• Après la chute du Mur, une impossible « troisième voie » en Europe centrale
    https://www.mediapart.fr/journal/international/070819/apres-la-chute-du-mur-une-impossible-troisieme-voie-en-europe-centrale

    Trente ans après la chute du Mur, l’histoire de la gauche en Europe centrale est celle d’une longue faillite idéologique. Si des partis sociaux-démocrates ont existé et gouverné dans chacun de ces pays, ils n’ont fait que porter un mélange de corruption et de réformes libérales. Il est vrai que les gauches de « l’Europe de l’Ouest » ralliées aux politiques néolibérales n’avaient rien à leur proposer… "Deuxième épisode de notre série."

    #Trente_ans_après_la_chute_du_mur_de_Berlin #Chute_du_mur,_1989-2019,_Tchécoslovaquie,_Hongrie,_Pologne,_Havel,_Kuron,_solidarité,_Roumanie,_Michnik

  • L’Autorité palestinienne « responsable » d’attaques durant l’intifada - moyen orient
    Publié le 08-07-2019- RFI - Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20190708-jerusalem-palestine-intifada-israel-olp-arafat

    C’est un jugement d’un tribunal de Jérusalem qui pourrait avoir de lourdes conséquences. L’Autorité palestinienne ainsi que l’Organisation de libération de la Palestine portent, selon cette cour, une part de responsabilité dans la deuxième intifada. Elles sont directement liées à 17 attaques ayant tué des Israéliens, estime le tribunal. Ce jugement ouvre la voie à des demandes de dommages et intérêts de la part des familles de victimes. (...)
    Ce jugement, rendu en première instance, marque une victoire pour l’avocate des familles. Elle y voit la preuve que l’intifada « n’était pas un soulèvement populaire ». S’il n’est pas contredit, ce jugement permettra aux familles des victimes de ces 17 attaques de demander des dommages et intérêts à l’Autorité palestinienne et à l’OLP. Des demandes qui pourraient avoisiner 250 millions d’euros selon les estimations.

    #chutzpah

  • A Nantes, le projet de CHU, emblème d’une gestion technocratique de la santé
    https://www.mediapart.fr/journal/france/090719/nantes-le-projet-de-chu-embleme-dune-gestion-technocratique-de-la-sante

    Après Notre-Dame-des-Landes, c’est l’autre grand projet immobilier de Nantes : la ville veut construire un nouveau CHU, qui doit coûter un milliard d’euros. Il fait polémique en raison de sa localisation, sur l’île de Nantes, inondable, de son coût et de son projet médical. L’hôpital va perdre 362 lits dans le déménagement, au nom du « virage ambulatoire ».

    #Santé #CHU,_Agnès_Buzyn,_Saint-Nazaire,_politique_de_la_santé,_Nantes,_Médecine,_sante,_urgences

  • Plainte pour fichage de 35000 patientes atteintes d’un cancer

    Une grande solitude, la CNIL met cinq mois à répondre !
    https://souriez.info/Plainte-pour-fichage-de-35000

    RGPD une illusion de protection ?

    L’association Souriez vous êtes filmé·es s’insurge de tout fichage qui stocke des éléments confidentiels de santé dans une base de données de surcroit non déclarée et accessible à n’importe qui ainsi que du traitement réservé à sa plainte par la CNIL.

    Suite à la découverte de la page internet* sur laquelle le professeur Aubard du CHU de Limoges se vante avec moults détails d’avoir fiché 35000 patientes atteintes d’un cancer l’association Souriez vous êtes filmés a porté plainte auprès de la CNIL en décembre dernier.

    Plainte déposée le 11 décembre 2018

     : L’Association « Souriez vous êtes filmé.es » dépose plainte auprès de la CNIL concernant le fichier constitué par le Pr Aubard, fichier non déclaré à vos services. Nous vous demandons de nous tenir au courant de l’avancée de cette plainte. En effet, le Pr Aubard déclare sur le site de FileMaker (qui en profite pour faire sa publicité) avoir créé le fichage de plus de 35000 patientes avec un accès à 372 utilisateurs et pour chaque patiente ses coordonnées, ses informations d’état civil et familiales, ainsi que ses antécédents médicaux et chirurgicaux https://www.filemaker.com/fr/soluti... voir PDF de la page en Pièce jointe Extrait « Chaque intervenant doit pouvoir entrer dans la base ce qu’il a fait. Ca commence par le médecin en passant par la secrétaire, la sage-femme, l’infirmière, l’aide soignante, bref tout le service. Pour vous donner une idée, j’ai à ce jour donné 372 codes d’accès, il y a donc 372 utilisateurs de ma base de données », explique le Pr Aubard. Il ajoute : « Au fil des années, j’ai tout développé, ce qui m’a pris beaucoup de temps. Actuellement, il n’y a pas d’équivalent ! Si une nouveauté apparaît dans la spécialité, je l’intègre immédiatement dans mon fichier. »
    Réponse de la CNIL

    La CNIL, après avoir été relancée pour instruire la plainte enregistrée, nous répond par courrier le 7 mai 2019, soit près de 5 mois plus tard :

    « Dans le cadre de l’instruction de votre plainte, nous vous informons que nous adressons ce jour un courrier aux services du CHU de Limoges pour les interroger sur les différents points soulevés par celle-ci au regard du réglement Général sur la protection des Données (RGPD) applicable depuis le 25 mai 2018 »
    Qui est le Pr Aubard

    Le Pr Aubard qui se vante dans l’entretien d’avoir constitué de son propre chef le fichier des 35000 patientes non pas grippée mais atteinte d’un cancer est chef du service gynécologie-obstétrique au sein de l’hôpital de la mère et de l’enfant - CHU de Limoges. Le professeur Aubard apparait également comme signataire du texte qui comparait les femmes à des juments lors du congrès national des gynécologues obstétriciens https://www.francetvinfo.fr/societe/droits-des-femmes/au-congres-des-gynecologues-une-diapositive-compare-les-femmes-a-des-ju

    La peur des informaticiens du CHU

    En toute ignorance du droit informatique des patientes, le Pr Aubard ajoute dans l’interview où il expose ses méthodes de fichage des données confidentielles de 35000 femmes « Cette flexibilité et cette réactivité font peur aux informaticiens du CHU, qui ont beaucoup de mal à admettre que les médecins aient besoin de cela pour utiliser à plein un dossier informatique médicale. »

    L’association Souriez vous êtes filmés considère tout commentaire comme superflu.

    *Entretien disponible à l’adresse suivante https://www.filemaker.com/fr/solutions/customers/stories/aubard.html

    #plainte_CNIL #RGPD #fichage #médecine #cancer #sexisme_medical #femmes #CNIL #delirium_informatique #épée_dans_l'eau #solitude_du_militant #lanceur_d'alerte

  • [Appli] Die Millionen, die gingen | Christian Bangel et al.

    Ces flux de millions d’allemands de l’est qui s’en sont allés ... est une très belle application réalisée par Christian Bangel, Paul Blickle, Elena Erdmann, Philip Faigle, Andreas Loos, Julian Stahnke, Julius Tröger und Sascha Venohr.

    Cette application publiée en ligne, sur le site du journal die Zeit

    Depuis la chute du communisme, des millions de personnes ont en effet quitté l’Allemagne de l’est, ce qui déclencha « une crise démographique » sans précédent. Le journal raconte en effet comment le chef de l’Etat allemand chanta l’hymne national sur le balcon du Reichstag le 3 octobre 1990, pendant que les allemands célébraient leur réunification.

    Le Zeit a par ailleurs collecté des données décrivant de l’ordre de 6 millions de « délocalisations » correspondant aux mobilités résidentielles est-ouest entre 1991 et 2017. L’analyse réalisée permet de montrer qu’un quart de la population de l’Allemagne de l’Est s’est « déplacée » vers l’Ouest, ce qui correspond à 3 681 649 personnes venant de toutes les régions.
    Cette migration n’a pas été soudaine, elle prend la forme de vagues que l’application met bien en évidence. Interactive et sur le modèle de la storymap, elle relate cette migration par le recours à une cartographie statique (choroplèthe) et animée, en utilisant harmonieusement le procédé des particules.


    Différents diagrammes catégoriels et temporels sont également disponibles.

    Les données collectées en réalité depuis 1957 permettent ainsi de mettre en perspective graphiquement une très longue histoire de la migration allemande impliquant la RDA (avec Berlin-Est), les États territoriaux est-allemands ultérieurs et l’Ouest.

    A consulter, absolument.

    –> A titre secondaire, cette web application est la 80e que nous avons pu recenser sur le sujet « flux et réseaux dans le geoweb » pur #gflowiz.

    En savoir plus : https://www.zeit.de/politik/deutschland/2019-05/ost-west-wanderung-abwanderung-ostdeutschland-umzug

    #application #flux #flowmap #cartedeflux #geoweb #Deutschland #migrations #chutedumur #particules #migrations #delocalisations

  • Contre le système, le régime et le pouvoir en Algérie

    Nedjib Sidi Moussa

    https://lavoiedujaguar.net/Contre-le-systeme-le-regime-et-le-pouvoir-en-Algerie

    Intervention pour la rencontre « Transition indépendante pour une Algérie libre et démocratique » organisée le 26 avril à Paris par l’association Agir pour le changement et la démocratie en Algérie (ACDA).

    Depuis le 22 février, pour la dixième semaine consécutive, le peuple est massivement sorti dans les rues d’Algérie pour exiger le départ du système, du régime, du pouvoir... Et la détermination de la population est aussi importante que le flou entourant ces trois notions, tout comme les moyens à employer pour parvenir à ce but.

    Si la fin ne justifie pas toujours les moyens, il existe néanmoins « une interdépendance dialectique » entre les deux. C’est pourquoi il nous revient de préciser, dans la libre confrontation des idées, tant les méthodes à utiliser que l’objectif à atteindre. (...)

    #Algérie #système #Bouteflika #Gaïd_Salah #chute #armée #Kabylie #manifestants #transition #auto-organisation

  • A pearl and an apple – Forthright Magazine
    http://forthright.net/2019/03/17/pearl-apple

    What motivated the merchant was his love for the pearl. What motivates the child of God is a love for God to serve him in his church. For the faithful Christian, the church is the only place that is important in this life. All of the Christian’s thoughts and desires are for one thing and one thing only: serving God, dedicating everything to God, loving God is the pearl of great price.

    #church #not-a-denomination #bible

  • UN council: Israel intentionally shot children and journalists in Gaza - Israel News - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/un-council-israel-intentionally-shot-children-and-journalists-in-gaza-1.697

    The investigative commission of the United Nations Human Rights Council that examined the most recent round of violence on the #Israel-#Gaza border presented its findings on Thursday, saying it found “reasonable grounds” that Israeli security forces violated international law.

    The commission determined that the majority of Gaza protesters who were killed by Israeli forces —154 out of 183 people — had been unarmed.

    The panel also recommended that UN members consider imposing individual sanctions, such as a travel ban or an assets freeze, on those identified as responsible by the commission.

    [...]

    The commiission found that 35 children had been killed, some from direct weapons fire. The commission also noted one case involving a disabled person in a wheelchair and direct fire at journalists who claimed that they were clearly identified as press. One commission member, Sara Hussein, responded that there was no justification for firing at children and the disabled, whom she claimed posed no danger. The commission also took note of injury to Israeli soldiers in the confrontations.

    The commission also recommended that materials it collected be transferred to the International Criminal Court in The Hague and that UN members “consider imposing individual sanctions, such as a travel ban or an assets freeze, on those identified as responsible by the commission.”

    #crimes #ONU #impunité

    En français, versions édulcorées
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/28/israel-mis-en-cause-par-une-commission-de-l-onu-pour-de-possibles-crimes-de-

    https://www.lorientlejour.com/article/1159486/lonu-accuse-israel-de-possibles-crimes-contre-lhumanite-a-gaza.html

    https://www.rts.ch/info/monde/10254221-l-onu-suspecte-israel-de-crimes-de-guerre-lors-des-manifestations-a-gaz

  • Israël réclame 250 milliards aux Arabes pour l’expulsion des Juifs - JForum
    https://www.jforum.fr/israel-reclame-250-milliards-aux-arabes-pour-lexpulsion-des-juifs.html

    Israël se prépare à demander une indemnisation d’un montant total de 250 milliards de dollars à sept pays arabes et à l’Iran pour les biens et avoirs laissés par les Juifs qui ont été forcés de fuir ces pays, à la suite de la création de l’État d’Israël.

    “Le temps est venu de corriger l’injustice historique des pogroms (contre les Juifs) dans sept pays arabes et en Iran, et de restaurer, pour des centaines de milliers de Juifs qui ont perdu leurs biens, ce qui leur revient légitimement”, a déclaré samedi le ministre israélien de l’Égalité sociale, Gila Gamliel, qui coordonne le traitement de la question par le gouvernement israélien, a déclaré samedi.

    Selon les chiffres cités samedi soir par le journal israélien Hadashot, les demandes d’indemnisation des deux premiers des huit pays concernés sont en cours de finalisation, Israël devant demander 35 milliards de dollars d’indemnisation pour la perte d’actifs juifs de Tunisie et 15 milliards de dollars à la Libye.

    Au total, le reportage télévisé a déclaré qu’Israël chercherait plus de 250 milliards de dollars auprès de ces deux pays, ainsi que du Maroc, de l’Irak, de la Syrie, de l’Egypte, du Yémen et de l’Iran.

    #israël #sans_vergogne

    • Israël réclame 250 milliards $ d’indemnisations aux Etats arabes !
      7 يناير، 2019
      https://algeriepress.com/israel-reclame-250-milliards-dindemnisations-aux-etats-arabes

      Des médias israéliens ont encore une fois rouvert le dossier des biens laissés par des Juifs dans un certain nombre de pays arabes qu’ils ont quittés pour la Palestine occupée.

      Ainsi, les Juifs réclament des indemnisations et envisagent même d’employer cette donne, provocante à l’endroit des Etats arabes-, lors des discussions prévues prochainement avec l’Etat de la Palestine.

      En effet, une télévision israélienne a annoncé dans un reportage que l’Etat hébreu a avancé pour la première fois une estimation officielle des biens laissés par des Juifs dans des pays arabes évaluée à 250 milliards de dollars, bien que la même chaîne n’a pas indiqué le montant de ces biens prétendus en Algérie.

      Un membre du parlement israélien (La Knesset) avait estimé, lui, que les biens laissés par les Juifs en Algérie s’élevaient à plus de 2 milliards de dollars, suggérant ainsi d’utiliser la carte des Juifs d’Algérie pour mettre la pression sur le gouvernement algérien afin de se montrer moins hostile vis-à-vis d’Israël et de cesser ses aides accordées aux résistants palestiniens. (...)

  • Jesus Loves His Church | i read the word

    Most of the New Testament’s books are letters (called epistles) and the majority of them are written to churches. These include Romans, 1 & 2 Corinthians, Galatians, Ephesians, Philippians, Colossians, 1 & 2 Thessalonians, and possibly 2 John (depending on one’s understanding of “the elect lady and her children”, v. 1). Though classified as a book of prophecy and not an epistle, Revelation is addressed “to the seven churches” (1:11) and contains brief letters to each of them. Our minds out to be impressed that so much of the New Testament is specifically intended for these bodies of the Lord’s people and His obvious care and concern for His church wherever it might be found. These letters serve as encouragement, instruction, correction, exhortation, and motivation for the Lord’s people. As He exercised great interest in the church we can do no less. The church is not of peripheral concern and limited interest. Jesus loved His church and still does. So should we.

    #church #Bible #NewTestament

  • La Chiesa anglicana neozelandese si scusa con i Maori

    Durante l’era coloniale la #Church_Missionary_Society sottrasse forzatamente le terre al popolo Maori di #Tauranga.

    La Chiesa Anglicana della Nuova Zelanda si è scusata con il popolo Maori di Tauranga per la sottrazione forzata delle terre avvenuta nel 1800.

    Gli abitanti originari, i clan #Ngati_Tapu e #Ngai_Tamarawaho, avevano affidato circa 1333 acri della loro terra alla Church Missionary Society, la quale li consegnò nel 1866 alla Corona.

    La rivista della Chiesa anglicana della Nuova Zelanda, Anglican Taonga, riporta che durante un culto speciale, celebrato ad inizio dicembre, il vescovo Pihopa Ngarahu Katene e l’arcivescovo Philip Richardson – due delle figure più alte della Chiesa – hanno letto un documento contenente le scuse.

    In particolare l’arcivescovo Richardson ha letto il testo in inglese mentre Pihopa Katene lo ha letto nella lingua maori.

    Richardson poi si è inginocchiato e ha consegnato il documento, sigillato con il sigillo dei Primati, agli anziani dei clan Ngati Tapu e Ngai Tamarawaho.

    Il Vescovo di Waiapu, Rt Rev Andrew Hedge, ha affermato che i membri della Chiesa anglicana della Nuova Zelanda che hanno partecipato al culto «portano fino ad oggi il dolore rappresentativo di una nazione intera composta da vescovi, clero e da laici anglicani».

    «Riconosciamo con solenne tristezza che gli eventi del passato hanno gettato un’ombra così lunga sulle generazioni seguenti, lasciando un’eredità di ingiustizia e controversie», ha affermato.

    «Ci aspettiamo che questo atto di pentimento possa contribuire a far brillare una luce di riconciliazione in questa whenua (terra)».

    Le scuse ufficiali sono state concordate in occasione di un incontro del Sinodo Generale nel maggio 2018, in cui il vescovo Hedge aveva affermato di non aver mai «provato in modo così palpabile un tale schiacciante dolore».

    https://riforma.it/it/articolo/2018/12/10/la-chiesa-anglicana-neozelandese-si-scusa-con-i-maori

    #Eglise #colonialisme #Maori #christianisme #histoire #excuses #colonisation #Nouvelle_Zélande #terres

  • Le CHUV s’engage contre le sexisme visant les étudiantes en médecine ptur - 26 Novembre 2018 - RTS
    https://www.rts.ch/info/regions/vaud/10023603-le-chuv-s-engage-contre-le-sexisme-visant-les-etudiantes-en-medecine.ht

    Une enquête menée par un collectif d’étudiantes en médecine montre qu’elles sont nombreuses à subir diverses formes de harcèlement sexuel. Le CHUV lance lundi une campagne d’affichage contre le sexisme et une ligne d’écoute.

    Se faire appeler « Chouchou » par son chef, s’entendre dire qu’"il faut deux femmes pour faire le travail d’un homme" ou recevoir des propositions chargées de sous-entendus graveleux...

    C’est encore en 2018 le lot de nombreuses jeunes femmes médecins dans les hôpitaux romands, notamment au CHUV, dénonce le collectif d’étudiantes en médecine Clash (Collectif de lutte contre les attitudes sexistes en milieu hospitalier) dans un communiqué diffusé lundi.

    Soixantaine de témoignages
    Le groupe d’étudiantes a adressé 800 questionnaires aux étudiants en médecine et aux médecins en formation.
    Il a reçu près de 200 réponses, dont une soixantaine de témoignages forts de personnes vivant des situations assimilables à du harcèlement sexuel.

    La palette des comportements décrits va de la main sur l’épaule tout au long de la journée à des propos très crus tels que « si vous n’êtes pas déjà enceinte, je peux y remédier ».

    Le collectif Clash a interpellé la direction du centre hospitalier vaudois avec ses conclusions. Le directeur général du CHUV Pierre-François Leyvrat a déclaré à la RTS avoir été « sidéré » à la découverte des résultats : « je ne pensais pas que des (...) futures collègues puissent être aussi maltraitées dans les services », a-t-il déploré.

    Souvent des supérieurs hiérarchiques
    « Il apparaît que les comportements incriminés sont essentiellement le fait d’hommes envers des femmes, et que ces hommes ont souvent une fonction d’encadrement ou d’accompagnement », a pour sa part relevé le Directeur des ressources humaines du CHUV Antonio Racciatti dans le 12h30 de la Première.

    En raison de leur statut de personnes en formation, les personnes qui en font l’objet manquent souvent de ressources pour faire face. « Il y a encore dans la profession une tendance à dénigrer les femmes et il faut changer cela », a affirmé Antonio Racciatti.

    Stratégies d’évitement
    D’autant que cette situation peut réorienter voire détruire des carrières, estime la direction du CHUV. L’ambiance sexiste régnant dans certains services conduirait des étudiantes en médecine à éviter certaines spécialités.

    Face à ces conclusions, le centre hospitalier vaudois a décidé de lancer une campagne de sensibilisation contre le sexisme et le harcèlement sexuel.

    Des affiches relatant certains propos inappropriés récoltés par les étudiantes vont être placardées dans tous les services. Une nouvelle antenne d’écoute téléphonique est également mise en service dès lundi afin de libérer la parole des étudiants. Toute une série de sanctions, allant de l’avertissement au licenciement, sont prévues en cas d’abus.

    #sexisme #harcèlement #CHUV #Suisse #médecine #mandarins #femmes

  • Plainte collective de colons israéliens contre Airbnb
    22 novembre 2018 Par Agence Reuters
    https://www.mediapart.fr/journal/international/221118/plainte-collective-de-colons-israeliens-contre-airbnb?onglet=full

    Des avocats de colons israéliens ont déposé jeudi une plainte en nom collectif contre la plateforme Airbnb qu’ils accusent de discrimination après le retrait de ses listes des hébergements proposés à la location dans les colonies juives de Cisjordanie.

  • Les urgences de l’hôpital de Grenoble complètement saturées

    Quel beau métier infirmier

    Les urgences de l’hôpital de Grenoble n’ont jamais aussi bien porté leur nom. Manque de place, de personnel, surcharge de travail, pression, turn-over permanent du personnel : c’est un service qui cumule les problèmes urgents à régler. Et pourtant, rien n’est fait pour empêcher la dégradation de ce service, dont presque tout le monde a besoin un jour.
    Depuis le suicide d’un neurochirurgien en novembre dernier, l’hôpital de Grenoble est en « crise ». Mais si on a un peu parlé des difficiles conditions d’exercice des médecins, si un service a obtenu des renforts (voir Le Postillon n°45), il a été peu question de la souffrance des professions moins diplômées, et notamment des infirmières (1). C’est le sujet de cette nouvelle bucolique de Basile Pévin, proposant une saynète imaginaire à partir de faits bien réels.

    Lire la suite sur https://www.lepostillon.org/Quel-beau-metier-infirmier.html

    #LiterratureReportage #CHUdeGrenoble #Balancetonhosto

    • Encore un plan pour démolir l’hôpital public

      Ça va saigner. Les coupes claires vont continuer dans la santé. Voilà l’enseignement premier du discours du président pour présenter le « plan santé ». La presse a annoncé une soi-disant « rallonge budgétaire » de 400 millions d’euros. Il s’agit d’un artifice. Macron a annoncé que les dépenses de santé augmenteront en 2019 de 2,5%. Mais, d’après l’administration de la Sécurité sociale, l’augmentation naturelle des dépenses de santé est de 4,5% par an, du fait du vieillissement de la population, du développement de certaines maladies et d’autres facteurs. Au total, il faudra donc faire 3,8 milliards d’euros d’économies supplémentaires l’année prochaine. Dans ces conditions, aucune des paroles de Macron ne peut apporter une perspective d’amélioration pour un service public de santé déjà à bout de souffle.

      Tout le reste est déterminé par ce cadre budgétaire. Cadre qui est bien entendu la conséquence de l’application des règles budgétaires de l’Union européenne. Il ne peut donc au mieux que proposer de microscopiques solutions. Ainsi, il veut créer 400 postes de médecins salariés censés résoudre le problème des déserts médicaux. Sachant que pour les seuls généralistes, le phénomène touche 6 millions de personnes. Et c’est bien plus pour certaines spécialités. Des observateurs ont donc parlé de mauvaise blague a ce sujet.

      Quant à la « réorganisation » des hôpitaux évoquée par Macron, il s’agit bien de fermetures de services. Il veut transformer des « petits » hôpitaux en « hôpitaux de proximité ». Ceux-ci se cantonneraient à des services de gériatrie, rééducation, imagerie, biologie ou télémédecine. Cela signifie donc, dans les zones rurales et dans les petites villes où se trouvent ces hôpitaux encore plus de fermetures de services chirurgicaux, de services d’urgences ou de maternités. Ceci alors que le tiers des maternités ont déjà disparues depuis 20 ans. Ce plan massif de fermetures de services pourrait concerner jusqu’à 600 hôpitaux.

      Les grands bénéficiaires de cette disparition du service public seront les cliniques privées. Elles ne s’y sont d’ailleurs pas trompées. À peine le discours terminé, la fédération des hôpitaux privés réagissait : « C’est une réforme à la hauteur des enjeux. Nous sommes prêts à relever ensemble ce défi ». Depuis 20 ans, ils sont les grands gagnants de la destruction du service public. En effet, depuis 1996, 60 services d’urgences ont été fermés dans des hôpitaux publics. Dans le même temps, 138 services d’urgences privées ouvraient leurs portes. Le « plan santé » de Macron accélèrera cette privatisation rampante de la santé.

      Macron compte évidemment sur la médecine libérale pour pallier les manques de l’hôpital public. Il veut par exemple que les urgences non vitales soient prises en charge par des permanences tournantes de la médecine de ville. Et encore renforcer l’exercice de la médecine libérale au sein même de l’hôpital public. Mais tout le monde comprend bien que remplacer l’hôpital public par la médecine libérale telle qu’elle fonctionne aujourd’hui c’est renforcer les inégalités devant l’accès aux soins. 45% des médecins spécialistes pratiquent des dépassements d’honoraires en moyenne de 56% au-dessus du tarif de la Sécurité sociale. Ce renchérissement de la santé conduit de nombreuses personnes à renoncer aux soins. Ils sont, selon les enquêtes entre un quart et un tiers à renoncer au moins une fois dans l’année à aller se faire soigner. Pour des raisons financières.

      Le relèvement de notre système de santé et le niveau de soin de la population passe par le retour du service public et la progression de la Sécurité sociale. Emmanuel Macron semble avoir tiré deux idées de notre programme L’Avenir en commun : la suppression du numérus clausus dans les facs de médecine et la fin du « tout tarification à l’acte ». Il nous restera à faire la création d’un véritable corps de médecins fonctionnaires et de centres de santé pour lutter contre les déserts médicaux, l’embauche de 60 000 personnels soignants pour soulager les hôpitaux ou le 100% remboursé par la sécurité sociale pour éradiquer le renoncement aux soins.

      https://melenchon.fr/2018/09/27/encore-un-plan-pour-demolir-lhopital-public

  • « Le scénario de l’effondrement l’emporte » (Dennis Meadows, Libération)
    https://www.liberation.fr/futurs/2012/06/15/le-scenario-de-l-effondrement-l-emporte_826664

    Chaque pays est d’accord pour signer en faveur de la paix, de la fraternité entre les peuples, du développement durable, mais ça ne veut rien dire. Les pays riches promettent toujours beaucoup d’argent et n’en versent jamais.
    […]
    Tant qu’on ne cherche pas à résoudre l’inéquation entre la recherche perpétuelle de #croissance_économique et la limitation des #ressources_naturelles, je ne vois pas à quoi ça sert.
    […]
    Tout comme les termes #soutenabilité et #développement_durable, le terme d’#économie_verte n’a pas vraiment de sens. Je suis sûr que la plupart de ceux qui utilisent cette expression sont très peu concernés par les problèmes globaux.
    […]
    Dans à peine trente ans, la plupart de nos actes quotidiens feront partie de la mémoire collective […]. Du coup, les gens se demandent si nous allons appuyer sur la pédale de frein à temps. Pour moi, nous sommes à bord d’une voiture qui s’est déjà jetée de la falaise et je pense que, dans une telle situation, les freins sont inutiles. Le #déclin est inévitable.
    […]
    La première chose à dire, c’est que les #problèmes_écologiques ne proviennent pas des humains en tant que tels, mais de leurs #modes_de_vie.
    […]
    Chaque fois, on ne résout pas le problème, on fait redescendre la pression, momentanément, on retarde seulement l’#effondrement.
    […]
    Or, le cerveau humain n’est pas programmé pour appréhender les problèmes de long terme. C’est normal : Homo Sapiens a appris à fuir devant le #danger, pas à imaginer les dangers à venir. Notre vision à court terme est en train de se fracasser contre la réalité physique des #limites de la planète.
    […]
    C’est fini, la #croissance économique va fatalement s’arrêter, elle s’est déjà arrêtée d’ailleurs. Tant que nous poursuivons un objectif de croissance économique « perpétuelle », nous pouvons être aussi optimistes que nous le voulons sur le stock initial de #ressources et la vitesse du #progrès_technique, le système finira par s’effondrer sur lui-même au cours du XXIe siècle. Par effondrement, il faut entendre une #chute combinée et rapide de la population, des ressources, et de la production alimentaire et industrielle par tête.
    […]
    Le système reste un #outil, il n’est pas un #objectif en soi. Nous avons bâti un #système_économique qui correspond à des #idées. La vraie question est de savoir comment nous allons changer d’idées. Pour des pans entiers de notre vie sociale, on s’en remet au système économique. Vous voulez être heureuse ? Achetez quelque chose ! Vous êtes trop grosse ? Achetez quelque chose pour mincir ! Vos parents sont trop vieux pour s’occuper d’eux ? Achetez-leur les services de quelqu’un qui se chargera d’eux ! Nous devons comprendre que beaucoup de choses importantes de la vie ne s’achètent pas. De même, l’#environnement a de la #valeur en tant que tel, pas seulement pour ce qu’il a à nous offrir.

  • CHU Lille : “Faut-il faire de la santé un business ? ” Témoignage de deux syndicalistes mis en cause Alex Anfruns 4 Septembre 2018 - Investigaction

    https://www.investigaction.net/fr/faut-il-faire-de-la-sante-un-business-temoignage-de-deux-syndicalist

    Près de cinq cents personnes se sont rassemblées le 28 août devant le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) pour exprimer leur soutien à deux salariés syndiqués, convoqués à un entretien en vue d’une procédure disciplinaire. Un nouveau rassemblement aura lieu le 6 septembre devant la direction du CHU qui semble décidée à mettre à l’index les deux syndicalistes. Le droit à la santé devrait-il être sacrifié au profit de la “rentabilité” ? Entretien
     
    Pouvez-vous nous rappeler le contexte de vos deux convocations ?

    Isa  : On a reçu une première lettre en recommandée et en courrier simple à notre domicile, nous convoquant à des entretiens. On a vite compris que Fred n’était pas convoqué en tant qu’aide soignant aux urgences, ni moi en tant qu’éducatrice spécialisée en psychiatrie, mais qu’on était convoqués parce qu’il était le secrétaire général du syndicat CGT des ouvriers et employés du CHU Lille et moi la secrétaire générale du syndicat CGT des médecins, ingénieurs, cadres et techniciens du CHU Lille, et que nous avions mené des luttes tout au long de l’année, des luttes que la direction souhaite réprimer.
     

    Quel a été le motif de cette convocation à un entretien disciplinaire ? 
    Fred : Nous pensons que cela a été à cause d’une défense des droits de nos collègues qui travaillent dans la stérilisation. Il s’agit du droit de retrait -quand on se sent en danger au travail- qui n’est pas un droit collectif comme le droit de grève. On a fait valoir le droit de retrait de ces agents de la stérilisation le 29 juin dernier. C’est arrivé en juin et bizarrement nous avons été mis en cause disciplinairement en juillet. Étonnant, n’est-ce pas ?
     
    Quelle était la revendication de vos collègues ?
    Fred  : Ils s’occupent de tous les instruments des blocs opératoires -ou des services de soin- qui sont à stériliser pour ensuite permettre les interventions chirurgicales, les pansements, etc. Ces agents-là sont dans une structure qui a été créée en 2013 de façon très fermée. Elle a été organisée comme une sorte d’unité de production, qui est là pour produire des instruments et qui doit être rentable. On leur demande de produire dans tel temps, tel plateau opératoire… Or, ce qui devrait nous intéresser c’est la qualité et pas la productivité. Ces agents travaillent quotidiennement en dessous des effectifs qui devraient être les leurs. Et dernièrement, il y a eu deux de leurs collègues qui ont été mis en cause et qui ont été suspendus. Donc il y a encore eu deux collègues en moins sur la zone de production. Cela les a fait réagir et les a amenés à être présents le jour de l’action du 29 juin, où ils ont fait valoir collectivement leur droit de retrait. Une majorité des agents en activité étaient là, à l’exception d’une partie qui était absente. Nous les avons accompagnés syndicalement. La direction n’a pas pu entendre que les agents choisissent individuellement leur droit de retrait.
     
    Comment cette action s’est-elle concrétisée par la suite ?
    Fred : Les agents ont arrêté de travailler. Ce droit de retrait, c’est un droit individuel lorsque l’agent considère qu’il y a un danger suffisamment grave et imminent devant soi et qui l’amène à se retirer du travail, pour ne pas encourir des risques.
     
    Pouvez-vous décrire quels sont ces risques ?
    Isa  : Lorsque le matériel sort des blocs opératoires, il y a un protocole de stérilisation du matériel, qu’il faut nettoyer et potentiellement décontaminer. Car il y a des patients avec des maladies irréversibles, avec de fortes probabilités de contamination. Quand les agents reçoivent ce matériel et qu’ils ont des protocoles de sécurité à respecter, mais qu’ils sont en dessous des effectifs minimum pour pouvoir le produire, que se passe-t-il ? Eh bien, ces agents vont de plus en plus vite. Donc ils prennent de moins en moins de précautions. Donc il y a de plus en plus d’accidents de travail, et notamment des piqûres et des coupures avec du matériel potentiellement contaminé par des virus irréversibles sur la santé. Le résultat c’est qu’il y a une mise en danger de la propre santé de ces agents. Les conséquences peuvent être très longues, voire même irréversibles. Ce risque-là, la direction du CHU le connaît. Sauf qu’il est aggravé par l’absentéisme des collègues non remplacés, et aggravé plus que jamais depuis le 29 juin, avec la suspension des collègues dans le cadre d’une procédure administrative.
     
    Plus concrètement, quels sont les faits que la direction vous reproche ?
    Isa : Ce qu’on nous reproche principalement c’est l’envahissement des instances, notamment du conseil technique d’établissement et du conseil de surveillance de l’hôpital, avec des agents en lutte. Cela a été le cas des Ehpad, aussi le cas des urgences, ou encore de l’hôpital de Pierre Swynghedauw.
     
    Justement, pouvez-vous revenir sur la situation dans cet hôpital ?
    Isa : Il y avait eu une annonce de suppressions de postes sur les aides-soignants de nuit dans cet hôpital. L’argument de la direction c’est qu’elle prévoyait de commander pour les patients, des couches qui absorbaient davantage d’urine, et donc qu’il faudrait en changer moins. S’il n’y avait plus de couches à changer la nuit, plus besoin d’aides-soignants non plus.
     
    Quelle a été la réaction des aides-soignants concernés ?  
    Isa : Les personnels se sont mobilisés : ils ont fait appel à la CGT, il y a eu des préavis de grève qui ont été déposés et des actions ont été décidées collectivement dans les assemblées générales du personnel. Il y a eu notamment celle d’envahir le conseil technique d’établissement ou le conseil de surveillance, pour alerter nos dirigeants, les représentants des usagers et les autres organisations syndicales sur les projets qui sont mis en œuvre dans cet établissement, qui selon nous, nuisent aux conditions de travail des agents, mais aussi aux conditions d’accueil et des soins des patients.
     
    Comment avez-vous pris connaissance de ces projets visant à supprimer des postes ? Y a-t-il eu un dialogue ou des négociations préalables avant leur concrétisation ?
    Isa : C’est fait, les licenciements sont déjà faits.
     
    Fred : Il n’y a pas eu de dialogue. C’est ce qu’ils appellent la “rationalisation” du soin dans les hôpitaux, qui existe depuis 2004 avec la tarification des activités. Il y a un budget qui est établi pour l’année, où le personnel est financé selon ce qu’il fait, au détriment de tout projet politique. En gros la logique c’est “Vous faites telle activité, vous êtes financé pour telle activité”.
     
    Cette logique répond-elle aux besoins des usagers ?
    Fred : Non, car il n’y a pas de projet politique du genre : “On va répondre à tel besoin de la population”. On n’est plus dans cet ordre des choses là en France. A l’hôpital Swynghedauw la direction a essayé de gagner un peu d’argent à partir du budget existant en supprimant des postes. Mais ce n’est pas le seul cas, il y en a d’autres comme celui de l’Institut Cœur Poumon, où l’on a construit un bâtiment tout neuf. Le projet est d’augmenter l’activité de 20% d’ici à 2020. Donc, d’ici à deux ans il faut qu’on augmente l’activité avec les mêmes collègues qui sont là. Il suffit d’imaginer 20 lits qui sont déjà remplis. Alors on va ouvrir 25 lits, il va falloir gérer 25 patients mais on va laisser le même personnel…
     
    Isa : Il faut savoir qu’au service de cardiologie l’objectif d’augmentation de l’activité de 20 % inclut aussi 60 suppressions de postes. Augmenter l’activité, diminuer le nombre du personnel pour continuer à accueillir et soigner les patients…ils appellent cela un “retour sur investissement”. L’hôpital public aujourd’hui, quand il y a des investissements à faire, n’a plus les financements extérieurs pour pouvoir construire un bâtiment et il doit s’autofinancer. Alors pour s’autofinancer à l’hôpital public, il faut faire des économies en interne. Cela veut dire augmenter l’activité, donc la possibilité de facturer à la sécurité sociale davantage d’actes, donc faire rentrer des recettes et faire des économies de personnel pour qu’il y ait moins de dépenses de la masse salariale.
     
    Quels sont les effets de ce “manque de projet politique” ?
    Isa : Cela oblige les personnels à se mobiliser, à s’organiser et à résister à ces politiques là, parce que leurs métiers sont saccagés et leurs vies aussi. Ce n’est plus supportable pour eux non plus d’être amenés à traiter les patients de manière dégradante. Partout on nous dit que c’est dégradé et qu’on fait le strict minimum…Voire même pas le minimum : cela a été le cas dans les Ehpad cet hiver dans les maisons de retraite du CHU de Lille. Par cette politique, ils en arrivent à parler de “maltraitance aux patients” ! Puisqu’il n’y a plus de moyens de les accueillir et les accompagner…
    Être aide-soignant à l’hôpital ce n’est pas simplement changer des couches. La nuit, on a des patients qui ne vont pas bien physiquement – ou psychologiquement, parce qu’ils sont malades, ou en fin de vie. Et ils sollicitent les aides-soignants pour discuter, pour évacuer leurs angoisses…Ils sont disponibles pour cela.
     
    Fred : Les soins ce n’est pas juste des actes. C’est une présence, un tas de choses. Mais on est en train de décider de l’offre des soins en fonction de sa rentabilité, et en quantifiant les actes qui sont purement physiques. L’essentiel n’est pas là, mais qu’il y ait au moins de la place pour tout le monde.

    Il suffit d’interroger la population du Nord pour savoir combien de temps les gens mettent pour avoir un rendez-vous pour telle ou telle consultation, avec tel ou tel spécialiste. Vous verrez qu’il y a des spécialités qui sont devenues inabordables, et vous pouvez attendre six mois pour un rendez-vous. C’est ce qui amène les gens à aller dans le secteur privé. Il y a donc une offre de soins à proposer aux patients du secteur public, et justement la politique actuelle est menée pour que les patients aillent dans le privé, pour des raisons de rentabilité.
     
    Est-ce qu’il faut faire de la santé un business ? Nous, on dit Non. Nous n’avons pas un regard unilatéral, juste en faveur des droits des salariés qu’il faudrait respecter. Ce que nous avons fait en tant que syndicalistes, c’est à la fois pour les agents et pour l’hôpital public. C’est aussi une réponse aux besoins de santé.
     

    “La direction du CHU de Lille persiste dans sa volonté de réprimer l’expression syndicale et ainsi, de museler les personnels pourtant soumis à des décisions destructrices qui dégradent leurs conditions de travail et la qualité/sécurité des soins aux usagers. Elle convoque ce 6 septembre Isabelle, poursuivie pour l’exemple tout comme Fred !!
    Toutes et Tous ensemble pour montrer à la direction et aux nombreux regards dorénavant tournés vers le CHU de Lille que ni les personnels hospitaliers, ni leurs représentants syndicaux ne se laisseront réduire au silence !!
    Soyons encore plus nombreux à défendre notre droit et notre liberté de protester et de revendiquer !! Il en va de l’avenir de notre travail et de l’Hôpital Public !! Les agents du CHU doivent se mobiliser !!”

    #Lille #CHU #Santé #business #CHU #violence #Santé #fric #répression
     

  • Oil industry wants government to build seawall to protect refineries from climate change effects | OregonLive.com
    https://www.oregonlive.com/expo/news/erry-2018/08/88ce31f2fa4310/oil-industry-wants-government.html

    Une des industries privées les plus responsables du changement climatique, demande (et va très vraisemblablement obtenir) des fonds publics pour se protéger des conséquences négatives du changement climatique et ce dans un État...

    ... in a state where top politicians still dispute climate change’s validity,..

    #tant_qu'à_faire #Chutzpah #foutage_de_gueule #sans_vergogne #climat #Etats-Unis #oligarques

  • Instant Gratification.
    https://hackernoon.com/instant-gratification-a21913eacda?source=rss----3a8144eabfe3---4

    “We’re the middle children of history, man. No purpose or place. We have no Great War. No Great Depression. Our Great War’s a spiritual war… our Great Depression is our lives. We’ve all been raised on television to believe that one day we’d all be millionaires, and movie gods, and rock stars. But we won’t. And we’re slowly learning that fact. And we’re very, very pissed off.” - Chuck Palahniuk, Fight ClubMy favourite quite from my favourite movie.How beautifully yet in a frightening way, Chuck has managed to write the meaning of our lives in a single paragraph.From the beginning of our lives we have been exposed to these screens on which we will probably spend 90% of our life if not more and on those screens majorly advertisement and every fucking industry is selling an idea, that we are bound (...)

    #fight-club #satisfaction #self-improvement #chuck-palahniuk #instant-gratification

  • L’ambassadeur de l’UE convoqué en Israël pour ingérence sur le projet de loi Etat-nation
    Par RFI Publié le 13-07-2018
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20180510-tirs-croises-missiles-israel-syrie-iran-golan-damas

    (...) « Cela ne suffit pas que l’Union européenne finance des organisations qui s’efforcent de saboter l’Etat d’Israël et qu’elle finance des constructions illégales », s’est indigné le Premier ministre. « Apparemment, ils ne comprennent pas qu’Israël est un Etat souverain », a jugé Benyamin Netanyahu qui promet d’autres mesures à l’encontre de l’Union européenne.

    Le motif de sa colère est une intervention de l’ambassadeur européen à Tel Aviv auprès d’élus de la majorité. Emanuele Giaufret les aurait mis en garde contre un projet de loi actuellement en discussion à la Knesset. S’il est adopté en l’état, ce texte permettrait de créer des localités uniquement juives : une mesure que le diplomate aurait jugé discriminatoire et contraire aux principes démocratiques.

    La délégation européenne en Israël répond que sa démarche était celle de « tout service diplomatique » partout dans le monde. Elle affirme respecter le débat parlementaire israélien mais souligne que « le respect des droits de l’Homme et des principes fondamentaux sont un élément-clé du partenariat entre l’Union européenne et Israël ». (...)

  • Seven things you need to know about Israel’s latest attack on #Gaza
    http://mondoweiss.net/2018/04/things-israels-latest

    1. Israel’s killings were premeditated.

    2. Israeli violence had nothing to do with “security.”

    3. There were no “clashes.”
    Again, I defer to Israeli propaganda. How many injuries to Israeli soldiers have even been claimed in the tsunami of apologetics pouring out of Tel Aviv this week? Zero. How much damage to Israeli property? Zero. How many Israeli civilians threatened? Zero. How many breaches in that precious “security fence”? Zero.

    4. Israel targeted its victims for political reasons.
    And yes, Virginia, there is a name for that sort of lethal conduct: the name is terrorism. Israel directed deliberate, deadly violence at Gaza’s civilians with the express goal of intimidating potential dissenters. It requires astonishing #chutzpah for the orchestrators of terrorism on such a scale to accuse their victims of being terrorists. But chutzpah is one thing Israel seldom lacks.

    5. Israel commits its crimes because the U.S. lets it.
    Like other bullies, Israel fights only where it cannot lose.

    6. Mainstream media, and Jewish organizations, assist in the cover-up.
    The proliferation of apologetics in mainstream media for Israel’s deadly violence has been so instantaneous, and so nauseating, that I will only sample the field briefly. Sticking to the liberal end of the spectrum, one finds Ha’aretz‘s #Amos_Harel lamenting that “Hamas…has found a more effective way of creating friction with the #Israel Defense Forces than firing rockets and carrying out attacks through its tunnels.” (How nasty of those Palestinians to get themselves killed just to ruin the mornings of some IDF brass!) In fact, Harel notes, the Gazans have proved so treacherous that “despite the large number of Palestinian casualties not a single rocket has been fired into Israel from the Strip.” What’s a besieger to do? The more lopsided its violence, the easier it is to hurt poor Israel’s feelings.

    7. Israel’s #crimes will continue until we make it stop.

    #terrorisme

  • CHU Leaks: des documents confidentiels accablent l’hôpital toulousain
    https://www.mediapart.fr/journal/france/030418/chu-leaks-des-documents-confidentiels-accablent-l-hopital-toulousain

    Extrait d’une fiche d’incident. Mediacités a eu accès à plus de 26 000 fiches d’incident enregistrées par le personnel du CHU de Toulouse. Graves dysfonctionnements techniques, manque d’effectif, mise en danger des patients : cette fuite inédite de documents confirme la situation plus qu’inquiétante de l’hôpital toulousain. Nous publions l’enquête de notre partenaire.

    #France #CHU_Toulouse #hopital #Médiacités