• "Les Prédateurs" de Denis Robert et Catherine Le Gall
    enquête sur Albert Frère et Paul Desmarais aux éditions du Cherche Midi

    "Prédateurs" : L’interview sans fard de Denis Robert et Catherine Le Gall
    28/09/2018
    http://www.akivideo.com/video/predateurs-linterview-sans-fard-de-denis-robert-et-catherine-le-gall_x6ue3
    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    C Politique 30/09/18 - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=zIhDzk6g6YM


    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Ce livre dénonce les prédateurs de la finance qui agissent aux dépens de l’Etat
    Publié le 26/09/2018
    https://www.capital.fr/economie-politique/un-livre-epingle-le-cout-des-predateurs-de-la-finance-1308578

    Quick, Uramin... Un livre épingle le coût des « prédateurs » de la finance pour les entreprises publiques.

    Un livre des journalistes Catherine Le Gall et Denis Robert décrypte les montages financiers de trois acquisitions - une chaîne de hamburgers, une raffinerie texane et des mines d’uranium africaines - et dénonce les « prédateurs » qui agissent selon eux aux dépens de l’Etat. « Les prédateurs mettent en place dans les systèmes des hommes à eux », explique lors d’une rencontre avec la presse M. Robert, à l’occasion de la sortie jeudi du livre « Les Prédateurs » aux éditions du Cherche Midi. Ils ont à chaque fois pour cible une entreprise publique.

    « Dans le cas de Quick, la Caisse des dépôts et consignations (CDC) ; dans celui de la raffinerie de Pasadena (Texas) le groupe public brésilien Petrobras, et Areva dans celui d’Uramin », détaille-t-il. « Ce sont trois affaires, qui sont apparemment indépendantes, qui fonctionnent sur la même mécanique », affirme M. Robert. « Dans les trois cas, on voit le rôle des experts qui effectuent une expertise qui est bidon », relate le journaliste. « Ces expertises ont pour but de gonfler les prix et de faire cracher de l’argent public, avec l’aide de complices à l’intérieur », assure-t-il.


  • C.D.C. Director Brenda Fitzgerald Resigns Over Tobacco Stock Conflicts
    https://www.nytimes.com/2018/01/31/health/cdc-brenda-fitzgerald-resigns.html

    The director of the Centers for Disease Control and Prevention resigned on Wednesday, in the middle of the nation’s worst flu epidemic in nearly a decade, because of her troubling financial investments in tobacco and health care companies that posed potential conflicts of interest.

    As the state’s public health chief, Dr. Fitzgerald made fighting childhood obesity one of her highest priorities. But she drew criticism from public health officials for accepting $1 million to pay for the program from Coca-Cola. Her program drew heavily from the soda giant’s playbook, emphasizing Coke’s contention that exercise — rather than calorie control — is key to weight loss.

    #CDC #conflits_d'intérêt #tabac #santé


    • Et voilà la source:
      PRAHDA, quand la finance s’empare du social

      La loi asile et immigration doit être présentée en février au Conseil des ministres. Elle accélérera considérablement les procédures de demandes d’asile. Pour les organisations qui défendent les réfugiés, le message du gouvernement est clair : il faut expulser plus, et plus vite, notamment les dublinés. Parmi les outils dont dispose déjà l’État, il y en a un, pas très couture, nommé PRAHDA. Soit Programme d’Accueil et d’Hébergement pour les demandeurs d’asiles. Dans les faits, il permet surtout de contrôler les réfugiés et de les assigner à résidence, grâce à un ingénieux système de « #partenariat_public-privé » (#PPP) d’un nouveau genre.

      https://www.radioparleur.net/single-post/2018/01/29/PRAHDA-finance-social

      cc @daphne @marty @albertocampiphoto

    • Spéculer sur l’insertion des demandeurs d’asile en France, un nouvel investissement rentable pour les financiers

      L’accueil des demandeurs d’asile s’ouvre aux marchés financiers. C’est ce que prévoit le nouveau modèle de gestion des centres « Pradha », chargés de l’hébergement des personnes demandant l’asile. Ces centres – d’anciens hôtels bas de gamme – seront gérés au quotidien par une filiale de la #Caisse_des_dépôts sous contrôle du ministère de l’Intérieur, et sont en partie financés par le privé, grâce à un #fonds_d’investissement dédié. Côté accueil, accompagnement, insertion et encadrement, les coûts sont réduits au minimum, mais les partenaires du fonds – la #BNP, #Aviva, la #CNP assurances ou la #Maif – espèrent en tirer des bénéfices. Bienvenue dans l’« action sociale » du XXIe siècle.

      Pour financer le Prahda, la Caisse des dépôts et consignations (CDC), via sa filiale CDC-Habitat [1] a donc lancé un fonds d’investissement, baptisé « #Hémisphère ». Premier fonds à impact social d’une telle envergure en France, avec une capacité de 200 millions d’euros, Hémisphère est abondé pour moitié par un prêt de la Banque de développement du Conseil de l’Europe, tandis que six investisseurs institutionnels apportent les 100 millions restants : Aviva France, BNP Paribas #Cardif, la CDC, #CNP_Assurances, la Maif, et #Pro_BTP.

      http://multinationales.org/Speculer-sur-l-insertion-des-demandeurs-d-asile-en-France-un-nouvel
      #spéculation #intégration #CDC-Habitat #Appoigny #BNP_Paribas #finance #privatisation


  • Ce soir j’ai décidé d’être 7 fois en contravention avec la loi (américaine)

    « In a country like United-States, where medecine is mainly a science-based practice, where the ethnic diversity is definitly an evidence-based reality for the nation, it is clear that any vulnerable people such as elderly, transgender, pregnant women (including fetus) and generaly speaking the poorest part of the population have entitlement to medical aid. »

    –—

    CDC banned words: How the CDC used ‘vulnerable,’ “transgender” and other newly banned words in past documents — Quartz
    https://qz.com/1158898/cdc-banned-words-how-the-cdc-used-vulnerable-transgender-and-other-newly-banned-

    The Centers for Disease Control is the main public health institute in the United States. It is committed to helping Americans in a way that is science-based—er, oops, I can’t say that now.

    That’s because the Trump administration has barred the CDC from using a list of words it apparently doesn’t want “in any official documents being prepared for next year’s budget,” according to reporting from the Washington Post. Here is the list of words that are now banned:

    vulnerable
    entitlement
    diversity
    transgender
    fetus
    evidence-based
    science-based

    –----

    CDC banned from using 7 words, including “science-based” - Vox
    https://www.vox.com/2017/12/16/16784498/cdc-seven-words-science-transgender-fetus

    The Trump administration has reportedly banned officials at the Centers for Disease Control and Prevention from using these seven words in budget documents — a move that some are calling downright Orwellian:

    –---

    CDC gets list of forbidden words: Fetus, transgender, diversity - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/national/health-science/cdc-gets-list-of-forbidden-words-fetus-transgender-diversity/2017/12/15/f503837a-e1cf-11e7-89e8-edec16379010_story.html

    The Trump administration is prohibiting officials at the nation’s top public health agency from using a list of seven words or phrases — including “fetus” and “transgender” — in official documents being prepared for next year’s budget.

    Policy analysts at the Centers for Disease Control and Prevention in Atlanta were told of the list of forbidden terms at a meeting Thursday with senior CDC officials who oversee the budget, according to an analyst who took part in the 90-minute briefing. The forbidden terms are “vulnerable,” “entitlement,” “diversity,” “transgender,” “fetus,” “evidence-based” and “science-based.”

    In some instances, the analysts were given alternative phrases. Instead of “science-based” or ­“evidence-based,” the suggested phrase is “CDC bases its recommendations on science in consideration with community standards and wishes,” the person said. In other cases, no replacement words were immediately offered.

    #trump #états-unis #cdc #mots #terminologie #vocabulaire


  • Quand les représentants du peuple fragilisent les infrastructures informatiques du pays
    https://reflets.info/quand-les-representants-du-peuple-fragilisent-les-infrastructures-informat

    NextInpact nous apprend que les députés ont repoussé avec un certain dédain un amendement (dit « Bluetouff ») visant à protéger les « hackers » qui signalent à un site poreux ses failles informatiques. Citant les jurisprudences #Kitetoa, #Zataz et #Bluetouff, les députés qui poussaient cet amendement voulaient éviter des poursuites indues pour accès et/ou maintien dans tout ou […]

    #Rainbow_Hat #Technos #Tribunes #ADM #cDc #Hackers #l0pht #Rhino9 #Sécurité_informatique #Sex-Shop #w00w00


  • Le Sénat va-t-il confier la protection de la biodiversité à des banques ?

    Le projet de loi relatif à la biodiversité arrive au Sénat ce mardi 19 janvier. Les enjeux sont multiples. L’un d’entre eux concerne ce qui est appelé les "réserves d’actifs naturels". Les associations demandent la suppression de toute référence aux « réserves d’actifs naturels », ces banques d’un nouveau genre qui font du blé en prétendant préserver la biodiversité. Seront-elles entendues ?

    https://blogs.mediapart.fr/maxime-combes/blog/190116/le-senat-va-t-il-confier-la-protection-de-la-biodiversite-des-banque

    #biobanques #biodiversité #CDC-Biodiversité #compensation #détruire #financiarisation #loi #protection #Sénat


  • Poursuites en cascade à la Caisse des jackpots et consignations
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/100116/poursuites-en-cascade-la-caisse-des-jackpots-et-consignations

    Deux anciens dirigeants de la Caisse des dépôts devraient être renvoyés devant la Cour de discipline budgétaire pour une affaire sulfureuse de distribution d’actions gratuites. Il s’agit de l’ancien directeur général, #Augustin_de_Romanet, qui préside actuellement Aéroports de Paris, et de l’ex-président de #CDC_Entreprises, le sarkoziste #Jérôme_Gallot.

    #Economie #Caisse_des_dépôts_et_consignation #Cour_de_discipline_budgétaire_et_financière #Cour_des_comptes


  • Will the new African Centres for Disease Control really be an African #CDC?
    http://africasacountry.com/will-the-new-african-centres-for-disease-control-really-be-an-afric

    In 2013, Guinea, Liberia, and Sierra Leone were hit with the worst global public #health crisis in their respective histories. The #Ebola epidemic was a national and regional crisis. The.....

    #AID_&_DEVELOPMENT_PAGE #Aid #U.S.


  • La grande arnaque au Livret A …
    http://actuwiki.fr/2/40961

    Détenu par près de 60 millions de particuliers, le Livret A est de loin le placement le plus répandu en France. Il a vocation à financer des projets d’intérêt général, mais où va réellement l’argent du livret A ? Logement social, actions, obligations, collectivités locales, PME et même dette de la zone euro : l’éventail est large. Trop large ?

    Le Livret A, compte d’épargne défiscalisé préféré des français qui fêtera ses 200 ans en 2018 conserve toute sa force de persuasion en ces temps de crise. Il vient de voir sa collecte nette s’établir à 3,96 milliards d’euros au seul titre du mois de janvier, un plus haut depuis 3 ans, ce qui porte son encours total du livret A à 365 milliards d’euros. Plafonné à 15.300 euros de dépôt, il offre aujourd’hui une rémunération annuelle de 1,25%. Cette manne fait aujourd’hui l’objet de débats à l’heure où le crédit bancaire est jugé par beaucoup trop frileux. De multiples questions se posent sur l’affectation de ces fonds notamment parce qu’ils sont en partie détournés de leur destination orginelle.

    Publication de Révolution moderne : retirons notre argent des banques.

    Crée pour solder les dettes de guerres napoléoniennes

    S’il avait été initialement crée par Louis XVIII pour soutirer l’épargne des Français et ainsi solder les dettes générées par les guerres napoléoniennes, son utilité est désormais toute autre. Sa mission de financement de projets d’intérêt général est reconnue de tous.
    François Hollande a par exemple annoncé lors de son meeting du 22 janvier dernier au Bourget qu’il doublerait le plafond du livret A s’il était élu. Et ce dans le but de financer les organismes sociaux de l’habitat. Reste que l’épargne des Livrets A ne sert pas qu’à cela. Dettes d’Etats de la zone euro, investissements en actions, consolidation des ressources des banques, prêts aux PME et aux collectivités locales, l’argent que les Français placent dans leur livret A prend des directions multiples.

    >>> Livret A : comment les épargnants français vont perdre 5 milliards d’euros

    Près des deux tiers sont centralisés à la Caisse des dépôts

    Depuis un décret du 16 mars 2011, applicable le 1er mai 2011, les banques sont tenues de rediriger 65% de ce qu’elles collectent sur les Livrets A et Livrets de Développement Durable (LDD) vers la Caisse des dépôts (CDC), dont l’Etat est actionnaire à 100%.
    Le directeur général de la CDC, Augustin de Romanet, s’était prononcé en octobre 2010 pour un taux de centralisation de 70%, le jugeant « nécessaire pour que la Caisse puisse continuer à honorer les engagements des programmes qui sont définis par l’État ». Les banques prônaient, de leur côté, un taux de centralisation plus faible, allant jusqu’à 50%. Certaines le justifiaient par le fait que la CDC « disposait d’un surplus de liquidités non utilisées et qu’il était donc contre-productif d’immobiliser plus de liquidités retirées du circuit bancaire au détriment du financement des PME et de l’économie », indique la Banque de France.

    Certaines banques ne centralisent que 20%

    Le décret du 16 mars étant très récent, toutes les banques ne centralisent pas encore 65% des encours des Livrets A qu’elles captent vers la CDC. Elles ont en fait jusqu’au 1er mai 2022 pour le faire, date à laquelle elles devront respecter un taux de centralisation unique. Aujourd’hui, les réseaux historiques (Caisses d’Epargne, La Banque Postale, Crédit Mutuel) centralisent beaucoup plus que les » nouveaux collecteurs » qui ne proposent des Livrets A à leurs clients que depuis le 1er janvier 2009.
    Ainsi, La Banque Postale redirige 100% de ce qu’elle collecte en Livret A à la CDC, les Caisses d’épargne 80%, alors que la Société Générale où le Crédit Agricole ne centralisaient qu’entre 20% et 30% à la fin 2010, il est vrai avant la publication du décret de mars 2011.

    Le fonds d’épargne, bras armé de la CDC pour financer les projets d’intérêt général

    La Caisse des dépôts stocke les encours du Livret A dans son fonds d’épargne. Ce dernier était doté à la fin 2010 de 225 milliards d’euros, provenant pour plus de la moitié du seul Livret A, 20% du LDD et 18% du Livret d’épargne populaire.

    Les missions de financement du fonds d’épargne sont multiples. Il place tout d’abord sur les marchés un portefeuille d’actifs financiers de 102 milliards d’euros. La CDC estime cet investissement indispensable. » Pour conjuguer sécurité et liquidité et garantir la solidité à long terme du système, le fonds d’épargne doit disposer d’un portefeuille d’actifs financiers d’un montant suffisant, stable dans le temps et diversifié « , indique-t-elle.

    16% de l’argent des Livret A et LDD est investi dans la dette de la zone euro

    Au sein du portefeuille de 102 milliards d’euros, 11 milliards d’euros sont investis en actions notées entre AAA et BBB. Les 91 milliards restant constituent un portefeuille de taux dont 56,5 milliards sont investis dans les dettes d’Etats de la zone euro par la Caisse des dépôts. Au total, 16 % de l’argent déposé par les français sur les Livret A et LDD sert donc à financer la dette souveraine de la zone euro.

    Le logement social, coeur de métier du fonds d’épargne

    La mission première du Livret A reste de financer les logements sociaux et la politique de la ville. En effet, le stock de prêt du fonds d’épargne s’élevait à 123 milliards d’euros à la fin 2010, parmi lesquelles pas moins de 110 milliards sont destinés au financement de l’habitat social. Le fonds d’épargne possède également un stock de prêt de 5,8 milliards d’euros destiné aux équipements, aux infrastructures et aux collectivités locales. En 2011, la CDC a même accentué l’aide aux collectivités locales pour lesquelles elle a débloqué une enveloppe de 5 milliards d’euros de prêts venant de son fonds d’épargne. Enfin, le fonds d’épargne finance les petites et moyennes entreprises (PME) par l’intermédiaire d’Oséo pour environ 6 milliards d’euros.

    Les banques doivent financer les PME avec l’épargne du Livret A

    Si la partie centralisée à la CDC des Livrets A ne finance que marginalement les PME françaises, la partie conservée par les banques (35%) y est théoriquement consacrée. C’est d’ailleurs la condition sine qua non à la conservation d’une part de l’épargne réglementée par les banques dans leur bilan. C’est pour cela que La Banque Postale – qui ne prête pas encore d’argent aux PME – centralise à la CDC 100% de ses encours d’épargne réglementée.
    Les établissement de crédits sont en effet tenus, lorsque le montant total des sommes déposées sur les livrets A et les LDD et non centralisées par la Caisse des dépôts augmente, de consacrer au moins 75 % de l’augmentation constatée, à l’attribution de nouveaux prêts aux PME.
    Les parlementaires estiment que les banques ne respectent pas cet objectif, ce qu’elles démentent, chiffres à l’appui. Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France a ainsi adressé au Parlement des tableaux montrant que le respect de cette condition par les principaux réseaux bancaires allait de 497 % à 1452 % …un niveau bien supérieur aux 75% exigés par la loi !
    .......

    #économie
    #finance
    #livretA
    #CDC
    #France
    #PME



  • Une députée veut que les logiciels commandés par l’État soient libres

    Et si les logiciels ou toute autre œuvre ou donnée immatérielle (travaux de recherche, etc.) produite grâce aux deniers publics étaient publiés sous licence libre par l’État ? Telle est la proposition d’une députée à l’attention du gouvernement.

    http://www.pcinpact.com/news/84695-une-deputee-veut-que-logiciels-commandes-par-l-etat-soient-libres.ht

    J’y pense car j’ai une de fois de plus le plaisir de lire cette mention dans le cahier de charges d’une commande de site web :

    Les développements spécifiques seront placés sous une licence libre GNU/GPL et pourront être proposés sur spip-contrib.net.

    #libre #biens_communs


  • Blog de Paul Jorion » EMPRUNTS « TOXIQUES » : LE COMMERCE DES INDULGENCES POLITIQUES, par Zébu
    http://www.pauljorion.com/blog/?p=60034
    http://0.gravatar.com/avatar/e9d73a7b825d826716e5a25df85c1c8a?s=92&d=identicon&r=G

    Arguties spécieuses, car si le gouvernement actuel ne fait qu’endosser l’héritage du gouvernement passé, rien ne l’y obligeait en vérité à le faire tel quel, a fortiori en créant un fonds de compensation financé à moitié par l’État et ne couvrant que 45 % des IRA (Indemnités de Remboursement par Anticipation) calculés pour les emprunts dits ‘structurés’, et encore, uniquement ceux les plus ‘toxiques’, le restant étant payé par des collectivités locales qui auraient pu faire valoir leurs droits en justice.

    Arguties spécieuses, car l’État aurait très bien pu imposer de créer un fonds de compensation financé à 100 % par les banques, qui aurait permis de lever la reprise de l’aléa moral des banques par l’État et éviter ainsi à l’État de se retrouver piégé dans ce type de situation. En prenant pour base le fait que la Taxe sur les Risques Systémiques (TRS) passe de 0,50 % à 0,539 % pour répondre au financement du fonds de compensation pour les emprunts toxiques, soit 750 millions d’euros (50% x 100 millions x 15 ans), on obtiendrait donc 750 millions financés par 0,039 %. En multipliant cette même augmentation par 10, on obtiendrait donc logiquement une capacité de financement de 7,5 milliards d’euros sur 15 ans, le tout pour une taxe passant non pas de 0,50 % à 0,539 % mais bien de 0,50 % à 0,89 %, soit moins qu’un doublement de cette même taxe. Cette ‘TRS’ a-t-elle fait naître des faillites bancaires lors de son institution il y a 2 ans déjà ? Aucunement.

    #DEXIA
    #emprunt-toxiques
    #économie
    #finance
    #banksters
    #Caisse-des-dépôts-et-consignations
    #CNP-Assurances
    #SFIL Société de Financement Local
    #TEG (Taux Effectif Global)
    #BNP #Crédit-Agricole , ainsi que des banques étrangères, notamment anglo-saxonnes)
    #CAFFIL CAisse française de Financement Local
    #CDC (CAFFIL, créée pour pallier la disparition de la filiale DMA de DEXIA ..)
    #article_[60] revient à blanchir des banques ayant commis une faute,,,


  • Ne laissons pas piller le Livret A ! | Fondation Copernic
    http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article995

    NE LAISSONS PAS PILLER
    LE LIVRET A !

    Nous vous invitons à une réunion de mobilisation

    Jeudi 24 octobre
    à 18h00
    à la Bourse du travail
    3, rue du Château d’eau - Paris
    M° République

    Encore une fois le Livret A (266 milliards d’euros d’encours) et plus généralement l’épargne réglementée (Livret A mais aussi Livret de développement et Livret d’épargne populaire : plus de 400 milliards en tout) sont menacés.

    On se souvient qu’en 2008, déjà, lors du débat sur la loi de modernisation de l’économie (LME) ouvrant la voie à la banalisation de la distribution du Livret A à toutes les banques au 1er janvier 2009, le Collectif d’associations « Pas touche au livret A ! » avait mené la lutte pour éviter un siphonage des fonds centralisés à la Caisse des Dépôts (CDC) et destinés principalement au financement du logement social et des infrastructures publiques.

    Nos craintes étaient fondées puisque environ 130 milliards d’euros ne sont pas remontés à la CDC et sont restés aux mains des banques.

    Il n’est pas possible de connaître précisément l’usage qu’en font les banques, car elles ne rendent pratiquement pas de comptes sur l’utilisation de cette manne (Cf. le rapport annuel de l’Observatoire de l’épargne réglementée), pourtant censée être employée au financement de l’économie (prêts aux TPE, PME, travaux d’isolation).

    Et pour cause, si la règle était appliquée, les banques devraient recentraliser les fonds non utilisés auprès de la CDC.

    Le Parlement, légalement en charge du contrôle de l’usage des fonds collectés sur les Livrets d’épargne, est ouvertement bafoué par les banques (comme en attestent les interventions récurrentes de Messieurs Jean-Pierre Balligand, Henri Emmanuelli ... en commission des finances de l’Assemblée nationale).

    #pillage
    #livret_A
    #Livret_de_développement
    #épargne populaire
    #PS
    #siphonage des fonds centralisés à la Caisse des Dépôts ( #CDC )


  • RFC 6462 : Report from the Internet Privacy Workshop

    Après une très longue période d’ignorance quasi-complète des problèmes de protection de la vie privée, l’#IETF a évolué et on n’entend plus gère ses participants écarter d’un revers de main ces questions, en disant « Nous, on fait juste de la technique, tout ça, c’est de la politique, ça ne nous concerne pas. »

    De nos jours, au contraire, la prise de conscience est nette et l’IETF a désormais une activité structurée autour de la notion de vie privée, activité qui se traduit par un programme dédié et une liste de diffusion. Faut-il aller plus loin ? C’était une des questions posées lors de l’Atelier « Internet Privacy Workshop 2010 », atelier qui s’est tenu du 8 au 9 décembre 2010 à Cambridge et dont ce #RFC est le compte-rendu. (L’auteure travaille pour une ONG qui lutte pour les libertés sur l’Internet.)

    http://www.bortzmeyer.org/6462.html

    #vie_privée #CDC