• Duc de Saint-Frippon

    Quand on connaît le talent d’Emmanuel 1er pour nommer la mauvaise personne au mauvais moment à la mauvaise place (Castaner, Loiseau,etc) nous ne pouvons que nous féliciter de ces deux choix qui mettront fin à l’Union Européenne.
    Source : https://twitter.com/MFrippon/status/1146141059229126659

    Apres Christine Lagarde, le suspense restait entier : Emmanuel 1er imposerait-il commissaire européen à l’investissement Bernard Tapie ?
    Source : https://twitter.com/MFrippon/status/1146139493734506496

    Après avoir « perdu » 400 millions en France, parviendra t’elle à battre son record à la BCE ? Vous le saurez en suivant notre nouvelle série #LaCasaDiBordel

    Christine Lagarde nominée à la tête de la Banque centrale européenne https://www.bfmtv.com/economie/christine-lagarde-prend-la-tete-de-la-banque-centrale

    Source : https://twitter.com/MFrippon/status/1146117244356837376

    Ah désolé de protester. Une Von der machin pour chapeauter la zone occupée en France nous change de ces ternes généraux Von der Truc à monocle de l’ancien temps.
    Source : https://twitter.com/MFrippon/status/1146121120501907457

    Au nom de la République exemplaire, Emmanuel 1er propose donc de nommer Christine Lagarde, condamnée en justice Dommage qu’Emile Louis soit mort, il aurait pu devenir secrétaire d’État des personnes handicapées

    Source : https://twitter.com/MFrippon/status/1146041641381351424

    #twitter #ue #union_européenne #emmanuel_macron #carnaval #mascarade L’#argent n’a pas de sexe

  • Mercredi ! #Carnaval des #animaux // 01.05.2019
    http://www.radiopanik.org/emissions/mercredi-/mercredi-carnaval-des-animaux-01-05-2019-

    Au programme ce mercredi !

    Sur Mercredi !, on parle de carnaval donc de déguisement mais aussi de livres !! Sur Mercredi on fait la fête, et c’est Hélène et Salima qui nous emmènent nous amuser !

    Les musiques de l’émission :

    Parapluie – Mami Chan

    #musique #émission #jeune_public #musique,animaux,émission,jeune_public,Carnaval
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/mercredi-/mercredi-carnaval-des-animaux-01-05-2019-_06626__1.mp3

  • MATHIEU VAN ASSCHE « LE CARNAVAL SAUVAGE DE BRUXELLES »
    https://laspirale.org/photo-601-mathieu-van-assche-%C2%A0le-carnaval-sauvage-de-bruxelles.html

    C’est un #carnaval, c’est un projet collectif. Avant tout c’est une fête et on veut qu’elle soit belle et puissante. Le parcours transperce le cœur de la ville comme une flèche, avec des musiciens, puis ça se termine autour d’un feu quelque part. Organiser ce carnaval c’est dire en ce lieu : nous sommes drôles, nous sommes beaux, nous sommes vivants et nous ne sommes pas dupes, nous contestons vos valeurs. Vous êtes le centre, nous sommes la marge.

    Le « Carnaval sauvage de Bruxelles » est organisé par la Société de Carnaval Sauvage de #Bruxelles. Mathieu Van Assche est graphiste, illustrateur, graveur et photographe. Il vit à Bruxelles.
    #laspirale

  • Ce samedi, dans une ambiance de black-out (au moins une dizaine de personnes arrêté’es de façon préventive, tous les magasins du centre fermés et sur-protégés, Verney-Carron « barricadé » dans son usine de mort, etc), le carnaval de l’inutile rejoint l’appel régional des gilets jaunes. Malgré les préventions de la préfecture, ce sont près de 7000 personnes qui défilent dans les rues de Saint Etienne, dans le centre, dans les quartiers populaires, sur le boulevard urbain.
    Applaudissements, musiques et gaz lacrymogène, récit à quelques mains d’une journée bigarrée et radicale.

    https://lenumerozero.lautre.net/Carnaval-de-l-acte-XX-nous-partimes-2000


    #acteXX #SaintEtienne #carnaval #verney-carron #giletsjaunes

  • #l'Empreinte_du_Vertige & le #Carnaval_Sauvage
    http://www.radiopanik.org/emissions/les-promesses-de-l-aube/l-emrpeinte-du-vertige-le-carnaval-sauvage

    Ce matin nous recevons Clément, metteur en scène de l’Empreinte du Vertige, pièce de et avec Angèle Baux Godard du #théatre_du_Rideau (hébergé au Théatre des Martyrs pendant les travaux). Entre conte et road trip, le texte trace à vif dans l’intime. Une piece impactante avec une mise en scène originale sur un sujet fort... à voir sans faute jusqu’au 31 Mars.

    Ensuite Julien et Miguel nous présentent la 7ieme édition du Carnaval Sauvage, ce Samedi 16 mars qui commence vers 15h sur la place Jeu de Balles, dans les Marolles par le procès de l’Urbanisme et de sa fidèle épouse, la Bureaucratie (inspiré par le procès originel de 1969) pour terminer dans une « dent creuse » de la ville... à découvrir, venez masqués et participez à ce Carnaval DIY (Do It Yourself) sans pareil...

    Bonne écoute, make art (...)

    #Carnaval_Sauvage,théatre_du_Rideau,l’Empreinte_du_Vertige
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/les-promesses-de-l-aube/l-emrpeinte-du-vertige-le-carnaval-sauvage_06373__1.mp3

  • Salade russe de Malmedy
    https://cuisine-libre.fr/salade-russe-de-malmedy

    Copieuse salade carnavalesque, pour festoyer en toute insouciance ! Cuire les pommes de terre sans les éplucher. Cuire le céleri et les œufs durs. Tout laisser refroidir. Pendant ce temps, égoutter et les petits oignons et les betteraves en gardant leur jus. Débiter en dès la pomme, les betteraves et les harengs débarrassés de leur arête. Hacher les oignons, les noix et les cornichons. Couper ensuite les pommes de terre en dès, sans les éplucher. Éplucher le céleri et le couper en dès. Écaler les…

    #Pomme_de terre, #Betterave, #Hareng, #Macédoines / #Sans_gluten, #Sans_lactose, #Sans_viande, #Bouilli #Carnaval

  • Carnaval es arrivat ! Manifestation de soutien à la lutte !
    Rendez-vous le samedi 9 mars à Millau

    L’Amassada

    https://lavoiedujaguar.net/Carnaval-es-arrivat-Manifestation-de-soutien-a-la-lutte-Rendez-vous-

    Cet hiver a vu naître un mouvement inédit qui s’est dans un premier temps opposé à la taxe carbone, vision punitive d’une écologie de façade ou les principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre en sont exemptés : transport aérien et maritime ; agriculture industrielle ; énergie ; extractivisme et économie numérique.

    Depuis quatre ans, nous dénonçons la mascarade de la transition énergétique, le développement tout azimut d’énergies dites renouvelables dans les territoires ruraux sacrifiés par des rapaces de la finance alors même qu’aucune garantie n’est donnée sur une possible sortie du nucléaire. Au contraire le passage à la voiture électrique est l’assurance de voir dans les années qui viennent la construction de nouveaux réacteurs.

    Depuis quatre ans, nous empêchons la construction d’un mégatransformateur et ses lignes THT à Saint-Victor qui est l’un des maillons essentiels à la poursuite du saccage — l’Amassada est, en ce sens, un rond-point occupé depuis quatre ans. Ce territoire dans lequel nous vivons est depuis trop longtemps géré par des élus et des bureaucrates déconnectés. Défendons-le !

    #Aveyron #Amassada #RTE #éoliennes_industrielles #mégatransformateur #résistance #carnaval #Millau

  • Histoire de la réanimation : quand la médecine donne un second souffle

    Réjouissante, édifiante et très spirituelle émission de la Méthode scientifique de francecul pour la fête des morts.

    À partir de 1733, la réanimation médicale, auparavant anecdotique, devint incontournable dans l’univers des Lumières. Ce développement débuta avec les noyés, et s’incarna à travers une pratique énigmatique : l’insufflation anale de fumée de tabac.

    https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14312-01.11.2018-ITEMA_21876350-3.mp3

    https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/histoire-de-la-reanimation-quand-la-medecine-donne-un-second-souffle

    Cf. aussi

    https://www.huffingtonpost.fr/anton-serdeczny/souffler-du-tabac-dans-le-derriere-des-noyes-les-recouvrir-de-fumier-

    #science et #carnaval #Anton_Serdeczny

  • Marseille : le mur de la honte

    Comme ultime réponse à la contestation populaire contre son projet piloté par la #Soleam, société d’aménagement, la mairie de Marseille monte un mur de béton entre les habitants et #La_Plaine, pour la « réaménager » par l’agence #APS. Marseille prend ainsi le visage du Mexique, de Belfast, de Gaza, ou de Berlin en 1961.


    https://blogs.mediapart.fr/671095/blog/301018/marseille-le-mur-de-la-honte
    #murs #Marseille #séparation #division #barrières #villes #urban_matter #France #ville_divisée #divided_cities #frontières #frontières_urbaines #murs_intra-urbains

    • Le mur du mépris - La Plaine 2018

      Berlin ? Belfast ? Mexique ? Gaza ? Non, aujourd’hui c’est à la Plaine que la mairie et les flics, main dans la main, ont décidé d’ériger un gigantesque mur de béton pour tenter d’écraser toujours plus le quartier. Retour en photo et en vidéo sur le musellement de la place...

      (Petite mise au point : un certain nombre de lecteur/lectrices ont souligné que la comparaison avec les murs de Gaza, Berlin etc. était peut-être un peu abusive ou malencontreuse. Effectivement, les réalités des murs érigés en Palestine, à la frontière Etats-Unis-Mexique, ou par le passé à Berlin, sont toutes autres. A la Plaine, point de miradors, de contrôles d’identité et de militaires. L’intention n’était pas de mettre sur un même niveau ces réalités totalement différentes, mais simplement de souligner les comparaisons qui sont sur toutes les lèvres des habitant.e.s du quartier, aussi approximatives soient-elles...)

      Tout le monde s’y attendait, mais personne n’osait y croire. Gérard Chenoz tient ses promesses : quand il veut éradiquer les quartiers populaires, et bien il met tout en oeuvre pour y parvenir. Histoires de pouvoir et de pognon, c’est certain. Mépris de classe assurément.

      Et là où le gentrifieur en chef tient aussi ses promesses, c’est dans son goût prononcé pour la manipulation. Il a quand même trouvé moyen de jouer la victime dans la presse, et tenter de renverser médiatiquement la vapeur. Selon ses atermoiements, s’il est nécessaire d’installer ce mur de la honte, c’est à cause de la révolte des habitant.e.s et usager.e.s de la Plaine. Si ce mur coûte près de 400000 euros de plus aux 20 millions déjà faramineux du projet, c’est à cause de la plèbe qui exprime sa colère. Et, pirouette finale, s’il y a 400000 euros à débourser en plus, ce sera bien à la charge des contribuables, et ce, à cause, évidemment, du peuple de la Plaine opposé aux travaux. La boucle est bouclée : l’exorbitant coût des travaux est directement imputable aux plainard.e.s ! Roublard le Gérard, non ?

      Mais ça n’est pas un problème pour lui, ni pour la mairie. Leur mur de mépris, ils le posent. Ils semblent insinuer que, désormais, le quartier est à eux... Pourtant, rien n’est fini. Le quartier ne veut pas de leur aménagement à coup de matraque, de mur et de béton. Le quartier se battra jusqu’au bout pour arrêter ce chantier dont personne ne veut.

      Voici un excellent retour par Primitivi sur le début de l’installation du mur lundi 29 octobre, et sur la conférence de presse qui l’a précédé :
      https://vimeo.com/297967292


      https://mars-infos.org/le-mur-du-mepris-la-plaine-2018-3468
      #gentrification

    • Et à #Bure... les murs ont tombé... c’est ce qui est rappelé sur les réseaux sociaux concernant le mur de Marseille :

      En fait on a déjà vu ce type de murs à Bois Lejuc (#Bure) il y a deux ans ... et les murs étaient tombés

      https://twitter.com/ADecroissance/status/1057396390014390272

      Les murs tombent dans le #Bois_Lejuc !

      Aujourd’hui, près de 500 personnes, jeunes, moins jeunes, militant-e-s de tous les horizons, habitant-e-s, agriculteurs, ont réinvesti le Bois Lejuc et procédé à sa remise en état dans une atmosphère festive et déterminée. Plusieurs centaines de mètres de pans de mur illégalement érigés ont été abattus, d’autres redécorés, des arbrisseaux plantés. Quelques plants de légumes plantés lors de l’occupation de la forêt du 19 juin au 7 juillet, rescapés de la reprise de la forêt par l’Andra, ont même été repiqués.
      deco190Militant-e-s récemment mobilisé-e-s et opposant-e-s de la première heure se sont retrouvé-e-s à l’ombre des arbres libérés pour pique-niquer et refaire le monde sur les ruines du mur. Avec la chute de ce mur, ce n’est pas seulement un symbole de la violence et du passage en force de l’Andra qui est tombé ; c’est aussi la chape de plomb de la fatalité et de la résignation qui s’est fissurée.

      down2Cette fronde populaire est une saine et légitime défense face au rouleau compresseur de l’Andra, prête à tout pour imposer CIGÉO (emploi de vigiles surarmés, mépris des lois, mépris des décisions de justice). Les centaines de personnes arrivées dans le bois ont pu constater l’ampleur des dégâts infligés à la forêt : coupes dans des futaies de jeunes arbres, nouvelles et larges saignées dans les taillis… Certains indices laissent d’ailleurs penser que l’Andra a poursuivi ce défrichement illégal même après la décision de justice du 1er août. Nous attendons avec impatience les échéances juridiques à venir.


      Face à l’étendue des dégâts et la mauvaise foi de l’Andra, il nous semble plus qu’essentiel de continuer à défendre la forêt dans les jours et semaines à venir !


      https://vmc.camp/2016/08/14/les-murs-tombent-dans-le-bois-lejuc

    • Dans le numéro de @cqfd en kiosque actuellement

      #Urbanisme à la tronçonneuse – La Plaine emmurée > La mairie y croyait dur, à son opération table rase sur La Plaine. Et, la mort dans l’âme, le quartier s’y préparait. Une fois chassés les gens du marché, la résistance allait faiblir. Gérard Chenoz, adjoint (LR) aux Grands projets d’attractivité et maître d’œuvre des travaux de requalification de la place Jean-Jaurès, s’en était vanté auprès du site Marsactu : « Une Zad sur La Plaine ? Dans dix jours c’est fini. » Il aura finalement fallu un mois riche en surprises, et un mur de béton de 2,5 mètres de haut ceinturant l’esplanade, pour que le chantier démarre vraiment. Le Marseille populaire n’a pas dit son dernier mot.

      http://cqfd-journal.org/Au-sommaire-du-no170-en-kiosque

    • Heureusement, ces murs seront « embellis et habillés » par des « artistes, peintres urbains et graffeurs [...] dans le respect de l’identité de la place Jean Jaurès, connue pour être un lieu incontournable du street art ». Peindre en rose un mur de séparation, un crachat au visage du quartier, ne le rend pas plus agréable ni « respectueux ». Par contre, ces fameux « artistes » risquent de ne pas être très bien accueillis lorsqu’ils viendront. Devra-t-on bientôt voir des « street-artistes », héritiers de l’art vandale, protégés par la police ? Ce serait un comble.

      Pour l’anecdote, on apprend aussi que « les accès aux immeubles résidents sont maintenus » pendant la durée des travaux. C’est gentil ça, de laiser les gens rentrer chez eux.

      https://mars-infos.org/chenoz-et-la-mairie-nous-mentent-3469#nh3-3

      formulé par la Soleam :

      Mesure de sécurité aussi regrettable qu’indispensable, ces barrières deviendront un espace d’expression. Un collectif d’artistes leur donnera une note artistique. Ces peintres urbains et graffeurs travailleront à égayer le nouveau dispositif de sécurité, dans le respect de l’identité de la place Jean Jaurès, connue pour être un lieu incontournable du street art.

      http://www.soleam.net/projet/__trashed-2

      Leur rêve :

      Un positionnement géographique idéal, un port enfin dynamique et plutôt smart, des grandes entreprises qui agissent comme locomotives, des entrepreneurs qui ne restent pas indifférents aux évolutions du territoire, des startups à foison et, cerise sur le gâteau, un climat clément qui rend le business plus sympathique sous le soleil.

      «  Nous voulons nous servir du langage de la tech pour hacker les cerveaux des plus jeunes et leur donner accès à la culture.  »

      « Il faut repenser la configuration des quartiers. Tout détruire et tout reconstruire de façon différente en utilisant une situation géographique exceptionnelle . Cela doit s’accompagner d’une politique plus sociale. » Et de plaider pour un « plan Marshall urbanistique » . Mais aussi pour un centre-ville qui aurait tout intérêt à devenir piéton, gagnant ainsi des points d’attractivité supplémentaire, ne serait-ce qu’au niveau touristique.

      Qui voudrait aussi plus de bleu et de vert, « une ville propre, bien éclairée qui serait devenue le leader mondial de l’éolien flottant, qui aurait un grand port lequel aurait dépassé Miami en termes de nombre de croisiéristes. »

      https://marseille.latribune.fr/economie/2018-10-27/marseille-une-metropole-mondiale-791674.html

      Un cauchemar !

      source de l’article : #twittoland
      https://twitter.com/gerardchenoz/status/1047025687331254274
      #urbanisation #métropolisation #bétonisation

    • Marseille : lettres de la Plaine

      Alors que nous nous apprêtions à boucler l’édition de ce lundi, édition dans laquelle une lettre de la Plaine annonçait aux pouvoirs publiques que le mur de béton de 2m50 construit à la hâte pour protéger la destruction de l’une des dernières place populaire de Marseille, ne manquerait pas de tomber, nous recevons cette nouvelle missive. Le mur est donc partiellement tombé et éclaté sur le sol. Cela valait évidemment une nouvelle lettre aux élus.

      Chers Jean-Claude, Gérard & Jean-Louis,
      On voulait vous prévenir, votre mur il est malade, certaines parties ont dû être abattues.
      C’était pas sécur’.
      On a pensé à la transplantation mais c’est vrai que trois tonnes chaque morceau du mur, c’est beaucoup.
      Ceci dit, on vous trouve un peu léger.
      On a comme l’impression que vous avez du mal à estimer le poids du refus.
      C’est qu’il est bien plus lourd que votre mur.

      C’est bizarre d’être à ce point à côté de la plaque.
      De sous estimer autant.
      On vous pensait mieux renseignés, mieux entourés.
      On a pourtant tout fait pour vous aider.
      Les manifestations, les pétitions, les lettres…
      Trois mille personnes l’autre jour dans la rue.
      C’est peut-être Olivier de la préfecture, il ne sait pas compter, il doit mal vous renseigner.

      On est un peu triste pour vous parce que ça à l’air tout petit le monde dans vos têtes. Tout réduit.
      Bref, on vous sens fatigués, dépassés.
      On s’inquiète pour vous.
      D’autant qu’ici sur la place il se murmure que ça se lézarde dans les autres quartiers. D’ailleurs on fait une réunion cet après-midi avec les autres quartiers. Vous devriez venir, toute la ville sera là. Un grand conseil municipal.

      En tout cas, c’est gentil d’avoir remis l’électricité sur la place.
      On y voit mieux.

      Ici on a hâte de connaître votre prochaine idée. Le carnet de chèque, en tout cas, il doit pas mal tourner. On est rassurés de savoir la ville si riche. ça change.

      Au fait, pour le service après vente du mur, on vous donne les coordonnées :
      - Groupe PBM. 04 72 81 21 80
      97 Allée Alexandre Borodine - Bât Cèdre 2 - 69800 Saint-Priest.

      et puis celles du directeur des ventes, ça peut-être utile pour les réclamations
      Laurent ULLINO - Tél. 06 61 08 58 48
      laurent.ullino@pbm.fr »

      https://lundi.am/Marseille-lettres-de-la-Plaine-1567

    • Un quartier à cran

      Tel un orage d’été, la requalification de la place Jean-Jaurès, au cœur du quartier de La Plaine, à Marseille, s’annonce aussi incertaine que menaçante.

      À quelques jours de l’échéance, et malgré une plaquette publicitaire affirmant que tout est ficelé (on y vante sans vergogne « une démarche collective et collaborative », pour « une grande place métropolitaine, méditerranéenne, polyvalente et populaire »), tous les lots de l’appel d’offres n’ont pas encore été attribués. En revanche, des recours juridiques sont déposés au nom des forains du marché, de commerçants et de l’association La Plaine sans frontières.

      Si le cabinet APS, chargé de redessiner la place, enfume l’opinion avec des formules ronflantes promettant une « réactivation contemporaine », les premiers concernés subissent l’habituel mépris de la vieille garde municipale. Le phasage des travaux, qui aurait permis à 80 vendeurs sur 300 de cohabiter avec le chantier, est jeté aux oubliettes. Dans un courrier en date du 1er août, l’élue Marie-Louise Lota, adjointe aux Emplacements publics, annonce la « fermeture totale de la place pour des motifs de sécurité et de salubrité ». Les forains seront exilés sur huit « sites de repli », pour l’essentiel dans les quartiers Nord. Cette dispersion signerait l’arrêt de mort du marché le plus populaire de la ville.

      Autre déracinement : 87 des 191 arbres de la place devraient être arrachés. Pour endormir les consciences, l’élu Gérard Chenoz, adjoint aux Grands projets d’attractivité, et le paysagiste Jean-Louis Knidel affirment qu’ils ne seraient pas coupés, mais « transplantés ailleurs », pour « une plus grande biodiversité » !

      Consulté, un technicien forestier a démonté l’intox : une telle opération, très coûteuse, aurait dû se préparer en amont et les tilleuls adultes ont peu de chance de survivre.

      Autre fake news, la piétonisation : une voie de circulation éventrera la plus grande place de Marseille sur toute sa longueur. Pour rendre cet attentat plus sexy, les paysagistes parlent de ramblas… Aucun plan général de mobilité, aucune étude d’impact sérieuse : un effet entonnoir, ainsi que la suppression de 400 places de stationnement sans solution alternative, déporteront le chaos automobile dans les rues adjacentes.

      À des restaurateurs inquiets, Yves Moraine, maire des 6e et 8e arrondissements, a répondu avec désinvolture qu’ils seraient « bien contents de la plus-value de leurs fonds de commerce une fois le quartier réhabilité ». Il dévoile ainsi des visées spéculatives, tout en mentant éhontément : s’ils sont contraints de vendre, les commerçants le feront sur la base d’un chiffre d’affaires rendu calamiteux par trois ans de chantier.

      Autre menace : sur un espace « minéralisé », avec un « deck central » en bois où les badauds pourront « se montrer et regarder », tous les usages non encadrés et non marchands seront mal vus. Sous l’œil de 26 caméras, le carnaval indépendant, la sardinade du 1er mai, les jeux de boules ou de balle et les repas de quartier deviendront des « usages déviants ».

      Un tel équarrissage serait le point d’orgue de la reconquête d’un centre-ville trop populeux, qu’on aimerait voir basculer du côté des quartiers huppés. Sans oublier la volonté de multiplier les zones d’attractivité touristique. Preuve de l’impopularité de cette politique, les candidats de l’équipe Gaudin ont été désavoués dans les urnes, éjectés avec à peine 10 % des voix au premier tour des dernières législatives. Mais qu’importe : « Avant de prendre ma retraite, je vais nettoyer La Plaine », aurait déclaré Marie-Louise Lota.

      Plus soucieuse de réélection, la nouvelle génération LR soigne ses éléments de langage : « Je suis pour une rénovation inclusive, nous avons besoin de toutes les énergies », lance Sabine Bernasconi, maire des 1er et 7e arrondissements. Ce qui ne l’empêche pas de s’attaquer au boulodrome associatif de la place Carli, après que les bouquinistes en ont été bannis. La même phobie de toute activité populaire est là encore à l’œuvre.

      Seule force de ce projet de destruction, la division de ses adversaires. Écolos et pro-vélos sont bernés par une piétonisation cosmétique. Nombre de riverains des quartiers voisins croient que tout vaudra mieux que cette place laissée à l’abandon depuis des années. Reste le fantôme d’une Zad urbaine pour sauver les arbres, le spectre d’un coup de sang des forains et la mutation de l’assemblée de La Plaine en véritable assemblée de quartier. Qui est vivant verra.


      http://cqfd-journal.org/Un-quartier-a-cran

  • Le HANG-ART. Sophie HERNIOU.
    http://www.hang-art.fr/Fiches_artistes/Expo_20/Fiche_Herniou.html

    « Après avoir tué mes parents et fait ma vie , à 30 ans il a bien fallu me retourner et admettre que mes sculptures découlaient d’une enfance baignée dans le #carnaval de Nantes appelé « La mi-carême » : un rendez-vous annuel et printanier qui ouvrait au renouveau… Pendant que mon père, tambour major, ouvrait le cortège de musiciens, je me délectais de voir défiler ces « grosses têtes » juchées sur des petits corps déambulant devant des chars chargés de scènes burlesques, caricaturales et hautes en couleur. Un monde surdimensionné, entre rêve et cauchemar qui me marqua à vie ! Je travaille à créer un univers de personnages généreux dont l’apparence et la mise en scène semblent humoristiques avec la volonté d’émettre une deuxième lecture qui se révèle plus sombre… »
    #Sophie_Herniou, signature hs comme hors service, heures sup, hors sujet…


    https://sophieherniou.wordpress.com/2016/08/02/automates-et-bondieuserie-16

    #sculpture #automates & #bondieuserie

  • LE #CARNAVAL À NOUVEAU #POLITIQUE ET #CRITIQUE

    https://blog.francetvinfo.fr/bureau-bresil/2018/02/16/le-carnaval-a-nouveau-politique-et-critique.html
    publié le 16/02/2018
    consulté le 07/06/2018

    Alors que les #élections_présidentielles se tiendront à la fin de l’année, le carnaval, symbole de la #fête et de la #samba a opté pour un ton politisé et critique envers le gouvernement et la société brésilienne.
    Le #Brésil et ses clichés : le carnaval, le football… Quand la réalité les dépasse, voilà ce que cela donne : mercredi 14 février, la toute puissante chaîne de télévision Globo, détentrice des droits de diffusion des défilés des écoles de samba, a avancé de quelques heures le résultat du #carnaval_de_Rio_de_Janeiro habituellement diffusé en début de soirée… pour que les Brésiliens puissent assister au match de Neymar, leur vedette nationale, lors du huitième de finale de la ligue des champions, Real Madrid - PSG.
    Une anecdote qui fait rire, mais qui démontre l’engouement du pays pour ses deux passions, qu’il prend très au sérieux.
    Cette année, la folie carnavalesque a adopté un ton politique. Dans le #sambodrome où défilent les écoles de samba et dans les rues, les critiques envers la classe politique n’ont pas cessées. Dans le top 5 des écoles gagnantes, trois d’entre elles ont dénoncé les grands maux nationaux.

    La principale critique a été adressée au Maire de Rio, Marcelo Crivella, accusé, en tant que pasteur, de confondre religion et politique : selon lui, la fête du carnaval doit être interdite car elle n’est pas conforme au catholicisme. Crivella a entre autres diminué de moitié le budget des écoles de samba, alors même que le carnaval rapporte des milliards de réaux à la ville. Mangueira, une des écoles de samba les plus populaires, a fortement contesté les critiques du maire : « avec ou sans argent, je m’amuse » et « Monsieur le Maire, le péché c’est de ne pas faire le carnaval ». L’école a aussi rendu hommage au carnaval : l’un des participants a défilé en tenant une silhouette du #Christ_rédempteur, sous un sac noir, portant l’inscription « regardez-nous. Le Maire ne sait pas ce qu’il fait. » Cette statue est une référence à la marionnette géante d’un Christ rédempteur en mendiant de l’école Beija-Flor, censurée par L’Église : l’école avait tout de même défilé en recouvrant la marionnette d’une bâche noire et en arborant l’inscription « même interdit, regardez-nous ». Leandro Vieira, directeur artistique de Mangueira, s’oppose aux décisions du maire :

    Il est fondamental d’offrir la possibilité aux écoles de samba d’être perçues comme des lieux de résistance et de dialogue avec la société. Le scénario politique brésilien favorise ça et le carnaval marque cet aspect. Je suis heureux que les écoles se soient positionnées comme le porte-parole de ce moment politique. Je suis fier

    Le carnaval a également été l’occasion de mettre en évidence les problèmes sociaux du pays : critique de la #corruption des politiques (notamment lors du scandale Petrobras), de la #violence dans les favelas, du racisme et de l’#intolérance envers la communauté LGBT (l’icône de l’école Beija-Flor, championne de cette année, est Pabllo Vittar, une chanteuse transsexuelle) étaient à l’ordre du jour. Autre exemple, la seconde école qui a remporté le concours, Paraíso do Tuiuti, a pris pour thème du carnaval l’#esclavage, 130 ans après son abolition au Brésil ; son but, après avoir retracé l’histoire de l’exploitation de l’homme par l’homme : dénoncer « l’esclavage moderne » dans un pays raciste, l’un des plus inégalitaires au monde. Cependant, les critiques et les dénonciations, notamment au sujet de la corruption, ont également concerné le carnaval lui-même : les écoles sont historiquement liées à la #Mafia. Sur twitter, Maurício Santoro, professeur en sciences politiques, rappelle que le président de Beija-Flor « a été condamné en première instance à 48 ans de prison pour corruption, blanchiment d’argent, évasion fiscale et contrebande. Le visage du Brésil actuel. »

    Mon commentaire sur cet article :
    Entre exubérance et clichés, c’est un message politique que de nombreuses écoles du carnaval de Rio ont, cette année, cherché à faire passer : ils cherchent à la fois à dénoncer la corruption, les violences et les inégalités qui constituent malheureusement en partie leur société, mais également le gouvernement actuel qui cherche à censurer le carnaval, événement emblématique de la liberté l’expression brésilienne. Plutôt que de réagir par la haine, les écoles de Samba ont profité du carnaval lui-même afin de véhiculer leurs idées au monde entier. L’art est ici le symbole d’un idéal de justice et d’égalité, même si le carnaval lui-même n’échappe pas aux vices de la corruption.

  • « Macron veut faire de la censure une forme d’esprit critique », par Bruno Adrie
    https://brunoadrie.wordpress.com/2018/01/06/macron-veut-faire-de-la-censure-une-forme-desprit-critique-par

    Monté sur son char doré tiré par les chevaux ailés de la finance accapareuse, le président aux lingettes veut nettoyer le ciel des fausses nouvelles propagées contre la démocratie par ceux qui lui veulent du mal. Mais quelle démocratie entend-il protéger ? Certainement pas celle qui gît aplatie sous le poids d’une majorité qui a transformé l’Assemblée nationale en chambre d’applaudissement de toutes les attaques menées contre l’État providence par une équipe de clones arrogants et encostardés. C’est bien plutôt son régime de plomb qu’il veut sauver, un régime mis en place grâce au soutien d’une presse qui s’est bien gardée d’annoncer le Blitzkrieg que le candidat de l’extrême centre – c’est-à-dire d’extrême droite économique – allait mener contre le code du travail, les retraites, la sécurité sociale, les fonctionnaires et l’État lui-même, dans le but de le piller. Pratiquer la politique des caisses vides permet de creuser la dette et d’enrichir les prêteurs qui courent ensuite enterrer leur argent sous les cocotiers qui se balancent au souffle chaud des rivages détaxés.

    Il ne faudrait donc pas que la réflexion menée par des citoyens informés et sagaces vienne perturber la fête et fissurer peut-être le mur dressé par l’ingénierie du mensonge pour égarer le gogo. Et quoi de mieux pour chasser la vérité que de la désigner comme mensonge ? La technique est habile et grâce à elle la censure fait peau neuve. Elle cesse d’être #censure, et devient #esprit-critique, défense d’une #démocratie de papier mâché que des employés du cirque médiatique promènent comme un bonhomme de #carnaval devant les fenêtres grandes ouvertes des imbéciles pour qu’ils croient encore aux élections et aillent remplir des urnes qui ne changeront rien à la dictature qui DOIT régner. Stratégie identique à celle qui consiste à baptiser guerre humanitaire une guerre d’agression destinée à l’accaparement de matières premières ou au contrôle des routes indispensables à la libre circulation des richesses qui finiront dans les coffres à rallonge de la mondialisation heureuse.

    Guy Debord a écrit en 1988 dans Commentaires sur la société du spectacle (page 65 de l’édition poche folio Gallimard de 1992) : “Ce qui peut s’opposer à une vérité officielle doit être forcément une désinformation émanant de puissances hostiles, ou au moins de rivaux, et elle aurait été intentionnellement faussée par la malveillance” . A l’époque où il a écrit ces lignes, internet n’existait pas et les citoyens étaient contraints de rester muets devant les vagues de mensonges qui coulaient des turbines bruyantes de la #presse. Aujourd’hui, ce n’est plus pareil et chaque citoyen pensant peut devenir une puissance hostile. Voilà pourquoi il est urgent que le président poudré, le président des riches, le président des promesses les plus molles et des décisions les plus impitoyables, propose à sa majorité, qui l’adoptera, une loi de censure destinée à interdire l’usage des marteaux-piqueurs qui risquent de faire trembler et pourquoi pas vaciller la statue que le spectacle a érigée à sa triste figure et à ses tristes desseins.❞

  • Une histoire des carnavals
    http://www.vosgueules-lesmouettes.com/accueil/alessi-dell-umbria-le-carnaval

    La venue du marseillais Alèssi Dell’Umbria en terre douarneniste est l’occasion pour Leïla, Max & Liza de parler des carnavals, Gras et autres Carnavas, de Douarnenez à Marseille, en passant par Montpellier, Cologne, Nice et même la ZAD... Plongez avec nous dans l’historique des carnavals, ses tentatives d’encadrement par le pouvoir dans l’état moderne, les spécificité des Gras de Douarnenez, des carnavals provençaux, et des carnavals plus récents, comme celui de la Plaine Noailles au centre de Marseille qu’Alèssi a créé avec quelques compères en l’an 2000, sans demander d’autorisations. Durée : 1h29. Source : Vos gueules les (...)

    https://soundcloud.com/vos-gueules-les-mouettes/karnaval-alessi-dell-umbria

    • ’National day of shame’ : #David_Lammy criticises treatment of Windrush generation

      Labour MP says situation has come about because of the hostile environment that begun under Theresa May, as he blames a climate of far-right rhetoric. People who came to the UK in the 1950s and 60s are now concerned about whether they have a legal right to remain in the country. The government has admitted that some people from the Windrush generation had been deported in error, as Theresa May appeared to make a U-turn on the issue Some Windrush immigrants wrongly deported, UK admits.

      https://www.youtube.com/watch?v=kfy1mDdNtEQ

    • Amber Rudd’s resignation letter in full and the Prime Minister’s response

      Amber Rudd has resigned as home secretary amid increasing pressure over the way the Home Office handled immigration policy.

      Her resignation came after leaked documents undermined her claims she was unaware of the deportation targets her officers were using.

      Downing Street confirmed Theresa May had accepted Ms Rudd’s resignation on Sunday night. She is the fifth cabinet minister to have left their position since the Prime Minister called the snap election in June 2017.

      https://www.independent.co.uk/news/uk/politics/amber-rudd-resignation-letter-full-transcript-windrush-scandal-theres

    • Black history is still largely ignored, 70 years after Empire Windrush reached Britain

      Now, 70 years and three to four generations later, the legacy of those who arrived on the Windrush and the ships that followed is being rightly remembered – albeit in a way which calls into question how much their presence, sacrifices and contributions are valued in Britain.

      https://theconversation.com/black-history-is-still-largely-ignored-70-years-after-empire-windru
      #histoire #mémoire

    • Chased into ’self-deportation’: the most disturbing Windrush case so far

      As Amelia Gentleman reflects on reporting one of the UK’s worst immigration scandals, she reveals a new and tragic case.

      In the summer of 2013, the government launched the peculiarly named Operation Vaken, an initiative that saw vans drive around six London boroughs, carrying billboards that warned: “In the UK illegally? Go home or face arrest.” The billboards were decorated with pictures of handcuffs and the number of recent immigration arrests (“106 arrests last week in your area”). A line at the bottom adopted a softer tone: “We can help you to return home voluntarily without fear of arrest or detention.”

      The Conservatives’ 2010 manifesto promise to reduce migration to the tens of thousands had been going badly. It was time for ministers to develop new ways of scaring immigrants into leaving and for the government’s hostile environment policy to get teeth. More than 170,000 people, many of them living in this country legally, began receiving alarming texts, with warnings such as: “Message from the UK Border Agency: you are required to leave the UK as you no longer have the right to remain.”

      The hope was that the Home Office could get people to “self-deport”, frightening them into submission. In this, politicians appeared to have popular support: a YouGov poll at the time showed that 47% of the public approved of the “Go home” vans. The same year, Home Office vehicles began to be marked clearly with the words “Immigration Enforcement”, to alert people to the hovering presence of border guards.

      Operation Vaken ran for just one month, and its success was limited. A Home Office report later found that only 11 people left the country as a result; it also revealed that, of the 1,561 text messages sent to the government’s tip-off hotline, 1,034 were hoaxes – taking up 17 hours of staff time.

      Theresa May’s former adviser Nick Timothy later tried to argue that the vans had been opposed by the prime minister and were only approved while she was on holiday. But others who worked on the project insisted that May had seen the wording on the vans and requested that the language be toughened up. Meanwhile, the Immigration Enforcement vehicles stayed, with their yellow fluorescent stripes and black-and-white checks, a sinister presence circling areas of high migration. Gradually, the broader strategy of intimidation began to pay off. Some people were frightened into leaving.
      Guardian Today: the headlines, the analysis, the debate - sent direct to you
      Read more

      In my two years of reporting on what became known as the Windrush scandal, Joycelyn John’s experience was the most disturbing case I came across. Joycelyn arrived in London in 1963 at the age of four, travelling with her mother on a Grenadian passport as a British subject. She went to primary and secondary school in Hammersmith, west London, before working in hotels in the capital – including the Ritz and a Hilton.

      Some time around 2009, she lost her Grenadian passport, which contained the crucial stamp giving her indefinite leave to remain. She had trouble getting a new passport, because her mother had married and changed her daughter’s surname from Mitchell to John. Because she never registered the change, there was a discrepancy between Joycelyn’s birth certificate and the name she had used all her adult life. She spent several years attempting to sort out her papers, but by 2014, aged 55, she had been classified as living in Britain illegally. She lost her job and was unable to find new work. For a while, she lived in a homeless hostel, but she lost her bed, because the government does not normally fund places for people classified as illegal immigrants. She spent two years staying with relatives, sleeping on sofas or the floor.

      In that time, Joycelyn managed to gather 75 pages of evidence proving that she had spent a lifetime in the UK: bank statements, dentists’ records, medical files, tax records, letters from her primary school, letters from friends and family. But, inexplicably, this was not enough. Every letter she received from the Home Office warned her that she was liable to be deported to Grenada, a country she had left more than 50 years ago. She began to feel nervous about opening the door in case immigration officers were outside.

      A Home Office leaflet encouraging people to opt for a voluntary departure, illustrated with cheerful, brightly coloured planes and published about the same time as the “Go Home” vans were launched, said: “We know that many people living in the UK illegally want to go home, but feel scared of approaching the Home Office directly. They may fear being arrested and detained. For those returning voluntarily, there are these key benefits: they avoid being arrested and having to live in detention until a travel document can be obtained; they can leave the UK in a more dignified manner than if their removal is enforced.” This appeal to the desire for a dignified departure was a shrewd tactic; the idea of being forcibly taken away terrified Joycelyn, who saw the leaflets and knew of the vans. “There’s such stigma... I didn’t want to be taken off the plane in handcuffs,” she says. She was getting deeper into debt, borrowing money from a younger brother, and felt it was no longer fair to rely on him.

      When the hostile environment policy is working well, it exhausts people into submission. It piles up humiliations, stress and fear until people give up. In November 2016, Joycelyn finally decided that a “voluntary” departure would be easier than trying to survive inside the ever-tightening embrace of Home Office hostility. Officials booked her on a flight on Christmas Day; when she asked if she could spend a last Christmas with her brother and five sisters, staff rebooked her for Boxing Day. She was so desperate that she felt this was the best option. “I felt ground down,” she says. “I lost the will to go on fighting.”

      By that point, she estimated she must have attempted a dozen times to explain to Home Office staff – over the phone, in person, in writing – that they had made a mistake. “I don’t think they looked at the letters I wrote. I think they had a quota to fill – they needed to deport people.” She found it hard to understand why the government was prepared to pay for her expensive flight, but not to waive the application fee to regularise her status. A final letter told her: “You are a person who is liable to be detained... You must report with your baggage to Gatwick South Virgin Atlantic Airways check-in desk.” The letter resorted to the favoured Home Office technique of scaring people with capital letters, reminding her that in her last few weeks: “YOU MAY NOT ENTER EMPLOYMENT, PAID OR UNPAID, OR ENGAGE IN ANY BUSINESS OR PROFESSION.” It also informed her that her baggage allowance, after a lifetime in the UK, was 20kg – “and you will be expected to pay for any excess”.

      How do you pack for a journey to a country you left as a four-year-old? “I was on autopilot,” Joycelyn recalls. “I was feeling depressed, lonely and suicidal. I wasn’t able to think straight; at times, I was hysterical. I packed the morning I left, very last-minute. I’d been expecting a reprieve. I didn’t take a lot – just jeans and a few T-shirts, a toothbrush, some Colgate, a towel – it didn’t even fill the whole suitcase.” She had £60 to start a new life, given to her by an ex-boyfriend. She had decided not to tell her sisters she was going; she confided only in her brother. “I just didn’t want any fuss.” She didn’t expect she would ever be allowed to return to Britain.

      In Grenada, she found everything unfamiliar. She had to scrub her clothes by hand and struggled to cook with the local ingredients. “It’s just a completely different lifestyle. The culture is very different.” She was given no money to set her up and found getting work very difficult. “You’re very vulnerable if you’re a foreigner. There’s no support structure and no one wants to employ you. Once they hear an English accent – forget it. They’re suspicious. They think you must be a criminal if you’ve been deported.”

      Joycelyn recounts what happened to her in a very matter-of-fact way, only expressing her opinion about the Home Office’s consistent refusal to listen when I ask her to. But her analysis is succinct: “The way I was treated was disgusting.” I still find it hard to accept that the government threatened her until she felt she had no option but to relocate to an unfamiliar country 4,300 miles away. The outcome – a 57-year-old Londoner, jettisoned to an island off the coast of Venezuela, friendless and without money, trying to make a new life for herself – is as absurd as it is tragic.

      *

      In April 2018, the leaders of 52 countries arrived in London for the Commonwealth heads of government meeting. The Mall was decorated with flags; caterers at Buckingham Palace prepared for tea parties and state dinners. In normal times, this summit would have been regarded as a routine diplomatic event, heavy with ceremony and light on substance. But, with Brexit looming, the occasion was seen as an important opportunity to woo the countries on which Britain expected to become increasingly reliant.

      A week before the event, however, the 12 Caribbean high commissioners had gathered to ask the British government to adopt a more compassionate approach to people who had arrived in the UK as children and were never formally naturalised. “I am dismayed that people who gave their all to Britain could be discarded so matter-of-factly,” said Guy Hewitt, the Barbados high commissioner. “Seventy years after Windrush, we are again facing a new wave of hostility.”

      Hewitt revealed that a formal request to meet May had been declined. The rebuff convinced the Caribbean leaders that the British government had either failed to appreciate the scale and seriousness of what was happening or, worse, was aware, but did not view it as a priority. It smacked of racism.

      By then, I had been covering cases such as Joycelyn’s for six months. I had written about Paulette Wilson, a 61-year-old grandmother who had been detained by the Home Office twice and threatened with deportation to Jamaica, a country she had left half a century earlier; about Anthony Bryan, who after 50 years in the UK was wrongly detained for five weeks; and about Sylvester Marshall, who was denied the NHS radiotherapy he needed for prostate cancer and told to pay £54,000 for treatment, despite paying taxes here for decades. Yet no one in the government had seemed concerned.

      I contacted Downing Street on 15 April to ask if they could explain the refusal to meet the Caribbean delegation. An official called back to confirm that a meeting had not been set up; there would be other opportunities to meet the prime minister and discuss this “important issue”, she said.

      It was a huge mistake. An article about the diplomatic snub went on the Guardian’s front page and the political response was instantaneous. Suddenly, ministers who had shown no interest were falling over themselves to express profound sorrow. The brazen speed of the official turnaround was distasteful to watch. Amber Rudd, then the home secretary, spoke in parliament to express her regret. The Home Office would establish a new team to help people gather evidence of their right to be here, she announced; fees would be waived. The prime minister decided that she did, after all, need to schedule a meeting with her Caribbean colleagues.

      There were a number of factors that forced this abrupt shift. The campaigner Patrick Vernon, whose parents emigrated from Jamaica in the 50s, had made a critical connection between the scandal and the upcoming 70th anniversary of the arrival of the Empire Windrush at Tilbury Docks. A fortnight earlier, he had launched a petition that triggered a parliamentary debate, calling for an immigration amnesty for those who had arrived as British subjects between 1948 and 1971. For months, I had been describing these people as “Caribbean-born, retirement-age, long-term British residents”, a clunky categorisation that was hard to put in a headline. But Vernon’s petition succinctly called them the “Windrush generation” – a phrase that evoked the emotional response that people feel towards the pioneers of migration who arrived on that ship. Although it was a bit of a misnomer (those affected were the children of the Windrush generation), that branding became incredibly potent.

      After months of very little coverage, the BBC and other media outlets began to report on the issue. On 16 April, the Guardian reprinted the photographs and stories of everyone we had interviewed to date. The accounts were undeniable evidence of profound and widespread human suffering. It unleashed political chaos.

      *

      It was exciting to see the turmoil caused by the relentless publication of articles on a subject that no one had previously wanted to think about. Everyone has moments of existential doubt about whether what they do serves a purpose, but, for two weeks last April, the government was held to account and forced to act, demonstrating the enormous power of journalism to trigger change.

      At the Guardian’s offices in London, a team of reporters was allocated to interview the huge number of emerging Windrush voices. Politicians were contacted by constituents who had previously been nervous about giving their details to officials; they also belatedly looked through their constituency casebooks to see if there were Windrush people among their immigration caseload; finally, they began to speak up about the huge difficulties individuals were facing as a result of Home Office policy.

      Editors put the story on the front page, day after day. Any hope the government might have had of the issue quickly exhausting itself was dashed repeatedly by damaging new revelations. For a while, I was unable to get through my inbox, because there were too many unhappy stories about the government’s cruel, bureaucratic mishandling of cases to be able to read and process. Caroline Bannock, a senior journalist who runs the Guardian’s community team, created a database to collect people’s stories, and made sure that everyone who emailed got an answer, with information on where to go for advice and how to contact the Windrush Taskforce, set up by Rudd.

      I found the scale of the misery devastating. One morning, I came into work to find 24 messages on my answerphone from desperate people, each convinced I could help. I wanted to cry at my desk when I opened a letter from the mother of a young woman who had arrived in Britain from Jamaica in 1974, aged one. In 2015, after being classified as an illegal immigrant and sent to Yarl’s Wood detention centre, she had taken an overdose and died. “Without the time she spent in Yarl’s Wood, which we understand was extremely unpleasant, and the threat of deportation, my daughter would be alive today,” she wrote. The government had been aiming to bring down immigration at any cost, she continued. “One of the costs, as far as I am concerned, was my daughter’s life.”

      Alongside these upsetting calls and letters, there were many from readers offering financial support to the people we interviewed, and from lawyers offering pro bono assistance. A reader sent a shoebox full of chocolate bars, writing that he wanted to help reporters keep their energy levels up. At a time when the reputation of journalism can feel low, it was rewarding to help demonstrate why independent media organisations are so important.

      If the scene at the office was a smooth-running model of professionalism, at home it was chaos. I wrote until 2am and got up at 5am to catch up on reading. I tapped out so many articles over two weeks that my right arm began to ache, making it hard to sleep. My dictaphone overheated from overuse and one of its batteries exploded. I had to retreat entirely from family life, to make sure I poured out every bit of information I had. Shoes went missing, homework was left undone, meals were uncooked. There was an unexpected heatwave and I was aware of the arrival of a plague of ants, flies and fleas (and possibly nits), but there was no time to deal with it.

      I am married to Jo Johnson, who at the time was a minister in May’s government. As a news reporter, I have to be politically independent; I let him get on with his job and he doesn’t interfere in mine. Life is busy and mostly we focus on the day-to-day issues that come with having two children. Clearly, there are areas of disagreement, but we try to step around anything too contentious for the sake of family harmony.

      But the fact did not go unnoticed. One Sunday morning, Jo had to go on television to defend Rudd, returning home at lunchtime to look after the children so I could talk on the radio about how badly the government had got it wrong. I can see why it looks weird from the outside; that weekend it felt very weird. I had only one brief exchange about the issue with his brother Boris, who was then the foreign secretary, at a noisy family birthday party later in the year. He said: “You really fucked the Commonwealth summit.”

      *

      On 25 April, Rudd appeared in front of the home affairs select committee. She told MPs she had been shocked by the Home Office’s treatment of Paulette and others. Not long into the session, Rudd was thrown off course by a question put to her by the committee’s chair, Yvette Cooper. “Targets for removals. When were they set?”

      “We don’t have targets for removals,” she replied with easy confidence. It was an answer that ended her career as home secretary.

      In an earlier session, Lucy Moreton, the head of the Immigration Service Union, had explained how the Home Office target to bring net migration below 100,000 a year had triggered challenging objectives; each region had a removal target to meet, she said. Rudd’s denial seemed to indicate either that she was incompetent and unaware of how her own department worked, or that she was being dishonest. Moreton later told me that, as Rudd was giving evidence, colleagues were sending her selfies taken in front of their office targets boards.

      Rudd was forced back to parliament the next day. This time, she admitted that the Home Office had set local targets, but insisted: “I have never agreed there should be specific removal targets and I would never support a policy that puts targets ahead of people.” But, on 29 April, the Guardian published a private memo from Rudd to May, sent in early 2017, that revealed she had set an “ambitious but deliverable” target for an increase in enforced deportations. Later that evening, she resigned.

      When I heard the news, I felt ambivalent; Rudd hadn’t handled the crisis well, but she wasn’t responsible for the mess. She seemed to be resigning on a technicality, rather than admitting she had been negligent and that her department had behaved atrociously on her watch. The Windrush people I spoke to that night told me Rudd’s departure only shifted attention from the person who was really responsible: Theresa May.

      *

      Joycelyn John was issued with a plane ticket from Grenada to England in July 2018. “A bit of me was ecstatic, a bit of me was angry that no one had listened to me in the first place,” she told me when we met at her still-bare flat in June this year. She had been rehoused in September, but the flat was outside London, far from her family and empty; council officials didn’t think to provide any furniture. Friends gave her a bed and some chairs, but it was months before she was able to get a fridge.

      In late 2018, she received a letter of apology from the then home secretary, Sajid Javid. “People of the Windrush generation who came to Britain from the Commonwealth, as my parents did, have helped make this country what it is today,” he wrote. “The experiences faced by you and others have been completely unacceptable.” The letter made her cry, but not with relief. “I thought: ‘What good is a letter of apology now?’ They ruined my life completely. I came back to nothing. I have had to start rebuilding my life from scratch at the age of 58.”

      She still has nightmares that she is back in Grenada. “I can feel the heat, I can smell the food, I can actually taste the fish in the dream – in a good way. But mostly they are bad memories.” The experience has upended her sense of who she is. “Before this I felt British – I just did. I’m the sort of person who would watch every royal wedding on television. I feel less British now. I feel I don’t belong here, and I don’t belong there.”

      While a government compensation scheme has been announced, Joycelyn, like most of the Windrush generation, has yet to receive any money. Since the government apologised for its “appalling” treatment, 6,000 people have been given documents confirming their right to live in the UK. Joycelyn is one of them. But, although her right to be here is now official, she hasn’t yet got a passport – because she can’t afford the fee. And she remains frightened. “I’m still looking over my shoulder all the time. I’m a nervous wreck.”

      https://www.theguardian.com/uk-news/2019/sep/14/scale-misery-devastating-inside-story-reporting-windrush-scandal?CMP=sh

    • Du coup, je me rends compte ne pas avoir mis sur seenthis mon bref texte qui accompagne la #photographie d’@albertocampiphoto sur ce carnaval (c’était en 2012...) :
      Le Carnaval de Schignano : un dernier salut aux émigrants

      1Pour arriver à Schignano, il faut passer par una cürva al giazz e una cürva al suu [Un virage dans la glace et un virage au soleil]1, comme disent les mots en dialecte d’une récente chanson écrite par Davide Van De Sfroos, compositeur-interprète de la région. C’est dans ce petit hameau de la Vallée d’Intelvi, au-dessus du Lac de Côme, que, tous les ans, le carnaval anime le village. Une fête populaire spontanée, sans règles écrites, ni lois, qui survit grâce aux habitants qui l’animent, aux artisans qui sculptent les masques en bois caractéristiques de ce carnaval, aux musiciens de la Fughéta, la bande qui accompagne les masques, et aux femmes qui préparent méticuleusement les habits de la pantomime.


      http://journals.openedition.org/rga/1401

  • Arrestation et RDV à Waldeck
    https://nantes.indymedia.org/articles/40219

    Au moins six interpellations autour #de la manifestation « Carnaval des Luttes » organisée cet après-midi. Rendez-vous devant le commissariat Waldeck Rousseau, arrêt de tram Motte Rouge pour accueillir les personnes à leur sortie.

    #Répression #Resistances #/ #nantes #lutte #antirep #semaine #anti-repression #étudiant-e-s #lycéen-ne-s #mouvement #carnaval #arrestations #Nantes #Répression,Resistances,/,de,nantes,lutte,antirep,semaine,anti-repression,étudiant-e-s,lycéen-ne-s,mouvement,carnaval,arrestations

  • Le carnaval d’Haïti :

    Chanter, danser, mais surtout dénoncer
    Philippe Renaud, Le Devoir, 13 février 2018
    http://www.ledevoir.com/societe/520008/mardi-gras-haitien

    De toutes les nations célébrant la veille du carême, Haïti est la scène des musiques de carnaval les plus revendicatrices et militantes, alors que la majorité des « méringues carnavalesques » agacent le pouvoir.

    Roody Roodboy au carnaval à Port au Prince, le 11 février 2018
    https://www.youtube.com/watch?v=sr9QnZKizFQ

    Ou Mechan
    https://www.youtube.com/watch?v=GtIh-ieo_0w

    Nettement moins politisé : Lobey
    https://www.youtube.com/watch?v=aG0GCuVGM9c

    #Haiti #Carnaval #Musique #Musique_et_politique #Roody_Roodboy

  • Carnaval, mardi gras : chacun’ son bande ! - 7 Lames la Mer
    http://7lameslamer.net/carnaval-mardi-gras-chacun-son-1999.html

    « Tous les ans, c’est pendant trois jours une levée soudaine de sauvagerie indécente chauffée à blanc par les rayons d’un soleil d’#Afrique », peut-on lire, au sujet du #carnaval à #LaRéunion, en 1893, dans « L’Indépendant #Créole ». Le ton, raciste en diable, est donné. Carnaval, #mascarade, #mardigras : chacun’ son bande ! Et chacun sa classe sociale, son quartier... son ethnie.

    #racisme

  • Gaufres de Liège
    http://www.cuisine-libre.fr/gaufre-de-liege

    Dans un grand bol mélanger 300 g farine, le sucre fin et l’œuf. Dans un bol, diluer la levure dans le lait tiède. Incorporer au mélange. Laisser reposer 15 minutes. Ajouter le beurre pommade, le reste de la farine, le sel et le bicarbonate de soude. Pétrir puis laisser reposer 10 minutes. Ajouter le sucre perlé et mélanger. Diviser la pâte en plusieurs pâtons et laisser reposer 10 minutes. Faire chauffer le gaufrier puis cuire chaque gaufre environ 2 à 3 minutes pour obtenir une belle couleur…

    Blé, #Crêpes_et_blinis / Flandres & Chti, Dessert, goûter, sucrerie, tisane..., #Sans_viande, #Carnaval

    #Blé #Flandres_&_Chti #Dessert,_goûter,_sucrerie,_tisane...

  • La Parisienne Libérée : « Les zadistes »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/100218/la-parisienne-liberee-les-zadistes

    « J’ai vu ici combien vous êtes engagés pour construire la commune » Profitant du #carnaval, le président se déguise en grenouille et adresse un discours passionné aux habitants de la #ZAD : les zadistes sont courageux, les zadistes sont formidables, les zadistes sont sensibles, les zadistes sont uniques !

    #France #Aéroport #Macron #musique #Notre-Dame-des-Landes #remix

  • Des scènes d’émeute pour du Nutella dans des Intermarché
    http://www.leprogres.fr/loire-42/2018/01/25/la-guerre-pour-du-nutella

    L’enseigne proposait, ce jeudi matin, des pots de Nutella de 950 grammes à 1,41 euro seulement, soit près de 70 % de réduction. Résultat : des scènes d’émeute un peu partout.

    (...)

    A Saint-Chamond, le magasin est assez petit, c’est un Intermarché Contact. Mais les 300 pots sont partis en un quart d’heure aussi. « Ça se battait. On a vendu ce qu’on vend en trois mois. Sur les tapis des caisses, il n’y avait que du Nutella », témoigne une salariée, qui assure n’avoir jamais connu ça en seize ans.

    (...)

    A l’Intermarché de Saint-Cyprien, les gens se sont battus, ils se sont jetés sur la personne qui transportait les pots de Nutella sur une palette.

    A Rive-de-Gier, les portables étaient de sortie pour filmer l’émeute : « Ils se sont acharnés comme des animaux. Une femme s’est fait tirer les cheveux, une dame âgée a pris un carton sur la tête, une autre avait la main en sang. C’était horrible », témoigne une cliente qui a assisté à la scène.

    • Michel Cymes évoque le sucre et ses dangers, à la faveur de la sortie en salle du passionnant documentaire « #Sugarland ». Le médecin campe sur sa position : le #sucre est une substance ultra-addictive, au même titre que la drogue.
      http://www.rtl.fr/actu/bien-etre/michel-cymes-persiste-et-signe-le-sucre-est-hautement-addictif-7791976607

      Huile de palme + sucre + 70% de réduction, un cocktail d’Intermarché qui occasionne partout en France des scènes inédites de cette concurrence entre fauchés dont se soutient la #guerre_aux_pauvres
      #nutsy

    • @ninachani

      Ça me donne envie de pleurer !

      Pareil. Et c’est souvent cette même envie de pleurer quand je fais les courses d’épicerie. les monceaux de saloperies que je vois dans les caddies de mes semblables et qui disent à la pauvreté de goût et les maladies futures. Des fois quand je vois des personnes hésiter et que j’ai une recette en tête avec ce qu’ils tiennent dans les mains, j’essaie le plus simplement du monde de leur donner cette recette, parfois ce sont les caissiers et les caissières qui m’interrogent à propos de tel ou tel produit un peu exotique sur le tapis, et alors-là je suis intarissable des choses que l’on peut faire avec du nioc man, des pois cassés ou encore du mascarpone, et j’insiste toujours sur le fait que cela ne coûte pas plus cher et cela prend à peine plus de temps que d’ouvrir un truc tout fait et de le faire réchauffer. Ou encore de repérer ans leur caddie un truc tout cuisiné mais qu’on peut améliorer facilement.

      Il n’y a pas longtemps une cassière m’a dit : « on doit bien manger chez vous mais on ne doit pas rigoler beaucoup », ça m’a fait rire, puis ça m’a un peu secoué, cette idée de riz complet = tristesse

      Par petits gestes comme ça, aimables paroles, je me demande si on ne grignote pas un peu de terrain et puis c’est une avalanche de Nutella à -70% qui emporte tout.

    • Il n’y a pas longtemps une cassière m’a dit : « on doit bien manger chez vous mais on ne doit pas rigoler beaucoup », ça m’a fait rire, puis ça m’a un peu secoué, cette idée de riz complet = tristesse

      Ça me rappelle cette discussion avec de jeunes universitaires à qui je racontais que ne consommais jamais de coca cola. L’un m’a répondu que c’était une chose de boycotter les marques qu’on estime prédatrices, mais que là c’était de la frustration. Ben non, aucune frustration de ne pas boire cette merde.

    • @philippe_de_jonckheere
      Maître Mô


      Personne ne s’est battu pour du Nutella.
      Mais on s’est battu parce du luxe est bradé (de 4 € 50 a 1 € 40 !) et donc exceptionnellement accessible.
      En fait on s’est battu parce que trois euros c’est beaucoup d’argent, pour beaucoup de gens : la voilà la tristesse.

    • @unagi Ce n’est pas mon impression. Le nutella il y en a chez les pauvres même si c’est effectivement assez cher. Je pense qu’on s’est battu pour la marque parce que le marketing est très, très bien fait et aussi pour la satisfaction de faire une bonne affaire, pas forcément d’économiser de l’argent. Lordon l’explique très bien, les grandes marques sont très efficaces pour attiser notre désir de nous procurer leur produit, c’est normal ils paient plein de gens très compétents pour étudier nos bas instincts et y répondre. Le capitalisme et la pub qui en est indissociable convainquent plein de gens que le bonheur c’est d’acheter telle marque et si on peut, en plus, avoir l’impression qu’on a été malin, qu’on a eu accès à un prix réservé à une petite minorité, qu’on fait partie des gagnants en quelque sorte, là c’est le top du top. Les gens ils ne vont pas faire d’économie forcément. Si j’achète 4 pots d’un coup je vais manger encore plus de nutella que d’habitude parce que je vais me dire qu’en plus ça coûte beaucoup moins cher cette fois ci alors pourquoi m’en priver, puisqu’il y a 4 pots d’avance. Ça aussi c’est calculé, c’est comme les grands conditionnements. Et en plus on crée ainsi un niveau de consommation + grand qui sera éventuellement maintenu par la suite même quand il n’y aura plus la promotion.

    • Nutella, révélateur de notre temps

      Dans les pots de Nutella, nous le savons désormais, on trouve du sucre, de l’huile, mais aussi de l’humiliation, du cynisme et une bonne dose de mépris de classe. Regardez-donc ces pauvres (non, pardon, ces beauf) qui s’écharpent pour des pots des Nutella ! Les cons ! Mais ils ne le savent pas, que le Nutella c’est mauvais pour la santé, plein de graisse et que ça détruit les écosystèmes des Orangs Outans ? Bien entendu, qu’ils le savent. On le leur a expliqué, à la télé, dans les journaux, à l’école, ou lors de la sortie annuelle au zoo de Beauval. Seulement voilà, c’est bon le Nutella. Et quand il n’est pas cher, pourquoi se priver de pouvoir revenir le soir avec une petite (ou grosse) surprise pour les enfants ? C’est compliqué, de résister, quand on sait qu’on fera plaisir aux gosses, ou qu’on se fera plaisir à soi, ce soir ou demain, avec une tartine de Nutella pas chère.

      Evidemment, l’attitude des gens, accentuée par les films et les commentaires des réseaux sociaux, est rapidement un peu ridicule. Quelle époque, je vous jure, s’entre-tuer, ou presque, pour du Nutella ! Quelle idée ! Et bien je trouve pour ma part qu’il y a plus inquiétant, et sans doute plus révélateur encore des dérives de notre temps : l’attitude des commentateurs. Je lis sur Twitter et sur Facebook énormément de commentaires très ironiques, très méprisants, à l’égard des gens que l’on voit sur ces films. « des têtes à regarder l’Amour est dans le Pré », des « cassos », des « beaufs », des « Groseille » (version plus cinéphile de la même réalité), des « gros veaux trop cons pour ne pas savoir que le Nutella c’est de la merde ». Et j’en passe. Mais franchement... Qui sommes nous, derrière nos écrans (le plus souvent mais - bizarrement - pas toujours, cachés derrière un confortable anonymat) pour juger ces gens et se moquer d’eux ? Il y a sur ces films un concentré de cette France que certains, par calculs politiques, appelaient la France d’en bas, celle des petits, des sans grade. Il y a là des gens qui sont ce que nous avons été, pour beaucoup d’entre nous, ou ce qu’ont été nos parents, nos grands-parents, nos amis d’enfance. Et personnellement, ces commentaires me mettent mal à l’aise. Certains me font mal.

      Ne jugeons pas. Essayons plutôt de comprendre. Comment en arrive-t-on à de telles situations ? Comment en arrive-t-on à se battre dans un magasin pour payer moins cher de la pâte à tartiner ? Fait-on cela par plaisir ? Mais aussi, comment en arrive-t-on à rire collectivement de l’humiliation des plus fragiles d’entre nous qu’apportent ces images ? Comment ne pas voir (et s’il se trouve quelques commentateurs pour en parler ici ou là, ils sont une très faible minorité) que derrière ces images, se cache en réalité le cynisme de Ferrero, qui s’offre une publicité gratuite pour son produit phare ? Comment ne pas voir l’indifférence et le cynisme des responsables de grande surface qui trouveront bien, demain, le moyen de dénoncer les dégradation qui nuisent à l’image de leurs établissements, après avoir réussi en quelques secondes une opération promotionnelle hors norme ?

      C’est là, à mon sens qu’est le vrai enjeu : comprendre comment, une fois de plus, nous acceptons et cautionnons que ceux qui sont peu de choses se moquent de ceux qui sont moins encore, sous le regard amusé et intéressé de ceux qui tirent les bénéfices (au sens premier du terme, sans doute) de ce lamentable épisode ? Sans doute m’accusera-t-on de vivre au pays de Oui-Oui. Peu importe, je l’assume. J’assume, en tout cas, de vouloir vivre dans un monde où décidément, non, se payer des gorges chaudes sur les effets de la pauvreté et du déclassement n’est pas quelque chose d’acceptable.

      https://blogs.mediapart.fr/lionel-jeanjeau/blog/250118/nutella-revelateur-de-notre-temps

    • Dans « la paix sociale », pour quoi peut on encore se battre ? Ces scènes en rappellent d’autres lors de #black_friday où il peut s’agir de produits très coûteux.

      @objectifocean signale :

      Au dela de « Ouh, les cassos, ils se battent pour un pot de #Nutella... »
      Regardez le taux de chômage autour des #intermarché en question.
      Ostricourt 20%
      Roubaix 30%
      Wingles 20%
      Marles-les-Mines 27%
      Saint-chamond 20%
      Saint-Cyprien 25%
      Rive-de-Gier 20%
      Voilà...
      (source Insee 2014)

      La marque, ça compte, c’est pas seulement une aliénation. J’imagine que ceux qui mange du Nutella le préfère aux « pâtes à tartiner » qui l’imitent. Et puis un enjeu de reconnaissance (ici, je suis chômeurs mais je peux quand même filer du Nutella aux mômes comme un salarié intégré, et tant pis si les vrais « gens bien » font aujourd’hui éviter le sucre à leurs enfants, ce modèle là ne se diffusera que lentement, vu les intérêts en jeu). Qui d’entre nous n’a pas vécu une scène où c’était pas le bon jeans, les bonnes chaussures, le bon gâteau, parce que c’était pas assez cher, ou pas assez connu, où c’était moins bien qu’une norme

      Sinon, @philippe_de_jonckheere, c’est sûrement un désastre mais il me parait faux de dire que cela prend pas plus de temps de faire à manger. C’est au minimum 15 minutes, et plutôt une demi heure tous quart d’heure, sauf repas exceptionnel (à lire tes seens je me demande d’ailleurs toujours comment tu fais pour trouver le temps, varier autant, etc.). Pour beaucoup de monde, où bien selon les moments, cuisiner n’a malheureusement rien d’une activité de détente, créatrice, oblative, plaisante, c’est une corvée, du travail domestique.
      En milieu populaire, le repas a pu être un moment important (supposant cuisine). Ce n’est très souvent plus le cas au quotidien mais seulement par exception. Le travail-emploi des femmes et bien d’autres facteurs ont joué. Non seulement, ça dégèle du surgelé plus que ça ouvrait des boites, mais en plus le moment commun du repas a souvent laissé place à l’ingestion post moderne ou chacun tend à manger à sa façon et à son heure (spectacle affreux si il en est).

      Le prix au kilo et au litre ça compte grave. Les promos c’est l’occasion de stocker/consommer des produits de « qualité » standard et pas des produits bas de gamme. Je dois être bien daronisé comme disent les djeuns, mais il y a plein d’articles de supermarché de centre ville que je n’achète que lorsqu’ils font l’objet de réduction et coûtent ainsi le prix du bas de gamme, voire moins. Il peut m’arriver d’acheter 10 paquets de café d’un coup parce qu’il est correct mais à 2€ au lieu de 3, ou trois fois trop de pâtes potables, il n’y a qu’à stocker.

      La conso populaire, elle oblige aussi bien souvent à disposer d’un congelo, pas juste pour le transformé et l’ultra transformé de l’#agrolimentaire mais aussi pour stocker du périssable lorsqu’il est disponible pas cher, en saison, en promo. Pour ma part j’achète souvent pour les congeler des produits bruts soldés pour cause de date de péremption (par exemple des poulets moins pourris que le bas de gamme), ou je prend chez le poissonnier plus de poisson en promo que ce que je cuisinerais de suite, etc.

      #économie_domestique #abondance (s’en donner l’impression)

    • Les prix exceptionnellement bas et la promesse d’une vie meilleure

      @ninachani dit

      Je pense qu’on s’est battu pour la marque parce que le marketing est très, très bien fait et aussi pour la satisfaction de faire une bonne affaire, pas forcément d’économiser de l’argent.

      et je pense qu’elle a raison, elle a indentifié l’essence du fait divers.

      Pour comprendre l’importance de l’idéologie et du marketing il faut éliminer tous les facteurs biologiques. On peut alors tester si l’idéologie est capable d’exercer un influence assez grande pour pousser des adultes à se comporter comme le décrit l’article.

      De ma propre observation je peux contribuer un événement qui s’est déroulé dans les nuits qui ont suivi le 9 novembre 1989 à proximité d’un point de passage entre Berlin-Ouest et l’Est. Il faut savoir que la situation alimentaire en RDA et Berlin-Est était comparable à celle à l’ouest à l’exeption des produit de luxe - on trouvait des croissants Lenôtre au grand magasin de luxe KaDeWe à Berlin-Ouest mais il fallait se contenter des Ost-Schrippen à l’Est. Il n’y avait donc pas de famine à l’est et les gens se nourrissaient d’une manière plus saine qu’on le fait chez nous actuellement - les plats cuisinés et industriels n’existaient simplement pas.

      Il devait être vers 22 heures le 10 ou le 11 novembre 1989 près du pont Bösebrücke qui menait vers le post de contrôle qui était ouvert depuis peu. Les douaniers de l’Est y vérifiaient encore les papiers mais il laissaient passer librement chacun avec une carte d’identité.

      Le large boulevard qui mène vers le pont du côté ouest est peu éclairé, prèsque noir. Un camion comme celui sur la photo s’arrête à cent mètres du pont et ouvre son hayon.

      Il faut savoir que Mon Chérie est une marque de Ferrero amplement annoncée dans les publicités télévisées. Il s’agit de chocolat contenant une cerise qui flotte dans une sorte de Cognac de mauvaise qualité très sucré.

      Du coup des centaines d’habitants de Berlin-Est se ruent vers l’arrière du camoin où des ouvriers distribuent des paquets de chocolat périmé comme si c’étaient des rations de riz pour les affamés du Sahel. Les gens sont sur leur chemin de retour après une visite de la partie ouest de la ville fermée pour eux jusqu’il y a quelques jours. Ils profitent de l’occasion pour s’emparer de quelques paquets de cette merveille devenue accessible d’une manière inattendue et miraculeuse.

      C’est la bagarre, la confusion dans la peinombre est totale, pourtant il me semble que malgré l’enthousiasme frénétique des pauvres gens personne n’est blessé. Le contenu du 40 tonnes part en espace de quelques minutes. Le conducteur ferme le hayon et s’en va après une cigarette bien méritée. Le calme retourne au boulevard Bornholmer Straße où les derniers visiteurs de l’est de dirigent vers leur quartier à Prenzlauer Berg et Weissensee .

      http://www.openstreetmap.org/node/268917019

      Volià ce que tu peux réussir avec un peu de publicité et des prix trés bas.

      #Berlin #mur #publicité

    • Sweet Movie
      https://www.youtube.com/watch?v=QO0BJi5j_wg

      Sweet Movie - Wikipedia
      https://en.wikipedia.org/wiki/Sweet_Movie

      She picks up the hitchhiking sailor Potemkin, though she warns him that if he falls in love, she will kill him. He ignores her many suggestions for him to leave and their relationship evolves. Eventually, in the state of love making, she stabs him to death in their nidus of sugar.

      #film

    • Longtemps j’ai pensé que seuls les marginaux s’éduquaient à échapper aux hallucinations collectives : celles de la morale et l’ordre.
      La publicité et le marketing s’occupent du désir comme la police de l’ordre.
      Résister mentalement aux injonctions sociales qui sont reprises par une foule, à la transe collective du désir (avoir ce que l’on n’a pas), c’est un effort mental auquel peu de gens sont préparés. Ce n’est pas tant une question d’argent que de ressort qui lâche.
      Je n’ai pas d’argent, j’aime modérement le Nutella, mais je souffre avant tout de la transformation en animal que cela pourrait opèrer sur moi.
      Je l’ai vu une fois, c’était un petit village en Normandie, bord de mer, les gens n’y sont pas pauvres, pas loin de Deauville, soir d’Halloween sous la halle du marché. Depuis la remorque d’un tracteur étaient jetés sur la foule des bonbons divers. Très vite, ce qui devait être une fête pour les enfants déguisés se transforme en cauchemar. Les parents veulent accumuler le plus possible de bonbons, ils sont venus avec des sacs, ils marchent sur les mains des enfants qui ont réussi à se baisser dans la cohue. Au départ on croit que c’est drôle, de gagner plus que les autres, mais ça se pousse, ça devient méchant, des petits se mettent à pleurer de peur.
      On a arraché les enfants de là vite fait, mais ils nous en ont voulu !

    • Sinon, @philippe_de_jonckheere, c’est sûrement un désastre mais il me parait faux de dire que cela prend pas plus de temps de faire à manger. C’est au minimum 15 minutes, et plutôt une demi heure tous quart d’heure, sauf repas exceptionnel (à lire tes seens je me demande d’ailleurs toujours comment tu fais pour trouver le temps, varier autant, etc.).

      Ah mais, d’abord je n’ai pas la télévision et je n’ai ni Facebook ni Twitter, et sinon je suis assez organisé comme gars.

      Et sinon en un quart d’heure : tu prends n’importe quel filet de poisson que tu déposes dans du papier alu avec des oignons, des carottes, de l’huile d’olive, du sel du poivre du citron, tu refermes le papier alu et tu colles ça au four pendant unq uart d’heure et c’est très bon. Si tu as un quart d’heure de plus tu fais du riz complet pour accompagner. Et pendant que le riz et le poisson cuisent tu découpes des quartiers de tomates de la feta ou de la mozarelle, de l’huile d’olive et du seul et hop !

      Je maintiens cela peut prendre un quart d’heure. Ensuite je mise beaucoup sur le fait que toute personne qui réaliserait un tel truc aussi facile et en tirer une insigne satisfaction va s’enhardir à faire d’autres trucs (comme des bricks à l’oeuf, une quiche avec de la pâte toute faite... et puis....

      Et puis c’est l’avalanche de Nutella à -70%).

    • @colporteur

      Pour ma part j’achète souvent pour les congeler des produits bruts soldés pour cause de date de péremption (par exemple des poulets moins pourris que le bas de gamme), ou je prend chez le poissonnier plus de poisson en promo que ce que je cuisinerais de suite, etc.

      Tu n’es pas obligé de stocker, continue de n’acheter que les trucs qui sont en promotion, de semaine en semaine il y a toujours des trucs en promotion et du coup ça t’oblige à varier (comme tu dis)

      Phil, hyper daronisé velu

    • Une superbe phrase d’une amie sur Facebook : « quand l’émeute montre la misère, l’imbécile regarde le Nutella ». Reprenez vous mes amis ! Ces femmes et hommes avaient enfin les moyens d’ offrir à leurs gosses une gourmandise qu’ils jugent désirable parce su’ ils en entendent parler sans y gouter jamais. Reprenez vous ! Vous ne pouvez pas reprocher aux pauvres les idées dominantes ni les standards de consommation de la societe de consommation. Ici ils font dans le bruit et la cavalcade ce que vous faites paisiblement et en silence parce que vous en avez les moyens. Et si vous ne le faites pas, comme moi, c’est parce que vous savez de quoi il s’agit. Mais pas eux. LES PAUVRES NE SONT PAS RESPONSABLES DE LEUR PAUVRETÉ QUELQU’EN SOIT LE DOMAINE. jlm

    • @philippe_de_jonckheere genré si tu veux mais c’est pas moi qui en décide, ça se passe comme ça, c’est les femmes qui font la bouffe tous les jours, sauf exception très exceptionnelle (il y a même des « ménages » ou la division routinière des taches c’est popote pour l’homme vaisselle pour la femme), si des hommes font la cuisine, c’est en général pour des exploits culinaires qui n’ont rien à voir avec l’ordinaire (ou bien le barbeuc d’été... sans cuisine).
      Oui, c’est un plaisir de ne pas laisser aux entreprises ce besoin vital, et d’y oeuvrer, un plaisir certainement de surprendre ses enfants par des repas. L’impression quand même que non seulement tu es organisé mais aussi très actif, et pas trop trop fauché.
      35h hebdo, ou temps partiel avec horaire en coupures, plus temps de transports, plus temps de travail domestique, c’est comme d’aller à l’usine, ça peut donner envie de se détendre, de se laisser aller à ne rien faire, voire ne plus laisser la force de faire davantage et chercher à réduire le temps de travail (domestique inclus, de mauvaises mères ! ou le choix de faire la lecture aux lardons le soir plutôt que de cuisiner, qui sait ? ). Et même de se vautrer devant la téloche (un bon neuroleptique) « pour décompresser ».
      Par ailleurs, plein de monde vit seul, ça incite pas à faire à manger lorsque personne ne se joint au repas.

      Si je stocke des promos c’est pour pas faire le chasseur cueilleur qui alterne période de disette et festin selon les arrivages (spécialement pour les protéines animales car je vais au marché régulièrement pour ce qui est végétal, mais ce que je dois y acheter ressemble souvent à de l’imitation de Nutella pour cause de fric). Et puis je trouvais dinque que ma grand mère qui avait connu la guerre ait toujours des kilos de sucre, et finalement moi c’est les pâtes, l’huile d’olive, les pois chiches ou les cornichons (et si quelqu’un apportait de la charcut ? n’en manquons pas) et je sais quoi encore. Je sais que je finirais toujours le mois.
      Plein de produit tiennent fort bien la congélation (à proscrire dans bien des cas). Il m’arrive y compris de stocker des surplus de récup sur le marché (légumes congelables sans trop de perte de qualité), ça demande un taff de mise en oeuvre (acheter des haricots verts ou des rondelles de courgette picard c’est plus vite fait, surtout si on se les fait livrer...). Et ça permet à quelqu’un de pas toujours très organisé de s’organiser autrement : avoir toujours de quoi manger, pour soi ou en cas de repas collectif impromptu. Bon j’arrête, je suis pas un modèle du tout :) et j’ai pas de théorie de la chose (vivre sous le capitalisme) sous la main.
      Faire gaffe aux promos, c’est aussi un boulot de bonne femme, et ça prend du temps (tout comme ça prend du temps de voler l’essentiel de ce que l’on mange). Je me souviens d’avoir vu des pauvresses trimbalant une grosse boite en carton avec les bons de réducs dans un supermarché U.S pour remplir le caddie « à bon escient ». Ce que je vois aujourd’hui au supermarché en bas de chez moi, c’est des femmes qui consultent des comparateurs de prix sur smartphones.

      Ne pas oublier. Ça aussi un petit goût de revanche (à défaut d’être « la » revanche de la chanson) : cette fois je me saignerais moins pour ces machins dont j’ai besoin. Sous les comptabilités ordinaires, le mégotage, ce « matérialisme » vulgaire, un refus de la mesure capitaliste, aussi.

    • Ça me rappelle cette discussion avec de jeunes universitaires à qui je racontais que ne consommais jamais de coca cola.

      Tout comme celles et ceux qui te regardent comme un Martien quand tu leur dis que tu ne bois pas d’alcool. Là aussi, l’injonction sociale est à la clef de la partition. Sauf que j’ai perdu l’envie de danser sur ce que la musique jouait et quand la musique joue trop fort, je me bouche les oreilles :-))

    • @colporteur

      Faire gaffe aux promos, c’est aussi un boulot de bonne femme

      euh, mais c’est pas possible d’écrire ça sur seenthis !
      Dire que c’est un rôle toujours dévolu aux femmes, mais dire « bonne femme », non, franchement, tu plonges … assume ta beauferie et utilise bobonne ou pouffiasse pendant que tu y es mais surtout ne va pas raconter derrière

      genré si tu veux mais c’est pas moi qui en décide

      Si si, c’est toi qui décide de mettre bonne femme, un terme méprisant et condescendant.

    • @touti, Si les guillemets implicites s’entendent pas, je les ajoute. ce que ça veut dire c’est que un taff que les mecs font pas, le soin, la reproduction, ça reste les femmes, en général, et très massivement, idem pour la gestion du budget domestique (promos incluses), sauf pour un homme sans femme, ce citron sans fusée spatiale.

    • Pourtant ces images ne sont pas rassurantes puisqu’elles nous mettent sous les yeux ce que c’est qu’être pauvre dans une société de consommation, ce que c’est que manquer de pouvoir d’achat dans une société d’abondance, au point de se battre pour des pots de Nutella.

      http://rf.proxycast.org/1394173213663043584/13983-26.01.2018-ITEMA_21568105-0.mp3

      https://www.franceculture.fr/emissions/lhumeur-du-matin-par-guillaume-erner/lhumeur-du-matin-par-guillaume-erner-vendredi-26-janvier-2018

    • @sombre

      Tout comme celles et ceux qui te regardent comme un Martien quand tu leur dis que tu ne bois pas d’alcool.

      – Désolé je ne bois pas d’alcool
      – quoi t’es breton et tu bois pas ?
      – oui, enfin j’ai bu mais je ne bois plus.
      – ah ben là oui, d’accord.

      Comme quoi la Bretagne est une terre d’alcooliques, une idée encore bien ancrée. yec’hed mat !

    • A Cologne on lance 300 tonnes de bonbons dans la foule - c’est le poids distribué le lundi gras (Rosenmontag) uniquement. Pourtant ca se passe d’une manière plutôt calme dans le cadre de la folie collective annuelle du carnaval.

      Auf der Jagd : Kids im Kölner Kamelle-Rausch (1:17)
      https://www.youtube.com/watch?v=AXIPePZOsm0

      Là c’est un rituel alors que les excès se produisent lors des situations extraordinaires.

      Rosenmontag
      https://en.wikipedia.org/wiki/Rosenmontag

      Celebrations usually include dressing up in fancy costumes, dancing, parades, heavy drinking and general public displays with floats. Every town in the Karneval areas boasts at least one parade with floats making fun of the themes of the day.[6] Usually sweets (Kamelle) are thrown into the crowds lining the streets among cries of “Helau” or “Alaaf”, whereby the cry “Kölle Alaaf” is only applied in the Cologne area – the exact meaning of Alaaf is disputed, it may stem from “alaf”, Celtic for “luck”, or “Alle af”, Ripuarian for “all [others] away”. Sweets and tulips are thrown into the crowd.

      The celebrations become quieter the next day, known as Veilchendienstag ("Violet Tuesday", Shrove Tuesday), and end with “Aschermittwoch” (Ash Wednesday).

      2018 date : 12 February

      reportage de la télévision régionale SR3
      http://www.ardmediathek.de/tv/aktueller-bericht/aktueller-bericht-27-02-2017/SR-Fernsehen/Video?bcastId=743232&documentId=40967918

      Buntes Treiben beim Umzug in Neunkirchen, Beamtenbesoldung unter dem Durchschnitt, Rosenmontagsumzug in Burbach, Rosenmontagsumzug in Saarwellingen und Illingen, Rosenmontagsumzüge in Freisen, Wadern und Losheim, Rosenmontagsumzüge in Merchweiler und Marpingen, Interview mit dem Kinderprinzenpaar, Rosenmontagsumzüge in Ommersheim und Reinheim, Rosenmontagsumzüge in Friedrichsthal, Riegelsberg und Schwalbach, Rückblick auf die Fastnachtsumzüge am Fastnachtssonntag.

      #carnaval

    • Les autorités sanitaires ont recensé six fois plus d’intoxications en 2016 qu’en 2010 suite à la consommation de cocaïne et à ses dérivés, dont le crack, a indiqué vendredi l’Agence du médicament.
      Une promotion proposant le pot de Nutella de 950 grammes à 1,41 euro au lieu de 4,50 euros a provoqué la cohue et l’hystérie dans des magasins.
      Dessin de #Chereau pour #Urtikan.net

      http://www.urtikan.net/dessin-du-jour/cocaine-nutella-chacun-ses-addictions
      https://seenthis.net/messages/556318

    • L’analyse de Jean Gadrey
      https://blogs.alternatives-economiques.fr/gadrey/2018/01/27/ruees-sur-le-nutella-a-prix-casse-qui-sont-les-fauteu

      Mais ce n’est pas tout. L’oligarchie est certes d’abord constituée des super dealers que sont les multinationales et la finance, mais ses fondés de pouvoir dans les institutions publiques sont les plus hauts responsables politiques. Pas tous, mais certains, et nombreux. Ceux qui, entre autres, peuvent amplifier les inégalités de revenu et la pauvreté. Par exemple via une fiscalité qui privilégie les riches contre les pauvres, et via l’appauvrissement des services publics. Car la fiscalité, si elle est progressive, et les services publics gratuits ou à des tarifs très abordables, sont deux des grands réducteurs d’inégalités de revenus, avec bien entendu les prestations sociales, si elles ne sont pas réduites à une peau de chagrin, et avec des mesures qui seraient nécessaires pour limiter les écarts de salaires entre les plus hauts et les plus bas.

      Or la dernière période, y compris les derniers mois, ont vu une offensive de grande ampleur de l’oligarchie et de la macronarchie contre les plus modestes, les plus précaires, contre les services publics, contre la fiscalité progressive, contre les prestations sociales et, en préparation, contre le SMIC. Le nombre de pauvres au sens officiel a progressé d’un million en dix ans.

      Il ne s’agit pas de dire que « les pauvres » sont les seuls à participer, pour certains d’entre eux, à la ruée sur les soldes. Ce serait faux. Mais l’incitation à gagner plus de 3 euros sur un pot de Nutella est malgré tout autrement plus forte chez ceux qui doivent compter le moindre euro, ou à qui on vient d’enlever 5 euros d’APL par mois, que chez la plupart de ceux qui les critiquent en oubliant d’incriminer les dealers et les requins.

    • Je me permets d’ajouter une hypothèse : le assez banal phénomène de foule.

      Tu mets les gens dans un espace restreint, tu leur donnes une même destination, avec un même but, et tu regardes comment ça dégénère. Voir comment s’énervent très vite les gens qui se font doubler, ou qui ont l’impression de se faire doubler, ou juste l’impression qu’on va essayer de les doubler, pour ne pas trop théoriser les qualités du marketing du Nutella. Même pour aucun avantage pécunier (genre attendre son queue devant le rayon boucherie), si les gens font la queue dans le désordre, le ton monte vite.

    • Héhé ! Lemmings !!!
      https://www.techsupportalert.com/content/play-classic-lemmings-game-online-your-browser.htm

      Game fans of a certain age will surely remember Lemmings, which was one of the hottest games of the 1990s. Amazingly, someone actually managed to recreate a clone of the game as a Web-based application that you can play in your browser. It works just like the original, and is just as fun and addictive as you’ll remember it.

      To see for yourself, head to http://www.elizium.nu/scripts/lemmings

      Lemming
      https://en.wikipedia.org/wiki/Lemming#Behavior


      @arno ... banal phénomène de foule ... ;-)

      Lemmings have become the subject of a widely popular misconception that they commit mass suicide when they migrate by jumping off cliffs. It is not a mass suicide but the result of their migratory behavior.
      ...
      It is not known why lemming populations fluctuate with such great variance roughly every four years, before numbers drop to near extinction.

      Bah, comme chez l’Homme quoi. Reste à savoir si c’est mieux chez la Femme ;-)

      #it_has_begun

    • Après le Nutella, la vente de couches-culottes provoque des ruées dans un Intermarché
      http://www.bfmtv.com/societe/apres-le-nutella-la-vente-de-couches-culottes-provoque-des-ruees-dans-un-inte

      Après des rabais effectués sur des pots de Nutella allant jusqu’à -70% et provoquant des scènes d’émeutes, c’est au tour des couches-culottes Pampers de rendre les consommateurs hystériques, au sein de l’Intermarché de Metz Vallières.

      Un prix de 23,95 euros à 7,18 euros

      Ce mardi matin, le quotidien Le Républicain Lorrain fait état d’une émeute, ayant éclaté dès l’ouverture du magasin. En cause : une promotion exceptionnelle de -70% sur le paquet de couches Pampers, faisant passer le prix du paquet de 23,95 euros à 7,18 euros.

      Dans les colonnes du journal, la gérante du magasin raconte scène : « C’était l’horreur ! C’est devenu ingérable. Environ 250 personnes étaient présentes à l’ouverture spécialement pour acheter des couches. Des femmes se sont battues, nous avons été contraints d’appeler les forces de l’ordre. Le personnel était à bout ».
      Une enquête ouverte par la répression des fraudes

      La même opération sera toutefois reconduite dès demain matin mais avec la présence des forces de l’ordre afin d’éviter tout débordement. La Répression des fraudes (DGCCRF) a toutefois lancé une enquête sur ses rabais à 70 % sur le Nutella.

      Du café moulu faisait également partie de la liste des produits à prix réduits, dans le cadre de l’opération « Les quatre semaines les moins chères de France », durant lesquelles de nombreuses promotions ont lieu à travers toute la France. Une opération commerciale qui risque de donner lieu à de nombreuses scènes d’émeutes comme on a pu en voir ces derniers jours.

      70%, ça reste un ovni dans le monde des promos, souvent de 20 à 40%, ou, plus trompeur, de 40 à 70% sur le deuxième article identique acheté.
      Je croyais la #vente_à_perte encadrée.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Vente_à_perte
      #intermarché #pub

    • Sur les phénomènes de foule, il y a eu dans les années xxxx un système de surveillance qui détectait les comportements déviants. Je crois que vous tous qui critiquez le gout national pour le Nutella vous êtes bons pour être classés dans cette catégorie. D’éminents sociologues avaient œuvré pour étudier la foule dans le métro et pouvait ainsi déduire que celui ou celle qui ne courrait dans le sens opposé à la foule était déviant, tout comme rester 2 métros de plus sur le quai ou lever un bras (quand les autres ne le font pas). Grace à un logiciel informatique couplé à la vidéosurveillance, la RATP, grand laboratoire du contrôle de la foule, dit plus communément (voire politiquement pour ceux qui osent encore ce mot) #contrôle_social, créa #prismatica, ce fameux logiciel prêt à épingler ceux qui n’aiment pas le Nutella.

    • Emeutes au Nutella - Analyse de Mélenchon
      La Luciole Mélenchantée
      https://www.youtube.com/watch?v=AQ1e1LefyqU

      Les médias n’ont retenu que le tweet de Mélenchon à propos des émeutes causées par la promo sur le Nutella dans certains supermarchés de la grande distribution. Pourtant, il a émis une analyse complète de la société de consommation capitaliste où la pauvreté explose, notamment dans son livre L’ère du peuple .

      « La publicité est dans la démocratie ce que la propagande est dans la dictature »

  • Le 10 février à midi,
    grandes déambulations carnavalesques
    à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes

    https://lavoiedujaguar.net/Le-10-fevrier-a-midi-grandes-deambulations-carnavalesques-a-la-ZAD-d

    Depuis la décision du gouvernement, nous pouvons le dire clairement : le 10 février sera un jour d’allégresse, l’occasion de fêter tous ensemble la victoire du mouvement contre le projet d’aéroport et d’enraciner encore un peu plus l’avenir de la ZAD.

    Cette célébration se déroulera trois jours avant le Mardi gras, en pleine période de carnaval. S’il est une fête qui permet de narrer la geste des humbles chahutant les puissants, c’est bien celle-ci. Nous souhaitons donc qu’elle vienne inspirer le ton, le rythme et l’esthétique de la journée. Mais le carnaval dispose d’un autre attrait : fête des passages, il survient quand l’hiver n’a pas encore laissé place au printemps, que les jours peinent à rallonger, qu’une saison vient de se finir sans qu’on ait encore basculé dans la suivante. Autant d’allégories rappelant la fin de cette lutte d’un demi-siècle contre l’aéroport qui laisse place à de nouveaux enjeux et combats, ici et ailleurs. (...)

    #Notre-Dame-des-Landes #carnaval #ZAD #10_février