• Heatwave in China is the most severe ever recorded in the world

    A long spell of extreme hot and dry weather is affecting energy, water supplies and food production across China


    Low rainfall and record-breaking heat across much of China are having widespread impacts on people, industry and farming. River and reservoir levels have fallen, factories have shut because of electricity shortages and huge areas of crops have been damaged. The situation could have worldwide repercussions, causing further disruption to supply chains and exacerbating the global food crisis.

    People in large parts of China have been experiencing two months of extreme heat. Hundreds of places have reported temperatures of more than 40°C (104°F), and many records have been broken. Subway stations have set up rest areas where people can recover from the heat.

    On 18 August, the temperature in Chongqing in Sichuan province reached 45°C (113°F), the highest ever recorded in China outside the desert-dominated region of Xinjiang. On 20 August, the temperature in the city didn’t fall below 34.9°C (94.8°F), the highest minimum temperature ever recorded in China in August. The maximum temperature was 43.7°C (110.7°F).

    It is the longest and hottest heatwave in China since national records began in 1961. According to weather historian Maximiliano Herrera, who monitors extreme temperatures around the world, it is the most severe heatwave recorded anywhere.

    “This combines the most extreme intensity with the most extreme length with an incredibly huge area all at the same time,” he says. “There is nothing in world climatic history which is even minimally comparable to what is happening in China.”

    Together with the extreme heat, low rainfall in parts of China has led to rivers falling to low levels, with 66 drying up completely. In parts of the Yangtze, water levels are the lowest since records began in 1865. In a few places, local water supplies have run out and drinking water has had to be trucked in. On 19 August, China announced a national drought alert for the first time in nine years.

    Hydroelectricity generation has fallen because of the low water levels. Sichuan has been especially affected because it normally gets 80 per cent of its electricity from hydropower. Thousands of factories in the province have had to cease operations because of electricity shortages amid high demand for air conditioning. Offices and shopping malls were also told to reduce lighting and air conditioning to save power.

    In Sichuan alone, 47,000 hectares of crops are reported to have been lost and another 433,000 hectares damaged. The agriculture ministry has said it will try to increase rainfall by seeding clouds. It remains scientifically unclear whether cloud seeding makes a significant difference.

    China is far from the only place affected by drought. Europe is having what may be its worst drought in 500 years. There is also a drought in the Horn of Africa, and across much of the US and Mexico.

    Lower crop yields in these regions could worsen the global food crisis. Global food prices hit record levels even before Russia invaded Ukraine, and though they have fallen since March, they remain higher than in previous years. However, China has built up large grain reserves in recent years, so it can make up for some shortfall.

    According to a 2021 report from the Intergovernmental Panel on Climate Change, droughts have been increasing as a result of global warming and will become more frequent and severe as the planet continues to warm.

    https://www.newscientist.com/article/2334921-heatwave-in-china-is-the-most-severe-ever-recorded-in-the-worl

    #Chine #sécheresse #changement_climatique #climat #vague_de_chaleur #chaleur

    • Chinese city dims lights as record heatwave hits energy supplies

      Highs of over 40C in Chengdu dry up hydropower reservoirs and raise demand for air conditioning

      A provincial capital in south-west China has dimmed outdoor advertisements, subway lighting and building signs to save energy as the area struggles with a power crunch triggered by record-high temperatures.

      Temperatures rose past 40C (104F) in Sichuan province this week, fuelling massive demand for air conditioning and drying up reservoirs in a region reliant on dams for most of its electricity.

      Factories including a joint venture with the Japanese car maker Toyota in the provincial capital, Chengdu, have been forced to halt work, while millions in another city, Dazho, grappled with rolling power cuts.

      “Hot and muggy weather has caused the city’s electricity supply for production and daily life to be pushed to its limit,” Chengdu’s urban management authorities said in a notice on social media on Thursday.

      Faced with a “most severe situation”, the city, which is home to more than 20 million people, had ordered landscape illumination and outdoor advertising lights to be switched off in notices issued Tuesday, the statement said. Building name signs will also be darkened.

      Chengdu metro said in a video on China’s Weibo social media platform that it would also turn off advertisement lights and “optimise” the temperature in stations to save energy.

      Photos circulating on Weibo showed dimmed lights on metro platforms, walkways and in malls, with commuters walking in partial darkness.

      China has suffered a series of heatwaves and record-breaking temperatures this summer. By Friday, the national meteorological administration had issued red-level heat warnings for eight consecutive days, bringing the total to 30 days since June. The heat is expected to continue in some areas for the next 10 days.

      On Thursday, the south-western city of Chongqing registered a record high of 45C, state media reported, hitting a record 11 consecutive days above 40C. As of Friday, Hangzhou had also experienced a record 30 days of high temperatures, the national meteorological administration said.

      Multiple heat records have been broken and a worsening drought has reduced water levels in the country’s largest lake by 75%. On Thursday morning, the total area of Poyang lake in Jiangxi province had reduced by more than 2,200 sq km, to 737 sq km.

      The drought is also drying up the critical Yangtze River, with water flow on its main trunk about 51% lower than the average over the last five years, state media outlet China News Service reported on Thursday.

      Sichuan’s power woes could also have ripple effects on the wider Chinese economy – the province is a key supplier of energy generated by hydropower, including to eastern industrial powerhouses like Jiangsu and Zhejiang.

      China is battling extreme weather on several fronts, with 17 people killed in a flash flood in the north-west of the country on Thursday after torrential rains.

      Meanwhile, weather authorities in the eastern Jiangsu province warned drivers of tire puncture risks on Friday as the surface temperatures of some roads were expected to hit 68C.

      The China Meteorological Administration earlier said the country was going through its longest period of sustained high temperatures since records began in 1961.

      Scientists say extreme weather across the world has become more frequent due to the climate crisis and that urgent global cooperation is needed to slow an impending disaster. The world’s two largest emitters are the US and China.

      But earlier this month Beijing announced it was freezing its cooperation with Washington on global heating in protest over a visit by the US House speaker, Nancy Pelosi, to Taiwan.

      https://www.theguardian.com/world/2022/aug/19/chinese-city-dims-lights-as-record-heatwave-hits-energy-supplies

      #énergie

    • China issues alert as drought and heatwave put crops at risk

      Local authorities told to take measures and ‘use every unit of water carefully’ in effort to save autumn harvest

      A drought in China is threatening food production, prompting the government to order local authorities to take all available measures to ensure crops survive the hottest summer on record.

      On Tuesday, four government departments issued an urgent joint emergency notice, warning that the autumn harvest was under “severe threat”. It urged local authorities to ensure “every unit of water … be used carefully”, and called for methods included staggered irrigation, the diversion of new water sources, and cloud seeding.

      A record-breaking heatwave combined with a months-long drought during the usual flood season has wreaked havoc across China’s usually water-rich south. It has dried up parts of the Yangtze River and dozens of tributaries, drastically affecting hydropower capacity and causing rolling blackouts and power rationing as demand for electricity spikes. There is now concern about future food supply.

      Even Pay, an analyst at Trivium China who specialises in agriculture, said her immediate concern was for fresh produce.

      “The kinds of fresh vegetables that supply the local markets where people buy their produce each day – that’s the category that is least likely to be in a major irrigation area, and which is not likely to be strategically prioritised in a national push to protect grain and oil feeds,” she said.

      Crop losses would also hit supply chains and exacerbate supply problems, Pay said, as a Chinese city’s produce supply was often grown close to that city, but would have to be sourced from further away and could rot on longer journeys.

      Pay said the concerns were mainly domestic, and that categories of food that would affect the global markets were “keeping pretty safe”. But she said attention should be paid to rapeseed if the drought was still going when crops are planted in the autumn.

      China is now relying more heavily on its own corn production – 4% of which was grown in drought affected Sichuan and Anhui – after Russia’s invasion of Ukraine drastically destabilised global supplies.

      Pay added:“I think we’re going to start to see reports of livestock farmers getting hit. A lot of pig farmers have upscaled in recent years … There are big intensive vertical farms, and if the AC gets cut off [the pigs] are not going to be in good shape.”

      Pay was relatively optimistic about the measures announced on Tuesday, and its call for tailored local solutions. The order to divert water sources would probably help areas where water is inaccessible, she said, and subsidies have already been announced.

      “But we’ve now had 35 straight days of heat warnings. We have dry season water levels, or below typical dry season water levels. The conditions are very, very extreme and there’s no question that there will be some loss of crops.”

      Tuesday’s notice heavily emphasised that it came from the highest levels of government, partially titled “emergency notice on thoroughly implementing the spirit of general secretary Xi Jinping’s important instructions”.

      “That’s a really important signal to localities that there is a very high degree of political will behind the push to do anything and everything possible to support farmers and ensure crops can be saved,” said Pay.

      It was also a sign of the pressure on China’s Communist party to avoid food price rises and inflation, as it prepares for its five-yearly congress meeting in the coming months.

      “It’s signalling to markets, anyone with the jitters, or thinking of stocking up on food, that: hey everybody is mobilised and we’re going to do everything we can,” said Pay. “It’s also signalling to local province and county level governments that they need to get out and be seen to do something even if there is nothing that can be done.”

      China has made climate crisis commitments to peak its carbon output before 2030, but – along with some European countries – has recently reprioritised coal production to stave off a global energy crisis.

      Pay said China was making big efforts in adaptability. She said the hydropower failure in Sichuan – where it contributes 80% of power supply – would probably lead to a fossil fuel-driven response in the short term before efforts to boost other renewable sources which had struggled to compete with cheap hydropower.

      “What’s happening this summer is going to be the base case for what a climate emergency looks like, and we’re likely to se a lot of policy research and redesign … and a lot more attention around water availability.”

      https://www.theguardian.com/world/2022/aug/24/china-issues-alert-drought-heatwave-put-crops-at-risk
      #agriculture

  • Ce Vendredi : Grèves : le métro de Londres pratiquement à l’arrêt Figaro avec AFP

    La paralysie fait suite à une grève des cheminots, qui réclament une augmentation des salaires face une inflation record.

    Le métro de Londres était quasi paralysé vendredi et le reste du réseau de transports en commun fortement perturbé par une grève pour les salaires face à une inflation au plus haut au Royaume-Uni, au lendemain d’un débrayage massif de cheminots.

    « Il n’y a pratiquement aucun service » dans le métro de Londres, même si « deux lignes offrent une circulation réduite » avec un train toutes les 15 minutes environ, a indiqué à l’AFP une porte-parole de l’opérateur de transports publics TfL. Le trafic des bus, surchargés en raison du repli de nombreux Londoniens sur ce mode de transport, était aussi perturbé.


    Plus gros mouvement de grève depuis des décennies
    Devant la station Blackhorse Road (Nord-Est de Londres), des gens rassemblés attendent l’ouverture de l’Overground, réseau de trains de banlieue qui fonctionne vendredi en service réduit. « Overground seulement, pas de métro aujourd’hui », crie à la cantonade un salarié non-gréviste à l’attention des voyageurs dont un grand nombre n’est pas au courant de la grève. « Je vais être en retard au travail, je dois me rendre dans le centre de Londres », lance une jeune femme qui sort en courant de la station et se précipite vers les arrêts de bus attenants.

    Si de nombreux usagers des trains jeudi se montraient compréhensifs envers les grévistes du rail, certains Londoniens en retard se montraient moins cléments vendredi. « Je comprends le message (que les grévistes) veulent faire passer à leurs patrons, mais (...) Londres est une grande ville et de nombreuses personnes ont besoin de se rendre à leur travail », critique Catherine Ondo, une vendeuse âgée de 25 ans. « Je ne sais pas comment je vais me rendre au travail », se désole Greg Skalski, 43 ans, employé dans la construction. Il dénonce « les tarifs de TfL qui ont fortement augmenté » et estime que les salaires de l’opérateur public sont déjà au-dessus de la moyenne du pays.

    Le Royaume-Uni connaît ces jours-ci une nouvelle salve de débrayages massifs dans les transports, la poste, les ports, le plus gros mouvement de grève depuis des décennies face à l’inflation. Un nouveau jour de grève est notamment prévu dans les trains samedi. Les négociations avec la multitude d’opérateurs ferroviaires privés du secteur sont dans l’impasse, selon les syndicats. Ces derniers ont par ailleurs rejeté une offre de hausse salariale de 8% sur deux ans de Network Rail, entreprise publique de gestion des lignes ferroviaires, qu’ils accusent d’être conditionnée à des licenciements massifs.

    Le ministre des Transports Grant Shapps, accusé par les syndicats de bloquer la situation, reproche de son côté aux organisations syndicales de refuser des réformes pour moderniser le rail. Il pourrait passer en force, a-t-il assuré vendredi sur Sky News. « Si nous ne pouvons pas mettre en place ces modernisations, nous devrons (les) imposer », a-t-il dit. Liz Truss, la favorite dans la course à la succession de Boris Johnson à Downing Street, a aussi fait preuve de fermeté envers les syndicats sur Twitter. « En tant que Premier ministre, je ne laisserai pas notre pays être rançonné par des syndicalistes militants », a-t-elle écrit. Le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, qui a autorité sur les transports londoniens et qui est engagé depuis des mois dans un bras de fer sur leur financement avec l’exécutif, s’est dit de son côté « inquiet que le gouvernement ne pousse délibérément (les syndicats) à la grève à Londres », dans des déclarations à Sky News.

    #Londres #grèves #inflation #métro #transports #grève #travail #Salaires #Syndicats #néo_libéralisme

    • La consommation d’eau des data centers microsoft source d’inquiétudes  Elsa Bembaron - Le figaro
      https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/la-consommation-d-eau-des-data-centers-source-d-inquietudes-20220819

      Alors que l’Europe est frappée par la sécheresse, un rapport paru aux Pays-Bas dénonce la hausse de la consommation d’eau de centres de données de Microsoft.

      Cela ne pouvait pas tomber plus mal. Alors que l’Europe est frappée par une des pires sécheresses de son histoire, la presse néerlandaise se fait l’écho d’un rapport accablant pour les centres de stockage de données. L’année dernière, un centre de stockage de données géant de Microsoft, situé dans le nord du pays, a avalé 84 millions de litres d’eau, soit 4 à 7 fois plus que ce qui avait été initialement annoncé par l’Américain. Révélé par un média local, Noordhollands Dagblad https://www.noordhollandsdagblad.nl/cnt/dmf20220810_68483787 , confirmé par le gouvernement des Pays-Bas, l’affaire suscite de nombreuses inquiétudes.

      La hausse de la consommation d’eau inquiète d’autant plus, qu’elle pourrait encore s’aggraver cette année. En effet, comme la plupart des centres de stockage de données de dernière génération, celui de Microsoft utilise l’air ambiant pour rafraîchir ses serveurs. Cette technique, dite du « air cooling », permet de réaliser de substantielle économie d’énergie, puisqu’elle limite le record à la climatisation. Mais pour fonctionner, il faut que la température extérieure soit inférieure à 25 degrés. Quand la chaleur monte, il faut continuer à rafraîchir les installations, très sensibles aux variations. Pour cela, Microsoft a recours à des systèmes de refroidissement à eau. Et plus il fait chaud, plus de data centers consomment de l’eau. L’année dernière, la température a excédé les 25 degrés dans la région concernée pendant six jours. Été 2022, ce seuil fatidique a déjà été franchi six fois au cours depuis début août selon les données disponibles sur le site weatheronline.

      De quoi continuer à alimenter le débat sur l’empreinte environnemental des data centers. Actuellement, ils consommeraient 4% de l’électricité produite dans le monde selon Wavestone... contribuant ainsi indirectement au réchauffement climatique ! Plus que jamais, la question de l’efficacité énergétique est brûlante. Mais d’autres questions se posent, notamment liées aux usages du numérique, aux habitudes de consommation de chacun.

      #Eau #gaspillage #microsoft #big_data #data_centers #chaleurs #électricité #réchauffement_climatique #Données

    • Troisième jour de grève dans les transports britanniques face à l’inflation Par AFP, édité par Victor de Thier
      https://www.rtbf.be/article/troisieme-jour-de-greve-dans-les-transports-britanniques-face-a-l-inflation-110

      Les transports au Royaume-Uni sont affectés samedi par une nouvelle journée de grève pour les salaires, après un premier débrayage de cheminots jeudi et une grève dans le métro de Londres vendredi, face à une forte inflation.

      En pleines vacances scolaires, environ un train sur cinq seulement a circulé samedi en raison de cette grève à l’appel des syndicats Rail, Maritime and Transport (RMT), Transport Salaried Staffs Association (TSSA) et Unite qui réclament une hausse de salaires adaptée à l’augmentation du coût de la vie.


      . . . . . . .
      La grève de samedi a perturbé notamment les déplacements des touristes, des fans de football se rendant aux matchs et des festivaliers. Elle devrait aussi affecter la circulation des trains dimanche matin.
      . . . . . .
      Dimanche, les dockers du port de Felixstowe (est de l’Angleterre) - le plus gros pour le fret dans le pays - démarrent une grève de huit jours, menaçant de mettre à l’arrêt une grande partie du trafic de marchandises du pays.

      Côté rail, Mick Lynch, secrétaire général du RMT, a déclaré que les grévistes avaient le soutien du public affirmant : ils sont « juste derrière nous ».

      « Je pense que le public britannique en a assez d’être arnaqué par ce gouvernement et par les entreprises britanniques, avec des entreprises comme BP et British Gas qui font des profits énormes alors que les gens ont du mal à gagner leur vie », a-t-il déclaré samedi sur la BBC.
      . . . . . . .

  • France : Sécheresse de 1976 wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9cheresse_de_1976

    Causes de la sécheresse
    Dès décembre 1975, l’anticyclone des Açores, à 1 035 hPa, est remonté vers le Nord, au large de l’Irlande, et se trouve donc très proche de son homologue d’Amérique du Nord, à 1 045 hPa sur le Sud du Groenland. Ces deux anticyclones conjugués font barrage aux précipitations venant de l’Atlantique et empêchent celles-ci d’arroser l’Europe. En janvier, si les hautes pressions polaires refluent vers l’Amérique, celles de l’Atlantique, au contraire, se rapprochent des côtes européennes, s’installent notamment au Nord de l’Espagne et font barrage aux basses pressions islandaises qui pourraient permettre aux nuages de venir sur l’Europe2.


    En février, ce sont encore les anticyclones conjugués des Açores (à 1 025 hPa, des Açores au Portugal) et de Sibérie (à 1 040 hPa sur la Biélorussie, l’Ukraine et la Roumanie) qui font obstacle aux précipitations, phénomène qui se répète en mars et en avril, et qui entraîne de surcroît des coups de froids favorisant le maintien de ces anticyclones tout au long du printemps. Dès le début du mois de mai, le déficit pluviométrique est important, et les températures montent très rapidement en conséquence2, ce qui entraîne « de vives inquiétudes pour les cultures fruitières et légumières, ainsi que pour la production de fourrage » et amène Le Monde à prédire que « S’il ne pleut pas d’ici une quinzaine de jours, la situation deviendra particulièrement grave »3.
    En mai, le front de hautes pressions est quasi constant à 1 020 hPa environ entre la Carélie et Madère, empêchant les précipitations atlantiques d’atteindre l’Europe2.

    Observations météorologiques
    Températures
    Au mois de mai.
    Dès le début du mois de mai, on observe des températures inhabituelles pour l’époque, en particulier en Aquitaine et dans les Charentes :
    • 29 °C à Mont-de-Marsan et Périgueux,
    • 28 °C à Cognac et Dax,
    • 27 °C à Agen, Royan, Biarritz et Pau.
    • Le record de température à cette date est battu notamment à la Rochelle (28 °C, presque 5 °C de plus que le précédent record)2.

    Au mois de juin.
    Les températures observées dans le Sud-Ouest de la France s’élèvent encore, mais des records sont également battus à Paris et surtout en Angleterre :
    • 35,4 °C à North Heath (North Heath (en), dans le Sussex de l’Ouest) et à Dereham (Dereham, dans le comté de Norfolk, ainsi que 35,6 °C à Southampton,
    • 34,8 °C au centre de Londres4,
    • 34 °C à Cognac, Dax ou Paris (dans cette dernière ville, plus de 50 °C pour les chauffeurs d’autobus, ce qui entraîna la création d’une prime de chaleur par la RATP3),
    • 33 °C à Agen, Bordeaux et Périgueux,
    • 30 °C à Royston durant seize jours consécutifs5.
    Au mois de juillet.
    • 40 °C à Arcachon,
    • 38 °C à Bordeaux.

    Pluviométrie
    En France, au printemps, les sols ne sont pas aussi secs qu’ils ont pu l’être lors de certains printemps postérieurs (2003, 2006, 2007, 2010, 2011, 2012, 2014, 2017 et 2018 notamment) grâce à quelques épisodes pluvieux en février et en avril. En revanche, le printemps 1976 se caractérise par un niveau assez bas des nappes phréatiques à cause d’un léger déficit pluviométrique de l’hiver6.

    Avec un déficit en pluie de 46 % sur la France, le printemps 1976 est le deuxième printemps le plus sec du XXe siècle après celui de 19597,8,9. Le déficit de précipitations en 1976 est très marqué notamment au nord d’une ligne Bordeaux-Metz, le littoral méditerranéen restant excédentaire sur l’année1. À Évreux, le total cumulé des précipitations d’avril, mai et juin est de 21 mm d’eau contre 150 mm habituellement10.

    Les précipitations ne sont pas inexistantes, notamment en juin, mais il s’agit souvent d’orages très violents, accompagnés de grêle qui ravage les cultures, et dont l’eau ne s’infiltre pas en raison de la dureté des sols2,11.
    Au Royaume-Uni, la pluviométrie cumulée moyenne pour les deux mois de juin et juillet 1976 est de 49 mm12. Certains comtés, au Sud-Ouest du pays, connurent 45 jours consécutifs sans précipitations13. La pluie revient en Angleterre fin août14 et en France dès le mois de septembre.

    Conséquences sur l’agriculture et les prix alimentaires
    En France.
    Dès le mois de mai, les agriculteurs constatent le déficit pluviométrique et en redoutent l’impact sur les cultures. Dans son édition des 13 et 14 juin, Le Monde indique que « la récolte sera inférieure de 20 millions de quintaux aux prévisions les plus optimistes ». Le même journal fait état le 16 juin de l’augmentation du kilo de tomates de 4,30 francs à 7,20 francs en une semaine3.

    L’eau se réchauffe aussi (la mer est à 22 °C début juillet sur les côtes landaises) et la pisciculture en souffre également, avec la mort de nombreux poissons soit par manque d’oxygène (dans les bassins) soit par concentration trop importante de polluants (dans les rivières)2.

    Le 28 juin, M. Lemaire, un agriculteur de Cuinchy, se suicide3. Au total, la canicule fait 6 000 décès en surnombre, mais le bilan humain est passé inaperçu durant la calamité15,16.

    En Allemagne
    Dans le centre de l’Allemagne de l’Ouest (de l’Eifel jusqu’à la Franconie), la sécheresse compromet les récoltes agricoles : sont compromises notamment les cultures vivrières (betteraves, pommes de terre), mais aussi l’élevage bovin, porcin, volailler17.

    Conséquences hydrologiques
    Dès le mois de juin, la production hydroélectrique baisse de 30 % faute d’eau dans les réservoirs de barrage3,18. La Loire est quasiment à sec à Tours19.

    Incendies de forêt
    Les premiers incendies se déclenchèrent début juin en Charente, mais c’est surtout le grand incendie de la Palmyre, près de Royan, en août qui fut médiatisé : près de 1 000 hectares touchés dans une zone très touristique20,21. Au total, on estime que près de 90 000 hectares ont été brûlés au cours de l’été 197622. Le Journal officiel de la République française mentionne quant à lui un total de « 105 000 hectares de forêts, landes, maquis et garrigues [qui] ont été brûlés en France en 1976, soit 1,33 % de la forêt française. À titre de comparaison, de 1960 à 1975, la moyenne annuelle touchée par les incendies sur l’ensemble du territoire français est de 32 000 hectares. »23.

    Mesures de lutte contre la sécheresse

    Intervention de l’armée française, pour transporter la paille destinée aux éleveurs. Ici, le 57e régiment de transmissions en Bourgogne.
    Une opération de solidarité permet avec l’aide logistique de l’armée française de transporter du fourrage aux zones sinistrées. L’armée délivrera des millions de mètres cubes d’eau potable aux communes qui n’en disposent plus24.


    La taxation de l’exportation de paille et de fourrage est décidée le 17 juin, accompagnée d’une aide de 50 millions de francs français destinée aux départements qui manquent d’eau, et de 146 millions de francs destinés aux éleveurs3,18.

    Alors que la sécheresse est maximale, le 21 août 1976, Valéry Giscard d’Estaing, président de la République, évoque la possibilité de lever un impôt exceptionnel. La mesure se concrétise le 25 août par une aide de 2,2 milliards de francs, financés par une majoration de 4 à 8 % de l’impôt sur le revenu au-dessus d’un seuil défini (payable également sous forme de prêt) C’est notamment cette augmentation des prélèvements qui conduit à la démission de Jacques Chirac de son poste de premier ministre. Les estimations de coût global sont :
    • 0,5 % de croissance économique en moins en France,
    • 4 milliards de francs de perte commerciale pour le pays18.

    Notes et références
    1.
    « Comparaison des sécheresses de 2006 et 1976 » [archive], Météo-France, 2006 (consulté le 17 août 2012)

    « Sécheresse de 1976 » [archive], Reynald Artaud, Météo passion, ? (consulté le 17 août 2012)

    « À quoi ressemblait la sécheresse de 1976 ? » [archive], Le Monde, 2 juin 2011 (consulté le 17 août 2012)

    (en) « June 1976-a prolonged heatwave » [archive], Weather shop, ? (consulté le 17 août 2012)

    (en) « The incredible heat-wave of 23rd June/8th July 1976 » [archive], Royston (Iceni) Weather Station, 14 mai 2012 (consulté le 17 août 2012)

    « Chaleur et sécheresse : mai, juin et juillet devraient ressembler à avril… » [archive], macommune.info, 8 mai 2011 (consulté le 17 août 2012)

    « Printemps 2011 : le plus chaud depuis 1900, le plus sec depuis 50 ans » [archive], L’Express, 31 mai 2011 (consulté le 12 septembre 2012)

    « L’année 2011 a été plus chaude, et le printemps le plus sec » [archive], Enviscope, 27 décembre 2011 (consulté le 12 septembre 2012)

    « La FNSEA redoute une sécheresse plus grave qu’en 1976 » [archive], RMC, 27 mai 2011 (consulté le 12 septembre 2012)

    « Les catastrophes météorologiques en Haute-Normandie » [archive], Agence Régionale de l’Environnement de Haute-Normandie, septembre 2003 (consulté le 17 août 2012)

    « [ARCHIVES] 2011 année de sécheresse. Dans le rétro : 1976 et 2003 » [archive], Sud Ouest, 31 mai 2011 (consulté le 17 août 2012)

    (en) « Endless summer rekindles memories of ’76 » [archive], The Independent, 16 août 1995 (consulté le 17 août 2012)

    (en) « Worst heatwaves in history : timeline » [archive], The Telegraph, 22 juillet 2011 (consulté le 17 août 2012)

    (en) « The great drought » [archive], The Guardian, 17 mai 2006 (consulté le 17 août 2012)

    Benjamin Lysaniuk, « Souffler le froid et le chaud », Communications, no 101,‎ 2017 (DOI 10.3917/commu.101.0159, lire en ligne [archive])

    « La France et les Français face à la canicule : les leçons d’une crise » [archive], sur www.senat.fr, 2003

    (de) « Diffuser Schaden » [archive], Der Spiegel, 12 juillet 1976 (consulté le 17 août 2012)

    CORINNE LAURENT, « En 1976, un « impôt sécheresse » pour payer la note de la canicule » [archive], La Croix, 12 mai 2011 (consulté le 17 août 2012)

    (fr) La Nouvelle République du Centre-Ouest, édition du 28 juin 1976, (en) « Une réalité de la grande sécheresse de 1976 : la pénurie d’eau » [archive], Ludovic Bonneaud, 23 mai 2011 (consulté le 17 août 2012)

    « L’incendie de la forêt de la Coubre en 1976 »(Archive.org • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), France 3, 24 juin 2011 (consulté le 17 août 2012)

    Basile Lemaire, « Arvert, le spectre de l’incendie » [archive], Sud Ouest, 10 juillet 2010 (consulté le 17 août 2012)

    « Chronique des feux de forêts (1976-2010) »(Archive.org • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Ministère de l’Agriculture, 12 août 2011 (consulté le 17 août 2012)

    « Bois et forêts - interdiction de l ’emploi des défoliants en France - Intervention 31623 » [archive] [PDF], Journal officiel de la République française, 18 septembre 1976 (consulté le 17 août 2012)

    « Le souvenir amer de l´été 1976 », La Croix,‎ 25 avril 2003 (ISSN 0242-6056, lire en ligne [archive], consulté le 19 mars 2020)

    #canicules #climat #chaleur #sécheresses #France #Incendies

  • Canicules, feux, inondations : comment éviter le pire ?- L’En Dehors
    http://endehors.net/news/canicules-feux-inondations-comment-eviter-le-pire

    Canicules, feux, inondations : comment éviter le pire ? ➡ https://t.co/IMueIIBBsn Comment s organiser pour être moins vulnérables aux #incendies et aux vagues de #chaleur ? Comment créer les conditions pour qu un autre #futur soit possible ? @MagaliReghezza @PalomaMoritz (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Canicule. La centrale nucléaire de Golfech autorisée à rejeter de l’eau plus chaude pour éviter l’arrêt complet
    Publié le 15/07/2022 - Écrit par Sardain Claire
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/tarn-et-garonne/canicule-la-centrale-nucleaire-de-golfech-obtient-une-d
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/image/HiNmu8fM6S82DoZUCIKwYDA0rxc/600x400/regions/2020/08/01/5f25719fbb2c7_000_par8124994_1-4949460.jpg

    Trois centrales nucléaire françaises viennent d’obtenir une dérogation temporaire pour continuer de fonctionner en période de canicule. Parmi elles : Golfech dans le Tarn-et-Garonne. Cette disposition permet de continuer à produire de l’électricité malgré le réchauffement des eaux de la Garonne.

    La centrale nucléaire de Golfech va continuer de produire de l’électricité en période de canicule. Le seuil maximal de température de ses eaux de rejet dans la Garonne a pourtant été atteint. (...)

  • Christophe Cassou : « Nous allons probablement approcher la canicule de 2003, voire peut-être la dépasser » – Libération

    https://www.liberation.fr/environnement/meteo-france-selon-christophe-cassou-nous-allons-probablement-approcher-l

    Rebelote. Seulement un mois après la dernière vague de chaleur, la France tout entière va subir dès mardi 12 juillet des températures extrêmes, atteignant ou dépassant par endroits les 40 °C, avec un pic attendu ce week-end de 15 °C supérieurs aux normales de saison. Une conséquence établie du réchauffement climatique qui accentue la précocité, la fréquence, l’intensité et la durée de ces phénomènes qui devraient doubler d’ici à 2050. « Sans politique climatique, il y a trois chances sur quatre pour que le nombre annuel de jours de vagues de chaleur augmente de cinq à vingt-cinq jours en fin de siècle selon les régions par rapport à la période 1976-2005 », souligne Météo France. De quoi susciter l’inquiétude

    #climat #canicule #paywall (Si quelqu’un·e a le texte d’origine) #christophe_cassou et #ecoanxiete

    Et donc aujourd’hui twittait https://twitter.com/cassouman40/status/1546755199540383744

    « Nous allons probablement approcher la canicule de 2003, voire peut-être la dépasser ».
    Merci @libe pour cette interview hier...
    Aujourd’hui, alors que les prévisions s’affinent, j’enlèverais le "peut-être" et je rajouterais "très" devant probablement 🥵

    Dans la continuité de https://seenthis.net/messages/966346

    Tout va bien se passer… Tout.

    • Ici dans l’Hérault, c’est déjà en train de battre les records de juillet 2003.

      Météo dans l’Hérault : Des records de chaleur ont été battus dans des villages du département
      https://www.20minutes.fr/planete/3324395-20220712-meteo-herault-records-chaleur-battus-villages-departement

      Selon Météo France, dimanche, il a fait jusqu’à 38,2 degrés à Soumont, près de Lodève, dans le nord du département. C’est un record, pour cette période. Le dernier datait du 26 juillet 2018. Le thermomètre avait grimpé jusqu’à 38 degrés.

      Autre record de chaleur, à Marsillargues, dimanche. Il a fait jusqu’à 37 degrés, dans ce village. C’est 0,1 degré de plus que le 23 juillet 2003, année marquée par la canicule.

    • #Christophe_Cassou : « Nous allons probablement approcher la canicule de 2003, voire peut-être la dépasser »

      La nouvelle #vague_de_chaleur qui s’installe sur l’Hexagone à partir de mardi 12 juillet pourrait être d’une intensité historique et durer plusieurs jours, analyse le climatologue et auteur principal du sixième rapport du Giec, qui insiste sur l’urgence d’agir rapidement afin de stabiliser le niveau de réchauffement.

      Rebelote. Seulement un mois après la dernière vague de chaleur, la France tout entière va subir dès mardi 12 juillet des températures extrêmes, atteignant ou dépassant par endroits les 40 °C, avec un pic attendu ce week-end de 15 °C supérieurs aux normales de saison. Une conséquence établie du réchauffement climatique qui accentue la précocité, la fréquence, l’intensité et la durée de ces phénomènes qui devraient doubler d’ici à 2050. « Sans politique climatique, il y a trois chances sur quatre pour que le nombre annuel de jours de vagues de chaleur augmente de cinq à vingt-cinq jours en fin de siècle selon les régions par rapport à la période 1976-2005 », souligne Météo France. De quoi susciter l’inquiétude, notamment dans les départements les plus arides tels que le Gard, en proie à de violents incendies. Cet épisode de chaleur, lié à une masse d’air qui va chauffer sur place et être potentiellement amplifiée par une seconde provenant du Maroc et d’Espagne, devrait évoluer vers une situation caniculaire. Ce scénario apparaît comme un avant-goût du climat futur, détaille Christophe Cassou, climatologue et auteur principal du sixième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec).

      Un pic de chaleur en juillet, est-ce si inquiétant ?

      On est dans la saison des vagues de chaleur et des canicules : les pics de températures ont généralement lieu au mois de juillet et août. Ce qui est inquiétant, c’est l’intensité, la récurrence et le changement de saisonnalité de ces pics. Si on regarde le nombre de vagues de chaleur observées en France entre 1947 et 1999, soit en cinquante-trois ans, on en a comptabilisées 17. Celle-ci sera la 25e depuis 2000, en seulement vingt-trois ans… Aujourd’hui, on enregistre donc en France environ trois à quatre fois plus de canicules, ce qui est assez représentatif de ce qui se passe à l’échelle mondiale, où elles sont aussi trois fois plus nombreuses. Il y a toujours eu des événements extrêmes. Le changement climatique ne crée pas de vagues de chaleur, il les amplifie. Voilà pourquoi on bat des records d’année en année. Les canicules se développent sur un environnement plus chaud de base et des conditions atmosphériques favorables pour générer de la chaleur plus efficaces. Actuellement, la température globale de la planète est de 1,1 °C de plus que durant la période préindustrielle (1850-1900), ce qui suffit à avoir des événements extrêmes inédits et très forts, le dernier en date étant le dôme de chaleur au Canada en 2021.

      En quoi cette vague de chaleur est différente de celle de juin ?

      Elle est différente dans sa dynamique. Elle est plus complexe. La canicule de juin était associée à une petite dépression au large de la péninsule ibérique que l’on appelle aussi goutte froide ; les vents tournaient autour de cette dépression entraînant de l’air chaud et sec vers l’Espagne puis la France. C’est ce que j’appelais une plume de chaleur en lien avec la dépression qui agit comme un engrenage. Cette fois, une plume de chaleur va se développer dans un environnement initialement beaucoup plus chaud qu’en juin. Un dôme de chaleur est en train de se constituer et son effet va être considérablement accentué au fil des jours sous l’effet de la petite goutte froide et de sa plume. Mais on ne sait pas encore quelle sera l’ampleur de la combinaison de l’ensemble de ces processus. L’incertitude est forte, notamment pour la fin de semaine. Tout va dépendre de la position et de l’intensité de cette goutte froide qui sera le faiseur de rois.

      Cet épisode pourrait-il être historique ?

      Il peut être historique par son intensité. A ce jour, selon des critères de sévérité, l’année 2003 correspond à la vague de chaleur la plus sévère. C’est un événement de type cygne noir : extrême, rare, inédit, avec des conséquences très importantes. La canicule de 2003 semblait intouchable tant sa sévérité fut forte ! Dans les prochains jours, nous allons probablement l’approcher, voire peut-être la dépasser. Même s’il est encore trop tôt pour le dire, la vague de chaleur actuelle pourrait être plus intense et plus longue encore. Elle pourrait durer très longtemps, en particulier dans le Sud de la France. On parle déjà de dix jours au-dessus de 35-40 °C, ce qui risque d’être très compliqué pour les écosystèmes, mais aussi très impactant pour nous, sociétés humaines, avec des tensions très fortes sur les rendements agricoles, sur l’énergie… Par ailleurs, cela augmentera considérablement les risques sanitaires. Deux jours à 45 °C, on peut tenir, mais dix jours dans de telles conditions, ça peut poser problème. On a tiré les leçons de 2003 en mettant en place des systèmes d’alerte précoces et des plans d’anticipation. Il est clair que l’on aurait moins de morts qu’en 2003. Cependant, le nombre de morts ne dépend pas seulement de la sévérité de la canicule mais aussi de la capacité du système hospitalier à absorber le flux de patients. Est-ce possible sachant son état de délabrement avancé et la gestion du pic de Covid en cours ?

      Pouvez-vous nous en dire plus sur la théorie des cygnes noirs ?

      Elle a été introduite par un statisticien pour quantifier certains événements imprévisibles ayant une très faible probabilité d’arriver. Les événements inédits et extrêmes que j’appelle ovnis climatiques frappent partout sur la planète. Quand ils se produisent, ils ont des conséquences en cascade considérables et exceptionnelles. Un exemple : le dôme de chaleur du Canada a donné lieu à des mégas incendies. Aujourd’hui, il est impossible de calculer la probabilité exacte de ces extrêmes inédits. On sait qu’ils peuvent arriver, que leur probabilité augmente avec le réchauffement actuel et avec chaque dixième de degré additionnel, mais on n’arrive pas à estimer précisément un chiffre précis. Tout cela fait partie de ce qu’on nomme l’incertitude profonde. Personne n’est à l’abri de ces phénomènes de cygnes noirs.

      Que dit précisément le Giec au sujet de ces épisodes de chaleur extrêmes ?

      Le Giec attribue les changements des statistiques des extrêmes aux activités humaines et donc aux émissions de gaz à effet de serre. Le lien est clair, il n’y a plus à se poser la question. Le scénario qu’on vit actuellement est un avant-goût du climat futur. La probabilité des températures extrêmes augmente de manière non linéaire : les températures extrêmement chaudes se réchauffent plus vite que les températures moyennes. Je l’avoue, je suis dans une forme de colère, car ce qu’on vit était anticipable. L’ensemble correspond à ce que les faits scientifiques disaient depuis longtemps. Comment être encore aujourd’hui dans ce déni de gravité ? Comment tenir encore aujourd’hui des discours « rassuristes » ? Ça n’a pas de sens !

      Que préconisez-vous ? La sobriété comme maître-mot ?

      Nous faisons face à deux injonctions complémentaires : s’adapter au changement climatique et atténuer le changement climatique en diminuant les émissions de gaz à effet de serre de manière considérable et rapide. Il faut également stopper la déforestation et l’artificialisation des sols, les arbres et la terre étant des stocks de carbone. C’est le seul moyen d’arriver à la neutralité carbone qui est une contrainte géophysique, et non pas politique, pour stabiliser le niveau de réchauffement. Avant 2040, on va dépasser le seuil de 1,5 °C ; il y a encore une possibilité de ne pas atteindre le seuil de 2 °C supplémentaires mais elle est faible. Il faut avoir en tête que chaque dixième de degré compte pour le vivant. Aujourd’hui, certains discours actent l’échec de la lutte contre le changement climatique, affirment qu’il faut se préparer à des réchauffements de 3 °C. Pour moi, ce discours est irresponsable car il ne prend pas en compte les limites de l’adaptation : au-delà d’un certain seuil, il n’y a plus d’adaptation possible, comme le quantifie le Giec. Là, on approche très dangereusement de certaines limites dures, à la fois pour les écosystèmes et pour nous, humains dans certaines zones. Il faut agir maintenant. La sobriété est un levier indispensable. Cela ne passe pas par des petits gestes qui font porter la réduction des gaz à effet de serre à l’échelle de l’individu mais par la transformation de nos infrastructures collectives et le changement de nos modes de vie, en diminuant par exemple notre consommation en énergie et en eau. La dimension collective de la sobriété est essentielle.

      Vous pensez à une mesure en particulier ?

      Il y a des mesures de sobriété intéressantes, rapides, justes et équitables. Par exemple, le passage de 130 à 110 km/h sur l’autoroute. Cela permet de réduire de 16 à 20% les émissions de gaz à effet de serre en France pour le parc automobile ! C’est une mesure de sobriété parfaite. Les leviers pour lutter contre le changement climatique sont souvent qualifiés de punitifs ; c’est un argument fallacieux pour favoriser l’inaction. Qu’y a-t-il de punitif dans cette mesure ? Tout le monde peut continuer à se déplacer.

      https://www.liberation.fr/environnement/meteo-france-selon-christophe-cassou-nous-allons-probablement-approcher-l

      #canicule #France #températures #chaleur #dôme_de_chaleur #intensité #récurrence #saisonnalité #pics #événements_extrêmes #plume_de_chaleur #santé #système_hospitalier #hôpitaux #cygnes_noirs #théorie_des_cygnes_noirs #ovnis_climatiques #incertitude_profonde #colère #déni #déforestation #artificialisation_des_sols #neutralité_carbone #adaptation #sobriété

    • Donc a priori au moins 45°C en espagne…

      – 46,3°C, nouveau record au portugal aujourd’hui

      Ontem, a temperatura atingiu 46,3ºC na localidade portuguesa de Lousã, maior marca de toda a série histórica da estação. Em Santarem, a máxima da quarta-feira foi de 46,2ºC, apenas 0,1ºC abaixo de recorde absoluto de máxima.

      Tout va bien. C’est l’été qu’ils disent…

      Sinon, je peux vous dire que 36°C ça commence à être bien chaud… Vivement lundi !

    • Run 0z GFS de ce vendredi 15 juillet : prêts pour un bon coup de chalumeau pour la journée de lundi ?


      Et (amha), ça ne se calmera pas tant que la « goutte froide » continuera d’errer entre les îles britanniques, le golfe de Gascogne, et les Açores. En fait tant qu’elle ne sera pas reprise dans la circulation atmosphérique générale.

      https://forums.infoclimat.fr/f/topic/57527-du-18-juillet-au-24-juillet-2022-pr%C3%A9visions-semaine-29/?page=3#comment-3566582

    • La task force est dans la place. Gégé & Babeth vont expulser la « goutte froide »
      https://twitter.com/Elisabeth_Borne/status/1547664066067329024

      Depuis le centre opérationnel de crise, avec Gégé, nous faisons le point avec les services de l’Etat sur les moyens engagés pour lutter contre les feux. Plein soutien aux sapeurs-pompiers qui mènent une lutte acharnée contre les flammes et protègent nos concitoyens !

    • Ah oui, et aussi, j’ai fait un petit tour en bord de Charente hier pour me rafraichir… il faisait correct sous les arbres au bord d’eau… mais 36°C dès que tu en sortais… et… des maïsiculteurs arrosaient du maïs, à 15h30, sous 36°C, en période de sécheresse… mais comment est-ce encore possible bordel !? J’attends avec impatience les dépités de la filière ostréicole en aval qui vont crier au manque d’eau douce, par ailleurs déjà trop chaude…

    • Un peu plus doux par chez moi aujourd’hui, mais de nombreux records absolus de chaleurs (>40°C) ont été battus en France, notamment Nîmes, Béziers…
      Il reste toujours le plus dur (lundi - mardi) à passer…

      Un joli 47°C au Portugal…

    • Bon, alors mon petit record extérieur chez moi fut 40.7°C donc ce fameux lundi il y a quelques jours.

      La question qui va peut être se poser est : est-ce qu’on va le battre dans les prochains jours d’août ?

      https://twitter.com/cassouman40/status/1551838212229849088

      Christophe Cassou dit :

      Lassitude-effroi : il va falloir encore écrire des🧵pr expliquer la nvelle poussée de chaleur qui se profile pr début Aout.
      Bof...prenez les🧵précédents ! Dyn. en #DomeDeChaleur/déferlement d’onde & lien robuste #canicule #changementclimatique déjà expliqués. Tout quasi déjà dit😢

      En réponse à Gaétan Heymes :

      Prévision ECMWF pour la première semaine d’août : renforcement des conditions anticycloniques en altitude, induisant le retour d’une forte chaleur généralisée et une persistance de la sécheresse.

  • Les #lacs vont refroidir et chauffer une part croissante de nos bâtiments

    L’urgence climatique accélère l’exploitation de l’#énergie contenue dans les lacs. À Genève, l’une des plus grandes installations hydrothermiques du monde fournira du froid et de la chaleur à des centaines de bâtiments. Le potentiel des lacs suisses est considérable. Pourtant, leur santé est préoccupante.

    L’ingénieur thermicien Fabrice Malla nous emmène faire une visite à 17 mètres au-dessous du niveau du lac Léman, au lieu dit du Vengeron. Nous voilà dans une cathédrale de béton de 70 mètres de long. En 2024, ce puisard recevra l’équivalent de presque trois piscines olympiques d’une eau froide recueillie à 2 kilomètres au large, à 45 mètres de profondeur. Dès 2024, des pompes électriques pulseront ce liquide à destination de deux réseaux. Le premier, construit en boucle fermée, desservira des bâtiments répartis dans les environs de l’aéroport. Le second réseau alimentera directement en froid des immeubles du centre-ville. Des pompes à chaleur installées par les Services industriels de Genève (SIG) dans un total prévu de 300 bâtiments permettront d’extraire de la chaleur de l’eau et de l’amplifier.

    Bienvenue dans le monde de l’#hydrothermie, un univers où de l’#eau froide peut générer du chaud. Fabrice Malla cite d’autres grands projets de ce type, notamment à Toronto et Honolulu. L’installation du #Vengeron, budgétée 100 millions de francs, constituera le point de départ de l’un des plus grands #réseaux_hydrothermiques au monde. « Nous allons irriguer en #froid et en #chaud la moitié du canton », se réjouit l’ingénieur des SIG. L’opération réduira drastiquement la consommation de gaz à effet de serre. L’#énergie_électrique utilisée pour faire fonctionner le réseau sera d’origine hydraulique, précise Véronique Tanerg Henneberg, porte-parole. Mais cette situation n’est pas forcément la règle. « Les pompes à chaleur nécessitent de l’électricité or nous n’en avons pas assez. L’abandon progressif du nucléaire impliquera de développer l’énergie solaire et éolienne », estime Martin Schmid, chercheur auprès de l’Institut fédéral suisse des sciences et technologies de l’eau (Eawag). En raison du réchauffement climatique, la demande estivale en froid ira croissante. Celle en #chaleur baissera, grâce à une meilleure isolation des maisons.

    Une multitude de petites centrales

    En Suisse, le développement de l’hydrothermie remonte aux années 1930, lorsque de petites centrales furent construites pour chauffer quelques bâtiments. Il en existe des centaines. Place désormais à des grands projets dans les centres urbains qui bordent des lacs, notamment à Zoug et Zurich. Grâce à une eau captée à 45 mètres de profondeur dans deux stations, le lac des Quatre-Cantons alimentera en énergie lacustre 3 700 foyers du centre de Lucerne. À Horw, 6 800 foyers seront fournis en énergie du lac. À Bienne, les premières fournitures d’énergie hydrothermique sont prévues à partir de l’automne 2022. La ville prévoit 185 points de raccor­dements, avec à la clef une baisse des émissions de CO2 de 80 %.

    Les ressources énergétiques des lacs suisses apparaissent comme une sorte d’or bleu. Les chiffres donnent le tournis. Selon un article rédigé en 2018 par l’Institut Eawag, la consommation énergétique totale en Suisse s’élèverait à environ 850 pétajoules par an, soit 236 térawattheures (en 2021, la centrale nucléaire de Gösgen a produit 7,9 térawattheures d’électricité). La moitié de cette énergie est utilisée pour chauffer des bâtiments et dans des processus industriels … avec du gaz et du fuel.

    Or le seul Léman, utilisé dans le respect des normes légales en matière d’hydrothermie, pourrait théoriquement générer presqu’un tiers de toute l’énergie consommée en Suisse chaque année ! « L’énergie des lacs couvrira 30 % de nos besoins en chauffage. Environ un bâtiment sur trois situé dans une région dense et assez proche d’un lac bénéficiera d’un chauffage urbain connecté à une ressource renouvelable, dont l’hydrothermie », estime François Maréchal, professeur à l’EPFL, spécialiste des systèmes énergétiques. Ce chercheur décrit l’hydrothermie comme « une super-ressource, mais dont on ne parle pas. » Or la Suisse est en avance dans ce domaine, commente Martin Schmid.

    La question du rejet des eaux dans les #rivières

    Reste la question de l’#impact de ces procédés, puisque les eaux puisées sont en partie restituées dans des cours d’eau à une #température différente. Durant ce cycle, une eau puisée par exemple à 6 degrés dans le Léman sera rejetée à 3 degrés dans un Rhône à 1,5 degrés. En été, une eau à 8 degrés sera puisée au fond du lac et rejetée à 13 degrés dans une eau de surface fluviale atteignant 20 degrés. Toutes les études vont dans le même sens : même si toute la demande suisse en chaleur et en froid était tirée des lacs, les rejets auraient un impact nul à faible, étant donné les écarts peu élevés de température entre eaux pompées et rejetées. « Pour modifier la température du Léman d’un degré, il faudrait 100 stations comme celle du Vengeron », image Fabrice Malla.

    La Suisse dispose de règles. Par exemple, la température d’un cours d’eau ne doit pas varier de plus de 1,5 degrés dans une région à truites. « Si les dispositions légales sont prises correctement en compte, l’exploitation hydrothermique peut a priori se réaliser », estime Nicolas Wüthrich, de Pro Natura. Un autre problème émerge, celui du réchauffement des lacs. Dans le Léman, les hivers doux empêchent depuis dix ans le brassage des couches profondes qui, sans oxygène, risquent la mort biologique. Ce phénomène gêne la production de froid via l’hydrothermie. La chaleur tend aussi à provoquer le développement d’#espèces_invasives. C’est le cas avec la petite moule quagga, dont les larves pénètrent dans les réseaux d’approvisionnement en eau potable et destinés à l’hydrothermie, nécessitant un traitement au chlore. Autre sujet d’inquiétude, si l’eau est rejetée loin du point d’extraction, il y a un risque de déplacement de nutriments et de polluants, note l’Eawag.

    Dans les fleuves et rivières en particulier, des températures plus élevées peuvent menacer des espèces, s’inquiète Pro Natura. L’ombre par exemple ne survit guère à partir de 25 degrés. « Cela rend délicate la réintroduction de grandes quantités d’eau de refroidissement chauffée dans des cours d’eau ». Des cours d’eau dotés de rives ombragées aideraient à maintenir les températures plus basses, propose Pro Natura. En hiver, le rejet d’eaux plus froides issus du chauffage par hydrothermie pourrait même théoriquement avoir un effet bénéfique. « Mais les interventions dans les #équilibres_naturels sont toujours délicates », avertit Nicolas Wüthrich.

    https://www.swisscommunity.org/fr/nouvelles-et-medias/revue-suisse/article/les-lacs-vont-refroidir-et-chauffer-une-part-croissante-de-nos-batim

    #refroidissement #eau

  • Météo : Gare à cette publication annonçant des températures jusqu’à 46 °C la semaine prochaine
    https://www.20minutes.fr/planete/3320375-20220704-meteo-gare-publication-annoncant-temperatures-jusqu-46-se

    FAKE OFF Le résultat présenté dans la publication est notamment beaucoup trop anticipé pour être fiable

    1) ils te disent « FAKE OFF », et tu comprends donc que c’est une fake news, et que eux, ils t’aident à y voir clair. Je trouve cette expression affreuse, et repoussante. C’est fait exprès ? Et c’est faire preuve d’une totale absence d’humilité. Ils n’en font pas autant quand il s’agit de nommer un fasciste pour ce qu’il est.

    2) Tu regardes ensuite les prévisions du WE du 14 juillet, et tu découvres qu’ils t’y annoncent du 39° en pointe, qu’il y a deux jours, c’était seulement 36° qu’ils t’annonçaient, et que surtout, pendant une semaine, les températures dans mon coin ne vont pas descendre en dessous de 20/21°. En gros, c’est une nouvelle phase de canicule.

    Ils sont chouettes à 20 minutes, ils te « FAKE OFF », mais n’empêche que la troisième canicule de l’année, elle sera bien présente.

    #déni_partout_information_nulle_part

    • 20 minutes fait dans le #rassurisme climatique :

      Pour les 10 prochains jours, les modèles sont assez clairs sur le sujet ! Chaleur et temps sec sur une grande partie du Pays. En effet, reste à déterminer l’intensité de la chaleur voire la date d’arrivée de températures caniculaires au moins sur la moitié sud. Ce qui est assez impressionnant c’est qu’en consultant le diagramme de Bordeaux par exemple, autour du 12-14 juillet la moyenne des scénarios est proche des 35°… très peu de dispersion à cette échéance puisque 80% des scénarios sont très proche de cette valeur. D’autres s’approchent des 40° pour la fin de semaine sur cette même ville.
      A voir si tout est aussi limpide au fur et à mesure des sorties mais la probabilité que survienne une nouvelle canicule me paraît bien élevée pour cette mi-juillet (voire un peu avant) et plus particulièrement pour la moitié sud…
      Si ce nouvel épisode caniculaire se confirme, il aura été précédé d’un temps très sec et déjà chaud. Le bénéfice de nos séquences orageuses régulières n’aura donc plus sa place pour cette semaine (afin d’amoindrir l’envolée des températures). On a de quoi pouvoir être inquiet à mon humble avis… (on pense aux personnes fragiles, on pense à la nature qui est sur sa réserve, on pense aux risques d’incendies). Canicule ou pas, c’est déjà compliqué mais si elle se confirme ça ne fera qu’accélérer tous ces risques

      Source : https://forums.infoclimat.fr/f/topic/57511-du-11-juillet-au-17-juillet-2022-pr%C3%A9visions-semaine-28/?page=2

    • Gasp ! Ça s’annonce brulant tout ça…

      Sur ce forum, Greg13 résume ainsi (à 8h27 aujourd’hui)


      Résumé à ce stade de la période du 11 juillet au 17 juillet : SEC A PERTE DE VUE, SOLEIL, CHALEUR... ET ABSENCE D’ORAGES...

      – Temps pleinement estival, qui s’accompagnerait d’un temps sec sur toute l’échéance.
      – Quelques orages possibles le long des frontières italiennes et espagnoles, suivant les jours.
      – Fournaise probable au Sud de la Loire, même si l’intensité est encore à définir : entre 36°c et 44°c de Tx à Bordeaux par exemple.
      – Remake de mi-juin 2022 possible, même si nous y verrons plus clair dans quelques jours.

    • 24 heures plus tard, les prévisions de Météo France t’indiquent qu’en fait, ça va être 41 degrés qu’on va sans doute se bouffer dans la vallée du Rhône. Et ça a jugé important et utile de faire un « FAKE OFF ».

      On serait parano, on penserait qu’il y a des gens en coulisse pour veiller à ce qu’on ne fasse pas peur au grand nombre, et qu’il ne faut pas leur faire renoncer à leurs vacances.

    • Ce qui me faisait tiquer, c’est que toutes les dénonciations de cette annonce, c’était de dire « ah mais c’est juste un modèle, faut pas se baser dessus ». Mais sans préciser si c’est habituel pour ce modèle d’annoncer des températures record.

      Si un des modèles t’annonce toutes les semaines qu’il va pleuvoir des grenouilles et que l’océan va se remplir de sang, OK clairement faut pas trop se baser dessus. Mais si un modèle est utilisé avec d’autres modèles pendant des années parce qu’il ne passe pas son temps à t’annoncer des âneries, et que tout d’un coup il t’annonce qu’il va pleuvoir des grenouilles, faut ptet creuser un peu.

      Ou alors on passe des points de rupture qui rendent des modèles inopérants, et les points d’équilibre passent à des valeurs extrêmes et potentiellement loufoques. Mais là encore, faudrait creuser plutôt que de dire « c’est juste un modèle ».

    • Gare à ces modèles GFS qui ont des biais effectivement que l’on découvre, et qui peuvent se laisser surprendre par des événements imprévus… Il n’empêche… Pas une goutte de pluie n’est attendue avant fin juillet en France… peut être au delà ?

      Toujours dans le forum https://forums.infoclimat.fr/f/topic/57511-du-11-juillet-au-17-juillet-2022-pr%C3%A9visions-semaine-28/?page=13#comment-3564883 un certain Lucky indique des prévisions à plus de 40°C pour lundi 18, tout en rappelant que le code du travail ne prévoit rien pour les travailleurs :

      Alors ça c’est clair... Ces modélisations font peur... Par leur intensité, leur fréquence, leur durée. J’ai aussi l’impression que ça fait deux mois qu’on voit du rouge cramoisie sur les cartes. Cette année ça a commencé dès le mois de mai.

      Là le risque de canicule extrême est réelle et problématique. Je rappelle que dans notre pays il n’existe toujours aucune législation concernant le temps de travail en période caniculaire. La pénibilité des fortes chaleurs n’est pas du tout prise en compte dans le code du travail, ce qui expose les travailleurs, surtout les métiers physiques à de réels dangers.

      En Allemagne, même si c’est pas parfait, des recommandations et même des lois existent pour réguler ou adapter le temps de travail en période de canicule. En dehors du travail, ces valeurs sont suffisantes pour exposer des adultes en bonne santé à des coups de chaleur, donc j’en parle même pas pour les personnes à risque. Les Tn risquent d’être problématiques si le scénario où la canicule est longue se maintient. Notamment en ville comme d’habitude.

      Bref, pas d’eau, Tx supérieures aux « normales » tout juillet… Nuits chaudes… Ça va amener une belle sécheresse partout en plus, et de jolis feux à combattre par 35° dehors en habits ignifuges (je me demande comment vont se survivre les pompiers)…

      Et possiblement des températures pas si loin que ce que disait le modèle GFS incriminé, même si c’est décalé de quelques jours…

    • Un modèle, ça sert à connaître la tendance. La tendance, on la connaît, mais quand un modèle te la montre, t’as des crétins dans les rédactions, ils te disent que ce sont des fake news. Ces crétins n’ont pas encore compris que les fake news sont produites par les luttes de pouvoir entre groupes politiques, par les idéologues. Et ces idéologues ont compris que pour reprendre la main sur les narrations, on pouvait utiliser les rédactions en leur demandant de chasser les fakenewskonaledroit.
      Bref, le modèle il ne fait pas de politique et on va se manger une méchante période de chaleur comme en juin, et sans doute pire.

    • Dans ces coups de chaleur, (heat plume en anglais ce qui pourrait se traduire par « panache de chaleur » et non « plume de chaleur »), le phénomène est généré par la présence d’une goutte froide, dépression isolée de la circulation générale de la haute troposphère (courant jet ou jet stream). L’air ayant une rotation anti-horaire, comme dans toute dépression de l’hémisphère nord, cela permet l’advection des masses d’air brulantes du Sahara vers la péninsule ibérique (sauf le Portugal qui lui bénéficie de l’air plus frais de la goutte froide justement, si celle-ci se situe à proximité du littoral atlantique) puis vers la France (sud-ouest et centre). Maintenant, sur le littoral méditerranéen, le phénomène est plutôt liée à un dôme de chaleur dû au blocage anticyclonique.

      Illustrations :
      panache de chaleur : https://www.youtube.com/watch?v=OHE69oASpL0

      Dôme de chaleur : https://www.youtube.com/watch?v=QNRXNJkIkfg

    • La conclusion rude de Christophe Cassou donc :

      Cette canicule 2022 intervient en plein pic #COVID19, avec un système hospitalier au bord du précipice, en période de vulnérabilité due à des fortes tensions sociales, mais aussi sur la ressource en eau (↘️ rendement agricole), sur l’énergie.
      Sommes-nous prêts, résilients ?

      J’avoue, ce soir, ressentir une forme de colère car les faits scientifiques sont clairs. Nous savons où nous allons et nous savons où nous devrions aller et quoi faire pour limiter les risques croissants & menaçants pour sociétés humaines & écosystèmes. Et pourtant...

      Le déni de gravité et le déni de l’urgence sont tjrs là, comme l’atteste les appels aux ptits gestes ridicules, a la sobriété individuelle alors que les enjeux sont des enjeux de transformation de nos infrastructures collectives, de nos institutions, de nos modes de vie etc.

      Tous ceux qui pensent, sur un mode rassuriste/confusionniste, que l’on s’adaptera à des niveaux de réchauffement élevés sont irresponsables. Les limites dures de l’adaptation existent pour les sociétés humaines et la biodiv. comme évaluées dans Groupe2 #GIEC et @IPBES

      La semaine prochaine ns rapproche de ces limites un peu plus encore.
      Ns avons besoin de lucidité, honnêteté, courage, éthique & solidarité. Sans ces valeurs, ns ne relèverons pas le défi. Chaque ⅒ de degré est une vulnérabilité additionnelle, des souffrances additionnelles

    • Un peu de documentation pour s’y retrouver dans cette fournaise :

      https://www.meteocontact.fr/pour-aller-plus-loin/les-modeles-meteo

      Les modèles météorologiques - Cours météo

      La prévision du temps est aujourd’hui incontournable, mais pour prévoir la couleur du ciel de demain, les météorologues ont besoin des modèles de simulation de l’atmosphère.

      Il est bien connu que pour tenter de prédire les aspects comportementaux d’un système, il est nécessaire de créer son modèle approximatif mathématique. Aussi bien valable en économie qu’en météorologie, ce modèle doit être défini à partir de lois d’évolution. En le faisant « tourner » on simule alors le comportement du système à différentes échéances à partir d’un état initial préalablement définit.

      L’atmosphère étant un vaste espace et les lois qui la régissent étant complexes, les modèles numériques réalisent un nombre incommensurable d’opérations arithmétiques. Le traitement humain paraît donc impossible et il a fallu attendre le développement des ordinateurs dans les années 50 pour pouvoir espérer modéliser l’atmosphère. Aujourd’hui, il est quasiment impossible de se séparer de ces méthodes de calcul, car le modèle météorologique informatique est à la base de toute prévision du temps.

      De nombreux paramètres sont pris en compte dans les modèles : variables d’état de l’atmosphère et au niveau du sol (températures, humidité, vent, etc) ; processus physiques au niveau de l’atmosphère et du sol ou encore l’interaction entre le sol et l’atmosphère (et inversement). Grâce à toutes ces données, les supercalculateurs sont en mesure de créer des cartes de modélisations numériques.

    • Bien content d’avoir été prévenu par 20 minutes que ces prévisions étaient inutilement alarmistes. Encore un peu, et on aurait pu décider de ne pas aller à Arcachon ou dans les Monts d’Arrée si on les avait écouté. Sérieusement, comment peut-on être aussi inutilement alarmiste, alors que tout est sous contrôle ?

  • Vidéo. Dôme de #chaleur en Inde : incendies géants dans les décharges de Delhi
    https://www.sudouest.fr/environnement/meteo/video-dome-de-chaleur-en-inde-incendies-geants-dans-les-decharges-de-delhi-

    Les pompiers de Delhi combattaient ce jeudi 28 avril un incendie qui s’est déclaré il y a trois jours dans l’une des immenses décharges de la capitale indienne, au moment où sévit une vague de chaleur extrême dans le nord du pays et le Pakistan voisin.

    Les météorologues prévoient que les températures à Delhi pourraient atteindre jusqu’à 46 degrés Celsius jeudi. Les autorités ont émis une alerte et recommandé aux personnes vulnérables d’éviter de sortir.

    #climat #mort

    • On leur demande de ne pas sortir. C’est finalement un certain point de départ, qu’on pourrait relier à une forme de décroissance. Chez nous, on nous demande de ne plus utiliser de pailles en plastique, et de faire pipi sous la douche. Mais chez nous, les décharges ne brulent pas en Avril. Les pauvres, ils cherchent un peu quand même...

  • Heatwaves at both of Earth’s poles alarm climate scientists | Climate crisis | #The_Guardian
    https://www.theguardian.com/environment/2022/mar/20/heatwaves-at-both-of-earth-poles-alarm-climate-scientists

    #Temperatures in #Antarctica reached record levels at the weekend, an astonishing 40C above normal in places.

    At the same time, weather stations near the north pole also showed signs of melting, with some temperatures 30C above normal, hitting levels normally attained far later in the year.

    At this time of year, the Antarctic should be rapidly cooling after its summer, and the Arctic only slowly emerging from its winter, as days lengthen. For both poles to show such heating at once is unprecedented.

    IPCC issues ‘bleakest warning yet’ on impacts of climate breakdown
    Read more
    The rapid rise in temperatures at the poles is a warning of disruption in Earth’s climate systems. Last year, in the first chapter of a comprehensive review of climate science, the Intergovernmental Panel on Climate Change warned of unprecedented warming signals already occurring, resulting in some changes – such as polar melt – that could rapidly become irreversible.

    The danger is twofold: heatwaves at the poles are a strong signal of the damage humanity is wreaking on the climate; and the melting could also trigger further cascading changes that will accelerate climate breakdown.

    • « C’est sidérant » : l’Antarctique touché par une vague de chaleur exceptionnelle
      https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/03/22/c-est-siderant-l-antarctique-touchee-par-une-vague-de-chaleur-exceptionnelle

      « C’est sidérant, et c’était totalement inconcevable jusqu’à la semaine dernière », réagit Gaétan Heymes, météorologue à Météo-France. Le scientifique, qui a passé un an en Antarctique, compare l’amplitude du phénomène à celle du dôme de chaleur qui avait touché le nord-ouest du continent américain en juin 2021, avec près de 50 °C au Canada. « Cet événement totalement inédit change définitivement ce que nous pensions être possible en matière de climat antarctique », abonde Jonathan Wille, chercheur postdoctorant étudiant la #météorologie polaire à l’Institut des géosciences de l’environnement, à Grenoble.

      Il faut s’imaginer un instant l’intérieur du continent blanc battu par des vents glacés, à plus de 3 000 mètres d’altitude, où les températures oscillent entre – 50 °C et – 55 °C à cette période de l’année. Le 18 mars, elles ont atteint – 11,5 °C sur la base scientifique franco-italienne Concordia et – 17,7 °C sur la base russe Vostok. De quoi battre très largement (de 15 degrés) les précédents records pour le mois de mars ; mais il s’agit également du maximum jamais enregistré, toutes saisons confondues, à Concordia.

      Sur le littoral, où le climat est plus doux, le thermomètre a grimpé jusqu’à 4,8 °C sur la base française de Dumont-d’Urville, et 5,6 °C à la station australienne Casey, un record également pour le mois de mars. « Toutes ces températures sont dignes du milieu de l’été austral, alors qu’en ce moment, au contraire, le thermomètre chute et qu’on va se diriger vers la nuit polaire », note Gaétan Heymes.

      Au même moment, à l’autre extrémité du globe, l’Arctique a également connu des records de #chaleur, avec des températures supérieures de 30 degrés aux normales de saison, en raison d’une forte dépression qui a pompé l’air chaud provenant du sud. Le pôle Nord se réchauffe en moyenne trois fois plus vite que le reste du monde sous l’effet d’un cercle vicieux appelé « amplification arctique » : en fondant, la glace et la neige, très réfléchissantes, sont remplacées par de l’océan ou de la végétation, plus sombres, qui absorbent davantage les rayons du soleil. Il en découle une hausse des températures de l’air et de l’eau qui, à leur tour, accélèrent la fonte. « Il y a beaucoup moins de boucles de rétroaction en Antarctique, et la tendance des dernières décennies y a plutôt été celle d’un refroidissement dans l’est du continent blanc », rappelle Gaétan Heymes.

      And just to leave this satellite image from today of the atmospheric river spreading clouds over East Antarctica https://t.co/OdAy1Li6sS

      -- JonathanWille (@Dr. Jonathan Wille)
      Comment expliquer alors cette #vague_de_chaleur ? Elle a été entraînée par ce que les #scientifiques appellent une « #rivière_atmosphérique », un étroit corridor chargé en vapeur d’eau qui circule entre 5 000 et 8 000 mètres d’altitude et qui a traversé l’#océan_austral depuis l’Australie, avant de toucher un tiers du continent #antarctique. « La vapeur, un gaz à effet de serre, a augmenté la chaleur au-dessus du continent. Cela a été accentué par la présence d’un dôme de chaleur, un blocage anticyclonique qui a isolé la masse d’air », explique Gaétan Heymes. Les très fortes chaleurs de la mi-mars dans l’ouest de l’#Australie ont « probablement renforcé » la « rivière atmosphérique », ajoute-t-il.

  • Frauenfeindlicher Vorfall : Polizeieinsatz in Berlin : „Entweder Sie tragen einen BH oder Sie müssen gehen“
    https://www.berliner-zeitung.de/mensch-metropole/polizeieinsatz-in-berlin-entweder-sie-tragen-einen-bh-oder-sie-mues

    A Berlin, malgré sa réputation de ville libre, la police ne tolère pas tout. Là il s’agissait des intolérables seins découverts d’une maman française dans un parc plus ou moins public qui nécessitaient une intervention immédiate des forces de l’ordre.

    Pour notre voisine c’est l’occasion de tester la nouvelle loi contre les discriminations. Torse nu pour tous et toutes ou pour tous seulement, c’est la question.

    Là, depuis deux jours il pleut sans cesse et ce fait divers prend un côté prèsque nostalgique. C’était bien quand même ce mois de juin 2021 quand Berlin était la ville la plus chaude du pays.

    30.6.2021 - Die betroffene Frau, eine in Berlin lebende Französin, hat ein Gedächtnisprotokoll des Vorfalls geschrieben und der Berliner Zeitung zur Verfügung gestellt.

    Gabrielle Lebreton wurde von der Polizei von einer Plansche vertrieben, weil sie ihre Brüste nicht bedecken wollte.

    Berlin - Ein Polizeieinsatz an einer Plansche im Plänterwald sorgt für Aufsehen. Weil eine in Berlin lebende Französin sich mit freiem Oberkörper in die Sonne legte, rückte erst der Sicherheitsdienst, dann die Polizei an. Zunächst hatte es geheißen, die Frau habe ihr Kind gestillt. Im Gespräch mit der Berliner Zeitung stellte die betroffene Frau Gabrielle Lebreton dann klar, dass diese Information falsch war. Ihr Kind werde nicht mehr gestillt. Doch der Vorfall selbst, so die Frau, sei deswegen nicht weniger schlimm. Die Polizei bestätigte mittlerweile auf Anfrage, dass es den Einsatz gab.

    Gabrielle Lebreton sagte im Gespräch mit der Berliner Zeitung am Mittwoch: „Wie kann es sein, dass in einer Stadt wie Berlin eine Frau von der Polizei verjagt wird, weil man ihre Brüste sieht?“ Sie wolle sich jetzt eine Anwältin suchen, mit der sie vor Gericht ziehen will. Lebreton will so durchsetzen, dass Frauen überall dort, wo sich Männer mit nacktem Oberkörper aufhalten dürfen, dasselbe Recht haben. Das sei „eine Frage der Gerechtigkeit“, so Gabrielle Lebreton.
    „Als Frau müssen Sie einen BH tragen“

    Zudem hat sie die Initiative „Gleiche Brust für alle“ ins Leben gerufen. So sollte „die Polizei da sein, um Frauenfreiheit zu schützen, nicht um sie verbal zu belästigen, geschweige denn, die Sexualisierung des weiblichen Körpers gegen ihr eigenes Einvernehmen aufrechtzuerhalten“.

    Nach dem Vorfall hat Gabrielle Lebreton ein Gedächtnisprotokoll erstellt, das Sie hier in voller Länge lesen können.

    Am Sonntag, den 20. Juni, gehen wir bei 35 Grad Celsius in die Plansche im Plänterwald. Gegen 13.30 Uhr kommen wir an. Die Wiese ist sehr voll, aber wir finden trotzdem einen Platz unter einem Baum. Wir, das sind mein sechsjähriges Kind, ein Freund und seine vierjährige Tochter. Wir machen es uns bequem auf unserer Picknickdecke. Wir alle ziehen unsere Badesachen an. Mein Sohn rennt sofort auf den Wasserspielplatz. Zu dritt bleiben wir sitzen. Ich ziehe mein T-Shirt aus. Plötzlich kommen zwei Parkaufseher (PA) zu mir und fordern mich (sehr freundlich) auf, einen BH anzuziehen.

    Ich: Warum?

    Sie antworten: Hier ist kein FKK-Bereich.

    Ich: Ich bin aber nicht nackt ich trage eine Badehose.

    PA: Als Frau müssen Sie einen BH tragen.

    Ich: Warum?

    PA: Weil Sie Brüste haben, das ist störend.

    Ich: Ich will niemanden stören, aber ich verstehe nicht, warum ich meine Brüste verstecken soll, während alle anderen Männer sich mit nacktem Oberkörper frei auf der Wiese unterhalten und bewegen können.

    PA: Das ist nicht das Gleiche. Sie sind eine Frau.

    Ich: Ich kenne das Grundgesetz. Als Menschen sind wir gleichberechtigt und ich muss mit Gleichheit genauso wie Männer behandelt werden.

    PA: Entweder Sie ziehen einen BH an oder Sie müssen das Gelände verlassen.

    Ich: Das ist Diskriminierung.
    „Ich glaube nicht, dass ich Kinder erschrecke“

    Gleiche Brust für alleBerlin: Mutter sonnt sich mit freiem Oberkörper an Plansche - Polizeieinsatz

    Die Parkaufseher werden nun unfreundlich und wiederholen mehrmals, dass ich weggehen muss. Mein Freund versucht, mich zu unterstützen, indem er sagt, dass er das völlig ungerecht findet. Die Konversation geht weiter.

    Ich: Ich verstehe nicht, dass ich gehen soll. Ich habe nichts Böses getan, ich will einfach nur ruhig mit meiner Familie entspannen.

    PA: Es hat sich jemand daran gestört und außerdem gibt es hier Kinder.

    Ich: Ja, und?

    PA: Es ist nicht möglich, hier nackt zu sein.

    Ich: Ich bin nicht nackt und ich glaube nicht, dass ich Kinder erschrecke.

    Sie werden lauter.

    Ich: Ich will keinen Ärger, aber ich kenne meine Rechte und werde weder ein Oberteil tragen noch weggehen.

    Im gleichen Moment kommt meinen Sohn weinend (weil – wie ich später erfahre – ein anderes Kind auf der Wiese zu ihm böse war). Da die beiden Parkaufseher noch da sind, fühle ich mich unter Druck und traue mich nicht, aufzustehen, um meinen Sohn zu betreuen. Zum Glück sagt mein Freund: Ich kümmere mich um die Kinder.

    PA: Das ist hier kein öffentlicher Bereich, sondern eine privater Ort. Wir üben die Hausrechte aus und Sie müssen diese internen Regeln respektieren.

    Ich: Okay gerne, ich will diese Regeln lesen. Sie gehen nicht auf meine Anfrage ein und dann wird ihre Ton aggressiv. Da sage ich: Bitte lassen Sie uns in Ruhe eine Lösung finden: Was machen Sie, wenn ich nicht raus will? Sie werden mich bestimmt nicht rauswerfen. Sie könnten mir einen Strafzettel geben.

    PA: Nein. Wenn Sie nicht gehen, rufen wir die Polizei. (Oder vielleicht habe ich das vorgeschlagen, ich weiß es nicht mehr.)

    Dann gehen sie weg und lassen mich in Ruhe. Die Kinder und mein Freund kommen zurück. Ich bleibe sitzen. Ich bin unter Schock und probiere, den Kindern eine Erklärung zu geben. Mein Freund holt uns einen Eiskaffee und Eis für die Kinder. Ich schlage vor, den Kindern ein Buch vorzulesen. In diesem Moment dachte ich ehrlich gesagt, die beiden Parkaufseher würden von mir ablassen. Aber 30 Minuten später kommen Sie mit zwei Polizisten zu mir. Einer der Polizisten sagt mir sofort, dass es mit ihm keine Diskussion gibt.

    „Entweder Sie tragen einen BH oder Sie müssen gehen“

    Polizist: Entweder Sie tragen einen BH oder Sie müssen gehen.

    Ich fühle mich jetzt verbal attackiert. Ich versuche, trotzdem einen kühlen Kopf zu bewahren und erwähne die gleichen Argumente wie zuvor den Parkaufsehern gegenüber. Der Polizist will nicht zuhören und befiehlt mir zu gehen. Der Ton ist jetzt sofort sehr aggressiv und eine Frau neben uns ist aufgestanden, um zu unterstützen. Ich versuche nochmals, nach einem Strafzettel zu fragen. Er lehnt ab und schreit.

    Polizist: Sie haben fünf Minuten, um rauszugehen!

    Ich: Wir hatten sowieso den Plan, zu gehen.

    Polizist: Das ist keine Frage von Ihrer eigenen Entscheidung, respektieren Sie gefälligst meine Anweisung.

    Ich: Ich antworte, dass ich Respekt verlange und dass er mich nicht respektiert. Wir brauchen Zeit, um alles mit Kindern einzupacken.

    Die Polizisten stehen am Eingang und warten auf unseren Abgang. Mein Sohn ist augenscheinlich verängstigt und sagt: Mama bitte zieh dein T-Shirt an. Ich bin total im Stress, aber antworte meinem Sohn wohlwollend, jedoch entschieden: Ich verstehe, dass du Angst hast. Ich werde kein T-Shirt anziehen. Die Polizei verhält sich manchmal gegen das Gesetz und das dürfen wir nicht akzeptieren. Alle Menschen haben die gleichen Rechte. Ich bin ein Mensch. Daran musst du dich erinnern. Wir müssen immer wieder über die Regeln nachdenken und widersprechen, wenn sie unfair sind und für Diskrimination stehen.

    Die nette Dame neben uns gibt mir glücklicherweise ihre Telefonnummer und sagt, dass sie die Situation gerne bezeugen wird. Sie rät mir, mich an das Rathaus Treptow-Köpenick zu wenden und den Vorfall zu melden. Eine andere Frau drückt mir auch Unterstützung aus.

    Wir verlassen die Plansche.

    #Berlin #discrimination #chaleur #loisirs #police

  • L’alternative biorégionaliste
    https://metropolitiques.eu/L-alternative-bioregionaliste.html

    Sommes-nous condamnés à être les témoins impuissants, sinon les acteurs d’un écocide généralisé ? Quelles solutions pouvons-nous avancer pour se reconnecter à la nature ? Comment réinventer un habitat respectueux du vivant ? Le « manifeste biorégionaliste » de Mathias Rollot apporte des réponses à ces questions. Le biorégionalisme est un mouvement d’écologie profonde créé dans les années 1970 par d’anciens Diggers, groupe anarchiste san-franciscain très actif au cours de la décennie précédente (Gaillard 2014). #Commentaires

    / #territoire, #biorégion, #géographie, #écologie

    https://metropolitiques.eu/IMG/pdf/met_stuppia.pdf

  • Après l’#ouragan Laura, des « nuages de #moustiques tueurs » frappent la #Louisiane - Soirmag
    https://soirmag.lesoir.be/324883/article/2020-09-14/apres-louragan-laura-des-nuages-de-moustiques-tueurs-frappent-la-loui

    [...] Déjà nombreux à cause de la présence des célèbres #bayous, ceux-ci se sont multipliés à cause de la présence d’un #climat qui leur est propice, c’est-à-dire de la #chaleur et de l’#humidité. Mais leur nombre est devenu si important qu’ils n’ont pas manqué de faire des victimes au passage.

    [...] Vaches, cerfs, taureaux… tous ont dû subir cette présence invasive, au péril de leur vie. Car en effet, les moustiques tentent de se nourrir en aspirant le sang de ces bêtes, qui n’ont d’autre choix que de se débattre pour les éloigner en bougeant continuellement. Mais face à une telle concentration, c’est peine perdue. Fatigué par un effort continu, le bétail s’affaiblit puis finit par s’écrouler au sol, laissant aux moustiques la voie libre pour s’offrir un véritable festin..

    Ce phénomène n’est pas une première pour les habitants de la région qui ont déjà vécu ça après l’ouragan Lili en 2002 et l’ouragan Rita en 2005. Les Etats du Texas et de Floride l’ont également expérimenté. Mais cette fois-ci, l’ampleur du « nuage » marque les esprits. « Je n’ai jamais rien vécu de tel », raconte à USA Today Jeremy Hebert, un agent du Centre agronomique de l’université d’État de Louisiane. « Dès que vous marchez dehors, vos jambes deviennent noires à cause de la quantité de moustiques ».

    [.,.] Seule solution pour lutter efficacement contre cette invasion : déverser des tonnes d’#insecticide. Pas la meilleure solution pour l’#environnement mais dans l’urgence, la Louisiane n’a rien trouvé de mieux.

    #états-unis

  • How Decades of Racist Housing Policy Left Neighborhoods Sweltering

    On a hot summer’s day, the neighborhood of Gilpin quickly becomes one of the most sweltering parts of Richmond.

    There are few trees along the sidewalks to shield people from the sun’s relentless glare. More than 2,000 residents, mostly Black, live in low-income public housing that lacks central air conditioning. Many front yards are paved with concrete, which absorbs and traps heat. The ZIP code has among the highest rates of heat-related ambulance calls in the city.

    There are places like Gilpin all across the United States. In cities like Baltimore, Dallas, Denver, Miami, Portland and New York, neighborhoods that are poorer and have more residents of color can be 5 to 20 degrees Fahrenheit hotter in summer than wealthier, whiter parts of the same city.

    And there’s growing evidence that this is no coincidence. In the 20th century, local and federal officials, usually white, enacted policies that reinforced racial segregation in cities and diverted investment away from minority neighborhoods in ways that created large disparities in the urban heat environment.

    The consequences are being felt today.

    To escape the heat, Sparkle Veronica Taylor, a 40-year-old Gilpin resident, often walks with her two young boys more than a half-hour across Richmond to a tree-lined park in a wealthier neighborhood. Her local playground lacks shade, leaving the gyms and slides to bake in the sun. The trek is grueling in summer temperatures that regularly soar past 95 degrees, but it’s worth it to find a cooler play area, she said.

    “The heat gets really intense, I’m just zapped of energy by the end of the day,” said Ms. Taylor, who doesn’t own a car. “But once we get to that park, I’m struck by how green the space is. I feel calmer, better able to breathe. Walking through different neighborhoods, there’s a stark difference between places that have lots of greenery and places that don’t.”
    To understand why many cities have such large heat disparities, researchers are looking closer at historical practices like redlining.

    In the 1930s, the federal government created maps of hundreds of cities, rating the riskiness of different neighborhoods for real estate investment by grading them “best,” “still desirable,” “declining” or “hazardous.” Race played a defining role: Black and immigrant neighborhoods were typically rated “hazardous” and outlined in red, denoting a perilous place to lend money. For decades, people in redlined areas were denied access to federally backed mortgages and other credit, fueling a cycle of disinvestment.

    In 2016, these old redlining maps were digitized by historians at the University of Richmond. Researchers comparing them to today’s cities have spotted striking patterns.

    Across more than 100 cities, a recent study found, formerly redlined neighborhoods are today 5 degrees hotter in summer, on average, than areas once favored for housing loans, with some cities seeing differences as large as 12 degrees. Redlined neighborhoods, which remain lower-income and more likely to have Black or Hispanic residents, consistently have far fewer trees and parks that help cool the air. They also have more paved surfaces, such as asphalt lots or nearby highways, that absorb and radiate heat.

    “It’s uncanny how often we see this pattern,” said Vivek Shandas, a professor of urban studies and planning at Portland State University and a co-author of the study. “It tells us we really need to better understand what was going on in the past to create these land-use patterns.”

    Heat is the nation’s deadliest weather disaster, killing as many as 12,000 people a year. Now, as global warming brings ​ever more intense heat waves, cities like Richmond are ​drawing up plans to adapt​ — and confronting a historical legacy that has left communities of color far more vulnerable to heat.

    The appraisers in Richmond were transparent in their racism as they mapped the city in the 1930s as part of a Depression-era federal program to rescue the nation’s collapsing housing markets.

    Every Black neighborhood, no matter its income level, was outlined in red and deemed a “hazardous” area for housing loans. The appraisers’ notes made clear that race was a key factor in giving these neighborhoods the lowest grade.

    One part of town was outlined in yellow and rated as “declining” because, the appraisers wrote, Black families sometimes walked through.

    By contrast, white neighborhoods, described as containing “respectable people,” were often outlined in blue and green and were subsequently favored for investment.

    Richmond, like many cities, was already segregated before the 1930s by racial zoning laws and restrictive covenants that barred Black families from moving into white neighborhoods. But the redlining maps, economists have found, deepened patterns of racial inequality in cities nationwide in ways that reverberated for decades. White families could more easily get loans and federal assistance to buy homes, building wealth to pass on to their children. Black families, all too often, could not.

    That inequity likely influenced urban heat patterns, too. Neighborhoods with white homeowners had more clout to lobby city governments for tree-lined sidewalks and parks. In Black neighborhoods, homeownership declined and landlords rarely invested in green space. City planners also targeted redlined areas as cheap land for new industries, highways, warehouses and public housing, built with lots of heat-absorbing asphalt and little cooling vegetation.

    Disparities in access to housing finance “created a snowball effect that compounded over generations,” said Nathan Connolly, a historian at Johns Hopkins who helped digitize the maps. Redlining wasn’t the only factor driving racial inequality, but the maps offer a visible symbol of how federal policies codified housing discrimination.

    Congress outlawed redlining by the 1970s. But the practice has left lasting marks on cities.

    Neighborhoods to Richmond’s west that were deemed desirable for investment, outlined in green on the old maps, remain wealthier and predominantly white, with trees and parks covering 42 percent of the land. Neighborhoods in Richmond’s east and south that were once redlined are still poorer and majority Black, with much lower rates of homeownership and green space covering just 12 percent of the surface.

    These patterns largely persisted through cycles of white flight to the suburbs and, more recently, gentrification.

    Today, Richmond’s formerly redlined neighborhoods are, on average, 5 degrees hotter on a summer day than greenlined neighborhoods, satellite analyses reveal. Some of the hottest areas, like the Gilpin neighborhood, can see temperatures 15 degrees higher than wealthier, whiter parts of town.

    Even small differences in heat can be dangerous, scientists have found. During a heat wave, every one degree increase in temperature can increase the risk of dying by 2.5 percent. Higher temperatures can strain the heart and make breathing more difficult, increasing hospitalization rates for cardiac arrest and respiratory diseases like asthma. Richmond’s four hottest ZIP codes all have the city’s highest rates of heat-related emergency-room visits.

    Few neighborhoods in Richmond have been as radically reshaped as Gilpin. In the early 20th century, Gilpin was part of Jackson Ward, a thriving area known as “Black Wall Street” and the cultural heart of the city’s African-American middle class, a place where people came to see Louis Armstrong or Ella Fitzgerald perform.

    But with redlining in the 1930s, Jackson Ward fell into decline. Black residents had a tougher time obtaining mortgages and property values deteriorated. In the 1940s, the city embarked on “slum clearance” projects, razing acres of properties and replacing them with Richmond’s first segregated public housing project, Gilpin Court, a set of austere, barracks-style buildings that were not designed with heat in mind.

    A decade later, over the objections of residents, Virginia’s state government decided to build a new federal highway right through the neighborhood, destroying thousands of homes and isolating Gilpin.

    Today, Gilpin’s community pool sits empty, unfixed by the city for years. Cinder block walls bake in the sun, unshaded by trees. While city officials and local utilities have provided many people with window air-conditioners, residents said they often aren’t enough, and old electric wiring means blown fuses are common.

    “The air conditioning unit in my bedroom runs 24/7,” said Ms. Taylor, the 40-year-old mother of two. “Air circulation is poor up here on the upper level of where I live.”

    Gilpin is grappling with a mix of heat and poverty that illustrates how global warming can compound inequality.

    Sherrell Thompson, a community health worker in Gilpin, said residents have high rates of asthma, diabetes and blood pressure, all conditions that can be worsened by heat. They are also exposed to air pollution from the six-lane highway next door.

    There are no doctor’s offices nearby or grocery stores selling fresh produce, which means that people without cars face further health challenges in the heat.

    “It becomes a whole circle of issues,” Ms. Thompson said. “If you want to find any kind of healthy food, you need to walk at least a mile or catch two buses. If you have asthma but it’s 103 degrees out and you’re not feeling well enough to catch three buses to see your primary care physician, what do you do?”

    In Gilpin, the average life expectancy is 63 years. Just a short drive over the James River sits Westover Hills, a largely white, middle-income neighborhood that greets visitors with rows of massive oak trees spreading their leaves over quiet boulevards. Life expectancy there is 83 years.

    A broad array of socioeconomic factors drives this gap, but it is made worse by heat. Researchers have found that excess heat and a lack of green space can affect mental well-being and increase anxiety. Without parks or shady outdoor areas to gather, people are more likely to be isolated indoors during the summer, a dynamic worsened by the coronavirus pandemic.

    “Especially when there’s no green space nearby, the heat traps people in their homes,” said Tevin Moore, 22, who grew up in Richmond’s formerly redlined East End. “The heat definitely messes with you psychologically, people get frustrated over every little thing.”
    Climate Planners Confront Racial Inequality

    Nationwide, the pattern is consistent: Neighborhoods that were once redlined see more extreme heat in the summer than those that weren’t.

    Every city has its own story.

    In Denver, formerly redlined neighborhoods tend to have more Hispanic than Black residents today, but they remain hotter: parks were intentionally placed in whiter, wealthier neighborhoods that then blocked construction of affordable housing nearby even after racial segregation was banned. In Baltimore, polluting industries were more likely to be located near communities of color. In Portland, zoning rules allowed multifamily apartment buildings to cover the entire lot and be built without any green space, a practice the city only recently changed.

    The problem worsens as global warming increases the number of hot days nationwide.

    Today, the Richmond area can expect about 43 days per year with temperatures of at least 90 degrees. By 2089, climate models suggest, the number of very hot days could double. “All of a sudden you’re sitting on top of really unlivable temperatures,” said Jeremy Hoffman, chief scientist at the Science Museum of Virginia and a co-author of the redlining study.

    For years, cities across the United States rarely thought about racial equity when designing their climate plans, which meant that climate protection measures, like green roofs on buildings, often disproportionately benefited whiter, wealthier residents. That’s slowly starting to change.

    In Houston, officials recently passed an ordinance to prioritize disadvantaged neighborhoods for flood protection. Minneapolis and Portland are reworking zoning to allow denser, more affordable housing to be built in desirable neighborhoods. Denver has passed a new sales tax to fund parks and tree-planting, and city officials say they would like to add more green space in historically redlined areas.

    And in Richmond, a city in the midst of a major reckoning with its racist past, where crowds this summer tore down Confederate monuments and protested police brutality, officials are paying much closer attention to racial inequality as they draw up plans to adapt to global warming. The city has launched a new mapping tool that shows in detail how heat and flooding can disproportionately harm communities of color.

    “We can see that racial equity and climate equity are inherently entwined, and we need to take that into account when we’re building our capacity to prepare,” said Alicia Zatcoff, the city’s sustainability manager. “It’s a new frontier in climate action planning and there aren’t a lot of cities that have really done it yet.”

    Officials in Richmond’s sustainability office are currently engaged in an intensive listening process with neighborhoods on the front lines of global warming to hear their concerns, as they work to put racial equity at the core of their climate action and resilience plan. Doing so “can mean confronting some very uncomfortable history,” said Ms. Zatcoff. But “the more proponents there are of doing the work this way, the better off we’ll all be for it.”

    To start, the city has announced a goal of ensuring that everyone in Richmond is within a 10-minute walk of a park, working with the Science Museum of Virginia and community partners to identify city-owned properties in vulnerable neighborhoods that can be converted into green space. It’s the city’s first large-scale greening project since the 1970s.

    Green space can be transformative. Trees can cool down neighborhoods by several degrees during a heat wave, studies show, helping to lower electric bills as well as the risk of death. When planted near roads, trees can help filter air pollution. The presence of green space can even reduce stress levels for people living nearby.

    And trees have another climate benefit: Unlike paved surfaces, they can soak up water in their roots, reducing flooding during downpours.

    A few years ago, in Richmond’s formerly redlined Southside, local nonprofits and residents sought to address the lack of green space and grocery stores by building a new community garden, a triangular park with a shaded veranda and fruit trees. “Almost instantly, the garden became a community space,” said Duron Chavis of Lewis Ginter Botanical Garden, which backed the effort. “We have people holding cookouts, people doing yoga and meditation here, they can get to know their neighbors. It reduces social isolation.”

    Richmond’s long-term master plan, a draft of which was released in June, calls for increasing tree canopy in the hottest neighborhoods, redesigning buildings to increase air flow, reducing the number of paved lots and using more light-colored pavement to reflect the sun’s energy. The plan explicitly mentions redlining as one of the historical forces that has shaped the city.

    “Even people who don’t believe institutionalized racism are struck when we show them these maps,” said Cate Mingoya, director of capacity building at Groundwork USA, which has been highlighting links between redlining and heat in cities like Richmond. “We didn’t get here by accident, and we’re not going to get it fixed by accident.”

    Still, the challenges are immense. Cities often face tight budgets, particularly as revenues have declined amid the coronavirus pandemic.

    And tree-planting can be politically charged. Some researchers have warned that building new parks and planting trees in lower-income neighborhoods of color can often accelerate gentrification, displacing longtime residents. In Richmond, city officials say they are looking to address this by building additional affordable housing alongside new green space.

    Richmond’s draft master plan envisions building a park over Routes I-95 and I-64 to reconnect Gilpin with historical Jackson Ward, as well as redeveloping the public housing complex into a more walkable mixed-income neighborhood. That plan is not imminent, but local activists fear residents could eventually be priced out of this newer, greener area.

    “My worry is that they won’t build that park until the people who currently live here are removed,” said Arthur Burton, director of the Kinfolk Community Empowerment Center, who has been working to build community gardens in historically redlined areas like Gilpin.

    While many are optimistic about Richmond’s efforts to focus on racial equity, they warn there’s still much work to be done to undo disparities built up over many decades. Inequality in housing, incomes, health and education “all make a difference when we’re talking about vulnerability to climate change,” said Rob Jones, executive director of Groundwork’s Richmond chapter. “Greening the built environment is absolutely important,” he said, “but it’s only a start.”

    https://www.nytimes.com/interactive/2020/08/24/climate/racism-redlining-cities-global-warming.html
    #racisme #urban_matter #changement_climatique #climat
    #géographie_urbaine #inégalités #discriminations #logement #Richmond #ségrégation #chaleur

    –---

    On parle dans cet article des quartiers signalés en rouge quartier où les investissements immobiliers comportent des risques « because residents were Black »
    –-> voir la vidéo (tirée du livre #segregated_by_design :
    https://seenthis.net/messages/776116

    Et le livre #The_color_of_law :


    –-> signalé dans le même billet

    via @visionscarto

  • Quand les villes suent

    Le changement climatique provoque de plus en plus de vagues de #chaleur. Ce sont les villes qui en souffrent le plus. En été, elles enregistrent davantage de jours de #canicule et de #nuits_tropicales. Pour se rafraîchir, elles misent sur la #végétalisation, la multiplication des #plans_d’eau ouverts et une bonne #circulation_de_l’air dans les quartiers.

    En été, lorsqu’il fait chaud, les jets d’eau de la Place fédérale de Berne ravissent autant les touristes que les locaux. Devant les grandes façades de grès du Palais fédéral et de la Banque nationale, des enfants s’ébattent entre les 26 jets d’eau qui représentent chacun un canton suisse. Trempés jusqu’aux os, ils s’allongent à plat ventre sur le sol en pierre chaud pour se faire sécher. Aux terrasses des restaurants, au bord de l’Aar et aux stands de glaces, on respire une atmosphère méditerranéenne. Et c’est un fait : du point de vue climatique, les villes de l’hémisphère nord deviennent de plus en plus méridionales. Une étude de chercheurs de l’ETH de Zurich, qui ont analysé les changements climatiques prévus ces 30 prochaines années pour 520 capitales, le démontre. En 2050, le climat de Berne pourrait être le même que celui de Milan aujourd’hui. Londres lorgnera du côté de Barcelone, Stockholm de Budapest et Madrid de Marrakech.

    En Suisse, les derniers scénarios climatiques prévoient une hausse des températures estivales de 0,9 à 2,5 degrés Celsius. Par conséquent, le nombre de jours de canicule (dès 30°C) continuera d’augmenter, mettant à rude épreuve surtout les villes, qui deviennent de véritables #îlots_de_chaleur. Enfilades de maisons sans #ombre et #places_asphaltées réchauffent fortement l’atmosphère. La nuit, l’air refroidit peu, et les « nuits tropicales » (lorsque le thermomètre ne descend pas au-dessous de 20°C) se multiplient.

    Des #arbres plutôt que des #climatiseurs

    En Suisse, le chef-lieu du canton du Valais, #Sion, est particulièrement touché par la hausse de la chaleur : dans aucune autre ville suisse, les températures n’ont autant grimpé au cours de ces 20 dernières années. Le nombre de jours de canicule est passé de 45 à 70 depuis 1984. Il y a six ans, le chef-lieu a lancé un projet pilote soutenu par la Confédération, « #AcclimataSion ». Le but est de mieux adapter l’#aménagement_urbain et les normes de construction au changement climatique, explique Lionel Tudisco, urbaniste de la ville. Le slogan qui accompagne le projet est le suivant : « Du vert et du bleu plutôt que du gris ». Dans l’espace public, on mise sur une végétalisation accrue. « Un arbre livre la même fraîcheur que cinq climatiseurs », souligne l’urbaniste. À l’ombre des arbres, on enregistre en journée jusqu’à sept degrés de moins qu’aux alentours. Le « bleu » est fourni à la ville par les cours d’eau, fontaines, lacs ou fossés humides : « Ils créent des microclimats et réduisent les écarts de température ». Ces mesures visent non seulement à réduire la chaleur en ville, mais aussi à atténuer le risque d’inondations. Car le changement climatique accroît aussi la fréquence des fortes précipitations. Les Sédunois l’ont constaté en août 2018, quand un orage violent a noyé les rues basses de la ville en quelques instants.

    La réalisation phare d’« AcclimataSion » est le réaménagement du cours Roger Bonvin, une promenade située sur la tranchée couverte de l’autoroute. Avant, cet espace public de 500 mètres de long était peu attrayant et, avec ses surfaces imperméabilisées, il était livré sans protection aux rayons du soleil. Aujourd’hui, 700 arbres dispensent de l’ombre et des promeneurs flânent entre les îlots végétalisés. Une plage de sable et un vaste espace où s’asseoir et se coucher créent une atmosphère de vacances. Des enfants barbotent dans des bassins.

    #Points_chauds sur les #cartes_climatiques

    Dans les grandes villes suisses aussi, le changement climatique préoccupe les autorités. La ville de #Zurich s’attend à ce que le nombre de jours de canicule passe de 20 à 44, et veut agir. « Notre but est d’éviter la #surchauffe sur tout le territoire urbain », explique Christine Bächtiger, cheffe du département municipal de la protection de l’environnement et de la santé. Concrètement, il s’agit de réduire autant que possible les surfaces goudronnées ou imperméabilisées d’une autre manière. Car celles-ci absorbent les rayons du soleil et réchauffent les alentours. La ville souhaite aussi décharger certains quartiers où la densité d’habitants est forte et où vivent de nombreux seniors, particulièrement sensibles à la chaleur. On envisage d’étoffer le réseau de chemins menant à des parcs ou à des quartiers moins chargés. Par rapport à d’autres villes, Zurich jouit d’une topographie favorable : trois quarts des zones habitées urbaines bénéficient d’un air frais qui arrive la nuit par les collines boisées entourant la ville. Pour préserver cette #climatisation_naturelle, il faut conserver des axes de #circulation_de_l’air lorsqu’on construit ou limiter la hauteur des immeubles.

    La ville de #Bâle a elle aussi repéré les îlots de chaleur, les espaces verts rafraîchissants et les flux d’air sur une #carte_climatique. Des urbanistes et des architectes ont utilisé ces données pour construire le quartier d’#Erlenmatt, par exemple. Là, les bâtiments ont été orientés de manière à ne pas couper l’arrivée d’air frais de la vallée de Wiesental. De grands #espaces_ouverts et des rues avec des zones de verdure façonnent également l’image de ce nouveau quartier urbain construit selon des principes durables.

    La ville de #Genève, quant à elle, mise sur une végétalisation accrue. Les autorités ont arrêté l’été dernier un plan stratégique faisant de la végétalisation un instrument à part entière du Plan directeur communal. Dans le cadre du programme « #urbanature » déjà, les jardiniers municipaux avaient planté près de 1200 arbres et 1,7 million de plantes dans l’#espace_public. La municipalité juge par ailleurs qu’un changement de paradigme est nécessaire du côté de la #mobilité, avec une diminution du #trafic_individuel_motorisé. Ainsi, des cours intérieures aujourd’hui utilisées comme places de parc pourraient être végétalisées. Les arbres apportent de la fraîcheur en ville, et ils absorbent les particules fines qui se trouvent dans l’air.

    La ville de #Berne compte elle aussi agir à différents niveaux. Ainsi, les #revêtements ne seront plus imperméabilisés que si cela s’avère indispensable pour le trafic ou l’accès des personnes handicapées. Tandis qu’un revêtement en #asphalte sèche immédiatement après la pluie, l’eau s’infiltre dans les surfaces en #gravier et peut s’évaporer plus tard. « Nous devons repenser tout le #circuit_de_l’eau », déclare Christoph Schärer, directeur de Stadtgrün Bern. L’#eau ne doit plus être guidée au plus vite vers les #canalisations, mais rester sur place pour contribuer au #refroidissement_de_l’air par l’#évaporation ou pour assurer l’#irrigation. « Chaque mètre carré non imperméabilisé est un mètre carré gagné. » À Berne, les nombreuses #fontaines et #cours_d’eau participent aussi au refroidissement de l’atmosphère, comme le Stadtbach qui coule à ciel ouvert dans la vieille ville.

    En ce qui concerne la végétalisation, Berne adopte de plus en plus de variétés d’arbres « exotiques » adaptés au changement climatique. Certains arbres indigènes comme le tilleul à grandes feuilles ou l’érable sycomore supportent mal la chaleur et la sécheresse. Alors on plante par exemple des #chênes_chevelus. Ce feuillu originaire du sud de l’Europe supporte le chaud, mais aussi les hivers froids et les gelées printanières tardives qui ont été fréquentes ces dernières années. Christoph Schärer ne parlerait donc pas d’une « #méditerranéisation », du moins pas en ce qui concerne les arbres.

    https://www.revue.ch/fr/editions/2020/03/detail/news/detail/News/quand-les-villes-suent
    #urban_matter #changement_climatique #villes

    • Acclimatasion

      Le climat se réchauffe et les événements extrêmes se multiplient. Avec ACCLIMATASION la Ville de Sion s’est engagée pour la réalisation d’aménagements urbains qui donnent la priorité à la végétation et au cycle de l’eau. Objectif ? Diminuer la chaleur, favoriser la biodiversité et limiter les risques d’inondation.

      La Confédération réagit face au changement climatique. De 2014 à 2016, elle a soutenu une trentaine de projets pilotes avec pour but d’identifier les meilleures pistes pour limiter les dommages et maintenir la qualité de vie des habitants.

      La Ville de Sion, en partenariat avec la Fondation pour le développement durable des régions de montagne, a été choisie pour mener à bien un projet lié à l’adaptation des villes au changement climatique, c’est ACCLIMATASION.

      Au terme du projet pilote une série de résultats concrets sont visibles, en particulier :

      Des aménagements exemplaires ont été réalisés par la Ville dans le cadre du projet pilote et se poursuivent aujourd’hui par la réalisation de nouveaux projets. Le réaménagement du Cours Roger Bonvin réalisé en 2016 est le projet phare d’ACCLIMATASION.
      Des projets privés ont été soutenus pour montrer des solutions concrètes et inciter les propriétaires à s’engager. Le guide de recommandations à l’attention des propriétaires privés capitalise les actions concrètes que tout un chacun peut entreprendre.
      Diverses actions ont été menées pour sensibiliser la population, échanger avec les professionnels et mobiliser les responsables politiques : événements de lancement et de capitalisation, expositions et concours grand public, interventions dans les écoles.
      Les outils d’aménagement du territoire évoluent progressivement, de même que les compétences des services communaux et des professionnels. En particulier, les principes d’un aménagement urbain adapté au changement climatique ont été consolidés dans des lignes directrices adoptées par l’exécutif de la Ville en 2017 et applicables à l’ensemble des espaces publics.

      https://www.youtube.com/watch?v=PUI9YsWfT7o

      https://www.sion.ch/acclimatasion

    • #urbannature

      Ce programme, lancé par le Conseiller administratif Guillaume Barazzone, repense les espaces publics bétonnés en les rendant plus conviviaux et en les végétalisant. À terme, il a comme ambition de favoriser la biodiversité en milieu urbain. Le programme urbanature rend Genève encore plus verte ; il est mis en place et réalisé par le Service des espaces verts (SEVE).

      Le programme
      Corps de texte

      Il comprend trois niveaux d’action : des réalisations temporaires et saisonnières (fin mai à fin octobre), des aménagements durables, ainsi que l’élaboration d’un plan stratégique de végétalisation.

      Chaque année, des réalisations temporaires permettent d’amener de la végétation rapidement dans différents secteurs de la Ville. Depuis 2015, des projets durables de végétalisation sont réalisés afin d’étendre le maillage vert encore essentiellement constitué par les parcs. Le plan stratégique de végétalisation de la Ville sert à décrire les différentes actions concrètes à mener à long terme pour rendre Genève encore plus verte.

      https://vimeo.com/97531194

      https://www.urbanature.ch

    • Ô comme je pense que le mépris des dirigeants bordelais pour la nature en ville vient du fait qu’ils ont des jardins (la ville est très verte entre les murs des particuliers) et qu’ils passent l’été au cap Ferret. Qu’ils n’ont donc pas besoin de ces arbres qui pour d’autres sont vitaux.

  • The emergence of heat and humidity too severe for human tolerance | Science Advances
    https://advances.sciencemag.org/content/6/19/eaaw1838.full

    MétéoMédia - Des #températures extrêmes près de dépasser le seuil tolérable par l’être humain
    https://www.meteomedia.com/ca/nouvelles/article/des-temperatures-extremes-pres-de-depasser-le-seuil-tolerable-par-letre

    Selon les chercheurs, une #température_du_thermomètre_mouillé (Tw) au-delà de 35 (soit une température ressentie environ équivalente à 71) constituerait la limite tolérable pour l’être humain. À cette température, le corps est incapable de se refroidir par lui-même et une exposition trop longue peut mener à la mort.

    Des études menées par le passé avaient par ailleurs déjà conclu que des individus en bonne #santé peuvent difficilement fonctionner normalement à l’extérieur lorsque les températures grimpent au-delà de 32 ° therm. mouil.

    Or, il semble que de telles chaleurs sont enregistrées de plus en plus régulièrement, généralement pour des périodes de quelques heures seulement. Dans certaines régions du globe, les épisodes de #chaleur et d’#humidité extrêmes seraient deux fois plus nombreux qu’il y a 40 ans, soulignent les auteurs de l’étude.

    Cela laisse croire aux chercheurs en question que certaines régions du monde deviendront inhabitables plusieurs années plus tôt que prévu en raison de la hausse des températures.

    #climat

  • #Biorégions_2050

    Biorégions 2050 est le résultat d’un atelier de #prospective sur l’#Île-de-France #post-effondrement, téléchargeable gratuitement. Nous sommes presque en 2050. L’Île-de-France a subi une #fragmentation forcée résultant du #Grand_Effondrement. À partir de 2019, les effets du #dérèglement_climatique sont devenus de plus en plus perceptibles, obligeant une partie de la population francilienne – la plus aisée – à quitter la région. En raison d’une #crise_économique liée à l’interruption erratique des flux de la #mondialisation, la carte des activités a dû être redessinée et la capacité d’autoproduction renforcée. Le tissu des bassins de vie s’est redéployé autour de localités plutôt rurales et s’est profondément relocalisé. La vie quotidienne a retrouvé une forme de #convivialité de #proximité, à base d’#entraide et de #solidarité. Les #hypermarchés ont disparu, démontés pour récupérer le #fer et l’#aluminium. Certains #centres_commerciaux ont été transformés en #serres de #pépinières. Le #périphérique a été couvert de verdure et transpercé de radiales cyclistes et pédestres qui conduisent aux #biorégions limitrophes. La fin des #moteurs_thermiques, liée à la pénurie de #pétrole et à des décisions politiques, a induit une atmosphère nouvelle. L’#ozone_atmosphérique et les #microparticules ne polluent plus l’#air. Les #cyclistes peuvent pédaler sans s’étouffer. Mais les épisodes de #chaleurs_extrêmes interdisent encore la circulation sur de grandes distances par temps estival.


    http://fr.forumviesmobiles.org/publication/2019/03/27/bioregions-2050-12915
    #pollution #climat #changement_climatique #collapsologie #effondrement #scénario

    Le pdf :
    http://fr.forumviesmobiles.org/sites/default/files/editor/bioregions_2050.pdf

  • Aujourd’hui ou jamais : La Grande Histoire de la Sudation - PBG, La Police du Bon Gout - #Radio Panik

    http://www.radiopanik.org/media/sounds/pbg/la-grande-histoire-de-la-sudation_06975__1.ogg

    Il fait chaud.

    Trop chaud.

    Vous avez ce rendez-vous très important qui va décider de votre futur (un contrôle Actiris).
    Vous êtes habillé comme un prince, avec des habits neufs, repassés, vous sentez bon.
    C’est dans la poche, le chômage devrait repartir pour un an.
    Et voilà que soudain, alors que vous avancez d’un pas léger sous ce soleil éclatant, la sudation arrive, par torrents, ça coule, ça trempe, vous êtes chiffonné, puant, imprésentable. « Si c’est comme ça qu’vous cherchez du boulot, pas étonnant qu’ça marche pas ! », vous assène un inspecteur visiblement indisposé par votre odeur corporelle.


    Résultat : on vous coupe le chômage.
    Je vous le demande : à qui cette histoire n’est-elle pas arrivée !??

    La sudation, la sueur, la transpiration, tant de mots pour une fonction du corps qui divise profondèment la société.

    Certain(e)s la trouvent sexy, d’autres répugnante, certain(e)s suent trop, d’autres trop peu, certain(e)s construisent des machines pour suer plus encore, tandis que d’autres n’ont pour être honnête que peu de rapport avec le sujet (mais on en parlera quand même)...

    Bref, un sujet d’actualité, un sujet fort, tabou, que la Police du Bon Goût va étriller à sa façon.

    Donc écoutez attentivement, voici venue : « La Grande Histoire de la Sudation ».

    Tracklist :
    Pussy Galore - Pig Sweat
The Mechanic - Sweat
Saunawest - Do You Like My Uniform
Pentacle - I Once Had a Sweetheart
Rotary Connection - I Am The Black Gold Of the Sun
Hank Harry - Hot Summer
The KLF - What Time Is Love ?
Sunn - Troubled Air
Jaga Jazzist - I Could Have Killed Him In The Sauna
Walter Wanderley - Summer Samba (So Nice)

    Source : http://www.radiopanik.org/emissions/pbg/la-grande-histoire-de-la-sudation

    #Chaleur #sueur #canicule

  • The vector heat method - Nicholas Sharp, Yousuf Soliman, Keenan Crane
    Carnegie Mellon University
    http://www.cs.cmu.edu/~kmcrane/Projects/VectorHeatMethod/index.html

    en 30s
    https://www.youtube.com/watch?v=UwPkWXQ6ORY

    ou en 50 min
    https://www.youtube.com/watch?v=4IZ-ykGnIRc

    c’est des #maths un peu trop dures pour moi, mais les démos en #JavaScript sont super et le code est libre
    https://geometrycollective.github.io/geometry-processing-js

    #voronoi #surfaces #géométrie #algorithmes #distance #diffusion #poisson #chaleur #pde

    application à des nuages de points :
    https://vimeo.com/348288232

  • A Major Indian City Has Nearly Run Out of Water
    https://diasp.eu/p/9250826

    A Major Indian City Has Nearly Run Out of Water

    In Chennai - India’s sixth largest city - 4.6 million people have all but run out of water.

    Those who can afford it rely on private water tankers, although these are mostly inaccessible for the 820,000 people who live in the city’s slums.

    The situation is becoming dire, and it’s causing tension in the city. There are recent stories of neighbours stabbing each other over access to water.

    #ClimateCrisis #ClimateChange #GlobalWarming #WaterCrisis #Water

    https://www.sciencealert.com/this-indian-city-has-all-but-run-out-of-water-and-no-one-is-talking-ab

  • Les nocives #aurores_boréales de l’#agriculture

    La #Bretagne n’est pas réputée pour sa #chaleur et son #ensoleillement mais elle est pourtant la première région productrice de #tomates en #France, le légume-fruit le plus consommé des français. Les grands exploitants de tomates cultivent principalement #hors-sol, sous #serres chauffées et compensent le peu d’ensoleillement avec un éclairage artificiel. C’est de ces serres que proviennent ces #lumières nocturnes fantastiques, qui ne sont évidemment pas sans impact pour l’#environnement.

    https://www.liberation.fr/france/2019/06/02/les-nocives-aurores-boreales-de-l-agriculture_1730627
    #pollution_lumineuse