• Covid-19 : levée de la quarantaine obligatoire pour les arrivées à Hongkong
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/09/23/covid-19-levee-de-la-quarantaine-obligatoire-pour-les-arrivees-a-hongkong_61

    Covid-19 : levée de la quarantaine obligatoire pour les arrivées à Hongkong
    Les voyageurs vont toutefois devoir se soumettre à un test PCR à leur arrivée. La Chine est désormais la seule grande économie au monde à maintenir une longue période de quarantaine pour les arrivées internationales.
    Le Monde avec AFP
    Publié le 23 septembre 2022
    C’est la fin de plus de deux années et demi d’isolement international pour le centre financier. Hongkong va lever la quarantaine obligatoire à l’hôtel pour toute personne arrivant de l’étranger, a annoncé le chef de l’exécutif vendredi 23 septembre. « Le système des hôtels de quarantaine va être supprimé », a déclaré John Lee aux journalistes.Les voyageurs vont toutefois devoir se soumettre à un test PCR à leur arrivée, et ne seront pas autorisés à se rendre dans les bars et les restaurants pendant les trois premier jours. La décision, très attendue, va apporter un soulagement aux habitants et aux entreprises, qui réclamaient que la place financière asiatique suive la tendance mondiale en autorisant de nouveau les voyages sans contraintes.Hongkong a appliqué une version plus souple de la stratégie chinoise « zéro Covid », laquelle impose notamment de multiples confinements dès l’apparition de cas positifs et des tests PCR toutes les soixante-douze ou quarante-huit heures. Des mesures telles que la quarantaine obligatoire à l’hôtel pour les personnes arrivant de l’étranger – allant jusqu’à vingt et un jours –, ont été appliquées dans cette région administrative spéciale de Chine pendant toute la période de la pandémie. La Chine est désormais la seule grande économie au monde à maintenir une longue période de quarantaine pour les arrivées internationales.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#hongkong#circulation#frontiere#quarantaine#zerocovid#test

  • Covid-19 : levée de la quarantaine obligatoire pour les arrivées à Hongkong
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/09/23/covid-19-levee-de-la-quarantaine-obligatoire-pour-les-arrivees-a-hongkong_61

    Covid-19 : levée de la quarantaine obligatoire pour les arrivées à Hongkong
    Les voyageurs vont toutefois devoir se soumettre à un test PCR à leur arrivée. La Chine est désormais la seule grande économie au monde à maintenir une longue période de quarantaine pour les arrivées internationales.
    Le Monde avec AFP
    Publié le 23 septembre 2022
    C’est la fin de plus de deux années et demi d’isolement international pour le centre financier. Hongkong va lever la quarantaine obligatoire à l’hôtel pour toute personne arrivant de l’étranger, a annoncé le chef de l’exécutif vendredi 23 septembre. « Le système des hôtels de quarantaine va être supprimé », a déclaré John Lee aux journalistes.Les voyageurs vont toutefois devoir se soumettre à un test PCR à leur arrivée, et ne seront pas autorisés à se rendre dans les bars et les restaurants pendant les trois premier jours. La décision, très attendue, va apporter un soulagement aux habitants et aux entreprises, qui réclamaient que la place financière asiatique suive la tendance mondiale en autorisant de nouveau les voyages sans contraintes.Hongkong a appliqué une version plus souple de la stratégie chinoise « zéro Covid », laquelle impose notamment de multiples confinements dès l’apparition de cas positifs et des tests PCR toutes les soixante-douze ou quarante-huit heures. Des mesures telles que la quarantaine obligatoire à l’hôtel pour les personnes arrivant de l’étranger – allant jusqu’à vingt et un jours –, ont été appliquées dans cette région administrative spéciale de Chine pendant toute la période de la pandémie. La Chine est désormais la seule grande économie au monde à maintenir une longue période de quarantaine pour les arrivées internationales.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#hongkong#circulation#frontiere#quarantaine#zerocovid#test

  • Chine. Le retour des #vendeurs_de_rue à Shanghai

    Pendant des années, ils ont été considérés comme une #tumeur_urbaine par les autorités chinoises. Mais les commerçants ambulants font aujourd’hui leur grand retour à Shanghai, locomotive économique de l’empire du Milieu.

    « L’#économie_de_rue serait-elle de retour ? » s’enthousiasme le média shanghaïen en ligne Pengpai (The Paper). Le 22 septembre, le Comité permanent de l’Assemblée municipale du peuple de Shanghai a approuvé une révision du « Règlement sur la gestion de l’hygiène environnementale de Shanghai ».

    De ce fait, à partir du mois de décembre, les vendeurs de rue pourront légalement installer des étals dans les #marchés_de_nuit. Une nouvelle qui réjouit Pengpai :

    « L’économie de rue n’est pas seulement un reflet de la tolérance de la ville, c’est aussi un élément important de l’#écosystème_économique. »

    « Par le passé, il était interdit à Shanghai d’installer des stands ambulants et des commerces dans l’#espace_public, comme les #trottoirs », rappelle le quotidien de la jeunesse chinoise Zhongguo Qingnian Bao, qui ne cache pas sa joie face aux « changements dans le concept de #gouvernance_urbaine ».

    Jadis, dans le développement urbain chinois, le commerce de rue a été constamment qualifié d’obstruction au #paysage_urbain, d’entrave à la #circulation_routière, etc. « Il a été presque considéré comme synonyme de ’#sale, #désordonné' », déplore le journal, ajoutant :

    « L’absence d’échoppes en bord de route était vue comme un #symbole de l’indice d’une #ville_civilisée. »

    Le Zhongguo Qingnian Bao mentionne les avantages des « #échoppes_de_rue ». « Cette activité économique urbaine marginale » a évidemment ses atouts, surtout dans le contexte économique actuel.

    Création d’#emplois

    « Il s’agit d’un moyen pragmatique de stimuler la #consommation et de préserver l’#animation d’une ville », argumente le quotidien, en ajoutant que, « nécessitant un faible investissement, il contribue à créer des d’emplois ».

    La création d’emplois est devenue urgente dans la deuxième puissance mondiale. En août dernier, le Bureau national chinois des statistiques a annoncé un taux de chômage record de 19,9 % chez les jeunes de 16 à 24 ans.

    Le média hongkongais en ligne HK01 parle également d’une « bonne décision » prise à Shanghai, montrant que les autorités de cette métropole « ont compris que la #gestion_urbaine et l’économie des #colporteurs peuvent coexister, et que les deux ne s’excluent pas mutuellement ».

    HK01 regrette qu’autrefois de nombreuses villes chinoises aient à tout prix voulu donner un aspect propre et ordonné à leur cité. Cela provoquait de fréquentes confrontations entre les chengguan (sorte de police municipale) et les #marchands_ambulants, causant « de nombreux incidents regrettables et affligeants ».

    Ainsi, en mai 2009, Xia Junfeng, jeune vendeur d’aliments de rue à Shenyang, dans le Liaoning, a tué deux chengguan dans une bagarre. Xia a été exécuté quatre ans plus tard.

    Interrogé par le média américain Radio Free Asia, l’économiste Si Ling estime que ce changement de politique de la ville de Shanghai est dû à la vague de faillites d’entreprises à la suite de l’épidémie. D’après lui, « le gouvernement de Shanghai a dû faire face au grand nombre de commerçants et d’ouvriers ayant besoin de travail en autorisant l’#économie_de_rue ».

    Le chroniqueur Fang Yuan impute également cette souplesse du pouvoir vis-à-vis du commerce de rue à « la morosité des conditions macroéconomiques ». Il estime que « cette forme d’économie est la forme la plus basse de l’économie », qui ne peut toutefois pas être une solution de long terme face à la situation économique actuelle.

    https://www.courrierinternational.com/article/chine-le-retour-des-vendeurs-de-rue-a-shanghai

    #informalité #ville_informelle #économie_informelle #Chine #Shanghai #urban_matters #commerce #villes #cohabitation #propreté #ordre
    #TRUST #master_TRUST

  • Le Sénégal cherche à garder ses meilleurs bacheliers sur ses terres
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2022/09/19/le-senegal-cherche-a-garder-ses-meilleurs-bacheliers-sur-ses-terres_6142303_

    Le Sénégal cherche à garder ses meilleurs bacheliers sur ses terres
    Avec l’ouverture de deux classes préparatoires, le pays souhaite désormais conserver ses élèves les plus brillants et tenter de casser la dynamique de la fuite des cerveaux.
    Par Mustapha Kessous
    Publié le 19 septembre 2022 à 19h00
    Ils ne verront pas Paris, Lyon ou Valenciennes. Pas cette année. Le Sénégal a décidé de ne pas envoyer ses meilleurs bacheliers dans une classe préparatoire française lors de la prochaine rentrée étudiante. Ce pays d’Afrique de l’Ouest a fait le choix d’ouvrir pour la première fois, le 3 octobre, deux classes préparatoires scientifiques au sein de l’école polytechnique de Thiès, ville située à 70 kilomètres à l’est de Dakar, afin de former 50 élèves directement aux concours d’entrée des grandes écoles.
    « Ce n’est pas une spécificité de notre pays que d’avoir des prépas, c’est donc un véritable changement culturel, note Emile Bakhoum, chef du service de gestion des étudiants sénégalais à l’étranger, rattaché à l’ambassade du Sénégal à Paris. Notre pays gagnera à garder son élite sur ses terres. »
    C’est en 2016 que le Sénégal a signés des conventions avec six lycées français comme Louis-le-Grand et le réseau INSA (Institut national des sciences appliquées). Ces accords prévoient qu’une cinquantaine de jeunes élèves puissent intégrer, chaque année, ces prestigieux établissements – sans passer par Parcoursup – pour les préparer aux grandes écoles. Une fois les meilleurs éléments du pays sélectionnés par l’Etat sénégalais (sur des centaines de demandes), les élus bénéficient d’une aide enviée par tant d’étudiants : ils obtiennent la bourse d’excellence, dont la dotation mensuelle est de 650 euros afin qu’ils puissent se concentrer uniquement sur leurs études.
    C’est le double de la somme allouée à un boursier classique (373 euros à Paris, 297 euros en province), sept fois plus que le salaire minimum au Sénégal. Pour décrocher la « bourse des bourses », il faut une mention bien voire très bien au bac ou un prix au concours général, qui récompense chaque année les meilleurs élèves de première et de terminale. La décision de ne plus envoyer, dès la rentrée prochaine, de boursiers d’excellence en France met en sommeil les conventions « pour au moins un an et on verra pour la suite, explique Emile Bakhoum. Un étudiant, s’il le souhaite, peut toujours tenter d’intégrer une prépa en France, mais ça sera hors convention : il ne bénéficiera donc pas de la bourse d’excellence ».
    Pourquoi le Sénégal cherche-t-il désormais à conserver ses élèves les plus brillants ? « Si l’Etat a décidé de ne plus envoyer de boursiers d’excellence, c’est parce que les bacheliers sont jeunes, très jeunes, entre 17 et 19 ans. Et quand ils arrivent en France, il peut y avoir un problème d’adaptation, souligne le diplomate. Il y a une rupture trop brutale : ils passent de la chaleur familiale à un froid à tous les niveaux avec un risque d’isolement total. »
    Les découvertes d’une autre culture ou d’un nouveau système d’enseignement réputé intraitable et ultra-compétitif s’avèrent, pour certains, difficiles à gérer. « Parmi ces meilleurs élèves, il y en a qui échoue lamentablement à cause du dépaysement et de l’exigence que requièrent ces prépas », assure M. Bakhoum. Etudier dans de prestigieuses écoles françaises peut se faire ainsi au prix de dépression, de sacrifices et de burn-out. « On a eu énormément de remontées faisant état de ces difficultés », ajoute-t-il. Surtout depuis l’affaire Diary Sow, une étudiante, alors en deuxième année de classe préparatoire scientifique au lycée Louis-le-Grand, dans le Ve arrondissement de Paris, qui avait disparu le 4 janvier 2021 avant de réapparaître dix-sept jours plus tard à Dakar. Son absence avait fait couler des litres de larmes et d’encre entre les deux continents, mais cette fuite avait largement contribué à libérer la parole des boursiers d’excellence.Au Sénégal, cette affaire reste un traumatisme. « On ne peut pas nier que l’histoire de Diary Sow a joué dans la prise de décision, ajoute M. Bakhoum. Il est normal que le Sénégal, qui aujourd’hui se veut émergeant, puisse se doter d’outils pour former sa future élite. A Thiès, les élèves pourront bénéficier de la même qualité d’enseignement au Sénégal qu’en France. D’ailleurs, nous avons recruté deux néo-retraités de classes préparatoires françaises qui superviseront l’enseignement. Et en plus, les étudiants resteront non loin de leurs parents. »
    Ouvrir ces deux classes préparatoires a, également, un autre but : tenter de casser la dynamique de la fuite des cerveaux. « Chez nous, on pense que la réussite passe par l’étranger et qu’il faut impérativement partir après le bac », regrette Emile Bakhoum. « Nous prenons la crème de nos bacheliers, nous payons leur scolarité en France dans les meilleures écoles et, à la fin, la plupart des enfants ne reviennent pas au Sénégal. Ce flux migratoire est en défaveur de notre pays et de l’Afrique », constate le professeur Serigne Magueye Gueye. Ainsi, pour le directeur général du campus franco-sénégalais de Dakar, retenir au pays « la crème des bacheliers » permettra à ces jeunes de les protéger de situations de vulnérabilité, de gagner en maturité et de leur donner plus de temps pour forger leur projet de vie. « S’ils partent à l’étranger un peu plus âgé, ils seront plus enclins à revenir au pays, estime M. Gueye. Les plus belles réussites se construisent ici au Sénégal. »

    #Covid-19#migrant#migration#senegal#etudiant#elite#circulation#braindrain#etranger#retour#vulnerabilite#santementale

  • Covid-19 : en Chine, des dizaines de millions de personnes restent confinées
    https://www.lemonde.fr/international/article/2022/09/13/covid-19-des-dizaines-de-millions-de-personnes-restent-confinees-en-chine_61

    Covid-19 : en Chine, des dizaines de millions de personnes restent confinées Même si le pays ne recense qu’un millier de nouveaux cas par jour, 33 villes comptant 65 millions d’habitants ont mis en place un confinement partiel ou total.
    Vendredi 9 septembre, à l’aéroport de Yinchuan, la principale ville du Ningxia, une femme s’est soudainement mise à pleurer juste avant d’embarquer pour Pékin. Comme tous les parents pékinois, elle avait dû, au préalable, informer l’école primaire de son fils de son voyage dans cette province au nord-ouest du pays, et, maintenant, elle craint qu’une fois rentrée dans la capitale, la direction de l’école ne l’autorise pas à retrouver les siens. Une peur a priori doublement infondée. Non seulement il n’y a pas un seul cas de Covid à Yinchuan, mais, en cinq jours, cette trentenaire a effectué pas moins de cinq tests PCR : un premier le lundi 5, vingt-quatre heures avant de quitter Pékin, deux tests à l’arrivée à l’aéroport de Yinchuan le mardi 6 et un dernier le mercredi 7 pour pouvoir repartir deux jours plus tard. Pourtant, une heure après avoir atterri à Pékin, l’école de son fils lui a envoyé sur son portable le message suivant : « Pour le bien des enfants », soit vous évitez de voir votre fils durant sept jours, soit celui-ci ne sera pas admis en classe durant une semaine. Samedi, à 6 heures du matin, nouveau message : « Quelle a été votre décision ? »
    Cette femme se souvient-elle que, deux ans plus tôt, le 8 septembre 2020, alors que le monde entier se battait contre le virus, le président Xi Jinping avait célébré « la victoire de Wuhan, la victoire de la Chine » contre le Covid-19, au cours d’une imposante cérémonie organisée au Grand Palais du peuple et retransmise en direct à la télévision ? Ce grand moment de propagande paraît aujourd’hui largement prématuré. Alors que la plupart des autres pays, grâce aux vaccins, vivent avec le Covid, la Chine s’enferme dans une politique zéro Covid qui la coupe du reste du monde et fait peser une épée de Damoclès permanente sur la vie de 1,4 milliard de personnes.
    Che Zhu-Mei peut en témoigner. Cette étudiante coréenne de 25 ans vit en Chine depuis quinze ans. Le 23 juillet, elle décide, avec quelques copines, de partir passer deux semaines à Sanya, une station balnéaire située au sud de l’île tropicale de Hainan, elle-même située au sud de la Chine. Retour prévu le 5 août. Fin juillet, elle entend dire qu’il y a quelques cas de Covid à Hainan. Le 5 août, son train est annulé au dernier moment. Comme des dizaines de milliers d’autres touristes, Che Zhu-Mei doit effectuer cinq tests en une semaine avant de pouvoir quitter Hainan, désormais quasi coupée du monde. Le 16 août, les vols reprennent enfin, mais il n’y en a qu’un seul pour Pékin, et il est pris d’assaut.
    Faute de mieux, le groupe de copines décide de partir le 18 août pour Chengdu. La capitale du Sichuan est l’une des rares destinations qui acceptent les touristes venant de Hainan, à condition qu’ils restent cinq jours en quarantaine. Le 23, Che Zhu-Mei et ses copines ne peuvent toujours pas rentrer à Pékin mais peuvent théoriquement se balader dans le Sichuan. Pas pour longtemps : le 29 août, des premiers cas de Covid font leur apparition à Chengdu. Depuis le 1er septembre, les 21 millions d’habitants sont confinés à domicile. Comme à Shanghai cinq mois plus tôt.
    Dans les quartiers de Chengdu considérés comme à haut ou moyen risque sanitaire, les habitants n’ont même pas été autorisés à descendre dans la rue lorsque, le 5 septembre, un fort tremblement de terre a secoué la région. Dans ces quartiers, les gardiens n’ont tout simplement pas ouvert les cadenas installés aux portes des résidences. « J’habite un 25e étage, et nous avons clairement ressenti le tremblement de terre mais seule une personne de notre appartement est autorisée à sortir deux heures tous les deux jours pour aller chercher des provisions, car il n’y a aucune livraison », témoigne Che Zhu-Mei. Mais, pour celle-ci, le principal problème est ailleurs : son titre de séjour en Chine expire le 14 septembre et, à Chengdu, les services de l’immigration sont aux abonnés absents. « J’espère que mon université à Pékin s’en occupe », témoigne-t-elle au téléphone.
    Chengdu est loin d’être une exception. Le 5 septembre, le magazine Caixin estimait que 33 villes comptant 65 millions d’habitants avaient mis en place un confinement partiel ou total. Même si la Chine ne recense qu’environ un millier de nouveaux cas de Covid par jour, le pays compte actuellement 3 500 zones à risque « élevé ou intermédiaire » : un record depuis février 2020. Parmi celles-ci, Shenzhen, la vitrine high-tech du pays qui vit depuis des semaines au rythme de confinements partiels. Deux ans et demi après le confinement de Wuhan, l’intendance a parfois du mal à suivre ou les petits chefs abusent de leur pouvoir.
    Les témoignages de personnes confinées non ravitaillées ou de malades que les hôpitaux refusent d’accueillir se multiplient sur les réseaux sociaux malgré la censure. Pour tenter de calmer les esprits, les autorités de deux villes viennent de présenter des excuses publiques. A Guiyang (province du Guizhou) où 74 cas de Covid ont été détectés, les 500 000 habitants confinés du quartier de Huaguoyuan n’avaient non seulement rien à manger mais, en raison de l’inorganisation de l’administration, étaient parfois réveillés en pleine nuit afin de faire le sacro-saint test quotidien.
    Dans le Xinjiang, la situation semble pire. Signe du verrouillage de l’information dans cette région sensible, nulle annonce n’avait été encore faite, début septembre, du confinement, depuis début août, des 4,5 millions d’habitants de la préfecture d’Ili, essentiellement peuplée de Kazakhs. Mais, début septembre, plusieurs témoignages ont fait état de familles avec enfants confinées sans nourriture, de vieillards non soignés ou d’une mère sortant de la maternité interdite de rejoindre son domicile. Bien que difficilement accessibles sur les réseaux sociaux chinois, les vidéos sur Ili ont été vues par des dizaines de millions d’internautes chinois. Un commentaire est révélateur : « Il y a dix ou onze ans, des journalistes seraient allés sur le terrain et auraient fait des rapports. Aujourd’hui, les journalistes doivent se contenter de faire des copier-coller des communiqués officiels. » « Il y a dix ou onze ans » , c’est-à-dire avant l’arrivée de Xi Jinping au pouvoir.
    Jusqu’au confinement de Shanghaï et l’arrivée du virus Omicron en Chine, la population semblait majoritairement soutenir la politique zéro Covid. Grâce à elle, le nombre de décès était quasi inexistant, ce qui explique en partie la réticence des Chinois à se faire vacciner. Mais cette politique atteint clairement ses limites, et la lassitude est générale. Chose impensable il y a quelques mois, même des petites mains de la propagande ne se gênent plus pour faire part de leurs états d’âme devant des Occidentaux. « Bien sûr que j’en ai assez de ne pas pouvoir quitter Pékin depuis 2020. Avec ma femme, nous passons notre temps à regarder avec nostalgie les photos de nos voyages à l’étranger », témoigne l’un d’eux. « Trop, c’est trop. Ça n’a plus rien à voir avec un problème de santé publique. C’est purement politique », juge un autre. On lui tend une perche : « Si c’est politique, ça va s’arrêter après le Congrès du Parti communiste le mois prochain, non ? » Réponse : « Je n’y crois pas un instant. C’est une question de légitimité ». Sous-entendu : Xi Jinping ne peut pas perdre la face. De fait, même si le président chinois se rend au Kazakhstan et en Ouzbékistan les 14 et 15 septembre, effectuant son premier voyage à l’étranger depuis janvier 2020, la réouverture générale des frontières ne semble pas pour demain. La Chine, qui, après quatre reports, a renoncé au printemps 2022 à organiser la COP15 sur la biodiversité puis a annulé la coupe d’Asie de football prévue pour l’été 2023, vient de reporter à 2025 les championnats du monde d’athlétisme en salle qui, initialement, auraient dû se dérouler en 2020. Même si le pays recommence, depuis le 1er septembre, à rouvrir ses frontières aux étudiants étrangers, l’abandon de sa politique zéro Covid ne semble pas à l’ordre du jour.

    #Covid-19#migrant#migration#chine#sante#zerocovid#circulation#frontiere#circulation#santepublique#politique

  • Hong Kong can only fully reopen borders if Covid-19 vaccination rate improves, finance chief says | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/hong-kong/hong-kong-economy/article/3192122/hong-kong-can-only-fully-reopen-borders-if-citys

    Hong Kong can only fully reopen borders if Covid-19 vaccination rate improves, finance chief says. ‘It has been extremely challenging to strike a balance between curbing the pandemic and facilitating travel, while preserving the economy’, Paul Chan says Pandemic adviser to government predicts infections spread by more transmissible variants will peak in coming week
    Updated: 11:19pm, 11 Sep, 2022
    Why you can trust SCMP
    Hong Kong can fully reopen to the world only if its Covid-19 vaccination rate improves further, the city’s finance chief has said, crediting effective pandemic control as the “fundamental stabilising force” of the local economy.Financial Secretary Paul Chan Mo-po struck a cautious note on Sunday even as health officials reported the possible start of a downward trend in daily cases, and a pandemic adviser to the government predicted infections spread by more transmissible variants would peak in the coming week.“It has been extremely challenging to strike a balance between curbing the pandemic and facilitating travel, while preserving the economy,” Chan wrote on his official blog. “Only with concerted efforts to further expand the vaccination scheme will we have more leeway to resume international travel, stabilising the economy and restarting the impetus for growth to the greatest extent possible.”
    According to the government, 93 per cent of residents have taken a first vaccine shot, and 91 per cent have received a second, while 74 per cent have completed all three. But the rate for residents aged 80 or above remains just 67 per cent for two shots and a mere 51 per cent for three.
    Authorities have struggled to get those numbers up as infections have rebounded in recent weeks. Health officials on Sunday confirmed 9,033 new cases, of which 129 were imported, and 11 more deaths related to the virus. The city’s Covid-19 tally stood at 1,651,974, with 9,799 fatalities.
    Professor Lau Yu-lung, chair professor of paediatrics at the University of Hong Kong and who advises the government on the pandemic, forecast new infections would crest in the next three to seven days after plateauing at about 10,000 in the past week.The viral load in sewage had also shown signs of flattening, while the number of infected patients being treated in hospital between Thursday and Saturday had declined, he noted.
    “There might be a small rebound after the three-day holiday,” Lau said, adding that as long as residents adhered to social-distancing measures, the public had no cause for concern.
    If the vaccination rate among the elderly and those under five years of age both reached at least 80 per cent, the government might consider laying out a timeline for easing pandemic curbs, he suggested, predicting that could happen in November.The government last week announced the vaccine pass scheme restricting access to most public places would be expanded to require children as young as five be inoculated with at least one jab by September 30 and two shots by the end of November.
    Vaccine pass for kids from 5: what Hong Kong parents should know
    11 Sep 2022. As of Sunday, 2,711 Covid-19 patients were in hospital, including 54 in critical condition and 57 in a serious one. Hospital Authority Chief Manager Dr Larry Lee Lap-yip described the patient numbers as having “stabilised”.But the number of elderly sent to the makeshift treatment facility at AsiaWorld-Expo continued to rise, Lee noted, adding a plan to increase bed capacity from 240 to 280 after the holiday remained.
    “We dare not to let our guard down because based on our experience, changes, growth or declines in the pandemic can happen rapidly,” he said.
    Reacting to Chan’s blog entry, Travel Industry Council chairwoman Gianna Hsu Wong Mei-lun expressed hope that the government would provide a road map to further relax the “3+4” policy that requires arrivals to spend three days in hotel quarantine and four more monitoring their health at home.“Any quarantine measure is an obstacle to revitalise local tourism”, Hsu said, adding the current administration had always maintained that any easing of the rule would be based on scientific data on infection numbers but stopped short of stating what numbers would be acceptable or how a lower figure could be achieved.“When people travel, they need to tour around and enjoy the food. That’s how travelling should be. But if they have an amber code, even if the quarantine is cut to ‘0+7’ or even ‘0+3’, there is no way you could attract inbound travellers with such restrictions,” she said, referring to the vaccine pass QR code given to travellers upon arrival.
    Ray Chui Man-wai, chairman of the food and beverage industry group Institute of Dining Art, said the strategies the government had adopted to tackle the pandemic were “problematic”, noting the government had failed to set a target vaccination rate.“.
    Separately, authorities also made a change to the English-language version of information for people who tested positive posted on the website of the Centre for Health Protection. It now stated that anyone who tested positive using a rapid antigen test (RAT) “have to” report the results instead of only “can” report them.But Chuang clarified that reporting positive RAT cases was “not yet compulsory by law at the moment”.“[But] we would like the people to report so we don’t want them to feel like it’s optional,” she said.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#honkong#pandemie#vaccination#frontiere#circulation#economie#quarantaine#test

  • Israël veut durcir les règles d’entrée des étrangers en Cisjordanie
    https://www.lemonde.fr/international/article/2022/09/04/israel-veut-durcir-les-regles-d-entree-des-etrangers-en-cisjordanie_6140181_

    Israël veut durcir les règles d’entrée des étrangers en Cisjordanie
    Les mesures, plusieurs fois reportées, devraient entrer en application le 5 septembre.
    Par Clothilde Mraffko(Jérusalem, correspondance)
    Publié aujourd’hui à 19h00, mis à jour à 19h00
    Prévue lundi 5 septembre, l’entrée en vigueur d’une série de mesures décidées par les autorités israéliennes va sévèrement restreindre l’entrée et le séjour des étrangers en Cisjordanie. Elles concernent les conditions d’accès à des visas qui sont limités à ce seul territoire occupé : leurs détenteurs ne peuvent pas circuler en Israël, ne peuvent pas se rendre à Jérusalem ou voyager par l’aéroport de Tel-Aviv. Les nouvelles règles pourraient notamment avoir de lourdes conséquences pour des milliers de conjoints de Palestiniens. (...)
    Famille, travail, bénévolat, études… Les 62 pages du document provisoire publié par le Cogat, l’organe militaire qui gère les affaires civiles des Palestiniens dans les territoires occupés, détaillent un ensemble de règles qui réduit considérablement les possibilités pour les étrangers de rester de longues périodes en Cisjordanie. Ces procédures « donnent autorité à l’armée israélienne pour microgérer la société palestinienne », a dénoncé en juin une pétition portée par l’ONG israélienne de défense des droits humains HaMoked. Un quota de 150 visas étudiants a par exemple été fixé. « Israël bénéficiant lui-même largement du [programme d’échange universitaire] Erasmus +, la Commission considère qu’il devrait faciliter et non entraver l’accès des étudiants aux universités palestiniennes », a réagi l’exécutif européen fin juillet, indiquant avoir exprimé « ses inquiétudes » à l’égard des nouvelles règles lors de réunions bilatérales avec des responsables israéliens.
    Aucun visa ne sera délivré pour des enseignants du primaire et du secondaire ni pour des professeurs invités ayant une double nationalité avec un pays arabe notamment. L’armée fixe en outre un quota pour des enseignants d’université « qui excellent dans des professions essentielles » et seront autorisés à venir pour une durée maximale de vingt-sept mois. « C’est une attaque frontale contre la liberté académique, juge Edouard Jurkevitch, professeur israélien de microbiologie à l’Université hébraïque de Jérusalem, auteur, avec dix autres collègues, d’une lettre en mars demandant à son recteur de protester contre ces mesures auprès du ministère de la défense israélien. (...)
    Les nouvelles procédures auraient dû entrer en vigueur en mai, puis début juillet. Elles ont été reportées au 5 septembre, notamment pour ne pas interférer avec la visite du président américain, Joe Biden, en Israël et en Cisjordanie durant l’été. Washington a engagé des discussions autour d’une exemption de visa pour les Israéliens aux Etats-Unis et négocie en échange l’amendement de certaines règles du Cogat. A quelques jours de l’entrée en application des nouvelles règles, le flou était encore total : une porte-parole de cet organisme a fait savoir au Monde que le document publié « n’était pas encore définitif ; les équipes travaillent activement à le compléter ». La pétition de l’ONG HaMoked déposée auprès de la Cour suprême en juin a été rejetée, au motif que le recours était « prématuré ». Selon le droit international, l’armée israélienne peut intervenir en Cisjordanie occupée uniquement pour servir ses besoins militaires ou pour le bien-être de la population palestinienne sous occupation. Les nouvelles procédures du Cogat ne répondent en rien à ces impératifs, selon les ONG. « La moitié des règles, concernant les conjoints, sert au contrôle démographique, en empêchant ces familles de vivre ici ; et l’autre moitié semble être destinée à isoler la société palestinienne. (...)
    Depuis 2020 et la pandémie de Covid-19, des restrictions de circulation se sont ajoutées et n’ont pas été levées. En plus du stress et du poids financier qu’engendrent ces incertitudes, les conjoints étrangers se sentent souvent mal compris de leurs représentations consulaires, à Jérusalem, où ils ne peuvent se rendre légalement, leur visa n’étant pas valide au-delà du mur de séparation. La solution est d’obtenir une réunification familiale et une carte d’identité palestinienne. La procédure peut prendre des années. Le Cogat affirme que les nouvelles procédures ont « pour but de formaliser les pratiques régissant l’entrée de chaque étranger désirant se rendre » en Cisjordanie. Les principaux concernés craignent de perdre la marge de manœuvre qu’autorise aujourd’hui le flou qui prévaut et leur permet de contester, souvent avec succès, certaines décisions devant les tribunaux israéliens. « Cela impacte la relation que j’ai à la Palestine, résume un jeune chercheur franco-palestinien qui a grandi en Cisjordanie mais n’a qu’un passeport français. A chaque fois que je pars, je ne sais pas si je vais revenir. La Palestine est de moins en moins chez moi : c’est dur psychologiquement. »

    #Covid-19#migration#migrant#israel#santementale#postcovid#circulation#palestine#cisjordanie#visa#regroupementfamilial#territoireoccupe#politiquemigratoire

  • Au Sénégal, les difficultés à obtenir un visa pour la France suscitent inquiétude et exaspération
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2022/08/31/au-senegal-les-difficultes-a-obtenir-un-visa-pour-la-france-suscitent-inquie

    Au Sénégal, les difficultés à obtenir un visa pour la France suscitent inquiétude et exaspération. Tourisme, mobilité étudiante, conjoints mariés à un ressortissant français : les délais de délivrance ont dépassé plusieurs mois. Le consulat plaide la surcharge.
    Par Théa Ollivier( Dakar, correspondance)
    Publié aujourd’hui à 13h00, mis à jour à 13h00
    Obtenir un visa pour la France est devenu un véritable chemin de croix au Sénégal. Aïda*, Française de 39 ans, n’avait jamais imaginé que la procédure serait si longue pour son époux, père de son enfant de 3 ans, avec qui elle est en couple depuis 2010 et mariée depuis un an. La demande de visa long séjour a été déposé au consulat de Dakar le 20 juin 2022, mais depuis, pas de nouvelle.« Je n’arrête pas d’envoyer des mails, mais on ne me répond même pas », se plaint la mère de famille, domiciliée en région parisienne, qui s’inquiète que son fils ne fasse sa première rentrée scolaire, jeudi 1er septembre, sans son papa. « Je ne sais pas s’ils se rendent compte de l’impact de leur retard. Des familles sont séparées », râle Aïda, qui multiplie les allers-retours entre la France et le Sénégal pour que son mari puisse voir son petit garçon.
    Des retards qu’a reconnus l’ambassade de France au Sénégal dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux le 26 juillet. « Le consulat général fait face à une augmentation de plus de 250 % des demandes de visa court séjour par rapport à la situation pré-Covid. Nous comprenons que cela génère beaucoup d’impatience et de frustration, ce que nous regrettons », a justifié la diplomatie française, qui n’a pas donné suite aux sollicitations du Monde. « Nous mettons vraiment tout en œuvre pour réduire les délais de traitement et restituer les passeports au plus vite, dans un contexte tout à fait inédit de reprise de l’activité », assure-t-elle. La pression est particulièrement forte à Dakar avec les multiples demandes de visas d’études qui doivent être traitées pendant l’été, auxquelles s’ajoutent celles des nombreuses familles franco-sénégalaises.
    Pour Karim Ben Cheikh, député de la neuvième circonscription des Français de l’étranger (Nupes), « les personnels consulaires ne disposent pas des moyens pour bien réaliser leur travail ». Tout juste désigné rapporteur spécial du budget de l’action extérieure de l’Etat pour la commission des finances, il pointe la responsabilité d’une « politique de réduction de personnels dans les consulats, avec 30 % de postes supprimés depuis dix ans. » Lors d’une audition au Sénat le 28 juillet, le ministre délégué pour les Français de l’étranger, Olivier Becht, avait lui-même constaté que la France avait « désarmé [ses] services consulaires ces dernières années ».
    Le passeport d’Antoinette Fina Senghor, 29 ans, est resté bloqué deux mois et demi au consulat de France à Dakar. Au bout de cette longue attente, elle s’est vue opposer un refus pour « doutes raisonnables quant à votre volonté de quitter le territoire des Etats membres [de l’Union européenne] avant l’expiration du visa ». Une décision dont elle a été informée le 17 août, soit plus d’un mois après son départ prévu le 12 juillet pour Paris.
    La jeune femme voulait passer quelques semaines en France pour rencontrer la famille de son conjoint français, avec lequel elle vit à Dakar. « Pourtant, j’ai mis tous les documents qui prouvent qu’on est un véritable couple, que je participe aux charges de notre maison et que j’ai une source de revenus liée à une activité formelle », argumente Antoinette, qui tient son propre salon de coiffure dans le quartier Ouakam de Dakar. Ces longs délais concernent aussi les étudiants sénégalais, qui redoutent de perdre leur préinscription dans les universités françaises. Mamadou Diop*, 27 ans, étudiant à Saint-Louis, a été admis à un master d’études anglophones à Saint-Etienne. Dès qu’il l’a su, il s’est rendu à Dakar pour déposer son dossier le 3 août. Sans recevoir de réponse jusqu’à présent. « Si je ne suis pas à l’université le 1er septembre, je risque de perdre ma place », s’inquiète le jeune homme. Dans un groupe WhatsApp, 300 étudiants sénégalais dans l’attente d’un visa échangent régulièrement des nouvelles pour se soutenir, alors que certains ont déposé leur demande début juillet. « Une minorité seulement a reçu son visa, je me sens désespéré parce que cela peut déboucher sur un refus. Les étudiants devraient être prioritaires dans le traitement des dossiers », revendique le jeune homme. Le parlementaire français Karim Ben Cheikh plaide pour que « les présidents d’université soient sensibilisés (…) pour que les étudiants sénégalais ne perdent pas leur préinscription ». Selon lui, « c’est aussi l’image de la France qui est en jeu ». Le député, qui s’est déjà mobilisé début août pour demander la levée des réductions de visas dans les trois pays du Maghreb, assure qu’il se rendra à Dakar dans les prochaines semaines pour faire une évaluation de la situation.Pour le cas particulier des visas de conjoints, Karim Ben Cheikh propose par exemple que des « créneaux spécifiques leur soient dédiés sans frais pour l’usager ». De fait, précise-t-il, ces visas « nécessitent une instruction beaucoup plus courte, car ils sont fournis de droit. » Un petit espoir pour Aïda, qui espère toujours pouvoir habiter avec son mari en région parisienne avant la rentrée scolaire.

    #Covid-19#migrant#migration#senegal#france#politiquemigratoire#etudiant#visas#famille#courtsejour#circulation#postcovid

  • Hong Kong residents crossing border at Shenzhen Bay Port can soon book Covid-19 tests online as eager travellers throng checkpoint | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/hong-kong/article/3184784/hong-kong-residents-crossing-border-shenzhen-bay-port-can-soon-book

    Hong Kong residents crossing border at Shenzhen Bay Port can soon book Covid-19 tests online as eager travellers throng checkpoint.New system is aimed at easing crowding at the crossing point as travellers head to mainland China. Traffic has intensified after the Shenzhen government increased quota of quarantine hotel rooms
    Hong Kong is set to allow travellers heading to mainland China through Shenzhen Bay Port to book Covid-19 tests online as residents continue to swamp the checkpoint and ignore the government’s advice to delay trips over the border.Shenzhen authorities also announced on Sunday a new measure to crack down on scalping of quarantine hotel rooms by allocating them through drawing lots following discussions with the Hong Kong government.Shenzhen Bay Port, one of just two land passenger crossings that remain open amid the pandemic, has been packed with crowds in the morning over the weekend after the Guangdong provincial city boosted the number of quarantine hotel rooms by 700 to 2,000 a day and added additional spots for those in need.
    As seen during a Post visit on Sunday, queues snaked outside the checkpoint as hundreds of travellers from Hong Kong waited to undergo the required nucleic acid test before crossing.Planning to visit his relatives on the mainland, Yuen said the Shenzhen government should have made more quarantine hotel rooms available.The 2,000 a day is definitely not enough,” he said. “Residents need to go to Shenzhen. But the issue of quarantine hotel rooms should be addressed first. I was lucky to lock in my booking early on.”Alan Wong, a 49-year-old construction company manager, was unable to book a quarantine hotel room in Shenzhen and his company paid a scalper 2,300 yuan (US$293) to secure a reservation one week in advance.
    Wong said that while it was fairer to use the quota system, the chances of failing to get a hotel room created too many uncertainties for people who needed to do business.“It’s just like waiting for the results of the Mark Six or a Home Ownership Scheme ballot. You’ll never know until the last minute,” Wong said.Secretary for Health Dr Lo Chung-mau visited the checkpoint in the afternoon. Earlier in the day, Lo explained in a TV interview that quarantine-free travel with the mainland remained unfeasible at the moment, as allowing it would require a significant change to the nation’s anti-pandemic policies. Lo added that Hong Kong residents needed to follow the mainland’s requirements when travelling there.
    ‘Faster, daily Covid PCR tests could replace Hong Kong hotel quarantine’
    9 Jul 2022
    A Hong Kong government spokesman said travellers would need to wait for about three hours to receive their Covid-19 test result at the control point and urged them to cross the boundary in the afternoon to avoid the morning rush.Under the coming booking arrangement, which is expected to be ready in a week, travellers must obtain a spot at a Shenzhen quarantine hotel and reserve a time for the Covid-19 test at the border crossing on the day of departure.Hongkongers hoping to travel across the border previously needed to book a room at a quarantine hotel through a government website on a first-come, first-served basis. But to combat the scalping, the Shenzhen government would allocate rooms to travellers by drawing lots, taking into consideration supply and demand, as well as the travel history of the applicant, authorities said. A traveller can only make one booking for the same date and results will be announced at 8pm daily.Society for Community Organisation deputy director Sze Lai-shan said: “The problem now is not much about online booking or queuing at the control point, but more about insufficient hotel rooms for quarantine on the Shenzhen side.
    “The online booking thing is a crowd management measure. It does not mean more people can go to the mainland unless the Shenzhen side makes more quarantine hotel rooms available to meet demand.”Legislator Edward Leung Hei, of the Beijing-friendly Democratic Alliance for the Betterment and Progress of Hong Kong, urged the government to increase shuttle bus services for the Hong Kong-Zhuhai-Macau Bridge to allow more visitors to enter the mainland using that access point.

    #Covid-19#migrant#migration#hongkong#chine#shenzen#frontiere#circulationtransfrontalière#quarantaine#hotel#sante

  • L’Algérie annonce la réouverture de sa frontière avec la Tunisie
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2022/07/06/l-algerie-annonce-la-reouverture-de-sa-frontiere-avec-la-tunisie_6133569_321

    L’Algérie annonce la réouverture de sa frontière avec la Tunisie
    La Tunisie est l’une des destinations privilégiées des Algériens. La crise du Covid-19 avait fortement ralenti le trafic routier, limité au transport de marchandises.
    L’Algérie, grande pourvoyeuse de touristes à la Tunisie, va rouvrir à la mi-juillet la frontière terrestre entre les deux pays, fermée depuis 2020 en raison du Covid-19, a annoncé le président algérien Abdelmadjid Tebboune mardi 5 juillet.« Nous avons pris une décision conjointe de rouvrir les frontières terrestres à compter du 15 juillet », a déclaré M. Tebboune à l’aéroport d’Alger aux côtés de son homologue tunisien Kaïs Saïed, qui s’apprêtait à quitter le pays après avoir assisté aux festivités marquant le 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie.Jusque-là, le trafic routier entre les deux pays se limitait au transport de marchandises.
    Grande pourvoyeuse de touristes
    Les deux pays avaient fermé leurs frontières terrestres en mars 2020 pour endiguer la propagation du coronavirus.Le secteur du tourisme en Tunisie a sérieusement pâti de cette fermeture, l’Algérie étant une grande pourvoyeuse de touristes au pays voisin particulièrement durant la saison estivale.Avant la pandémie du coronavirus, plus de 3 millions d’Algériens se rendaient chaque année en Tunisie, selon des médias locaux. Les liaisons aériennes et maritimes entre les deux pays avaient repris en juin 2021.

    #Covid-19#migrant#migration#algerie#tunisie#pandemie#sante#frontiere#circulation#tourisme

  • China eases Covid entry restriction to allow transit via third country | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/china/politics/article/3183901/china-eases-covid-entry-restriction-allow-transit-third-country

    China eases Covid entry restriction to allow transit via third country
    A notice from the Chinese embassy in the US says travellers can now get health codes needed to board flights when travelling to China via third countries. News is likely to reduce burden on businesses and follows a move to reduce quarantine requirements earlier this week
    He HuifengUpdated: 7:30pm, 2 Jul, 2022
    China is preparing to further relax its entry requirements, allowing international arrivals to transit via a third country.According to a notice published on Friday on the website of the Chinese embassy in the United States, from July 1 the embassy will issue a health code for passengers who fly from the US and enter via a third country, or who transit through America.

    #Covid-19#migrant#migration#chine#etatsunis#sante#restrictionsanitaire#circulation#frontiere#economie

  • Les vacances d’été, parenthèse entre le Covid-19 et la crise économique
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/07/02/les-vacances-d-ete-parenthese-entre-le-covid-19-et-la-crise-economique_61330

    Les vacances d’été, parenthèse entre le Covid-19 et la crise économique
    Malgré des prix très élevés, poussés par l’inflation, le retour des touristes étrangers et la loi de l’offre et de la demande, les Français semblent déterminés à partir en vacances, quitte à partir moins loin.
    Par Clément Guillou
    Publié hier à 03h00, mis à jour hier à 07h10
    En 2022, les Français font de la brasse coulée. Entre la guerre en Ukraine, deux élections et une septième vague de Covid-19, ils semblent déterminés à prendre une respiration cet été, avec un taux de départ en vacances au plus haut, malgré des prix brûlants comme un soleil de juillet. C’est comme s’il fallait solder deux ans de pandémie, alors qu’elle revient, reprendre son souffle après plusieurs mois d’inflation et d’incertitude politique, quand elles ne font que commencer.La route des vacances a rarement été aussi encombrée et semée d’embûches. Car cet appétit se heurte à diverses cures d’amaigrissement : celle des effectifs, dans tous les services liés au tourisme ; celle des destinations, puisque l’Asie reste difficile d’accès, deux ans et demi après le début de la pandémie ; celle du stock de voitures de location ou de trains.« On s’attendait à un choc négatif de la demande, mais on est passé au choc de l’offre, et violemment », analyse Christian Mantei, le président d’Atout France, l’organe de promotion touristique du pays. De sorte que, dans un secteur qui n’ignore plus rien du yield management – adaptation des prix à l’offre restante et à l’imminence du séjour –, l’inflation s’annonce souvent excessive. Tour d’horizon des dynamiques à l’œuvre à la veille des grands départs.Depuis un an, les professionnels du tourisme profitent du revenge travel (« revanche du voyage ») consécutif aux confinements à répétition. Les Français peuvent aussi puiser dans l’épargne accumulée depuis 2020, dont la Banque de France soulignait, le 28 juin, qu’elle se maintient à un niveau très élevé.Il y a enfin, derrière les avions remplis, des avoirs émis durant ces dix-huit mois, où le voyage international a subi de nombreuses pauses. Beaucoup craignent que ces circonstances ne durent pas et que le loisir redevienne, comme il l’a toujours été, une variable d’ajustement des budgets des foyers. D’où la nécessité pour eux de capitaliser sur cet été où la demande est supérieure à l’offre.Sur tous les postes de la dépense touristique, la hausse dépasse nettement l’inflation du secteur des services, évaluée à 3,2 %, en juin, par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Il y a le carburant des voitures, moyen privilégié de déplacement pour les vacances de quatre Français sur cinq.Mais aussi le train, où la SNCF a été prise de court par le niveau exceptionnel de la demande dès la mise en vente de ses billets estivaux, de sorte qu’il n’est vite resté que des tickets à trois chiffres pour les TGV les week-ends. (...)A destination, même embarras. Sur la Côte d’Azur, les dernières voitures de location disponibles s’arrachent à 1 000 euros la semaine. Elles sont difficilement trouvables sur les îles. Les hébergeurs encaissent la flambée de l’énergie et des matières premières alimentaires, les hausses de salaires, du coût des travaux… et profitent de la baisse de l’offre consécutive à la pandémie, particulièrement dans certains pays du bassin méditerranéen. La faiblesse de l’euro pèse également sur les séjours long-courriers.

    Dans ce contexte, la débrouille n’est plus d’aucun secours pour ceux qui n’ont pas accès à une résidence secondaire familiale. Sur les plates-formes de location entre particuliers Airbnb et Abritel, les tarifs ont bondi de 14 % depuis 2019, près de 20 % en Italie et 30 % aux Etats-Unis, selon les données du site AirDNA. Cela ne freine pas les réservations, avec 13 millions de nuitées pour juillet-août réservées dans l’Hexagone (+ 11,7 %).
    (...)Habitués à dénicher des bonnes affaires de dernière minute, en raison de l’abondance d’offres de voyages, les Français qui ont choisi d’attendre en 2022 se retrouvent sans solution. Il fallait prendre position entre la vague Omicron et la guerre en Ukraine, avant le rebond d’avril, quand les professionnels avançaient dans le brouillard. Exception faite de la Turquie, abandonnée par sa clientèle russe, le bassin méditerranéen va déborder de touristes, particulièrement la Grèce.« Les paramètres de marché ont changé, mais les clients ne l’ont pas intégré », souligne Alain de Mendonça, PDG de Fram et de Promovacances, dont les séjours en Italie ou aux Baléares ont été épuisés deux semaines plus tôt qu’à l’ordinaire. « Des gens nous disent au téléphone : “C’est trop cher, je vais attendre.” On doit leur montrer des graphiques pour leur prouver que cela va continuer de monter. »Dans une étude OpinionWay pour Atout France et ADN Tourisme, publiée le 29 juin, une majorité de partants rapporte que le coût du carburant et l’inflation auront un impact sur leurs séjours. Ils s’adapteront en modérant les extras – restaurants ou activités – et en évitant la voiture sur place.
    Dans la droite ligne d’un printemps très chargé, les séjours prolongés cet été concerneront, selon divers sondages, environ six Français sur dix. Un taux habituel qui cache quelques évolutions de comportement. Les clubs et colonies de vacances de l’Union nationale des associations de tourisme et de plein air (UNAT) « voient arriver des publics qui allaient dans des établissements plus haut de gamme, et disparaître des clientèles qui avaient du mal à réserver des vacances », dit son directeur, Simon Thirot, décrivant « une fracture entre ceux qui rognent sur le reste à vivre pour financer les vacances, et ceux qui ont complètement renoncé ».Autre moyen d’économiser : la proximité. Le tourisme intrarégional se présente une nouvelle fois comme une tendance forte, de même que l’attrait pour la campagne, où les locations sont moins chères. Les Villages Vacances France (VVF), qui ciblent les classes moyennes, sont remplis à moins de deux heures des grandes agglomérations. L’Occitanie, moins chère que la Côte d’Azur, est à la mode. Partir en dehors de la très haute saison, les semaines du 2 et du 9 juillet, est une autre piste. Dans les campings, ces semaines moins chères sont de plus en plus demandées, rapporte la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air, de même que les emplacements nus, plus économiques. Le mois de septembre, encore moins cher, est celui qui a le plus progressé par rapport à 2019.Un phénomène particulièrement visible dans le tourisme social, qui voit arriver des familles sorties de leurs radars. A date similaire, la Vacaf, le dispositif d’aides aux vacances des caisses d’allocation familiales, a réservé 12 % de séjours en plus qu’en 2021. Cette année s’est ajoutée une aide aux transports. Anne Zenou, sa directrice, perçoit « une levée des angoisses et un besoin de prendre du temps en famille et de recharger les batteries. Le resserrement des liens familiaux, lié au Covid-19, renforce l’importance du temps passé en vacances ».Des structures comme Vacances ouvertes, qui organisent ces séjours de tourisme social, constatent la même ruée, liée au retour d’une politique d’aide au départ par le gouvernement ou par certaines municipalités. « On n’a jamais autant parlé de vacances pour tous de manière aussi positive, estime son directeur, Marc Pili. Et on a tous eu, à un moment ou l’autre de cette pandémie, la crainte de ne plus jamais partir en famille. Si on avait eu les leviers humains et financiers, on aurait pu faire partir 40 000 personnes cet été, pas 25 000. »Les projets montés et cofinancés par les ménages s’élèvent à 3,3 millions d’euros ; Vacances ouvertes ne dispose, pour cet été, que de 1,9 million d’euros. « L’écart n’a jamais été aussi grand », observe M. Pili, qui essaye désormais de solliciter l’aide d’entreprises du tourisme. Un premier fonds de dotation créé par la région Auvergne-Rhône-Alpes, Essentiem, a vu le jour en 2021 et cofinancera, cet été, un millier de séjours. Une bouée de secours essentielle avant de replonger dans une nouvelle vague de Covid-19, doublée d’une période de stagflation.

    #Covid-19#migration#migrant#france#tourisme#economie#crise#circulation#frontiere#sante#pandemie#famille

  • Covid-19 : les vacanciers rapatriés n’ont pas droit à un remboursement
    https://www.lemonde.fr/argent/article/2022/07/02/covid-19-les-vacanciers-rapatries-n-ont-pas-droit-a-un-remboursement_6133040

    Covid-19 : les vacanciers rapatriés n’ont pas droit à un remboursement
    Les voyagistes ne sont pas tenus de rembourser les prestations non utilisées à un vacancier dont le séjour a été abrégé par l’apparition de la pandémie, celle-ci étant un « cas de force majeure », analyse la justice dans une première décision très attendue.
    Au début de la pandémie de Covid-19, certains Français se trouvaient en vacances à l’étranger. Leur agence de voyages, qui les a rapatriés en urgence, avant que les frontières ne ferment, devait-elle leur rembourser la part de séjour qui n’avait pas été utilisée ? Une première décision, très attendue, vient d’être rendue.Elle concerne M. et Mme X, partis faire une croisière en Egypte, du 14 au 21 mars 2020 (moyennant la somme de 1 861 euros), et rapatriés par le voyagiste FRAM le 18 mars. Au retour, Mme X réclame le remboursement des prestations terrestres non exécutées, soit 213 euros. FRAM lui fait un avoir valable un an, qu’elle refuse. Mme X mobilise la protection juridique de son assurance pour assigner le voyagiste. Son avocate réclame… plus de 600 euros, correspondant selon elle à l’« intégralité des prestations non exécutées », et incluant le vol retour – alors que celui-ci a bien eu lieu, à un prix sans doute très supérieur à celui que FRAM avait pu négocier pour le 21 mars. L’avocate invoque un article du code du tourisme selon lequel le voyageur qui a souscrit un contrat de voyage à forfait « a droit à une réduction de prix appropriée, pour toute période de non-conformité des services fournis » (L 211-17-I). Le terme « réduction de prix », qui se comprend par rapport au prix payé, désigne le remboursement des prestations non exécutées.Faute, sans doute, de contradiction – FRAM n’étant pas représenté au procès –, le tribunal de proximité d’Aubagne (Bouches-du-Rhône) donne raison à Mme X. Il lui alloue, en plus… 1 500 euros de dommages et intérêts. Le voyagiste FRAM fait appel. Son avocate assure qu’il s’est acquitté de son « obligation de remédier à la non-conformité des services fournis », en accordant à sa cliente une « réduction de prix de 213 euros », sous la forme d’un avoir.
    La cour d’appel d’Aix-en-Provence, qui statue le 5 mai 2022, rappelle qu’aux termes du code du tourisme (article L211-16-I) le professionnel est certes responsable « de plein droit » de la mauvaise exécution des services prévus par le contrat, mais qu’il « peut s’exonérer de sa responsabilité », en apportant la preuve que le dommage est imputable « à des circonstances exceptionnelles ». Et que, dans ce cas, « le voyageur n’a droit à aucune indemnisation » (article L 211-17-III).Or, constate la cour, le rapatriement des X est « lié à la pandémie mondiale de Covid-19 ». Cette apparition s’analyse comme « une circonstance exceptionnelle » et « un cas de force majeure », qui « permet à FRAM de s’exonérer de sa responsabilité ». En conséquence, juge-t-elle, FRAM n’était pas tenu d’indemniser sa cliente, ni même de lui donner un avoir, qu’elle qualifie de « geste commercial ». Mme X ne s’étant pas pourvue en cassation, cet arrêt fera jurisprudence.Si la cour aixoise avait jugé que FRAM devait rembourser les prestations non exécutées, elle n’aurait sans doute pas admis qu’elle le fasse sous la forme d’un avoir, non convertible en argent. La Commission de Bruxelles a en effet tancé les compagnies aériennes qui s’étaient permis de le faire pour les vols qu’elles avaient annulés. Elle a insisté sur le fait que les voyageurs devaient être remboursés en monnaie sonnante et trébuchante, et non sous forme d’avoirs – sauf s’ils y consentaient.En juillet 2020, elle a lancé une procédure d’infraction contre la France, parce qu’elle avait, momentanément, autorisé les agences de voyages à différer leur remboursement, de vingt et un mois : l’ordonnance du 25 mars 2020, qui concernait les annulations survenues entre 1er mars 2020 et le 15 septembre 2020 inclus, dérogeait au principe du « remboursement intégral », prévu par la directive sur les voyages à forfait.Rafaële Rivais

    #Covid-19#migration#migrant#france#sante#tourisme#pandemie#circulationaerienne

  • Covid-19 : le Japon rouvre frileusement ses frontières aux visiteurs étrangers
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/06/13/covid-19-le-japon-rouvre-frileusement-ses-frontieres-aux-visiteurs-etrangers

    Covid-19 : le Japon rouvre frileusement ses frontières aux visiteurs étrangers
    Depuis le 10 juin, le Japon accepte à nouveau des groupes de touristes étrangers, mais placés sous haute surveillance.
    Par Philippe Pons(Tokyo, correspondant)
    Publié aujourd’hui à 10h53, mis à jour à 13h47
    Après deux ans de fermeture pour enrayer la contamination par le Covid-19 – dont une période particulièrement sévère en restrictions à la suite de l’apparition du variant Omicron, en octobre 2021 –, le Japon met partiellement fin à un isolement qui le plaçait à la traîne des autres pays du G7 et le faisait figurer parmi les dernières destinations fermées. Il envisage d’autoriser l’entrée dans l’archipel de 30 000 visiteurs par jour (actuellement 20 000). Avant la pandémie, on comptait en moyenne 100 000 arrivées quotidiennes sur le sol japonais.Les nouvelles mesures, en vigueur depuis le 10 juin, s’appliquent aux touristes voyageant en groupe et aux membres de famille de résidents étrangers en cas de « circonstances exceptionnelles », y compris s’ils sont pacsés ou conjoints non mariés. Mais cette procédure est d’une rare complexité, sinon dissuasive. Depuis le 1er mars, le Japon délivre, en outre, à nouveau des visas aux étudiants et aux personnes désirant se rendre dans l’archipel pour des raisons professionnelles. Mais les touristes individuels ne sont toujours pas autorisés.Aux termes des nouvelles dispositions, les visiteurs étrangers sont classés en trois catégories – bleu, jaune et rouge – en fonction des risques de contamination que présente le pays dont ils sont ressortissants. Ceux qui appartiennent au groupe des 98 pays classé en bleu où le risque de contamination est faible – dont fait partie la France – sont exemptés d’un test à l’arrivée (exigé au départ) et de confinement. Dans le cas des autres groupes, les règles sont plus restrictives et peuvent aller, pour le groupe rouge, jusqu’à une quarantaine de trois à sept jours.
    Pendant la majeure partie de la pandémie, le Japon a interdit l’accès de son territoire aux touristes et, dans les périodes de forte circulation virale, il n’avait autorisé à revenir que les citoyens japonais et les résidents étrangers, qui tous étaient soumis à d’interminables vérifications à l’aéroport et une période de confinement.Le Japon a rouvert aux vols internationaux des aéroports de province, comme celui de Naha (Okinawa) et Chitose (Hokkaido). La réouverture de l’archipel devrait s’échelonner sur plusieurs mois en fonction des résultats de « circuits tests » qui viennent de s’achever auprès de petits groupes de touristes (venus d’Australie, des Etats-Unis, de Singapour et de la Thaïlande). Des tests destinés à évaluer les capacités de réaction des autorités en cas d’apparition de cas de contamination.Les touristes en groupes seront encadrés en permanence du début à la fin de leur séjour. Ils devront se plier au port du masque, toujours considéré comme une protection – les Japonais continuent à 99 % à le porter dans les rues, les transports, les magasins… – à une prise de température quotidienne et à des tests antigéniques réguliers. Ils devront, en outre, prendre une assurance médicale. Accompagnés en permanence de leurs guides, ils n’auront pas le droit d’utiliser les transports publics.
    Le gouvernement est d’autant plus prudent dans la réouverture du pays que l’opinion a longtemps été favorable à la restriction d’entrée des étrangers. Au début de la crise sanitaire, les atermoiements et cafouillages du gouvernement de Shinzo Abe puis de son successeur, Yoshihide Suga, obsédés tous deux par la tenue des Jeux olympiques de Tokyo, avaient mécontenté l’opinion et fait chuter leur cote de popularité. La tenue de ces JO, grevés par des investissements aussi colossaux que disproportionnés, dont la majorité des Japonais ne voulaient pas, a porté un coup fatal à M. Suga. Son successeur, Fumio Kishida, s’efforce de tenir compte des erreurs de jugement de ses prédécesseurs.Dès l’apparition du variant Omicron, à la fin de 2021, son gouvernement a suspendu les entrées d’étrangers. Une fermeture souhaitée par l’opinion japonaise : selon le sondage réalisé au début de décembre 2021 par le quotidien Yomiuri, 89 % des personnes interrogées étaient favorables à ces mesures estimant que ce filtrage des nouveaux arrivants était nécessaire. Depuis quelques semaines, la majorité est favorable à une réouverture progressive des frontières, mais 70 % approuvent la politique restrictive du gouvernement qui a permis d’enrayer la contagion. Le Japon recense actuellement quelque 15 000 cas par jour.
    Restauration et tourisme sinistrésLa prudence qui accompagne la stratégie de réouverture de M. Kishida s’explique par la tenue d’élections sénatoriales en juillet. Une reprise épidémique, quelle que soit son origine, serait aisément exploitée par l’opposition. Une fois passé le cap électoral, M. Kishida s’orientera probablement vers une levée des restrictions aux frontières, qui devrait faciliter une reprise des activités des secteurs sinistrés par la pandémie, la restauration et le tourisme.La relance du tourisme intérieur est attendue en juillet. L’afflux de touristes en provenance de l’étranger devrait, pour sa part, être favorisé par la dépréciation du yen, qui rend l’archipel plus attrayant en termes de coûts. Cette reprise du tourisme international comporte néanmoins un point noir : elle risque de provoquer à nouveau le mécontentement des habitants des régions les plus attractives. En une décennie, le nombre de touristes a quintuplé passant de 6,7 millions en 2009 à 32 millions en 2019.
    La chasse aux touristes étrangers lancée par le gouvernement nippon entraîne par ailleurs une dépendance accrue vis-à-vis de la Chine. En 2019, un tiers des visiteurs arrivant au Japon étaient chinois (la moitié, si on inclut Taïwan et Hongkong) et comptaient pour 34 % dans les revenus du secteur. Dans le climat de tension internationale actuelle, le poids de la Chine dans l’industrie touristique japonaise constitue un levier de pression de Pékin sur Tokyo.

    #Covid-19#migrant#migration#japon#sante#pandemie#tourisme#economie#frontiere#circulation#etranger#chine

  • Covid-19 : faut-il relativiser notre hiérarchie des différents vaccins ?
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/06/02/covid-19-faut-il-relativiser-notre-hierarchie-des-differents-vaccins_6128595

    Covid-19 : faut-il relativiser notre hiérarchie des différents vaccins ?
    Selon une étude d’observation récente, le vaccin chinois de Sinovac est aussi efficace, à trois doses, que celui de Pfizer. Mais les vaccins à ARN continuent d’exercer une fascination, y compris dans les pays du Sud, en Chine et en Russie.
    Par Florence Rosier

    En dehors des vaccins à ARN, point de salut contre le Covid-19. Ce préjugé imprègne les pays du Nord comme les pays du Sud. Il faut dire que l’arrivée, début 2020, des deux vaccins à ARN contre le SARS-CoV-2, celui de Pfizer-BioNTech et celui de Moderna, a marqué les esprits. Ils ont été développés en un an à peine, du jamais-vu. Et leur efficacité contre les formes légères de Covid-19 est apparue quasi miraculeuse : à l’issue des premiers essais cliniques, ils protégeaient de 90 % à 95 % contre les formes légères à modérées de la maladie. « On nous serine une hiérarchie sur l’efficacité des différents vaccins anti-Covid », regrette cependant Michel Kazatchkine, médecin immunologiste, membre du Groupe indépendant sur la préparation et la riposte à la pandémie, mandaté par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2020.Plusieurs études récentes, passées relativement inaperçues, pourraient-elles conduire à relativiser la place des vaccins à ARN sur ce podium ? Parmi elles, une étude de l’université de Hongkong, publiée en preprint en mars, suggère qu’un vaccin chinois, celui de la firme Sinovac, le CoronaVac, pourrait faire aussi bien en termes de protection contre les formes sévères que le vaccin à ARN de Pfizer-BioNTech, à condition d’en administrer trois doses, et non pas seulement deux.
    Ce vaccin de Sinovac utilise une technologie ancienne : il s’agit d’un vaccin « inactivé », à base du virus SARS-CoV-2 entier, rendu inoffensif (c’est aussi le cas d’un autre vaccin chinois, celui de la firme Sinopharm).Première suspicion ayant pesé sur ce vaccin : les résultats des essais cliniques rigoureux de grande ampleur menés avec Sinovac n’ont pas été publiés. Mais les efficacités rapportées par le laboratoire variaient considérablement d’un site à l’autre : de 50,7 % au Brésil à 83,5 % en Turquie, contre les formes légères de Covid-19.Voyons maintenant les résultats des études de terrain. Au Chili, le vaccin Sinovac est administré à grande échelle depuis le 2 février 2021. Son efficacité a été étudiée, entre le 2 février et le 1er mai 2021, chez 10,2 millions de personnes (5,47 millions non vaccinées, 4,17 millions vaccinées à deux doses et 542 418 à une dose). Résultats, publiés en septembre 2021 : chez les personnes vaccinées avec deux doses, le vaccin Sinovac a évité 65,9 % des infections au Covid-19, 87,5 % des hospitalisations, 90,3 % des admissions en soins intensifs et 86,3 % des décès pour Covid-19.Ce type d’études « dans la vraie vie » a aussi permis de comparer l’efficacité des vaccins entre eux. Par exemple à Hongkong, où deux vaccins très différents sont déployés : Pfizer (59 % des doses totales administrées) et Sinovac (41 % des doses). Une équipe de l’université de Hongkong a comparé, entre le 31 décembre 2021 et le 8 mars 2022, l’efficacité de ces deux produits. Durant cette période, Hongkong a connu une flambée importante de Covid-19 liée au variant Omicron, avec 486 074 infections confirmées, dont 5 474 formes légères à modérées, 5 294 formes sévères et 4 093 décès. Sur cette même période, 12,7 millions de doses de vaccin ont été administrées aux quelque 7,5 millions d’habitants de Hongkong.Le coordinateur de ce travail est un épidémiologiste britannique respecté, le professeur Ben Cowling. Un autre coauteur, Gabriel Leung, doyen de la faculté de médecine de l’université de Hongkong, est « un excellent médecin épidémiologiste », témoigne Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale à Genève. L’étude montre que, chez les 20-59 ans, les vaccins de Pfizer ou de Sinovac, à deux doses, sont à peu près aussi efficaces contre les formes graves et les décès (95,2 % pour le premier, 91,7 % pour le second). Mais chez les 60 ans et plus, ceux qu’il faut protéger en priorité, deux doses de Pfizer font nettement mieux que deux doses de Sinovac (88,2 % de protection, contre 74,1 %).Et surtout, trois doses de Sinovac font aussi bien que trois doses de Pfizer contre les formes sévères (98,1 % de protection) ou mortelles (98,6 % de protection), tous âges confondus. Reste à connaître la durée de la protection conférée par ces trois doses, observe la virologue Marie-Paule Kieny, qui note qu’avec les vaccins à ARN, la décroissance de la protection est tout de même assez rapide, par rapport à d’autres vaccins.
    « Les vaccins à ARN sont les plus efficaces face aux mutants, estime de son côté Jean-Daniel Lelièvre, chef du service d’immunologie clinique et maladies infectieuses de l’hôpital Henri-Mondor, à Créteil (AP-HP). Mais comme l’enjeu est de vacciner l’ensemble de la population, ce qui implique des volumes importants de production, en évitant de créer une dépendance de certains pays à l’égard d’autres, l’utilisation de vaccins possiblement moins efficaces est tout à fait envisageable. Ce sont des questions diplomatiques autant que scientifiques. »La Chine est parmi les grands pourvoyeurs de vaccins dans le monde. Ces armes anti-Covid-19 sont, pour elle, « un outil de diplomatie sanitaire », note Antoine Flahault. De fait, s’il est difficile d’obtenir des chiffres à l’échelle mondiale, « les vaccins chinois CoronaVac et Sinopharm représentent près de la moitié des 7,3 milliards de doses de vaccin anti-Covid-19 délivrées dans le monde, et ont joué un rôle énorme dans la lutte contre la pandémie, en particulier dans les pays moins riches », relevait la journaliste Smriti Mallapaty, le 14 octobre 2021, dans la revue Nature.
    Selon l’OMS, le Sinovac est déployé dans 56 pays, en Asie, au Moyen-Orient, en Amérique latine, dans le Pacifique et en Afrique. Au Chili, par exemple, 75,1 % des doses administrées ont été du Sinovac, 23,3 % du Pfizer et 1,6 % de l’AstraZeneca, selon le site Our World in Data, fin mai. A titre de comparaison, dans l’Union européenne, 72 % des doses administrées étaient du Pfizer, 17,3 % du Moderna, 8 % de l’AstraZeneca, 2,2 % du Johnson & Johnson, et tout le reste (0,5 % au total), du Sinopharm, du Spoutnik V, du Novavax, du Sinovac ou du Covaxin (un vaccin indien).
    Etrange paradoxe : les vaccins à ARN, avec leur technologie moderne, exercent « une fascination dans les pays en développement alors qu’en Occident, ils suscitent la répulsion des antivax », relève Antoine Flahault. Or, la perception par l’opinion publique de la qualité de l’offre vaccinale est importante pour qu’elle puisse adhérer à la vaccination.« La mauvaise réputation qui colle à la peau des vaccins chinois, notamment, s’observe à la fois dans les pays du Nord et du Sud, poursuit Antoine Flahault. Les Chinois, par exemple, regrettent de ne pas avoir accès aux vaccins occidentaux. » « Pour moi, la pandémie de Covid-19 a mis en lumière une fracture, déplore Michel Kazatchkine. Elle a illustré l’incapacité du monde à se mettre en ordre de marche pour délivrer un bien public mondial, en matière de santé. » D’un côté, il y a le lobbying intensif des laboratoires occidentaux qui ont développé les vaccins à ARN ; de l’autre, la Chine, qui cherche à étendre son influence par la vente ou le don de ses propres vaccins.« Il n’y a pas qu’un seul type de vaccins salvateurs pour le monde, poursuit Michel Kazatchkine. Chaque vaccin a ses avantages et ses inconvénients. Il serait sain, à mon sens, que l’OMS réunisse enfin des groupes d’experts pour recommander des schémas vaccinaux optimaux. » Schémas pouvant combiner différents types de vaccins : à ARN pour les deux premières doses, par exemple, puis inactivés ou à base d’adénovirus pour le rappel – ou le contraire. « Cette vaccination hétérologue suscite de plus en plus d’intérêt, observe Marie-Paule Kieny. C’est peut-être dans ce cadre que le vaccin Sinovac pourrait trouver sa meilleure place. »

    #Covid-19#migrant#migration#sante#vaccin#circulationtherapeutique#chine#omicron#mutant#diplomatiesanitaire

  • Covid-19 : à Shanghaï, le début du retour à la vie après deux mois de confinement drastique
    https://www.lemonde.fr/international/article/2022/05/31/a-shanghai-un-debut-de-retour-a-la-vie-apres-deux-mois-de-confinement-drasti

    Covid-19 : à Shanghaï, le début du retour à la vie après deux mois de confinement drastique
    Le nombre de personnes atteintes par le Covid-19 était de vingt-neuf seulement, mardi 31 mai, contre plus de 27 000 cas quotidiens à la mi-avril, dans la ville la plus peuplée de Chine. Après la levée quasi complète des restrictions, le 1er juin, des tests PCR réguliers seront pratiqués.
    Par Simon Leplâtre(Shanghaï, correspondance)
    Publié aujourd’hui à 10h25, mis à jour à 12h10
    Les autorités de Shanghaï ont annoncé qu’elles allaient prendre des mesures importantes, mercredi 1er juin, en vue de la réouverture de la plus grande ville de Chine, après deux mois de confinement dus au Covid-19.
    Les autorités de Shanghaï ont annoncé qu’elles allaient prendre des mesures importantes, mercredi 1er juin, en vue de la réouverture de la plus grande ville de Chine, après deux mois de confinement dus au Covid-19. ALY SONG / REUTERS

    Des familles qui marchent d’un pas tranquille le long du fleuve Huangpu, des coureurs en shorts fluo qui trottinent, une jeune fille sur un skateboard tirée par son chien… sur le « West Bund », les rives aménagées du fleuve qui sépare Shanghaï en deux, la vie semble presque revenue à la normale. Ne manquent que les cafés et les musées, pas encore ouverts et les espaces de jeux, entourés de barrières. Un peu partout dans la ville, les promeneurs, libérés, ont repris les rues, à pied ou à vélo. Les voitures sont toujours interdites : les seuls véhicules motorisés sont des camions, ou des voitures de polices, ou les rares bénéficiaires d’autorisations de sortie. Il règne, dans la ville la plus peuplée de Chine, une atmosphère étrange : les habitants qui le peuvent profitent de leur liberté retrouvée tandis que quelques millions d’entre eux sont encore enfermés. A Shanghaï, la ville de l’argent roi, les habitants n’ont nulle part où consommer, au grand dam des patrons de boutiques encore condamnées par des scellés.
    Après deux mois de confinement drastique, la plupart des habitants de Shanghaï devraient être libérés mercredi 1er juin. L’approche extrêmement stricte des autorités chinoises a atteint son objectif : vingt-neuf cas de Covid-19 seulement, mardi 31 mai, contre plus de 27 000 cas quotidiens à Shanghaï, à la mi-avril. Entre-temps, les habitants ont dû serrer les dents, enfermés chez eux, comptant sur les distributions alimentaires du gouvernement pour se nourrir, et des commandes en ligne, très aléatoires. Après avoir encore renforcé les restrictions au début de mai, la municipalité de la ville avait annoncé, le 16 avril, le déconfinement progressif de la ville sous quinzaine. Un cap qu’elle a pu tenir grâce à la baisse régulière des cas. Au 1er juin, seuls les quelque 900 000 habitants des résidences à risques « moyen et élevé » – des cas ayant été enregistrés ces deux dernières semaines – resteront enfermés.Quelques jours plus tôt, la première sortie en deux mois avait quelque chose d’irréel : « Oui, vous pouvez sortir faire de l’exercice, mais n’allez pas trop loin », avait concédé le gardien de notre résidence. Quelques voisins, en bons termes avec lui, se permettaient déjà des sorties discrètes, mais c’était pour la première fois une réponse claire. De quoi redécouvrir à petites foulées une ville encore marquée par deux mois de confinement extrême. Un festival de barricades, palissades, barrières de chantier, enfermait encore de très nombreux quartiers. Des contrôles de police barraient certaines rues, contrôlant notamment les permis de circuler des livreurs à scooter, et des camions. En plein centre, le parc Xiangyang, transformé en centre de test de masse au début de mars, était toujours occupé par les grands barnums blancs abritant du personnel médical. Des habitants profitaient de la fraîcheur du soir et de leur liberté retrouvée.
    Sur les marches d’un magasin du centre de Shanghaï, quatre hommes étaient assis autour d’une plaque électrique posée sur un carton, où bouillonnait leur dîner. Autour, quelques cartons contenaient leurs affaires, des couvertures et de grosses boîtes siglées Meituan, l’une des principales plates-formes chinoises de livraisons de repas. Ces travailleurs migrants, originaires de l’Anhui, une province pauvre située à l’ouest de Shanghaï, dormaient ici depuis le début d’avril, la première semaine du confinement généralisé à Shanghaï. « Evidemment, c’est dur, confiait l’un d’eux, un quadragénaire souriant au teint hâlé par les journées passées à l’extérieur. Mais on est ensemble. Dormir dehors, on s’y habitue. Au moins, on sort, et on peut continuer à gagner notre vie. » A Shanghaï, c’est déjà une chance. Quelques jours après, ils n’étaient plus là : les autorités ont fait place nette avant la réouverture de la ville.
    Pour l’instant, le contrôle de la population est encore aléatoire. Alors que les habitants des districts périphériques peuvent circuler librement dans leur quartier depuis des semaines, ceux du centre, plus touchés par le Covid-19, ont été libérés au compte-gouttes, et sans explications claires, suscitant la colère des résidents enfermés. Parfois, des conflits générationnels éclatent au sein des communautés, entre les jeunes qui veulent sortir plus vite et leurs aînés, plus inquiets, qui préféreraient voir leurs résidences fermées un peu plus longtemps. Le soir du 29 mai, des habitants étaient agglutinés au portail d’une petite ruelle du district de Jingan, dans le centre, pour demander haut et fort leur libération. Plusieurs voitures de polices tentaient de faire circuler les passants compatissants. « C’est vraiment injuste. C’est incroyable. En ce moment, Shanghaï, c’est une prison… », soupire un quadragénaire en débardeur, sorti faire un tour.
    Face à l’arbitraire des mesures locales, la municipalité a dû préciser que « mis à part les zones à risques haut et moyen, tous les comités de districts, de villages, les syndics, etc., ne doivent pour aucune raison empêcher les résidents vivant dans la communauté d’aller et venir », à partir du 1er juin. La veille de l’ouverture officielle, beaucoup d’habitants n’avaient toujours pas le droit de sortir de chez eux, tandis que d’autres étaient encore soumis à des autorisations limitées à une personne par foyer pour quelques heures. Mardi 31 mai, quelques restaurants faisaient le ménage pour se préparer à rouvrir « d’ici quelques jours » et après une inspection sanitaire. Dans un premier temps, les enseignes ne seront autorisées qu’à proposer de la vente à emporter.Les autorités ont conscience de l’ampleur de l’impact économique de la politique « zéro Covid ». Mercredi 25 mai, le premier ministre, Li Keqiang, a tenu une réunion en ligne avec tous les niveaux de gouvernement en Chine, des provinces jusqu’aux comtés, soit environ 100 000 responsables locaux. Le numéro deux chinois a dressé un tableau particulièrement noir de la situation : « Beaucoup de petites et moyennes entreprises et les autorités locales m’ont dit qu’ils vivaient leur période la plus difficile », a affirmé le dirigeant, avant de pousser les responsables locaux à faciliter la reprise de l’activité. Au mois d’avril, les ventes au détail, une mesure de la consommation, ont chuté de 11 % sur un an en Chine, et la production industrielle a reculé de 3 %. C’est la première baisse depuis les confinements du début de 2020. Pour le premier ministre, la situation est, « dans une certaine mesure, pire qu’en 2020 », rapporte le Financial Times, qui a eu accès à ce discours.
    En 2020, les mesures de confinement avaient permis un retour rapide de la production et de la consommation en Chine, permettant aux Chinois de mener une vie relativement normale, à l’intérieur de leurs frontières fermées. Mais l’arrivée des variants plus contagieux a changé la donne : malgré les efforts consentis par une ville confinée après l’autre, les foyers n’ont cessé d’apparaître.Pour tenter de maintenir une certaine stabilité après un printemps marqué par les confinements, les autorités prévoient de généraliser les tests PCR réguliers à l’ensemble de la population. A Shanghaï, comme dans d’autres villes chinoises, des centaines de petites stations de tests de proximité ont été installées sur les trottoirs. Pour accéder à tous les lieux publics, les habitants devront désormais montrer leur QR code de santé, qui doit mentionner un test de moins de soixante-douze heures. Les résidences de la ville ont commencé à s’équiper en lecteur de codes pour contrôler toutes les entrées. De quoi découvrir d’éventuels cas de Covid-19 rapidement… tout en renforçant encore la surveillance de la population.

    #Covid-19#migrant#migration#chine#shanghai#confinement#travailleurmigrant#depistage#QRcode#politiquesanitaire#zerocovid#circulation

  • As Shanghai reopens, what Day 1 without stringent Covid-19 prevention measures will look like | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/business/china-business/article/3179847/shanghai-reopens-what-day-1-without-stringent-covid-19

    As Shanghai reopens, what Day 1 without stringent Covid-19 prevention measures will look like.The Shanghai Composite has recouped most losses caused by the pandemic, but stocks will continue to face a challenging environment.The closed loop system will remain in place for a while because local authorities want to minimise the risks of a resurgence in Covid-19 cases
    Daniel Ren in Shanghaiand Zhang Shidong in Shanghai
    Published: 5:30pm, 31 May, 2022
    Shanghai, China’s commercial and financial capital, is set to relax a two-month long citywide lockdown on Wednesday. The city will do so in a phased manner, with the goal of returning to normal by the end of June.
    More than 90 per cent of Shanghai’s 25 million inhabitants will be able to leave their residential compounds, and public transport will be resumed fully.Here is what we can expect to happen in Shanghai on June 1.
    How will the end of the lockdown affect the stock market?
    The Shanghai Composite Index, which tracks the 2,096 companies listed on the local exchange, had dropped 0.8 per cent through Monday since the lockdown was enacted on March 28. The gauge has recouped most losses caused by the pandemic, thanks to Beijing ramping up policy loosening, lowering banks’ reserve requirement ratios and cutting mortgage rates for first-home purchases.Stocks will, however, continue to face a challenging environment. Investment banks from JPMorgan to UBP have said that China’s economy will probably contract this quarter as a result of the lockdown in Shanghai and elsewhere, because of halted production and logistic snarls. And while the market has mostly reached a consensus that the worst of the current Covid-19 outbreak was behind it, a key question investors are asking is whether all headwinds from the economy and corporate earnings have been priced in.
    Can everyone return to their offices on Wednesday?Technically, the 22.5 million people who currently live in low-risk “precautionary zones” that have been Covid-19 free for 14 days, can leave their compounds and use public transport between their homes and offices every day. Some state-owned companies have already asked their employees to return to work on June 1.But some companies have decided not to call back all their staff initially. People are also required to provide negative results from nucleic acid tests taken within 72 hours before using public transport and visiting public venues, including office buildings, parks and shopping centres.
    How much traffic is expected at Shanghai’s airports and seaports?
    Shanghai’s ports have been up and running at nearly full capacity since mid-May, with workers and engineers working under a “closed loop”, where workers essentially sleep on-site to avoid contact with outsiders.
    Dozens of harbours along the city’s 200 kilometre-long coast, including Yangshan Deep-Water Port, the world’s largest container port, can expect to be busy, as manufacturers accelerate cargo flows to make up for lost ground following a citywide lockdown from April 1.Tesla’s Gigafactory 3 has exported a combined 9,000 vehicles to Europe since May 11. The Shanghai manufacturing hub of the US carmaker has restored production to pre-lockdown levels and is set to send more overseas shipments to Europe and Japan.Meanwhile, Zong Ming, the city’s vice-mayor, told a press briefing on Tuesday that the Hongqiao and Pudong international airports will allow airlines to resume flights in a gradual manner. Since the end of March, only a handful of international flights have taken off or landed at the two airports each day, with all domestic flights suspended.It is expected that no more than 100 passenger flights will resume on June 1, compared with about 1,700 flights the two airports handled on a typical day in 2021.
    Shanghai residents flee city as Covid-19 measures ease ahead of city reopening
    Will the city see an exodus of people?
    Anecdotal evidence suggests that many people from other parts of mainland China will leave the city amid concerns that Shanghai’s government might backtrack from its plan to ease the lockdown. The city’s original plan was to impose an eight-day phased and rolling lockdown between Pudong and Puxi, the eastern and western banks of the Huangpu River that cuts through Shanghai, from March 28. But this was replaced with a citywide shutdown on April 1.Thousands of migrant workers who have lost their jobs due to the lockdown are set to leave, while some white-collar workers, disappointed with Shanghai’s chaotic management of the coronavirus pandemic, are also expected to exit the city. Shanghai has been a magnet for mainland professionals over the past three decades, but the economic hardship caused by the lockdown and scenes of some hungry residents looting grocery stores have tainted its image as the mainland’s most developed metropolis.

    #Covid-19#migrant#migration#shanghai#sante#frontiere#circulation#confinement#travailleurmigrant#exode

  • Coronavirus: Japan test tour by 4 Thai people cancelled after Covid infection | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/asia/east-asia/article/3179862/coronavirus-japan-test-tour-4-thai-people-cancelled-after-covid

    Coronavirus: Japan test tour by 4 Thai people cancelled after Covid infection. The traveller was in Oita when his or her infection was confirmed on Monday; three other close contacts have all tested negative and are isolating in a hotel. The small-scale test tour was part of the government’s programme for when Japan continues easing Covid-19 border controls and accepts foreign tourists in Jun
    Published: 5:05pm, 31 May, 2022
    A test tour for inbound travellers in Japan has been cancelled after one of four Thais taking part tested positive for the coronavirus, Japan’s tourism agency has said.The traveller was in the southwestern prefecture of Oita when his or her infection was confirmed on Monday. The three other participants were deemed close contacts but have all tested negative. They are currently isolating in a hotel, the agency said. The route of the infection is unknown

    #Covid-19#migrant#migration#japon#thailande#sante#circulation#frontiere#tourisme#depistage#cascontact#etranger

  • « Cela fait trois jours que je ne dors pas » : à Marseille, l’interminable attente des clients d’Algérie Ferries
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2022/05/30/cela-fait-trois-jours-que-je-ne-dors-pas-a-marseille-l-interminable-attente-

    « Cela fait trois jours que je ne dors pas » : à Marseille, l’interminable attente des clients d’Algérie Ferries
    En prévision de la saison estivale, le ministère algérien des transports a annoncé un renforcement des traversées maritimes, mais la très forte demande a fait dérailler le système de réservation.
    Par Safia Ayache(Alger, correspondance)
    « Il faut prendre un ticket numéroté et attendre son tour », indique un agent de sécurité posté devant l’agence d’Algérie Ferries à Marseille. Un semblant de calme était revenu, vendredi 27 mai, aux abords des locaux de la compagnie maritime nationale algérienne dans la cité phocéenne. Deux jours plus tôt, l’afflux de clients cherchant désespérément à réserver un bateau pour l’Algérie avait failli tourner à l’émeute, entraînant l’intervention des forces de l’ordre. Deux ans après la fermeture de ses frontières pour cause d’épidémie de Covid-19, l’Algérie s’ouvre peu à peu mais pas assez vite, estiment ses ressortissants et les membres de sa diaspora.
    A l’entrée de l’agence marseillaise, les rideaux métalliques ont été descendus de moitié et des agents filtrent les passages. Une cinquantaine de personnes patientent, debout derrière des barrières ou assis sur des chaises pliables. « Certains sont venus hier soir et ont dormi ici pour être sûrs d’acheter leur billet », indique Abdelhamid. Cet Algérien qui réside à Marseille souhaite se rendre à Alger, mais il est prêt à embarquer pour n’importe quelle ville algérienne, « tant que j’arrive à partir ».
    Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Algérie, les drames encore invisibles des féminicides
    Muni de son ticket, il fait le pied de grue sous le soleil en attendant que son épouse vienne prendre le relais lorsqu’il devra se rendre au travail. « C’est toute une organisation, mais on ne peut rien y faire, c’est comme ça », dit-il, fataliste. Comme d’autres, il n’est pas allé en Algérie depuis longtemps. « Cela fait deux ans, précise-t-il. Ma mère est âgée et je veux la voir. J’ai même regardé les dessertes entre Alicante [en Espagne] et Oran mais il n’y a rien et les prix des compagnies aériennes sont trop chers. »
    Des sites Internet saturésEn prévision de la saison estivale, propice au retour au pays des membres de la diaspora et des Algériens résidant à l’étranger, le ministère des transports a annoncé le 19 mai un renforcement du programme des traversées maritimes. Algérie Ferries et la compagnie privée française Corsica Linea ont chacune été autorisées à opérer cinq dessertes hebdomadaires supplémentaires, notamment entre Marseille et les villes d’Alger, Oran, Bejaïa et Skikda.Mais à l’ouverture de la vente des billets, le 23 mai, la très forte demande a fait dérailler le système de réservation. Les sites Internet des deux compagnies ont rapidement été saturés. La forte affluence – « 200 000 connexions par seconde » lors des deux premiers jours de mise en service, précise Algérie Ferries – a provoqué d’importants problèmes informatiques. Si la compagnie affirme qu’il est désormais possible de réserver en ligne « en toute sécurité », les voyageurs peinent toujours à y parvenir et sont contraints de se rendre dans les agences.Depuis plusieurs jours, les scènes de files d’attente interminables et de tensions se multiplient devant les locaux de la compagnie maritime à Paris, Lyon, Lille et Marseille. « J’ai pu réserver des billets mais je n’ai pas pu payer sur Internet, voilà pourquoi je suis là », explique Selma. Assise à quelques mètres des portes de l’agence marseillaise, cette mère de famille occupe ses deux enfants tandis que son mari patiente dans la longue file.
    Si elle a privilégié la compagnie algérienne, c’est parce qu’elle voulait profiter des tarifs promotionnels annoncés récemment. « L’ENTMV [Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs, dont Algérie Ferries est une filiale commerciale] a baissé les prix des billets de 50 %, ce qui explique cette demande importante par rapport à d’autres compagnies étrangères », indiquait Karim Bouzenad, son directeur commercial, sur la chaîne de télévision algérienne Echorouk TV le 24 mai.Sur son téléphone, Selma montre sa réservation : un aller-retour pour deux adultes, deux enfants et un véhicule, le tout pour 1 800 euros. Un tarif avantageux comparé aux prix pratiqués par les compagnies aériennes. Alors qu’un aller-retour France-Algérie en avion coûtait environ 300 euros avant la pandémie, le prix d’un aller simple peut aujourd’hui monter jusqu’à 600 euros.(...) Pour pouvoir répondre à la forte demande, les compagnies, tributaires des autorisations accordées par les autorités, promettent de mettre les bouchées doubles. « Les voyages supplémentaires autorisés offrent trois fois plus de capacité », a indiqué Algérie Ferries dans un communiqué publié le 22 mai. Un troisième navire pouvant transporter 1 300 passagers et 450 véhicules doit être prochainement mis en service. La compagnie française Corsica Linea devrait elle aussi affréter, en juin, un troisième navire d’une capacité de 2 800 passagers.

    #Covid-19#migrant#migration#algerie#sante#pandemie#frontiere#circulation#retour#diaspora#france

  • Japan to reopen to foreign tourists after two-year pandemic closure | Japan | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2022/may/27/japan-to-reopen-to-foreign-tourists-after-two-year-pandemic-closure
    https://i.guim.co.uk/img/media/888cb8f738988e79f918af974dab020b5fa2069d/506_78_5248_3149/master/5248.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Japan to reopen to foreign tourists after two-year pandemic closure
    Government to allow in tourists from 98 countries and regions next month – but only as part of tour groups
    Agence France-Presse
    Fri 27 May 2022 04.20 BST
    Japan has announced it will end a two-year pandemic closure and reopen to tourists from 98 countries and regions next month, but travellers will only be allowed in as part of tour groups.The decision comes after the government last week said it would test allowing small group tours with visitors from the US, Australia, Thailand and Singapore from this month.
    On Thursday, the government revised border controls to resume accepting package tours from the 98 countries and regions – including Britain, the US, France, Spain, Canada and Malaysia – starting on 10 June.Japan will also expand the number of airports that accept international flights to seven, adding Naha in its southern Okinawa prefecture and New Chitose near Sapporo in northern Hokkaido.
    Japanese tourists at the entrance to Kiyomizu-dera temple in Kyoto
    Covid robbed Kyoto of foreign tourists – now it is not sure it wants them back. For most of the pandemic Japan has barred all tourists and allowed only citizens and foreign residents entry, though even the latter have periodically been shut out.All arrivals have to test negative to Covid before travel to Japan and many must be tested again on arrival, though triple-vaccinated people coming from certain countries can skip the additional test as well as a three-day quarantine required for others.Tour groups are expected to take responsibility for ensuring visitors respect Japan’s near-universal mask-wearing and other measures that have helped keep the toll from Covid comparatively low.Just how many people will be able to take advantage of the careful reopening is unclear as Japan is planning to double a daily entry cap, but only to 20,000.The prime minister, Fumio Kishida, has said he wants to ease border control measures, but moves are expected to proceed slowly, with strong public support for the current restrictions.Japan welcomed a record 31.9 million foreign visitors in 2019 and had been on track to achieve its goal of 40 million in 2020 before the pandemic hit.

    #Covid-19#migrant#migration#japon#sante#pandemie#tourisme#frontiere#economie#circulation

  • Japan to start reopening to foreign tourists from June 10; package tours to two airports | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/asia/east-asia/article/3179324/japan-start-reopening-foreign-tourists-june-10-package-tours

    Japan to start reopening to foreign tourists from June 10; package tours to two airportsWill begin with the admission of tourists on guided package tours, allowing international flights to New Chitose airport in Hokkaido and Naha airport in Okinaw Already announced it will double its cap on arrivals from overseas to 20,000 a day starting next month, though it remains far below pre-pandemic levels
    Published: 8:34pm, 26 May, 2022
    Japan is set to allow in some package-tour tourists from overseas starting June 10, Prime Minister Fumio Kishida said Thursday, ending a ban that was introduced about two years ago as part of the country’s virus control programme.“Active exchanges between people are the foundation of the economy and society,” Kishida said in a speech at the Future of Asia conference in Tokyo. “From the 10th of next month we will restart the admission of tourists on guided package tours.”He added that preparations would begin to allow international flights to land at New Chitose airport in Hokkaido and Naha airport in Okinawa starting in June.

    #Covid-19#migrant#migration#japon#sante#tourisme#frontiere#circulation

  • Pandemic untamed in Japan, South Korea and Taiwan - Asia Times
    http://asiatimes.com/2021/05/pandemic-untamed-in-japan-south-korea-and-taiwan

    Pandemic untamed in Japan, South Korea and Taiwan
    East Asian nations earned plaudits for their earlier virus containment strategies but none are out of the woods yet
    by Andrew Salmon May 14, 2021
    SEOUL – Japan is poised to extend its state of emergency, formerly virus-free Taiwan is faced with record new infections and South Korea is just about holding its own as Covid-19 renews its rampage across the region.
    It is a grim reminder that the three East Asian democracies, which all won varying degrees of kudos for their virus containment measure strategies last year, are not out of the woods yet. All three are lagging behind the norm for developing nations in terms of vaccination programs. While the situation in the three countries is nowhere near as dire as in carnage-wracked India, matters are increasingly worrying for Japan – and the world – as it prepares to host the Olympics despite the ongoing failure of pandemic containment efforts. With the Olympic Games’ opening ceremony set for July 23, the government was expected to announce further containment measures late on Friday, according to Kyodo News Agency. The unexpected move was expected to extend “states of emergency” from six to nine prefectures nationwide. The capital Tokyo and Japan’s second city, Osaka, are already in states of emergency. The new restrictions will be applied from Sunday to May 31. “There were discussions on the need to thoroughly implement strong measures,” said Chief Cabinet Secretary Katsunobo Koto.
    Under the measures, restaurants cannot open past 8pm and cannot serve alcohol, department stores and major commercial facilities are “requested” to temporarily shut down or to close early and sports stadiums are only allowed to operate at 50% capacity. The latest states of emergency are the third set to be applied. This week, daily new infections in Japan have registered at more than 6,000 for three straight days. Japan, population 126 million, has so far suffered 11,249 deaths from Covid-19. That falls far behind the hideous body counts in the United Kingdom (128,000), the United States (584,000), Brazil (430,000), India (258,000) and the United Kingdom (128,000). However, it is also far ahead of its two regional neighbors. Though the national health system continues to hold out, there are reports from some regions of patients dying at home due to a lack of hospital bed space, while highly contagious mutations of the virus stalk the land. Meanwhile, Japan’s vaccination program is the slowest in the OECD. Only one vaccine, produced by Pfizer, has so far been approved for use by the country’s notoriously bureaucratic officialdom. As a result, according to a global comparison of the numbers of citizens vaccinated per 100 people as collated by database Statista, Japan has managed to vaccinate only 3.51%. Against the backdrop of these failures of leadership, a planned visit by International Olympic Committee chief Thomas Bach, set for this week, has been put back to June. Public opinion polls show minimal support for the Games – and major figures are starting to speak out. This week Naomi Osaka, a national tennis star, and Masayoshi Son, the high profile CEO of SoftBank, as well as the country’s most prominent blue-chip and Olympic sponsor Toyota, have all publicly questioned the wisdom of holding the Games this summer.
    The Japanese media has been increasingly scathing about the ineffectiveness of the state’s response and has been seeking to analyze what has gone wrong.The Nikkei Asian Review, while acknowledging the excellence of the public healthcare system, pointed to what it considers to be two national problems in governance: Poor crisis-management ability and a silo mentality among bureaucracies and government agencies.
    These leadership problems, the Nikkei suggested, are further buttressed by a national tendency toward blind optimism among the public.
    All quiet on the Korean frontTo Japan’s west, calm prevails in South Korea.
    After pioneering a highly effective containment strategy last year, the country was late to acquire vaccines, leading to a program that is far ahead of Japan’s, but still far slower than most developed countries.
    Yet South Korea, with a population of 51 million, has suffered only 1,893 deaths from the virus.In Seoul, social distancing restrictions include the closure of bars and restaurants at 10pm and social gatherings limited to four people. Even on days when infection numbers rise, the government, apparently loathe to implement additional measures on a Covid-weary population and a recovering economy, is keeping a firm hand on the helm and charting its course.At ground zero, amid bright spring sunshine, there is little sense of crisis. Public transport, restaurants and gyms are full. Covid-related headlines in leading media are hardly apocalyptic, being largely reduced to the daily count of new infections – now hovering in the 600-700 range.And while there is public criticism of the slow pace of vaccinations, according to Statista, South Korea’s rate is above Japan’s at 8.16% per 100 people.Matters are vastly different for all metrics in Taiwan. Taipei was arguably the most effective government in Asia – if not the world – in defeating the virus. The self-governing island, with a population of 24 million, has suffered only 12 deaths from the virus.But fear struck this week as cases started to rise, with a daily record of 29 new infections in the country on Friday. While such a figure would be cause for celebration virtually anywhere else, in Taiwan it is a cause for alarm.The leadership has put on its game face. Premier Su Tseng-chang said on Friday that there was no need to raise the island’s Covid alert, according to media in Taipei.
    That quashed suggestions by the health minister earlier this week that the alert level would be raised. As that step would have meant the closure of non-essential businesses, the stock market plunged but has since steadied.
    While Taipei pioneered a deft contact-tracing system of conglomerating governmental databases – a step that was successfully followed by Seoul – it could be very vulnerable if infections continue to rise.The country’s vaccination rate is at the bottom of virtually all global charts. According to Statista, its rate of vaccinations per 100 people is a mere 0.39%.

    #Covid-19#migrant#migration#asie#japon#coreedusud#taiwan#pandemie#politiquesanitaire#vaccination#circulation#economie#frontiere

  • Covid-19 : avec l’explosion du nombre de cas, la Corée du Nord face au risque d’une crise humanitaire
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/05/18/covid-19-avec-l-explosion-du-nombre-de-cas-la-coree-du-nord-face-au-risque-d

    Covid-19 : avec l’explosion du nombre de cas, la Corée du Nord face au risque d’une crise humanitaire. Alors que la grande majorité des 25 millions d’habitants n’est pas vaccinée, les autorités pourraient adopter la stratégie chinoise du zéro Covid, consistant à confiner des villes entières au risque de provoquer une catastrophe.
    Par Philippe Pons(Tokyo, correspondant)
    Publié le 18 mai 2022 à 16h35, mis à jour hier à 07h37
    En Corée du Nord, la multiplication des cas de contamination par le Covid-19, passés en moins d’une semaine à près de deux million de personnes « souffrant de fièvre » (sans préciser la nature de celle-ci), dont 663 900 sous traitement, fait craindre une détérioration rapide de la situation. Les malades (soit près de 6 % de la population) seraient atteints par le sous-variant BA.2 d’Omicron.Mardi soir 18 mai, 232 000 nouveaux cas avaient été enregistrés en vingt-quatre heures. La plupart des observateurs estiment que le nombre réel est vraisemblablement plus élevé que ne l’indiquent les chiffres officiels. Le dernier bilan officiel fait état de 62 décès.Au cours d’une réunion, dimanche 15 mai, du bureau politique, le dirigeant Kim Jong-un a ordonné la mobilisation de l’armée afin de remédier à la lenteur de l’acheminement de médicaments (dont on ignore la nature) dans les pharmacies de la capitale. Mardi, il a mis la propagation de ces cas de « fièvre » sur le compte de la négligence des hauts responsables.
    Des mesures de confinement sévères ont en effet été prises, en particulier à Pyongyang où le port du masque est devenu obligatoire. Il ne l’était pas lors de la grande parade militaire de fin avril : aucune des personnalités présentes n’en portait, pas plus que les participants. Kim Jong-un a donné l’exemple en apparaissant masqué, jeudi 12 mai, à la réunion du bureau politique qui devait décider des mesures à prendre pour contenir l’épidémie.Pour l’instant, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) n’a pas répondu aux propositions d’aide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de la Chine et de la Corée du Sud. Selon le site NK News et l’agence de presse sud-coréenne Yonhap, trois avions cargo nord-coréens auraient toutefois été chercher à Shenyang en Chine 150 tonnes d’aide d’urgence.Depuis deux ans et demi, la RPDC affirmait s’être prémunie contre l’infection en se muant, dès janvier 2020, en une forteresse repliée sur elle-même – laissant sceptiques les experts de l’OMS. Aujourd’hui, elle se découvre vulnérable et victime d’une propagation « explosive » du virus (selon les médias officiels) qui pourrait conduire à une crise non seulement sanitaire, mais aussi humanitaire si les contaminations se poursuivent à ce rythme. Très vraisemblablement, elles avaient commencé avant d’atteindre un niveau difficile à cacher.L’OMS a dit mardi s’inquiéter des conséquences de la propagation du Covid-19 « dans une population non vaccinée », alors que beaucoup de Nord-Coréens « souffrent d’antécédents médicaux qui leur font courir le risque de développer des formes graves de la maladie ». La RPDC se trouve aujourd’hui aussi démunie que l’étaient les pays développés au printemps 2020 : sans vaccin, sans traitements et sans dépistage. Mais elle est loin d’avoir les ressources financières et médicales des pays riches. Son système sanitaire est obsolète, déficient en équipements (en particulier en unités de soins intensifs), en médicaments, pour l’essentiel importés, et en personnel. En 2021, le pays a été classé à la 193e place sur 195 dans une étude de l’université américaine Johns-Hopkins. A ces carences s’ajoute un facteur aggravant : une population affaiblie par des pénuries dues aux sanctions internationales aggravées par la fermeture du pays, dont les couches les plus vulnérables sont en situation de sous-alimentation chronique, selon les Nations unies. Enfin, la grande majorité des 25 millions de Nord-Coréens n’est pas vaccinée. La RPDC a refusé le programme Covax de l’OMS car celui-ci requiert une transparence dans la distribution des vaccins que le régime n’était pas disposé à concéder. Pyongyang n’accepte l’aide étrangère qu’à condition d’en contrôler la distribution. Selon l’agence centrale de presse nord-coréenne KCNA, Kim Jong-un entend s’inspirer de la stratégie chinoise zéro Covid, consistant à confiner des villes entières, à tracer et à isoler systématiquement les malades. Mais la RPDC n’a testé jusqu’à présent que 64 200 personnes. Ne disposant pas d’indications précises sur l’étendue de l’infection, les autorités peuvent difficilement prendre des mesures de confinement préventif de zones à risque et l’OMS craint l’apparition de nouveaux variants dans une population non surveillée. Pour l’instant, les foyers d’infection se concentrent dans les régions de Pyongyang, de Nampo, de Kaesong et de Rason. Le confinement à l’échelle nationale – dont les modalités ne sont pas connues – risque d’aggraver les pénuries alors que les mesures prises du côté chinois ont déjà affecté les échanges. La région chinoise de Jilin (Nord-Est), frontalière avec la RPDC, est en effet l’une des plus touchées par la nouvelle vague de contagion, et est confinée depuis le début du mois d’avril ; le commerce par voie ferrée en provenance de la ville frontalière chinoise de Dandong, par laquelle transitent la majorité des échanges entre les deux pays, a été suspendu quatre mois après avoir été rétabli. En dépit de la désinfection des convois et du renforcement des contrôles des passages illégaux de la frontière (zones de tir à vue dans les régions connues pour les trafics du côté nord-coréen du fleuve Yalu, qui sépare les deux pays), il était inévitable que le virus finisse par s’infiltrer dans le pays étant donné les flambées épidémiques dans les territoires limitrophes. Les contacts entre marins chinois et nord-coréens lors des transbordements illicites en haute mer de charbon nord-coréen et de pétrole chinois – afin de contourner les sanctions internationales – et les contrebandiers à travers le Yalu ont pu être une source de contamination. Les nouvelles mesures de confinement vont encore aggraver l’isolement du pays en restreignant davantage les mouvements et l’acheminement des matières premières, des denrées alimentaires et des produits divers entre les provinces. Un brusque ralentissement qui peut conduire à une confusion semblable à celle que connaissent des villes chinoises ces dernières semaines.Dans un pays infiniment plus pauvre que la Chine, cet isolement risque d’avoir des conséquences dramatiques comme ce fut le cas lors de la famine de la seconde partie des années 1990 (deux millions de morts). Le mois de mai étant l’époque du repiquage du riz, le confinement pourrait affecter gravement les récoltes déjà insuffisantes.

    #Covid-19#migration#migrant#coreedunord#chine#sante#isolationnisme#frontiere#circulation#frontiere#transfrontalier#confinement#vaccination

  • Vaccin anti-Covid : le favori Novavax arrivé trop tard
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2022/05/17/vaccin-anti-covid-le-favori-novavax-arrive-trop-tard_6126414_1650684.html

    Vaccin anti-Covid : le favori Novavax arrivé trop tard
    Sa formulation était censée rassurer les réfractaires à l’ARN et son développement avait bénéficié d’un vaste financement public visant un accès équitable pour les pays du Sud. Mais la demande s’est tarie…
    Par Lise Barnéoud
    Cela devait être la belle histoire de la pandémie. Un vaccin efficace, sûr, mais surtout accessible en masse, et en priorité aux plus démunis. « Si l’immunologie a raison, le vaccin de Novavax est le meilleur », soutient Stéphane Paul, du comité scientifique sur les vaccins Covid. Avec un taux de protection établi à plus de 90 %, il se hisse en effet parmi les meilleurs produits et un « booster Omicron » est à l’essai. Autre atout : il ne contient pas d’ARN mais uniquement des protéines du virus, fabriquées en laboratoire dans des cellules d’insectes. Un procédé déjà utilisé dans certains vaccins (hépatite B, papillomavirus), susceptible de rassurer une partie de la population inquiétée par le caractère novateur de la technologie à ARN messager. En outre, ce vaccin peut se conserver pendant neuf mois au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C), bien plus pratique que les – 15 °C nécessaires aux produits ARN.
    Autant d’avantages qui transforment rapidement ce candidat en grand favori de la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI). Au printemps 2020, cette alliance public-privé dont l’objectif est de garantir un accès équitable aux vaccins avait octroyé 365 millions d’euros à la société Novavax, qui n’avait encore développé aucun produit depuis sa création, en 1987. C’est la plus grosse dotation de la CEPI durant la pandémie. « L’accès équitable signifie que le candidat-vaccin est d’abord disponible pour les populations à risque, quand et où il est nécessaire, à des prix abordables », peut-on lire dans le contrat qui lie Novavax et la CEPI.Quelques mois plus tard, la biotech du Maryland signe un partenariat avec le plus grand fabricant de vaccins au monde : le Serum Institute of India (SII). Et, en février 2021, l’Alliance globale pour les vaccins et l’immunisation (GAVI) passe commande pour le compte de Covax, le dispositif international mis en place pour assurer une répartition des vaccins contre le Covid-19 dans le monde. Le volume préacheté s’élève d’abord à 350 millions de doses, bientôt porté à 1,1 milliard grâce à un autre accord entre la GAVI et le SII. L’Europe est plus timide : elle ne signe un accord d’achat anticipé qu’en août 2021, pour un volume allant jusqu’à 200 millions de doses, l’un des plus petits contrats sur les huit signés par la Commission européenne (finalement, 69 millions de doses ont réellement été commandées).Premier grain de sable de cette success story : l’entreprise rencontre des problèmes de mise en production qui retardent les homologations. Il faut attendre le 1er novembre 2021 pour que l’Indonésie délivre la toute première autorisation. Les Philippines suivent. Puis, le 17 décembre, l’Organisation mondiale de la santé délivre sa neuvième autorisation d’utilisation d’urgence en faveur de Covovax, le nom donné au vaccin de Novavax produit sous licence et commercialisé par SII. Trois jours plus tard, c’est au tour de l’Agence européenne des médicaments d’accorder une cinquième autorisation de mise sur le marché conditionnelle, pour Nuvaxovid. Le nom diffère, mais c’est le même produit, fabriqué au même endroit (au moins jusqu’à ce que les usines européennes puissent prendre le relais). Seule différence : c’est Novavax qui commercialise Nuvaxovid, dont le prix (environ 20 euros la dose) est 6 à 7 fois plus cher que Covovax.
    La suite ressemble à une grande dégringolade. Alors que les livraisons étaient au départ annoncées pour le troisième trimestre 2021, avec un accès prioritaire pour Covax, en mai 2022, aucune dose n’a encore été livrée grâce à ce dispositif. Les seules exportations rapportées par le ministère des affaires étrangères indiennes sont pour l’Indonésie (9 millions de doses en achat direct), la Thaïlande (2 millions de doses achetées par l’alliance Quad, qui rassemble les Etats-Unis, l’Inde, l’Australie et le Japon) et… les pays riches. Parmi eux : l’Australie (9,3 millions de doses), la Nouvelle-Zélande (250 000 doses) et l’Europe. D’après les données indiennes, 45 millions de doses auraient d’ores et déjà été livrées sur le Vieux Continent. Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) recense, quant à lui, 13 millions de doses de Nuvaxovid réceptionnées. L’Autriche a récupéré 3,1 millions de doses, de quoi couvrir 18 % de sa population ! Deuxième pays bénéficiaire : la France, avec 2,6 millions de doses reçues, majoritairement envoyées dans les départements et collectivités d’outre-mer pour « lever les réticences vis-à-vis des vaccins à ARNm ». Raté. « Les chiffres d’utilisation sont tellement minces que c’est difficile de les récupérer », s’excuse presque l’ARS de Guadeloupe, qui comptabilise à peine 300 injections sur les 20 000 doses reçues. Bref, ce vaccin vient gonfler les stocks déjà impressionnants des pays riches.
    « Encore une fois, Covax arrive en queue du peloton, alors que des accords d’approvisionnement énormes ont été passés, avec des engagements en faveur d’un accès équitable », dénonce Antoine de Bengy Puyvallée, du centre pour le développement et l’environnement de l’université d’Oslo, auteur de plusieurs articles sur la distribution des vaccins durant la pandémie. « Nous sommes, bien sûr, déçus que les premiers approvisionnements ne soient pas encore arrivés à Covax, mais nous reconnaissons la valeur pour la santé de chaque dose que Novavax livre au monde », réagit, de son côté, la CEPI.
    La réalité, c’est qu’aucun pays bénéficiaire de Covax n’a, pour l’heure, fait une demande de Covovax. Pourtant, dans la liste d’attribution des doses du premier trimestre 2022, huit pays apparaissaient intéressés par ce nouveau vaccin. Sauf que cette liste ne reflète pas les demandes des pays : « Ces allocations ont été faites sur la base de l’offre disponible », reconnaît la GAVI. Or, « plusieurs pays à qui nous avions alloué des doses de Covovax ont par la suite décliné l’offre ». Le Zimbabwe, qui figurait dans cette liste, dit n’avoir même pas été mis au courant de cette proposition, qui n’aurait de toute façon « aucune base légale, car [le pays] n’[a] pas enregistré ce vaccin », fait savoir son ministère de la santé.Dans la nouvelle liste d’attribution Covax qui couvre la période d’avril à septembre 2022, cinq nouveaux pays apparaissent intéressés par Covovax, pour un total de 12,8 millions de doses, soit 1 % de ce qui était prévu. Parmi ces doses, 4 millions sont allouées au Pakistan. Sauf que, là encore, « ces allocations sont offertes au pays mais peuvent être refusées », explique Rana Muhammad Safdar, le directeur général des services de santé du Pakistan, qui précise que son pays a déjà « suffisamment de doses pour répondre aux besoins de 2022, [il] n’[a] pas besoin de nouveaux vaccins pour le moment ». Les nouvelles offres de Covax pourraient donc, elles aussi, ne pas trouver preneurs. « C’est tout à fait contradictoire avec la politique de la GAVI énoncée au début de l’année, qui était de laisser les pays récipiendaires décider, réagit Antoine de Bengy Puyvallée. Qui a vraiment bénéficié des trois vaccins financés par la CEPI et autorisés aujourd’hui ? Pour AstraZeneca, ce sont avant tout les Indiens, à cause des restrictions d’exportation. La production de Moderna a été en grande partie dirigée vers les pays riches en 2021, et il semble que Novavax fait de même pour l’instant. »Actuellement, 100 millions de doses de Covovax sont stockées dans les locaux du SII. « Nous sommes prêts à livrer Covax pour atteindre notre objectif commun : rendre disponible notre vaccin là où il y en a le plus besoin », fait savoir Novavax. « Nous attendons toujours la commande pour livrer aux pays Covax », affirme le fabricant indien, qui produit désormais le Novavax « uniquement sur commande » et qui a arrêté sa production d’AstraZeneca faute de demande. Aspen, la compagnie sud-africaine qui produit le vaccin de Johnson & Johnson, est également en phase d’arrêt pour les mêmes raisons. « Les pays africains ont, pour la plupart, des stocks issus des donations bilatérales et le besoin d’en commander, alors que l’épidémie est en baisse presque partout, n’y est plus », explique Yap Boum, représentant pour l’Afrique d’Epicentre, le centre de recherche en épidémiologie de Médecins sans frontières. « Novavax est arrivé trop tard, analyse Zain Rizvi, spécialiste des questions relatives à l’accès aux médicaments au sein de l’association Public Citizen. C’est difficile de savoir qui blâmer ici, mais c’est clairement un investissement gâché. »
    Enquête réalisée avec Rahul Rajput, au Pakistan, et l’équipe du projet #Followthedoses financé par Investigative Journalism for Europe (IJ4EU).

    #Covid-19#migrant#migration#sante#monde#vaccin#COVAX#circulationtherapeutique#afrique#GAVI

  • Maroc-Espagne : les frontières terrestres rouvrent après deux ans de crise
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2022/05/17/maroc-espagne-les-frontieres-terrestres-rouvrent-apres-deux-ans-de-crise_612

    Maroc-Espagne : les frontières terrestres rouvrent après deux ans de crise
    L’accès aux enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla reste limité, jusqu’au 31 mai, aux détenteurs de passeports et de visas des pays de la zone Schengen.
    Les frontières terrestres entre le Maroc et les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla ont rouvert dans la nuit du lundi 16 au mardi 17 mai après plus de deux ans de fermeture due à la crise du Covid-19 et une brouille diplomatique récemment dissipée.Les grilles des seules frontières terrestres de l’Union européenne sur le continent africain se sont ouvertes peu après 23 heures locales – minuit heure espagnole (22 heures GMT) –, laissant passer des dizaines de voitures et des files de piétons dans les deux sens, a constaté un journaliste de l’AFP.
    Au poste-frontière de Fnideq, les transfrontaliers ne cachent pas leur joie : des sourires extatiques éclairent les visages des privilégiés qui retrouvent leurs familles du côté marocain, au son des youyous, dans une ambiance festive. « J’étais bloqué pendant deux ans à Ceuta, je suis très content de rentrer au bercail », explique, Nourredine, pressé de retrouver enfin le sol marocain. Emu, un sexagénaire abonde : « Je suis heureux que le Maroc et l’Espagne aient rétabli leurs relations, ça nous permet de retrouver nos familles. »Toutefois, la réouverture des frontières des deux enclaves, situées dans le nord du Maroc, en face de l’Espagne, reste limitée puisqu’elle ne concerne que les détenteurs de passeports et de visas des pays de la zone Schengen.Les transfrontaliers marocains, exempts de visas pour accéder à Ceuta et Melilla, devront encore patienter jusqu’au 31 mai pour y pénétrer. En outre, les autorités marocaines ont décidé d’interdire la reprise de la contrebande, tolérée jusqu’à l’automne 2019 entre Ceuta et la ville transfrontalière marocaine de Fnideq.Ce trafic irriguait l’économie locale, mais il privait les douanes marocaines d’importantes recettes : entre 6 et 8 milliards de dirhams (entre 550 et 760 millions d’euros) chaque année. Afin d’y mettre un terme, les autorités de Rabat avaient fermé en octobre 2019 les points de passage dédiés aux porteurs de marchandises détaxées entre la ville autonome espagnole de Ceuta et le territoire marocain.Pour pallier la fin de la contrebande, les autorités marocaines ont inauguré en février 2022 une zone d’activités économiques (ZAE) à Fnideq. Ce projet, prévoyant la création de plus de 1 000 emplois directs, a nécessité un investissement de 200 millions de dirhams (19 millions d’euros).Les postes-frontières de Ceuta et Melilla ont été fermés lors de la première vague de la pandémie de Covid-19 en mars 2020. Le blocage s’est prolongé en raison de la crise diplomatique déclenchée il y a un an entre les deux pays voisins par leur différend sur le territoire disputé du Sahara occidental.Madrid a mis fin à ce coup de froid le 18 mars après avoir opéré un revirement spectaculaire et reconnu le plan d’autonomie proposé par Rabat pour cette ancienne colonie espagnole. Le conflit du Sahara occidental – vaste territoire désertique riche en phosphates et aux eaux très poissonneuses – oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario soutenus par l’Algérie.
    Lire aussi : Réconciliation « historique » à Rabat entre le Maroc et l’Espagne
    La brouille entre Rabat et Madrid, causée par l’accueil en Espagne du chef du Front Polisario, Brahim Ghali, pris en charge dans un hôpital espagnol en avril 2021 pour y être soigné du Covid-19, avait entraîné l’arrivée à Ceuta en mai 2021 de plus de 10 000 migrants en 24 heures, à la faveur d’un relâchement des contrôles frontaliers côté marocain.La réconciliation scellée récemment entre Madrid et Rabat a permis de relancer la coopération bilatérale, en particulier sur les questions migratoires. Les liaisons maritimes pour les passagers entre les deux pays voisins ont repris le 12 avril.

    #Covid-19#migrant#migration#espagne#maroc#sante#pandemie#frontiere#circulation#politiquemigratoire#ceuta#melilla