• Lara Bitar est une des très très rares voix libanaises qui ne soient pas animées par la haine sectaire :

    Lara Bitar sur Twitter :

    "Walid Jumblatt said, "no trust this “ruling #mafia” can conduct the #Beirut_Explosion investigation.

    W. Jumblatt is a main pillar of this mafia.

    An insult to all those who were killed by this ruling class.

    Only we can get justice for those who perished." / Twitter
    https://twitter.com/LaraJBitar/status/1291317906396020737

    #chutzpah

  • La mairie de Tel Aviv illuminée aux couleurs du drapeau libanais - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1228366/la-mairie-de-tel-aviv-illuminee-aux-couleurs-du-drapeau-libanais.html

    La mairie de Tel Aviv illuminée aux couleurs du drapeau libanais
    Une initiative qui ne fait pas l’unanimité.

    Et durant l’été 82, quand vos jets pilonnaient la ville, c’était quoi le drapeau ? Et les bombardements de 2006, avec plus de 1000 morts dont 1/3 d’enfants, vous aviez mis un drapeau ?

    ignoble #Chutzpah

    • IDF Commander: We Fired More Than a Million Cluster Bombs in Lebanon
      Meron Rappaport | Published on 11.09.2006
      https://www.haaretz.com/1.4865651

      IDF commander: We fired more than a million cluster bombs in Lebanon
      Phosphorous and cluster bombs heavily used; unexploded munitions litter wide area of Lebanon.

      “What we did was insane and monstrous, we covered entire towns in cluster bombs,” the head of an IDF rocket unit in Lebanon said regarding the use of cluster bombs and phosphorous shells during the war.

      Quoting his battalion commander, the rocket unit head stated that the IDF fired around 1,800 cluster bombs, containing over 1.2 million cluster bomblets.

      In addition, soldiers in IDF artillery units testified that the army used phosphorous shells during the war, widely forbidden by international law. According to their claims, the vast majority of said explosive ordinance was fired in the final 10 days of the war.

      The rocket unit commander stated that Multiple Launch Rocket System (MLRS) platforms were heavily used in spite of the fact that they were known to be highly inaccurate.

      MLRS is a track or tire carried mobile rocket launching platform, capable of firing a very high volume of mostly unguided munitions. The basic rocket fired by the platform is unguided and imprecise, with a range of about 32 kilometers. The rockets are designed to burst into sub-munitions at a planned altitude in order to blanket enemy army and personnel on the ground with smaller explosive rounds.

      The use of such weaponry is controversial mainly due to its inaccuracy and ability to wreak great havoc against indeterminate targets over large areas of territory, with a margin of error of as much as 1,200 meters from the intended target to the area hit.

      The cluster rounds which don’t detonate on impact, believed by the United Nations to be around 40% of those fired by the IDF in Lebanon, remain on the ground as unexploded munitions, effectively littering the landscape with thousands of land mines which will continue to claim victims long after the war has ended.

      Because of their high level of failure to detonate, it is believed that there are around 500,000 unexploded munitions on the ground in Lebanon. To date 12 Lebanese civilians have been killed by these mines since the end of the war.

      According to the commander, in order to compensate for the inaccuracy of the rockets and the inability to strike individual targets precisely, units would “flood” the battlefield with munitions, accounting for the littered and explosive landscape of post-war Lebanon.

      When his reserve duty came to a close, the commander in question sent a letter to Defense Minister Amir Peretz outlining the use of cluster munitions, a letter which has remained unanswered.

      ’Excessive injury and unnecessary suffering’

      It has come to light that IDF soldiers fired phosphorous rounds in order to cause fires in Lebanon. An artillery commander has admitted to seeing trucks loaded with phosphorous rounds on their way to artillery crews in the north of Israel.

      A direct hit from a phosphorous shell typically causes severe burns and a slow, painful death.

      International law forbids the use of weapons that cause “excessive injury and unnecessary suffering”, and many experts are of the opinion that phosphorous rounds fall directly in that category.

      The International Red Cross has determined that international law forbids the use of phosphorous and other types of flammable rounds against personnel, both civilian and military.

      IDF: No violation of international law In response, the IDF Spokesman’s Office stated that "International law does not include a sweeping prohibition of the use of cluster bombs. The convention on conventional weaponry does not declare a prohibition on [phosphorous weapons], rather, on principles regulating the use of such weapons.

      "For understandable operational reasons, the IDF does not respond to [accounts of] details of weaponry in its possession.

      “The IDF makes use only of methods and weaponry which are permissible under international law. Artillery fire in general, including MLRS fire, were used in response solely to firing on the state of Israel.”

      The Defense Minister’s office said it had not received messages regarding cluster bomb fire.

  • Le Front Populaire dénonce un prix international offert à la « criminelle » Livni | Brèves | alterinfonet.org Agence de presse associative
    https://www.alterinfo.net/notes/Le-Front-Populaire-denonce-un-prix-international-offert-a-la-criminelle-L

    Le Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) a dénoncé le prestigieux prix international "ponts 2020" offert par l’Allemagne à l’ex ministre des affaires étrangères israélienne Tzipi Livni, accusée de mener des crimes de guerre contre le peule palestinien.

    Le FP a traité la responsable israélienne de « criminelle dont les mains baignent dans le sang du peuple palestinien » et qui ose déclarer sans rougir après les massacres à Gaza fin 2008 début 2009 qu’« Israël a fait preuve d’un véritable hooliganisme au cours de la récente opération, que j’ai exigée ».
    La faction palestinienne a critiqué la position des autorités allemandes qui encouragent l’entité sioniste à violer la loi internationale et ne fait que blanchir les crimes de l’occupant israélien, voire d’en commettre d’autres plus pire encore. Elle a appelé la communauté palestinienne et arabe en Allemagne et dans le monde à dénoncer ces massacres et à les dévoiler.

    Rappelons que Tzipi Livni était ministre des affaires étrangères de l’occupant israélien lors de l’agression israélienne contre la bande de Gaza en 2008/2009, une agression qui a fait dans son premier jour plus de 200 martyrs parmi les forces de la sécurité palestinienne.

    L’armée israélienne avait utilisé des bombes au phosphore et à l’uranium léger contre les palestiniens de la bande de Gaza, des rapports internationaux ont révélé que plus d’un million kilogramme d’explosifs a été largué sur la bande, détruisant complètement plus de 4100 maisons et partiellement environ 17000 autres. Le nombre de martyrs a atteint 1436 palestiniens dont 410 enfants, 104 femmes et environ 100 personnes âgées, alors que plus de 5400 palestiniens, dont la moitié des enfants, ont été blessés.

    Le rapport onusien Goldstone a impliqué la ministre israélienne dans ces « crimes de guerre, voire crimes contre l’humanité ».

    #chutzpah (teutonne) #israël

  • The US and Israel hope to scare the Hague war crimes court off from helping Palestine
    https://www.jonathan-cook.net/2020-06-09/us-israel-icc-palestine

    The Israeli argument is that #Palestine lacks the normal features of a sovereign state. However, as the Israeli human rights group #B’Tselem recently noted, this is precisely because Israel has occupied the Palestinians’ territory and illegally transferred settlers onto their land.

    Israel is claiming an exemption by citing the very crimes that need investigating.

    #chutzpah #sionisme #CPI

  • #SARS-CoV-2 #SEROPREVALENCE AMONG ALL WORKERS IN A TEACHING HOSPITAL IN SPAIN : UNMASKING THE RISK.
    https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.05.29.20116731v1.full.pdf

    Results:
    Among 2919 HCW [healthcare workers], 2590 (90.5%) were evaluated. Mean age was 43.8 years (SD 11.1) and 73.9% were females. Globally, 818 (31.6%) workers were IgG positive, with no differences for age, sex or previous diseases. Among them, 48.5% did not report previous symptoms . Seropositivity was more frequent in high (33.1%) and medium (33.8%) than in low-risk areas (25.8%, p=0.007), but no difference was found for hospitalization areas attending COVID-19 and non-COVID-19 patients (35.5 vs 38.3% p=NS). HCW with a previous SARS-CoV2 PCR positive test were IgG seropositive in 90.8%.

    #Espagne #sérologie #chu

  • How ’Fauda’ has romanticized the most repugnant aspects of Israel’s occupation - Opinion - Israel News | Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-fauda-has-romanticized-repugnant-aspects-of-israel-s-occupation-1.

    C’est vieux mais c’est toujours d’actualité, à propos de la propagande israélienne via le feuilleton Fauda.

    Opinion How ’Fauda’ Has Romanticized the Most Repugnant Aspects of Israel’s Occupation

    When Israeli security forces, disguised as Palestinian journalists, stormed Birzeit university and arrested a student leader, the Israeli media, rather than outrage, offered its highest plaudit: “Just like ’Fauda’”

    Bon article en arabe dont je traduis les 4 sous-titres https://www.vice.com/ar/article/59qj7x/%D8%A3%D8%B1%D8%A8%D8%B9%D8%A9-%D8%A3%D8%B3%D8%A8%D8%A7%D8%A8-%D9%83%D9%8A-%D9 :

    1) Fauda légitime les crimes de guerre israéliens 2) le acteurs palestiniens du feuilletons confirment la version israélienne du conflilt 3) Fauda, via Netflix, est une opération de propagande 4) ce n’est pas de l’histoire/de l l’Histoire, ça se passe aujourd’hui...

    #netflix #fauda #israël #palestine

  • #Smile_In_Your_Sleep

    Hush, hush, time tae be sleepin
    Hush, hush, dreams come a-creepin
    Dreams o peace an o freedom
    Sae smile in your sleep, bonnie baby

    Once our valleys were ringin
    Wi sounds o our children singin
    But nou sheep bleat till the evenin
    An shielings stand empty an broken

    We stood, wi heads bowed in prayer
    While factors laid our cottages bare
    The flames fired the clear mountain air
    An many lay dead in the mornin

    Where was our fine Highland mettle,
    Our men once sae fearless in battle?
    They stand, cowed, huddled like cattle
    Soon tae be shipped owre the ocean

    No use pleading or praying
    All hope gone, no hope of staying
    Hush, hush, the anchor’s a-weighing
    Don’t cry in your sleep, bonnie baby

    https://www.youtube.com/watch?v=eMPnNaXLfKI&feature=emb_logo

    –-> song about Scottish #Highland_Clearances :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Highland_Clearances

    #histoire #Ecosse #industrialisation #clearance #nettoyage #violence #terres #arrachement #déracinement #déplacements_forcés #Fuadaich_nan_Gàidheal #évacuations #déportation #décès #morts #histoire #agriculture #moutons #élevage #Highlands #montagne

    #musique #chanson #musique_et_politique
    ping @sinehebdo @odilon @reka @simplicissimus

    –-----

    Découverte dans ce documentaire qui passe en ce moment sur Arte :
    Le temps des ouvriers
    https://www.arte.tv/fr/videos/082189-001-A/le-temps-des-ouvriers-1-4
    https://seenthis.net/messages/848105

    • Une pièce de théâtre autour de ces événements :
      The Cheviot, the Stag, and the Black Black Oil

      The Cheviot, the Stag and the Black, Black Oil is a play written in the 1970s by the popular playwright #John_McGrath. From April 1973, beginning at a venue in Aberdeen (Aberdeen Arts Centre), it was performed in a touring production in community centres on Scotland by 7:84 and other community theatre groups. A television version directed by John Mackenzie was broadcast on 6 June 1974 by the BBC as part of the Play for Today series.

      https://en.wikipedia.org/wiki/The_Cheviot,_the_Stag,_and_the_Black_Black_Oil

    • Du coup, je découvre aussi ce site web d’un groupe où j’ai trouvé la chanson et qui va beaucoup plaire à @sinehebdo (mais pas que...)

      Three Acres And A Cow. A history of land rights and protest in folk song and story

      Telling the history of land, housing and food in Britain is always a multi-stranded narrative. On one side we have the history of enclosure, privatisation and the dispossession of land based communities; on the other we have the vibrant histories of struggle and resistance that emerged when people rose up and confronted the loss of their lands, cultures and ways of life.

      These multiple histories go largely undocumented in the literature of the times, often expressed simply as a hanging here and an uprising there, yet in the music and stories of the people they take on a different life.

      ‘Three Acres And A Cow’ connects the Norman Conquest and Peasants’ Revolt with Brexit, fracking and our housing crisis via the Enclosures, English Civil War, Irish Land League and Industrial Revolution, drawing a compelling narrative through the radical people’s history of England in folk song, story and poem.

      Part TED talk, part history lecture, part folk club sing-a-long, part poetry slam, part storytelling session… Come and share in these tales as they have been shared for generations.

      Le blog :
      https://threeacresandacow.co.uk/blog
      #résistance #droits

      Song On The Times

      You working men of England one moment now attend
      While I unfold the treatment of the poor upon this land
      For nowadays the factory lords have brought the labour low
      And daily are contriving plans to prove our overthrow

      So arouse! You sons of freedom! The world seems upside down
      They scorn the poor man as a thief in country and in town

      There’s different parts in Ireland, it’s true what I do state
      There’s hundreds that are starving for they can’t get food to eat
      And if they go unto the rich to ask them for relief
      They bang their door all in their face as if they were a thief

      So arouse! You sons of freedom! The world seems upside down
      They scorn the poor man as a thief in country and in town

      Alas how altered are the times, rich men despise the poor
      And pay them off without remorse, quite scornful at their door
      And if a man is out of work his Parish pay is small
      Enough to starve himself and wife, his children and all

      So arouse! You sons of freedom! The world seems upside down
      They scorn the poor man as a thief in country and in town

      https://www.youtube.com/watch?v=caWkGxu3Mgw

      Version #Chumbawamba :
      https://www.youtube.com/watch?v=G6O0Erj0hkc


      #chanson_populaire #chansons_populaires

    • #Dùthaich_Mhic_Aoidh – song about the Highland clearances in Sutherland, Scotland for sheep

      Mo mhallachd aig na caoraich mhòr
      My curse upon the great sheep
      Càit a bheil clann nan daoine còir
      Where now are the children of the kindly folk
      Dhealaich rium nuair bha mi òg
      Who parted from me when I was young
      Mus robh Dùthaich ‘IcAoidh na fàsach?
      Before Sutherland became a desert?

      Tha trì fichead bliadhna ‘s a trì
      It has been sixty-three years
      On dh’fhàg mi Dùthaich ‘IcAoidh
      Since I left Sutherland
      Cait bheil gillean òg mo chrìdh’
      Where are all my beloved young men
      ‘S na nìonagan cho bòidheach?
      And all the girls that were so pretty?

      Shellar, tha thu nist nad uaigh
      Sellar, you are in your grave
      Gaoir nam bantrach na do chluais
      The wailing of your widows in your ears
      Am milleadh rinn thu air an t-sluagh
      The destruction you wrought upon the people
      Ron uiridh ‘n d’ fhuair thu d’ leòr dheth?
      Up until last year, have you had your fill of it?

      Chiad Dhiùc Chataibh, led chuid foill
      First Duke of Sutherland, with your deceit
      ‘S led chuid càirdeis do na Goill
      And your consorting with the Lowlanders
      Gum b’ ann an Iutharn’ bha do thoill
      You deserve to be in Hell
      Gum b’ fheàrr Iùdas làmh rium
      I’d rather consort with Judas

      Bhan-Diùc Chataibh, bheil thu ad dhìth
      Duchess of Sutherland, where are you now?
      Càit a bheil do ghùnan sìod?
      Where are your silk gowns?
      An do chùm iad thu bhon oillt ‘s bhon strì
      Did they save you from the hatred and fury
      Tha an diugh am measg nan clàraibh?
      Which today permeates the press?

      Mo mhallachd aig na caoraich mhòr
      My curse upon the great sheep
      Càit a bheil clann nan daoine còir
      Where now are the children of the kindly folk
      Dhealaich rium nuair bha mi òg
      Who parted from me when I was young
      Mus robh Dùthaich ‘IcAoidh na fàsach?

      https://www.youtube.com/watch?v=7ZefyNYqpYM&feature=emb_logo

  • #Actu_Coronavirus – 25 avril
    https://www.les-crises.fr/actu-coronavirus-25-avril

    Ce fil d’actualités comprend des informations provenant de trois sources : Les Lives #Covid-19 du Figaro, de 20 minutes et le compte Twitter @Conflits_FR. 25 avril 18h00 Le « stop and go » pourrait durer jusqu’à novembre 2021 au moins, selon des chercheurs. Une virologue du #CHU de #Caen imagine un stop and go tous les 15 jours, mais « la population doit être disciplinée ». 17h59 Lire la suite

    #Revue_de_Presse #SRAS-2 #Revue_de_Presse,_Actu_Coronavirus,_Covid-19,_SRAS-2

  • « L’âpre combat d’une équipe médicale face à un virus indomptable » : quand un infectiologue raconte ses indignations
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/04/18/l-apre-combat-d-une-equipe-medicale-face-a-un-virus-indomptable-quand-un-inf

    Dans sa chronique, Frédéric Potet, journaliste au « Monde », revient sur le carnet de bord tenu au temps du Covid-19 par le professeur Louis Bernard, praticien au service des maladies infectieuses du CHU de Tours.

    Chronique. Le matin tôt, avant de partir sauver des vies à l’hôpital, le professeur Louis Bernard écrit. L’aube ne va pas tarder, le café coule dans la machine : stylo à la main, le praticien relate sa journée de la veille au service des maladies infectieuses du CHU de Tours, unité qu’il dirige depuis 2009. Publié sur le site Internet de France Bleu Touraine, son « Journal d’un médecin » n’est qu’un témoignage parmi d’autres au milieu du grand feuilleton national des ravages du Covid-19, qu’offrent à lire les médias depuis le début de l’épidémie. Celui-ci prend aux tripes, il émeut et bouscule. Louis Bernard a la plume aussi acérée que la lame d’un bistouri.

    Ecrits au présent, ses courts billets racontent l’âpre combat d’une équipe médicale face à un virus indomptable, qualifié, ici, d’ « araignée tissant inexorablement sa toile au milieu des poumons » , là de « loup » frappant aux portes des bergeries que sont les Ehpad. Agé de 57 ans, le professeur Bernard dépeint également une autre bataille, celle qu’il mène au jour le jour contre un ennemi de l’intérieur : les normes, ces « fichues normes » qui l’empêchent d’exercer la médecine comme il le souhaiterait, dans l’urgence d’une situation exceptionnelle.

    Alors le médecin s’indigne. Il s’indigne contre l’interdiction faite aux proches d’une malade, à l’article de la mort, de lui « tenir la main jusqu’au dernier souffle » . « Nous pouvions équiper la famille, l’habiller, la protéger de l’épidémie. Où était le problème ? » , s’offusque le praticien. La dame s’est éteinte dans la solitude : « Son corps a été mis dans un sac. Hermétique. Selon les normes. Une mise en bière immédiate. Selon les normes » , écrit-il.

    Découverte de « l’horreur »

    Louis Bernard s’indigne également d’ avoir dû attendre trois semaines, et la rédaction d’un décret ministériel , pour pouvoir monter une structure d’intervention dans un Ehpad situé à seulement 700 mètres de l’hôpital Bretonneau, où il exerce. Quand il finit par pénétrer dans le bâtiment avec une équipe de gériatres, d’infectiologues et de spécialistes en soins palliatifs, il découvre « l’horreur » : cinq morts, 26 retraités positifs, dont 10 graves, un tiers du personnel touché, des résidents ne pouvant « avoir accès à l’eau, aux soins, faute de professionnels pour les accompagner » , constate-t-il.

    « J’appelle les services de l’Etat pour expliquer et demander de l’aide. Réponse : “Oui, oui, nous sommes au courant, nous allons prendre des mesures.” Quand ? Où est la réserve sanitaire ? Pourquoi aucune prévention, aucune réaction ? » , fustige-t-il avant de dénoncer l’indifférence collective dans laquelle se déroulent de pareils drames. « Sur la route du retour, je repense à ces drones qui repèrent ceux qui trichent avec le confinement. Ces drones ne voient pas nos aînés qui tendent leur solitude oubliée vers un verre d’eau. Honte à nous » , assène-t-il dans son carnet de bord.

    Ancien chef de clinique à Paris, Louis Bernard incrimine surtout l’agence régionale de santé (ARS), située à Orléans, à 120 kilomètres de Tours, dont il dénonce, sans ambages, le « grand pouvoir de nuisance » à travers « ces fameuses procédures, totalement anachroniques » , qui « étouffent le bon sens et donc l’efficacité » . Peu importe que la raison impose l’envoi de renforts dans les Ehpad et de tests pour les personnels y travaillant : « La réponse de l’ARS (…) : nous allons évaluer la situation. Faites-nous l’inévitable “retex”. Le retour d’expérience. Encore une procédure » , se désespère l’infectiologue.

    L’inertie du mille-feuille

    A l’instar de son collègue neurochirurgien du CHU de Tours, Stéphane Velut, auteur d’un court essai (L’Hôpital, une nouvelle industrie, collection « Tracts », Gallimard) dans lequel il explique comment le langage des sphères de la communication et de l’économie s’est introduit dans le secteur hospitalier (Le Monde des 22-23 mars), Louis Bernard instruit le procès, plus large, d’une stratégie d’Etat, victime de l’inertie du mille-feuille : « Notre système de santé était déjà à genoux bien avant cette crise. Une restriction, drastique, quotidienne, depuis dix ans. Du pain sec et de l’eau. Une tarification à l’activité. Inadaptée, spéculative, qui s’alourdit encore face à un système pyramidal, amorphe ou peu réactif. Des formulaires à remplir pour tout et pour rien avec pour réponse l’attente. »

    Et le chef de service d’enfoncer le clou : « Jeter à la figure du personnel hospitalier, héroïque en ce moment plus encore que d’habitude, que l’on maintient des projets de fermeture de lits en pleine épidémie est vraiment incroyable. »

    Dans son Journal, Louis Bernard se fend aussi de considérations plus positives. Comme l’admiration qu’il porte aux infirmières, aides-soignantes et assistantes sociales de son service. Ou l’espoir qu’il nourrit dans la transfusion de plasma de patients immunisés, expérience testée à Paris : « Si cela fonctionne, l’histoire pourrait être alors très belle : des enfants porteurs de ce virus de mort le transmettent inconsciemment à leurs parents. Et c’est le sang de ces parents immunisés après avoir développé la maladie que l’on injecterait aux anciens pour les protéger et les sauver. Avec, au finish, une image nocturne souriante : celle de ces enfants, guérisseurs insouciants, courant librement dans un monde moins pollué et plus humain. »

    L’idée de consigner ainsi son ressenti est venue à Louis Bernard « par analogie » , explique-t-il lors d’un entretien téléphonique, en pensant à son grand-père maternel, qui tint un carnet sur le front de la première guerre mondiale. Comme pour Emmanuel Macron, la terminologie militaire fait sens, chez lui, pour combattre le nouveau coronavirus.
    Sa dénonciation « d’un commandement aléatoire possédant une connaissance du terrain médiocre » ne lui a pas valu de remontrances, pour l’heure, de la part de sa hiérarchie. « Je vis Covid. Personne ne va venir me chercher, là où je suis », dit-il en guise de plaisanterie.

    #CHU #Ehpad #ARS #normes #T2A #nuisibles

    • Louis Bernard s’indigne également d’ avoir dû attendre trois semaines, et la rédaction d’un décret ministériel , pour pouvoir monter une structure d’intervention dans un Ehpad situé à seulement 700 mètres de l’hôpital Bretonneau, où il exerce. Quand il finit par pénétrer dans le bâtiment avec une équipe de gériatres, d’infectiologues et de spécialistes en soins palliatifs, il découvre « l’horreur » : cinq morts, 26 retraités positifs, dont 10 graves, un tiers du personnel touché, des résidents ne pouvant « avoir accès à l’eau, aux soins, faute de professionnels pour les accompagner » , constate-t-il.

      l’équivalent au canada soulève actuellement un tollé, en france quedalle

  • Une colère qui résonne.
    #onnoublierapas
    https://www.liberation.fr/debats/2020/03/24/j-ai-la-rage_1782912

    Je suis en colère et j’ai la rage, quand ils défilent dans les médias, montrent leur trogne à la télévision, font entendre leur voix parfaitement maîtrisée à la radio, livrent leur discours dans les journaux. Toujours pour nous parler d’une situation dont ils sont un facteur aggravant, toujours pour pérorer sur la citoyenneté, sur le risque de récession, sur les responsabilités des habitants, des adversaires politiques, des étrangers… Jamais pour nous présenter leurs excuses, implorer notre pardon, alors même qu’ils sont en partie responsables de ce que nous vivons.

    Je suis en colère et j’ai la rage, car en tant que psychologue dans l’hôpital le plus touché, celui de Mulhouse, je vois toute la journée des dizaines de personnes arriver en urgence dans nos locaux, et je sais que pour une bonne partie d’entre elles, elles n’en ressortiront pas vivantes, souriantes, insouciantes, comme ce pouvait être le cas il y a encore deux semaines.

    Je suis en colère et j’ai la rage, car je sais que ces personnes, ces êtres vivants, ces frères et sœurs, pères et mères, fils et filles, grands-pères et grands-mères, mourront seules dans un service dépassé, malgré les courageux efforts des soignants ; seules, sans le regard ou la main de ceux et celles qui les aiment, et qu’ils aiment.

    Je suis en colère et j’ai la rage, devant cette situation folle qui veut que nous laissions nos aînés, nos anciens, ceux et celles qui ont permis que notre présent ne soit pas un enfer, ceux et celles qui détiennent un savoir et une sagesse que nul autre n’a ; que nous les laissions donc mourir par grappes dans des maisons qui n’ont de retraite que le nom, faute de pouvoir sauver tout le monde, disent-ils.

    Le deuil impossible des familles

    Je suis en colère et j’ai la rage, en pensant à toutes ces familles qui vivront avec la terrible douleur d’un deuil impossible, d’un adieu impossible, d’une justice impossible. Ces familles auxquelles on ne donne pas accès à leur proche, ces familles qui appellent sans cesse les services pour avoir des nouvelles, et auxquelles aucun soignant ne peut répondre, trop occupé à tenter une intervention de la dernière chance. Ces familles qui sont ou pourraient être la nôtre…

    Je suis en colère et j’ai la rage, quand je vois mes collègues soignants se battre, tous les jours, toutes les minutes, pour tenter d’apporter de l’aide à toutes les personnes qui se retrouvent en détresse respiratoire, y perdre une énergie folle, mais y retourner, tous les jours, toutes les minutes. Je suis en colère et j’ai la rage, devant les conditions de travail de mes collègues brancardiers, ASH, secrétaires, aides-soignants, infirmiers, médecins, psychologues, assistants sociaux, kinés, ergothérapeutes, cadres, psychomotriciens, éducateurs, logisticiens, professionnels de la sécurité… car nous manquons de tout, et pourtant, il faut aller au charbon.

    Je suis en colère et j’ai la rage, car, lorsque je me rends à mon travail, et lorsque j’en pars, je croise en quelques minutes trois ou quatre véhicules d’urgence, transportant une personne pleine de l’espoir d’être sauvée… Comment ne pas avoir confiance dans nos hôpitaux ? Ils sont à la pointe, ils sont parfaitement en état de fonctionner, de protéger, de guérir… et pourtant, combien de ces ambulances mènent leur passager vers leur dernier lieu ? Combien de ces patients refranchiront la porte sains et saufs ?

    Je suis en colère et j’ai la rage, car cela fait des années que nous crions notre inquiétude, notre incompréhension, notre dégoût, notre mécontentement, devant les politiques de santé menées par les différents gouvernements, qui ont pensé que l’hôpital était une entreprise comme une autre, que la santé pouvait être un bien spéculatif, que l’économie devait l’emporter sur le soin, que nos vies avaient une valeur marchande.

    Je suis en colère et j’ai la rage quand je constate que nos services d’urgences demandent de l’aide depuis si longtemps, quand je pense que les personnes qui arrivent avec le Samu posent leur regard (souvent le dernier sur l’extérieur) sur ces banderoles disant « URGENCES EN GRÈVE », qu’elles se trouvent face à des médecins traitants à la retraite du fait du départ des urgentistes, ces spécialistes de l’urgence qui seraient tant nécessaires en ces jours sombres…

    De l’exploitation des étudiants infirmiers

    Je suis en colère et j’ai la rage devant la manière dont on exploite nos étudiants en soins infirmiers ou aides-soignants, qui se retrouvent à faire des travaux d’une dureté que je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi, qui, a à peine 20 ans, doivent mettre les corps de nos morts dans des sacs mortuaires, sans préparation, sans soutien, sans qu’ils et elles aient pu se dire volontaires. Pourquoi demander ? Cela fait partie de leur formation, voyons ! Et ils devraient s’estimer heureux, ils reçoivent une gratification de quelques centaines d’euros, vu qu’ils interviennent en tant que stagiaires.

    Je suis en colère et j’ai la rage, car la situation actuelle est le fruit de ces politiques, de ces fermetures de lits comme ils aiment le dire, oubliant que sur ces lits, il y avait des humains qui en avaient besoin, de ces putains de lits ! De ces suppressions de postes, parce qu’un infirmier, c’est cher, ça prend de la place sur le budget prévisionnel ; de ces externalisations de tous les métiers du soin, puisqu’un ASH en moins dans les chiffres du nombre de fonctionnaires, c’est toujours un fonctionnaire en moins dont ils peuvent s’enorgueillir.

    Je suis en colère et j’ai la rage, car celles et ceux qui sont au boulot tous les jours, malgré la peur ancrée au ventre, peur d’être infecté, peur de transmettre le virus aux proches, peur de le refiler aux autres patients, peur de voir un collègue sur le lit de la chambre 10 ; celles-ci et ceux-là se sont fait cracher dessus pendant des années dans les discours politiques, se sont retrouvés privés de leur dignité lorsqu’on leur demandait d’enchaîner à deux professionnels tous les soins d’un service en quelques minutes, bousculés dans leur éthique et leur déontologie professionnelle par les demandes contradictoires et folles de l’administration. Et aujourd’hui, ce sont ces personnes qui prennent leur voiture, leur vélo, leurs pieds, tous les jours pour travailler malgré le risque continu d’être frappées par le virus, alors que ceux qui les ont malmenés sont tranquillement installés chez eux ou dans leur appartement de fonction.

    Je suis en colère et j’ai la rage, parce qu’aujourd’hui, mon hôpital fait face à une crise sans précédent, tandis que celles et ceux qui l’ont vidé de ses forces sont loin. Parce que mon hôpital a été pris pour un putain de tremplin pour des directeurs aussi éphémères qu’incompétents qui ne visaient que la direction d’un CHU et qui sont passés par Mulhouse histoire de prouver qu’ils savaient mener une politique d’austérité bête et méchante… Parce que mon hôpital a été la cible d’injonctions insensées au nom d’une obscure certification, pour laquelle il semblait bien plus important de montrer une traçabilité sans faille plutôt qu’une qualité de soin humain.

    Parce qu’en gros, mon hôpital ne fut rien de plus qu’un cobaye pour des administrateurs dont seule l’autovalorisation égoïste avait de l’importance. Parce qu’au-delà de mon hôpital, ce sont les personnes qui y sont accueillies qui ont été considérées comme des valeurs négligeables, des chiffres parmi d’autres, des variables sur la ligne recettes/dépenses. Parce que dans l’esprit bêtement comptable de la direction générale de l’organisation des soins, patients et soignants sont tous dans le même panier d’un lean management des plus écœurants…

    Les premiers de cordée et leur respirateur

    Je suis en colère et j’ai la rage, quand je me souviens des premiers de cordée censés tenir notre pays, censés être le fer de lance de notre pays, censés nous amener, nous, petites gens, vers des sommets ; et que ce sont ces petites gens, ces caissières de supermarché, ces éboueurs dans nos rues, ces ASH dans nos hôpitaux, ces agriculteurs dans les champs, ces manutentionnaires amazone, ces routiers dans leurs camions, ces secrétaires à l’accueil des institutions, et bien d’autres, qui permettent aux habitants de continuer de vivre, de se nourrir, de s’informer, d’éviter d’autres épidémies… Pendant que les premiers de cordée lorgnent leur respirateur artificiel personnel, le prospectus de la clinique hi-tech dernier cri qui les sauvera au cas où, regardent les fluctuations de la Bourse comme d’autres comptent les cadavres dans leur service.

    Je suis en colère et j’ai la rage envers ces hommes et ces femmes politiques qui n’ont eu de cesse de détruire notre système social et de santé, qui n’ont eu de cesse de nous expliquer qu’il fallait faire un effort collectif pour atteindre le sacro-saint équilibre budgétaire (à quel prix ?) ; que « les métiers du soin, c’est du sacrifice, de la vocation »… Ces politiques qui aujourd’hui osent nous dire que ce n’est pas le temps des récriminations et des accusations, mais celui de l’union sacrée et de l’apaisement… Sérieux ? Vous croyez vraiment que nous allons oublier qui nous a mis dans cette situation ? Que nous allons oublier qui a vidé les stocks de masques, de tests, de lunettes de sécurité, de solutions hydroalcooliques, de surchaussures, de blouses, de gants, de charlottes, de respirateurs (de putain de respirateurs tellement primordiaux aujourd’hui) ? Que nous allons oublier qui nous a dit de ne pas nous inquiéter, que ce n’était qu’une grippe, que ça ne passerait jamais en France, qu’il ne servait à rien de se protéger, que même pour les professionnels, les masques, c’était too much ?

    Que nous allons oublier l’indifférence et le mépris pour ce qui se passait chez nos sœurs et nos frères chinois, chez nos sœurs et nos frères iraniens, chez nos sœurs et nos frères italiens, et ce qui se passera sous peu chez nos sœurs et nos frères du continent africain et chez nos sœurs et nos frères latino-américains ? Nous n’oublierons pas ! Tenez-le-vous pour dit…

    Je suis en colère et j’ai la rage, car je vis depuis une semaine avec cette satanée boule dans la gorge, cette envie de me prostrer, de pleurer toutes les larmes de mon corps, quand j’écoute la détresse et la souffrance de mes collègues, quand ils et elles me parlent du fait de ne pas pouvoir embrasser leurs enfants parce que personne ne peut être sûr de ne pas ramener le virus, lorsque s’expriment les moments de craquage dans la voiture avant et après la journée de travail, quand je pense aux ravages à venir, psychiquement parlant, lorsque tout ça sera derrière nous, et qu’il y aura le temps de penser…

    Je suis en colère et j’ai la rage, mais surtout un désespoir profond, une tristesse infinie…

    Je suis en colère et j’ai la rage, et je ne peux pas les laisser sortir pour le moment. Elles se tapissent au fond de mon âme, me consumant à petit feu. Mais sous peu, une fois que ce sera calme, je les laisserai jaillir, cette colère et cette rage, comme tous ceux et toutes celles qui les ont enfouies. Et croyez-moi, ce moment viendra. Elles flamberont, et nous exigerons justice, nous demanderons des comptes à tous ceux qui nous ont conduits dans ce mur terrible. Sans violence. A quoi bon ? Non, avec une humanité et une sagesse dont ils sont dépourvus. Entendez-vous cette petite musique ? Celle qui se murmure tout bas mais qui monte en puissance ? Ce refrain des Fugees : « Ready or not, here I come ! You can hide ! Gonna find you and take it slowly ! » Nous arrivons…

  • Coronavirus : le gouvernement a péché par excès de prévoyance - Télévision - Télérama.fr
    https://www.telerama.fr/television/coronavirus-le-gouvernement-a-peche-par-exces-de-prevoyance,n6620051.php

    Sur CNews, Sibeth Ndiaye explique que les autorités ont trop bien anticipé l’épidémie. Sur LCI, la porte-parole du gouvernement et Olivier Véran déploient les mêmes éléments de langage pour justifier l’obligation de travailler et l’inutilité de porter des masques.

    Autre mesure anticipée : « Le Premier ministre, dès le 26 janvier, a réuni les ministres impliqués dans cette crise. » Afin de les prévenir que l’article 49-3 serait mobilisé pour adopter la réforme des retraites, celle qui ampute les pensions de ces feignants de fonctionnaires hospitaliers. Une mesure d’urgence absolument visionnaire.

    « Avoir un masque et le toucher toute la journée, c’est même dangereux, ça peut être un vecteur de contamination. » Ça se confirme : l’épidémie de Covid-19 s’est répandue en France à cause du port de masques.

    Cette fois, Virginie Le Guay peut proférer sans crainte d’être contredite : « Avoir un masque peut être totalement illusoire. On l’enlève, on le remet et en fait ce masque est infecté. » Les experts sont unanimes : les Français sont vraiment trop cons pour qu’on leur enseigne à se servir d’un masque. En revanche, ils sont capables de comprendre qu’il faut rester chez soi en allant travailler.

    #propagande #coronavirus

  • #Coronavirus : le #CHU #Grenoble Alpes invite ses équipes à fabriquer leur masque

    Le CHU Grenoble Alpes a fait passer à ses équipes un document pour fabriquer soi-même son propre masque en tissu.

    Une façon de pallier la #pénurie de #masques. Toutes les étapes de fabrication sont détaillées, de la taille des élastiques à l’assemblage des tissus… Dans ce document, il est aussi conseillé de laver le masque quotidiennement !

    Le patron pour faire les masques a été placé dans les livres de procédures des services du Chuga, mais pas distribués à chaque personnel.

    Les agents en ont parlé entre eux. Une infirmière témoigne : « Je vais essayer d’en faire, même si c’est pas le top. Cela montre aussi que les hôpitaux n’ont pas assez de matos. »

    Dans la même idée, des infirmières des #Ehpad de Moirans et Tullins ont décidé de se mobiliser et vont travailler à partir de ce lundi à la fabrication de masques en tissu dans les locaux de l’hôpital de Tullins.

    https://www.ledauphine.com/sante/2020/03/15/isere-sante-coronavirus-le-chu-grenoble-alpes-invite-ses-equipes-a-fabri

    #Quand_le_service_public_s'effondre
    #hôpitaux #France #covid-19 #coronavirus
    #système_D #do_it_yourself #how_to

    • (Humour)
      Mais pourtant la direction du CHU a formellement démenti ... Et ... Ah zut, Cnews a supprimé sa page où il mentionnait l’affaire. Ils ont dû être intimidés par la direction du CHU de Grenoble qui prétendait que l’info diffusée par la chaîne était un « fake ». Bon je retourne chez moi et je mets à jour.

    • De ce que je sais (car des infirmières du CHU qui connaissent personnellement une copine), ce n’est pas une fake-news mais bel et bien ce qu’on a demandé au personnel !

  • Dans son nouveau projet, la rappeuse martiniquaise #Casey réhabilite les racines du #rock « dans la #culture_noire »

    « Je l’ai dans la chair, je l’ai dans les veines/Qu’est-ce que tu crois cette histoire est la mienne », lâche-t-elle en faisant référence au rock dans « #Chuck_Berry », un des titres phares de « Gangrène », album à paraître vendredi (label A Parté). « Le rock a ses racines dans la culture noire. Ce n’est même pas une demande de légitimité, elle est là de fait », expose à l’AFP celle qui se décrit dans ce morceau comme une « anomalie du 93 avec une gueule caribéenne » - elle a grandi au Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis et a des origines martiniquaises.

    https://la1ere.francetvinfo.fr/son-nouveau-projet-rappeuse-martiniquaise-casey-rehabilite-racin

    https://www.youtube.com/watch?v=2VRjOQQUg6g

    #Ausgang #rap #Musique #Musique_et_politique #France #Jimi_Hendrix

  • Via @ChaseMadar sur Twitter

    Shaun King sur Twitter :

    “BREAKING NEWS: Moments ago [hier], the JoeBiden campaign admitted that he publicly lied at least 3 times this past week when he said he was arrested in Apartheid South Africa.

    His campaign now admits he was never arrested trying to meet Nelson Mandela. https://t.co/KPaDDnOLQK” / Twitter
    https://twitter.com/shaunking/status/1232535530040152065

    Joe Biden annonce qu’il a été arrêté en voyant Mandela | FR24 News France
    https://www.fr24news.com/fr/A/2020/02/joe-biden-annonce-quil-a-ete-arrete-en-voyant-mandela.html

    M. Biden – à l’époque sénateur du Delaware – a déclaré qu’il s’était rendu dans le pays avec une délégation de responsables américains et qu’il avait prévu de visiter Mandela en prison.

    Mais pendant le voyage, M. Biden a déclaré qu’il avait « eu le grand honneur d’être arrêté avec notre ambassadeur des Nations Unies dans les rues de Soweto » alors qu’il tentait de rejoindre le leader des droits civiques à Robben Island. La ville de Soweto est à plus de 1 223 km de Robben Island.

    Lors d’un brunch des Black History Awards à Las Vegas la semaine dernière, il a également déclaré que Mandela l’avait remercié pour ses efforts.

    « Il a jeté ses bras autour de moi et a dit : » Je veux vous remercier « », a déclaré M. Biden aux spectateurs. « J’ai dit : » Pourquoi me remerciez-vous, Monsieur le Président ? » Il a dit : « Vous avez essayé de me voir. Vous avez été arrêté en train de me voir. »

    #chut #etats-unis

  • Casey est de retour ! Nouveau groupe, Ausgang, nouveau clip (ci-dessous), nouvel album le 6 mars prochain, concerts le 17 mars à La Maroquinerie, le 10 avril à Ivry, et à suivre...

    Chuck Berry
    Ausgang (Casey, Marc Sens, Manusound, Sonny Troupé)
    https://www.youtube.com/watch?v=ijPK6pLKy1E

    Me demande pas si je suis à ma place, j’ai déjà brûlé la scène
    Te voiler la face, c’est te faire croire que l’inventeur du rock n’a pas du tout mes gènes
    Et dans les champs au bas de l’échelle, oui c’est mon peuple qui portait les chaînes
    Plutôt qu’faire ça dans la rock, attitude de toute la bourgeoisie parisienne
    Moi, j’aime le cuir, le blanc de mes pompes, le bleu de mon jean, c’est de l’hygiène
    Paraître pauvre, c’est un caprice, un privilège que les riches aiment
    Ma race a mis dans la musique sa dignité de peur qu’on lui prenne
    A fait du blues, du jazz, du reggae, du rap pour lutter et garder forme humaine
    Et l’Occident qui avait honte a inventé le punk s’est haï lui-même
    Tu as le cuir, la coupe, les clopes, les bottes et la Fender
    Les anecdotes, Les Enfants du Rock, la collection de vinyles de ton père
    Je l’ai dans la chair, je l’ai dans les veines, qu’est-c’que tu crois ? Cette histoire est la mienne

    J’ai dit Jimi Hendrix et puis Chuck Berry
    Jimi Hendrix et puis Chuck Berry
    Jimi Hendrix et puis Chuck Berry
    Jimi Hendrix et puis Chuck Berry

    Je fais du rap, je fais du rock où je vais, je suis moi-même
    Ces deux milieux sont jamais prêts pour le show que je produis chaque fois qu’je m’amène
    Anomalie du 93 avec une gueule caribéenne
    J’ai un penchant, j’l’ai jamais caché pour les textes qui autopsient ma haine
    Ma bouche a tout, toujours des cartouches à cracher et du coup cela créé le malaise
    Et je suis noire dans un monde blanc, c’est impossible que je le taise
    Sur la guitare, la batterie et la basse, je viens casser l’ambiance et rapporter la crasse
    Le rock est sans défense, je bouge dans tous les sens, l’ai arrosé d’essence, lui ai donné la chasse
    Oui, j’ai l’aisance, je l’ai dans le sang, dans mon élément, ça me va comme un gant
    On m’a pas invité, c’est pas moi qu’on attend, je viens représenter le clan des combattants
    Dispo pour ma diaspora pillée par des types mourants
    J’l’ai dans la chair, j’l’ai dans les veines car cette histoire est la mienne

    #Casey #Ausgang #rap #rock #Musique #Musique_et_politique #France #Chuck_Berry

  • #Philippe_Lévy : « L’#hôpital va s’effondrer comme une barre obsolète de banlieue »

    Dans une tribune au Parisien - Aujourd’hui en France, le professeur des universités Philippe Lévy « lance une #alerte de plus afin que le grand public perçoive les enjeux de ce qui est en train de se dérouler » à l’hôpital.

    « De tous les centres hospitalo-universitaires (#CHU) et de la majorité des #centres_hospitaliers généraux s’élève la même plainte. L’#épuisement du #personnel, la #perte_de_sens et — c’est nouveau — l’#insécurité_des_soins y sont décriés. L’#AP-HP est emblématique car c’est le plus grand établissement hospitalier d’Europe. Je souhaite par ces quelques lignes lancer une alerte de plus afin que le grand public perçoive les enjeux de ce qui est en train de se dérouler.

    Le personnel non médical — infirmier(e) s, aide-soignant(e) s, psychologues… — est écrasé en raison de #salaires de misère, de plannings sans cesse modifiés, de l’impossibilité de se loger à proximité des hôpitaux, de la destruction des équipes attachées à un service, ne permettant pas une #formation adéquate ni la #transmission_du_savoir ni la #solidarité. Les infirmières n’ont plus les moyens d’accomplir leurs tâches dans le temps imparti… On doit fermer des lits par secteurs entiers, restreignant les capacités d’accueil. Il n’y a plus d’assistantes sociales pour accompagner la prise en charge des patients précaires.

    Dans les hôpitaux, il manque des manipulateurs radio. L’AP-HP remplace les #secrétaires par des #logiciels qui font des courriers. Mais les secrétaires organisent le temps des médecins, sont capables de distinguer l’urgence de l’accessoire, de gérer l’angoisse… L’#encadrement ne contrôle plus le #soin. Il est saturé par la gestion des plannings, les glissements de tâches. L’AP-HP a été sévèrement touchée par la #réforme_des_pôles qui a détruit les #unités_fonctionnelles qu’étaient les #services autour du #chef_de_service. La création des #pôles a généré d’innombrables réunions, des mises en place d’#indicateurs de #performance. Les super #pôles_interhospitaliers ont été inventés avec un responsable médical et un #cadre_paramédical très éloignés des différents services et de leurs préoccupations. Les #super_pôles ont encore moins bien fonctionné que les pôles. Puis on a créé, sans plus de succès, les #départements_médico-universitaires. Les jeunes #médecins sont maintenus dans un état précaire pendant des années. Malgré des besoins évidents de titulaires, ils restent #contractuels et sont renouvelés (ou non) tous les six mois. Ce sont pourtant des bacs +10, responsables de vies humaines !

    Les rapports avec les directions sont de plus en plus difficiles. Elles ne sont plus au service des équipes médicales, c’est l’inverse. Il nous faut remplir des #objectifs, expliquer des déficits, signer des contrats qui n’engagent que le #corps_médical. Il y a à l’AP-HP un #administratif pour deux médecins…

    On le comprendra, le problème de l’hôpital ne se limite pas aux urgences. C’est être aveugle que de le croire, de le dire, voire de le clamer. Voilà, mesdames et messieurs les futurs usagers, rapidement brossé le paysage dévasté de ce qui est fait de l’#hôpital_public censé pourtant assurer les soins au plus haut niveau de tous, pauvres comme riches, et assurer la recherche d’excellence et la formation. Nous sommes à un #point_de_non-retour où l’hôpital public va s’effondrer comme une barre obsolète de banlieue sous le regard avide de l’#hospitalisation_privée. Le #corps_médical et paramédical ainsi que la population doivent dire stop et se lever. Plus que temps ! »❞

    http://www.leparisien.fr/societe/philippe-levy-l-hopital-va-s-effondrer-comme-une-barre-obsolete-de-banlie
    #effondrement #privatisation #macronisme #santé #hôpital_public #accès_aux_soins #soins #précarité #new_management_public #néo-libéralisation #services_publics

  • Remi Brulin sur Twitter : "January 1, #1982: Lebanon. A packed stadium. Bombs have been positioned where the PLO leaders will be seated. Bigger bombs are outside, ready to target panicked survivors This is #Olympia_2. One crazy operation in the Greatest “Terrorist” Campaign You Never Heard About

    #THREAD" / Twitter
    https://twitter.com/RBrulin/status/1212429497351462912

    #Liban #sionisme #terrorisme #massacre #civils #victimes_civiles #impunité #silence #complicité « #communauté_internationale »
    #mensonges #propagandes #chutzpah #sans_vergogne #vitrine_de_la_jungle

  • Reports: Israel considers denying entry of ICC investigators in response to war crimes probe
    December 24, 2019
    https://www.middleeastmonitor.com/20191224-reports-israel-considers-denying-entry-of-icc-investigat

    Israel is considering preventing the entry of officials from the International Criminal Court (ICC) in response to the chief prosecutor’s decision to investigate its possible war crimes in the occupied Palestinian territories, local media reported.

    Israel Hayom reported yesterday that representatives from the Israeli ministries of foreign affairs, justice and national security council have discussed practical ways to respond to the ICC chief prosecutor’s decision.

    The paper said representatives from the three ministers met on Sunday in the office of Prime Minister Benjamin Netanyahu and discussed the possibility of preventing the entry of ICC staff into Israel.

    #CPI