• Scientists Unveil Weed Breathalyzer, Launching Debate Over Next Steps : NPR
    https://www.npr.org/2019/09/05/757882048/scientists-unveil-weed-breathalyzer-launching-debate-over-next-steps

    With alcohol, you can figure out impairment by measuring the amount of alcohol in someone’s blood, which you can determine from a Breathalyzer using the “blood to breath,” or “partition,” ratio. Make that translation from breath to blood to brain, and you have a relatively accurate sense of how drunk someone is.

    “So when it comes to these #marijuana breath tests, that’s the million-dollar question right now,” says Chris Halsor, a Denver lawyer who focuses on issues around legal #cannabis.

    Is there a ratio that links the amount of #THC in someone’s breath to the amount in the person’s blood — and then to exactly how stoned that person is?

    No, says Sejdic. The correlation “is basically missing, from a scientific point of view.”

  • L’histoire de la légalité du cannabis est indissociable de l’histoire coloniale | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/181083/legalisation-cannabis-histoire-coloniale-interdiction-haschich-stigmatisation-

    En 1953, un arrêté rend illégal le haschisch médicinal. La substance est ensuite classée dans la catégorie des stupéfiants, entrant dans la liste des produits illégaux à la fin de 1970. Plus de trente ans plus tard, circulation, consommation, vente et détention de cannabis demeurent prohibées, en dépit d’une évolution de la législation.
    La folie haschischique

    Officiellement, le cannabis est banni. A-t-il pour autant été effacé des consciences ? Mes recherches montrent qu’au contraire, son association avec le monde arabe et nord-africain, par extension monde musulman, perçu comme violent –nous sommes alors en pleine ébullition décoloniale– est demeurée bien ancrée dans l’imaginaire collectif. Ce dernier a ainsi continué d’influencer les politiques publiques en France pendant des décennies et jusqu’à nos jours.

    Dès le début du XIXe, les officiels et médecins œuvrant en Algérie coloniale française considéraient l’usage du haschisch comme une cause de folie et de criminalité violente.

    Vers la fin du XIXe siècle, les hôpitaux psychiatriques en Algérie française se remplissent d’Algériens musulmans censés souffrir de « folie haschischique ». Comme l’a écrit un médecin français en poste à Alger en 1855, « les Arabes sont en état de dégradation morale et physique… le vol et le meurtre infestent l’ordre moral, la syphilis et la gale l’ordre matériel… Ces effets produits par l’utilisation du haschisch sont vraiment désastreux ».

    Ces raisonnements ont nourri la création en 1875 du Code de l’indigénat, une loi institutionnalisant le racisme et l’apartheid en Afrique du Nord française, désignant officiellement les Maghrébins comme sujets plutôt que citoyens.

    Ces individus étaient alors soumis à des codes juridiques distincts et inégaux qui favorisaient la ségrégation, le travail forcé et les restrictions des droits civils. L’association stigmatisante entre musulmans, haschisch et criminalité a ensuite persisté jusqu’après la fin de l’Empire colonial français en 1968.

    Cette idée a aussi suivi les Maghrébins immigrés en France. Ces derniers étaient considérés comme plus vulnérables à la violence et à la délinquance que d’autres et, à ce titre, soumis à une surveillance excessive de la police.

    Au niveau du gouvernement, cette peur s’est traduite par une criminalisation du cannabis à la fin des années 1960. Un membre de l’Assemblée nationale française a même, en octobre 1969, cité Sacy en se référant à la supposée secte des Assassins.

    Les parlementaires ont alors décrit la consommation de drogue, à la hausse dans les années 1960, comme un « fléau étranger » qui se propageait à cause des trafiquants maghrébins.

    #racisme #colonialisme #neo-colonialisme #cannabis

  • Californie (USA) : Le #cannabis, une grande menace qui pèse sur le vin - Monde - tdg.ch
    https://www.tdg.ch/monde/californie-cannabis-menace-vin/story/12993383

    Viticulteurs, producteurs d’avocats et autres agriculteurs traditionnels se plaignent d’être obligés d’adapter leurs pratiques aux exigences du cannabis, notamment incompatible avec l’utilisation de pesticides chimiques.

    « C’est un vrai cauchemar », déplore Mme Joseph, contre laquelle un voisin a porté plainte, l’accusant de mettre en danger son herbe par les traitements qu’elle pulvérise sur ses vignes.

  • Le grand chef mohawk Serge Simon déplore la multiplication de « cabanes à pot » à Kanesatake Améli Pineda et Guillaume Lepage - 23 juillet 2019 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/559239/kanesatake-on-est-pris-dans-un-mechant-tourbillon

    La multiplication de « cabanes à pot » illégales à Kanesatake préoccupe le grand chef mohawk Serge Simon, qui dit se sentir démuni devant le problème. Tandis que la Sûreté du Québec (SQ) n’entend pas intervenir et juge cette situation « hypothétique », le chef réclame la création d’un corps de police autochtone pour sa communauté.

    « C’est sûr que ça m’inquiète comme chef, je vois dégénérer la situation […] on est pris dans un méchant tourbillon », confie en entrevue le grand chef Simon. Malgré un moratoire, établi en 2009, interdisant toute nouvelle construction de cabanes de cigarettes et de cannabis, au moins une vingtaine d’individus auraient contourné les règles.

    Ces boutiques se trouvent ces jours-ci au coeur d’une guerre de mots entre les responsables d’Oka et de Kanesatake. Le maire d’Oka, Pascal Quevillon, s’oppose à la rétrocession de terrains aux Mohawks, disant craindre pour la pérennité de sa municipalité, située à l’ouest de Montréal. Il soutient, entre autres choses, que la valeur des propriétés pourrait dégringoler devant l’apparition de cabanes vendant des cigarettes et du cannabis ici et là.

    Si le grand chef Simon a fermement condamné les propos tenus par le maire Quevillon, il s’avoue lui aussi alarmé par la prolifération de « cabanes à pot » dans sa communauté. « La façon dont ces gars opèrent actuellement m’inquiète. Ils prennent des terrains, coupent les arbres et répandent leurs magasins », souligne-t-il.

    Le grand chef s’inquiète de la présence de commerces de cannabis à proximité non seulement d’une garderie et d’une école primaire, mais aussi du centre de désintoxication de Kanesatake. « Ça, ça m’écoeure », lance-t-il.

    Il soupçonne également les revendeurs de s’approvisionner à même l’agriculture illégale. « Ce sont des gars de notre communauté, qui sont probablement soutenus par des intérêts de l’extérieur […] L’agriculture illégale, il y en a toujours eu et je suis prêt à dire que c’est elle qui alimente les magasins de Kanesatake. Le commerce légal [SQDC], ils ont de la misère à s’approvisionner, alors comment les magasins ici pourraient être full stock ? » remarque-t-il.

    À court de moyens
    Le grand chef Simon se dit démuni face à la situation, puisqu’il n’a pas le pouvoir d’intervenir, notamment en raison de l’absence d’un corps de police, ce qui, selon lui, permet à ces individus d’opérer en toute impunité. « On pourrait avoir recours à la Cour supérieure du Québec ou à la Cour fédérale et aller chercher des injonctions et des mises en demeure, mais qui va les obliger à les respecter ? » demande-t-il. « La Sûreté du Québec est très limitée dans sa capacité d’intervenir », ajoute-t-il.

    De son côté, la Sûreté du Québec a refusé de réagir directement aux propos du grand chef Simon. Questionné à savoir s’il pourrait intervenir pour forcer la fermeture de ces « cabanes à pot » illégales, le corps policier n’a pas voulu commenter « des situations hypothétiques », malgré la présence d’une vingtaine de ces magasins à Kanesatake.

    « La Sûreté du Québec a effectivement la responsabilité de la patrouille dans ce secteur-là. On va continuer notre travail sur le territoire, mais on ne va pas s’immiscer dans le débat actuel », précise une porte-parole de la SQ, Geneviève Bruno.

    Au ministère de la Sécurité publique (MSP), on « est au fait que du cannabis se vend encore illégalement au Québec », nous dit-on. « Il revient aux corps de police de faire enquête lorsque des infractions sont commises, a fait savoir une porte-parole, Louise Quintin. Le MSP ne s’immisce pas dans les enquêtes policières. »

    La semaine dernière, dans le dossier des revendications territoriales secouant Oka et Kanesatake, le maire Pascal Quevillon exprimait le souhait de voir la Gendarmerie royale du Canada (GRC) assurer la sécurité dans la communauté mohawk. La GRC soutient néanmoins que c’est à la SQ que revient cette responsabilité.

    Rappelons qu’au cours des derniers mois, le propriétaire privé Grégoire Gollin et le grand chef Serge Simon ont conclu une entente visant à restituer aux Mohawks un terrain de 60 hectares, dont une parcelle de la pinède qui a été au coeur de la crise d’Oka, en 1990. M. Gollin serait également prêt à vendre 150 hectares supplémentaires au gouvernement fédéral afin que celui-ci puisse à son tour les redonner aux Mohawks.

    Pistes de solutions
    Le grand chef Simon croit que deux éléments sont essentiels pour arriver à régulariser la situation entourant le cannabis à Kanesatake : consulter la population pour obtenir son avis sur la vente de ce produit et de ses dérivés sur le territoire, et créer un corps de police autochtone.

    « On n’a pas eu la chance de se prononcer sur la question du cannabis parce qu’on n’avait pas les ressources pour mener des consultations sur cette question et nous n’avons pas non plus ici de corps de police pour faire appliquer les lois », explique-t-il.

    Selon lui, l’implantation d’un corps de police autochtone pourrait se faire avec une aide financière de 1,4 million de dollars. « Le provincial nous a déjà répondu favorablement et pourrait assumer 48 % [des coûts]. Par contre, le fédéral ne donne pas suite à notre demande », indique-t-il. Au moment où ces lignes étaient écrites, le ministère canadien de la Sécurité publique n’avait pas été en mesure de répondre aux questions du Devoir.

    La loi québécoise encadrant le cannabis permet aux communautés autochtones de conclure des ententes avec le gouvernement afin de réglementer elles-mêmes la vente du produit sur leur territoire. Une lettre a d’ailleurs été envoyée par Québec aux communautés pour les informer de cette possibilité. Or, aucune entente de cette nature n’a été convenue jusqu’à ce jour, selon le ministère de la Santé. « Conséquemment, seule la SQDC peut vendre du cannabis au Québec. La culture de cannabis à des fins personnelles est également interdite. »

    #Canada #Quebec #peuples_autochtones #cannabis #marijuana #pot #SQ #SQDC #Mohawks

  • L’appel de 70 médecins, #élus, #économistes : « Pourquoi nous voulons légaliser le #cannabis »
    https://www.nouvelobs.com/societe/20190619.OBS14590/l-appel-de-70-medecins-elus-economistes-pourquoi-nous-voulons-legaliser-l

    #legalisation

    Il faut en finir avec le statu quo. La France doit légaliser le cannabis, qu’il soit utilisé à des fins thérapeutiques comme récréatives, pour les consommateurs de plus de 18 ans. Alors que ses voisins (Belgique, Allemagne, Espagne, Portugal, Pays-Bas…) ont tous assoupli leur législation, que le Canada, l’Uruguay et plusieurs Etats américains ont légalisé la substance, la France est à la traîne. Elle s’arc-boute sur une loi répressive datant de 1970, totalement inefficace puisque nous sommes le pays de l’Union européenne où la consommation est la plus élevée. De 18 à 64 ans, un Français sur deux a déjà expérimenté le cannabis, et un adulte sur neuf est un usager régulier. A 17 ans, 48 % des jeunes en ont déjà pris. Au même âge, presque un sur dix en est un usager régulier et un sur douze est estimé dépendant ou souffrant d’un usage problématique (1).

    D’un point de vue de santé publique, cette interdiction semble difficile à justifier. alors que le cannabis est moins dangereux, une fois le cerveau formé (2), que l’alcool, qui tue prématurément 41 000 personnes chaque année et le tabac, 73 000 (3). Nous savons que ce n’est pas un produit neutre, mais c’est précisément parce qu’il est nocif pour la santé, particulièrement celle des mineurs, qu’il faut en contrôler la production et la distribution.

    La prohibition contribue à engorger inutilement l’activité des magistrats et des policiers : plus de 130 000 personnes sont interpellées chaque année pour en avoir consommé (4).

    Aux Etats-Unis, la légalisation dans plusieurs Etats a fait chuter la criminalité le long de la frontière mexicaine (5). Quand la France acceptera-t-elle de regarder la réalité en face, de faire preuve de pragmatisme, face à cette impasse ? Les pouvoirs publics doivent agir. Et vite.

    (1) Chiffres clés de l’#Observatoire_français_des_Drogues et des Toxicomanies 2017.

    (2) Rapport de Bernard Roques, directeur de recherche à l’Inserm, sur la classification des psychotropes (1998).

    (3) Christophe Bonaldi (Santé publique France), Catherine Hill (épidémiologie Gustave-Roussy).

    (4) Office central pour la Répression du #Trafic_illicite des #Stupéfiants.

    et un papier d’économie :

    (5) « Is Legal Pot Crippling Mexican Drug Trafficking Organisations ? The Effect of Medical Marijuana Laws on US Crime », « The Economic Journal ».

  • Au Sénat, quasi-unanimité sur le #cannabis_thérapeutique | Public Senat
    https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/au-senat-quasi-unanimite-sur-le-cannabis-therapeutique-141627
    https://www.publicsenat.fr/sites/default/files/styles/pse_accueil_entete/public/medias/2019/05/dailymotion-x79q2qy.jpg?itok=udsBUpWY

    Mardi après-midi, dans un hémicycle clairsemé, Esther Benbassa a introduit le débat sur le cannabis thérapeutique comme enjeu de santé publique.

    La sénatrice EELV du Val-de-Marne a commencé par rappeler les grands enjeux liés au cannabis thérapeutique. Entre 300 000 et 1 million de patients pourraient être concernés, et plus de 82 % des Français sont favorables à une utilisation dans un cadre médical. « Il n’y a aucune raison d’exclure une molécule, sous prétexte que c’est du cannabis, alors qu’elle peut être intéressante », a-t-elle expliqué.

    Esther Benbassa a souligné les avancées dans le monde à propos de cette question (21 pays en Europe ont légalisé le cannabis thérapeutique). Le comité de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) se réunit jusqu’à juin afin d’étudier les modalités de mises à disposition dans le cadre de la phase expérimentale du cannabis en France.

  • LE #CANNABIS 4/5 - La fin du consensus - Radio - Play RTS
    https://www.rts.ch/play/radio/vacarme/audio/le-cannabis-45-la-fin-du-consensus?id=10388250

    Une fois par année se tient à Vienne la Conférence de lʹ#ONU sur les #drogues. Lors de la dernière session, en mars, lʹambiance était particulièrement tendue. Car la récente légalisation du cannabis au Canada a durci les fronts entre les pays ouverts à une régulation et ceux qui prônent une répression sévère. Les milieux de la prévention suisses étaient présents pour faire avancer lʹidée dʹune nouvelle approche des drogues. Tout comme les pays latino-américains, affectés par le trafic de drogue et dont beaucoup veulent aussi changer de paradigme.

  • Flandres : Les médecins doivent demander à leurs patients s’ils sniffent de la coke ? Yves Delepeleire, traduit par Herve Voglaire Sanchez Daardaar
    https://daardaar.be/rubriques/societe/les-medecins-doivent-demander-a-leurs-patients-sils-sniffent-de-la-coke

    Les accros aux drogues stimulantes telles que la cocaïne et les amphétamines sollicitent plus d’aide que les personnes dépendantes au cannabis.

    Parmi tous les toxicomanes qui se sont présentés dans des centres de thérapie en Flandre en 2017, près d’un sur quatre déclare surtout être accro à la cocaïne. Ces dernières années, le nombre d’accros à la cocaïne dans les centres d’accueil est monté en flèche. Au point que les personnes dépendantes aux drogues stimulantes dépassent désormais les fumeurs de cannabis. Il ressort du nouveau rapport de l’Association flamande des centres de traitement pour la période 2016-2017 que cette tendance, amorcée en 2015, prend de l’ampleur.

    Si le nombre de consommateurs de cannabis à problèmes reste élevé, Paul Van Deun, psychologue clinique au sein de l’organisation De Spiegel, estime que le plafond est atteint, tandis que le nombre de cocaïnomanes à problèmes risque au contraire d’augmenter.

    « Ces drogues vont de pair avec la frénésie de la société actuelle », affirme Van Deun. « La cocaïne est par ailleurs facile à trouver, et les problèmes qui en découlent sont encore négligés. De nombreux consommateurs ne se sentent pas dépendants car ils en prennent seulement le week-end, or le week-end venu, ils ne savent plus s’en passer et n’ont réellement les pieds sur terre que le mercredi. Le vendredi, ils commencent à consommer et continuent durant tout le week-end. Le lundi et le mardi, ils doivent récupérer. Dès le jeudi, ensuite, ils éprouvent le besoin d’en reprendre. »

    Van Deun voit des similitudes avec le début des années 2000, lorsque le nombre de consommateurs de cannabis à problèmes s’est envolé dans le milieu des services d’aide. Au même titre que la poudre blanche actuellement, on considérait à l’époque que fumer un petit joint n’était pas bien grave « Il y a néanmoins une différence », précise-t-il. « Au début des années 2000, les consommateurs de cannabis étaient surtout orientés par la justice. À présent, les consommateurs de cocaïne cherchent de l’aide de leur propre chef, ce qui en soi est une bonne chose. Plus le nombre de cocaïnomanes présents dans les centres de traitement augmente, plus nous aurons une image fidèle de la réalité du problème. »

    Reste que selon lui, les responsables de la prise en charge en première ligne manquent l’occasion d’aiguiller les cocaïnomanes plus rapidement. « C’est à peine si nous accueillons des personnes envoyées par leur médecin traitant. Aujourd’hui, les généralistes demandent généralement à leurs patients s’ils fument ou s’ils boivent. Ils feraient bien d’inclure d’autres drogues dans leurs questions. Les symptômes de la consommation de cocaïne ne sont pas visibles au premier regard, mais les séquelles peuvent s’avérer douloureuses, comme c’est notamment le cas de la perforation de la cloison nasale. Si l’on ne pose pas la question, il sera impossible de déceler ce type de problèmes. »

    Van Deun se montre en outre pessimiste quant à la possibilité d’écourter la durée de traitement dans les soins liés à la dépendance. En effet, le nombre de thérapies ne cesse de croître, tandis que le personnel ne connait pas la même évolution. « Les centres sont constamment contraints de faire du résultat, faute de quoi ils seraient privés de financement. Si le patient ne se présente pas car il n’est pas motivé, la pression devient grande lorsque l’on appelle le suivant sur la liste d’attente. »

    #Flandres #société #drogue #cocaïne #drogues #santé #addiction #cocaine #société #cannabis

  • Pourquoi d’anciens policiers et gendarmes prônent la #dépénalisation de l’usage des #drogues et du #cannabis - Basta !
    https://www.bastamag.net/Pourquoi-d-anciens-policiers-et-gendarmes-pronent-la-depenalisation-de-l-u

    D’anciens policiers et gendarmes qui demandent la dépénalisation de l’usage des drogues ? Le collectif « Police contre la prohibition », créé récemment, dénonce les effets pervers de la politique répressive mise en œuvre depuis un demi-siècle en France, et la nouvelle mesure prévoyant une amende forfaitaire pour l’usage de #stupéfiants. Par facilité, la répression cible principalement les simples usagers plutôt que les réseaux de trafiquants. Ces usagers, souvent criminalisés pour une simple consommation de cannabis, encombrent commissariats et palais de justice, aux dépens d’une véritable prévention. Rencontre.

  • Stablecoins: A solution for every unbanked business out there
    https://hackernoon.com/stablecoins-a-solution-for-every-unbanked-business-out-there-d09731a65f6

    For most businesses, opening a bank account and getting access to a variety of services is a straightforward task.But this is not the case for certain businesses that operate on the fringe of what is seen as acceptable by governments and society at large.The burgeoning #cannabis industry is a case in point. The industry is legal in a number of states in America, yet many of these businesses still can’t access the most basic of banking services.It’s a big problem for an industry that is expected to grow to $16 billion in 2019. Business owners have had to think of imaginative and dangerous ways to store millions of dollars in physical cash.The problem is that while the industry is considered legal in California and other states, most banks cannot offer these businesses services due to (...)

    #cannabis-dispensary #stable-coin #cryptocurrency #crypto

  • #STOP1921, club social de chanvre et thérapies psychéliques
    http://www.radiopanik.org/emissions/clip-radio/-stop1921-club-social-de-chanvre-et-therapies-psycheliques

    Au programme :

    Sébastien Alexandre, directeur de la FEDITO (fédération bruxelloise des institutions pour toxicomanes), viendra nous présenter la campagne #STOP1921 : www.stop1921.be Xavier de "Tire ton plant", club social de chanvre, reviendra notamment sur leur procès : www.trektuwplant.be Olivier, réalisateur du documentaire radio « Takiwasi, la maison qui chante », reviendra sur une cure de désintox singulière proposée au Péru. David, qui parlera de sa propre expérience avec l’iboga, une plante visionnaire issue du Gabon.

    Plus d’infos sur la soirée :

    "La loi #drogues a été écrite le 24 février 1921. Il est temps de la changer. Viens célébrer les funestes 98 ans d’une loi d’un autre temps et, par la même occasion, les 30 ans de la Liaison Antiprohibitionniste !"

    le 23 février dès (...)

    #prohibition #ayahuasca #iboga #cannabis_social_club #psychotropes #thérapie #désintoxication #drogues,prohibition,ayahuasca,iboga,cannabis_social_club,psychotropes,thérapie,désintoxication
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/clip-radio/-stop1921-club-social-de-chanvre-et-therapies-psycheliques_06347__1.mp3

  • How #cbd Market is moving in the right direction according to the Clinical Research and Market…
    https://hackernoon.com/how-cbd-market-is-moving-in-the-right-direction-according-to-the-clinica

    How CBD Market is moving in Right Direction According to Clinical Research and Market Analysis?Use of #cannabis to treat sick has been documented in history. The ancient healers and doctors prescribed it to their patients seeing the healing properties cannabis contained.The modern medical science only took notice of this magical family a few decades back and has been advancing to apply it in treating diseases. It is however recently the plant’s popularity picked up the pace and the market started seeing CBD or cannabis based products.CBD shouldn’t be mixed with marijuana. Though both are derived from cannabis sativa hence the term. The former does not contain enough THC (tetrahydrocannabinol) to operate as a psychoactive agent that intoxicates or causes euphoria aka the “High.” Instead, (...)

    #cbd-oils

  • This Game Lets You Grow #cannabis — On the #blockchain
    https://hackernoon.com/this-game-lets-you-grow-cannabis-on-the-blockchain-a27b8edb305a?source=r

    This Game Lets You Grow Cannabis — On the BlockchainFarming games have existed throughout the history of gaming, but just as mechanization changed the face of real agriculture, blockchain is promising to change the way we play farming games, starting with cannabis cultivation.Flowerpatch is a beautiful isometric game world where users can purchase, trade and grow cannabis collectables on the blockchain.Whilst it takes a whole load of effort to be a real farmer (hats off to them), with farming games, you get all the warm fuzzy feelings associated with a bumper harvest, without waking up before sunrise to defrost your tractor. Bored of tending those fava beans? Don’t want to milk the cows? Save and log off, and you’re done for the night — perfect.Farming games are fun, because unlike other (...)

    #decentralized #crypto #cryptocurrency

  • How These Companies Are Using #cbd #technology To Solve Pain Relief
    https://hackernoon.com/how-these-companies-are-using-cbd-technology-to-solve-pain-relief-403a50

    Image sourceNo one should have to live with chronic pain. There are pharmaceutical options to help give you some relief, but depending on your body, these might come with side effects and require varying dosages. Many people are turning to plant-based CBD oil as an alternative: several brands are all-natural, organic, and you cannot build a tolerance for it.CBD — short for cannabidiol — comes from #cannabis. Unlike marijuana, though, which contains the psychoactive THC that gets you high, CBD is derived from the hemp branch of cannabis. While further research is necessary, there is evidence suggesting that CBD products (such as oil and tinctures) can relieve pain symptoms, help with anxiety and depression, smooth the skin when applied topically, and provide other various benefits. Floyd’s of (...)

    #cannabis-medical #cbd-oils

  • The #cannabis Conference Hack with Alex Rogers
    https://hackernoon.com/the-cannabis-conference-hack-with-alex-rogers-b9d0532c9e83?source=rss---

    Episode 22 of the Hacker Noon #podcast: An interview with Alex Rogers, CEO of ICBC the International Cannabis #business Conference.Listen to the interview on iTunes, or Google Podcast, or watch on YouTube.In this episode Trent Lapinski and Alex Rogers discuss the cannabis industry, legalization, regulations, and what is happening internationally around the World as cannabis moves out of prohibition.“Our tech stuff is still considered fairly pedestrian in our industry, but that’s what makes it so exciting of an opportunity.”“We see a lot of tech guys, and business guys coming into the cannabis space and they’ve seen it before, they know what is going on. It is just a simple analogy.”“You see a lot of marriages between tech and business in the cannabis space that are creating some amazing (...)

    #hackernoon-podcast #marijuana

  • Erdogan’s newfound love for cannabis
    http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2019/01/turkey-erdogans-new-found-love-for-cannabis.html

    Indeed, the restrictions on hemp production were lifted in 1990 and re-regulated by the Turkish parliament to make it even more liberal in September 2016. Today, it is already legal to grow hemp in 19 cities, but you need government permits. The updated 2016 legislation relaxes the permission process for farmers. It also adds a flexible licensing process for researchers.

    However, it did not catch the attention of Erdogan until now. A source close to the Palace told Al-Monitor, “Turkey is working with international consulting firms, and we believe they are the ones that brought this lucrative plant to the president’s attention.” Global consulting firm McKinsey & Co. has given similar advice to Lebanon. The Turkish agreement to work with that firm was cut off abruptly and suspiciously after widespread public reaction.

    But desperate times call for interesting measures. On Jan. 9, Erdogan blasted out to the “enemies of Turkey who pretend to be friends,” saying that they have compelled Turkey to end its cannabis production. In an emotional speech, referring to his ancestral city of Rize and remembering when they used to make underwear from hemp that is more absorbent than any other material, Erdogan said Turkey has been importing the plant but is now taking steps for its widespread production.

    On social media, pundits took this “enemies who pretend to be friends” to be the United States, which pressed to ban opium poppy production in 1971. Up until then, Turkey was a major producer of legal opium, but farmers were known to produce also significant amounts of the plant illegally.

    Currently, Turkey has one alkaloid processing plant in Central Anatolian province of Afyon, which means “opium” in Turkish. Afyon is known for its high-quality poppy seed production. The factory produces ingredients to be used in prescription drugs. Turkey’s conservative segments now applaud Necmettin Erbakan, the late leader of the Islamist movement in Turkey, for his firm support for the construction of the plant in the late 1970s.

    Pro-government media promptly started distributing informational graphs and pieces on the benefits of cannabis production — which they referred to as a national matter— to the health sector and the economy, declaring this to be a “cannabis war” and praying for a victory. Even the uses of hemp for the Ottoman navy were cited in the news.

    Turkish government television TRT started airing infomercials about cannabis while referring to it as an “Anatolian plant” and elaborating on countless uses of hemp. Islamist media particularly was quite eager to back Erdogan. For example, Mehmet Toprak, a columnist for Dirilis Postasi, wrote a piece titled “Cannabis will make the US’ dollar weapon explode in their own hands.” Toprak emphasized that “President Erdogan’s decision on cannabis production is a turning point in our history. It is as revolutionary as the July 15 victory. This decision shows us how crucial it is to stand behind Erdogan for the future of our country and the Muslim lands.”

    #cannabis

  • Hacking The #cannabis Industry via #blockchain with Sumit Mehta
    https://hackernoon.com/hacking-the-cannabis-industry-via-blockchain-with-sumit-mehta-e20b426f56

    Episode 20 of the Hacker Noon #podcast: An interview with Sumit Mehta, CEO and founder of Mazakali, a Cannabis Investment Banking Platform.Listen to the interview on iTunes, or Google Podcast, or watch on YouTube.In this episode Trent Lapinski and Sumit Mehta discuss the emerging cannabis industry, the science behind cannabis’s medecinal benefits, and Sumit’s new blockchain based cannabis investment platform.“If we looked back at 1935, and if we were having this conversation then, we might find it fairly ludicrous if someone suggested that we elect a governmental body and power that would decide to put us in cages for having a relationship with this plant.”“When we begin to move into a World where we see all of the benefits around our lives, around our communities, around our animals, around (...)

    #hackernoon-podcast #marijuana

  • 10 Best #infographics Of 2018
    https://hackernoon.com/10-best-infographics-of-2018-b979c171ede7?source=rss----3a8144eabfe3---4

    We have had so many great projects this year that it was exceedingly difficult to narrow it down to just ten of our favorite projects. A sincere thank you to all of our clients who entrusted us with your infographics this year — we thoroughly enjoyed all of the projects we did, even though many of our favorites aren’t on this list. Here are the best infographics of 2018 (Here are the best from 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010).1. The Art And Science Of DelegationSource: ScaletimeFeatured On Entrepreneur, Tech Republic, and Small Business Trends2. How Does #amazon Make Its Money?Source: SellbriteFeatured On Business Insider, Big Commerce, Tech Republic, and Visual Capitalist3. The Future Of Augmented RealitySource: Lumus VisionFeatured On PC Mag, RisMedia, Entrepreneur, and Small (...)

    #cannabis #blockchain #small-business

  • New West Summit focuses on new #cannabis tech for the industry to grow
    https://hackernoon.com/new-west-summit-focuses-on-new-cannabis-tech-for-the-industry-to-grow-1d

    Many attendees at the recent New West Summit recognized that the cannabis industry is transitioning from small boutique firms to larger production #operations. To do so, they will need to make a technological shift from a simpler gardening perspective to a more complex approach. Fortunately, a variety of companies now exist to help cannabis producers scale up operations whether growing cannabis or turning it into unique products. Here is a cross-section of such companies some of which attended the recent New West Summit dedicated to cannabis #technology.New West Summit and innovative cannabis techThe New West Summit is a unique cannabis tech conference that took place in Oakland, California in October. Attendees were on hand to learn more from speakers and exhibitors about the technology (...)

    #investing #new-west-summit

  • Du cannabis pour les animaux de compagnie Fabien Deglise - 13 Novembre 2018 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/541205/du-cannabis-pour-les-animaux-de-compagnie

    Près d’un mois après la légalisation du cannabis à des fins récréatives au pays, un regroupement de vétérinaires canadiens appelle le gouvernement fédéral à réviser sa loi sur le cannabis pour permettre aux animaux de compagnie, mais aussi aux animaux d’élevage, d’avoir également accès à cette substance à des fins thérapeutiques. Les perspectives en matière de santé animale seraient élevées, prétendent-ils, et tombent actuellement dans une zone grise.


    Photo : Marcus Simaitis Agence France-Presse La loi sur le cannabis qui encadre désormais l’usage de ce produit, à des fins récréatives et médicales au pays, ne tient pas compte des animaux qui pourraient pourtant profiter de la légalisation, estime l’ACMCV.

    « Depuis le 17 octobre, les animaux ont accès au cannabis, mais avec des produits pour humains que nous pouvons utiliser hors homologation, résume Louis-Philippe de Lorimier, vétérinaire oncologue à Brossard et membre de l’Association canadienne de médecine cannabinoïde vétérinaire (ACMCV). Il existe aussi des produits de santé et de bien-être qui leur sont destinés, mais qui évoluent dans un marché qui n’est pas surveillé par Santé Canada. Et c’est ce que nous aimerions voir changé. »

    Malgré des consultations auxquelles le monde de la médecine vétérinaire a pris part lors de sa construction, la loi sur le cannabis qui encadre désormais l’usage de ce produit, à des fins récréatives et médicales au pays, ne tient pas compte des animaux qui pourraient pourtant profiter de la légalisation, estime l’Association. Le groupe réclame ainsi un amendement au Règlement sur l’accès au cannabis à des fins médicales pour y faire entrer les chiens, les chats, les chevaux…, souligne Sara Silcox, vétérinaire dans la région de Toronto et présidente de l’ACMCV. « Pour le moment, nous avons eu plusieurs contacts avec la direction des médicaments vétérinaires à Santé Canada, dit-elle en entrevue au Devoir. Elle est sensible à notre position et à nos arguments, mais un peu moins aux changements que nous réclamons. »

    Pourtant, le cannabis est utilisé depuis plusieurs années en médecine animale, avec des résultats prometteurs, assure M. de Lorimier. Certains propriétaires d’animaux en font usage, en s’approvisionnant sur le marché noir, sur Internet et désormais dans les succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) pour régler des problèmes de comportement chez leurs animaux de compagnie ou pour des traitements de douleurs postopératoires ou chroniques. « Pour le moment, nous avons des données empiriques intéressantes, poursuit le vétérinaire, mais ce sont les données scientifiques qui manquent », données qu’un changement dans la loi, selon lui, permettrait plus facilement d’obtenir.

    Le scientifique est d’ailleurs impliqué dans une recherche en cours, dit-il, sur l’apport potentiel du cannabis dans les traitements contre le cancer chez certains animaux. « Le cannabis, et particulièrement le cannabidiol, la composante non psychotrope de la plante, peut être utilisé chez les animaux, comme chez les humains, pour traiter la douleur, l’anxiété, mais aussi pour des traitements ophtalmologiques ». Les chiens particulièrement angoissés lorsqu’ils sont confinés dans des appartements, loin de la meute qui tient pourtant de leur nature, sont des animaux particulièrement ciblés par les usages vétérinaires du cannabis.

    « Le THC, la composante psychoactive du cannabis, peut être dangereux pour les animaux lorsqu’il est présent à des niveaux trop élevés, résume Mme Silcox. Dans ce contexte, les conseils et les recommandations d’un vétérinaire peuvent être très utiles, si bien sûr on nous permettait de le faire. »

    L’ACMCV demande qu’Ottawa permette aux vétérinaires de donner des informations sur le cannabis aux propriétaires d’animaux, mais réclame un droit de parole dans l’évaluation de nouveaux produits médicaux contenant du cannabis qui pourraient être administrés à la gent canine, féline et aux autres bêtes. « Les vétérinaires devraient être autorisés, par la loi, à faire des recommandations sur les produits à base de cannabis légalement accessibles au Canada, pour utilisation chez les animaux, comme nous le faisons pour d’autres médicaments non approuvés pour un usage animal », dit Mme Silcox qui voit d’un bon oeil le développement d’une nouvelle pharmacopée dans le cadre de la légalisation, en espérant que tous, y compris ses patients à poils, puissent en profiter.

    « Nous avons un avantage sur nos homologues américains, qui ne peuvent même pas parler du cannabis à leur clientèle, y compris dans des États où la plante a été légalisée, dit Louis-Philippe de Lorimier. Ici, les choses ont changé depuis le 17 octobre, mais pour prescrire, il nous faut des études scientifiques et un cadre qui va nous permettre de les réaliser. »

    Les dépenses pour les animaux domestiques sont en croissance au Québec où, en 2016, selon Statistique Canada, elles ont atteint 1,7 milliard de dollars, pour 16 millions de compagnons à poils. Le marché des médicaments vétérinaires à base de cannabis, mais également des biscuits, des gâteries et des produits d’hygiène, dont les crèmes et les shampooings pour animaux, issus de cette plante est estimé à plusieurs millions de dollars annuellement.

    #vétérinaires #animaux #animaux_domestiques #Canada #canabis #cannabis #marijuana #THC #gâteries #animaux_d_élevage

  • How #technology is revolutionizing the #cannabis market
    https://hackernoon.com/how-technology-is-revolutionizing-the-cannabis-market-2dc04c15d965?sourc

    (Source)There is a growing demand for cannabis in North America and growers are struggling to keep up. Those in the retailing business in Alberta, Canada are already having trouble keeping up and it has only been days since the legalization of recreational #marijuana. Those in the U.S. are not facing the same problem yet but if the Senate makes progress towards amending the federal law on cannabis substances, then growers and retailers will be put on the same spot.Since the industry is going through massive changes, technological advancements are beginning to play an important role in the daily operations of growers and retailers. Technology is being used for an array of purposes including supply chain management, e-commerce guidance and even artificial intelligence in the production (...)

    #innovation #emerging-technology

  • Canada : La Santé publique s’inquiète des pressions du privé sur la distribution du cannabis Fabien Deglise
    - 2 Novembre 2018 - Le Devoir

    https://www.ledevoir.com/societe/540388/la-sante-publique-s-inquiete-des-pressions-du-prive-sur-la-distribution-du

    Alors que le nouveau gouvernement de François Legault s’apprête à rouvrir d’ici la fin de l’année la loi encadrant le cannabis, l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) s’inquiète des pressions qu’exercent plusieurs producteurs pour éroder le monopole étatique de distribution en place au Québec et s’assurer que le secteur privé trouve, comme dans d’autres provinces canadiennes, une place dans la distribution de cette substance.

    « Les intérêts économiques des producteurs qui doivent répondre à leurs actionnaires ne sont pas compatibles avec l’esprit de la loi actuelle qui cherche avant tout à prévenir la consommation et à protéger la santé des gens, dit Émilie Dansereau-Trahan, de l’ASPQ. Depuis le début des discussions sur la légalisation, les acteurs de la santé publique martèlent qu’il ne faut pas de liens directs entre le producteur et le consommateur. Et il ne faudrait pas que ça change. »


    Depuis plus d’un an pourtant, le producteur de cannabis Aurora, un des fournisseurs de la Société québécoise du cannabis (SQDC), embauche un lobbyiste à Québec pour faire avancer la cause d’une privatisation de la distribution auprès des élus chargés de construire le cadre légal autour du cannabis récréatif. Son mandat est actif jusqu’à la fin de décembre et vise à « encourager le commerce en ligne de cannabis sans intermédiaire pour assurer des prix compétitifs », indiquent les informations inscrites au registre des lobbyistes.

    Hexo, premier fournisseur de cannabis de la SQDC, a également cherché à défendre cette position dans la dernière année en présentant « au gouvernement les avantages à caractère économique, de santé et de sécurité publique associés au modèle coopératif et de distribution privée ». L’entreprise dit toutefois avoir récemment changé son fusil d’épaule. « Nous n’avons plus d’intérêt à avoir des discussions sur la vente privée au Québec, a avoué au Devoir Isabelle Robillard, porte-parole de l’entreprise. Nous sommes fiers de notre statut de fournisseur privilégié [de la SQDC]. Nous travaillons avec le gouvernement selon la loi qui a été établie. »

    En accédant au pouvoir, le gouvernement Legault s’est engagé à réécrire la loi sur le cannabis au Québec afin de faire passer l’âge légal des consommateurs de 18 à 21 ans, mais également pour étendre les lieux où la consommation de cette substance va être interdite. Entre autres. Le dossier est porté par le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant.

    Dans le cadre réglementaire sur le cannabis présenté par la Coalition avenir Québec en septembre 2017, le parti disait préférer un modèle public de distribution et d’exploitation des points de vente au Québec. « Nous insistons sur le fait que la consommation ne doit pas avoir comme objectif de générer plus de revenus », a indiqué cette semaine Ewan Sauves, porte-parole du gouvernement.

    Depuis le 17 octobre dernier, le secteur privé est actif dans la distribution du cannabis dans les provinces centrales, soit en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba, où des commerces non gérés par l’État ont désormais pignon sur rue. Le Manitoba reste toutefois la seule province qui autorise la vente directe de cannabis récréatif, sans intermédiaire, entre le producteur et le consommateur.

    #cannabis #privatisation

    Le crime organisé aurait ses entrées
    Des producteurs de cannabis ont reçu le feu vert de Santé Canada malgré des liens avec le crime organisé, a révélé jeudi l’émission Enquête. Les enquêtes menées sur ces compagnies par Santé Canada et la Gendarmerie royale du Canada (GRC) avant de leur délivrer un permis de production se sont limitées aux têtes dirigeantes. Les investisseurs et les sociétés mères qui les détiennent sont passés sous le radar. Santé Canada s’est défendue en disant n’avoir « aucune preuve » d’une quelconque infiltration du crime organisé parmi l’un des 130 producteurs agréés par le gouvernement fédéral depuis 2013. La GRC a invoqué de son côté le manque de ressources, notamment lorsqu’il est question d’investisseurs basés dans des paradis fiscaux. « Si jamais les corps policiers nous disent qu’ils ont besoin de plus de ressources, c’est sûr que c’est quelque chose que nous allons évaluer », a commenté la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor. Elle a assuré que les enquêtes de l’agence et de la police fédérales sont « très exhaustives », refusant de commenter directement les allégations de Radio-Canada. Guillaume Lepage

    #mafia #multinationales

  • L’Afrique, du #Sahel et du #Sahara à la #Méditerranée : intégrations, #circulations et #fragmentations

    Catherine Fournet-Guérin et Géraud Magrin
    L’Afrique, du Sahel et du Sahara à la Méditerranée : intégrations, circulations et fragmentations [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    Africa, from the Sahel and the Sahara to the Mediterranean Sea. Integrations, circulations and fragmentations
    Alexis Gonin

    Le #foncier_pastoral au Sahel, des #mobilités fragilisées [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    Pastoral land tenure in Sahel : jeopardized mobilities)
    #pastoralisme
    Ronan Mugelé

    La #Grande_muraille_verte au Sahel : entre ambitions globales et ancrage local [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    The great green wall in Sahel : from global to local ambitions
    Géraud Magrin et Christine Raimond

    La région du lac #Tchad face à la crise #Boko_Haram : interdépendances et vulnérabilités d’une charnière sahélienne [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    The Lake Chad region and Boko Haram crisis : links and vulnerability of a sahelian hinge
    Anne Bouhali

    Les places marchandes du #made_in_China au #Caire et à# Oran : #mondialisation et transformations des espaces et des pratiques de consommation [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    The marketplaces of made-in-China goods in Cairo and Oran : globalization and transformations of consumption spaces and practices
    Nora Mareï et Olivier Ninot
    #Chine #Chinafrique

    Entre Afrique du Nord et de l’Ouest, les #relations_transsahariennes à un moment charnière [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    Between north Africa and west Africa : trans-Saharan relations at a key moment
    Alice Franck

    L’échec de la partition d’un État à la charnière entre monde arabe et Afrique subsaharienne : le cas du #Soudan [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    The failure of the partition of a pivotal State between the arab world and sub-saharan Africa : the case of Sudan
    Raphaëlle Chevrillon-Guibert et Géraud Magrin

    Ruées vers l’#or au #Soudan, au #Tchad et au Sahel : logiques étatiques, mobilités et contrôle territorial [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    Gold rushes in Sudan, Chad and the Sahel : state logic, mobility, territorial control
    Laurent Gagnol
    #extractivisme #mines_d'or #mines

    Marginalité, spécificités et instabilité du #tourisme saharien [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    Marginality, specificities and instability of Saharan tourism
    Pierre-Arnaud Chouvy

    Du #kif au #haschich : évolution de l’industrie du #cannabis au #Maroc [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    From kif to hashish. the evolution of the cannabis industry in Morocco

    #drogues


    https://journals.openedition.org/bagf/2953
    #revue