• US stem cell clinics boomed while FDA paused crackdown
    https://apnews.com/article/coronavirus-pandemic-business-science-health-california-106808694cb797a59db3

    Many stem cell doctors continue to argue that their in-office procedures are outside FDA’s purview. But FDA has concluded that processing stem cells and giving them to patients with serious diseases amounts to creating a new drug, which the agency regulates.

    #sans_vergogne #laxisme #criminel #FDA #états-Unis #cellules_souches

  • L’Israélien MeaTech veut mettre sur la table du porc cultivé en laboratoire Shoshanna Solomon
    https://fr.timesofisrael.com/lisraelien-meatech-veut-mettre-sur-la-table-du-porc-cultive-en-lab

    MeaTech 3D Ltd, un fabricant de produits carnés cultivés en laboratoire, a déclaré avoir entamé des recherches sur la production de viande de porc cultivée, pour éventuellement produire en masse la viande la plus consommée dans le monde sans tuer de porcs dans le processus.

    En fonction de l’avis des rabbins, le bacon pourrait également être considéré comme casher, a déclaré Simon Fried, responsable du développement commercial de l’entreprise Ness Ziona, basée en Israël, qui a été fondée en 2018 par Omri Schanin et Sharon Fima.


    Image illustrative de bacon en train de cuire dans une poêle à frire (Crédit : Krasyuk ; iStock by Getty Images)

    « Le jury est encore en train de délibérer », a déclaré Fried dans une interview. « Il n’y a pas de réponses toutes faites pour savoir si cela sera jugé casher ou non. »

    Les aliments casher sont des produits conformes aux exigences alimentaires définies par le judaïsme. La viande de porc n’est jamais casher, alors que les vaches ou les poulets, par exemple, sont casher s’ils sont abattus d’une manière particulière et que leur viande est traitée d’une manière prescrite qui implique un trempage et un salage.

    La production de MeaTech n’implique pas l’abattage d’animaux, a déclaré M. Fried, mais le produit final a des propriétés « identiques » à celles de la chair animale.

    MeaTech puise les cellules souches des animaux et les reproduit par une sorte de processus de fermentation dans des bioréacteurs, dans lesquels « nous recréons les conditions à l’intérieur de l’animal », a déclaré Fried dans une interview.

    Cela permet aux cellules de se multiplier « de manière exponentielle », a-t-il ajouté. Elles peuvent ensuite être utilisées comme additifs alimentaires ou pour créer des tissus animaux cultivés, puis des morceaux de viande cultivés.

    Les bioréacteurs, a expliqué M. Fried, « sont comme un hôtel cinq étoiles » dans lequel les cellules « reçoivent tout ce dont elles ont besoin pour se propager, comme dans la nature. »

    Le « scénario idéal », selon M. Fried, serait de continuer à utiliser les cellules cultivées pour créer encore plus de cellules, en laissant les vrais animaux en dehors du processus, à terme. Les morceaux produits ne seraient que des parties que les gens sont prêts à manger – pas d’os, de sabots ou de queues.

    La société MeaTech prévoit d’imprimer à terme des produits à base de bœuf, de volaille, de porc et de poisson, ainsi que de la graisse de poulet et d’oie.

    Le fait que l’on se demande même si la viande de porc cultivée pourrait être casher est un signe de l’ »énorme révolution » qui se produit sur le terrain, a déclaré le cofondateur Schanin dans l’interview.

    Une quarantaine d’entreprises dans le monde entier se battent pour être les premières à commercialiser des produits carnés à base de cellules qui ont le goût et l’apparence de la vraie viande et qui peuvent être produits en masse à un prix abordable pour répondre à la demande massive de protéines dans un monde dont la population augmente et s’enrichit.



    Omri Schanin, cofondateur et PDG adjoint de MeaTech, à gauche, et Sharon Fima, cofondateur et PDG (MeaTech)

    Selon une étude publiée dans la revue Nature , l’élevage de vaches pour la viande a l’un des plus grands impacts négatifs sur l’environnement mondial. Il est donc nécessaire de réduire la consommation de viande pour diminuer les émissions de gaz et éviter le dérèglement climatique. Quelque 56 milliards d’animaux – vaches, agneaux et volailles – sont abattus chaque année pour nourrir le monde, où la consommation de viande devrait augmenter de 70 % d’ici à 2050, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, les classes moyennes d’Asie et d’Afrique devenant de plus en plus carnivores.

    Israël joue un « rôle substantiel » sur le marché mondial des protéines alternatives et est considéré comme un pionnier dans ce domaine, les startups israéliennes ayant levé un montant record auprès des investisseurs en 2020, indique un rapport de The Good Food Institute Israel, une organisation à but non lucratif qui cherche à promouvoir la recherche et l’innovation dans ce domaine.

    La semaine dernière, la société israélienne Aleph Farms a déclaré avoir obtenu un investissement de 105 millions de dollars pour mettre sur le marché des steaks cultivés en laboratoire. Future Meat Technologies, qui produit également de la viande à partir de cellules animales, a bouclé un tour de table de 27 millions de dollars en février. Selon le rapport, le secteur de la viande cultivée est appelé à prospérer dans les années à venir, lorsque les entreprises passeront du stade du développement à celui de la production.

    Même si leurs processus cellulaires sont similaires, a expliqué M. Schanin, ce qui différencie MeaTech des autres entreprises, c’est qu’elle développe également ses propres technologies d’impression 3D pour imprimer à terme les produits carnés entiers. Pour les imprimantes, l’entreprise travaille en étroite collaboration avec Tal Dvir, de l’université de Tel Aviv, dont l’équipe de chercheurs a imprimé en 2019 un cœur humain en 3D, avec des tissus et des vaisseaux, dans un développement décrit comme une avancée médicale majeure.

    Dvir est le conseiller scientifique de MeaTech, a déclaré Schanin, ajoutant que MeaTech a eu l’idée d’imprimer en 3D ses produits de viande de culture à partir de la technologie médicale. Tout comme les chercheurs impriment des organes à des fins médicales, a déclaré M. Shanin, les mêmes technologies peuvent être utilisées pour créer des protéines de viande de culture.

    Les produits de MeaTech et les imprimantes en sont encore au stade de la recherche et du développement, a précisé M. Fried. L’entreprise a déclaré en mai qu’elle prévoyait de mettre en place une usine de production de graisse de poulet de culture en Belgique. Le processus de production de graisse de poulet de culture utilisera des technologies développées par la filiale belge de MeaTech, Peace of Meat, que l’entreprise israélienne a acquise au début de l’année.

    L’idée est de produire de la graisse de poulet de culture, fabriquée à partir de cellules de poulet, pour l’utiliser comme additif et arôme dans l’industrie alimentaire, notamment pour donner aux aliments d’origine végétale comme les hamburgers végétariens la saveur, le parfum et la sensation du vrai produit.



    Simon Fried, responsable du développement commercial de MeaTech (Crédit : MeaTech)

    D’ici la fin de l’année, a déclaré M. Fried, la société a pour objectif d’imprimer un steak de 100 grammes, afin de démontrer sa technologie.

    L’objectif de MeaTech est de développer les lignées cellulaires et les imprimantes et d’octroyer des licences pour ses technologies aux producteurs de viande et à d’autres fabricants de produits alimentaires, qui cherchent à fournir des protéines de remplacement sous la forme de produits hybrides – un mélange de protéines végétales et de cellules cultivées pour une meilleure saveur – ou de versions hachées ou entières des produits de viande cultivée. Ces dernières sont plus difficiles à produire et prendront plus de temps à développer, a déclaré M. Fried.

    Les actions de MeaTech ont commencé à être négociées à la bourse de Tel Aviv en octobre 2019 et la société a organisé une offre d’actions sur le Nasdaq en mars 2021. La société a déclaré en mai qu’elle prévoyait de retirer ses actions de la Bourse de Tel Aviv le 5 août.

    La radiation de la bourse de Tel Aviv facilite la gestion des relations avec les investisseurs en envoyant un seul ensemble de messages à une seule bourse plutôt qu’à deux, a déclaré M. Fried, et résout les problèmes de délai d’information, étant donné le décalage entre les marchés boursiers, et de bureaucratie, a déclaré M. Fried.

    La valeur de marché de la société sur le Nasdaq est de 90 millions de dollars et ses actions ont baissé d’environ 26 % depuis le début de leur négociation en mars de cette année.

    L’extension des activités de recherche et de développement de MeaTech au porc fait partie de sa stratégie visant à développer une offre plus large de sa technologie, qui comprend déjà des lignées cellulaires de bœuf et de poulet. L’agriculture cellulaire porcine, si elle est développée avec succès, pourrait élargir la portée du marché potentiel de MeaTech, a déclaré la société.

    Ses activités de fabrication de viande de porc ont déjà suscité l’intérêt du groupe Tiv Ta’am, propriétaire d’une chaîne de supermarchés en Israël et producteur et fournisseur de viande non casher, notamment de viande de porc. Tiv Ta’am a déclaré mercredi qu’il avait signé une lettre d’intention non contraignante avec MeaTech pour coopérer au développement conjoint de produits de viande cultivée, en mettant l’accent sur son porc cultivé.

    Selon l’accord, que les parties s’efforceront de transformer en accord contraignant, Tiv Ta’am et MeaTech coopéreront dans le domaine de la recherche, mettront en place une usine de production de produits carnés cultivés et accorderont des droits de distribution et de commercialisation à Tiv Ta’am, y compris d’éventuels droits exclusifs sur les produits développés conjointement.

    Tiv Ta’am s’attend à ce que la demande croissante entraîne une augmentation de l’utilisation de la graisse de porc comme matière première dans les années à venir, ont déclaré les entreprises dans un communiqué.

    « Nous voulons reconnecter l’ensemble de l’industrie », a déclaré M. Fried, et il y a « beaucoup de place » pour les concurrents. « Nous voulons rendre l’accès à la nourriture plus compétitif et permettre aux fabricants de produire des produits de culture n’importe où, y compris dans les pays où le bœuf et la volaille ne sont pas produits, a-t-il ajouté.

    #MeaTech #MeaTech_3D #religion #lignées_cellulaires #matière_première #casher #cellules_souches #bioréacteurs #os #sabots #queues #protéines #startups #recherche_&_développement #impression_3d #imprimante_3d #imprimantes_3d

  • Scientists plan to drop limits on how far human embryos are grown in the lab | MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/2021/03/16/1020879/scientists-14-day-limit-stem-cell-human-embryo-research/?truid=a497ecb44646822921c70e7e051f7f1a

    As technology for manipulating embryonic life accelerates, researchers want to get rid of their biggest stop sign.

    Antonio Regalado
    March 16, 2021

    Pushing the limits: For the last 40 years, scientists have agreed never to allow human embryos to develop beyond two weeks in their labs. Now a key scientific body is ready to do away with the 14-day limit. The International Society for Stem Cell Research has prepared draft recommendations to move such research out of a category of “prohibited” scientific activities and into a class of research that can be permitted after ethics review and depending on national regulations.

    Why? Scientists are motivated to grow embryos longer in order to study—and potentially manipulate—the development process. They believe discoveries could come from studying embryos longer, for example improvements to IVF or finding clues to the causes of birth defects. But such techniques raise the possibility of someday gestating animals outside the womb until birth, a concept called ectogenesis. And the long-term growth of embryos could create a platform to explore the genetic engineering of humans.

    #Cellules_souches #Biotechnologies #Embryons_humains #Hubris

  • MALADIES RARES : Le sang de cordon, un traitement universel ? | santé log
    https://www.santelog.com/actualites/maladies-rares-le-sang-de-cordon-un-traitement-universel

    Des travaux, présentés dans la revue Blood Advances, qui plaident en faveur d’un traitement « universel », à risque d’effets secondaires minimal pour ces maladies rares, plutôt que de rechercher des années des thérapies personnalisées.

    Cette étude, menée à l’hôpital de Pittsburg, démontre que la perfusion de sang de cordon ombilical, une source riche et accessible de #cellules_souches, permet ici de traiter de manière sûre et efficace 44 enfants nés avec divers troubles génétiques non cancéreux, [...].

  • Les trésors cachés de la graisse - Sciencesetavenir.fr
    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/les-tresors-caches-de-la-graisse_115166

    On la traque sans relâche. Et pourtant ! les médecins multiplient les découvertes sur cet incroyable tissu en passe de devenir un véritable or jaune

    Pourtant, d’ordinaire, on la déteste ! Comme chaque été, de nouveaux régimes promettent de la faire disparaître pour nous permettre de retrouver la minceur qui convient à l’impératif esthétique de nos sociétés occidentales. Mais le surplus de graisse corporelle est aussi connu pour être cause de multiples troubles. Selon l’Organisation mondiale de la santé (étude juin 2016), le surpoids et l’obésité sont, en effet, responsables du diabète, de troubles musculo-squelettiques (en particulier d’arthrose), de certains cancers (endomètre, sein, ovaires, prostate, foie, vésicule biliaire, rein et côlon), et de maladies cardio-vasculaires. D’où l’importance du maintien d’un poids optimal défini par l’indice de masse corporel (IMC = poids/ taille2). Pourtant, on le sait moins, la graisse corporelle - en proportion normale - est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Mieux ! « Elle est un organe à part entière », affirme Sébastien Garson, docteur en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique, qui exerce notamment au centre hospitalier de Senlis (Oise). Le tissu adipeux représente en effet 10 à 20 % du poids d’un adulte. « Il est le principal réservoir d’énergie de l’organisme, un isolant qui protège les organes vitaux mais aussi un tissu produisant un grand nombre d’hormones essentielles à de nombreuses réponses physiologiques », détaille Sébastien Garson. La graisse est même source de cellules souches, capables de se diviser et se différencier en divers types cellulaires.

    #graisse #organe #cellules_souches

  • Un couple autorisé à congeler le cordon ombilical de leur bébé pour le soigner plus tard
    http://france3-regions.francetvinfo.fr/cote-d-azur/alpes-maritimes/couple-autorise-congeler-cordon-ombilical-leur-bebe-soi

    Les parents d’un enfant sur le point de naître à Nice, dont la famille compte plusieurs cas de #cancers foudroyants, ont été autorisés par la justice à conserver le #cordon_ombilical du bébé à des fins thérapeutiques pour lui-même, une première en France, a-t-on appris lundi auprès de leur avocat.

    Juridiquement parlant, rappelle [l’avocat], la loi française prévoit que le cordon ombilical appartienne à la mère (...) Si la mère ne dit rien, c’est un déchet opératoire. Si l’hôpital suggère qu’elle peut l’abandonner au profit de la collectivité, elle peut signer un papier", poursuit l’avocat.

    Le leader européen de la congélation de cordons :
    http://ch.cryo-save.com/fr-ch/au-sujet-de-cryo-save/qui-nous-sommes

    #cellules_souches

  • Stanford researchers ‘stunned’ by stem cell experiment that helped stroke patient walk
    https://www.washingtonpost.com/news/to-your-health/wp/2016/06/02/stanford-researchers-stunned-by-stem-cell-experiment-that-helped-str

    Des #cellules_souches de la moelle osseuse dont le mode d’action ne se fait pas via leur transformation en tissu nerveux.

    While the research involved only 18 patients and was designed primarily to look at the safety of such a procedure and not its effectiveness, it is creating significant buzz in the neuroscience community because the results appear to contradict a core belief about brain damage — that it is permanent and irreversible.

    The results, published in the journal Stroke, could have implications for our understanding of an array of disorders including traumatic brain injury, spinal cord injury and Alzheimer’s if confirmed in larger-scale testing.

    The work involved patients who had passed the critical six-month mark when recoveries generally plateau and there are rarely further improvements. [...]

    The one-time therapy involved surgeons drilling a hole into the study participants’ skulls and injecting stem cells in several locations around the area damaged by the stroke. These stem cells were harvested from the bone marrow of adult donors. While the procedure sounds dramatic, it is considered relatively simple as far as brain surgery goes. The patients were conscious the whole time and went home the same day.

    [...]

    “Their recovery was not just a minimal recovery like someone who couldn’t move a thumb now being able to wiggle it. It was much more meaningful. One 71-year-old wheelchair-bound patient was walking again,” said [Gary] Steinberg [the study’s lead author and chair of neurosurgery at Stanford] who personally performed most of the surgeries.

    [...]

    Steinberg said that the study does not support the idea that the injected stem cells become neurons, as has been previously thought. Instead, it suggests that they seem to trigger some kind of biochemical process that enhances the brain’s ability to repair itself.

    “A theory is that they turn the adult brain into the neonatal brain that recovers well,” he explained.

    [...]

    Nicholas Boulis, a neurosurgeon and researcher at Emory University, said the study appears to support the idea that there may be latent pathways in the brain that can be reactivated — a theory that has been “working its way to the surface” over the past few years.

    #AVC

  • #Recherche sur l’embryon : le grand-écart européen
    http://fr.myeurop.info/2013/07/19/recherche-sur-l-embryon-le-grand-cart-europ-en-11626

    Marco Bertolini Christelle Granja Ariel Dumont

    ADN, #clonage humain : la #Bioéthique alimente les imaginaires les plus alarmistes. Alors que la #France vient d’autoriser la recherche sur l’embryon, le #Royaume-Uni projette une procréation (...)

    #INFO #Allemagne #Danemark #Espagne #Europe #Italie #Pays-Bas #cellules_souches #Embryons #eurofocus #Frane #législation #pays-bas