• La Chine continue de resserrer son étau sur les géants de la tech
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/09/14/pekin-continue-de-resserrer-son-etau-contre-les-geants-de-la-tech_6094582_32

    Gestion des données privées, concurrence, conditions de travail… Pékin met au pas l’ensemble des plates-formes numériques.

    Les applications sur smartphone des géants du #commerce_en_ligne chinois sont bien pratiques. En quelques clics, vous pouvez commander le bien dont vous rêvez et obtenir un crédit pour l’acquérir. Cela ne devrait pas durer. Selon le Financial Times du lundi 13 septembre, Pékin va obliger les e-commerçants à scinder leurs applications : une pour les achats, une pour les activités de crédit.

    Une décision dans la droite ligne de la stratégie mise en œuvre depuis décembre 2020 visant à les contraindre de cesser d’être à la fois commerçants, banquiers, intermédiaires financiers et évaluateurs de risques de crédit, le tout sans avoir à respecter les ratios prudentiels imposés aux banques traditionnelles. A l’avenir, les demandes de prêts déposées auprès d’Ant, la filiale financière d’Alibaba, devront être traitées par une société spécifique dont l’Etat sera actionnaire. Une nationalisation partielle qui devrait faire jurisprudence. Plus question de laisser à quelques conglomérats high-tech le monopole du crédit à la consommation.

    Jusqu’à la crise financière de 2008, la Chine était convaincue que les Etats-Unis et l’Union européenne disposaient d’une régulation financière efficace. Le scandale des subprimes et la faillite de la banque Lehman Brothers l’ont fait changer d’avis. Dès 2010, Pékin met en place un embryon de régulation. En 2015, un krach boursier ramène le sujet sur le devant de la scène, d’autant plus que, la même année, les éternels rivaux Tencent et Alibaba créent leur propre banque en ligne et que la fintech part à l’assaut du système bancaire public.

    Une nécessité à la fois économique et sociale

    Comme le rappelle Viviana Zhu, dans une note de l’Institut Montaigne, c’est en 2017 que Xi Jinping presse les régulateurs d’« oser » accomplir leur mission. « L’incapacité à rapidement faire face à des risques est un manquement à ses devoirs », les met-il en garde. Les attaques de l’administration américaine contre Huawei et ZTE ont sans doute donné un répit aux géants de la tech chinoise. Mais, à un an du 20e congrès du Parti communiste, à l’automne 2022, Xi Jinping semble convaincu que la mise au pas d’Alibaba, Tencent, JD. com, Meituan, Pinduoduo et autres est une nécessité à la fois économique et sociale.

    Outre la régulation financière, le pouvoir politique s’attaque en effet à d’autres caractéristiques du secteur auxquelles l’opinion publique est sensible : la concurrence entre les plates-formes, la collecte des données et les conditions de #travail des employés. Le 10 septembre, les pouvoirs publics ont convoqué les dix grandes entreprises de livraison à domicile et les sociétés de taxi, leur enjoignant de signer des contrats écrits avec leur personnel, d’améliorer les revenus offerts et de prévoir des temps de pause. L’enjeu est majeur. Selon un rapport de l’Organisation internationale du travail paru à l’automne 2020, 78 millions de personnes, soit environ 10 % de la population active, sont employées dans le commerce en ligne et les plates-formes de livraison. Mais une infime minorité de ces 78 millions – 8 % seulement – bénéficient d’un réel contrat de travail.

    Par ailleurs, les géants du commerce en ligne ont été de nouveau priés, lundi 13 septembre, par le ministère de l’industrie et des technologies de l’information, de ne plus bloquer les moyens de paiement de leurs concurrents. Une pratique régulièrement dénoncée par les consommateurs. En avril, Alibaba avait été contraint de verser une amende de 2,3 milliards d’euros pour ses pratiques anticoncurrentielles, empêchant certains commerçants de mettre leurs produits en vente sur plusieurs plates-formes. Quelques jours plus tard, 34 e-commerçants avaient été rappelés à l’ordre par les autorités de la concurrence.

    Les données, atouts « stratégiques de la nation »

    Dans le même ordre d’idée, le gouvernement a publié, en août, une loi qualifiant les données d’atouts « stratégiques de la nation ». Jugeant que les informations concernant les Chinois doivent rester dans l’empire du Milieu, le gouvernement entend limiter les introductions en Bourse des entreprises nationales à l’étranger, lorsque les autorités du pays veulent également avoir un droit de regard sur ces données, ce qui est le cas des Etats-Unis. Pour s’être introduit au Nasdaq fin juin, en croyant pouvoir se dispenser d’obtenir le feu vert des autorités chinoises, Didi, le « Uber chinois », a, quarante-huit heures plus tard, été interdit de recruter de nouveaux clients en Chine. Message reçu cinq sur cinq : deux autres sociétés, l’application de fret Full Truck Alliance et la société de recrutement en ligne Kanzhun ont renoncé à se faire coter aux Etats-Unis.

    Allant encore plus loin, la ville de Tianjin (environ 10 millions d’habitants) a ordonné à ses entreprises publiques de stocker leurs données dans un cloud public et de ne plus travailler avec les géants privés comme Alibaba ou Tencent. Ceux-ci ne sont pas les seuls dans le collimateur du Parti communiste. Cet été, le secteur de l’éducation privée en ligne a été prié de rejoindre le secteur associatif. Et dans le domaine des jeux vidéo, les mineurs ne peuvent plus se connecter que trois heures par semaine, les sociétés devant auparavant vérifier l’identité et l’âge des utilisateurs. Enfin, une réécriture « positive » de certains algorithmes doit mettre moins en valeur les « contenus pernicieux ».

    Autant de mesures jugées « liberticides » par certains, mais que d’autres, comme le sinologue François Godement de l’Institut Montaigne, pourtant peu suspect de complaisance envers Pékin, estime « correspondre à ce que l’on pourrait attendre de gouvernements sociaux-démocrates ».

    #capitalisme_de_plateforme

  • Livrer en moins de 10 minutes ? La guerre des courses contre la montre
    https://www.nouvelobs.com/conso/20210907.OBS48313/livrer-en-moins-de-10-minutes-la-guerre-des-courses-contre-la-montre.html


    Un livreur de chez Flink. (Yannick Stéphant pour « l’Obs »)

    Depuis quelques mois, des entreprises innovantes de livraison de courses en 10 minutes chrono se livrent une bataille sans merci pour remplir le frigo des urbains. Mais ce nouveau business est-il rentable ? Et socialement responsable ?

    Christopher, 28 ans, l’a testé à Courbevoie quand il était en télétravail : « J’étais très occupé, je ne voulais pas perdre de temps avec les courses et j’ai trouvé sur l’application tout ce que je mange d’habitude : pâtes, beurre, fromage… » L’application en question, c’est Gorillas, jeune entreprise allemande arrivée en France en février dernier avec une promesse : livrer les habitants des grandes villes en dix minutes chrono. Olivier, 43 ans, graphiste et père de famille, s’y est aussi mis pendant le confinement : « Dans les magasins, il fallait faire la queue. Mon temps de sortie quotidien, je préférais l’exploiter autrement ! Uber Eats était moins rapide et moins complet côté produits. »

    Quant à Alexandre, 24 ans, étudiant en finance, même s’il reconnaît que « ce n’est pas très raisonnable », il trouve plutôt chouette de commander une baguette avant d’entrer sous sa douche et de la récupérer en peignoir. Ces Parisiens, faut-il le préciser, ont chacun une boulangerie et un supermarché en bas de chez eux. Mais les prix sont les mêmes, et puis, résume Christopher, « moi j’aime la proximité pour aller chez le fleuriste ou au marché. Pour les courses de base, me faire livrer m’enlève une épine du pied. »

    #juste_à_temps #capitalisme_de_plateforme #logistique #commerce #e-commerce #livreurs #emploi #précaires

    • « Les acteurs du “quick commerce” veulent remplacer les magasins de proximité et redéfinir la relation avec les courses, voire avec l’alimentation » , Martin Cubertafond, Consultant en stratégie et enseignant Sciences Po , spécialiste des secteurs de l’alimentaire, de la distribution et du vin

      Le consultant en stratégie Martin Cubertafond décrit, dans une tribune au « Monde », les mutations profondes du marché de la distribution alimentaire qui mettent en péril les anciens champions du secteur, menacés par l’intrusion de « nouveaux barbares ».

      Tribune. Gorillas, Cajoo, Flink, Getir, etc. : inconnues il y a un an, ces start-up de livraison express de courses (le « quick commerce ») sont omniprésentes dans le centre des grandes villes. Elles offrent la possibilité de se faire livrer en 10 ou 15 minutes – soit moins de temps qu’il n’en faut pour se rendre dans un magasin et passer en caisse – 2 000 produits de première nécessité ou de plaisir (produits d’hygiène, pâtes ou lait, mais aussi planche apéro et bières), à des tarifs identiques, voire inférieurs, à ceux de la proximité urbaine, moyennant des frais de livraison de moins de 2 euros.
      Les entreprises se multiplient (huit à Paris), abreuvées par de généreuses levées de fonds, dans une course de vitesse qui rappelle l’essor des trottinettes électriques en 2018-2019. Pourquoi une telle frénésie ? Quel est le véritable enjeu de ce commerce rapide ?

      Crise de confiance

      Ce qui se joue derrière cette nouvelle offre destinée aux jeunes urbains pressés, qui pourrait sembler anecdotique, c’est la lutte entre deux modèles.

      D’un côté, une grande distribution en fin de cycle, « empire » chancelant ; de l’autre, des compagnies technologiques qui veulent transformer la façon de faire ses courses, voire de s’alimenter. Et, pour la première fois, ces « nouveaux barbares » sont en mesure de prendre le pouvoir.

      Fierté française au début du siècle, la distribution alimentaire est aujourd’hui en fin de cycle : après une longue phase de croissance, elle est arrivée dans sa phase de maturité, voire de déclin pour certains segments. Les scandales alimentaires (vache folle, viande de cheval…) ont généré une crise de confiance dans la consommation, qui se traduit par un besoin de réassurance et une défiance vis-à-vis des marques et de la grande distribution. Le succès de l’application Yuka, présente chez plus d’un tiers des ménages français, en donne une bonne illustration.

      Une phase de #déconsommation a commencé en 2017 en France : les Français dépensent plus, mais ils mettent moins de produits dans leur panier.

      Aujourd’hui, l’objectif est de manger mieux plutôt que de manger plus pour moins cher. C’est une remise en cause profonde du paradigme de la grande distribution et de l’industrie agroalimentaire depuis l’après-seconde guerre mondiale.
      Au même moment, la grande distribution est attaquée par de multiples innovations (ventes en ligne, livraison de repas, ultra-frais, vente directe du producteur au consommateur, etc.). Résultat : les consommateurs fragmentent de plus en plus leurs courses, préférant la promesse des spécialistes ou l’expérience en ligne à celles du « tout sous le même toit » de l’hypermarché.

      Panique

      Face à cette nouvelle donne, les distributeurs paniquent et se réfugient dans une guerre des prix. Résultat : leurs marges diminuent et ils offrent tous à peu près la même expérience. Ils n’ont pas encore compris que les consommateurs cherchaient autre chose.

      Depuis quelques mois, les services de « quick commerce » se développent donc à grande vitesse. Leur modèle opérationnel se fonde sur une application très ergonomique pour la commande (et la compréhension des consommateurs), des mini-entrepôts de 300 mètres carrés proches des zones d’habitation, pour préparer les produits en moins de trois minutes, puis des livreurs en vélo électrique pour effectuer la livraison dans un rayon de 1,5 km.

      Ces « nouveaux barbares » ont un ADN technologique et une vision centrée sur le client. Ils cherchent à améliorer la proposition de valeur par rapport aux magasins de proximité urbaine : gain de temps et service à la demande, au même niveau de prix.

      Les distributeurs historiques mettent en avant l’équation économique déficitaire de ces nouveaux concurrents. Dans leur grille de lecture, il est impossible de rentabiliser le coût de la préparation de la commande et, surtout, celui de la livraison, avec la marge brute dégagée par un panier de 25 euros. Il n’y a donc pas de danger, la mode va passer, les millions des investisseurs fondre comme neige au soleil et le commerce rapide disparaître.

      Redéfinition des priorités

      Sauf que… cette histoire a déjà été écrite. Quand Amazon a lancé son offre de livraison rapide illimitée Prime en 2005, il n’y avait pas de modèle économique non plus. Au sein même de l’entreprise, certains pensaient que cette offre allait provoquer sa faillite. Mais à la fin, la croissance du nombre de clients et de la fréquence d’achat a plus que couvert les coûts logistiques. Prime a transformé Amazon, et Amazon a transformé le commerce.

      C’est ce pari que font les acteurs du « quick commerce », et leurs investisseurs : ils veulent modifier les usages, remplacer les magasins de proximité et, plus largement, redéfinir la relation avec les courses, voire avec l’alimentation.

      Deux visions s’affrontent donc. Les distributeurs historiques, tétanisés par une évolution qu’ils peinent à comprendre, restent focalisés sur la structure de coûts de leurs réseaux de magasins et persuadés que seule la puissance d’achat permet de survivre. Les nouveaux commerçants font quant à eux un pari sur la demande, qu’ils cherchent à transformer durablement.

      L’enjeu de cette opposition de modèles et de visions va au-delà du segment de la proximité dans les grandes villes. Ce qui se joue actuellement, c’est la redéfinition des attentes et des priorités dans la consommation alimentaire et la création d’une nouvelle relation avec les consommateurs. Les pierres du futur modèle d’alimentation sont en train d’être posées. Les offres de livraison de restauration et de courses alimentaires convergent et certains acteurs de la transition alimentaire vers laquelle nous nous dirigeons sont probablement en train d’émerger.

      L’exemple de Tesla

      En effet, dans cet environnement mouvant, les nouveaux commerçants, avec leur ADN numérique et leur vision client ont un avantage concurrentiel. C’est là-dessus que misent les investisseurs, qui observent que dans une autre industrie, la capitalisation d’un nouvel entrant (Tesla, 750 milliards de dollars) équivaut à celle de tous les acteurs historiques cumulés, car les clients partagent sa vision et veulent faire partie de l’aventure. Un attrait qui fait écho au désamour pour les acteurs historiques de la distribution alimentaire.

      A moindre échelle, nous assistons au même phénomène avec le « quick commerce » : le leader états-unien, Gopuff, est valorisé 15 milliards de dollars, c’est plus que Carrefour (11,5 milliards d’euros, soit environ 13,5 milliards de dollars), le turc Getir 7,5 milliards de dollars, et le champion allemand Gorillas (créé en 2020) annonce une levée de fonds imminente (950 millions de dollars) avec une valorisation de 3 milliards de dollars, soit peu ou prou la capitalisation du groupe Casino.

      Les acteurs historiques ne pourront donc pas s’offrir les meilleurs de ces nouveaux concurrents ; ils risquent d’être dépassés. L’acquisition par GoPuff d’une chaîne de 185 magasins d’alcool en Californie pour 350 millions de dollars est, à ce titre, un symbole fort.

      https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/10/02/les-acteurs-du-quick-commerce-veulent-remplacer-les-magasins-de-proximite-et

      bien aérer après lecture :
      https://seenthis.net/messages/931717

      #économie #grande_distribution #fragmentation #quick_commerce

  • Welcome Alibaba : les dessous de l’arrivée du géant chinois
    https://www.youtube.com/watch?v=cdCGFxakoKs

    Le film traite des dessous polémiques de l’arrivée du géant chinois du commerce en ligne, à Liège Airport. Une aubaine pour certain.e.s, un désastre pour d’autres. Alibaba : sauveur ou fossoyeur de la Wallonie ? C’est la question “fil rouge” du documentaire.

    Impacts environnementaux, économiques, sociaux et démocratiques : tout est analysé grâce à l’intervention de responsables politiques, d’économistes, de chercheurs, de syndicalistes et de riverains.

    Jean-Luc Crucke (Ministre des Aéroports), Christie Morreale (Vice-présidente du gouvernement wallon et ministre de l’Emploi) interviennent notamment aux côtés de Pierre Ozer (climatologue à l’ULG) ou Christian Delcourt (porte-parole de Liège Airport).

    L’équipe du web média Tout va bien, qui a déjà reçu un prix de la presse en 2020 pour son enquête sur la maxi prison de Haren, remet le couvert. Non sans malice, l’équipe détricote un des projets les plus polémiques de Wallonie. Plus qu’un documentaire sur le géant de l’e-commerce, le film questionne surtout les conséquences de l’industrie de la logistique et les grands choix politiques pour l’économie wallonne et notre avenir.

    #commerce #logistique #capitalisme_de_plateforme #Alibaba

  • « L’Etat de droit mute doucement vers une forme ultra-sécuritaire » , Asma Mhalla, le 06 novembre 2018
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/11/06/l-etat-de-droit-mute-doucement-vers-une-forme-ultra-securitaire_5379355_3232

    Spécialiste des enjeux de l’économie numérique, Asma Mhalla montre, dans une tribune au « Monde », le glissement progressif d’un Etat de droit à un Etat de surveillance attentatoire aux droits des citoyens.

    (Quelqu’un.e traverse le wall, s’il vous plait ?)

    • Le Conseil d’Etat a fini par valider, le 18 octobre, le décret permettant la création du fichier TES (Titres électroniques sécurisés) qui rassemble les données personnelles et biométriques de la quasi-totalité de la population française. Et ce, bien que les risques d’une telle base de données qui généralise la reconnaissance faciale et la surveillance de masse perdurent.

      La même semaine, une étude produite conjointement par Cliqz et Ghostery, deux sociétés produisant des outils de protection des données personnelles, propose une analyse de premiers résultats – à interpréter avec beaucoup de précaution du reste – du règlement général sur la protection des données (#RGPD) appliqué depuis le 25 mai. Face à la promesse initiale de protéger les données personnelles des citoyens européens, l’effet semblerait être particulièrement aberrant puisqu’il aurait au contraire renforcé la position hégémonique de #Google sur ses marchés.

      Au nom de quel principe l’Etat s’autorise-t-il ce qu’il interdit aux entreprises privées ? Ne serions-nous pas en train de basculer d’un Etat de droit vers un Etat de sécurité avec la bénédiction paradoxale du droit lui-même et sans que cela n’émeuve grand monde ? Ce signal a priori faible marque pourtant une étape symbolique forte quant à notre devenir démocratique.

      Concept fondateur du droit public moderne, la fiction juridique qu’est l’Etat de droit traduit une certaine vision du pouvoir qui apparaît comme inhérente à la conception libérale de l’organisation politique : donnant à voir un pouvoir limité parce que régi par des règles, il implique que les gouvernants ne soient pas placés au-dessus des lois, mais exercent une fonction encadrée par le droit. La notion peut aussi se définir par opposition à l’Etat policier, caractérisé par le pouvoir discrétionnaire de l’administration.

      Or, à y regarder de plus près, une répartition inédite du pouvoir prend actuellement forme cristallisée autour de la capacité à collecter et exploiter les métadonnées. Matérialisée par l’apparition de deux pôles, l’un économique, l’autre sécuritaire, articulés autour d’un projet commun tacite de surveillance. C’est autour de ce phénomène que les luttes de pouvoir se concentrent désormais et que la relation des surveillants, Etat et plates-formes géantes, se dessine face aux surveillés.

      Les recours compliqués

      En dépit de leurs postures officielles en apparence divergentes, ces deux pôles d’un nouveau genre se positionnent sur un même continuum porté par une vision du monde cohérente où souveraineté algorithmique et souveraineté territoriale se compléteraient, où le « capitalisme de surveillance » irriguerait à la fois les intérêts publics et privés. Les termes initiaux du contrat social « liberté contre sécurité » glissent sans grande résistance vers la formulation « liberté contre sécurité contre vie privée » articulée autour d’un régime de vérité contemporain qui pose comme postulat que plus nous possédons de données, plus nous nous rapprochons avec précision de la « vérité ».

      Ce transfert d’une partie de la souveraineté de l’Etat le pousse à renforcer ses prérogatives en termes de souveraineté territoriale pour mieux s’auto-légitimer au regard du peuple. Par nécessité de survie, l’Etat de droit mute doucement vers une forme ultra-sécuritaire.

      Dès lors, à ce nouveau régime de vérité est assorti un discours dominant formalisé autour d’une rhétorique du repli, de la peur, de la menace, de la lutte antiterroriste. Légitimant ainsi la collecte massive de données et les dispositifs de surveillance généralisée qu’ils soient en réalité à des fins marchandes ou sécuritaires. Les intrications entre plates-formes privées et services d’intelligence, services d’ordre et armées nationales sont de notoriété publique, forment une complexe toile d’acteurs qui enregistre le moindre frémissement de nos existences numériques et physiques.

      Incertitude

      Le péril démocratique est aggravé par les systèmes de prédiction algorithmique. Ainsi, nul n’échappera à la surveillance et son corollaire la prédictibilité, ultime stratégie de neutralisation de l’incertitude. Car dans ce monde en réseau, c’est bien l’incertitude qui devient la hantise du pouvoir. La police et la justice interviennent désormais de façon prédictive et préventive avant le crime même. Pour être puni, il n’est plus nécessaire de commettre un crime mais de risquer de le commettre. Par cet impératif sécuritaire, nous risquons de faire face à une justice pénale sans crime qui nous considérerait tous coupables parce que tous potentiellement dangereux.

      Or l’Etat, par l’entremise du #Conseil_d’Etat, prend la responsabilité de préfigurer le développement et l’utilisation de ces technologies de surveillance émergentes. A titre d’exemple, l’article 4 du décret autorisant la création du fichier TES prévoit que son accès ne sera guère limité à la lutte contre la falsification et la contrefaçon mais également ouvert aux agents « chargés des missions de prévention et de répression des atteintes aux intérêts fondamentaux de la Nation et des actes de terrorisme » . Ce champ d’application très flou laisse craindre toutes sortes de dérives dans les usages policiers à venir de ce fichier. Abus qui seront démultipliés par le croisement du « mégafichier » avec nos données personnelles.

      Les recours pourront se révéler compliqués pour les citoyens. Sur le modèle des bureaucraties classiques, les algorithmes savent légitimer leur opacité pour conserver leur fonctionnalité. Face à ce qui apparaît comme l’évidence sécuritaire certains applaudissent, d’autres s’engourdissent. Reste que nous ne réussissons pas à nous saisir collectivement de ces occasions offertes pour débattre de la condition de nos libertés publiques et individuelles. A l’aune de ces évolutions récentes, les mots du philosophe Michaël Foessel formulés dès 2010 résonnent avec une acuité toute particulière : « la sécurité est le préalable de la démocratie, pas son horizon indépassable. »

      #État #capitalisme_de_plateforme #biométrie #reconnaissance_faciale #données #métadonnées #surveillance #sécuritaire #justice_pénale_sans_crime

  • #Deliveroo’s algorithm discriminated against those who go on strike or get sick

    #Frank, the algorithm used by Deliveroo, does not weed out discrimination. A Court in Bologna issued an historic ruling in late December 2020. The Court decision is a landmark one both because of its outcome – it ruled that the system was discriminatory and awarded 50,000 euros in punitive damages – and for the judge’s arguments. The internal documentation submitted by the union federations and the workers’ testimonies give an accurate picture of the system of rules, incentives and sanctions that governed the food-delivery services. A model that discriminates indirectly, since it generates disadvantageous effects without taking due account of the differences among diverse cases. The algorithm, according to the Court, was effective when it came to planning and managing business flows by dispatching a large pool of available workers. However, it allowed neither organisational adaptability nor flexibility of judgement (see: Il tuo capo è un algoritmo. Contro il lavoro disumano).

    The case, promoted by the most representative Italian labour union, Cgil, brought to light that Deliveroo’s riders were evaluated primarily on two aspects: reliability and participation (we use the past tense because the company claims to have “adjusted” the statistics used for its slots through its new contracts, which were signed in November and are anyway widely contested). The combination of these metrics gave workers an internal ranking; by virtue of that ranking they were more or less likely to be offered new jobs or to be downgraded instead. Workers with good ratings were among the first to be able to apply for the most coveted work shifts and could also turn down the most uncomfortable ones. However, any waiver in the 24 hours prior to the shift weighed against future calls. Upon returning from a period of absence for various reasons (health problems, commitments related to the care of family members, or collective action), workers could be automatically downgraded and forced to start all over again, by climbing the ranking from the scratch.

    Platforms often purport that their workers are independent contractors because they are able to “turn off” the app or not to “log in” to the internal staffing system. Many judgements around the world, and many observers before them, have argued that availability to accept shifts, together with the number of deliveries performed and customers’ ratings, contribute to defining the ranking, which is far from being a perfect representation of reality. This “credits-based" model engenders severe subordination towards the users and the platform, whose mood is unfathomable.

    Autonomy and independence are only “virtual”, and courts gradually go beyond formalism to scrutinise the managerial prerogatives exercised by apps, which are increasingly equated with traditional employers. If some progress has been made on the issue of (mis)classification of the working relationship, it also about time to open up the “black boxes” also under the EU General Data Protection Regulation, which limits the use of “automated individual decision-making”, making the mechanics of algorithms transparent, impartial and contestable.

    The profiling of workers and clients is now the core part of the business for the operators of the platform economy, the only really promising one, if we look at the financial statements in which negative signs abound in almost all the indexes, despite the turnover’s growth due to the pandemic. Internal “reputation” plays a prominent role, influencing the worker’s potential compensation, all the more so in a regime of exclusivity. The exercise of control and disciplinary powers is facilitated by opaque and misleading systems that deliberately reproduce the business strategies imposed by management on the algorithms’ programmers.

    In recent weeks, the ecosystem of platform work was thoroughly shaken in Italy. Firstly, a Court of Palermo had reclassified a Glovo delivery rider as an employee for the first time in the country. If Italian courts lagged behind in reclassification cases, and employment status was only recognised after courts in many other countries had already done so, this case instead is at the forefront of litigation. It is the first time a court questions the operation of an algorithmic management system concerning workers and declares that algorithms may well discriminate against sick people or workers involved in union action.

    Algorithms, therefore, are far from being neutral tools and can be subject to judicial review. The European Commission also announced it will present a proposal for a directive to improve the working conditions of platform workers. We thus can debunk once and for all three false myths: the alleged autonomy of workers in deciding whether, when and how much to work, the “superhuman” objectivity of algorithms that organize the work, and the mirage of workforce entirely made up of young people looking for pocket money. Now reality knocks at the door.

    https://www.rivistailmulino.it/news/newsitem/index/Item/News:NEWS_ITEM:5480
    #livreurs #discriminations #inégalités #algorithme #justice #Italie #tribunal #livraison

    ping @etraces

    –---

    voir aussi:
    #Frank, l’algoritmo anti-sciopero. La #Cgil porta in tribunale #Deliveroo
    https://seenthis.net/messages/817182

  • La banalisation du recours aux plateformes. Le cas des livreurs à domicile en période de pandémie | Stéphane Le Lay et Fabien Lemozy
    http://www.contretemps.eu/travail-plateformes-pandemie-covid-livreurs-deliveroo

    Le 30 octobre 2020 signait en France le retour du confinement, mesure sanitaire d’envergure nationale pour lutter contre la propagation de l’épidémie du Covid-19. Comme lors du premier confinement de mars 2020, certains articles de presse ont mis la lumière sur le travail des livreurs « ubérisés » sur les plateformes allégées[1] proposant à leurs clients un bouquet varié de restaurateurs éligibles à la livraison à domicile selon des critères prédéfinis de situation géographique. Grâce à leur flotte de micro-entrepreneurs en selle sur leurs deux roues et à des outils spécifiques, ces plateformes développent une chaîne algorithmique assurant la production à flux tendu de l’économie servicielle culinaire et participent ainsi à une véritable industrialisation du rapport de service de livraison à domicile. (...)

    • Le préfet du Haut-Rhin s’apprête à autoriser ce jeudi 5 novembre le méga-entrepôt d’Amazon à Ensisheim. Ce serait le plus gros projet français du géant de l’e-commerce à ce jour, avec quinze hectares de terres agricoles bétonnées et 200 millions de produits importés par an, d’après une estimation des syndicats d’Amazon.

      « L’étude d’impact n’a même pas réalisé un bilan sérieux des émissions liées au trafic de plus de mille poids lourds et 4.500 utilitaires supplémentaires par jour », soulignent par ailleurs les Amis de la Terre, qui dénoncent un projet climaticide et destructeur d’emplois pour les commerces physiques. « L’autorisation intervient alors que les commerces physiques connaissent une crise sans précédent. 150.000 à 300.000 emplois sont déjà menacés du fait du premier confinement et des réactions en chaîne provoquées par leur fermeture », poursuit le communiqué de l’association.

      Yeliz Gencer, médecin et membre du collectif d’opposant le Chaudron des alternatives, dénonce : « Après avoir signé une clause de confidentialité leur interdisant de révéler qu’Amazon serait l’exploitant final, les élus ont refusé de répondre à la presse sur le projet. L’enquête publique s’est déroulée pendant le premier confinement. L’ensemble des contributions, toutes opposées au projet, ont été balayées d’un revers de main. L’autorisation de ce projet par le préfet en plein reconfinement est une nouvelle insulte à la démocratie locale. Nous avons donc décidé de nous mobiliser tout en respectant les consignes de sécurité. »
      L’arrêté autorisant le projet serait déjà prêt, et devrait être signé ce jeudi après un passage devant une dernière commission administrative et consultative, le Coderst (Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques).

      Heureusement que la loi ASAP va enfin clarifier ce qu’il en est du secret des affaires.

      #Amazon #emploi #logistique #capitalisme_de_plateforme

  • Robert Boyer : « Le capitalisme sort considérablement renforcé par cette pandémie »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/10/02/robert-boyer-le-capitalisme-sort-considerablement-renforce-par-cette-pandemi

    Le cofondateur, dans les années 1970, de « l’école de la régulation », livre, dans un entretien au « Monde », son diagnostic du choc qui ébranle aujourd’hui l’économie mondiale, et de ses devenirs possibles.
    L’économiste Robert Boyer, analyste des évolutions historiques divergentes des capitalismes – il préfère d’ailleurs utiliser ce terme au pluriel – publie, le 1er octobre aux éditions La Découverte, un ouvrage qui fera date, Les Capitalismes à l’épreuve de la pandémie (200 pages, 19 €), où il livre son diagnostic du choc qui ébranle aujourd’hui l’économie mondiale, et de ses devenirs possibles.

    Pour qualifier la crise que nous traversons, les économistes oscillent entre « crise sans précédent », « récession la plus grave depuis 1929 », ou encore « troisième crise du siècle » – après celles des subprimes de 2008 et de l’euro en 2010. Qu’en pensez-vous ?

    On ne peut pas appliquer des mots hérités des crises précédentes à une réalité nouvelle. Plus qu’une erreur, c’est une faute car cela indique que l’on espère appliquer des remèdes connus, qui seront donc inefficaces.

    Le terme de « récession » s’applique au moment où un cycle économique, arrivé à une certaine étape, se retourne pour des raisons endogènes – ce qui suppose que l’étape suivante sera mécaniquement la reprise, également pour des raisons endogènes, avec un retour à l’état antérieur. Or il ne s’agit pas ici d’une récession, mais d’une décision prise par les instances politiques de suspendre toute activité économique qui ne soit pas indispensable à la lutte contre la pandémie et à la vie quotidienne.

    La persistance d’un vocabulaire économique pour désigner une réalité politique est étonnante. On a parlé de « soutien » à l’activité, alors qu’il s’agit plutôt d’une congélation de l’économie. Le plan de « relance » est en fait un programme d’indemnisation des entreprises pour les pertes subies, mené grâce à l’explosion des dépenses budgétaires et au relâchement de la contrainte de leur refinancement par les banques centrales. C’est un « soin palliatif » qui n’aura de sens que si épidémiologistes, médecins et biologistes trouvent la solution à la crise sanitaire – mais cela ne dépend ni des modèles ni des politiques économiques.

    « Un tiers de la capacité de production s’est brutalement révélé n’avoir pas d’utilité sociale “indispensable” »

    Cet arrêt brutal et assumé de la production provoque de tels changements – d’autant plus qu’il durera longtemps – économiques, mais aussi – ce que négligent les économistes – institutionnels, politiques, sociologiques, psychologiques, de sorte qu’il est impossible que tout « reprenne » comme avant. Un tiers de la capacité de production s’est ainsi brutalement révélé n’avoir pas d’utilité sociale « indispensable ». Certains secteurs sont bouleversés par une modification structurelle des modes de consommation (le tourisme, le transport, l’aéronautique, la publicité, l’industrie culturelle…), et par la rupture des réseaux de sous-traitance et la disparition de firmes en différents points de la chaîne de valeur.

    La destruction de capital et de revenus est d’ores et déjà colossale – il faut donc s’attendre à une baisse durable du niveau de vie moyen. Et on ne peut guère compter sur la libération soudaine de l’épargne bloquée pendant le confinement parce que, étant donné la transformation du chômage partiel en chômage tout court du fait de l’accumulation des pertes. Cette épargne devrait se muer en épargne de précaution, qui ne sera libérée qu’une fois la confiance revenue.

    L’arrêt de l’économie a mis à mal les arrangements institutionnels, les règles qui, sans qu’on en ait conscience, assurent la coordination entre les acteurs : la sécurité sanitaire, la confiance dans les autorités publiques, la prévisibilité des marchés, la complémentarité des activités économiques, la synchronisation des temps sociaux – école, transport, travail, loisir –, la définition des responsabilités juridiques…

    La stratégie économique guidée par l’idée qu’il s’agit d’une récession – et qu’il suffit donc de maintenir ce qui reste de l’économie en l’état, puis de relancer l’activité pour revenir à la situation antérieure (la fameuse reprise en « V ») – est de ce fait vouée à l’échec. L’année 2020 pourrait rester dans l’histoire non pas seulement comme celle d’un choc économique du fait des pertes, colossales, de PIB et de la paupérisation de fractions importantes de la société, mais encore comme le moment où des régimes socio-économiques, incapables d’assurer les conditions de leur reproduction, ont atteint leurs limites. Il n’y aura de « sortie de crise » que lorsque la transformation structurelle de l’économie qui est en train de se dérouler sous nos yeux sera suffisamment avancée.

    Une transformation vers une économie plus respectueuse de l’environnement, moins inégalitaire ?

    Pas du tout, hélas ! Je n’entends pas participer au jeu concours du « jour d’après », où chaque spécialiste qui pointe tel ou tel défaut du système propose de le corriger : moins d’inégalités par la hausse de la fiscalité et de la dépense publique, plus d’écologie par une stratégie affirmée et cohérente de protection du climat et de la biodiversité, plus d’innovation grâce à la « destruction créatrice » des activités obsolètes, plus de compétitivité en abaissant les impôts de production, etc. Contrairement au mythe d’une table rase qui serait créée par une situation « sans précédent », cette recomposition est déjà à l’œuvre. La pandémie n’a fait que la renforcer.

    Alors de quelle transformation s’agit-il ?

    La « congélation » de l’économie a accéléré le déversement de valeur entre des industries en déclin et une économie de plates-formes en pleine croissance – pour faire image, le passage de l’ingénieur de l’aéronautique au livreur d’Amazon. Or cette économie offre une très faible valeur ajoutée, un médiocre niveau de qualification à la majorité de ceux qui y travaillent, et génère de très faibles gains de productivité. J’ai longtemps pensé que ces caractéristiques allaient déboucher sur une crise structurelle du capitalisme, mais je reconnais aujourd’hui que je me suis trompé.

    « Pendant que les écologistes interdisent les sapins de Noël, les GAFA investissent dans l’avenir »
    Les acteurs de cette économie de plate-forme, les GAFA [Google, Apple, Facebook, Amazon], bien plus que l’investissement « vert », captent les rentes du capitalisme financier, le sauvant ainsi de ses errements antérieurs, qui l’avaient conduit du krach des start-up du numérique, en 2000, au krach de l’immobilier, en 2008. Pendant que les écologistes interdisent les sapins de Noël, les GAFA investissent dans l’avenir. Bref, le capitalisme n’est pas du tout en crise, il sort même considérablement renforcé par cette pandémie.

    Mais l’économie de plates-formes renforce les inégalités économiques. Les start-up innovantes, les industries et les services traditionnels vont souffrir considérablement. Les plates-formes n’offrent que des rémunérations médiocres à ceux qui – à part leurs salariés, peu nombreux, et bien sûr leurs actionnaires – travaillent pour elles. Les GAFA ne se préoccupent ni de la production ni de l’amélioration des qualifications – ils agissent en prédateurs sur le marché des compétences, à l’échelle transnationale. La pandémie, le confinement et les mesures de « soutien » à l’économie n’ont fait que renforcer ces phénomènes : hausse du sous-emploi, perte de revenus des moins qualifiés, élargissement du fossé numérique tant entre les entreprises qu’entre les individus, inégalité d’accès à l’école.

    Les « perdants » de cette économie, et ils sont nombreux, sont ainsi poussés à se tourner vers les Etats, seuls capables de les protéger de la misère et du déclassement face à la toute-puissance des firmes transnationales du numérique et de la finance – mais aussi réhabilités dans leurs fonctions régaliennes et régulatrices par la « magie » de la pandémie. La puissance des GAFA produit donc sa contrepartie dialectique : la poussée de différents capitalismes d’Etat prêts à défendre leurs prérogatives – et leurs propres entreprises – derrière leurs frontières, dont le modèle le plus achevé est la Chine.

    La concurrence croissante entre ces deux formes de capitalisme est un facteur de déstabilisation des relations internationales, comme le montre la rivalité entre la Chine et les Etats-Unis, encore exacerbée par la crise du Covid-19 et dont il est impossible, à ce stade, de prévoir l’issue.

    La consolidation de pouvoirs économiques en pouvoirs politiques – impériaux ou nationaux – pourrait faire voler en éclats les tentatives de gestion multilatérale des relations internationales – alors que la pandémie a démontré une fois de plus la nécessité d’une gestion mondiale des questions sanitaires, par exemple. Cette montée de ce qu’on appelle les « populismes » peut aussi faire avorter les projets de coordination régionale comme l’Union européenne au profit d’un éclatement d’Etats souverains avides de « reprendre le contrôle », comme le proclame Boris Johnson, aidé en cela par toute la panoplie des outils numériques. On aurait ainsi le « choix », si j’ose dire, entre un pouvoir numérique exercé par des multinationales, et un pouvoir numérique exercé par des Etats souverains rivaux.

    Mais là encore, comme le montre l’incertitude sur l’élection américaine du 3 novembre, l’histoire n’est pas écrite. Il se peut aussi que des coalitions politiques obtiennent le démantèlement du monopole des GAFA, comme ce fut le cas pour celui des chemins de fer et du pétrole à la fin du XIXe siècle aux Etats-Unis, ou encore que le régime chinois soit contesté par une soudaine révolte sociale.

    La contingence des événements devrait d’ailleurs inciter économistes et politistes à se méfier des prédictions issues des modèles théoriques auxquels la réalité historique devrait avoir le bon goût de se plier… car c’est rarement le cas. Cinquante ans de pratique de la théorie de la régulation m’ont appris qu’il faut toujours réinjecter dans l’analyse le surgissement des nouvelles combinaisons institutionnelles et politiques que crée de façon contingente la marche de l’histoire. Comme le disait Keynes [1883-1946] : « Les économistes sont présentement au volant de notre société, alors qu’ils devraient être sur la banquette arrière.

    Vous êtes d’ailleurs, dans votre livre, extrêmement critique à l’égard de votre profession et des élites politiques et technocratiques en général, en particulier sur leur gestion de cette crise.

    Ce n’est pas faux… Je prendrais un seul exemple, pas tout à fait au hasard : l’économie de la santé. Pour les macroéconomistes, le système de santé représente un coût qui pèse sur la « richesse nationale », et il faut donc le réduire – et les politiques les ont suivis sur cette voie. Depuis vingt ans, les ministres de l’économie ont l’œil rivé sur le « spread », l’écart de taux entre les emprunts d’Etat des différents pays. Leur objectif est que l’économie nationale attire suffisamment le capital pour que celui-ci vienne s’investir ici plutôt qu’ailleurs. Ce n’est pas idiot en soi, mais la conséquence qui en a été tirée a été de limiter la dépense publique de santé, d’éducation, d’équipement…

    Les mots comptent : les économistes, et les politiques, appellent le financement de ces « charges » des « prélèvements obligatoires » – alors qu’elles sont la contrepartie des services rendus à la collectivité ». Ce cadre de pensée fait que les administrations et les politiques ne disposent pas des bons outils d’évaluation. Il a conduit à la mise en place, dans les hôpitaux, de la gestion par activité, qui a engendré un incroyable gaspillage, alors qu’un bon indicateur d’une politique sanitaire devrait être le nombre d’années de vie en bonne santé, et la bonne gestion celle qui permet de coordonner efficacement le travail des équipes médicales.

    On a ainsi assisté, à l’occasion de la pandémie, à un bel exemple de la façon dont une contingence, l’irruption d’un virus, renverse un cadre de pensée. Alors que la finance définissait le cadre de l’action publique, y compris en santé, c’est aujourd’hui l’état sanitaire du pays qui détermine le niveau d’activité économique, et la finance qui attend comme le messie un vaccin ou un traitement pour savoir enfin où investir ses milliers de milliards de liquidités. La décision de donner la priorité à la vie humaine a inversé la hiérarchie traditionnelle des temporalités instituée par les programmes de libéralisation aux dépens du système de santé, et a généré une série d’ajustements dans la sphère économique : panique boursière, effondrement du prix du pétrole, arrêt du crédit bancaire et de l’investissement, abandon de l’orthodoxie budgétaire, etc.

    Cette crise a donc dévoilé, comme le ferait une radiographie, le rôle véritable d’une institution, la santé publique, dont le fonctionnement était sous-estimé par l’idéologie implicite à la théorie économique de référence. Celle-ci en effet prédit que, comme pour une firme, le secteur de la santé peut obtenir des gains de productivité grâce à des innovations techniques. Or la santé est le seul secteur où le progrès technique fait monter les coûts, parce que même si le prix unitaire d’un soin diminue, le coût global augmente, car il faut donner accès à ce soin innovant à tout le monde, et qu’il y a toujours de nouvelles maladies à combattre. C’est donc une erreur fondamentale de vouloir « faire baisser le coût de la santé ». D’ailleurs, ni l’opinion ni les professionnels ne le souhaitent, seuls les économistes, relayés jusqu’alors par les politiciens, le veulent.

    Cette pandémie a aussi eu raison d’un dogme fondamental de la théorie économique : le marché aurait, mieux que la puissance publique, la capacité de revenir à l’équilibre des coûts de façon « naturelle », car il aurait la capacité de diffuser et de synthétiser les informations disséminées dans la société, et d’organiser ainsi les anticipations des acteurs économiques pour allouer efficacement le capital.

    Or, avec la pandémie, nous sommes passés d’une économie du risque à une économie de l’incertitude radicale, sur le modèle même de l’épidémiologie. Car la gestion de l’épidémie consiste à gérer l’incertitude au gré de l’apparition de nouvelles informations aussitôt traitées par des modèles probabilistes… eux-mêmes remis en question par l’apparition de nouvelles données.

    Au départ, les gouvernements ont eu à affronter un dilemme – choisir entre la vie humaine et l’activité économique. Face au risque de subir des millions de morts, sur le modèle de certaines épidémies passées, le choix a été rapide : on sauve les vies et on oublie tout le reste. Un simple calcul semblait pouvoir permettre d’arbitrer le moment du déconfinement, c’est-à-dire le moment où le coût économique, en hausse, allait devenir supérieur au prix de la vie humaine sauvée.

    Les gouvernements ont cru pouvoir s’appuyer sur les scientifiques pour asséner de telles certitudes. Mais la gestion des pandémies pose à chaque fois, dans l’histoire, des problèmes qui dépassent les connaissances scientifiques du moment : chaque virus est nouveau, présente des caractéristiques inédites qu’il faut découvrir en même temps qu’il se diffuse, et qui mettent à bas les modèles hérités du passé. Dès lors, comment décider aujourd’hui, alors que l’on sait que l’on ne sait pas encore ce que l’on saura demain ? Il en résulte un mimétisme général : il vaut mieux se tromper tous ensemble qu’avoir raison tout seul.

    S’appuyer sur les « certitudes » de la science, c’est confondre l’état des connaissances des manuels avec la science en train de se faire. C’est ainsi que l’incertitude, intrinsèque, de la science épidémiologique a fait perdre aux politiques la confiance du public. Osciller entre des injonctions contradictoires, par exemple sur les masques puis l’accès aux tests, ne peut que déstabiliser la capacité des agents à anticiper sur ce qui va advenir. Les gouvernements sont donc maintenant confrontés à un trilemme : à la préservation de la santé et au soutien de l’économie s’est ajouté le risque d’atteinte à la liberté, redouté par une opinion défiante.

    L’Etat, comme le marché, est capable de gérer les risques, mais il est mis au défi de l’incertitude radicale. Les financiers aussi détestent ces « cygnes noirs », ces événements extrêmes qui s’écartent des distributions statistiques, base de la valorisation de leurs instruments, et qui paralysent toute anticipation et donc les décisions d’investissement. Et épidémiologistes comme climatologues promettent justement la multiplication de tels événements…

    Vous ne proposez pas que des scénarios aussi noirs dans votre livre. La pandémie, vous l’avez dit, a fait émerger des institutions et des besoins « cachés » jusqu’ici par les idéologies économico-technocratiques, comme la santé…

    Je voyage beaucoup au Japon, dont l’absence de croissance depuis plus de vingt ans, malgré la répétition des « plans de relance », est considérée par les macro-économistes comme une anomalie. Et si, au contraire, le Japon explorait un modèle économique pour le XXIe siècle, où les dividendes de l’innovation technologique ne sont pas mis au service de la croissance, mais du bien-être d’une population vieillissante ? Car après tout, quels sont les besoins essentiels pour les pays développés : l’accès de tous les enfants à une éducation de qualité, la vie en bonne santé pour tous les autres, y compris les plus âgés, et enfin la culture, car c’est la condition de la vie en société – nous ne sommes pas seulement des êtres biologiques qui doivent uniquement se nourrir, se vêtir et se loger. Il nous faut donc être capables de créer un modèle de production de l’humanité par l’humain. C’est ce que j’appelle dans le livre une économie « anthropogénétique ».

    « Pourquoi trouver “naturel” de renouveler en permanence nos voitures et nos smartphones, et pas notre accès à l’éducation, aux soins de santé, aux loisirs et la culture ? »
    Or ce modèle est déjà à l’œuvre, mais il n’est pas reconnu. il n’y a eu aucune baisse des dépenses de santé aux Etats-Unis depuis 1930, la santé y est le premier secteur de l’économie loin devant l’industrie automobile, le numérique, etc. L’éducation, la santé et les loisirs sont depuis 1990 aux Etats-Unis le premier employeur et sont en progression constante, alors que l’emploi continue de baisser dans l’industrie et, depuis la fin de cette décennie, dans la finance. Pourquoi devrions-nous trouver « naturel » de renouveler en permanence nos voitures et nos smartphones, et pas notre accès à l’éducation, aux soins de santé, aux loisirs et la culture ? Les innovations dans ces secteurs sont, plus que les technologies numériques, au cœur de la vie sociale et de son amélioration.

    La crise du Covid-19, en nous faisant prendre conscience de la fragilité de la vie humaine, pourrait changer les priorités que nous nous donnons : pourquoi accumuler du capital ? Pourquoi consommer de plus en plus d’objets à renouveler sans cesse ? A quoi sert un « progrès technique » qui épuise les ressources de la planète ? Comme le proposait Keynes dans sa Lettre à nos petits-enfants (1930), pourquoi une société où, la pauvreté ayant été vaincue, une vie en bonne santé ouverte sur la culture et la formation des talents ne serait-elle pas attirante et réalisable ? Puisque nous commençons à peine à prendre conscience que « les dépenses de production de l’humain » sont devenues la part majeure des économies développées ; le Covid-19 a donné pour priorité à l’Etat la protection du vivant et l’a contraint à investir pour cela, engageant de fait une « biopolitique », d’abord contrainte mais demain choisie.

    Mais il faudrait une coalition politique puis des institutions nouvelles pour faire de ce constat un projet. Il est malheureusement possible que d’autres coalitions – au service d’une société de surveillance, incarnée dans un capitalisme de plate-forme ou dans des capitalismes d’Etat souverains – l’emportent. L’histoire le dira.

    #capitalisme #capitalisme_de_plateforme #capitalisme_d'État #santé #santé_publique #crise_sanitaire

  • « n second article ( beaucoup plus long) sur les livreurs face à la crise mais aussi les opportunités qu’elle représente pour les plateformes, questionnant notre compréhension de l’utilité au travail. »

    Livrer des burgers au temps du Covid-19. Pour le capitalisme de plateforme, la crise comme opportunité – CONTRETEMPS
    https://www.contretemps.eu/capitalisme-plateforme-deliveroo-uber-covid19

    Dans cet article, Chloé Lebas décrit la condition des travailleurs ubérisés durant la crise du Covid-19, interroge les stratégies des entreprises qui composent le « capitalisme de plateforme » et donnent à voir les résistances opposées par les forces syndicales et par ces travailleurs eux-mêmes à la surexploitation et aux risques que ces entreprises n’hésitent pas à faire peser sur eux.

    Chloé Lebas est doctorante en science politique à l’Université de Lille (CERAPS). Elle travaille sur l’ubérisation des marchés du travail et le renouveau des mobilisations collectives que cette transformation implique.

    *

  • Coronavirus : Comment Uber prépare le déconfinement
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/04/25/coronavirus-comment-uber-prepare-le-deconfinement_6037755_3234.html

    L’entreprise californienne s’apprête à livrer des centaines de milliers de masques pour ses chauffeurs ou ses livreurs.

    Comme tous les acteurs du transport dans l’Hexagone, Uber et ses filiales (les vélos Jump, la livraison de repas Uber Eats) préparent le déconfinement. La célèbre plateforme de VTC a informé, vendredi 24 avril, ses chauffeurs, livreurs et prestataires français des mesures mises en place dans l’optique de l’allègement des restrictions de circulation dues au Covid-19 prévues à partir du 11 mai.

    D’ici cette date, la compagnie américaine s’apprête à livrer près de 600 000 masques chirurgicaux à ses travailleurs en France : 350 000 pour les chauffeurs, 225 000 pour les livreurs d’Uber Eats et 20 000 pour le personnel assurant la maintenance des vélos électriques en libre-service Jump. Ces masques sont distribués gracieusement aux chauffeurs et livreurs, soit dans des espaces d’accueil pour chauffeurs (en région parisienne), soit dans des restaurants partenaires.

    Dix masques par chauffeur ou livreur (soit 40 heures d’utilisation si respect des standards, ndc)

    Ces 600 000 masques sont la part française d’une commande mondiale de 10 millions d’unités réalisée par la maison-mère californienne. Ils permettent en théorie de donner une dizaine de masques à chaque chauffeur VTC, sous réserve que les 30 000 chauffeurs qui se connectaient habituellement chaque jour dans 24 agglomérations et métropoles françaises retournent travailler mi-mai. Uber indique que depuis le début du confinement le nombre de chauffeurs connectés a chuté mais sans en donner la proportion.

    Dix masques par chauffeur ou livreur, cela peut sembler un peu court… Mais Uber affirme que « d’autres vagues de distribution sont prévues ». « Notre capacité à commander des volumes importants nous permet de sécuriser l’approvisionnement », explique une porte-parole. La plateforme ne rend toutefois pas obligatoire le port du masque pour ses chauffeurs et livreurs. « Ce sont des travailleurs indépendants, souligne-t-on chez Uber. Nous nous contentons de leur suggérer le port du masque. Les seules obligations sont celles édictées par les autorités locales et nationales. » Quant aux clients, aucune « suggestion » n’est pour l’heure prévue et Uber indique qu’une communication à l’endroit des usagers est programmée dans quelques jours.

    Toutefois, l’entreprise propose à ses chauffeurs d’améliorer les conditions sanitaires du voyage en aidant financièrement à l’installation d’une paroi de séparation translucide en plastique dur (polycarbonate ou PVC). La compagnie rembourse 50 euros sur le prix de l’achat et de l’installation de la paroi et a mis en place des partenariats avec les sociétés Unipanel et Norauto permettant aux chauffeurs de bénéficier d’une réduction de 10 %.

    La firme de San Francisco, qui assure avoir échangé avec des représentants de chauffeurs pour préparer sa stratégie de déconfinement, distribue aussi gratuitement 15 000 boîtes de lingettes (disponibles dans les stations Total) aux chauffeurs et livreurs et leur rembourse 25 euros de matériel hygiénique (gants, spray désinfectant, gel hydroalcoolique).

    Les services de vélos et trottinettes électriques Jump (disponibles seulement à Paris), suspendus depuis le 18 mars, reprendront leur activité le 11 mai. L’activité de cette filiale d’Uber redémarre dès maintenant afin de préparer la réouverture. Cela commence par une grande opération de nettoyage-désinfection des engins. Là aussi les agents, des entrepôts comme ceux opérant sur le terrain, sont dotés de masques, de produits désinfectants. Tous ont obligation de porter des gants et les mécaniciens, qui sont amenés à se pencher sur les vélos, sont dotés de visières.

    #Uber_Eats #Uber #Jump #crise_sanaitaire #travail #capitalisme_de_plateforme

  • « On peut craindre que la crise ne renforce l’hégémonie d’Amazon sur le e-commerce », Philippe Moati
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/04/20/on-peut-craindre-que-la-crise-ne-renforce-l-hegemonie-d-amazon-sur-le-e-comm

    L’économiste Philippe Moati propose, dans une tribune au « Monde », de contrer l’expansion d’Amazon en développant les plates-formes locales d’échanges apparues à l’occasion du confinement.

    Tribune. Le 15 avril, le tribunal judiciaire de Nanterre a ordonné à Amazon de circonscrire pour un mois son activité aux seuls 10 % de produits essentiels. Ce à quoi le leader du e-commerce a répondu par l’annonce de la fermeture de ses entrepôts pour au moins cinq jours, le temps de mener une évaluation des risques sanitaires potentiellement encourus par son personnel.

    L’entreprise a par ailleurs fait part de sa décision de faire appel de la décision du tribunal. Cet épisode nourrit le « Amazon bashing » que l’on voyait monter déjà depuis plusieurs mois. Sera-t-il en mesure d’entraver la dynamique de croissance du géant américain et de remettre en question sa position dominante sur le marché du e-commerce ? Rien n’est moins sûr.

    On le sait déjà, les plates-formes numériques seront les grandes gagnantes de la crise que nous traversons, et le risque est grand que le mécanisme qui fait que le succès appelle le succès – ce que les économistes appellent les effets réseaux – ne conduise à conforter encore la domination des leaders. Alors que les commerces non-alimentaires ont baissé le rideau, le e-commerce est devenu le seul moyen de se procurer ce qui va au-delà des produits du quotidien.

    Meilleure qualité de service

    Certes, peu de consommateurs ont le cœur à faire du « shopping » et beaucoup, craignant les répercussions de cette crise sur leur pouvoir d’achat, surveillent attentivement leurs dépenses. Ceci explique pourquoi le e-commerce, lui aussi, souffre. Selon une enquête réalisée par la Fédération de la vente à distance (Fevad) entre le 23 et le 25 mars, les trois quarts des sites de e-commerce interrogés faisaient état d’un recul de leurs ventes depuis le début du confinement.
    Les plates-formes numériques seront les grandes gagnantes de la crise que nous traversons, et le risque est grand que le mécanisme qui fait que le succès appelle le succès ne conduise à conforter encore la domination des leaders

    Seuls 18 % reconnaissaient un chiffre d’affaires en augmentation. Les sites de e-commerce alimentaires ont été pris d’assaut. Mais aussi les vendeurs d’équipements utiles en temps de confinement : matériel et consommable informatique, petit équipement de sport, livres, matériel de bricolage, jeux et jouets… Une prime, donc, pour les sites qui commercialisent ces produits, notamment les sites généralistes qui couvrent la plupart des univers de consommation et, en particulier, le premier d’entre eux : Amazon.

    Le leader mondial du e-commerce s’est fait discret sur l’évolution de son activité depuis le déclenchement de la crise. On sait cependant qu’il a annoncé le recrutement de 175 000 salariés dans le monde pour faire face à la croissance de la demande. Les membres du panel de consommateurs français que l’ObSoCo suit depuis le début du confinement reconnaissent acheter de plus en plus en ligne… sur Amazon.

    En dépit de la prévention que certains expriment à son égard, il est reconnu comme étant celui qui – de l’étendue de l’offre à la rapidité et à la fiabilité de la livraison – assure la meilleure qualité de service. Fin mars, l’Institut CSA mesurait que, hors alimentaire, Amazon, avec La Poste et Netflix, se classait en tête des marques jugées les plus utiles par les Français.

    Une avance qui se renforce

    Ainsi, peut-on craindre que la crise ne renforce l’hégémonie d’Amazon sur le e-commerce. L’enseigne s’est déjà accaparé près de la moitié du marché du e-commerce outre-Atlantique. En France, selon Kantar, sa part de marché s’établissait à 22 % en 2019. Deux éléments sont particulièrement inquiétants.

    Le premier est l’écart qui sépare le n° 1 de ses challengers. Aux Etats-Unis, le numéro 2, eBay, n’occupe que 7 % du marché. En France, Cdiscount est à 8 %.

    Le second est que, chaque année, l’avance d’Amazon se renforce alors que les concurrents peinent à suivre. eBay a vu son activité reculer à la fin de 2019. En France, si Cdiscount parvient bon an mal an à maintenir sa position, la plupart des autres reculent, alors que la part de marché d’Amazon a gagné trois points en deux ans.

    Le véritable danger pour Amazon ne vient pas de ses challengers mais de son concurrent le plus virulent à l’échelle mondiale, le chinois Alibaba qui, lui aussi affiche en Asie à la fois une position dominante et une croissance insolente. L’entrepôt géant qu’Alibaba s’apprête à faire construire en Belgique en dit long sur ses ambitions sur le marché européen.

    Tous d’origine étrangère

    Amazon devra aussi compter avec Google qui, depuis mi-2018, fait monter en puissance sa place de marché virtuelle place à une vitesse vertigineuse. Enfin, les Facebook, Instagram (Facebook), Youtube (Google), Snapchat, WhatsApp (Facebook) et autre TikTok sont en train d’explorer les potentialités du « social commerce », le commerce lié à l’utilisation des réseaux sociaux.

    Le véritable danger pour Amazon vient de son concurrent le plus virulent à l’échelle mondiale, le chinois Alibaba qui, lui aussi affiche en Asie à la fois une position dominante et une croissance insolente
    Bref, le risque est grand de voir le e-commerce mondial tomber entre les mains d’une poignée de géants du numérique, tous d’origine étrangère. Ce risque dépasse de beaucoup le seul e-commerce : Amazon comme Alibaba ont parfaitement compris que l’avenir est à « l’omnicanalité » – l’utilisation de plusieurs canaux de vente – et ont commencé à se déployer dans le monde du commerce physique.
    Cette offensive tous azimuts soulève la question de la souveraineté des pays européens sur le marché des biens de consommation, à un moment où elle se pose avec une acuité particulière. La décision du tribunal judiciaire de Nanterre ne sera pas, bien sûr, de nature à inverser la dynamique de conquête d’Amazon. Pas plus que la fameuse taxe Gafa. La France et l’Europe ne doivent pas seulement réagir à l’emprise des plates-formes sur un mode défensif en leur mettant des bâtons dans les roues, mais en s’efforçant, sur un mode offensif, de faire naître des alternatives.

    Face à la force des mécanismes cumulatifs qui conduisent à ce que « the winner takes all » (le gagnant prend tout), il est sans doute trop tard pour espérer contrer frontalement Amazon et consorts. Seule une alliance entre de grands distributeurs européens, de puissants logisticiens, des champions de la data et de l’intelligence artificielle, elle-même soutenue activement par une politique industrielle européenne à la hauteur des enjeux, pourrait peut-être obtenir des résultats significatifs.

    Stratégie de focalisation

    Une autre option consiste à occuper les espaces pour l’instant non préemptés par les leaders. Des places de marchés spécialisées, comme ManoMano dans le bricolage, Zalando ou Asos dans la mode, ou encore Vinted dans le vêtement de seconde main, témoignent de l’existence d’un espace pour de telles stratégies de focalisation.

    Une autre faiblesse d’Amazon réside dans sa difficulté à saisir l’attraction exercée aujourd’hui par le local et la proximité. Il y a là l’opportunité de développer un réseau de plates-formes locales et de consolider celles qui sont en train de se créer sous la contrainte du confinement, offrant aux consommateurs un accès à la vente à distance de commerçants de quartier, ainsi qu’à des offres de services aux personnes, permettant une mise en relation des particuliers notamment pour des pratiques de consommation collaborative (occasion, location, covoiturage…), un virage pris récemment par Le Bon Coin.

    Il faudrait pour cela une volonté politique à l’échelon national ou local, et la mobilisation de grands opérateurs disposant des compétences et des infrastructures physiques et numériques pour orchestrer un tel dispositif. Il y a là une formidable opportunité, par exemple, pour le groupe La Poste qui lui permettrait de développer de nouvelles activités en rapport avec ses ressources et de s’affranchir de sa dangereuse dépendance à l’égard des expéditions d’Amazon.

    Puisque l’on ne cesse de dire que rien de ne sera plus jamais comme avant et que la question de la souveraineté économique revient sur le devant la scène, ne négligeons pas les formidables forces de transformation des structures des marchés de consommation qui sont aujourd’hui à l’œuvre et l’urgence qu’il y a à les infléchir dans le sens de nos intérêts et de nos valeurs.

    #capitalisme_de_plateforme #commerce #économie

  • Mon boss est un algorithme | Les Pieds sur terre
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/micro-travailleurs

    Julie est micro travailleuse et elle a entraîné Cortana, l’assistant vocal de Microsoft. Nassim lui, était livreur pour Deliveroo et son temps de travail était décidé par un algorithme. Deux histoires de micro travailleurs précaires qui posent d’importants problèmes éthiques. Durée : 28 min. Source : France Culture

    http://rf.proxycast.org/1626907473048772608/10078-15.10.2019-ITEMA_22176245-0.mp3

  • Pourquoi il faut soutenir les livreurs UberEats, Deliveroo, etc.
    https://usbeketrica.com/article/pourquoi-il-faut-soutenir-les-livreurs-ubereats-deliveroo

    Pour rappeler la formule magique, la stratégie de ces entreprises stars de l’« uberisation », il ne faut guère de longs discours. Carnassier est le modèle, carnassières sont ces entreprises. Première étape : choisir un secteur à « disrupter », selon l’expression en vogue. Restauration, hôtellerie, transport, artisanat, éducation… tout est possible, ou presque.

    Deuxième étape : créer une application pour smartphone. Elle doit être pratique, sympa et friendly. On recherche quelques vides juridiques à exploiter, on joue sur le flou entre mise en relation de citoyens de bonne volonté - le fameux pair à pair - et pure et simple sous-traitance low cost du travail. Ne reste alors plus qu’à flinguer la concurrence, en menant une politique tarifaire agressive, puis à prélever sa rente, justifiée - s’il le fallait - par la mise en place de la « killer app » en question et la fourniture de menus services.

    Pendant ce temps-là, on peut spéculer peinard et espérer que son entreprise devienne une « licorne », selon la terminologie consacrée dans la Silicon Valley, c’est-à-dire une entreprise dont la valorisation boursière dépasse le milliard de dollars. La variable d’ajustement de l’histoire - et les grands perdants - restent toujours les mêmes : les travailleurs et leurs conditions de travail. On exploite, sans que le gros mot ne soit prononcer, une nouvelle forme de prolétariat. Appelons-le « prolétariat numérique ».

    Ce prolétariat numérique est évidemment protéiforme. Il ne se limite pas aux coursiers à vélo. Il diffère selon les pays. Ses frontières sont parfois floues. Chez nous, on le rencontre avec les chauffeurs Uber ou les employés des entrepôts d’Amazon, mais il réside aussi dans le travail gratuit que nous faisons tous pour les géants du numérique, en étant des utilisateurs actifs de leurs plateformes et services. En créant de la donnée. Ce que d’aucuns qualifient de « digital labor ». Un travail gratuit qui contribue à valoriser ces entreprises.

    #précariat #prolétariat_numérique #capitalisme_de_plateforme #uberisation

  • Le siège social de Deliveroo, à Ixelles, est toujours occupé par des coursiers RTBF avec Belga - 26 Janvier 2018
    https://www.rtbf.be/info/regions/bruxelles/detail_le-siege-social-de-deliveroo-toujours-occupe-par-des-coursiers?id=982248

    Quatre coursiers occupent toujours vendredi matin le siège social de l’entreprise de Deliveroo à Ixelles, a confirmé Martin Willems, secrétaire permanent de la CNE. Les coursiers, dont une partie refuse de passer sous statut d’indépendant, ont demandé l’intervention d’un conciliateur social pour désamorcer la crise, à six jours de l’échéance fixée par la direction de l’entreprise de livraison de plats à domicile.


    Deliveroo veut que ses coursiers passent sous statut indépendant pour le 1er février. Un changement que refusent ceux travaillant quasiment à plein temps pour la plate-forme, qui préfèrent être représentés par la coopérative Smart. Celle-ci leur permet de bénéficier d’une protection sociale et d’une assurance pour leurs prestations.

    Selon M. Willems, environ 60% des coursiers ont accepté de devenir indépendant. L’octroi d’une prime de 200 euros par la direction pour les collaborateurs franchissant ce pas a motivé une bonne partie de ceux qui n’exercent qu’à titre complémentaire. Pour les quarante pour cent restants, qui effectuent la majorité des courses, ce statut comporte plusieurs écueils, notamment l’absence d’assurance.

    Les coursiers de Deliveroo ont demandé aux restaurants de ne plus employer l’application jusqu’à ce que le problème soit résolu.
    . . . .

    #manifestation #blocage (de fait) #grève (de fait) #Deliveroo #travail #Précarité

  • La société dérégulée [en marche] d’Emmanuel #macron
    https://reflets.info/la-societe-deregulee-en-marche-demmanuel-macron

    Le projet #Politique d’Emmanuel Macron n’est « ni de gauche ni de droite », selon ses propres mots. Le candidat d’En marche ! ne voulait d’ailleurs pas proposer de programme à l’origine, est s’est forcé à le […]

    #Economie #France #capitalisme_de_plateforme #Dérégulation #En_Marche #financiarisation #libéralisme #néo-libéralisme

  • La redoutable stratégie des barbares digitaux
    https://reflets.info/la-redoutable-strategie-des-barbares-digitaux

    Vous l’avez sans doute déjà compris, parler de numérique est un peu ringard. Ne parlons pas de l’horrible terme « d’informatique » à ranger désormais dans le tiroir poussiéreux des technologies absconses du XXème siècle. Le bon terme, pour parler technologies de l’information (là aussi c’est ringard) est américain — si l’on veut un tant soit peu […]

    #Economie #Rainbow_Hat #Technos #capitalisme_de_plateforme #digital #disruption #maquignons_numériques #uber #Voitures_autonomes #VTC