• Mort de neuf migrants après un #naufrage au large de l’île espagnole de #Lanzarote

    Neuf migrants ont été retrouvés morts au large de Lanzarote après le naufrage de leur embarcation prise dans une forte houle alors qu’ils tentaient de rejoindre cette île des Canaries. Deux autres personnes sont toujours portées disparues.

    Neuf migrants sont morts après le naufrage au large de l’île espagnole de Lanzarote, aux Canaries, de leur embarcation renversée par de fortes vagues, ont indiqué jeudi 7 novembre les autorités de l’archipel. Deux autres migrants sont toujours portés disparus.

    Ce bilan s’est alourdi jeudi après la découverte de quatre nouveaux corps, ont indiqué les autorités locales. Mercredi, cinq corps avaient été retrouvés « en dépit des difficultés dues à la forte houle, responsable du renversement de l’embarcation", avait expliqué l’administration locale de Lanzarote, dans un communiqué.

    "Il y a neuf personnes décédées, en plus des quatre secourues en vie", a indiqué à l’AFP un porte-parole du gouvernement local de Lanzarote, île située au large des côtes marocaines, dans l’océan Atlantique. "Selon certains survivants, quinze personnes étaient à bord de l’embarcation et les services d’urgence continuent de fouiller la zone", a ajouté le porte-parole.

    Les recherches se poursuivaient jeudi avec deux hélicoptères et plusieurs bateaux, en dépit des conditions météorologiques très difficiles "avec des vagues de quatre ou cinq mètres", avait plutôt affirmé Isidoro Blanco, porte-parole des services d’urgence de Lanzarote.

    Selon le récit des rescapés, la quinzaine de personnes aurait pris la mer vendredi. Aucune information n’a été donnée sur leur pays d’origine ni leur identité.

    Selon les chiffres publiés par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) de l’ONU, au moins 80 personnes sont mortes ou portées disparues, après avoir tenté de parvenir aux Canaries depuis le nord-ouest de l’Afrique en 2019.

    https://www.infomigrants.net/fr/post/20690/mort-de-neuf-migrants-apres-un-naufrage-au-large-de-l-ile-espagnole-de
    #décès #migrations #réfugiés #Lanzarote #Atlantique #océan_atlantique #mourir_en_mer #Canaries #routes_migratoires #itinéraires_migratoires #route_atlantique

    • La côte atlantique, nouveau point de départ de jeunes marocains

      Ces dernières semaines, plusieurs embarcations transportant des jeunes marocains sont parties des villes de Salé, Casablanca, ou encore Safi, pour rejoindre le sud de l’Espagne ou les Canaries. Pour Ali Zoubeidi, docteur en droit public, spécialiste dans le trafic illicite de migrants au Maroc, les départs depuis ces villes situées sur la côte atlantique du pays sont nouveaux, et révèlent le désarroi d’une jeunesse qui, faute de perspectives, se tourne vers un « eldorado » européen.
      Entre fin septembre et début octobre, les corps de 16 personnes ont été repêchés au large de Casablanca, au nord-ouest du Maroc. Les victimes, tous de jeunes marocains, étaient montées à bord d’une embarcation pneumatique, espérant rejoindre le sud de l’Espagne par l’océan Atlantique. Sur la soixantaine de personnes qui se trouvaient à bord, seules trois ont survécu.

      Quelques semaines plus tard, une vidéo publiée sur les réseaux sociaux fait le tour de la presse marocaine. Elle montre Anouar Boukharsa, un sportif marocain détenteur de plusieurs prix de taekwondo régionaux et nationaux, lancer sa médaille à la mer depuis un bateau de fortune en direction des Canaries. Parti de la plage de Souira, au sud de la ville de Safi, avec une dizaine de jeunes marocains comme lui originaires de la région, il est arrivé le 23 octobre à Lanzarote, une île de l’archipel espagnol, après quatre jours de voyage.

      Si le Maroc est devenu ces dernières années une route migratoire majeure, avec des départs s’organisant le plus souvent depuis la côte méditerranéenne, ces deux événements illustrent la présence d’autres points de départ se situant du côté Atlantique. Ali Zoubeidi, docteur en droit public spécialiste dans le trafic illicite de migrants au Maroc, travaille sur l’émergence de ces nouvelles traversées. Il répond aux questions de la rédaction d’InfoMigrants.

      Les départs depuis la côte atlantique du Maroc sont-ils nouveaux ?

      La route atlantique depuis le sud du pays en direction des Canaries avait déjà été réactivée, avec des points de départ dans la région de Tiznit, ou près de Dakhla. On connaissait déjà aussi la route du nord, avec des embarcations qui partent des villes d’Asilah ou de Larache, sur la côte atlantique, pour rejoindre la mer Méditerranée puis le sud de l’Espagne.

      Mais ce que l’on voit émerger maintenant, et c’est très récent, ce sont des points de départ dans le centre, à partir de villes comme Safi - d’où est parti le champion de taekwondo - pour aller aux Canaries, ou de Salé et de Casablanca pour rejoindre la Méditerranée et ensuite le sud de l’Espagne. Ce sont des trajets de plusieurs jours, très dangereux, à bord d’embarcations de pêche traditionnelles ou de bateaux pneumatiques qui sont mis à l’eau sur des plages sauvages, par exemple à Souira, au sud de Safi.

      Les points de départ au sud concernent à la fois des Marocains et des migrants originaires d’Afrique subsaharienne. Ces derniers se retrouvent pour certains au sud du pays après avoir été refoulés du nord par les autorités. [Les autorités marocaines avaient commencé en août 2018 à refouler de force des migrants vers le sud du pays afin de les « soustraire aux réseaux mafieux » du nord, NDLR.]

      Au centre, depuis Safi, Salé, ce sont surtout de jeunes marocains qui partent vers l’Europe.

      Comment expliquer ces départs de jeunes marocains ?

      Même s’il n’y a pas encore de chiffres et données précises sur les départs depuis ces nouvelles zones, ce que l’on observe, c’est vraiment le désespoir de la jeunesse marocaine. Ce sont souvent des jeunes qui décident de quitter le pays en trouvant l’issue la plus proche pour atteindre l’Europe, « l’eldorado ». Dans les vidéos qui sont apparues ces dernières semaines, on a vu plusieurs personnes originaires de Safi partir du sud de leur ville, dont des sportifs. Certains jettent à l’eau leurs médailles, d’autres leurs diplômes. C’est révélateur d’une absence de perspectives pour la jeunesse marocaine, tant au niveau économique, de la santé, qu’au niveau sportif et culturel. Ils savent qu’ils peuvent mourir pendant le trajet, mais ils ne se posent pas la question de ce qu’il pourra ensuite se passer une fois en Espagne.

      C’est vraiment présenté comme une aventure, un challenge entre jeunes. Ce sont aussi des jeunes qui souffrent de l’absence de voie légale d’immigration. Ils se voient refuser des visas pour des raisons économiques, même quand il s’agit pour eux simplement de faire du tourisme ou d’effectuer un déplacement temporaire. Et puis, il y a la mise en scène. On fait des vidéos pendant le passage irrégulier, on se vante pour montrer qu’on y arrive, on fait des dédicaces à sa famille, ses amis : c’est le moment où l’on peut dire « j’ai réussi quelque chose ». Et cela devient un facteur d’attraction pour d’autres. C’est aussi de la publicité dont se servent ensuite les réseaux mafieux.

      Comment s’organisent ces départs ? Quels sont les dangers ?

      Je dirais qu’il y a vraiment des réseaux criminels impliqués dans environ 85% des cas. Le reste étant des amateurs qui s’auto-organisent. Je soulignerais aussi l’importance de la communauté locale, des gens qui habitent sur la côte : dans les quartiers populaires, des pêcheurs sont impliqués. Il y a également des opportunistes, qui n’y connaissent rien, qui prennent contact avec des jeunes via les réseaux sociaux et les arnaquent. Début septembre, pour le cas du naufrage au large de Casablanca d’une embarcation qui se dirigeait vers le sud de l’Espagne, il s’agissait clairement d’une arnaque. Il est extrêmement compliqué de rejoindre les côtes espagnoles depuis Casablanca.

      Il y a également eu le cas de migrants qui avaient été mis dans une embarcation et emmenés d’une côte marocaine à une autre. On leur avait dit de rester cachés pour ne pas être repérés. Au-delà des arnaques, ce sont des routes très dangereuses, autant lorsqu’on part du centre vers les Canaries que du centre vers le sud de l’Espagne. Et, souvent, les jeunes qui partent n’ont pas le réflexe de penser à des numéros de secours qu’ils pourraient appeler en cas de détresse.

      La vidéo du champion de taekwondo, et deux jours avant la photo d’un ancien footballeur lors de sa traversée, sont des signaux d’alarme pour le pays. Le Maroc renforce ses capacités et forme des acteurs à lutter contre ces départs et ces réseaux. Mais il faudra aussi des programmes pour travailler sur les causes profondes qui poussent ces jeunes à partir.

      https://www.infomigrants.net/fr/post/20425/la-cote-atlantique-nouveau-point-de-depart-de-jeunes-marocains

      #migrants_marocains #jeunes #jeunesse #Asilah #Larache #Salé #Casablanca #Safi

  • Indonesia re-exporting illegal waste to other countries, report finds
    https://news.mongabay.com/2019/11/indonesia-waste-plastic-export-import-illegal

    A report by environmental groups says the Indonesian government is shipping containers of imported plastic waste from the U.S. to other countries instead of sending them back to the source as it claimed it would.
    The report said 38 containers ended up arriving in India, while the others were sent to countries including Thailand, Vietnam, Mexico, the Netherlands, and Canada.
    The Indonesian government has rebuffed the allegation, saying the re-export documents list the U.S. and Germany as the final destinations.
    The groups behind the report have called on Indonesia to work together with the source countries and to prosecute those involved in the trafficking of waste.

    #plastique #déchets #trafic

  • Bienvenue à #Cancer alley
    https://www.liberation.fr/apps/2019/06/bienvenue-a-cancer-alley
    Ce reportage d’Aude Massiot, publié en juin 2019 a obtenu le prix Varenne pour la presse quotidienne nationale en novembre 2019.

    En Louisiane, le couloir pétrochimique entre Baton Rouge et la Nouvelle-Orléans concentre les taux de cancer les plus élevés des #Etats-Unis. Libération est parti à la rencontre de ces communautés, majoritairement afro-américaines, empoisonnées par leur environnement.

    #racisme #industriels #petrochimie

    et tout va bien à Rouen ?

  • ’I can’t believe I’m free’: the Canadian citizens ending the torment for Australia’s offshore refugees

    A unique private #sponsorship program has relocated dozens of people from Papua New Guinea to Canada, giving them a chance ‘to be human again’

    https://www.theguardian.com/australia-news/2019/nov/04/i-cant-believe-im-free-the-canadian-citizens-ending-the-torment-for-aus
    #relocalisation #accueil_privé #asile #migrations #réfugiés #Manus_island #Canada #Papouasie-Nouvelle-Guinée #relocalisation

    • ’Someone has to do it’: Australians sponsor refugees into Canada

      Toronto: Hundreds of asylum seekers rejected by Australia and stranded in Nauru and Papua New Guinea could be resettled in Canada under a unique program that allows individuals to privately sponsor refugees.

      Australian expats in Canada, alarmed at the deteriorating mental health of many asylum seekers in offshore detention, have formed a network to raise funds and lodge applications to bring refugees to their adopted homeland.

      They are focused almost exclusively on the 330 estimated asylum seekers who are ineligible for the US resettlement program and have no prospect of being accepted by another third country.

      Amirhossein Sahragard, a 27-year-old Iranian refugee who tried to reach Australia by boat, arrived at Toronto airport on Thursday night (Friday AEDT) after almost seven years on Manus Island.

      He is believed to be just the second refugee from Australia’s offshore detention system to be resettled in Canada under its private sponsorship scheme.

      “Before this, I had no future,” he told The Sydney Morning Herald and The Age after his arrival.

      “When I found out I was coming to Canada my body went into shock. I couldn’t believe it.”

      Another Iranian refugee who was detained on Manus Island will arrive in Toronto next week.

      Canada’s private sponsorship scheme, which has operated since the late 1970s, allows groups of five people to apply to bring refugees of their choosing to Canada.

      Sponsors must raise about $18,000 for each refugee and help them find housing, employment and counselling services.

      “There is no other way for these people to get out,” said Juliet Donald, an Australian clinical psychologist who lives in Toronto.

      She has applied to privately sponsor a gay refugee who fled Iran after being blackmailed by associates of an ex-lover. She is also fundraising to sponsor a refugee family of four on Nauru.

      “In a strange way it turns out I can do more from Canada than I could in Australia,” she said.

      “I feel this huge relief that there is something I can do to help.”

      Donald, originally from Sydney, is a member of the Canadian branch of Ads-Up (Australian Diaspora Steps Up), a group of Australian expats and Canadian locals helping to resettle refugees.

      Ben Winsor, who co-founded Ads-Up in the US last year, said the group decided to expand to Canada after the surprise May election result.

      “We were really rattled by a spate of suicide attempts and we felt we had to take a harder look at what we could do for people who were getting turned away by the Trump administration,” Winsor said.

      "Taxpayers are wasting billions of dollars, Australia’s name is being dragged through the mud, and people’s lives are being stolen from them year after year.

      “We need to end it, and this is a way that we can do that.”

      The group has 17 applications underway to privately resettle refugees, and expects that number to rapidly expand.

      It is estimated that around 600 asylum seekers remain on Nauru and PNG, and another 135 have been transferred to Australia for medical treatment.

      “The only limit really is the amount of money and volunteers,” Ads-Up member Laura Beth Bugg, a university professor who moved from Sydney to Toronto, said.

      “In theory we could resettle everybody.”

      Bugg co-sponsored Amirhossein Sahragard’s refugee application and greeted him at the airport on Thursday with a winter coat.

      She said Canadians were generally shocked to learn about Manus Island and Nauru.

      “It is not the image they had of Australia,” she said.

      A parallel project in western Canada, run by two local non-profit organisations, is aiming to resettle up to 200 refugees from Nauru and PNG.

      Laurie Cooper, from the Canada Caring Society, said the project had raised approximately $330,000 and was about to submit its first batch of 17 applications. It can take between 18 and 24 months for applications to be processed.

      The US has accepted around 630 refugees from Nauru and PNG, but has also rejected hundreds of applicants under its “extreme vetting” process. Iranian and Syrian refugees have especially low acceptance rates.

      Refugees must pass security, criminal and medical checks before being accepted into Canada, but the process is less onerous than in the US.

      Donald said that privately sponsoring a refugee carries immense responsibilities, but that someone had to do it.

      “I’d rather be a little scared and do it, than to walk away,” she said. “This is something I can do that makes me proud to be Australian.”

      https://www.smh.com.au/world/north-america/someone-has-to-do-it-australians-sponsor-refugees-into-canada-20191102-p536r

  • Il y a un mois

    #Turquie. Les poursuites contre un #lanceur_d’alerte qui a révélé des risques sanitaires doivent être abandonnées | Amnesty International
    https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2019/09/turkey-charges-against-whistleblower-who-exposed-public-health-dangers-must

    Cet ingénieur agroalimentaire, ancien universitaire et directeur adjoint du Centre de recherche sur la sécurité alimentaire et l’agriculture à l’Université d’Akdeniz, a publié les résultats d’une étude qu’il a menée avec d’autres scientifiques pour le ministère de la #Santé entre 2011 et 2015, visant à vérifier s’il existait une corrélation entre d’une part la toxicité du #sol, de l’#eau et des denrées alimentaires et d’autre part l’incidence des #cancers dans une région de l’ouest de la Turquie. L’étude a mis en évidence des niveaux de toxicité supérieurs au seuil de risque acceptable en raison de la présence de #pesticides dans les eaux souterraines et de surface et le sol.

    #Bülent_Şık : Turkish scientist convicted - The Lancet
    https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(19)32672-8/abstract

    Bülent Şık continues to reside in Antalya, where 60% of the food, as he noted in The Hidden Report, contains pesticide residues—the highest proportion in the country. Last year, Şık published his first book, The Chemist in the Kitchen: How Safe Is Our Food?, to inform readers about these dangers. In July, Turkey’s highest court ruled that the sentencing of the Academics for Peace amounted to a violation of their rights; court cases against scholars were dropped soon afterwards. But Şık’s sentencing from the ministry of health case still stands.

  • Aspirine : intérêt incertain en prévention d’un premier accident cardiovasculaire
    https://www.prescrire.org/fr/3/31/57648/0/NewsDetails.aspx

    Les résultats ont été voisins des résultats globaux chez les patients diabétiques et chez les personnes à risque cardiovasculaire élevé.

    Selon cette synthèse d’essais, la prise d’#aspirine n’a pas été associée à une réduction du risque de #cancer, ni à une moindre mortalité par cancer, contrairement à l’hypothèse d’un rôle préventif de l’aspirine sur certains cancers émise dans les années 2000.

    #prévention_primaire

  • Je poursuis ma collection de marroniers, thème #cannabis_et_trahison :

    – Trahi par la forte odeur de cannabis qui émanait de son jardin (près de Tarbes)
    https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/11/2886349-trahi-forte-odeur-cannabis-emanait-jardin.html

    – Castelsarrasin. Le dealer trahi par l’odeur de cannabis sortant de son auto
    https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/11/2885936-dealer-trahi-odeur-cannabis-sortant-auto.html

    – Oise : les cultivateurs de cannabis trahis par l’odeur de leurs plantations
    http://www.leparisien.fr/oise-60/oise-les-cultivateurs-de-cannabis-trahis-par-l-odeur-de-leurs-plantations

    – Hérault : trahi par l’odeur du cannabis qu’il cultivait chez lui
    https://www.midilibre.fr/2019/05/23/herault-trahi-par-lodeur-du-cannabis-quil-cultivait-chez-lui,8215741.php

    – Lannion. Trahi par l’odeur du cannabis qu’il cultivait dans son appartement
    https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lannion/lannion-dix-plants-de-cannabis-trouves-chez-un-particulier-13-09-2019-1

    – Lyon : Trahi par l’odeur, il cachait son cannabis dans un extincteur
    https://www.lyoncapitale.fr/actualite/lyon-trahi-par-l-odeur-il-cachait-son-cannabis-dans-un-extincteur

    – Loire : deux sexagénaires trahis par l’odeur de cannabis
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/loire/saint-etienne/loire-deux-sexagenaires-trahis-odeur-cannabis-1727465.h

    – Trahi par la forte odeur de sa plantation de cannabis (Limoges)
    https://www.flashfm.fr/a-la-une/trahi-par-la-forte-odeur-de-sa-plantation-de-cannabis

    – Genève : cultivateur de cannabis trahi par sa canalisation
    https://www.arcinfo.ch/articles/suisse/geneve-cultivateur-de-cannabis-trahi-par-sa-canalisation-352606

    – Trahi par une odeur de cannabis (Vals-près-le Puy)
    http://www.zoomdici.fr/actualite/Trahi-par-une-odeur-de-cannabis-id168081.html

    – Trahi par son chien, il est arrêté avec plus de 60 grammes de cannabis sur le marché de Dieppe
    https://actu.fr/normandie/dieppe_76217/trahi-par-chien-est-arrete-plus-60-grammes-cannabis-sur-marche_23893094.html

    – Metz : Trahi par l’odeur du cannabis
    https://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-metz-ville/2018/06/20/trahi-par-l-odeur-du-cannabis

    – Un Clermontois trahi par l’odeur du cannabis
    https://www.courrier-picard.fr/art/172575/article/2019-03-18/un-clermontois-trahi-par-lodeur-du-cannabis

    (Je peux continuer comme ça sur des dizaines de pages…)

  • Why are so many Iraq, #Afghanistan war #veterans getting #cancer? | McClatchy Washington Bureau
    https://www.mcclatchydc.com/news/nation-world/national/national-security/article236413328.html
    https://www.mcclatchydc.com/latest-news/pdp6o1/picture236729153/alternates/LANDSCAPE_1140/Stricken_KF_001.jpg

    McClatchy analyzed all billing data for veteran visits involving a cancer diagnosis at VA medical facilities from fiscal year 2000 to 2018. The data was obtained through Freedom of Information Act requests. A more in-depth methodology of the review can be found here.

    McClatchy selected that time frame to look at what impact the last two decades of war in Iraq and Afghanistan have had on veterans’ medical needs, even as the VA continues to treat veterans from past wars.

    Veteran Marine Corps Sgt. Mark S. Villamac Ho joined the military after the September 11, 2001, terrorist attacks and deployed in early 2003 to Al Numaniyah, Iraq, as an aircraft rescue firefighter.

    In Iraq he was exposed to the firefighting foam the military is removing from service due to its links to cancer, and to the open-air trash-burning pits that more than 187,000 veterans have reported made them sick.

    #irak #fosse_de_brûlage #Substances_alkylées_per_et_polyfluorées #forever_chemicals #pentagone #toxiques #santé #carcinogènes #états-unis

  • Si tu aimes les titres de la presse régionale de la série « Ivre, il… », essaie de trouver le motif de cette série…

    – Près de Montpellier : à Saussines, un cannabiculteur trahi par un contrôle routier
    https://actu.fr/occitanie/saussines_34296/pres-montpellier-saussines-cannabiculteur-trahi-par-controle-routier_28907803.h

    – Près de Rouen : un cannabiculteur trahi par sa consommation excessive d’électricité
    https://www.paris-normandie.fr/region/pres-de-rouen--un-cannabiculteur-trahi-par-sa-consommation-excessive

    – Orvault. Le cannabiculteur trahi par la forte odeur de sa plantation
    https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/orvault-44700/orvault-le-cannabiculteur-trahi-par-la-forte-odeur-de-sa-plantation-284

    – Le cannabiculteur trahi par ses empreintes
    http://www.leparisien.fr/paris-75/faits-divers-09-02-2012-1852117.php

    – Un cannabiculteur trahi par son manque de prudence !
    http://www.chanvre-info.ch/info/fr/Un-cannabiculteur-trahi-par-manque.html

    – Grande Rue : le cannabiculteur trahi par ses cambrioleurs ?
    https://www.bienpublic.com/faits-divers/2016/09/06/grande-rue-le-cannabiculteur-trahi-par-ses-cambrioleurs

    – Celles-sur-Belle : Le " cannabiculteur " trahi par l’immobilité de son auto
    https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/celles-sur-belle-le-cannabiculteur-trahi-par-l-immobilite-de-so

    #cannabis_et_trahison

  • La leçon des élections fédérales canadiennes n’est pas tellement la reconduction de Justin Trudeau au poste de Premier ministre, mais plutôt la montée du parti du Bloc Québécois au Québec, grâce à la mise en avant d’un programme raciste sous couvert de nationalisme et de laïcité, qui avait déjà réussi à la CAQ lors des élections provinciales. Ici aussi l’islamophobie permet de gagner des voix, et de renforcer les milices fascistes. C’est bien triste...

    Des groupes montréalais dénoncent le « racisme » du Bloc québécois et de la CAQ
    Lela Savic, Métro (Montréal), le 23 octobre 2019
    https://journalmetro.com/actualites/montreal/2390610/des-groupes-montrealais-denoncent-le-racisme-du-bloc-quebecois-et-de-l

    #Canada #Québec #Elections_2019 #Bloc_Québécois #CAQ #racisme #islamophobie

  • #Canada : L’ONU souligne les conditions de logement « abominables » des Autochtones Salmaan Farooqui - La Presse canadienne 21 Octobre 2019 - Le devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/565254/l-onu-souligne-les-conditions-de-logement-abominables-des-autochtones

    Un rapport des Nations unies souligne le rôle que des conditions de logement « abominables » jouent dans la pauvreté et l’exploitation auxquelles font face les peuples autochtones au Canada et dans le monde.

    Le rapport, présenté à l’Assemblée générale des Nations unies vendredi, examine le manque d’accès à un logement convenable à la fois dans les villes et dans les réserves et son impact sur les droits des peuples autochtones dans des pays tels que le Canada, l’Australie et la Tanzanie.

    « La rapporteuse spéciale conclut que les conditions de logement des peuples autochtones dans le monde sont dans leur très grande majorité abominables et trop souvent constituent une violation du droit à un logement convenable », indique le rapport.


    « [Les peuples autochtones] sont plus susceptibles d’être mal logés et d’avoir des problèmes de santé qui découlent de cette situation, le pourcentage des sans-abri parmi eux est disproportionnellement élevé et ils sont extrêmement vulnérables aux expulsions forcées, à l’accaparement de terres et aux effets des changements climatiques. »

    Leilani Farha, rapporteuse spéciale des Nations unies sur le logement convenable, a souligné que la pénurie de logements est suffisamment grave dans le nord du Canada pour que certaines personnes des communautés autochtones soient obligées de dormir en alternance.

    « Quinze personnes vivent dans une maison de la taille d’une caravane, alors bien sûr, elles doivent dormir à tour de rôle quand il n’y a pas beaucoup de place », a-t-elle expliqué.

    Les #femmes cibles de la violence
    Le rapport met également en évidence les systèmes d’approvisionnement en eau médiocres dans de nombreuses réserves canadiennes.

    « Alors qu’il y a au Canada plus d’eau douce que dans les autres pays du monde, 75 % des réserves ont de l’eau contaminée, et des communautés comme celle d’Attawapiskat déclarent l’état d’urgence », est-il écrit.

    Le rapport indique également que les peuples autochtones vivant au Canada et dans le monde qui résident dans des zones urbaines font face à du racisme de la part de certains propriétaires, ce qui constitue un autre obstacle à l’accès au logement.

    Le rapport a noté le manque de logement comme étant un facteur qui exacerbe le problème persistant des femmes autochtones disparues et assassinées au Canada.

    « En l’absence d’un logement sûr et décent, les femmes autochtones deviennent souvent la cible de nouvelles violences en raison de leur sexe et de leur identité autochtone », peut-on lire.

    Mme Farha a déclaré que l’un des principaux objectifs du rapport était de lier la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones (DDPA) à la législation des Nations unies sur le droit à un logement convenable.

    « Le droit au logement en vertu du droit international relatif aux droits de la personne est juridiquement contraignant pour les gouvernements du Canada », a souligné Mme Farha. « C’est vraiment important parce que la DDPA de l’ONU n’est pas un instrument juridique au sens du traité sur le droit au logement. »

    Elle a ajouté qu’elle espérait que ce lien créerait une pression supplémentaire sur le gouvernement canadien pour qu’il agisse dans les dossiers qui touchent principalement les peuples autochtones.

    Mme Farha a déclaré que les peuples autochtones — et en particulier les femmes autochtones — devraient être impliqués dans le développement de stratégies pour lutter contre la pénurie de logements.

    « Je pense que les gouvernements du monde entier doivent complètement modifier leurs relations avec les peuples autochtones et reconnaître réellement leur autodétermination et admettre qu’il existe des problèmes récurrents auxquels il faut remédier », a-t-elle affirmé.

    #eau #logement #peuples_autochtones #terres #nations_premières #peuples_premiers #forêt #autochtones #colonialisme #premières_nations

  • Au #Canada, Justin #Trudeau affaibli par ses contradictions
    https://lemediapresse.fr/international/au-canada-justin-trudeau-affaibli-par-ses-contradictions

    Il est beau, sympathique, décontracté, incarne le triomphe de la #Politique-spectacle. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a charmé la terre entière après son élection, en octobre 2015. Derrière le masque de gendre idéal se cache pourtant un néo-libéral convaincu, maladroit sur les dossiers diplomatiques, écologiste de façade.

    #International #Ecologie #libéralisme #Québec

  • Cancers pédiatriques : mystérieux cas dans l’Eure et en Loire-Atlantique - Journal de l’environnement
    http://www.journaldelenvironnement.net/article/cancers-pediatriques-nouvelle-serie-de-cas-dans-l-eure,1001

    Des habitants de trois communes de l’Eure s’inquiètent d’un nombre élevé de cancers pédiatriques survenus au cours des 10 dernières années. Alertée, l’agence régionale de santé (ARS) de Normandie a saisi Santé publique France, qui a diligenté une étude sur le sujet. L’agence met en cause le radon dans le déclenchement d’une quinzaine de cas, dans la région de Nantes.

    A Sainte-Pazanne (6.700 habitants, à 28 km au sud-ouest de Nantes) et sur ses communes mitoyennes, Santé publique France recense 9 cas récents de cancer pédiatriques, dont six du sang, tandis que l’ONG « Stop aux cancers de nos enfants » en évoque 17. Parmi les causes suspectées, la présence d’un ancien site industriel à proximité de l’école où sont scolarisés des enfants, ainsi que le passage sous la cour de cinq lignes électriques, dont quatre à haute tension

    #radon #radioactivité_naturelle #cancer #pollution_industrielle

  • Differential impact of endocrine therapy and chemotherapy on quality of life of breast cancer survivors: a prospective patient-reported outcomes analysis | Annals of Oncology | Oxford Academic
    https://academic.oup.com/annonc/advance-article-abstract/doi/10.1093/annonc/mdz298/5583691

    Published:08 October 2019

    Background

    In early breast cancer (BC), there has been a trend to escalate endocrine therapy (ET) and to de-escalate chemotherapy (CT). However, the impact of ET versus CT on the quality of life (QoL) of early BC patients is unknown. Here, we characterize the independent contribution of ET and CT on patient-reported outcomes (PROs) at 2 years after diagnosis.
    Patients and methods

    We prospectively collected PROs in 4262 eligible patients using the European Organization for Research and Treatment of Cancer QLQ-C30/BR23 questionnaires inside CANTO trial (NCT01993498). The primary outcome was the C30 summary score (C30-SumSc) at 2 years after diagnosis.
    Results

    From eligible patients, 37.2% were premenopausal and 62.8% postmenopausal; 81.9% received ET and 52.8% CT. In the overall cohort, QoL worsened by 2 years after diagnosis in multiple functions and symptoms; exceptions included emotional function and future perspective, which improved over time. ET (Pint = 0.004), but not CT (Pint = 0.924), had a persistent negative impact on the C30-SumSc. In addition, ET negatively impacted role and social function, pain, insomnia, systemic therapy side-effects, breast symptoms and further limited emotional function and future perspective recovery. Although CT had no impact on the C30-SumSc at 2-years it was associated with deteriorated physical and cognitive function, dyspnea, financial difficulties, body image and breast symptoms. We found a differential effect of treatment by menopausal status; in premenopausal patients, CT, despite only a non-significant trend for deteriorated C30-SumSc (Pint = 0.100), was more frequently associated with QoL domains deterioration than ET, whereas in postmenopausal patients, ET was more frequently associated with QoL deterioration, namely using the C30-SumSc (Pint = 0.004).
    Conclusion(s)

    QoL deterioration persisted at 2 years after diagnosis with different trajectories by treatment received. ET, but not CT, had a major detrimental impact on C30-SumSc, especially in postmenopausal women. These findings highlight the need to properly select patients for adjuvant ET escalation.

    #cancer_du_sein #hormonothérapie #traitement_endocrinien #qualité_de_vie #paywall

    • Un article sur les mauvais effets de l’hormonothérapie, suite à l’étude de L’Hôpital Gustave Roussy

      Cancer et ménopause : l’hormonothérapie dégrade plus la qualité de vie que la chimio
      https://www.ledauphine.com/magazine-sante/2019/10/28/cancer-et-menopause-l-hormonotherapie-degrade-plus-la-qualite-de-vie-que

      Cancer et ménopause : l’hormonothérapie dégrade plus la qualité de vie que la chimio
      Chez les femmes ménopausées, la qualité de vie est plus altérée sur le long terme par l’hormonothérapie que par la chimiothérapie.
      Chez les femmes ménopausées atteintes d’un cancer du sein, l’hormonothérapie provoquerait plus d’effets indésirables que la chimiothérapie. Sur le long terme, le confort de vie au quotidien s’en trouverait altéré.

      L’hormonothérapie prévient efficacement (JE NOTE SIC) le risque de rechute des cancers du sein hormono-dépendants*. Mais cette stratégie thérapeutique impacterait durablement la qualité de vie des femmes ménopausées.

      Pour en savoir plus, l’équipe du Dr Inès Vaz-Luis, oncologue spécialiste du cancer du sein et chercheuse à Gustave-Roussy**, a suivi 4 262 femmes atteintes d’un cancer du sein. Leur qualité de vie a été évaluée lors du diagnostic, puis à 1 et 2 ans. « Le traitement de ces patientes était composé de chirurgie et pour certaines de chimiothérapie et/ou de radiothérapie », détaillent les scientifiques. Environ 75 à 80% d’entre elles étaient ensuite placées sous hormonothérapie pendant un minimum de 5 ans.

      l’hormonothérapie du #cancerdusein sur la qualité de vie des patientes, étudié grâce à une analyse de la cohorte CANTO portant sur plus de 4 200 patientes.

      Deux ans après le diagnostic…
      Globalement, la qualité de vie s’est dégradée chez toutes les patientes.

      Mais les séquelles ont pris plus d’ampleur chez les femmes sous hormonothérapie. Précisément, deux ans après le diagnostic, « l’hormonothérapie (…) a un impact plus long et plus délétère sur la qualité de vie notamment des femmes ménopausées ».

      L’impact de la chimio plus lourd chez les femmes non ménopausées
      A l’inverse, « l’impact de la chimiothérapie est plus important sur la qualité de vie des femmes non ménopausées, particulièrement sur la détérioration des #fonctions_cognitives ».

      La prévention est de mise alors que les recommandations internationales se basent sur une prescription de l’hormonothérapie pendant 5 à 10 ans . Objectif, repérer les profils à risque pour leur « proposer une prise en charge des symptômes les plus impactant, notamment ceux liés à la ménopause, les douleurs musculo-squelettiques, la dépression, la fatigue sévère, ou encore les dysfonctions cognitives, et d’y associer des soins de support comme l’exercice physique et les thérapies cognitivo-comportementales ».

      En fait on va encore te dire que c’est psychologique et qu’il faut jouer du zygomatique plus souvent ?

      *A eux seuls, les cancers hormono-dépendants représentent 75% des cancers du sein
      **Laboratoire « Identification de nouvelles cibles thérapeutiques en cancérologie » (Inserm/Université ParisSud/Gustave Roussy)

  • Des vignerons bordelais demandent un délai pour sortir du glyphosate AFP - 11 Octobre 2019 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_des-vignerons-bordelais-demandent-un-delai-pour-sortir-du-glyphosate?id=

    Des viticulteurs girondins ont exprimé vendredi leur inquiétude pour sortir du glyphosate en 2022 et ont demandé un délai, lors d’une rencontre dans les vignes avec Pierre-Etienne Bisch, coordinateur interministériel du plan de sortie du glyphosate.


    Chargé de coordonner au sein d’une « task force » tous les acteurs publics et privés afin de réduire l’usage des pesticides, il a écouté des représentants de la filière et notamment des viticulteurs de l’Entre-deux mers à Ladaux (Gironde), nouvelle étape de son tour de France des régions qui se termine fin octobre.

    A l’issue de cette tournée, « on va voir émerger des choses communes et en particulier jusqu’où et dans quelles conditions la réduction des phytosanitaires est possible ou pas techniquement », a-t-il déclaré à l’AFP, soulignant que ces « impasses » pouvaient également être économiques.

    « Il y a les surcoûts de l’emploi de main d’oeuvre, un manque de main d’oeuvre formée, des vignes en pente où on ne peut pas intervenir avec un tracteur... », a précisé le préfet honoraire, venu « stimuler la mise en route » du plan Ecophyto, surtout que les ventes de glyphosate ont augmenté de 19% entre 2008 et 2017.

    Sur une parcelle des Vignobles Ducourt, des cépages résistants ont été plantés, réduisant le nombre de traitements phytosanitaires d’environ 80%. Le travail mécanique y a remplacé depuis cinq ans l’utilisation d’herbicide à base de glyphosate, le plus utilisé, sous le rang de vignes, laissant l’herbe pousser entre les rangs. . . . . . . . .

    #glyphosate #bayer #monsanto #pesticides #roundup #agriculture #santé #cancer #herbicide #pollution #lobby #france #environnement

  • Sainte-Pazanne. Cancers pédiatriques : les familles « dépitées »
    Presse Océan - Sophie Trébern - Publié le 11/10/2019
    https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/sainte-pazanne-cancers-pediatriques-les-familles-depitees-d664015c-eb81
    https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAxOTEwM2I3NjkzZmQ1ODFmOTMyNzgyZDliODBjYjkyNmQwYWI?width=1260&he

    (...) Là encore, la jeune femme se disait « dépitée » : « Les recherches à nos domiciles vont commencer, mais il n’est pas prévu de recherche des pesticides dans les sols, ni dans les boues d’épandages. Notre collectif, avec le laboratoire ToxSeek, a fait analyser cet été les cheveux de 21 enfants du secteur. On y a trouvé des métaux en très grande quantité, des perturbateurs endocriniens aussi. On est inquiets et on nous dit que les polluants ne peuvent être analysés chez nous. Dommage vraiment ! L’ARS n’a pas le pouvoir de lancer une recherche environnementale et s’intéresse à la toxicité aiguë. Nous, nous parlons de toxicité chronique . » Car c’est l’effet cocktail, « le mélange de radon, champ électromagnétique, pesticide » que redoutent les parents.

    Lisa King, représentante de Santé publique France et Nicolas Durand, directeur santé et environnement à l’ARS Pays de la Loire, ont expliqué les limites de la recherche sur ce point : « Les connaissances scientifiques ne permettent pas d’avoir les outils nécessaires pour observer les effets de ces mélanges. Quant aux inquiétudes sur les relevés aux domiciles, si l’enquête pointe un facteur particulier, on y retournera. » Le 5e comité de suivi devrait se tenir le 18 novembre. Il sera suivi le 25 novembre, par une réunion publique à la salle L’escale de Sainte-Pazanne, à 19 h.

    #Cancers_pédiatriques #ARS

  • Le droit de ne pas voter
    Alexandre Vigneault, La Presse, le 9 octobre 2019
    http://plus.lapresse.ca/screens/c91ccb7e-9bab-4973-b1a4-f580d2378e4c__7C___0.html

    S’abstenir de voter passe parfois pour un crime contre la société. #Francis_Dupuis-Déri, professeur de sciences politiques à l’UQAM, s’est carrément fait retirer des listes électorales. Son essai Nous n’irons plus aux urnes pose un regard éclairant sur ces gens – très nombreux – qui ne votent pas.

    A l’occasion de la sortie de son livre : Nous n’irons plus aux urnes
    Francis Dupuis-Déri, LUX Éditeur, le 3 octobre 2019
    https://www.luxediteur.com/catalogue/nous-nirons-plus-aux-urnes

    #Canada

    #élections #abstention à rajouter à la compilation ici :
    https://seenthis.net/messages/607993

  • On Foreign Policy, Bernie Stands Alone
    https://jacobinmag.com/2019/10/foreign-policy-bernie-sanders-elizabeth-warren-2020-presidential-campaig

    Throughout her speeches and writings on foreign policy, #Warren makes it abundantly clear that she wants to “protect American interests first and foremost.” Similar to all post–Cold War US presidents, she is dedicated to preserving US “global leadership,” a euphemism for empire that became popular in the Vietnam War’s wake. Her “Foreign Policy for All” is, in essence, a foreign policy for all Americans that takes the nation-state as the natural subject of politics and history.

    #Sanders, in contrast, adopts an explicitly global understanding of the United States’ world role. For him, the purpose of US foreign policy is not to reaffirm US “leadership,” but to create “a global community in which people have the decent jobs, food, clean water, education, health care and housing they need.” In a radical departure from the nationalist rhetoric of Warren — and American politics generally — Sanders emphasizes his desire “to reconceptualize a global order based on human solidarity, an order that recognizes that every person on this planet shares a common humanity.” Where Warren’s campaign says she will “stand up for the American economy, fight to protect American workers, and defend American values,” Sanders’s campaign states that “he will change the terms of the global economy to lift up workers everywhere, reversing the race to the bottom” that compels “American workers to compete with desperate workers in Vietnam who make less than a dollar an hour and migrant computer workers in Malaysia who are working as modern-day slaves.” As this suggests, Sanders, unlike Warren, is a globalist in the best sense of the term.

    #candidats #potus #etats-unis

  • #Pollution, #cancers, #maladies : voyage dans l’enfer industriel d’une vallée turque

    À la fin des années 1980, la région de #Dilovasi est devenue l’une des zones les plus polluées de Turquie, avec des taux alarmants de cancers et de #maladies_respiratoires. En cause : ses treize zones industrielles, qui comptent de grandes entreprises françaises comme #Saint-Gobain.


    https://www.mediapart.fr/journal/international/061019/pollution-cancers-maladies-voyage-dans-l-enfer-industriel-d-une-vallee-tur

    #Turquie #industries #industrie #santé

    ping @albertocampiphoto

  • #Immunothérapie des cancers
    https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/immunotherapie-cancers

    Agir sur le système immunitaire pour lutter contre la maladie

    Alors que les connaissances fondamentales sur l’immunologie des tumeurs ont récemment explosées, une nouvelle approche thérapeutique du cancer prend son essor : l’immunothérapie. Au lieu de s’attaquer directement aux cellules tumorales, l’idée est d’aider le système immunitaire à les reconnaître et les détruire.

    Un traitement complet par Sipuleucel-T coûte environ 89 000 euros. Le coût d’un traitement par cellules CAR-T varie de 328 000 dollars à 420 000 dollars par patient. Avec les immunomodulateurs, on est autour de 75 000 euros par an et par malade.

    #cancer #demain

  • Cancers pédiatriques à Sainte-Pazanne. « Des résultats totalement inédits », selon le laboratoire
    Ouest-France - Kate STENT. Publié le 30/09/2019
    https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/sainte-pazanne-44680/cancers-pediatriques-des-resultats-totalement-inedits-selon-le-laborato

    (...) Qu’a-t-il trouvé chez les enfants de Sainte-Pazanne et de ses environs ?

    Les cheveux de 21 enfants habitant dans un périmètre de 10 km autour de Sainte-Pazanne ont été analysés. Parmi ces enfants, huit ne sont pas malades. On les appelle des « témoins ». « Les résultats sont totalement inédits, on n’a jamais vu ça », résume Matthieu Davoli, président de l’association ToxSeek Urgence.

    Si les résultats du volet « pollution organique » sont 1,5 fois supérieurs à la moyenne, ceux du chapitre « métaux » sont trois fois plus importants. « Sur 1 200 analyses, on n’a jamais vu une toxicologie aussi importante. Chez certains enfants, on retrouve 36 des 48 métaux recherchés. Et pour beaucoup dans des quantités très importantes. C’est totalement inédit. » Ces analyses détectent une exposition sur les trois derniers mois.

    À gauche, un tableau spécimen avec les résultats généralement trouvés dans les analyses réalisées par ToxSeek. À droite, un tableau spécimen spécifique à Sainte-Pazanne, avec les résultats trouvés chez un tiers des enfants testés (pour la majeure partie atteinte d’un cancer pédiatrique). En vert, limite acceptable ; jaune à surveiller ; violet à risque.

    https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAxOTA5YjYxZTg0OWE1ODliNWE4MTJjZDczZGRlNzY3MDExMTM?width=630&hei

    Ces résultats se retrouvent chez tous les enfants analysés ?

    Un tiers des enfants, pour la majeure partie ceux atteints de cancers pédiatriques, présentent des résultats très largement supérieurs à la moyenne. « Il n’y a pas un métal qui sort du lot. Ce qui montre qu’il s’agit d’une toxicité chronique et non aiguë. C’est plutôt un cocktail explosif dont les sources sont à chercher dans l’environnement », analyse Matthieu Davoli.

    Les enfants « témoins » sont nettement moins contaminés et leurs résultats ressemblent davantage à ceux trouvés dans les moyennes nationales. « Chez les enfants malades, nous retrouvons presque le même profil toxicologique », résume le président de ToxSeek urgence. Un cas fait exception : celui de l’un des malades analysés dont les résultats sont normaux. Ce dernier n’habitait plus à Sainte-Pazanne durant les trois mois précédant l’examen…

    Qu’en déduire ?

    Difficile de ne pas céder à l’inquiétude en lisant ces résultats. Mais 21 enfants, convient le laboratoire, ne sont pas un panel suffisamment important pour en tirer des conclusions scientifiques. C’est la raison pour laquelle l’association ToxSeek urgence va constituer une équipe de chercheurs pour travailler spécifiquement sur ce « cluster » de cancers pédiatriques.

    « Nous allons élargir nos analyses à un rayon de 100 km autour de Sainte-Pazanne, indique Matthieu Davoli. Nous allons également réaliser des examens de cheveux sur des enfants souffrant de cancers pédiatriques originaires d’autres régions françaises. »

    D’autre part, pour financer son travail d’enquête, le collectif Stop aux cancers de nos enfants a lancé une cagnotte solidaire en ligne, lundi 30 septembre. Objectif affiché : 100 000 €. https://www.papayoux-solidarite.com/fr/collecte/pourquoi-tant-de-cancers-pediatriques-protegeons-nos-enfants

    #cancers_pédiatriques

  • L’occasion de me souvenir que j’avais lancé « Elysée.org », le même jour que le lancement officiel de « Elysee.fr », le 14 juillet 1997 :
    https://www.liberation.fr/france-archive/1997/07/19/l-elysee-voit-double-sur-l-internet-un-site-pastiche-cotoie-l-officiel-pl

    Et ici un billet de l’ami Mizio :
    (11) Fête de l’Internet. Les Amis du Président. Détournement de site. - Libération
    https://www.liberation.fr/ecrans/1998/03/20/fete-de-l-internet-les-amis-du-president-detournement-de-site_230774

    « Ça m’en touche une sans faire bouger l’autre », cette phrase fameuse de Jacques Chirac ouvre le site des Amis du Président. Elle a été écrite avec une police de caractères créée en scannant des phrases manuscrites de Chirac. L’illusion est parfaite. En pénétrant sur « Elysée.org », site ouvert le 14 juillet 1997, soit le même jour et avec les mêmes éléments graphiques que le site officiel de l’Elysée, on entre dans un domaine que n’auraient pas renié les situationnistes. La charge est féroce et sans pitié. Efficace, car elle procède de la précision et de l’accumulation de faits, d’articles de presse, d’anecdotes, de pages tirées du site officiel qui placées ici parlent d’elles-mêmes, et enfin de corrélations utilement retracées entre divers événements. Un procédé plus redoutable que l’attaque du satiriste. Et cruel, car l’accumulation de textes fait appel à un souci de mémoire, dont le défaut légitime chez chacun ­ un fait chasse l’autre ­ modèle les cotes de popularité. Un site d’éducation civique.

    Et La Croix, tant qu’on y est :
    On pirate l’Elysée sur Internet !
    https://www.la-croix.com/Archives/1997-07-25/On-pirate-l-Elysee-sur-Internet-!-_NP_-1997-07-25-438999

    Le 14 juillet, le président de la République inaugurait le site Internet officiel de l’Elysée, à grand renfort de publicité. Des observateurs constataient que le résultat n’était pas vraiment à la hauteur de ce que l’on pouvait attendre du rendez-vous des autoroutes de l’information avec l’un de leurs zélateurs les plus obstinés. Il est vrai que la visite n’inspire pas l’enthousiasme : « portrait » glacial du président (et de son épouse) façon who’s who, « magazine de l’actualité présidentielle » se résumant à l’agenda officiel... Malheureusement pour le président, un joyeux drille est venu mettre un peu de piquant dans tout cela. Prenant de vitesse l’Elysée, cet internaute, sous le pseudonyme d’Arno, a créé une transposition du très institutionnel « www. Elysee. Fr » à une adresse voisine, « www. Elysee. Org », acquise tout légalement auprès de l’organisme compétent. Un peu à la manière du « gentil » et du « méchant » Milou dans les aventures de Tintin, le plaisantin a donc créé l’âme damnée du site officiel. Et l’on s’y croirait presque, tant l’aspect du serveur est transposé avec talent ! Sauf que sous la rubrique « Jacques Chirac, une vision politique », on trouve des articles caustiques plutôt bien tournés, façon Canard enchaîné, pointant les failles réelles ou supposées du discours et des actes chiraquiens. Dans l’éditorial de Tapis rouge, le magazine de l’actualité des amis du Président, Arno-le-facétieux dédie naturellement son oeuvre à celui qui est « au fond, un homme de gauche » : « Nous allons lui monter LE site dont il a toujours rêvé. Pas un site officiel qui fleure bon le discours officiel, mais un site amateur et indépendant. » De ce point de vue, c’est réussi. Reste à savoir si l’Elysée le vrai tolérera longtemps ce jumeau un peu irrévérencieux, sur lequel il refuse pour l’instant de se prononcer.

    Ça ne me rajeunit pas, tout ça.

  • Un record du monde à la nage réalisé par une femme passé inaperçu
    https://www.rtbf.be/info/dossier/les-grenades/detail_un-record-du-monde-a-la-nage-realise-par-une-femme-passe-inapercu-july-r

    Sarah Thomas, 37 ans, originaire du Colorado, USA, vient d’enchaîner la traversée de la Manche à la nage à quatre reprises. Un peu plus de 54h d’efforts continus pour redéfinir la notion d’athlète d’endurance. Avant elle, seuls quatre nageurs étaient parvenus à boucler trois fois d’affilée la distance entre la Grande-Bretagne et la France. Record battu donc, un peu plus de 210 kilomètres, 54h de nage dans des eaux froides et turbulentes, seule face à la performance et … Rien ! Pas un mot. Source : RTBF

  • Ce que l’on sait après l’incendie de l’usine #Lubrizol à #Rouen

    De nombreuses inconnues perdurent sur la nature et les effets des substances émises depuis jeudi par l’usine chimique dans la région de Rouen.

    Par Gary Dagorn , Léa Sanchez , Arthur Carpentier , Assma Maad et Séverine Maublanc Publié hier à 18h47, mis à jour hier à 20h59

    Jeudi 26 septembre, un violent incendie s’est déclaré à Rouen, au sein de l’usine chimique de l’entreprise américaine Lubrizol. Le feu s’est déclaré vers 2 h 40, dans un dépôt de produits conditionnés de type additifs pour lubrifiants, selon la direction de l’usine. En tout, l’incendie a mobilisé 240 pompiers de Seine-Maritime et des départements voisins, aidés de 50 véhicules. Plus de huit heures après l’embrasement, l’incendie a été maîtrisé, puis définitivement éteint vendredi matin.

    Depuis jeudi, l’incendie a dégagé un lourd et épais panache de fumée, provoquant des retombées de suie sur toute la zone nord-est de la ville et suscitant de nombreuses inquiétudes.

    Que fabrique l’usine Lubrizol ?

    Créé en 1954, le site de 14 hectares situé sur les bords de la Seine emploie actuellement 400 personnes, selon la préfecture de Seine-Maritime. Elle est la propriété du groupe chimique américain Lubrizol Corporation, qui appartient lui-même à Berkshire Hathaway, la holding de l’homme d’affaires américain Warren Buffett.

    L’usine fabrique et commercialise des additifs pour enrichir les huiles, des carburants et des peintures industrielles. Jusqu’en 2009, elle était classée #Seveso « seuil bas », jusqu’à ce que des analyses écotoxicologiques conduisent les services de l’Etat à la reclasser dans le « seuil haut ». En 2013, une émission de #mercaptan, un gaz nauséabond toxique, venant de l’usine avait été ressentie à plusieurs centaines de kilomètres à la ronde jusqu’à Paris et en Angleterre.

    Combien d’habitants vivent près de l’usine ?

    A peine plus de trois kilomètres séparent l’usine Lubrizol du centre-ville historique de Rouen. Le site industriel, situé sur la rive gauche du fleuve, se situe au cœur d’un territoire très peuplé : la métropole Rouen-#Normandie compte 490 000 habitants, selon les données 2016 de l’Insee, et regroupe 71 communes. Douze d’entre elles, en plus de Rouen, ont été touchées par des mesures de confinement des maisons de retraite et de fermeture des établissements scolaires, ainsi que des crèches. Elles rassemblent environ 65 000 habitants, en plus des 110 000 de la capitale normande.

    Quelle est la #toxicité des produits qui se sont dégagés ?

    Le préfet a affirmé lors d’un point de situation, vendredi 27 septembre à la mi-journée, que les suies contenaient des « composants essentiellement liés à la combustion d’huile de produits finis, d’additifs chimiques pour huiles et d’#hydrocarbures, d’où d’ailleurs ces suies noires, grasses que nous constatons ».

    Le préfet a écarté, à plusieurs reprises, tout risque de « toxicité aiguë » dans l’air. Des seuils légaux de toxicité aiguë sont fixés par les autorités ministérielles pour chaque composé chimique.

    Le professeur André Picot, ancien directeur de l’unité prévention en risques chimiques au CNRS, explique dans Paris-Normandie que, sans connaître la « nature des produits », il est « extrêmement risqué d’avancer qu’il n’y a pas de toxicité aiguë ou, en tout cas, subaiguë, c’est-à-dire une toxicité non négligeable ». Selon lui, il ne faut, cependant, « pas systématiquement alarmer, tant qu’on ne connaît pas le degré de dangerosité des produits consumés ».

    Des produits radioactifs s’y trouvaient-ils ?

    Des internautes se sont inquiétés d’un tableau, réalisé par l’inspection des installations classées et datant de 2006, faisant état de la présence de substances « radioactives (utilisation, dépôt, stockage) sources scellées conformes », pour un volume de 6 882 mégabecquerels (MBq).

    Le préfet de Seine-Maritime a toutefois assuré, vendredi matin, « qu’il n’y avait pas de produits radioactifs » stockés sur le site. Cette #radioactivité s’explique, en fait, « par la présence de huit machines utilisées pour évaluer le niveau et la densité dans des bacs », explique Céline Reuter, responsable de l’unité d’expertise des sources à l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Ces appareils de mesure, répandus dans le secteur industriel, fonctionnent grâce à du césium 137, un élément radioactif scellé dans une double enveloppe métallique. « Aucune des sources n’a été touchée par l’incendie. On a fait une levée de doute. Il y a eu confirmation », précise Jean-Yves Lagalle, colonel des pompiers de Seine-Maritime.

    Des victimes ont-elles été recensées ?

    L’incendie n’a causé aucune victime directe. Sur les réseaux sociaux, des internautes ont fait part d’irritations ou encore de maux de tête. Vendredi à la mi-journée, Benoît Jardel, médecin du SAMU, a fait savoir que 51 personnes décrites comme « fragiles », « sensibles » ou ayant des pathologies respiratoires ont été examinées dans différents établissements de santé dans la journée de jeudi et dans la nuit suivante. Cinq d’entre elles, toutes des adultes, sont restées dans des services d’hospitalisation de courte durée.

    Pourquoi l’indice de qualité de l’#air a-t-il cessé d’être diffusé jeudi ?

    Jeudi 26 septembre, alors que l’incendie était en cours, de nombreux internautes se sont émus de l’arrêt de la diffusion de l’indice Atmo à Rouen. Cet indicateur journalier décrit la qualité de l’air dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants en se basant sur la mesure de dioxyde de soufre, d’ozone, de particules fines et de dioxyde d’azote. Mais son mode de calcul « ne prend en compte ni les odeurs ni les polluants atypiques émis lors d’accident », précise l’association régionale Atmo Normandie. En outre, l’organisme ne dispose pas de stations de mesure dans la zone vers laquelle s’est dirigé le panache de fumée et a donc décidé de suspendre, jeudi matin, la diffusion de cet indice en considérant qu’il n’était « pas représentatif de la situation » sans cesser pour autant de réaliser des mesures. Il a été remis en ligne vendredi 27 septembre dans la matinée. Atmo Normandie précise avoir mis en place « des mesures complémentaires dont l’analyse complexe ne peut être en temps réel, car faite en laboratoire de chimie ».

    Quels risques pour l’#agriculture et les milieux naturels ?

    Des retombées d’hydrocarbures ont été constatées à Rouen et ses environs, dans des jardins, propriétés agricoles ou encore sur des légumes. Selon la chambre d’agriculture de la Seine-Maritime, plusieurs agriculteurs et laiteries ont déjà tiré la sonnette d’alarme. A titre de précaution, le préfet de la Seine-Maritime a émis des recommandations spécifiques :

    – les éleveurs qui possèdent des animaux en plein air doivent « les rentrer et sécuriser leur abreuvement et leur alimentation en les plaçant sous abri ». Il est interdit de nourrir les bêtes avec des « aliments souillés » et il faut « faire pâturer les ruminants sur des pâtures saines ».

    – les agriculteurs ne doivent rien récolter « en l’attente de précisions ultérieures » et de ne pas chercher à nettoyer les champs impactés.

    – les riverains ne doivent pas consommer les produits de leurs jardins s’ils ne sont pas épluchés ou correctement lavés. « Un plan de surveillance renforcé sera mis en place, tant sur les denrées végétales que d’origine animale, pour garantir la parfaite salubrité des produits destinés à la consommation humaine. »

    Des inquiétudes demeurent sur une éventuelle pollution des nappes phréatiques. Le préfet a affirmé, vendredi, qu’il n’y avait « a priori » pas de risques les concernant. Mais l’association environnementale Robin des bois s’est interrogée sur les réseaux de l’usine « saturés » et le « risque de migration des hydrocarbures et autres déchets toxiques dans les nappes phréatiques ». L’association met en garde contre le lavage des voitures ou des maisons encrassées : « Si les gens nettoient ça au Kärcher, on va se retrouver avec des eaux polluées qui vont aboutir ou bien dans la Seine, ou bien dans la station d’épuration. »

    Quel a été le précédent incident dans cette usine ?

    En janvier 2013, un bac de dialkyldithiophosphate de zinc s’était décomposé, émettant du mercaptan, fortement odorant – c’est lui qui donne au gaz de ville son odeur spécifique – et toxique à très forte dose. Le panache du gaz s’était étendu de la Manche à l’Ile-de-France.

    La décomposition de ce produit chimique avait été causée par la température excessive et par un temps de séjour trop long dans le bac. Le traitement « trop tardif » de la décomposition opéré par les employés n’a pas permis de minimiser l’émission de mercaptan et l’a même favorisée. Toutefois, l’enquête publique avait ensuite noté que « les concentrations correspondant aux effets irréversibles n’avaient pas été atteintes dans l’environnement ». L’entreprise avait été condamnée en avril 2014 à une amende de 4 000 euros pour nuisance olfactive, mais le délit de mise en danger de la vie d’autrui avait alors été écarté.

    A la suite de l’incident, l’entreprise s’est engagée sur plusieurs années dans des travaux afin de réduire la probabilité de survenue d’événements de type « mercaptan » ou « autres émanations ». Le préfet a assuré jeudi que l’usine était « aux normes telle que nous l’avons vue en 2019 », en rappelant qu’« elle ne l’a pas toujours été » et qu’en 2017, « elle a fait l’objet d’une mise en demeure » en raison de « 17 manquements », puis que « la mise à niveau a été réalisée ».

    Que signifie le classement Seveso ?

    C’est le nom d’une directive européenne prise en 1982, six ans après l’émotion suscitée par la catastrophe écologique et sanitaire de l’usine chimique Icmesa, située sur la commune de Seveso, à une vingtaine de kilomètres au nord de Milan, en Italie. La directive incitait les pays européens « à se doter d’une politique commune en matière de prévention des risques industriels majeurs » et demandait « aux Etats et aux entreprises d’identifier les risques associés à certaines activités industrielles dangereuses et de prendre les mesures nécessaires pour y faire face . »

    Le dernier cadre de cette directive, Seveso 3 a été établi en 2012. Entrée en vigueur en 2015 en France, elle « introduit des normes plus strictes en matière d’inspection et renforce l’obligation d’information du public, du personnel et des exploitants des établissements voisins ».

    La directive Seveso distingue deux type d’installations (seuil haut et seuil bas) dont les mesures de sécurité et les procédures varient. Selon la base nationale des installations classées, la France compte 1 378 sites Seveso (634 en seuil bas et 744 en seuil haut) sur lesquels des études sont menées pour évaluer les risques et des plans de prévention des risques technologiques (PPRT) qui limitent l’urbanisation, sont mis en place. Le PPRT de Lubrizol avait été approuvé en 2014.

    Gary Dagorn , Léa Sanchez , Arthur Carpentier , Assma Maad et Séverine Maublanc

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/09/27/ce-que-l-on-sait-au-lendemain-de-l-incendie-de-l-usine-lubrizol-a-rouen_6013