• Tableur Permaculture : Pour vivre, produire ses calories au jardin
    https://www.passerelleco.info/article.php?id_article=2270

    Dans Passerelle Eco n°70, le dossier « Des calories pour vivre » présente la manière avec laquelle Claire et Gildas Verret ont conçu l’aménagement de leur site et jardin avec l’objectif de fournir, sans énergie fossie, les calories dont ils ont besoin pour vivre. L’article se poursuit par un « jeu sérieux » permettant de choisir quelles productions, fruits, légumes ou autres, vous voudrez produire et en quelle quantité dans votre jardin ou sur votre ferme, afin de fournir assez de calories pour subvenir (...)

    #Agricultiver

  • L’apport calorique d’un repas anthropophage est assez bas comparés aux autres repas carnivores traditionnels :

    Assessing the calorific significance of episodes of human cannibalism in the Palaeolithic
    James Cole
    Sci. Rep. 7:44707, 2017
    https://www.nature.com/articles/srep44707

    Episodes of Palaeolithic cannibalism have frequently been defined as ‘nutritional’ in nature, but with little empirical evidence to assess their dietary significance. This paper presents a nutritional template that offers a proxy calorie value for the human body. When applied to the Palaeolithic record, the template provides a framework for assessing the dietary value of prehistoric cannibalistic episodes compared to the faunal record. Results show that humans have a comparable nutritional value to those faunal species that match our typical body weight, but significantly lower than a range of fauna often found in association with anthropogenically modified hominin remains. This could suggest that the motivations behind hominin anthropophagy may not have been purely nutritionally motivated. It is proposed here that the comparatively low nutritional value of hominin cannibalism episodes support more socially or culturally driven narratives in the interpretation of Palaeolithic cannibalism.

    Vainqueur du Prix #Ig_Nobel 2018 en Nutrition
    https://www.improbable.com/ig/winners/#ig2018

    A rajouter à la compilation #archéologie et #discriminations :
    https://seenthis.net/messages/633249

    #histoire #préhistoire #anthropologie #civilisation #évolution #anthropophagie #cannibalisme #nourriture #calories

    • Modeste proposition, par Jonathan Swift

      Pour empêcher les enfants des pauvres en Irlande d’être à charge à leurs parents et à leur pays et pour les rendre utiles au public
      . . . . .
      Un jeune américain de ma connaissance, homme très-entendu, m’a certifié à Londres qu’un jeune enfant bien sain, bien nourri, est, à l’âge d’un an, un aliment délicieux, très-nourrissant et très-sain, bouilli, rôti, à l’étuvée ou au four, et je ne mets pas en doute qu’il ne puisse également servir en fricassée ou en ragoût.
      . . . . .
      Un enfant fera deux plats dans un repas d’amis ; et quand la famille dîne seule, le train de devant ou de derrière fera un plat raisonnable, et assaisonné avec un peu de poivre et de sel, sera très-bon bouilli le quatrième jour, spécialement en hiver.
      J’ai fait le calcul qu’en moyenne un enfant qui vient de naître pèse vingt livres, et que dans l’année solaire, s’il est passablement nourri, il ira à vingt-huit.

      J’accorde que cet aliment sera un peu cher, et par conséquent il conviendra très-bien aux propriétaires, qui, puisqu’ils ont déjà dévoré la plupart des pères, paraissent avoir le plus de droits sur les enfants.

      La chair des enfants sera de saison toute l’année, mais plus abondante en mars, et un peu avant et après, car il est dit par un grave auteur, un éminent médecin français, que, le poisson étant une nourriture prolifique, il naît plus d’enfants dans les pays catholiques romains environ neuf mois après le carême qu’à toute autre époque : c’est pourquoi, en comptant une année après le carême, les marchés seront mieux fournis encore que d’habitude, parce que le nombre des enfants papistes est au moins de trois contre un dans ce royaume ; cela aura donc un autre avantage, celui de diminuer le nombre des papistes parmi nous.
      . . . . .

      https://www.oeuvresouvertes.net/spip.php?article1700

      #Littérature #Jonathan_Swift #Angleterre

    • 28 septembre 13h30 UQAM (279 Sainte-Catherine Est, Montréal, DC-2300) : Le cannibalisme comme métaphore de l’humain
      https://evenements.uqam.ca/evenements/le-cannibalisme-comme-metaphore-de-l-humain/3679

      Mondher Kilani, Professeur honoraire, Université de Lausanne
      Les modalités de la relation de soi à l’autre passent par le cannibalisme en tant que métaphore d’ingestion et de digestion, d’assimilation et de destruction.L’imaginaire cannibale, mélange subtil de désir et d’appréhension, d’accusation et d’aveu, de rumeur et de réputation, fonctionne sur le mode du « je sais bien mais quand même ». Depuis le moment inaugural de la modernité occidentale, ce thème n’a cessé de traverser les récits de voyage, les romans d’aventure, la littérature, le cinéma, les contes, les manifestes intellectuels et artistiques, mais aussi la philosophie et les sciences sociales. Le cannibalisme y représente un modèle auquel la culture se conforme ou duquel elle se défie. Il contribue à ce titre à la production de l’humain, tout comme il éclaire l’épistémologie de l’anthropologie considérée comme alimentation.
      Présentation en lien avec sa dernière publication, Du goût de l’autre. Fragments d’un discours cannibale, Paris, Seuil, 2018.

  • Hotspots of inefficiency: Mapping the difference between crop produc-on and food calorie delivery
    EmC_AGU_initial - EmC_AGU_final_SMALL.pdf
    https://fallmeeting.agu.org/2012/files/2012/11/EmC_AGU_final_SMALL.pdf

    Meeting growing demands for food calories will be a substantial challenge. One place to search for solutions is in how we allocate the
    world’s crops, and finding ways to feed more people with current crop production. Currently, a substantial proportion of crop calories are
    used as animal feed, and only a small fraction of those feed calories ultimately contribute to human diets. Countries like the United States and China, which together produce over a third of the world’s meat, eggs and dairy, lose a substantial portion of calories and protein to the feed-to-animal conversion process.
    This study looks at global croplands that have a large difference between calories grown, and the food calories available for consumption. These hotspots have the potential to feed more people, while reducing envi-ronmental impacts of agriculture


    #agriculture #alimentation #calories

    • From the 41 crops analyzed in this study, 9.46 x 1015 calories available in plant form are produced by crops globally, of which
      55% directly feed to humans. However, 36% of these produced calories go to animal feed, of which 89% is lost, such that only 4% of crop-produced calories are available by humans in the form of animal products. Another 9% of crop-produced calories are used for industrial uses and biofuels and so completely lost from the food system.
      Including both human-edible crop calories and feed-produced animal calories, only 5.57 x 1015 (59% of the total produced) calor
      ies are delivered to the world’s food system. Therefore, 41% of the calories available from global crop production are lost to the food system

  • Google Maps Pulls Calorie-Counting Feature After Criticism - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/10/17/technology/google-maps-calories.html

    She was baffled to see a new feature: The iPhone app told her that walking instead of driving would burn 70 calories. While it was perhaps meant as an incentive to walk, those with eating disorders might instead fixate on the number, a dangerous mind-set that counselors try to minimize, she said.

    “We’ve gotten into this habit of thinking about our bodies and the foods we take in and how much activity we do as this mathematical equation, and it’s really not,” she said. “The more we have technology that promotes that view, the more people who may develop eating disorders might be triggered into that pathway.”

    On Monday night, Google pulled the feature, which it said was an experiment on its iOS app. The decision followed a wave of attention on social media; while some of the responses saw Google’s feature as promoting exercise, there were several complaints that it was dangerous or insulting.

    C’est aussi une question d’IHM sans discussion ouverte : l’idée est apparue bonne au développeur et à ses collègues... donc elle devrait être bonne pour tout le monde, n’est-ce pas ?

    “For some people, that’s not an issue at all,” she said. “But for people who are hyper-focused on numbers, that can feel very oppressive to see calorie counts everywhere when you’re trying to shift your relationship with food.”

    If Google wanted to promote walking, it could have framed it “in terms of strength and how it makes you feel,” Ms. Mysko said.

    Since Google knows how the weather is in your area, it could suggest walking on nice days, Dr. Zerwas said.

    #Google #IHM #Calories #Marche_à_pied #Google_maps

  • After ‘The Biggest Loser,’ Their Bodies Fought to Regain Weight
    http://www.nytimes.com/2016/05/02/health/biggest-loser-weight-loss.html

    Mr. Cahill was one of the worst off. As he regained more than 100 pounds, his metabolism slowed so much that, just to maintain his current weight of 295 pounds, he now has to eat 800 calories a day less than a typical man his size. Anything more turns to fat.

    ‘A Basic Biological Reality’
    The struggles the contestants went through help explain why it has been so hard to make headway against the nation’s obesity problem, which afflicts more than a third of American adults. Despite spending billions of dollars on weight-loss drugs and dieting programs, even the most motivated are working against their own biology.

    #obésité #calories #métabolisme

  • JAMA Network | JAMA | Lifespan Weighed Down by Diet
    http://jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleID=2512347

    Notamment la restriction calorique au long cours,

    Although many factors influence body weight, the obesity epidemic is, at least in part, related to the confluence of uncertain science and special interests. For years, the public health approach to obesity has been based on the notion that “all calories are alike” and weight loss will result from simply eating less and being more active. This way of thinking implicitly places primary responsibility on individuals to control their calorie balance, while exonerating the food industry from aggressively marketing low-quality products. If all calories are alike, then a person could consume sugary beverages and other unhealthful foods as long as that person consumes less of other foods or gets more exercise. However, exceedingly few people can maintain long-term weight loss through calorie restriction because of antagonizing physiological responses, including increasing hunger level and slowing metabolic rate over time.

    Contrary to the conventional perspective, recent research has shown that food affects hunger, hormones, and even genetic expression in ways that cannot be explained by consideration of caloric balance alone. For example, energy expenditure decreased by 325 kcal per day among volunteers in a crossover study who consumed a low-fat diet compared with when they consumed a calorie-matched low-carbohydrate diet.6 In other words, the type of calories consumed may affect the number of calories burned. A difference of this magnitude, if persistent, could explain a substantial proportion of the obesity epidemic, even without a change in food intake. In cohort studies, sugary foods, refined grain products, and other high–glycemic load carbohydrates have been associated with weight gain7 and diabetes risk, whereas calorie-dense high-fat foods like nuts, dark chocolate, and olive oil show the opposite relationships.

    #calories #poids #régime_amaigrissant

  • #Gaza et l’économie #néolibérale de la violence en #Israël
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/08/08/gaza-et-l-economie-neoliberale-de-la-violence-en-israel_4469342_3232.html

    La rentabilité de l’économie de la #violence depuis le « désengagement » de Gaza, l’#occupation est marquée par une administration de plus en plus dépendante d’une logique de « violence retenue » permettant à #Israël d’affirmer sa #domination sur les territoires palestiniens et sur la population tout en répondant à l’impératif économique. Comme le soulignent des universitaires israéliens, cette violence retenue « promet un contrôle maximal [...] au plus bas prix. ». Au-delà de la mitigation des répercussions politiques d’une longue occupation, l’administration israélienne, en plus de réduire les coûts économiques, exploite maintenant la violence dans les territoires palestiniens comme stimulus économique. C’est dans ce cadre d’économie de la violence qu’il faut situer la présente opération.

    Gaza est ainsi devenu un véritable #laboratoire d’#expérimentation sur la #misère humaine et sur le #contrôle des populations « non désirables ». Laboratoire qui sert également à tester les techniques et armes développées par le complexe militaro-industriel. C’est ainsi que le gouvernement israélien relança l’économie propulsée par son secteur des technologies liées à la sécurité et à l’industrie de l’armement. Les Israéliens ont pris conscience de la « valeur » de leur expérience et savoir-faire en matière d’opérations militaires et policières dans un contexte post-9/11. Il en va de même pour l’armement testé sur des cibles humaines. Ainsi, à la question par le journaliste israélien M. Feldman « pourquoi une telle demande pour les armes israéliennes ? », le ministre de l’industrie israélien, M. Ben-Eliezer, affirmait « Si Israël vend des armes, les acheteurs savent qu’elles ont été testées. » Le journaliste demande alors si cette expérience avec la violence est liée à la croissance économique et le ministre répond : « cela génère des milliards de dollars ».

    Cette économie de la violence retenue est basée sur un principe de modulation qui vise à éviter les débordements : des seuils à ne pas franchir sont déterminés pour maintenir un contrôle politique et économique efficace. Les dirigeants israéliens nomment « zone élastique de discrétion » cet équilibre dynamique. Des journalistes israéliens ont révélé l’existence d’un document appelé « Lignes rouges » qui établit une liste de ces seuils. Par exemple, le minimum de #calories requises pour soutenir une population de 1.8 million de Gazaouis est réglé juste au-dessus de la définition du seuil de famine de l’ONU et la « zone de discrétion » est constamment réévaluée grâce à la #surveillance permanente.

    (...)

    Destitués via une politique raciale et identifiés comme un « problème démographique », les Palestiniens, entre deux opérations militaires, rencontrent constamment les obstacles de l’occupation qui les dirigent graduellement vers une mort beaucoup moins spectaculaire que les scènes télévisées actuelles. Cette forme de « #mort en douceur » prend la forme d’un non-événement où les implications politiques et éthiques de l’État Israélien sont dissipées dans la matrice d’occupation qui implique la taxation, la séquestration de revenus, la violence quotidienne des colons israéliens, un blocus aérien, naval et terrestre, un réseau de « checkpoints », la multiplication des permis, des cartes magnétiques, etc.

    Le politologue Achille Mbembe écrivait au sujet de la Palestine : « Les villages et villes assiégés sont enfermés et coupés du monde. La vie quotidienne est militarisée. Liberté est donnée aux commandants militaires locaux de tuer quand et qui bon leur semble. Les mouvements entre cellules territoriales nécessitent des permis officiels. Les institutions civiles locales sont systématiquement détruites. La population assiégée est privée de ses sources de revenus. Tuer de façon invisible s’ajoute aux exécutions ouvertes. » L’odeur des eaux usées suite au bombardement de l’usine de traitement, les coupures d’électricité, le vrombissement des drones, le blocus, les assassinats ciblés, les restrictions de déplacement, le manque de nourriture, les tirs sporadiques venant de la barrière de sécurité qui sert de cage aux Gazaouis sont autant de signes quotidiens qui rappellent que la « paix », de leur côté du mur, prend la forme d’une guerre sans fin.

    #Palestine #crime

  • PLOS ONE : The Global Hidden Hunger Indices and Maps : An Advocacy Tool for Action
    http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0067860#pone-0067860-g002

    (6/2013)

    Des cartes révèlent une « #faim_cachée » qui étouffe le développement - SciDev.Net #Afrique_Sub-Saharienne
    http://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/enfants/actualites/des-cartes-r-v-lent-une-faim-cach-e-qui-touffe-le-d-veloppement.html

    Le fardeau de cette ’faim cachée’, définie comme l’absence de fer, de zinc, de vitamine A et d’autres éléments nutritifs, représente plus d’un dixième de la perte de productivité due aux maladies, à l’incapacité ou au décès prématuré dans les pays les plus gravement touchés, d’après l’article, écrit comme outil de plaidoyer et publié dans PLOS ONE début juin. 

    Les auteurs ont cartographié la prévalence de l’anémie et du retard de croissance, qui sont des mesures indirectes de la carence en fer et en zinc, respectivement — et de la carence en vitamine A (CVA) - chez des #enfants d’âge préscolaire à travers 149 pays. Les auteurs notent que tous les 20 pays ayant les niveaux les plus élevés de faim cachée se trouvent en Afrique sub-saharienne, en dehors de l’Inde et de l’Afghanistan.

    La majorité des enfants d’âge préscolaire dans ces pays sont affectés par des taux d’anémie, de retard de croissance et de CVA supérieurs à 30, 40 et 50 pour cent respectivement. Il y a également un lien étroit entre le taux croissant de la faim cachée et la baisse des niveaux de #développement

    Cette relation souligne l’importance des #micronutriments pour l’amélioration de la #santé et de l’#éducation, tout en réduisant la #malnutrition, affirment les auteurs. 

    Dans une seconde partie de l’étude, les chercheurs estiment l’impact de la faim cachée sur les populations dans 136 pays, en fonction des #années_de_vie_corrigées_de_l’incapacité (AVCI) - la mesure utilisée par l’#OMS pour mesurer la charge de morbidité en tenant compte des années perdues pour cause de maladie, d’invalidité ou de décès prématuré.

    La Sierra Leone, le pays le plus gravement touché, compte 5 870 AVCI pour 100 000 personnes, tandis que 12,3 pour cent des AVCI de la Côte d’Ivoire sont attribuées à des carences en fer, en zinc et en vitamine A. 

    « Tous les pays ne prennent pas les carences en micronutriments suffisamment au sérieux », déclare Klaus Kraemer, co-auteur de l’étude et directeur de Sight and Life, une cellule de réflexion sur la nutrition. « Nous devons tenir les décideurs pour responsables des mesures à prendre par rapport à cette terrible situation qui maintient des millions de personnes dans la pauvreté ». 

    Les résultats de l’étude, selon Kraemer, soulignent le fait qu’en mettant principalement l’accent sur la fourniture de #calories pour lutter contre la faim chez une population – tel qu’encouragé par les #Objectifs_du_millénaire_pour_le_développement –, on passe à côté de l’objectif, dans son ensemble. 

    L’accent doit être mis sur la #qualité de l’#alimentation, plutôt que simplement sur la quantité, pour assurer une bonne #santé et ainsi promouvoir le développement, précise-t-il. Kraemer ajoute que l’étude a trouvé dans les #données de grosses lacunes qui doivent être vite corrigées. 

    La plupart de ces données sont soit périmées, soit incomplètes, et peuvent ne pas refléter le véritable fardeau de la faim cachée, soutient-il. Venkatesh Mannar, président de l’Initiative pour les micronutriments, est d’accord pour la nécessité d’améliorer les données, mais se félicite des efforts pour fournir aux décideurs des informations claires, visuelles sur un sujet que beaucoup continuent à ne pas trouver important. 

    Monika Blössner, responsable technique du Département Nutrition pour la santé et le développement (NSD) à l’OMS, laisse entendre que bien que les cartes mondiales soient un excellent outil de plaidoyer pour sensibiliser, elles ne représentent que des moyennes. 

    En fin de compte, pour que des avancées réelles soient perceptibles en matière de lutte contre les carences en micronutriments, les données locales doivent être rendues beaucoup plus accessibles, estime-t-elle. « La voie à suivre consiste à désagréger les données dont nous disposons un peu plus vers le bas, aux différents niveaux de l’administration, de sorte que les gens puissent se concentrer sur des domaines spécifiques ».

    http://www.plosone.org/article/fetchObject.action?uri=info:doi/10.1371/journal.pone.0067860.g001&representation=PNG_I

    http://www.plosone.org/article/fetchObject.action?uri=info:doi/10.1371/journal.pone.0067860.g002&representation=PNG_I