• Pollution au plomb : faut-il mettre Notre-Dame de Paris sous cloche ? - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/societe/pollution-au-plomb-faut-il-mettre-notre-dame-de-paris-sous-cloche-05-08-2

    Les taux de plomb dans les quartiers autour de Notre-Dame restent préoccupants. Des associations réclament une décontamination plus étendue.

    J’essaye d’imaginé ce que serait les titres si c’etait un quartier de pauvre.
    #pollution #castes

  • Quand l’#Inde s’urbanise. Entretien avec #Marie-Hélène_Zerah

    Selon Marie-Hélène Zérah, le développement des #villes indiennes se caractérise par une dynamique de #privatisation_informelle et créative. Par-delà le paradigme réducteur de la « #ville_néolibérale », elle brosse le portrait d’un #urbanisme bricolé et fondé sur l’#exploitation des #migrants et des basses #castes.


    https://laviedesidees.fr/Quand-l-Inde-s-urbanise.html
    #privatisation_créative #urban_matter

  • Baromètre Ipsos-SPF 2018, une #intensification de la #pauvreté | Secours populaire
    https://www.secourspopulaire.fr/barometre-ipsos-spf-2018

    L’intensification de la pauvreté en France en 2018 poursuit une tendance inquiétante. Plus d’un tiers des Français y a été confronté comme les chiffres du nouveau baromètre Ipsos-SPF le montrent et ils sont nombreux à redouter l’avenir difficile réservé à leurs enfants.

    En gros, les #inégalités se creusent !

    Et surtout, elles deviennent irréversibles, ce qui signifie que la stratification en #classes_sociales se fixe en #castes bien étanches

    La mobilité sociale marque le pas dans les pays de l’OCDE. OCDE. Juin 2018
    http://ses.ens-lyon.fr/actualites/rapports-etudes-et-4-pages/la-mobilite-sociale-marque-le-pas-dans-les-pays-de-locde-ocde-juin-2018

    Alors que les inégalités de revenu se creusent depuis les années 90, la mobilité sociale marque le pas : les personnes situées au bas de l’échelle sont désormais moins nombreuses à grimper les échelons, tandis que les plus riches conservent, dans une large mesure, leurs privilèges. Or les effets d’une telle situation sur le plan économique, social et politique sont très dommageables, selon un nouveau rapport publié par l’OCDE. L’étude « A Broken Social Elevator ? How to Promote Social Mobility » montre que, compte tenu des niveaux actuels d’inégalités et de mobilité intergénérationnelle sur l’échelle des revenus, au moins cinq générations (ou 150 ans) pourraient être nécessaires, en moyenne dans les pays de l’OCDE, pour que les enfants de familles modestes parviennent à se hisser au niveau du revenu moyen (voir le graphique ci-dessous). Dans les pays nordiques, cela pourrait prendre deux à trois générations seulement, tandis que dans certaines économies émergentes, ce processus pourrait se dérouler sur neuf générations ou plus. Un enfant sur trois dont le père a des revenus modestes percevra lui aussi de faibles revenus ; pour les deux autres tiers, la mobilité ascendante sur l’échelle des revenus se limitera souvent à l’échelon voisin.

    Cinq générations, c’est la moyenne : en France, c’est six (PDF - en) : http://www.oecd.org/france/social-mobility-2018-FRA-EN.pdf

  • Colère chez les aristos : des filles de « Lords » attaquent le Royaume-Uni pour pouvoir prétendre au siège de papa
    https://www.marianne.net/societe/colere-chez-les-aristos-des-filles-de-lords-attaquent-le-royaume-uni-pour-

    Des filles de Lords britanniques attaquent le pays pour discrimination sexuelle devant la CEDH, dans l’espoir de mettre fin à une coutume atavique …

  • Corruption : deux ans et demi de prison ferme en appel pour l’ex-star de la police Michel Neyret
    https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/06/12/corruption-deux-ans-et-demi-de-prison-ferme-en-appel-pour-l-ex-star-de-la-po
    £e e-monde ment, ce super-flic corrompu n’est en fait condamné à 8 mois deja pûrgés :

    Ayant déjà passé huit mois en détention provisoire, il pourra solliciter un aménagement de peine pour ne pas retourner en prison.

    La police est traumatisé dit le monde !!!

    #castes #injustice #etat_policier

  • Au pays des végétariens
    http://www.laviedesidees.fr/Au-pays-des-vegetariens.html

    En Inde, l’interdit du régime carné reste lié à un impératif de pureté rituelle pour les hautes #castes – mais plus seulement : comme le montre le géographe M. Bruckert, la consommation de viande structure aujourd’hui l’organisation de l’espace social, culturel et économique du sous-continent.

    #Recensions

    / #alimentation, castes, #végétarianisme

  • Une société peut-elle vivre en considérant 99 % comme inutiles ? | PrototypeKblog
    https://prototypekblog.wordpress.com/2017/09/13/une-societe-peut-elle-vivre-en-considerant-99-comme-inutil

    Derrière un vernis scientifique, ou méritocratique, cette phrase est d’essence oligarchique. Cela fait bien longtemps, en ce qui me concerne, que j’ai compris que le discours transhumaniste, derrière une façade idéaliste ou utopique, cache un projet fondamentalement inégalitaire et antisocial. Quand j’ai essayé, il y a quelques années, de rassembler des « pistes de lecture » sur le thème du « transhumanisme », je suis arrivé à deux billets : d’abord, « Transhumanisme et utopie » ; ensuite « Transhumanisme et oligarchie » .

    J’ai mis longtemps. Je viens d’un temps, d’une culture, d’une sensibilité, où le progrès technologique était vecteur de progrès social et facteur d’égalité. On n’en est plus là.

    Derrière l’illusion technologique, ou l’hypothèse technologique, le projet contemporain est bien de rendre 50 % de la population, ou 80 %, ou 90 %, ou plus, juste inutiles. Ils ne serviront à rien. On pourra considérer qu’ils ne servent à rien. C’est du « salauds de pauvres » assisté par ordinateur.

    Mais qu’est-ce que vous êtes venus faire sur Terre, nom de Dieu ? Vous n’avez pas honte d’exister ?

    Certains croient encore que « l’intelligence » est indépendante de l’origine sociale. Je n’y crois plus. Je me suis toujours méfié de l’idée même de mesurer l’intelligence en valeur absolue, du QI et de ce genre de notions ; j’ai toujours considéré que l’intelligence est plurielle et contextuelle. Mais surtout, je pense que « l’intelligence » utile socialement est socialement construite. Pour faire court, les gosses de riches, même idiots, bornés, bêtes, auront accès aux outils et aux formations « d’élite », et finiront par passer pour « plus intelligents ». Les gosses de pauvres, même brillants, futés, doués, n’auront rien, et finiront par passer pour « moins intelligents ».

    #oligarchie #transhumanisme #inégalités #domination #surnuméraires

    • En 2050, les gens avec moins de 150 de QI ne serviront à rien.
      La […] phrase est de Laurent Alexandre.
      […]
      Des gens augmentés disposant de 180 de QI ne demanderont pas plus mon avis qu’il ne me viendrait à l’idée de donner le droit de vote aux chimpanzés.

      avec l’hypothèse la plus classique pour le QI (moyenne = 100, écart-type = 15), on obtient (avec 7 Mds d’êtres humains)

      !  x  ! Pr(QI>x) ! nb personnes !
      !  x  !   (ppm)  !
      ! 150 !     429  !   3 003 422  !
      ! 180 !     0,05 !         337  !
    • Laurent Alexandre : « Bienvenue à Gattaca deviendra la norme »
      http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/06/02/31003-20170602ARTFIG00207-laurent-alexandre-bienvenue-a-gatacca-deviendra-l

      Comment maintenir le principe démocratique « un homme, une voix », si les différences d’intelligence s’accentuent ?
      On ne sauvera pas la démocratie si nous ne réduisons pas les écarts de QI. Des gens augmentés disposant de 180 de QI ne demanderont pas plus mon avis qu’il ne me viendrait à l’idée de donner le droit de vote aux chimpanzés.
      Il va falloir parler QI ce qui n’est pas simple tant le sujet est politiquement chaud. Ne nous y trompez pas : le tabou du QI traduit le désir inconscient et indicible des élites intellectuelles de garder le monopole de l’intelligence à une époque où elle est de plus en plus le moteur de la réussite et du pouvoir : cela est politiquement et moralement inacceptable.
      […]
      Peut-on parler finalement de « dictature de l’intelligence » ?
      L’Intelligence dans une société numérique est la clé de tout pouvoir politique et économique. Nous avons créé une société de la connaissance sans réfléchir aux conséquences. Nous avons bâti une économie de la connaissance, sans comprendre que nous allions donner un avantage immense aux gens maîtrisant les données, dotés de plasticité cérébrale leur permettant de changer régulièrement de métiers et de se former leur vie durant : toutes qualités qui sont mesurées par le QI. Un point de QI supplémentaire fera de plus en plus la différence dans la société de la connaissance.

      Il faudrait rebaptiser le QI et l’appeler QCIA, le Quotient de Complémentarité avec l’Intelligence Artificielle, pour lui ôter son caractère stigmatisant.

      À partir de 2020, le QI minimum pour avoir un emploi va augmenter de l’ordre de 5 à 10 points par décennie. Il faut entamer la modernisation de l’école, pour permettre aux enfants de rester compétitifs face à l’IA. Il y a une désynchronisation complète entre nos institutions -dont l’école, qui forme aux métiers d’hier- et la technologie qui galope. L’école envoie les enfants des classes populaires là où l’IA va les laminer et ignore les formations où ils seraient complémentaires et donc protégés. Il faut, au contraire, cartographier en permanence la frontière technologique pour constamment adapter le système éducatif aux progrès de l’IA et agir sur tous les leviers permettant d’augmenter les capacités cognitives de la population, puisque dans le futur la quasi-totalité des inégalités seront liées aux capacités cognitives. La course effrénée de l’IA est un immense challenge pour notre civilisation.

    • Donner le droit de vote aux chimpanzés c’est pas si impensable. Les US ont élu un affreux orang-outang comme big boss.
      En cherchant des infos sur le QI des non humains je suis tombé sur cette page comme première réponse gogol : https://www.intelligence-humaine.com/faq-intelligence/#FAQ8
      Page qui donne plein d’indications racistes et classiste de critères de QI.

      100 = Moyenne des européens = Intelligence normale
      95 = Moyenne d’un garagiste
      90 = Moyenne homo sapiens

      #racisme #classisme #castes

    • En réalité, on sait que « le QI », ça s’apprend. Faudrait retrouver les études, mais c’est comme n’importe quels tests (et comme quand on fait faire de la géométrie à des filles sans leur dire que c’est des maths, ou l’autre test inverse qui a été fait pour les garçons), plus on s’entraine à faire ce genre de tests (les trucs de logiques, de suites, etc), plus l’esprit se façonne pour les comprendre vite, et on finit par progresser, quelque soit d’où on vient. Donc ça ne signifie rien en soi, comme si c’était une valeur absolue pour la vie entière.

  • « On ment aux élèves sur leur niveau réel » - L’Obs
    http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20170412.OBS7925/on-ment-aux-eleves-sur-leur-niveau-reel.html


    Le contenu est plus subtil que ce que le titre laisse penser.

    Il y a aujourd’hui des lycées pour cadres dirigeants et des lycées pour salariés. On comprend mieux la panique des parents devant le choix d’un établissement pour leur enfant. Cette répartition des rôles est tacitement intégrée par les élèves. Quand un de mes élèves veut faire des études de commerce, il me dit timidement qu’il va essayer un BTS ; à quelques kilomètres de là, un autre aura parfaitement en tête le classement des prépas commerciales. Il y a ceux auxquels la famille montre la marche à suivre, ceux qui n’ont aucune difficulté à décoder le système, et les autres, ceux qui choisissent leur orientation tout seuls, au milieu des schémas et des arborescences d’un CIO, le centre d’information et d’orientation.

    Et malheur à ceux qui veulent aller au-delà de l’objectif professionnel qui leur est assigné. Ceux-là, ceux qui se risquent à vouloir devenir médecins ou avocats par exemple, alors qu’ils ne sont pas dans un lycée prévu pour, vont payer un lourd tribut. Comme on leur a menti sur leur niveau réel, ce n’est pas au lycée mais sur les bancs de l’université, quand il est trop tard pour colmater les brèches, qu’ils découvriront l’étendue de tout ce qu’ils n’ont pas appris.

    Pour ceux-là, ou plutôt pour celles-là, car ce sont souvent des filles qui ont cru de tout leur cœur à la fonction émancipatrice de l’école, ce sera la longue galère des réorientations qui s’achève souvent dans une succession de petits boulots. Ils sont des milliers, ces élèves méritants, dont les familles nous avaient fait une confiance absolue. Nous les avons laissés se casser les dents sur leurs rêves et leurs ambitions. Ne sous-estimons pas l’étendue de cet immense gâchis et la colère qu’il a pu engendrer dans de nombreuses familles.

    #éducation #sélection #discrimination

    • Comment expliquer les ratés dans la transmission du savoir au lycée ?

      Je pense que dans une large mesure notre système éducatif est aujourd’hui pensé et organisé pour ne rien transmettre aux élèves, sinon un savoir volatil, éclaté, absurde. Par ses programmes, par la répartition des horaires de cours, par les consignes données aux enseignants, par la part accordée au projet et à l’expérimentation hasardeuse, ce système ne peut pas transmettre grand-chose, sauf à tomber sur des professeurs qui prennent quelque distance avec ce qu’on leur demande de faire, ce qui est encore le cas de beaucoup d’entre nous.

      Que proposez-vous ?

      Une école beaucoup plus présente dans la vie de l’élève, surtout dans des lieux où il n’y a pas d’autres services publics ni d’offre culturelle à des kilomètres à la ronde. Une école ouverte du lundi 8h au samedi 19h. Pas seulement avec des professeurs, bien sûr. Très souvent, le temps passé en dehors de l’école est un temps perdu, dédié aux écrans, à la déconcentration. C’est le temps où se creusent les inégalités. Il faut que l’école devienne une citadelle où l’élève puisse faire son travail, puisse trouver des adultes pour l’y aider, se voir proposer une offre culturelle beaucoup plus importante. C’est ce que nous faisons à Meaux pour les élèves du primaire, avec une centaine d’enfants auprès desquels travaillent tous les soirs des instituteurs à la retraite et des étudiants qui se destinent à devenir professeurs des écoles.

      Il faut une articulation plus claire entre ce qui relève du projet ou de l’expérimentation, et le cours où se fait la transmission du savoir ; déterminer les priorités : dédier plus de temps au français, à l’histoire, aux sciences. Sans doute n’est-il pas nécessaire d’apprendre trois langues vivantes, qui plus est dès le collège… En parler une correctement serait déjà bien.

      Je crois aussi nécessaire d’accorder une place beaucoup plus importante à la culture et aux artistes dans l’école. Toute subvention publique dans le domaine culturel devrait être assortie d’une contrepartie à l’école, parce que l’urgence est là. Ce n’est pas tant d’un gros chèque que l’Ecole a besoin, mais de compétences et de talents. Le chantier est immense.

  • Hier je regardait le film « Le radeau de la Méduse »
    réalisé par Iradj Azimi avec Jean Yanne, Daniel Mesguich.
    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=17851.html
    Un film que j’apprécie beaucoup et que je regarde souvent.

    Et hier ca m’a vraiment fait pensé à notre présent politique. Nous sommes #En_marche pour construire La Machine avec les morceaux arrachés de la frégate La Méduse. Alors que nos dirigeants nous ont conduits sur le banc d’Arguin ou nous sommes échoués. Ils prétendent que le radeau que nous construisons est destiné à porter de la marchandise, mais 1/3 d’entre nous y seront abandonné et livrés au #cannibalisme.

    Après cette petit note d’optimisme j’en profite pour archiver de la documentation sur cet épisode honteux de l’histoire de France. épisode très représentatif de notre #identité_nationale de grenouilles gallinacées. C’est à dire, #royalisme #classissme système de #castes #discrimination #colonialisme #françafrique dissimulation des fautifs tant que possible
    –---

    un extrait de JT de promo du film à l’époque de sa sortie
    https://www.youtube.com/watch?v=Xw0DCEU5NVo


    Le commentaire de Jean Yanne sur la Gouadeloupe est trop bête. Je sais pas si il se moque pas un peu. En gros il dit « La Gouadeloupe c’est pas que pour tourner des clips et des pubs avec des filles. A la Guadeloupe on peu loué des grandes maisons bien meublé et tout pour y passer des vacances »...

    –---
    Sur le radeau il n’y avait qu’une seule femme. Désigné par « la cantinière » dans les émissions (il faut que je cherche son nom). Dans son film Iradj Azimi a changer beaucoup son histoire (il la fait survivre et c’est même elle qui est la première à voire L’Argus). En fait elle fut la première personne à être jeté à la mer, puis sauvée, puis rejeté encore une fois et fini par mourir. Après avoir été blessée lors d’un des épisodes de violence sa jambe est cassé entre deux morceaux de bois du radeau. Elle aurais survecu une semaine dans cet état et a été jetté par dessus bord avec son mari.
    pour plus d’infos voire ici : https://decoquinarerum.com/contre-sens-tout-contre-1-la-cuisiniere-du-radeau-de-la-meduse

    –---

    Sur la question de l’ #esclavage :

    Enfin, la tragédie intervient au moment où la France reprend le Sénégal à l’Angleterre à l’issue des guerres napoléoniennes. Or, le gouverneur du Sénégal s’est lancé dans un commerce d’esclaves désapprouvé à l’international, mais effectif. Et la lutte contre l’esclavage était une cause chère à Géricault - qui, juste avant de mourir, travaillait à la représentation d’un marché aux esclaves, au Sénégal. Dans son Radeau de la Méduse, le peintre délivre déjà un message contre l’esclavage à travers trois figures d’hommes noirs.

    « Géricault cherche à représenter le destin de l’homme noir. Il y a cette figure qui regarde vers l’aube nouvelle, vers une nouvelle destinée. Mais on est en 1818, il y a encore beaucoup de progrès à faire. Cette figure se situe au sommet du triangle, le summum de l’espoir de tout le monde à bord… mais c’est un faux espoir. »

    https://www.franceculture.fr/peinture/radeau-de-la-meduse-l-horreur-devient-allegorie-romantique

    Quelques toiles de Géricault de cette période avec des modèles d’hommes noirs


    –----

    « Un quart d’heure avec Georges Bordonove », 20/11/1973
    Radeau de la Méduse : l’horreur devient allégorie romantique
    https://www.franceculture.fr/peinture/radeau-de-la-meduse-l-horreur-devient-allegorie-romantique

    –-----

    Les pieds sur terre au Louvres, commentaires des visiteureuses face au tableau de Géricault
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/le-radeau-de-la-meduse-r

    –—
    3 minutes sur l’histoire du tableau par Adrien Goetz
    https://www.franceculture.fr/emissions/la-visite-au-louvre/le-radeau-de-la-meduse-de-theodore-gericault

    –—

    #radio #peinture #histoire #histoire_de_l'art

    –---

    Sur france inter « Les naufragés de la Méduse »
    https://www.franceinter.fr/emissions/la-marche-de-l-histoire/la-marche-de-l-histoire-06-decembre-2016
    et
    « Le Naufrage du radeau de la meduse »
    https://www.youtube.com/watch?v=g2Y3ircmIKA


    Cette émission est très interessante car elle désigne bien les responsabilités. En particulier de Correard et Savigny et du second du capitaine.

    –---
    Une archive de l’INA - Les naufragés de la Méduse par Alain Decaux
    https://www.youtube.com/watch?v=kYqFRwSU1J8


    (pas encore vu)
    –---

    La version d’Europe 1 par Franck Ferrand et Jacques-Olivier Boudon en promo pour son livre
    https://www.youtube.com/watch?v=Wda4DfaGY3w


    Europe1 c’est particulier comme radio. L’émission présente un bouquin qui se prétend définitif et exhaustif sur le sujet et dit mettre la lumière sur tous les points sombres de cette histoire !

    –---
    Une version par une chaîne you tube que je ne connais pas
    https://www.youtube.com/watch?v=7qQV7Il3ZHQ


    (pas encore vu)

    –---

    Une vue aérienne du banc d’Arguin

    Quelques #cartes

    –---
    Le dessin de « la Machine » (nom que les naufrager avaient donné au radeau) - je croie qu’il est extrait du récit de Correard et Savigny

    –---
    Pour le bicentenaire du désastre l’année dernière il y a eu une reconstitution, un documentaire et une expo sur la machine toujours visible.

    ici le docu
    https://vimeo.com/98334036

    le site de l’expo : http://www.sequoiaparc.com/68-aktualiteiten/1253-exposition-la-machine-dans-la-cour-le-radeau-de-la-meduse-rochefor



    Ici avec une centaine de figurants

    il y avait 152 personnes à bord.

    –---
    Capitaine couard : Le jugement du capitaine de « La Méduse » Hugues Duroy de Chaumareys
    https://diacritiques.blogspot.fr/2015/03/capitaine-couard-le-jugement-du.html

    • Je crois que tout est fait (au-delà des discours larmoyants et hypocrites) pour que le message passe bien : « vas-y, Don Quichotte, fais-toi plaisir, mais voilà ce qui arrive aux blaireaux de ton espèce qui osent l’ouvrir contre nous ! »

      J’ai retrouvé 16 ans plus tard le lanceur d’alerte d’un truc assez grave qui s’est passé près de chez moi. Le type, ils lui ont tout fait : bien sûr, le virer et le griller dans son métier, mais aussi faire pression sur sa femme, utiliser leurs relations pour le faire passer pour fou ; lors du procès instruit contre lui (pas contre les pratiques qu’il dénonçait, hein !), l’expert médical était la femme du type mis en question (si, si, c’est extraordinaire, quand même, tu vois le message : « on t’emmerde, on fait ce qu’on veut, on tient le coin ! »). Ensuite, quand sa femme a demandé le divorce (avait-elle le choix ? Je ne crois pas, vu qu’ils lui avaient conservé son job dans la structure qu’il dénonçait, si, si, c’est possible !), ce sont de nouveau ses ex-employeurs qui ont été experts auprès du tribunal et qui ont obtenu non seulement qu’il prenne tous les torts, mais aussi qu’il perde son autorité parentale sur son jeune fils. Au moment où je l’ai contacté pour le retour de l’affaire, ce fils venait d’avoir 18 ans et j’ai suivi leurs retrouvailles, avec un gosse qui découvrait que son père qu’il avait oublié n’était pas le salaud qu’on lui avait raconté.

      Le mec s’est retrouvé black-listé dans mon département (pratique assez récurrente contre ceux qui se ne satisfont pas de la baronnie locale !) et bien au-delà dans son job qu’il a abandonné (au moment des faits, il avait 23 ou 25 ans et il se retrouvait sans rien dans la vie). Il a songé à se faire sauter le caisson, mais il est parti en Angleterre, puis il a totalement refait sa vie, changé de métier et s’est installé en Espagne où il a construit une nouvelle famille.

      Quand l’affaire est ressortie du bois parce que rien n’avait changé depuis qu’il avait tiré la sonnette d’alarme et que les sales trucs continuaient à se produire et que d’autres salariés s’en sont émus, il a suivi ça de loin. Je l’ai retrouvé pour faire un article, on a discuté beaucoup et au vu de ce qu’il avait pris dans sa gueule, j’ai fini par décider de ne pas sortir d’article. Finalement, devant la tournure que ça prenait, il a décidé de retémoigner et il est passé par Le Monde (dommage pour moi, mais bon…)

      À l’arrivée, après beaucoup de bruit jusque dans les ministères et l’envoi d’enquêteurs et d’administrateurs sur place, qui ont tous confirmé les faits, l’affaire est passée dans le même tribunal (avec un nouveau juge dont je suivais déjà l’étrange justice de classe) et hop… les charges ont été pratiquement toutes classées sans suite (alors que je le répète, les enquêtes administratives confirmaient tous les faits dénoncés !), le juge a même inventé une excuse de "gestion à l’ancienne" pour balayer la prise illégale d’intérêt (la corruption, donc) sous le tapis.

      Les salopiots ont retrouvé leur niche écologique intacte et forts de leur nouveau verdict, ont attaqué le Monde et le vieux lanceur d’alerte pour diffamation, où, de nouveau, le même tribunal a pu faire preuve de toute sa "sévérité".

      Là, le lanceur d’alerte a définitivement compris comment ça fonctionne en France, il a renoncé à sortir un article pour raconter cette partie de l’histoire, il a payé la facture et je pense que pour lui, la France est définitivement de l’histoire ancienne.

    • Oh, là là, la pauvre : elle s’est attaquée à l’usine Téfal de Rumilly !
      J’ai grandi dans le bled à côté et bon, il était difficile de ne pas connaitre quelqu’un qui bossait pour Téfal. Quand tu as une grosse boite qui fournit autant d’emplois industriels, tout le monde est d’accord pour protéger la boite envers et contre tout, parce que si ça ferme, c’est grosse dépression économique en vue pour les alentours.

      Ailleurs, je me suis retrouvée un jour avec des stats un peu bizarres qui venaient de l’une des plus grosses usines de mon département. Je travaillais à nettoyer la base de données entreprises et j’avais des soucis d’effectifs à la fois trop faibles et avec trop de variations. Bref, je ne sais plus comment, je me retrouve en contact avec des salariés de la boite qui commencent à me raconter de gros gros arrangements avec le droit du travail. Le truc classique : surconsommation d’intérimaires et de CDD renouvelés ad nauseam , non-déclaration des heures sup, violences hiérarchiques, etc.

      Il se trouve qu’à l’époque, je n’avais que 10 mètres à faire pour me retrouver à l’inspection du travail. Donc, j’y suis allée et j’ai exposé la situation. Là, l’inspecteur m’a gentiment expliqué que l’usine faisait vivre un des bleds les plus importants du coin, sans compter les sous-traitants et qu’il fallait parfois avoir un peu de souplesse pour conserver l’emploi avant tout… y compris les nôtres.

      Bref, je ne suis pas une héroïne, je sais voir quand je vais me retrouver à faire Don Quichotte comme une conne, seule contre tous. Et puis, voilà, le chantage à l’emploi, ça marche quand même super bien : qui voudrait plonger des tas de familles dans la merde, hein ?

      Mais l’histoire a une suite.

      La suite, c’est que le patron de cette usine était plutôt le genre d’autocrate qui s’est fait tout seul (en héritant du commerce de papa, mais en ayant tout de même la capacité de le développer très fort !) et qui est toujours un peu à la recherche de sa place dans le notoiriat du coin… sauf que les parvenus, même plutôt riches…

      Bref, le type, il n’accède pas à la place à laquelle il aspirait dans la baronnie locale et il décide de se venger : il crée un petit journal satirique où il balance tout ce qu’il sait sur les petites magouilles des uns et des autres. Une sorte de lanceur d’alerte insider , mais plutôt catégorie "revanchard" et qui voulait tirer profit de sa position d’intouchable : en gros, il comptait utiliser le chantage à l’emploi dans l’autre sens.

      Son canard marchait super bien. Dans ma boite, il était interdit, mais tout le monde en avait un exemplaire dans le tiroir.

      Ce qui est amusant, c’est que les faits que j’avais rapportés quelque temps plus tôt ont brutalement cessé d’être protégés par le chantage à l’emploi. Le temps de le dire, il s’est tout pris sur la tronche : l’inspection du travail, les services fiscaux, tout… et bien sûr, ils avaient de quoi boire et manger.

      Pour le coup, plus rien à foutre du principal pourvoyeur d’emplois industriels du coin, plus rien à foutre des familles, du chômage et tout ça.

      Il a chargé, encore et encore et à la fin, sa boite a été revendue à la découpe, puis liquidée, avec tous les ouvriers à l’ANPE.

      Lui, il était plus grillé qu’une merguez sur un barbecue de la CGT. Il a disparu des écrans radars.

      Bon, pas totalement ruiné quand même : il a refait sa vie à Québec où il est consultant en entreprises.

      Je n’ai servi à rien dans l’histoire, mais j’ai appris que « quand tu montes au cocotier, tu dois avoir le cul propre ».

      ( et accessoirement que même si tu l’as nickel chrome, si tu t’en prends à certains intérêts, ça ne va pas t’aider… rien ne va t’aider !)

      Mais aussi que dans notre pays, les positions dominantes sont très fermement tenues. Très.

    • Quel courage ! Mais je suis toujours étonnée par tant de naïveté. C’est touchant de l’entendre raconter sa souffrance liée à la perte de ses illusions d’une justice impartiale quand elle explique le moment où elle tombe en dépression, quand elle comprend que les valeurs qu’elle pensait servir ne sont que des mots. Ça me fait un peu penser à des anciens propos de Snowden quand il racontait le moment où il a compris ce qui se passait réellement à la NSA et à quel niveau, lui qui se disait auparavant patriote.

    • Ça me fait penser aux grèves Devaquet, quand on a été une poignée à débrayer le lycée et surtout que j’ai été la seule à bondir sur le trottoir pour aller à la manif dehors : les gus, ils veulent bien faire la révolution, mais à condition que quelqu’un d’autre endosse la responsabilité.
      Ils ont suivi quand il a bien été établi que j’étais LA meneuse et que j’allai donc être sanctionnée prioritairement en rentrant au bahut… J’ai pris une belle leçon de vie, ce jour-là !

    • Cette histoire de meneuse @monolecte ça me rappelle qu’il y a quelques années, avant les présidentielles qui ont élu Hollande, on se retrouvait une semaine sur deux avec quelques voisins pour discuter politique. C’était parti d’une discussion où je faisais remarquer à deux de mes voisins qu’il était difficile de faire changer les choses alors que déjà entre voisins on ne partage rien et que je crois que ça commence par là. Donc on a commencé à se voir et peu à peu le cercle s’est un peu agrandi avec des personnes hors du quartier qui avait des choses à raconter. Mais cela restait dans une sphère privée, j’avais envie d’un lieu ouvert à tous. J’ai donc émis l’idée de faire une espèce de repaire, restait à trouver l’endroit. Je savais qu’il y avait eu un repaire de là-bas dans un café épicerie et je suis allée les voir. Là ils m’ont raconté que le repaire marchait assez bien mais qu’il avait pris fin avec le départ de la personne qui l’avait mis en place et que personne n’avait pris relai. Le mec me précisait que l’épicerie était partante pour relancer l’aventure. J’ai donc fait mon petit rapport auprès de mes potes en précisant que moi je ne serais pas meneuse, je n’avais pas envie de ça et que si on lançait une telle initiative, on devait la gérer collectivement. Le problème était que la fameuse épicerie était située loin du quartier, il fallait trouver un autre endroit. Finalement on a rien fait.

  • « Centralisé, corporatiste et conservateur, (...), le modèle social français génère en réalité une société de statuts. Comme si la Révolution n’avait servi à rien ! Inégalités de régimes, privilèges de castes, tout cela géré de manière centralisée par l’État. Des intermittents du spectacle aux parlementaires, chacun tire la couverture à soi, avec l’argent des autres. »

    Emmanuel Martin, L’Argent des autres.

    #France #inégalités #modèle_social #castes

  • A #Florence, les riches familles du XVe siècle le sont toujours
    http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/05/20/a-florence-les-riches-restent-riches-depuis-six-siecles_4923502_4832693.html

    L’histoire de Florence a une autre facette, nettement plus constante : c’est l’inébranlable richesse de sa #bourgeoisie. Pour illustrer cette donnée, deux économistes italiens, Guglielmo Barone et Sauro Mocetti, ont comparé les revenus des contribuables florentins de 1427 avec ceux de 2011.

    Cette recherche a été rendue possible par un recensement de près de dix mille contribuables réalisé au XVe siècle, avec nom et prénoms du chef de famille, métier et revenu financier.

    Environ neuf cents noms de ce recensement existent toujours à Florence, et, les patronymes toscans étant relativement singuliers, les auteurs ont considéré que sur les cinquante-deux mille habitants portant ces noms aujourd’hui, certains avaient des chances d’être les descendants de ceux qui le portaient en 1427.

    #inégalités #histoire

  • Land-grabbing behind India’s new caste wars | Landportal
    https://www.landportal.info/news/2016/03/land-grabbing-behind-indias-new-caste-wars?platform=hootsuite

    He cites a study by India’s National Sample Survey (PDF), finding that the average land holding in India has been reduced from 2.63 acres in 1960-61 to 1.06 acres in 2003-4—or about 60% in four decades. This has been due to fragmentation of peasant lands, and their expropriation by corporate interests.

    Although it failed to make global headlines the way the Jat action did, last month also saw angry protests by members of the Gujjar peasant caste in Jammu & Kashmir state. At least one was killed in clashes with police who were sent in to evict Gujjars from state lands they had “encroached” upon. (Indian Express, Feb. 23; Indian Express, Feb. 22)

    Of course, the peasants are only “encroaching” on state lands because their own lands have been “encroached” upon by private interests. In addition to agribusiness interests seizing untitled traditional lands from the peasantry, the government is also expropriating lands for energy and resource projects.

    #Inde #agriculture #terres #industrialisation #castes

  • La lente révolution du système des #castes en #Inde | La-Croix.com - Monde
    http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/La-lente-revolution-du-systeme-des-castes-en-Inde-2015-09-18-1358102

    Plus d’un demi-siècle après l’abolition des discriminations fondées sur les castes, les progrès sont mitigés et les dalits (intouchables) catholiques s’estiment victimes de discrimination au sein de l’Église indienne

    Article très intéressant sur l’état du système.

  • « Territoires perdus de la République » : dans le 9-3 ou les campagnes ? (Journal d’un prof d’histoire)
    http://blogs.rue89.nouvelobs.com/journal.histoire/2015/07/23/territoires-perdus-de-la-republique-dans-le-9-3-ou-les-campag

    Avec ce curieux sentiment qui laisse comme un malaise : l’appel au respect des règles, à la primauté du droit, ce ne serait donc valable que pour les élèves ?
    […]
    Depuis les attentats de janvier, l’école est la cible d’une remise en cause obstinée venant d’un peu partout, des médias comme des politiques, visant à lui faire porter la responsabilité d’une sorte de délitement moral collectif dont l’aspect le plus voyant résiderait dans l’oubli des sacro-saintes « valeurs de la République ».
    […]
    Après tout, alors que les forces de l’ordre brillent par leur absence ou leur serviabilité pour les éleveurs de la FNSEA, il s’est quand même trouvé, l’autre nuit, dans la région rennaise, quelques gendarmes pour partir à la traque d’Oyunaa et de ses deux jeunes enfants menacés d’expulsion vers la Mongolie. Ou encore, la veille, pour expulser une cinquantaine de Roms de leur campement à Bobigny. Les gendarmes étaient également très présents, à Sivens, en octobre, lors de la mort de Rémi Fraisse. La République, grande dame, a ses priorités, des valeurs à défendre…
    […]
    Nos élèves, bien sages en comparaison, ne manqueront sans doute pas de s’interroger sur cette étonnante indulgence concédée à une petite partie du corps électoral, une dérive clientéliste qui fait faire à la République le grand écart entre ses principes affichés et son action : respect des règles, de la loi, du bien commun, interdiction de la violence.
    Une obligation uniquement valable pour les jeunes ? Leur interrogation sera d’autant plus légitime que certains d’entre eux, constamment stigmatisés pour leur appartenance supposée à des quartiers dits « sensibles », des zones de « non-droit », ont à juste titre le sentiment que la loi n’est décidément pas la même pour tout le monde.

    #éducation #éducation_civique #exemplarité #violence #valeur_de_la_République #respect_des_règles

    • très riche en tag ce texte !
      #charlie #ZAD #FNSEA #police #gendarmes #nation #nationalisme #racisme #domination #oppression #colonialisme

      J’ai mon prisme de lecture très axé sur le genre alors ca me frappe dans ce texte. La FNSEA incarne pour moi une sorte de virilité très franchouillarde et cette virilité est défendu par l’etat qui est une entité très patriarcale et viriliste. Et les enfants des classes socio-economiques les plus pauvres et aussi racisés sont eux durement réprimé, ainsi que les femmes avec le voile. Ils sont les boucs-émissaires que l’etat utilise pour que les virils sous-chiens et sous-chienne puissent se défoulé des effets de la crise economique. Il y a aussi la réactivation d’une idée de nation (#identité_nationale disait foutriquet), les" jeunes ds cités " ne sont pas Charlie et on va les chasser et les punir aussi bien par la police, gendarmerie mais aussi par l’école et les agressions commises par les citoyens qui ont explosé depuis janvier.

      On pourrait faire un joli tableau a deux colonnes :

      Bon - Mauvais
      Hommes - femmes & enfants
      Flics - Racailles
      FNSEA - Banlieusard·e·s
      Blanc·he·s - racisé·e·s
      Français·es - Musulman·ne·s
      Souschien·nes - Immigré·e·s

      c’est pas nouveau mais le niveau de décomplexion à afficher ca est élévé. Meme plus besoin d’un ministère de l’identité national, c’est l’education nationale qui fait le job ainsi que les autres ministères mais là on parle de l’ecole.

    • Très intéressante cette grille de lecture @mad_meg. ça donne aussi une explication autre qu’économique au fait que la FNSEA prône une agriculture toujours plus mécanisée et des regroupements d’exploitations, alors que rationnellement ça n’a pas de sens en terme de productivité. Leurs adversaires de la Confédération Paysanne ont montré comment il est possible de faire vivre plus de producteurs sur des fermes plus petites tout en produisant autant et en polluant moins. Et plusieurs rapports (entre autres de la FAO) ont montré que les petites fermes sont plus productives que les grosses.
      Mais leur imaginaire est pétri de ces valeurs de « c’est qui qu’a la plus grosse » : la plus grosse exploitation, les plus grosses machines etc. Tout ce qui ne va pas dans ce sens est pour eux soit « arriéré » (c’est risible mais ils le croient vraiment par exemple pour la Confédération Paysanne) soit sauvage et chevelu et déshumanisé (et qu’il convient donc de chasser #manche_de_pioche cc @odilon), soit effeminé (ce qui dans leur ordre des choses est péjoratif).

    • C’est ce dont parlent les Bourguignon, plus violemment d’ailleurs : les mecs de l’agro-industrie « violent la terre en enfonçant toujours plus profond leur gros engins..., etc ». Je n’ai hélas pas encore eu le temps d’approfondir la question du genre dans l’agriculture mais grosso modo, les femmes sont nettement plus enclines à pratiquer des agricultures paysannes que les hommes. Côté pouvoirs publics, c’est une constante, en agriculture mais pas seulement, en France mais pas seulement, se sont les projets à dimensions industrielles qui séduisent les élus. Peu importe ce que cela sous tend, il faut que ce soit gros, que ça se voit de loin. Idem pour les banques (sans doute pour des raisons plus terre à terre) ils aideront à financer les gros projets mais le petit agriculteur lui, ramera pour mener à bien son projet.

    • Je croi que c’est Delphy qui a étudié le sujet, mais il me semble que les femmes agricultrices sont encore plus particulièrement lourdement discriminées car leur #travail non domestique et reproductif est aussi accaparé par le conjoint. Et les #agricultrices n’ont généralement aucun statu administratif et ne bénéficient de rien sans le bon vouloir de leur conjoint.
      Pour Delphy et ses recherches sur les agricultrices, j’en ai entendu parlé ici dans la conférence qu’elle donne à l’institut Emilie du Chatelet pour présenter son parcours. C’est une super conférence si vous l’avez pas vu je la recommande. La partie sur les agricultrices commence à 20:30 et elle parle de la formation de #castes raciales en France autour de la question du voile, ce qui me semble ramener à la question du rôle de l’école pour former ces castes. c’est à 1:01:26

      http://www.dailymotion.com/video/xmydhg_conference-de-christine-delphy-8-octobre-2011_school

      Et par rapport aux machines, l’accès aux machines est un privilège masculin et un des moyens de domination. Les outils qui sont fait pour les tâches dévolus aux femmes sont plus rudimentaires et moins performants que ceux que se réservent les hommes. Ils évoluent aussi moins vite et moins souvent.
      J’ai pas encore lu mais je met ici ce que je trouve sur les #outils, les #machines, la #technique et le #genre.
      – Paola Tabet, La Construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps https://lhomme.revues.org/6470

    • @koldobika tout à fait d’accord avec ta remarque sur le mot racaille.
      J’en ai profité pour aller voire la défintion et l’etymologie de ce mot et c’est une insulte classiste.
      http://www.cnrtl.fr/definition/racaille

      Péj. Partie du peuple la plus pauvre, considérée comme la plus méprisable . Synon. canaille, populace.C’est le bouleversement de tout ; la racaille va maintenant à la cour... Les seigneurs sont confondus parmi les va-nu-pieds (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 196).Qu’ai-je côtoyé de plus repoussant que ce quartier de ville bâti (...). La racaille n’émergeait de ces profondeurs spongieuses que pour s’injurier d’une voix usée et sans colère véritable (Saint-Exup., Citad., 1944, p. 537).
      − P. ext. [S’emploie pour désigner de façon très méprisante un ensemble d’individus] Synon. crapule (vieilli), fripouille (vieilli).La racaille bourgeoise, révolutionnaire. C’est Masson (...) qui amène toute cette petite racaille académique ! (Goncourt, Journal, 1887, p. 641).Les notaires ? D’la racaille ! Des mecs qui prennent cent sous pour vous écrire deux lignes... (Benjamin, Gaspard, 1915, p. 94).Il leur fallait quelqu’un à qui s’en prendre, quelqu’un qu’on pourrait haïr sans danger (...) ceux qu’on appelait les dissidents, les réfractaires, les patriotes ou simplement les jeunes... la résistance, ce ramassis de vauriens, cette racaille, ces bandits, la résistance, que le diable l’emporte ! (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 410).
      − Rare
      ♦ Une racaille de + subst.Synon. une meute de.[Les] logeuses, [les] concierges, (...) toute une racaille de gens sinistres (Miomandre, Écrit sur eau, 1908, p. 197).
      ♦ [Désigne un, des individu(s)] Synon. de canaille.Ils ont mis une machine derrière le mur, ces racailles ! (Zola, Assommoir, 1877, p. 788).
      Prononc. et Orth. : [ʀakaj], [ʀakɑ:j]. Martinet-Walter 1973 [-a-], [-ɑ-] (14, 3). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1140 rascaille agn. (Gaimar, Estoire des Engleis, éd. A. Bell, 1822). Terme originaire des dial. agn. et norm. (supra, FEW t. 10, p. 89a et M. Nezirović , Le Vocab. ds deux versions de Roman de Thèbes, p. 140), dér., à l’aide du suff. péj. -aille , d’un *verbe *rasquer (cf. a. prov. rascar « râcler », Moissac, xves. ds Levy Prov.) corresp. à un a. fr. *rachier ; *rasquer est issu d’un lat. vulg. *rasicare « raser » (également att. par le cat. esp. port. rascar, vénit. lomb. raskar, REW3n o7074), fréquentatif formé sur rasus, part. passé du class. radere (d’où, également le dér. *ras(i)c(u)lare, v. raser). Fréq. abs. littér. : 84. Bbg. Dub. Pol. 1962, p. 395.

    • Je trouve que tout ca met bien en valeur le fait que les différents systèmes de dominations sont intermêlés en une sorte de meta-systhème, en ce moment j’appel ca #patriarKKKapitaloKKKolonialisme histoire de faire un tag pratique à utilisé :p
      Ce jeu de mot avec KKK n’est pas de moi, je l’ai vu sur des sites anarco-féministes et ca m’avais bien plu.
      Le dessin que je fait en ce moment parle un peu de ca. Je met un détail avec une photo moche de mon cru.


      #shamless_autopromo oh et puis j’ai mon tag perso grâce @intempestive #mad_meg ?

    • je reviens sur le texte de Paola Tabet ; La Construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps
      https://lhomme.revues.org/6470

      Paola Tabet élargit alors le débat. D’après elle, toute nouvelle technique plus sophistiquée ou perfectionnée est aussitôt confisquée par les hommes. Ainsi, chez les Baruya, l’introduction des outils en fer ou en acier a permis aux hommes d’améliorer leur travail et de gagner du temps, tandis que les femmes continuent à utiliser le bâton à fouir et les filets pour le transport et travaillent encore plus en raison de l’extension des terres cultivées (p. 59). Mais les hommes se sont-ils approprié ces nouvelles techniques parce qu’elles sont plus perfectionnées ou parce qu’il s’agit d’outils-armes ? À l’appui de sa thèse, l’auteur donne des exemples d’amélioration d’objets qui ne sont pas des armes. Dès qu’un progrès technique est introduit, les hommes s’attribuent l’instrument, affirme-t-elle. C’est le cas du moulin à vent ou à eau qui a remplacé la meule manuelle. C’est le cas du métier à tisser à pédales ou du tour de potier. Malheureusement, dans cette partie (pp. 62-68), les éléments statistiques manquent pour étayer la démonstration. Or, des exemples isolés ne peuvent servir de preuve. L’introduction de l’électroménager en Occident n’a pas vraiment incité les hommes à faire le ménage, la lessive et la vaisselle. Elle a par contre allégé les tâches domestiques des femmes, leur permettant d’y ajouter du travail salarié à l’extérieur. En d’autres termes, il s’est passé pour les femmes en Occident ce qui s’est passé pour les hommes baruya.

      Patrick Kaplanian qui a écrit ce résumé me semble manquer sa cible lorsqu’il prend l’exemple de électroménager en Occident. Électroménager domestique à destination des femmes est peu performant par rapport aux machines « professionnelles » qui sont celles utilisé par les hommes (souffleuses à feuilles, piano de cuisine des chef, cireuse dans les grandes surfaces qui ressemble à des tracteurs, nettoyant ménager plus efficace ...). Tout cela est bien sur plus polluant.

      Et aussi ce me fait pensé à la #pollution des cours d’eau aux œstrogènes qu’on impute aux femmes parce que quant on dit œstrogène on pense femmes, alors qu’en fait ces pollutions sont causé par les pilules que les agriculteurs donnent aux animaux et qui servent à augmenter la rentabilité et sont dosé pour des éléphantes. Ce qui permet au #Vatican (ou VatiKKKan ^^) de faire une attaque contre les femmes alors que les pollueurs sont les machos de la FNSEA.
      http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/01/05/le-vatican-denonce-les-effets-devastateurs-de-la-pilule-sur-l-environnement_
      C’est @anne qui m’avait expliqué cela

      ici avec l’exemple néerlandais, il est dit que la pollution hormonale des eaux est un peu provoqué par les déjections humaines mais que la pollution casé par l’élevage est 10 fois plus importante.
      http://www.iksr.org/uploads/media/Rapport_CIPR_186f_01.pdf

      Bien sur le Vatican va pas faire la leçon a ses meilleurs clients et préfère comme a son habitude pourrir les femmes.
      https://www.youtube.com/watch?v=4nRu4FnXpMw

    • « J’peux pas encaisser les drapeaux
      Quoi qu’le noir soit le plus beau.
      La Marseillaise, même en reggae,
      Ça m’a toujours fait dégueuler.

      Les marches militaires, ça m’déglingue
      Et votr’ République, moi, j’la tringle
      Mais bordel ! Où c’est qu’j’ai mis mon flingue ? »

    • Le sous-équipement technologique constant des femmes par rapport aux hommes révèle que les tâches sont dévolues aux femmes en fonction des outils, et non l’inverse. Les instruments de production-clés sont tenus par les hommes

      Nicole-Claude Mathieu, L’anatomie politique

  • Soral ou les nouveaux habits du fascisme - Paris-luttes.info
    http://paris-luttes.info/soral-ou-les-nouveaux-habits-du-3646

    "La thèse du livre peut être résumée rapidement. Pour être fonctionnelle, une société devrait être divisée en trois groupes sociaux : le premier chargé de la production matérielle, le second de la production d’idéologie, le dernier de l’encadrement politique et sécuritaire."

    Le tiers états, le clergé, la noblesse.

    C’est ça la société idéale de Soral.Je me demande ce qu’espèrent les gens qui le soutiennent ? Une place à la droite du père ? Faut pas rêver hein, vous aurez jamais mieux qu’une place de bouledogue dans la garde royale et selon toute probabilité vous serez plutôt au turbin, comme les autres.

    "C’est une société médiévale largement mythifiée, dans laquelle le bon peuple aurait travaillé paisiblement aux champs à l’ombre des châteaux et des églises. C’est défendre une société extrêmement (...)

    #luttes

  • Internet, le territoire où les dalits indiens brisent les castes | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/98815/inde-internet-dalits-caste

    Miroirs d’une société démocratique largement inégalitaire, les grands médias indiens sont libres d’aborder tous les sujets, mais une partie de la population en reste marginalisée. Les dalits (anciennement qualifiés d’intouchables) sont souvent absents des rédactions, et peu considérés dans le traitement de l’actualité. Prenant le contre-pied des médias mainstream, des activistes et représentants de cette communauté investissent de plus en plus le web pour combler un espace resté vierge.

    ...

    C’est pour faire entendre leur voix que s’est créée la chaîne YouTube Dalit Camera. Sur sa page de présentation Twitter elle annonce la couleur : c’est « au travers d’un regard intouchable » qu’elle propose de voir le monde. Des événements comme les manifestations, mouvements de protestation villageoises ou moments plus simples comme les bureaux universitaires, chants de ralliement ou chambres d’étudiants.

    https://www.youtube.com/user/kadhirnilavan

    ...

    Ravichandran, le fondateur : « Rien ne va changer, pas même le fonctionnement des grands médias. Je ne crois pas que Dalit Camera pourrait avoir une véritable influence, c’est juste une éclaboussure. On ne peut pas créer de mouvement, mais on peut déclencher des débats, et c’est de cette dynamique qu’émergeront des leaders. »

    #Inde #intouchables #dalits #castes #internet #Dalit_Camera

  • « L’#Inde a reconnu l’ampleur des violences faites aux femmes »
    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/3092dd2e-f65a-11e3-becf-b7f9645726d2/LInde_a_reconnu_lampleur_des_violences_faites_aux_femmes

    Manjula Pradeep : La médiatisation de ce cas est sans précédent. A tel point que j’ai été très surprise aujourd’hui [mardi] d’entendre le représentant de l’Inde reconnaître l’ampleur des violences faites aux femmes intouchables. C’est un premier pas, mais il reste tant à faire. Les auteurs du crime en Uttar Pradesh ont pendu leurs victimes à la vue de tous pour intimider toute la communauté. Ils pensaient bénéficier d’une totale impunité. C’est bien ce qui se serait passé sans la pression médiatique.

    – Manque-t-il une législation pour punir ces crimes ?

    – Les lois existent, mais uniquement sur le papier. En Uttar Pradesh, les meurtriers faisaient partie de la même caste que les policiers qui, eux-mêmes, croyaient qu’ils seraient couverts par les autorités de l’Etat. Mais ce n’est pas ainsi que fonctionne une démocratie. Dans les tribunaux, le juge commence souvent par proposer un règlement à l’amiable. Mais c’est illégal pour de telles atrocités. Les familles des victimes sont pauvres et elles sont tentées de recevoir de l’argent.

    – L’élection de Narendra Modi à la tête de l’Inde est-elle une bonne nouvelle pour les intouchables ?

    – Elle va probablement rendre la vie des minorités et des groupes marginalisés plus difficile. Je sais de quoi je parle, puisque je travaille au Gujarat, l’Etat dans lequel Modi était gouverneur. Il n’a jamais eu un mot pour les intouchables victimes de violences.

    #femmes #sexisme #violences_sexuelles #culture_du_viol #castes

  • Les classes sociales selon Life Magazine - Avril 1949


    http://books.google.ca/books?id=Vk4EAAAAMBAJ&lpg=PP1&pg=PA100&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

    #phrénologie #psychomorphologie #sourcils #Russell_Lynes

    http://www.thirteen.org/openmind/history/upper-class-middle-class-and-lowest-class/880
    THE OPEN MIND
    Host: Richard D. Heffner
    Guest: Russell Lynes
    Title: “Upper Class, Middle Class, and Lower Class”
    VTR: 7/10/81

    HEFFNER: …in establishing what has happened to our country in terms of non-political power that I can’t think of anything more appropriate at this time than to ask you as you bring out this new edition of The Tastemakers, who makes taste today in America?

    LYNES: Well, I think it’s changed, Dick. When this book was published 25 years ago, 26 years ago, you could pick out individuals whom you thought were responsible for setting tastes. Certain magazine editors, certain fashion people, and so on. And in the arts, certain museums. What has happened, it seems to me now, is that there has been a kind of bureaucratization of taste. We’ve got a whole lot of new elements now in who says what is good. We’ve got the government foundations for the arts and the humanities. We’ve got the big foundations like the Ford Foundation, which was more involved in the arts ten years ago than it is now, and a good deal more involved, oh, 20 years ago. We have the big corporations who are now devoting a good deal of money to the support of public television, of blockbuster exhibitions in museums, and so on. So what happens here, none of the things that happens here, is that this is taste which is approved by committees in foundations, in the government, in the national foundations, and I’m sure in the corporations, though there’s usually a vice president in charge of culture, I believe.

  • Les chambres du pouvoir : Politique des #castes
    http://actualutte.info/culture/item/245-les-chambres-du-pouvoir--politique-des-castes
    de Valentine Lopez et Géraldine Woessner : « les chambres du Pouvoir » (éditions du Moment)

    En mai 2008 seuls 52 conseillers de sarkozy ont une nomination officielle, alors qu’on sait, d’après le rapport du budget parlementaire, qu’un millier de personnes sont en réalité « employées » par l’Elysée, pour un salaire moyen de 42000 euros (hors prime) annuels. Impossible d’avoir leur identité, alors qu’ils sont payés sur les deniers publics.
    Le problème est transversal, car ni la droite ni la gauche n’ont jugé bon de clarifier cette situation.

    Le copinage et des réseaux pour grimper l’échelle sociale :

    Ainsi, Marie-Laure Harel, 23 ans, maîtrise de droit, amie de la fille de Cecilia Sarkozy est déjà, et si jeune, chargée de mission auprès du chef de cabinet du président. Cécilia Sarkozy qui sut imposer en son temps de nombreux intimes, comme le publicitaire François de la Brosse, qui dispose d’un bureau à l’Elysée. C’est qu’en effet, il faut être coopté pour s’introduire dans ce milieu pourtant théoriquement ouvert aux talents et compétences.
    Tous les ministres ont des « agents » à la cour des comptes, chez les Ex du conseil d’Etat, ou dans les cercles amicaux et/ou familiaux. Les candidatures spontanées n’ont aucune chance d’aboutir, tout fonctionne en doublette : le mari et l’épouse sont hauts fonctionnaires dans des cabinets ministériels ou une administration centrale, et quand la couleur du gouvernement change, ils permutent.

    Basée sur un trépied confiance-loyauté-compétence, toute nomination y trouve sa justification, assortie souvent d’un « tout le monde le fait !! » étonné.
    Cela même si souvent le support de compétence est injustifiable. Exemple : à quoi peut servir une juriste (Isabelle Barnier épouse de l’ancien ministre de l’agriculture Barnier) spécialiste du droit de la propriété littéraire aux côtés de Bachelot officiant à la santé ?
    Au sénat ou l’Assemblée, il est techniquement impossible de dénombrer les emplois familiaux ou de réseau, ou encore embauches croisées (j’embauche ta femme et toi ma cousine…) à moins d’avoir une armée d’enquêteurs, tant les cas sont nombreux. De toute façon les élus n’ont aucune obligation de fournir la liste des personnes qu’ils rémunèrent avec pourtant des fonds publics, et ils refusent même qu’elle soit rendue publique, à droite comme à gauche.
    Le problème est que ce système « familial et de réseau » a bloqué pendant des decennies l’arrivée de personnes talentueuses en ne laissant les postes qu’à des cooptés par la caste.
    Même Jean Marie le Pen avoue que « les enfants de ceux qui occupent un poste ou une fonction ont plus de chance de suivre cette voie … on sait qu’on pourra se présenter député, puis devenir ministre, c’est presque automatique. » ; la succession de sa fille à son propre poste ne le dément pas.

    #livre #dynastie_politique