• Vers une histoire de la violence , Le Courrier Suisse, 3 novembre 2019, par Francois Cusset
    https://lecourrier.ch/2019/11/03/vers-une-histoire-de-la-violence

    Vers une histoire de la violence
    La violence parle le langage du pouvoir. Le terme a toujours été le pivot d’un « tour de magie ancestral », selon ­l’historien François Cusset, qui consiste à agiter le « fantasme d’une violence imminente » pour justifier une violence « présente, dûment rationalisée ». L’histoire de la violence ? « Une histoire de la stigmatisation et de l’asservissement des populations. »
    dimanche 3 novembre 2019 François Cusset
    Vers une histoire de la violence
    Déploiement de la police montée lors des manifestations du 1er mai 2019 à Paris. FLICKR/CC/JEANNE MENJOULET
    Analyse

    Quand l’oligarchie athénienne qualifie de « barbare », il y a 2500 ans, l’immense majorité de la population extérieure à l’oligarchie – femmes, non-propriétaires, esclaves, étrangers, ennemis –, ce mot suffit à justifier par avance la violence d’Etat qui pourra être exercée contre eux. Et l’opération est plus explicite encore quand le conseiller à la sécurité nationale du président George W. Bush déclare en 2002 : « Un Etat voyou est n’importe quel Etat que les Etats-Unis déclarent tel ». Au-delà de la paranoïa belliqueuse post-11 septembre, l’arbitraire revendiqué de la formule sert à soumettre la justice à la puissance, ancestral coup de force rhétorique qui rappelle que si, comme le posait jadis (Blaise) Pascal le janséniste, « la justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique », l’équilibre de ces deux pôles reste une vue de l’esprit, et l’usage officiel de la force sera toujours le meilleur moyen de s’arroger les vertus de la justice.

    Les exemples ne se comptent plus de cette vieille prestidigitation des pouvoirs, consistant à agiter le fantasme d’une violence imminente, et archaïque, pour justifier une violence présente, dûment rationalisée. Les migrants qu’on rafle et qu’on expulse pour le danger supposé de certains d’entre eux ou juste, à mots de moins en moins couverts, pour les emplois et les allocations qu’on ne peut pas distribuer sans limites, ni faire violence à ceux qui y auraient vraiment droit. Le missile israélien qui déchiquette quelques familles dans les territoires palestiniens pour l’attentat terroriste qu’ils seraient là-bas, d’après les services secrets, en train de fomenter dans l’ombre.

    Ou encore, moins spectaculaire, le militant écologiste qu’on jette en prison pour avoir arraché des plants de maïs, comme si les pesticides et les OGM n’exerçaient pas la plus grande des violences sur les corps et les biotopes. Et le jeune punk délogé avec brutalité de sous une porte cochère parce que sa forme de vie ou ses atours sont associés par la bien-pensance publique au parasitisme, au vandalisme ou à l’égoïsme anti-social. On n’est jamais très loin de l’autre bout du spectre, où la jeune femme venue déposer plainte pour agression sexuelle et le citadin gay pour insulte homophobe se voient reprocher plus ou moins implicitement un accoutrement ou des choix d’existence qui feraient violence à la bienséance voire à l’ordre public. Par cette inscription, cette façon de légitimer les arbitraires d’Etat, par les méfiances et les rancœurs qui relient les uns et les autres, la violence, bien plus que la déflagration d’un instant, est une chaîne de conséquences, une émotion circulatoire, le piège d’un circuit sans fin.

    C’est le premier problème que posent le mot et le concept de violence, qui rend difficile le travail nécessaire, mais délicat pour historiciser ces questions. Faire une histoire de la violence, pour en comprendre les formes d’aujourd’hui et l’usage tactique dans les luttes de résistance, est donc hautement problématique. Car si la violence légitime est exercée au nom d’une violence antérieure, pour « pacifier » les sociétés comme on le dit depuis la Seconde Guerre mondiale, alors tout dans une telle histoire risque bel et bien d’être à double lecture. Et de fait, le grand tournant historique ici, autour des conquêtes coloniales et de la naissance de l’Etat moderne, sur une longue période qui va du XVIe au XIXe siècles, nous a toujours été présenté comme celui d’une atténuation et d’un encadrement juridique et politique (voire « civilisationnel ») de la violence – alors que l’historiographie récente a pu enfin démentir cette approche et démontrer que les violences d’Etat et les violences coloniales ont été bien pires, par leur bilan quantitatif comme leur ordre normatif, que la conflictualité ordinaire, celle de la vie sociale traditionnelle ou des luttes intercommunautaires, qu’elles étaient censées réduire.

    A l’insécurité résiduelle, avant le Code pénal et l’éclairage nocturne, de nos villes et nos villages, où en effet on pouvait impunément détrousser le visiteur ou occire le manant, l’Etat moderne a substitué ses cadres coercitifs, normalisateurs et centralisateurs, et sa passion punitive légale, à mesure que se creusait le fossé entre le danger objectif et la sanction pénale : entre les années 1980 et aujourd’hui, par exemple, pendant que chutaient en France les taux d’homicides, mais aussi de délits pénaux moindres, la population carcérale a été multipliée par 2,3, « inutilement » en somme.

    Pour compléter ces deux axes majeurs de l’histoire politique moderne – conquête coloniale et formation de l’Etat – on peut ajouter que celle-là s’est prolongée, une fois acquises les indépendances nationales sur les continents concernés (de 1802 pour Haïti à 1962 pour l’Algérie), sous la forme d’un endocolonialisme1 du cru, entretenu par la tutelle économique et morale des anciennes métropoles, ou des nouvelles puissances. Quant à celle-ci (la formation de l’Etat), elle est ce qui a permis aux guerres entre nations voisines, qui avaient toujours existé, d’acquérir une forme rationnelle et systématique et une échelle absolument inédite, qui culminèrent avec les deux guerres mondiales et leur mobilisation totale des corps et des esprits – pas besoin d’être un naïf anarchiste pour y voir une conséquence directe de l’inflation de la forme-Etat, d’un Etat « paroxystique ». Plus simplement dit : Napoléon fait édicter les codes civil et pénal, mais il ravage l’Europe ; les papes de la Renaissance sauvent les âmes des autochtones, mais en en faisant massacrer les corps ; la France apporte en Afrique du Nord l’éducation publique et quelques infrastructures, mais aussi la torture et le racisme d’Etat ; et si lois et normes se sont imposées peu à peu dans les foyers et les rues, d’Occident d’abord, y limitant les risques de désordres imprévus, ce fut avant tout sur les cadavres, innombrables, des insurgés de 1848, des communards de 1871, des mineurs de 1947 ou des refuzniks les plus têtus des années 1970 – ou encore, pour que nous vivions en paix à l’ère du « zéro mort » policier, sur les cadavres de Malik Oussékine, Carlo Giuliani ou Rémi Fraisse. Ou juste les 3000 blessures graves infligées par les policiers français en 30 samedis de « gilets jaunes ».

    En plus de la colonisation qui aurait sorti les peuples primitifs de l’arriération guerrière, et de l’Etat moderne qui aurait pénalisé les arbitraires locaux et les violences interindividuelles (jusqu’aux duels, dont la pratique disparaît enfin au début du XXe siècle), le troisième pilier de cette histoire de la modernité comme pacification sociale et restriction de la violence est à trouver du côté de la civilité. A partir du XVIIe siècle, la civilité est diffusée par les manuels de savoir-vivre et les nouvelles règles descendantes, prônées par l’aristocratie puis la bourgeoisie, ces règles neuves qui recommandent de ne pas se moucher dans la nappe, de discuter au lieu de frapper, d’être pudique et mesuré en toutes occasions.

    C’est la grande thèse du sociologue Norbert Elias sur le « processus de civilisation » comme intériorisation des normes et autorépression de la violence. Sauf qu’elle a été mal comprise, et que même Elias, plus subtil que ses exégètes, en énumérait les limites : la violence des barrières sociales qu’instaurent ces normes ; le mal-être et les complexes imputables à cette privatisation de l’existence ; et surtout les exceptions de taille que sont, au fil de ce processus de trois siècles, les mouvements sociaux qu’on massacre, l’Etat qui punit injustement, les peuples colonisés qui n’ont pas droit à un traitement aussi civil, les guerres de plus en plus longues et sanglantes qui dérogent à tout cela. Difficile, en un mot, de tracer ici le fil continu d’une histoire unidirectionnelle, qui verrait quand même, grosso modo, dans l’ensemble, réduite la violence collective et pacifiées les mœurs communes.

    La pire violence est rationnelle

    Une histoire de la violence à l’ère moderne doit donc être surtout une histoire de la stigmatisation et de l’asservissement des populations sous le prétexte, multiforme et récurrent, d’en prévenir, d’en punir, d’en empêcher ou d’en « civiliser » la violence première – autrement dit, la violence instinctuelle, barbare, inéduquée, infantile, subjective, incontrôlable, là où la violence punitive, parce que légitime, et ne s’appelant donc plus violence, serait rationnelle, légale, élaborée, légitime, adulte, objective, mesurée.

    Certitude intemporelle : le pouvoir n’existe que pour pointer et endiguer une violence qu’il dit originelle. Et que celle-ci soit ou non un mythe, son discours infini sur elle et ses actes officiels contre elle finissent par la faire exister, au moins dans nos esprits rompus à l’idée qu’à l’origine est la violence (du Big Bang, de l’accouchement, ou du sauvage que personne encore n’a sauvé de lui-même) et qu’au terme d’une évolution digne, se trouverait l’apaisement (par les lois, l’éducation, l’ordre, la culture, les institutions, sans même parler du commerce).

    C’est précisément ce postulat profondément ancré, ce postulat d’une violence chaotique des origines à endiguer et à prohiber, qu’une véritable contre-histoire de la violence, ou une histoire des usages de la catégorie de violence, doit avoir à cœur de démonter – de mettre à nu. C’est aussi capital, et moralement faisable, que de démonter, sous l’occupation, le mensonge des affiches de propagande nazie qui présentaient la résistance comme violence sauvage et terrorisme meurtrier. Car ce récit des origines nous voile les vérités de l’histoire, à l’instar des fictions sur « l’état de nature », bien sûr introuvable dans l’histoire réelle, qui sous-tendent les simplismes de droite, avec leur méchant Léviathan venu encadrer le chaos effrayant où « l’homme est un loup pour l’homme », aussi bien que les angélismes de gauche, avec leur bon sauvage rousseauiste et leur civilisation venue corrompre l’humain pacifique. Il n’y a pas de bon sauvage ni de loup-pour-l’homme qui tiennent : loin de ces mythes, il y a les dialectiques de l’histoire, qui ont fait de l’Etat moderne comme de la civilité partout promue des forces à double effet, émancipatrices et répressives, autorisant une rupture avec la tradition aussi bien qu’une re-normalisation coercitive.

    Pendant ce temps, les violences insurrectionnelles décriées et brutalement réprimées, au présent de leur irruption, par les classes dirigeantes, furent la seule communauté réelle d’un peuple que tout divisait par ailleurs et, bien souvent, le seul moyen d’obtenir des avancées effectives sur le terrain du droit, des conditions de vie et de travail, de l’égalité sociale et des libertés civiles – au fil de trois siècles d’émeutes et d’insurrections noyées dans le sang, mais sans lesquelles les quelques progrès de l’histoire moderne n’eurent jamais été obtenus.

    La violence instinctuelle existe évidemment, mais elle n’est que ponctuelle, là où la violence instituée, rendue invisible par les dispositifs de justification étatico-normatifs, dévaste et tue partout et en continu. « Le plus dangereux, dans la violence, est sa rationalité », concluait Michel Foucault en 1979. Les montages financiers ultra-complexes qui mettent en faillite des pays lointains, les exploits technologico-industriels qui mettent en danger la pérennité de la vie sur Terre, ou les trésors d’intelligence stratégique et de créativité esthétique déployés pour produire à l’excès et vendre n’importe quoi ne cessent, aujourd’hui, d’en apporter la désolante illustration – outre qu’ils rappellent que derrière les guerres et les massacres, les sexismes qui tuent et les racismes qui assassinent, la violence la plus dévastatrice aujourd’hui est sans conteste la violence de l’économie. Et ce, d’abord sur les psychés, exsangues, humiliées, pressurisées, réduites à la haine de soi et à l’horizon bouché des rivalités constantes, dont on ne se libère qu’en sautant par la fenêtre.

    Notes
    1. ↑ Forme de néocolonialisme où, malgré l’indépendance nationale, le pays colonisé reste économiquement et politiquement sous l’emprise du colon.

    L’auteur est historien des idées et professeur à l’Université de Nanterre. Récente publication : Le déchaînement du monde : logique nouvelle de la violence, La Découverte, 2018.

    Article paru (version longue) dans Moins !, journal romand d’écologie politique, dossier : « La violence en question », n°43, oct.-nov. 2019.

  • Hurler son ras-le-bol

    Plusieurs petites gouttes d’eau ont fait récemment déborder plusieurs grands vases.

    Au Liban, la colère populaire a germé instantanément au milieu du mois autour d’une taxe sur les applications gratuites de téléphonie.

    Au Chili, en même temps, il a suffi d’une hausse de 6 ¢ du prix du ticket de métro pour déclencher des manifestations monstres.

    À Hong Kong, jeudi, des dizaines de milliers de personnes ont profité de l’Halloween pour manifester masquées en contravention d’un règlement. La fronde dure là depuis cinq mois.

    Les exemples semblables de minicauses aux mégaeffets se multiplient partout sur la planète. Il y a eu des mouvements contestataires populaires plus ou moins semblables en Russie, en Serbie, en Ukraine, en Albanie, en Algérie et bien sûr en France, où les gilets jaunes ont lancé leurs premières protestations il y a tout juste un an, d’abord pour s’en prendre à la hausse du prix du diesel.

    À tout coup, à l’évidence, de larges portions de la population utilisent un prétexte pour descendre dans la rue, le plus souvent pacifiquement, et crier leurs ras-le-bol devant la vie chère, les inégalités sociales, l’avenir bouché. Oxfam a révélé en début d’année que 26 multimilliardaires possèdent autant que la moitié de la planète.

    Il y a en fait autant de mouvements de colère populaires en cette fin de décennies que dans les turbulentes années 1960. Seulement, les chances de succès de cette effervescence sociopolitique, très souvent pacifique, semblent moins assurées qu’à l’époque.

    La répression « intelligente »

    Une étude éclairante de la professeure Érica Chenoweth, de l’Université Harvard, publiée en 2017 (Trends in Non Violent Resistance and State Response) montre que la manifestation non violente impliquant un millier de personnes et plus est devenue la norme au cours des dernières décennies. Mais si cette mécanique de changement social semblait jusqu’à récemment d’une « efficacité surprenante », selon la spécialiste, la décennie qui achève a vu ses succès « décliner dramatiquement ».

    La résistance non violente a pour ainsi dire été inventée pour libérer l’Inde de l’Empire britannique dans les années 1940. Le monde vient de célébrer en octobre le 150e anniversaire de naissance de Gandhi, père de cette stratégie politique.

    Les données de Mme Chenoweth établissent qu’entre cette période fondatrice et 2010, la moitié des manifestations suivant ce modèle ont obtenu une part du succès escompté avec une forte poussée du recours au modèle depuis les années 1980, avec la fin de la guerre froide. Le rideau de fer est d’ailleurs en partie tombé quand des millions d’Européens de l’Est ont marché dans les rues.

    Faire tomber des régimes, ce n’est pas le seul critère de la réussite. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas la tête du gouvernement qu’on ne parvient pas à lui arracher des concessions et à consolider un rapport social et politique favorable.
    — Ricardo Pinafiel

    L’étude montre aussi que la répression violente n’a stoppé que 15 % des campagnes de revendications, comme à la place Tian’anmen en 1989. De plus, si toutes les formes de protestations, ou presque, déclenchent une réaction plus ou moins coercitive, les États sous pression ont maintenant appris à résister en jouant de diverses tactiques. Les régimes plus ou moins autoritaires savent renforcer la loyauté des élites partisanes (par exemple en brutalisant les « traîtres » pour servir de leçon), stimuler l’adhésion populaire (par exemple en présentant les manifestants comme des agents manipulés par l’étranger), miner les mouvements contestataires (par exemple par la censure ou des campagnes de salissage des réputations des leaders).

    La politicologue parle de « smart repression », la répression intelligente utilisant aussi des agents provocateurs, des agents infiltrés ou la surveillance de masse. De sorte que de 2010 à 2016, le taux de succès des manifs a chuté à environ 20 % sous la moyenne. Bref, l’espace civique s’est refermé.

    De la « démocrature »

    « On observe mondialement une tendance à la criminalisation de l’action collective », commente Ricardo Pinafiel, professeur de sciences politiques de l’UQAM. « C’est malheureusement une tendance forte et elle affecte aussi toutes les démocraties libérales, y compris les plus consolidées. Comme dans la France des gilets jaunes, il y a partout une manière généralisée de discréditer ce type d’action. »

    Sa spécialité se concentre sur l’Amérique latine, qui a rejeté le modèle des dictatures militaires à la fin du XXe siècle avant de migrer en partie récemment vers ce que M. Pinafiel appelle la « démocratie autoritaire » (d’autres disent démocrature), capable de réprimer les contestations.

    « C’est le modèle d’Erdogan en Turquie, celui de Poutine en Russie et celui de Maduro au Venezuela. On est face à de l’abus de pouvoir, à une trop grande centralisation du pouvoir et souvent à une politique antilibérale ancrée dans des récits révolutionnaires ou nationalistes, avec un seul leader pour guider le peuple. J’applique également ce concept de démocratie autoritaire au Chili, et même au Chili de la présidente Michelle Bachelet. »

    Le professeur québécois préfère une perspective qualitative à l’approche quantitative adoptée par sa collègue de Harvard tout en reconnaissant la valeur de ses conclusions. Avec le politologue canadien Martin Breaugh (L’expérience plébéienne. Une histoire discontinue de la liberté politique, PUF), Ricardo Pinafiel suggère de parler de « plèbe » pour comprendre l’explosion de manifestations dans le monde.

    « La plèbe est faite des citoyens qui n’ont pas de titre à gouverner. Ils peuvent représenter jusqu’à 99 % des gens. Leur parole ne compte pour rien. Ce sont des locuteurs non autorisés de la scène politique. Leur seule forme d’expression c’est le nombre, la masse, c’est le fait de sortir dans la rue. Et si ce seul espace de manifestation qu’il leur reste est censuré, à ce moment, il n’y a plus de démocratie possible. »

    En fait, parfois, à quelque chose malheur est bon. Le professeur québécois n’aime pas trop ce concept d’« efficacité » qui oublie de considérer l’ensemble des retombées des mouvements sociaux.

    « En Amérique latine, beaucoup de présidents sont autrefois tombés à la suite de manifestations, rappelle-t-il. Maintenant, Maduro ne tombe pas au Venezuela. Piñera ne tombera peut-être pas au Chili. Il a été d’une brutalité extrême et il s’est excusé. Les équipes de communications ont tiré des leçons. Mais faire tomber des régimes, ce n’est pas le seul critère de la réussite. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas la tête du gouvernement qu’on ne parvient pas à lui arracher des concessions et à consolider un rapport social et politique favorable. »

    https://www.ledevoir.com/monde/566182/comment-les-etats-ont-appris-a-reagir-aux-protestations-non-violentes
    #conflits #manifestations #résistance #révoltes #pacifisme #Liban #Chili #Equateur #Catalogne #Hong-Kong #activisme

    Avec ce commentaire du Devoir sur twitter :

    Plusieurs peuples dans le monde hurlent en ce moment leur #ras-le-bol du pouvoir en place et de ses actions. Mais les révoltes pacifiques sont-elles encore efficaces ?

    https://twitter.com/LeDevoir/status/1191100471081152517
    ping @cede @karine4
    et ping @davduf autour de la question du #maintien_de_l'ordre et de la #répression de ces mouvements

  • Catalogne, octobre 2019,
    quand nous sommes aveuglés
    par les flammes des barricades
    et assourdis par les tirs de la police

    Tomás Ibáñez

    https://lavoiedujaguar.net/Catalogne-octobre-2019-quand-nous-sommes-aveugles-par-les-flammes-de

    Comment un cœur anarchiste ne pourrait-il se réjouir quand une partie du peuple non seulement défie, mais se lance également contre les forces répressives en assumant tous les risques qui en découlent ?

    Comment la fibre anarchiste ne pourrait-elle pas vibrer quand les gens crient contre les emprisonnements, exigent la libération des prisonniers et demandent la fin de la monarchie ?

    Comment ne pas s’impliquer dans une révolte tumultueuse et, si notre corps le permet, ne pas faire en sorte d’être en première ligne dans cette confrontation ?

    Il est clair que les barricades, les flammes, la lutte au corps à corps contre la police enflamment notre imaginaire libertaire et font bouillir notre sang. De plus, nous savons bien que c’est à partir d’épisodes de lutte de ce type que naissent parfois des événements subversifs imprévisibles qui dépassent de loin les motifs et les circonstances initiales des révoltes. (...)

    #Catalogne #anarchisme #nationalisme

  • La vague et la feu : après les condamnations, le nouveau souffle de la rue catalane
    https://lemediapresse.fr/international/la-vague-et-la-feu-apres-les-condamnations-le-nouveau-souffle-de-la-ru

    Après la lourde condamnation des leaders indépendantistes - de 9 à 13 ans de prison pour 9 d’entre eux -, la #Catalogne a vécu une chaude semaine, rythmée par d’importantes émeutes et des formes de luttes inédites. Notre reportage.

    #International #Espagne #indépendantisme #Mouvements_sociaux

  • https://desarmons.net/index.php/2019/08/27/declararation-sur-limposture-plateformiste

    Déclaration sur l’imposture “plateformiste”
    Sur le contre-sommet du G7 au Pays Basque

    La plateforme G7EZ, requinquée par sa promenade du samedi 24 août à Hendaye, dont le chiffre des participant.e.s a clairement été gonflé, y compris par la préfecture, écrivait avec une assurance tout a fait déplacée au vu des multiples critiques dont elle fait l’objet : « Ce contre-sommet est d’ores et déjà une réussite ».

    Par ailleurs, il n’y a eu absolument aucun mot de la plate-forme sur la répression en cours ce samedi à Bayonne, sur les 68 arrestations préventives ou arbitraires, ni sur les lourdes condamnations de trois allemands de 18 à 23 ans incarcérés depuis la veille à l’issue d’un procès expéditif, alors même qu’il s’agit d’un scandale absolu.

    • Sans compter que ces organisations surfent sur un imaginaire libertaire et anti-autoritaire, alors même que leurs structures internes, modes de fonctionnement et la sélection par l’argent qu’ils impliquent, témoignent de logiques autoritaires. La seule évocation d’un consensus d’action décidé à quelque-un.e.s pour servir de ligne de conduite à des milliers d’autres est une insulte à 200 ans de combats libertaires et anarchistes pour promouvoir le libre-arbitre et l’autonomie de chacun. e. Qu’on ne nous prenne pas pour des con.ne.s, on ne passe pas de trente ans de lutte armée au sein de groupes communistes autoritaires à un alternativisme babos sans conserver les vieux réflexes disciplinaires qui permettent de garder la face…et de régler ses comptes avec ses détracteur/ices. Sans compter les leaders charismatiques qui interagissent avec leur entourage comme des gourous de sectes, suscitant fascination et crainte, tout en ayant le quasi monopole de la communication officielle de leurs organisations…

      Guerre à l’État de Jtxo Estebaranz – Luttes autonomes au pays basque (1982_1992) Libertalia 2011
      Je finis de lire ce livre, en ce moment. Ce G7 à Biarritz aura, au moins, ouvert ma curiosité sur l’histoire de ces luttes. Ce bouquin donne un bon état des lieux sur ce mouvement autonome, il y a près de trente ans et donc avant l’arrivée des réseaux sociaux mais une pléiade de publications papiers débordaient de contre-informations et d’initiatives politiques aussi riches que diverses.
      http://editionslibertalia.com/catalogue/hors-collection/guerre-a-l-etat
      http://editionslibertalia.com/blog/des-basques-en-guerre

      En miroir, une reprise en mains des récits des évènements, ici c’est en Catalogne :
      http://www.article11.info/?Reprendre-en-main-le-recit-des#nh3
      https://directa.cat
      #autonomie #Euskadi #Catalogne #Euskal_Herria

    • Cerise sur le gâteau : dans le document présenté par Desarmons-les, je découvre que l’organisation « pacifiste » ANV a utilisé une de mes photos, celle de Damien T., énucléé en 2014, faisant passer son action pour de la provocation violente 🤮
      https://pbs.twimg.com/media/EC-61h0XoAIyw6K?format=jpg&name=small
      Pour rappel, Damien T. fait partie des victimes de #violences_policières pendant la manif du 22 février 2014 à #Nantes. Sur la photo en question, il pose TRANQUILLEMENT et sans AUCUNE PROVOCATION devant un groupe de « forces de l’ordre » 3 mois plus tard : https://www.flickr.com/photos/valkphotos/14019801089/in/album-72157644302321600

      Flickr

      Je les ai donc interpellé sur twitter où ils sont actifs, pas de réponse pour le moment...
      https://twitter.com/ValKphotos/status/1166356285023039489

    • A I’occasion des manifestations sur la voie publique, l’acharnement de ces organisations à penser des dispositifs pour neutraliser toute colère et toute révolte, notamment en déployant des volontaires en chasubles ou affublés de blanc pour protéger les banques, canaliser la foule, faire des chaînes ou ramper à terre devant les forces de l’ordre, sont autant de façons de matérialiser avec leurs corps leur refus de se battre pour I’avenir des nouvelles générations et de confier leur sort au bon vouloir d’éventuels tyrans éclairés qui leur épargneraient toute souffrance. Ou à la police, avec cette croyance ou certitude naïve que la violence d’État peut être évitée si l’on se montre gentil, niant du même coup des décennies d’histoire populaire faite d’oppressions de classe, racistes et sexistes : non, il ne suffit pas de « ne rien avoir à se reprocher » pour échapper à l’arbitraire.

      Ces organisations, après avoir rendu les armes face à l’impérialisme de l’Etat capitaliste, font pression sur les mouvements sociaux pour les pacifier à l’excès, devenant ni plus ni moins des auxiliaires de police. Dans d’autres contextes, on appelle ça des traîtres.

    • Comme beaucoup je suis aussi déçu à de nombreux niveaux de la façon dont le contre-sommet a été mené, la « cerise » ayant été la décision improvisée de changer le format de la « manif arc-en-ciel » prévue dimanche, puis son annulation pure et simple à la dernière minute, suivie lundi d’une marche (également improvisée à la dernière minute) vers Biarritz des porte-paroles des plateformes, pour remettre au G7 une « déclaration d’illégitimité » puis s’asseoir 7 minutes, ça faisait peine à voir.

      Je ne vais pas commenter en détail l’article de désarmons, qui mélange des interrogations justifiées avec des accusations de mauvaise foi ou dumoins à côté de la plaque. Mais je comprends et partage en partie le sentiment de colère vis à vis des plateformes. Tout ça aura besoin d’explications posées.

      Sur le fond (je vais pas dire sur la « longue durée » mais disons le quart de siècle écoulé), je dirais que c’est l’histoire d’un mauvais timing, entre d’un côté une dynamique autogestionnaire où les ZAD (notamment nddl) et les GJ ont été très moteurs en France sur les derniers mois/années, de l’autre des changements stratégiques au sein de la majeure partie de la gauche abertzale au Pays Basque (notamment autour du parti Sortu et du syndicat LAB), qui paie aujourd’hui le prix de n’avoir pas su se distancier à temps de l’ETA, et qui après avoir passé trop longtemps à refuser de condamner explicitement une organisation devenue un monstre sans tête (les liens postés par @vanderling en donnent un aperçu), trainent aujourd’hui une espèce de culpabilité qui ne dit pas son nom, et continuent à se faire salir par l’opinion publique espagnole sans oser ouvrir leur gueule à la hauteur des insultes reçues, alors même que l’exécutif de Madrid est plus inflexible aujourd’hui qu’à la fin des années 1990 (zéro reconnaissance du désarmement et de la dissolution d’ETA, zéro avancée sur le sort des prisonniers, emprisonnement de 8 jeunes d’Altsasu pour une bagarre de bistrot qualifiée en « terrorisme », etc la liste est longue) et que le franquisme est plus explicite dans le paysage qu’il ne l’a été depuis les années 1970 (avec l’apparition du parti Vox, qui eux n’ont aucune culpabilité à déverser leur vomi idéologique et à côté de qui le RN fait petit joueur en terme d’extrême droite).

      Dans ce contexte-là, ce souci de la majorité de la gauche abertzale de faire bonne figure part rapport à un passé qui leur est sans arrêt renvoyé à la gueule a probablement contribué à une inflexibilité de la plateforme G7-EZ (puis des deux plateformes par extension) quant au refus de la moindre action qui ne s’inscrive pas dans un cadre strictement légaliste. Et ça, quand on est GJ ou qu’on a bataillé à NDDL (et qu’on était à mille lieues du bourbier basque des années 1990-2000), ça reste en travers.

      C’est en tout cas l’interprétation que j’en fais depuis ce que j’ai vu et entendu ces derniers jours, ça me trottait dans la tête et je le pose ici.

    • Merci de ce commentaire, et je suis assez d’accord qu’il faut le mettre en perspective avec le paysage et les événements politiques de cette région. Ce qui permet d’expliquer, sans forcément justifier :)

      Car du coup certaines orgas se retrouvent avec un raisonnement un peu manichéen, trop de temps sans condamner et du coup maintenant totalement inverse hyper (trop) sur la légalité et la non-violence absolue y compris même dans les mots, les regards… Alors qu’il y a quand même tout un éventail, et que ce que prônent plein d’orgas (anar, autonome, GJ, etc) c’est que le mot violence ne peut pas être utilisé seul et ne veut rien dire (les personnes, les biens, etc) et que certaines sont ok pour celleux qui veulent les utiliser. C’est pas tout ou rien.

    • y compris même dans les mots, les regards

      pas à ce point. Je repense par exemple à un débat récent où Oskar Matute a quand même remis à sa place une crapule de Vox au passé judiciaire peu brillant.
      Mais sinon généralement oui, le retournement de cap affiché depuis 2011 a mis une sorte de tabou sur la question. Ce qui ne manque pas d’énerver la branche ATA (amnistie et liberté), qui fait désormais ses actions de son côté et qu’on n’a pas vue au contre-sommet.

    • Non non là c’est le gros hasard parce que t’as parlé d’Oskar Matute. :D
      Mais je parlais bien d’Alternatiba à Bayonne, dont ANV est issu, sachant que bizi est issu aussi de l’expérience des demos avant, enfin bref, la construction d’ANV, ça vient pas de l’autre bout de la France, c’est bien en lien avec cette partie du mouvement abertzale d’actions non-violentes, non ?

      (Pour la photo oui, après, il reste que le document en question même sans photos parle bien de refuser toute violence, y compris les mots, les regards, ce qui se comprend dans le cadre d’actions légalistes juste pour médiatiser, voler des bustes, des chaises, des photos… mais bon, on peut pas demander ça de tout manifestant)

    • c’est bien en lien avec cette partie du mouvement abertzale d’actions non-violentes, non ?

      Alors, ANV est une émanation d’Alternatiba, mouvement lancé en 2013 par Bizi, dont quelques membres initiaux étaient aupravant chez les Démos, mais ça reste des liens assez distendus (ANV est née en 2015, les Démos c’était les années 2000, et sans lien avec le climat, d’ailleurs bon nombre des anciens Démos ne sont pas dans les mouvements climat, et l’origine de Bizi est dans des débats consécutifs à un cycle de conférence de Hervé Kempf en Pays Basque nord autour de son bouquin « comment les riches détruisent la planète »)

      Mais par contre et surtout, c’est pas du tout lié à la tendance majoritaire de la gauche abertzale, celle dont je parlais plus haut qui ne s’est pas distanciée assez tôt d’ETA et se retrouve emmerdée avec ça aujourd’hui.

      Quant à la plateforme G7-EZ, ANV et Alternatiba (le mouvement climat) n’en faisaient pas partie, par contre plusieurs partis, syndicats et assos liés à la tendance majoritaire de la gauche abertzale y étaient, dont EH Bildu (qui comporte Alternatiba le parti, d’où ma remarque précédente).

    • Merci @koldobika pour le suivi sur l’histoire de la photo, et plus largement, de cette ébauche de plaquette de ANV, horrible, qui, m’a-t-on dit depuis plusieurs sources, n’aurait pas circulé à l’époque (2015). Le texte de la plaquette sur leurs bases de non-violence, lui, n’a pas changé et il contient pas mal de passages qui permettent à des initiatives comme les blancs-blocs d’affirmer que non, entourer des « casseurs, black-blocs » ou pseudo « flics infiltrés » (comment viser les black-blocs sans les nommer) jusqu’à l’intervention des forces de l’ordre, non, ça n’est pas faire de la délation... Bref, je suis encore pas mal énervée : ça a été super détestable de contacter le copain mutilé pour le rappeler à de mauvais souvenirs...

      Je voudrais revenir sur un de tes commentaires @koldobika quand tu sépares le Pays Basque et la ZAD : je ne peux pas être d’accord ! Ca fait plusieurs années que l’Ambazada est le lieu basque sur la zad et il y a eut énormément d’échanges de savoirs, des réfléxions communes aussi sur la préparation du G7 avec, entre autre, visible, la charpente, certes, mais beaucoup beaucoup de choses moins visibles.

      Non, ce qui est sûr c’est que certaines orgas basques à visée électorales ont fait comme tu le soulignes le choix de se policer, mais beaucoup de gens du pays basques sont tout aussi vénères que d’autres sur l’énorme gâchis qu’est ce contre sommet et encore les chiffres des investissements financiers n’ont pas été communiqués officiellement, desmilliers et des milliers d’euros ont été dépensés en locations diverses, communications « officielles », mais jusqu’à ce week-end, PAS UN CENTIME pour la legal team, par exemple...

      J’arrête là, je vais essayer de mettre dans un deuxième commentaire pas mal de liens que j’ai dans plein d’onglets ouverts, histoire de les rassembler quelque part !

    • Incidents en marge du G7, l’opinion fabriquée. Témoignage de gardé à vue | Le Club de Mediapart
      https://blogs.mediapart.fr/fabrice-loi/blog/280819/incidents-en-marge-du-g7-lopinion-fabriquee-temoignage-de-garde-vue

      (et aussi https://seenthis.net/messages/799133 & https://seenthis.net/messages/799741 )

      Me voilà au sol, comme six autres manifestants d’un cortège de deux cents personnes qui n’ont pas eu de chance. Je me retrouve à côté de citoyens tout sanglants, avec un hélicoptère qui tourne au-dessus de nous, et dix flics cuirassés par manifestant, à trente kilomètres de la zone interdite du G7. Allô l’ONU ? A côté de moi, un pacifique chercheur de l’INRA, myope, ayant perdu ses lunettes en fuyant l’assaut de la police, le crâne entaillé par un coup de matraque, s’entend dire par un flic ricanant que « tes lunettes, on n’en a rien à foutre ». Une jeune femme, les menottes trop serrées, effondrée dans l’herbe, grimace de douleur. Le voltigeur qui me plaque au sol, lui, a l’air plutôt ennuyé de faire partie d’un dispositif aussi honteux. Tout de même, on a sa dignité. Nous convenons d’un regard que chacun de nous deux fera son boulot sans taches : moi d’assistant bénévole tous risques Mediapart, et lui de salarié de l’oligarchie. Le flic et moi contemplons la mer en faisant semblant de travailler. C’est un beau jour pour être interpellé et foutu au trou, et quand même mieux qu’une matraque dans le cul en Seine-Saint-Denis. Remarquez que je suis blanc, ce qui en France, dans ce genre de situations, a son importance.

    • @val_k oui il y a eu pas mal d’échanges et de boulot commun entre des gens d’ici et la ZAD (et encore je n’ai suivi ça que de loin, je me doute qu’il y a eu plus que ce que j’en sais) je sais que parmi eux il y avait des gens d’Askapena.
      http://www.askapena.eus/content/euskal-herritik-zadera-zadetik-euskal-herrira
      http://www.askapena.eus/node/3554
      Mais chez Askapena le focus est sur les liens internationaux et il n’y a pas ce souci de distanciation d’un certain passé malaisant (et encore moins de souci électoraliste), qui est par contre présent chez le courant majoritaire de la gauche abertzale (notament autour de Sortu et LAB, pour le dire vite car dans les détails c’est moins simple mais bref).

      Pendant le contre-sommet un des soucis récurrents que j’ai entendus de la part des plateformes c’était « il faut pas que ça pète ». Ce que j’interprète derrière ça c’est la crainte d’être renvoyé à ce dont le courant en question essaie de se distancier : la lutte armée et la guerrilla urbaine. La crainte que sur le long terme ils en auraient payé le prix en terme d’image, que ça sape de longs efforts de « relégitimation » auprès de l’opinion publique.
      Il n’y avait rien de cet ordre dans les autres contre-sommets de ces dernières années, pas un tel enjeu local autour du « risque de débordements ».
      Et cette primauté au « il faut pas que ça pète » a généré les colères qu’on entend ça et là, chez ceux d’ailleurs qui se sont retrouvés « pris en otage » d’un contexte politique auquel ils sont étrangers, et chez ceux d’ici qui trouvent que tout ça va trop loin dans l’acquiescement aux règles du jeu étatique (qui elles ne vont pas en s’assouplissant, que ce soit côté Fr ou Esp https://seenthis.net/messages/799589 ).

      J’ai aussi entendu dire que la location du Ficoba a coûté 36000 euros (!).
      Pour moi, à partir du moment où les plateformes ont accepté de faire ce contre-sommet à cet endroit (loin de Biarritz, logistiquement difficile, cher...) tel qu’imposé par la préfecture, c’était cuit d’emblée. Ensuite les non-dits, les crispations autour du « il faut pas que ça pète », et les improvisations au jour le jour ont amené à l’eau de boudin qu’on a pu voir.

    • [Tribune] Contre sommet anti #G7 : dépasser l’amertume pour imaginer l’avenir
      par Laurent Thieulle,
      militant ATTAC Pays Basque Nord
      membre de la plateforme G7 Ez !
      commissions communication, action, logistique,
      responsable transport et accueil presse sur le camp.

      https://ecologuesenrages.home.blog/2019/09/03/tribune-contre-sommet-anti-g7-depasser-lamertume-pour-imagin & https://seenthis.net/messages/799932

      Le contre-sommet est un échec. Quand on a fait partie de l’organisation, il est important de le dire et de reconnaître les manquements à nos engagements. Mais le constat n’est pas suffisant, il est nécessaire de comprendre les raisons de cet échec pour aller de l’avant, anticiper les prochains mouvements sociaux et imaginer l’avenir de nos approches alternatives. Surtout, il est nécessaire de faire un point objectif au milieu de tout le fatras (généralement non signé) lu sur internet ou dans la presse, mêlant intox, rumeurs, paranoïa ou plus souvent simple méconnaissance.

      /.../

      Quand au mois de juin, on nous annonce que le FICOBA nous coûtera 3 fois plus cher que prévu (plus de 40.000 € contre 16.000€ initialement retenu), la tension entre les deux groupes d’intérêt de la plate-forme explose. Le FICOBA aura permis de siphonner tout le budget du camp, de la legal-team et des cantines. Pour se justifier, certains Nostradamus nous promettent une mobilisation atone des militants et demandent à dimensionner le camp pour seulement 500 personnes (nous serons plus de 4.000 sur le camps le vendredi). Le budget de la legal-team passe d’un coup de 20.000€ à 1.000€. Si on rajoute les discussions insensées autour du consensus d’action ainsi que des mots malheureux écrits (« isoler » et « désavouer » les mouvements violents) mais finalement supprimés suite à une réunion houleuse, les groupes anti-fascistes ont également préféré se retirer.

      /.../

      Tout s’est accumulé pour accoucher d’un grand vide. Rien. Aucune action. Une grande frustration, et une plate-forme qui reçoit même le baiser de la mort de la Préfecture : nous l’avons aidé à conserver le calme dans le Pays Basque ! C’est douloureux parce que c’est mortellement vrai.

      /.../

      Ajout perso : Un bilan encore en dessous de la réalité : il y a eut moins de 15000 personnes lors de la « grosse manifestation unitaire » et à ce jour, à ma connaissance, la Legal Team n’a toujours pas reçu la moindre aide...
      Clairement les anars et antifas se sont officiellement barré mais sans leurs compétences (cuisines, medics, antirep...) même le camp aurait ressemblé à un pétard mouillé :/

    • https://bizimugi.eu/contre-g7-cure-de-desintox

      nous devons aujourd’hui nous exprimer publiquement au vu du nombre d’attaques et d’intox qui circulent sur nous, en lien avec le G7, voire d’insultes et de menaces. Nous devons remettre quelques pendules à l’heure et rectifier mensonges, contre-vérités et amalgames multiples. Nous essaierons de le faire le plus sereinement et objectivement possible.

      1) Bizi n’a rien négocié avec les autorités

      Bizi est entré, tardivement, dans la plateforme G7EZ à la demande de celle-ci. Quand nous avons commencé à participer à ses réunions, bien des mois après sa naissance, la plateforme avait déjà décidé d’organiser un contre-sommet et une grande manifestation, ainsi qu’une action de désobéissance civile (les 7 rassemblements, appelés “arc-en-ciel”). Elle avait déjà participé à des négociations avec l’État et ses services, et accepté l’interdiction du contre-sommet initialement prévu à Bayonne. Elle avait déjà accepté d’organiser ce contre-sommet et cette manifestation à Hendaye et Irun, et le campement à Urrugne dans un terrain proposé par l’État. A cette époque, certains de celles et ceux qui nous donnent aujourd’hui des leçons de radicalité, certains anars ou antifas et autres collectifs ou personnes, étaient pourtant bien dans cette plateforme, et y sont restées même après ces négociations et décisions.
      Bizi a commencé à suivre les réunions parce que la plateforme nous l’a demandé, nous disant qu’il y avait besoin de tout le monde et qu’elle croulait sous le travail. Nous l’avons fait par solidarité, mais en précisant dès le départ les limites de notre engagement, et alors même que nous ne nous sentions pas en phase avec la composition même de la plateforme et les choix stratégiques retenus (1). Nous l’avons fait en toute responsabilité, non pas par rapport aux autorités mais par rapport au mouvement alternatif et à la population du Pays Basque, afin de contribuer à ce que le contre-sommet, qui a été décidé et négocié par d’autres que nous, se passe globalement le mieux possible.
      Quant à celles et ceux qui ne faisaient partie d’aucune des 2 plateformes (la plateforme basque G7EZ ou la plateforme hexagonale Alternatives G7) et qui nous insultent, nous menacent, nous traitent de collabos, elles et ils ont pourtant participé aux diverses activités (semaine intergalactique, manifs ou divers débats) à Hendaye, ont vécu et se sont réunis au campement d’Urrugne. Ils ont donc accepté de vivre et s’organiser dans un campement trouvé par l’État pour qu’ils ne soient surtout pas à proximité de Biarritz, dans un lieu appartenant et prêté par la multinationale Nestlé, et pour se rendre à Hendaye, ils ont pris des navettes de bus affrétés par la communauté d’agglomération du Pays Basque qui se fera sans doute rembourser par le budget d’organisation du G7. Restons donc toutes et tous humbles et modestes quant à nos niveaux respectifs de radicalité et de rupturisme réels.

      2) Alternatiba et ANV-COP21 n’ont pas plus négocié que Bizi avec les autorités

      Alternatiba et ANV-COP21 n’ont jamais été membres d’aucune des 2 plateformes et n’ont participé à aucune de leurs réunions respectives. Leurs militant-e-s, sollicité-e-s chaque fois par Bizi, ont pu aider à diverses activités que ce soit sur le campement (service de médiation par exemple) ou au contre-sommet lui-même (ateliers, formations, service de médiation).
      Mais les 2 mouvements n’ont organisé que deux actions pendant la semaine du G7, les deux en coopération avec Bizi : le décrochage d’un portrait présidentiel à la mairie basque d’Irissary et la marche des portraits du dimanche 25 août. Aucune négociation n’a eu lieu avec les autorités à ce sujet. Ces dernières sont pourtant rentrées en contact à plusieurs reprises avec Bizi pour avoir des informations au sujet de la marche des portraits et pour tenter d’en négocier des aspects. Elles voulaient connaître le parcours de la marche, le lieu de la conférence de presse, le nombre de portraits présidentiels qui seraient présents et ce que nous comptions en faire. Il nous a été demandé si nous comptions défiler en brandissant les portraits, et précisé que les services de l’État ne pouvaient pas l’accepter.
      Le sous-préfet a même demandé une réunion avec un représentant de Bizi le mardi précédant la marche (nous nous y sommes rendu à deux militant-e-s). Nous n’avons jamais donné à ces autorités aucune autre information que ce que nous avions communiqué publiquement. Nous n’avons rien dit sur le parcours, sur le lieu de la conférence de presse et sur nos intentions quant aux portraits. Le sous-préfet nous a informés sur un ton très courtois, mais que nous comprenions évidemment comme une tentative d’intimidation, que les autorités ne pouvaient pas accepter ce qui pourrait constituer “une dégradation de l’image présidentielle”. Nous ne lui avons rien indiqué de nos intentions mais n’avons pas imaginé une seconde ne pas les brandir pendant la marche, qui plus est la tête de Macron à l’envers. Nous n’avons jamais connu les intentions de l’État (laisser la marche des portraits se faire ou tenter de l’empêcher, par exemple en encerclant les quartiers concernés, ou intervenir à partir du moment où des portraits seraient brandis et arrêter les militant-e-s qui les porteraient, etc.).
      Les autorités, quant à elles, ne semblaient pas connaître nos plans ni nos intentions réelles et pour cause : depuis des mois, les réunions préparant cette marche des portraits se déroulaient dans des appartements ou locaux “safe”, avec des activistes sans téléphone et suivant des protocoles de sécurité que nous ne détaillerons pas ici.

      3) Le succès de la marche des portraits

      Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage. Qui veut prouver que les non-violent-e-s sont des collabos se ruent sur toutes les intox qui semblent le montrer, même quand elles sont de toute évidence d’origine policière, devenant soi-même un relai et un collabo de cette intox policière. Une brève du Canard enchaîné affirme le mercredi suivant le G7 qu’ “en échange d’une annulation des sept rassemblements de désobéissance civile, les responsables des deux groupes d’activistes locaux ont eu l’autorisation officieuse de défiler le dimanche dans Bayonne, lors de la marche dite “des portraits” (à l’envers). » Le journaliste anonyme auteur de cette brève n’a respecté aucune règle déontologique et n’a à aucun moment pris contact avec les organisateurs de la marche des portraits pour confronter son information, venant probablement du ministère de l’intérieur, à leur propre version des faits. Pas mal de « radicaux-cales » se sont précipités dans les réseaux sociaux pour relayer cette « information » et insulter Bizi, ANV-COP21 et Alternatiba, les traiter de complices de l’État, etc.

      Or, cette intox défiait toute logique et servait clairement l’intérêt des autorités :
      a) Cette intox défiait toute logique. En effet, aucun des trois organisateurs de la marche des portraits n’était partie prenante de l’organisation des 7 rassemblements, et vice versa. Nous ne suivions pas les réunions concernant leur organisation (2) et n’avons pas assisté aux discussions et à la réunion ayant décidé de leur annulation. Aucun organisateur de ces 7 rassemblements n’était partie prenante de l’organisation de la marche des portraits. Aucun contact n’a eu lieu entre les 2 parties au sujet de l’annulation de ces 7 rassemblements. Nous avons quant à nous appris cette annulation après la fin de la marche des portraits, au moment où se tenait la conférence de presse qui la clôturait.

      D’après ce que les 2 plateformes nous ont précisé, la réunion qui a conduit à l’annulation de ces 7 rassemblements a eu lieu à 8H30 au campement d’Urrugne. A cette heure-là, le dispositif policier concernant la marche des portraits était déjà en place et n’a pas été modifié après. Et de toutes façons, nous avions déjà gagné notre pari : depuis bien des jours, voire des semaines déjà, nous avions déjà fait rentrer et caché dans divers endroits du centre ancien les portraits présidentiels qui devaient être brandis pendant la marche. Nous avions fait rentrer et caché dans divers appartements et locaux du Petit et du Grand Bayonne, dès le samedi en début d’après-midi, 200 activistes, toutes et tous prêt-e-s à être arrêté-e-s et mis-e-s en garde-à-vue, afin d’assurer la marche des portraits même si le centre ancien, composé de ces deux quartiers, devait être complètement encerclé. Nous étions déjà gagnant-e-s à tous les coups : soit nous arrivions à faire notre marche des portraits, soit la police avait pour consigne d’arrêter nos activistes, démultipliant l’impact médiatique international et la portée de notre message. Nous n’avions donc rien à négocier !

      b) Cette intox servait l’intérêt des autorités : outre les divisions et affrontements supplémentaires qu’elle allait inévitablement créer dans le camp des anti-G7, elle leur sauvait un peu la face. Si des portraits présidentiels réquisitionnés et recherchés par police et gendarmerie de toute la France pouvaient ressurgir dans une des zones les plus sécurisées de l’Hexagone, ce ne devait pas être parce que les autorités avaient été incapables de l’empêcher mais parce qu’elles l’avaient autorisé, dealé : « Quand les événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs. »

      Celles et ceux qui s’étonnent de voir que les autorités n’aient pas eu la même attitude avec la marche des portraits qu’avec le rassemblement du samedi après-midi, pour lequel le Petit Bayonne était entièrement encerclé par un dispositif policier disproportionné, et à l’occasion duquel la police a procédé à plusieurs dizaines d’arrestations, sont soit très naïfs politiquement, soit particulièrement de mauvaise foi. Bien évidemment, cela ne représente pas le même coût médiatique et politique pour l’État d’arrêter, devant des centaines de médias nationaux ou internationaux, des activistes au visage masqué et accusés de jeter des pavés sur la police, que d’arrêter des militants climat non-violents, à visage découvert, parce qu’ils sont porteurs de tableaux emballés. Le premier cas de figure ne représente aucun coût politique pour l’État et lui permet même de justifier le véritable état de siège qu’il a imposé aux villes de Biarritz, Anglet et Bayonne. Le second cas de figure met un plus grand coup de projecteur sur le fait que les militant-e-s climat de son propre pays se font arrêter parce qu’ils dénoncent l’inaction écologique du président Macron. C’est un des points forts des stratégies non-violentes, à savoir que la répression et les arrestations, loin de constituer des échecs et des affaiblissements de l’action, en accentuent souvent le succès et l’écho positif (exemples du McDo de Millau ou des Artisans de la Paix à Louhossoa), les rendant plus difficiles à manier pour le pouvoir que dans le cas des stratégies violentes.

      4) « Bizi collabo, protège les banques »

      C’est un des graffitis réalisés sur notre local après le G7, et le message amplement relayé par les réseaux sociaux dits “radicaux” qui l’illustrent d’une photo du service de médiation de la manifestation du samedi 24 août, placé devant une agence du Crédit Maritime.
      Bizi a effectivement activement participé au service de médiation de la manifestation du 24 août à Hendaye, et l’assume pleinement. Nous avons dû fournir un tiers des 300 membres de ce service de médiation et une bonne partie de l’encadrement. Nous n’étions pas les seuls, loin de là, et diverses organisations basques notamment, de la gauche indépendantiste et anticapitaliste abertzale, y ont activement contribué. Ce service de médiation était placé en tête et en fin de manif, et devant tous les commerces et établissements qui longeaient son parcours, dont cette agence du Crédit Maritime. Alors, avons-nous protégé “les banques” ? Non, nous avons protégé et fait respecter la décision collective des 2 plateformes organisatrices de la manif, qui était de réaliser une grande manifestation populaire et pacifique.

      Quand la plateforme G7EZ est venue demander à Bizi de s’investir dans ses rangs, nous avons rappelé que nous ne participions qu’à des actions et mobilisations 100 % non-violentes. Il nous a alors été répondu que la plateforme n’organisait que des mobilisations pacifiques, libre à celles et ceux qui voulaient organiser d’autres types de mobilisations de le faire en dehors. Un tel choix était fait avant même que Bizi ne s’investisse dans la plateforme.
      Quant à nous, nous ne faisons qu’être cohérents et honnêtes envers celles et ceux qui nous suivent et nous font confiance. A partir du moment où l’on déclare que la manifestation du 24 août à Hendaye sera pacifique et populaire, alors il faut s’en donner les moyens et ne pas se contenter d’un vœu pieux. Et cela d’autant plus au cours d’une année marquée par une succession de manifs ayant connus affrontements à répétition et violente répression, et dans un contexte de G7 et d’occupation policière.
      Bref, notre conception de l’action militante est de se donner les moyens de garantir le résultat recherché, et non de se contenter de le désirer. Et de respecter la partie de la population qui nous fait confiance : si on l’invite à participer à une manifestation pacifique, nous devons faire le maximum -rien n’étant jamais sûr à 100 %- pour que ce soit le cas.
      Au-delà de ce devoir de cohérence et d’honnêteté, cela correspondait également à notre analyse politique de ce qu’il fallait faire et de ce qu’il fallait éviter, comme nous l’écrivions dans le texte interne de Bizi déjà cité : “Nous devons maintenant faire en sorte que cette manifestation se déroule le mieux possible car si elle dégénérait en affrontement, l’État gagnerait la partie dès le début du G7. Il aurait beau jeu en effet d’expliquer que la tenue du contre-sommet à Hendaye et à Irun déclenche affrontements et dégradations et qu’il avait donc bien fait d’interdire ce contre-sommet à Bayonne, et de militariser la zone autour de Biarritz. Même si des affrontements éclataient par la suite autour de Biarritz, pour la plupart des gens, tout ça aurait démarré du fait de la mobilisation anti-G7 et non pas du fait de l’occupation policière et militaire de Biarritz, Anglet et Bayonne. Nous aurions dès lors perdu la bataille de l’opinion publique pour la plus grande satisfaction de Macron et des organisateurs du G7.”

      Quant à protéger les banques, que celles et ceux qui comptaient s’y attaquer sachent qu’il n’y a pas que l’agence du Crédit Maritime d’Hendaye en Pays Basque nord. Des dizaines et des dizaines d’agences HSBC, BNP, Société Générale, Crédit Agricole, LCL etc. sont présentes dans ses villes et ses villages. Aucune ne semble pourtant avoir été la cible d’une quelconque attaque durant la semaine du contre-G7 et du G7. Par contre, depuis que Bizi existe, nous attaquons régulièrement, d’une manière non-violente et permanente, ces banques-là et leur politique (campagnes de boycott, premières réquisitions de chaises anti-évasion fiscale, multiples occupations et actions pour dénoncer leurs investissements climaticides, etc.). Et cela nous a régulièrement valu passages au commissariat, procès, descente policière et perquisition du local (à la recherche des sièges réquisitionnés à l’agence HSBC de Bayonne) qui vient d’être graffité “Bizi collabo, protège les banques”.

      5) Aveu d’impuissance

      Cette rage à vouloir faire endosser aux stratégies et mouvements non-violents la quasi-absence d’affrontements ou de perturbations violentes contre le G7 (qui rappelons-le ne se tenait pas à Hendaye ni à Irun mais à Biarritz) cache surtout un refus de regarder la vérité en face et de tirer les vrais bilans politiques de ce G7. Celles et ceux qui avaient pour objectif de bloquer le G7, voire d’en empêcher la tenue (Bizi de son côté ne s’est jamais fixé ces objectifs stratégiques-là, ne les pensant pas possibles), n’ont pas réussi à le faire de par leur faible mobilisation d’une part, et du fait des moyens énormes mis en place par l’État d’autre part. Bizi a participé au service de médiation de la manifestation d’Hendaye, que ses organisateurs voulaient pacifique, mais nous n’avons jamais tenté d’empêcher ni de gêner quelque action que ce soit, violente ou non-violente, du moment qu’elle n’affectait pas les événements et mobilisations dont nous étions co-organisateurs.
      Nous ne portons aucun jugement sur les stratégies autres que la nôtre, et ne perdons pas d’énergie ni de temps à les attaquer, du moment qu’elles se font de leur côté et qu’elles ne prétendent pas s’imposer dans celles que nous organisons ou co-organisons.
      Bien que présents en nombre dans les rues, appartements et locaux du Petit Bayonne le samedi 24 août, il ne nous serait pas venu à l’idée d’essayer d’empêcher celles et ceux qui voulaient s’affronter avec les forces de l’ordre de le faire. Pourtant, nous pensions qu’il s’agissait d’une erreur. Les manifestants étaient pris dans une véritable nasse, et la disproportion des forces en présence ne laissait présager qu’un seul scénario : les forces de l’ordre -encore moins le G7- ne souffriraient d’aucune perturbation conséquente, et par contre elles disposeraient enfin des quelques images d’escarmouches violentes justifiant l’occupation policière de la côte basque, et de quelques dizaines d’arrestations. Mais nous n’étions pas partie prenante de cette manifestation et n’avions pas à y introduire nos visions stratégiques ou nos mots d’ordre. Nous demandons juste que les partisans de la violence fassent de même avec nous, et se concentrent plutôt à gêner l’État et le système capitaliste, que les mouvements avec lesquels ils ne sont pas d’accord.
      Quand nous lisons “Le vrai ennemi de ce sommet ne résidait pas dans le carnaval de Biarritz, inatteignable, mais bel et bien dans une gauche qui tente de se recomposer à travers des mobilisations pacifistes. Détruire leur mobilisation, les déborder, a été la chose la plus productive qui a été faite cette semaine-là. Ce qu’il fallait faire ? Déborder la manifestation d’Hendaye. Montrer à ce vieux monde qu’il n’a plus aucune place dans le nouveau contexte.” (3)” ou bien encore “Les altermondialistes comme Bizi ou Attac sont nos pires ennemis” (4), cela ne nous intimide pas plus que la répression policière. Par contre, nous y voyons un aveu d’impuissance de certaines stratégies. Se révélant incapables de détruire le système, elles se fixent un objectif paraissant plus à leur portée : détruire celles et ceux qui ne pensent pas comme elles et eux.

      Pour conclure, nous utilisons régulièrement les guillemets quand nous utilisons le mot « radical ». Car nous ne confondons pas radicalité et violence. Sont pour nous radicales les stratégies et les actions qui affaiblissent l’adversaire et renforcent le camp alternatif.
      Nous essayons au quotidien, à travers les luttes auxquelles nous participons et les alternatives que nous contribuons aux côtés de beaucoup d’autres à construire, d’être radicales et radicaux. Nous avons pour notre part choisi la stratégie 100 % non-violente. Nous avons le sentiment au cours de ces 10 ans d’avoir globalement renforcé le camp alternatif, et à certains moments d’avoir aidé à remporter des victoires qui ont gêné le système que nous combattons, même si c’est à notre -très- humble niveau.

      Bizi, le 4 septembre 2019

    • Deux traducs de tribunes publiées ces derniers jours, qui donnent un aperçu assez limpide des positions exacerbées au Pays Basque suite au contre-sommet. cc @val_k @rastapopoulos @vanderling

      Réflexions après le G7 : du ghetto à la politique en majuscules
      https://www.naiz.eus/es/iritzia/articulos/reflexiones-tras-el-g7-desde-el-ghetto-a-la-politica-con-mayusculas
      Miguel Angel Llamas Montoya « Pitu »
      (journaliste chez ahotsa.info, précédemment chez apurtu.org, webtélé antirépressive, son travail d’information sur la situation des prisonniers politiques basques et de leurs familles l’ayant amené à être incarcéré sans jugement en 2011 pour 18 mois, sur ordre du juge Grande-Marlaska, devenu entre-temps ministre de l’intérieur, NdT)

      La frustration de certains éléments « super-révolutionnaires » basques qui n’ont même pas été en mesure de se mobiliser contre la présence du G7 est maintenant destinée à critiquer la gauche abertzale, pilier fondamental de l’organisation de ce contre-sommet.

      Après le contre-sommet contre le G7, une réflexion sur ce qui s’est passé à Irun-Hendaia et sur les mobilisations et les activités organisées par la plate-forme G7Ez devient nécessaire.

      Tout d’abord, il est essentiel d’analyser le contexte dans lequel le G7 est arrivé en Lapurdi : Euskal Herria est plongé dans un « processus de paix » guidé par le changement de stratégie de la gauche abertzale et par son engagement à adopter des méthodes exclusivement démocratiques. ; le G7 était protégé par des milliers et des milliers de policiers de toutes les couleurs qui ont imposé un état d’exception dans lequel tout mouvement contestataire devait être réprimé, ce qui a semé la peur avec un message clair : ne venez pas en Euskal Herria, ne sortez pas dans la rue pour protester.

      Dans ce contexte, le pari de la plate-forme G7Ez était de démontrer qu’il existe des alternatives au capitalisme sauvage et d’essayer de donner une réponse aussi massive que possible à l’occupation militaire. Pour cela, et en raison des relations et des complicités tissées pendant des mois avec des secteurs très divers, une série de conférences et d’activités de hauts niveau et qualité a également été organisée, qui ont disposé également de toutes les infrastructures nécessaires pour que des milliers de personnes puissent y participer : Ficoba , des locaux et des espaces publics à Hendaye, le camp d’Urruña ... Que tout cela se soit passé de manière normalisée malgré la grande présence policière et l’arrivée de centaines de personnes en dehors de l’organisation interne des événements, a exigé un grand effort militant. En soi, cela a mis à l’épreuve la capacité de la plate-forme et montre que l’organisation populaire peut être une alternative au capitalisme.

      Les activités réalisées au Ficoba se sont passé comme prévu, ainsi que la manifestation massive organisée entre Hendaye et Irun. En ce sens, l’évaluation de la plate-forme G7Ez a été très positive. Cependant, ils ont décidé de suspendre certains actes, en comprenant que les garanties pour la sécurité des personnes qui allaient y participer étaient insuffisantes. Quelques heures avant de prendre cette décision, de graves incidents s’étaient produits dans le camp. Certaines personnes extérieures à la plate-forme G7Ez ont fait face à la police qui se trouvait à proximité immédiate du camp samedi soir, créant une situation dangereuse pour tous ceux qui dormaient déjà sur les lieux. Deux jours auparavant, des incidents similaires avaient eu lieu et la police était sur le point de l’expulser. La médiation de la plate-forme G7Ez l’a empêché.

      Des groupes extérieurs à la plate-forme G7Ez et certains gilets jaunes ont critiqué le pari de la plate-forme de faire en sorte que leurs actes soient toujours pacifiques, et ont opté pour une action directe sans éviter la confrontation avec la police. Mais la forte présence policière et le petit nombre de personnes rassemblées ont rendu impossible la réussite de ces actions : la marche qui a quitté jeudi le camp pour tenter de couper l’autoroute à Urruña a été interceptée par la police et s’est terminée par plusieurs arrestations et charges à proximité immédiate du camp ; la manifestation de samedi dans la capitale labourdine n’a pas réussi à esquiver le contrôle de fer imposé par la police autour du Petit Bayonne, et il y avait presque autant de journalistes que de manifestants dans la marche ; d’autres mobilisations en dehors de la plateforme n’ont rassemblé que plusieurs dizaines de personnes totalement contrôlées par la police française, comme ce fut le cas dimanche à Bidart. Tout cela montre que la stratégie de ces groupes n’était rien de plus qu’un coup de spectacle, un pari sans véritable base, un château de cartes qui au moindre vent contraire s’écroulait. Une fois encore, des groupes avec des slogans plus révolutionnaires et ultra-gauches ont démontré leur manque de réalisme et leur capacité à faire de la politique avec des lettres majuscules. Bien entendu, leurs critiques de la plate-forme G7Ez les accusant de collaborateurs et de fascistes ont été entendues dans toutes les assemblées.

      D’ailleurs, totalement inacceptables les graffitis et dégâts dans le camp construit avec l’infrastructure du mouvement populaire et dans les maisons voisines, les manques de respect dans les assemblées, les agressions et menaces à l’encontre de journalistes couvrant certaines mobilisations, l’agression sexiste produite la veille du contre-sommet ... En outre, il a été découvert qu’au moins une flic s’était infiltrée dans un groupe venant de France. Il y en avait sûrement plus, et je ne serais pas surpris que ce soit une de ces personnes qui, à tout moment, incitait à la violence. L’histoire nous montre que les appareils d’État utilisent ces infiltrations pour conduire les mouvements révolutionnaires à des paris stratégiques insensés. Parce que nous savons déjà que dans certaines ambiances, le plus révolutionnaire est celui qui se montre le plus radical, bien que ce qu’il énonce manque de réalisme.

      Il y a ceux qui sur les réseaux sociaux ont fait des comparaisons entre le sommet de Biarritz de 2000 et celui-ci, avec la nostalgie des incidents survenus à l’époque. Ni l’appareil de police n’a été le même (de tels incidents n’auraient plus été possibles aujourd’hui) ni l’enjeu du contre-sommet n’était d’offrir cette image. La frustration de certains éléments « super-révolutionnaires » basques qui n’ont même pas été en mesure de se mobiliser contre la présence du G7 est maintenant destinée à critiquer la gauche abertzale, pilier fondamental de l’organisation de ce contre-sommet. Mais c’est une pure frustration, ni plus ni moins. Pratiquement, aucune organisation située dans ce que nous appelons « la dissidence de la gauche abertzale » n’a appelé à des mobilisations ou n’a été vue en Pays Basque Nord.

      Je crois que la gauche abertzale et son projet politique anticapitaliste sortent renforcés après le G7. J’aurais aussi aimé que les mobilisations soient plus fortes et massives, mais il ne faut pas perdre de vue le contexte marqué par cette militarisation de l’ensemble du territoire. Et l’important, à cette occasion, a été de montrer qu’il existe une alternative au capitalisme que dirigent ces pays, et de tisser des alliances avec les secteurs politiques qui se trouvent dans ces éléments clé, projetant envers l’ensemble de la société une image de sérieux et de crédibilité qui manque à ceux qui évoluent encore dans les mêmes ghettos politiques d’il y a 20 ans. Lorsque le système capitaliste est plus cruel que jamais et que ses interrogations se développent dans de larges couches de la société, c’est là que l’offre d’une alternative réelle devient plus nécessaire. Et là, la gauche abertzale a été le protagoniste incontesté.

      Enfin, je tiens à remercier l’organisation du contre-sommet pour le travail accompli et les facilités accordées aux journalistes qui ont couvert les événements, eskerrik asko !

      –----------------
      Suite au contre-sommet du G7
      https://www.argia.eus/albistea/g7aren-kontragailurraren-harira-sendoa-jurado-eta-ziortza-fdez-larrazabal-sup
      Sendoa Jurado et Ziortza Fernandez Larrazabal, "super-révolutionnaires"
      (membres du mouvement ATA, Amnistie et Liberté, NdT)

      Après l’article de Miguel Ángel Llamas publié dans Naiz (« Réflexions après le G7 », 2019/08/27), nous ne pouvions pas rester sans répondre. Ce désir ne vient pas du fait que nous croyons devoir répondre à quiconque ne correspond pas à notre opinion, mais parce qu’il rassemble des idées que Sortu répand depuis un certain temps et, en outre, parce que nous pensons que cela inclut une tentative d’essayer de criminaliser d’autres secteurs.

      Pour commencer, nous t’expliquerons quel est le rôle de la social-démocratie vis-à-vis du mouvement populaire et, le cas échéant, vis-à-vis des expressions révolutionnaires. Nous n’expliquerons rien que tu ne saches pas déjà, car nous supposons qu’à une autre époque, tu as également critiqué l’attitude des sociaux-démocrates, puisqu’ils ont longtemps eu pour fonction de ne rien laisser protester contre les différents sommets capitalistes, y compris à des moments où ils nous ont tous et toutes, y compris toi, mis dans le même sac de "super-révolutionnaires".

      Le rôle de la social-démocratie est de désactiver le mouvement populaire et de faire en sorte que personne ne dépasse le cadre juridique de ceux qui nous piétinent. Pour cela, elle occupe et contrôle les espaces naturels du mouvement populaire, elle le fait avec son message et convertit ces espaces, au nom du possibilisme et du pacifisme, en slogans vides.

      La social-démocratie est la carotte que nous montre le capitalisme, tandis que le bâton est celui de la police. Les deux se sont retrouvés à Biarritz lors du sommet du G7 et cherchent à désactiver le mouvement populaire. Le premier par l’assimilation et le second par la peur.

      La social-démocratie n’accepte rien de ce qui se trouve à sa gauche, et pour cela elle remplit de merde tout l’espace entre le mur et elle. Comment ? En méprisant et caricaturant les personnes et les mouvements qui veulent occuper cet espace. Avec des expressions comme « super-révolutionnaires », « ils sont loin de la réalité », « ils font le jeu de l’ennemi » et autres du même genre. Certainement, Miguel-Angel, que cela t’est également familier, car ça ressemble à des expressions que tu utilises également dans ton article. Pour maintenir l’hégémonie, la social-démocratie juge essentiel de détruire tout ce qui reste à sa gauche. Ils sont la gauche.

      Pour expliquer la façon de faire de la plateforme G7 Ez ! tu mentionnes le contexte politique d’Euskal Herria et le « processus de paix ». Dans le même paragraphe, tu expliques l’état d’exception imposé par la police. Alors quel processus de paix, bordel ! Il s’agit ici d’un processus de désactivation du mouvement populaire et de la ligne révolutionnaire, joint à l’acceptation du monopole de la violence pour les gestionnaires du système. Ce processus a eu lieu à partir de 2009 sur les conseils des faux pacifistes venus en Euskal Herria main dans la main avec l’impérialisme, et a bénéficié de l’aide essentielle du réformisme, comme l’a expliqué Otegi [secrétaire général de la coalition EH Bildu dont la composante majoritaire est Sortu, a été membre d’ETA dans les années 70 et à oeuvré à sa dissolution à partir des années 2000, NdT] dans le procès Bateragune [voir https://seenthis.net/messages/799589 ]. Contrairement au militantisme, il l’a bien expliqué au juge, marquant une ligne de démarcation entre les "bons" et les "mauvais". Cette ligne tu la traces également dans ton article, et c’est vraiment pas beau : "C’était pas moi, monsieur !"

      En quelques années, certains ont fait l’innommable pour faire éclater le mouvement populaire, ont rompu les relations avec ceux qui n’entrent pas dans la bergerie, en sont venus à voler des bureaux en utilisant les outils de la légalité bourgeoise, ont discuté avec la police (nous attendons toujours des explications à propos de la rencontre avec Ares [ancien ministre de l’intérieur de la Communauté Autonome du Pays Basque, NdT]), ils ont tabassé des jeunes, ils ont censuré ... et pourtant, Miguel-Angel, il te semble étrange que la "dissidence" n’ait pas eu la force d’organiser quoi que ce soit contre le G7. Vous avez volé le papier toilette et vous dénoncez maintenant le fait que chez nous il n’y a pas moyen de se nettoyer le cul.

      Ceux d’entre nous qui n’ont pas eu la capacité d’organiser quoi que ce soit contre le G7 ont des questions sur lesquelles réfléchir et sur quoi travailler. Nous vivons dans une autocritique constante. Nous pensons que sur cette voie il y a de quoi être optimiste et que, à l’avenir, nous pourrons développer une ligne révolutionnaire renforcée. Vous autres, Miguel-Angel, vous avez le droit de prendre le chemin que vous voulez, c’est tout ce qui manquait. Continuez à louer des salles de congrès coûtant des milliers d’euros, continuez à pacter votre activité politique avec l’ennemi, continuez à donner de la stabilité au gouvernement espagnol, continuez à transformer ceux qui ont été libérés en fonctionnaires politiques, continuez à mettre des cordons humains pour protéger les banques, continuez à essayer d’obtenir que les familles reçoivent les prisonniers en privé [référence aux ongi etorri cf https://seenthis.net/messages/799589 ], mais de grâce, arrêtez d’occuper avec vos pieds la chaise que vous avez abandonnée il y a longtemps.

      [edit du 07/09 : quelques corrections de passages mal traduits]

    • Au sommaire du dernier CQFD n°179
      http://cqfd-journal.org/Au-sommaire-du-no179-en-kiosque

      La société civile « Bayonnée » – G7 : un contre-sommet noyé dans le kaki > Depuis l’émergence du mouvement altermondialiste, jamais un contre-sommet du G7 n’avait connu une si faible mobilisation. En cause notamment, la militarisation du maintien de l’ordre, la « neutralisation stratégique » du mouvement social, des arrestations arbitraires et des interdictions administratives de territoire.

      pas encore lu because pas encore reçu peut être plus tard sur leur site mais je préfère lire CQFD sur le papier.


      https://commesuit.tumblr.com
      #Pirikk pour la couverture de ce 179 ème numéro de CQFD

    • @rastapopoulos anars français qui pour le coup sont assez en phase avec la ligne ATA. La ligne Sortu, celle qui a changé de stratégie ce dernières années, laisse l’impression d’avoir gardé certains réflexes d’une autre époque, en termes de dirigisme (en ce sens la remarque de désarmons "on ne passe pas de trente ans de lutte armée au sein de groupes communistes autoritaires à un alternativisme babos sans conserver les vieux réflexes disciplinaires qui permettent de garder la face…et de régler ses comptes avec ses détracteur/ices" met le doigt sur un malaise, même s’il ne s’adresse pas à la bonne cible).

      Pitu c’est quelqu’un que je trouve respectable mais sa tribune là c’est presque une caricature dans l’autosatisfaction aveuglée.
      Et les ATA même si je partage pas leur vision stratégique j’ai de la sympathie pour eux vu ce qu’il se prennent dans la gueule.

      Bref de quoi relire Simone https://seenthis.net/messages/326630

  • #Barcelone : le piège que Manuel #Valls tend à Ada #Colau
    https://lemediapresse.fr/international/barcelone-le-piege-que-manuel-valls-tend-a-ada-colau

    « Si l’offre de Manuel Valls était acceptée, beaucoup des soutiens d’Ada Colau auraient le sentiment que le choix du pouvoir l’a emporté sur le désir de politique qu’elle incarne ». Le sociologue Eric Fassin, soutien d’Ada Colau, activiste du droit au logement portée à la tête de la mairie de Barcelone en 2015, met en garde l’édile catalane contre les dangers d’un pacte contre-nature avec l’ancien ministre de l’Intérieur.

    #International #Catalogne #ERC #Espagne #Indépendance #indépendantisme #Madrid #Podem #Podemos #PSC #SCC

  • #Italie, #Espagne, #Royaume-Uni : les #européennes bousculent les échiquiers nationaux
    https://lemediapresse.fr/international/italie-espagne-royaume-uni-les-europeennes-bousculent-les-echiquiers-n

    Victoire de la #Lega, de l’abstention et recomposition #Politique en Italie, chute de la #Gauche radicale en Espagne et triomphe de l’indépendantisme en #Catalogne, polarisation pro ou anti-Brexit au Royaume-Uni... Dans cette article collectif, la rédaction du Média Presse analyse les enjeux nationaux des résultats des élections européennes.

    #International #Angleterre #Brexit #Di_Maio #Elections #Europe #Farage #Iglesias #indépendantisme #Junqueras #M5E #M5S #May #nationalisme #Podemos #Puigdemont #Renzi #Salvini #Sanchez #UE #UKIP

  • En #Espagne, victoire socialiste pour un pays polarisé
    https://lemediapresse.fr/international/en-espagne-victoire-socialiste-pour-un-pays-polarise

    En Espagne, le #PSOE de Pedro Sánchez a remporté les élections législatives, dans un contexte marqué par l’irruption parlementaire de l’extrême-droite et le conflit catalan en arrière-plan. Les 123 députés socialistes ne pourront pourtant pas former un gouvernement seuls. Quelles alliances peuvent-ils nouer ? Pourquoi le paysage #Politique est-il si polarisé ? Quelle importance pour la question territoriale ? Une analyse inédite de Luis Emaldi Azkue, sociologue.

    #International #Catalogne #Ciudadanos #communisme #Droite #extrême_droite #Podemos #PP #Socialisme #Vox

  • Pour le respect des libertés et des droits fondamentaux en Catalogne | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/gattolin-andre/blog/240319/pour-le-respect-des-libertes-et-des-droits-fondamentaux-en-catalogne

    Issus de différents groupes politiques de la Haute Assemblée, 41 sénateurs signent un appel au respect des droits fondamentaux en Catalogne. Ils demandent des solutions politiques au niveau européen, dénonçant « les répressions dont sont victimes des élus légitimes, représentants politiques de la Generalitat de Catalogne emprisonnés ou forcés à l’exil pour leurs opinions dans l’exercice des mandats que leur ont confiés les électeurs ».

    « Notre pays est voisin de l’Espagne et de sa grande Région, La Catalogne, avec qui nous partageons une longue histoire.

    En tant qu’européens et en tant que français, nous nous sentons concernés par les événements graves qui se sont déroulés en Catalogne. Au moment où se déroule le procès devant le Tribunal supérieur espagnol d’anciens membres du Gouvernement régional catalan, de l’ancienne Présidente du Parlement catalan et de responsables associatifs catalans, nous, membres du Sénat de la République :

    demandons le respect des libertés et des droits fondamentaux en Catalogne, sans bien sûr s’immiscer dans les problèmes politiques d’un pays voisin et sans prendre parti sur le sujet de l’indépendance de la Catalogne ;
    dénonçons les répressions dont sont victimes des élus légitimes, représentants politiques de la Generalitat de Catalogne emprisonnés ou forcés à l’exil pour leurs opinions dans l’exercice des mandats que leur ont confiés les électeurs ;
    constatons que cette situation est une véritable atteinte aux droits et aux libertés démocratiques ;
    regrettons que la gravité de cette situation soit sous-estimée dans notre pays ;
    demandons que la France et les pays de l’Union européenne interviennent pour rétablir les conditions du dialogue afin de trouver des solutions politiques à un problème politique ».

    El Pais commente en bonne place : https://elpais.com/politica/2019/03/25/actualidad/1553518784_045967.html

    #catalogne #régionalisme #indépendantisme

  • Quand les barbares envahirent la périphérie
    Marchandisation et destruction des Pyrénées catalanes

    Miquel Amorós

    https://lavoiedujaguar.net/Quand-les-barbares-envahirent-la-peripherie-Marchandisation-et-destr

    Dans un monde globalisé, donc dans une société urbanisée, où une bonne partie de la population dispose d’un pouvoir d’achat satisfaisant, d’un véhicule et assez de temps « libre », les services de détente et d’évasion deviennent le secteur le plus expansif de l’économie. Dans la société de consommation, le loisir occupe une place dans la vie aliénée de plus en plus importante. À la périphérie, alors que la production industrielle s’effondre faute de compétitivité et d’innovations technologiques, l’économie se réfugie dans d’autres activités à moindre valeur ajoutée, comme la logistique, la construction et surtout le tourisme de masse. C’est le cas pour l’État espagnol et, par conséquent, pour la Catalogne. Une fois la crise de 2008-2014 terminée, particulièrement dans le contexte catalan, le tourisme industriel est devenu le principal moteur économique, ce qui implique inévitablement un impact et un profond bouleversement du territoire, d’une consistance qualitativement supérieure à tout ce qui a pu se passer jusqu’ici. Une empreinte écologique démesurée. (...)

    #Pyrénées #Espagne #Catalogne #tourisme #industrie #économie #capitalisme #destruction #territoire #montagne

  • Révolt ! Don’t react
    L’avenir sera soit révolutionnaire, soit réactionnaire.

    #Traduction d’un texte du Journal de #Pamela_Anderson, le 18 décembre 2018
    https://www.pamelaandersonfoundation.org/news/2018/12/18/revolt-dont-react
    ///edit : quelques ajouts d’importance en commentaires de cette traduction ///

    Dans son célèbre poème, La Solution, #Bertolt_Brecht a dit en plaisantant que "Le peuple, a par sa faute perdu la confiance du gouvernement" et qu’il serait plus simple "pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d’en élire un autre".

    Cela m’a donné matière à réflexion. Je suis aux États-Unis depuis quelques jours et je suis attentive à ce qui se passe ici.

    Pas grand chose a changé. Les États-Unis ont toujours les meilleures universités au monde mais des écoles désastreuses. Beaucoup d’étudiants sont illettrés. Il y a une augmentation énorme de la dépendance aux produits pharmaceutiques. Plus d’hyperactivité. Pas de média libre (je ne considère pas les médias remplis de propagande comme libres). Beaucoup de division selon des critères raciaux et ethniques. En bref, un pays en crise.

    Deux ans plus tard, le gouvernement actuel et les démocrates et leurs grands amis des médias sont toujours obsédés par le rôle présumé de la Russie lors de la dernière élection présidentielle. Les récents rapports de la Commission du Sénat sur le Renseignement affirment que la Russie aurait pris pour cible des électeurs afro-américains et aurait « exploité les tensions raciales et le sentiment d’isolement ». Ils croient encore naïvement que les électeurs américains ont été soumis au lavage de cerveau par une puissance étrangère pour élire le président.

    Et, ils donnent l’impression d’un clivage politique entre les bons et les méchants. D’un côté, le camp de la « civilité » et des valeurs. De l’autre, celui de la frustration et de la haine.

    C’est tellement superficiel.

    Je trouve cela absurde et pathétique. Parce qu’ils ne comprennent toujours pas : ce pays est ce qu’il est à cause du système que les démocrates et les médias ont contribué à bâtir. Au lieu de dissoudre le système, ils préféreraient dissoudre le peuple.

    Cela est particulièrement clair dans le Sud ; le Ventre de la bête.

    J’aimerais visiter le sud. Je suis curieuse de connaître cette partie des États-Unis qui adorerait prétendument les fusils et Trump. Les libéraux voient dans ces gens un tas de moins que rien. Ils les accusent de toutes sortes de choses : d’être des arriérés ; de se conformer au "restez tranquilles, ne vous faites pas remarquer, ne causez pas de problèmes et soyez rentrés à 22 heures".

    Je regarde autour de moi et, dans tant de pays, je vois un dénominateur commun. Une révolte de la périphérie. Depuis l’élection de #Trump à la présidence, en passant par le #Brexit, la #Catalogne, les #Gilets_Jaunes... et je me demande si c’est parce que le #capitalisme est toujours plus radical, plus cruel en périphérie.
    Les gens dans tant d’endroits ne se sentent pas représentés par les ou leurs politiciens. Ils savent que le choix de ceux qui votent n’a pas vraiment d’importance car rien ne changera dans leur vie. Parce que le vrai pouvoir ne siège pas dans l’urne. Il est assis ailleurs. Le pouvoir est entre les mains des grandes entreprises mondiales et du capital financier.

    Et dans ce monde post-démocratique, arrivent les dénommés "populistes". Ou - comme certains appellent ça - la politique de "l’homme fort".

    Pourquoi ont-ils autant de succès ?

    C’est parce qu’ils ont réussi à sensibiliser les plus démunis ? A mettre la lumière sur l’histoire de ces outsiders qui ont survécu au travers des conditions créées par le capitalisme prédateur ? L’histoire de gens qui ont d’horribles emplois dans des chaînes de production, des usines et des supermarchés. Les personnes qui croient que le travail acharné améliorera leur vie et celle de leurs enfants.

    Les hommes-forts politiques ne leur offrent pas d’alternatives. Ils répondent simplement à leurs sentiments d’exclusion. Ils rendent la fierté aux gens, ou du moins c’est ce qui est dit, mais tout ce qu’ils font, c’est leur rendre leur illusion de la fierté. Ils leur offrent de l’émotion.

    Pour moi, il est logique que la périphérie vote comme elle le fait. Le statu quo les empêche de rêver d’un avenir différent, d’un avenir meilleur, ils sont donc obligés d’idéaliser le passé.

    Je comprends également pourquoi ils ne répondent pas aux appels à la solidarité. La solidarité ne peut être commandée. Les classes moyennes et les travailleurs pauvres, qui ne peuvent pas se permettre beaucoup, se sentent obligés de défendre le peu qui leur reste et se radicalisent par la peur ; la peur de la perte. Et puis, les riches et les privilégiés et l’État (ainsi que les banques) sont déjà si puissants et si riches qu’ils dirigent leur colère vers les groupes les plus faibles de la société. Vers les réfugiés et les minorités.

    Cela a donc du sens, mais c’est aussi inquiétant.

    Inquiétant parce que ces jours-ci, les gens aux États-Unis (et ailleurs) n’ont pas énormément de choix. Ils doivent choisir entre les néolibéraux, c’est-à-dire des gens égarés qui répètent le même désastre économique qui dure depuis une décennie, ou les hommes-forts. Cependant, le problème n’est pas le politicien populiste ou l’homme-fort (qui se mélangent dans certains cas). Le problème est l’économie et l’inégalité économique. Le problème est le néolibéralisme.

    Je veux aider les gens à devenir des révolutionnaires en formation.

    J’ai lu une récente interview d’#Adam_Curtis dans The Economist (L’antidote à l’effondrement des civilisations). Curtis est un documentariste britannique qui parle d’un sentiment de malheur et du fait que rien ne change jamais. Je suis d’accord avec tout ce qu’il dit.

    Nous devons cesser de croire que le système actuel est gravé dans la pierre et incapable de changer. Nous devons cesser de croire que ce que nous avons est le meilleur système possible. Nous devons cesser de prétendre que l’autre côté est mauvais, confus ou avec le cerveau lavé par les #fake-news. Au lieu de cela, nous devons faire mieux que simplement hisser le drapeau de la tolérance et de la civilité. Nous devons nous efforcer d’offrir une histoire politique plus forte.

    Nous devons lutter contre ceux qui non seulement détiennent le pouvoir et la richesse, mais s’y accrochent avec une ténacité implacable.

    Nous devons nous opposer au néolibéralisme et à ses institutions mondiales et régionales. Nous devons offrir une société alternative, démocratique et juste sur le plan social, sans compromis en matière de démocratie sociale (en particulier pour les grandes entreprises).

    J’ai mis en place une nouvelle fondation pour soutenir les militants et autres révolutionnaires, elle s’appelle Tenure. Nous prévoyons des choses radicalement formidables.

    Mais il faut aller plus loin. Il y a des universitaires qui offrent une alternative à l’économie, il y a un nouveau manifeste d’économistes français. Très intéressant.

    L’avenir sera soit révolutionnaire, soit réactionnaire.

    Je souhaite également réunir d’autres artistes et créateurs, des personnes intelligentes, pour voir grand. Penser ambitieux. Faisons notre manifeste pour l’avenir révolutionnaire et réfléchissons à la façon de le mettre en pratique. Je souhaite rassembler des personnes capables de décrire avec précision la société. Et alors, nous pouvons la CHANGER. J’ai tellement d’idées.

    Cela dépend de nous Il y a suffisamment de ressources pour construire de meilleures alternatives.

    Je veux construire l’avenir révolutionnaire. Et dissoudre le #SYSTÈME, pas les personnes.

    Es-tu avec moi ?

    Avec amour

    Pamela

  • #Tagamanent (Catalogne): Le Moli menacé d’expulsion. Le Moli reste!
    https://fr.squat.net/2018/10/22/tagamanent-catalogne-le-moli-menace-dexpulsion

    Après 7 ans d’efforts pour reconstruire le Molí de la Torre de Tagamanent, une parcelle abandonnée et oubliée depuis plus de 20 ans, les forces de sécurité de l’Etat, sous les ordres de leurs supérieurs hiérarchiques et sans préavis ni option de négocier, veulent expulser la maison en 10 jours, nous obligeant à abandonner la […]

    #Catalogne #le_Moli_de_Tagamanent #procès #Vallès_Oriental

  • #Tagamanent (Catalogne): Suspension de la procédure judiciaire. Le Moli reste!
    https://fr.squat.net/2018/10/24/tagamanent-catalogne-suspension-de-la-procedure-judiciaire-le-moli-reste

    Nous avons obtenu une suspension « temporaire » de notre procédure judiciaire, ce qui nous permet de contester cette justice expéditive. Cela semble être la seule façon de manoeuvrer contre la plainte d’expulsion rapide proposée par le propriétaire, ce qui nous donne le temps de nous défendre devant les tribunaux et de démontrer tout le travail accompli […]

    #Catalogne #le_Moli_de_Tagamanent #procès #Vallès_Oriental

  • #Barcelone : #La_Llamborda résiste ! #expulsion de la Llamborda, vendredi 26 octobre
    https://fr.squat.net/2018/10/23/barcelone-la-llamborda-resiste-expulsion-de-la-llamborda

    Vendredi 26 octobre 2018, tentative d’expulsion de la Llamborda, au 125 rue Amílcar, espace occupé depuis plus de 6 ans, où beaoucoup d’activités ont eu lieu, avec une forte présence anarcha-féministe. Le squat a déjà survécu à deux tentatives d’expulsion. Nous appelons à votre soutien à partir de 8h30 du matin pour faire échouer le […]

    #Catalogne #féministes_&_queers

  • Dans la #Catalogne catholique, les #juifs avaient-ils les mêmes #droits devant la justice ? Avaient-ils la capacité d’agir et de s’y défendre équitablement ? #Justice et religion faisaient elles bon ménage ?

    http://sms.hypotheses.org/9849

    #catalogne, #espagne, #catholique, #chrétien, #juif, #droit, #justice, #religion, #équitable, #droit, #juger, #juge, #négociation, #norme, #pratiques, #tolérance

  • Communiqué de la Plate-forme catalane pour le droit à ne pas être prostituée

    Le débat sur la prostitution et la traite redémarre. Au niveau de l’État, IU et le PSOE présentent des initiatives législatives et des propositions visant à protéger les droits des femmes dans une perspective féministe et abolitionniste de la prostitution. Nous nous en félicitons, car ces mesures répondent à un problème urgent dans notre pays, un lieu de trafic et la destination de la traite internationale à des fins d’exploitation sexuelle et un leader en matière de consommation de la prostitution.

    Nous espérons que ces initiatives signifient un engagement fort et durable envers la dignité des femmes, au-delà de tout calcul électoral.

    Version originale : https://wp.me/p1O7e3-Hz
    Traduction : #Tradfem
    #Catalogne #système_prostitutionnel #prostitueur

  • #Pablo_Llarena, le juge qui a décapité l’indépendantisme catalan
    https://www.mediapart.fr/journal/international/120418/pablo-llarena-le-juge-qui-decapite-l-independantisme-catalan

    Le juge Pablo Llarena a refusé jeudi 12 avril d’autoriser le Catalan Jordi Sànchez, en prison depuis octobre, à participer à la session d’investiture prévue vendredi à Barcelone, où il aurait pu être élu président de la région. Ce juge de la Cour suprême, conservateur de 54 ans, joue un rôle considérable dans la crise catalane et s’attire les foudres des « indepe ». Portrait.

    #International #Catalogne #Espagne #indépendance #Justice #Mariano_Rajoy

  • L’arrestation de Puigdemont clôt une semaine noire pour l’indépendantisme catalan
    https://www.mediapart.fr/journal/international/260318/l-arrestation-de-puigdemont-clot-une-semaine-noire-pour-l-independantisme-

    La famille indépendantiste est sous le choc au lendemain de l’arrestation de #Carles_Puigdemont en #Allemagne. Des défilés ont réuni des dizaines de milliers de Catalans dimanche, exhortant Berlin à ne pas extrader l’ancien « president ». Au moins 59 personnes ont été blessées dans des heurts avec la police. La formation d’un gouvernement régional se complique encore.

    #International #Bruxelles #Catalogne #démocratie #Espagne #Finlande #Mariano_Rajoy

  • Exécutif catalan: la justice bloque encore
    https://www.mediapart.fr/journal/international/230318/executif-catalan-la-justice-bloque-encore

    Jordi Turull (droite indépendantiste) et #Marta_Rovira (gauche indépendantiste) en conversation le 1er mars 2018 lors d’une séance du parlement catalan © Albert Salame / Reuters. La justice espagnole a envoyé en prison ce vendredi #Jordi_Turull et d’autres de ses collègues indépendantistes. Ce député semblait pourtant sur le point d’être investi samedi à la présidence de la #Catalogne. Face à l’offensive de la justice, la stratégie des indépendantistes patine.

    #International #Carles_Puigdemont #Espagne #Mariano_Rajoy

  • #Catalogne : pour Puigdemont, « c’en est terminé »
    https://www.mediapart.fr/journal/international/310118/catalogne-pour-puigdemont-cen-est-termine

    À l’extérieur du parlement catalan, mardi 30 janvier, des #indépendantistes portent un masque de Puigdemont. Ils cherchent à brouiller les pistes des forces de l’ordre, pour aider Puigdemont à revenir incognito à Barcelone, afin d’être investi. © Reuters / Sergio Perez. Dans une série de messages privés révélés par un média espagnol mercredi 31 janvier, #Carles_Puigdemont juge qu’il a perdu la partie face à Madrid : « Les nôtres nous ont sacrifiés. » L’ex-President espère toujours être investi à distance à la tête de la Catalogne. Mais l’affaire réduit ses chances de succès.

    #International #Espagne #indépendance #Mariano_Rajoy #Roger_Torrent #Toni_Comin