• Affaire du « charnier » de Paris-Descartes : l’Université de Paris mise en examen
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/05/06/affaire-du-charnier-de-paris-descartes-l-universite-de-paris-mise-en-examen_

    L’affaire du « charnier » de Paris-Descartes s’annonce tentaculaire. Une source judiciaire a confirmé au Monde, jeudi 6 mai, la mise en examen, le 15 avril, de l’Université de Paris du chef d’« atteinte à l’intégrité d’un cadavre ». Une information judiciaire avait été ouverte en juillet 2020 par le pôle santé publique du parquet de Paris du chef d’« atteinte à l’intégrité d’un cadavre portant sur les conditions de conservation et de mise à disposition des corps » au sein du Centre du don des corps (CDC) de la rue des Saints-Pères (dans le 6e arrondissement de la capitale) : il s’agit du plus grand centre anatomique de France, fondé en 1953 et rattaché à l’université Paris-Descartes.
    Lire aussi Affaire du « charnier » de Paris-Descartes : le parquet de Paris ouvre une information judiciaire

    Après la mise en examen, en décembre 2020, pour « atteinte à l’intégrité d’un cadavre », d’un ancien préparateur de 77 ans ayant travaillé au centre de 1975 à 2011, c’est cette fois l’Université de Paris – ex-Paris-Descartes, après la fusion en janvier 2020 avec sa consœur Paris-Diderot et l’Institut de physique du globe – qui se retrouve dans le collimateur de la justice.
    170 plaintes de proches de défunts

    La mise en examen de l’établissement survient alors que 170 proches de défunts ont porté plainte contre X devant le parquet de Paris. Ces familles ont décidé de se tourner vers la justice à la suite des révélations de L’Express, en novembre 2019, sur les dérives liées à la conservation et à l’usage des dépouilles au CDC.

    Odeur de putréfaction, corps démembrés et inutilisés, pannes d’électricité dans les chambres froides, incinération de masse, prolifération de mouches, de vers et de rats… le scandale a entraîné la fermeture administrative du CDC, en novembre 2019, et poussé la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, à diligenter une inspection.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Affaire du « charnier » de Paris-Descartes : un an après le début du scandale, la colère des familles

    En juin 2020, le ministère a publié une synthèse de huit pages du rapport des inspecteurs chargés de faire la lumière sur la chaîne des responsabilités dans l’affaire du « charnier » du CDC « ces dix dernières années ». Les conclusions de ce document, que Mme Vidal n’a pas souhaité divulguer dans son intégralité et qu’elle assure avoir transmis au parquet de Paris, étaient très sévères, pointant de « graves manquements éthiques qui ont perduré pendant plusieurs années ».
    « Mise en examen incidente »

    Contactée, l’Université de Paris, présidée par Christine Clerici, n’a pas encore réagi après l’annonce de sa mise en examen. « L’Université de Paris n’est pas mise en examen pour l’affaire principale dite du “charnier”. Sa responsabilité pénale n’est pas engagée pour les faits antérieurs à la fermeture du CDC qui ont fait l’objet d’un rapport de l’inspection générale, assure Me Patrick Maisonneuve, l’avocat de l’établissement. Il s’agit d’une mise en examen incidente après une perquisition au CDC à l’automne 2020 durant laquelle des ossements ont été retrouvés dans la salle de repos des préparateurs. »
    Les conclusions de ce document, que Mme Vidal n’a pas souhaité divulguer dans son intégralité et qu’elle assure avoir transmis au parquet de Paris, étaient très sévères, pointant de « graves manquements éthiques qui ont perduré pendant plusieurs années ».
    « Mise en examen incidente »

    Contactée, l’Université de Paris, présidée par Christine Clerici, n’a pas encore réagi après l’annonce de sa mise en examen. « L’Université de Paris n’est pas mise en examen pour l’affaire principale dite du “charnier”. Sa responsabilité pénale n’est pas engagée pour les faits antérieurs à la fermeture du CDC qui ont fait l’objet d’un rapport de l’inspection générale, assure Me Patrick Maisonneuve, l’avocat de l’établissement. Il s’agit d’une mise en examen incidente après une perquisition au CDC à l’automne 2020 durant laquelle des ossements ont été retrouvés dans la salle de repos des préparateurs. »

    Vidal après avoir promu conseiller auprès d’elle l’ancien directeur de ce charnier, commande un rapport qu’elle refuse de publié. Du moment que les trafiquants de cadavre ne sont pas de gauche tout va bien pour la ministre.

    #paywall #charnier

  • Affaire du « charnier » de Paris-Descartes : un an après le début du scandale, la colère des familles
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/11/26/affaire-du-charnier-de-descartes-un-an-apres-le-debut-du-scandale-la-colere-

    170 plaintes ont été déposées par des proches de défunts à la suite de la révélation de dysfonctionnements au Centre du don des corps.
    Laurence Dezélée et Jean-Jacques Guinchard se seraient bien passés d’un tel anniversaire. Comme quatre autres membres du bureau de l’association Charnier Descartes, justice et dignité, ils vont manifester, vendredi 27 novembre, au pied du Centre du don des corps (CDC) de la rue des Saints-Pères, à Paris.

    Le 26 novembre 2019, L’Express a révélé les dérives liées à la conservation et à l’usage des dépouilles au CDC. Cette structure est le plus grand centre anatomique de France, créé en 1953 et rattaché à l’université Paris-Descartes, devenue en janvier l’Université de Paris, après la fusion avec sa consœur Paris-Diderot. Odeur de putréfaction, corps démembrés et inutilisés, pannes d’électricité, incinération de masse, prolifération de mouches, de vers et de rats…

    Ce scandale a entraîné, dès novembre 2019, la fermeture administrative du CDC et poussé, à ce jour, 170 proches de défunts à porter plainte contre X devant le parquet de Paris. Lequel a ouvert, en juillet, une information judiciaire pour « atteinte à l’intégrité du cadavre ».

    « En février, la directrice de l’Université de Paris, Christine Clerici, nous avait promis que des recherches seraient effectuées pour qu’on sache ce que sont devenus nos proches. On a déposé nos demandes en août. Depuis, silence total », soupire Laurence Dezélée, vice-présidente de l’association. « On le garde en travers de la gorge », ajoute Jean-Jacques Guinchard.
    « Tout ne remonte pas au président »

    Pour sa part, l’Université de Paris assure que « le lien n’est pas rompu avec les familles ». En juin, sa présidente affirmait que l’établissement se constituerait partie civile dès l’ouverture d’une information judiciaire.

    Cette demande de constitution de partie civile a-t-elle été acceptée par la justice ? Contactés, les avocats de l’Université de Paris, Mes Patrick Maisonneuve et Bérénice de Warren, n’ont pas donné suite.

    Dans le cadre de l’information judiciaire, les magistrats instructeurs et la brigade de répression de la délinquance contre la personne ont mené plusieurs auditions. L’ancien président de l’université Paris-Descartes (2011-2019), Frédéric Dardel, a été entendu, le 12 novembre, sous le régime de la garde à vue.

    #paywall #charnier #CDC
    Si quelqu’un·e qui a accès à l’article peu le mettre ici je serais prenneuse car l’affaire m’interesse.

    • « M. Dardel est le premier et le seul président d’université en soixante ans qui ait initié, fait voter et trouvé les crédits pour financer des travaux, et pas uniquement au CDC, assure son avocate, Me Marie-Alix Canu-Bernard. Il a, en effet, réalisé tout ce qui pouvait être fait à partir du moment où il a été effectivement informé. Tout ne remonte pas au président. »
      M. Dardel avait quitté, en juin, ses fonctions de conseiller de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal. Ce départ était intervenu la veille de la publication, par le ministère, d’une synthèse de huit pages du rapport des inspecteurs chargés de faire la lumière sur la chaîne des responsabilités dans l’affaire du « charnier » du CDC « ces dix dernières années ». Les conclusions de ce document étaient très sévères, pointant de « graves manquements éthiques qui ont perduré pendant plusieurs années ».

      « Le choix de M. Dardel [qui officie actuellement comme conseiller du président de l’Inserm, Gilles Bloch] de quitter ses dernières fonctions avait été entériné avant que l’annonce publique n’en soit faite et il n’y a donc pas de lien de cause à effet entre le rapport et son départ du cabinet de la ministre [de l’enseignement supérieur et de la recherche] Vidal », précise Me Canu-Bernard, alors que Mme Vidal n’a pas souhaité divulguer ce rapport et assure l’avoir transmis au pôle santé du parquet de Paris.

      « Peu de personnes voulaient entendre et voir »

      Lanceuse d’alerte dans cette affaire, l’ex-secrétaire générale du CDC (2016-2018), Dominique Hordé, espère que l’instruction en cours « permettra d’établir comment le CDC a pu en arriver à un tel état de vétusté, particulièrement dans les espaces de conservation et à un tel non-respect des morts mais aussi des vivants ».

      « Apparemment, depuis des années, peu de personnes voulaient entendre et voir la réalité au CDC, ajoute-t-elle. Cette situation a perduré en 2018, puisque, fin février, les responsables de l’enquête administrative de l’université en cours sur le CDC ont refusé de regarder les photos de l’intérieur des chambres froides que je venais de prendre. »
      Mme Hordé observe que l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) avait déjà dénoncé, en 2002, « l’archaïsme et les dysfonctionnements » dans les centres de don en France. A l’époque, « ce rapport n’a pas eu de suite », estime-t-elle. Seize ans plus tard, une nouvelle enquête a été menée par le ministère de la recherche au niveau national. « Cette fois, aucun rapport n’a été publié », déplore Mme Hordé.

      https://seenthis.net/messages/783915
      https://seenthis.net/messages/813090
      https://seenthis.net/messages/828056

      #Centre_du_don_des_corps #CDC

  • Mexico
    Au-dessus et en dessous de la terre

    Métie Navajo

    https://lavoiedujaguar.net/Mexico-Au-dessus-et-en-dessous-de-la-terre

    Retrouver Mexico
    de couleurs vives
    de hautes tours
    de restaurants japonais partout ont fleuri, c’est la mode
    de petits vélos rouges sur des pistes cyclables
    pour pédaler dans la pollution épaisse
    de trottinettes vertes abandonnées
    de ubers starbucks et concurrents

    Mexico, comme les autres, se met à ressembler aux autres, à toutes ces villes qui ne cessent de se ressembler.

    Après dix ans je cherche la ville ancienne et moi dedans, je me revois dans ce moment merveilleux et effrayant de l’arrivée, ce moment où voyageant seule je suis obligée de m’offrir et d’apprivoiser. De faire confiance. Cette confiance au centuple on me l’a rendue. On me l’a rendue sans compter, et, d’une certaine manière, on me la rend encore.

    Après dix ans je cherche la trace de mes pas dans des lieux où j’ai à peine laissé une empreinte car j’ai fréquenté un Mexico dame moins bien mise. Pourtant au fur et à mesure les images jaillissent, perturbent la vision d’aujourd’hui.

    #Mexique #chronique #retour #président #gauche #charniers #homme-femme #Indiens #Mur #frontière #tremblement #alerte #narcos #train #voix

  • #Bosnie-Herzégovine : découverte d’un nouveau #charnier près de #Zvornik

    Les habitants d’un village proche de Zvornik, dans le Nord-Est de la Bosnie-Herzégovine, ont découvert une charnier contenant les dépouilles de civils bosniaques tués lors de la guerre des années 1990.


    http://www.courrierdesbalkans.fr/le-fil-de-l-info/bosnie-herzegovine-decouverte-d-une-nouvelle-fosse-commune-a-zvor
    #fosse_commune #Balkans #guerre_des_Balkans