• Un féminisme de la décroissance

    Pour transformer le #quotidien, il est nécessaire non seulement de défaire les rapports de classe, de sexe et de race, mais aussi de renouer avec la matière et la ruralité. L’entre-subsistance permet de fissurer le système capitaliste et patriarcal.

    Dans Quotidien politique, #Geneviève_Pruvost présente le quotidien comme un espace-temps qui donne matière à la critique écologique, féministe, anarchiste et anticapitaliste. En partant de son étude ethnographique d’une dizaine d’années sur les #alternatives_rurales françaises, la sociologue (médaillée de bronze au CNRS) explore les liens entre le féminisme, l’#écologie et la #subsistance à travers un corpus théorique dense et divers empruntant à la sociologie du quotidien de Henri Lefebvre, aux féministes de la subsistance telles que Maria Mies, Veronika Bennholdt-Thomsen, Françoise d’Eaubonne, Vandana Shiva, Silvia Federici et aux perspectives anarchistes de Murray Bookchin et Henry David Thoreau.

    Modes d’attention et manières de vivre

    Le livre installe un rythme cyclique, qui fait instantanément écho au rythme de la subsistance, en semant des pistes qui finissent par devenir des évidences pour transformer le quotidien et « passer de la critique du #capitalisme à l’acte » en repérant les marges de manœuvre disponibles (p. 291).

    Le quotidien ainsi politisé favorise le jusqu’au-boutisme de l’analyse écologique et féministe, puisqu’il centre la fabrique des choses – des petites mains – et des matières qui permettent la subsistance. Si le quotidien moderne est aliéné en raison de la méconnaissance des matières qui le peuplent, des rapports d’exploitation qu’il implique et de l’abstraction au territoire et au voisinage qu’il impose, l’entre-subsistance représente pour Pruvost une alternative permettant à la fois de renouer avec la matière, de défaire les rapports de classe, de sexe et de race et de s’ancrer dans la terre. La critique de la vie quotidienne place alors au cœur de l’analyse la production de l’entre-subsistance et propose la création de brèches dans le système capitaliste et patriarcal.

    En s’appuyant sur les écrits du sociologue Henri Lefebvre, Pruvost définit le quotidien des sociétés paysannes comme « un mode d’attention au monde » (p. 8). Ce monde inclut notamment les autres, les non-humains, les écosystèmes : pour reprendre les termes du forestier Aldo Leopold, il implique la communauté biotique. Cette perspective est proche de la notion de care développée par Joan Tronto en 2009, qui renvoie à l’attention et à la sollicitude déployées historiquement par les femmes pour le soin du monde, tout en s’en distanciant à travers une approche frontalement matérielle visant la destruction de la séparation privé/public à partir du travail de subsistance. Le quotidien des sociétés paysannes et des alternatives rurales est « un monde de présence » dans lequel la fabrique de la subsistance est visible et partagée (p. 9).

    L’analyse de la transformation du quotidien de la société paysanne à la société industrialo-capitaliste permet alors de mettre en lumière les multiples pertes – des matières, des savoirs, des maisonnées – qui se jouent dans la modification de l’organisation sociale moderne. Celle-ci implique d’abord l’invisibilisation de la matière et de sa fabrique, non pas uniquement dans la sphère domestique, mais aussi à travers la division internationale du travail et l’externalisation des coûts. La transformation de la société signifie également une perte d’ancrage dans un lieu donné (p. 7).

    Les ménages modernes sont hors-sol, interchangeables et s’inscrivent dans une société de démocratie représentative anonyme où les savoirs des experts et la professionnalisation règnent. Ce qui pourrait se révéler comme une libération des relations d’interconnaissance qui prévalaient dans les sociétés paysannes est, selon Pruvost, la face cachée d’une dépossession organisée des savoirs vernaculaires qui permettaient de « faire les choses à sa mesure ». La dépossession des savoirs de subsistance favorise l’expansion du marché, l’enfermement des travailleurs et des travailleuses et la dépossession des terres en communs (p. 12). Pour Ivan Illich, auquel Pruvost se réfère, « le capitalisme mène une guerre contre la subsistance ».
    Les femmes entre Amazones et housewives

    Selon les féministes de la subsistance et la féministe marxiste Silvia Federici, l’enclosure des terres et l’avènement du capitalisme ne sont pas uniquement une guerre contre la subsistance, mais également une guerre contre les femmes qui permettra de les confiner à la sphère domestique. Les sociétés paysannes fondées sur des maisonnées permettaient aux femmes une indépendance qui leur sera confisquée, notamment à travers la chasse aux sorcières qui les enferma dans le rôle de reproductrices de main-d’œuvre pour l’industrie. « Le capitalisme repose sur le remplacement des communautés paysannes et des maisonnées par des couples conjugaux hétérosexuels » (p. 143).
    Ce que les féministes de la subsistance permettent d’éclairer ici, c’est le processus de housewification qui s’enclenche par la destruction des sociétés paysannes. Les femmes alors confinées à la sphère privée doivent fournir la main-d’œuvre nécessaire à la production capitaliste et créer des espaces de vie permettant aux ouvriers de supporter les conditions de travail délétères. Les femmes ne sont pas seulement là pour effectuer le travail de reproduction dans la sphère privée ; elles sont aussi les actrices toutes désignées pour nourrir le système capitaliste en tant que consommatrices des ménages.

    Les féministes de la subsistance et les écoféministes proposent des contre-récits dans lesquels l’avènement du patriarcat et du capitalisme sont datés. Selon elles, les premières sociétés étaient matrilinéaires et s’organisaient autour de la subsistance commune (p. 100). Ces contre-récits sont subversifs en ce qu’ils permettent d’imaginer de nouvelles organisations sociales : « Si le patriarcat a un commencement spécifique dans l’histoire, il peut aussi avoir une fin » (p. 101).
    La démocratie directe et les brèches

    Ce que Geneviève Pruvost présente est une lecture féministe de la décroissance qui s’ancre dans la subsistance. Il s’agit là de l’une des contributions majeures de cet ouvrage, qui développe une perspective différente de la décroissance tout en réinscrivant ses thèmes principaux : les communs, le partage de la subsistance, l’autonomie face à l’État, l’interdépendance, la démocratie directe, la vie bonne, le bien-vivre, la décroissance choisie et la modification de l’organisation sociale et politique.

    La perspective de la subsistance permet à Pruvost de proposer des pistes à partir de points de vue ancrés, expérimentés et situés, notamment dans l’expérience de femmes qui rejettent le totalitarisme du capitalisme-patriarcat et qui invitent à se réapproprier des pratiques de subsistance en dehors des rôles genrés construits dans la sphère domestique. Pour y arriver, certaines tactiques doivent être employées – mettre à distance la peur du viol, mettre en acte la « théorie King Kong » de Virginie Despentes, réincarner la force des Amazones qu’invoque Françoise D’Eaubonne. Elle propose donc d’explorer la puissance des femmes dans la création même des conditions qui permettent la vie ou qui produisent la vie elle-même.

    Un autre apport de Geneviève Pruvost est d’avoir mis en avant une littérature écoféministe autour de la subsistance, qui est largement passée sous le radar dans le monde francophone et qui permet de tisser ensemble l’enfermement des femmes dans la sphère privée, dans le rôle de reproductrices et de consommatrices. Ce tissage permet de formuler une critique de la consommation dont la solution ne passe pas par une meilleure gestion, mais par une réorganisation totale en remplaçant le travail-consommation par le travail de subsistance.

    Cette réorganisation propose des pistes concrètes et permet d’envisager la construction de brèches. Une déprise du monde capitaliste. Les marges de manœuvre sont à identifier, notamment à travers une géopolitique du proche : « Commencez là où vous êtes » (p. 292). Ainsi, la quotidienneté est l’espace de bascule, le lieu de l’émergence des contradictions et de leur résolution (p. 33).
    La force du livre est le refus de hiérarchiser les actes de résistance. Le réagencement du quotidien en collectif d’entre-subsistance des alternatives rurales actuelles n’a rien à envier à la mobilisation politique urbaine et aux réunions militantes. Il s’agit de la mise en acte d’idées politiques et de critiques sociales réfléchies. Geneviève Pruvost identifie plutôt un continuum de luttes qui bénéficient à tous ceux et celles qui rêvent d’un autre monde ou du « plurivers » (Escobar), les militant(e)s urbain(e)s pouvant se joindre occasionnellement aux alternatives et vice versa. Pour Pruvost, « le travail de subsistance est une action directe sur le vivre-ensemble et sur le bien-vivre » : il permet de se mettre enfin à l’écoute du vivant (p. 330).

    https://laviedesidees.fr/Genevieve-Pruvost-Quotidien-politique

    #féminisme #décroissance #livre

    • Quotidien politique. Féminisme, écologie, subsistance

      Fin des sociétés paysannes, cuisines équipées, bétonisation des terres arables, effacement des savoir-faire et cosmogonies autochtones, ignorance des rythmes du monde vivant... Ces phénomènes divers que l’on apprend aujourd’hui à déplorer sont bel et bien liés, nous disent depuis un demi-siècle des théoriciennes écoféministes, critiques de la modernité industrielle. C’est à leurs pensées, méconnues en France, ainsi qu’aux leçons existentielles et politiques qu’il convient d’en tirer, qu’est consacré cet ouvrage. L’auteure explore les alternatives écologiques et anticapitalistes contemporaines pour démontrer que la vie quotidienne est un terrain politique fondateur.
      Sans politique du quotidien, sans reconstruction collective et radicale de notre subsistance, il n’y aura pas de société égalitaire ni écologique. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas la généralisation du salariat qui a permis d’accéder à la société de consommation et au confort appareillé, mais le colonialisme et le travail domestique féminin. Une autre organisation politique de la vie et des rapports à la nature est possible. À condition d’être redistribué, ancré dans une communauté en prise avec un biotope et des usages, le travail de subsistance ainsi repensé devient un facteur d’émancipation. La fabrique du quotidien apparaît alors pour ce qu’elle est : un enjeu révolutionnaire.

      https://www.editionsladecouverte.fr/quotidien_politique-9782348069666

  • Voitures volantes et vieux rêves capitalistes
    https://www.terrestres.org/2024/07/10/voitures-volantes-et-vieux-reves-capitalistes

    Dubaï, Ōsaka, Arabie Saoudite et maintenant Paris… les voitures volantes sont annoncées partout mais elles ne volent nulle part. Obstacles techniques ? Contestation sociale ? Si ce symbole du futur ne prend pas, c’est tout simplement parce qu’il est une figure du passé, dont la fonction est d’alimenter les projets capitalistes et leurs chantiers. Décollage immédiat pour le Japon ! L’article Voitures volantes et vieux rêves capitalistes est apparu en premier sur Terrestres.

    #Capitalisme #Imaginaire #Technocritique #Transports

  • Carnets de villes – #Paris
    https://metropolitiques.eu/Carnets-de-villes-Paris.html

    De quoi, de qui Paris est-elle encore la #capitale ? Quel regard porter sur la « ville lumière » ? À l’écart des lieux de tourisme, des scènes du pouvoir politique et de sa contestation, cet épisode parcourt la ville habitée, à l’échelle de la vie quotidienne. L’écrivaine Luba Jurgenson décrit des parcours sensibles et des atmosphères contrastées qui singularisent l’expérience de Paris. Émission : Carnets de villes « Est-ce la plus belle ville du monde ? » C’est par ces mots que s’ouvrait le film Le Joli Mai #Podcasts

    / #URSS, #Moscou, #littérature, Paris, #espace_public, capitale, #Jeux_olympiques

  • Encore une autre approche du capitalisme de surveillance - HAL
    https://shs.hal.science/halshs-03533054

    L’apparition de l’expression "capitalisme de surveillance" permet de conceptualiser un phénomène qui parcours la seconde moitié du XXe siècle. Cet article appréhende dans quelle mesure l’économie de la surveillance et la critique de la surveillance cheminent ensemble depuis les débuts de la révolution numérique et comment cette « dialectique » a construit nos rapports individuels et collectifs à la surveillance, dans le droit, les institutions, la technologie et la politique.

    #Christophe_Masutti #Capitalisme_surveillance

  • #Législatives_2024 : « J’y croyais à cet #Etat qui aide le #peuple. J’ai été communiste, socialiste, mais ils ont tous capitulé face au #capitalisme. Alors, j’ai voté #blanc »

    https://www.lemonde.fr/intimites/article/2024/07/05/legislatives-2024-j-y-croyais-a-cet-etat-qui-aide-le-peuple-j-ai-ete-communi

    Moi, l’argent, je lui cours après. Je suis #fonctionnaire, je gagne à peu près 2 000 euros par mois. Je suis maître-nageur sauveteur, je suis prof de sport. Tous les week-ends, je suis à la piscine, je donne des cours particuliers : trente minutes, 15 euros. Et malgré tout, je suis à zéro tous les mois. Voire, des fois, à moins de zéro. Cet hiver, pour faire des #économies d’électricité, ma compagne et moi, on dormait en jogging avec nos capuches sur la tête. J’ai dû demander de l’argent à mes parents. J’ai 42 ans. J’ai honte. Et Macron n’a rien fait à part tabasser les “#gilets_jaunes”, alors que, justement, ils voulaient aller au travail, sauf qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour payer l’essence.

  • Le WEF et son fondateur ( #klaus_schwab ) accusés d’entretenir une atmosphère de travail toxique RTS

    Le fondateur du Forum économique mondial (WEF) de davos klaus schwab aurait laissé couver une atmosphère de travail hostile où certaines catégories d’employés sont maltraités, affirme le Wall Street Journal dans une longue enquête. Les accusations se basent sur plusieurs dizaines de témoignages.

    Le quotidien américain met directement en cause le fondateur du WEF Klaus Schwab. Dans son enquête https://www.wsj.com/business/world-economic-forum-klaus-schwab-discrimination-harassment-de285594?mod=Search publiée le 29 juin dernier, le Wall Street Journal explique notamment qu’il se serait un jour mis en tête de rajeunir ses effectifs. Il aurait alors ciblé quelques employés dans la cinquantaine et aurait demandé à un responsable RH, Paolo Gallo, de les licencier.


    Ce dernier aurait refusé, soulignant qu’il fallait une raison valable pour renvoyer quelqu’un. Peu de temps après ce refus, Paolo Gallo aurait lui-même été licencié par klaus schwab.

    Atmosphère « hostile aux femmes et aux Noirs »
    Le Wall Street Journal dit avoir interviewé 80 collaboratrices et collaborateurs, anciens et actuels, de l’institution basée à Genève. Beaucoup dénoncent une atmosphère de travail « toxique » et « hostile aux femmes et aux Noirs », que klaus schwab aurait laissée se développer.

    Des femmes auraient vu leur carrière stagner à leur retour de congé maternité. Certaines auraient même été rétrogradées ou poussées vers la sortie. Elles dénoncent également des cas de harcèlement de la part de leurs collègues ou d’invités du Forum de Davos. klaus schwab lui-même serait responsable de nombreux commentaires déplacés.

    Plusieurs cas de racisme ont aussi été relevés. Certains termes injurieux auraient été utilisés en présence de collaboratrices noires. D’autres affirment ne pas avoir été considérés pour des promotions et ne pas avoir été conviés à Davos en raison de leur couleur de peau.

    Selon les personnes interrogées par le Wall Street Journal, les dénonciations de ces cas n’ont jamais abouti. Certaines personnes ayant déposé plainte auprès des ressources humaines se seraient vues licenciées peu après.

    Double discours
    Le journal pointe du doigt le double discours de Klaus Schwab et la dissonance entre les valeurs affichées par le Forum de Davos, dont l’une des missions est « d’améliorer l’état du monde », et les situations de discrimination relevées par ses employés. Le WEF prône en effet la diversité, l’équité et l’inclusion.

    Source : https://www.rts.ch/info/economie/2024/article/le-wef-et-son-fondateur-accuses-d-entretenir-une-atmosphere-de-travail-toxique-2

    #conditions_de_travail #capitalisme #politique #harcèlement #violence #racisme #discriminations #davos

  • « Détestable en soi, la xénophobie est aussi critiquable d’un point de vue économique », Jean-Baptiste Fressoz
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2024/07/03/detestable-en-soi-la-xenophobie-est-aussi-critiquable-d-un-point-de-vue-econ

    Dans tous les pays, le #logement constitue la part la plus importante du capital des ménages. La France n’échappe pas à cette règle : les maisons et appartements représentent quatre années de produit national brut, le double ou presque de tous les autres capitaux : actions, bâtiments professionnels et terres agricoles. Ce #capital est récent. En France, presque les trois quarts des logements ont été construits après 1945. Ce capital est composé de béton, de briques, de parpaings, de verre, d’acier et de bois. Et s’il s’est accumulé grâce à des techniques simples (bétonnières, brouettes, truelles, pelles, Placoplatre), reposant essentiellement sur la force musculaire.
    Contrairement aux clichés sur la modernisation et la fin du travail manuel, entre 1950 et 1980, le nombre d’employés dans le #BTP a doublé en France, pour atteindre 1,7 million de personnes. Avec des fluctuations, les effectifs sont restés à des niveaux importants, si l’on inclut les intérimaires.

    Cette force musculaire, la France l’a tirée pour une part non négligeable de l’étranger. Au milieu des années 1960, les entrepreneurs du BTP peinent à fixer la main-d’œuvre française et font face à l’augmentation des salaires. La substitution des nationaux par les étrangers s’intensifie. A la fin des années 1960, 30 % des #ouvriers du BTP sont #immigrés. En 1965, dans la région parisienne, le BTP emploie 78 % de Portugais, des hommes jeunes, certains fuyant le service militaire et les guerres coloniales. A cette époque, on retrouve énormément d’immigrés, algériens, marocains et portugais, sur les chantiers du périphérique, du RER et du quartier d’affaires de la Défense. « La main-d’œuvre portugaise est une main-d’œuvre banale, explique un rapport de la préfecture de la Seine, l’ouvrier portugais concurrence rarement l’Espagnol et encore moins l’Italien, il se trouverait plutôt au niveau du Marocain ou de l’Algérien. »

    Angle mort de la préférence nationale

    Quarante ans plus tard, dans sa remarquable enquête en immersion Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment (La Découverte, 2009), le sociologue Nicolas Jounin a retrouvé le même type de #hiérarchie_ethno-raciale, reposant aussi sur la date d’arrivée en France. Aux manœuvres sans qualifications, souvent noirs et parfois clandestins, reviennent les tâches les plus éreintantes : porter les échafaudages, charger les brouettes de ciment, ou encore faire de la démolition à la masse et au marteau-piqueur.
    Selon Jounin, le racisme dans les chantiers ne vient pas de préjugés archaïques, mais sert à y maintenir la hiérarchie et l’obéissance. Par exemple, un maçon noir qualifié ne sera jamais traité de « Mamadou », à l’inverse d’un manœuvre intérimaire. Le #racisme est une manière de justifier la position subalterne de certains travailleurs. La présence d’un Blanc surprend parfois les camarades de travail cités par Jounin : « Normalement les Français, ils ne sont pas ferrailleurs… Les Français disent que les Arabes prennent leur travail, mais tout ce qu’on prend c’est la merde. »

    Détestable en soi, la xénophobie est aussi critiquable d’un point de vue économique. Actuellement, les travailleurs immigrés représentent 27 % des ouvriers du BTP en France. A titre de comparaison, les immigrés représentent 10 % de la population active. Notons encore que la moitié des travailleurs immigrés en France travaillent dans la région parisienne, qui est de loin la plus dynamique économiquement : la main-d’œuvre immigrée représente même 60 % des ouvriers non qualifiés du BTP en Ile-de-France ! Le capital des Franciliens, leurs appartements à plusieurs centaines de milliers d’euros, repose donc majoritairement sur du muscle importé.

    La crise du logement est, dit-on, un des motifs du vote RN. Pourtant, la politique migratoire d’#extrême_droite renforcera probablement les difficultés des Français à se loger. La #préférence_nationale en matière de logement oublie que les logements sont en partie construits grâce à des étrangers. Si l’extrême droite surfe sur le sentiment de déclin national, ses politiques migratoires pourraient bien transformer ce fantasme en réalité.

  • Das »goldene Zeitalter« - 80. Jahrestag von Bretton Woods
    https://www.jungewelt.de/artikel/478446.das-goldene-zeitalter.html


    Die Konferenz schuf die Grundlage für IWF und Weltbank – und das »goldene Zeitalter des Kapitalismus« 

    L’age d’or du capitalisme occidental connu aussi sous l’expression "les trente glorieuses" est terminé depuis 51 ans. On ne s’en souvient qu’à peine. Explication.

    1.7.2024 von Lucas Zeise - Vor 80 Jahren, am 1. Juli 1944, begann im unscheinbaren Ort Bretton Woods im nordöstlichen US-Bundesstaat New Hampshire eine Konferenz, die ausnahmsweise tatsächlich die Welt veränderte. Die führenden kapitalistischen Staaten der damaligen Antihitlerkoalition vereinbarten eine internationale Währungs- und Finanzordnung für die Zeit nach dem Zweiten Weltkrieg. Delegationen aus 44 Staaten waren anwesend. Nicht geladen war die sozialistische Sowjetunion, deren Existenz und Erfolge jedoch ein wichtiger Grund für die Beratungen und Ergebnisse der Konferenz waren.

    Die wichtigsten sind: Wechselkurse der Währungen werden politisch im Verhältnis zum US-Dollar festgelegt, der als einzige Währung ans Gold gebunden ist. Die USA verpflichten sich, anderen Zentralbanken (nicht jedoch einzelnen Bürgern) für je 35 US-Dollar eine Unze Gold auszuzahlen. Die Konferenz beschließt auch den Internationalen Währungsfonds (IWF), der Zahlungsbilanzungleichgewichte zwischen Staaten ausgleichen soll, und die Weltbank, die als Entwicklungsbank fungiert. Beide gibt es noch heute.

    Die Beschlüsse von Bretton Woods sind der erste und (bisher) letzte erfolgreiche Versuch, den Konkurrenzkampf der nationalen Finanzkapitalgruppen sowie die Freizügigkeit des Finanzkapitals etwas einzudämmen. Die kernimperialistischen Länder waren so in der Lage, im Innern eine Wirtschaftspolitik zu betreiben, die den niederen Klassen und Schichten einen relativ hohen Anteil am erwirtschafteten Produkt ließ (»Wohlstand für alle«). Das hatte zur Folge, dass die wirtschaftliche Wachstumsrate hoch und die Arbeitslosigkeit niedrig waren. Der marxistische Historiker Eric Hobsbawm nennt aus diesem Grund die Nachkriegszeit das goldene Zeitalter des Kapitalismus. Man könnte auch sagen: die für ihn untypische Phase des Kapitalismus.

    Voraussetzungen dafür, dass es zu den klugen Beschlüssen von Bretton Woods kam, waren die bisher tiefste Krise des Kapitalismus, die beiden Weltkriege und die Weltwirtschaftskrise. Der Kapitalismus sah sich konfrontiert mit einer dreifachen Bedrohung: dem Aufschwung der Arbeiterbewegung in den imperialistischen Ländern, einem stärker werdenden sozialistischen Staat und dem erfolgreichen Kampf der Völker gegen den Kolonialismus. Weltpolitisch war die Situation günstig. Unter den Konkurrenten um die Weltherrschaft waren nur die USA übrig, unter deren Hegemonie sie sich in ein beinahe rationales Weltfinanzsystem fügten.

    Bretton Woods ist jetzt 80 Jahre her. Die festen Wechselkurse wurden 1973 aufgegeben. Der Neoliberalismus setzte ein. Das goldene Zeitalter war vorbei und der Kapitalismus wurde sich selbst wieder ähnlicher. Einen Weg zurück dahin, wie Keynesianer und einige Restsozialdemokraten hoffen, gibt es nicht. Aber studieren sollte man die halbwegs erträgliche Ausformung dieser Produktionsweise durchaus.

    #capitalisme #USA #trente_glorieuses #économie #politique #dollar

  • Apple broie des milliers d’iPhone fonctionnels plutôt que de les réparer ou les reconditionner

    Pour certains, cette opération de destruction massive tiendrait d’ailleurs plus de la stratégie commerciale que d’une véritable volonté de recyclage vertueuse. Un ingénieur ayant travaillé dans des usines de recyclage d’iPhone résume la situation simplement : « Apple ne peut pas vendre un tout nouveau téléphone à 1 000 dollars s’il y a encore sur le marché des téléphones vieux de deux ans. Plus ils se débarrassent de téléphones, plus ils peuvent en vendre ».

    https://www.lesnumeriques.com/telephone-portable/apple-broie-des-milliers-d-iphone-fonctionnels-plutot-que-de-les-repa

    #capitalisme-en-roue-libre

    • Le patron de Boeing admet la « gravité » de la situation devant une commission du Sénat

      Le patron de Boeing Dave Calhoun a reconnu mardi la « gravité » de la situation concernant la qualité de la production du constructeur, assurant devant une commission d’enquête du Sénat américain, que des progrès avaient d’ores et déjà été effectués.

      Assis derrière lui dans le public, se trouvaient des proches des victimes des crashes de Boeing 737 MAX 8 en 2018 et 2019, qui brandissaient des photos de leurs disparus.

      Au début de son témoignage, M. Calhoun s’est levé, a fait volte-face et présenté des excuses « au nom de tous les employés de Boeing à travers le monde, passés et présents, pour (leurs) pertes ».

      « Je m’excuse pour le chagrin que nous avons causé, et je veux que vous sachiez que nous sommes totalement mobilisés, en leur mémoire, à travailler et à nous concentrer sur la sécurité aussi longtemps » que nécessaire.

      « Encore une fois, je suis désolé », a ajouté le dirigeant, avant de reprendre sa place face aux sénateurs.

      « Notre culture est loin d’être parfaite, mais nous prenons des mesures et nous progressons », a affirmé M. Calhoun.

      « Nous comprenons la gravité, et nous nous engageons à aller de l’avant en toute transparence et prise de responsabilité, tout en augmentant l’investissement des employés ».

      C’est la première fois que M. Calhoun était interrogé publiquement par des officiels depuis l’incident du 5 janvier, lorsqu’un 737 MAX 9, livré en octobre à la compagnie Alaska Airlines, a perdu en vol une porte-bouchon -opercule condamnant une issue de secours redondante.

      « C’est un défaut de fabrication. Cela a créé un avion dangereux », a admis M. Calhoun.

      Selon l’Agence américaine de sécurité des transports (NTSB), plusieurs boulons d’attache n’avaient pas été remis en place après une intervention sur la chaîne d’assemblage.

      Boeing cumule, depuis de longs mois, des problèmes de production et de qualité sur ses avions commerciaux (737 MAX, 787 Dreamliner et 777).
      Promesses « vides »

      « C’est une culture qui continue de donner la priorité aux bénéfices, de pousser les limites et d’ignorer ses employés », a dénoncé le sénateur démocrate Richard Blumenthal, président de la commission d’enquête. Les promesses faites par Boeing après les crashes -qui ont fait 346 morts- n’ont été que des « coquilles vides ».

      S’adressant directement à M. Calhoun, il lui a reproché « l’érosion de la culture de sécurité » pour « prendre soin de (ses) actionnaires ».

      M. Calhoun a été nommé directeur général début 2020 -il était administrateur depuis 2009- pour redresser le groupe. Mais les défaillances de production ont précipité son départ à la retraite, d’ici fin 2024.

      Plusieurs audits et enquêtes ont identifié de nombreux problèmes de « non-conformité » et des lacunes, en particulier dans le contrôle qualité.

      Cette commission d’enquête a déjà entendu, mi-avril, quatre lanceurs d’alerte. Elle a publié mardi de nouveaux éléments rapportés par d’autres lanceurs d’alerte.

      Boeing a remis fin mai un « plan d’action complet », exigé par le régulateur de l’aviation (FAA), pour remédier à ces problèmes.
      Poursuites pénales ?

      L’enjeu est important car le groupe est menacé de poursuites pénales devant un tribunal fédéral du Texas.

      Selon le ministère américain de la Justice, Boeing n’a « pas respecté ses obligations » dans le cadre d’un accord dit de poursuite différée (DPA) lié à ces accidents, conclu le 7 janvier 2021 avec une mise sous surveillance de trois ans.

      Accusé de fraude dans le processus de certification du 737 MAX, Boeing avait accepté de payer 2,5 milliards de dollars et s’était engagé, entre autres, à renforcer son programme de conformité.

      L’avionneur affirme s’être conformé à l’accord. Le ministère doit décider, avant le 7 juillet, de poursuivre ou non.

      M. Blumenthal, ancien procureur fédéral, a estimé mardi qu’il existait des « éléments accablants » pour lancer des poursuites. « Il devrait y avoir une mise en responsabilité individuelle », a-t-il ajouté.

      « Je crois fermement en la nécessité de rendre des comptes », a commenté M. Calhoun.

      « S’il n’y a pas de risque d’emprisonnement pour ces dirigeants qui jouent avec nos vies, alors rien ne changera », a déclaré à l’AFP Adnaan Stumo, qui a perdu sa sœur Samya Rose dans le crash du 10 mars 2019 en Ethiopie.

      Dave Calhoun « était étroitement lié à toutes ces décisions. Dave Calhoun fait partie du problème », a affirmé à ses côtés leur mère, Nadia Milleron, qualifiant de « scandaleux » le fait que le patron se défausse plusieurs fois en disant n’être arrivé qu’en 2020.

      « Les criminels devraient être en prison », a renchéri Clariss Moore, mère de Danielle, 24 ans.

      https://information.tv5monde.com/international/le-patron-de-boeing-admet-la-gravite-de-la-situation-devant-un

  • Le #capitalisme d’enclaves et la fin de la démocratie
    https://laviedesidees.fr/Le-capitalisme-d-enclaves-et-la-fin-de-la-democratie

    À bas bruit, le capitalisme a construit son utopie : un monde débarrassé de la #démocratie, de la citoyenneté et de l’État, disséminé sur une multitude de petits territoires reliés par la mobilité du capital et des élites.

    #Politique #paradis_fiscaux
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20240617_slobodian.pdf

  • Emmanuel Roman, directeur général du premier fonds obligataire au monde : « Une politique économique qui n’a pas de sens est immédiatement punie par le marché »
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2024/06/18/emmanuel-roman-directeur-general-du-premier-fonds-obligataire-au-monde-une-p

    Cet entretien pourrait être titré la beauté du capitalisme financier où les peuples n’ont qu’à bien se tenir...

    Aujourd’hui, l’extrême droite est aux portes du pouvoir. En tant que patron de l’une des plus grosses sociétés de gestion au monde, comment voyez-vous ça ?
    Nous assistons à une croissance des mouvements populistes dans le monde entier, en Amérique latine, aux Etats-Unis, avec une fracture totale du monde politique, en France aussi. D’un point de vue macroéconomique, les vrais problèmes en Europe sont le niveau élevé de la dette, et l’inflation. Donc, politique mise à part, le seul vrai sujet est de savoir quoi faire vis-à-vis de la dette publique : soit augmenter les taxes, soit couper les dépenses publiques. Pour avoir lu le programme du Rassemblement national et leurs vingt-deux points, je peux dire qu’il n’y a pas un seul élément de réponse aux vrais problèmes macroéconomiques.
    L’arrivée du RN au pouvoir risquerait-elle de provoquer une crise de la dette française ?
    Les marchés sont capables de regarder sur le plus long terme. Ils savent que l’Europe est passée par beaucoup de hauts et de bas et a pu gérer des situations compliquées, comme celle de la Grèce, par exemple. Cela dit, une politique économique qui n’a pas de sens est immédiatement punie par le marché.

    on vous puni, mais de toute façon il y a toujours du fric à se faire
    Donc, comment gérez-vous votre investissement face à ces incertitudes ?
    L’une des stratégies envisageables serait d’attendre que les choses se décantent et, en cas de dislocation des marchés, trouver les opportunités d’investissement. On parlait de l’Angleterre un peu plus tôt : il y a eu un « trade » [mouvement boursier] exceptionnel, dans un sens comme dans l’autre, en octobre 2022, parce que la politique n’avait aucun sens.

    La secousse sur les marchés provoquée par Liz Truss était donc une opportunité d’investissement. Est-ce que c’est aussi le cas pour les élections françaises ?
    C’est potentiellement une opportunité.

    Mais peut-on vraiment imaginer un dérapage de la dette américaine ?
    C’est très peu probable. Les Etats-Unis ont trois énormes avantages. Ils ont la devise mondiale de réserve. Par ailleurs, le dollar est le marché le plus liquide au monde, le seul vrai actif où l’on peut investir beaucoup d’argent. Enfin, la capacité à collecter des impôts aux Etats-Unis est grande : il n’y a pas de taxe à la consommation, pas de taxe énergétique, et de nombreux avantages fiscaux qui pourraient disparaître… Il est facile de trouver une série de mesures fiscales qui dégageraient 500 milliards de dollars par an.
    là le mec fait l’apologie de l’impôt, certes en grande partie sur la consommation sur les gens ordinaires, mais aussi sur les niches fiscales qui touchent les plus riches
    [...
    par contre là, c’est serrez les fesses parce que les Vietnamiens, les Bengalais et les Africains sont prêts à souffrir plus que vous, vous finirez plus pauvres, et c’est la beauté du capitalisme... ]
    Comprenez-vous la colère d’une partie de la population contre la mondialisation ?
    Il faut comprendre qu’il y a une partie du monde qui est prête à travailler beaucoup plus, qui est sortie de la pauvreté il n’y a pas si longtemps. Or, nous sommes dans un système économique compétitif mondial. Cela a une répercussion énorme sur le contrat social en Europe. Cette mondialisation des sphères économiques fait que l’inégalité au niveau mondial a été réduite par l’émergence d’immenses pays en Asie, qui ont un système de production extrêmement efficace et peut-être un droit du travail qui n’a rien à voir avec celui de la France, mais qui crée des déséquilibres énormes. Il faut donc y faire face.

    Ce que vous nous dites, c’est qu’en Europe on va être plus pauvres et que ça va être plus dur…
    De manière relative, oui, cela va être plus difficile.

    #dette #capitalisme_financier #punition #spéculation

  • An introduction to the parasite economy (Research in Progress Short Paper / Student Paper)
    http://www.gorling.se/files/texts/04_AV_Goerling.pdf

    Il y 20 ans déjà il a fallu constater que l’internet était tombé entre les mains de criminels de tous genres ciblant des groupes de victimes aussi larges et divers que leur imagination. Aujourd’hui nous nous sommes habitués à considérer quelques uns de ces criminels comme utiles ou « bons » parce qu’ils arrivent à se faire passer comme des bienfaiteurs alors qu’on nous en présente d’autres comme diaboliques surtout quand ils de situent de l’autre côté de l’ancien rideau de fer.

    Lire ce papier vient ans plus tard met en évidence des choses qu’on risque de négliger dans son train-train quotidien.

    Le terme économie parasitaire est d’autant plus intéressant qu’il rappelle la dénonciation nazie des juifs comme race parasitaire. Après l’holocauste il faut toujours faire attention à ne pas tomber dans le piège de reproduction des clichés imprécis potentiellement racistes ou antisémites. A travers cette précision par contre on peut obtenir de résultats intéressants et productifs.

    Abstract

    This paper gives an introduction to a number of immoral business-models that have been established as a part of the Internet-economy. It discusses how breaking into computers has become a viable business model for corporations and how the Internet-underground is challenging our view of what a company is. The paper tries to group a number of similar business models such as spyware, adware, viruses, spam etc. under a common term, parasites, and discuss how they are a part of viable business-models rather than merely an annoyance to the computer users.
    ...
    Source : Stefan Görling, The Royal Institute of Technology (KTH), Sweden , EICAR 2004 Conference CD-rom: Best Paper Proceedings, EICAR 2004 Conference CD-rom, Editor: Urs E. Gattiker
    ISBN: 87-987271-6-8

    cf. aussi The Californian Ideology
    https://en.wikipedia.org/wiki/The_Californian_Ideology

    #Internet #capitalisme #idéologie_californienne #néolobéralisme #economie #parasites

  • La pénurie de Ventoline vient s’ajouter aux autres ruptures de stock de médicaments, voici pourquoi
    https://www.huffingtonpost.fr/life/article/la-penurie-de-ventoline-vient-s-ajouter-aux-autres-ruptures-de-stock-

    Alors que l’ANSM assure à nos confrères que des « mesures de gestions » ont été prises, les causes de cette tension peuvent s’expliquer par le prix - trop bas pour être un marché attractif pour les laboratoires par rapport aux pays voisins - et par une hausse de la demande.

  • Le lobbying gagnant des industriels pour sauver les milliards de pots de yaourt et de barquettes de viande en polystyrène de l’interdiction
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2024/06/17/le-lobbying-gagnant-des-industriels-pour-sauver-les-milliards-de-yaourts-et-

    Pour échapper à l’interdiction prévue par la loi, les industriels s’étaient engagés à créer une filière française de recyclage du polystyrène avant 2025. A six mois de l’échéance, ils ne sont pas prêts. « Le Monde » et Franceinfo ont eu accès à un rapport confidentiel de 2021 qui aurait dû alerter le gouvernement sur cette « impasse ».

    C’est un nouveau renoncement sur le front de la transition écologique. Les industriels de l’#agroalimentaire et du #plastique pourront continuer à écouler les milliards de pots de yaourt, de compote et de barquettes de viande en polystyrène malgré l’interdiction qui devait entrer en vigueur en 2025 en cas d’absence de filière française de recyclage. Interrogé par Franceinfo et Le Monde, le ministère de la transition écologique n’en fait plus mystère : « Les ambitions de la loi étaient trop ambitieuses. Nous sommes dans une impasse. » A moins de six mois de l’échéance, les industriels ne sont pas prêts et la filière française de #recyclage du #polystyrène reste une chimère. Ce renoncement enterre définitivement l’un des principaux objectifs de la loi antigaspillage et pour une économie circulaire de 2020 : tendre vers 100 % d’#emballages en #plastique recyclés avant 2025.

    https://justpaste.it/7u1bg

    #pollution #loi #entreprises #écologie

  • EU-Lieferkettenrichtlinie : Familienunternehmer begrüßen FDP-Nein
    https://www.familienunternehmer.eu/presse-news/pressemitteilungen/detail/article/eu-lieferkettenrichtlinie-familienunternehmer-begruessen-fdp-nei
    Les très riches familles allemandes défendent ses profis acquis par le travail des enfants.

    Ses membres profitent depuis toujour du travail des enfants.
    https://www.telepolis.de/features/Deutschland-profitiert-bis-heute-von-Kinderarbeit-und-schaut-weg-9762020.h

    Communiqué de presse de l’association Die Familienunternehmer

    01.02.2024

    Ostermann: Ein solch klares Nein wie das der FDP-Minister wünschen wir uns auch von Wirtschaftsminister Robert Habeck

    Finanzminister Christian Lindner und Justizminister Marco Buschmann erklärten in einem Brief zur EU-Lieferkettenrichtlinie, dass sie das Ergebnis der Beratungen zwischen EU-Kommission, Parlament und Mitgliedsländern nicht mittragen können. Folglich wird die Bundesregierung den EU-Plänen nicht zustimmen können. Das begrüßen DIE FAMILIENUNTERNEHMER.

    Marie-Christine Ostermann, Präsidentin der Familienunternehmer: „Die Minister zeigen in ihrem Schreiben auf, dass durch die jüngsten Kompromisse des Trilogs weitere unabsehbare Risiken und Belastungen für die Unternehmen hinzugekommen sind. Eine so verkorkste Regulierung muss neu aufgesetzt werden. In dieser Form darf es zu Recht keine Zustimmung geben. Ein solch klares Nein der FDP-Minister wünschen wir uns auch von Wirtschaftsminister Robert Habeck, denn die EU-Lieferkettenrichtlinie wird bei drohenden Bürokratiebelastungen im Mittelstand als erstes genannt.

    Die politisch verursachte ökonomische Standortschwäche, die in ganz Europa zu beobachten ist, hat unser Land bereits in die Rezession getrieben. Daher ist es richtig, die extrem bürokratische und daher unnötig teure CSDDD (Corporate Sustainability Due Diligence Directive) zu stoppen, um sie an die aktuellen Bedingungen anzupassen.

    Natürlich ist ohne jedes Wenn und Aber der weltweite Schutz der Menschenrechte wichtig und richtig. Doch diesen ist überhaupt nicht geholfen, wenn sich verantwortungsvolle deutsche Unternehmen aufgrund eines schlecht gemachten Gesetzes aus den internationalen Lieferketten zurückziehen und das Feld Unternehmen aus Ländern überlassen müssen, die es weder mit den Menschenrechten noch mit dem Umweltschutz so genau nehmen. Damit wäre niemandem geholfen. Im Gegenteil.“

    Portrait | Die Familienunternehmer
    https://www.familienunternehmer.eu/ueber-uns/portrait.html

    Als politische Interessenvertretung der Familienunternehmer haben wir uns in den vergangenen sieben Jahrzehnten zu einem anerkannten und gefragten Ratgeber der Politik sowie zu einem bedeutenden Unternehmernetzwerk entwickelt.
    Unsere Mitglieder haben ein Unternehmen, das sich maßgeblich in Besitz ihrem und oder weiterer Familien bzw. in ihrem alleinigen Besitz befindet. Bei börsennotierten Unternehmen muss die Familie bzw. die Einzelperson mindestens über 25 Prozent der Stimmrechte verfügen.

    Weitere Voraussetzungen sind:

    die Vollendung des 40. Lebensjahres
    mindestens 1 Million Euro Jahresumsatz und 10 Mitarbeiter/Innen
    Eintrag ins Handelsregister oder in eine Handwerksrolle

    #Allemagne #exploitation #travail #enfants #capitalistes

  • Pollution et mise en danger de la vie d’autrui, comment l’industriel Arkema « prépare sa défense » depuis des années

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/enquete-pfas-depuis-des-annees-arkema-prepare-sa-defens

    Cet article, écrit dans le contexte de la vallée de la chimie à Lyon, révèle que l’industriel savait depuis plus de 10 ans :
    – que les PFAS était problématiques
    – qu’ils étaient rejetés dans l’environnement
    – comment les filtrer

    Mais a attendu que le scandale arrive.

    “Les sociétés cotées en bourse sont obligées de donner la priorité aux bénéfices à court terme, ce qui les empêche de prendre des mesures coûteuses qui ne sont pas absolument requises par la réglementation ou la législation, même si ces mesures sont nécessaires pour protéger la santé des travailleurs ou la santé publique”, décode encore Alissa Cordner [sociologue]

    Conclusion ? On continue de confier la décision de produire à l’économie marchande ?

    “Lorsqu’une entreprise dispose d’une technologie dont elle sait qu’elle peut contribuer à éviter des effets nocifs sur la santé humaine, ses responsabilités en matière de droits de l’homme l’obligent à appliquer cette technologie afin d’assurer cette protection” [Marcos Orellana, rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme et les produits toxiques, ]

    Oui mais comme le but de tout entreprise est de gagner plus d’argent, cette responsabilité ne vient même pas à l’idée des gens qui y travaillent (lire l’article pour le comprendre).
    Beaucoup de révélations dans cet article qui vient de paraître :

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/enquete-pfas-depuis-des-annees-arkema-prepare-sa-defens

    On y apprend qu’en interne l’industriel savait depuis plus de 10 ans que :
    – que les PFAS était problématiques
    – qu’ils étaient rejetés dans l’environnement
    – comment les filtrer

    Mais a attendu que le scandale arrive.

    “Les sociétés cotées en bourse sont obligées de donner la priorité aux bénéfices à court terme, ce qui les empêche de prendre des mesures coûteuses qui ne sont pas absolument requises par la réglementation ou la législation, même si ces mesures sont nécessaires pour protéger la santé des travailleurs ou la santé publique”, décode encore Alissa Cordner [sociologue]

    Conclusion ? On continue de confier la décision de produire à l’économie marchande ?

    “Lorsqu’une entreprise dispose d’une technologie dont elle sait qu’elle peut contribuer à éviter des effets nocifs sur la santé humaine, ses responsabilités en matière de droits de l’homme l’obligent à appliquer cette technologie afin d’assurer cette protection” [Marcos Orellana, rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme et les produits toxiques, ]

    Oui mais comme le but de tout entreprise est de gagner plus d’argent, cette responsabilité ne vient même pas à l’idée des gens qui y travaillent (lire l’article pour le comprendre).

    Si responsabilité il y a, elle se loge dans la banalité de l’organisation de toute production marchande.

    Et non, contrairement à ce que disait Nicolas Thierry (1) lors de l’élaboration de la loi contre le PFAS, il n’est pas normal de confier la fabrication des objets de notre quotidien à l’absurde contrainte de gagner plus d’argent.

    #pfas #capitalisme-en-roue-libre

    (1) https://youtu.be/EzVmzDVfDPQ?t=103

  • Derrière l’IA, la déferlante des « data centers »

    https://www.lemonde.fr/economie/article/2024/06/14/derriere-l-ia-la-deferlante-des-data-centers_6239694_3234.html

    https://justpaste.it/e7qi1

    Cette course à l’IA soulève de nombreuses questions, notamment énergétiques. (...) Et la soif d’énergie va croissant : il existe, aux Etats-Unis ou en Corée du Sud, des projets de campus d’une puissance de 1 GW, soit un réacteur de centrale nucléaire.

    (...)

    Sera-t-on un jour obligé de choisir entre débrancher des data centers, des chauffages d’immeubles, des usines ou des transports ? « On peut toujours jouer à se faire peur », relativisait début juin la secrétaire d’Etat chargée du numérique, Marina Ferrari, en rappelant que la France a « relancé le nucléaire » avec six projets de réacteurs EPR. Elle reconnaissait toutefois un besoin de « mailler le territoire » pour compenser la « très grande concentration de projets en Ile-de-France et à Marseille ». C’est aussi l’approche d’Etix Everywhere, qui projette des « data centers de proximité » à Lille, Toulouse ou Lyon, afin d’éviter la saturation redoutée à Paris et à Marseille.

    (...)

    Dans ce pays [l’Irlande], les centres de données devraient consommer un quart de l’électricité nationale en 2026, quasiment deux fois plus qu’en 2021. « Il existe un risque important pour la sécurité de l’approvisionnement en électricité », prévenait, fin 2021, EirGrid, le RTE irlandais. Depuis, les raccordements ne sont plus autorisés qu’au cas par cas. Les Pays-Bas ou l’Allemagne ont aussi encadré l’expansion des usines de données, de même que Singapour. A Taïwan, leur consommation d’eau pour le refroidissement a fait s’insurger les agriculteurs… Les centres de données vont-ils susciter des protestations, comme les entrepôts d’e-commerce ces dernières années ?

    #capitalisme-en-roue-libre

    • ChatGPT : « le talon d’Achille de l’intelligence artificielle, c’est sa consommation d’énergie »

      https://www.lemonde.fr/economie/article/2024/05/31/chatgpt-le-talon-d-achille-de-l-intelligence-artificielle-c-est-sa-consommat

      (...)

      Depuis le début de l’année aux Etats-Unis, les grands producteurs d’électricité annoncent, les uns après les autres, le report de leurs projets de fermeture de centrales électriques au charbon. Le Financial Times en fait la liste. Au Wisconsin, Alliant Energy repousse de trois ans la conversion d’une centrale à charbon vers le gaz, FirstEnergy renvoie son objectif de sortie du charbon au-delà de 2030.

      (...)

      C’est au cœur des puces que se situe l’origine de cette panique électrique. Celles de Nvidia, le spécialiste du domaine, chauffent dix fois plus qu’un microprocesseur habituel. Autrement dit, ChatGPT consomme dix fois plus d’énergie que le moteur de recherche de Google. Or, les grands acteurs du numérique, Microsoft, Amazon ou Google, sont en train de déployer à coups de dizaines de milliards des centres de données adaptés à cette nouvelle technologie dans le monde entier.

      (...)

      Voilà qui est excellent pour les compagnies d’électricité dont les profits s’envolent, mais qui pose un défi de plus pour la transition énergétique. On avait prévu le basculement progressif des voitures vers l’électricité, mais pas que l’intelligence artificielle allait la devancer avec autant de vigueur. Créer autant de problèmes nouveaux que l’on voulait en résoudre, c’est cela aussi la malédiction de Prométhée.

  • « En Inde, une révolution des basses castes est en marche », Divya Dwivedi, Shaj Mohan
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2024/06/14/en-inde-une-revolution-des-basses-castes-est-en-marche_6239697_3232.html

    En Inde, le Parti du peuple indien (#BJP, pour Bharatiya Janata Party) de Narendra Modi a perdu les élections législatives. Il lui manquait un grand nombre de sièges, trente-deux exactement, pour obtenir la majorité. A présent, le BJP doit se résoudre à former un gouvernement de coalition avec ses anciens adversaires, les partis régionaux qui luttent contre le système de castes. #Modi n’aura donc plus les mains libres pour opprimer les militants égalitaires dans les universités et les villages, il ne pourra plus se servir des institutions nationales pour terroriser les sikhs, les chrétiens et les musulmans. Quant à la justice et aux médias – ces derniers n’ont jusqu’à présent guère manifesté d’opposition –, ils pourront accomplir leurs missions dans des conditions plus faciles.

    Il existe aujourd’hui en Inde des courants sociaux et politiques égalitaires très puissants. Quelque temps avant les élections, le parti du Congrès national indien s’est fait l’avocat de ces courants, ce qui a mené Modi et son BJP à leur perte – les médias indiens et internationaux se sont peu étendus sur cet aspect du scrutin. Preuve flagrante de la force de cette vague égalitaire, le BJP a perdu la circonscription de Faizabad, cette cité moghole où se trouvait l’historique mosquée de Babri, érigée au XVIe siècle [symbole de la domination musulmane aux yeux des nationalistes hindous].

    C’est là, à Faizabad, il y a plusieurs dizaines d’années, que Modi a commencé sa carrière politique. Il a fait partie des principaux organisateurs du mouvement visant à détruire la mosquée pour construire à la place un temple de Ram, le dieu-roi défenseur du #système_de_castes. Le 6 décembre 1992, le Rashtriya Swayamsevak Sangh, l’organisation paramilitaire suprémaciste hindoue de la haute caste – proche parente du BJP – et diverses de ses antennes ont démoli l’édifice de Faizabad et perpétré des #pogroms contre les #musulmans, faisant des milliers de victimes dans toute l’Inde. Des dizaines d’années plus tard, le 22 janvier, Modi a finalement inauguré le temple de Ram [symbole de la domination hindoue dans cette République officiellement laïque]. Alors, Modi et les médias de la #caste supérieure, de la prétendue gauche comme de la droite, ont proclamé qu’il avait déjà remporté les élections, normalisant ce crime monumental dont les architectes restent impunis.

    Perte symbolique

    Pourtant, après avoir axé toute sa campagne sur la question du temple de Ram et de l’#islamophobie, le BJP a perdu la circonscription de Faizabad, d’une importance symbolique et historique immense, face à Awadhesh Prasad. Vétéran de la politique #dalit, c’est-à-dire de la basse caste, Prasad appartient au Parti socialiste indien (#SP, pour Samajwadi Party), qui se bat pour plus de justice sociale. Le passage de cette circonscription aux mains d’un intouchable est indéniablement historique.

    Rappelons que le BJP est créé en 1980, à partir de groupes suprémacistes de la haute caste, pour faire face à l’ascension des mouvements de lutte contre les castes. En 1980, la commission Mandal publie un rapport sur les conditions de vie des castes opprimées (qui représentent plus de 90 % de la population en Inde et appartiennent à toutes les religions, y compris l’islam) et propose des mesures de #discrimination_positive dans les institutions gouvernementales.
    Ces avancées suscitent une forte inquiétude des castes supérieures, minoritaires (elles constituent moins de 10 % de la population et font partie de toutes les religions), qui dominent les médias, les arts, l’enseignement supérieur, la justice et les affaires. Le #Parti_du_Congrès, au pouvoir depuis les années 1980, refuse de présenter le texte au Parlement.

    En 1990, au moment où le rapport est finalement déposé au Parlement, le BJP place l’islamophobie au cœur de sa politique et fabrique la notion d’hindutva (« unité hindoue »), réprimant les mouvements anticastes par la terreur. La caste supérieure, le monde académique et certains de leurs homologues internationaux acclament le BJP et cette croisade du gouvernement. En réaction à la direction prise par le Parti du Congrès et le BJP, le SP et plusieurs autres partis égalitaires des classes inférieures émergent dans les années 1980 et 1990. Ils finissent par accéder au pouvoir dans les années 1990. Dépourvus de la culture sophistiquée des élites, ils sont tournés en dérision par les médias et le monde universitaire. Malgré tout, aujourd’hui, le SP est le troisième parti au Parlement.

    Double travail

    Si les résultats électoraux du Parti du Congrès dépassent toute attente, c’est parce qu’il s’est enfin saisi des préoccupations de la population : les #inégalités socio-économiques et le système de castes – dans une certaine mesure du moins. Le manifeste quasi révolutionnaire de Rahul Gandhi et du Parti du Congrès parle le langage des mouvements égalitaires inspirés par le leader intouchable Bhimrao Ambedkar, père de la Constitution indienne : il appelle à organiser un recensement socio-économique des castes et à faire passer les basses castes, majoritaires (90 % de la population), avant les hautes castes, minoritaires (10 % de la population). Depuis cette métamorphose, plusieurs intellectuels et journalistes de gauche raillent Gandhi, et quantité de dirigeants des hautes castes ont claqué la porte du Parti du Congrès, certains pour rejoindre le BJP. Tout cela a cependant permis au Parti du Congrès de trouver un chef puissant et sage en la personne de Mallikarjun Kharge, avocat et chef syndical dalit.

    En octobre 2022, lorsque le Parti du Congrès élit son président, Kharge remporte la primaire face à Shashi Tharoor, un suprémaciste de la caste supérieure. Tharoor est notamment l’auteur de Why I Am a Hindu ? (« pourquoi je suis hindou ? », Aleph, 2018, non traduit), livre qui s’attaque à l’un des plus influents ouvrages contre les castes, Why I Am not a Hindu ? (« pourquoi ne suis-je pas hindou ? », Samya, 1996, non traduit), de l’intellectuel dalit Kancha Ilaiah Shepherd. Après sa victoire, Kharge a décidé de faire de la suppression des castes la bataille centrale de la politique indienne – dans l’indifférence affichée des médias.

    Les représentants des castes supérieures dans la sphère publique discutent de politique comme s’il s’agissait d’un débat d’idées sans réalité objective pour l’Inde. Or, les changements politiques actuels sont le fruit d’un travail acharné dans les villages et les mouvements intellectuels souterrains. Lors de ces législatives, le SP et le Parti du Congrès sont parvenus à mener à bien ce double travail. A présent, ils doivent aller plus loin.

    Le Parti du Congrès, le SP et d’autres groupes forment une opposition, certes, mais ils constituent aussi une potentielle coalition gouvernementale, qui pourrait à tout moment renverser la coalition de Modi. Une révolution des basses castes est en marche sur un plus grand nombre de terrains que jamais, une révolution menée par ceux qui ont le courage d’œuvrer pour une renaissance de l’Inde. Comme le sait bien la France, les révolutions sont multiples, et elles viennent en leur temps.

    (Traduit de l’anglais par Valentine Morizot)
    Divya Dwivedi et Shaj Mohan sont philosophes et vivent en Inde. Ils ont cosigné « Indian Philosophy, Indian Revolution. On Caste and Politics » (Hurst, 2024, non traduit)

  • Battling to Save James Baldwin’s Home in the South of France
    https://www.nytimes.com/2017/04/04/arts/battling-to-save-james-baldwins-home-in-the-south-of-france.html


    The former home of James Baldwin in Saint-Paul-de-Vence, France, where a developer plans to build apartment buildings and a swimming pool. Credit...Rebecca Marshall for The New York Times

    L’éternel problème des veuves et autres héritiers sous les régimes capitalistes frappe la mémoire de James Baldwin. La tentative de préservation du domaine de Baldwin par un groupe d’Europénnes rajoute des problèmes.

    4.4.2017 by Rachel Donadio - SAINT-PAUL-DE-VENCE, France — From 1970 until his death in 1987, James Baldwin lived and wrote in a house with an idyllic garden in this medieval village on the Côte d’Azur, with the Alps at its back and the Mediterranean visible far below.

    But those who arrive today to pay homage to Baldwin won’t find anything commemorating that American novelist, playwright and essayist. No house museum greets them, or even a plaque with his name. The wing where Baldwin lived was torn down a few years ago. The remaining two houses on the property are in disrepair, the once-verdant garden unkempt. And the local real estate developer who now owns the property, after the Baldwin family lost control of it more than a decade ago, plans to build three apartment buildings and a swimming pool.

    Heartsick at the prospect, a group started last year by an American novelist in Paris began fund-raising to buy the property, which is nearly 6 acres, and convert it into a writers’ retreat dedicated to Baldwin. But the group does not have the blessing of the Baldwin family, some of whose members question its tactics and even its standing to champion the cause.

    “To me the issue is very straightforward: It’s about representation,” said Aisha Karefa-Smart, a niece of Baldwin’s. “Who gets to represent James Baldwin’s legacy and who gets to speak about who he was.”

    The interest in the house comes at a time when Baldwin, with his prescient insights into race relations in the United States, is having something of a posthumous revival, fueled by the Black Lives Matter movement and the Oscar-nominated documentary “I Am Not Your Negro.”

    Baldwin, who had lived in Paris earlier in his life, first came to Saint-Paul-de-Vence in 1970, at the age of 46, after a breakdown. He had been excoriated by fellow members of the civil rights movement — some called the author, who was gay, Martin Luther Queen — and believed he was under surveillance by the United States government. In France, he found the tranquillity and distance to write.

    At the time of his death from cancer, he had been buying the house in installments from his landlady, Jeanne Faure, who grew up in Algeria under French colonial rule. Despite her right-wing politics, she and Baldwin had become the best of friends. (When President François Mitterrand of France made Baldwin a commander of the Legion of Honor in 1986, one of the country’s highest honors, the author brought Ms. Faure to the ceremony.)

    Friends of Baldwin in Saint-Paul recall that Ms. Faure was adamant that he have the house after her death. But a complex legal battle ensued among the Baldwin family, relatives of Ms. Faure and a woman who had worked as Ms. Faure’s housekeeper. In 2007, a court ruled in favor of the former housekeeper, Josette Bazzini, who said that Ms. Faure had bequeathed her the house, according to Jules B. Farber’s book “James Baldwin: Escape From America, Exile in Provence.”

    Shannon Cain, the American novelist leading the campaign to create the writer’s retreat, said she was inspired to rescue the house after reading an opinion piece in Le Monde last March, “France Must Save James Baldwin’s House,” by Thomas Chatterton Williams, a writer in Paris.

    “I cannot believe I have the privilege to be alive at this moment on earth when James Baldwin’s house is in danger and I happen to have the skills and temperament to do this work,” Ms. Cain said.

    But her efforts have upset the Baldwin estate and family members.

    Ms. Karefa-Smart said that she and her relatives were offended by Ms. Cain’s registration of a website without the family’s permission and offering family members seats on the board of a group aimed at saving the house they had lost. Last year, the Baldwin estate threatened legal action for the group’s registering a website using James Baldwin’s name without permission. Gloria Karefa-Smart, Aisha’s mother, is the sole executor of the writer’s estate, and is known by scholars for her protectiveness over the rights to cite his work. (She did not return requests for comment.)

    “We don’t know who she is, and this organization is not legit, it’s not a 501(c)(3),” Aisha Karefa-Smart said, referring to its lack of nonprofit status under the United States tax code. (Ms. Cain, who is white, later sent a letter to the family introducing herself and in an interview said the organization would apply for nonprofit status in the United States this week.)

    Ms. Cain’s lack of connection to Baldwin has also played a role. “It’s not whiteness per se, but your experience as a white person does not give you proximity for what you’re trying to represent,” Ms. Karefa-Smart said in the interview. She likened the group’s approach to that of a white artist, Dana Schutz, whose painting of Emmett Till, the black teenager whose lynching by two white men in Mississippi in 1955 helped set off the civil rights movement, drew protests last month from some who said the artist was co-opting black pain.

    It’s not only Baldwin family members who are concerned by Ms. Cain’s efforts; several others initially involved with her have distanced themselves. Others were taken aback that Ms. Cain squatted in the house last summer, and intended to draw a salary from the fund-raising.

    The Harvard professor Henry Louis Gates Jr. backed away after learning that the Baldwin family didn’t support the group, though he says he would love for the house to become a “place of pilgrimage.”

    Ms. Cain does not apologize for seeking a salary. “A successful nonprofit needs a professional running this place,” she said.

    But she called herself “an imperfect candidate for this job” because of her race. She added that she would leave the organization if her presence hindered efforts to save the house.

    In recent months, the group, now called His Place in Provence, has expanded; among the principals are Dereke Clements, an African-American dancer in France, and its advisory board includes the writer Rebecca Walker, daughter of the novelist Alice Walker. Hélène Roux Jeandheur, whose mother was close to Baldwin and whose family still runs the art-filled Colombe d’Or hotel here, where Baldwin used to spend time in the evenings, is helping set up a French nonprofit.

    “She cannot change being a white woman,” Mr. Clements said of Ms. Cain, as the two sat beneath a makeshift whiteboard with the names of major African-American cultural figures they hope to enlist. “But this is not an individual effort anymore.”

    But even if the revamped group can raise more money, it’s not clear that the house can be reclaimed. In November a local developer, Socri, said it would consider selling the property for 9 million euros (about $9.5 million), according to an email from Socri’s real estate agent provided by Ms. Cain. But in an email last month, Mendi Leclerc, an assistant to the developer, said construction will move ahead “very soon.”

    “We are not ready to sell this project, especially not to people who illegally occupied the site for many days,” Ms. Leclerc added, referring to Ms. Cain. Ms. Leclerc said that the company could “envision” putting a commemorative plaque on the site.

    The mayor of Saint-Paul-de-Vence, Joseph Le Chapelain, who signed the building permit last year, said the project was out of his hands. “It’s a private company,” he said. “The city has no power over it.”

    An employee at the French culture ministry said that the ministry could not intervene to declare the house a historic site unless the private owner requested that.

    But for some in France, the lack of recognition shows disrespect for Baldwin in a town that honors other cultural figures who lived here, including Matisse and Chagall.

    For others, the family’s loss of the house speaks to the difficulties faced by African-Americans in owning property and their cultural heritage.

    The essayist Rachel Kaadzi Ghansah, one of several African-American writers who have recently made pilgrimages here, said a visit raised the painful issue of the “paradoxical and the elusive nature of never being able to declare our work our own, and to say, ‘You can’t take this from me.’”

    Aisha Karefa-Smart said that she would consider supporting the effort if donors she trusted tried to buy the house and dedicate it to Baldwin, the way several African-American artists bought Nina Simone’s house in March.

    “If it happens, wonderful. If not, it’s not going to impact the power and the scope of his legacy,” she added.

    Trevor Baldwin, one of Baldwin’s nephews, who helped get a street in Harlem named for the author, said in an email that he would like something more tangible in Saint-Paul-de-Vence. “I hope there will be a commemorative vestige to honor his dedication to elevating humanity through enlightenment with appreciation for his love of the country that saved his life,” Mr. Baldwin wrote. Saint-Paul-de-Vence, where his uncle “chose to die,” Mr. Baldwin said, was deeply meaningful to the writer.

    Baldwin left behind an unfinished play, “The Welcome Table,” about an African-American living in the South of France. Its title refers to the table in his garden here, where friends would talk late into the night. In the developer’s plans, that patch of lawn will become the entrance to an underground garage.

    #USA #France #Saint-Paul-de-Vence #activisme #lettres #capitalisme

  • La génération Fenwick et le monde la logistique sous l’œil des rappeurs.
    https://lhistgeobox.blogspot.com/2024/06/la-generation-fenwick-et-le-monde-la.html

    « Les grands groupes comme Amazon insistent sur la robotisation du travail et l’utilisation des nouvelles technologies dans le secteur de la logistique, laissant croire que ces innovations faciliteraient le travail ouvrier. Or, il n’en est rien. L’omniprésence de la technologie (logiciels pro de gestion, commandes vocales, écrans tactiles) confine les ouvriers dans des tâches hyper-spécialisées, proches de celles développées au temps du taylorisme triomphant. De même, le savoir-faire des salariés est rogné par le travail sous commande vocale, qui existe dans certaines plateformes logistiques. Guidés par une voix numérique, les ouvriers, équipés d’un casque sur les oreilles, manipulent les colis à traiter, puis valident l’action une fois la tâche requise effectuée, par l’intermédiaire d’une reconnaissance vocale. Un pseudo-dialogue se crée avec la machine, mais il n’y a aucune marge de manœuvre, d’autonomie ou d’initiative pour le travailleur. »

  • Jack Ma n’est pas le problème par Li Xuran
    https://seenthis.net/messages/912251

    archivé ici : https://web.archive.org/web/20210422041641/https://histoireetsociete.com/2021/04/22/jack-ma-nest-pas-le-probleme-par-li-xuran

    Danielle Bleitrach 22 avril 2021 Civilisation

    Ce texte a un immense mérite : il explique en langage clair et imagé à propos du cas Ma ce qu’est le capitalisme dans le socialisme de marché, un virus qui crée le développement mais ne cherche qu’à se dupliquer, une drogue qui aliène. Comment le peuple et le parti peuvent-ils l’utiliser mais aussi le dompter ? Travaux pratiques. Nous sommes passés de l’image de Deng Xiao ping de l’oiseau à mettre en cage à quelque chose d’infiniment plus dangereux, le virus, “la bête sauvage” (le terme estemprunté à Hegel) (note et traduction de danielle Bleitrach pour histoire et societe)

    LE 21 FÉVRIER ÉCRIT PAR LI XURAN

    TRANSLATED BY LI RUIPENG

    La technologie financière peut-elle être corralled au service du développement people-centré de la Chine ? Avec Jack Ma’s Ant Group comme étude de cas, le blogueur chinois Li Xuran offre une analyse convaincante du rôle du capital dans la Chine moderne. L’arrêt de l’introduction en Bourse d’Ant en novembre 2020, selon M. Li, doit être vu dans le contexte du rôle de l’Etat socialiste dans la restriction de la « bête sauvage » du capital au nom du développement socialiste et du bien public.

    Note de la rédaction : Les débuts très attendus d’Ant Group sur les bourses de Shanghai et de Hong Kong devraient être la plus importante introduction en bourse de tous les temps. Mais quelques jours avant l’ouverture prévue le 5 novembre 2020, les régulateurs chinois, dirigés par la Banque populaire de Chine, ont interrompu l’introduction en bourse et convoqué jack Ma, fondateur d’Ant, et d’autres dirigeants d’Ant, pour discuter de ce qu’ils ont appelé des « problèmes majeurs » avec l’inscription en cours du géant de la technologie.

    L’affrontement entre les régulateurs de l’État et Ant Group , la société mère du plus grand système de paiement mobile de Chine, Alipay, et un service de prêt pour plus de 80 millions de petites entreprises , a été dépeint dans les médias occidentaux comme une « répression » du pouvoir centralisé du Parti communiste sous Xi Jinping. Ces fausses déclarations ont même conduit à des théories du complot selon qui Ma avait été « supprimé ». Mais loin d’une répression « totalitaire » contre l’industrie privée, le gel de l’introduction en Bourse monstre d’Ant Group doit être compris dans le contexte de l’économie de marché socialiste chinoise, dans laquelle les services bancaires et financiers traditionnels opèrent sous le contrôle de l’Etat pour l’intérêt public. Contrairement au 14e Plan quinquennal de la Chine , qui donne la priorité au développement durable, à la revitalisation rurale et à la croissance économique réelle, le pouvoir croissant des prêteurs privés telsque Ant Group contient des risques systémiques pour les types de spéculation, de dette à la consommation et de bulles financières responsables des crises financières cycliques dans les pays capitalistes. Alors qu’Ant Group continue de travailler avec les autorités réglementaires en vue d’une future introduction en Bourse, la question demeure : la fintech peut-elle êtremise au service du développement centré sur les personnes en Chine ?

    Dans ce contexte, Li Xuran propose une analyse convaincante du rôle du capital dans la Chine moderne. Canaliser Marx, Li fait valoir que le contrôle du capital est crucial pour le projet de développement socialiste, mais que laissé sans retenue, la « bête sauvage » du capital montrera que ses intérêts de classe dépassent son allégeance nationale. Rejetant le culte milliardaire de la personnalité qui entoure parfois Ma, Li nous rappelle que les succès de Ma et de son ilk ne sont pas le reflet de leurs propres capacités, mais des opportunités créées par la lutte du Parti communiste et du peuple chinois . Qu’il s’agisse de ce Groupe ou d’autre , pour contrôler la bête du capital, il faut l’effort concerté du Parti, de l’État et du peuple.

    Cet article a été publié à l’origine en chinois dans Utopia (乌有之乡). Suivez la page publique de l’auteur sur WeChat (ID : xuranshuo).

    Les marées changent.

    J’ai vu plusieurs messages sur les médias sociaux, des publications dans les médias grand public, et des bloggers commencent à critiquer férocement Jack Ma, comme si le critiquer résoudrait tous leurs problèmes. J’y ai réfléchi et, au risque d’une éventuelle réaction de mes lecteurs, j’ai décidé de discuter longuement de cette question. Parce qu’à mon avis, Jack Ma n’est pas le problème.

    Avant de me contredire , permettez-moi de me reformuler : Jack Ma n’est pas la racine du problème. pourquoi ? Regardons quelques événements récents : l’arrêt de l’introduction en bourse d’Ant Group, la panne d’appartement de Danke (蛋壳) [1], l’épreuve de force sur l’achat de groupes communautaires…

    D’une manière générale, sous ces divers incidents se trouve une seule force. Un grand professeur et sa génération l’ont dompté et supprimé, mais il a germé une fois de plus depuis les années 1980. Après 40 ans, il a pris racine dans de multiples facettes de nos vies, y compris la pensée, la société, la réalité et le pouvoir. Peu à peu, il a montré son immense et la puissance et la qualité effrayante : le capital.

    Même le capital de Marx ne peut pas décrire pleinement de la complexité du capital. Donc, ici, je vais le résumer en trois points, d’après ce que je comprends :

    Premièrement : le capital et le développement sont inséparables.

    Le capital accélère et catalyse le développement économique. À un certain stade de développement social (du capitalisme à l’étape primaire du socialisme), un boom économique rapide exige ce capital.

    J’ai lu un jour qu’un pays en voie de modernisation en quête de développement économique et d’industrialisation n’avait que trois voies : les ciseaux des prix urbains-ruraux, c’est-à-dire la fixation de bas prix sur les produits ruraux pour soutenir le développement industriel ; le pillage, le chemin pris par les pays capitalistes occidentaux ; et l’utilisation de capitaux étrangers, illustrée par les quatre « Tigres asiatiques » qui se sont développés en attirant massivement des investissements étrangers.

    Donc, nous ne pouvons pas discuter trop profondément de l’accumulation primitive du capital. Comme toutes les grandes fortunes, l’histoire du développement a besoin de glorification. Seule la montée de la Chine moderne a été réalisée sans pillage, et a plutôt été construite sur un terrain aride qui avait été pillé par les envahisseurs.

    La première partie du chemin de la Nouvelle Chine a eu lieu peu de temps après sa fondation. Il s’agissait de contrôler le prix des produits agricoles, de limiter la circulation des ménages ruraux et de limiter l’alimentation et la consommation à l’échelle du pays. Au lieu de cela, le peuple chinois a canalisé son énergie dans la construction et a accumulé une base industrielle solide et complète, ce que l’on peut résumer ainsi en « se serrant la ceinture, pour mettre en commun nos ressources pour accomplir des missions principales. » D’autre part, après la réforme et l’ouverture, la Chine a attiré des quantités massives de capitaux étrangers et libéré des capitaux publics et partiellement privés, ce qui a permis de dynamiser l’économie.

    Nous devons comprendre que, bien que nous considérions le capital comme effrayant, nous devons reconnaître sa grande puissance dans la poussée du développement économique.

    click to tweet.jpg

    Recommandé : American « Revolution » : The « Black Hole » of American Electioneering and the Lessons China Must Draw

    Il faut en parler parce que nous devons comprendre que, bien que nous considérions le capital comme effrayant, nous devons reconnaître sa grande puissance pour promouvoir le développement économique. Nous ne pouvons pas nier les 40 dernières années de la Chine en utilisant ses 30 premières années, ni nier ses 30 premières années en utilisant les 40 dernières années. C’est ça le matérialisme historique.

    Deuxièmement : l’expansion est l’instinct de base du capital.

    Le capital est comme le code génétique, dont le seul but est de peupler, dupliquer et croître. Dans le monde naturel, une créature sans prédateur va sûrement aboutir au surpeuplement , comme la carpe asiatique aux États-Unis. Le capital sans concurrence et sans réglementation conduira à un monopole à grande échelle dans tous les domaines.

    Liu Cixin, dans son roman de science-fiction Les Salaires de l’humanité, imagine l’étape ultime du capitalisme dans lequel un « producteur final » monopolise toutes les ressources de la planète, y compris la terre, l’air et l’eau. Les gens paient des impôts juste pour respirer. Cette spéculation est basée sur la reconnaissance de la réalité.

    La récession financière qui se reproduit dans la société capitaliste n’est-elle pas, à la base, le résultat d’une expansion du capital à l’extrême, tout en supprimant le coût du travail à l’extrême, conduisant à une capacité de production dépassant de loin les besoins sociaux ?

    Dans le domaine de la production, puisque le cycle est relativement long, la reproduction de la crise est longue. Mais aujourd’hui, la raison pour laquelle nous pensons que le capitalisme tombera dans la « crise » de plus en plus rapidement, c’est parce que dans l’ère actuelle, l’expansion extrême du capital est le capital financier, qui accélère la progression du capital en expansion rapide jusqu’à l’explosion. Parce que lorsque le capital entre dans l’industrie, il se rend compte qu’il doit passer par les intrants, la production, la vente, la ré-entrée et d’autres éléments dans le cycle, et c’est beaucoup trop lent pour gagner de la valeur ajoutée. Ainsi, nous avons le capital financier utilisant beaucoup de leviers éblouissants, outils, et produits pour atteindre l’objectif de produire l’argent avec l’argent.

    Un ami dans le secteur financier me dit qu’une fois dans le monde de la finance et d’avoir goûté aux résultats, vous ne voudrez rien faire d’autre parce que les autres industries font de l’argent beaucoup trop lentement.

    Dans une certaine mesure, la finance est comme la drogue. Normalement, les gens tirent le plaisir de l’action, récompensés par leur cerveau par la libération de certains produits chimiques. Mais ce qui est horrifiant au sujet des drogues, c’est qu’ils contournent ce système de récompense et stimulent directement le cerveau par l’intermédiaire de produits chimiques pour produire du plaisir. C’est pourquoi les toxicomanes sont si désespérés ; tout le reste devient vide de sens.

    Le capital financier est tout aussi horrible. Depuis les débuts de la victoire boursière, jusqu’à la récente crise des subprimes et à la crise des plateformes de crédit P2P, cela ne s’arrêtera pas.

    Troisièmement, l’attribut de classe du capital est plus grand que l’attribut national.

    Pour être honnête, j’allais sauter cette partie – pour certaines personnes, c’est un peu un point faible.

    Quand j’ai affaire à des capitalistes, je leur dis de m’épargner le discours du « cœur pour le pays et pour le monde ».

    Dans ce monde, les capitalistes patriotiques existent, mais ils ne sont guère une classe qui a la conscience de soi pour limiter leur capital aux frontières nationales. Bien qu’il y ait des individus qui trahissent leur classe, il n’y a pas de classe qui trahit ses intérêts et ses profits. Aux yeux du capital, le monde est plat. Là où il y a des gens, il y a du profit, il y trouvera son chemin par tous les moyens nécessaires.

    Tout comme la Compagnie des Indes orientales il y a longtemps ; les gens qui connaissent leur histoire comprendront : du seul point de vue de leur gouvernement, les puissances occidentales n’auraient pas nécessairement déclenché la guerre de l’opium. Contrairement au Japon, la Grande-Bretagne n’avait pas de conflit géopolitique direct avec nous.

    Depuis les années 1990, une poignée de crocodiles financiers occidentaux ont fait des vagues à travers le monde, pillant la fortune à l’aide d’outils financiers, le résultat n’est pas moins grave qu’une invasion de guerre.. De nombreux pays ont souffert et ne se sont pas encore rétablis.

    Le capital, une fois incontrôlé, peut exercer une influence énorme sur la scène politique d’un État. Dans certains petits et moyens pays, le gouvernement a peu d’autorité et s’effondre facilement en raison du jeu de pouvoir entre de nombreuses forces, y compris le capital.

    C’est la raison pour laquelle Sun Yat-sen en a appelé à un « contrôle du capital » il y a plus de cent ans.

    Dans la société moderne, il n’y a pas de « capital » dans un sens purement commercial. Tous les capitaux sont étroitement liés à la politique, en particulier les grands capitaux et les grands magnats. Si un politicien mature croit encore des absurdités telles que « le capital n’est qu’un outil », « le capital ne parle pas politique », et « quand dans les affaires, les capitalistes traitent seulement des affaires, ce politicien est fondamentalement hors du jeu.

    Ii.

    J’ai déjà dit beaucoup de choses. Mon intention principale est de dire à tout le monde : Jack Ma va bien, Danke Apartment aussi. Même l’achat de groupes communautaires, un phénomène populaire récent, n’est rien d’autre que des incarnations du capital. Eux-mêmes ne sont pas le problème. Le vrai problème se pose si nous négligeons les questions qui sont à l’oeuvre sous ces forces.

    Le capital est comme une bête sauvage : si nous sommes capables de l’apprivoiser et de l’utiliser pour nos besoins, il contribuera au développement de la productivité. Incontrôlée et sans retenue, elle nous mordra et nous fera le plus grand mal.

    click to tweet.jpg

    Le capital est comme une bête sauvage : si nous sommes capables de l’apprivoiser et de l’utiliser pour nos besoins, il contribuera au développement de la productivité. Incontrôlée et sans retenue, elle nous mordra et fera le plus grand mal. Sur ce point, Ma n’est pas le dernier magnat, Danke n’est pas la dernière faillite, community group-buy ne sera pas le dernier champ de bataille.

    Parce que le capital est un élément essentiel de la production, mais ce n’est pas la production elle-même. Je vous donne 50 cents, vous allez essayer de produire des choses qui valent 50 cents. Il peut en effet stimuler le potentiel créatif et la vivacité économique.

    Mais le problème réside dans, qui surveille ou garantit que des choses d’une valeur de 50 cents vont se faire ?

    Le capital entre sur le marché, augmentant constamment sa valeur grâce à la finance, aux actions et à d’autres stratagèmes brillants. Chaque intervention créerait la fortune. Mais en fin de compte, le produit doit être fabriqué, ou le système économique de la société s’effondrerait.

    Nous les producteurs nous appelons en plaisantant « da gong ren » (maçons, ouvriers), parce que les gens dans d’autres positions ne sont pas vraiment impliqués dans la production, ils pourraient être en charge des feuilles de calcul, des ventes, du marketing, de la publicité, même la tenue de réunions.

    Ils attendent ensuite la fabrication et la production, des emplois que, du moins théoriquement, quelqu’un d’autre devrait faire.

    Mais cette hypothétique « personne » peut être épuisée, laissée incapable de travailler.

    Viennent ensuite la production insuffisante, la consommation anticipée, puis la surcapacité, la déflation. Vient ensuite le déclin et l’effondrement de l’ensemble du système économique qui a été construit avec lui.

    Tu te souviens du fameux passage que Marx cite ?

    « Avec des profits suffisants, le capital est très audacieux. Un certain 10 p. 100 assurera son emploi n’importe où ; 20 pour cent produiront certainement de l’activité ; 50 p. 100 — audace positive ; 100 pour cent le rendra prêt à piétiner toutes les lois humaines ; 300 p. 100 — et il n’y a pas de crime où il se jette, ni un risque qu’il ne courra pas, même au risque que son propriétaire soit pendu.

    Les crises périodiques de la société capitaliste ont conduit les économistes à un consensus : un capital incontrôlé conduira certainement à une autodestruction folle.

    La rupture de Danke Apartment est due à cela : ils ont utilisé les bas prix des loyers pour attirer les locataires, mettre leur argent dans le financement et les reconditionner comme produit financier (même en offrant des prêts à ceux qui ne pouvaient pas se permettre de payer le loyer), puis remettre ce produit financier sur les marchés financiers, obtenir plus de fonds, s’emparer de plus de maisons …

    Grâce à des outils de capital, ils se sont rapidement développé en seulement deux ans. Théoriquement, tant qu’il y aura des « ouvriers » qui louent des maisons, paient des loyers, ce jeu de capital peut continuer, le marché continuera d’être « vigoureux et énergique ».

    Mais ce à quoi nous ne nous attendions pas, c’est à la pandémie. L’économie a souffert, beaucoup de gens ne pouvaient pas se permettre leur loyer, ils ont été sur la corde raide. En fin de compte, ceux qui souffrent le plus sont toujours locataires, incapables d’accéder à des maisons.

    Ainsi, face au capital, nous ne devons pas être aveuglés par sa séduction de surface. Comme l’achat de groupe communautaire, les légumes et les fruits qui se vendent pour un couple de yuans semblent bon marché. Avec des perspectives plus claires, nous voyons que ce n’est qu’un moyen par lequel le capital entre dans un marché où les intérêts sont divers et dispersés. Les guerres de prix, simplement des outils pour étouffer les petites entreprises, créer le monopole et centraliser les intérêts.

    Après la panne de l’appartement Danke, j’ai demandé à un ami qui a perdu plus de dix mille yuans et a ensuite été expulsé : pourquoi avez-vous choisi Danke ? Il a dit que dans son quartier, Danke avait détruit d’autres agences et qu’il n’avait pas le choix.

    J’étais sans voix.

    Iii.

    Outre le risque d’expansion libre, le capital a un autre effet caché remarquable : le capital drogue l’esprit des gens.

    Au cours des quarante années qui ont suivi la réforme et l’ouverture, la pensée de notre société a énormément changé. Bien que nous sommes plus prospères sur le plan matériel, nous avons aussi perdu beaucoup de choses en termes de philosophie et de valeurs.

    Le consumérisme a pris le devant de la scène. Une mentalité frivole, anxieuse et axée sur l’intérêt s’est répandue. Sur les plateformes sociales comme Douyin (Tiktok pour le marché chinois) et Kuaishou, on voit beaucoup de jeunes exhiber sacs de créateurs, cosmétiques, vêtements de luxe, même voitures et maisons chères.

    Cela me fait mal d’imaginer combien de jeunes seront influencés d’ici là et seront la proie des rêves bourgeois. Beaucoup ont subi un lavage de cerveau par le consumérisme à courte vue et la « voie du succès » axée sur l’intérêt. Pour combler nos désirs, nous avons lentement adopté les services de prêt et la sur-consommation.

    De temps en temps dans les nouvelles, nous voyons de jeunes adultes, incapables de rembourser leurs prêts, enfreindre la loi. Ce qui est plus effrayant, c’est que ce phénomène et cette mentalité influencent la jeune génération. « Étudier est une telle corvée, les gens deviennent plus célèbres et riches en tant qu’influenceurs plutôt que d’admission à Tsinghua ou à l’Université de Pékin. Être une célébrité, faire de l’argent, avoir des chirurgies plastiques, trouver un papa gâteau est la véritable voie vers le succès.

    Face à ce phénomène, un net-américain demande : « Les 17 ans devraient-ils faire la fête ou se préparer au gaokao [l’examen national d’entrée au collège] ? » Si vous venez d’une famille riche et se trouve avoir la liberté de choisir votre vie, la première option serait irréprochable. Mais combien de personnes ont les ressources pour réellement se livrer à ce rêve ?

    Dans une interview de rue, lorsqu’on lui a demandé « qui est votre célébrité préférée », un vieil hommea dit : « Je n’aime pas les célébrités. Ils ne contribuent rien au pays, elles font seulement du mal à la prochaine génération. Si vous demandez aux enfants de nos jours ce qu’ils veulent être quand ils seront grands, ils disent tous étoiles, chanteurs, personne ne disent scientifiques, enseignants, ou de rejoindre l’armée …. Les étoiles ne font pas d’un pays un grand pays — les scientifiques, les ingénieurs, les travailleurs le font.

    Iv.

    Encore une chose.

    Dans la Chine contemporaine, ce qui est le plus effrayant dans le capital, c’est qu’après avoir connu une croissance sauvage pendant une longue période, il est presque devenu « trop grand pour échouer ». C’est aussi pourquoi de nombreux porte-parole de la capitale ont le culot de dire des choses scandaleuses.

    Jack Ma, dans son discours au Bund à Shanghai en octobre, a fait remarquer qu’il allait probablement reprendre maintenant : le financement en Chine « n’a pas de risques systémiques » parce qu’il n’y a « pas de système ».

    Jack Ma disant qu’il n’y a pas de risque systémique dans la finance chinoise prouve seulement qu’il représente ce risque.

    click to tweet.jpg

    Cela rappelle un mème : « Dans chaque équipe, il y a une recrue. Si vous ne repérez pas la recrue, vous êtes la recrue. La chose la plus redoutée dans un système financier est le risque systémique. Jack Ma disant qu’il n’y a pas de risque systémique dans la finance chinoise prouve seulement qu’il représente ce risque.

    Le lendemain, le chef du Comité économique national de la Conférence consultative politique du peuple chinois l’a souligné lors d’un sommet financier : peu importe que nous l’appelions technologie financière ou finance technologique, il ne faut pas oublier l’attribut de la finance, ne doit pas désobéir à la règle de base de la gestion financière, ou on sera puni par le marché.

    Si vous ne pouvez toujours pas comprendre ce qui est effrayant dans le discours de Ma, je citerai ici ce qui a été souligné dans une conférence du Bureau politique du Comité central : « La prévention du risque financier systémique est la tâche fondamentale de notre travail financier.

    Après le discours de Ma, j’ai vu beaucoup de blogueurs dire qu’il est « au-dessus des nuages. » Je pense qu’ils sont aveuglés par l’apparence. Pour Ma, une personne qui aspire à la retraite tout le temps, avoir le courage de parler comme ça, « sur les nuages » est en fait un euphémisme. Je m’abstiendrai de parler davantage de lui, tout le monde peut se contempler en lui.

    v.

    Je me sens chanceux de vivre dans un pays socialiste.

    La plupart des gens ici ont grandi avec une éducation marxiste-léniniste. Beaucoup manquent d’une compréhension claire ou ont même oublié nos cours. Cependant, quand nous grandissons, nous sommes « battus » par la société, et rencontrer toutes sortes de problèmes sociaux, nous cherchons des réponses. Nous nous souviendrons de ce que les manuels nous ont enseigné et nous penserons : nos manuels étaient si complets ! Quelle honte de ne pas les comprendre à l’époque.

    Quels autres pays dans le monde enseignent aux élèves à voir le capital à travers la « valeur excédentaire » ? Quels autres pays expliquent le monde par le « matérialisme » ou posent des questions en commençant par « si le capital a un profit de 50 % … ?

    Parce que la majorité a une telle éducation fondamentale, un blog comme le nôtre, fondé fin 2019, peut gagner l’audience qui a la sienne. Tout comme dans la discussion de « Xinyu Project », un étudiant a déclaré : « Le capitalisme sera toujours le capitalisme. Heureusement, nous sommes nés en Chine, le pays qui appartient au peuple chinois. Plusieurs fois à travers ces événements, nous pouvons voir que la Chine dirigée par le Parti communiste chinois mérite notre confiance. Ce n’est pas un culte aveugle. C’est plutôt une vérité empirique. Si la Chine n’est pas digne de confiance, comment la Chine a-t-elle accompli en quarante ans ce que les pays capitalistes ont accompli en plusieurs centaines d’années ?

    Et juste pour cette raison, la Chine aura beaucoup de mal à se développer sans retenue. Si les jeunes et les gens ordinaires le comprennent, pensez-vous que l’État n’en serait pas cpable ? Non seulement l’État l’a remarqué, mais il a répondu rapidement. De l’arrêt de l’introduction en bourse du groupe Ant, à la déclaration de renforcement de l’antimonopole et à la prévention de la libre expansion du capital, en publiant The Guidance of Anti-Monopoly in the Area of Platform Economy, en particulier le renforcement de la réglementation du financement de l’Internet, jusqu’à la récente déclaration selon laquelle les capitaux doivent davantage être versés à l’économie réelle… Ces décisions sont conformes à l’idéologie du Parti. Il intervient au plus haut niveau, il est préparé, il voit la cible, réfléchit à la stratégie, et traite la racine du problème. Dans des domaines tels que la pensée, la théorie, les communications et la publication de documents d’orientation, différents ministères travaillent ensemble pour former une force unie.

    Dans les pays capitalistes occidentaux, les enquêtes antimonopoles sont des entreprises extrêmement difficiles. Les grandes entreprises, les grands capitaux embauchent des porte-parole politiques et des lobbyistes pour persuader le Congrès et stimuler l’élaboration des politiques. Mais en Chine, une seule conférence, un seul commentaire social peut changer le courant. Ici, les géants marchent sur la glace.

    click to tweet.jpg

    Dans les pays capitalistes occidentaux, les enquêtes antimonopoles sont des entreprises extrêmement difficiles. Les grandes entreprises, les grands capitaux embauchent des porte-parole politiques et des lobbyistes pour persuader le Congrès et stimuler l’élaboration des politiques. Il y a aussi des élites juridiques à la recherche d’échappatoires, rationalisant des décisions qui seraient considérées comme irrationnelles et contraires à l’éthique pour toute personne claire – tout cela pour chercher des excuses pour les capitalistes pour arracher le profit. Même si une entreprise ou une personne est condamnée pour monopole, le long processus d’enquête aurait probablement déjà causé un risque suffisamment grand.

    Mais en Chine, une seule conférence, un seul commentaire social peut changer le courant. Ici, les géants marchent sur la glace. C’est la force du système, et la force du cœur des gens. Dans notre système social, le capital ne peut jamais s’emparer de notre pays. Pourquoi les gens ont-ils fait l’éloge et applaudi les documents de la lutte contre la corruption et de la réédation de la réglementation ? Ne s’agit-il pas de « représenter l’intérêt fondamental du peuple » ?

    Vi.

    Enfin, je voudrais parler de la cinquième session plénière du 19e Comité central de la CPP, l’événement le plus important de la deuxième moitié de l’année. Cette réunion, à mon avis, tourne en grande partie autour d’une question : quel est le point de développement ?

    Passons en revue l’essence du socialisme : libérer et développer la productivité ; éliminer l’exploitation et la polarisation ; et atteindre la prospérité commune.

    À cet égard, peu importe Jack Ma ou tout autre magnat, ils ont tous « en tête de l’accumulation de richesse » qui existent dans une phase historique spécifique. Ces personnes avec leur capacité et leur spécialité peuvent établir des compagnies et apporter la bonne gestion, et gagner la richesse pour eux mêmes tout en aidant à accélérer l’accumulation de richesse de la société entière. Mais il ne faut pas oublier d’où l’on vient, et où il faut aller. Si notre direction est assise dans le mauvais camp, nous nous retrouverons en plus grand danger, plus notre force sera grande.

    Un drame télévisé se déroulant sous la dynastie Qin est récemment devenu populaire.

    J’aimerais partager avec vous un commentaire sur l’État de Qin de Han Fei Zi [2]. C’est juste sur le point que nous traitons et a beaucoup d’importance éducative à ce jour. Il dit : « Le général Rang de Qin a attaqué Qi à l’est en croisant Han et Wei. Après cinq ans, Qin n’a pas gagné un pouce de terre, mais le général Rang a gagné le fief de Taoyi. Le général Ying attaqua Han, huit ans plus tard, il gagna le fief de Runan. Depuis lors, de nombreux hommes d’État de Qin ont été comme Ying et Rang. Si une guerre était gagnée, ils étaient rendus nobles, élargissant leurs territoires et établissant des fiefs privés.

    Cela signifie que la réalisation d’une personne de haut rang est attribuée au plus grand nombre d’entre eux d’en bas [3]. Mobiliser les forces de l’ensemble de Qin pour attaquer d’autres États ne fait que contribuer aux intérêts des politiciens individuels.

    Notre propre élite d’affaires ne devrait pas considérer les opportunités créées par le développement de notre pays comme les leurs. S’il n’existait pas un environnement politique et sociétal stable, s’ils n’étaient pas tolérés, s’il les politiquesne soutenaient pas les efforts , s’il n’y avait pas une large couverture de l’éducation de base, s’il n’y avait pas le travail acharné constant de milliards de gens ordinaires, comment auraient-ils fini par avoir tout ce qu’ils ont aujourd’hui ?

    click to tweet.jpg

    Nous disons souvent : ne confondez pas les capacités d’une plate-forme avec la vôtre. Notre propre élite d’affaires ne devrait pas considérer les opportunités créées par le développement de notre pays comme les leurs. S’il n’y avait pas un environnement politique et sociétal stable, s’il n’y avait pas la tolérance, le soutien des politiques, s’il n’y avait pas la large couverture de l’éducation de base, sans le travail acharné constant de milliards de gens ordinaires, comment auraient-ils pu avoir tout ce qu’ils ont aujourd’hui ? Il faut savoir sur quoi on est assis, et il faut savoir où ses pieds « se tiennent ».

    Lors de la cinquième session plénière, l’accent a été mis sur l’interprétation du concept de « prospérité commune ». Plus important encore, dans l’ébauche explicative du 14e Plan du quinquennat illustrée par le Président Xi, sept questions importantes qui devaient être expliquées ont été mentionnées, chacune d’une grande importance. L’une d’elle portait ” Sur l’avancement de la prospérité commune de tous lespeuples «  :

    « La prospérité commune est la demande essentielle du socialisme, c’est l’attente commune du peuple. Nous poussons l’économie et la société à se développer, le tout dans le but d’atteindre la prospérité commune du peuple.

    Ce qu’il convient de noter, c’est qu’une telle expression est une première dans les documents des sessions plénières du Parti. Nous devons y réfléchir : l’objectif du développement n’est-il que la création d’une « personne encore plus riche » ? Ou créer des centaines de personnes riches par le biais d’introductions en bourse ? non. Pour 1,4 milliard de Chinois ordinaires, ces acteurs sont une vague occasionnelle dans une rivière quicourt . La vague peut étonner et attirer l’attention et l’adoration, mais ce n’est rien sans l’eau qui court éternellement . L’eau est encore profonde. Ceux qui sont calmes, qui travaillent dur jour et nuit, sont la majorité de la Chine , ce sont eux pour qui nous travaillons, nous travaillons et nous battons.

    Danke (蛋壳) est une start-up chinoise qui sert d’intermédiaire entre les propriétaires et les locataires. L’entreprise loue des logements à long terme, puis sous-loue ces logements à des locataires, dont beaucoup sont des étudiants ou de jeunes professionnels, sur une base flexible et à court terme. À la fin de 2020, l’entreprise aurait manqué d’argent comptant et n’aurait pas pu payer les propriétaires d’appartements, ce qui aurait conduit certains propriétaires à expulser des locataires et à déclencher une intervention gouvernementale pour régler les différends et assurer une surveillance réglementaire accrue au milieu des allégations de faillite de Danke.

    Han Fei Zi (韓非ン) est un texte politique de base datant de la période des États belligérants de Chine (战时代), attribué au philosophe légaliste Han Fei (韩非, vécu ~280 AEC à 233 AEC), qui est également connu sous le nom de Han Fei Zi.

    Le texte original est « ン将功成万骨枯 », une citation célèbre d’un poème de la fin de l’ère Tang de Cao Song (曹松, vécu de 828 à 903). La traduction littérale serait « un général réussit tandis que dix mille os pourrissent. »

    Li Xuran

    #Chine #capitalisme

  • Andrej Holm: »Das Wohnen muss demokratisiert werden«
    https://www.nd-aktuell.de/artikel/1182597.mietenwahnsinn-andrej-holm-das-wohnen-muss-demokratisiert-werden.

    31.5.2024 Interview: Raul Zelik - Mieten und Immobilienpreise steigen global. Eigentlich sollte der Zuzug in bestimmte Städte die Preise an weniger beliebten Orten fallen lassen. Aber das geschieht kaum. Wohnen wird überall teurer. Warum?

    Das hat vor allem zwei Gründe. Einerseits sind die Mietsteigerungen Ausdruck einer veränderten ökonomischen Logik. Im Rahmen der sogenannten Finanzialisierung sind Wohnanlagen und Grundstücke verstärkt in international gehandelte Anlageobjekte verwandelt worden. Dadurch sind die Ertragserwartungen stark gestiegen. Miet- und Kaufpreise orientieren sich also nicht mehr an der Substanz einer Wohnung oder eines Gebäudes, sondern an finanzwirtschaftlichen Strategien. Allgemein kann man wohl sagen, dass extrem viel Geld unterwegs ist, das die Immobilienmärkte flutet und einen Rückfluss erwartet.

    Andererseits gehen die steigenden Mieten auf die Privatisierungs- und Deregulierungspolitik der vergangenen Jahrzehnte zurück. Vor allem in den europäischen Ländern wurden Millionen von vormals öffentlichen Wohnungen privatisiert. Das betrifft das council housing in England, große öffentliche Wohnungsbestände in den skandinavischen Ländern und Frankreich sowie viele öffentliche Wohnungsunternehmen in der Bundesrepublik. In vielen Ländern wurde zudem das Mietrecht liberalisiert, so dass Mietsteigerungen einfacher durchzusetzen sind. Private Vermieter und kommerzielle Wohnungsunternehmen haben heute fast überall ein Quasimonopol und können die Mietpreise nach ihren Interessen gestalten.

    Kann man sagen, dass die Entwicklung auf den Wohnungsmärkten derselben Logik folgt wie die Spekulation mit Papieren und Rohstoffen auf den Börsen?

    Ja, sie ist Ausdruck eines globalen Trends: Die Gewinnstrategien koppeln sich immer stärker von tatsächlichen Produktionsbedingungen ab und werden fiktiv. An den Börsen werden heute Ableitungen von Ableitungen gehandelt. Die Derivate auf Immobilienpapiere haben mit der realen Substanz von Gebäuden kaum noch etwas zu tun.

    Sie schreiben in einer aktuellen Studie, Berlin sei die europäische Stadt mit den höchsten Umsätzen bei Mietimmobilien: 42 Milliarden Euro wurden 2021 dort umgesetzt – in London waren es 27,7 Milliarden. Danach folgten Amsterdam, Paris und Wien. Warum ist Berlin so lukrativ?

    Die Statistik bezieht sich auf Paketverkäufe, also auf den Handel mit einer bestimmten Menge von Immobilien. Wenn man den Verkauf von einzelnen Häusern und Wohnungen mit einbeziehen würde, wäre der Markt in London sicherlich größer. Doch Berlin war in den letzten Jahren Spitzenreiter, wenn es darum ging, größere Wohnungsbestände als Anlageprodukt zu handeln. Das hat mit der Privatisierungsgeschichte in Berlin, aber auch mit der Struktur als Mieterstadt zu tun. Seit der Privatisierung öffentlicher Wohnungen werden einfach immer wieder große Bestände verkauft. Für eine finanzialisierte Anlagestrategie ist es natürlich attraktiv, wenn man nicht Dutzende Einzelhäuser kaufen muss, sondern gleich ein Paket mit Tausenden von Wohnungen erwerben kann.

    Das andere europäische Land, in dem diese Entwicklung gerade stattfindet, ist Schweden. Welche Parallelen gibt es da?

    Eine hohe Mieterquote und eine ausgeprägte Wohlfahrtspolitik in der Vergangenheit. In Schweden entstand unter den sozialdemokratischen Regierungen ein großer kommunaler und genossenschaftlicher Sektor. Der Kern der neoliberalen Wohnungspolitik war auch in Schweden der Verkauf großer Bestände. Heimstaden und Vonovia sind in Schweden deshalb genauso aktiv, wie wir das aus einigen deutschen Städten kennen.

    Im Prinzip ist das eine Form von »Landnahme«, wie es Klaus Dörre genannt hat: eine Privatisierung des Öffentlichen?

    Ja, es ist eine Enteignung des Öffentlichen. Eine neue Welle ursprünglicher Akkumulation, wenn man so will. Und dieser Prozess ist in solchen Wohnungsmärkten besonders ausgeprägt, die zuvor stark von öffentlicher Regulation und staatlichem Handeln geprägt waren. Deshalb kann man die Finanzialisierung auch nicht ohne den Rückzug der Wohlfahrtspolitik verstehen. Der neoliberale Politikwechsel schafft die Voraussetzungen der Finanzialisierung.

    Der größte Player in Deutschland ist Vonovia, wenn ich das richtig verstanden habe. Was ist das für ein Unternehmen und warum spielt es eine so zentrale Rolle?

    Vonovia hat europaweit etwa 550 000 Wohnungen und ist der mit Abstand größte finanzialisierte Akteur auf dem Bereich der Wohnimmobilien. Seinen Ursprung hat das börsennotierte Unternehmen in der Deutschen Annington, die in Westdeutschland vor allem Eisenbahnerwohnungen aufgekauft hatte. Vonovia hat früher als andere institutionelle Investoren von einer Strategie der schellen Weiterverkäufe auf eine langfristige Bewirtschaftung der Immobilien umgestellt. In der Forschung wird dieser Wechsel als Finanzialisierung 2.0 bezeichnet. Basis des Geschäftsmodells war in den vergangenen Jahren eine Expansionsstrategie, die darauf setzte, den Unternehmenswert kontinuierlich zu steigern. Die größte Übernahme war die der Deutsche Wohnen 2021.

    Mit unserem wöchentlichen Newsletter nd.DieWoche schauen Sie auf die wichtigsten Themen der Woche und lesen die Highlights unserer Samstagsausgabe bereits am Freitag. Hier das kostenlose Abo holen.

    Trotzdem machen diese Großinvestoren gegenüber den Privatvermietern in Deutschland nur einen kleinen Teil aus.

    Bundesweit liegen nur etwas mehr als 2 Prozent des Mietwohnungsbestands bei finanzialisierten Vermietern, aber in Berlin sind es fast 20 Prozent. Großbestände zu kaufen und zu bewirtschaften ist aus Sicht dieser Unternehmen natürlich viel effizienter. Deswegen konzentrieren sich Firmen wie Vonovia auf große Städte, in denen es zuvor einen großen öffentlichen oder gemeinnützigen Wohnungsbestand gab. Auch in Schweden ist das in Städten wie Malmö eher der Fall als auf dem platten Land.

    In Berlin werden 1,1 Millionen Mietwohnungen, also 70 Prozent des Gesamtbestands, von Privatvermietern gehalten. 340 000 Wohnungen gehören städtischen Anbietern, 190 000 sind genossenschaftlich. Und 85 Prozent sind Mietwohnungen. Wie sieht das eigentlich in den ehemals sozialistischen Ländern Osteuropas aus? Wie hoch ist da die Eigentums- bzw. Mietquote?

    In ehemals sozialistischen Ländern sind die Mietquoten im Allgemeinen sehr gering, weil sich die Privatisierung in fast allen Ländern – Polen, Ungarn, Bulgarien, Rumänien … – am britischen Modell orientierte. Dort gab es das »right to buy«, also das Recht, die eigene Mietwohnung als Eigentümer zu erwerben. Ich würde das als flächendeckende Mikroprivatisierung bezeichnen. Aus diesem Grund ist die Eigentümerquote in den ehemals sozialistischen Ländern im europäischen Vergleich viel höher als im Rest Europas. Die höchste Quote hat meines Wissens Rumänien mit einer offiziellen Eigentumsquote von fast 95 Prozent. Dort wurde die Privatisierung ehemals staatlicher Wohnungen besonders entschlossen vorangetrieben.

    Und inwiefern wird man durch fehlendes Immobilieneigentum heute zum Angehörigen der »unteren Klasse«? Man hat ja den Eindruck, dass viele Leute trotz hohen Einkommens ökonomisch unter Druck geraten, während Immobilieneigentümer trotz prekärer Jobs ganz gut über die Runden kommen. Müsste der Immobilienbesitz nicht eine zentralere Stellung bei der Analyse von Klassen und Ungleichheit einnehmen?

    Es gibt in den letzten Jahren unter dem Stichwort »Rentenkapitalismus« (rentier capitalism) einige Forschungsbeiträge, die versuchen, die Verfügungsgewalt über Immobilien und die daraus erzielten Erträge systematischer in eine Klassenanalyse einzubeziehen. Die Stellung in der Gesellschaft wird demnach nicht nur durch die Position im Arbeitsprozess und das Einkommen bestimmt, sondern auch durch den Besitz oder Nicht-Besitz von Immobilien. So richtig durchsetzen konnte sich dieser Ansatz bisher nicht, weil die meisten Wissenschaftler*innen, die sich mit dem Klassenbegriff beschäftigen, eine marxistische Grundbildung haben und sich nur schwer von der Idee einer arbeitszentrierten Klassenzugehörigkeit trennen können. Dabei können wir klar sehen, dass die soziale Stellung zunehmend von Wohnsituationen und Eigentumsfragen überformt ist. Zudem ist Immobilienbesitz ja auch eine Einkommensstrategie. Wer nicht nur die eigene Wohnung, sondern noch eine zweite oder dritte besitzt, profitiert von einem beständigen Einkommenstransfer. Die Einkommen der einen fließen als Mietzahlungen auf die Konten der anderen. Das läuft natürlich auf eine stete Umverteilung innerhalb der Gesellschaft hinaus. In Deutschland wohnt fast die Hälfte der Haushalte zur Miete, und die Summe aller Mietzahlungen beträgt etwa 140 Milliarden Euro. Ein Großteil davon geht an andere private Haushalte und Unternehmen. Je höher die Mietpreise, desto größer der Ungleichheitseffekt.

    Was für eine Strategie halten Sie im Kampf gegen die Mietenexplosion eigentlich für erfolgversprechend? Brauchen wir eine politische Einhegung des Marktes? Mehr öffentlichen Wohnungsbau? Eine Stärkung selbstverwalteter Genossenschaften?

    Für eine gute Wohnungspolitik gibt es keinen Königsweg. Was jedoch nicht fehlen darf, ist eine klare Orientierung auf die Transformation des Wohnungswesens. In der kritischen Wohnforschung wird die Strategie für eine solche Veränderung mit den Begriffen »De-Kommodifizierung und Demokratisierung« beschrieben. De-Kommodifizierung bedeutet, dass das Wohnen vom Markt genommen, die Verwertungsmechanismen außer Kraft gesetzt werden müssen. Demokratisierung meint in erster Linie, dass wir die Mitsprache der Bewohner*innen stärken müssen. Im wohnungspolitischen Getümmel, wo immer neue Einzelinstrumente ins Gespräch gebracht werden, kann man anhand dieser beiden Kriterien beurteilen, wie transformativ sich ein bestimmtes Instrument am Ende auswirkt. In den letzten vier Jahrzehnten haben wir gesehen, dass die Regulierung über Gesetze, Verbote und Verordnungen nicht gut funktioniert, weil es nicht genug Personal gibt, um die Umsetzung zu kontrollieren. Die strengste Zweckentfremdungsverordnung ist wirkungslos, wenn das Bezirksamt zu klein ist, um für die Einhaltung zu sorgen. Bei der Mietpreisbremse haben wir etwas Ähnliches erlebt: Die Sozialdemokratie hat sie bejubelt, aber in der Praxis läuft die Bremse ins Leere, weil sich viele Vermieter*innen einfach nicht daran halten. Auch die staatliche Mittelvergabe scheint mir als Mittel nicht besonders effizient. Die Förderprogramme sind in Deutschland ja immer zeitlich begrenzt. Dadurch bleibt auch der soziale Wohnungsbau befristet. Greifen könnte eine andere Politik nur, wenn sie dauerhaft etabliert würde – was aber nicht geschieht, weil immer wieder neue Prioritäten gesetzt werden, also jetzt beispielsweise Waffen wichtiger sind als Wohnungen.

    Was als Instrument hingegen auch langfristig wirken würde, wäre die Stärkung von öffentlichem und Gemeineigentum. Das wäre – neben der Regulation und der Vergabe von Finanzmitteln – der dritte Modus staatlichen Handelns. So wie die Kommunen Schulen und Bibliotheken unterhalten, müssten sie auch Wohnraum zur Verfügung stellen. Das wäre der entscheidende Ansatz. Und was Ihre Frage nach den selbstverwaltete Genossenschaften angeht: Das sind interessante Experimente, aber viel zu voraussetzungsreich für das Gros der Bevölkerung.

    Sie betonen auf Veranstaltungen gern, dass sich »kämpfen lohnt«. Wie könnte die Mieterbewegung wieder in die Vorderhand kommen?

    In Berlin gab es im letzten Jahrzehnte ausgeprägte Mieterkämpfe. Viele kleine Gruppen haben praktische Forderungen gestellt. Vorkaufsrecht, Milieuschutz, Umwandlungsverordnung – fast alles, was unter Rot-rot-grün an progressiver Wohnungspolitik gemacht wurde, kam als Forderung ursprünglich aus der Mieterbewegung. Aber offensichtlich hat dieser Ansatz nicht zum gewünschten Erfolg geführt. Die Mieten steigen weiter, die Zahl der Wohnungslosen wächst. Deshalb ist ein Strategiewechsel nötig. Die Kampagne »Deutsche Wohnen Enteignen & Co« hat das versucht. Sie will den öffentlichen Wohnungsbestand über Enteignungen erweitern. Die Kampagne hat das Volksbegehren klar gewonnen, die Umsetzung wird aber vom Senat verweigert. Nun versuchen Initiativen über Organizing-Ansätze eine klassisch-gewerkschaftliche Perspektive stark zu machen. Ob dieser Ansatz helfen kann, die Durchsetzbarkeit eines radikalen Reformprogramms, wie es die Vergesellschaftung wäre, zu stärken, wird sich erst in den nächsten Jahren zeigen.

    Andrej Holm, 1970 in Leipzig geboren, ist Sozialwissenschaftler. Er forscht an der HU Berlin zu den Themen Mieten, Stadtentwicklung und Gentrifizierung. 2023 gab Holm gemeinsam mit Georgia Alexandri und Mathias Bernt die englischsprachige Studie »Wohnungspolitik unter Bedingungen der Finanzialisierung« heraus, in der die Lage in mehreren europäischen Großstädten verglichen wird.

    #Euripe #Allemagne #immobilier #logement #spéculation #capitalisme

  • Wie uns die Internet-Giganten wieder zu Vasallen machen
    https://www.infosperber.ch/gesellschaft/technik/wie-uns-die-internet-giganten-wieder-zu-vasallen-machen

    11.05.2024 von Heinz Moser - Die Digitalisierung stellt die industrielle Welt auf den Kopf. Es droht eine Rückkehr zur Feudalherrschaft.

    Wenn sich die grössten IT-Unternehmen der Welt mit neuen Produkten durchzusetzen versuchen, kann sich ein einzelner Staat wie die Schweiz nicht entziehen. Umso mehr Einfluss haben die Bosse der digitalen Wirtschaft und ihre weltumspannenden Plattformen gegenüber den staatlichen Mächten. Die grössten dieser US-Konzerne werden als «7 Magnificants» bezeichnet, da sie die globale Wirtschaft mit ihren Milliarden bestimmen. Sie sind offenbar nicht nur «gross», sondern auch «grossartig». Gemeint sind damit Amazon, Alphabet, Apple, Meta, Microsoft, Nvidia und Tesla.

    Die Tech-Giganten beherrschen mit ihren unterschiedlichen Schwerpunkten die digitale Wirtschaft: Apple und Microsoft sind seit Jahrzehnten Schwergewichte auf dem PC-Markt. Dazu kommen Plattformen für Online-Verkäufe wie Amazon oder von «Social Media» wie «Meta». Allerdings handelt es sich um eine Momentaufnahme. Nvidia ist erst kürzlich mit dem Hype um KI zu den führenden Konzernen aufgestiegen, und chinesische Anbieter wie Baidu, Alibaba und Tencent holen rasant auf.

    Die «glorreichen Sieben»

    Die «glorreichen Sieben» prägen immer stärker die Kultur des digitalen Zeitalters. Wie stark ihr gesellschaftlicher Einfluss ist, zeigt sich daran, dass die Bosse und Entrepreneure des digitalen Zeitalters leicht mit den grossen Unternehmern des Industriezeitalters verglichen werden können – etwa mit John Rockefeller in den USA oder mit Alfred Escher, dem Zürcher Industriekapitän des 19. Jahrhunderts. Dieser war hierzulande führender Vertreter des Industriekapitalismus und Zürcher Regierungsrat. Er förderte massgeblich die Eidgenössische Technische Hochschule (ETH) und war Pionier der Eisenbahnverbindung durch den Gotthard.

    Steve Jobs und Apple: Die Ikone des digitalen Zeitalters ist Steve Jobs, der charismatische Chef von Apple, der früh an Krebs verstarb. Er schaffte es, mit dem Iphone eine neue Form der Kommunikationskultur zu begründen. Sein Biograf Walter Isaacson zeigt auf, dass Jobs eine Mischung aus Genie und Wahnsinn war. Einerseits ein absoluter Perfektionist, für den Design alles zählte, aber auch despotisch und machtbewusst. Seit den Apple-Rechnern und dem legendären Mac entwickelte er seine Gerätepalette für den digitalen Alltag stetig weiter. Jobs veränderte mit dem Macintosh die ganze Computerindustrie und mit dem Ipod die ganze Musikindustrie. Die oft auch brutale Härte hinter dieser Erfolgsgeschichte zeigt Isaacson (S. 363) am Personal-Digital-Assistent «Newton» auf, den Jobs von einem auf den anderen Tag fallen liess. Jobs brüskierte damit den damaligen Apple-CEO Gil Amelio, indem er ihn am Telefon aufforderte «Newton abzuschiessen». Amelio war total überrumpelt und fragte nach, ob das nicht zu teuer wäre. Jobs darauf: «Hak es ab, schreib es ab, werd es einfach los. Es spielt keine Rolle, was es kostet. Die Leute werden Hurra schreien, wenn es in der Versenkung verschwunden ist.»

    Wie exzentrisch und machtbewusst die neuen Mogule des Plattformkapitalismus sind, zeigen auch andere Exponenten der «glorreichen Sieben»:

    Bill Gates und Microsoft: Die Biographie von Bill Gates wird im Buch des Investigationsjournalisten Tim Schwab mit «Das Bill-Gates-Problem» überschrieben. Der Microsoft-Gründer, der durch seine Stiftung als Wohltäter gilt, ziehe nicht nur finanziellen Nutzen aus seiner Stiftung, sondern übe durch sie auf undemokratische Weise enorme Macht aus. Schon nach der Gründung von Microsoft galt Gates als arrogant und skrupellos. Als sein Partner Paul Allen erkrankte, versuchte er ihn finanziell auszubooten. Gates, so Allen, sei ein Mensch, der sich stets gedrängt fühle, seine Überlegenheit zu beweisen und andere zu vernichten, wenn er das könne.

    Auch der Mythos des Wohltäters ist seit Tim Schwabs Buch angekratzt. Gates sei in Wirklichkeit ein Machthaber und seine Gates Foundation in Wahrheit eine politische Organisation – ein Werkzeug, um in der öffentlichen Politik mitzumischen. Der Philanthropismus der Superreichen sei ein Mittel, um weltweit auf die Politik Einfluss zu nehmen – und dies auf undemokratische Weise. Tim Schwab schreibt dazu: «Dass die Superreichen ihr Privatvermögen nahtlos in politische Macht verwandeln können, ist ein deutliches Zeichen für ein Scheitern der Demokratie und das Aufkommen einer Oligarchie» (S. 27). Gemäss der NZZ kamen mehr als 10 Prozent des Budgets der WHO für 2020/21 von der Gates Foundation. Einzig Deutschland bezahlte mehr.

    Marc Zuckerbergs Konzern Meta: Mark Zuckerberg hat Facebook 2004 als Social-Media-Netz gegründet und ist bis heute CEO dieses Unternehmens. Mit seinen Mitgründern überwarf er sich, zahlte sie dann aber nach einem Vergleich aus. Als Facebook nach 2010 aus der Mode kam, dachte man bereits ans Ende der Höhenflüge seines Konzerns. Doch Zuckerberg kaufte seine wichtigsten Konkurrenten Whatsapp und Instagram auf und ist bis heute einer der führenden Internet-Unternehmer im Bereich der Social Media geblieben.

    Als in den USA der Stern von Donald Trump zu leuchten begann, war Facebook tief in den Wahlkampf verstrickt. Die Firma Cambridge Analytica hatte die Profile von 87 Millionen Facebook-Nutzern ausgewertet, um gezielt mit den unrechtmässig abgegriffenen Daten Wahlkampf zu betreiben. Gemäss der New York Times konnten damit die privaten Social-Media-Aktivitäten eines grossen Teils der amerikanischen Wählerschaft zugunsten des Wahlkampfs von Donald Trump ausgenutzt werden. Sechs Jahre später akzeptierte der Facebook-Mutterkonzern Meta einen Vergleich, mit welchem die Sammelklage von Usern durch die Zahlung von 725 Millionen US-Dollar beigelegt wurde.

    Jeff Bezos und Elon Musk: Auch Jeff Bezos, Chef der Warenplattform Amazon, hat sich politisch in Stellung gebracht, indem er die Washington Post, eine der renommiertesten Zeitungen der USA, 2013 für 250 Millionen Dollar kaufte. Frank Lobigs, Medienwirtschaftler an der Technischen Universität Dortmund, meinte damals im Deutschlandfunk, es handle sich um einen «mäzenatischen» Zug, um die traditionsreiche Zeitung zu erhalten. Die «Zeit» kommentierte diesen Kauf deutlich nüchterner: «Die Washington Post wird nicht Amazon gehören, sondern Bezos persönlich; sie wird von der Börse genommen. Aber der Gedanke, dass er das Hauptstadtblatt nicht auch für Lobbyarbeit für Amazon nutzen wird, ist absurd.»

    Ursprünglich waren die Mogule des digitalen Kapitalismus eng mit der Entwicklung der digitalen Kommunikationsmittel (PC, Internet und Handy) verbunden. Die digitalen Plattformen und die Daten, die hier bewirtschaftet werden, sind heute weit darüber hinaus der Motor der wirtschaftlichen Entwicklung. Das belegt Jeff Bezos Amazon, das den Online-Handel weltweit dominiert. Aber auch der Autobauer Tesla von Elon Musk ist ein breit aufgestellter Technologiekonzern, der über die Auswertung der Daten seiner Kunden das autonome Fahren forciert.

    Die Rivalitäten der Tech-Mogule

    Die Plattformen und ihre egomanischen Besitzer kämpfen oft hemdsärmelig um ihre Pfründen und Königreiche. Das kann bis zu persönlichen Auseinandersetzungen gehen. So kündigten Marc Zuckerberg und Elon Musk einen Mixed-Martial-Arts-Kampf für 2024 an. Doch dieser Kampf rückte gerade in weite Ferne. Denn Zuckerberg hatte sich im Training für den Käfigkampf das Kreuzband gerissen und musste operiert werden. Mit harten Bandagen wird aber auch in den Geschäftsbereichen der Tech-Milliardäre operiert. Legendär ist die Rivalität zwischen Bezos Amazon und Musks Firma Space Ex in der Raumfahrt. Beide sind mit ihren wiederverwendbaren Raketen Rivalen, die Touristen in den Weltraum senden und den Mars besiedeln wollen.

    Auch bei der Entwicklung der Künstlichen Intelligenz stehen die Grosskonzerne in Konkurrenz. Neben Chat GPT von der Firma Open AI, die eng mit Microsoft verbunden ist, und Google mit «Bard» sind hier immer mehr Konkurrenten im Rennen. So entwickelt auch der «Meta»-Konzern von Facebook das eigenen Sprachmodell Llama 3, das die bisherigen KI-Modelle übertreffen soll. Und es stehen auch Jeff Bezos mit «Perplexity» und Elon Musk mit «Grok» in den Startlöchern.

    Die These vom Technofeudalismus

    Angesichts der neuen Tech-Herrscher, die sich um geltende Regeln nicht scheren, wenn sie quer zu ihren Anliegen verlaufen, stellt sich die Frage, ob sich die Welt zur feudalistischen Herrschaftsform zurückbewegt. Der ehemalige Wirtschaftsminister Griechenlands, Yannis Varoufakis, spricht von einem «Technofeudalismus», der sich als neue Herrschaftsform zu etablieren beginnt. Der klassische Kapitalismus sei tot, und es habe eine neue Ära begonnen. Das Entscheidende der neuen «digitalen Herrschaft»: Sie floriert nicht mehr über die Güter, welche produziert werden. Vielmehr zahlen die Firmen, die dort ihre Produkte anbieten eine Abgabe. Diese vergleicht er mit dem Lehen, das im Mittelalter die Bauern abzugeben hatten. Heute geschehe dies in Form von Daten, welche die Besitzer dieser neuen Plattformen für ihre eigenen Zwecke abschöpfen. Mit jedem Click und jedem Like vergrössern sie ihre Macht, denn die Währung, die zu dem unglaublichen Reichtum der Konzerne führt, sind unsere Daten, die wir an sie abgeben. Technofeudalismus sei die Vorstellung, dass wir Big-Tech (Amazon, Google, Apple und Meta) dienen, indem wir Daten für den Zugriff auf ihre Cloud zur Verfügung stellen. So wird das autonome Fahren, das Musk mit Tesla vorbereitet, nur aufgrund der Millionen von Kundendaten möglich werden, die verarbeitet werden.

    Nach Varoufakis haben die konventionellen kapitalistischen Hersteller fast keine andere Wahl mehr, als ihre Waren nach dem Gutdünken der Cloudalisten zu verkaufen und ihnen für dieses Privileg eine Gebühr zu zahlen. Sie entwickeln damit zu ihnen eine Beziehung, die sich nicht von Vasallen gegenüber ihren feudalen Oberherren unterscheidet. Die These vom Technofeudalismus unterstützt auch der Genfer Wirtschaftsprofessor Cédric Durant. Für ihn bedeutet der Technofeudalismus, dass mit der Digitalisierung der Welt ein grosser Rückschritt begonnen habe. Die Wettbewerbsbeziehungen hätten sich zu Abhängigkeitsverhältnissen entwickelt. Folgen seien die Rückkehr der Monopole, die Abhängigkeit der Subjekte von Plattformen, die Verwischung der Unterscheidung zwischen Wirtschaft und Politik.

    Die Macht der Clouds

    Das Aufkommen der Internet-Giganten ist nicht allein eine weitere industrielle Revolution. Nach Varoufakis ist damit jene Epoche zu Ende, welche die Fesseln des mittelalterlichen Feudalismus auflöste, aus dem dann Kapitalismus und Demokratie hervorgingen. Der Vasall wird wieder an seinen neuen Herrn, den Cloud-Kapitalisten, gebunden. Die Besitzer der Plattformen erwerben eine immense Macht, indem sie unser Verhalten vorhersagen, unsere Präferenzen lenken und unsere Entscheidungen beeinflussen. Sie machen uns zu ihren unbezahlten Dienern, deren Aufgabe es ist, die dazu notwendigen Algorithmen zu trainieren. Allerdings kann die Macht der Cloud auch überschätzt werden. Die Cloud ist auf die Massenproduktion von industriellen Waren angewiesen, damit Abgaben fällig werden. So ist für Tesla die Cloud zwar wichtig, aber es braucht auch die industriellen Innovationen, welche aus dem Elektroauto ein gefragtes Produkt machen. Insgesamt gilt: Erst wenn innovative Produkte auf Online-Märkten angeboten werden, können die Plattformen davon profitieren.

    Dass auch die Macht des Technofeudalismus auf tönernen Füssen steht, zeigt das Beispiel von Elon Musk, der mit Tesla und seiner chinesischen Gigafactory den chinesischen Markt aufrollte. Es war eine klassische industrielle Strategie, welche Tesla nutzte, um in China führender Anbieter von Elektromobilen zu werden. Die New York Times weist darauf hin, wie Musk eng mit staatlichen Führungskräften zusammenarbeitete – etwa mit dem heutigen chinesischen Ministerpräsidenten Lu Qiang. Diese «symbiotische» Bindung an Chinas Staatsführung ist für die New York Times besorgniserregend, da Musks Weltraum-Unternehmen SpaceX heikle Pentagon-Verträge hat und einen grossen Teil des Satelliten-Internets der Welt kontrolliert.

    Es ist zudem Ironie der Geschichte, dass die China-Strategie von Tesla letztlich die chinesischen Autobauer stärkte. Der chinesische Rivale BYD überholte Tesla am Ende des letzten Jahres bei den weltweiten Verkäufen. Der Aktienkurs von Tesla brach aufgrund rückläufiger Verkäufe in China ein. Musk büsste den Titel des reichsten Mannes der Welt ein. Erst im April dieses Jahres kündigte Tesla die Entlassung von weltweit 10 Prozent der Belegschaft an. Aber auch chinesische Tech-Riesen wie Alibaba oder Baydou gefährden die westlichen Grosskonzerne. Dabei passt das Bild des Technofeudalismus nur beschränkt, weil in China der Staat die eigenen Konzerne unterstützt. Es könnte deshalb sein, dass der Technofeudalismus die Warengesellschaft des Kapitalismus nicht ablöst, sondern neue Dynamiken im bisherigen Wirtschaftssystem hervorruft. Wie die Soziologin Sabine Pfeifer festhält, führt dies zu Fragen wie: «Welche Mechanismen des Kapitalismus verstärken, verändern und verschieben sich?»

    Was die demokratischen Gesellschaften gegen den Technofeudalismus tun können

    Dass die Bäume der Tech-Magnaten auch gegenüber gewerkschaftlichen Kräften nicht in den Himmel wachsen, musste Elon Musk, der mit Gewerkschaften wenig am Hut hat, am Beispiel von Schweden lernen. Hier steht er unter starkem Druck, weil die Arbeiter von Tesla einen Tarifvertrag fordern und seit einem halben Jahr im Streik stehen. In Schweden und in anderen nordischen Ländern werden die Forderungen der Tesla-Beschäftigten mit Sympathieaktionen unterstützt. Für Musk war dies unverständlich, weil er die Mentalität europäischer Gewerkschaften zu wenig kennt. Sein Kommentar auf X: «Das ist verrückt.» Vor wenigen Tagen besänftigte er seine Tonlage: «Ich denke, der Sturm ist vorüber. Die Dinge sind in Schweden in einer ganz guten Verfassung.»

    Besonders wichtig für die Demokratie sind die staatlichen Zusammenschlüsse auf der internationalen Ebene, die am ehesten den Tech-Giganten Paroli bieten können. So versucht die EU den Datenschutz durch eine «Europäische Datenschutz-Grundverordnung» (DS-GVO) zu regeln. Diese umfasst Fragen, die sich durch «Big Data» und neue Techniken oder Arten der Datenverarbeitung wie Profilbildung, Webtracking oder dem Cloudcomputing ergeben.

    Das Europäische Parlament hat in diesem Jahr zudem die Risiken des Einsatzes von Künstlicher Intelligenz beschränkt. Die KI-Systeme sollen dadurch sicher, transparent, nachvollziehbar, nicht diskriminierend und umweltfreundlich werden. Gegenüber den privaten Interessen der Big-Tech-Unternehmer bilden damit staatliche Institutionen und Organisationen ein Gegengewicht zu den neofeudalistischen Tech-Fantasien. Demokratie und politische Willensbildung werden davon abhängen, ob es gelingt, eine politische Sphäre zu bewahren, welche es nicht Netzwerken wie X (dem früheren Twitter) überlässt, den öffentlichen Diskurs zu organisieren.

    Wenn die EU versucht, das eigenwillige Treiben der Tech-Konzerne in geordnete Bahnen zu lenken, so blickt das Silicon Valley misstrauisch nach Europa. Denn der EU ist es dank ihrer Wirtschaftsmacht gelungen, so etwas wie Grundregeln im Umgang mit KI und Internet zu formulieren. Nun müssten diese Regulierungen aber weltweit durchgesetzt werden – auch mit Milliardenstrafen, wenn es nötig ist. Erst dann wird der Mythos des Technofeudalismus als Entwicklung verstanden werden, die aus der Zeit gefallen ist.

    Bücher zu den Superreichen

    Walter Isaacson, Steve Jobs. München 2011 (Bertelsmann)

    Tim Schwab, Das Bill Gates Problem. Der Mythos vom wohltätigen Millionär, Frankfurt 2023 (Fischer)

    Sheera Frenkel, Cecilia Kang, Inside Facebook. Die hässliche Wahrheit, Frankfurt 2021 (Fischer)

    Walter Isaacson, Elon Musk. Die Biografie. München 2021 (Bertelsmann)

    Yanos Varoufakis, Technofeudalismus. What Killed Capitalism. London 2023 (Penguin Random House)

    #écconomie #politique #capitalisme #monopoles #impérialisme #