• Jus d’herbes
    https://www.cuisine-libre.org/jus-d-herbes

    Après avoir épluché et lavé une poignée de #Cresson, la même quantité de feuilles de #Laitue, de petite chicorée sauvage, d’oseille et de #Cerfeuil, vous les égouttez et les pilez parfaitement dans le mortier, puis vous en exprimez le suc en les passant avec pression par l’étamine fine. Servez de suite. Laitue, Cerfeuil, Cresson, #Oseille, #Jus_de fruits, #France / Végétalien (vegan), #Sans lactose, #Végétarien, #Sans viande, #Sans œuf, #Sans gluten

    #Végétalien_vegan_

  • Potage aux choux de Bruxelles et au cerfeuil
    https://www.cuisine-libre.org/potage-aux-choux-de-bruxelles-et-au-cerfeuil

    Après avoir épluché et lavé une livre de petits choux de Bruxelles, vous les jettez à l’eau bouillante, les rafraîchissez lorsqu’ils ont donné quelques bouillons, et les faites mijoter pendant une demi heure dans l’excellent consommé [*], avec une pointe de sucre ; ensuite vous le versez dans la soupière contenant les petits croûtons et une pluche de #Cerfeuil. #Choux_de Bruxelles, Cerfeuil, #Soupes, #France / #Sans viande, #Sans œuf, #Sans lactose, #Végétarien, Végétalien (vegan), #Bouilli

    #Végétalien_vegan_

  • Les réseaux sociaux russes, lanceurs d’alerte de la catastrophe de #Norilsk

    Le 3 juin, le président russe Vladimir Poutine a déclaré l’#état_d’urgence au niveau fédéral, après la fuite le 29 mai d’au moins 20 000 tonnes de #diesel dans une rivière du Grand Nord. La catastrophe a été provoquée par l’effondrement d’un réservoir de la #centrale_thermique de Norilsk, en #Sibérie orientale.

    À Vladimir Potanine, dirigeant de l’entreprise en cause Norilsk Nickel (premier producteur de nickel au monde), le chef du Kremlin a adressé les reproches suivants : « Pourquoi les agences gouvernementales n’ont-elles été mises au courant que deux jours après les faits ? Allons-nous apprendre les situations d’urgence sur les réseaux sociaux ? »

    Ce sont en effet des vidéos postées par des citoyens sur les #réseaux_sociaux qui ont alerté les autorités sur le drame. Depuis des années en Russie, ils constituent un canal de communication important pour les experts et les écologistes qui cherchent à alerter sur les #catastrophes_industrielles et les conséquences du #changement_climatique. Cela offre à la #société_civile une mine d’informations et un espace où s’expriment les critiques sur le manque d’action et d’anticipation de l’État et des entreprises face à ces situations d’urgence.

    Cette nouvelle catastrophe a suscité grâce aux réseaux une attention médiatique nouvelle, pour ces régions isolées où des drames écologiques se jouent régulièrement.
    https://www.youtube.com/watch?v=0kakLGwXGzM&feature=emb_logo

    Un temps précieux perdu

    Précisons que la catastrophe du 29 mai est particulièrement préoccupante. Plus encore que le pétrole, le diesel est extrêmement toxique et les sauveteurs de #Mourmansk, spécialisés dans la #dépollution, ne sont arrivés sur place que 40 heures après la catastrophe du fait du délai entre la survenue de l’#effondrement et l’alerte. Un retard qui n’a permis de récupérer qu’une infime quantité de diesel.

    La majeure partie du carburant a coulé au fond de la rivière #Ambarnaïa et déjà atteint le #lac_Piassino. Le #carburant est en train de se dissoudre dans l’#eau ce qui rend sa collecte difficile et il n’est pas non plus envisageable de le brûler, ce qui libérerait des substances toxiques en quantité trop importante.

    L’#Arctique ne compte par ailleurs ni route ni réservoir pour collecter les #déchets. En construire près des zones polluées est impossible, la #toundra étant marécageuse et impraticable. Les sites de déversement ne sont donc atteignables que par hélicoptère et l’été dans l’Arctique étant très court, le temps presse.

    Rappelons que le #Grand_Nord fait continuellement la triste expérience de la #pollution par le #pétrole, lors de son exploitation et de son acheminement.

    Succession de catastrophes

    La région de Norilsk n’en est en effet pas à son premier #désastre_écologique. Dans cette zone industrielle, les #rivières revêtent déjà toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, non seulement à cause des #hydrocarbures mais également d’autres #activités_industrielles (rejets de #métaux_lourds et de #dioxyde_de_souffre de la #mine de #nickel et du centre industriel métallurgique).

    Convoquée à l’occasion de la fuite massive, la mémoire d’Internet met en lumière les catastrophes passées. En 2016, la rivière #Daldykan à Norilsk avait elle aussi pris un aspect rouge. Les autorités locales et fédérales et les médias locaux avaient alors gardé le silence pendant plusieurs jours. Après avoir nié l’accident, #Norilsk_Nickel avait fini par l’admettre une semaine plus tard tout en assurant que le phénomène ne présentait aucun danger pour l’#environnement. Sous la pression de la société civile locale, images à l’appui, les autorités avaient été poussées à ouvrir une enquête.

    Et il y a seulement trois mois, le 4 mars, dans la même région, près de 100 tonnes de diesel se répandaient dans les glaces de la rivière #Angara après la rupture d’un #pipeline.

    Ces catastrophes lointaines, qui surviennent dans des régions peu peuplées, n’attirent généralement pas l’attention médiatique. Celle de Norilsk, par son ampleur et sa portée internationale, suscite une prise de conscience nouvelle.

    État incapable et entreprises négligentes

    La catastrophe réveille les débats sur les réseaux sociaux russes autour de la gestion du risque environnemental et l’absence totale de responsabilisation des entreprises polluantes en Russie. Les principes de pollueur-payeur, de prévention et de précaution, si difficiles à faire appliquer en France, n’y existent tout simplement pas.

    Les monstres de l’industrie (pétrole, gaz naturel et divers métaux) échappent au contrôle de l’État. Pour preuve, les services d’inspection fédéraux n’ont même pas été admis sur place par les vigiles de Norilsk Nickel, comme l’a déploré Svetlana Radionova, la responsable du Service fédéral de contrôle des ressources naturelles et de la protection de l’environnement, le 30 mai dernier sur son compte Facebook.

    Cette fuite constitue pourtant la plus grande catastrophe environnementale qu’a connue l’Arctique. Dans cette région, la #décomposition_biologique des produits issus du pétrole est extrêmement lente et pourrait prendre au moins 10 ans. Un drame qui aura des répercussions sur les milieux arctiques, déjà très vulnérables : comme l’expliquait en 2018 la géographe Yvette Vaguet,« Les #lichens peuvent nécessiter jusqu’à 30 ans pour repousser et un saule nain peut ici être vieux d’un siècle ».

    Fonte du #permafrost et catastrophes industrielles

    Depuis des années, des chercheurs spécialistes de l’Arctique tentent d’alerter via les réseaux sociaux, faute d’une prise de conscience dans la classe politique. On ne compte plus les dommages causés par le changement climatique aux écosystèmes : les feux de forêt se multiplient, la couverture neigeuse diminue fortement et l’épaisseur de la glace dans la #mer_de_Kara rétrécit de plus en plus rapidement – elle a commencé cette année à fondre un mois plus tôt que d’habitude.

    Les régions de Russie à permafrost, cette combinaison de glace et de terre qui représente environ 60 % de la masse terrestre du pays, ne peuvent plus supporter la même charge que dans les années 1980. Or la plupart des structures construites à l’époque soviétique pour l’exploitation des ressources n’ont jamais été remplacées, alors même que le problème est connu de longue date.

    Dans la région de Norilsk, la fonte du permafrost entraîne donc l’affaissement des installations, comme l’avait déjà alerté un rapport du ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement, publié en 2018. La catastrophe du 29 mai en est la conséquence directe, provoquée par l’effondrement d’un des piliers du réservoir que la compagnie n’avait jamais remplacé depuis 1985.

    La #faune et la #flore du Grand Nord menacées

    Parmi les avertissements adressés par les chercheurs sur les réseaux sociaux, une préoccupation revient régulièrement, celle des effets du changement climatique et des activités humaines sur la faune et la flore du Grand Nord.

    La région de #Taimyr, dont Norilsk est la capitale, a déjà déploré la disparition d’un emblématique renne sauvage : en l’espace de 15 ans, 40 % des animaux du plus grand troupeau sauvage de rennes au monde ont disparu.

    En cette période de crue printanière, le diesel répandu par la catastrophe va imprégner tous les pâturages de #cerfs de la plaine inondable. Or la #chasse – au #cerf notamment – constitue avec la #pêche le principal moyen de subsistance des peuples indigènes de Taimyr. Sur les sites et les pages Internet où échangent ces populations, l’inquiétude est palpable. Gennady Shchukin, chef de la communauté #Dolgan, militant et adjoint du conseil de district #Dolgano-Nenets, a d’ailleurs publié sur les réseaux sociaux une lettre adressée au président Poutine et à différents hauts fonctionnaires pour réclamer une enquête publique et transparente et faire part de sa préoccupation.

    « Les cerfs ne survivront pas lorsqu’ils traverseront la rivière. Le diesel se déposera sur le corps de l’animal. Il ne survivra pas à l’hiver. L’animal ne pourra pas se débarrasser de ce film, et il ne pourra pas se réchauffer. Nous ne pourrons pas non plus vendre cette viande car elle aura une odeur de diesel. Les cerfs mourront et se décomposeront dans cette mer de diesel, dans la toundra. Le même sort attend les oiseaux et les poissons de l’Arctique. »

    Une autre voix, celle d’Alexander Kolotov, président de l’ONG écologiste Plotina.Net, résume ainsi la situation.

    « Je pense qu’un déversement de diesel de cette ampleur montre que nous ne disposons pas actuellement de technologies suffisamment sophistiquées pour faire face à des catastrophes d’une telle ampleur. Et cela soulève la question suivante : dans quelle mesure devrions-nous continuer à envahir et vouloir dompter l’Arctique, si nous ne pouvons faire face à la catastrophe ? »

    Sur l’Internet russe, des informations circulent, des alertes sont lancées, des critiques sont adressées. On y découvre effectivement les situations d’urgence… mais aussi l’histoire des catastrophes industrielles d’une région, leurs effets à long terme et l’incurie de l’État en la matière.

    https://theconversation.com/les-reseaux-sociaux-russes-lanceurs-dalerte-de-la-catastrophe-de-no
    #peuples_autochtones

  • Cervelle de canut
    https://cuisine-libre.fr/cervelle-de-canut

    Faisselle aux #Herbes, typique de la cuisine lyonnaise. Démouler le #Fromage_blanc dans un saladier. Effeuiller toutes les fines herbes et les mélanger. Les ciseler finement (mais ne pas les passer au mixer). Peler et hacher la gousse d’ail et les échalotes. Verser le vinaigre sur le fromage blanc, mélanger, saler et poivrer, puis incorporer l’huile en battant la préparation. Ajouter l’ail, l’échalote et les fines herbes. Goûter et rectifier l’assaisonnement. Mettre au frais 1 heure au moins avant de …

    Herbes, #Estragon, #Cerfeuil, Fromage blanc, #Tartinades / #Végétarien, #Sans_œuf, #Sans_gluten, #Sans_viande, (...)

    #Marinade/Saumure

  • La revanche du cerf
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/la-revanche-du-cerf

    Une vidéo dans laquelle des #chasseurs à courre tuent un cerf dans le jardin d’un pavillon à l’orée de la forêt de #Compiègne a créé l’émoi. Retour sur les lieux de cette mise à mort et errance autour du cerf et de ses prédateurs...

    Pourquoi cet engouement soudain pour le la figure du #cerf ?
    En quoi est-il révélateur de notre rapport à l’ #animalité, à la #nature, à la #forêt ? Que racontent ces chasses au cerf ancestrales qui se pratiquent encore dans nos forêts et que l’on nomme #chasses_à_courre ?
    Que disent-elles des relations entre les différentes #classes_sociales qui s’y retrouvent ? Le cerf permet-il de les rapprocher comme le pensait #Georges_Marchais, adepte de la chasse à courre ? La chasse à courre au contraire opère-t-elle une distinction très nette et ne permet-elle pas de laisser chacun « à sa place » ?
    Le cerf ne nous aide-t-il pas à comprendre de nouvelles lignes de fracture qui traversent notre Hexagone ?

    Trois histoires de #cerfs par Olivier Minot

    #Les_Pieds_sur_terre #reportage #France_Culture

  • Crème de #Cerfeuil
    http://www.cuisine-libre.fr/creme-de-cerfeuil

    Éplucher et découper grossièrement les oignons puis les faire sauter à feu doux/moyen dans un peu de beurre pendant 5 à 7 minutes. Ils ne doivent pas brunir ou à peine mais bien être translucides. Nettoyer le cerfeuil si besoin. En mettre quelques brins de côté et ajouter le reste et laisser cuire 2 min (5 min s’il est surgelé) en mélangeant. Ajouter le bouillon chaud puis laisser frémir 20 à 25 min. Hachez menu les quelques brins mis de côté. Mixer et servir avec une lampée de crème fraîche ajoutée…

    Cerfeuil, #Eau, #Veloutés / #Printemps, #Sans_œuf, #Sans_gluten, Entrée, apéro, starter...

    #Entrée,_apéro,_starter...

  • Shell Will Test Energy-Generating Kites This Summer - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-05-26/energy-generating-kites-backed-by-shell-set-for-test-in-scotland


    Kite Power Systems (KPS) Source: KPS

    Power-generating kites backed by Royal Dutch Shell Plc, Schlumberger Ltd. and EON SE will start tests in the U.K. this summer, with the aim of developing a technology that could eventually replace offshore wind turbines.

    Kite Power Systems, known as #KPS, is working on a 17-meter device that flies on air currents high above the ground and generates power by pulling at a cable. It raised 5 million pounds ($6.4 million) from the three energy giants last December.

    The reason we are interested in something like this is that it has potential to reduce the cost of offshore wind in the future,” said Geert van de Wouw, managing director of Shell Technology Ventures BV. “Fundamentally, looking at the science, flying the kite at high altitudes so there’s lots of wind, and the cost of materials is quite a lot lower than a normal offshore wind turbine.

    Alternatives to traditional wind turbines are in the works at multiple start-ups, some backed by corporations in energy and tech such as Alphabet Inc. German utility EON has also invested in a test site in Ireland for drones that are designed to fly at high altitudes and generate energy.

    #cerf-volant

  • Kites / areal photography
    https://publiclab.org/search/kites

    Saturn V Rig | The KAPtery
    http://kaptery.com/product/saturn-v-rig

    The Saturn V Rig is a kite aerial photography rig designed to use two micro servos (small motors) to adjust the pan and tilt angles of the camera.

    petite recherche suite à une discussion avec @severo sur les #cerfs-volants pour faire de la #photo_aérienne #DIY et alternative aux #drones

  • Sauce béarnaise
    http://www.cuisine-libre.fr/sauce-bearnaise

    Hachez les échalotes et mettez-les dans un poêlon avec le vinaigre d’estragon et le vin blanc. Epicez de laurier, de thym et de poivre. Portez à ébullition et faites réduire de 2/3. Tamisez la sauce dans un saladier en pressant bien sur les échalotes. Allongez éventuellement d’eau pour obtenir 1 dl de liquide. Faites fondre le #Beurre à feu modéré dans une casserole, sans le laisser se colorer. Retirez la mousse à l’aide d’une écumoire et versez délicatement le beurre clarifié dans un récipient en (...)

    Beurre, #Cerfeuil, #Sauces / #Sans_viande, #Recettes_de_base, #Sans_gluten

  • Quinotto vert au #Gruyère fondant
    http://www.cuisine-libre.fr/quinotto-vert-au-gruyere-fondant

    Un risotto au #Quinoa et aux herbes, moelleux et tout vert, c’est original ! Lavez abondamment votre quinoa à l’eau claire. Parallèlement, épluchez et ciselez votre oignon. Dans une casserole, mettez le beurre à fondre. Une fois que celui-ci commence à mousser, faites suer l’oignon ciselé puis ajoutez le quinoa et mélangez. Mouillez avec le bouillon de volaille et laissez cuire à feu moyen jusqu’à l’absorption totale du liquide. Pendant la cuisson, dans votre mixeur, placez les pignons de pin ainsi que (...)

    Quinoa, #Cerfeuil, Gruyère, #Risottos / #Sans_œuf, #Sans_gluten, Mijoté, #Plat_principal, #Sans_viande, (...)

    #Mijoté #Printemps

  • Évaluation des conséquences d’#aménagements d’infrastructures sur les #déplacements d’#animaux. Définition et expérimentation d’un modèle de simulation agent

    Les éléments du #paysage influencent les déplacements de la #faune. Pour identifier les #obstacles et les lieux favorables au #passage, les études s’appuient sur des suivis de localisations d’animaux ainsi que sur des données de description de l’environnement spatial. L’objectif de cette recherche est de simuler des déplacements d’animaux dans l’espace, en situation connue puis modifiée par des aménagements. Une première étape est l’analyse des déplacements observés et de l’influence des éléments du paysage sur trois espèces : le #renard, le #chevreuil et le #cerf. En fonction de ces espèces et du type du milieu d’étude, périurbain ou forestier, l’appréhension des routes est différente, de même que les zones arborées qui peuvent représenter des lieux de refuge ou des ressources. Les résultats d’analyses de données et les connaissances sur les espèces sont intégrés dans un modèle de simulation de déplacements orienté agent, défini dans une deuxième étape. Les trajectoires sont construites en prenant en compte le comportement spatial des espèces et la caractérisation des obstacles et des éléments favorables aux déplacements. Nous lançons dans une troisième étape la construction de trajectoires sur une zone modifiée par l’aménagement d’une route et nous en évaluons les conséquences. Le modèle tend à confirmer l’effet de barrière d’une grande infrastructure de transport, cet effet étant diminué avec la mise en place d’un corridor écologique. Alors que la route a pour conséquence de limiter les déplacements, le corridor favorise le parcours de l’espace et permet des traversées en des points précis. Ces résultats montrent l’intérêt d’un modèle afin de prévoir l’efficacité de nouvelles mesures de préservation de la faune sauvage, telle la Trame verte bleue.

    http://cybergeo.revues.org/26767