cette industrie. » Sitôt élu, Trump a d’ailleurs annulé un ordre de l’administration Obama limitant le recours aux prisons privées.

    Pour ces groupes privés dépendant des contrats publics, cajoler les politiques est une nécessité. Pour la seule année 2018, GEO a dépensé 2,8 millions de dollars de #lobbying et de dons à des politiques, la plupart des républicains.

    Le groupe a également versé 250 000 dollars pour la cérémonie d’investiture de Trump, et fait un don de 225 000 dollars au comité d’action politique ayant financé la campagne de l’actuel président, un geste qualifié d’« illégal » par l’ONG Campaign Legal Center, #GEO étant un sous-traitant du gouvernement.

    L’industrie est coutumière des allers-retours entre public et privé : le groupe Caliburn, récemment épinglé par Amnesty International pour sa gestion de la prison géante pour mineurs migrants de #Homestead (Floride), a même embauché l’ancien secrétaire à la sécurité nationale #John_Kelly, qui fut directement en charge de la politique migratoire au début de la présidence Trump – et continua à la superviser lorsqu’il devint chef de cabinet du président…

    D’après un rapport publié en novembre 2016 par In The Public Interest, BNP Paribas, de concert avec de grandes banques américaines, a joué un rôle actif depuis seize ans auprès de GEO :

    « Risques immédiats » pour les migrants

    BNP a en effet participé depuis 2003 à plusieurs tours de table permettant de dégager, via des crédits renouvelables (« #revolving_credits »), des prêts à terme (« #term_loans ») ou la souscription d’obligations (« #bonds »), d’énormes lignes de crédit pour GEO – des centaines de millions de dollars à chaque fois –, ensuite utilisées par le groupe pour acheter des sociétés, accaparer de nouvelles prisons, ou financer ses activités courantes.

    À la suite d’un nouvel accord passé l’an dernier, GEO dispose désormais d’un crédit renouvelable de 900 millions de dollars avec six banques (BNP Paribas, #Bank_of_America, #Barclays, #JPMorgan_Chase, #SunTrust, #Wells_Fargo). Il a souscrit avec les mêmes établissements un prêt à terme de 800 millions de dollars.

    « Pour les prisons privées, ces prêts massifs sont un peu des cartes de crédit, explique Shahrzad Habibi, directrice de la recherche de In The Public Interest. Pour éviter de payer l’impôt sur les sociétés, les groupes comme GEO ont un statut de trust d’investissement immobilier (REIT) qui leur impose de distribuer une grande partie de leurs profits à leurs actionnaires. » Faute de cash disponible, ils dépendent donc largement des crédits extérieurs.

    Pour ce service, les établissements bancaires sont grassement rémunérés : selon des documents transmis au régulateur américain, GEO a payé l’an dernier 150 millions de dollars d’intérêts à ses différents créditeurs.

    Une partie, non connue, de cette somme est allée à #BNP, qui touche aussi des #redevances substantielles en tant qu’« agent administratif » pour certaines de ses opérations. « Ces redevances, dont on ne connaît pas les détails, se chiffrent en centaines de milliers, potentiellement en millions de dollars », explique le chercheur Kevin Connor.

    Contacté, BNP Paribas assure ne pas « communiqu[er] les informations relatives aux crédits de [ses] clients ». Mais les prêts de la banque ne constituent, selon une porte-parole, que « 3 % du total » des financements du groupe GEO, et « une part négligeable » des revenus de BNP.

    Ces derniers mois, les images de migrants entassés dans des centres de détention surpeuplés et sordides ont ému le monde entier. Pour éviter de voir leur image de marque entachée, des géants de Wall Street (JPMorgan Chase, Bank of America, SunTrust, etc.), pressés depuis des années de se désengager du secteur par des activistes, ont annoncé les uns après les autres qu’ils cessaient de financer le secteur des prisons privées.
    BNP Paribas a récemment suivi leur exemple. « BNP Paribas a pris la décision, comme plusieurs banques américaines, de ne plus intervenir sur le marché du financement des #prisons_privées. Désormais la banque n’engagera plus de financement dans ce secteur », nous a confirmé la banque, à la suite d’un article paru début juillet dans le quotidien belge L’Écho.

    Elle « honorera » toutefois « son engagement contractuel vis-à-vis de GEO », c’est-à-dire les crédits en cours, qui prennent fin en 2024.

    Pendant cinq ans, BNP Paribas continuera donc de financer les investissements et les dépenses courantes d’un groupe contesté, dont le nom est entaché par de multiples scandales.

    Comme le rappelle le Miami Herald, GEO a été « poursuivi à de multiples reprises pour avoir supposément forcé des détenus à travailler pour de la nourriture », a été accusé de « torturer des détenus dans l’Arizona », est épinglé depuis des années pour le taux alarmant de décès dans certains de ses centres gérés pour le compte d’ICE, des conditions sanitaires déplorables, l’abus du recours à l’isolement, le mépris des droits élémentaires des prisonniers. Il détient aussi des familles avec enfants dans son centre texan de #Karnes, une activité décriée depuis les années Obama par les défenseurs des migrants.

    Un rapport de l’inspection générale du Département de la sécurité nationale datant de juin 2019 fait état de « risques immédiats et de violations scandaleuses des standards de détention » dans certains des centres pour migrants de GEO, notamment dans le camp d’#Adelanto (#Californie), qui accueille 2 000 migrants, tristement connu pour ses abus répétés.

    Plusieurs candidats démocrates, comme Elizabeth Warren, Bernie Sanders, Beto O’Rourke ou Kamala Harris, ont indiqué souhaiter interdire les prisons privées s’ils étaient élus.

    Mais si Trump est réélu en novembre 2020, BNP Paribas, Bank of America et les autres, qui ne comptent se retirer qu’à partir de 2024, continueront de prêter à GEO de quoi fonctionner et prospérer tout au long de son deuxième mandat, au cours duquel les humiliations contre les migrants ne manqueront pas de continuer, voire de s’amplifier.

    https://www.mediapart.fr/journal/international/220719/bnp-paribas-financera-jusqu-en-2024-un-groupe-americain-specialise-dans-la
    #privatisation #business #détention_administrative #rétention #asile #migrations #réfugiés #USA #Etats-Unis #sous-traitance #hypocrisie

  • Will California’s New Bot Law Strengthen Democracy ? | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/tech/annals-of-technology/will-californias-new-bot-law-strengthen-democracy

    Une loi très intéressante en Californie qui va entrer en vigueur aujourd’hui. On va voir comment cela se passe pour la déclaration du caractère robotique d’un compte Twitter ou Facebook...

    California is the first state to try to reduce the power of bots by requiring that they reveal their “artificial identity” when they are used to sell a product or influence a voter.Photograph by Emma Innocenti / Getty
    When you ask experts how bots influence politics—that is, what specifically these bits of computer code that purport to be human can accomplish during an election—they will give you a list: bots can smear the opposition through personal attacks; they can exaggerate voters’ fears and anger by repeating short simple slogans; they can overstate popularity; they can derail conversations and draw attention to symbolic and ultimately meaningless ideas; they can spread false narratives. In other words, they are an especially useful tool, considering how politics is played today.

    On July 1st, California became the first state in the nation to try to reduce the power of bots by requiring that they reveal their “artificial identity” when they are used to sell a product or influence a voter. Violators could face fines under state statutes related to unfair competition. Just as pharmaceutical companies must disclose that the happy people who say a new drug has miraculously improved their lives are paid actors, bots in California—or rather, the people who deploy them—will have to level with their audience.

    We are in new terrain, where the microtargeting of audiences on social networks, the perception of false news stories as genuine, and the bot-led amplification of some voices and drowning-out of others have combined to create angry, ill-informed online communities that are suspicious of one another and of the government.

    Regulating bots should be low-hanging fruit when it comes to improving the Internet. The California law doesn’t even ban them outright but, rather, insists that they identify themselves in a manner that is “clear, conspicuous, and reasonably designed.”

    The point where economic self-interest stops and libertarian ideology begins can be hard to identify. Mark Zuckerberg, of Facebook, speaking at the Aspen Ideas Festival last week, appealed to personal freedom to defend his platform’s decision to allow the microtargeting of false, incendiary information. “I do not think we want to go so far towards saying that a private company prevents you from saying something that it thinks is factually incorrect,” he said. “That to me just feels like it’s too far and goes away from the tradition of free expression.”

    In the 2016 Presidential campaign, bots were created to support both Donald Trump and Hillary Clinton, but pro-Trump bots outnumbered pro-Clinton ones five to one, by one estimate, and many were dispatched by Russian intermediaries. Twitter told a Senate committee that, in the run-up to the 2016 election, fifty thousand bots that it concluded had Russian ties retweeted Trump’s tweets nearly half a million times, which represented 4.25 per cent of all his retweets, roughly ten times the level of Russian bot retweets supporting Clinton.

    Bots also gave Trump victories in quick online polls asking who had won a Presidential debate; they disrupted discussions of Trump’s misdeeds or crude statements; and they relentlessly pushed dubious policy proposals through hashtags like #draintheswamp.

    They have also aided Trump during his Presidency. Suspected bots created by unidentified users drove an estimated forty to sixty per cent of the Twitter discussion of a “caravan” of Central American migrants headed to the U.S., which was pushed by the President and his supporters prior to the 2018 midterm elections. Trump himself has retweeted accounts that praise him and his Presidency, and which appear to be bots. And last week a suspected bot network was discovered to be smearing Senator Kamala Harris, of California, with a form of “birtherism” after her strong showing in the first round of Democratic-primary debates.

    Hertzberg, the state senator who authored the legislation, told me that he was glad that the changes to the bill before passage were related to the implementation of the law, rather than to its central purpose of requiring that bots reveal themselves to the public when used politically or commercially. A lawyer by training, Hertzberg said that he resented the accusation that he didn’t care about First Amendment concerns. “There is no effort in this bill to have a chilling effect on speech—zero,” he said. “The argument you go back to is, Do bots have free speech? People have free speech. Bots are not people.”

    #régulation #Robots #Californie

  • Opinion | America’s Cities Are Unlivable. Blame Wealthy Liberals. - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/05/22/opinion/california-housing-nimby.html

    To live in California at this time is to experience every day the cryptic phrase that George W. Bush once used to describe the invasion of Iraq: “Catastrophic success.” The economy here is booming, but no one feels especially good about it. When the cost of living is taken into account, billionaire-brimming California ranks as the most poverty-stricken state, with a fifth of the population struggling to get by. Since 2010, migration out of California has surged.

    The basic problem is the steady collapse of livability. Across my home state, traffic and transportation is a developing-world nightmare. Child care and education seem impossible for all but the wealthiest. The problems of affordable housing and homelessness have surpassed all superlatives — what was a crisis is now an emergency that feels like a dystopian showcase of American inequality.

    #états-unis #Californie #succès_catastrophique #pauvreté #inégalité #dystopie

  • Une institutrice américaine, atteinte d’un cancer, contrainte de payer son remplaçant AFP - 10 Mai 2019 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_une-institutrice-americaine-atteinte-d-un-cancer-contrainte-de-payer-son

    Des parents d’élèves d’une école de San Francisco ont organisé une collecte de fonds destinée à financer une institutrice malade du cancer, tenue par la loi de rembourser le salaire de son remplaçant : près de 200 dollars par jour (environ 180 euros) .


    Illustration - Une institutrice américaine, atteinte d’un cancer, contrainte de payer son remplaçant - © PHILIPPE DESMAZES - AFP

    Cette situation « n’est pas propre au district ou à San Francisco » , a assuré à l’AFP une porte-parole du district scolaire, Laura Dudnick, expliquant que l’obligation de remboursement s’applique dans toutes les écoles de Californie, conformément au code de l’éducation en vigueur dans cet Etat depuis 1976.

    En vertu de l’accord conclu entre le district et les organisations syndicales à San Francisco, chaque enseignant a droit à dix jours de congés-maladie payés par an. Les jours non pris peuvent se cumuler d’année en année.

    Une fois épuisés ces jours, les enseignants malades peuvent encore bénéficier de 100 jours de congés prolongés, durant lesquels ils reçoivent « l’intégralité de leur salaire moins le coût de leur remplaçant », explique la porte-parole.

    Enseignante en deuxième année de maternelle, l’institutrice, qui exerce dans l’école depuis 17 ans, souffre d’un cancer du sein et a demandé aux nombreux médias s’intéressant à son cas de protéger son anonymat.

    La collecte de fonds organisée sur internet par les parents de l’école élémentaire Glen Park a permis de lever près de 14.000 dollars et est désormais close.

    #californie #école #maladie #pauvreté #assurance_maladie #paradis californien

  • La #recette très secrète de #Tinder
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/03/28/la-recette-tres-secrete-de-tinder_5442513_4408996.html

    L’un des exemples du brevet évoque ainsi la possibilité qu’un homme âgé de dix ans de plus et disposant d’un plus gros #salaire qu’une femme soit davantage susceptible d’être montré dans Tinder à cette femme, que l’inverse. Car, selon ce brevet, une femme de 30 ans gagnant peu d’argent serait davantage attirée par un homme âgé et riche. Et un homme de 30 ans gagnant peu d’argent n’aurait que peu de chances d’aimer une femme plus âgée rémunérée davantage que lui. Une vision que dénonce fortement dans son livre Judith Duportail, qui rappelle que de nombreuses #applications_sociales sont conçues par des ingénieurs masculins, en #Californie, répercutant des #stéréotypes_masculins.

    #machisme
    #sugar_daddy

  • #Glyphosate. #Roundup : le désherbant à nouveau jugé cancérigène par un jury californien

    Les jurés du tribunal fédéral de San Francisco ont déclaré mardi que l’#herbicide le plus vendu au monde était un “facteur significatif” dans le déclenchement du cancer d’un retraité, qui l’utilisait dans son jardin. La deuxième phase du procès, mercredi, devra évaluer la #responsabilité de #Monsanto.

    https://www.courrierinternational.com/article/glyphosate-roundup-le-desherbant-nouveau-juge-cancerigene-par
    #industrie_agro-alimentaire #cancer #santé #justice #Californie #USA #Etats-Unis #agriculture #Edwin_Hardeman

  • National Geographic’s 2018 photo contest winner shows stunning aerial view of the desert
    https://www.nationalgeographic.com/photography/proof/2018/12/grand-prize-winner-photo-contest-environment-cars-mojave-desert-

    thousands of Volkswagen and Audi cars sitting idle in the Mojave Desert near Victorville, California.

    #photograph by Jassen Todorov, 2018 National Geographic photo contest

    #ghost #dieselgate

  • Is wearing a face mask the new normal for Californians? TreeHugger
    https://www.treehugger.com/climate-change/wearing-face-mask-new-normal-californians.html

    It seems almost petty to be complaining about air quality in San Francisco when so many people are dead or missing from the actual Camp Fire in California. However, the fact remains that, right now, the air quality in the City is the worst in the world, worse than Delhi, worse than Beijing.

    #air #Californie

  • En Californie, l’ère des « tempêtes de feu »
    https://www.mediapart.fr/journal/international/181118/en-californie-l-ere-des-tempetes-de-feu

    Ces derniers jours, de nombreux commentateurs ont fait référence à un article prémonitoire publié en 1995 dans une revue historique par le théoricien et historien #Mike_Davis, professeur à l’université de #Californie, auteur de nombreux ouvrages sur la ville néolibérale – il a notamment publié en France City of Quartz, Paradis infernaux, ou Le stade Dubaï du capitalisme.

    Un feu venait alors de détruire dix maisons à Malibu. « Laissons Malibu brûler », écrivit Mike Davis. « Cela ne va qu’empirer, prévenait Davis, convaincu de l’absurdité de faire payer la collectivité pour des maisons presque mécaniquement vouées à brûler. De tels désastres périodiques seront inévitables : installer votre maison à Malibu et vous finirez par être confrontés aux flammes. »

    Il y a vingt-trois ans, l’article décrivait par le menu la privatisation et l’« aristocratisation » progressive du territoire de Malibu peu à peu planté de « châteaux », au mépris de l’environnement et des règles de sûreté élémentaires.

    Davis annonçait aussi l’émergence d’une nouvelle ère où les « tempêtes de #feu suburbaines » risquaient de devenir plus « apocalyptiques », quasiment impossibles à combattre. « La densité nouvelle du logement sur les collines a transformé la bataille contre les feux de forêt : c’était une guerre de manœuvres, cela devient une bataille de rues. » À l’époque, son texte avait été accueilli par un déluge de critiques.

    Il y a un peu plus d’un an, alors que le feu venait de ravager le magnifique paysage de vignes de Sonoma et Santa Rosa, juste au nord de San Francisco, Mike Davis publiait dans la London Review of Books un texte lumineux, « El Diablo in Wine Country », pointant le refus persistant des Californiens d’admettre que leur « paradis » est en train de devenir un enfer.

    « Il y a, écrit-il, une suffisance mortifère à l’œuvre derrière les politiques environnementales “mainstream” en Californie. Certains pointent le feu, d’autres le changement climatique, mais tous ignorent le pouvoir destructeur de la finance et de l’immobilier qui pousse à la surburbanisation de nos paysages sauvages de plus en plus “enflammables”. »

    Après chaque incendie, expliquait Davis, « le paradis est vite restauré, avec des maisons plus immenses que les précédentes ». Elles sont confortables, suréquipées, situées dans des endroits sublimes où l’on peut passer des heures à regarder les étoiles. Mais elles sont aussi situées dans des culs-de-sac cernés de maquis.

    « Une version rustique du couloir de la mort », commentait Davis, preuve « de l’absurdité de toute planification rationnelle dans une société fondée sur le capitalisme immobilier ».

    • En Californie, le blé protège des brasiers
      https://www.liberation.fr/planete/2018/11/15/en-californie-le-ble-protege-des-brasiers_1692372

      Dans la patrie du capitalisme débridé, l’inégalité existe pourtant, aussi, face au feu. Selon le site TMZ, spécialisé dans les célébrités, Kim Kardashian et Kanye West ont ainsi recruté une équipe privée de pompiers pour combattre les flammes qui menaçaient leur villa à 60 millions de dollars. Ces derniers ont creusé des fossés pour stopper la propagation de l’incendie. La résidence a été épargnée, tout comme celles de nombreux voisins reconnaissants, assure TMZ. Pour l’historienne Amy Greenberg, citée par The Atlantic, l’exemple des Kardashian illustre « les ramifications de la disparité économique aux Etats-Unis. […] Les riches ne sont pas censés disposer de "meilleurs" pompiers ».

      Le couple star n’est pas le seul à pouvoir se payer une protection haut de gamme en cas d’incendie. Depuis 2005, le géant des assurances AIG, pionnier en la matière, propose à ses clients les plus fortunés, membres du très sélect « Private Client Group », un service exclusif. Sobrement baptisé « Wildfire Protection Unit » (« Unité de protection contre les incendies »), il déploie ses camions et équipes pour protéger les maisons de ses richissimes clients. Selon NBC, 42 % des membres du classement des 400 Américains les plus fortunés, établi par le magazine Forbes, appartiennent au Private Client Group.

    • As Inmates, They Fight California’s Fires. As Ex-Convicts, Their Firefighting Prospects Wilt.
      https://www.nytimes.com/2018/11/15/us/california-paying-inmates-fight-fires.html

      As the Camp Fire rages in Northern California, the deadliest and most destructive in state history, and wildfires scorch western Los Angeles, about 1,500 inmates have been deployed to help fight active fires, out of a firefighter total of roughly 9,400, according to California state officials.

      [...] California relies on prisoners to fight wildfires more than any other state. In 1946, the state opened Camp Rainbow in Fallbrook, which housed inmates to fight fires. Over the decades, the program would grow.

      Today, 3,700 inmates work at 44 fire camps across the state, said Alexandra Powell, a spokeswoman for the California Department of Corrections and Rehabilitation, which helps run the fire camp program.

      https://seenthis.net/messages/656494

  • Incendies en Californie : les compagnies d’électricité en accusation
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/11/16/incendies-en-californie-les-compagnies-d-electricite-en-accusation_5384627_3

    Betsy Cowley vit à Pulga, un hameau à proximité de l’endroit où a été signalé le départ du feu. Elle affirme que, la veille, des ouvriers étaient venus vérifier les lignes de transmission, soupçonnées de provoquer des départs de feu. « Il faut mettre la compagnie devant ses #responsabilités. Elle ne peut pas se contenter d’augmenter ses tarifs. Ou alors qu’elle parte et qu’on passe à l’énergie solaire », dénonce-t-elle.[...]

    En 2017, les autorités californiennes ont établi que les équipements de PG & E, pylones et lignes, étaient fautifs dans 17 des 21 incendies les plus importants intervenus à l’automne. Huit de ces incidents ont été déférés à la justice. Pg & E répond systématiquement qu’elle n’a pas à porter le coût d’incidents aggravés par la #sécheresse et le #changement_climatique. Un rapport de la commission californienne de supervision du secteur énergétique, qui enquête depuis trois ans sur la gestion des risques à PG & E, est attendu avant la fin de l’année.

    #Californie #incendies #électricité #négligence

    • Les compagnies d’électricité californiennes ont bon dos !

      La Californie, un laboratoire d’expérimentation du Capitalisme, dans toute sa splendeur !
      Relire Blaise Cendras, L’or.
      La Californie, c’est l’American Dream.

      La nature supporte pas.

      L’état américain des ultra-riches !
      Silicon valley, Hollywood, etc. . .

      Le progrès idéalisé de la société capitaliste ! L’appât du gain du Corporate Power.
      Les plus grosses fortunes dans leurs luxueuses résidences ensoleillées et les pauvretés les plus immondes au point du fait des défécations de ses sans-abris, c’est ça la Californie.

      Une quintessence de l’évolution de l’Amérique.
      La communauté des beaux esprits, ceux de la création de la bombe atomique, de l’informatique, en récupérant les spécialistes allemands.
      La Californie brûle, elle récupère la façon dont elle a traité la Nature.

      Faut il pleurer sur les milliardaires qui voient bruler leurs villas à malibu, à Paradise ?
      Terrible l’exode des stars que nous imposent les #merdias !

      L’activité forcenée d’exploitation, l’appât du gain détruisent la Californie, qui l’a bien cherché.

  • Nestlé accusé de siphonner l’eau d’une Californie en pleine sécheresse Frédéric Boillat - 1 er Septembre 2018 RTS _
    http://www.rts.ch/info/monde/9813783-nestle-accuse-de-siphonner-l-eau-d-une-californie-en-pleine-secheresse.h

    Alors que la Californie a dû lutter cet été contre de gigantesques incendies de forêts consécutifs à une forte sécheresse, Nestlé est accusé de puiser de l’eau en toute liberté, contribuant au manque d’eau dans la région.

    La forêt de San Bernardino est un vaste territoire de plus de 3000 km2 à quelque 150 kilomètres de Los Angeles. Durant l’été, ce sont des dizaines de maisons et plus de 5000 hectares qui ont brûlé dans cette zone protégée, alors qu’une intense sécheresse a provoqué de multiples incendies à travers la Californie (voir encadré).

    Dans le même temps, des activistes environnementaux n’ont cessé d’accuser le groupe suisse Nestlé de surexploiter les ressources en eau de la région et ainsi d’affaiblir les sols, alors que tout l’Etat américain doit se rationner pour cause de sécheresse. A partir de 2022, l’eau sera même limitée à 208 litres par personnes et par jour, selon une nouvelle loi signée en mai par le gouverneur de l’Etat.

    Dans la nappe phréatique ou pas ?
    Le permis qui a été accordé à Nestlé pour opérer dans la forêt de San Bernardino et exploiter la source d’Arrowhead vient d’être renouvelé, pour trois ans au lieu de 10 habituellement. Le géant agroalimentaire a cependant dû adapter la quantité d’eau qu’il y puise, passant de 510 millions de litres prélevés par an à 177 millions.

    Mais Gary Earney, un activiste interrogé samedi dans le 19h30 de la RTS, a la conviction que Nestlé puise toujours trop d’eau de la forêt. Après avoir travaillé à l’agence chargée de la gestion des forêts durant 30 ans, il se bat désormais contre le géant vaudois depuis trois ans, estimant que celui-ci collecte l’eau certes légalement, mais sans véritable étude d’impact sur l’environnement.

    Les associations environnementales contestent en outre l’origine de l’eau pompée par Nestlé, qui provient selon elles directement de la nappe phréatique. Elles avancent comme preuve les tuyaux horizontaux qui s’enfoncent à des dizaines de mètres sous la montagne. Le numéro un mondial de l’alimentation assure lui ne pas toucher à la nappe et collecter uniquement l’eau qui coule naturellement.

    Un autre grief avancé contre Nestlé est d’ordre financier : pour mettre des millions de litres d’eau en bouteilles, la société basée à Vevey s’acquitte d’une somme fixée par la société qui gère la forêt. Et ce montant est jugé beaucoup trop modeste par ses détracteurs, même s’il a récemment été augmenté de 624 dollars à 2050 dollars par an.

    Nestlé dit respecter les normes
    Aussi interrogé par le 19h30, Larry Lawrence, responsable des ressources naturelles pour Nestlé Waters North America, assure que les opérations de sa société sont conformes au cahier des charges, qu’il partage ses données avec le service des forêts et que le plan de contrôle des incendies est respecté.

    « Nous prenons simplement l’eau disponible à la source. Et la source continue de couler, en dépit des années de sécheresse. Nos sources ont toujours de l’eau qui coule et l’environnement est en bonne santé », précise encore le représentant du groupe vaudois en Californie.

    Avec l’arrivée de l’administration Trump à Washington, les environnementalistes ont désormais peu d’espoir de limiter l’accès de Nestlé à la forêt de San Bernardino et à d’autres sources d’eau à travers les Etats-Unis. Le seul espoir pour eux demeure un recours auprès du gouvernement démocrate de la Californie. Mais là aussi, les procédures prendront encore beaucoup de temps.

    Sujet TV : Aviva Fried
    Adaptation web : Frédéric Boillat

    #nestlé #eau #multinationales #agriculture #etats-unis #Californie #impact_sur_l'environnement #privatisation #prédation #nappe_phréatique #ressource_naturelle #nappe_phréatique #pillage

  • Les fumées des incendies géants en Californie traversent la Suisse
    Rens - 17 Aout 2018 - RTS

    http://www.rts.ch/info/sciences-tech/environnement/9782014-les-fumees-des-incendies-geants-en-californie-traversent-la-suisse.html

    La série d’incendies qui a touché la Californie ces dernières semaines a un impact jusqu’en Suisse. Les fumées projetées par les feux aux Etats-Unis ont atteint l’Europe dès mercredi, dont le ciel suisse.

    Depuis le 27 juillet, le « Golden State » est frappé par le plus grand incendie jamais observé sur ses terres. Les feux, qui ne sont toujours pas entièrement maîtrisés, ont ravagé 128’000 hectares, soit une superficie proche de la ville de Los Angeles. Au moins huit personnes ont perdu la vie.

    Les fumées issues de ces incendies aux Etats-Unis sont projetées dans l’air et peuvent parcourir des milliers de kilomètres au gré des vents.

    En raison d’un courant d’ouest au-dessus de l’Atlantique, elles ont atteint plusieurs pays d’Europe en dix jours (voir ci-dessous). Parmi eux, on retrouve l’Italie, l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie ou encore la République tchèque. Et la Suisse n’est pas épargnée.


    Peu d’incidence sur la qualité de l’air suisse

    MétéoSuisse a observé ces fumées californiennes au-dessus de Payerne, dans le canton de Vaud, à une altitude située entre cinq et dix kilomètres.


    Ce graphique de MétéoSuisse montre la présence des fumées venues de Californie (entourées d’un trait rouge) au-dessus de Payerne, entre le mercredi 15 et le vendredi 17 août. [MétéoSuisse]

    Les particules ont également été mesurées à une altitude plus basse - entre trois et sept kilomètres - à la station de recherche du Jungfraujoch, dans les Alpes bernoises, note MétéoSuisse.

    Selon l’institut météorologique, ces fumées n’influencent que très peu la qualité de l’air en Suisse. En revanche, elles « illustrent bien le caractère mondial des problématiques climatiques », précise-t-il sur son blog.

    #Suisse #Californie #incendies #fumées #vents

  • Le premier procès contre le Roundup s’ouvre aux États-Unis
    http://www.lefigaro.fr/international/2018/07/09/01003-20180709ARTFIG00162-le-premier-proces-contre-le-roundup-s-ouvre-aux-e

    Le procès sera très suivi par les organisations de défense de l’#environnement. « Si Dewayne Johnson gagne ce procès, ce sera un énorme coup porté à l’industrie des #pesticides tout entière », affirme Linda Wells, de l’ONG anti-pesticides « Pesticide Action Network North America ». Un procès d’autant plus complexe qu’il existe nombre d’études et de décisions contradictoires sur le #glyphosate. Contrairement à l’agence fédérale américaine de protection de l’environnement (#EPA), la #Californie a placé le glyphosate sur la liste des produits cancérigènes. Dans cet État, tout fabricant ayant connaissance du caractère #cancérigène certain ou suspecté d’un produit doit obligatoirement le faire figurer sur l’emballage.

    #Etats-Unis

  • Victoire pour les militants antiavortement en Californie Sébastien Blanc - 27 Juin 2018 - Le Devoir

    https://www.ledevoir.com/monde/etats-unis/531138/victoire-judiciaire-pour-les-militants-antiavortement-de-californie

    La Cour suprême des États-Unis a offert mardi une importante victoire aux opposants à l’avortement en donnant tort à la Californie qui impose à des centres anti-IVG d’informer les femmes enceintes de leur droit à se faire avorter ailleurs.

    Une telle loi viole la Constitution, ont jugé les cinq juges conservateurs de la haute cour, dans une décision très attendue. Les quatre magistrats progressistes minoritaires ont, eux, exprimé séparément leur désaccord.

    Ce dossier concerne les « centres de crise de la grossesse » gérés par des groupes chrétiens et conservateurs. Il en existe plusieurs centaines en Californie.

    Sous le prétexte d’assister et de conseiller des femmes qui ne souhaitaient pas tomber enceintes, ces lieux, où on peut trouver du personnel en blouse blanche ou du matériel d’échographie obstétricale, tentent en fait de les convaincre à tout prix de ne pas avorter.

    « Fausses cliniques » 
Parfois qualifiés de « fausses cliniques », ces centres sont notamment accusés de faire croire aux femmes qu’elles pourront bénéficier de diverses options médicales, y compris d’une IVG.

    La Californie a imposé à ces organismes privés d’informer les femmes qu’elles pouvaient bénéficier d’une IVG ou d’une contraception gratuites ou à bas prix dans d’autres centres, subventionnés par l’État.

    La loi californienne oblige aussi ces lieux d’accueil à informer clairement leur clientèle s’ils sont habilités à exercer la médecine et s’ils disposent de praticiens sur place.

    De telles exigences « transforment purement et simplement » le message que souhaitent transmettre les centres de crise de la grossesse, a dénoncé dans l’arrêt le juge ultraconservateur Clarence Thomas, nommé à la Cour suprême par le président George Bush père.

    Dans une opinion de désaccord, écrite au nom du camp progressiste de la Cour, le magistrat Stephen Breyer établit une comparaison avec d’autres États qui imposent des restrictions au droit à l’avortement.

    « Si un État peut légalement obliger un médecin à dire à une femme qui cherche à avorter qu’il existe des services d’adoption, pourquoi ne serait-il pas possible, comme en l’espèce, d’exiger d’un conseiller médical qu’il informe une femme sur l’existence de soins prénatals ou de possibilités d’avortement ? » a interrogé le juge Breyer.

    Les militants pro-vie, c’est-à-dire opposés au droit à l’interruption volontaire de grossesse, avaient porté plainte contre la loi californienne de 2015, d’inspiration démocrate, assurant qu’elle violait leur liberté de conscience protégée par le premier amendement de la Constitution. Mardi, ils ont célébré leur victoire.

    « La Californie ne peut plus forcer les centres de crise de la grossesse à transmettre un message qui va directement à l’encontre de leurs croyances religieuses et de leur mission consistant à sauver des vies », s’est félicité Mat Staver, président de l’organisation conservatrice Liberty Counsel.

    À l’opposé, les défenseurs du droit à l’avortement redoutaient que la décision de la Cour suprême n’encourage les organisations pro-vie à recourir à des informations médicales erronées et à des tactiques trompeuses pour faire progresser leur cause.

    NARAL, organisation qui lutte contre les restrictions au droit à l’avortement, a regretté que la décision ait été adoptée de justesse grâce au juge conservateur Neil Gorsuch, nommé par M. Trump, après que le Sénat, à majorité républicaine, eut refusé durant près d’un an de confirmer un candidat nommé par l’ex-président démocrate Barack Obama.

    « Les dégâts causés par le gouvernement Trump à notre justice et à nos droits vont durer des générations », a déploré NARAL, appelant à continuer le combat pour sauvegarder Roe v. Wade, l’arrêt qui a légalisé l’avortement en 1973 dans tous les États-Unis.

    La décision mardi de la Cour suprême est appelée à avoir des répercussions au-delà des frontières de la Californie, tandis que le pays connaît une poussée antiavortement depuis que Donald Trump est à la Maison-Blanche.

    #femmes #avortement #USA #Californie

    • Ce pays s’enfonce dans les ténèbres décidément. Monter une fausse clinique, se faire passer pour des soignants, et désinformer par omission assumée, ce serait donc légitime et vouloir empêcher de tels agissements, ce serait aller à l’encontre de la constitution...
      Les manuels d’utilisation du moindre appareil électroménager est désormais assorti de toutes les préventions imaginables, simplement parce qu’un juge a donné raison à des utilisateurs absurdes (ne mettez pas votre chat dans le four pour le sécher...), mais là, on trompe les patientes volontairement, et ce serait légal et juste.

  • Number One in Poverty, California Isn’t Our Most Progressive State — It’s Our Most Racist One
    https://www.forbes.com/sites/michaelshellenberger/2018/05/31/number-one-in-poverty-california-isnt-our-most-progressive-state-its-our-mos

    the Golden State is also number one in poverty and inequality in America.

    How can this be? Around the world, progressive economies like those of Sweden, France, and Germany, which redistribute wealth through high taxes and generous social welfare policies, boast far less poverty and inequality than other nations.

    What gives? And how does California maintain its reputation as a progressive leader given the reality on the ground? 

    If racism is more than just saying nasty things — if it is, as scholars like James Baldwin, Ta-Nehisi Coates, Michelle Alexander and countless others have described, embedded into socioeconomic structures — then California isn’t just the least progressive state. It’s also the most racist.

    (…)

    In the 2013 science fiction film, “Elysium,” the rich have fled to a luxury satellite orbiting Earth while the poor toil in dangerous conditions below. Life in California today differs in degree, not in kind, from that dystopian vision.

    (…) [#California]’s residents believe they are progressive.

    How do they maintain that fiction, which is more detached from reality than “Elysium” the movie? By living in a fantasy world where California is leading the world in saving the environment and fighting racism.

    But in saving the environment, California progressives increased electricity rates, hurt manufacturing, and allowed carbon emissions to rise even while they declined in the rest of the U.S.

    #californie #racisme #inégalités #sf

  • Pollution : la Californie poursuit l’agence fédérale de l’environnement
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/04/11/pollution-la-californie-poursuit-l-agence-federale-de-l-environnement_528376

    La Californie se mesure une fois de plus à l’administration Trump en poursuivant l’agence fédérale de protection de l’environnement (EPA) pour avoir annoncé un assouplissement des normes antipollutions automobiles. D’après un communiqué, mardi 10 avril, le ministre de la justice du grand Etat progressiste de l’Ouest américain, Xavier Becerra, ainsi que le bureau californien chargé de la qualité de l’air, ont conjointement porté plainte contre l’EPA sur son retrait « illégal » de mesures « de longue date qui exigent des principaux pollueurs – comme les raffineries pétrolières et les usines chimiques – d’agir durablement pour faire baisser leurs émissions polluantes ».

  • Northern California teacher placed on leave after encouraging discussion of school shooting protests - World Socialist Web Site
    https://www.wsws.org/en/articles/2018/04/03/rocl-a03.html

    Northern California teacher placed on leave after encouraging discussion of school shooting protests
    By Dan Conway
    3 April 2018

    The killing of 17 students and staff at Marjory Stoneman Douglas High School in Parkland Florida last February has become the catalyst for mass protests of student youth in the United States and internationally. The demonstrations herald a radicalization of young people and the entrance of a new generation into the political arena.

    On March 14, the one-month anniversary of the Parkland shooting, more than 1 million high school students walked out of class to protest gun violence and mass shootings in the US. Some of the protesters limited their actions to limited calls for gun control legislation and “get out the vote” drives. Other protesters pointed to a broader culture of violence, particularly the never-ending US wars in the Middle East and the increasing militarization of American society.

    #états-unis #californie #éducation #armement #manifestation #résistance #punition

  • Love & Mercy | Filme Video | ARD Mediathek
    http://www.ardmediathek.de/tv/Filme/Love-Mercy/ONE/Video?bcastId=27258646&documentId=49886012


    Cet biopic décrit l’enfer derrière les belles images du soleil et de la plage californienne. Disponible encore pendant deux jours.
    Love & Mercy
    https://en.wikipedia.org/wiki/Love_%26_Mercy_(film)

    Love & Mercy (stylized as love&mercy) is a 2014 American biographical drama film directed by Bill Pohlad that focuses on the Beach Boys’ co-founder and leader Brian Wilson and his struggles with mental illness during the 1960s and 1980s. The film, deriving its title from the 1988 song by Wilson, stars Paul Dano and John Cusack as the young and middle-aged Wilson, respectively, with Elizabeth Banks as his second wife Melinda Ledbetter, and Paul Giamatti as his psychotherapist Dr. Eugene Landy.

    télécharger la version allemande
    http://wdrmedien-a.akamaihd.net/medp/ondemand/weltweit/fsk0/157/1577679/1577679_18146023.mp4

    #USA #Californie #surfer #musique

  • California police worked with neo-Nazis to pursue ’anti-racist’ activists, documents show | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2018/feb/09/california-police-white-supremacists-counter-protest

    Au moins c’est clair !

    California police investigating a violent white nationalist event worked with white supremacists in an effort to identify counter-protesters and sought the prosecution of activists with “anti-racist” beliefs, court documents show.

    The records, which also showed officers expressing sympathy with white supremacists and trying to protect a #neo-Nazi organizer’s identity, were included in a court briefing from three anti-fascist activists who were charged with felonies after protesting at a Sacramento rally. The defendants were urging a judge to dismiss their case and accused California police and prosecutors of a “cover-up and collusion with the fascists”.

    #extrême_droite #police #Californie #répression #protestation #anti-fa

  • Drogues et agriculture : une interaction méconnue | IRIS
    http://www.iris-france.org/106922-drogues-et-agriculture-une-interaction-meconnue

    Tout ceci nous ramène à l’#agriculture. Le cannabis est, en effet, soulignons-le nettement, un produit agricole non-alimentaire. Et la #Californie représente la ferme des #États-Unis. C’est un État agricole puissant où l’innovation dans les champs n’est donc pas que technologique aujourd’hui. La Californie produit 6000 tonnes de #marijuana, qui représentent cinq fois sa consommation intérieure et une manne fiscale importante pour ses finances publiques (1 milliard de dollars selon les estimations à maturité du marché). Une filière se met en place, avec des exploitations qui se convertissent sur cette culture à haute valeur ajoutée. Des organisations professionnelles spécifiques (California growers association, California canabis industry association) coexistent avec des producteurs locaux qui revendiquent des « #appellations » selon les #terroirs. À cela s’ajoutent la prolifération de start-ups de Silicon Valley, se positionnant sur la filière #cannabis et dont les levées de fonds battent des records.

    Le cannabis ne mettra sans doute pas en péril la puissante ferme californienne. De sérieuses limites au développement de la filière méritent d’être indiquées : une règlementation stricte (permis de production), une fiscalité élevée ou un plafond foncier très faible (une acre soit 4000 mètres carrés) sur 5 ans pour freiner l’émergence d’une agriculture de firme et capitalistique. Mais sa production pourrait toutefois gagner du terrain au détriment des filières horticoles et de fruits et légumes, car ces cultures ont des besoins analogues en énergie, eau et en infrastructures (cultures sous serres). En outre, la production californienne excède déjà largement la consommation locale dans l’État. Sachant que les exportations interétatiques de cannabis sont interdites sur le sol américain, nous observons donc dans une explosion du marché noir dans les villes californiennes.

  • Skid Row Downtown Los Angeles Christmas Day 2017
    https://www.youtube.com/watch?v=e8fsfwo6R-Y


    Une balade dans les rues de L.A. avec des entretiens peu communs

    Downtown Los Angeles - by car
    https://www.youtube.com/watch?v=E7HozzSGakA


    Une visite du même quartier qui montre davantage de rues avec leurs SDF.

    California Homeless Problem - by bike
    https://www.youtube.com/watch?v=zvCGtxeknSg

    Why is liberal California the poverty capital of America ? - LA Times
    http://www.latimes.com/opinion/op-ed/la-oe-jackson-california-poverty-20180114-story.html
    http://www.trbimg.com/img-5a5d2722/turbine/la-oe-jackson-california-poverty-20180114

    Hillary Clinton in Estonia - Trumpland (2016) Michael Moore
    https://www.youtube.com/watch?v=7TjReC37TWI


    Enfin un discours de Michael Moore qui explique comment 20 millions d’américains sont morts des conséquences de la politique de santé dans son pays.

    #USA #pauvreté #santé #SDF #Californie #Los_Angeles

  • Bukowski’s last stand : Hank’s final poetry reading from 1980 | Dangerous Minds
    https://dangerousminds.net/comments/bukowskis_last_stand_hanks_final_poetry_reading_from_1980

    Good and original poets spawn bad and imitative poetry.

    Look at all the verbiage spewed out by those green and dappled flecked imitators after Dylan Thomas had one too many on a New York afternoon; or all the poems about PMT, swollen ankles and the indifference of men that came forth after Sylvia Plath’s sad demise; or the short men who swaggered after Charles Bukowski died, juggling six-pack and pen, writing long anaemic poetry about drinking, fighting and love. Yes, good poetry does often inspire bad poets.

    It doesn’t always appear after death, sometimes it rubs shoulders with the living poet in hope of capturing some of their spark. I recall when the cool got hip to Bukowski and he appeared in Andy Warhol’s Interview talking with actor Sean Penn, that everyone including Penn was writing long three word a line poems about nothing much in particular, but this how it is if you’re a poet and you know sensitive and you gotta live that kinda life on the edge kinda thing blah-de-blah-de-blah. Suddenly it was hard to find a magazine that didn’t have some sub-Bukowskian ode in it, that looked like the stuff from high school poetry clubs and always made me think of G.K. Chesterton’s line that:

    To have a right to do a thing is not at all the same as to be right in doing it.

    Bukowski did not give many readings during his lifetime. Biographers have claimed he hated giving readings, but did it for the two hundred or three hundred dollars to keep him in booze, smokes and a wager on the horses. But this all changed in the 1980s, when money started coming in via checks and royalties for books and film options and Bukowski no longer needed that extra couple of hundred to tide him over. Bukowski gave his last poetry reading at the Sweetwater music club in Redondo Beach, California on March 31, 1980, almost a decade and a half before he died in 1994. The whole reading was (thankfully) filmed by Jon Monday, who left the performance unedited as he believed the sections between Bukowski reading his poems gave some insight into the man and his temperament. It certainly does, as Oliver Hardy would say, and shows why the original poet will always be better than the imitators.

    Charles Bukowski - The Last Straw 1980
    https://www.youtube.com/watch?v=1JQeCKSIO88

    The Last Straw is a film documenting the very last live poetry reading given by Charles Bukowski, even though he lived and wrote for another 14 years. The reading was given at The Sweetwater, a music club in Redondo Beach, California on March 31, 1980. It is produced and directed by Jon Monday

    Klassenkrampf | Telepolis
    https://www.heise.de/tp/features/Klassenkrampf-3897945.html

    Ich meine, dass Bukowski in Deutschland nicht „missverstanden“ wurde, er hatte auch in Carl Weissner einen ausgesprochen versierten Übersetzer. In Deutschland-West und dann natürlich -Ost breitete sich das Prekariat ja bereits in den Siebziger- und Achtzigerjahren aus - und Bukowski führte genau diese Lebenssituation vor. Er musste keine marxistische Gesellschaftskritik hintanhängen, er musste sich nicht, wie Günter Wallraff, maskieren, um das Leben der Menschen „ganz unten“ zu studieren.

    Er hatte es jahrelang, Tag für Tag, miterlebt. Und er schrieb gewissermaßen das Drehbuch für die Jahre von damals bis heute — denn das Leben eines Bukowski ist heute überall in Europa Alltag. Kein Wunder, dass die WELT eine Dosis Klassenkrampf über dem Autor ausschüttet, wie Säure über dem Leichnam, der auch nach über 20 Jahren nicht aufhört, äußerst lebendig zu bleiben.

    Hier noch etwas zum Nachlesen: Bukowskis Dankesbrief an seinen Verleger und Gönner, John Martin, der dem begabten Autor ein Stipendium von 100 Dollar im Monat spendierte, damit er die Maloche bei der Post aufgeben und sich ganz dem Schreiben widmen konnte.
    http://www.lettersofnote.com/2012/10/people-simply-empty-out.html

    Wie Bukowski schrieb: „50 Jahre meines Lebens hab ich vertan, jetzt muss ich auf die Tube drücken, um irgendwas von dem zu realisieren, was mir vorschwebte.“ Immerhin, es kamen noch rund 50 Bände Storys und Gedichte zusammen - und dann nochmal so viele in Form von posthumen Briefen und sonstigen Traktaten.

    Eine schöne Sammlung von Robert-Crumb-Illustrationen zu Geschichten von Bukowski findet sich hier.
    https://www.brainpickings.org/2012/10/08/r-crumb-illustrates-bukowski

    Tom Appleton

    #poésie #USA #Californie

  • El Diablo in Wine Country, by Mike Davis
    https://www.lrb.co.uk/blog/2017/10/14/mike-davis/el-diablo-in-wine-country

    And we continue to send urban sprawl into our fire-dependent ecosystems with the expectation that firefighters will risk their lives to defend each new McMansion, and an insurance system that spreads costs across all homeowners will promptly replace whatever is lost.
    This is the deadly conceit behind mainstream environmental politics in California: you say fire, I say climate change, and we both ignore the financial and real-estate juggernaut that drives the suburbanisation of our increasingly inflammable wildlands. Land use patterns in California have long been insane but, with negligible opposition, they reproduce themselves like a flesh-eating virus.

    #feu #climat #urbanisation #californie #géographie_critique