• The #passion Myth | You don’t find passion, you create it.
    https://hackernoon.com/the-passion-myth-you-dont-find-passion-you-create-it-17a5213caed1?source

    You don’t find passion, you create it.We are all looking for our passion but most of us got the concept all wrong.You are NOT born with passionsWe are NOT born with passions. We are born with talents.We do NOT find your passions. We find our talents which can give us a hint as to what might be worth trying out.We are NOT given passions by nature. We construct them, hatch them and nurture them.In search of your passion…Maybe you already have passions. If you are in search of those existing sources of passion asking yourself: “What am I passionate about?” won’t help much.Instead ask: “What thing do I feel immersed in when I do it?”, “What subject can I study and discuss about for hours?”.This doesn’t have to be related to your career by the way. Weightlifting🏋️‍♂️, bird watching🦆, pottery making🏺, (...)

    #careers #career-advice #passion-myth #create-passion


  • Marissa Mayer Interview : How a Revenue Guarantee Almost Killed #google
    https://hackernoon.com/marissa-mayer-on-career-growth-and-how-a-revenue-guarantee-almost-killed

    Interview by Harj TaggarI remember when we made a huge revenue guarantee to AOL to get the account. We did a best-case scenario projection, a middle of the road projection, and a worst-case scenario projection. Worst-case scenario and middle of the road had us going out of business with the contract. The best-case scenario had us breaking even.Marissa Mayer was one of the earliest employees at Google and helped to shape both Gmail and Google Maps. Mayer became the CEO of Yahoo in 2012, a position she held until 2017 when Yahoo was acquired by Verizon for $4.48 billion. In 2018, she co-founded Lumi Labs, a startup incubator in Palo Alto focusing on consumer media and AI. Marissa Mayer recently sat down with Triplebyte’s CEO, Harj Taggar, to discuss her career in #tech and the advice she (...)

    #careers #marissa-mayer-interview #software-development


  • The not-so-glamorous behind-the-scenes of giving my first ever #tech talk
    https://hackernoon.com/the-not-so-glamorous-behind-the-scenes-of-giving-my-first-ever-tech-talk

    #DevStories at Github HQ:And the lessons I’ve learnedDerpy cat“I can’t do this! This is too much pressure!” I shouted and reverted to a five year old phase.It was the evening before my first ever tech talk. I was mechanically staring at my powerpoint presentation for hours, constantly adding things, yet nothing gets added.As the clock ticked towards midnight, my anxiety came to a boiling point.The powerpoint sucked. There was no cohesion. And I had no idea how to present my topic.Feeling I needed a change of pace, my boyfriend suggested I put away the computer and start talking.Though it was only an audience of two, comprising of people I’m closest with, I felt like a deer caught in headlights.I opened my mouth, but words couldn’t come out. After a mild anxiety attack, some sweat and tears, I (...)

    #hackernoon-top-story #career-development #women-in-tech #public-speaking


  • Choosing a #startup to Work For? Think Like an Investor.
    https://hackernoon.com/how-to-choose-a-startup-to-work-for-by-thinking-like-an-investor-5567345

    I believe that most advice on choosing a startup to work for is wrong. Early employees at wildly successful startups suggest you assume the value of your equity is zero and instead optimize for how much you can learn. In this post I’ll argue that evaluating how likely a startup is to succeed should actually be the most important factor in your decision to join one. As a former partner at Y Combinator, I know a lot about how #investors do this. Now, as a founder and CEO of Triplebyte, I see how much less rigor the average job seeker applies to their decision and what they miss that investors would notice.First you should be sure you really want to work at a startup. This is not the right choice for everyone. Paul Buchheit, an early engineer at Google, says,“If you’re happy working where you (...)

    #software-development #programming #careers


  • Riz pilaf serbe
    https://cuisine-libre.fr/riz-pilaf-serbe

    Plein de couleurs et de légumes ! Couper l’oignon et le mettre à rissoler dans une cocotte huilée. Ajouter les carottes coupées en cubes. Ajouter le poivron coupé en dés, l’ail haché. Assaisonner : sel, poivre et paprika. Ajouter le riz et verser le bouillon de légumes chaud. Ajoutez la pâte de piment (selon le goût). Laisser bouillir jusqu’à ce que le riz soit cuit avec encore un peu de jus. Ajouter les tomates coupées en cubes et mettre le riz dans le four. Le plat est prêt quand le riz a un peu…

    #Riz / #Sans_viande, #Sans_lactose, #Sans_gluten, Végétalien (vegan), #Sans_œuf, #Végétarien, #Bouilli #careme #Végétalien #vegan


  • Bootcamps vs. #college
    https://hackernoon.com/bootcamps-vs-college-11dd76a4d127?source=rss----3a8144eabfe3---4

    Data from a tech hiring companyProgramming bootcamps seem to make an impossible claim. Instead of spending four years in university, they say, you can learn how to be a software engineer in a three month program. On the face of it, this sounds more like an ad for Trump University than a plausible educational model.But this is not what we’ve found at Triplebyte. We do interviews with engineers, and match them with startups where they’ll be a good fit. Companies vary widely in what skills they look for, and by mapping these differences, we’re able to help engineers pass more interviews and find jobs they would not have found on their own. Over the last year, we’ve worked with about 100 #bootcamp grads, and many have gone on to get jobs at great companies. We do our interviews blind, without (...)

    #software-development #careers #programming


  • Best tech company to work for in 2019 is — as always — illusive
    https://hackernoon.com/best-tech-company-to-work-for-in-2019-is-as-always-illusive-a1b88b87446c

    Best tech company to work for in 2019 is — as always — illusiveWorkplace By rawpixel on pixabayWhen you apply and nail the interview, you often ponder over whether this is the right opportunity. Sources like Glassdoor announce best tech companies to work for every year. The real answer is much more elusive than a developer might think.Over time, software companies have evolved at much faster rate than their other industry counterparts. This is for obvious reasons because they are often the first beneficiaries of IT infrastructure — Cloud + #internet. Inferring from trends, it is quite easy to classify your prospective software employer into 3 distinct generations. Are you working for a 3rd generation software company?What is 1st Generation software company?They often fail to make it to the list of (...)

    #technology #software-development #workplace #careers


  • Soupe aux lentilles corail
    https://cuisine-libre.fr/soupe-aux-lentilles-corail

    Rapide, simple et réconfortante. Couper les carottes en rondelles, peler et épépiner les tomates, émincer l’oignon. Jeter les carottes et l’oignon dans l’eau bouillante avec le bouquet garni. Laisser cuire environ 15 minutes. Ajouter les tomates et, en dernier, les lentilles corail. Laisser mijoter encore 10 minutes. Saler, poivrer au goût. Servir dans des bols.

    #Lentille_corail, #Eau, #Soupes_hariras / #Végétarien, #Sans_œuf, #Sans_gluten, Végétalien (vegan), #Sans_lactose, #Sans_viande, #Bouilli #Carême #Végétalien #vegan


  • Contrats courts : « On n’apparaît nulle part », Amandine Cailhol, Mathilde Frénois, Correspondante à Nice et Gurvan Kristanadjaja
    https://www.liberation.fr/france/2019/03/28/contrats-courts-on-n-apparait-nulle-part_1718018

    Réservé à certains secteurs, le CDD d’usage permet aux employeurs d’embaucher temporairement sans payer de #prime_de_précarité. « Ration » donne la parole à trois « permittents », à commencer par un chef cuisinier abonné aux extras.

    Cela représente une belle pile de paperasse. Au cours des dix dernières années, Nicolas Durot-Pouchtajevitch a travaillé successivement pour trois traiteurs de la région parisienne. Mais sur la période, le chef cuisinier, tout juste 40 ans, a signé des centaines de contrats. Autour de 2 500, estime-t-il, soit un pour chaque journée de travail, souvent même deux par jour, lorsqu’il enchaînait deux missions. Des contrats d’usage, plus exactement. Aussi appelés « #extras », ces CDD sont réservés à certains secteurs, dont la #restauration. Leur but : permettre aux employeurs d’embaucher temporairement du renfort, sans payer de prime de précarité. Sauf que, souvent, le temporaire dure. Mais la situation de ces salariés « permittents », qui alternent CDD et chômage, reste précaire.

    Lui parle de contrats d’« usure ». Après un « burn-out », il dénonce un « esclavage moderne ». Il raconte les appels de dernière minute, les doubles journées au cours desquelles la durée de travail journalière maximale (11 heures pour les cuisiniers) est largement dépassée. « Les pauses pour pisser, ça n’existe plus. Pour tout faire, on doit arriver une heure en avance », raconte Nicolas. Une heure de travail gratuite. Puis c’est la course : « Décharger le matériel, l’installer, cuisiner, gérer le personnel, les relations clients. » Les heures supplémentaires sont légion, mais pas majorées. Pour six heures de travail, il empoche 80 euros net.

    Faire des extras, au départ, était pourtant un choix. « Je voulais plus de flexibilité que dans la restauration classique. Et j’aimais le défi de ces missions », explique le chef. Mais cette liberté a des limites. « Refuser un contrat, c’est risquer de ne pas être rappelé ». Mieux vaut faire profil bas, malgré la dégradation des #conditions_de_travail : « Un hiver, on travaillait sous des tentes, il faisait zéro degré et j’ai osé demander des chauffages. La semaine suivante, on ne m’a pas donné de mission. »
    Les choses se gâtent encore lorsqu’il demande un CDI. Après cinq ans de mini-CDD chez un premier traiteur - et alors qu’il réalise presque l’équivalent d’un temps plein -, il réclame ce sésame, synonyme de sécurité professionnelle et de sérénité personnelle. « Résultat : ils ont baissé mon activité, puis m’ont mis à la porte. » Rebelote, plus tard, chez un second employeur. Même requête d’un CDI, même coup de balai. Un troisième, « avec insistance », lui suggère de devenir #autoentrepreneur, puis lui impose de baisser ses tarifications. Face à ce « salariat déguisé » et ce « chantage à l’emploi », il finit par jeter l’éponge fin 2018.

    En dix ans, Nicolas Durot-Pouchtajevitch assure n’avoir vu qu’une fois un médecin du travail, uniquement parce que cela avait été exigé par un client dans le cadre d’une prestation. « Le matin, on est à un endroit, le soir à un autre, mais on n’apparaît nulle part, même pas sur les registres du personnel, car tous les jours on est licencié. Même les syndicats ne nous connaissent pas », pointe le cuisinier. Autre galère, il n’a jamais réussi à se faire indemniser un arrêt maladie : « J’ai envoyé 84 fiches de paye à la Sécu. Mais mon employeur n’a pas complété l’attestation, arguant que je ne faisais pas partie de l’effectif de l’entreprise, que j’étais au #chômage. »

    Au chômage, il l’était, en effet. Du moins au sens de Pôle Emploi, qui le classait alors dans la catégorie C des demandeurs d’emploi, celle regroupant les personnes en activité réduite de plus de 78 heures par mois. Lui dépassait largement ce plancher. Les bons mois, il tournait à 250 heures. Bien suffisant pour ouvrir des droits à #Pôle_Emploi et bénéficier d’allocations, notamment pendant les mois creux, l’été. En 2017, il a, en plus des 26 000 euros net de salaires perçus, encaissé 6 000 euros d’allocations. « Je n’ai aucun complexe à avoir perçu cet argent. A Paris, il n’y a pas moyen de vivre avec les #salaires de la restauration. Surtout quand, comme moi, on est père célibataire et qu’il faut financer un mode de garde, le soir et les jours fériés », explique Nicolas.

    Sans complexe, il n’est pas moins critique contre ce « système d’assistanat qui permet aux employeurs de disposer de bras pas chers et dociles ». Lui réclame de meilleurs salaires, la sécurité de l’emploi, une véritable couverture sociale. Et ne croit pas au bonus-malus, cette modulation des cotisations sociales des employeurs pour limiter le recours à aux CDD : « C’est une bêtise. En 2012, une surtaxe similaire a été instaurée. En fin de chaîne, les employeurs ont répercuté les coûts sur les salariés en réduisant le nombre d’intervenants ou les heures payées. Et une fois de plus, les #permittents ont été les maltraités du système. »

    Adel Yedes, 59 ans, Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)

    « J’ai commencé les CDD en 1993 dans une boîte de sondages. J’étais enquêteur avec des contrats soit hebdomadaires, soit à la journée. Parfois, j’en avais plusieurs dans une même semaine. Mon dossier avec mes centaines de contrats et quelques documents fait 8,5 kilos. Quand je l’ai envoyé à mon avocat, il a halluciné. D’un point de vue pécuniaire, je n’avais pas de soucis. Avec un CDD d’usage, on reste sur les listes de chômeurs : si je ne travaille pas assez ou si je pars en vacances, Pôle Emploi compense la perte de revenus. Mais cette situation est #précaire. Surtout depuis que les dossiers pour Pôle Emploi se sont informatisés. Ce n’était plus à nous d’apporter les papiers, mais au patron de les envoyer par Internet. Il y avait toujours un problème et on recevait les indemnités avec des mois de retard. Et puis quand il n’y a plus de travail, c’est « au revoir et merci ». Il est difficile d’avoir un avenir. J’avais un stress continuel : dès qu’il y a un dossier à remplir, qu’on nous demande une fiche de paie à la #banque ou pour louer un appartement, on a peur. On me traite comme un clochard parce que, sur ma fiche de paie, il y a écrit « vacataire ».

    « Ce qui me faisait oublier ce genre de stress, c’est que je sentais que j’avais des responsabilités. Comme j’étais chef d’équipe puis superviseur, j’avais des réunions avec les chefs, je faisais des commandes, je gérais entre 2 et 3 millions d’euros de timbres, je planifiais le travail, je dépannais les ordinateurs. Ça me donnait une petite assurance.

    « Je suis devenu quelqu’un qui a signé un CDI le 18 janvier 2018. Un an plus tôt, une grande enquête de cinq ans se terminait dans la boîte de sondages pour laquelle je travaillais. Tout le monde avait peur, moi y compris. Mais l’entreprise n’a pas réussi à me faire partir car j’étais syndicaliste CFDT. C’est là que j’ai préparé mon dossier pour les prud’hommes. Mon CDD est devenu un CDI. Quand on a eu le jugement, j’étais encore en poste mais il n’y avait pas de boulot pour moi. Je suis resté quelques mois à la maison et finalement je suis parti avec une enveloppe. Si c’était à refaire, avec une famille et des enfants, ce serait non. Quand j’ai commencé, j’étais célibataire, jeune et sans responsabilité. Maintenant, je recherche un emploi et je ne reprendrai pas ce type de CDD. C’est fini. »

    Aurélie*, 28 ans, technicienne dans l’audiovisuel

    « Je suis intermittente du spectacle et en CDD d’usage depuis huit ans. Quand j’entends que nous sommes l’une des principales cibles du gouvernement, comme nous l’avons déjà été largement précédemment, ça me fait rire. Quand on connaît les conditions d’attribution du complément de salaire que Pôle Emploi nous attribue… Mon indemnisation Pôle Emploi est de 67 euros par jour non travaillé, ce qui est plutôt correct. Mais cette aide est désormais soumise à des conditions tellement nombreuses que je ne la touche plus. Je suis considérée comme une #intermittente qui « travaille trop ». Résultat, je ne perçois rien de Pôle Emploi le mois M si j’ai beaucoup travaillé le mois M-1, car on estime qu’il doit me rester de l’argent du mois précédent. Je ne vois pas ce que le gouvernement veut prendre de plus, puisqu’il ne donne déjà quasiment plus rien. Désormais, nous ne sommes indemnisés que si nous ne sommes pas en #carence.

    « En réalité, je ne peux pas vraiment me plaindre de ma situation, car en six ans à France Télés, j’ai eu trois propositions d’embauche sérieuses que j’ai déclinées. Je ne peux qu’assumer mes choix. Mais ce qui est devenu dur, au-delà du fait que les contrats tombent parfois du jour pour le lendemain, c’est que depuis près de deux ans, nous devons déclarer tous nos frais avec une facture pour chaque dépense. Depuis environ un an, nous devons aussi les rentrer dans un logiciel, ce qui est un vrai boulot de secrétariat, en plus des diverses réservations que nous avons toujours eues à gérer. Et je ne parle même pas des versements de salaire divisés en autant de contrats que nous avons signés, et des remboursements de frais que je ne contrôle jamais. Je me dis que si un versement est oublié, tant pis pour moi, c’est le prix à payer pour garder une vie sociale plutôt que de passer mon temps à faire de la comptabilité.

    « Dans le regard des gens, il persiste l’idée que nous sommes bien payés par nos employeurs et grassement indemnisés par Pôle Emploi. C’était davantage vrai avant. Même si je ne suis pas malheureuse aujourd’hui, je ne peux que constater que mon salaire annuel a largement baissé depuis six ans, alors que je travaille un peu plus qu’avant. Mais la liberté que ce statut offre reste primordiale pour moi… Jusqu’à quand ? »

    *Le prénom a été modifié.

    #CDD_d’usage


  • Finding my path: blurring the lines between PM and VC
    https://hackernoon.com/finding-my-path-blurring-the-lines-between-pm-and-vc-73e11c2add0e?source

    This post is a slight deviation from the skills-based posts on Product Management I typically write for #awip (Advancing Women in Product, a nonprofit I founded for empowering women PMs), and more on my career philosophy — which is that we can’t really put people in neat boxes anymore. No one is just a PM, or just an engineer…we are artists, entrepreneurs, activists…and in the same way that I am both a PM and a VC.Unconventional career beginningsCompared to the AWIP members I mentor into Product Management, my start at Product Management had been largely unplanned. I actually started my tech career in government at Washington, D.C. and had once-in-a-lifetime opportunity to attend healthcare strategy meetings at the White House, work on cool projects like healthdata.gov, and work alongside (...)

    #career-paths #venture-capital #product-management #startup


  • PM Career Tips w/ Nitin Julka, Group PM @ LinkedIn
    https://hackernoon.com/pm-career-tips-w-nitin-julka-group-pm-linkedin-40ca0de188da?source=rss--

    AWIP fireside chat with Nitin Julka, co-hosted by WeWork SFOn Thursday, April 26th, Advancing Women in Product (AWIP) held a fireside chat with Nitin Julka, a Group PM at LinkedIn, leading LinkedIn’s Campaign Manager, where we discussed advice he had for aspiring PMs on the cusp of becoming PMs as well as concrete tips on how to climb the ladder to PM career success.For Aspiring PMsBe methodical — come up with a list of interested companiesMaking a list of companies (typically I separate companies by sector, funding stage, interest in the founders) with the criteria you want to satisfy is a great way to have a methodical way to proceed through interviews. This will help solve a lot of the early questions, such as, “What kind of startups do I like? Which industries?” And this will even come in (...)

    #careers #women-in-tech #product-management


  • How to Pass a #programming #interview
    https://hackernoon.com/how-to-pass-a-programming-interview-57504817df3d?source=rss----3a8144eab

    A Hiring Platform’s Nine-Part Guide for ProgrammersBY AMMON BARTRAM ON MAR 8, 2016. This post started as the preparation material we send to our candidates, but we decided to post it publicly.Being a good programmer has a surprisingly small role in passing programming interviews. To be a productive programmer, you need to be able to solve large, sprawling problems over weeks and months. Each question in an interview, in contrast, lasts less than one hour. To do well in an interview, then, you need to be able to solve small problems quickly, under duress, while explaining your thoughts clearly. This is a different skill [1]. On top of this, interviewers are often poorly trained and inattentive (they would rather be programming), and ask questions far removed from actual work. They bring (...)

    #computer-science #startup #career-advice


  • Uber rachète Careem, son concurrent du Moyen-Orient
    https://www.courrierinternational.com/article/transports-uber-rachete-careem-son-concurrent-du-moyen-orient

    La transaction ne devrait pas être bouclée avant le premier trimestre 2020, mais l’information fait grand bruit. À quelques semaines de son introduction en Bourse, le trublion américain des transports Uber a annoncé le rachat de son concurrent établi à Dubaï, Careem, pour 3,1 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros). Uber devrait débourser 1,4 milliard de dollars en espèces et 1,7 milliard en titres convertibles en actions de la société américaine. Il s’agit de la plus grosse acquisition d’une (...)

    #Careem #Uber #domination #marketing


  • Tomates farcies maigres
    https://cuisine-libre.fr/tomates-farcies-maigres

    Un repas simple et nourrissant. Cuire le riz. Pendant ce temps, laver et hacher les poivrons. Trancher le sommet des tomates et réserver pour leur faire un chapeau. Creuser et évider chaque Tomate. Mélanger la chair des tomates avec les poivrons, le riz, le persil. Saler, poivrer. Remplir les tomates évidées de cette farce. Les cuire doucement, à l’étouffée, avec très peu de jus, en cocotte ou au four, pendant 20 à 25 …

    #Tomate, #Farcis / #Végétarien, Végétalien (vegan), #Sans_viande, #Sans_œuf, #Sans_lactose, #Sans_gluten #Végétalien #vegan #Carême


  • Piètres conditions de travail, rémunérations faibles... l’aide aux personnes âgées ne parvient plus à recruter, Francine Aizicovici
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/03/06/l-aide-aux-personnes-agees-en-souffrance_5432155_3234.html


    Une aide soignante et la résidente d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, à Paris, le 20 septembre 2017. Céline Gaille / HansLucas

    Embaucher un aide-soignant ou une auxiliaire de vie sociale est une gageure. Cette situation sociale tendue génère de la « souffrance au quotidien ».

    « Chez une personne âgée valide, le matin, je devais en une demi-heure l’aider à sa toilette, préparer son petit-déjeuner, mettre ses médicaments dans le pilulier, faire son lit et, si j’avais le temps, passer un coup de balai », raconte Annie (le prénom a été modifié), qui explique à quoi ressemblaient ses journées. Et si l’ex-auxiliaire de vie sociale pour une association des Vosges dépassait la demi-heure, elle n’était « pas payée plus, bien sûr. En revanche, la personne payait le dépassement à l’association » .

    L’aide aux personnes âgées et/ou dépendantes se concentre au moment du lever, des repas et du coucher de la personne. Il faut tout faire vite. Faute de personnel suffisant, les salariés s’épuisent. Annie a fini par quitter cet emploi où l’amplitude de sa journée s’étendait de 8 heures à 20 heures, coupée en quatre tranches de deux heures de travail. « Je faisais au moins 100 kilomètres par jour pour aller dans huit petits villages, se souvient-elle. C’était très fatigant. » Depuis le 1er janvier, elle travaille dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), au sein d’« une bonne équipe ».

    Le secteur des services aux personnes âgées manque cruellement de personnel, et offre de piètres conditions de travail et des rémunérations faibles. A la suite d’une #grève très suivie, le 30 janvier 2018, dans les #Ehpad, le gouvernement avait annoncé le déblocage progressif de 360 millions d’euros pour ces établissements, une enveloppe de 100 millions pour les services d’aide à domicile ainsi qu’une loi autonomie avant la fin de 2019. Mais ces mesures n’ont pas suffi à apaiser les tensions.

    « Pression budgétaire »

    La loi autonomie arrivera « bien trop tard », estime Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) : « Nous parlons de ces problèmes depuis au moins quinze ans. Nous attendons des mesures très urgentes et concrètes. » Le financement public de l’aide à l’autonomie des personnes âgées représentait, en 2016, 22,8 milliards d’euros. Il faudrait « 10 milliards d’euros supplémentaires », selon lui, pour faire face aux besoins. « La pénurie grandissante de personnel résulte d’une pression budgétaire due aux choix des conseils départementaux et aux lois de financement de la sécurité sociale qui, depuis trois décennies, visent à raréfier les ressources du secteur », accuse Evelyne Rescanieres, secrétaire générale de la fédération CFDT Santé-sociaux.

    Or, il faut préparer l’avenir car avec le vieillissement de la population, le nombre de personnes en perte d’autonomie devrait passer de 1,255 million actuellement à 1,6 million en 2030 et 2,45 millions en 2060. Selon le site Emploipublic.fr, 300 000 emplois nouveaux seraient à pourvoir dans les onze ans qui viennent.

    Cela n’ira pas de soi. L’enquête de Pôle emploi sur les besoins en main-d’œuvre 2018 révèle, en effet, que les Ehpad s’attendaient à rencontrer des difficultés dans 47 % de leurs projets de recrutement. Cette proportion montait à 58 % pour les aides-soignants et à 83 % pour les médecins coordinateurs. Dans l’aide à domicile et l’aide ménagère, associations, entreprises, organismes publics et plates-formes numériques anticipaient 76,8 % de recrutements difficiles (contre 70 % en 2017 et 60,6 % en 2016) alors que pour l’ensemble des projets d’embauche, la moyenne était de 44,4 %.

    Peu de candidats recrutés

    Aides à domicile, aides ménagères et aides soignants figurent en outre dans le Top 10 des métiers les plus recherchés. Un sondage réalisé en 2018 par le principal réseau d’aide à domicile, l’UNA, auprès de 256 de ses structures, indique, selon l’agence AEF, que 47 % d’entre elles n’ont pu pourvoir leurs postes vacants.

    Pôle emploi incite pourtant les chômeurs à se tourner vers ces professions « en tension », qui ne demandent pas toutes des qualifications. Mais « l’aide à domicile est un métier difficile, compliqué, où un certain comportement est attendu de la part des intervenants », tels la disponibilité, le sens des responsabilités, etc., prévient Quentin Duvivier, responsable du développement des relations avec les entreprises à Pôle emploi. Or, « certains demandeurs d’emploi imaginent qu’il suffit de s’être occupé de sa grand-mère pour savoir s’occuper d’une autre personne âgée… »

    « Beaucoup de candidats sont reçus par nos associations mais peu sont recrutés, observe Hugues Vidor, directeur général d’Adessadomicile, qui réunit 350 structures employant 30 000 salariés. Nos postes à pourvoir sont en concurrence avec ceux de secteurs comme l’industrie où les salariés sont à temps plein et n’ont pas de déplacements à faire. » « C’est difficile de valoriser un travail fragmenté, mal rémunéré, où les conseils départementaux nous imposent des temps d’intervention de plus en plus courts , ajoute-t-il. Passer d’une heure à quinze minutes pour faire la même chose, cela veut dire aller directement aux gestes utiles sans accompagnement social de la personne. »

    « Du travail à la chaîne »

    Dans les Ehpad, « quand il n’y a qu’une infirmière pour 40 personnes, le minimum est fait, mais la qualité du #soin relationnel n’y est pas, regrette une ancienne infirmière. Ça fait perdre le sens de notre métier. On n’a plus le temps de faire de l’individualisation. Cela devient du travail à la chaîne ».
    Pour une grande partie des salariés, les rémunérations avoisinent le smic ou lui sont « inférieures à domicile, où les emplois sont à #temps_partiel », précise M. Champvert. Julien Jourdan, directeur général de la Fédération des services à la personne (Fédésap), qui représente des entreprises du secteur, estime que le système actuel des aides « ne permet pas de rémunérer [les salariés] à un juste niveau ».

    Selon les départements, les aides varient entre 17 et 25 euros de l’heure. Les niveaux les plus bas ne couvrent pas le coût de revient des services aux personnes âgées et les hausses des tarifs sont maigres. « Pour 2019, le ministère de l’économie a fixé cette augmentation à 1,42 % quand le smic a été réévalué de 1,5 %, déplore Olivier Péraldi, directeur général de la Fédération du service aux particuliers (FESP). Cela fait cinq ans que l’augmentation est inférieure à celle du smic. »
    « On ne peut pas dire, comme le fait le gouvernement et comme le désire une très grande partie des gens, que la priorité est le maintien à domicile des personnes âgées et ne pas mettre en face les financements qui vont avec », résume Aline Mougenot, secrétaire générale adjointe à la CFTC Santé-sociaux.

    « Souffrance au quotidien »

    En établissement, les conditions de travail sont parfois difficiles, y compris psychologiquement. « Dans mon Ehpad, qui accueille 200 résidents dépendants, dont 20 souffrent de la maladie d’Alzheimer, un poste d’#aide-soignante et un d’infirmière ont été supprimés en un an et demi, calcule Isabelle (prénom modifié), infirmière dans un établissement de l’Aude. Mais on n’a pas moins de résidents ! Nous gérons beaucoup de fins de vie, avec des soins palliatifs, sans avoir le temps nécessaire pour le relationnel. On va accorder peut-être cinq minutes à une personne qui sait qu’elle va mourir. C’est de la maltraitance ! » « Heureusement, la bonne cohésion de l’équipe nous sauve, ajoute-t-elle. Mais si les conditions ne changent pas, je partirai. Je n’ai pas envie d’être dégoûtée de mon métier. »

    Dans ce climat pas vraiment porteur, une délégation des dix syndicats du secteur et de représentants de l’AD-PA a tenté, jeudi 21 février, de se rendre à l’Elysée pour remettre à Emmanuel Macron 30 000 « cartes-pétitions » revendiquant en urgence l’augmentation des salaires et des effectifs. Face au refus de les recevoir, l’intersyndicale et l’AD-PA ont dénoncé un « mépris vis-à-vis des salariés » et promis de revenir.

    Cette situation sociale tendue, aggravée par la suppression des contrats aidés, génère de la « souffrance au quotidien » pour les personnes âgées et leur famille comme pour les salariés. Conséquence : une mauvaise image continue de coller aux services d’aide aux personnes âgées qui, par ricochet, voient leur pénurie de candidats à l’embauche s’aggraver. Et ce, alors que les premières générations de papy-boomers atteindront, en 2030, 85 ans, âge moyen d’entrée en Ehpad aujourd’hui.

    Le président du Haut conseil du financement de la protection sociale, Dominique Libault, doit remettre d’ici à la fin mars au premier ministre, Edouard Philippe, ses propositions sur l’amélioration de la prise en charge des personnes dépendantes, issues de la concertation conduite depuis le mois de septembre 2018. L’amélioration de leurs conditions d’accompagnement devrait en faire partie. En attendant, l’union Aide à domicile en milieu rural (ADMR, 2 700 associations locales d’aide à domicile employant 94 000 salariés), a lancé le 4 février sa première campagne de publicité radio-télé, sur le thème : « Les gestes qui vous aident sont les liens qui nous unissent. » Des liens, à l’évidence, de plus en plus fragiles.

    #femmes #travail #vieilles #vieux #horaires_en_coupures #care


  • Women in Tech: Software Engineer Career Advice
    https://hackernoon.com/women-in-tech-software-engineer-career-advice-8cb70cc5c13c?source=rss---

    Is it really a man’s world when it comes to software engineering? Glancing around a Java uni lecture or checking out the engineering department at an old school software house might feel like you’ve just stepped into a secret men’s club.But don’t be fooled. This isn’t a disadvantage; in fact, it’s just the opposite.By making strategic moves in your career, you can use your scarcity to climb the ladder and help orchestrate more diversity in your own teams.We spoke to three leading women in tech — Nicola Eade, Frontend Developer at Open Agent, Liz Crawford, Chief Product and #technology Officer at Flare HR, and Aisha Khan Information Analyst at EY — for their take on excelling as a woman in software engineering.Combatting STEM stereotypesWomen in technology and soft skillsIn your career, simply by (...)

    #software-development #diversity-in-tech #women-in-tech #career-advice


  • The daily #life of a person working in #blockchain, #crypto and DLT
    https://hackernoon.com/https-medium-com-adilharis-the-daily-life-of-a-person-working-in-blockch

    The Daily Life of a Person Working in Blockchain, Crypto and DLT8 am — Wake up — Check CoinMarketCap — Everything in red — “I should buy today”9 am — Start writing technical document for a client’s groundbreaking, earth-shattering, never-before, highly centralized crypto-exchange9:15 am — Complete one paragraph — People around start talking about Ripple and XRP — Join conversation — Argue until victory is achieved.10:30 am — Get back to writing — EOS price starts crashing — Time to buy — Open Binance app — Everything in red — “Not yet” — Close Binance app — Start writing again.11:00 am — Finished writing one page — Boss calls in for a meeting — Requirement changed! — Client wants decentralized fish token marketplace — Throws away all the work.11:15 am — Need to research about fish tokens — Search on Google — Open CoinDesk article (...)

    #careers #bitcoin


  • Phénoménologie politique du voile (Hourya Bentouhami, Revue Philosophiques 44/2, automne 2017)
    https://www.erudit.org/fr/revues/philoso/2017-v44-n2-philoso03291/1042334ar.pdf

    On entend par #phénoménologie #politique la manière dont l’ordre des apparences, la réalité même de ce qui est vu, est déterminée par des #rapports_de_pouvoir reposant sur des logiques de #race, de #sexe et de #classe. Mon objet porte sur la constitution du #voile et des #femmes_musulmanes qui le portent, dans les pays occidentaux et tout particulièrement en France, comme un objet « #phobogène », qui suscite un dégoût à bout d’oeil. Comment expliquer une telle insistance médiatique et politique à vouloir régler l’ordre d’apparition des femmes voilées ? Ma thèse sera de montrer que la #laïcité à la française, dans sa nouvelle version, est fondée sur une théorie des apparences largement déterminée par un #imaginaire_nationaliste de la différence des sexes, par la réactivation d’un #orientalisme_sexuel et par l’#invisibilisation propre au travail du #care auquel les femmes musulmanes sont souvent assignées.


  • How Mika Reyes got her job at LinkedIn as a Product Manager? Part 1
    https://hackernoon.com/how-mika-reyes-got-her-job-at-linkedin-as-a-product-manager-part-1-f4514

    Are you interested in being a PM?! Learn Mika’s story with Flora.https://medium.com/media/36fe911f98e684892498bb97fc804bd9/hrefMika won the competition among many senior PMs and got her jobs at LinkedIn as a Product Manager when she only had one year of experience. She shared with me how she did it.How she talk about herself.How and where she practice her interviewsCreative ways to get a hold of hiring managersHow to tell your story in a compelling way and in a consistent manner.How Mika Reyes got her job at LinkedIn as a Product Manager? Part 1 was originally published in Hacker Noon on Medium, where people are continuing the conversation by highlighting and responding to this (...)

    #careers #tech-jobs-san-francisco #job-interview #product-management #job-hunting


  • The Rise of the #greypreneur
    https://hackernoon.com/the-rise-of-the-greypreneur-319660fa61cc?source=rss----3a8144eabfe3---4

    Over 50 and Winning the Gig EconomyToday, 60% of workers aged 45+ have experienced prejudice and unfairness in the workplace based on their age, sometimes even going far enough to reach termination and replacement. Yet, by the time we reach 2024, around 25% of the US workforce will be aged 55 and over — here’s how older professionals are succeeding.Of all the self-employed individuals in the US, 49% are Baby Boomers. But the freedom and independence of self-employment and entrepreneurship didn’t happen overnight; it’s the sum of experience. “Many baby boomers are not interested in retirement. They’re always interested in building something,” says Sylvia DeWitt, administrator of the Iowa Entrepreneurs Coalition. For older corporate professionals faced with the risks of being replaced with (...)

    #sharing-economy #gig-economy #baby-boomers #careers


  • Bootstrapping A Career Via Developer Camp
    https://hackernoon.com/bootstrapping-a-career-via-developer-camp-ebb73ef49b7a?source=rss----3a8

    Developer CampWhile there’s hundreds of #hackathons held world-wide, there’s only one Developer Camp.Square, Getaround, Temple Run, OAuth, TestFlight, push.io, and Zūm — each of these have foundations at Developer Camp over the past twelve years. In fact, major compaines including Apple, Oracle, Google, Amazon, Disney, and Facebook have purchased companies from the winning teams at Developer Camp.What makes Developer Camp so unique and special? Three words.Inclusion, Diversity and Empowerment.Developer Camp is a concept that fused from several distinct, previously-existing event models. The first was BarCamp, a participant-driven “unconference” in which the content of presentations is decided by the attendees, presented by them, and organized entirely on the spot. Our camp incorporates this (...)

    #developer-camp #women-in-tech #developer-bootcamp #careers


  • Want to turn a role model into a mentor? Just be cool
    https://hackernoon.com/want-to-turn-a-role-model-into-a-mentor-just-be-cool-bbf6e5272e30?source

    Want to turn a role model into a mentor? Just be cool.This is the second part of my series on #mentorship, which I started a few months ago here with the post, “Want a mentor? Stop asking for one.”A few months ago, I wrote about how the kiss of death when it comes to seeking out adult mentorship in your life is often the very act of asking for a mentor. Furthermore, I pointed out (and still really believe) that this misconception around mentorship is all a bit over-played. At the end of the day, most of us don’t need someone to meet with us every couple of weeks and guide our every action in our #careers. Chances are, you’re just looking for some good advice now — and maybe again in a few months.There are a lot of tactics I shared about how you can go about securing an initial coffee meeting or (...)

    #team #lifehacks #role-model-into-mentor


  • 6 Tips to Land the Tech Internship That Will Lead to Your Software Engineer Career
    https://hackernoon.com/6-tips-to-land-the-tech-internship-that-will-lead-to-your-software-engin

    Source: Pexels.comYou have completed most of your coursework in college and are looking forward to starting your career as a software engineer. One thing that will help you gain your dream job is to have an internship while you are still in school. Here are six tips to land the tech internship that will lead to your software engineer career.1. Start earlyWhen you are looking for a tech internship you want to start early. Some schools will offer assistance finding #internships but it is up to you to apply for them. Sometimes you have to do your own research and find your own tech internship. If this is the case you need to start even earlier. Either way, you will need to apply for your tech internship at least a year in advance, sometimes even longer. If you wait until the last minute, (...)

    #tech-internship #technology-internship #careers #software-engineering


  • #product Management Skills NO ONE talks about ;)
    https://hackernoon.com/product-management-skills-no-one-talks-about-5d50debfb815?source=rss----

    Product Management skills NO ONE talks about ;)Let me tell you a secret that the product management industry is hiding from you, or maybe not saying it out loud — we don’t care ‘too’ much about the hard skills. And what hard skills? Writing a PRD? Doing user interviews? Understanding UX? Knowing business and tech?There’s more than what meets the eye here. And more than UX, Business, and Tech, that’s required to become a better Product Manager.Few years ago, when I started my Product Management career, almost every Google search on, “What do PMs do?” or “What skills are required to be a good PM?” landed me on a Venn! This Venn:Source: What, exactly, is a Product Manager?The Venn diagram tells you Product Managers sit at the intersection of tech, design, and business. This Venn was a good insight into (...)

    #careers #product-management #product-design #career-advice


  • L’autoroute vers la France entièrement bloquée à Rekkem par les syndicats du transport
    https://www.rtbf.be/info/regions/detail_des-militants-de-la-csc-transcom-menent-une-action-au-poste-frontiere-de

    Les syndicats du transport manifestaient lundi au poste-frontière de Rekkem et bloquaient l’autoroute l’autoroute E17 en direction de la France. 

    Les syndicats du transport se sont rassemblés aux alentours de 07h30 lundi matin. Ils ont d’abord mené une petite action sur un parking avant de bloquer complètement l’autoroute E17. Ils dénoncent les plans de l’Europe autour des temps de conduite et de repos des conducteurs de poids lourds et de bus.

    Ils veulent informer les chauffeurs de poids lourds et de bus des dangers du paquet « mobilité » voulu par les autorités européennes qui vise à raccourcir les temps de repos des chauffeurs, et donc d’allonger leur présence sur les routes.

    Les syndicats trouvent cela dangereux. « A Rekkem, nous allons informer de manière proactive les chauffeurs de poids lourds mais aussi les automobilistes sur les dangers de l’applications – si elles passent – de nouvelles législations européennes sur les temps de conduite et de repos, explique Roberto Parillo, président de la CSC Transcom. L’Europe veut diminuer le temps de repos des chauffeurs. En faisant cela, elle mettrait en danger la sécurité des chauffeurs et des citoyens. »

    Cette action a lieu à de nombreux postes frontière européens.

    #transport #transports #camions #ue #union_européenne #parlement_européen #esclavage

    • Belgique : La réforme du transport routier qui divise l’Europe revient ce jeudi au Parlement européen _ Belga - 8 Janvier 2019 - RTBF

      La réforme du transport routier, qui divise l’Europe des transporteurs, revient ce jeudi en commission du Parlement européen, alors que la Belgique s’oppose toujours à certaines modifications concernant le « cabotage ».

      Ouest vs. est 
      Cette réforme divise l’Europe du transport en deux blocs : d’un côté se retrouvent des pays de l’ouest qui dénoncent le dumping social de l’est - une forme de concurrence déloyale due à des normes sociales moins élevées, qui allègent donc le coût des chauffeurs routiers -, de l’autre ceux qui accusent l’ouest de vouloir maintenir un protectionnisme déguisé.

      La réforme est compilée dans un « paquet mobilité ». Elle touche notamment aux règles de temps de repos encadrant les travailleurs « détachés », ceux venant d’un autre pays de l’Union européenne. Déjà soumis aux eurodéputés en plénière en juillet dernier, le paquet avait été renvoyé en commission, où les élus doivent à nouveau prendre attitude ce jeudi.

      La réforme ne va pas assez loin pour certains
      En Belgique, les fédérations de transporteurs routiers apprécient certaines améliorations proposées sur les conditions de travail dans le secteur, comme le repos hebdomadaire normal qui devra être pris en dehors de la cabine, alors que de nombreux routiers passent une partie du week-end dans leur poids lourd arrêté sur un parking. Mais la réforme ne va pas encore assez loin aux yeux de certains, car des dérogations seront possibles si le parking autoroutier est suffisamment équipé.

      Par ailleurs, un conducteur devra retourner dans son pays d’établissement au moins toutes les quatre semaines, sauf dans certains cas particuliers, prévoit la réforme.

      Discussions autour du « cabotage »
      En revanche, la Belgique n’apprécie pas un autre point de l’accord, portant sur le « cabotage ».

      Cette pratique consiste pour un transporteur à effectuer des opérations dans un pays où il est arrivé dans le cadre d’une livraison internationale. Entre deux séries de cabotage dans un autre pays, le transporteur devrait respecter une « période de carence » minimale de cinq jours, afin d’éviter que cette activité à l’étranger ne devienne quasi permanente, selon les termes de l’accord.

      Or, actuellement, des camionneurs belges partent de Belgique conduire des marchandises par exemple en France, où ils font trois opérations de cabotage avant de rentrer le week-end en Belgique et repartir la semaine suivante, expliquait dernièrement encore le ministre fédéral des Transports, François Bellot. « Ce ne sera plus possible » si la réforme passe, selon lui. La France est en effet parvenue à imposer sa période de carence.

      En revanche, la Belgique soutient la mise en place du tachygraphe intelligent qui permettra des contrôles plus fréquents du cabotage. Toutefois, les camions qui réalisent des transports internationaux ne devront en être équipés qu’à partir de fin 2024, une date qu’il conviendrait d’avancer selon certaines fédérations.

      Si le paquet mobilité passe les écueils de la commission parlementaire jeudi puis de la plénière la semaine prochaine à Strasbourg, il devra encore être négocié avec le Conseil, avant que les deux instances ne se prononcent définitivement, peut-être avant les élections de mai.

      Au Conseil, la Belgique continuera de s’opposer à cette modification sur le cabotage. Le poids de la Roumanie, qui a pris la présidence semestrielle du Conseil, pourrait être déterminant.

      #cabotage #travailleurs_détachés #dumping_social #eurodéputés #carence