• Israël déclare qu’il ne « reconnaîtra pas » les référendums d’annexion en Ukraine
      Agence France-Presse - 27 septembre 2022
      https://www.mediapart.fr/journal/fil-dactualites/270922/israel-declare-qu-il-ne-reconnaitra-pas-les-referendums-d-annexion-en-ukra

      Israël a déclaré mardi qu’il ne reconnaîtrait pas les résultats des « référendums » d’annexion, lancés vendredi dans quatre régions d’Ukraine sous contrôle total ou partiel russe.
      « Israël reconnaît la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine et ne reconnaîtra pas les résultats des référendums dans les régions orientales de l’Ukraine », indique mardi soir un communiqué du ministère des Affaires étrangères.
      La Russie et les autorités des régions qu’elle occupe en Ukraine ont affirmé mardi que le « oui » était largement en tête de ces « référendums » d’annexion.
      Après l’invasion en Ukraine en février, Israël a adopté une position prudente, faisant valoir des liens privilégiés avec les deux pays et il s’est abstenu de fournir des armes à l’Ukraine.
      L’Etat hébreu a toutefois envoyé des équipements défensifs, notamment des casques et des gilets par-balles à l’Ukraine. (...)

  • Nous, les exilés (sur Briançon et la situation dans les #Hautes-Alpes)

    –-> série : Là où se cristallisent les questions d’aujourd’hui

    #Didier_Fassin (interviewé aux Terrasses solidaires, où il exerce bénévolement en tant que médecin et est présent en tant que chercheur) :
    (à retranscrire :-))

    –-

    Didier Fassin :

    « Des visages fatigués, épuisés. Des regards qui contiennent presque toujours au moins une lueur d’espoir. Malgré les épreuves déjà traversées. Elles et ils … sont environ 80 millions. 80 millions, soit un peu plus d’1% de la population mondiale. Eux, ce sont les exilés d’aujourd’hui. Dans un monde sous haute tension, personne n’est à l’abri. Vous, moi, nous serons peut-être les exilés de demain. En attendant, là maintenant : comment accueillir ces personnes qui arrivent dans nos régions ? Quelle hospitalité sommes-nous prêts à leur réserver ? Quels dispositifs établir aux frontières ? Et faut-il craindre le fameux appel d’air ? Ces questions, nous allons les déplier en altitude, du côté de Briançon, là où des exilés traversent la montagne au péril de leur vie. »

    Avec Isabelle Lorre (la coordinatrice du programme « migrations frontière transalpine » à Médecins du Monde sur Briançon), Sylvain Eymard (gestionnaire de l’association « Les Terrasses solidaires »), Didier Fassin (anthropologue, sociologue et médecin français. Il est professeur à l’Institute for Advanced Study de Princeton et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris), Jean Gaboriau (l’un des responsables de « Refuges solidaires »), Stéphanie Besson (cofondatrice du mouvement citoyens « Tous migrants » et autrice de « Trouver refuge : histoires vécues par-delà les frontières » chez Glénat), Agnès Antoine ( membre de “Tous migrants”), deux gendarmes et quelques exilés.

    https://www.rtbf.be/auvio/detail_passe-montagne-la-ou-se-cristallisent-les-questions-d-aujourd-hui?id=291

    #podcast #audio #asile #migrations #réfugiés #montagne #Alpes #Briançon #hospitalité #Briançonnais #Hautes-Alpes #Terrasses_solidaires #militarisation_de_la_frontière #risques #chasse_à_l'homme #chutes #traque #tiers-lieu #santé #blessures #efficacité #non-efficacité #spectacle #Didier_Fassin #spectacularisation #performance #inhumanité #inhumanité_institutionnalisée #inhumanité_d'Etat

    ping @_kg_

  • Norway to label products made in illegal Israeli settlements in West Bank
    June 12, 2022 - Quds News Network
    https://qudsnen.co/norway-to-label-products-made-in-illegal-israeli-settlements-in-west-bank

    Oslo (QNN)- Norway has decided that products made in illegal Israeli settlements in the occupied West Bank, Eastern part of Jerusalem and the Golan Heights must be labeled with their place of origin.

    In a statement announcing the move on Saturday, the Norwegian foreign ministry noted a 2019 ruling by the European Union’s top court requiring products from these areas to be labeled as originating from an “Israeli settlement.”

    “Foodstuffs originating in areas occupied by ‘Israel’ must be marked with the area from which the product comes, and that it comes from an Israeli settlement if that is the case,” the statement noted, “especially wine, olive oil, fruit, vegetables and potatoes.”

    Norway’s statement also said the country recognizes ‘Israeli’ territory as that under Israeli control prior to 1967, and considers Israeli settlements in the Golan Heights, Gaza, the West Bank, and eastern part of Jerusalem, as contrary to international law.

    “Norway considers the Israeli settlements in the occupied territories to be contrary to international law,” it stated.

    The European Union’s top court ruled in 2019 that EU countries must identify products made in Israeli settlements on their labels. Norway is not an EU member, but is part of the European Single Market.

    The European Court of Justice said that when products come from an Israeli settlement, their labels must provide an “indication of that provenance” so that consumers can make “informed choices” when they shop.

    The European Commission said it was up to individual EU countries to ensure that labels are correct, but that the origin of settlement produce must be made known in a way that is “not misleading to the consumer.”

    France and Belgium have already imposed labeling requirements. (...)

    • ‘Israel’ slams Norway’s decision to label goods made in West Bank illegal settlements
      June 12, 2022 - Quds News Network
      https://qudsnen.co/israel-slams-norways-decision-to-label-goods-made-in-west-bank-illegal-settl

      Occupied Palestine (QNN)- Israeli occupation government condemned on Saturday Norway’s decision to label products made in illegal Israeli settlements in the West Bank, saying such a move will harm Israeli-Norwegian ties.

      In a statement, Israeli occupation Foreign Ministry denounced Norway’s decision, claiming it “will not contribute to the advancement of ties between Israel and the Palestinians and will negatively impact bilateral ties between Israel and Norway, as well as Norway’s relevance to the promotion of relations between Israel and the Palestinians.”

      The occupation foreign ministry was referring to Norway’s long-standing role as a mediator between ‘Israel’ and Palestine. (...)

  • Mort de Steve : une expertise judiciaire démontre la responsabilité de la police
    https://disclose.ngo/fr/article/mort-de-steve-expertise-judiciaire-demontre-responsabilite-de-la-police

    Le 21 juin 2019, lors de la fête de la musique, à Nantes, Steve Maia Caniço tombe dans la Loire et se noie. Selon une reconstitution vidéo obtenue par Disclose, sa chute est liée aux tirs de grenades lacrymogène par les forces de l’ordre. Lire l’article

  • Israël : les Palestiniens sont victimes d’un apartheid
    Publié le 02.02.2022 - Amnesty International France
    https://www.amnesty.fr/discriminations/actualites/israel-les-palestiniens-sont-victimes-dun-apartheid

    Ségrégation territoriale et restrictions de mouvement, saisies massives de biens fonciers et immobiliers, expulsions forcées, détentions arbitraires, tortures, homicides illégaux… Après un long travail de recherche, notre nouveau rapport démontre que les lois, politiques et pratiques mises en place par les autorités israéliennes ont progressivement créé un système d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien dans son ensemble.

    Après un travail de recherche de près de quatre ans, nous publions notre rapport, «  L’Apartheid commis par Israël à l’encontre des Palestiniens. Un système cruel de domination et un crime contre l’humanité  ». Sur la base d’une analyse juridique et d’une enquête de terrain minutieuses, il documente la mise en place par Israël, à travers des lois et des politiques discriminatoires, d’un système d’oppression et de domination institutionnalisé à l’encontre du peuple palestinien. Si ces violations sont plus fréquentes et plus graves dans les territoires palestiniens occupés (TPO), elles sont également commises en Israël et à l’encontre des réfugiés palestiniens, présents dans des pays tiers. (...)

    #apartheid

    • Amnesty International dissèque l’apartheid d’Israël
      Jean Stern > 1er février 2022
      https://orientxxi.info/magazine/amnesty-international-disseque-l-apartheid-d-israel,5346


      Démolition d’une maison palestinienne dans la ville d’Hébron, en Cisjordanie occupée, le 28 décembre 2021
      Hazem Bader/AFP

      L’organisation de défense des droits humains Amnesty International s’en prend au système cruel de domination sur la population palestinienne, qu’elle soit en Israël, dans les territoires occupés, à Gaza ou réfugiée. Ce tournant majeur d’Amnesty, qui réclame la saisine de la Cour pénale internationale, est un coup dur pour le gouvernement israélien. Orient XXI a lu le rapport en avant-première.

      La première secousse a lieu en 2020, quand l’organisation de juristes israéliens Yesh Din emploie le terme « apartheid » pour qualifier un système autoproclamé démocratique qui, jusqu’à présent, passait entre les gouttes de l’analyse politique objective. La proximité rendant lucide, une autre ONG israélienne, B’Tselem, creuse le sillon en janvier 2021 en estimant qu’il est temps de dire « non à l’apartheid des rives du Jourdain à celle de Méditerranée » (...)

    • « Demander la fin de l’apartheid c’est demander la fin d’Israël »

      Mairav Zonszein מרב זונשיין sur Twitter : https://twitter.com/MairavZ/status/1488604261986586632

      This is really key. Israel’s existence is premised on systematically oppressing others to no end and a growing majority of Jewish Israelis came to terms with that. That doesn’t mean it can go on. There are Israelis who want a different state, but they are outcast.

    • […] l’Etat hébreu proteste
      https://information.tv5monde.com/info/amnesty-accuse-israel-d-apartheid-contre-les-palestiniens-l-et

      Dès lundi, M. Lapid avait demandé à Amnesty de « retirer » son rapport.

      « Amnesty était naguère une organisation estimée (...). Aujourd’hui, elle est exactement le contraire », a-t-il déclaré, accusant l’ONG d’être devenue « une organisation radicale ».

      […]

      Et bien sûr…

      Et de l’accuser d’antisémitisme.

      #sionisme #sans_vergogne #chutzpah

    • Tell me what’s untrue in Amnesty’s report on Israel
      Gideon Levy | Feb. 3, 2022 | Haaretz.com
      https://www.haaretz.com/opinion/.premium-tell-me-what-s-untrue-in-amnesty-s-report-on-israel-1.10587114

      As the curses and screeches subside – Amnesty are antisemites, the report is full of lies, the methodology is absurd – one must ask: What, precisely, is incorrect in the apartheid report?

      Was Israel not founded on an explicit policy of maintaining Jewish demographic hegemony, while reducing the number of Palestinians within its boundaries? Yes or no? True or false? Does this policy not exist to this day? Yes or no? True or false? Does Israel not maintain a regime of oppression and control of Palestinians in Israel and in the occupied territories for the benefit of Israeli Jews? Yes or no? True or false? Do the rules of engagement with Palestinians not reflect a policy of shoot to kill, or at least maim? Yes or no? True or false? Are the evictions of Palestinians from their homes and the denial of construction permits not part of Israeli policy? Yes or no? True or false?

      Is Sheikh Jarrah not apartheid? Is the nation-state law not apartheid? And the denial of family reunification? And the unrecognized villages? And the “Judaization”? Is there a single sphere, in Israel or the territories, in which there is true, absolute equality, except in name?

      To read the report is to despair. It’s everything we knew, but condensed. Yet no despair or remorse was felt in Israel. Most of the media marginalized and blurred it, and the hasbara choir batted it away. The propaganda minister, Yair Lapid, recited his lines and went on the attack even before the report was published. Diaspora Affairs Minister Nachman Shai was quick to follow. The international report has yet to be born that Israel won’t denounce while neglecting to respond to a single point it makes. One organization after another, some of them important and honest, call it apartheid, and Israel says: antisemitism.

      Please, prove Amnesty wrong. That there aren’t two systems of justice in the territories, two sets of rights and two formulas for the distribution of resources. That the legitimization of Evyatar is not apartheid. That Jews being able to reclaim their pre-1948 property while Palestinians are denied the same right is not apartheid. That a verdant settlement right next to a shepherd’s community with no power or running water is not apartheid. That Israel’s Arab citizens aren’t discriminated against systematically, institutionally. That the Green Line has not been erased. What’s not true?

      Even Mordechai Kremnitzer was frightened by the report and attacked it. His arguments: The report does not distinguish the occupied territories from Israel, and it treats the past as if it were the present. That’s how it goes when even leftist academia enlists in defense of Zionist propaganda. Accusing Israel of the sins of 1948 and calling it apartheid is like accusing the United States of apartheid because of the Jim Crow past, he wrote in Wednesday’s Haaretz.

      The difference is that institutionalized racism in the United States has gradually disappeared, whereas in Israel it’s alive and kicking as strong as ever. The Green Line has been obliterated too. It’s been one state for a while now. Why should Amnesty make the distinction? 1948 goes on. The Nakba goes on. A straight line connects Tantura and Jiljilya. In Tantura they massacred, in Jiljilya they caused an 80-year-old man to die, and in both cases Palestinian lives aren’t worth a thing.

      There is, of course, no propaganda without accolades for the justice system. “The important contribution of the government’s legal counsel and the courts, which, against a large political majority, prevented the banning of Arab candidates and lists for Knesset … An Arab party joining the coalition immediately puts the accusation of apartheid to ridicule,” wrote Kremnitzer.

      It’s so good to wave the High Court of Justice, which has not prevented a single occupation iniquity, and Mansour Abbas to prove there’s no apartheid. Seventy-four years of statehood without a new Arab city, without an Arab university or a train station in an Arab city are all dwarfed by the great whitewasher of the occupation, the High Court of Justice, and a minor Arab coalition partner, and even that one considered illegitimate.

      The world will continue to hurl the invective, Israel will continue to ignore it. The world will say apartheid, Israel will say antisemitism. But the evidence will keep piling up. What is written in the report does not stem from antisemitism, but will help strengthen it. Israel is the greatest motivator of antisemitic urges in the world today.

    • Israel’s incitement against Amnesty is part of broader delegitimization campaign against human rights defenders
      2022 February 3
      https://euromedmonitor.org/en/article/4884/Israel%27s-Incitement-Against-Amnesty-is-Part-of-Broader-Delegitimiz

      Geneva – The Israeli Ministry of Foreign Affairs has launched an incitement campaign against Amnesty International after the latter released a report on Tuesday concluding that Israel’s discriminatory and exclusionary laws, policies and practices against Palestinians amount to apartheid, Euro-Mediterranean Human Rights Monitor said in a statement.
      (...)
      Amnesty’s conclusion that Israel is an apartheid state is consistent with the conclusions of many human rights organizations including the Geneva-based Euro-Med Monitor, the New York-based Human Rights Watch, and the Israel-based B’Tselem.

      The report is also in line with a report prepared by Euro-Med Monitor’s Chairman of Board of Trustees, Prof. Richard Falk, and the American expert, Virginia Tilley, in March of 2017. The report was prepared at the request of the United Nations Economic and Social Commission for Western Asia (ESCWA). However, under political pressure, the Secretary-General of the United Nations Antonio Guterres instructed the Executive Secretary of ESCWA, Rima Khalaf, to withdraw the report from the website. Khalaf submitted her resignation on March 17 in response, and the report was subsequently withdrawn from the website.

      Amnesty’s report comes a day after Euro-Med Monitor released a report on settler violence during 2021. The Euro-Med Monitor’s report concluded that settler violence is directed and sponsored by the Israeli government, which provides settlers protection during and after their attacks on Palestinians. State-sanctioned Settler violence is yet another clear evidence of the double standards that reflects discrimination and apartheid practiced by Israel in the occupied Palestinian territories.

      Euro-Med Monitor expresses its solidarity with Amnesty, calling on the Israeli authorities to stop intimidating human rights defenders and take immediate measures to protect them and enable them to work easily and without penalties.

      The international community should take urgent measures to ensure the protection of Palestinian civilians from Israeli authorities’ violations and apartheid policies.

    • Israeli Apartheid Unmasked
      PCHR | Date : 2 February 2022
      https://pchrgaza.org/en/israeli-apartheid-unmasked

      The Palestinian Centre for Human Rights welcomes Amnesty International’s report on the Israeli apartheid system against Palestinians, and its conclusion that all Israeli institutions are involved in the apartheid system against Palestinians within Israel, the occupied Palestinian territory, and Palestinian refugees in diaspora. PCHR sees this stance by an international and pioneering organization against the Israeli apartheid against the Palestinian people is an invaluable contribution to the narratives that falls inline with previous reports issued less than a year ago by Human Rights Watch and B’Tselem. This definitely is a doorway leading to new opportunities of international collaboration to dismantle the last outpost of discrimination in the world.

      For more than quarter of a century, Palestinian human rights organizations documented the many facets of the Israeli apartheid system against Palestinians, best captured in the discriminative legal, legislative, political, and administrative foundations and practices that Israel employed to impose a Jewish hegemony over all territories under its control from the Jordan river to the Mediterranean sea. These practices inherently deprive Palestinians of their basic rights, dismantle Palestinian geography, fragment Palestinian society into administrative and political groups under Israeli control, not to mention the systematic usurpation of Palestinians’ natural resources and lands for the benefit of Jewish populations.

      A little over 20 years ago, in parallel with the first United Nations World Conference against Racism that was organized by the United Nations in Durban, South Africa in 2001, Palestinian civil society organizations sounded the alarm against the Israeli apartheid system. A parallel international civil society forum, with the majority of more than 1,300 non-governmental organizations, was held in Durban and released the Durban Declaration, which condemned Israel and its apartheid system against the Palestinian people, associating it with the past apartheid system in South Africa and all discriminative phenomena across the globe.

      Palestinian civil society and human rights organizations paid a hefty price in its struggle to unveil the Israeli apartheid system and its blatant and incessant breaches of international law at the expense of Palestinians. These organizations exerted all efforts to expose the practices by the Israeli apartheid and to end the Israeli impunity by pursuing legal channels to hold those responsible accountable. Over the years, Israel has countered with a relentless war against Palestinian civil society organizations, and human rights defenders to delegitimize them and dry up their sources of funding in its attempt to maintain its apartheid and its entrenched hegemony over the Palestinian people. This is evident in the recent classification of six Palestinian civil society organizations as terrorist organizations in November 2021, including 3 pioneering and internationally renowned human rights organizations.

      Raji Sourani, PCHR’s Director, commented about the Amnesty Report saying,

      “Israel has failed to silence our voices and delegitimize us. What we said more than 20 years ago is now repeated by Amnesty International, Human Rights Watch, and B’Tselem. We do not stand alone anymore, and these international voices echo ours. The Israeli Apartheid’s mask fell off, and a new stage of struggle has started at the international level to take down the apartheid and end all its crimes against the Palestinian civilians.”

    • Point de presse du 1er février 2022 - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
      https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2022-02-01.html

      2. Rapport d’Amnesty International

      Q - Amnesty International rend public aujourd’hui son rapport intitulé « L’apartheid d’Israël contre les Palestiniens : système cruel de domination et de crime contre l’humanité ». L’ONG estime que ce système d’apartheid est à l’oeuvre depuis 1948. Elle lance donc un appel au Bureau du Procureur de la CPI pour examine l’applicabilité du crime contre l’humanité de l’apartheid dans le cadre de son enquête lancée le 3 mars 2021 sur les crimes commis dans les territoires palestiniens occupés (TPO). Tout en prenant soin d’éviter la comparaison avec l’apartheid d’Afrique du sud, Amnesty pense que « l’Assemblée générale des Nations unies devrait rétablir le Comité spécial contre l’apartheid, qui a été créé à l’origine en novembre 1962, pour se concentrer sur toutes les situations, y compris Israël et les TPO ». Que pensez-vous de ce rapport et surtout, que pensez-vous de ces propositions ? Par ailleurs, le ministre israélien des affaires étrangères, Yaïr Lapid, parle, à propos de ce rapport, « d’antisémitisme ». Pensez-vous également que cela relève de l’antisémitisme ?

      R - Les services du ministère de l’Europe et des affaires étrangères examineront attentivement ce rapport.

      La position de la France sur le conflit israélo-palestinien est connue, constante, et fondée sur le droit international.

      La France continuera d’oeuvrer en faveur d’une solution à deux Etats, qui doit permettre l’établissement d’un Etat palestinien indépendant, démocratique et contigu, vivant aux côtés de l’Etat d’Israël dans la paix et la sécurité, dans le cadre du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité.

  • #chutzpah

    Israel to pay $800m loan to PA – Middle East Monitor
    https://www.middleeastmonitor.com/20210828-israel-to-pay-800m-loan-to-pa

    The PA has been suffering a serious financial crisis due to the Israeli government deciding on 11 May to deduct 597 million shekels from the tax revenues collected by Israel on behalf of the PA.

    Two weeks ago, PA Prime Minister Mohammad Shtayyeh said that the total amount deducted by Israel since 2019 is 851 million shekels, in addition to 51 million shekels deducted monthly.

  • Ben & Jerry’s ne vendra plus ses glaces dans les territoires palestiniens occupés par Israël
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/07/21/ben-amp-jerry-s-ne-vendra-plus-ses-glaces-dans-les-territoires-palestiniens-

    En Israël, la riposte a été immédiate. Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, la ministre de l’économie, Orna Barbivai, est filmée ouvrant son congélateur pour y prendre un pot Ben & Jerry’s et le balancer à la poubelle. Le premier ministre, Naftali Bennett, a promis au PDG d’Unilever, propriétaire de la marque, de « sévères conséquences, y compris sur le plan légal » dans un coup de fil indigné mardi matin. Israël assimile cette annonce à un soutien au mouvement international Boycott, désinvestissement, sanction (BDS), qui s’oppose à l’occupation israélienne en prônant le boycott d’entreprises israéliennes ou étrangères opérant dans les territoires palestiniens occupés.

    « Plus de 30 Etats aux Etats-Unis ont passé des législations anti-BDS ces dernières années. J’entends demander à chacun d’entre eux d’appliquer ces lois contre Ben & Jerry’s », a ainsi mis en garde le ministre des affaires étrangères israélien, Yaïr Lapid, qualifiant au passage la décision de « reddition honteuse à l’antisémitisme » – la marque de crèmes glacées a été créée par deux Américains juifs.

    #sans_vergogne #chutzpah #sionisme

  • #France : l’épidémie de #Covid-19 a fait plonger les demandes d’asile

    Selon des chiffres publiés ce jeudi par le ministère français de l’Intérieur, l’épidémie de Covid-19 a eu un impact tant sur les demandes d’asile que sur les expulsions.

    Après des années de hausse depuis la crise migratoire de 2015, le nombre de demandes d’asile en France a marqué une rupture nette en 2020 avec une #chute de 41%. « Une telle #baisse s’explique par la #crise_sanitaire de la Covid-19 et plus précisément par l’impact des confinements sur l’activité des #Guda (#Guichets_uniques_pour_demandeurs_d'asile) et sur la circulation des étrangers », a commenté le ministère de l’Intérieur en publiant ces chiffres provisoires.

    Ainsi, 81 669 premières demandes d’asile ont été formulées dans ces guichets en 2020, contre 138 420 (-41%) l’année précédente. Toutes situations confondues (réexamens, procédures Dublin etc.), 115 888 demandes ont été prises en compte l’an dernier, contre 177 822 en 2019.

    Cette baisse en France s’inscrit dans une tendance européenne, après plusieurs mois de fermeture des frontières extérieures de l’Union européenne : en Allemagne, le nombre de demandes d’asile a également chuté de 30%.

    Baisse des #expulsions

    La pandémie a eu des « conséquences importantes à la fois sur les flux (migratoires) entrant et sortant », a également observé la place Beauvau. Entre 2019 et 2020, les expulsions des personnes en situation irrégulière ont en effet baissé de moitié (-51,8%).

    Les statistiques de cette année où « tout a été déstabilisé par la Covid-19 » mettent également en évidence un effondrement de 80% du nombre de #visas délivrés : 712 311 contre 3,53 millions en 2019. Ce recul, poussé par l’effondrement des #visas_touristiques, s’explique essentiellement par la chute du nombre des visiteurs chinois. Ils étaient de loin les premiers détenteurs de visas pour la France en 2019 avec 757 500 documents, et sont passés en quatrième position avec seulement 71 451 visas délivrés en 2020.

    https://www.infomigrants.net/fr/post/29804/france-l-epidemie-de-covid-19-a-fait-plonger-les-demandes-d-asile?prev

    #asile #migrations #réfugiés #chiffres #statistiques #2020 #demandes_d'asile #coronavirus #confinement #fermeture_des_frontières

    ping @karine4 @isskein

  • La vérité derrière la propagande israélienne sur « l’expulsion » des juifs arabes | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/israel-juifs-arabes-mensonges-propagande-expulsion-palestine

    Les mensonges scandaleux d’Israël sur l’immigration des juifs arabes en Israël dans les années 1940 et 1950 visent à masquer les injustices infligées aux Palestiniens

    #mensonges #chutzpah #sionisme

  • Dans les Alpes, migrants et bénévoles face à une police aux frontières renforcée

    En novembre, Emmanuel Macron a doublé les effectifs de la police aux frontières "contre la menace terroriste". Des renforts auxquels se heurtent quotidiennement associations et exilés.

    C’est pour notre “protection commune”, assure Emmanuel Macron. Dans la foulée des attentats terroristes de Conflans-Sainte-Honorine et de Nice, le président de la République annonçait le 5 novembre rien de moins qu’un doublement des effectifs de la police aux frontières.

    À Montgenèvre (Hautes-Alpes), par exemple, une soixantaine de policiers, de gendarmes réservistes et même de militaires de l’opération Sentinelle sont arrivés en renfort ces dernières semaines, selon la préfecture.

    Comme vous pouvez le voir dans notre reportage vidéo ci-dessus, cette forte présence policière n’est pas sans conséquence sur les dizaines d’exilés, dont de nombreux demandeurs d’asile, qui tentent chaque jour de franchir au péril de leur vie ce point montagneux de la frontière franco-italienne, ni sur les associations qui leur portent assistance.

    Samedi 5 décembre, notre caméra a pu suivre sur le terrain l’association Tous migrants, dont deux bénévoles ont récemment été interpellés lors d’une maraude et convoqués devant le tribunal de Gap pour “aide à l’entrée” d’un couple d’Afghans.

    "On sait que des policiers ont bien conscience que ce qu’on leur demande de faire est inhumain."
    #Michel_Rousseau, association Tous migrants

    Signe supplémentaire que ce “#délit_de_solidarité” persiste, deux bénévoles ont une fois de plus été interpellés lors de notre reportage, alors qu’ils portaient assistance à une dizaine de migrants afghans, iraniens et maliens côté français. Soupçonnés “d’aide à l’entrée sur le territoire de personne en situation irrégulière”, ils ont reçu une convocation pour une audition libre 48 heures plus tard.

    Selon nos informations, les deux maraudeurs n’ont finalement fait l’objet d’aucune poursuite, mais ont vu leurs empreintes et photos récoltées par les autorités. Depuis notre tournage, quatre autres maraudeurs ont encore été convoqués par la police, pour un total de six bénévoles auditionnés en à peine une semaine.
    Des rétentions au cadre légal flou

    Avant leur renvoi aux autorités italiennes, les migrants interpellés en montagne sont emmenés dans des bâtiments préfabriqués (type Algeco) situés derrière le poste-frontière de Montgenèvre, comme vous pouvez le voir également dans notre reportage en tête d’article.

    Utilisé aussi à Menton, ce type de lieu de rétention sans cadre légal précis est dénoncé en justice par des associations et ONG. Ces derniers y réclament le droit de pouvoir y accéder pour porter une assistance aux demandeurs d’asile, comme dans les centres de rétention ou les zones d’attente (ZA) des aéroports internationaux.

    “On est dans un État de droit. Quand il y a privation de libertés, il y a une base légale et les gens maintenus ont des droits prévus par la loi. Et là, il n’y a rien”, regrette Gérard Sadik, responsable de la commission Asile de La Cimade.

    En ce qui concerne Menton, le tribunal administratif de Nice a d’ailleurs suspendu le 30 novembre dernier une décision du préfet des Alpes-Maritimes “refusant l’accès aux constructions modulaires attenantes au poste de la police aux frontières aux représentantes de l’association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (Anafé) et de l’association Médecins du Monde”. En outre, la justice évoque plusieurs manquements aux droits des demandeurs d’asile :

    “Le juge relève que quotidiennement, de nombreuses personnes sont retenues dans ces locaux munis de système de fermeture et de surveillance vidéo, dans des conditions précaires, pour de nombreuses heures, notamment la nuit lorsque le poste de police italien est fermé, qu’elles sont mises dans l’impossibilité de partir librement de ces locaux et d’obtenir au cours de la période de ‘maintien’ une assistance médicale, juridique ou administrative des associations.”

    Une “fabrique des indésirables”

    Contactée par Le HuffPost, la préfecture des Hautes-Alpes évoque sobrement des “locaux de mise à l’abri proposés sans contrainte”, le temps de procéder à des “vérifications” et “aménagés dans l’unique objectif de préserver tant leur dignité, en proposant un lieu de repos (avec chauffage, couvertures, mobiliers, nourriture), que leur vie, afin de ne pas soumettre ces personnes non admises à un retour par leurs propres moyens”.

    À notre micro, Michel Rousseau, Briançonnais et bénévole de la première heure de Tous migrants, y voit plutôt une “fabrique des indésirables”. Tout en ajoutant : “Mais on ne veut pas être dans la caricature. On sait que des policiers ont bien conscience que ce qu’on leur demande de faire est inhumain. On compte sur eux pour que les droits fondamentaux triomphent”.

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/dans-les-alpes-migrants-et-benevoles-face-a-une-police-aux-frontieres
    #vidéo #Tous_Migrants #maraudes #asile #migrations #réfugiés #Hautes-Alpes #Briançon #France #Italie #frontières #militarisation_des_frontières #solidarité #maraudes_solidaires #hiver #vidéo

    • (reportage de 2018, je mets ici pour archivage)

      Migrants, l’odyssée des marcheurs de l’extrême – Episode 1 : Mamadou

      Face à l’afflux des passages de la frontière, une solidarité montagnarde s’est installée dans le Briançonnais. Le but ? Secourir les migrants en difficulté. Radio Parleur vous propose une série de cinq reportages dédiés au passage des migrants à travers les Hautes-Alpes. Dans ce premier épisode, place à l’histoire de Mamadou, qui a traversé la frontière italo-française en passant par le col de l’Échelle, un soir de mars.

      Depuis le début de l’année, près de 2 000 réfugiés ou exilés, migrants, seraient arrivés en France, en traversant la frontière avec l’Italie. En passant par les Alpes, les cols alentours, et dans des conditions extrêmes, au péril de leur vie. Mamadou commence son odyssée en 2010, loin, très loin des Alpes. Fils d’un père boucher, il quitte son pays, le Mali, suite aux attaques menées par les touaregs qui combattent pour le contrôle du nord du pays.
      Du Mali à la Place des Fêtes, à Paris

      En 2011, alors que plusieurs de ses amis viennent de mourir dans un attentat sur un marché, il prend la décision de fuir. Passé par l’Algérie, il arrive finalement en Libye et monte dans un canot pneumatique à Tripoli. Sauvé de la noyade par les gardes-côtes italiens, on lui délivre à Naples un titre de séjour et un passeport Schengen.

      Il décide alors de rejoindre son oncle, qui travaille à Paris. Les petits boulots s’enchainent : boucher durant deux ans, puis vendeur pendant un an sur les marchés de Place des Fêtes et de Daumesnil, dans les 20ème et 12ème arrondissements parisiens.
      Repasser par l’Italie pour faire renouveler son titre de séjour

      A l’hiver 2016, Mamadou est obligé de retourner en Italie pour faire renouveler ses titres de séjour. On lui en accorde un, d’une durée de cinq ans, mais son passeport, lui, n’est pas encore prêt. À cause de son travail, Mamadou doit pourtant rentrer à Paris et ne peut attendre. Il décide de prendre le train à Milan, avant de se faire contrôler en gare de Modane, dix kilomètres après la frontière.

      Là, les policiers français lui expliquent que, sans son passeport, ils sont obligés de lui refuser l’entrée en France. Mamadou a beau leur assurer que sa demande est en cours et qu’il doit retourner travailler à Paris, d’où il vient, les agents lui répondent que ce n’est pas leur problème. Il est arrêté, ainsi qu’Ousmane, un autre exilé de 17 ans qui l’accompagne. Les deux garçons, migrants à ce moment-là, sont reconduits, en traversant la frontière, en Italie.
      Migrants : l’odyssée dramatique des marcheurs de l’extrême – Episode 1

      « Je ne savais pas que la neige pouvait brûler »

      À la gare de Bardonecchia, les deux jeunes gens ne connaissent personne. Mais ils sont déterminés à passer la frontière, comme d’autres migrants. Mamadou se renseigne sur l’itinéraire à prendre pour rejoindre la France auprès d’un italien. Celui-ci lui indique une route qui passe par le col de l’Échelle. Celui-ci culmine à 1762 mètres d’altitude.

      Le col de l’Échelle est fermé à la circulation l’hiver. En fonction de l’enneigement, cette fermeture peut durer de décembre jusqu’à mai. Nous sommes le 5 mars, il est 16h : il fait froid et il neige. Bien que peu couverts, en jean et en baskets, les deux jeunes décident néanmoins de franchir la montagne à pied.

      https://radioparleur.net/2018/06/04/migrants-solidaires-frontiere-episode-1

      #audio #son #podcast

    • Migrants, l’odyssée des marcheurs de l’extrême – Épisode 2 : Une #solidarité en actes

      Des milliers de réfugié·es ou d’exilé·es arrivent en France en provenance d’Italie. Ils et elles traversent la frontière par les cols des Alpes, dans des conditions extrêmes, avec un risque mortel. Face à cet afflux et à ces dangers, une solidarité montagnarde s’est installée dans le Briançonnais dans le but de secourir les migrant·es en difficulté. Dans ce deuxième épisode, Radio Parleur vous propose de découvrir trois portraits d’accueillant·es : un membre d’association, un pisteur en montagne ou une simple habitante de la #vallée_de_la_Clarée.

      Face aux risques que courent les migrants pour traverser la frontière, des habitant·es du Briançonnais, de #Névache et de #Montgenèvre se mobilisent par solidarité. Tout·es craignent de retrouver des cadavres au printemps et de voir la montagne se transformer en un gigantesque cimetière à ciel ouvert avec la fonte des neiges. Le 25 mai 2019, du côté italien du col de l’Échelle, un promeneur a découvert le corps d’« un homme à la peau sombre » inanimé, près d’un torrent. Le corps, en état de décomposition avancée, n’a pas pu être identifié, selon le journal italien La Stampa.

      Secourir les migrant·es en difficulté, par solidarité

      Bravant le froid et les contrôles accrus de la PAF (Police Aux Frontières), les bénévoles continuent. Épuisé·es et en colère face à un État qui, selon elleux, les laisse seul·es gérer l’urgence. C’est une armée de volontaires : ancien·nes militant·es, syndicalistes, anarchistes et libertaires, catholiques à la fibre sociale, mais aussi simples habitant·es de la vallée. Certain·es ne s’étaient jamais engagé·es par solidarité jusque-là. Mais tous et toutes ont prit le relais d’un État jugé déficient.

      Bruno Jonnard habite à Névache, la plus haute commune de la vallée de la Clarée, depuis maintenant quinze ans. Artisan l’été, il travaille comme dameur et pisteur l’hiver. Il assure des interventions comme pompier volontaire. Avec ses 361 habitant·es, Névache est le village le plus proche du col de l’Échelle. Un col dangereux et difficile d’accès par où passent les migrant·es qui franchissent la frontière franco-italienne.

      Murielle* habite à Montgenèvre où elle dirige un commerce. A quelques centaines de mètre, le col du même nom, et surtout la frontière franco-italienne. Mais aussi le poste de la Police Aux Frontières (PAF) d’où partent les patrouilles qui surveillent ce second point de passage pour les migrant·es.

      Michel Rousseau habite à Briançon. Ancien syndicaliste aujourd’hui à la retraite, il est le porte-parole de l’association Tous Migrants. L’association, sans étiquette politique, religieuse ou institutionnelle, créée en 2015, exprime l’indignation collective face au drame humanitaire vécu par les migrants en Europe. C’est aussi dans le chef-lieu de la vallée de la Clarée, que se situe le refuge solidaire de l’association pour les migrant·es.

      https://radioparleur.net/2018/06/05/montagnes-solidarite-migrants-marcheurs-odyssee-episode-2

    • Migrants, l’odyssée des marcheurs de l’extrême – Episode 3 : #Maraude en montagne

      Face à l’afflux des passages de la frontière, une solidarité montagnarde s’est installée dans le Briançonnais. Le but ? Secourir les migrants en difficulté. Radio Parleur vous propose une série de cinq reportages dédiés au passage des migrants à travers les Hautes-Alpes. Dans ce troisième épisode, Radio Parleur vous propose de partir au cœur d’une maraude en haute-montagne, avec Vincent et Emily*, bénévoles à l’association #Tous_Migrants.

      Dans les Hautes-Alpes, les migrants qui souhaitent rejoindre la France traversent régulièrement la frontière franco-italienne par la montagne. Ils passent par les cols de l’Echelle, à 1762 mètres d’altitude, et de Montgenèvre, à 1850 mètres d’altitude. Les conditions y sont extrêmement difficiles : températures qui descendent parfois en dessous de moins 20 degrés, passages par des zones difficiles d’accès et le plus souvent de nuit, avec les patrouilles de la #Police_Aux_Frontières (#PAF) et de la #Police_Nationale.

      Secourir les migrants en difficulté dans la montagne

      C’est pourquoi des professionnels de la montagne, des bénévoles, ou parfois de simples habitants de la région, s’organisent. Ils effectuent chaque soir des maraudes en altitude pour secourir les migrants en difficulté. Commençant autour de 21h, elles finissent tard dans la nuit. « Ça fait partie de la culture montagnarde : on ne laisse personne en difficulté sur le côté du chemin, là-haut », assure Vincent, habitant et pizzaiolo qui participe à la maraude.

      Parfois, ce sont jusqu’à douze ou quinze personnes par soir, qui tentent de passer. Il faut ensuite redescendre et parvenir jusqu’au #Refuge_Solidaire installé à Briançon. Là, suite à un accord avec la communauté de communes et la gendarmerie nationale, les migrant·e·s ne sont pas inquiété·e·s tant qu’ils ne s’éloignent pas du refuge installé dans une ancienne caserne de #CRS.

      https://radioparleur.net/2018/06/08/episode-3-maraude-montagne-migrants-detresse-solidaires

      Pour écouter le #podcast :
      https://podcast.ausha.co/radio-parleur/migrants-l-odyssee-des-marcheurs-de-l-extreme-episode-3-maraude-en-mon

      #maraudes

    • Dans les Alpes, les associations d’aide aux migrants se disent « harcelées » par la Police aux frontières

      L’association Tous Migrants qui vient en aide aux exilés qui traversent les Alpes pour rejoindre la France, s’inquiète du #harcèlement_policier dont elle se dit victime. Arrêtés pendant les #maraudes en montagne, à Briançon, les membres de l’association se plaignent des très nombreuses #amendes qu’ils reçoivent, disent-ils, pour non-respect du couvre-feu. Et s’inquiètent du sort des migrants interceptés par la Police aux frontières.

      « La situation est ubuesque ». C’est avec ces mots qu’Agnès Antoine, membre de Tous migrants, dans la ville de Briançon, au pied des Alpes françaises, évoque les maraudes de son association. « Il fait -15 degrés, les exilés risquent leur vie pour traverser la montagne et arriver en France et au lieu de les aider, nous sommes harcelés ». L’association reproche aux forces de l’ordre et aux membres de la Police aux frontières (PAF) de les entraver dans leur #aide_humanitaire.

      « Depuis le 6 janvier, nous avons déjà récolté une trentaine d’amendes pendant nos maraudes de soirées pour non-respect du #couvre-feu », explique-t-elle. Les associations sont pourtant autorisées à prolonger leurs activités au-delà de 20h avec une #attestation. Les bénévoles assurent que les forces de l’ordre n’en ont que faire.


      https://twitter.com/LoupBureau/status/1351629698565103625
      « Respect des règles »

      « Les #contrôles_arbitraires, notifications d’amendes, #auditions_libres et autres pressions envers les citoyens et citoyennes qui chaque soir essaient de porter assistance aux exilé(e)s se sont multipliés », peut-on lire dans un communiqué publié par Tous Migrants et Médecins du monde. « La nuit du 8 janvier 2021, j’ai été contrôlé quatre fois par deux équipes de gendarmes alors que je maraudais dans Montgenèvre. Cette même soirée, j’ai été notifié de trois amendes alors que j’étais en possession de mon ordre de mission et de mon attestation dérogatoire de déplacement délivrés par l’association Tous Migrants », ajoutent les auteurs du texte.

      Contactée par InfoMigrants, la préfecture des Hautes-Alpes se défend de harcèlement et de contrôles abusifs. « Les services chargés du contrôle aux frontières agissent dans le respect des règles de droit et des personnes qu’elles contrôlent », explique-t-elle dans un communiqué. « Concernant les maraudes exercées pendant le couvre-feu, les salariés et bénévoles peuvent se déplacer entre 18h et 6h pour l’aide aux personnes précaires en présentant une attestation professionnelle fournie par l’association. Il appartient à l’autorité de police verbalisatrice d’apprécier la validité des documents qui lui sont présentés. »


      https://twitter.com/DamienCAREME/status/1337458498146222082

      « La PAF nous demande de venir chercher des migrants dans leurs locaux »

      Pour Agnès Antoine, le comportement de la police est surtout incompréhensible. « Ils nous harcèlent et dans le même temps, ils nous demandent de les aider, de venir chercher des migrants quand ils sont dans les locaux de la PAF. Parce qu’ils ne savent pas quoi faire d’eux. C’est vraiment dingue ».

      Dernier exemple en date, dans la nuit du vendredi 15 janvier au samedi 16 janvier. Vingt-deux migrants, Iraniens et Afghans, dont des enfants et un nouveau-né, sont interceptés par la police dans la montagne puis emmenés dans les locaux de la PAF. Selon Tous Migrants, « toutes les personnes arrêtées ont reçu des OQTF et des IRTF délivrées par la préfète ». Après les avoir interrogés, la PAF a appelé l’association. « Ils nous ont demandé de venir pour nous en occuper », soupire-t-elle.
      De plus en plus de familles parmi les exilés

      L’association reproche également aux forces de l’ordre de bafouer les droits des migrants. « L’État militarise la frontière, traque les exilé(e)s et les reconduit quasi systématiquement en Italie sans même vérifier s’ils souhaitent demander l’asile en France », écrivent-ils encore dans leur communiqué.

      Selon Tous Migrants, le profil des exilés traversant les Alpes a changé ces derniers mois. Auparavant, les personnes secourues étaient majoritairement des hommes, en provenance d’Afrique de l’Ouest « qui remontaient l’Italie depuis le sud avant de traverser les Alpes ». Aujourd’hui, les migrants sont davantage des familles venues du Moyen-Orient. « Elles arrivent de Slovénie, passent par Trieste (dans le nord de l’Italie), et arrivent aux Alpes », explique Agnès Antoine. « Ce sont beaucoup de familles avec des femmes enceintes, des enfants et même des bébés en bas âge ».

      Depuis le mois de septembre 2020, les maraudes ont permis de porter assistance à 196 personnes, écrivent les bénévoles de l’association.

      https://www.infomigrants.net/fr/post/29725/dans-les-alpes-les-associations-d-aide-aux-migrants-se-disent-harcelee

    • « A la frontière franco-italienne, l’Etat commet des violations quotidiennes des droits humains »

      Au nom de la lutte contre l’immigration irrégulière, la #militarisation_de_la_montagne n’est qu’un geste vain de l’Etat, alertent l’anthropologue #Didier_Fassin et le médecin #Alfred_Spira.

      Tribune. Toutes les #nuits, dans les Hautes-Alpes, au col de Montgenèvre, des hommes, des femmes et des enfants en provenance du Moyen-Orient, d’Afrique subsaharienne ou du Maghreb tentent de passer à pied d’Italie en France, dans la neige et le froid. Toutes les nuits, puissamment équipés, des agents de la police aux frontières et des gendarmes dépêchés sur place s’efforcent de les en empêcher et de les reconduire de l’autre côté de la frontière. Toutes les nuits, des bénévoles font des #maraudes pour porter assistance à ceux qui, une fois sur le territoire français, essaient d’échapper à leur arrestation.

      Cette étrange dramaturgie se reproduit depuis quatre ans, et, si les hivers sont particulièrement dangereux, certains des accidents les plus tragiques se sont produits en #été : il n’est pas de période sûre pour les exilés qui se perdent ou se blessent dans cette voie par laquelle ils espèrent obtenir la protection de la France ou poursuivre plus loin leur périple. Ajoutons à ce tableau la présence de deux compagnies de policiers et de gendarmes chargés du secours en haute montagne qui, en conformité avec leur noble mission, sont parfois paradoxalement conduits à intervenir pour aider des exilés qui fuient leurs collègues.

      Leur action se fait au nom du contrôle de l’immigration, et le président de la République a récemment ordonné un doublement des forces de l’ordre qui gardent les frontières.

      Mais cette impressionnante mobilisation se révèle à la fois disproportionnée et inefficace, comme le reconnaît un haut fonctionnaire préfectoral. Disproportionnée, car elle ne concerne que 2 000 à 3 000 passages par an. Inefficace, car celles et ceux qui sont reconduits retentent inlassablement leur chance jusqu’à ce qu’ils réussissent.

      La véritable conséquence du déploiement de ce dispositif est de contraindre les exilés à emprunter des chemins de plus en plus périlleux, sources de #chutes, de #blessures et de #gelures. Plusieurs #décès ont été enregistrés, des #amputations ont dû être réalisées. La militarisation de la montagne n’est ainsi qu’un geste vain de l’Etat, dont le principal résultat est la #mise_en_danger des exilés, souvent des familles.

      « #Délit_de_solidarité »

      Geste d’ailleurs d’autant plus vain qu’il est difficile d’imaginer que des personnes qui ont quitté un pays où ils n’étaient pas en sécurité pourraient y retourner. Les uns ont fait des milliers de kilomètres sur la route des Balkans, y ont été enfermés dans des camps infâmes sur des îles grecques ou ont subi les violences des policiers et des miliciens croates.

      Les autres ont franchi le Sahara où ils ont été dépouillés de leurs biens par des gangs avant d’arriver en Libye, où ils ont été détenus, torturés et libérés contre rançon, puis de traverser la Méditerranée sur des embarcations précaires et surchargées. Il est difficile d’imaginer que ces exilés puissent renoncer à cet ultime obstacle, fût-il rendu hasardeux par l’action de la police et de la gendarmerie.

      C’est pourquoi l’activité des maraudeurs est cruciale. Les premiers d’entre eux, il y a quatre ans, étaient des habitants de la région pour lesquels il était impensable de laisser des personnes mourir en montagne sans assistance. « #Pas_en_notre_nom » était leur cri de ralliement et l’intitulé de leur association, qui est devenue un peu plus tard Tous Migrants, récompensée en 2019 par un prix des droits de l’homme remis par la garde des sceaux. Très vite, ils ont été rejoints par des #bénévoles venus de toute la France et même de plus loin, certains étant des professionnels de santé intervenant au nom de #Médecins_du_monde.

      Ces maraudeurs qui essaient de mettre à l’#abri les exilés ayant franchi la frontière dans des conditions extrêmes ont à leur tour été réprimés. Bien que censuré par le Conseil constitutionnel en 2018, au nom du principe supérieur de fraternité, le « délit de solidarité » continue à donner lieu à des #interpellations et parfois à des #poursuites.

      Nous avons nous-mêmes récemment été, en tant que médecins, les témoins de ces pratiques. L’un de nous a fait l’objet, avec son accompagnateur, d’un long contrôle d’identité et de véhicule qui les a empêchés de porter secours, quelques mètres plus loin, à une dizaine de personnes transies, dont une femme âgée qui paraissait présenter des troubles cardiaques. Alors qu’ils insistaient devant le poste de police sur les risques encourus par cette personne et rappelaient la condamnation de la police aux frontières pour refus de laisser les organisations humanitaires pénétrer leurs locaux pour dispenser une assistance médicale et juridique, ils se sont fait vigoureusement éconduire.

      Double contradiction

      Un autre a pu, quelques jours plus tard, mettre à l’abri deux adultes avec quatre enfants qui venaient de franchir la frontière par − 15 °C ; il s’est alors rendu compte que deux fillettes étaient sans leurs parents qui avaient, eux, été interpellés ; revenu au poste-frontière pour solliciter la libération du père et de la mère au nom de l’#intérêt_supérieur_des_enfants de ne pas être séparés de leur famille, il n’a obtenu celle-ci qu’au prix d’une audition par un officier de police judiciaire, après avoir été fallacieusement accusé d’#aide_à_l’entrée_irrégulière_sur_le_territoire, #délit puni de cinq ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

      Dans les jours qui ont suivi ces deux épisodes, tous les maraudeurs ont fait l’objet d’un #harcèlement non justifié des #forces_de_l’ordre, avec jusqu’à six contrôles et trois #contraventions par personne certains soirs.

      Tous les policiers et les gendarmes n’adhèrent pas à ces pratiques. Certains vont jusqu’à féliciter les maraudeurs pour leurs actions. Ils sont d’autant plus légitimes à le faire qu’au nom de la lutte contre l’immigration irrégulière le gouvernement viole les #droits_humains, lorsque ses agents insultent, volent et frappent des exilés, comme des décisions judiciaires l’ont établi, et qu’il enfreint la législation lorsque les exilés ne sont pas autorisés à demander l’asile à la frontière. Parfois, les mineurs non accompagnés se voient refoulés, ce que condamne la justice.

      On aboutit à cette double contradiction : garant de la loi, l’Etat y contrevient au moment même où il sanctionne celles et ceux venus lui demander sa protection ; promoteur des valeurs de la République, il punit celles et ceux qui se réclament de la fraternité. Ces violations des droits humains et ces infractions à la législation contribuent à la crise humanitaire, sécuritaire et sanitaire, contre laquelle le devoir éthique de tout citoyen est d’agir, comme nous le faisons, pacifiquement et dans le strict respect de la loi.

      Didier Fassin est professeur à l’Institut d’études avancées de Princeton et titulaire de la chaire annuelle « santé publique » au Collège de France ; Alfred Spira est professeur honoraire de santé publique à la faculté de médecine de Paris-Saclay et membre de l’Académie nationale de médecine. Tous deux sont occasionnellement maraudeurs bénévoles pour l’association Médecins du monde.

      https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/01/28/a-la-frontiere-franco-italienne-l-etat-commet-des-violations-quotidiennes-de
      #nuit #hiver #efficacité #proportionnalité #inefficacité

  • Sur la #chute de l’Université, en quatre graphes
    d’après Guillaume Miquelard, maître de conférences habilité en physique des polymères, auteur d’un blog EducPros Un tout petit monde : http://blog.educpros.fr/guillaume-miquelard-et-paul-francois/2015/11/10/evolution-des-effectifs-a-luniversite-personnels-et-etudiants

    Évolution du nombre d’étudiant∙es à l’Université (modulo de petites incertitudes liées à des chiffres concaténés de sources différentes), par Guillaume Miquelard, 2020 :

    Il s’agit de l’évolution du nombre de postes ouverts aux concours MCF sur plus de 20 ans1. Les chiffres 2020 sont provisoires (mais d’ores et déjà légèrement meilleurs que 2019)

    Par « postes proposés », entendre « ouvertures autorisées par le MESRI ». Toutes ne sont pas transformées en postes ouverts (publiés) par les établissements. Tous les postes publiés ne sont pas pourvus. Enfin les « nouveaux postes » sont les nouveaux entrants (donc minoré de détachement/mutation). « Postes proposés total » somme les postes MCF et PU.

    Depuis trois ans, on observe moins de 1000 nouveaux recrutés MCF. Le passage sous la barre des 2000 nouveaux recrutés a eu lieu autour de 2007. Dix ans auparavant, on était à 3000 nouveaux recrutés par an. Pour « MCF + PU », on est passé à moins de 2000 postes en 2018. Nous sommes à 1700 postes proposés MCF + PU aujourd’hui.

    Évolution du « stock » des personnels enseignants à l’Université (modulo de petites incertitudes liées à des chiffres concaténés de sources différentes), par Guillaume Miquelard, 2020 :

    Pour résumer, il y a quinze ans, 20% des docteurs formé·es devenaient MCF. Iels sont aujourd’hui 7%.

    « Je ne sais pas pourquoi [mais@ je repense toujours à cette planche de Pétillon où Jack Palmer écoute la radio qui annonce une chute vertigineuse de toutes les actions à la bourse, avant de s’éteindre et Jack Palmer se dit « soit les piles sont mortes soit c’est vraiment la fin » (Tweet de Guillaume Miquelard, 17 octobre 2020).

    https://academia.hypotheses.org/26900
    #université #statistiques #France #facs #chiffres #personnel #effectifs #étudiants #visualisation #graphique #MCF #doctorat #ESR

    ping @simplicissimus

  • Lara Bitar est une des très très rares voix libanaises qui ne soient pas animées par la haine sectaire :

    Lara Bitar sur Twitter :

    "Walid Jumblatt said, "no trust this “ruling #mafia” can conduct the #Beirut_Explosion investigation.

    W. Jumblatt is a main pillar of this mafia.

    An insult to all those who were killed by this ruling class.

    Only we can get justice for those who perished." / Twitter
    https://twitter.com/LaraJBitar/status/1291317906396020737

    #chutzpah

  • La mairie de Tel Aviv illuminée aux couleurs du drapeau libanais - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1228366/la-mairie-de-tel-aviv-illuminee-aux-couleurs-du-drapeau-libanais.html

    La mairie de Tel Aviv illuminée aux couleurs du drapeau libanais
    Une initiative qui ne fait pas l’unanimité.

    Et durant l’été 82, quand vos jets pilonnaient la ville, c’était quoi le drapeau ? Et les bombardements de 2006, avec plus de 1000 morts dont 1/3 d’enfants, vous aviez mis un drapeau ?

    ignoble #Chutzpah

    • IDF Commander: We Fired More Than a Million Cluster Bombs in Lebanon
      Meron Rappaport | Published on 11.09.2006
      https://www.haaretz.com/1.4865651

      IDF commander: We fired more than a million cluster bombs in Lebanon
      Phosphorous and cluster bombs heavily used; unexploded munitions litter wide area of Lebanon.

      “What we did was insane and monstrous, we covered entire towns in cluster bombs,” the head of an IDF rocket unit in Lebanon said regarding the use of cluster bombs and phosphorous shells during the war.

      Quoting his battalion commander, the rocket unit head stated that the IDF fired around 1,800 cluster bombs, containing over 1.2 million cluster bomblets.

      In addition, soldiers in IDF artillery units testified that the army used phosphorous shells during the war, widely forbidden by international law. According to their claims, the vast majority of said explosive ordinance was fired in the final 10 days of the war.

      The rocket unit commander stated that Multiple Launch Rocket System (MLRS) platforms were heavily used in spite of the fact that they were known to be highly inaccurate.

      MLRS is a track or tire carried mobile rocket launching platform, capable of firing a very high volume of mostly unguided munitions. The basic rocket fired by the platform is unguided and imprecise, with a range of about 32 kilometers. The rockets are designed to burst into sub-munitions at a planned altitude in order to blanket enemy army and personnel on the ground with smaller explosive rounds.

      The use of such weaponry is controversial mainly due to its inaccuracy and ability to wreak great havoc against indeterminate targets over large areas of territory, with a margin of error of as much as 1,200 meters from the intended target to the area hit.

      The cluster rounds which don’t detonate on impact, believed by the United Nations to be around 40% of those fired by the IDF in Lebanon, remain on the ground as unexploded munitions, effectively littering the landscape with thousands of land mines which will continue to claim victims long after the war has ended.

      Because of their high level of failure to detonate, it is believed that there are around 500,000 unexploded munitions on the ground in Lebanon. To date 12 Lebanese civilians have been killed by these mines since the end of the war.

      According to the commander, in order to compensate for the inaccuracy of the rockets and the inability to strike individual targets precisely, units would “flood” the battlefield with munitions, accounting for the littered and explosive landscape of post-war Lebanon.

      When his reserve duty came to a close, the commander in question sent a letter to Defense Minister Amir Peretz outlining the use of cluster munitions, a letter which has remained unanswered.

      ’Excessive injury and unnecessary suffering’

      It has come to light that IDF soldiers fired phosphorous rounds in order to cause fires in Lebanon. An artillery commander has admitted to seeing trucks loaded with phosphorous rounds on their way to artillery crews in the north of Israel.

      A direct hit from a phosphorous shell typically causes severe burns and a slow, painful death.

      International law forbids the use of weapons that cause “excessive injury and unnecessary suffering”, and many experts are of the opinion that phosphorous rounds fall directly in that category.

      The International Red Cross has determined that international law forbids the use of phosphorous and other types of flammable rounds against personnel, both civilian and military.

      IDF: No violation of international law In response, the IDF Spokesman’s Office stated that "International law does not include a sweeping prohibition of the use of cluster bombs. The convention on conventional weaponry does not declare a prohibition on [phosphorous weapons], rather, on principles regulating the use of such weapons.

      "For understandable operational reasons, the IDF does not respond to [accounts of] details of weaponry in its possession.

      “The IDF makes use only of methods and weaponry which are permissible under international law. Artillery fire in general, including MLRS fire, were used in response solely to firing on the state of Israel.”

      The Defense Minister’s office said it had not received messages regarding cluster bomb fire.

  • Le Front Populaire dénonce un prix international offert à la « criminelle » Livni | Brèves | alterinfonet.org Agence de presse associative
    https://www.alterinfo.net/notes/Le-Front-Populaire-denonce-un-prix-international-offert-a-la-criminelle-L

    Le Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) a dénoncé le prestigieux prix international "ponts 2020" offert par l’Allemagne à l’ex ministre des affaires étrangères israélienne Tzipi Livni, accusée de mener des crimes de guerre contre le peule palestinien.

    Le FP a traité la responsable israélienne de « criminelle dont les mains baignent dans le sang du peuple palestinien » et qui ose déclarer sans rougir après les massacres à Gaza fin 2008 début 2009 qu’« Israël a fait preuve d’un véritable hooliganisme au cours de la récente opération, que j’ai exigée ».
    La faction palestinienne a critiqué la position des autorités allemandes qui encouragent l’entité sioniste à violer la loi internationale et ne fait que blanchir les crimes de l’occupant israélien, voire d’en commettre d’autres plus pire encore. Elle a appelé la communauté palestinienne et arabe en Allemagne et dans le monde à dénoncer ces massacres et à les dévoiler.

    Rappelons que Tzipi Livni était ministre des affaires étrangères de l’occupant israélien lors de l’agression israélienne contre la bande de Gaza en 2008/2009, une agression qui a fait dans son premier jour plus de 200 martyrs parmi les forces de la sécurité palestinienne.

    L’armée israélienne avait utilisé des bombes au phosphore et à l’uranium léger contre les palestiniens de la bande de Gaza, des rapports internationaux ont révélé que plus d’un million kilogramme d’explosifs a été largué sur la bande, détruisant complètement plus de 4100 maisons et partiellement environ 17000 autres. Le nombre de martyrs a atteint 1436 palestiniens dont 410 enfants, 104 femmes et environ 100 personnes âgées, alors que plus de 5400 palestiniens, dont la moitié des enfants, ont été blessés.

    Le rapport onusien Goldstone a impliqué la ministre israélienne dans ces « crimes de guerre, voire crimes contre l’humanité ».

    #chutzpah (teutonne) #israël

  • The US and Israel hope to scare the Hague war crimes court off from helping Palestine
    https://www.jonathan-cook.net/2020-06-09/us-israel-icc-palestine

    The Israeli argument is that #Palestine lacks the normal features of a sovereign state. However, as the Israeli human rights group #B’Tselem recently noted, this is precisely because Israel has occupied the Palestinians’ territory and illegally transferred settlers onto their land.

    Israel is claiming an exemption by citing the very crimes that need investigating.

    #chutzpah #sionisme #CPI

  • How ’Fauda’ has romanticized the most repugnant aspects of Israel’s occupation - Opinion - Israel News | Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-fauda-has-romanticized-repugnant-aspects-of-israel-s-occupation-1.

    C’est vieux mais c’est toujours d’actualité, à propos de la propagande israélienne via le feuilleton Fauda.

    Opinion How ’Fauda’ Has Romanticized the Most Repugnant Aspects of Israel’s Occupation

    When Israeli security forces, disguised as Palestinian journalists, stormed Birzeit university and arrested a student leader, the Israeli media, rather than outrage, offered its highest plaudit: “Just like ’Fauda’”

    Bon article en arabe dont je traduis les 4 sous-titres https://www.vice.com/ar/article/59qj7x/%D8%A3%D8%B1%D8%A8%D8%B9%D8%A9-%D8%A3%D8%B3%D8%A8%D8%A7%D8%A8-%D9%83%D9%8A-%D9 :

    1) Fauda légitime les crimes de guerre israéliens 2) le acteurs palestiniens du feuilletons confirment la version israélienne du conflilt 3) Fauda, via Netflix, est une opération de propagande 4) ce n’est pas de l’histoire/de l l’Histoire, ça se passe aujourd’hui...

    #netflix #fauda #israël #palestine

  • Coronavirus : le gouvernement a péché par excès de prévoyance - Télévision - Télérama.fr
    https://www.telerama.fr/television/coronavirus-le-gouvernement-a-peche-par-exces-de-prevoyance,n6620051.php

    Sur CNews, Sibeth Ndiaye explique que les autorités ont trop bien anticipé l’épidémie. Sur LCI, la porte-parole du gouvernement et Olivier Véran déploient les mêmes éléments de langage pour justifier l’obligation de travailler et l’inutilité de porter des masques.

    Autre mesure anticipée : « Le Premier ministre, dès le 26 janvier, a réuni les ministres impliqués dans cette crise. » Afin de les prévenir que l’article 49-3 serait mobilisé pour adopter la réforme des retraites, celle qui ampute les pensions de ces feignants de fonctionnaires hospitaliers. Une mesure d’urgence absolument visionnaire.

    « Avoir un masque et le toucher toute la journée, c’est même dangereux, ça peut être un vecteur de contamination. » Ça se confirme : l’épidémie de Covid-19 s’est répandue en France à cause du port de masques.

    Cette fois, Virginie Le Guay peut proférer sans crainte d’être contredite : « Avoir un masque peut être totalement illusoire. On l’enlève, on le remet et en fait ce masque est infecté. » Les experts sont unanimes : les Français sont vraiment trop cons pour qu’on leur enseigne à se servir d’un masque. En revanche, ils sont capables de comprendre qu’il faut rester chez soi en allant travailler.

    #propagande #coronavirus