• Covid-19 | EnQuete+
    https://www.enqueteplus.com/content/covid-19-13

    Ouf de soulagement. Le Sénégal fait désormais partie des pays ‘’verts’’, c’est-à-dire les pays dans lesquels aucune circulation active du virus n’est observée et aucun variant préoccupant n’est recensé. L’annonce a été faite, hier, par le ministère du Tourisme et des Transports aériens. Ainsi, les voyageurs en provenance ou à destination du Sénégal ne sont plus soumis aux motifs impérieux qu’ils soient vaccinés ou non. Selon un document officiel publié sur le site du Quai d’Orsay, ces voyageurs ne sont pas soumis aux mesures contraignantes pour entrer ou sortir du territoire français. Les voyageurs non-vaccinés à destination d’un pays vert devront fournir les résultats du test RT-PCR ou antigénique négatif au départ et à l’arrivée, selon les règles du pays de destination. Ils peuvent être soumis à une quarantaine, toujours selon les règles du pays de destination. En provenance d’un pays vert, ces derniers devront également fournir les résultats négatifs du test RT-PCR d’au moins 72 heures exigé avant le départ. Ils ne seront pas soumis à des mesures d’isolement.
    Quant aux voyageurs vaccinés à destination d’un pays vert, ils présenteront la preuve de leur vaccination, le test RT-PCR ou antigénique négatif au départ et à l’arrivée, selon les règles du pays de destination. Ils peuvent aussi être soumis à une mesure de quarantaine. En provenance d’un pays vert, les voyageurs n’auront pas à présenter un test et ne seront pas isolés. S’agissant des autres pays sur la liste des pays verts, on compte des pays de l’espace européen ainsi qu’Andorre, l’Islande, le Liechtenstein, Monaco, la Norvège, Saint-Marin, la Suisse et le Vatican. A cette liste, viennent s’ajouter l’Australie, l’Arabie saoudite, le Bahreïn, Brunei, le Canada, le Chili, le Sénégal, la Corée du Sud, les Émirats arabes unis, Hong-Kong, le Japon, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Nouvelle-Zélande, le Qatar, le Rwanda, Singapour, Taïwan, l’Union des Comores, l’Uruguay et le Vanuatu.

    #Covid-19#migrant#migration#senegal#UE#sante#circulation#frontiere#listeverte#variant#tauxincidence#vaccination#test

  • Voyage : Une note de l’Union européenne place le Sénégal parmi les pays « Verts »
    https://www.dakaractu.com/Voyage-Une-note-de-l-Union-europeenne-place-le-Senegal-parmi-les-pays-Ver

    Voyage : Une note de l’Union européenne place le Sénégal parmi les pays « Verts »Seront admis dans l’UE les voyageurs à destination ou en provenance du Sénégal, qu’ils soient vaccinés ou non. Ils ne seront plus soumis aux motifs impérieux pour entrer ou sortir de l’espace Schengen au départ ou à l’arrivée du pays de la Téranga, placé parmi les pays « Verts ».L’annonce est parue dans une note de l’Union européenne (UE). Notre pays fait partie de ceux considérés comme étant des espaces où « aucune circulation active du virus n’est observée et aucun variant préoccupant n’est recensé ».
    Il s’agit des pays de l’espace européen : États membres de l’Union européenne ainsi que Andorre, l’Islande, le Liechtenstein, Monaco, la Norvège, Saint-Marin, la Suisse et le Vatican. S’y ajoutent les pays suivants : l’Australie, l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, Brunei, le Canada, le Chili, la Corée du Sud, les Émirats arabes unis, Hong-Kong, le Japon, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Nouvelle-Zélande, le Qatar, le Rwanda, le Sénégal, Singapour, Taïwan, l’Union des Comores, l’Uruguay et le Vanuatu.

    #Covid-19#migrant#migration#senegal#UE#sante#circulation#frontiere#listeverte#variant#tauxincidence

  • Singapore’s vaunted health tourism under pressure - Asia Times
    https://asiatimes.com/2021/10/singapores-vaunted-health-tourism-under-pressure

    Singapore’s vaunted health tourism under pressure
    Many in need of critical care have been locked out of the city-state as it tries to deal with a Covid surge
    JAKARTA – Let’s call him Jack. He is a retired engineer who lives with his wife in a rural town in Indonesia, where the big waves roll in from the Indian Ocean. He is kept alive by a US$36,000 coronary resynchronization unit (CSU) that can only be replaced in Singapore.If he can get there, that is.
    Three times now, the Singapore Health Ministry has deferred permission for him to travel to the city-state, despite a letter from his Singapore heart specialist attesting to the urgency of his case as the battery in the device winds down.Warned by his Indonesian and Singaporean doctors that Covid-19 could easily kill him, the 69-year-old Australian has already been double-jabbed with the AstraZeneca vaccine.Jack is one of hundreds of thousands of Indonesian citizens and foreign residents who spend hundreds of millions of dollars a year to get specialized – and expensive – medical treatment in Singapore that is often unavailable at home.But come a health crisis and the door has closed, with officials claiming that the island’s much-touted health system is stretched to the limit by a surprisingly sharp surge in coronavirus cases.The latest message from the Singapore Health Ministry is that waivers for overseas patients with serious health issues have been suspended until further notice – just when Singapore is allowing the first foreign tourists to enter.
    In a half-hour speech to the nation on October 9, Prime Minister Lee Hsien Loong did not mention foreign patients, saying Singapore would continue opening up to ensure it remained connected to the global supply chain.But in underlining the decision to drop Singapore’s zero-Covid policy and depend on its 85% vaccination record, he said the Delta-driven spike in infections could last for three to six months before it reaches the “new normal.”It is anyone’s guess how many Indonesians are in the same emergency situation as Jack. Go to a Singapore hospital or doctor’s surgery during normal times and Indonesian is spoken everywhere.“We can’t interfere because it’s at a higher level,” says one Singaporean general practitioner, who adds that his daily patients can often now be counted on one hand. “The only thing to do is to appeal through your foreign ministry.”
    Health officials cite hospitals overflowing with Covid patients as the reason for the continuing deferments. The Singapore Medical Council did not respond to a request to explain why no exception is being made for urgent foreign cases.Coronary resynchronization technology is a clinically proven treatment option for patients with heart failure, sending small electrical impulses to both lower chambers of the heart to help them beat in a synchronized pattern.Because the battery is hermetically sealed inside the CTU when it comes out of the factory, Jack’s entire device must be replaced every four years. That comes in at a cool $36,000 to $50,000.He needs only an overnight stay in hospital after an hour-long procedure to change out the device, which is now running in the “imminent replacement zone” – and has been for the past two months.After that, he will have to stay in Singapore for another eight days to allow for any necessary recalibration and to give more time for the three-inch chest incision to heal.
    Left unchanged, the device goes critical, sending out vibrations every hour until it eventually dies. That would leave Jack without any protection against a heart attack – the reason why CRU was installed in the first place.
    Singapore authorities stipulate that Indonesians who get dispensation for medical reasons must have already received two vaccinations, undergone a PCR test and can produce a chest X-ray showing they don’t have pneumonia.All this will be repeated on their arrival in Singapore, where they must go into two-week quarantine. In Jack’s case he will have to stay for another week after the procedure, and then enter eight-day quarantine on his return to Jakarta.It will be an expensive exercise for an aging retiree, who has to pay for everything himself because the insurance premium for a man with his medical issues is beyond him.“It is what it is,” he says, pointing to the $295,000 he has forked out since 2007 on Singaporean medical care. “If I get angry my blood pressure goes up. It will happen when it happens.” Paradoxically, Jack may be more at risk of getting the virus in Singapore than in Indonesia, where the official number of daily infections is now down to 1,300 from a peak level of more than 50,000 in mid-July.
    Despite its impressive vaccination record, cases have risen from as few as 56 in mid-August to the current level of 3,500 a day. More than 1,500 patients are in hospital, 300 require oxygen and 40 are in intensive care.
    Earlier indications were that even vaccinated Covid patients and those with minor symptoms were being admitted to a hospital, but new screening facilities now allow doctors to determine who needs hospitalization and who doesn’t.In mid-September, the government announced that home recovery has now been designated the default care management protocol for “more fully-vaccinated individuals.”
    Singapore has so far recorded 117,000 cases and 142 deaths, but with the shift away from the zero-Covid policy, the 16-month ban on short-term foreign visitors is finally starting to lift.The government has now opened up four “green lanes” for fully vaccinated travelers from Hong Kong, Macao, Brunei, Germany and, more recently, South Korea, none of whom have to spend time in quarantine.Singapore medical tourism has taken a huge hit since the onset of the pandemic. According to one estimate, Indonesians spend about $600 million a year on treatment in Singapore, Thailand and Australia.Much of that is in Singapore, which normally receives about 500,000 overseas patients a year, half of them coming from Indonesia alone, according to the Medical Tourism Association.Cardiac urgeries at Singapore hospitals, including heart bypasses and valve replacements, range up to S$130,000 (US$95,800); cancer treatments such as chemotherapy, radiology and immunotherapy, can cost S$234,000 (US$172,600).Market research indicates it may become increasingly difficult for Singapore to maintain its title as the region’s top medical tourism destination when Thailand and Malaysia are offering better value for money.
    While Jack is a special case, perhaps the pandemic will also persuade the Indonesian elite to have more faith in their own doctors, instead of rushing off to Singapore for treatment of maladies that can easily and effectively be handled at home.

    #Covid-19#migrant#migration#hongkong#sante#tourismedical#indonesie#malaisie#thailande#australie#pandemie#frontiere#circulation#economie

  • Les Etats-Unis vont rouvrir leurs frontières terrestres avec le Canada et le Mexique aux visiteurs vaccinés début novembre
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/10/13/les-etats-unis-vont-rouvrir-aux-visiteurs-vaccines-leurs-frontieres-terrestr

    Les Etats-Unis vont rouvrir leurs frontières terrestres avec le Canada et le Mexique aux visiteurs vaccinés début novembre. La fin des restrictions s’appliquera au début de novembre, tout comme pour les voyages internationaux par avion, pour lesquels l’obligation vaccinale avait été annoncée le 20 septembre.Après avoir déjà annoncé la fin prochaine des restrictions pour les voyageurs vaccinés contre le Covid-19 arrivant par les airs, les Etats-Unis ouvriront « au début de novembre » leurs frontières terrestres avec le Mexique et le Canada, également aux visiteurs vaccinés, a déclaré dans la nuit de mardi 12 à mercredi 13 octobre un haut responsable de la Maison Blanche.Il a assuré, lors d’une conférence téléphonique, que la date précise d’entrée en vigueur du nouveau dispositif serait connue « très prochainement » pour ces voyages par voie terrestre, tout comme pour les voyages internationaux par avion, pour lesquels l’obligation vaccinale avait été annoncée le 20 septembre. « Cela ira ensemble », selon la source de la Maison Blanche.Pour lutter contre la pandémie, les Etats-Unis avaient fermé leurs frontières à partir de mars 2020 pour des millions de voyageurs en provenance notamment de l’Union européenne, du Royaume-Uni, ou de Chine, puis, plus tard, d’Inde ou du Brésil. Mais aussi pour les visiteurs venus, par voie terrestre, du Canada et du Mexique. Cela a causé des situations personnelles douloureuses, et des dommages économiques.
    Pour ce qui concerne le franchissement terrestre des frontières, la source a fait savoir que le nouveau système serait mis en place en « deux phases ». Dans un premier temps, les vaccins seront requis pour les voyages « non essentiels », par exemple faire du tourisme ou rendre visite à de la famille, mais l’obligation vaccinale ne s’appliquera pas aux voyages jugés « essentiels », qui ont toujours été autorisés.Dans un second temps, à partir du « début de janvier » 2022, tous les voyageurs, quels que soient leurs motifs, devront être pleinement vaccinés. Cela laissera « amplement le temps », par exemple, aux conducteurs de poids lourds, qui ont des motifs professionnels impérieux de passer la frontière, de se faire vacciner, selon la Maison Blanche.La source a expliqué que les restrictions actuelles pour ces frontières terrestres, qui expirent le 21 octobre, seraient donc prolongées encore une fois, jusqu’à la date d’entrée en vigueur du nouveau dispositif.Interrogé sur les vaccins qui permettront d’entrer sur le territoire, le haut responsable s’est référé à des indications récentes des autorités sanitaires américaines. Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique, ont « fait savoir aux compagnies aériennes que tous les vaccins approuvés par la FDA [l’Agence américaine du médicament] et l’Organisation mondiale de la santé seraient acceptés pour les voyages par avion ».« J’anticipe que ce sera la même chose pour les voyages terrestres », a dit le haut responsable, précisant que, dans ce cas, le vaccin d’AstraZeneca, qui n’est pas administré aux Etats-Unis, serait admis. La source a précisé que cette levée des restrictions ne concernerait que les entrées terrestres légales sur le territoire.Le « titre 42 », législation controversée qui a permis à l’administration Trump, puis à l’administration Biden, d’expulser des personnes en situation irrégulière pour des raisons sanitaires depuis le début de la pandémie, continuera d’être appliqué, a-t-elle fait savoir. Ce texte, critiqué par des associations selon lesquelles il restreint le droit d’asile notamment, a ainsi été invoqué par la Maison Blanche pour expulser massivement des Haïtiens qui s’étaient récemment rassemblés à la frontière avec le Mexique.Pour ce qui concerne le transport aérien, le haut responsable a fait savoir que l’administration Biden devait encore finaliser la procédure, en particulier tout ce qui concerne le traçage des personnes entrant sur le territoire, et les tests qui seront pratiqués sur les voyageurs.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#canada#mexique#sante#frontiere#circulation#vaccination#voyageessentiel#expulsion#asile#haiti

  • Du Maroc à la Tunisie, le tourisme frappé par le Covid regarde vers 2022
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/10/13/du-maroc-a-la-tunisie-le-tourisme-frappe-par-le-covid-regarde-vers-2022_6098

    Du Maroc à la Tunisie, le tourisme frappé par le Covid regarde vers 2022
    Les plages tunisiennes, marocaines ou algériennes retrouvent des touristes, mais on est encore loin des bons chiffres d’avant la crise sanitaire.
    Soleil, mer et sable chaud, tout est réuni ce matin d’octobre à Hammamet pour le plaisir des touristes. Mais à l’heure des bilans, en Tunisie, au Maroc comme en Algérie, l’humeur est morose : la saison 2021 n’a fait que redonner un peu d’oxygène à un secteur ravagé par le Covid-19.
    Haykel Akrout est directeur du luxueux Bel Azur, hôtel situé sur le littoral de la célèbre ville balnéaire tunisienne, depuis plus de vingt ans. Il fait fièrement visiter le domaine doté de piscines et d’une thalasso. « 2021 est mieux que 2020 (…) Mais ça reste deux fois moins bien que 2019, à cause des contraintes » liées au Covid-19, explique-t-il à l’AFP.Après une flambée épidémique en juillet, son établissement de 1 000 lits a dû réduire de moitié sa capacité et la Tunisie s’est retrouvée en zone rouge pour toute l’Europe, d’où proviennent ses touristes habituels, surtout français, allemands et italiens. Avec un hôtel rempli à 30 %, dont 130 Russes, « on parle de survie, on n’est pas du tout dans un contexte de rentabilité », déplore M. Akrout.
    La saison 2021 a connu « un très léger mieux. Mais, par rapport à 2020 − année catastrophique avec une régression de 80 % −, on est très loin de l’activité normale avec une augmentation de 11 % cette année », confirme à l’AFP Dora Milad, présidente de la Fédération tunisienne d’hôtellerie (FTH). Les bonnes années comme 2019, avec 9 millions de nuitées, le tourisme a représenté jusqu’à 14 % du PIB, faisant vivre 2 millions de Tunisiens. Egalement dépendant du secteur, le Maroc a connu après la réouverture des frontières mi-juin une relative embellie. Le pays comptabilisait plus de 3,5 millions d’entrées fin août contre 2,2 millions un an plus tôt, mais quatre fois moins qu’en 2019 (13 millions).« La reprise a été particulièrement bonne dans les villes balnéaires. Mais elle a été ralentie par les restrictions imposées en août », explique à l’AFP Hamid Bentahar, président de la Confédération nationale du tourisme (CNT).Sous l’effet d’un pic épidémique, le Maroc a durci les restrictions sanitaires en limitant les déplacements vers les pôles touristiques de Marrakech et Agadir (ouest).
    En Algérie, où le tourisme intérieur fournit le plus gros contingent de visiteurs, l’activité des hôtels a « reculé à tout juste 25 % [de la normale] en raison de la pandémie », qui a connu un pic en juillet, selon le président de la Fédération nationale des hôteliers algériens (FNH), Ahmed Oulbachir.
    Ces derniers jours, à la faveur d’une forte baisse des contaminations et des décès, la Tunisie a été sortie des listes rouges du Royaume-Uni et de la France, qui a pris une mesure identique pour le Maroc et l’Algérie.
    Pour l’hiver 2021, il est « déjà trop tard », estime le directeur du Bel Azur, M. Akrout. Mais « c’est comme un gros paquebot, cela va remettre la machine en route » et permettre de « sauver la saison 2022 : on pourra signer des contrats avec les tour-opérateurs ». Les professionnels se préparent à une reprise tout en estimant qu’il faudra « repenser le tourisme ». La Tunisie, « ce n’est plus l’image du chameau et la plage seulement. Le tourisme de masse a montré ses limites », considère M. Akrout, appelant à valoriser « des sites magnifiques totalement inexploités ». A la FTH, Mme Milad est du même avis. Elle évoque le Sud, les régions intérieures (djebel El-Saha) ou les « côtes de Carthage », près de Tunis. Selon elle, le secteur s’est « reposé sur ses lauriers » et son développement exponentiel à partir des années 1960.Il faut donc redéfinir le secteur, mais sans oublier que « le tourisme balnéaire représente 80 % de la demande mondiale » et sans « éliminer ce qui a été construit », précise la patronne de la fédération tunisienne, pour qui il faut bâtir une nouvelle « vision ».

    #Covid-19#migrant#migration#tunisie#maroc#algerie#sante#pandemie#tourisme#economie#frontiere#circulation

  • AIBD - Voyageurs entrants : Les vaccinés dispensés de test - Lequotidien - Journal d’information Générale
    https://lequotidien.sn/aibd-voyageurs-entrants-les-vaccines-dispenses-de-test

    AIBD – Voyageurs entrants : Les vaccinés dispensés de test
    Les passagers vaccinés à destination du Sénégal sont dispensés de test Rt-Pcr, a annoncé hier le ministère du Tourisme et des transports aériens.
    Par Dialigué FAYE – Le ministère du Tourisme et des transports aériens informe de la signature et de l’entrée en vigueur de la circulaire du lun­di 11 octobre 2021 dispensant de test Pcr les passagers vaccinés à destination du Sénégal. La-quelle abro­ge et remplace les circulaires du 1er septembre 2021 et celle 28 sep­tem­bre 2021. Cette décision, expliquent les services du ministre Alioune Sarr, entre dans le ca­dre du « processus gra­duel de le­vée des restrictions pesant sur les voyageurs à destination du Sénégal, consacrant ainsi l’ouverture progressive des frontières aériennes, à travers deux circulaires précisant les conditions de prise de trafic des compagnies aériennes desservant le Sénégal ». En effet, note le ministère du Tourisme et des transports aériens dans un communiqué, « la circulaire 1626 /Mtta/Dg/Anacim du lundi 11 octobre 2021 ren­force la dynamique de levée des restrictions qui pesaient sur les voyageurs à destina­tion du Sénégal. Par conséquent, les compagnies aériennes dont les programmes d’exploitation ont été approuvés par l’Au­torité de l’Aviation civile ou qui disposent d’une autorisation ponctuelle, sont autorisées à em­bar­quer ou débarquer leurs passagers sur présentation d’un test Rt-Pcr Covid-19 négatif datant de moins de cinq jours ou d’un « pass sanitaire » dûment délivré par les services compétents ». Le « pass sanitaire », précise-t-on, « devra attester que les passagers ont reçu les doses requises de vaccin au moins quatorze jours avant la date du voyage. Seuls les vaccins homologués par l’Orga­nisation mondiale de la santé sont acceptés. Toutefois, les présentes dispositions sont sans préjudice des formalités d’immigration et des conditions sanitaires en vi­gueur ».

    #Covid-19#migrant#migration#senegal#sante#vaccination#passesanitaire#frontiere#circulation#tourisme#economie

  • Covid-19 au Sénégal : Le ministère du Tourisme et des Transports Aériens informe de la signature et de l’entrée en vigueur de la circulaire dispensant de test PCR pour les passagers vaccinés.
    https://www.dakaractu.com/Covid-19-au-Senegal-Le-ministere-du-Tourisme-et-des-Transports-Aeriens-in

    Covid-19 au Sénégal : Le ministère du Tourisme et des Transports Aériens informe de la signature et de l’entrée en vigueur de la circulaire dispensant de test PCR pour les passagers vaccinés.
    Dans un communiqué rendu public, le ministère du Tourisme et des Transports Aériens informe les voyageurs à destination du Sénégal, de la signature et de l’entrée en vigueur de la circulaire 1626/MTTA/DG/ANACIM du lundi 11 Octobre 2021 dispensant de test PCR, les passagers vaccinés, abrogeant et remplaçant les circulaires N°1386/MTTA/ANACIM/DG du 1er septembre 2021 et la circulaire 1562 du 28 septembre 2021 portant sur un processus graduel de levée des restrictions pesant sur les voyageurs à destination du Sénégal, consacrant ainsi l’ouverture progressive des frontières aériennes."Le Ministère du Tourisme et des Transports aériens du Sénégal, a entrepris depuis le 01 Septembre 2021 un processus graduel de levée des restrictions pesant sur les voyageurs à destination du Sénégal, consacrant ainsi l’ouverture progressive des frontières aériennes, à travers deux circulaires précisant les conditions de reprise de trafic des compagnies aériennes desservant le Sénégal.Il s’agit de la circulaire N°1386/MTTA/ANACIM/DG du 1er septembre 2021 et la circulaire 1562 du 28 septembre 2021.Dans ce sillage, le Ministère du Tourisme et des transports aériens informe de la signature et de l’entrée en vigueur de la circulaire 1626/MTTA/DG/ANACIM du lundi 11 Octobre 2021 abrogeant et remplaçant les circulaires précédentes et dispensant de test PCR les passagers vaccinés. En effet, la circulaire1626 /MTTA/ DG/ ANACIM du lundi 11 Octobre 2021 renforce la dynamique de levée des restrictions qui pesaient sur les voyageurs à destination du Sénégal", renseigne le communiqué du ministère du tourisme et des transports aériens.
    Par conséquent, le communiqué informe que "les compagnies aériennes dont les programmes d’exploitation ont été approuvés par l’Autorité de l’Aviation civile ou qui disposent d’une autorisation ponctuelle sont autorisées à embarquer ou débarquer leurs passagers sur présentation d’un test RT-PCR COVID-19 négatif datant de moins de cinq (05) jours ou d’un « pass sanitaire » dûment délivré par les services compétents.Le « pass sanitaire » devra attester que les passagers ont reçu les doses requises de vaccin au moins quatorze (14) jours avant la date du voyage. Seuls les vaccins homologués par l’Organisation Mondiale de la Santé sont acceptés".

    #Covid-19#migrant#migration#senegal#sante#vaccination#passesanitaire#frontiere#circulation#tourisme

  • La Thaïlande va rouvrir ses frontières aux vaccinés à partir du 1er novembre
    https://www.seneweb.com/news/International/la-thailande-va-rouvrir-ses-frontieres-a_n_360941.html

    La Thaïlande va rouvrir ses frontières aux vaccinés à partir du 1er novembre
    La Thaïlande va rouvrir progressivement ses frontières aux visiteurs étrangers vaccinés à partir du 1er novembre, a annoncé lundi le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha, alors que le royaume cherche à sauver une industrie touristique lourdement frappée par la pandémie.
    Dans un premier temps, la Thaïlande va accepter des touristes en provenance de dix « pays considérés à faible risque », a précisé le chef du gouvernement lors d’une allocution télévisuelle - notamment les Etats-Unis, la Chine, le Royaume-Uni, l’Allemagne et Singapour. La liste pourra être élargie dans les mois qui viennent.Les visiteurs devront présenter à leur arrivée un test Covid négatif et en faire un nouveau sur place."Ils pourront ensuite voyager librement comme les Thaïlandais", s’est félicité le Premier ministre.Jusqu’à présent, seul le programme « bac à sable » permettait aux touristes vaccinés de se rendre dans la station balnéaire de Phuket (sud).
    Mais ils étaient obligés de rester pendant une semaine dans un hôtel de l’île avant de pouvoir s’aventurer dans d’autres parties du royaume.
    Le tourisme représentait un cinquième du PIB thaïlandais avant la pandémie.
    Les restrictions sévères imposées aux voyageurs pour lutter contre le virus ont fait s’effondrer le nombre de visiteurs étrangers. En 2020, les arrivées ont plongé de 83% à 6,7 millions contre un record de 39,9 millions en 2019. Résultat, la Thaïlande a enregistré l’année dernière sa pire performance économique depuis plus de deux décennies, perdant environ 50 milliards de dollars de recettes touristiques.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#thailande#circulation#frontiere#vaccination#tourisme#economie

  • Singapore to open travel corridors with US, UK, six other ‘living with Covid’ nations | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/week-asia/politics/article/3151761/singapore-open-travel-corridors-us-uk-six-other-living-covid

    Singapore to open travel corridors with US, UK, six other ‘living with Covid’ nations In major easing of travel restrictions, Singapore will open travel corridors with the US, UK, France, Italy, the Netherlands, Spain, Canada and Denmark. Prime Minister Lee Hsien Loong in televised speech predicts current record wave of cases will take up to six months to stabilise Singapore and eight Western nations including the United States and Britain will soon open quarantine-free travel lanes for vaccinated travellers, authorities said on Saturday, marking the country’s most extensive easing of travel restrictions since borders were shut last March. Canada, Italy, France, the Netherlands, Spain and Denmark will also open “vaccinated travel lanes” with the island nation. These lanes will begin operations starting October 19. The new travel corridors were unveiled as Prime Minister Lee Hsien Loong said in a televised address that Singapore, a vaccine pacesetter, would press on with its “living with Covid-19” plan even amid a surge that has caused record daily caseloads and a spike in deaths.
    Lee said it would take Singapore “at least three months, and perhaps as long as six months” to get the relatively restriction-free state that much of Europe and the West was currently enjoying.The prime minister underscored that countries that prematurely lifted restrictions had “paid for it dearly, losing many lives along the way”. Still, he said the country could not “stay locked down and closed off indefinitely”, and acknowledged that business disruptions, job losses and the separation of families across borders had caused “psychological and emotional strain and mental fatigue”. Collectively, the 11 countries – among Singapore’s top 20 trading partners – make up about 10 per cent of Changi Airport’s pre-Covid annual passenger arrivals, Transport Minister S. Iswaran said.“While still a far cry from where we were pre-Covid, this is a significant step in the reopening of our borders, and crucial to reclaiming and rebuilding our status as an international aviation hub with global connectivity,” Iswaran added.
    Singapore’s coronavirus cases ‘could reach 10,000 a day’. In a further boost for travellers, countries involved in these corridors will require just two polymerase chain reaction (PCR) tests – one upon arrival and another on departure. Under existing arrangements, vaccinated travel lane users in Singapore have to undergo four tests, including one the third day of their stay and another on the seventh day.
    Singapore-based economist Song Seng Wun told This Week in Asia the expected increase in visitor arrivals via the slew of new vaccinated travel lanes would likely have a material positive impact on the country’s gross domestic product, given its traditional dependence on “external demand for goods and services”.“A busier Changi Airport will mean a busier Merlion too,” the CIMB Private Banking economist said, referring to the iconic tourist attraction at the heart of Singapore’s Marina Bay waterfront district.
    Shortly after the announcement, Singapore Airlines said it would begin operating designated flights to 14 cities that would serve travellers using the vaccinated travel lanes. Nuno Guerreiro, the regional director for the South Asia Pacific region for Booking.com, said the new lanes represented “a positive step forward towards the overall revival of travel”.Guerreiro said Booking.com’s own research showed “pent up demand for travel” in the country, with Singaporeans indicating they would not travel until they had been fully vaccinated.Before the pandemic, Singapore residents were among Asia’s most avid travellers, with many of them taking advantage of Changi Airport’s hub status and the burgeoning of budget airline routes to Southeast Asian destinations. The city state since the end of May said it wanted to transition to an endemic Covid – with a relatively low number of daily cases – as its vaccination rate soared.

    #Covid-19#migrant#migration#singapour##etatsunis#grandebretagne#france#italie#paysbas#espagne#canada#danemark#sante#corridorsanitaire#bulledevoayage#frontiere#circulation#vaccination

  • L’Australie et la Nouvelle-Zélande actent l’échec de la stratégie « zéro Covid »
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/10/09/l-australie-et-la-nouvelle-zelande-actent-l-echec-du-zero-covid_6097738_3244

    L’Australie et la Nouvelle-Zélande actent l’échec de la stratégie « zéro Covid »Débordés par la progression du variant Delta, Auckland et Canberra misent désormais sur une accélération de la vaccination, et non plus sur l’éradication du SARS-CoV-2. Le 17 août, quand le variant Delta a, pour la première fois, été identifié à Auckland, en Nouvelle-Zélande, le gouvernement a immédiatement déployé les grands moyens pour éradiquer le virus et ne pas avoir à abandonner sa politique du « zéro Covid ». Sept semaines plus tard, le constat est sans appel. La bataille est perdue. Le pays enregistre chaque jour quelques dizaines de nouveaux cas, le chiffre le plus haut depuis avril 2020. Après les Etats australiens de Nouvelle-Galles du Sud puis du Victoria, l’archipel a renoncé, lundi, à éliminer le virus.
    « Il est clair qu’une longue période de sévères restrictions ne nous a pas permis de revenir à zéro », a ainsi constaté, le 4 octobre, la première ministre, Jacinda Ardern. Dès le 17 août, elle avait placé la principale ville du pays sous cloche, réduisant les autorisations de sortie au minimum et fermant les écoles ainsi que tous les commerces non essentiels, dans l’espoir que des mesures fortes et rapides lui permettraient, une nouvelle fois, de débarrasser son territoire du SARS-CoV-2. Mais face à cette souche qualifiée de « tentacule », son gouvernement n’a pu que constater son échec. « L’élimination du virus était importante parce que nous n’avions pas de vaccin, maintenant nous en avons, donc nous pouvons commencer à changer la façon dont nous faisons les choses », a relativisé l’élue travailliste.
    Néanmoins, avec seulement 52,7 % des Néo-Zélandais de plus de 12 ans disposant d’un schéma vaccinal complet (à la date du 9 octobre) et un objectif de 90 %, le basculement vers la sortie de crise se fera d’abord à pas comptés afin d’éviter tout engorgement des hôpitaux. Le pays se résoudra-t-il ensuite à vivre avec le virus ? A ouvrir ses frontières, fermées depuis mars 2020 ? Les autorités n’ont pas encore répondu à ces questions, qui divisent dans le petit archipel de cinq millions d’habitants ayant fait de sa stratégie de l’élimination un modèle, reconnu dans le monde entier pour son efficacité. Non seulement la Nouvelle-Zélande n’a déploré que 28 morts depuis le début de la pandémie, mais sa population a pu vivre, la majeure partie du temps, dans un pays où le virus ne circulait pas.
    De l’autre côté de la mer de Tasman, le premier ministre, Scott Morrison, a tranché. L’Australie, qui doit actuellement faire face à quelque 2 500 nouveaux cas quotidiens, ne restera pas isolée du monde une minute de plus que nécessaire. Fin juillet, son gouvernement a présenté un plan de transition en quatre phases dont l’avancée sera fonction des taux de vaccination.Dès que sera franchi le seuil de 70 % de la population âgée de plus de 16 ans doublement vaccinée, les Etats ayant mis en place des mesures de restriction pour contenir des flambées épidémiques commenceront à les alléger. Une fois atteint le taux de 80 %, les confinements devront être rares et ciblés. Surtout, l’île-continent permettra aux Australiens de quitter le territoire, ce qui, depuis mars 2020, n’était possible qu’en cas de circonstances exceptionnelles.Ce moment très attendu ne devrait plus tarder. Les premiers avions pourraient décoller en novembre, selon Scott Morrison. A Sydney, les habitants n’ont pas attendu pour se ruer sur les sites de réservation en ligne. Dans un pays où la moitié de la population compte au moins un parent né à l’étranger, c’est l’une des restrictions qui ont le plus pesé. Pour les Australiens résidant en dehors du continent, aussi. Faute de places dans les rares appareils encore en circulation comme dans les hôtels de quarantaine, des dizaines de milliers d’entre eux sont restés bloqués loin de chez eux. Ils espèrent désormais pouvoir rentrer pour Noël. Le premier Etat susceptible de rouvrir ses portes devrait être la Nouvelle-Galles du Sud. Mercredi, l’Etat a déjà passé le cap de 70 % de sa population ayant reçu deux doses de vaccin contre le Covid-19. Lundi 11 octobre, les habitants célébreront la fin du confinement instauré par les autorités, fin juin, pour empêcher le variant Delta de provoquer une catastrophe sanitaire : le taux de vaccination flirtait avec les 5 %. En quatre mois, ce pourcentage a progressé à une vitesse fulgurante. « La stratégie de conditionner le retour des libertés au taux de vaccination a été efficace. La peur du virus a également joué. Selon nos analyses, on se dirige vers un taux de 85 % de la population adulte vaccinée », se félicite Anthony Scott, spécialiste des questions de santé au Melbourne Institute.
    Quelques Etats australiens – parmi lesquels l’Australie occidentale et le Queensland – qui n’ont pas connu de flambées épidémiques s’arc-boutent sur la politique du « zéro Covid ». Suivront-ils le plan de transition national et ouvriront-ils leurs territoires, ne serait-ce qu’à leurs compatriotes ? C’est une autre inconnue de l’équation australienne.

    #Covid-19#migrant#migration#australie#nouvellezelande#sante#zerocovid#vaccination#frontiere#circulation#retour#tourisme#confinement#quarantaine

  • Coronavirus: Hong Kong airport worker tests preliminary-positive, threatening city’s 50-day streak of no local infections | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/hong-kong/health-environment/article/3151495/coronavirus-hong-kong-airport-worker-tests

    Coronavirus: Hong Kong airport worker tests preliminary-positive, threatening city’s 50-day streak of no local infections
    The man, vaccinated and regularly tested as part of his job, would be the first local case since another airport employee tested positive in AugustCity also confirms eight new imported cases, while elder care sector representative touts positive response to new jabs scheme
    A Hong Kong airport worker has tested preliminary-positive for Covid-19, potentially ending the city’s 50-day streak of zero local infections.The development emerged as an industry insider on Thursday said the government’s new pilot scheme to ramp up vaccination rates among residents of care homes for the elderly was receiving a positive response.
    Local health authorities also confirmed eight new imported cases involving arrivals from Pakistan, Nepal and the Philippines.
    A more worrying situation centred on Hong Kong Air Cargo Terminals Limited, confirming an earlier Post report that health officials were investigating one of its employees, who tested positive for the coronavirus in the morning.The 48-year-old man, who works as an airport cargo handler, had undergone weekly Covid-19 testing as part of his job requirements. He had tested negative on September 29 but a sample he submitted on Wednesday was found to be preliminarily-positive for the L452R mutant strain, the Centre for Health Protection said.He tested negative for the N501Y and E484K strains.The asymptomatic patient had no recent travel history and mainly worked at SuperTerminal 1, which handles air cargo. The man, who last worked on Thursday, was vaccinated on June 25 and July 28.In a related development, the authorities locked down Golden Glory Court, where the airport worker lives, in Sha Tin’s Golden Lion Garden at 7pm for compulsory testing of residents. The operation was expected to finish at about 6am on Friday. Hong Kong has gone 50 days without a confirmed local infection – since a 47-year-old airport lounge worker tested positive for Covid-19 in August. In that case, some experts suggested the woman might have been infected by transit passengers rather than in the community.Respiratory medicine specialist Dr Leung Chi-chiu said it was no coincidence that the last few local cases, including the lounge worker and another staff member at the cargo company, came from areas in contact with the outside world.“The airport has always been the highest-risk area due to the amount of international cargo and passengers that go through it every day,” he said.Leung said authorities should not drop their guard and keep testing airport workers twice a week, “especially if they are vaccinated”, as being inoculated would reduce symptoms and make infections harder to detect without regular screening.

    #Covid-19#migrant#migration#hongkong#sante#casimporte#vaccination#circulation#frontiere#transit

  • La timide reprise du tourisme au Pérou
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/10/07/la-timide-reprise-du-tourisme-au-perou_6097459_3234.html

    La timide reprise du tourisme au Pérou
    Au cœur de la place d’Armes de Cuzco, ceint par la majestueuse cordillère des Andes, de petites grappes de touristes immortalisent leur séjour, devant la statue de l’« Inca ». Une foule éparse, sans commune mesure avec celle qui battait autrefois le pavé du centre historique de l’ancienne capitale de l’Empire inca, ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco et porte d’entrée vers le Machu Picchu. Le célèbre sanctuaire attirait à lui seul 1,5 million de visiteurs en moyenne chaque année. Dans le monde d’avant la pandémie.Entre-temps, la crise sanitaire a ravagé le secteur : six mois de fermeture stricte des frontières (d’avril à septembre 2020), puis les restrictions, ont vu le nombre de touristes s’évanouir. Quand le Pérou enregistrait 4,5 millions de voyageurs étrangers en 2019, il en dénombrait moins de 900 000 en 2020. Les derniers chiffres du mois de juin 2021, montrent à quel point la reprise est timide : elle équivaut à 8 % des entrées deux ans auparavant.Si d’autres pays ont fait le choix de préserver l’économie touristique à tout prix, comme au Mexique, ici, l’extrême prudence l’a emportée face à une situation sanitaire dramatique et l’effondrement des hôpitaux. Le Pérou est un des pays au monde qui a le plus souffert de la pandémie avec des taux de mortalité record en rapport à sa population (quasiment 200 000 morts). Les touristes latino-américains, nord-américains et européens, qui fournissaient le gros des troupes de vacanciers, sont encore largement absents. Un rapide coup d’œil sur la place d’Armes le confirme : la majorité d’entre eux sont des nationaux.
    Dotel et son compagnon, la petite quarantaine, un couple de médecin venus de République dominicaine, 3 500 kilomètres plus au nord du continent, sont parmi les rares étrangers en cette mi-septembre : « On adore voyager ! Nous voulions voir la 7e merveille du monde [le Machu Picchu] et goûter la délicieuse gastronomie péruvienne, se réjouit Dotel, devant l’imposante cathédrale coloniale. Nous sommes vaccinés donc nous ne sommes pas inquiets. »Mais la récupération est lente. L’activité touristique de Cuzco tourne à environ 30 % de ce qu’elle était en 2019. Un manque à gagner conséquent pour ce secteur qui représente environ 15 % du PIB de la région. Au niveau national, il engendrait 4,7 milliards de dollars de devises en 2019 (environ 4,2 milliards d’euros). Au premier trimestre 2021, il peine à atteindre 141 millions. Aussi, les conditions d’entrée sur le territoire changent constamment, ce qui n’incite pas les voyageurs à anticiper les réservations. Si la quarantaine n’est plus obligatoire, tout comme la présentation d’un cycle de vaccination complet, un test PCR négatif de moins de 72 heures est requis.A quelques encablures de la place d’Armes, une ruelle escarpée, à plus de 3 300 mètres d’altitude offre une vue imprenable sur la ville et ses toits de tuiles orangées. Autrefois très animée, elle offre un spectacle de calme étonnant : rideaux tirés, pancartes « A louer ». L’unique agence ouverte, spécialisée dans les séjours d’aventures en Amazonie, semble bien seule. Aux murs, les photos de promesse de nature sauvage prennent la poussière. « Avant nous partions avec des groupes de 20 personnes. Aujourd’hui quand on en a 4 ou 5 nous sommes contents. Cela permet de payer le local et faire à peu près vivre ma famille, soupire Lourdes Huamani, dont l’agence tourne avec une clientèle 100 % étrangère. Cette pandémie a tout gâché ! » Comme elle, dans un pays où 75 % des travailleurs le sont de manière informelle, donc sans contrat, et où l’assurance chômage n’existe pas, beaucoup d’agenciers, de guides, de porteurs, ont dû se reconvertir pour survivre. Certains, définitivement. « C’est un effondrement dramatique ! Avant la pandémie, l’offre avait explosé : hôtels, restaurants, agences, guides, artisans… 75 % des habitants vivent directement ou indirectement du tourisme, Cuzco dépend excessivement de ce secteur, estime Marco Ochoa, directeur des Associations des agences de tourisme de Cuzco. Aujourd’hui, l’unique marché qui nous sauve est le tourisme intérieur. »Avec les limites que cela pose. L’offre est si grande qu’elle ne peut pas être absorbée par un tourisme intérieur qui n’est pas toujours rentable pour les opérateurs. Le touriste national dépense en moyenne de 500 à 1 000 soles (environ de 105 à 210 euros) pour un voyage de quatre ou cinq jours, selon Promperu, l’agence de promotion du tourisme. Bien peu par rapport au budget moyen d’un étranger : plus de 930 dollars (environ 800 euros).Gilet kaki et drapeau péruvien miniature à la main pour mener son groupe, Cristofer Mesa, 30 ans, guide professionnel, accompagne des touristes d’Arequipa, deuxième ville du pays. Au plus fort de la crise, il a ouvert un lavomatique automobile. Aujourd’hui, il reprend doucement ses activités : « Je gagne 30 soles [6 euros] pour une sortie de deux heures et demi. Avant, c’était plus proche du double », lâche-t-il avant de monter dans un bus panoramique sur deux étages.Certains estiment que la crise est une aubaine pour Cuzco et sa région. Les installations touristiques anarchiques et la saturation des sites archéologiques, en particulier celui du Machu Picchu, étaient source de préoccupation. Alors que l’Unesco préconise 2 500 touristes par jour pour protéger les terrasses incas, la jauge était régulièrement dépassée avec de 5 000 à 6 000 personnes.Valerio Paucarmayta, ex-directeur du Centre d’études andines Bartolomé de Las Casas et gérant des hôtels du même nom, porte la voix encore timide d’un changement de fond dans le secteur. « La pandémie est l’occasion de réfléchir à un tourisme différent, qui soit plus respectueux de l’environnement, avec de meilleures retombées pour les communautés villageoises. » Une transition nécessaire mais qui se fera à long terme, concède-t-il, car pour l’instant les opérateurs n’ont qu’un souhait : réactiver au plus vite le secteur. Et qu’importe la manière.

    #Covid-19#migrant#migration#perou#sante#tourisme#vaccination#economie#frontiere#pandemie#circulation

  • Coronavirus: WHO sending aid to North Korea through China border | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/asia/article/3151498/coronavirus-who-sending-aid-north-korea-through-china-border

    Coronavirus: WHO sending aid to North Korea through China border. The WHO said it recently began sending medical supplies through China’s Dalian port, although it did not elaborate if the aid had actually reached North Korea

    In the WHO’s latest weekly report for South and East Asia, which covers the period to the end of September, it said it had begun shipments through China’s Dalian port, which is near the border with North Korea.“To support DPR Korea with essential Covid-19 medical supplies, WHO started the shipment through Dalian port, China, for strategic stockpiling and further dispatch to DPR Korea,” the agency said, referring to North Korea by the initials of its official name. The WHO did not elaborate on whether the aid had actually reached North Korea, and a spokesperson for the agency did not immediately respond to a request for comment.North Korea imposed tough restrictions when the pandemic began last year, sealing its borders and other measures in what it saw as a matter of national survival. It had tested at least 40,700 people for the coronavirus with no positive results as of Sept. 23, the WHO reported. An official for South Korea’s unification ministry, which handles relations with the North, told the Yonhap news agency that while Chinese customs data showed that maritime shipping routes between North Korea and China appeared to be opening, signs of movement of goods through land routes between the two countries had not been detected.

    #Covid-19#migrant#migration#coreedunord#chine#sante#circulation#frontiere#aidemedicale#pandemie

  • Déconstruire le #mythe de l’« #appel_d’air »

    Alors que la France entre progressivement dans une période de campagne électorale pour les élections présidentielles, les tenants de politiques d’immigration et d’accueil plus restrictives les jugent nécessaires pour empêcher un « appel d’air ».

    Une expression récurrente dans le débat public depuis les années 2000

    Si la généalogie de cette expression est difficile à retracer, elle semble s’être imposée dans le débat public aux débuts des années 2000, à l’époque du camp de Sangatte à Calais[i]. Elle cristallisait alors les oppositions entre l’Etat, craignant une « concentration que l’on ne pourrait plus maitriser »[ii], et les associations d’aides aux migrants, plaidant pour une mise à l’abri immédiate et sans condition. De manière générale, cette expression est souvent associée à celles de « #submersion » ou de « #vague » migratoire, de « #grand_remplacement » et « d’#invasion ». Autant d’expressions qui, selon le chercheur #François_Gemenne, « déshumanisent les migrants » et n’abordent les migrations que comme « un problème à résoudre »[iii].

    Au-delà de ses diverses utilisations, la thèse de l’« appel d’air » est fondée sur l’idée que les politiques d’immigration et d’#accueil sont déterminantes dans le #choix des individus à migrer et à se rendre dans tel ou tel pays. Elles joueraient un rôle clé d’#incitation ou de #dissuasion, impactant les #trajectoires_migratoires. En simplifiant à l’extrême, plus les frontières seraient ouvertes et les conditions d’accueil favorables, plus l’effet incitatif – et donc l’appel d’air – serait fort.

    Or, cette expression « qui trouve sa source dans un prétendu bon sens populaire »[iv], n’est pas vérifiée par les travaux de recherche.

    Les principaux moteurs de départ : la situation dans les pays d’origine et les facteurs individuels

    Tout d’abord, plusieurs études montrent que ce sont beaucoup moins les conditions d’arrivée (souvent mauvaises) qui attirent, mais la situation dans les pays de départ où se mêlent l’absence d’espoir, le chômage massif des jeunes et parfois aussi la guerre et l’insécurité.[v]

    A cela s’ajoutent les facteurs individuels, notamment le capital économique et social. Cris Beauchemin, démographe, rappelle ainsi qu’en majorité, ce sont les personnes les plus favorisées qui arrivent en Europe et en France[vi].

    Les intentions de retour freinées par les #politiques_migratoires_restrictives

    Par ailleurs, fait trop souvent oublié, lorsqu’elles arrivent en Europe, nombreuses sont les personnes immigrées à avoir l’intention de retourner dans leur pays. C’est ce que montrent les données des enquêtes MAFE (Migrations entre l’Afrique et l’Europe), présentées par la démographie Marie-Laurence Flahaux[vii] : « c’est par exemple le cas de la moitié des migrants sénégalais et congolais qui sont arrivés en Europe entre 1960 et 2009. ».

    https://www.youtube.com/watch?v=KW39pRNvOXM&feature=emb_logo

    Or, il y a une tendance à la baisse des retours pour des motifs familiaux ou professionnels – qui sont les principaux motifs de retours – notamment du fait du durcissement des #politiques_migratoires. Il est par exemple très compliqué pour les ressortissants de nombreux pays africains d’obtenir un visa de sorte que s’ils rentrent, ils savent qu’il leur sera très difficile de migrer à nouveau[viii].

    En contraignant fortement, voire en empêchant la #circulation_des_personnes immigrées entre leur pays d’origine et le ou les pays de destination, la #fermeture_des_frontières favorise les #installations définitives[ix]. Un résultat inverse à ce que recherchent les défenseurs de politiques migratoires restrictives.

    Asile, liens familiaux, sauvetage en mer : y‑a-t-il « appel d’air » ?

    Ainsi, l’effet incitatif peut jouer dans un contexte de fermeture généralisée dans lequel certains pays ou régions plus ouvertes peuvent alors faire figure d’exception[x]. De même, dans un contexte où les voies légales de migration sont très réduites, la demande d’asile peut constituer la seule perspective de voir le séjour régularisé. S’agissant précisément des #politiques_d’asile, le taux de reconnaissance du statut de réfugié peut jouer un rôle attractif, mais une étude a montré que cet effet est très limité et qu’il ne s’apparente en rien à un appel d’air.[xi]

    Plusieurs autres facteurs comme l’existence de #réseaux_de_solidarité, l’#attractivité_économique et sociale du pays, les #réseaux_sociaux ou encore la #langue parlée, déterminent fortement les trajectoires migratoires et le choix de se rendre dans tel ou tel pays. Si les #liens_sociaux et familiaux établis dans les pays de destination jouent un rôle majeur pour orienter les flux, il ne faut cependant pas croire que les regroupements sont systématiques. Plusieurs études ont ainsi montré que parmi les migrants africains installés en Europe, seule une minorité se fait rejoindre par enfants[xii] et conjoints[xiii].

    Enfin, une autre politique souvent décriée comme favorisant « l’appel d’air » : les #sauvetages_en_mer. Or, d’après les travaux disponibles, il n’existe pas de lien avéré entre la présence des navires de sauvetage et le nombre de traversées mais que d’autres facteurs sont déterminants, comme la météo ou la situation sécuritaire en Libye[xiv].

    En revanche, il est avéré que les mesures prises par les gouvernements pour prévenir ce supposé « appel d’air », telles que la dégradation des conditions d’accueil ou la réduction des voies de migrations légales, portent atteintes aux droits et à la #dignité des personnes[xv]. Par ricochet, ces mesures soulèvent aussi un enjeu d’ordre et de santé public, particulièrement avéré dans le contexte actuel de crise sanitaire.

    Sources :

    [i] Ingrid Merckx, « Un droit à l’hospitalité » dans Politis, Dossier : « Réfugiés, le mythe de l’appel d’air », 27 avril 2017 https://bit.ly/3j4G9jn

    [ii] Propos de Jérôme Vignon co-auteur d’un rapport sur la situation à Calais adressé au ministre de l’Intérieur en 2015 154000418.pdf (vie-publique.fr) et cité dans le dossier susmentionné.

    [iii] Interview de François Gemenne dans Politis, Dossier : « Réfugiés, le mythe de l’appel d’air », 27 avril 2017 https://bit.ly/3j4G9jn

    [iv] Idem.

    [v] Catherine Wihtol de Wenden, « L’ouverture des frontières créé-t-elle un appel d’air ? », dans Migrants, migrations, 50 questions pour vous faire votre opinion, coordonné par Hélène Thiollet https://bit.ly/2RiThpI

    [vi] Interview de Cris Beauchemin, démographe, dans le Monde « L’immigration réagit-elle aux ‘appels d’air’ ? » https://bit.ly/2SKgEJ4

    [vii] Migrations en Question, « Les migrants africains retournent-ils dans leur pays d’origine ? », Vidéo de Marie-Laurence Flahaux, démographe à l’IRD et Fellow de l’Institut Convergences Migrations https://bit.ly/35KEebR

    [viii] Migrations en Question, « Les migrants africains retournent-ils dans leur pays d’origine ? », Vidéo de Marie-Laurence Flahaux, démographe à l’IRD et Fellow de l’Institut Convergences Migrations https://bit.ly/35KEebR

    [ix] Interview de Cris Beauchemin, démographe, dans le Monde « L’immigration réagit-elle aux ‘appels d’air’ ? » https://bit.ly/2SKgEJ4

    [x] Migrations en Question, « Qu’est-ce que l’appel d’air ? », Vidéo de Pascal Brice, ancien directeur de l’Ofpra et président de la Fédération des acteurs de la solidarité https://bit.ly/3pexQ5O

    [xi] Weber, Hannes. 2018. ‘Higher Acceptance Rates of Asylum Seekers Lead to Slightly More Asylum Applications in the Future’. Demographic Research 39 (47) : 1291–1304. https://doi.org/10.4054/DemRes.2018.39.47.

    [xii] González-Ferrer, Amparo, Pau Baizán, and Cris Beauchemin. 2012. ‘Child-Parent Separations among Senegalese Migrants to Europe : Migration Strategies or Cultural Arrangements ?’ The Annals of the American Academy of Political and Social Science 643(1):106–33.

    [xiii] Beauchemin, Cris, Jocelyn Nappa, Bruno Schoumaker, Pau Baizan, Amparo González-Ferrer, Kim Caarls, and Valentina Mazzucato. 2015. ‘Reunifying versus Living Apart Together across Borders : A Comparative Analysis of Sub-Saharan Migration to Europe’. The International Migration Review 49(1):173–99. doi : 10.1111/imre.12155.

    [xiv] Steinhilper, E. and Gruijters, R. (2017) Border Deaths in the Mediterranean : What We Can Learn from the Latest Data. Available at : https://bit.ly/2RBtAjV.

    [xv] Migrations en Question, « Qu’est-ce que l’appel d’air ? », Vidéo de Pascal Brice, ancien directeur de l’Ofpra et président de la Fédération des acteurs de la solidarité https://bit.ly/3pexQ5O

    https://www.icmigrations.cnrs.fr/2021/07/01/deconstruire-le-mythe-de-l-appel-dair

    #santé_publique #préjugés #asile #migrations #réfugiés

    ping @karine4

  • #carte du #monde interactive « Histoires de changement »
    http://carfree.fr/index.php/2021/10/05/carte-du-monde-interactive-histoires-de-changement

    A l’occasion de la Journée mondiale sans voiture, Car Free Megacities a lancé une carte du monde interactive des histoires de changement. Saviez-vous qu’aucun piéton ou cycliste n’est mort dans Lire la suite...

    #Argumentaires #Fin_de_l'automobile #Ressources #Vie_sans_voiture #Ville_sans_voitures #circulation #déplacements #environnement #mobilité #pollution #urbain #Vélo #ville #ville_sans_voiture

  • Coronavirus: Hong Kong-mainland China border unlikely to reopen before February, government adviser says | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/hong-kong/health-environment/article/3151036/coronavirus-hong-kong-mainland-china-border

    Coronavirus: Hong Kong-mainland China border unlikely to reopen before February, government adviser says. Negotiations on reviving travel could stretch on for four to five months, according to government adviser’s estimate. Government steps up work on developing a health code for residents that must meet Beijing’s conditions for allowing quarantine-free travel. Reopening Hong Kong’s border with mainland China will take at least four to five months of negotiations, according to a Covid-19 adviser to the local government, which is also stepping up work on developing a health code for residents that must meet Beijing’s conditions for allowing quarantine-free travel.Professor David Hui Shu-cheong said the mainland border could only reopen to Hongkongers alongside the introduction of a health code app, adding the Innovation and Technology Bureau (ITB) was looking at requiring users to share their vaccination records and 21-day travel history.“The ITB is developing a cross-border code which needs to hold records of negative Covid tests and vaccinations, and state that the [user] is not a close contact of any confirmed case,” Hui said. The groundwork for the app, which was initially based on Covid-19 screening results, was completed last year but Hong Kong’s fourth wave of coronavirus infections ended the prospect of the border reopening and the scheme was never implemented. The inability to track Hongkongers’ movements and contact-trace any infection when they cross the border has long been a major obstacle to allowing quarantine-free travel, as the city’s health code is not linked to the mainland’s because of privacy concerns.
    Secretary for Innovation and Technology Alfred Sit Wing-hang confirmed that in preparation for the border reopening his bureau would look at how to refine the app. “We will conduct a full review to ensure more effective epidemic controls,” he said.But he did not answer any questions on whether the review would look at requiring residents to share their data with mainland authorities.Government adviser Hui, however, said that mainland authorities wanted the phone numbers required for signing up for the app to be registered under users’ real names.
    Earlier, Hui said in a television interview that his estimate for how long the border negotiations would take was based on Macau’s experience of reviving travel with the mainland.Hui, a respiratory medicine expert from Chinese University, said that authorities across the border would issue Hong Kong an action list for improving its current system of coronavirus controls, with mainland health experts likely to be sent to the city to inspect progress. “As long as we can prevent the coronavirus from entering the city from abroad, ensure there is no spread of the virus within the city and step up safety controls to the same level as China’s, then I believe we will be able to reopen the border,” he said. The government adviser added he expected a second meeting between health officials and experts from both sides after talks opened on September 26. As part of the initial discussions, Hong Kong has been asked to strengthen its epidemic controls through measures such as tightening quarantine exemption rules, as well as sharing data with the mainland.Hui added the city would also have to tighten its rules on discharging Covid-19 patients from hospital.In Hong Kong, coronavirus patients can be released if their cycle threshold (CT) value is above 33, suggesting they have a very low viral level. But that system is not used on the mainland, where patients can only be discharged after twice testing negative for the virus.“In Hong Kong’s case, we have seen that if the CT value is above 33, the body is essentially producing dead viruses and we haven’t seen any transmission from such patients,” Hui said. “But China says this standard is not recognised by the World Health Organization and does not have enough basis.”

    #Covid-19#migrant#migration#chine#hongkong#sante#circulation#frontiere#quarantaine#variant#test

  • Les séjours des étudiants à l’étranger remodelés par la pandémie
    https://www.lemonde.fr/campus/article/2021/09/24/recentrage-sur-l-europe-echanges-virtuels-dans-l-enseignement-superieur-l-in

    Les séjours des étudiants à l’étranger remodelés par la pandémie
    Les établissements se réjouissent de voir la reprise de la mobilité internationale, fortement réduite pendant la crise sanitaire. La période a fait évoluer la manière d’envisager les voyages d’études dans les cursus.
    « C’est une nouvelle année universitaire qui commence finalement plutôt très bien. » Comme la plupart des responsables des relations internationales des établissements d’enseignement supérieur, Christine Fernandez, vice-présidente de l’université de Poitiers, ne boude pas son plaisir de voir revenir les échanges internationaux à des niveaux « presque » normaux en cette rentrée 2021, alors que ceux-là avaient chuté « jusqu’à 40 % » l’année dernière tant en mobilité sortante qu’entrante. Près de 250 étudiants poitevins ont rejoint une université étrangère ces jours-ci, et presque autant d’internationaux ont posé leur valise à Poitiers. Soit une baisse, par rapport à 2019, de « seulement 10 % » dans les deux sens pour ce qui est des échanges avec les établissements partenaires, à laquelle il faut ajouter 750 étudiants free movers, accueillis en « mobilité libre ».
    Après une année et demie de crise sanitaire passée en partie derrière leur ordinateur, « les étudiants ont plus que jamais envie de mobilité », résume la vice-présidente, dont l’établissement accueillait au début de septembre l’assemblée générale des élus aux relations internationales des universités. Cet optimisme est confirmé par tous les établissements d’enseignements supérieurs interrogés, comme par les chiffres de Campus France. L’organisme public chargé de la promotion de l’enseignement français auprès des étudiants étrangers faisait état à la mi-septembre de plus de 110 000 demandes de visas étudiants déposées pour cette rentrée auprès des consulats. Un niveau peu ou prou équivalent à la situation de 2019, « qui laisse envisager un effacement de l’effet de la crise Covid », selon l’agence. Du moins dans les chiffres.Il reste en effet à organiser ces échanges dans un contexte sanitaire encore loin d’être apaisé au niveau mondial. « Notre cellule de crise Covid, lancée au plus fort de la crise, fonctionne encore pleinement, confirme Hendrik Lohse, directeur des affaires internationales de l’école de commerce EM Normandie. La situation sanitaire et les règles en vigueur dans les pays d’accueil ou de départ continuent à évoluer et à nécessiter une adaptation de tous les instants. »
    De fait, sur la carte de classement sanitaire des pays, qu’il connaît par cœur, l’orange et le rouge dominent toujours. Mais depuis août, même les étudiants des pays où la circulation active du virus est jugée préoccupante (Brésil, Argentine, Russie, etc.) peuvent venir étudier en France en faisant valoir le « motif impérieux » de leur inscription dans un établissement d’enseignement supérieur.
    Afin de s’adapter aux conditions d’arrivée différenciées des 1 000 étudiants internationaux sur les cinq campus de l’école (notamment l’obligation d’observer une quarantaine), possibilité leur est donnée de commencer les cours en virtuel avant de rejoindre les salles lorsqu’ils le pourront. Les dates de rentrée ont par ailleurs été élargies, comme dans bien d’autres écoles. Côté départs, s’il note une « appétence inchangée » pour partir étudier à l’étranger, il constate un « léger recentrage des étudiants les plus jeunes sur une expatriation en Europe », à l’image de nombreux établissements.
    « Les étudiants ont aujourd’hui tendance à aller prioritairement vers les partenaires qui privilégient le présentiel, ceux européens notamment », confirme Jean-Michel Nicolle, vice-président de la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI), et directeur de l’EPF. Selon lui, la crise a « clairement consolidé les liens entre les établissements européens » ayant continué à s’échanger des étudiants depuis un an, alors que d’autres destinations fermaient ou optaient pour le tout-distanciel, en maintenant parfois des frais de scolarité importants, ce qui n’a pas manqué de faire grincer des dents étudiants et responsables d’écoles françaises.
    Dans ses perspectives de rentrée 2021, parues en septembre, Campus France donne l’exemple des Etats-unis, où seulement 24 % des établissements se préparaient à faire leur rentrée en « tout-présentiel » ces jours-ci… Et ce, après avoir eu « une politique restrictive pour l’ouverture aux étudiants internationaux en 2020 », comme la Chine, le Japon ou encore l’Australie aujourd’hui. Bien loin de la politique volontariste française pour ouvrir ses frontières aux étudiants étrangers, en « 100 % présentiel » désormais. Pour le vice-président de la CDEFI, ces choix politiques différents se traduisent aujourd’hui par « une attractivité plus forte des écoles d’ingénieurs françaises dans le monde », et une « plus grande diversité géographique » des étudiants accueillis en ce moment, plus nombreux en provenance d’Amérique latine et d’Afrique notamment.
    La crise sanitaire rebattra donc encore en 2021 les cartes de la mobilité internationale des étudiants. Mais aussi son calendrier et ses modalités d’enseignement. A Sciences Po, choix a été fait de maintenir l’échange international obligatoire des étudiants inscrits en troisième année pour 2021-2022, mais celui-ci ne sera que d’un semestre, contre un an normalement, la grande école n’ayant pu organiser ces échanges qu’avec 200 établissements partenaires, contre plus de 470 en temps normal. Et 25 % des étudiants de Sciences Po partant auront encore droit à des cours virtuels dans leur établissement d’accueil, comme c’est le cas pour 20 % de ceux de l’Essec, 10 % de ceux de l’EM Strasbourg…« Nous sommes convaincus que l’ouverture internationale, notamment par des expériences de mobilité physique à travers le monde, est indispensable à la formation des jeunes », explique Vanessa Scherrer, directrice des affaires internationales de Sciences Po. Autrement dit : ce distanciel n’est pas la panacée. Mais les innovations en matière numérique, lancées à marche forcée au plus fort de la crise pour maintenir la scolarité et les échanges, « ouvrent de nouvelles perspectives », précise-t-elle. Elle cite la possibilité de proposer aux étudiants des cours avec un professeur étranger resté dans son pays, ou bien de créer « des cours joints internationaux » entre partenaires. Mais ces opportunités viendront « en plus » et non en « remplacement » de celles de la mobilité physique, tient à préciser Mme Scherrer.La crise a ainsi permis d’expérimenter une forme d’« internationalisation à domicile » qui donne des idées à nombre d’établissements. Ces réflexions sont d’ailleurs dans la philosophie de la nouvelle charte Erasmus +, rédigée avant la crise, qui prévoit de développer des programmes de « mobilités hybrides » associant un voyage immersif avec des activités virtuelles pouvant regrouper des étudiants de différents pays. Sciences Po se dit même « être très attentive » au développement, accéléré par la crise, de formations diplômantes entièrement numériques.

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#etudiant#circulation#frontiere#pandemie#mobilitehybride#numerique#virtuel

  • Vietnam’s commercial hub reopens after lockdown - Asia Times
    https://asiatimes.com/2021/10/vietnams-commercial-hub-reopens-after-lockdown

    Vietnam’s commercial hub reopens after lockdown
    Roads were busy for the first time in three months after most businesses were given the go-ahead to reopen. Ho Chi Minh City on Friday lifted a stay-at-home order that had kept its nine million residents indoors for three months and devastated business in Vietnam’s economic hub.To curb a fast-spreading wave of Covid-19 – which struck the southern metropolis particularly hard – residents have been unable to leave home, even for food, and almost all travel in and out of the area was suspended. Almost half of Vietnam’s total 790,000 virus cases were reported in the city, along with three-quarters of the country’s deaths.But after a gradual fall in cases, soldiers began dismantling road barriers on Friday and removing hundreds of checkpoints that had separated city districts.Roads were busy for the first time in months after most businesses were given the go-ahead to reopen and vaccinated people permitted to move freely within the city. Although authorities have kept a ban on travel to other provinces, thousands of families traveling by motorbike gathered at a checkpoint on the way out of the city, hoping to return to their hometowns.Vietnam was once hailed as a model for virus containment, but the country struggled to stop the spread of a fourth wave of infection that began in April in northern industrial parks and quickly traveled south.More than a third of Vietnam’s 100 million people were under stay-at-home orders this summer, bringing the country’s important manufacturing industry to its knees and breaking supply chains. Its economy suffered its heaviest contraction on record in the third quarter, officials said Wednesday.Factories in industrial parks and goods transportation services are among businesses allowed to open, authorities have said.Less than 10% of Vietnamese are fully vaccinated, but Ho Chi Minh City had been allocated the biggest number of jabs with almost all the city’s adults inoculated.

    #Covid-19#migrant#migration#vietnam#sante#confinement#deplacementinterne#travailleurmigrant#famille#circulation#economie

  • Australia set to ease 18-month-old border closure - Asia Times
    https://asiatimes.com/2021/10/australia-set-to-ease-18-month-old-border-closure

    Australia set to ease 18-month-old border closure
    PM said vaccinated Australians could return home and travel overseas when 80% vaccination targets are met. Australia will start to reopen its borders next month, the country’s prime minister said Friday, 18 months after citizens were banned from traveling overseas without permission.
    Scott Morrison said vaccinated Australians would be able to return home and travel overseas “within weeks” as 80% of vaccination targets are met.
    On March 20 last year Australia introduced some of the world’s toughest border restrictions in response to the coronavirus pandemic. For the last 560 days, countless international flights have been grounded, overseas travel has slowed to a trickle and Australians have been banned from returning home.More than 100,000 requests to enter or leave the country were denied in the first five months of this year alone, according to Department of Home Affairs data.Families have been split across continents, with nationals stranded overseas while foreign residents were stuck in the country unable to see friends or relatives.“The time has come to give Australians their life back. We’re getting ready for that, and Australia will be ready for takeoff, very soon,” Morrison said.Morrison also announced that vaccinated residents would be able to home quarantine for seven days on their return, dodging the current mandatory and costly 14-day hotel quarantine.

    #Covid-19#migrant#migration#australie#sante#frontiere#circulation#retour#famille#resident#vaccination

  • Coronavirus: China wants permanent quarantine centres built for inbound travellers | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/china/politics/article/3150796/coronavirus-china-wants-permanent-quarantine-centres-built

    Coronavirus: China wants permanent quarantine centres built for inbound travellers. City governments have been told to provide 20 rooms per 10,000 people in dedicated facilities by the end of October. Guangzhou is already making the shift away from using hotels with a new facility due to open with more than 5,000 rooms

    Health authorities have ordered cities in China to build or convert facilities into permanent quarantine centres for overseas arrivals, as Beijing pushes ahead with its zero-tolerance policy on Covid-19. City governments have been told to move away from using hotels for quarantine and instead provide dedicated facilities. There should be 20 quarantine rooms per 10,000 people available by the end of October, according to National Health Commission official Cui Gang. “Centralised quarantine of inbound travellers plays a key role in preventing the spread of Covid-19 to China. Implementing quarantine measures has always been an epidemic prevention task of the utmost priority,” Cui said at a briefing on Wednesday. Large port cities that see a high number of international arrivals – and potentially Covid-19 cases – have been urged to build large-scale facilities, or “health stations”, that could be used for regular health care as well as emergency needs, Cui said.Benjamin Cowling, an epidemiologist from the University of Hong Kong, said the question was how long the government was planning to continue the current strategy and require on-arrival quarantine in China.
    “It would make sense to construct specialised facilities, and the larger the better. The suggested ratio of 20 beds for 10,000 people sounds reasonable,” Cowling said.Drones and robots will deliver meals and disinfect rooms at the Guangzhou International Health Station, according to a government document. China has banned entry to most foreigners since March 2020, with returning nationals mandated to go through at least two weeks of hotel quarantine, followed by at least one week of at-home observation. Some cities, such as Beijing, have even more stringent rules, requiring 21 days of quarantine for some cases, followed by seven days of observation.
    Cui’s comments came as the first of the large-scale quarantine facilities
    – with more than 5,000 rooms – was due to open in the southern city of Guangzhou, with a second phase also planned. The Guangzhou International Health Station will offer contactless service, with digital check-ins and health and temperature updates, and drones and robots delivering meals and disinfecting the rooms, according to a city government document.The rooms all have their own air conditioning, ventilation and sewerage systems to prevent cross-infection and the facility includes 2,000 beds for staff to live on-site, it said.But the facility is just a start for Guangzhou to meet the new requirements – the city is home to 18.68 million people, meaning it will need about 37,350 quarantine rooms.
    Leading respiratory disease expert Zhong Nanshan has said that using hotels for quarantine would not be enough to contain highly infectious strains such as the Delta variant.Almost 80 per cent of mainland China’s international arrivals enter through Guangzhou and nearby Shenzhen, so there are plans to build a similar “health station” in Shenzhen, according to Zhong. Even without such facilities, Shanghai has managed to contain outbreaks quickly and the National Health Commission and Chinese Centre for Disease Control and Prevention have called on other places to learn from its experience. Wu Jinglei, director of the city’s health commission, was invited to share tips at a briefing on Wednesday.“Speed is a very important factor in outbreak control. Shanghai has introduced a flat command hierarchy … and cross-office collaboration remains activated since the start of the pandemic. These ensure we can respond quickly to new outbreaks,” Wu said.
    China has managed to stamp out at least two Delta variant outbreaks, in Guangdong and separately in Nanjing, and remains committed to a zero-tolerance strategy, with authorities using measures like mandatory testing, stay-at-home orders and travel restrictions to contain the spread of the virus.The mass vaccination drive is also part of that strategy, with 1.05 billion out of the 1.41 billion population fully inoculated as of Tuesday, and a third shot now being administered to high-risk and vulnerable groups to boost waning immunity.Guangdong, Henan and Zhejiang provinces have all announced a booster programme for medical and frontline workers, border staff, as well as elderly people and those with underlying conditions. But the Chinese CDC has said booster shots for the general population are still being studied.

    #Covid-19#migrant#migration#chine#sante#quarantaine#variant#centredequarantaine#santepublique#circulation#frontiere#territoire

  • Thailand feels the pinch of a golden week with no gold as Chinese stay home | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/week-asia/economics/article/3150799/thailand-feels-pinch-golden-week-no-gold-chinese-stay-home

    Thailand feels the pinch of a golden week with no gold as Chinese stay home. The week-long Chinese holiday is usually one of tourism-reliant Thailand’s peak travel periods, but for the second year in a row it’s been all but cancelled by Covid-19
    The lack of visitors from China has also upended the dream of creating a modern, buzzing Chinatown community of shops, restaurants and spas around a temple and flea market on a busy main road in the kingdom’s popular eastern resort city.The seven-day holiday from October 1 to mark the founding of modern China is one of the country’s peak travel periods.
    “Golden week has been virtually non-existent here for two years now,” said Sasithorn Thepnimit, who runs one of the last two restaurants still open, a shelf packed with unsold “Luzhou” baiju behind her.“Ninety-nine per cent of my customers are Chinese. I used to have Chinese staff too, but they have gone back to the mainland so I have no one to help me do marketing for the Chinese people still living here.“By the end of this year without customers I’ll have to close down.”Thailand’s tourism-dependent economy has been battered by last year’s coronavirus-related border closures and a deadly surge in Covid-19
    infections since AprilThe pandemic has so far claimed about 16,600 lives and resulted in the mass shutdown of businesses including in Pattaya and the capital Bangkok. Some 3 million jobs in the tourism industry are feared lost.The World Bank this week cut its growth forecast for Thailand to just one per cent for this year after a six per cent contraction in 2020.As the virus caseload drops to 10,000 a day, authorities are relaxing restrictions and hoping to reopen Thailand to vaccinated visitors from November with limited or no quarantine.But as China shows no sign of easing its own tough quarantine rules for returning nationals, the economic woes of Pattaya – Thailand’s main tourist market – are expected to continue until next year. A quarter of the nearly 40 million tourists who visited the Southeast Asian nation annually before the pandemic were Chinese.
    Thailand welcomed about 825,000 visitors from mainland China during 2019’s golden week, according to the Tourism Authority of Thailand. Officials said fewer than 80,000 travellers in total entered the kingdom in the first six months of this year.In pre-pandemic times, Chinese visitors packed into new malls, floating markets, restaurants and spas constructed specifically to cater to them with particular lantern-swinging fanfare attached to Chinese national holidays.All are now empty, reliant on Thai tourists and a small number of foreign travellers.At Asiatique, the vast Bangkok riverside shopping zone which pre-pandemic thronged with Chinese tour groups, this is the second golden week with no gold, as the bazaar remains empty and the riverside restaurants closed.
    “Normally our sales during golden week are even higher than during Songkran [Thai New Year],” said Kritrada Boonyakornchanachok, owner of the Zui Hao Si snack shop, which used to sell dried fruits like durian, mango, mangosteen to Chinese tourists.
    (...) In the absence of Chinese tourists, Thailand is hanging hopes on India
    and eyeing Diwali, slated for early November, as an opportunity to lure Indian travellers to Thailand’s beaches, cheaper wedding venues and spa packages. In 2019, 2 million people travelled to Thailand from India, the third largest group after tourists from China and Malaysia. “Even though it will be difficult to match the number of visitors and revenue generated by Chinese travellers, Indian tourists can help support Thailand’s tourism industry during this time,” said Somsong Sachaphimukh, vice-president of the Thai Tourism Council.“Indian travellers have a lot of spending power and a lot of potential.”

    #Covid-19#migrant#migration#thailande#chine#inde#sante#pandemie#tourisme#economie#frontiere#circulation

  • Covid-19: China’s Sinovac shots approved by Australia ahead of border opening | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/china/science/article/3150882/covid-19-chinas-sinovac-shots-approved-australia-ahead-border

    Australia ahead of border opening. The decision to recognise the Chinese vaccine and AstraZeneca’s product will allow foreign travellers and students to enter the country.
    Australia has recognised vaccines made by Sinovac and AstraZeneca, paving the way for overseas travellers and fee-paying foreign students who have received those vaccinations to enter the country. The nation’s top drugs regulator, the Therapeutic Goods Administration, said the shots, made in China and India respectively, should be “recognised vaccines” for incoming travellers, Prime Minister Scott Morrison said on Friday.Australia is starting to unwind some of the world’s most intense pandemic border restrictions
    as vaccination rates across the country approach as key threshold of 80 per cent.Friday’s announcement potentially opens the door to thousands of foreign students that have been shut out of Australia during the pandemic. International education is a lucrative source of revenue for the country, worth A$14.6 billion (US$11 billion) to the state of New South Wales alone in 2019. “Very soon, we’ll be able to open those international borders again,” Morrison told reporters. “This will start happening from next month.”Recognition of Beijing-based Sinovac’s shot, which has been approved by the World Health Organization for emergency use, contrasts with Britain and New Zealand, which are yet to endorse it.A number of European countries have said they will accept the vaccine, known as Coronavac, as part of programmes for vaccinated entry. The US indicated similar when it announced plans to open entry to most vaccinated foreigners last week.Vaccines made by Sinovac and the state-owned Sinopharm are among the most used in China, and have efficacy rates ranging from around 50 to 80 per cent in preventing symptomatic Covid, lower than the mRNA vaccines developed out of the US. Sinovac is also one of the most-deployed Covid shots globally, used from Indonesia to Brazil and Turkey.

    #Covid-19#migrant#migration#australie#sante#vaccination#frontiere#circulation#etudiant#economie

  • Covid-19 : confinement prolongé pour deux semaines en Nouvelle-Calédonie
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/10/01/covid-19-confinement-prolonge-pour-deux-semaines-en-nouvelle-caledonie_60966

    Covid-19 : confinement prolongé pour deux semaines en Nouvelle-Calédonie. Longtemps épargné par l’épidémie, l’archipel est durement touché par le variant Delta, qui a fait près de 130 morts en trois semaines.
    Le confinement, en vigueur depuis le 7 septembre en Nouvelle-Calédonie, est prolongé de deux semaines, en raison d’une circulation « encore trop élevée » du coronavirus, a annoncé vendredi 1er octobre le président du gouvernement local. Louis Mapou, indépendantiste, a précisé que, jusqu’au 10 octobre inclus, l’actuel confinement strict – fermeture des écoles et des commerces non essentiels, couvre-feu de 21 heures à 5 heures, déplacements soumis à une attestation – serait maintenu. Ensuite, « si les indicateurs évoluent favorablement, des adaptations pour une reprise progressive de l’économie » seront appliquées jusqu’au 17 octobre avant une probable mise en place du passe sanitaire.
    Pendant plus de dix-huit mois, la Nouvelle-Calédonie a pu se targuer d’être une des rares terres de la planète épargnée par la pandémie de Covid-19. Cet apanage s’est effondré le 6 septembre, avec la détection de trois cas locaux du variant Delta, dont la contagiosité a eu raison de l’étanchéité du sas sanitaire aux frontières. Depuis, l’épidémie flambe. Dix personnes ont succombé à la maladie au cours des dernières vingt-quatre heures, portant à 129 le nombre total de morts depuis le début de la crise liée au variant Delta.« Quatre-vingt-seize pour cent des morts étaient non vaccinés, leur moyenne d’âge est de 71 ans et le plus jeune avait 40 ans ; 56 % sont des Kanak, 22 % des Wallisiens et Futuniens et 22 % sont issus des autres communautés », a précisé M. Mapou. Grâce au confinement, le taux d’incidence du virus, qui atteignait 1 200 pour 100 000 habitants il y a dix jours s’établit actuellement à 588, mais la crise « va encore durer de longues semaines », a averti le chef de l’exécutif collégial.En tout, 7 619 personnes ont été jusqu’à présent contaminées et 4 300 d’entre elles ont guéri.
    Alors que près de 300 patients sont hospitalisés, dont 56 en réanimation, le centre hospitalier territorial est saturé et son personnel mis à rude épreuve. A cet égard, M. Mapou a rendu hommage aux soignants et aux « moyens colossaux mobilisés par l’Etat ». Patrice Faure, haut-commissaire de la République, a annoncé qu’un « deuxième contingent de 103 soignants » de la réserve sanitaire arriverait la semaine prochaine en provenance de l’Hexagone et s’ajouterait aux 174 personnels déjà dépêchés dans l’archipel. « La solidarité nationale durera autant que nécessaire », a-t-il affirmé.Les deux responsables ont une nouvelle fois exhorté la population à se faire vacciner, dans les nombreux centres ouverts à travers le territoire. Actuellement, 34 % de la population dispose d’un schéma vaccinal complet et environ 65 % a reçu au moins une dose.

    #Covid-19#migrant#migration#france#nouvellecaledonie#sante#reservesanitaire#circulationtherapeutique#personnelmedical#variant#crisesanitaire

  • Coronavirus: Beijing tells Hong Kong to strengthen quarantine, testing policies to secure border reopening | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/hong-kong/health-environment/article/3150331/coronavirus-beijing-tells-hong-kong-strengthen

    Coronavirus: Beijing tells Hong Kong to strengthen quarantine, testing policies to secure border reopening.
    Hong Kong must strengthen coronavirus controls in areas such as testing and quarantine before the border with mainland China can reopen, the city’s deputy leader has said after meeting Beijing officials. Chief Secretary John Lee Ka-chiu said on Monday that both sides were positive about the prospect of reviving cross-border travel during “constructive” talks in Shenzhen over the weekend. He identified three areas of improvement in Hong Kong’s anti-pandemic strategy to pave the way for further discussions, covering screening requirements for inbound travellers, the quarantine system and the city’s overall approach to risk. But Lee said the mainland officials had not set any preconditions for relaxing travel restrictions, which Hong Kong authorities have made a priority for boosting the economy. More than 20 representatives from the mainland and Hong Kong attended Sunday’s meeting, hosted by Huang Liuquan, a deputy director of the State Council’s Hong Kong and Macau Affairs Office. “The mainland experts understand that Hong Kong has its own [anti-pandemic] measures, and they acknowledge that Hong Kong has yielded a certain result,” Lee told the press.Hopes in Hong Kong for border reopening, but ‘it’s unlikely before March’ “Our focus is to build a strong foundation to increase the mainland’s confidence in Hong Kong, and understand that Hong Kong will not bring extra health and safety risks to other places.”
    Lee did not directly answer questions on whether a date for a border reopening had been set, or if that could be achieved by the end of the year.
    “The process takes time, but I believe that the border could reopen in a gradual manner, as both sides demonstrated a positive attitude,” he said. “We will be proactive and push it forward as fast as we can.” He added local officials would submit a report on the meeting to Chief Executive Carrie Lam Cheng Yuet-ngor and strive to hold a second meeting with the mainland “as soon as possible”. Those in attendance included representatives from the central government’s liaison office in Hong Kong, and the Guangdong and Shenzhen administrations, as well as Secretary for Food and Health Professor Sophia Chan Siu-chee and Secretary for Innovation and Technology Alfred Sit Wing-hang. After the meeting, a source told the Post that “some things are missing” from the Hong Kong approach, adding that lessons would be learned from Macau’s experiences.
    Macau had over the past year largely brought the coronavirus under control, but recently recorded a spike in local cases, as have parts of the mainland.
    Hong Kong last confirmed a local Covid-19 case with an unknown source of infection on August 17, involving a 47-year-old airport worker. Health officials believe she probably contracted the virus at the transport hub rather than in the community. The city’s border controls are some of the world’s toughest, with inbound travellers required to quarantine for up to 21 days at designated hotels and undergo mandatory testing both during and after isolation.Hongkongers on the mainland and in Macau can return to the city without serving quarantine under the “Return2HK scheme” if they test negative for Covid-19. A “Come2HK scheme” allows non-Hong Kong residents in Guangdong province and Macau – including mainlanders and expatriates – to travel to the city without quarantining. But the arrangements are not reciprocal at this stage.Macau resumed quarantine-free travel with the neighbouring mainland city of Zhuhai in May last year, following the mutual recognition of a risk-based health code system that takes into account an individual’s condition, contact with Covid-19 patients and travel history.Carrie Lam lobbies Beijing for border reopening, seeks medical expert dialogueTravellers must also provide a negative coronavirus test taken no more than seven days before departure. Respiratory medicine expert Dr Leung Chi-chiu noted a recent uptick of imported infections in Hong Kong and urged the government to further tighten restrictions on travellers. He added a new strategy should be developed on eliminating cases within a month of an outbreak.“Hong Kong has no concrete plan on how to quickly cut off the spread of Covid-19 if there’s a community case. The strategy of simply tightening social-distancing measures and quarantining close contacts is outdated in the wake of more infectious variants,” he said.Leung acknowledged that locking down entire districts for mandatory testing would be difficult in Hong Kong but suggested ramping up regular screening instead – particularly for staff in high-risk places such as the airport and quarantine hotels – to two times per week.That should also apply to those who were fully vaccinated, to snuff out the contagion risks posed by asymptomatic carriers, he added.

    #Covid-19#migrant#migration#chine#hongkong#macau#circulation#frontiere#sante#test#vaccination#variant#reciprocite

  • Coronavirus: South Korea reports record daily cases; Nepal resumes visas on arrival for vaccinated tourists | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/asia/article/3150076/coronavirus-south-korea-reports-record-daily-cases-nepal-resumes-visas

    Nepal resumes visas on arrival for vaccinated tourists.
    Nepal has restarted visas on arrival for vaccinated tourists as South Asian nations attempt to revive tourism businesses devastated after 18 months of the pandemic. A near travel shutdown has been in place in India, Bangladesh, Nepal, Bhutan and Sri Lanka for more than a year as successive waves of coronavirus took a deadly toll. Nepal reopened to tourists and scrapped quarantine requirements for vaccinated foreigners on Thursday and its neighbours are expected to quickly follow as they seek to bolster linchpin industries in their economies.“The resumption of on-arrival visas is aimed at reopening the tourism sector which is one of the mainstays of Nepal’s economy,” said Tourism Ministry spokesman Tara Nath Adhikari.
    Indians blast ‘racist’ UK quarantine decision for vaccinated travellers
    21 Sep 2021. All visitors must still take a pandemic test on arrival and unvaccinated travellers have to quarantine for 10 days. The decision came just as monsoon clouds cleared for the autumn trekking season, and many are hopeful it will help drive up the arrivals.“So many have lost jobs and livelihoods. This decision is crucial for all of us and we are hopeful that at least some visitors will return,” said Nabin Trital of the Trekking Agencies Association of Nepal.Neighbouring India is soon to announce that it will give away 500,000 free tourist visas as it also starts to reopen after more than a year, officials said.The country had more than 12.5 million tourists in 2019 but lost hundreds of millions of dollars after the shutters came down in March last year.New Delhi is negotiating with international airlines to get scheduled flights resumed from main markets in North America and Europe, the officials said.Bhutan recently let in its first foreign tourist, an American who spent three weeks in quarantine.Vaccinated tourists began entering Sri Lanka in July, without having to quarantine if they test negative for Covid-19 on arrival.South Asia is highly dependent on tourism, which accounted for some 47 million jobs in 2019, according to the World Travel and Tourism Council.But the pandemic left beaches and mountains deserted, from Everest to the Indian Ocean, and the fall in tourism played a major role in recessions seen by most of the countries last year.

    #Covid-19#migrant#migration#nepal#inde#bouthan#asiedusud#sante#tourisme#frontiere#circulation#vaccination